L'utilisation des

Nouvelles Technologies d'Informations et de Communications
dans la formation

Promotion ACSI 2000

Denis SCHMIDT

1

Sommaire :
..............................................................................................................................................................................1 ............................................................................................................................................................................1 L'utilisation des ................................................................................................................................................1 Nouvelles .........................................................................................................................................................1 Technologies ....................................................................................................................................................1 d'Informations et de .........................................................................................................................................1 Communications...............................................................................................................................................1 dans la formation..............................................................................................................................................1 1 LES SUPPORTS DE FORMATION DE LA PRÉHISTOIRE À AUJOURD'HUI.........................................7 1.1 LA FORMATION PRÉHISTORIQUE................................................................................................................................7 1.2 L'ÉCRITURE.........................................................................................................................................................7 1.3 LE LIVRE IMPRIMÉ.................................................................................................................................................7 1.4 LES MÉDIAS DE MASSE...........................................................................................................................................7 1.5 LES SYSTÈMES EXPERTS..........................................................................................................................................7 1.6 LES NOUVEAUX RÉSEAUX........................................................................................................................................8 1.7 LES MÉDIAS DE FORMATION ACTUELS.......................................................................................................................8 1.7.1 L'imprimé et les textes pédagogiques :.....................................................................................................8 1.7.2 La radio....................................................................................................................................................9 1.7.3 La télévision :...........................................................................................................................................9 1.7.4 La cassette vidéo et le vidéo disque :.......................................................................................................9 1.7.5 De la formation assistée par ordinateur au multimédia :......................................................................10 2 PRÉSENTATION DES NOUVELLES TECHNOLOGIES............................................................................10 2.1 LES CÉDÉROMS OU CD-ROM .............................................................................................................................11 2.1.1 Mise en œuvre.........................................................................................................................................11 2.1.2 Usages généraux et apports...................................................................................................................12 2.2 INTERNET..........................................................................................................................................................12 2.2.1 Mise en œuvre.........................................................................................................................................13 2.2.2 Usages généraux des services................................................................................................................13 3 L'AUTOROUTE DE L'INFORMATION.........................................................................................................15 3.1 AVANTAGE COGNITIF :.........................................................................................................................................15 3.2 AVANTAGE ÉCONOMIQUE :....................................................................................................................................17 3.2.1 La composition du coût...........................................................................................................................17 3.2.2 Parasitisme ou symbiose ......................................................................................................................18 3.2.3 Les économies d'échelle :.......................................................................................................................19 3.2.4 Le mode de transfert asynchrone (A.T.M.).............................................................................................19 4 INTERNET ET LA LOI SUR LA PROTECTION DES ŒUVRES MULTIMÉDIAS ................................20 4.1 UTILISATION DES CRÉATIONS. ...............................................................................................................................21 5 LES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET LA PSYCHOPÉDAGOGIE......................................................23 5.1 L'ENVIRONNEMENT ÉDUCATIF................................................................................................................................24 5.2 DIFFICULTÉS DE COMMUNIQUER.............................................................................................................................24 5.3 LES DONNÉES DE LA PSYCHOLOGIE.........................................................................................................................24 5.3.1 Les nouvelles technologies en éducation................................................................................................24 5.3.2 Pour une production de qualité..............................................................................................................25 6 APPRENDRE EN LIGNE POUR LES ENTREPRISES.................................................................................25 6.1 LES QUATRE MANIÈRES D'APPRENDRE EN LIGNE POUR LES ENTREPRISES........................................................................26 7 FORMATIONS EN LIGNE................................................................................................................................27 7.1 DES DOMAINES DE FORMATION LIMITÉS...................................................................................................................27 7.2 SOUPLESSE ET GAIN DE TEMPS...............................................................................................................................28 7.3 UN MANQUE DE STRATÉGIE...................................................................................................................................28 7.4 UNE ÉVOLUTION INÉLUCTABLE...............................................................................................................................29 8 NTIC ET MÉDECINE ........................................................................................................................................29 8.1 L’INFORMATIQUE, AGENT D’ÉVOLUTION EN ÉDUCATION MÉDICALE..............................................................................29

2

8.2 LES MÉTHODES D’ENSEIGNEMENT MÉDICAL AUTOMATISÉ............................................................................................29 9 LA FORMATION DANS LES AGENCES D’INTÉRIM................................................................................30 10 AUTOFOD..........................................................................................................................................................30 10.1 UNE SENSIBILISATION RÉUSSIE.............................................................................................................................31 10.2 PASSER À LA CONCEPTION...................................................................................................................................31 11 LES ENJEUX POUR LES FORMATEURS ET LES FORMÉS..................................................................31 11.1 CHANGEMENTS DE PRATIQUES POUR LE CONCEPTEUR D’UN PROGRAMME EN LIGNE.......................................................32 11.2 CHANGEMENTS DE PRATIQUES POUR L’ANIMATEUR D’UN PROGRAMME EN LIGNE..........................................................32 11.3 UNE TRANSLATION DE LA CONVIVIALITÉ................................................................................................................32 11.4 LE GUIDAGE DE L’APPRENANT VERS DES LIENS PERTINENTS......................................................................................33 11.5 DES OUTILS POUR CANALISER LA CIRCULATION DE L’INFORMATION............................................................................33 11.6 LES BÉNÉFICES IDENTIFIÉS PAR LES FORMATEURS....................................................................................................33 11.6.1 Etre au contact de l’innovation technologique et pédagogique...........................................................33 11.6.2 Une gestion assouplie et simplifiée......................................................................................................34 11.6.3 Davantage de travail en équipe ...........................................................................................................34 11.6.4 Augmenter la productivité....................................................................................................................34 11.6.5 Une mise à jour et un ajustement des contenus facilités......................................................................35 11.6.6 L’utilisation de fonctionnalités inédites...............................................................................................35 11.7 LES DIFFICULTÉS TECHNIQUES RENCONTRÉES..........................................................................................................35 12 LES "NOUVELLES" FORMATIONS DANS LE MONDE.........................................................................37 12.1 EN AMÉRIQUE DU NORD :..................................................................................................................................37 12.2 EN ASIE :........................................................................................................................................................37 12.3 EN EUROPE :....................................................................................................................................................37 12.4 DANS LA RÉGION ARABE :...................................................................................................................................37 12.5 EN AFRIQUE :..................................................................................................................................................37 13 LES LOGICIELS DE FORMATION À DISTANCE.....................................................................................37 13.1 LES PLATES-FORMES COMPARÉE...........................................................................................................................38 13.2 REMARQUES GÉNÉRALES.....................................................................................................................................38 13.3 LEARNINGSPACE...............................................................................................................................................39 13.3.1 Points à noter........................................................................................................................................39 13.3.2 Prix.......................................................................................................................................................40 13.4 LIBRARIAN.......................................................................................................................................................41 13.4.1 Points à noter........................................................................................................................................41 13.4.2 Prix.......................................................................................................................................................41 13.5 PLEIAD............................................................................................................................................................42 13.5.1 Points à noter........................................................................................................................................42 13.5.2 Prix.......................................................................................................................................................42 13.6 TOPCLASS.......................................................................................................................................................42 13.6.1 Points à noter........................................................................................................................................43 13.6.2 Prix ......................................................................................................................................................43 13.7 VIRTUALU.......................................................................................................................................................43 13.7.1 Points à noter........................................................................................................................................44 13.7.2 Prix.......................................................................................................................................................44 13.8 WEBCT..........................................................................................................................................................44 13.8.1 Points à noter........................................................................................................................................44 13.8.2 Prix.......................................................................................................................................................45 13.9 WEBTUTOR......................................................................................................................................................45 13.9.1 Points à noter........................................................................................................................................45 13.9.2 Prix.......................................................................................................................................................46 13.10 CONCLUSION..................................................................................................................................................46 13.11 MÉTHODE ET PRODUITS ANALYSÉS.....................................................................................................................47 13.12 L’INTÉGRATION DES COMPOSANTES....................................................................................................................47 13.13 TERMINOLOGIE................................................................................................................................................48 13.14 COMPOSITION DES PLATES-FORMES ANALYSÉES....................................................................................................48 13.15 CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES : COMPARAISON...................................................................................................49 13.15.1 Organisation générale des plates-formes...........................................................................................49

3

13.15.1.1 Résultats......................................................................................................................................................50 13.15.1.2 Détails par plate-forme................................................................................................................................50

13.15.2 La configuration côté client................................................................................................................52
13.15.2.1 Résultats......................................................................................................................................................53 13.15.2.2 Détails.........................................................................................................................................................53

13.15.3 Côté serveur........................................................................................................................................55
13.15.3.1 Résultats......................................................................................................................................................55

13.15.4 Langue d’utilisation............................................................................................................................56
13.15.4.1 Résultats......................................................................................................................................................56

13.15.5 Support éditeur...................................................................................................................................56
13.15.5.1 Résultats......................................................................................................................................................57

13.16 PRIX..............................................................................................................................................................57 13.16.1 Résultats..............................................................................................................................................58 13.17 GESTION DE LA SCOLARITÉ................................................................................................................................58 13.17.1 Résultats..............................................................................................................................................59 13.17.2 Détails.................................................................................................................................................59 13.18 LA CRÉATION DE COURS : COMPARAISON.............................................................................................................60 13.18.1 Création des parcours-types...............................................................................................................60
13.18.1.1 Résultats......................................................................................................................................................61 13.18.1.2 Détails.........................................................................................................................................................61

13.18.2 Edition des tests..................................................................................................................................62
13.18.2.1 Résultats......................................................................................................................................................63 13.18.2.2 Détails.........................................................................................................................................................63

13.18.3 Administration des matériaux.............................................................................................................64
13.18.3.1 Résultats......................................................................................................................................................64 13.18.3.2 Détails.........................................................................................................................................................64

13.18.4 Compétences requises pour le rôle de créateur de cours...................................................................65
13.18.4.1 Résultats......................................................................................................................................................66 13.18.4.2 Détails.........................................................................................................................................................66

13.19 LA VUE DU FORMATEUR : COMPARAISON.............................................................................................................67 13.19.1 Gestion du rôle de formateur..............................................................................................................67
13.19.1.1 Résultats......................................................................................................................................................68 13.19.1.2 Détails.........................................................................................................................................................68

13.19.2 Adaptation du parcours-type..............................................................................................................69
13.19.2.1 Résultats.....................................................................................................................................................69 13.19.2.2 Détails.........................................................................................................................................................69

13.19.3 Fonctions de télétutorat......................................................................................................................70
13.19.3.1 Résultats......................................................................................................................................................70 13.19.3.2 Détails.........................................................................................................................................................70

13.19.4 Fonctions d’évaluation.......................................................................................................................72
13.19.4.1 Résultats......................................................................................................................................................73 13.19.4.2 Détails.........................................................................................................................................................73

13.20 LA VUE DE L’ÉTUDIANT : COMPARAISON.............................................................................................................73 13.20.1 Identité et information sur les étudiants.............................................................................................73
13.20.1.1 Résultats......................................................................................................................................................74 13.20.1.2 Détails.........................................................................................................................................................74

13.20.2 Outils personnels d’étudiant...............................................................................................................74
13.20.2.1 Résultats......................................................................................................................................................75 13.20.2.2 Détails.........................................................................................................................................................75

13.20.3 Outils collectifs d’étudiant.................................................................................................................76
13.20.3.1 Résultats......................................................................................................................................................76 13.20.3.2 Détails.........................................................................................................................................................76

13.20.4 Soumission de travaux........................................................................................................................77
13.20.4.1 Résultats......................................................................................................................................................77 13.20.4.2 Détails.........................................................................................................................................................77

13.21 TRAVAIL EN MODE DÉCONNECTÉ........................................................................................................................77 13.21.1 Résultats..............................................................................................................................................78 13.21.2 Détails.................................................................................................................................................78 13.22 ADMINISTRATION TECHNIQUE : COMPARAISON......................................................................................................79 13.22.1 Résultats..............................................................................................................................................79 13.22.2 Détails.................................................................................................................................................80 13.23 TRAVAUX DE NORMALISATION EN COURS.............................................................................................................80 13.23.1 Les travaux de l’IEEE.........................................................................................................................80 13.23.2 Les travaux de l’IMS et de ARIADNE ..............................................................................................81

4

13.23.3 Les travaux d’AICC ..........................................................................................................................82 13.24 SCÉNARIOS D’IMPORTATION ET D’INTÉGRATION DE RESSOURCES PÉDAGOGIQUES.........................................................82 13.25 RÉUTILISATION DES CONTENUS : .......................................................................................................................83 13.26 LISTE DES PRODUITS RECENSÉS..........................................................................................................................84 14 EXEMPLES D'APPLICATIONS DES NTIC A LA FORMATION A DISTANCE...................................88 14.1 ORGANISATION DU CENTRE DE RESSOURCES. .........................................................................................................88 14.2 LES MOYENS PÉDAGOGIQUES :.............................................................................................................................88 14.3 LE DÉROULEMENT D'UNE FORMATION TYPE : .........................................................................................................89 14.4 LA BIBLIOTHÈQUE CENTRALE : ............................................................................................................................90 14.5 L'ORGANISATION DU CENTRE DE RESSOURCES. .......................................................................................................90 14.6 LE CURSUS ......................................................................................................................................................90 14.7 CONCLUSION ...................................................................................................................................................90 15 INTERNET PAR LES PRISES DE COURANT.............................................................................................91 16 RÉALITÉ VIRTUELLE ...................................................................................................................................92 16.1 APPLICATIONS...................................................................................................................................................93 16.2 LA FORMATION ET L'ENTRAÎNEMENT.....................................................................................................................94 16.2.1 Présentation..........................................................................................................................................94 16.2.2 Les utilisations nouvelles .....................................................................................................................94
16.2.2.1 La formation médicale..................................................................................................................................95 16.2.2.2 La formation à la conduite............................................................................................................................95

17 GLOSSAIRE.......................................................................................................................................................97 18 BIBLIOGRAPHIE.............................................................................................................................................99

5

Index des tableaux :

6

L'utilisation des NTIC dans la formation

1 Les supports de formation de la préhistoire à aujourd'hui
1.1 La formation préhistorique L'homme cherche à se former et à s'instruire probablement depuis les premiers moments de la préhistoire. Faute de traces certaines d'une activité restée longtemps liée à l'oral, on ne peut étayer cette hypothèse qu'avec les progrès du langage des premiers hommes et le constat de leur mobilité géographique. Les procédés techniques, par exemple la taille des pierres, se sont largement diffusés. Le message est d'abord l'exemple constitué par les gestes qu'il faut faire pour obtenir un résultat précis. Les vestiges du paléolithique nous renseignent sur la capacité migratoire de l'homme, qui emmène avec lui, comme autant de "messages", objets, techniques, tours de main et probablement connaissances, croyances et systèmes de représentation du monde. On trouve, à partir de 30 000 ans avant notre ère, et sans doute avant, présence de nombreuses traces gravées ou peintes, comme par exemple dans les grottes du Sud-Ouest de la France, dont la signification nous échappe encore, mais qui ont certainement servi de support de formation. Certaines sont figuratives et représentent des animaux ou plus tard des hommes, participant d'un monde sacré, peut-être mythique, que nous ne savons pas reconstituer. D'autres sont abstraites, stries, lignes, points, figures "géométriques", et ne sont dues ni au hasard ni à des intentions décoratives mais obéissent à une raison et portent un "sens" que nous ignorons. 1.2 L'écriture L'écriture, inventée dans le bassin mésopotamien environ 3 000 ans avant notre ère, constitue le premier moyen systématique de conservation et de transport des mots, des chiffres et des concepts. Pour la première fois, le discours s'affranchit de la présence physique de celui qui l'émet. L'écriture idéographique, puis alphabétique, permet de relire les paroles qui ont ainsi été retranscrites. L'écriture s'institue comme un moyen de transport des messages dans l'espace mais aussi dans le temps. 1.3 Le livre imprimé Si le monde antique a assuré de façon remarquable la circulation des hommes et des idées, si au début de notre ère un livre produit en Palestine ou en Egypte pouvait être lu et diffusé en Grèce ou à Rome quelques semaines plus tard, c'est le procédé moderne de l'imprimerie qui, en abaissant le coût de reproduction des livres, a permis de donner au texte écrit une véritable fonction sociale. 1.4 Les médias de masse Au XXe siècle, le mouvement s'accélère. Apparaissent successivement, en un laps de temps relativement court, différents moyens de formation qui s'adressent à des masses toujours plus importantes. La radio, à partir des années 1920, permet de communiquer la voix humaine et la musique à un public sans cesse plus large. La télévision, dès les années 1930, complète le son par l'image. Son succès jusqu'à nos jours en fait un véritable phénomène de société. On regarde la télévision pour s'informer, pour s'instruire, mais surtout pour "consommer des loisirs". 1.5 Les systèmes experts Ces derniers constituent la première application opérationnelle de l'intelligence artificielle. Dans un système expert, on collecte un ensemble de règles (quelques dizaines, voire quelques milliers, selon la complexité du problème) auprès d'experts dans un certain domaine. Ces règles sont ensuite exploitées par la partie du système appelée "moteur d'inférence", lequel agit sur la base de connaissances. Avec le même moteur d'inférence, il est possible de réaliser différents systèmes experts, en changeant seulement la collection de règles constituant la base de 7

L'utilisation des NTIC dans la formation

connaissances. Ainsi, à partir de Mycin, système expert servant au diagnostic médical, mis au point en 1974 à l'université Stanford (Etats-Unis), IBM a élaboré en 1981 le système expert Dart, destiné au diagnostic des pannes d'ordinateur, d'autres un système expert pour le diagnostic des incidents de forage pétrolier. Toutefois, les systèmes experts posent des problèmes difficiles, en particulier dans les cas où plusieurs règles d'inférence entrent en conflit. L'intelligence artificielle doit aussi faire face à la représentation de connaissances imprécises ou incertaines, pourtant couramment utilisées dans les activités humaines. Pour traiter celles-ci, les programmes peuvent faire appel à la "logique floue", théorie inventée par le mathématicien Lotfi Zadeh aux États-Unis en 1986, théorie associant le calcul des probabilités et la logique (par exemple, une proposition à 80 % de chances d'être vraie). A la fin des années 1980, les recherches portaient sur le développement des systèmes experts et les programmes traitant les langues "naturelles". La principale difficulté réside dans le grand nombre de connaissances que le système doit intégrer et le choix de la forme sous laquelle elles doivent être représentées. Le système expert devra donc disposer de connaissances sur la façon d'utiliser les connaissances; cela s'appelle les "métaconnaissances". Ces dernières devraient également permettre de résoudre le problème de l'apprentissage par le système expert, afin que celui-ci soit capable de découvrir par lui-même de nouvelles connaissances. Les travaux en intelligence artificielle concernent également la vision, appliquée notamment à la robotique (guidage des robots) et à la bureautique (lecture automatique, traduction automatique de textes, recherche documentaire, formation intuitive et évolutive etc.). 1.6 Les nouveaux réseaux L'invention de l'ordinateur en juin 1944 puis le développement des réseaux de communication informatique constituent une autre étape importante dans le développement de la communication. L'interconnexion des ordinateurs du monde entier dans un vaste réseau a permis de créer de nouveaux moyens de transfert et d'échange de l'information. De nombreuses banques de données sont accessibles désormais par son intermédiaire. Des réseaux de messageries électroniques (e-mail) relient entre eux les institutions ou les individus. Des groupes d'échanges et de discussion s'auto-organisent à l'échelle mondiale. Apparaissent alors les nouvelles technologies. 1.7 1.7.1 Les médias de formation actuels. L'imprimé et les textes pédagogiques :

Le mode le plus classique d'une formation est l'enseignement à distance sous forme de cours par correspondance. Le cours par correspondance offre certains avantages, dont notamment le fait qu'il met l'apprenant en présence d'un média universel à coût réduit. Mais pour que la correspondance soit efficace, il faut que le système postal soit fiable et rapide. Toutefois, la portée de cette méthode s'est avérée fort limitée, suite aux progrès considérables des télécommunications. S'agissant d'un apprentissage individuel en différé, les apprenants auxquels ce mode de communication est destiné ne sont pas tous en mesure d'évoluer dans un contexte d'autodidactie, d'être autonomes, et d'avoir la motivation nécessaire pour continuer à étudier. Cependant, il est de plus en plus question, pour améliorer l'impact, de combiner l'imprimé à d'autres médias. L'imprimé n'exclut pas, par ailleurs, la formation en face-à-face à laquelle l'on peut avoir recours pour les exercices pratiques en laboratoire ou en atelier.

8

L'utilisation des NTIC dans la formation

1.7.2

La radio

C'est sans conteste, le moyen de formation à distance le plus répandu : La radio est utilisée comme moyen de communication de masse, car elle s'adresse à un vaste public dispersé. C'est un média qui peut être interactif. La rétroactivité peut se faire en direct, par téléphone, en différé et par enregistrement sonore. Elle permet en outre l'élaboration et la conception de programmes éducatifs dans des conditions plus simples et moins coûteuses que celles offertes par la télévision. La radio a cependant des limites; le manque d'éléments visuels peut, en effet, favoriser l'inattention, ce qui implique le déploiement d'un grand effort en vue de garantir les conditions d'une participation active des apprenants. 1.7.3 La télévision :

C'est un moyen d'enseignement, de formation et de perfectionnement de plus en plus utilisé. Dans la plupart des cas, la télévision est combinée à d'autres moyens tels que l'imprimé, l'illustration, la cassette ou le téléphone. L'utilisation de la télévision éducative se fait selon différents modes : en différé ou en direct, ce qui implique des fonctions pédagogiques distinctes. La télévision à large diffusion : La télévision à grande diffusion offre comme premier avantage la possibilité de toucher les gens là où ils se trouvent, en diffusant le même enseignement à tous et au même moment. C'est un moyen qui offre en outre, la possibilité de dispenser une formation aux handicapés ou aux analphabètes. Ce média rend également possible la présentation de contenus techniques. Mais ce mode de formation a aussi des inconvénients dont, en premier lieu, son caractère impersonnel; l'étudiant, qui est soumis à un rythme qu'il ne peut interrompre, risque d'adopter une attitude passive. En raison des coûts élevés de la production télévisée et des équipements, ce moyen de formation à distance ne peut être généralisé. La télévision par câble : La télévision éducative diffusée par câble en mode direct et interactif offre de son côté de larges perspectives; elle permet des échanges à distance entre l'enseignant et l'étudiant, la diffusion se fait en circuit fermé ou en circuit ouvert. Ce moyen, permet de toucher dans des conditions d'interactivité, un grand nombre de personnes. En circuit fermé, il y a en plus de la bi-directionnalité, la possibilité d'intervenir pour vérifier l'efficacité pédagogique. Mais le handicap se situe au niveau de la maîtrise de la technique et du coût. 1.7.4 La cassette vidéo et le vidéo disque :

Les cassettes vidéo n'offrent pas le même impact que la télévision, mais peuvent libérer les étudiants de contraintes horaires et permettent à celui-ci de contrôler le déroulement de l'émission. Elles permettent également de réduire les coûts de production et de présenter des contenus télévisés en l'absence de réseaux T.V spécialisés. Dans le cadre de l’entreprise, les premières applications de la vidéo légère ont été l’autoscopie et l’étude de cas pour les séminaires de formation interne. L’essor de la vidéo d’entreprise a largement bénéficié en France de la loi de 1971 instituant la formation permanente et la créditant d’un prélèvement obligatoire de un pour cent de la masse salariale des entreprises. L’autoscopie, c’est à dire la faculté qu’offre la vidéo de se revoir immédiatement, connaît de multiples applications pour tout ce qui relève de l’acquisition de gestes techniques ou de

9

L'utilisation des NTIC dans la formation

comportements professionnels. Favorisant l’autocritique, elle est aussi pratiquée dans des séances de dynamique de groupe où se mêlent, parfois de façon équivoque, tentative de mieux intégrer les rôles dans le management et manipulation psychologique. L’autoscopie trouve d’autres applications en formation pédagogique et pour l’entraînement des sportifs. L’apport de la vidéocassette a été déterminant pour la diffusion de vidéogrammes de formation à travers les filiales, les succursales ou les réseaux de vente des grandes entreprises, notamment dans les secteurs de la banque, de l’automobile, de l’informatique, comme à travers certaines grandes administrations (P.T.T., E.D.F., S.N.C.F.). La formation ainsi dispensée peut se pratiquer sur place, de façon décentralisée, tout en préservant l’homogénéité et la conformité de l’argumentaire commercial ou technique mis au point par la direction centrale. Dans le cadre de la formation hors entreprises (centres de formations, cours du soir, etc.), et ce malgré les changements fondamentaux que les médias ont introduit dans le comportement et dans la relation de chacun au savoir, en 1980, la vidéo en tant que support pédagogique, reste largement sous-employée. Le manque de formation des formateurs eux-mêmes semblent freiner la pénétration de la vidéo en milieu formatif. Il est vrai que, coincés entre le triomphe commercial de la télévision distraction et l’échec didactique de la télévision éducative, les centres de formations ont des raisons de se méfier. Les seuls lieux d’apprentissage ou la vidéo est bien présente, sont les universités qui relèvent du domaine médical. 1.7.5 De la formation assistée par ordinateur au multimédia :

Les programmes de formation multimédia ont commencé par l'introduction d'un simple ordinateur dans la classe avec l'assistance d'un professeur. Les résultats se sont améliorés davantage par la connexion de l'informatique aux télécommunications, c'est-à-dire, après l'émergence de la télématique. Ce mode de communication fait partie du groupe des technologies de l'information et des technologies interactives et de formation à distance. Il se subdivise d'ailleurs en deux sousgroupes : les technologies à interactivité intégrale et les technologies à interactivité sélective. La télématique qui est venue s'ajouter à la liste des supports éducatifs, peut combler des lacunes des premières méthodes de formation à distance, à savoir l'absence ou l'insuffisance de l'interactivité, et la difficulté d'adapter les cours en fonction des besoins et des coûts. En effet, la télématique permet des échanges permanents. Elle offre aussi la possibilité de création de banques de données des cours, la tenue de téléconférences assistées par ordinateur s'appuyant sur le réseau de micro-ordinateurs informatiques et la messagerie électronique. Depuis 1987, on parle de formation à distance de troisième génération (la première et la deuxième génération étant celles utilisant les moyens traditionnels : correspondance, texte écrit, radio et T.V.). La communication assistée par ordinateur (C.A.O.) représente parfaitement cette troisième génération. Mais le tout fut couronné par le système multimédia qui doit combiner dans un double sens interactif le texte écrit, l'image et le son et constituer l'une des plus grandes composantes de l'autoroute de l'information.

2 Présentation des nouvelles technologies
Les technologies nouvelles recouvrent actuellement l'ensemble des techniques qui permettent d'accéder à l'information numérisée, de la créer ou de la transmettre. Cette information peut être disponible localement - par exemple grâce à des cédéroms - ou être accessible en ligne par l'intermédiaire des réseaux numériques externes, comme Internet.

10

L'utilisation des NTIC dans la formation

L'information manipulée par les nouvelles technologies est multimédia; un mot que tout le monde emploie. Si on s'en tient à l'étymologie, on trouve "multi", qui indique la diversité des "médias", les supports de l'information. Mais ce n'est pas aussi simple que cela; il existe, accroché au terme multimédia, quelques notions indissociables et sous-jacentes. Tout d'abord, on n'utilise pas plusieurs supports, mais au sein d'un même document sont regroupés plusieurs modes d'expression. Ensuite, la notion dominante mais non exprimée, c'est l'interactivité qui permet le dialogue entre l'utilisateur et le logiciel.

Les principaux médias utilisés dans ces nouvelles technologies : Le texte : c'est le média le plus courant, il est à la fois facile d'utilisation et précis. Employé de manière excessive, il devient vite rébarbatif. L'image : elle permet de saisir une notion en un seul coup d'œil et d'aérer une présentation. Elle évite un long discours, mais se doit d'être précisé par une légende pour ne pas laisser place à l'ambiguïté. Le son : on néglige trop souvent le son dans les applications multimédias, c'est oublier que certaines personnes sont "auditives" plus que "visuelles" et que le son, bien employé, peut être un facteur d'enrichissement pour un document. La vidéo et l'animation : ce sont, comme le son, de fabuleux moyens d'enrichissement d'un document qui ne peuvent pas être restitués par un livre. Elles permettent d'illustrer des actions d'une manière vivante.
Contenu Taille moyenne du fichier (non compressé) 25 Ko 344 Ko 900 Ko 21 Mo Place occupée sur disquette 1,44 Mo 1,7% 25% 63% 15 disquettes Temps de transmission par modem 14 400 bauds 0,017s 3,26 s 8mn 30s 3h 18mn

-

-

Média Texte Son Image Vidéo 4 à 5 lignes saisies au clavier Enregistré au micro, qualité CD en stéréo de 1s Scannée, taille écran, qualité photo Images et son par caméra, 25 images / seconde 1.

Tableau des caractéristiques des médias.

2.1

Les cédéroms ou CD-ROM Ce sont les descendants du C.D. audio créé par Philips en 1973. Sur ces galettes de métal et de résine de 12 cm de diamètre, de 1,2 mm d'épaisseur et de 14 grammes, on peut stocker jusqu'à 650 Mo de logiciels et de données, c'est à dire près de 170000 pages texte ou 74 mn de sons. En 1994, le parc mondial de lecteur de cédéroms était de 6 millions et le nombre de titres disponibles de 5 500. Depuis, le marché a explosé et est en perpétuelle expansion. On trouve des cédéroms sur les sujets les plus variés. 2.1.1 Mise en œuvre

Pour pouvoir utiliser un cédérom il suffit d'installer un lecteur de cédérom sur son P.C. Si l'utilisation souhaitée est multimédia, il faudra alors équiper son P.C. avec en plus : - une carte sonore, - une carte graphique, - une paire d'enceintes ou un casque, - un microphone. De plus en plus d'ordinateurs équipés multimédias d'origine sont vendus. Ils possèdent donc une configuration équilibrée permettant de traiter des informations qui se présentent sous forme de textes, d'images et/ou de sons.

11

L'utilisation des NTIC dans la formation

2.1.2

Usages généraux et apports

La plus grande partie des activités possibles sur cédérom tournent autour de la recherche de renseignements en autonomie, soit comme moyen d'apprentissage: pour éclaircir ou rappeler une notion (par exemple en montrant des exemples d'applications qui ne sont pas disponibles), soit pour répondre à des questions généralement en rapport avec un projet. Ils sont aussi utilisés comme source logicielle souple (banque de logiciels rapidement installables). Les apports concrets de cet outil sont principalement : - Autonomie dans l'installation et l'utilisation d'une application. - Diversité des tâches dans la collecte de documents pour la réalisation d'une application : partage des tâches; respect du planning; mise en commun des résultats. - Utilisation de l'outil informatique et éventuellement de divers périphériques : appareil photo numérique, scanner, vidéo... Du point de vue des connaissances pures, les principaux apports sont : - La différence entre l'analogique et le numérique au niveau des images, des sons, etc. - Une meilleure connaissance de l'outil informatique. - Les savoirs et les savoir-faire contenus dans les cédéroms. 2.2 Internet L'ancêtre de l'Internet est Arpanet, créé en 1968 par l'ARPA (l'organisme coordinateur de la recherche militaire américaine) pour relier les différents centres universitaires sous contrat avec le ministère de la défense. L'architecture du réseau, selon la légende, était conçue pour résister à une destruction partielle par une attaque nucléaire : elle était décentralisée et "redondante", c'est-à-dire que, pour aller d'un nœud (un ordinateur) à un autre, il existait plusieurs chemins et qu'il n'y avait pas de "tour de contrôle" centrale dont la défaillance risquerait de rendre inutilisable tout le réseau. Cette idée, issue d'un rapport de Paul Baran daté de 1964, fut à l'origine de la technique de transmission de données par paquets : le fichier de données à transmettre est divisé en plusieurs paquets; Chaque paquet peut emprunter un chemin différent sur le réseau et, si le support physique est détruit, les paquets sont acheminés par un autre itinéraire. Enfin, le fichier est reconstitué à l'arrivée. Ici, développement n'est pas un vain mot; Arpanet reliait en 1970 quelques dizaines de nœuds aux Etats-Unis, en 1988, il s'agissait de 30 000 nœuds dans une dizaine de pays; en 1995, il y avait 6 millions de nœuds dans 88 pays (avec le raccordement de micro-ordinateurs, la notion de nœud a beaucoup évolué). Le développement de l'Internet proprement dit commence en 1977, avec les premières versions du logiciel de réseau TCP/IP, dues à Vinton Cerf, Robert Kahn, David Clark et Louis Pouzin. Mais l'élan décisif date de 1983, lorsque la DARPA (nom de l'ARPA pendant quelques années) accorda des crédits importants à l'université de Californie, à Berkeley, pour développer une nouvelle version d'Unix qui incorporerait TCP/IP. Si, au début, les utilisateurs étaient des chercheurs en informatique qui échangeaient du courrier électronique et des logiciels, l'élargissement du public et l'amélioration des infrastructures techniques ont permis l'accès à des informations plus volumineuses, telles que banques de données biologiques, fonds documentaires, images numérisées. Les recherches en cours visent à améliorer les techniques de transmission d'information pour lesquelles émission et réception doivent être synchronisées, comme le son et l'image animée. Internet, qui est le dernier arrivé dans les NTIC, offre à lui tout seul de multiples outils qui s'appliquent à tous les domaines mais avec plus ou moins de prudence. Internet (International Network) est un réseau qui relie des milliers d'ordinateurs de part le monde. 12

L'utilisation des NTIC dans la formation

Il permet :
• • • • •

De recevoir et d'envoyer du courrier électronique; De participer à des conférences (New Groups); D'échanger des idées, des informations (Forums); De télécharger toutes sortes de fichiers (textes, images, applications, mise à jour de logiciels...). D'obtenir des informations sur tous les sujets. Mise en œuvre

2.2.1

Pour se connecter à Internet, il faut : - Soit un boîtier type NetBox (à connecter sur un téléviseur et sur la ligne téléphonique). - Soit un ordinateur couplé à un modem (pour se connecter au réseau), un logiciel de communication et un logiciel de navigation (Internet Explorer, Netscape, logiciel du fournisseur). Une fois le matériel acquit (P.C. ou boîtier), il faut un abonnement à acheter auprès du fournisseur d'accès (Provider); site qui héberge notre adresse. Les frais de communications téléphoniques sont à la charge du souscripteur pour certains fournisseurs ou inclus dans un forfait accès et communications.

Choix du fournisseur d'accès :

Le Provider sert de pont entre le P.C. et le réseau téléphonique. L'abonnement comprend généralement un coût d'inscription et un prix d'abonnement mensuel (avec ou sans limitation horaire de connexions par mois). Cet abonnement permet de faire bénéficier le souscripteur d'un coût téléphonique au prix d'une communication locale ou semi-locale suivant les Providers. Il existe aussi des providers qui pour un forfait mensuel incluent les accès ainsi que les communications téléphoniques. Pour mieux faire connaître leurs services, certains Providers offrent un ou plusieurs mois d'essais avec l'achat d'un P.C., d'un modem, ou d'une revue. Profiter de ces offres permet de se familiariser avec Internet et de s'en faire une idée. Cependant, ce ne sont pas ceux qui font des offres gratuites qui sont forcément les meilleurs; aussi, il ne faut hésiter à investir un peu plus chez d'autres Providers qui proposent une sécurité de connexion avec de meilleurs services (réseau moins saturé, attente de connexion moindre...). 2.2.2

Usages généraux des services L’e-mail : la messagerie électronique (e-mail) est un média qui requiert de nombreux avantages. Les messages ayant pour adresse une adresse électronique (ou URL) sont envoyés et reçus quasi instantanément. Pour consulter ses messages reçus, l'utilisateur regardera sa boîte aux lettres (ou BAL) où ils sont stockés. On peut donc ainsi envoyer des documents numériques : du texte, des documents multimédias, des logiciels, et tout document issu d'un logiciel de bureautique (tableur, PAO, traitement de texte).

Voici une présentation des principaux services d'Internet :

13

L'utilisation des NTIC dans la formation

Durant le transit de l'information, nul n'est capable de dire, si la donnée a pu être lue ou enregistrée par quelqu'un d'autre que son destinataire. Si votre adresse est connue par d'autres utilisateurs, ils peuvent venir consulter votre boîte aux lettres qui s'ouvre sans clé, sans mot de passe.

Les messageries collectives : par le biais de la messagerie électronique, ces services permettent de dialoguer entre "experts" sur un sujet donné. L'utilisateur peut s'inscrire à un groupe de discussion sur ce sujet, il aura ainsi accès aux remarques et commentaires de ces experts et pourra lui-même intervenir dans les débats. Il peut y avoir une personne physique, appelée "modérateur", qui évalue la pertinence du message par rapport au sujet de la discussion, puis décide de le distribuer ou pas.

Différents types de groupes de discussion existent :

Les forums : plutôt utilisés pour des discussions ponctuelles. Pour consulter des forums, l'utilisateur doit se connecter à un serveur de news (ensemble des forums) qui lui est accessible, en général chez son fournisseur d'accès. Sur chaque serveur, un certain nombre de forums sont disponibles et peuvent être consultés quand il le souhaite et sans avoir à souscrire d'abonnement particulier. Les listes de diffusion : plutôt utilisées lorsque l'on veut une discussion étalée dans le temps. Les abonnés à une liste peuvent communiquer soit avec un abonné précis, soit par le biais de la boîte aux lettres de la liste dont les messages sont distribués à tous les abonnés. Il peut y avoir une personne physique, appelée "modérateur", qui évalue la pertinence du message par rapport au sujet de la liste puis décide de le distribuer ou pas. IRC (Internet Relay Chat) : ce service permet de dialoguer en temps réel soit par clavier interposé, soit en partageant une ardoise électronique, soit même oralement (avec une carte son et un micro). L'utilisateur peut ainsi participer à une téléconférence (visioconférence) avec un nombre illimité d'interlocuteurs. Il peut rejoindre un canal de discussion existant ou bien créer son propre canal et y inviter les personnes de son choix. Il peut aussi partager une application ou un disque dur. Ces applications évoluent et devraient permettre prochainement des dialogues oraux acceptables. Cependant, plusieurs normes existant (excepté celles par clavier), il est nécessaire de posséder le même logiciel que son interlocuteur.

Le Web (ou World Wide Web) : Un site Web propose des informations sous forme de pages fonctionnant selon le principe des hypertextes : grâce aux zones actives (mots, images) de la page affichée à l'écran, l'utilisateur peut, d'un simple clic de souris accéder à une autre page (du même serveur ou d'un autre serveur) à partir de laquelle il peut, d'un simple clic de souris, renouveler l'opération autant de fois qu'il le veut. . Pour surfer sur le Web, un seul logiciel suffit : le navigateur. Il se révèle cependant inefficace pour répondre à un problème précis. On utilise alors principalement :

Les catalogues en lignes : certains sites sur le web proposent des catalogues électroniques de sites classés par thème ou par ordre alphabétique. Ils sont régulièrement mis à jours. Les moteurs de recherche : programmes permettant d'interroger une immense banque de données contenant des URL indexées par mots clés. FTP (File Transfer Protocol) : FTP permet de télécharger des fichiers à partir d'ordinateurs distants appelés serveurs FTP. On peut récupérer ainsi tout fichier : images, sons, vidéos, programmes. 14

• •

L'utilisation des NTIC dans la formation

3 L'autoroute de l'information
Ceux qui suivent le débat sur la scène internationale au sujet de l'autoroute de l'information ont compris qu'il s'agit d'une nouvelle voie incontournable pour le développement durable et intégral des différentes sociétés. Ces autoroutes sont le résultat du croisement de l'informatique, du téléphone et de la télévision. De la connexion de tous les réseaux de télécommunication, de l'espace jusqu'au fil téléphonique, elles se traduisent par le mixage des images animées avec le son, le texte et les données. Grâce à des réseaux interactifs à larges bandes, ces autoroutes pourront dans un très proche avenir passer tous les foyers qui se seront équipés d'un terminal multimédia. L'édification de ces réseaux exige cependant une grande concentration industrielle, technique et financière, pour la mise en place de l'infrastructure, la fabrication des moyens de communication et la production du contenu. Une fois ces réseaux mis en face, l'accès à l'informatique se fera en toute facilité, en toute sécurité, en tous lieux, à moindre coût, et par d'innombrables moyens. Par ailleurs, et à la faveur de cette immense infrastructure, la productivité sera amélioré et la créativité stimulée. D'autre part, les services seront développés et le télétravail sera en constante progression ! L'énorme potentiel qui sera mobilisé pour le développement du contenu, entraînera l'émergence de nouveaux télé-services, à côté des programmes de loisirs qui seront enrichis par l'image virtuelle. En outre, le nouveau paysage électronique doit favoriser la généralisation du télé-enseignement et de la formation à distance. Comme nous l'avons déjà vu, l'évolution du système d'enseignement passera par l'utilisation de plus en plus large d'outils audiovisuels et informatiques, l'intégration de ces outils de communication dans des postes multimédias, la connexion de ces postes aux réseaux, et le développement des vidéoconférences. Deux grands avantages par rapport au système traditionnel justifient le recours au système multimédia : • un avantage cognitif, • un avantage économique. 3.1 Avantage cognitif : Le sort du télé-enseignement étant désormais lié à la télématique, seul le multimédia peut répondre aux exigences des grandes réformes qu'implique le système traditionnel. Celui-ci sera diversifié, dispensé en tout lieu et en tout temps, et surtout piloté par la demande. Selon ce nouveau système, "l'étudiant pourrait apprendre ce qu'il voudra savoir, quand et où il le voudra, grâce à la modularité des brevets. Les apprenants ne seraient pas sélectionnés à priori, mais ils s'auto-évalueraient avant de définir leur projet selon les méthodes qu'ils auraient choisies". Pour la formation professionnelle, ce même système permet une gestion globale en temps réel du capital cognitif; il favorise une meilleure mobilisation des compétences, une vision stratégique de l'évolution des besoins, une évaluation des formations, et une meilleure communication de l'entreprise avec son environnement. Mais, ce système ne pourrait donner son plein effet que par le télé-enseignement et la formation interactive, puisqu'il implique le recours à toutes sortes de médias et à un large réseau de transmissions des vidéoconférences.

15

L'utilisation des NTIC dans la formation

C'est pourquoi le système de formation à distance offre dans sa conception multimédia un véritable avantage. Les mérites du Multimédia : Tous les pédagogues du monde confirment que la meilleure manière de faire comprendre un sujet complexe est de multiplier les représentations en répétant sous des formes différentes et complémentaires certains concepts et en associant l'apprenant à la recherche de l'objectif de la solution. Les statistiques, sans être unanimes sur des taux précis, convergent toutes vers une tendance selon laquelle l'être humain se souvient de : • 10% de ce qu'il lit, • 20% de ce qu'il écoute, • 30% de ce qu'il regarde et écoute, • 80% de ce qu'il dit, • 90% de ce qu'il dit et fait en même temps, Des études faites par Philips confirment qu'une personne reçoit l'information à un pourcentage moyen de : • 75% par la vue, • 13% par l'oreille, • 6% par le toucher, • 3% par l'odorat. Ainsi, le multimédia interactif, qui regroupe un ensemble de moyens didactiques de nature différente, s'avère particulièrement adapté à ce genre d'exercice. De même, un logiciel éducatif exigeant de son utilisateur une participation active, permet d'éviter la monotonie manifestée par les apprenants dans une salle de classe. Il est communément admis que la projection de transparents ou de séquences vidéo diminue l'écriture sur le tableau et que l'utilisation de logiciels éducatifs permet de gagner jusqu'à 40% sur le total du temps nécessaire à l'assimilation d'un cours lorsque la formation est effectuée chez soi. De plus, elle donne un accès aux informations et aux outils essentiels pour le développement de la formation. Ainsi, de cette nouvelle optique qu'est le multimédia, une décentralisation des décisions est possible et une participation de ceux qui sont extérieur au système de formation pourra se faire. Mais on doit reconnaître en même temps l'existence de certains problèmes techniques pour éviter les difficiles manipulations individuelles, il convient de développer des moyens communs de productions, de stockage, d'échange et d'exploitation de documents audiovisuels. C'est ainsi que pour rendre plus performantes ces techniques, des chercheurs ont mis au point un procédé permettant d'avoir de nouveaux systèmes de régulation automatique des magnétoscopes capables de faire office de poste de montage pour le traitement de films vidéo pris au caméscopes et des interfaces numériques permettant le raccordement à un microordinateur. Ces techniques font du magnétoscope un auxiliaire multimédiatique : toutes les nouvelles fonctions du lecteur de bandes y compris les opérations de montage peuvent être commandées à partir de l'écran de l'ordinateur. Par ailleurs, l'adoption de normes relatives à la compression numérique des données images a rendu possible la création d'une quantité de nouveaux produits audiovisuels. En effet, on parle de plus en plus de visio-bases ou de visio-centres qui améliorent la qualité de l'information, enrichissent la matière à enseigner, et facilitent l'autoformation ; lorsque le

16

L'utilisation des NTIC dans la formation

système s'élargit vers des unités reparties géographiquement, on préfère recourir aux systèmes de vidéoconférences.

Ce système permet : • l'utilisation de compétences spécifiques rares, • l'intervention de conférenciers externes en milieu industriel, • la présentation de démonstrations techniques difficiles, • la réduction du déplacement, • le développement de la coopération internationale, Sur le plan pédagogique, la vidéoconférence implique plus de rigueur dans la communication, le choix mesuré de documents et de séquences pédagogiques, une préparation de cours plus élaborée et une meilleure capitalisation du savoir-faire pédagogique. 3.2 Avantage économique : L'un des arguments qui justifient la mise en place d'un système de formation à distance est la réduction des coûts unitaires par apprenant grâce aux économies d'échelle et ce quel que soit le modèle organisationnel proposé. 3.2.1 La composition du coût

Dans un système de formation traditionnel sur site, il y a un intervenant unique : le formateur qui doit à la fois préparer le cours puis l'exposer en classe, mais le nombre d'apprenants qu'il peut former est limité. Dans ce même système, le coût d'enseignement est variable en fonction du nombre alors que les coûts de production sont marginaux et quelquefois nuls. A l'inverse dans un système de formation à distance : les coûts fixes importants, et les coûts variables sont limités ; le rôle des intervenants doit s'articuler entre plusieurs fonctions. Les fonctions pédagogiques comme la conception du cours ou l'encadrement des apprenants. Les fonctions non pédagogiques qui touchent la production et la gestion logistique. Les coûts fixes sont constitués principalement des dépenses de la recherche, de la conception de programmes de la production du matériel didactique et de l'organisation administrative, alors que les coûts variables sont relatifs à l'encadrement et à la gestion logistique. La dissociation entre ces différentes fonctions favorise la connaissance des composantes, la mesure de la rentabilité et la maîtrise du financement des différentes opérations. Cette décomposition du coût permet de trouver le seuil de rentabilité c'est-à-dire; le coût à partir duquel un programme de formation à distance devient compétitif par rapport à un programme sur campus. Les figures suivantes : (figures n°2 et n°3) schématisent bien les écarts entre coûts variables en formation à distance (F.A.D.) et montrent la progression des coûts unitaires par étudiant en formation traditionnelle (F.T.).

17

L'utilisation des NTIC dans la formation

Coûts variables - coûts fixes Coût total Coûts variables - coûts fixes

Coûts fixes FAD Coûts fixes FT

Nombre d’inscrit Seuil critique du nombre d ’inscriptions à partir duquel la FAD devient l ’option la plus économique (seuil de rentabilité)

2.

Comparaison des coûts fixes et des coûts variables en FT et en FAD.

Coût unitaire par étudiant inscrit

Coût unitaire FT Coût unitaire FAD

Seuil de rentabilité

Nombre d’inscription

3.

Coûts unitaires par étudiant en FT et en FAD.

3.2.2

Parasitisme ou symbiose

Intégrée dans un système de formation traditionnel, la formation à distance est interprétée comme un fonctionnement : • parasitique : car elle profite des infrastructures communes sans avoir à contribuer à leur mise en place.

18

L'utilisation des NTIC dans la formation

• symbiotique : car elle s'intègre à l'environnement culturel d'une société et alimente les réseaux déjà en place. Cette utilisation des infrastructures collectives rend difficile l'évaluation des coûts réels de la formation à distance (F.A.D). Les coûts véritables devant être imputés à l'utilisation des services d'infrastructures déjà existants ne sont pas pris en compte. Les analyses des coûts limitent le spectre de leurs considérations aux seuls budgets des institutions concernées. Les institutions de la formation à distance restent donc dépendantes des infrastructures disponibles dans une collectivité. Mais, elles peuvent devenir des productrices de matériel éducatif utile à d'autres publics, d'où la symbiose entre les organismes de formation et universités par l'échange ou l'emprunt respectif des documents. La coproduction de matériel didactique entre institutions, contribue à réduire les coûts de conception et de production de chaque partenaire. 3.2.3 Les économies d'échelle :

Pour qu'une institution soit viable et réalise des économies d'échelles, des critères précis sont à respecter : • Nécessité de dotation de la collectivité de ressources et d'infrastructures de communication pour supporter le système, • Une qualité des apprentissages qui peut être toutefois faussée quand il y a recherche de rentabilité économique rapide, • Un travail d'équipe qui est souvent difficile à planifier, • Une communication entre concepteurs et agents intermédiaires Mais compte tenu de l'importance de l'effectif et même avec l'intégration du coût relativement élevé, des nouveaux réseaux, le prix serait en fin de compte très favorable. D'après des études récentes, l'économie d'échelle peut dans certains pays industrialisés être fixée à 50 %, tant en investissement qu'en fonctionnement. 3.2.4 Le mode de transfert asynchrone (A.T.M.)

La question qui se pose encore est comment résoudre le problème du financement c'est-àdire combien il faut payer en communications pour l'organisation d'une vidéoconférence. La transmission d'une heure de cours pourrait coûter des milliers de dollars, s'il s'agit de passer d'un pays à un autre. Mais tous les espoirs seront permis, avec l'arrivée de l'A.T.M, ce système qui va modeler notre vision du XXIéme siècle. En effet, l'A.T.M (en anglais Asynchronous Transfer Mode, mode de transfert asynchrone) est un système qui permet d'augmenter la capacité d'écoulement de trafic, en voix, données et images à des vitesses jusqu'ici inimaginables; il permet l'introduction de toute une gamme de nouveaux services multimédias, l'application à de larges bandes vidéo interactive et à la demande, télé achat, imagerie professionnelle, vidéo numérique commutée; en ATM, un film de deux heures en image analogique n'a besoin que de quelques secondes pour défiler. En télé-apprentissage, la commutation des données à grande vitesse permet d'accéder à des serveurs multimédias centralisés pour la consultation de documentation de cours, de progiciels de formation assistés par ordinateur et d’applications multimédias interactives. Les applications de visioconférences permettent aux utilisateurs de participer en direct aux différents séminaires, conférences et débats, à des tarifs complètement différents et très compétitifs.

19

L'utilisation des NTIC dans la formation

La conception de cours de télé-apprentissage qui devait tenir compte de l'absence d'interaction humaine due à la séparation physique des participants a bien dépassé cet handicap. Des recherches menées dans le domaine de la formation montrent que la technologie ATM permet la création de multiples voies de dialogue en direct entre les élèves, et que le processus d'élaboration des connaissances constituant l'apprentissage peut être considérablement amélioré par le dialogue. L'intégration d'outils d'enseignement interactifs dans un réseau ATM devrait permettre la réalisation de toutes les promesses, visioconférences, tableaux partagés, un cours de formation type, et de nouveaux avantages par l'intégration de différents outils d'apprentissage. Le schéma ci dessous (figure n°4) peut nous donner une idée sur la configuration du réseau ATM. Ainsi avec l'évolution des mécanismes de la réalité virtuelle et des techniques de simulation, les barrières les plus résistantes et les problèmes les plus complexes qu'affrontaient la recherche scientifique vont tomber les uns après les autres.

4.

Configuration de réseau ATM

4 Internet et la loi sur la protection des œuvres multimédias
La modélisation nous fait comparer Internet à une bibliothèque mondiale. Or, auparavant, une bibliothèque fournissait un accès libre à la documentation à des utilisateurs définis par une aire géographique. Actuellement sur le réseau les bibliothèques ne sont que de "simples points d'accès" à des ressources documentaires gérées et stockées directement par les producteurs. Le danger vient de l'oubli du caractère de liberté spécifique des bibliothèques et du renforcement de la mainmise des producteurs d'informations. 20

L'utilisation des NTIC dans la formation

Comme à l'accoutumée, les technologies évoluent et le juriste est amené à légiférer à posteriori. Le cadre légal oriente aussi la recherche sur l'équité et le respect des droits de chacun. Pour permettre un développement des industries culturelles et l'accès démocratique, il faudra définir l'aire d'influence d'une bibliothèque, les conditions de consultation et cela en fonction des divers types de documents et la prise en charge par la collectivité de l'accès à l'information au sein d'un ensemble défini. Le problème légal que pose Internet au niveau du rapport "contenu et démocratie", n'est pas nouveau, au moins pour nous français. En effet, il se pose à nous de façon similaire depuis la naissance de la télématique et du Minitel. La seule différence est une limite géographique : la France pour le Minitel, le monde pour Internet. La structure géographique basée sur des frontières ne peut plus satisfaire à la gestion des problèmes légaux, car les groupes qui se formeront seront mondiaux et d'intérêts culturels, économiques, politiques, sociaux divers. Pour la responsabilité, les règles diffèrent d'un pays à l'autre. En France pour le Minitel, c'est le fournisseur qui est responsable, alors qu'aux Etats-Unis, c'est le serveur. L'harmonisation s'impose, mais comment faire travailler les Etats dans ce sens. Quels arguments pour motiver un consensus général ? La particularité d'Internet est l'absence de filtrage. Les informations sur le réseau peuvent donc être fausses : un filtrage pourra s'avérer nécessaire, mais comment ne pas confondre filtrage et censure. L'utilisation des nouvelles technologies dans la formation nécessite une connaissance minimum des lois et règlements concernant la protection et l'utilisation des œuvres multimédias. Il est important de revenir sur quelques idées fausses concernant la protection du droit d'auteur qui est acquise sans formalité ni dépôt. Cependant, certaines œuvres sont soumises à la formalité du dépôt légal - formalité d'ordre administratif régie par la loi du 20 juin 1992 et le décret du 31 décembre 1993 Ce dépôt permet de collecter, conserver les documents aux fins de consultations ou de créations de bibliographies nationales. Cette formalité n'a aucune incidence sur la reconnaissance ou la jouissance des droits d'auteur, mais le non accomplissement de cette formalité est sanctionné. - L.111-1 CPI, L.111-2 CPI, Art.1 de la loi n° 92-546 du 20 juin 1992.

Le droit auteur :

Le droit d'auteur est un ensemble de prérogatives accordées à des créateurs sur les œuvres qu'ils créent. Il confère aux auteurs un monopole d'exploitation des créations". Le droit d'auteur ne porte que sur les formes. Les idées sont "libres de parcours", sans pour autant être exclues de la protection issue du droit d'auteur. C'est-à-dire que c'est la matérialisation de l'idée qui est protégée. Exemple : Travailler sur le thème de l'environnement ne peut être protégé, seuls sont protégés les documents, photos films, articles qui en parlent.

L'utilisation d'œuvre :

L'utilisation à des fins pédagogiques ne dispense pas du respect des règles du droit d'auteur ou des droits voisins. "Toute utilisation non autorisée constitue une contrefaçon, sanctionnée pénalement et civilement". Le montant de la rémunération due, dépend de l'utilisation faite du document. Dans de nombreux Etats étrangers, l'utilisation des créations à des fins pédagogiques est libre. 4.1

Utilisation des créations. Une œuvre écrite :

21

L'utilisation des NTIC dans la formation

La reproduction par photocopie doit être autorisée par l'auteur de l'ouvrage. La finalité pédagogique de l'utilisation ne dispense pas l'utilisateur de la recherche de l'autorisation.

Cependant, la reproduction d'un court extrait d'une œuvre est licite si :
• • •

elle ne porte pas sur une œuvre d'art ou musicale, pour lesquelles une autorisation est toujours nécessaire. elle porte l'indication du nom de l'auteur et de la source. elle est justifiée par le caractère pédagogique de l'œuvre seconde dans laquelle elle s'incorpore.

L'autorisation est à demander auprès de CFCS ou de la SEM. Source : L122-10 CPI •

Un film :

La diffusion d'un film est une représentation soumise à l'autorisation du titulaire des droits de l'œuvre. Les représentations effectuées dans le cercle de famille ne sont pas soumises à autorisation. La projection à un groupe même très restreint d'étudiants n'est pas assimilable à un cercle de famille. Une autorisation sera donc, demandée auprès du producteur du film. La diffusion d'une cassette vidéo louée auprès d'un organisme de location ou sa copie est une infraction. Cependant, les cassettes louées à des organismes, tels que le CNDP, sont utilisables pour les besoins des apprenants dans les limites du contrat de location souscrit.

Les programmes de télévision :

L'enregistrement d'un programme télévisé sur cassette vidéo nécessite l'autorisation de la chaîne télévision, mais la projection de l'enregistrement aux apprenants est libre si l'accès à la salle de projection est gratuit. Un programme de télévision regardé en direct par une classe d'étudiants ne nécessite aucun droit à acquitter. La retransmission en direct d'un programme diffusé sur un réseau câblé oblige à obtenir une autorisation auprès de la chaîne de télévision. Ceci est assimilé à un acte de représentation.

Une œuvre d'origine étrangère :

Les règles applicables en France diffèrent de celles en vigueur dans d'autres pays. Des conventions ont été signées - Conventions de Berne de 1886 et/ou de Genève de 1952 - et sur les droits voisins - Conventions de Rome de 1961 et/ou 1971 Il est recommandé de contacter le créateur ou les cessionnaires des droits pour obtenir les autorisations nécessaires. Toutes les règles applicables dans des hypothèses d'utilisation des créations françaises doivent être respectées pour les œuvres étrangères.

Une photographie :

La photographie est à la fois une création susceptible de donner prise au droit d'auteur et un support d'information. En conséquence il est nécessaire d'obtenir :

l'autorisation de reproduire et/ou représenter la photographie elle-même.

22

L'utilisation des NTIC dans la formation

• •

et éventuellement, selon la nature du sujet fixé, l'autorisation du communiquer l'information contenue dans la photographie. Une musique :

- L 212-3 CPI, L 214-1 CPI L'établissement veut diffuser une musique à la radio. Ceci est un acte de représentation soumis à autorisation préalable des compositeurs et musiciens qui ont participé à l'interprétation de la composition. La diffusion d'un disque (phonogramme du commerce) n'est pas soumise à l'autorisation des titulaires des droits voisins, mais implique le versement d'une "rémunération équitable" auprès de la SPRE.

Capture d'un fichier sur Internet et diffusion :

Sur Internet certains documents apparaissent avec la mention "libre de droits". Cette mention n'a pas de sens juridique précis. Les documents sont libres de droits pour la diffusion sur Internet, mais l'utilisateur doit s'informer de l'ampleur des droits que l'auteur a cédé : diffusion, commercialisation, etc. Lorsque le formateur capture un fichier sur Internet il peut :
• •

soit mémoriser le fichier dans l'ordinateur ou sur disquette, soit directement imprimer le fichier sur papier. Chacun de ces deux actes constitue une reproduction. Si par la suite ces copies informatiques sont distribuées ou diffusées sur un écran d'ordinateurs devant des stagiaires, il s'agit là d'une représentation.

L'accord du créateur est nécessaire si toute la base est reproduite, mais il est possible de puiser quelques données dans la base sans autorisation sauf, si elles sont protégées par un droit sur la propriété intellectuelle. La directive européenne du 11 mars 1996 modifie le droit français en reconnaissant au créateur de la base de données le droit d'autoriser ou d'interdire l'utilisation de son contenu. Pour un film ou un livre diffusé sur Internet, seul le possesseur a des droits.

Reproduction du cours oral d'un formateur par écrit :

- L 122-3 CPI, L122-4 CPI, L122-5 CPI "Les conférences ou allocutions sont des œuvres orales bénéficiant de la protection offerte par le droit d'auteur".

Diffusion d'une conférence sur le réseau :

- L 122-2 CPI, L 132-20 CPI La diffusion via un réseau de télécommunication s'analyse juridiquement à un acte de représentation. Elle devra, à ce titre, être soumise à l'autorisation de l'auteur. Si la conférence est destinée à un nombre indéterminé d'individus susceptibles de prendre connaissance de l'œuvre grâce à un récepteur dans un "lieu accessible au public", une autorisation de télédiffusion et une autre de communication au public sont nécessaires. Si la conférence est destinée à des particuliers restés à leur domicile (lieu privé) et qui disposent du matériel adéquat, seule l'autorisation de télédiffusion est nécessaire. Si la diffusion a nécessité auparavant un enregistrement (reproduction) il est nécessaire d'obtenir en plus l'autorisation de reproduction.

5 Les nouvelles technologies et la psychopédagogie
La tendance naturelle à connaître, on peut la déceler chez le bambin. Bien avant qu'il n'entre à l'école, l'enfant a déjà accumulé un vaste savoir: il sait s'exprimer dans la langue de

23

L'utilisation des NTIC dans la formation

ses parents et parfois, si le milieu s'y prête, il possède les rudiments d'une seconde langue; il a acquis suffisamment de géométrie intuitive pour se déplacer; il faut parfois le voir embobiner ses parents avec une logique désarmante. Comment expliquer que l'enfant ait tant de facilité à acquérir sa langue parlée, alors qu'il prend un temps si long sur les bancs de l'école à apprendre à l'écrire, quand il y parvient. Une sérieuse question se pose ici sur l'efficacité des apprentissages scolaires et sur les méthodes utilisées dans nos salles de classe. 5.1 L'environnement éducatif Depuis qu'on a tendance à faire entrer l'intervenant dans l'environnement éducatif de l'enfant, la plupart des théoriciens croient que le genre de professeur souverain régnant sur sa salle de cours, que nous avons connu, perdra de son autorité scientifique et de son crédit au profit d'un environnement riche d'informations et de données dans lesquels l'enfant et l'étudiant pourront puiser à volonté. Le rôle de l'intervenant serait donc appelé à se transformer. 5.2 Difficultés de communiquer Depuis toujours, le monde de l'éducation a prétendu implicitement que le langage est le moyen par excellence de transmettre un savoir, c'est-à-dire de passer des idées et des connaissances d'une personne à une autre. Dans l'usage courant, l'enseignement est conçu comme une action qu'une personne mieux équipée exerce sur une autre personne moins bien équipée; ou comme un bien qu'une personne donne à une autre. Cette transmission du savoir qui utilise le langage fait de phrases constituées de mots n'est-elle pas illusoire ? Peut-être l'illusion est-elle née de ce que l'on observe que le langage fonctionne assez bien dans la vie courante. Néanmoins, dans une salle de cours, beaucoup de professeurs en ont fait l'expérience: le savoir est difficilement transmissible par la parole. Les professionnels de l'enseignement font habituellement reposer leur action sur une supposition non valide, à savoir que les mots et les phrases que le professeur associe à ses expériences personnelles évoquent le même sens dans la tête des étudiants qui les reçoivent. Or, les expériences personnelles de l'élève ne sont pas les mêmes que celles du professeur. Ils peuvent se retrouver ensemble dans une même salle de cours mais leur cheminement antérieur n'en a pas moins été fort différent. 5.3 5.3.1 Les données de la psychologie Les nouvelles technologies en éducation

Chacun sait que muni d'une souris, d'un modem et d'un ordinateur, on peut faire le tour de la planète, fréquenter les bibliothèques, les musées, les grands journaux, etc., non entravé par l'espace, le temps ou des frais d'appels interurbains. A cela s'ajoutent tous les documents multimédias, qu'on a produit à un rythme effréné. Ils deviennent à leur tour des ressources dans l'environnement éducatif. On a aujourd'hui accès à toute l'information qu'une personne peut désirer obtenir : de la pornographie aux grandes encyclopédies, des jeux pour enfants aux diverses branches du savoir; tout est là dans le réseau Internet et sur cédéroms. A l'ère des satellites, nous sommes au beau milieu d'une transformation en profondeur des moyens de communication qui affectent nos vies et provoquent une révolution culturelle semblable à celle qu'a pu déclencher Gutenberg. C'est peut-être dans le domaine de l'éducation et de la formation que les nouvelles technologies de l'information et des communications (NTIC) donnent déjà beaucoup d'intérêts. Beaucoup de facultés de nos universités et d'autres organismes formatifs produisent avec succès des documents de tout genre pour les divers niveaux de l'enseignement ainsi que pour la formation professionnelle et continue. Il est à souhaiter que ces travaux par leur qualité et leur sérieux contrebalancent la production totale

24

L'utilisation des NTIC dans la formation

des médias, ce produit manufacturé pour les masses populaires, qui modifie notre environnement symbolique et devient ainsi la base de la conscience de la communauté. 5.3.2 Pour une production de qualité

Avant la mise en œuvre d'un document multimédia de nature à perfectionner l'environnement d'apprentissage d'un groupe d'apprenants, de sérieuses interrogations s'imposent. A cet égard, pour l'éducateur de tous les niveaux d'enseignement ou de formation, le recours à la technologie doit passer par une réflexion quant au type de service qu'il pourra attendre de cette technologie dans la pratique de l'enseignement. Il s'agit là d'une démarche qui nous paraît de loin la plus adéquate dans le contexte actuel où la pédagogie est poussée en avant, pour ne pas dire bousculée, par le développement des technologies. Compte tenu de la séduction qu'exerce la panoplie des moyens de communication et de la pression des représentants de maisons de commerce, c'est du professeur ou du formateur que doivent venir les décisions de base, à savoir ce qu'on désire enseigner, de quelle manière et à quel type d'apprenants dans le but de réaliser quels objectifs. Ce n'est pas la technologie qui doit changer l'environnement pédagogique dans la salle de cours, ce sont les professeurs et formateur qui sauront utiliser la technologie à bon escient. Il n'appartient pas à l'enseignement de s'ajuster à la technologie, mais à celle-ci de répondre aux besoins de l'enseignant et des apprenants. Comprises dans cet esprit, les technologies nouvelles de l'information et de la communication peuvent ajouter une valeur pédagogique indiscutable à l'enseignement. En outre, les documents construits selon les principes d'un environnement d'apprentissage multimédia auront la possibilité d'améliorer la concentration et l'attention chez l'étudiant et probablement d'éliminer certains travaux ennuyeux, et par là, de mieux alimenter l'environnement pédagogique. Il est à prévoir, dans un avenir plus ou moins lointain, qu'avec le développement des moyens de communication et la production de nombreux cours dans toutes les disciplines d'enseignement, pourront avoir accès aux formations les régions rurales éloignées des grands centres, de telle sorte que le savoir soit accessible à des populations souvent considérées comme défavorisées, et cela, à des coûts beaucoup inférieurs à ceux de l'enseignement ou de la formation traditionnels. Avec le temps, cette production pourrait devenir l'embryon d'organisme de formation virtuel susceptible d'accorder des diplômes, à condition d'ouvrir par la même occasion les documents des bibliothèques pertinents aux champs d'étude et de les rendre accessibles dans le réseau Internet. Dans plusieurs cas, il est possible de consulter des documents ainsi que des encyclopédies. L'avenir semble prometteur à ce sujet.

6 Apprendre en ligne pour les entreprises
La formation via Internet ou intranet commence juste à intéresser les entreprises françaises. Ces outils, rassemblés sous le nom d’e-learning, attirent par leur souplesse d’utilisation, mais leur succès dépend d’une gestion en amont et de l’intervention de formateurs. La formation en ligne, ou e-learning, est en train de percer en France mais est encore à l’état embryonnaire. D’après une étude récente d’Arthur Andersen, 9% des entreprises utilisent depuis moins d’un an Internet pour former leurs collaborateurs, 11% un intranet, et 88% reconnaissent la souplesse d’utilisation de ces nouveaux modes d’apprentissage. L’intérêt de ces outils ? Le gain de temps, les économies réalisées sur les frais de transport et d’hébergement des collaborateurs en stage à l’extérieur, et, surtout, la souplesse d’utilisation.

25

L'utilisation des NTIC dans la formation

Malgré ces critères, le retard de la majorité des entreprises s’explique en partie par la structure du budget de formation. Entre 25 et 50% de l’investissement concerne des formations métier, correspondant à des besoins spécifiques à l’entreprise. Or, les responsables de formations s’imaginent que l’enseignement en ligne n’est fait que pour acquérir des compétences générales. Internet est en effet généralement dévolu à l’informatique, à l’apprentissage des langues, aux études de cas ou à la conduite de projet. Si le manque d’information (tant sur les possibilités que sur les outils existants) semble être l’obstacle principal, les entreprises reconnaissent certains avantages à la formation en ligne.

Le manque d'information, frein principal à la formation en ligne
(pourcentage des entreprises interrogée)

8

5 23

5 24

14 32

10 30

11 26

55

72 37

70 54

60

63

Equipements informatiques

Manque d'information

Culture d'entreprise

Formations trop spécifiques

Coût

Maîtrise des NTIC par les salariés

Important

Peu important

sans avis

5.

Le manque d'information en entreprise

Avec des cours généralement découpés en modules, l’apprenant n’étudie que ce qu’il ne maîtrise pas. Beaucoup de logiciels prévoient même une préévaluation. Celle-ci génère alors automatiquement un parcours de formation personnalisé. Bureautique, informatique, pour préparer les certifications notamment, et langues sont les domaines privilégiés de cet apprentissage électronique. Mais les technologies ne font pas tout, et les formateurs demeurent indispensables. Sur ordinateur, les utilisateurs n’ont par exemple, plus de repères spatiaux d’où le besoins d’en créer d’autres. Il faut savoir scénariser les parcours, fixer des plannings, guider les apprenants. Dans ces conditions, le tuteur à distance se révèle incontournable pour compenser le relatif manque d’interactivité des supports en ligne. Mais pour que cela fonctionne vraiment, il faut se fixer des rendez vous. Pour certains spécialistes, la bonne pratique réside encore dans un panachage de formation en ligne et de cours en salle. Une formule qui cumule autoformation et interactivité, et autorise la présence d’élèves aux niveaux de compétence hétérogènes. 6.1 Les quatre manières d'apprendre en ligne pour les entreprises

26

L'utilisation des NTIC dans la formation

Outil Intranet de formation Logiciel sur Internet Université d’entreprise

Intérêt Conditions de réussite Contenu créé pour l’entreprise, facilité d’accès et Implication des dirigeants, évacuation des formation mieux encadrée possibilités de contrôle par d’autres que les formateurs Individualisation des parcours par une Garder un minimum de tutorat et compléter par préévaluation, autonomie de l’apprenant des formations spécifiques à l’entreprise Plate-forme et contenus étendus à l’échelle de tout Les contenus, souvent développés au siège, un groupe. Initie des contacts et des réseaux de doivent prendre en compte les spécialités des connaissances. Valable surtout pour les grands filiales, notamment culturelles si elles sont à groupes internationaux l’étranger Apprenants de tout niveau, suivis en même temps Respect des échéances et implication du tuteur, par un tuteur intervenant à échéances fixes dont la capacité de suivi est limitée (conseils, correction d’exercices, etc.) 6. Quatre manières d’apprendre en ligne

Classe virtuelle

Il existe également des professionnels comme Iprogress, un fournisseur de solutions de formations qui propose des outils sur le net. Ces outils seront accessibles via les intranets de formation des entreprises ou, pour les TPE et les PME, sur des portails Internet de formation d’affiliés. Iprogress propose cent vingt modules d’environ une heure, centrés sur la bureautique. Une centaine devrait s’ajouter dans le courant de l’année 2000. Ils consistent en des fichiers multimédias pour faire de la simulation de logiciel. Le dispositif prévoit un tutorat synchrone, avec partage d’application en intégrant son et image. Cinq cent tuteurs, internes ou indépendants, sont susceptibles d’intervenir sur cette plate-forme.

7 Formations en ligne
Le développement des nouvelles technologies en formation est un thème à la mode et on promet un bel avenir aux formations sur Internet et intranet. Mais, force est de constater que ces nouvelles approches sont encore très marginales et pour l'essentiel circonscrites aux formations informatiques. Bouleversant en profondeur les conceptions classiques de la formation et le rôle du formateur, les formations en ligne rencontrent encore des résistances. Les éditeurs anglo-saxons ont néanmoins compris qu'il y avait un marché potentiel. Les concepteurs et distributeurs d'environnement pédagogiques intégrant réseaux et multimédia, les éditeurs de solutions de formations en ligne, sont de plus en plus nombreux à investir le marché français de la formation continue. L'avènement d'Internet a accéléré ce mouvement avec l'arrivée d'une nouvelle génération d'outils de formation plus faciles d'accès que les cédéroms. La France est toutefois encore loin des pays anglo-saxons en la matière. Aux Etats-Unis, selon Investor's daily business, la formation multimédia représentait 16% des actions de formation fin 1998, et cette proportion devrait passer à 35%, dont 15% par le biais d'Internet. On estime par ailleurs à 60 milliards de dollars la dépense des entreprises américaines pour former leurs salariés en 1999, et la part des formations utilisant les nouvelles technologies progresse de 40% par an. En Europe, le marché du multimédia de formation était estimé à 243 millions de dollars en 1997 (hors prestations des formateurs) avec une croissance attendue, à l'horizon 2002, de 800% pour atteindre 2,2 milliards de dollars (source Datamonitor). Rien d'étonnant donc à ce que la plupart des produits actuellement sur le marché français viennent d'outre-Atlantique et soient adaptés à la culture française grâce au partenariat avec des distributeurs locaux. 7.1 Des domaines de formation limités La France accuse en effet un retard certain en la matière. Les études régionales de l'Ovarep font ainsi apparaître que seuls environ 10% des organismes de formation français ont intégré les nouvelles technologies dans leurs formations. Même chose pour l'usage d'Internet et d'Intranet : fin 1999, on estimait que sur 17000 formations accessibles en ligne, seules 200

27

L'utilisation des NTIC dans la formation

d'entre elles étaient francophones. De plus, l'informatique, la bureautique et les langues restent des domaines de prédilection de ces formations en ligne. 7.2 Souplesse et gain de temps Mais le principal atout des formations en ligne réside dans l'interactivité et l'individualisation de la formation. Les utilisateurs d'outils informatiques disposent en effet souvent de logiciels permettant de réaliser des tâches variées. Il devient indispensable de sélectionner avec précision les aspects de ces logiciels sur lesquels la formation est nécessaire en fonction des métiers et des objectifs des utilisateurs. Leur degré de maîtrise et d'autonomie doit être pris en compte dans la réponse que doit apporter la formation. Quant à la formation elle-même, elle doit être modulaire et permettre une forte interactivité entre l'apprenant et le logiciel car c'est par la pratique que s'acquiert véritablement les savoir-faire. Chaque module est précédé d'une phase de diagnostique destinée à évaluer les acquis et d'une évaluation en aval pour contrôler les compétences acquises. Les grandes entreprises qui recourent à ce type de formation apprécient avant tout la souplesse et le gain de temps qu'elle permet de réaliser. "Les apprenants passent en moyenne trois fois moins de temps en formation qu'avec une formation classique. Pour les chefs de service, c'est un gros avantage", reconnaît-on chez Dassault aviation. Même tonalité chez l'Oréal : "sans rien changer à la procédure de demande de formation, nous touchons plus de personnes avec une plus grande fluidité. Nous constatons des gains de temps, de coût et d'efficacité." Par rapport aux cédéroms d'autoformation qui offraient déjà interactivité, convivialité et autonomie aux apprenants, les formations proposées aujourd'hui via Internet ou intranet offrent un atout supplémentaire : elles sont accessibles à toute heure depuis le poste de travail de son choix. Internet supprime tout l'aspect logistique et permet un accès de plus en plus sélectif de la formation en fonction des besoins de chacun. 7.3 Un manque de stratégie Reste que, sur le plan pédagogique, la plus-value des nouvelles technologies en général et d'Internet en particulier, n'est pas toujours évidente. Il y a un engouement certain pour ces outils et les politiques tarifaires des constructeurs sont très incitatives mais souvent, les dirigeants d'organismes de formation s'inscrivent dans une logique d'achat d'équipement sans avoir de réelle stratégie de développement de l'offre. L'enjeu n'est pas tant, en soi, le développement des nouvelles technologies que le développement de l'accès à la formation. Il s'agit avant tout de mieux diffuser la formation sur l'ensemble du territoire, en particulier pour les populations qui en ont le plus besoin : les publics ruraux souvent éloignés des centres de formation et les salariés de PME. Dans ce domaine, tout ou presque reste à faire : les expérimentations sont nombreuses mais aucun dispositif d'ampleur nationale. Les entreprises qui ont développé des formations en ligne sont majoritairement issues des secteurs fortement informatisés, tels que la banque et l'assurance. Les produits jusqu'alors circonscrits au périmètre des formations informatiques ont longtemps contribué à limiter le développement d'un marché plus large. Une limitation historique liée au fait que les éditeurs américains ont d'abord investie sur des produits susceptibles d'être amortis. Certains éditeurs commencent toutefois à élargir leur offre. Click2learn.com s'est ainsi positionné sur le marché de la formation en ligne auprès des petites entreprises et des professions libérales dans le domaine de la gestion de l'entreprise. Grâce à Internet qui élimine les obstacles économiques et logistiques habituels aux formations professionnelles, click2learn offre la possibilité à des travailleurs indépendants et à des PME d'accéder à des formations en ligne clef en main, directement sur leur site Internet. Depuis fin 1999, cet organisme de formation à distance tutorée sur Internet propose en effet, aux entreprises et aux particuliers, des formations dans

28

L'utilisation des NTIC dans la formation

des domaines variés : langues, bureautique, management, finances, gestion, communication, marketing, commercial, etc. 7.4 Une évolution inéluctable Reste que certains freins au développement de ces nouveaux outils demeurent. Ils sont principalement culturels et de moins en moins économiques ou techniques. Certains formateurs résistent encore à l’introduction de ces outils qu’ils perçoivent comme un danger plus que comme un allié. Or, actuellement tout le monde est concerné par Internet et va devoir l’utiliser. Ce qui n’était pas vrai du multimédia que certains formateurs ont pu continuer d’ignorer. Le caractère inéluctable de l’évolution vers les technologies de l’information et de la communication n’est toutefois pas encore perçu par tous les organismes de formation. Du côté des pouvoirs publics, on observe même avec une certaine inquiétude le retard pris par la France en la matière, considérant que les prestataires qui ne sauront pas s’adapter à temps seront voués à la disparition. Les réflexions en cours au sein du secrétariat d’état à la formation professionnelle portent d’ailleurs notamment sur le développement des technologies de l'information et de la communication et sur la levée de freins réglementaires qui brident aujourd’hui quelque peu leur développement. Les règles d’imputabilité sur l’obligation légale excluent de fait certaines actions de formation à distance et d’autoformation utilisant les technologies de l’information et de la communication. Des initiatives sont également prises par les partenaires sociaux dans certains secteurs pour favoriser la prise en charge financière de ces formations par les organismes collecteurs. Pas question pour autant, pour les pouvoirs publics, de prôner ces technologies comme une fin en soi. Le programme Fore (Formation Ouvertes et Ressources Educatives) mis en œuvre par la Dgefp et piloté au niveau régional par les directions régionales du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle, vise ainsi à la structuration de l’offre et prévoit un appui spécifique à la création de plates-formes régionales d’acteurs afin de définir une stratégie et de mutualiser les moyens. C’est l’assouplissement de l’offre qui facilite l’introduction de ces technologies et non l’inverse. Là où il y a individualisation de la formation, action de proximité, partenariat pour définir les besoins de l’apprenant, le terreau est favorable et les technologies de l’information et de la communication permettent d’aller plus vite, plus loin. Or aujourd’hui, l’erreur majeure consiste, dans les organismes de formation comme dans les entreprises, à se lancer vers ces technologies sans remettre en cause l’organisation du travail.

8 NTIC et médecine
8.1 L’informatique, agent d’évolution en éducation médicale Les progrès accélérés de la médecine et de la biologie posent déjà de graves problèmes au niveau de la formation des biologistes et des médecins; l’éducation médicale devient, partout dans le monde, une véritable discipline qui tente d’analyser et de résoudre ces problèmes. L’informatique semble à première vue devoir les aggraver encore, puisqu’il s’agit d’une discipline, nouvelle et difficile, à ajouter à un curriculum déjà surchargé. Pourtant il semble qu’elle apporte également, au moins potentiellement, des solutions. 8.2 Les méthodes d’enseignement médical automatisé

L’enseignement assisté par ordinateur (EAO) et l’expérimentation assistée par ordinateur (EXAO) ont donné lieu à plusieurs réalisations concrètes; leur aspect positif toutefois se situe peut-être plus au niveau de la formation des enseignants qu’à celui de la rentabilité directe pour l’enseignement courant. Les méthodes de simulation de malades à des fins pédagogiques offrent des perspectives beaucoup plus riches en permettant d’entraîner les étudiants à utiliser des connaissances préalables pour mieux les préparer à la pratique clinique. Les mêmes 29

L'utilisation des NTIC dans la formation

systèmes informatiques qui aident les médecins à suivre leurs malades hospitalisés offrent aux étudiants et aux internes la possibilité de s’exercer sur des "malades artificiels" par l’intermédiaire de terminaux conversationnels. Certaines réalisations existent, l’étudiant peut "examiner son malade" en posant des questions en langage libre, en demandant des examens de laboratoire. Le système répond aux questions et fournit les résultats des analyses. Lorsqu’il se sent suffisamment informé, l’étudiant peut proposer un diagnostic qui est discuté par le système. Les systèmes informatiques documentaires dans les centres hospitaliers et universitaires sont conçus pour être exploités selon plusieurs modes: un mode purement documentaire qui assure l’acquisition des informations, leur mise à jour et leur sélection; un mode éducatif original, où une interaction conversationnelle entre le système et l’utilisateur permet à ce dernier de préciser progressivement sa question et de demander au système la définition et des exemples d’utilisation de termes techniques; mais aussi un mode d’aide au diagnostic . Cet apprentissage a ainsi l’avantage d’être très lié à la pratique clinique et à la recherche. Il est aussi très économique puisque les systèmes sont déjà “rentabilisés” par les applications purement documentaires, l’utilisation pédagogique jouant le rôle d’une sorte de sous-produit vis-à-vis des investissements nécessaires.

9 La formation dans les agences d’intérim
Depuis juillet 1998, les intérimaires de Manpower pouvaient se perfectionner en informatique à l’aide des CD-ROM du programme Techtrack dans ses agences. Actuellement, l’entreprise de travail temporaire restreint l’accès aux formations dans ses agences car les conseillers ne sont pas des formateurs. Les mêmes cours sont maintenant disponibles sur la plate-forme Global Learning Center, accessible sur le site web du spécialiste du travail temporaire. Les cours, pour informaticiens ou utilisateurs, sont découpés en unités, sur lesquelles le stagiaire peu revenir jusqu’à ce qu’il réponde correctement. En cas de connexions successives à un même cours, un système de signet permet de revenir exactement à l’endroit où le parcours s’est arrêté. Un tableau de bord indique en outre le niveau d’avancement les taux de réussite aux modules, les dates de connexion, etc. Manpower fait intervenir une quinzaine de tuteurs dans l’utilisation de forums, parfois spécialisés par matière, et de chat (discussion électronique en temps réel). La société de travail temporaire Kelly Services propose également depuis quelques semaines dans toutes ses agences, un logiciel de formation multimédia pour les candidats aux centres d’appels. Tous sont conçus en différents modules, incluant des exercices, des évaluations, des études de cas.

10 Autofod
En se lançant en mars 1997 dans le projet Autofod (apprendre à utiliser les technologies et à organiser la formation ouverte et à distance), le groupe des cinq, Afpa, Cesi, Edf, Cegos et réseau des App (Atelier pédagogique personnalisé), et le Clp (Centre de liaison préformation) faisait figure de pionnier et n’imaginait peut-être pas le formidable développement que connaîtrait Internet. 5000 entreprises connectées cette année-là, plus de 50000 aujourd’hui. Internet est entré à grands pas dans notre vie. L’objectif Autofod était de le faire entrer dans l’univers des formateurs et des ingénieurs de formation. Ce dispositif de formation, cofinancé par le Fse au titre du programme communautaire Adapt et qui a reçu le soutien de la Dgefp, vise à lutter contre l’illettrisme technologique des formateurs. Chacun des partenaires voulait donner une réelle impulsion au développement des nouvelles technologies éducatives au sein de son institution, conscients qu’il fallait mettre en 30

L'utilisation des NTIC dans la formation

place de nouvelles modalités technologiques car demain, on formerait autrement. On a voulu former un nombre conséquent de personnes pour que le mouvement ait quelque chose d’irréversible. Au-delà de ce premier objectif, il s’agissait de privilégier le travail coopératif : de créer un réseau de communication et de mise à disposition de ressources de formation à destination des formateurs, de participer à la réflexion européenne sur le sujet, mais surtout de favoriser les échanges entre formateurs pour confronter les pratiques professionnelles sur le terrain et croiser des cultures d’entreprises très différentes. 10.1 Une sensibilisation réussie Le dispositif se décompose en deux temps. Le module 1 vise à sensibiliser les formateurs aux usages des technologies de l’information et de la communication dans leur pratique professionnelle et le cycle 2 à développer et expérimenter une formation action à l’ingénierie de dispositifs de formation ouverte et à distance (FAOD). Le serveur Autofod, un extranet, met en ligne, à la disposition des apprenants, des ressources nombreuses et variées : support de formation, bibliographies, actualité de la FAOD et offre des possibilités de forums, messageries, transfert de fichiers, des chats. Autofod a été recensé, par le Cedefop, parmi les projets de formation les plus innovants en Europe. En décembre 1999, une étude de l’impact d’Autofod sur les pratiques professionnelles des formateurs a été réalisée auprès des participants au premier module. La découverte d’Internet et du serveur d’Autofod a été ressentie de façon très positive et a permis de démystifier les technologies de l’information et de la communication, d’en percevoir l’intérêt et donner l’envie d’en savoir plus. Pour beaucoup, ce fut l’occasion de découvrir la visioconférence et d’utiliser la messagerie électronique (60%), de travailler sur le logiciel Powerpoint et avec un vidéoprojecteur (20%). Une sensibilisation réussie. De plus, les formateurs ont une nouvelle vision de leur métier et se sont sentis valorisés par Autofod. Leurs pratiques ont évolué. 70% des formateurs utilisent désormais le web pour rechercher de l’information et la messagerie pour communiquer. Pour l’instant, 25% ont intégré cédérom, Internet et Powerpoint dans leurs animations. 10.2 Passer à la conception Par contre, si les échanges pendant la formation ont été très appréciés, la formation finie, ils ne se sont guère poursuivis entre institutions (moins de 10%), ni même à l’intérieur des organismes concernés. La faute à l’organisation, aux différences de cultures, aux problématiques variées ou le manque d’équipements ont été invoqués. D’autre part, reconnaissent les membres du groupe de travail qui a effectué l’étude, on passe difficilement de la phase d’appropriation à celle de la conception, si celle-ci n’est pas portée par l’institution et que le formateur n’est pas accompagné. De fait, les formateurs ont des idées (41%) mais peu (29%) se sont encore impliqués ou sont prêts à participer à un projet en lien avec les technologies de l’information et de la communication ou un projet de FOAD. Il faudra attendre les résultats du cycle 2 pour voir si le pari de développer d’autres modes de travail au sein des organismes et des partenariats externes est gagné. Peut-être faudra t-il, après avoir enclenché une dynamique vis-à-vis des formateurs, s’intéresser aussi aux responsables de formation. Ils sont également demandeurs.

11 Les enjeux pour les formateurs et les formés
Une grande majorité de formateurs sont tous impliqués dans la mise en place de projets novateurs, ce qui signifie qu ‘ils sont à la fois concepteurs et praticiens. Dans le cadre d’une formation en ligne, leur métier s’enrichit, car il évolue à la fois vers plus de conception et vers 31

L'utilisation des NTIC dans la formation

plus d’animation, selon les caractéristiques des programmes étudiés, qui ont chacun leurs spécificités. L’acquisition de nouvelles pratiques s’accompagne donc d’un élargissement de leur gamme de compétences. Même s’il continue d’enseigner une matière qu’il maîtrise déjà bien, le formateur doit accomplir un effort pour repenser son rôle et sa méthode lorsqu’il se lance dans une formation en ligne. Qu’il soit dans la phase de préparation de son cours ou déjà engagé dans la phase d’animation, le formateur doit faire preuve, pour des raisons distinctes suivant la phase, d’une vigilance et d’un sens de l’anticipation accrus. 11.1 Changements de pratiques pour le concepteur d’un programme en ligne L’ensemble des matériaux de la formation doit être transposé sur un support informatique de façon préalable au déclenchement d’une session de formation. Le formateur-concepteur doit veiller à ce que le contenu in extenso soit mis à la disposition du public de la formation. Il ne doit omettre aucun élément. Sachant qu’il ne pourra pas ajuster son discours comme il le ferait lors d’une formation présentielle, le formateur s’attache à anticiper les questionnements des apprenants pour étoffer le contenu du cours et tendre vers l’exhaustivité. Pour limiter les contresens ou les incompréhensions liés à la distance, le formateur chevronné se base sur son expérience. Il faut s’imaginer à la place de l’apprenant et prévoir les éventuels écueils. Outre l’absence de contact direct avec le formé, la raison d’un plus gros effort de formalisation provient des spécificités du support informatique. Le cheminement de l’apprenant n’est pas linéaire, puisque l’informatique donne la possibilité d’introduire des liens hypertextes pour diriger l’apprenant vers des notions complémentaires. C’est un moyen beaucoup plus dynamique de faire des rappels plutôt que d’utiliser des notes de renvoi sur un support papier. Pour tirer profit de cet outil, le concepteur de l’ingénierie pédagogique du projet morcelle davantage le cours qu’il ne le ferait pour une formation traditionnelle. Il est possible de visualiser confortablement, sur un écran d’ordinateur, l’équivalent d’une page A4 environ, voire moins. De plus, le transport des données sur un réseau nécessite des documents peu volumineux, si l’on souhaite que le téléchargement soit suffisamment rapide. Le travail de conceptualisation est également impératif pour le développement du produit. En effet, celui-ci est élaboré conjointement avec des informaticiens qui assurent la partie purement technique. Pour que les objectifs pédagogiques soient respectés, il est nécessaire de faire un effort de schématisation afin que les informaticiens modélisent facilement les éléments contenus dans le cahier des charges. 11.2 Changements de pratiques pour l’animateur d’un programme en ligne Si le travail de conception a été effectué correctement, les apprenants disposent donc d’une information très complète sur les contenus à acquérir, les étapes du parcours de la formation et les objectifs pédagogiques. Par conséquent, l’informatique est le dépositaire du savoir brut et la mission du formateur semble s’orienter vers l’animation de la progression de l’apprenant. Dans ce contexte, le formateur a pour objectif de faire comprendre aux apprenants qu’ils doivent changer leur culture d’apprentissage. Il est primordial que le formé s’approprie les outils et les contenus qui sont mis à sa disposition. Le formateur sert avant tout à entretenir la motivation des apprenants, à les encourager à communiquer et, souvent, à leur rappeler que leur rôle, par rapport au processus d’apprentissage, est actif et non pas uniquement réceptif. Cet objectif est facilité par la situation pédagogique propre aux formations sur réseau, mais dépend avant tout d’une conception particulière de l’enseignement en milieu professionnel. En effet, la plupart des formateurs insistent sur l’importance de l’investissement du formé pour la réussite du transfert de compétences. 11.3 Une translation de la convivialité La convivialité et la chaleur humaine du contact présentiel doivent être supplées par une personnalisation plus forte du parcours de formation. Cette remarque sur l’individualisation de 32

L'utilisation des NTIC dans la formation

la relation entre le stagiaire et le formateur est à mettre en relation avec le thème de la traçabilité, abordé ci-après dans la partie sur "la valeur ajoutée d’un réseau". Tout d’abord, le formateur essaie de rendre ses messages écrits conviviaux, en mettant des phrases d’introduction et de conclusion. Il envoie un message de présentation en début de cursus et relance certains apprenants avec des messages du type "avez-vous besoin d’informations complémentaires ?". Pour personnaliser sa relation avec l’apprenant, il dispose d’éléments supplémentaires qui lui permettent d’analyser les besoins de la personne par rapport à une formation présentielle. Effectivement, il peut analyser posément la teneur des questions qui lui sont transmises et déterminer plus facilement le niveau du formé ainsi que ses préoccupations opérationnelles. De plus, le formé possède une maîtrise plus importante sur son environnement que dans le cadre d’une formation présentielle. Le lieu de formation, domicile ou poste de travail, est familier pour l’apprenant. D’autre part, lorsqu’il utilise sa machine, il se sert des versions des logiciels auxquelles il est habitué. Il a parfois la possibilité d’utiliser certains outils plutôt que d’autres et peut choisir l’aspect visuel de son écran. 11.4 Le guidage de l’apprenant vers des liens pertinents Pour soutenir le transfert du contrôle sur le parcours de formation du formateur vers l’apprenant, l’orientation du formé vers des liens interactifs plutôt que l’envoi d’une réponse sèche paraît être une bonne technique pédagogique. De surcroît, cela permet au formateur d’éviter d’élaborer à nouveau des documents déjà disponibles à l’extérieur de la structure de formation. Par exemple, techniciens et informaticiens sont invités à se rendre sur le site des constructeurs pour s’informer sur les nouvelles machines. Le stagiaire est contraint de se demander pourquoi le formateur lui a proposé un site et de rechercher sur ce site les données pertinentes par rapport à sa question. D’une manière générale, le formateur a la possibilité de fournir des documents ou des exercices complémentaires ciblés par rapport aux difficultés de chacun. Le formé qui acquiert une maîtrise satisfaisante de la navigation, peut ensuite découvrir des sites inédits et, idéalement, les soumettre au reste du groupe. 11.5 Des outils pour canaliser la circulation de l’information L’animateur de la formation dispose de moyens nouveaux pour inciter le travail de groupe dans une formation sur Internet ou intranet. La modalité forum est très utile dans cette démarche. Tout d’abord, plusieurs expériences évaluées proposent un forum qui regroupe l’ensemble des questions les plus couramment posées aux formateurs (FAQ). Ainsi, l ‘apprenant peut profiter de cette capitalisation des difficultés rencontrées par d’autres formés pour anticiper les problèmes ou répondre à une interrogation. L’ensemble de ces séquences questions réponses peut être organisé sous forme de base de données et permettre aux formateurs de capitaliser leur travail antérieur et de répondre immédiatement à des questions récurrentes. En outre, le forum et le "chat", s’ils sont suffisamment fréquentés, permettent les échanges inter-apprenants et aboutissent à l’élaboration collective de questions ou de solutions. La résultante du débat qui a lieu entre les apprenants au sein du forum est validée par le groupe. Par conséquent, le formateur-animateur doit inciter les stagiaires à contribuer aux forums. Si cet objectif est atteint, le formateur aura réussi à animer le programme en créant un sentiment d’appartenance à une communauté d’apprentissage et à développer l’implication personnelle chez les stagiaires. Ces derniers pilotent leur progression, tout en ayant le sentiment d’être assistés sérieusement par les experts disponibles. 11.6 Les bénéfices identifiés par les formateurs 11.6.1 Etre au contact de l’innovation technologique et pédagogique

33

L'utilisation des NTIC dans la formation

Plusieurs formateurs jugent bénéfique de participer à un programme de formation en ligne, pour mieux adhérer à l’innovation car ils pressentent que les technologies émergentes prendront certainement une place importante dans le domaine de la formation. Cependant, ces professionnels, qui ne sont pas forcément proches du monde informatique, souhaitent évaluer les avantages et les inconvénients de l’outil. Ils n’hésitent pas à adopter une vision critique et à envisager des améliorations pour l’avenir. L’obligation de fournir un cours le plus exhaustif possible, de rédiger l’ensemble des éléments qu’il contient par écrit et d’introduire des parties utilisant le multimédia conduit les formateurs à remettre en question leurs méthodes pédagogiques. 11.6.2 Une gestion assouplie et simplifiée Le formateur bénéficie d’une grande souplesse d’organisation si l’on compare son activité avec celle d’un formateur traditionnel. Peu de contraintes de temps et de lieu pèsent sur son planning. Les déplacements, qui font partie intégrante du métier habituellement, sont réduits à leur strict minimum. Ils sont uniquement prévus pour les quelques séances de regroupement qui jalonnent la plupart des programmes étudiés, ou pour utiliser des technologies (vidéoconférence, par exemple) quand elles ne sont pas accessibles depuis le poste de travail. En outre, le formateur peut travailler aux horaires qui l’accommodent. Certains formateurs considèrent que la possibilité de travailler le soir leur convient parfaitement. Le temps dégagé par une organisation moins rigide est susceptible d’être réinvesti de manière productive par les formateurs. En particulier, ils peuvent faire fructifier cette disponibilité pour réfléchir à une question complexe, approfondir leurs connaissances ou se former sur d’autres thèmes. De plus, le formateur peut traiter plusieurs questions simultanément en ouvrant les documents correspondants sur le "bureau" de son ordinateur, ce serait quasiment impossible dans le cadre d’une formation présentielle et irait, de toute façon, à l’encontre de la bienséance. Les réseaux intranet ou Internet rendent la partie logistique de l’action du formateur globalement plus efficace. Les professionnels de la formation savent à quel point il est difficile d’harmoniser les emplois du temps des participants lorsque l’on organise une formation présentielle. L’usage d’un réseau permet de ne pas avoir à planifier les séances plusieurs semaines, voire plusieurs mois à l’avance. 11.6.3 Davantage de travail en équipe Lorsque le formateur a des collègues et fait partie d’une équipe, il peut profiter du fait que la relation avec l'apprenant soit asynchrone et distante pour s'appuyer sur d'autres personnes ressources. En mode présentiel, le formateur est seul face à son auditoire. Grâce aux réseaux, il peut s’appuyer sur les autres formateurs parce qu’il est indisponible ou parce qu’un de ses collègues est plus spécialisé sur la question. En approfondissant le raisonnement, les formateurs se plaisent à imaginer que chacun d’entre eux puisse acquérir une expertise distincte et que les questions des apprenants soient redistribuées en conséquence au sein des équipes. Toutefois, ce processus devrait être masqué aux yeux des formés, car les individus apprécient d’avoir un tuteur dédié et identifié. 11.6.4 Augmenter la productivité Pour accroître leur efficacité productive, les formateurs envisagent la possibilité d’animer une séance de formation présentielle durant la journée et un "chat" le soir. Ces praticiens soulignent la rapidité des échanges avec les apprenants : la communication est accélérée, comparée aux échanges de courriers postaux. La possibilité d’imprimer un rythme plus soutenu à la formation est perçue comme un réel avantage procuré par l’usage d’un réseau.

34

L'utilisation des NTIC dans la formation

11.6.5 Une mise à jour et un ajustement des contenus facilités Le formateur actualise les informations disponibles en s’introduisant dans les contenus en ligne et modifie immédiatement les problèmes qu’il a identifiés. Pour ce faire, certains formateurs ont acquis des notions de programmation en langage html. Avec des supports papier classiques, le formateur aurait été contraint de diffuser un erratum ou un complément, sous forme de feuillets. Outre le caractère fastidieux de cette opération, on peut penser que ces compléments risquent d’être perdus ou ignorés par les participants, qui retiendraient alors l’information erronée ou obsolète. Concernant les corrections apportées à la formation, le processus de rétroaction est également amélioré par rapport à l’utilisation d’un réseau comme support. En effet, les remarques des apprenants, lorsqu’elles paraissent pertinentes ou qu’elles sont convergentes, constituent une remontée d’information utile et rapide pour améliorer le produit de formation. Par exemple, si les résultats aux tests sont systématiquement mauvais sur un chapitre, le formateur en déduit que son cours n’est pas assez didactique ou que les exercices sont inadaptés. L’ensemble de ces assertions liées à la simplification de la gestion permet à certains formateurs d’affirmer que les formations en ligne sont moins coûteuses que leurs homologues en mode présentiel. De plus, la connexion au réseau et les envois de documents se font au tarif d’une communication locale, c’est à dire que les sommes en jeu restent raisonnables. 11.6.6 L’utilisation de fonctionnalités inédites Le support de transmission des données que constitue un réseau, intranet ou Internet est assorti de nouveaux outils de communication. L’e-mail permet les échanges de messages asynchrones avec le formé. Il est possible d’y joindre des fichiers de toute nature. Certains formateurs remarquent que la relation qui s’instaure grâce à ce mode de communication permet d’aller parfois plus loin qu’en mode présentiel avec le stagiaire. Des éléments personnels, qui ne seraient pas apparus lors d’une séance de regroupement sont abordés dans les e-mails. Plusieurs formateurs soulignent que la médiation de la relation par un réseau limite aussi la peur du ridicule de la part des apprenants. Il est notoire que, dans une formation traditionnelle, certains formés ne s’expriment jamais parce qu’ils sont timides ou inhibés en raison de lacunes dans la matière. Les formations en ligne sont l’occasion d’encourager ce type de formés à manifester leurs besoins et à exprimer leurs manques. Néanmoins, malgré la rapidité et la simplicité de cet outil, Les formateurs considèrent souvent qu’il est trop individualisé. L’échange d’e-mail est parfois assimilé à des monologues successifs ou à l’administration de cours particuliers. Si l’e-mail constitue le seul mode de communication, l’isolement du stagiaire reste trop important. Il faut donc compléter l’arsenal des outils disponibles par des fonctionnalités "chat" et forums. En effet, elles donnent aux animateurs du programme des moyens pour fédérer le groupe et promouvoir le travail en commun. Ces moyens sont inédits dans la mesure où ils octroient aux formés la possibilité de réfléchir de manière autonome aux problèmes soulevés par les participants et à leurs propres interventions. Il convient de noter que l’usage du mode texte, qui implique la traduction des idées par écrit, concourt à cet aspect analytique. La rédaction des idées par écrit, la possibilité de faire appel à des ressources documentaires en temps réel et le travail préalable de discussion au sein du groupe, effectué à travers les "chat" et les forums, aboutissent à la production de questions plus pointues qu’en mode présentiel. En plus des fonctions relatives aux technologies de réseaux, les programmes de formation en ligne apportent des innovations propres au multimédia et rendent le support plus convivial. On peut énumérer la possibilité d’échanger des fichiers son, d’ajouter des liens en surbrillance, de créer des signets sur certaines pages, d’introduire des éléments animés, des simulations, etc. 11.7 Les difficultés techniques rencontrées 35

L'utilisation des NTIC dans la formation

L’analyse des témoignages relatifs aux problèmes techniques démontre que la réussite d’une formation en ligne est tributaire des compétences des participants, apprenants ou formateurs, au démarrage du cursus. Un public faiblement familiarisé avec les nouvelles technologies, se trouve plus rapidement confronté à des problèmes techniques et a le sentiment d’être bloqué. En revanche, lorsque les formés sont des informaticiens, les problèmes techniques cités sont plutôt des difficultés organisationnelles. Les individus possédant une solide culture technique ne perçoivent donc pas les difficultés comme des événements anormaux. Par exemple, l’encombrement du réseau semble logique à un technicien, bien qu’il soit lui aussi ralenti dans sa progression. Globalement, le déroulement de la formation sera moins chaotique quand les apprenants peuvent remédier seuls à des problèmes mineurs. Par ailleurs, les personnes qui connaissent la micro-informatique sont plus enclines à faire part des remarques permettant d’améliorer le fonctionnement des outils. Les problèmes techniques rencontrés par les formateurs et les formés ont été répertoriés en cinq catégories. • Problèmes de matériel - Matériel défectueux. - Matériel pas assez puissant et/ou moderne. - Matériel qui pose des problèmes d’utilisation (ex. : palette graphique,microphone…) - Compatibilité Macintosh – PC aléatoire. Problèmes de software et de développement - Logiciel imparfait ou incomplet. - Dysfonctionnement d’un applicatif informatique. - Développement insuffisant : lien inactif, animation inutile… - Incompatibilité entre logiciels utilisés par les participants. - Impossibilité d’imprimer certaines parties. - Logiciel de "chat" de mauvaise qualité.

-

Problèmes de réseau - Connexion instable. - Faiblesse du débit du réseau de communication, nuisible à la fluidité des transmissions, notamment pour le multimédia (son et image). Exclusion de certaines plages horaires pour cause de saturation. Fichiers à télécharger trop volumineux. Déconnexion intempestive. Connexion impossible. • Problèmes spécifiques aux formateurs - Sécurisation d’un site développé sur intranet lorsqu’il s’ouvre vers Internet. - Gestion de la réglementation de l’accès. Complexité du paramétrage et des développements multimédias. • Problèmes spécifiques aux formés Accès aux ressources trop compliqué, problème de sécurisation (mauvais code…) Mode opératoire trop opaque, en particulier concernant les forums.

-

-

36

L'utilisation des NTIC dans la formation

12 Les "nouvelles" formations dans le monde
L'enseignement par correspondance a vu le jour dès le début du XIXéme siècle, c'est-à-dire avec le développement des services postaux publics. Mais, ce sont les vingt dernières années qui peuvent être considérées comme l'âge d'or de l'enseignement à distance. Cette période en effet, a vu la création d'institutions entièrement spécialisées dans l'enseignement à distance et de départements d'enseignement à distance dans les universités traditionnelles; il faut reconnaître cependant que l'évolution mondiale de ce système n'était pas linéaire. 12.1 En Amérique du Nord : L'Amérique du Nord s'est avérée dés le départ, comme une zone de prédilection pour l'enseignement à distance; c'est un ensemble vaste de pays aux institutions souples et inventives; c'est aussi la région où le développement des moyens de télécommunications permet de dispenser un enseignement à distance de qualité. 12.2 En Asie : Le système de formation à distance s'est bien développé aussi dans les pays asiatiques. L'Asie est peut-être la région qui a le mieux compris les enjeux de l'enseignement à distance et les profits que l'on peut en tirer. Le succès de l'expérience dans cette région nous permet de dire que l'enseignement à distance peut constituer une excellente réponse à la demande sociale en matière d'éducation et de formation. 12.3 En Europe : Pour des raisons culturelles, économiques et géographiques évidentes, la formation à distance en Europe n'a pas connu la même fortune qu'il a connu dans le sud-est asiatique ou en Amérique, à l'exception toutefois de l'ex-URSS. Cependant, l'Europe compte quelques organismes de formation à distance ou ouvert qui rayonnent de par la qualité du produit qu'elles fournissent. On peut citer le CNED français qui fournit une aide logistique et pédagogique aux pays francophones, l’AFPA avec sa FAOD, etc. 12.4 Dans la région arabe : L'enseignement à distance est très peu développé dans la région arabe par rapport à la demande sociale. Cet état de fait ne semble pas répondre aux demandes en matière de formation à l'aube du XXIéme siècle. Il convient de remarquer que c'est le secteur public, qui exerce le monopole de l'enseignement à distance. L'Institut Tunisien MASSMEDIA serait une rare exception qui tente de s'imposer comme un établissement du secteur privé dans la région arabe. 12.5 En Afrique : Pas d’institutions spécialisées dans la formation à distance, les pays francophone peuvent éventuellement passer par des organismes tels que le CNED.

13 Les logiciels de formation à distance
Une plate-forme de formation ouverte et à distance est un logiciel qui assiste la conduite des enseignements à distance. Ce type de logiciel regroupe les outils nécessaires aux trois principaux utilisateurs – formateur, stagiaire, administrateur - d’un dispositif qui a pour finalité la consultation à distance de contenus pédagogiques, l’individualisation de l’apprentissage et le télétutorat.

37

L'utilisation des NTIC dans la formation

Dans ce système, le formateur crée des parcours pédagogiques types et individualisés de son enseignement, incorpore des ressources pédagogiques multimédias et effectue un suivi des activités des étudiants. • L'apprenant consulte en ligne ou télécharge les contenus pédagogiques qui lui sont recommandés, organise et a une vue de l’évolution de son travail, effectue des exercices, s’auto-évalue et transmet des devoirs à corriger. • Formateurs et apprenants communiquent individuellement ou en groupe, créent des thèmes de discussion et collaborent à des documents communs. • L’administrateur installe et assure la maintenance du système, gère les accès et les droits des uns et des autres, crée des liens avec les systèmes d’information externes (scolarité, catalogues, ressources pédagogiques, etc.). On entend donc par administrateur un rôle spécifique à la plate-forme et non un rôle administratif habituel de l’établissement. Autour de ces catégories principales d’utilisateurs, peuvent s’ajouter d’autres rôles : des rôles d’administration des matériaux pédagogiques, des rôles d’administration de la formation. Les principaux rôles peuvent également être modulés. 13.1 Les plates-formes comparée Les plates-formes analysées sont : LearningSpace version 3 (version anglaise, juillet 1999), édité par Lotus Development Corp. Librarian version 6.5, édité par Asymetrix Pleiad version 2, édité par le Centre régional du CNAM Pays de la Loire TopClass version 3.1 (juillet 1999), édité par WBT Systems VirtualU version 2.4, édité par Virtual Learning Environnments WebCT version 1.3.1 (mars 1999), édité par ULT, United Learning Technologies WebTutor version 3, édité par Mediaconcept Ces 7 plates-formes ont été analysées pour les raisons suivantes : - être opérationnelles et avoir été utilisées par des apprenants dans le cadre de formations, - reposer sur les technologies de l’Internet, et satisfaire aux normes en vigueur, - permettre de gérer plusieurs types d’activités pédagogiques (lecture, exercices, communication) - ne pas exiger de débits de communication trop élevés, - ne pas exiger l’installation d’un logiciel particulier sur le poste étudiant, - être éditées par un organisme distribuant son produit sur le marché français. Les documents concernant ces produits datent de 1999. N'ont été prises en compte que les fonctionnalités opérationnelles à cette date. Dans quelques cas, quand des évolutions attendues ont été connues, il en a été fait mention dans le texte, mais les fonctionnalités concernées sont considérées comme n’existant pas dans la plate-forme. Les produits ayant évolués après 99 n'entrent pas dans la comparaison afin que tous soit égaux. Les 7 produits sont présentés ci-après avec leur caractérisation générale, leurs points forts, leurs points faibles, leur prix. Note : le module Live (fonctionnalités de communication synchrone) de la version 3 de LearningSpace n’a pas été analysé dans cette étude.

13.2 Remarques générales 38

L'utilisation des NTIC dans la formation

Toutes les plates-formes comparées peuvent fonctionner sans exiger sur le poste de l’étudiant un logiciel autre que les logiciels "navigateurs universels" de l’Internet (Netscape Navigator, Internet Explorer). Cependant, plusieurs plates-formes proposent de tels logiciels (dénommés plug-in, module externe, outil associé, etc.) et exploitent alors des fonctionnalités particulières intéressantes ; il en est tenu compte dans la présentation des produits. Toutes les plates-formes comparées peuvent fonctionner, lors d’un usage de base, en n’exigeant comme débit de communication que ce qui est acceptable sur une ligne téléphonique banalisée ; cependant, les plates-formes peuvent dans une certaine mesure gérer, au-delà de cet usage de base, des contenus et des activités plus exigeants en capacités de communication. Toutes les plates-formes sont distribuées sur le marché français; dans certains cas, la démarche d’achat peut être un télé-achat (par Internet). Les plates-formes comparées ne fournissent pas aujourd’hui de fonctionnalités élaborées concernant la gestion de la formation et des aspects administratifs de l’enseignement. Elles sont centrées sur les dimensions pédagogiques de la formation ouverte et à distance. Toutes les plates-formes comparées proposent des fonctionnalités de communication asynchrone (forums, messageries); elles ne sont pas axées sur la communication synchrone (visioconférence, audioconférence). Cependant, des évolutions techniques et des annonces de produits montrent que cette situation va évoluer. Des progrès techniques importants sont à attendre dans plusieurs domaines : - L’évolution des normes générales de l’Internet, des normes documentaires sur Internet et des normes spécifiques à la formation sur réseau. - L’interopérabilité des plates-formes avec les autres systèmes d’information. - L’interopérabilité des plates-formes avec des outils existants (par ex. outils de téléconférence), outils que les éditeurs de plates-formes ne redévelopperont pas nécessairement, mais pourront choisir d’intégrer dans leur produit. - L’interopérabilité des plates-formes avec les ressources pédagogiques développées avec les systèmes auteurs existants. Enfin, des progrès sont à souhaiter en ce qui concerne l’espace de travail étudiant qui reste aujourd’hui, du point de vue des fonctionnalités, restreint. 13.3 LearningSpace LearningSpace est une plate-forme éditée par Lotus, filiale de la société IBM. Une version 3 française est en cours de publication (septembre 1999). LearningSpace est utilisé par de nombreuses universités dans le monde ainsi que par des services de formation en entreprise. Il y a quelques utilisateurs en France. LearningSpace est une application axée sur la mise en œuvre d’une formation utilisant des documents (Web ou bureautiques), des tests et des groupes de discussion. Lotus est en train d’éditer pour LearningSpace un ensemble de fonctionnalités de communication synchrone (date de publication restant à valider). Les médias utilisés sont tous les médias supportés par les protocoles standards d’Internet et les navigateurs existants, ainsi que sous réserve de l’utilisation du logiciel Notes (cf. cidessous) un nombre important de formats de fichiers bureautiques ou autre. Pour ces médias, LearningSpace prend en charge la création ou l’importation de matériaux pédagogiques. 13.3.1 Points à noter LearningSpace gère une base de matériaux pédagogiques à laquelle tous les formateurs impliqués dans une formation peuvent accéder. LearningSpace propose des fonctionnalités

39

L'utilisation des NTIC dans la formation

élaborées pour la conduite et la conception de travaux de groupe. LearningSpace propose un outil de construction de modèles de cours. LearningSpace est un élément particulier du catalogue de produits de Lotus. L’offre de Lotus est axée sur la mise en place d’une infrastructure propriétaire à Lotus (serveur Domino et client Notes), infrastructure qui est utilisable par d’autres applications visant le monde académique, dans les domaines bureautiques, documentaires et administratifs. Depuis la version 5 (mars 1999), cette infrastructure assure une bonne prise en compte des standards d’Internet. Cette infrastructure propose également un environnement de développement. Un investissement relativement important est nécessaire pour le démarrage de l’ensemble, mais cet investissement peut servir ensuite à autre chose que l’utilisation de LearningSpace. Le poste étudiant de LearningSpace peut être utilisé soit avec le logiciel Notes, soit avec un logiciel navigateur universel; les critères déterminants pour l’adoption de Notes, plutôt qu’un navigateur universel, sont une pédagogie centrée sur la production par les étudiants de documents en collaboration et l’écriture par les étudiants de formalismes scientifiques (un outil complémentaire doit alors être adjoint à Notes). LearningSpace permet un partage des tâches au sein d’une formation mais ne fournit pas en soi de modèle pour un déploiement sur plusieurs formations. La robustesse du produit est garantie. Jusqu’à la version 2.5, l’ensemble est ouvert en ce qui concerne les systèmes d’exploitation acceptés pour le serveur de la plate-forme. Mais l’intégration des fonctionnalités de communication synchrone (non obligatoire) restreindra fortement cette ouverture (nécessité de Windows NT pour le serveur - Windows 95, 98 ou NT pour l’ordinateur du formateur ou de l’étudiant). 13.3.2 Prix Il faut distinguer LearningSpace de l’infrastructure Domino-Notes (qui l’accompagne nécessairement). 1/ En octobre 1999, LearningSpace version 2.5 est proposé, sous l’appellation de "solution formation", pour une licence sans limitation de durée et pour un nombre d’utilisateurs illimité sur un site, au prix de 36.168 FF TTC (29.990 FF HT). La Solution formation incorpore deux jours de formation, la résolution de cinq incidents et des modules de formation à Office 97. La licence "Solution formation" ne prévoit pas de mise à jour. La société Lotus propose une "assurance évolution" incluant les nouvelles versions. Pour plus de détails, et pour évaluer l’intérêt de cette assurance en regard de programme des mises à jour, voir le tarif de la société Lotus. 2/ La licence de la version Forum de LearningSpace est une licence annuelle comportant une licence de base, un prix par inscription simultanée à un enseignement et une assurance mise à jour. Plusieurs cas de figure peuvent être imaginés ; une estimation des tarifs pour la licence, 25 ou 500 inscriptions simultanées pour des enseignements de durée semestrielle, et une assurance mise à jour valable deux ans, est ; - 9,65 KF HT pour 25 inscriptions simultanées (suivant un enseignement de un semestre avec deux semestres par an), - 90,65 KF HT pour 500 inscriptions simultanées (suivant un enseignement de un semestre avec deux semestres par an). D’autres cas de figures pourront conduire à une réduction du coût par utilisateur. L’acquéreur étudiera de près la structure de coût proposée par Lotus pour trouver une solution optimale. La documentation utilisateur est en plus.

40

L'utilisation des NTIC dans la formation

13.4 Librarian Librarian est une plate-forme éditée par Asymetrix, éditeur américain ayant à son catalogue le logiciel auteur Toolbook. Son marché actuel est plutôt constitué d’organismes de formation et de services formation en entreprise. Librarian propose des fonctionnalités cohérentes et élaborées de construction de parcours de formation. Les fonctions de communication sont présentes avec les forums et une messagerie. Il est possible de définir plusieurs types d’organisation à l’intérieur de la plate-forme. Librarian fonctionne avec plusieurs médias : médias supportés par les protocoles standards d’Internet, didacticiels sous format Toolbook, IconAuthor et Authorware, autres produits (avec restrictions). Pour ces médias, Librarian prend en charge l’importation des matériaux pédagogiques (la création des matériaux a toujours lieu hors de la plate-forme). La philosophie de la plate-forme est d’être utilisée en mode connecté, une technologie d’interopérabilité permettant de remonter en permanence des informations du poste client vers le serveur. Le serveur peut être installé en environnement Windows ou Unix. Les postes clients peuvent être dans un environnement autre que Windows mais les technologies d’interopérabilité l’orientent vers le monde Windows. Librarian n’est pas traduit en français, mais la francisation sera assurée par le distributeur français. 13.4.1 Points à noter Librarian gère une base de matériaux pédagogiques à laquelle les formateurs impliqués dans une formation peuvent accéder. Librarian présente une avancée significative sur deux points : - Une structure très riche et paramétrable de rôles et d’organisations. - Une technologie d’interopérabilité entre plate-forme et ressources pédagogiques. La plate-forme permet de paramétrer 9 rôles. Elle permet la construction de filières (plusieurs enseignements liés par des conditions d’entrée et de sortie). Ces caractéristiques permettent d’envisager des organisations diversifiées avec un partage des tâches et des possibilités de déploiement. La technologie d’interopérabilité (pouvoir échanger des informations entre plates-formes et ressources pédagogiques multimédias) est également originale : elle s’applique aux ressources en format HTML avec script Toolbook, en format Toolbook (langage auteur édité par Asymetrix), en format Authorware (concurrent de Toolbook) et en format IconAuthor. D’autres formats peuvent être utilisés mais sans interopérabilité (la preuve d’une interopérabilité avec les autres formats de ressources pédagogiques n’est pas faite, bien que la technologie le permette théoriquement). Les fonctionnalités d’interopérabilité sont donc originales mais ne sont pas universelles. Le produit est robuste. Les fonctionnalités de messageries de Librarian sont peu développées. 13.4.2 Prix Le prix de la plate-forme (prix Education) est de 27.500 F HT auquel s’ajoute une licence calculée selon le nombre d’accès simultanés possibles au serveur de la plate-forme (avec tarif dégressif), ce qui donne un contrat sans limitation de durée de : - pour 100 accès simultanés : 45.200 F HT - pour 500 accès simultanés : 98.500 F HT Le coût annuel (maintenance, mises à jour) est de 15% du montant du contrat initial (soit respectivement pour 100 et 500 accès simultanés, 6.780 F HT et 14.775 F HT).

41

L'utilisation des NTIC dans la formation

Le distributeur ajoute des frais d’installation et formation. L’éditeur de Librarian fournit une documentation et un forum d’utilisateurs en ligne de bonne qualité. Le distributeur français d’Asymetrix a une base commerciale française large (tous les utilisateurs du logiciel Toolbook) et fournit le support technique. 13.5 Pleiad Pleiad est une plate-forme développée par le CNAM Pays de la Loire sur la base d’un programme d’initiative régionale. Opératoire depuis septembre 1998, Pleiad est développée par une petite équipe pour les besoins propres du CNAM. Une quinzaine d'organismes est actuellement hébergée au niveau du serveur et regroupe environ 800 utilisateurs (centres CNAM et organismes de formation extérieurs). La plate-forme permet aux apprenants d'accéder à des parcours de formation, collectifs ou individualisés. Les formateurs peuvent suivre l’utilisation des ressources. La plate-forme inclut des outils de communication, comme la messagerie, les forums. Pleiad permet de télécharger tous types de documents (documents aux standards d’Internet, Word, PowerPoint, flux Real audio, vidéo) sur le poste de l’étudiant. Cette particularité fait que les ressources pourront être consultées en mode déconnecté, mais sans intégration des fonctions permettant le suivi de l’activité des étudiants. Pleiad ne prend pas en charge la création de ressources. Les postes clients de Pleiad (i.e. ordinateurs des formateurs et des étudiants) peuvent être en environnement Windows ou MacIntosh. L’emploi d’un logiciel propre à Pleiad (dit “télécommande”) oriente les configurations client vers un environnement Windows. Le serveur doit être installé sur deux environnements techniques : un environnement Windows Microsoft pour le serveur principal et un environnement Linux pour le serveur de messagerie. 13.5.1 Points à noter Pleiad est un outil d'utilisation simple, disposant de fonctionnalités élémentaires, et permettant à un apprenant d'accéder un parcours de formation structuré. Pleiad permet de cantonner la mise en œuvre de certaines fonctions grâce à sa structure par organismes. En l’état actuel, plusieurs points rendent cette plate-forme difficile à porter hors de son site d’origine (développements techniques en cours, impossibilité pour le formateur de charger de manière autonome certains contenus dans la base de ressources, impossibilité pour un formateur d’avoir des vues synthétiques sur l’ensemble de ses étudiants, intégration de la fonction liste de diffusion dans la messagerie à faire. Pour ces raisons, un atout pouvant être intéressant concerne la possibilité d'hébergement sur le serveur du CNAM-Pays de la Loire et des relations plus proches d’un partenariat, sur le modèle des relations actuelles entretenues avec les organismes déjà hébergés par Pleiad, que d’une transaction commerciale. 13.5.2 Prix Pleiad est proposée à la commercialisation mais aucune licence n'a été attribuée pour l'instant. Le coût du serveur, licence sans limitation de durée, s'élève à 45.000 F HT. Le coût de la maintenance est de 5.000 F HT par an. L’éditeur ajoute des frais d’installation et de formation. La formule d’hébergement, privilégiée par l’éditeur, est à négocier. 13.6 TopClass

42

L'utilisation des NTIC dans la formation

TopClass est une plate-forme distribuée commercialement depuis 1995, par WBTSystems, un éditeur implanté en Irlande et aux Etats-Unis. Elle a plus de 500 acheteurs selon l’éditeur (100 sont nommés sur son site) mais moins de 10 en France. TopClass a pour philosophie de mettre en ligne un support de cours, auquel sont adjoints des tests, des exercices et des fonctionnalités de communication. Les médias utilisés sont tous les médias supportés par les protocoles standards d’Internet et les logiciels navigateurs existants. Pour 3 médias, textes, images fixes ou animées, tests, TopClass prend en charge la création ou l’importation de matériaux pédagogiques. Le serveur TopClass est une plate-forme utilisable avec des systèmes d’exploitation très diversifiés, mais les outils clients (installés sur les postes étudiant et tuteur) sont orientés vers les systèmes d’exploitation compatibles PC. TopClass n’a pas de version en français. Son interface peut être entièrement traduite (et l’est déjà par certains utilisateurs français). Depuis la version 3.1 (juillet 1999), les traductions sont conservées lors de changements de version. 13.6.1 Points à noter TopClass permet d’organiser un partage de tâches entre un rôle de créateur de cours et un rôle de formateur. Les formateurs disposent d’une certaine latitude d’adaptation des cours pour des classes et des individus. TopClass fournit, gratuitement, un logiciel de consultation des cours sur le poste client (étudiant, formateur) en mode déconnecté : l’étudiant peut donc consulter les matériaux et faire des exercices sans utiliser sa ligne téléphonique. Le produit est robuste en raison du nombre important d’utilisateurs. La création des cours repose sur des procédures insuffisamment intégrées et exige une certaine connaissance du langage HTML (pour pallier ce défaut, WBTSystems va éditer un outil d’importation/création de cours). Les cours sont dans un format de fichier propriétaire, ce qui nécessitera pour l’utilisateur de gérer par ailleurs une base de documents en format bureautique ou Internet, de manière à se garder la possibilité de les intégrer dans une autre plate-forme. TopClass fournit, gratuitement, des logiciels de conversion automatique de documents Word, Powerpoint (éditeur Microsoft) vers son format de fichier propriétaire. TopClass est conçu pour fonctionner formation par formation, sans offrir de perspectives d’intégration dans un ensemble plus vaste (campus, établissement, organisme). Les fonctionnalités de messageries individuelles de TopClass sont peu développées. 13.6.2 Prix La licence TopClass est une licence annuelle : - le prix est de 1.450 $ (environ 9.500 FF) pour 25 utilisateurs simultanés, - le prix est de 4.750 $ (environ 31.000 FF) pour 200 utilisateurs simultanés. L’éditeur de TopClass fournit un support technique, une documentation et gère un club d’utilisateurs accessible par Internet de bonne qualité. 13.7 VirtualU L'Univirtuelle, ou VirtualU, est une plate-forme utilisée depuis 1996. Elle a été développée à l'Université de Simon Fraser (Canada), en association avec le Réseau des centres d'excellence en télé-apprentissage. Elle est distribuée par VLEI, Virtual Learning Environments Inc. VirtualU est une plate-forme qui organise activités et échanges entre le formateur et l'apprenant avec des fonctions variées (parcours, téléchargement de ressources, calendrier, carnet de notes,

43

L'utilisation des NTIC dans la formation

rendus de devoirs, etc.) avec pour objectif d’augmenter les possibilités du travail collaboratif (qui est le point clé de la méthodologie d’enseignement à distance proposée. VirtualU fonctionne avec les protocoles standards d’Internet. VirtualU ne prend en charge ni la création ni la gestion des ressources. VirtualU est traduite en français. 13.7.1 Points à noter L'Univirtuelle a une philosophie orientée vers l’accompagnement de classes d’étudiants et vers l’organisation de la formation. Les outils d'organisation ont des interfaces qui prennent des métaphores de la vie concrète d'un étudiant : bureau, forum, carnet de notes, rendus de devoirs, calendrier, administration. L'éditeur commercial (VLEI), est appuyé d'un club d'utilisateurs et d'équipes universitaires formant un réseau très actif et convivial (notamment les Réseaux d'Excellence en téléenseignement) de développement en continu, d'expérimentation et d'évaluation accessible par Internet. Le champ d'action des fonctionnalités est limité à une seule formation à la fois, dans l'interface formateur comme celle de l'élève, sauf les forums. L'individualisation du parcours-type n'est pas vraiment possible, il faut recourir au forum pour envoyer des consignes personnalisées. Les fonctionnalités de messageries individuelles de VirtualU sont peu développées, mais les fonctionnalités de forum sont bien développées. 13.7.2 Prix La plate-forme est vendue au prix de 35.000 F environ. Il existe un club d’utilisateurs universitaires accessible par Internet. 13.8 WebCT WebCT est une plate-forme en version 1.3.1 distribuée commercialement depuis 1996 d’abord par WebCT Educational Technologies Corp. (35 personnes), une entreprise située à Vancouver (Colombie Britannique, Canada), et depuis mai 1999 par ULT, Universal Learning Technology (Peabody, Massachussetts, Etats-Unis). ULT est une société de capital-risque spécialisée dans les startups du monde Internet. WebCT a pour philosophie de mettre en ligne un support de cours, de le rendre interactif en y ajoutant, de façon structurée et contextualisée, des activités de communication et d’évaluation ainsi qu’un certain nombre d’utilitaires qui enrichissent l’espace de travail de l’étudiant. Les médias utilisés sont tous les médias supportés par les protocoles standards d’Internet et les navigateurs existants. Pour 3 médias, textes, images fixes ou animées, tests, WebCT prend en charge la création ou l’importation de matériaux pédagogiques. WebCT a une version en français. 13.8.1 Points à noter WebCT est la plate-forme analysée qui propose le niveau de fonctionnalités le plus élevé pour les documents en format HTML, pour la conduite de formation et le support de l’apprentissage. L’espace de travail étudiant est très élaboré. WebCT est d’un usage facile. Le produit est robuste (en raison du nombre élevé d’utilisateurs) ; il peut être installé dans des environnements techniques divers et répond étroitement aux protocoles Internet. Le coût de licence de WebCT est très modéré.

44

L'utilisation des NTIC dans la formation

WebCT est conçu pour fonctionner formation par formation, sans possibilité de partage de tâche entre formateurs et sans offrir de perspectives d’intégration dans un ensemble plus vaste (campus, établissement). WebCT est conçu pour fonctionner en mode connecté uniquement. 13.8.2 Prix La licence WebCT est une licence annuelle : - 250$ (1.650 FF) pour 50 inscriptions d’étudiants, - 3000$ (env. 20.000 FF) pour un nombre d’inscriptions illimité. L’éditeur de WebCT fournit un support technique, une documentation et un club d’utilisateurs accessibles par Internet de bonne qualité.

13.9 WebTutor Développé par Cybérion (filiale de France Télécom) et édité par Médiaconcept, WebTutor est une plate-forme qui s'inspire des pratiques de la formation individualisée. L'orientation de WebTutor fut dans un premier temps la vente de formation individualisée en ligne (intranet et Internet) associant l'inscription (effectuée par les apprenants eux-mêmes), le parcours de formation individualisé et la facturation des formations. Un parcours-type est défini par le responsable de formation donnant accès (URL ou chemin vers le répertoire du serveur de ressources ou encore vers une unité locale) aux différentes activités composant un module de formation. Le formateur intervient pour adapter ce parcours (création, ajout et retrait d'activités) aux apprenants qu'il gère dans le cadre d'une session. WebTutor ne prend en charge ni la création ni la gestion des ressources qui doivent se trouver sur un serveur différent. Pour assurer les services complémentaires, WebTutor a une logique d’association d'outils externes (aujourd’hui Netmeeting pour la communication et le travail collaboratif synchrone, dans le futur, Perception pour créer des tests). Grâce à cela, WebTutor apporte un environnement de travail à l'apprenant (activités synchrones et asynchrones, personnelles et en groupe). Ces outils rendent obligatoire l'utilisation de Windows sur le poste de l’utilisateur. WebTutor fonctionne avec les protocoles standards d’Internet. 13.9.1 Points à noter La gestion manuelle des apprenants et la présentation non hiérarchisée du parcours font de WebTutor une plate-forme appropriée à des effectifs réduits et à des formations courtes. WebTutor propose des outils de personnalisation tels que le suivi personnel et le parcours individualisé, et des espaces personnels tels que l'agenda ou le bloc notes indépendants de la session suivie. Avec des fonctionnalités plus enrichies, ces outils seraient de nature à apporter un environnement de travail personnel à l'apprenant. Les outils propres de WebTutor sont assortis d'une interface conviviale ne nécessitant aucune connaissance informatique. Une notion d’organisme peut être paramétrée dans WebTutor. WebTutor considère chaque formateur selon un rôle préétabli (responsable de formation ou formateur) et lui confère les droits individuels exclusifs sur ce qu'il produit. Cette logique a pour avantage un espace de travail transversal pour le formateur (s'il intervient sur plusieurs

45

L'utilisation des NTIC dans la formation

modules ou sessions) mais pour inconvénient l'incapacité à mutualiser des activités pédagogiques entre formateurs. 13.9.2 Prix L'offre commerciale tend à privilégier une formule de location annuelle incluant l'hébergement, la formation et le droit d’usage, dont le montant est de 50 KF auquel s’ajoute une partie variable calculée à l’heure d’utilisation ou à l’inscription : - 200 F HT par utilisateur et par an pour 50 à 500 utilisateurs, - 5,5 F HT l’heure de connexion pour une tranche comprise entre 1000 et 20000 heures. La partie variable est dégressive en fonction de l’usage. (L’éditeur propose aussi une formule d’acquisition de durée illimitée dont le premier niveau est 200 KF HT pour 50 à 100 utilisateurs).

13.10 Conclusion 1/ LearningSpace, Librarian, TopClass et WebCT sont des plates-formes qui offrent toutes un ensemble de fonctionnalités permettant à des établissements de formation de mettre en ligne des formations. Ces plates-formes offrent de nombreuses options et autorisent des scénarios d’usage diversifiés. La robustesse des technologies employées est assurée. Elles présentent, chacune avec une philosophie et des avantages différents, des caractéristiques particulières. • WebCT fournit, opérationnellement, la plus grande richesse fonctionnelle pour les étudiants et les formateurs. Elle n’exige aucun module externe ou application associée sur le poste de l’apprenant. Son utilisation ne se conçoit qu’en mode connecté. • TopClass offre une richesse fonctionnelle importante et autorise un certain partage des tâches entre formateurs. Cette plate-forme offre un module de consultation des cours sur le poste de l’étudiant qui fonctionne en mode déconnecté (logiciel gratuit et téléchargeable à partir du site Internet de l’éditeur). Cette possibilité s’ajoute au mode de fonctionnement en mode connecté. • LearningSpace offre une richesse fonctionnelle importante, fournit des outils pour l’organisation de l’apprentissage en groupe, autorise un partage des tâches entre formateurs. Cette plate-forme doit être utilisée avec une infrastructure logicielle propre à l’éditeur. • Librarian offre une richesse fonctionnelle importante, pour le support des apprentissages, pour la conception et la conduite des formations, pour la construction d’organisations de formation élaborées. Librarian met en œuvre une gestion de l’interopérabilité entre ressources pédagogiques multimédias et plate-forme. Pour ce dernier avantage, Librarian exige l’installation d’un logiciel spécifique sur le poste de l’étudiant et privilégie les ressources pédagogiques développées dans le format propriétaire du système-auteur de l’éditeur (Toolbook). L’utilisation de Librarian ne se conçoit qu’en mode connecté. 2/ Pleiad et WebTutor sont des plates-formes présentant un bon degré de fonctionnalités et des philosophies intéressantes : • Pleiad vise à offrir un outil unique pour des organismes et sites différents, permet une individualisation des parcours de formation. • WebTutor permet de mettre en ligne des formations de courte durée, sur le modèle de la formation en entreprise, et permet une individualisation des parcours de formation. 46

L'utilisation des NTIC dans la formation

Ces deux plates-formes sont de création plus récente que les précédentes : elles ont une base d’utilisateurs plus réduite, intègrent moins de fonctionnalités et ont des outils de support (documentation) moins élaborés. La solution technique et commerciale privilégiée à la date de l’étude par les éditeurs de ces plates-formes est l’hébergement de services sur leurs propres machines. Cette solution n’apporte pas d’informations sur les éventuelles difficultés d’un portage sur des environnements autres que celui de leur développement. 3/ VirtualU présente un bon degré de fonctionnalité. Cette plate-forme propose une philosophie axée sur la conduite d’enseignements dans un campus, avec une forte dimension de communication. Cependant, un produit comme WebCT permet d’avoir un ensemble de fonctionnalités plus large que VirtualU.

13.11 Méthode et produits analysés Une plate-forme de formation ouverte et à distance est un logiciel qui assiste la conduite des enseignements à distance. Ces logiciels peuvent regrouper plusieurs composantes, qui permettent des utilisations de différent type : - Serveur de documents permettant la consultation de pages et navigation dans des "livres électroniques", pour publier ou consulter des informations, des cours. - Serveur de messageries, forums, pour échanger des messages ou des discussions de personne à personne, entrer dans des discussions publiques. - Organiseurs, agenda, pour s’organiser et connaître les programmes de travail, les emplois du temps et disponibilités réciproques. - Outils d’évaluation, d’auto-évaluation, de tests, pour passer des évaluations, les corriger, assurer le suivi des activités d’apprentissage. - Outils de travail coopératif et communication directe, pour entrer dans différentes formes de travail en commun, etc. De nombreux outils, disponibles sur le marché ou en cours de développement, répondent à chaque catégorie de fonctionnalités en particulier. Leur nombre devient avec le temps très important. Dans cette analyse, on considérera comme "plate-forme" un logiciel qui réunit plusieurs outils, et au minimum les outils de gestion d’un parcours-type (programme de cours, parcours de formation) et les outils de communication entre formateurs et apprenants. Un produit qui ne comporterait qu’une catégorie de fonctionnalités est appelé "outil" dans cette étude. 13.12 L’intégration des composantes L’intérêt d’une plate-forme réside dans l’intégration de ses fonctionnalités. En effet, une plate-forme sera utile si elle évite à ses utilisateurs de recourir à plusieurs outils séparés, donc à multiplier les opérations d’ouverture, fermeture, enregistrement des résultats et messages, recopie des résultats et messages dans un autre outil, etc. Dans l’état actuel des plates-formes, l’intégration n’est pas poussée partout au même point. Certaines plates-formes intègrent de nombreuses fonctionnalités, alors que d’autres associent des outils tiers, mais sans les intégrer. 47

L'utilisation des NTIC dans la formation

Dans ce dernier cas, la fonctionnalité existe, peut être revendiquée par l’éditeur de la plateforme ; cependant, ce sera au prix d’une moindre facilité d’utilisation et d’une moindre cohérence d’ensemble. En général, il faudra acquérir cet outil séparément. Dans cette étude, on n’a pas considéré comme intégrées les fonctionnalités d’une application tierce que l’on peut simplement lancer à partir de la plate-forme. Il faut qu’il y ait d’autres fonctionnalités, comme le transfert de données lors du lancement, la possibilité de récupérer des résultats obtenus par l’application tierce, la possibilité pour l’application tierce d’appeler des données ou éléments de la plate-forme. Une définition de la composition prise en compte pour les plates-formes est précisée cidessous.

13.13 Terminologie Dans les tableaux comparatifs et les commentaires, le vocabulaire utilisé pour décrire le type d’intégration est : - Non ou Pas en natif : la fonctionnalité n’existe pas dans la plate-forme. - Futur : la fonctionnalité n’existe pas à la date de l’étude mais des annonces ont été faites par l’éditeur ou une version est sur le point de sortir. - Outil associé : outil qui peut être lancé de la plate-forme ou bien outil qui peut réexploiter des données extraites de la plate-forme. - Outil intégré : outil qui est interopérable avec la plate-forme (avec un degré précisé dans les détails de présentation). 13.14 Composition des plates-formes analysées Les plates-formes sont toujours composées d’un logiciel serveur pouvant communiquer, par l’intermédiaire d’un serveur Web, avec un logiciel dit "navigateur universel" (soit Communicator de Netscape, soit Internet Explorer de Microsoft). Pour cette étude, certains logiciels clients, distincts des navigateurs dits universels, seront pris en compte, soit parce qu’ils sont nécessaires à la mise en œuvre de la plate-forme, soit parce que la valeur ajoutée qu’ils apportent est importante, soit parce qu’ils ont été intégrés ou adaptés à la plate-forme.
LearningSpace WebTutor   Netmeeting Librarian TopClass VirtualU WebCT  Composition des platesformes analysées

Serveur Logiciel client nécessaire

 Lotus Notes pour les rôles administrat. et formateur

 Plug-in Neuron pour didacticiels développés en Toolbook

Pleiad 

Logiciel client recommandé Outils intégrés

Télécomman de

Player Converter Assistant

48

L'utilisation des NTIC dans la formation

Autres outils invoqués par l’éditeur de la plate-forme mais considérés comme n’en faisant pas partie 7.

Analyser

Frontpage

Composition des plates-formes analysées

Les 7 produits sont analysés avec les configurations suivantes. LearningSpace est analysé avec le logiciel Notes pour les rôles d’administrateur et de formateur, et un navigateur universel non propriétaire (Netscape ou Internet Explorer) pour les étudiants (des commentaires spécifiques sont faits pour la configuration où les étudiants disposent du logiciel Notes). Le module Live (fonctionnalités de communication et de travail coopératif synchrones) de la version 3 de LearningSpace n’a pas été analysé dans cette étude. Il comportera des outils comme Netmeeting (tableau blanc point à point). Librarian est analysé en faisant l’hypothèse que les ressources pédagogiques utilisées ont été développées en Toolbook et que le plug-in Neuron a été installé sur les postes clients.

Pleiad est analysé avec l’outil Télécommande qui comporte des outils de préparation de ressources pédagogiques pour le formateur, des outils de téléchargement pour tous les rôles, des outils annexes (test de connexion) et pour le futur des outils de chat, messageries, navigation, etc. TopClass est analysé en faisant l’hypothèse que le module Player de consultation en mode déconnecté est utilisé par les formateurs et les étudiants et que les modules de conversion de documents en format Word et Powerpoint sont utilisés par les formateurs et créateurs de cours (modules Assistant for Office 97, téléchargeables gratuitement depuis le serveur de l’éditeur de TopClass). VirtualU est analysé sans référence à des outils autres que la plate-forme elle-même. WebCT est analysé sans référence à des outils autres que la plate-forme elle-même. WebTutor est analysé avec Netmeeting considéré comme un outil intégré (pour trois raisons : ergonomie de Netmeeting adaptée à WebTutor, annuaire de la formation intégré à l’annuaire Netmeeting, téléchargement spécifique à partir du serveur de la plate-forme). 13.15 Caractéristiques générales : comparaison Dans cette partie, sont abordées les questions suivantes : - organisation de chaque plate-forme, - l’architecture matérielle, côté client (utilisateur) et côté serveur, - langue d’utilisation, - le prix - les services offerts par les éditeurs. 13.15.1 Organisation générale des plates-formes La structure des plates-formes s’articule autour de rôles et de groupes de fonctionnalités assurant la gestion d’un aspect de la plate-forme (communication, notation, etc.). Un rôle est l’ensemble des fonctionnalités auquel un individu a accès. Ces fonctionnalités seront différentes selon les intervenants sur la plate-forme : ainsi, un créateur de cours pourra modifier des documents pédagogiques, ce qui pourra être interdit à un étudiant. Une gestion est un ensemble de fonctions à disposition d’un rôle; on aura ainsi une gestion de parcours-type, de ressources pédagogiques, de tests, etc. 49

L'utilisation des NTIC dans la formation

LearningSpace

Rôles

Les trois rôles de base : administrateur, créateur de cours/formateur, étudiant Les rôles de base sont modulables Les rôles de créateur de cours et de formateur peuvent être distingués Un rôle d’administrateur général (plusieurs organismes, sites, etc.) Autres rôles Gestion de parcours-type Gestion de forum

  

  

  

  

WebTutor    Grader    

Librarian

TopClass

VirtualU

 Course Builder   Populator Evaluator Etc.   8.

  Rôles et gestions

 

 

13.15.1.1

Résultats

Toutes les plates-formes prévoient au moins trois rôles : administrateur de la plate-forme, créateur de cours/formateur, étudiant. Toutes les plates-formes proposent au minimum la gestion de parcours-type et la gestion de forums. La gestion de parcours-type est l’ensemble de fonctionnalités le plus développé dans les plates-formes analysées; la gestion de forum est également présente dans toutes les platesformes. 13.15.1.2 Détails par plate-forme

LearningSpace prévoit 4 rôles : administrateur, concepteur, formateur-tuteur, stagiaire ; concepteur et formateur peuvent être distingués mais la documentation les assimile fréquemment. Un rôle de Course Builder est ajouté dans la version 3 : il s’agit d’une personne chargée de construire des modèles de cours. LearningSpace comporte une gestion de parcours-type, une gestion de ressources pédagogiques, un forum, une gestion d’évaluation et de notation, une gestion d’enregistrement de personnes dans la plate-forme, un outil de construction de modèles de cours, des outils d’inscription d’étudiants aux cours, des outils d’administration de la plate-forme. • Une notion de sous-groupe (Team) peut être mise en œuvre et intégrée à ces fonctionnalités. • La version 3 comportera un module de communication synchrone (avec chat, partage d’application, tableau blanc, flux audio et vidéo), indépendant du parcours-type, tout en pouvant y être relié. Librarian prévoit une structure très riche de rôles (9) : administrateur de la plate-forme, créateur de cours, formateur, étudiant, responsable de l’inscription aux formations, responsable de la gestion des ressources pédagogiques, chargé d’évaluation, responsable de la gestion des outils d’évaluation, responsable de l’organisation des formations. Librarian propose des fonctionnalités élaborées de construction de parcours de formation. Les fonctions de communication sont présentes avec les forums. Il est possible de définir plusieurs types d’organisation à l’intérieur de la plate-forme. 50

WebCT

Pleiad

L'utilisation des NTIC dans la formation

La philosophie de la plate-forme est d’être utilisée en mode connecté avec une technologie d’interopérabilité permettant de remonter en permanence des informations du poste client vers le serveur. Librarian comporte une gestion de parcours, une gestion de ressources pédagogiques, un forum, une gestion d’enregistrement de personnes dans la plate-forme, des outils d’inscription aux cours, des outils de suivi d’avancement dans les parcours, des outils d’administration de la plate-forme. • Librarian comporte une gestion de profils d’information personnelle. • Une notion d’organisme / de site permettent de cantonner sur une base géographique ou institutionnelle des droits d’utilisation de différents outils. • La fonctionnalité de messageries n’est disponible qu’au travers d’une interface donnant accès à un outil tiers.

Pleiad autorise de larges possibilités de paramétrage de rôles autour de 4 rôles de base : administrateur, créateur de cours/formateur, étudiant et super-administrateur. Ces rôles sont modulables. Pleiad permet d’affecter des parcours-types à des individus ou des groupes. La philosophie de la plate-forme, dérivée des dispositifs développés par le centre régional du CNAM pays de la Loire, est de permettre le téléchargement de ressources pédagogiques sur le poste de l’apprenant. Les technologies de l’Internet, qui ont été prises en compte dans cet historique, ont récemment permis à ces dispositifs de renforcer les fonctionnalités de communication. Pleiad comporte une gestion de parcours-type, une gestion de ressources pédagogiques, un forum, une messagerie, une gestion d’enregistrement de personnes dans la plate-forme, des outils d’inscription d’étudiants aux cours, des outils d’administration de la plate-forme. • Une notion d’organisme / de site permettent de cantonner des droits d’utilisation de différents outils (par exemple, le droit d’inscrire des étudiants).

TopClass autorise de larges possibilités de paramétrage des rôles autour de 3 rôles de base : étudiant, administrateur, créateur de cours/formateur (cumulables depuis la version 3.1). Il permet de moduler ce dernier rôle en deux extrêmes : le créateur de cours qui est chargé de l’incorporation des matériaux pédagogiques dans un cours et qui peut être le seul à avoir le droit de modifier ce cours, et le formateur, chargé de la relation avec les étudiants et de la conduite de la formation. TopClass illustre l’idée d’un manuel de cours interactif. C’est un ensemble de matériaux organisés à la façon du plan d’un livre, sur lesquels se greffent des outils de communication et des outils de test. TopClass comporte une gestion de parcours-type, un forum, une messagerie, une gestion d’évaluation et de notation, une gestion d’enregistrement de personnes dans la plate-forme, des outils d’inscription d’étudiants aux cours, des outils d’administration de la plate-forme. • TopClass propose des outils d’aide à l’importation des documents à partir de Word, Powerpoint. • TopClass associe un logiciel de consultation des cours téléchargés sur le poste de l’utilisateur. 51

L'utilisation des NTIC dans la formation

VirtualU prévoit 3 rôles : administrateur, créateur de cours/formateur, étudiant. Les rôles sont prédéfinis. VirtualU demande au créateur de cours de créer un parcours-type qui adressera des matériaux stockés hors plate-forme et définira par des consignes, plus que par conditions d’accès, leur mode d’utilisation. Le créateur de cours, peu différencié du rôle formateur qui conduit l’enseignement, aura ensuite à créer, peupler et gérer des forums, indépendants du parcourstype. VirtualU comporte une gestion de parcours-type, un forum, une gestion d’enregistrement de personnes dans la plate-forme, des outils d’inscription d’étudiants aux cours, des outils d’administration de la plate-forme. • VirtualU comporte un bureau de travail personnel pour les formateurs et les apprenants. WebCT prévoit 3 rôles de base et un rôle annexe. Les 3 rôles de base sont administrateur, créateur de cours / formateur, étudiant. Le rôle annexe est un rôle de tuteur ("grader") qui intervient dans la conduite de d'une formation pour valider, noter et commenter les travaux des étudiants. Les rôles sont prédéfinis et non cumulables. WebCT, illustre comme TopClass, l’idée d’un livre interactif pour la formation. C’est un ensemble de matériaux organisés à la façon du plan d’un livre. C et ensemble peut comporter des tests, des activités de communication et gérer différentes options de circulation (passer une leçon, refaire une leçon). La notion de parcours-type est concrétisée à la fois par la structuration du cours en chapitres et sous-chapitres, et par un calendrier qui présente une vue temporelle sur les activités. Cours et calendrier sont indépendants dans WebCT, mais peuvent être référés l’un à l’autre. WebCT comporte une gestion de parcours-type, un forum, une messagerie, une gestion d’évaluation et de notation, une gestion de suivi d’avancement dans les parcours, une gestion d’inscription d’étudiants aux cours, des outils d’administration de la plate-forme. • WebCT propose des fonctionnalités de communication synchrone. Webtutor prévoit 4 rôles actifs : étudiant, formateur, créateur de cours, administrateur, et un rôle annexe, administrateur de l’organisme qui peut accéder à l’ensemble des données de la plate-forme. Les rôles sont prédéfinis et cumulables. WebTutor demande au créateur de cours de regrouper des activités (conçues par ailleurs hors de la plate-forme), de manière ordonnée au sein de modules (parcours-type), et les modules au sein de formations. Un module peut entrer dans la composition de plusieurs formations du même créateur de cours. Ces modules et formations pourront, selon les droits accordés, être utilisés par des formateurs qui géreront une session de formation et pourront à ce moment adopter les modules et en ajouter d’autres. WebTutor comporte une gestion de parcours-type, un forum, une messagerie, une gestion d’inscription d’étudiants aux cours, des outils d’administration de la plate-forme, des fonctionnalités de communication synchrone. • Une notion de formation et une notion d’organisme permettent de cantonner le champ d’action des rôles. • WebTutor a intégré un outil de téléconférence point à point (Netmeeting).

13.15.2 La configuration côté client

52

L'utilisation des NTIC dans la formation

On entend par "côté client" les équipements utilisés par les étudiants et les formateurs. La configuration côté client est un paramètre de base pour toute application de téléformation; dans la mesure où l’installation d’équipements et une familiarisation minimale aux technologies sont un prérequis à tout fonctionnement effectif d’un tel dispositif, les investissements à consentir (organisation, temps passé, maintenance) peuvent devenir très élevés si les solutions choisies comportent des particularités. Pour la comparaison des plates-formes, deux aspects sont à prendre en compte : - L’existence de logiciels propriétaires qui doivent être installés sur les postes clients et qui doivent être adaptés à toute évolution des configurations sur lesquelles ils fonctionnent, - Le nombre de configurations techniques acceptées.

LearningSpace

LibLibrarian

Nécessaire pour administr. et Logiciels propriétaires de formateur l’éditeur de la plate-forme Nécessaire dans certains cas pour les étudiants

Recommandé Converter et Plug-in Assistant Neuron Recommandé pour les Nécessaire Télécomman formateurs, pour tous les de Player pour rôles les formateurs et les étudiants

Non

Non

WebTutor Non Toute config. Windows

TopClass

VirtualU

Ouverture côté client (formateur ou étudiant) : - sans outils complémentaires Toute config. Toute config. Toute config. Toute config. Toute config. Toute config. nécessaires ou recommandés - avec outils complémentaires Toute config. Windows Windows Windows Toute config. Toute config. ou recommandés / Windows 9. Configuration côté client

13.15.2.1

Résultats

En utilisation de base, toutes les plates-formes sont ouvertes sur toutes les configurations client qui acceptent des navigateurs dits universels (à partir de la version 4). Avec les logiciels nécessaires ou recommandés pour leur valeur ajoutée, Librarian, Pleiad, TopClass et WebTutor imposent une configuration unique (Windows 95 et/ou NT selon les cas). 13.15.2.2 Détails

LearningSpace est une plate-forme qui présente une double caractéristique. 1/ Elle fonctionne jusqu’à présent sur une large palette de configurations (toutes celles qui acceptent un navigateur universel). • Cependant, l’intégration du module Live de communication synchrone (non analysé dans cette étude) imposera l’utilisation de Windows 95, 98 ou NT. 2/ LearningSpace fonctionne côté client soit avec un navigateur universel (celui de Microsoft ou celui de Netscape), soit avec un navigateur spécifique (Notes, logiciel propriétaire de Lotus, l’éditeur de LearningSpace). 53

WebCT

Pleiad

Ouverture architectures côté client

sur des diversifiées :

L'utilisation des NTIC dans la formation

Dans sa version actuelle, Notes peut rendre le même service que les navigateurs universels, tout en offrant une palette de fonctionnalités supplémentaires. Ces fonctionnalités sont : - la création de documents qui seront utilisés dans la formation, - le téléchargement sur l’ordinateur local des éléments d’un parcours-type et des matériaux associés pour un travail en mode déconnecté, - le téléchargement de documents selon des profils de besoins des étudiants, - le travail coopératif sur documents. • Le choix de Notes s’impose donc dans deux circonstances : pour tous les rôles autres qu'étudiant (rôle d’administrateur, de formateur), et s’imposera aux étudiants quand l’élaboration de documents partagés fait partie de la démarche pédagogique adoptée dans le dispositif de formation et quand les contenus intègrent des formalismes scientifiques (équations, etc.); dans ce dernier cas, des outils supplémentaires (autres que Notes ou LearningSpace) sont à prévoir. Ce choix peut imposer la mise en place d’un atelier d’installation du logiciel. Librarian est une plate-forme dont la valeur ajoutée repose sur les techniques d’interopérabilité qu’elle met en œuvre, et qui nécessitent l’utilisation d’une configuration Windows et d’un plug-in dénommé Neuron. • Les techniques d’interopérabilité présentées par Asymetrix, l’éditeur de Librarian, favorisent très nettement l’utilisation du système-auteur Toolbook, du même éditeur, même si elles ont un premier niveau d’universalité avec d’autres systèmesauteurs. Pleiad fonctionne avec tout poste client (apprenant, formateur) apte à supporter un des navigateurs universels du Web (Navigator de Netscape et Internet Explorer de Microsoft). Pleiad utilise un plug-in (Flash de Macromedia) désormais intégré dans ces navigateurs. Pleiad utilise aussi un module spécifique installable sur le poste client (dénommé télécommande), qui sert principalement à gérer les opérations de préparation et de téléchargement de matériaux, vers et en provenance du serveur. Elle ne fonctionne que sous Windows. • Pleiad ayant en outre une architecture orientée vers le téléchargement de ressources pédagogiques interactives qui fonctionnent pour la plupart dans un environnement Windows, Pleiad favorise très nettement l’environnement PC Windows. TopClass est associé à plusieurs produits à un module propriétaire (Player) installable sur le poste de l’étudiant, qui ne fonctionne que sous Windows. • Le module Player est optionnel mais il permet aux étudiants de consulter hors connexion un cours ou une partie de cours. Dans cette configuration, les pages d’information et les tests d’auto-évaluation sont conservés mais pas les fonctionnalités de communication et de suivi des activités de l’apprenant. Ce module ne fonctionne que sous Windows. • Les outils pour formateur Converter et Assistant permettent de traduire automatiquement en format TopClass des documents conçus en format Word, PowerPoint et HTML. Ces modules ne fonctionnent que sous Windows et favorisent, par principe, la suite Microsoft Office. VirtualU n’impose ni choix matériels, ni choix de configuration. WebCT n’impose ni choix matériels, ni choix de configuration mais favorise l’utilisation de FrontPage pour la composition de page HTML. 54

L'utilisation des NTIC dans la formation

Webtutor n’impose pas de configuration côté client pour tous les usages mettant en œuvre le seul navigateur Web. • L’intégration de Netmeeting impose l’usage d’une configuration PC Windows sur le poste client. Requis côté serveur 13.15.3 Côté serveur Les plates-formes analysées requièrent l’utilisation de plusieurs catégories d’outils : - systèmes d’exploitation, - serveurs HTTP, - SGBD, Système de gestion de bases de données, - autres serveurs (messageries, etc.)
LearningSpace LibLibrarian WebTutor Tout serveur supportant HTTP et CGI 1.1 SQL Server Oracle Informix TopClass VirtualU WebCT IIS Netscape Server Apache Requis serveur : outils et logiciels acceptés

Système d’exploitation

Windows NT (Intel, DEC Alpha) IBM OS/2 IBM AIX IBM System 390 IBM AS/400 HP-UX Sun Solaris (SPARC, Intel Edition) Linux

Windows NT 4.0 SP 4 Unix Solaris 2.5.1

Windows NT plus Linux (pour le serveur de messagerie)

Pleiad

Windows NT Win 95 Unix Solaris Linux Mac OS

Windows NT 4.0 Unix Solaris SunOS HP/UX Linux

Windows NT Windows NT AIX Unix Solaris BSDI Unix HP FreeBSD HP-Unix Irix Dec Alpha OSF/1 Solaris x86 Solaris 2.5 Sun OS4. Linux 5.x

Serveur HTTP

Tout serveur IIS supportant HTTP et CGI 1.1

IIS 4.0 Netscape Enterprise Server 3.0 Apache 1.2.4 Webstar 3.01.1

Netscape Server Apache

Autres serveurs

SQL Server Domino 6.4 Sametime Oracle 7.3.4 (pour le Serveur de module Live) messagerie 10.

SQL Server 6.5 Serveur de messagerie Requis serveur

13.15.3.1

Résultats

TopClass et WebCT fonctionnent sur un nombre important de configurations. Librarian et WebTutor fonctionnent sur un nombre plus réduit de configurations, mais l’éventail prévu inclut des produits très répandus. LearningSpace impose une configuration propriétaire avec son serveur Domino. De plus, le module Live de la plate-forme (présent à partir de la version 3, module non obligatoire) impose un logiciel dénommé Sametime, fonctionnant seulement sur Windows NT comme système d’exploitation. L’utilisation complète de la version 3 (module Forum et module Live) impose l’utilisation de deux machines différentes, le module Forum ne pouvant tourner sur le même serveur que le module Live. Pleiad impose une configuration unique (non propriétaire).

55

L'utilisation des NTIC dans la formation

VirtualU impose certains serveurs HTTP (parmi lesquels le serveur Apache, qui est disponible en licence gratuite). Note : la liste des Outils et logiciels acceptés côté serveur (tableau 10 ci-dessus) n’est pas limitative mais correspond aux outils nécessaires pour une utilisation de base. En fonction des besoins propres à chaque établissement, enseignement, gestionnaire de serveur, d’autres outils pourront être requis : par exemple, des serveurs de flux Audio ou vidéo pour la diffusion de séquences audiovisuels avec des technologies Internet.

13.15.4 Langue d’utilisation Les langues d’utilisation sont les suivantes.
LearningSpace LibLibrarian WebTutor Français TopClass VirtualU WebCT Anglais Espagnol Finlandais Français Hollandais Requis serveur Ouverture sur des matériels variés

Langues

Allemand Anglais Espagnol Français (novembre) Italien Autres

Anglais

Pleiad Français

Anglais

Anglais Français

Autres langues

Traduction des messages de l’interface possible Traduction conservée lors des mises à jour 11.

Traduction des messages de l’interface possible. Traduction conservée lors des mises à jour (version 3.1)

Langues d'utilisation

13.15.4.1

Résultats

Toutes les plates-formes peuvent être utilisées avec une interface en français. Pour TopClass et Librarian, il est nécessaire et possible de la traduire. Pour LearningSpace, la version française (module Forum) est disponible depuis novembre 1999. Pour Librarian, la francisation sera assurée par le distributeur lors de l’installation. 13.15.5 Support éditeur Le support éditeur est caractérisé par la possibilité de télécharger des versions de test et par la qualité de la documentation disponible.

56

L'utilisation des NTIC dans la formation

LearningSpace

Support fourni par l’éditeur

Téléchargement de versions de test Téléchargement documentation Forum utilisateurs Documentation imprimée Documentation en ligne dans la plate-forme pour chacun des rôles Réseau de distributeurs

Non Non Non Oui Oui Oui

Non Oui Oui (anglais) Oui (anglais) Oui (anglais)

Non Non Non Futur Non

Oui Oui Oui (anglais) Oui (anglais) Oui (anglais)

Oui Oui Oui Oui Oui

Oui Oui Oui (anglais) Oui Oui (anglais)

WebTutor Non Non Non Futur Non 50 inscr. : 250 $ = env. 1,65 KF Illimité : 3.000 $ = env. 20 KF 50 à 200 inscriptions : 200 KF 1000 inscriptions : 400 KF (+ 7% MA) 50 inscr. : 60 KF 1000 inscriptions : 100 KF WebTutor WebCT

Librarian

TopClass

VirtualU

12.

Support fourni par l'éditeur

13.15.5.1

Résultats

TopClass, VirtualU et WebCT fournissent des possibilités de test de la plate-forme avant acquisition (quoi qu'en anglais pour deux d’entre eux). Le support technique apporté par les éditeurs distribuant sous forme de licence d’utilisation (LearningSpace, Librarian, TopClass, VirtualU et WebCT) semble convenir : existence d’une documentation en ligne et imprimée, forum utilisateur, réseau de distribution. Le mode de distribution privilégié par Pleiad et WebTutor est l’hébergement. 13.16 Prix Les licences accordées par les éditeurs sont calculées selon deux modes de tarification : licence annuelle, par nombre d’utilisateurs, et licence sans limitation de durée (forfait avec ou sans maintenance annuelle, global ou par nombre d’utilisateurs). Certains éditeurs privilégient, à la date de l’étude, des formules d’hébergement.
LearningSpace Prix des produits (prix HT) Librarian TopClass VirtualU

Tranche Licence annuelle (par basse inscription / compte ou par accès simultané) Tranche haute Tranche basse

25 inscr. simul. * 2 semestres : 9,65 KF 500 inscr. simul. * 2 semestres : 90,65 KF 100 accès simultanés : 45,2 KF 45 KF 500 accès simultanés : 98,5 KF (+ 5 KF MA)

Pleiad

25 accès simultanés : 1450 $ = env. 9,5 KF 200 accès simultanés : 4750 $ = env. 31 KF

Licence sans limitation de durée (+ Tranche MA : maintenance haute annuelle) Mainten ance Tranche basse Hébergement Tranche haute

29,99 KF

5.000 $ US = env. 35 KF

pas de mise à (+ 15% MA) jour

A négocier

13.

prix des produits

57

WebCT

Pleiad

L'utilisation des NTIC dans la formation

Notes : Les prix indiqués ci-dessus sont les prix catalogue. Les éditeurs de plates-formes effectuent parfois des opérations temporaires de prix réduits. Les prix ci-dessous n’incluent pas le coût des autres matériels et logiciels nécessaires au fonctionnement du serveur de la plate-forme. Les coûts des licences ci-dessus ne sont pas des coûts totaux associés à l’usage d’un produit (logiciels + matériels + installation + formation + etc.). Les prestations couvertes par les formules d’hébergement sont plus larges que celles prévues dans les licences d’utilisation. Elles sont cependant à spécifier.

13.16.1 Résultats Dans tous les cas, le coût unitaire baisse sensiblement avec le nombre d’utilisateurs défini dans la licence. Pour LearningSpace, les tarifs ci-dessus sont des tarifs éducation à partir d’octobre 1999. La licence sans limitation de durée, qualifiée de "Solution formation" ne comporte pas de mise à jour, ce qui pourra impliquer un coût supplémentaire. Le tarif des mises à jour doit, à la date de l’étude, être précisé par la société Lotus. La documentation est en plus. Pour Librarian, les tarifs ci-dessus sont des tarifs éducation. L’éditeur de Pleiad privilégie une formule d’hébergement. WebCT propose la licence annuelle la moins coûteuse de tous les produits analysés pour un nombre réduit comme pour un nombre élevé d’utilisateurs, WebCT. WebCT propose également des formules "campus" pour des usages en grand nombre. L’éditeur de WebTutor privilégie une formule d’hébergement et propose également dans ce cadre un principe de tarification dont l’unité est l’heure d’utilisation. 13.17 Gestion de la scolarité Les fonctions relatives à la scolarité prises en compte dans la comparaison des platesformes sont : - inscription dans la plate-forme, - inscription à une formation, - modalités d’inscription, - possibilité d’auto-inscription,
LearningSpace WebTutor Admin. Autoinscript. Formateur Indiv./indiv. Tâches de scolarité : fonctionnalités présentes dans la plate-forme (Admin = administrateur, Form = formateur) Librarian TopClass VirtualU WebCT Formateur Formateur Indiv./indiv. Pleiad Admin. Form. Admin. Form. Indiv./indiv et groupes

Inscription à la plate-forme Admin. ("comptes”) Form. Inscription à une formation Admin. Form.

Procédés d’inscription à une Indiv./indiv formation et groupes

Admin. Form. Autoinscript. Admin. Form. (plusieurs rôles) Indiv./indiv. et groupes Parcours dynamique

Admin. Form. Admin. Form.

Admin. Form. (futur) Admin. Form. pour les forums Form. (futur) Indiv./indiv.

Indiv./indiv.

58

L'utilisation des NTIC dans la formation

Possibilité d’ajouter/ de supprimer une inscription à tout moment Auto-inscription formation à une

Oui Non

Oui

Oui

Oui Oui, avec/sans validation Oui Oui, en format de fichier traitable par un tableur ou par un outil proposé par l’éditeur

Oui Non Oui seulement par l’admin.

Oui Non Oui

Oui Oui, avec/sans validation Non

Oui, avec/sans Non validation Importation de données de Oui Oui scolarité par fichier externe Oui seulement seulement en format structuré par l’admin. super-admin. Oui, par requête Oui existante ou (traitement paramétrable Exportation de données dans un outil Non selon une de type technologie SGBD) de type SGBD. 14.

Non

Oui, en format de fichier traitable par un tableur

Non

Tâches de scolarité

13.17.1 Résultats En dehors de WebCT et de WebTutor, toutes les plates-formes permettent d’affecter les tâches de gestion de la scolarité au rôle d’administrateur ou à celui de formateur. Elles laissent à chaque institution la possibilité de définir les solutions qui lui conviennent. Les plates-formes analysées permettent d’effectuer des inscriptions sans contraintes de périodicité. Certaines plates-formes autorisent la gestion de conditions d’inscription (en fonction de critères comme le statut, le profil ou les résultats à des tests) et des formes d’auto-inscription par les apprenants eux-mêmes (Librarian, TopClass, WebTutor). De manière générale, le lien avec les systèmes d’information de l’établissement est techniquement faible : import et export de données par fichiers externes, fonction d’administrateur globale et souvent assimilée aux fonctions d’administration technique, opérations exigeant souvent un support aux formateurs utilisateurs ou l’intervention d’un administrateur spécialiste. Ainsi, dans une perspective de déploiement vers de nombreuses formations, la gestion de celle ci peut constituer un point critique. Cependant, dans plusieurs cas, les technologies utilisées par les plates-formes permettent d’envisager des extensions fonctionnelles (environnement de développement de Domino-Notes pour LearningSpace, implantation de TopClass sur Oracle, etc.) et des améliorations futures ; ces fonctionnalités ne sont pas implémentées à l’heure actuelle. Librarian présente l’ensemble de fonctionnalités le plus riche dans le domaine des inscriptions à la plate-forme et aux formations. WebTutor présente une philosophie de gestion des inscriptions adaptée aux contextes de la formation professionnelle en entreprise (inscription individu par individu, sur initiative des apprenants, dans un catalogue). WebCT attache les fonctionnalités de gestion de la scolarité au rôle du formateur. 13.17.2 Détails LearningSpace permet à plusieurs rôles, selon droits accordés, de créer des comptes ou d’inscrire des étudiants à des formations. Il ne permet pas d’auto-inscription. Des inscriptions par groupes sont possibles.

59

L'utilisation des NTIC dans la formation

L’importation de données de scolarité par fichier externe est possible par l’intermédiaire de Notes. L’export des résultats aux examens et tests est possible. Les traitements ultérieurs devront être réalisés dans un outil de type SGBD. Librarian définit plusieurs rôles (cumulables par une seule personne) pour gérer des inscriptions. Il autorise l’auto-inscription, avec ou sans validation, permet de définir des conditions d’accès aux enseignements (conditions qui peuvent si ce choix est fait être ignorées par une personne ayant ce droit), permet d’importer des fichiers externes d’utilisateurs (sous conditions d’arrêter la plate-forme, ce qui ne permet pas de délégation à un formateur), gère des actions par groupe. Pleiad fait créer les inscriptions sur la plate-forme (les comptes) par l’administrateur ou toute personne ayant le droit. Les inscriptions aux enseignements sont faites par toute personne ayant ce droit. Les inscriptions sont faites individu par individu ou par groupe, eux-mêmes constitués individu par individu. L’importation de listes externes d’utilisateurs doit être faite au niveau du super-administrateur. Il n’y a pas d’auto-inscription. Les classes et groupes peuvent être créés par l’administrateur ou toute personne ayant ce droit. TopClass fait créer les comptes par l’administrateur ou toute personne ayant ce droit. Les inscriptions à une formation sont individuelles ou à partir de listes importées. Il peut y avoir auto-inscription aux formations, avec ou ans validation. Les classes et groupes peuvent être créés par l’administrateur ou toute personne ayant ce droit. TopClass permet d’associer des actions (donc une inscription) à des tests. L’importation de données d’identification et de scolarité est possible et paramétrable. L’exportation de données est possible et WBTSystems fournit un logiciel associé gratuit ("Analyser") qui facilite le traitement des extraits de la base de données interne. VirtualU fait créer par l’administrateur les comptes individuels d’accès aux formations. Celuici ne peut déléguer cette fonction (fonctionnalité prévue dans la version 2.5). Les créateurs de cours/formateurs gèrent l’accès aux forums qu’ils modèrent. Il n’y a pas d’auto-inscription. WebCT fait créer les comptes individuels, les classes et les groupes par les créateurs de cours/formateur. Les inscriptions sont individuelles ou à partir de listes importées. Il n’y a pas d’auto-inscription. WebTutor autorise l’auto-inscription en ligne dans la plate-forme et dans une formation avec ou sans validation par un formateur. L’inscription se fait toujours individu par individu. 13.18 La création de cours : comparaison Ce chapitre comporte quatre parties : - la création des parcours-type, - l’édition des tests, - l’administration des matériaux, - les compétences demandées au rôle de créateur de cours. 13.18.1 Création des parcours-types Dans toutes les plates-formes comparées, une tâche centrale du créateur de cours consiste à construire un parcours-type de son enseignement, parcours-type qui définira un cadre temporel et une organisation pour les activités d’apprentissage des étudiants.

60

L'utilisation des NTIC dans la formation

Cette tâche sera complétée : - par la construction de liens entre ce parcours et des documents, lesquels sont ou ne sont pas partie intégrante de la plate-forme, - par la création de tests et d’exercices, avec un outil qui se trouvera ou non dans la plateforme, - par l’insertion plus ou moins structurée d’activités de communication, au choix individuelles ou collectives. Dans tous les cas, le créateur de cours aura des fonctionnalités permettant de modifier son parcours-type en déplaçant des parties, en les supprimant, en en rajoutant et en modifiant leur contenu. Les gestionnaires de parcours-types proposés par les plates-formes fournissent au créateur de cours des fonctionnalités diversifiées.

LearningSpace

Plan hiérarchique contenus et d’activités Paramétrage de dates

de

 

  

  

Ordonnancement thématique

 Calendrier associé

Ordonnancement séquentiel 

Parcours dynamique incluant des branchements définis par des résultats à des tests Modèles de parcours-type Affichage du parcours par vues multiples / recherche de modules par mots-clés

 Vues multiples / Mots-clés

Mots-clés

Mots-clés

Mots-clés

Héritage d’attributs sur des Notification éléments du des parcours Autres fonctionnalités modifications Paramétrage assistant la création de aux étudiants des modalités parcours-types Historique de suivi des des activités modifications Paramétrage de durée d’utilisation 15. Fonctionnalités assistant la création des parcours-types

Glossaire Paramétrage Index sur de durée texte intégral d’utilisation Bibliographie

13.18.1.1

Résultats

Cinq plates-formes proposent des fonctionnalités permettant de paramétrer la structure des parcours-type (LearningSpace, Librarian, TopClass, WebCT, WebTutor). Deux plates-formes, Pleiad, VirtualU, ne proposent pas de fonctionnalités spécifiques, et renvoient la conduite de l’apprentissage à des consignes communiquées aux intéressés (ce que les 5 plates-formes ci-dessus peuvent aussi faire). 13.18.1.2 Détails

LearningSpace permet de construire un parcours-type selon plusieurs modèles : une hiérarchie de contenus (à 3 niveaux), un séquencement et des contraintes temporelles, une affectation de parties ou d’activités à des individus ou des groupes. Les modèles peuvent être mixés.

61

WebTutor

Librarian

TopClass

VirtualU

WebCT

Pleiad

Fonctionnalités assistant la création des parcours-types

L'utilisation des NTIC dans la formation

Il est possible de renseigner des mots-clés qui permettent un affichage des unités du parcourstype par thèmes et une recherche par mots-clés (utilisateurs de Notes seulement). LearningSpace propose un module de construction de modèles de cours ("Course builder”) dont le premier usage concerne les aspects généraux de présentation et qui peut aussi porter sur tout paramètre du parcours. Il y a des fonctions de notification et d’historique des changements. Librarian propose des fonctionnalités très complètes d’élaboration des parcours-types, sans limitations du nombre de niveaux hiérarchiques organisant les activités. L’ensemble permet d’avoir une approche par hiérarchie de contenu, par séquencement, par activités affectables. Les unités peuvent être documentées par des mots-clés et notices descriptives cherchables. Librarian propose une fonctionnalité permettant de définir le type de suivi mis en œuvre dans les activités d’apprenants. Pleiad permet de structurer des parcours types dans une hiérarchie de répertoires à 3 niveaux. Il n’y a pas d’outil permettant d’associer des paramétrages temporels à cette hiérarchie. Le guidage de l’étudiant est opéré par des consignes rédigées par le tuteur / formateur et signalées par messageries ou par forum. TopClass permet de construire un parcours-type dans une hiérarchie à plusieurs niveaux, qui peut associer des contraintes temporelles. Le parcours pointe vers des textes et des tests Les résultats des tests peuvent entraîner des actions, des messages ou des consignes, autorisant la constitution d’un parcours dynamique différent de celui qui est présupposé dans la structure du contenu. Les outils de communication (messageries, forums) sont présents en permanence, mais il n’y a pas dans la gestion de parcours-type d’outil qui permette de les articuler spécifiquement à tel ou tel contenu (on peut cependant toujours écrire une consigne ou implanter un lien dans un document). VirtualU permet de créer des parcours-types divisés en unités chronologiques ou thématiques qui contiennent des liens (pointeurs) vers des ressources, des activités, des consignes, des informations diverses (permanences), tous matériaux situés en dehors de la plate-forme. WebCT permet de créer des parcours-types grâce à une structure hiérarchique. Il offre de larges possibilités pour incorporer à tout endroit des outils : glossaire, index, références bibliographiques, objectifs d’apprentissage de la page, tests, quiz, clip audio et vidéo, chat, bulletin d’annonces, messageries, etc. Ces outils peuvent être paramétrés par défaut sur tout le cours ou bien ajoutés/enlevés uniquement à un endroit donné du cours. Un calendrier présente les activités et les travaux à remettre. Ce calendrier n’est pas intégré dans le parcours-type (ce sont donc des consignes plus que des contraintes). WebTutor propose un modèle de parcours-type séquentiel, avec des options possibles (acticvités parallèles, préalables, postérieurs; activités optionnelles, obligatoires). Il n’y a pas de structuration hiérarchique des modules. 13.18.2 Edition des tests Les tests sont un outil largement mis en œuvre dans tous les dispositifs de formation ouverte et à distance.

62

L'utilisation des NTIC dans la formation

LearningSpace

Création des tests

Il y a l’éventail des tests habituels (QCM, QCU, appariement, question ouverte)

Oui Restrictions temporelles Tirage aléatoire Pondération Actions/ alertes Non

Pas en natif mais interopérabilité

Pas en natif

Oui Restrictions temporelles Tirage aléatoire Pondération Actions/ alertes

Pas en natif

Oui Restrictions temporelles Tirage aléatoire Pondération Actions/ alertes Non

Fonctionnalités d’apport

Intégration à une gestion administrative

Non 16. Création de tests

Non

13.18.2.1

Résultats

Les produits analysés se répartissent en deux catégories : - ceux qui n’intègrent pas d’outil de création de tests (Pleiad, VirtualU, WebTutor), - ceux qui gèrent des techniques interopérables (Librarian), - ceux qui intègrent un outil de création de tests (LearningSpace, TopClass, WebCT). Pour ces derniers, les fonctionnalités sont très similaires. Cependant, aucune des plates-formes comparées ne propose de fonctionnalités d’intégration entre les tests et la gestion administrative des formations. 13.18.2.2 Détails LearningSpace fournit l’éventail des tests habituels : question à réponse unique Oui/Non, Vrai/Faux, items multiples, questions à réponses multiples, questions ouvertes, texte à trous, appariement. Les questions peuvent être des questions d’auto-évaluation, des évaluations, des enquêtes. La notation peut être automatique ou manuelle. LearningSpace fournit des outils d’analyse et de synthèse sur un ensemble de tests (par étudiant ou par cours). Une fonctionnalité de banque de tests à tirage aléatoire est disponible. Il y a des fonctionnalités d’alerte, de demande de correction, de notification de correction. L’ensemble des matériaux peut être importé/exporté selon un format de fichier texte spécifique. Librarian ne contient pas d’outil de création de tests en natif mais renvoie cette fonction aux ressources pédagogiques avec lesquelles il interopère (avec la possibilité de recueillir les résultats pour sauvegarde et traitement dans la plate-forme). Pleiad ne contient pas d’outil de création de tests en natif. TopClass autorise l’édition d’une gamme de tests plus large que l’éventail habituel (images à zone sensible), permet des auto-évaluations et ajoute des fonctionnalités comme le tirage aléatoire, la pondération des réponses et le déclenchement d’action dépendant des résultats des tests (avertir un tuteur, ouvrir un chapitre nouveau, etc.). TopClass autorise l’édition des données sur les résultats et les utilisations des questions pour traitement dans un outil associé (Analyser). VirtualU ne contient pas d’outil de création de tests en natif.

63

WebTutor Pas en natif

Librarian

TopClass

VirtualU

WebCT

Pleiad

L'utilisation des NTIC dans la formation

WebCT autorise l’édition d’une gamme de tests large, permet des auto-évaluations et ajoute des fonctionnalités comme le tirage aléatoire, la pondération des réponses et le déclenchement d’action dépendant des résultats des tests (avertir un tuteur, ouvrir un chapitre nouveau, etc.). Les questions et résultats peuvent être exportés dans un format de fichier texte propriétaire. WebCT offre de très larges fonctionnalités d’analyse des réponses et permet, par une fonctionnalité de gestion d’une base de questions, d’obtenir des données sur les résultats et les utilisations des questions. WebTutor ne contient pas d’outil de création de tests en natif et pourrait incorporer QuestionMark Perception, un outil de passation, d’administration et de gestion des tests. 13.18.3 Administration des matériaux L’administration des matériaux est une fonction distincte de la création des matériaux (composition de pages, développement de produits interactifs - non analysé dans cette étude). Elle concerne le stockage, la recherche, le partage et l’importation des matériaux.
LearningSpace Gestion des matériaux WebTutor Guidé Spécifique à un enseignement Non guidé Externe  Sauvegarde sur le PC du créateur de cours Librarian TopClass VirtualU WebCT Externe

Rattachement des matériaux Guidé/non Guidé Guidé Guidé au parcours-type guidé Spécifique à Partagé avec Partagé avec Spécifique à Système de gestion des un gestion de gestion de un matériaux enseignement droits droits enseignement ou Externe Signalétique structurée permettant des recherches de    matériaux par mots-clés Outils d’importation de     matériaux Rôle spécifique de Autres "Content manager" 17. Gestion des matériaux

Pleiad

Non guidé

13.18.3.1

Résultats

Toutes les plates-formes proposent des fonctionnalités d’aide pour le rattachement de matériaux au parcours-type, sauf celles qui ont fait le choix d’une architecture où les matériaux sont totalement indépendants de la plate-forme. Librarian et Pleiad proposent en natif une base de matériaux pédagogiques partageables (selon droits accordés) entre les créateurs de cours. Les autres plates-formes soit gèrent ce point en interne sans partage entre enseignements (LearningSpace, TopClass, WebCT), soit le renvoient à des outils externes (LearningSpace, VirtualU, WebTutor). 13.18.3.2 Détails

LearningSpace met à la disposition du créateur de cours une "médiathèque", dans laquelle sont créés des documents (textes et images fixes essentiellement) au sein desquels seront insérés des liens vers d’autres documents (pouvant être multimédias, interactifs) ou vers des applications à utiliser par l’étudiant (feuille de calcul, simulation, etc.). Ces liens peuvent mener vers des matériaux qui sont, physiquement, hors de la plate-forme.

64

L'utilisation des NTIC dans la formation

Cette médiathèque est spécifique à un enseignement. Son utilisation est obligatoire pour les cours dont les utilisateurs emploient le logiciel Notes. L’incorporation de matériaux peut se faire directement ou par copier/coller. Il n’est pas possible d’importer directement des cours composés de plusieurs fichiers. Librarian met à disposition une base de matériaux pédagogiques, avec un rôle de gestionnaire de contenus. Librarian demande au créateur de cours de définir un parcours-type, avec comme LearningSpace, la possibilité de définir des parcours de manière structurée. La plate-forme permet une recherche par mot-clé dans une fiche signalétique de matériaux. L’importation de matériaux n’est facilitée que dans le cas d’une utilisation de matériaux développés avec les dernières versions de Toolbook (même éditeur que Librarian). Pleiad stocke dans une base de données accessible de manière transparente depuis la plateforme des matériaux qui sont créés en dehors et indépendamment de la plate-forme. Tout type de matériaux peut être stocké. Les ressources peuvent être décrites dans des fiches signalétiques du point de vue de leurs objectifs, prérequis, conditions d’utilisation, etc. : la plate-forme permet une recherche par mot dans ces fiches. TopClass demande au créateur de construire une structure de cours analogue au plan d’un document, puis de créer ou d’importer des pages d’information, des tests et de les placer aux différents endroits de ce plan. Les matériaux et le parcours-type ne sont pas indépendants. TopClass illustre ainsi l’idée d’un support de cours interactif. L’éditeur de TopClass, WBTSystems, propose une série d’outils associés qui permettent l’importation de documents au format Word, Powerpoint ou HTML. VirtualU repose sur un principe d’indépendance entre matériaux et plate-forme. Le rattachement des matériaux au parcours-type n’est pas guidé. WebCT propose une gestion de fichier qui permet au créateur de cours de gérer ses matériaux, dans des répertoires installés sur le serveur mais propres à l’enseignement. L’éditeur recommande d’avoir sur le PC personnel du créateur de cours une copie fidèle du répertoire serveur, cette méthode et l’ensemble des outils existants rendant la gestion des matériaux facile à maîtriser, mais sans fonctionnalité de partage. WebTutor repose sur un principe d’indépendance entre matériaux et plate-forme. Le rattachement des matériaux au parcours-type n’est pas guidé. 13.18.4 Compétences requises pour le rôle de créateur de cours Les compétences demandées en matière de langages techniques ou d’opérations formelles pour une maîtrise du rôle de créateur de cours conduisent à distinguer plusieurs types de tâches : - la construction de pages Web contenant du texte et des images fixes, - la construction de pages Web contenant d’autres médias (animation, son), - l’importation et la transcription de documents en fichiers au format HTML, - la construction des tests et questionnaires, - la maîtrise des architectures techniques côté serveur.

65

L'utilisation des NTIC dans la formation

LearningSpace

HTML pour la création / mise à jour de pages incorporant textes et images fixes HTML pour la création de tests Importation de tests : maîtrise de structures particulières Importation/ mise à jour de documents : maîtrise des architectures techniques côté serveur

Non Non Oui Oui/Non selon méthode 18.

Sans objet Sans objet Sans objet Oui/Non selon méthode

Sans objet Sans objet Sans objet

Selon méthode Oui Oui

Sans objet Sans objet Sans objet

Non Non Oui

Oui

Non

Oui

Non

WebTutor Sans objet Sans objet Sans objet Oui

Librarian

TopClass

VirtualU

Compétences requises pour les créateurs de cours

13.18.4.1

Résultats

Deux types de plates-formes sont à considérer : - celles qui intègrent la création des documents (LearningSpace avec Notes, TopClass, WebCT), - celles qui renvoient cette fonction à des outils externes (Librarian, Pleiad, VirtualU, WebTutor). Pour les premières, des compétences de type HTML ne sont pas nécessaires pour la création/mise à jour de cours, quand il s’agit de contenus de base (texte, images fixes, tests). TopClass demandera plus rapidement un certain niveau de compétences techniques aux formateurs. Pour les secondes, il n’y a par principe aucune exigence de la plate-forme elle-même, (ce serait une exigence liée à l’outil tiers). En revanche, du fait d’un choix d’une architecture non intégrée, ces plates-formes demandent une certaine maîtrise des configurations techniques du côté serveur. Un point particulier concerne l’importation de fichiers structurés correspondants à des tests. Cette possibilité existe pour LearningSpace, TopClass et WebCT. Elle exige d’avoir des fichiers textes structurés selon des syntaxes particulières. Selon le scénario adopté, les opérations de création/d’importation peuvent nécessiter un apprentissage. Pour toutes les plates-formes, des compétences techniques spécifiques deviennent nécessaires quand les créateurs de cours souhaitent incorporer des médias de type son image vidéo, etc. 13.18.4.2 Détails

LearningSpace demande au rôle de créateur de cours l’utilisation d’un logiciel propriétaire (Notes). Ce logiciel, aujourd’hui en version 5, présente des fonctionnalités recouvrant à la fois celles d’un navigateur Web avec messageries, d’un éditeur de documents, d’un système de gestion de documents et d’une gestion d’agenda - de planning. La maîtrise de l’ensemble des fonctionnalités de Notes demande un apprentissage. L’importation de tests implique la manipulation de fichiers texte respectant une syntaxe particulière Librarian reporte en externe toute l’activité de création de matériaux pédagogiques mais demandera au créateur de cours une certaine maîtrise des architectures techniques côté serveur.

66

WebCT

Pleiad

Des compétences spécifiques sont-elles nécessaires ?

L'utilisation des NTIC dans la formation

Pour Pleiad, l’importation des matériaux dans la plate-forme se fait avec un outil appelé Télécommande dont la maîtrise implique une bonne compréhension du système d’exploitation Windows. De plus, à l’heure actuelle, l’insertion de lien URL (accès ouvert à des pages du Web) ne peut être réalisée par un créateur de cours. En pratique, l’importation des matériaux doit être déléguée à une personne spécialisée (le super administrateur). Dans TopClass, un cours peut être préparé avec un outil comme Word ou PowerPoint. Les modifications, adjonctions apportées par la suite, dès qu’elles dépassent un niveau très élémentaire, imposent une maîtrise de HTML ou de langage comme Javascript (notamment pour tirer des liens non prévus dans le plan de cours entre leçons). Selon l’éditeur WBTSystems, cette exigence devrait disparaître avec le développement d’un atelier intégré, qui serait dénommé Publisher. C’est également le cas pour la construction des tests : l’éditeur interne à la plate-forme ne permet pas de faire une mise en page suffisante, et l’import de tests exige la rédaction d’un document contenant des balises dans un langage de type HTML (langage QML propriétaire). Dans le cas de WebCT, on peut se passer d’une connaissance de HTML mais seulement pour une utilisation de base de la conception de pages. L’inclusion d’éléments multimédias (sons, images, etc.), en dehors même de la création du matériau, exige une maîtrise de commandes du langage HTML et une connaissance des principes techniques de l’hypertexte. La création de tests peut être faite directement dans WebCT grâce à un outil qui n’impose pas de connaissances techniques particulières ; l’importation de tests implique la création de documents respectant une syntaxe particulière. Webtutor envisage la création d’un outil d’aide à la constitution de textes, qui serait dénommé Webauthor. 13.19 La vue du formateur : comparaison Ce chapitre comporte quatre parties : - gestion du rôle de formateur, - adaptation du parcours-type, - fonctions de télétutorat, - fonctions d’évaluation. 13.19.1 Gestion du rôle de formateur Deux dimensions permettent de caractériser la gestion du rôle de formateur : - l’envergure qui lui est donné dans les fonctionnalités, et notamment la possibilité d’avoir une vision sur plusieurs formations, - la possibilité de partage de tâches dans une formation.
LearningSpace Gestion du rôle de formateur WebTutor Non Oui Non Non Librarian TopClass VirtualU WebCT Oui Non

Le formateur a un identifiant unique sur l’ensemble de ses formations Le formateur peut avoir une vue homogène sur l’ensemble de ses étudiants, sur toutes ses activités

Oui

Oui

Pleiad Non

Oui

Non

Non

Non

Non

67

L'utilisation des NTIC dans la formation

Peut-il y avoir plusieurs formateurs pour une formation ? Des matériaux sont-ils partageables entre formateurs ? Fonctionnalités de recherche des matériaux partagés

Oui Oui Oui

Oui Oui Oui 19.

Oui Oui Oui

Oui Oui Oui

Non Oui Non

Non Non Non

Oui Oui Oui

Gestion du rôle de formateur

13.19.1.1

Résultats

Les formateurs ont en général un identifiant unique pour l’ensemble des formations dans lesquels ils interviennent mais ils n’ont pas d’outil pour voir l’ensemble de leurs tâches dans une perspective englobant plusieurs formations. A l’exception de VirtualU et WebCT, les plates-formes autorisent une intervention de plusieurs formateurs dans la même formation. Dans tous les cas, il y des mécanismes permettant de délimiter leur champ d’action (sinon, on attend des intéressés qu’ils se coordonnent euxmêmes, sans support particulier de la plate-forme). WebCT a une logique stricte de segmentation par formation et ne prévoit ni identifiant unique, ni vue transversale à plusieurs formations, ni partage de matériaux ou de tâches entre formateurs. 13.19.1.2 Détails

LearningSpace, en version 3 Forum, ne permet pas à un formateur d’avoir une vue sur l’ensemble des étudiants. Le module Live (non analysé dans cette étude) donnera au formateur quelques premières fonctionnalités de vue transversale à des formations. Il y a dans LearningSpace des mécanismes de droit d’accès permettant de délimiter le champ d’action des formateurs dans un parcours-type, dans un document ou dans une activité. Une recherche par mots-clés des matériaux inclus dans les médiathèques est possible par l’intermédiaire du logiciel Notes. Librarian. Il permet d’avoir plusieurs formateurs et leurs droits peuvent être délimités sur des cibles (groupes ou individus) et des champs (leçons, blocs, modules) avec éventuellement une période de validité. Pleiad considère la fonction de formateur au travers de l’organisme ou du site où il intervient, ce qui donne la possibilité de remplacement, mais pas celle d’une vue attachée à l’ensemble des tâches d’un formateur. TopClass ne permet pas au formateur d’avoir une vue transversale sur ses formations. TopClass a mis en place un mécanisme, dit de contexte, qui permet à des formateurs de modifier la vue que les étudiants ont sur le parcours-type, unique, de la formation. VirtualU a une logique de segmentation par formateur, dans une perspective proche de celle ce WebCT, le partage des matériaux étant cependant permis en raison de leur gestion en dehors de la plate-forme. WebCT, dans une logique stricte de segmentation par formation, ne propose aucune fonctionnalité d’identification commune sur plusieurs formations (que ce soit pour les formateurs ou pour les étudiants). Webtutor attribue à chaque personne un identifiant unique sur toute la plate-forme, quel que soit son rôle. Les parcours-types, sous le nom de modules, peuvent être utilisés par tout intervenant à une formation.

68

L'utilisation des NTIC dans la formation

13.19.2 Adaptation du parcours-type La première fonction des formateurs est de pouvoir modifier des parcours-types en cours de formation.
LearningSpace WebTutor Oui Oui Librarian TopClass VirtualU WebCT Oui Adaptation à la demande des parcours-types

Le formateur peut affecter des contenus de cours ou des tests à tout moment à des individus

Oui

Oui

Pleiad Oui

Oui

20.

Adaptation à la demande des parcours-types

13.19.2.1

Résultats

Toutes les plates-formes analysées permettent de modifier des parcours-types une fois ceux-ci créés. Dans le cas où des parcours dynamiques existent (Librarian, TopClass), ceux-ci sont également modifiables. 13.19.2.2 Détails

LearningSpace permet d’affecter directement un parcours spécifique à une personne par le jeu des fonctions d’agenda et des droits d’accès aux documents. Librarian donne une grande liberté pour assigner des leçons ou des parties de leçons à des individus ou à des groupes, à condition que le formateur ait les droits correspondants. Le formateur peut aussi individualiser en posant des prérequis ou des conditions (critères) pour l'accès à un contenu. Parmi ces critères, peuvent figurer des résultats à des tests. Pleiad permet d’affecter directement un parcours spécifique à un étudiant. TopClass permet à tout moment au formateur d’adapter pour une personne ou un groupe le parcours-type en créant une vue particulière (certains éléments sont cachés, d’autres sont ajoutés). La création des vues ne modifie pas le parcours-type ; la suppression d’un élément entraînera sa disparition dans le parcours-type; les mises à jour du parcours-type seront répercutés dans les vues. Le formateur peut créer des parcours dynamiques ou l’accès à des contenus dépendent des résultats à des tests. VirtualU permet la modification de parcours-types mais n’offre pas de moyens spécifiques pour l’affecter à un sous-groupe ou à une personne. Cette plate-forme poursuit une logique de formation collective et met en œuvre une pédagogie de groupe avec utilisation privilégiée des forums : la réponse à des besoins individuels se fera dans ce cadre. WebCT n’offre pas de moyens spécifiques de modification d’un parcours pour une personne (c’est la même procédure que pour un groupe complet). WebCT fournit cependant un outil qui permet à tout moment au formateur de sélectionner des d’étudiants sur des critères d’activité (réussite à des tests par ex.) : il engagera alors les actions d’adaptation qu’il juge nécessaires. Webtutor permet au formateur, de modifier le parcours-type, au cours de la session qu’il organise, pour un groupe ou un individu.

69

L'utilisation des NTIC dans la formation

13.19.3 Fonctions de télétutorat Les fonctions de télétutorat comparées dans le tableau ci-dessous concernent : - la communication avec les apprenants, par messagerie et par forum, - la possibilité de suivre les activités d’étudiant sur la plate-forme, et de constituer des groupes en fonction des données de suivi, - la gestion d’agendas personnels mais partageables, et la possibilité d’organiser des activités de tutorat en temps réel, synchrones.

LearningSpace

Télétutorat

Télétutorat asynchrone O = messageries permettant d’envoyer un message texte à un individu * = messageries permettant des attachements, classements de messages, listes ** = messageries permettant des attachements, classements de messages, listes et contextualités Forums * = un seul par enseignement avec gestion de thèmes ** = multiples Suivi des activités d’étudiant * = affichage de données ** = données et indicateurs graphiques Constitution de groupes pendant la conduite de l’enseignement * = individu par individu ** = individu par individu et sur critères Agenda formateur-étudiant O = pas d’agenda formateur-étudiant * = un agenda non partagé ** = un agenda partagé Télétutorat synchrone O = pas de fonctionnalités de communication synchrone ou chat seulement * = Tableau blanc ou visioconférence ** = Partage d’application, Web Tour Autres

*

O

*

O

*

**

WebTutor O ** ** Pas en natif * ** ** * / ** * *

Librarian

TopClass

VirtualU

**

**

** Pas en natif *

*

** Pas en natif *

*

*

*

*

**

*

*

O

O

O

*

Futur (**) Outils de collecte d’opinions 21.

O

O

O

O

Télétutorat

13.19.3.1

Résultats

Pour les trois groupes de fonctionnalités de télétutorat, WebCT offre les fonctionnalités les plus riches. De manière générale, les forums sont une fonctionnalité commune, alors que la communication synchrone est peu fréquente (mais c’est la conséquence du choix initial des plates-formes dans cette étude) : WebCT et WebTutor (dans le futur LearningSpace) ont développé certaines fonctionnalités de communication synchrone. 13.19.3.2 Détails

70

WebCT * / **

Pleiad

L'utilisation des NTIC dans la formation

LearningSpace fournit des fonctionnalités étendues de messageries (c’est une fonctionnalité de Notes), logiciel considéré comme faisant partie de la plate-forme pour les rôles de formateur, associée à une fonctionnalité de listes incluse dans la plate-forme. Les messages ne sont pas contextualisés avec les documents de LearningSpace). LearningSpace propose une structure (appelée Courseroom, salle de cours), associant forums de discussion, outil de travail collectif pour des activités, avec une attribution de droits à des groupes de travail, des étudiants isolés et une gestion de la communication entre étudiants et formateurs autour des activités et devoirs. Les groupes de travail sont constitués individu par individu et ont une gestion indépendante d’une opération particulière (suivre un parcours-type, participer à un forum, avoir le droit de consulter certains documents). LearningSpace fournit des outils de suivi des activités d’étudiants et dans un parcours-type. LearningSpace propose au formateur un agenda (à noter que c’est une fonctionnalité de Notes, qui est considéré dans cette comparaison comme faisant partie de la plate-forme pour le rôle de formateur). Cet agenda n’est pas un agenda partagé avec les étudiants, sauf si ceux-ci disposent du logiciel Notes, auquel cas on a une fonctionnalité d’imbrication entre agendas. Dans ce cas cependant, l’imbrication ne fonctionnera pas avec le parcours-type défini dans LearningSpace, c’est-à-dire que les données propres à la formation ne sont pas incorporées dans l’agenda partagé. Dans sa version 3 (version anglaise juillet 1999), LearningSpace fournit des fonctionnalités de communication synchrone. Ces fonctionnalités exigent l’installation sur un serveur spécial (Sametime). Des tests concernant l’intégration dans l’ensemble LearningSpace sont à faire. Librarian fournit une interface de messagerie vers un serveur externe à la plate-forme. Il n’est pas possible d’attacher des documents. Il est possible de créer de multiples forums, avec des conditions d’accès. Les fonctionnalités de suivi dans Librarian sont élaborées (relevé des opérations de consultation, des activités à réponse, etc.) si les techniques d’interopérabilité avec les ressources pédagogiques sont utilisées (les fonctionnalités sont plus importantes avec les ressources développées en Toolbook). S'il détient les droits d'Organizer, le formateur peut créer de nouvelles organisations et des sous-organisations à l'intérieur de la structure organisationnelle. Le principe d'héritage des attributs permet une gestion riche et optimisée de ces différents groupes à condition de bien le maîtriser. Il n’y a pas d’agenda ni d’outil de communication synchrone. Pleiad met en œuvre une messagerie de niveau 4 (documents attachés, classement des messages, listes de diffusion – fonctionnalité restant à paramétrer lors de l’étude). Pleiad propose en natif des fonctionnalités réduites de suivi des activités d’étudiants. Les groupes sont constitués individu par individu. Il n’y a pas d’agenda formateur-étudiant ni d’outil de communication synchrone. TopClass propose des fonctionnalités réduites de messageries : celle-ci ne permet pas au formateur de sauvegarder les documents envoyés, il ne peut constituer de listes. Cependant, les messages sont contextualisés. TopClass propose plusieurs forums. TopClass propose des outils de suivi des travaux d’étudiants mais ne permet pas comparer avec d’autres étudiants (l’éditeur distribue gratuitement un logiciel associé (Analyser) qui permet de retraiter les informations extraites de la base de données (format de fichier propriétaire) sur laquelle la plate-forme est installée). Les groupes sont constitués individu par individu.

71

L'utilisation des NTIC dans la formation

Il y a un bulletin d’annonce. Il n’y a pas d’outil de communication synchrone. VirtualU met en œuvre une communication plus par forums que par messageries. Un nombre non limité de forums peut être créé : un forum n’est pas restreint, fonctionnellement, à un enseignement (ce peut être un choix d’organisation). Les forums ont des fonctionnalités de consultation, de réponse, d’attachement. La plate-forme ne fournit pas en natif d’outils de suivi ; les groupes sont constitués individu par individu. WebCT met à disposition des formateurs un système de messageries avec des fonctionnalités élaborées, contextualisés. Il est possible de créer des forums multiples. Il y a une fonctionnalité agenda dont la contextualisation du message sur la page du cours consulté. On retrouve dans la messagerie autant l’idée d’un envoi de message que celle d’une discussion entre personnes. Les forums sont également fonctionnellement riches. WebCT propose des outils élaborés de suivi des étudiants et de comparaison avec les pairs. Des indicateurs permanents, avec comparaison individu-groupe, sont accessibles ; le formateur peut sélectionner des populations sur la base de ces indicateurs. WebCT permet de constituer des groupes sur critères. WebCT propose un agenda. Le tuteur peut y attacher des documents ou une URL, il peut donc fonctionner conjointement au parcours-type. Cet agenda est partagé en ce sens que des informations peuvent être rajoutées par tous les utilisateurs et rendues publiques. Il ne l’est pas dans la mesure où aucune consolidation entre différents agendas n’est faite. WebCT met à disposition deux outils de communication synchrone (chat et tableau blanc). WebTutor fournit une messagerie qui permet d’attacher des documents, qui est liée à l’annuaire de l’organisme et qui permet de choisir entre boîte aux lettres interne et serveur de messagerie externe. Cette fonctionnalité ne permet pas de gérer des listes de diffusion ni de classer les messages envoyés ou reçus. WebTutor propose en natif des fonctionnalités très réduites de suivi des activités d’étudiants. L’éditeur envisagerait dans le futur de laisser une grande partie des informations de suivi sur l'initiative de l’apprenant. Les groupes sont constitués individu par individu. Webtutor propose un agenda partagé en consultation mais pas en modification. La période de temps couverte par cet agenda est limitée à une semaine. Webtutor ne dispose pas de tableau blanc en natif mais a intégré le logiciel de conférence Netmeeting, tableau blanc point à point : l’intégration de NetMeeting dans Webtutor est réalisée jusqu’aux points suivants : utilisation de l’annuaire de l’organisme WebTutor, ergonomie homogène et téléchargement de Netmeeting sur le poste de l’apprenant à partir du serveur Webtutor. 13.19.4 Fonctions d’évaluation Les fonctions d’évaluation sont les fonctions permettant de mener ou d’administrer des évaluations.
Fonctions d’évaluation

LearningSpace

72

WebTutor

Librarian

TopClass

VirtualU

WebCT

Pleiad

L'utilisation des NTIC dans la formation

Paramétrage notation automatique/ notation manuelle Modifications des notations, notation globale Exportation des résultats à des évaluations

Oui Oui Oui

Pas en natif

Pas en natif

Oui Oui Oui

Pas en natif

Oui Oui Oui

Pas en natif

Autres

Technologie d’interopérabilité Affectation d’un tuteur à chaque étudiant 22.

Affectation d’un tuteur à chaque étudiant

Rôle spécifique de "grader"

Fonctions d’évaluation

13.19.4.1

Résultats

Les plates-formes qui intègrent comme fonctionnalité la notation des travaux des étudiants (LearningSpace, Librarian, TopClass, WebCT) présentent des fonctionnalités avancées, assez voisines, concernant la notation, les commentaires, la mise à jour des notations, les messages aux étudiants, l’exportation de résultats pour traitement externe. 13.19.4.2 Détails

LearningSpace ne gère pas la cohérence entre travaux de correction réalisés par plusieurs formateurs dans la même formation (il est donc nécessaire qu’ils se coordonnent en dehors des fonctionnalités de la plate-forme). Librarian permet de remonter des données obtenues dans des applications interopérables avec la plate-forme. 13.20 La vue de l’étudiant : comparaison Les points abordés dans cette partie sont les suivants : - identité et informations générales sur les étudiants, - les outils personnels des étudiants, - les outils collectifs des étudiants, - les outils spécifiques de soumission de travaux. Note : Dans les plates-formes analysées, les fonctionnalités générales de communication proposées aux étudiants sont les mêmes que celles qui sont proposées aux formateurs. Il peut cependant y avoir des différences dans les fonctionnalités de détail ou dans les scénarios. S’agissant de LearningSpace, ces différences entre la vue formateur et la vue étudiant pourront être importantes dans la mesure où elles dépendent d’un logiciel matériellement différent de la plate-forme (logiciel Notes) mais qui a été considéré comme faisant partie prenante du produit pour cette étude. 13.20.1 Identité et information sur les étudiants

73

L'utilisation des NTIC dans la formation

Quatre indicateurs sont utilisés : - existence d’un identifiant unique sur plusieurs formations, - espace de travail homogène sur plusieurs formations, - espace de présentation personnel, - possibilité de changer le mot de passe.
LearningSpace WebTutor Non Non Oui Oui Oui Non Oui Non Librarian TopClass VirtualU WebCT Oui Non Oui Oui Identité et information sur les étudiants

Identifiant unique sur plusieurs formations et vue d’ensemble des inscriptions Vision temporelle / espace de travail homogène sur plusieurs formations Espace de présentation personnel Changement du mot de passe

Oui Non Oui Non 23.

Oui Non Oui Oui

Pleiad Oui Non Oui Oui

Oui Non Oui Oui

Identité et information sur les étudiants

13.20.1.1

Résultats

Les plates-formes permettent toutes (sauf WebCT) à l’étudiant d’avoir un identifiant unique et une vue d’ensemble de ses inscriptions (en général à l’écran d’accueil). Mais les fonctionnalités "transversales" aux formations s’arrêtent là. Un espace de présentation personnel et la gestion par l’étudiant lui-même de son mot de passe sont également communs. 13.20.1.2 Détails

LearningSpace permet le changement du mot de passe de l’étudiant mais cette opération doit être réalisée par le formateur. Librarian permet à l’étudiant de voir lors d’un accès à sa page d’accueil l’ensemble des modules auxquels il est inscrit et ceux auquel il pourra s’inscrire une fois satisfait les critères d’entrée dans ces derniers. Il est possible de paramétrer un profil personnel d’étudiant comportant un nombre important d’attributs. 13.20.2 Outils personnels d’étudiant Les outils personnels des étudiants relèvent de trois catégories : - des outils tableau de bord, leur permettant de suivre leur progression, - des outils d’appropriation des documents de cours, - des outils d’organisation personnelle (agenda, sauvegarde, classement). Note : dans ce tableau, les fonctionnalités des plates-formes sont comparées en faisant l’hypothèse d’un accès utilisateur "nomade", c’est-à-dire à partir d’un ordinateur non propriétaire, disposant d’un navigateur universel.

74

L'utilisation des NTIC dans la formation

LearningSpace

* = indicateurs d’avancement dans le parcours d’apprentissage ** = indicateurs d’avancement et de comparaison avec des groupes * = indicateurs d'autoévaluation ** = indicateurs d'autoévaluation et de comparaison avec des groupes Dossier personnel de documents Possibilité d’annoter ou structurer des documents communs Agenda personnel Archivage personnel des messages reçus/envoyés par messagerie

*

*

*

*

Non

**

WebTutor * ** Non Non Non Oui Oui Non Non Oui Oui

Librarian

TopClass

VirtualU

*

*

Non

*

Non

Oui Oui Non Non 24.

Non Non Non Non

Non Non Non Futur

Non Non Non Oui/Non

Oui Non Oui Oui

Outils personnels des étudiants

13.20.2.1

Résultats

L’espace de travail fourni aux étudiants est le plus riche dans WebCT et LearningSpace. Les autres plates-formes présentent un ensemble moins complet de fonctionnalités ou renvoient ces fonctionnalités à des outils en externe. 13.20.2.2 Détails

LearningSpace propose des outils d’auto-évaluation avec notation automatique et de repérage de sa progression. LearningSpace permet à l’étudiant de se constituer un dossier personnel (technique des signets) et d’ajouter des annotations aux documents de cours. Librarian permet, si les techniques d’interopérabilité avec les ressources pédagogiques sont mises en œuvre, à l’étudiant de consulter des indicateurs d’auto-évaluation et d’avancement. Pleiad ne propose pas en natif d’outils d’auto-évaluation ni d’outil d’organisation. La plateforme permet à l’étudiant d’avoir un espace personnel de documents au travers des fonctionnalités de la messagerie. TopClass propose des outils d’auto-évaluation avec notation automatique sans comparaison avec le groupe ou une autre personne. Dans TopClass, l’étudiant peut classer des messages personnels reçus dans des répertoires de sa boite aux lettres, mais pas les messages envoyés. VirtualU n’intègre pas en natif dans la plate-forme d’outils d’auto-évaluation, mais offre un espace personnel de rangement de documents y compris multimédias et offre un agenda personnel non partagé. WebCT propose des outils d’auto-évaluation avec notation automatique. La comparaison est possible avec une moyenne du groupe. WebCT fournit au travers de sa messagerie des outils de rangement de messages et propose un agenda comportant des fonctionnalités de partage. WebTutor met à disposition des étudiants un bloc notes et leur permet de sauvegarder et rendre accessible des documents, mais sans possibilité de classement. Un agenda existe.

75

WebCT

Pleiad

Outils personnels des étudiants, en natif dans les plates-formes

L'utilisation des NTIC dans la formation

13.20.3 Outils collectifs d’étudiant Deux indicateurs sont utilisés dans la comparaison : - les forums et leur utilisation par les étudiants, - la fonctionnalité de tableau blanc.
LearningSpace Outils collectifs d’étudiant WebTutor Oui Oui Oui Oui (sur initiative formateur) Librarian TopClass VirtualU WebCT Oui Non Groupe de présentation

L’étudiant peut créer des thèmes de discussion dans les forums Tableau blanc entre étudiants

Oui Futur Conduite d’activité en sous-groupe par les étudiants Outils de collecte d’opinions

Oui Non

Pleiad Oui Non

Oui Non

Autres

25.

Outils collectifs d’étudiant

13.20.3.1

Résultats

Le ou les forums sont un outil très commun dans toutes les plates-formes. Dans tous les cas, les étudiants peuvent créer des thèmes de discussion à l’intérieur de forums, si les droits leur ont été accordés. La fonctionnalité Forum est la plus élaborée dans LearningSpace et dans WebCT. WebCT fournit en natif (applet Java) un outil de type tableau blanc et WebTutor a intégré NetMeeting. 13.20.3.2 Détails

LearningSpace gère la communication entre participants d’un cours avec un forum décliné en différentes fonctionnalités grâce à des formulaires (discussions, devoirs, sondages / tests, travail en groupes de destinataires, appel d’actions vers le formateur pour donner un avis, pour évaluer un travail). La communication un à un est une modalité de ce forum : ce n’est pas une communication privée dans la mesure où le formateur peut consulter tous les documents et messages de son cours. L’étudiant peut utiliser ces fonctionnalités de sa propre initiative mais dans le cadre d’une structuration en groupes faite par le formateur. Dans le futur, le module Live de communication synchrone complétera cet ensemble (outil non-analysé dans cette étude) et intégrera notamment NetMeeting. Librarian propose une gestion élaborée de forum, et permet de lancer des outils externes (donc un tableau blanc) avec transfert de certaines informations d’identification par la commande de lancement. Pleiad, TopClass et VirtualU permettent de lancer un outil externe de type tableau blanc, mais sans aucune fonctionnalité d’intégration avec la plate-forme.

76

L'utilisation des NTIC dans la formation

WebCT, outre des forums avec un niveau avancé de structuration et un tableau blanc, a une fonctionnalité de groupes de présentation, espace de travail pour la préparation d’un exposé, ouvert sur initiative du formateur. WebTutor permet à des étudiants d’utiliser un tableau blanc (adaptation de Netmeeting), mais sans qu’ils puissent en prendre l’initiative. 13.20.4 Soumission de travaux La gestion administrative des travaux soumise par les étudiants est un point sensible dans toute forme d’enseignement à distance. Plusieurs questions sont posées : sécurité des contenus, sécurité des envois, sécurité des copies locales, suivi des délais, lisibilité des commentaires.
LearningSpace Envoi et réception des devoirs WebTutor Messageries Répertoire pour la mise à disposition de documents Non Non Librarian TopClass VirtualU WebCT Messageries Non

Fonctionnalités

Support à la préparation des travaux Module de soumission de travaux Non

Pleiad

Non

Messageries

Messageries

Module de soumission de travaux

Lien structuré avec les systèmes d’administration de l’établissement

Non 26.

Non

Non

Envoi et réception des devoirs

13.20.4.1

Résultats

LearningSpace et VirtualU proposent des fonctionnalités spécifiques de soumission de travaux, LearningSpace fournissant les fonctionnalités les plus élaborées. Les autres plates-formes s’appuient sur les fonctionnalités existantes de messageries de personne à personne. Il n’y a dans aucune plate-forme de lien structuré avec les systèmes d’administration de l’établissement. 13.20.4.2 Détails

LearningSpace propose un module de soumission de travaux avec des fonctionnalités de collaboration avec d’autres étudiants et avec les formateurs. Il propose des portfolios qui sont des classeurs privés, consultables exclusivement par l’étudiant, qui renferment l’ensemble des résultats corrigés ou non des divers tests et travaux dirigés proposés dans un cours. Librarian n’a pas développé de fonctionnalités concernant la soumission de travaux (on ne peut pas attacher de documents aux messages). VirtualU propose un module de soumission de travaux. 13.21 Travail en mode déconnecté La possibilité d’un travail en mode déconnecté peut s’avérer un paramètre fondamental en raison des coûts de communication qu’un utilisateur supporte lors de l’utilisation d’une plateforme. Une plate-forme de formation ouverte et à distance implique par principe des périodes de travail en mode connecté. L’utilisation des fonctionnalités se fait alors sur le serveur de la

77

L'utilisation des NTIC dans la formation

plate-forme. Mais, celui-ci peut dans une certaine mesure gérer des phases de travail en mode déconnecté.
LearningSpace Fonctionnalités apportées par la plate-forme pour le travail en mode déconnecté

Fonctionnalités pour le travail en mode déconnecté Paramétrage unité de lecture de CD-Rom Avec le logiciel Notes, technologie de réplication en temps différé 27.

Outils de téléchargement de ressources consultables en local

Téléchargement de cours sur un logiciel installé en local

Autres

Paramétrage unité de lecture de CD-Rom

Fonctionnalités apportées pour le travail en mode déconnecté

13.21.1 Résultats Deux plates-formes proposent des fonctionnalités pour le travail en mode déconnecté : Pleiad propose un outil associé, la télécommande, qui aide au téléchargement de matériaux et de leur contexte d’utilisation; TopClass propose un module à installer sur le PC de l’étudiant qui permet la consultation de cours (textes, images, tests) en mode déconnecté. 13.21.2 Détails LearningSpace repose sur une infrastructure (Domino-Notes) qui propose une technologie complète pour le travail en mode déconnecté (le principe de la réplication permet de télécharger sur un PC local, à partir du serveur, les mises à jour à la fois de contenus et d’applications). Cette technologie implique l’utilisation d’un logiciel spécifique sur l’ordinateur de l’étudiant (logiciel Notes) qui dans cette étude comparative n’a pas été considéré comme faisant partie de la plate-forme LearningSpace. Librarian met en œuvre des techniques d’interopérabilité, mais celles-ci fonctionnent en mode connecté. Pleiad, avec son outil télécommande, donne la possibilité de télécharger des ressources éducatives sur le poste de l’étudiant ; le travail peut avoir lieu en mode déconnecté mais aucune des fonctionnalités de la plate-forme (communication, suivi, mises à jour, intégration des fonctions) n’est alors assurée. TopClass propose l’installation sur le poste client (configuration PC – Windows uniquement) d’un logiciel qui permet la consultation des cours préparés pour la plate-forme et de passation de tests. Les fonctionnalités de la plate-forme (communication, suivi, mises à jour, intégration des fonctions) ne sont pas assurées 78

WebTutor

Librarian

TopClass

VirtualU

WebCT

Pleiad

L'utilisation des NTIC dans la formation

VirtualU ne propose aucun outil de gestion par la plate-forme d’un travail en mode déconnecté sur l’ordinateur de l’étudiant WebCT ne propose aucun outil de gestion par la plate-forme d’un travail en mode déconnecté sur l’ordinateur de l’étudiant. WebTutor ne propose aucun outil de gestion par la plate-forme d’un travail en mode déconnecté sur l’ordinateur de l’étudiant. 13.22 Administration technique : comparaison Les tâches d’administration technique présentées dans cette étude concernent : - l’installation de la plate-forme, - l’adaptation de la plate-forme, - l’administration des cours, - les procédures de sécurisation d’accès.

LearningSpace

Administration technique

Installation serveur O = intervention manuelle nécessaire sur toutes configurations * = intervention manuelle nécessaire sur une / plusieurs configurations ** = automatique sur toutes configurations Guide d’installation Autres installations Personnalisation logo et pages d’accueil Personnalisation autres paramètres Transfert de cours d’une plate-forme à une autre du même type (un cours est l’ensemble des éléments de structure et de contenu)

**

*

Non testé

*

O

**

Oui Serveur Domino Navigateur Notes Oui avec modèles Oui avec modèles Oui Mot de passe SSL pour les utilisateurs de Notes 28.

Oui Non testé Serveur Web Serveur de Serveur de messageries messageries Oui Oui Non Non Non Non

Oui Serveur Web Oui Oui Oui Mot de passe Clés d’accès aux contenus

Non Serveur Web Non Non Non

Oui Serveur Web Oui Oui Oui

WebTutor Non testé Non testé Oui Non Non Mot de passe

Librarian

TopClass

VirtualU

Sécurisation

Mot de passe

Mot de passe Carte à puce (futur)

Mot de passe (double)

Administration technique

13.22.1 Résultats WebCT présente les exigences les moins lourdes en ce qui concerne l’installation du serveur. Il en va de même pour LearningSpace, mais l’installation de l’infrastructure Domino-Notes pourra être longue, sans être nécessairement compliquée.

79

WebCT Mot de passe

Pleiad

L'utilisation des NTIC dans la formation

TopClass et Librarian présenteront plus d’exigences notamment en cas d’installation sur un système d’exploitation de la famille Unix. L’installation de Pleiad et de WebTutor n’a pas été testée, ce qui correspond au positionnement actuellement choisi par les éditeurs de ces plates-formes vers des services d’hébergement plus que vers des licences d’utilisation. 13.22.2 Détails LearningSpace demande des procédures de mise à jour pouvant être rendues plus complexe si la plate-forme a été préalablement reparamétrée selon les souhaits des utilisateurs ("Customization"). L’utilisation simultanée des modules Forum et Live de LearningSpace version 3 exigera l’installation de logiciels serveurs distincts (Domino pour l’ensemble, Sametime pour Live). Ces deux logiciels ne peuvent pas être installés sur la même machine. L’infrastructure Domino-Notes permet d’envisager des scénarios de déploiement progressif sur un grand nombre d’utilisateurs et de sites. Librarian demande la connaissance du langage HTML pour la modification de la page d’accueil.

13.23 Travaux de normalisation en cours Les travaux de normalisation dans le domaine des technologies éducatives en sont à leurs débuts. Des perspectives d’ampleur ont été tracées par certains spécialistes et certains organismes. Mais, les premiers résultats commencent seulement à émerger. Trois programmes de travail peuvent être mis en avant : - les travaux de l’IEEE, Institute of Electrical and Electronics Engineers, - les travaux d’IMS et d’ARIADNE, - les travaux d’AICC. Deux scénarios souhaitables de mise en œuvre de fonctionnalités nécessitant une certaine normalisation sont présentés ci-après : - l’importation et l’intégration de ressources pédagogiques externes dans une plate-forme, - la réutilisation des cours et des matériaux d’une plate-forme dans une plate-forme d’un autre type. Compte tenu de l’état d’avancement actuel de la normalisation, ces scénarios ne sont pas praticables. Note : il n’est pas question ici des travaux de standardisation généraux concernant les technologies Internet. Ces travaux auront cependant un impact essentiel sur la normalisation des technologies éducatives.

13.23.1 Les travaux de l’IEEE Une perspective systématique. La normalisation dans le domaine des technologies éducatives est coordonnée depuis 1998, par l’IEEE Learning Technology Standards Committee (LTSC). Ce "Comité pour l’élaboration des normes du domaine des technologies éducatives" a établi un programme 80

L'utilisation des NTIC dans la formation

d’action visant à promouvoir des normes, des bonnes pratiques et des guides pratiques facilitant le développement, la maintenance et l’interopérabilité des applications informatiques concernant l’éducation et la formation. Le LTSC a mis en place une structure qui comprend 20 groupes de travail s’intéressant aux thèmes suivants : - Architecture et vocabulaire. - Questions intéressant les apprenants (modèle de l’apprenant, modèle de tâches, identification des apprenants, etc.). - Questions relatives au contenu (langages d’interopérabilité, modèle d’organisation interne des cours, etc.). - Signalétique et documentation des objets pédagogiques (matériaux, cours, etc.). - Plates-formes et systèmes de gestion. Aucun des groupes de travail n’a aujourd’hui conduit son travail jusqu’à un standard approuvé. De son côté, l'union européenne a mis en place fin 1998 un projet rassemblant plusieurs organismes de normalisation avec les mêmes missions. Les éditeurs de plates-formes analysées adhèrent formellement pour la plupart (à l’exception des éditeurs français) aux projets de normalisation et pour certains participent aux groupes de travail. Ils sont à l’heure actuelle en attente de la publication de spécifications. Deux domaines peuvent aujourd’hui être mis en exergue, les "métadatas" et "l’interopérabilité". • Les métadatas sont des ensembles de descripteurs analogues aux mots-clés que les techniques documentaires mettent en œuvre lors des techniques de catalogage. Les "métadatas” sont aujourd’hui un domaine d’intérêt très général lié à l’extension du réseau Internet. Les projets et résolutions d’élaboration de métadatas (ou de modèles de métadatas) dénommés Dublin Core ou RDF ont un certain retentissement (dans la communauté des spécialistes du domaine !). • L’interopérabilité est la capacité de logiciels à communiquer ou à interagir ensemble. Cette notion est depuis quelques années le centre d’intérêt de l’AICC, Aviation Industry CBT Committee. Impulsée dans un secteur économique particulier, la formation de personnels de l’industrie aéronautique, cette notion est devenue d’application générale.

13.23.2 Les travaux de l’IMS et de ARIADNE Une perspective systématique puis un travail centré sur les métadatas. IMS, Instructional Management Systems, est un projet porté par le groupement Educause (d’origine américaine) et qui rassemble un nombre important d’entreprises du secteur informatique, de secteur du multimédia de formation, d’organismes de formation et institutions éducatives, d’entreprises en général et d’administrations (plus de 160). IMS a été lancée en 1994. Il se propose de développer des standards dans les domaines suivants ;

81

L'utilisation des NTIC dans la formation

- Comment les matériaux doivent-ils être décrits (catalogués en tant que métadata) pour rendre possible une publication et une recherche sur le Web (et sur tout système d’information), - Comment les matériaux peuvent interopérer, - Comment les plates-formes peuvent interopérer avec les matériaux et les systèmes généraux d’information des établissements d’enseignement, et échanger des informations entre elles, - Comment les informations sur les étudiants (diplômes, acquis, etc.) peuvent être enregistrées, - Comment les systèmes d’administration peuvent échanger des données. L’étendue du projet est très vaste et recouvre en partie les travaux du groupe AICC (cf. cidessous). Après une première spécification en 1998, IMS a restreint son travail. Aujourd’hui, IMS a soumis à l’IEEE des travaux sur les métadatas pour engager un processus de normalisation internationale. La dénomination de ce processus pour le domaine éducatif est LOM, Learning Object Metadata. Les pays européens ont étroitement coopéré à cette spécification par l’intermédiaire du projet communautaire ARIADNE. 13.23.3 Les travaux d’AICC La notion d’interopérabilité. AICC, Aviation Industry CBT Committee, est une association internationale de formation qui développe des spécifications pour l’industrie aéronautique, en vue d’établir l’interopérabilité entre ressources pédagogiques interactives et plates-formes de gestion de la formation. AICC rassemble des compagnies aériennes, des constructeurs, des organismes de formation, des administrations, des développeurs de multimédia de formation. L’AICC émet des recommandations sur plusieurs plans : matériels, technologies et fonctionnelles. En ce qui concerne l’interopérabilité, l’AICC met l’accent sur trois points : la possibilité d’utiliser une ressource pédagogique avec différentes plates-formes et pour une plate-forme d’utiliser des ressources pédagogiques d’origine différente, la possibilité pour une plate-forme d’interopérer avec un module à l’intérieur d’une ressource pédagogique, le stockage des résultats aux activités (tests, simulations) et des traces obtenues lors du suivi des activités des apprenants. Le premier système auteur à être certifié AICC (après test par un laboratoire indépendant) l’a été en septembre 1998. 13.24 Scénarios d’importation et d’intégration de ressources pédagogiques

82

L'utilisation des NTIC dans la formation

En pratique, il est impossible aujourd’hui d’envisager de réaliser sur une grande échelle des scénarios d’importation et d’intégration dans une plate-forme de ressources pédagogiques du type des suivants : - La recherche sur le Web de matériaux quelconques (mis à disposition libre par leur créateur) et le rapatriement de ces matériaux dans une procédure cohérente et aisée, - La sélection d’une partie d’un ensemble de matériaux, - La création d’un cadre recomposant les matériaux dans un ensemble propre au créateur d’un cours (indication de relations de type structurel ou conceptuel entre les matériaux rapatriés), - L’adjonction physique de liens entre les matériaux, - L’adjonction de liens génériques (comme Retour au menu, Sortir). De la même manière, il n’est pas possible, en dehors de solutions spécifiques non universelles (celle proposée par exemple par la plate-forme Librarian), d’envisager des situations d’interopérabilité entre tout matériau et toute plate-forme : - Créer un outil de suivi d’activité de l’apprenant sur les différents modules, - Récupérer les résultats des tests, - Lancer correctement des produits associés (tableur, bloc note). Il est à noter que l’interopérabilité ne concernera pas seulement des contenus, mais aussi des activités ou des modes de fonctionnement. 13.25 Réutilisation des contenus : Fonctionnalités apportées par les plates-formes comparées Les contenus d’un enseignement peuvent être matérialisés par des matériaux et par des cours. Un matériau est une unité élémentaire (un texte, une image, etc.). Un cours est le rassemblement de matériaux en un ensemble comportant des relations de différent type : - Plan, - Définitions, explication, mise en opposition, illustration, - Liens matériels de circulation, - Durée d’utilisation, - Travaux et activités demandées aux étudiants, etc. La distinction entre un matériau et un cours (ou une ressource pédagogique) est par ailleurs toute relative : un cours pourrait être lui-même élément d’un ensemble plus vaste, avec d’autres types de relations entre éléments (critères de prérequis, notation, certification, etc.). Quant à la définition du "grain" le plus élémentaire, elle est encore à construire. La situation est donc la suivante. S’agissant des cours, dans aucune des 7 plates-formes, on ne peut envisager de réexporter un ensemble complexe comme un cours dans une plate-forme d’un autre type.

S’agissant des matériaux, les situations sont plus contrastées. Trois produits (Pleiad, VirtualU, WebTutor) reposent sur le principe d’une indépendance entre matériaux et plates-formes. Les matériaux existent en dehors de la plate-forme et ne sont pas modifiés lors de l’utilisation par la plate-forme. Ils peuvent être réutilisés dans tout contexte avec lequel ils sont compatibles, mais ce scénario d’intégration peut s’avérer infaisable. 83

L'utilisation des NTIC dans la formation

Un produit (Librarian) repose sur le principe d’une interopérabilité entre matériaux et platesformes. Les matériaux sont indépendants de la plate-forme et le lien entre matériau et plateforme est constitué d’échanges d’informations. Les matériaux sont réutilisables par tout contexte avec lequel ils sont compatibles. Cependant, les matériaux privilégiés par la plate-forme sont ceux créés avec le système-auteur de l’éditeur de la plate-forme, la société Asymetrix. Le format de ces matériaux ne semble pas être accepté par une autre plate-forme (dans l’état actuel de l’offre). En revanche, Librarian accepte dans une certaine mesure des formats de produits venant d’autres systèmes-auteurs (la technologie mise en œuvre peut théoriquement concerner tout produit fonctionnant sous Windows, mais ne répond pas de fait complètement au standard de marché AICC). Trois produits (LearningSpace, TopClass, WebCT) gèrent au contraire des cours de façon intégrée. Dans ces trois plates-formes, les matériaux sont à des degrés divers dépendants de la plate-forme. La réutilisation dans une autre plate-forme des tests est dans tous les cas complexe sinon impossible, avec des opérations de transcription dont on ne peut pas mesurer la lourdeur. La réexportation d’ensembles de matériaux plus "élémentaires" (ensembles de pages HTML, d’images) doit être possible dans une certaine mesure avec des outils tels que les "aspirateurs Internet”. Cependant, ces outils peuvent rendre des services dans l’atelier de l’administrateur technique, mais ne sont en aucun cas normalisés et le travail pourrait s’avérer peu productif. Il convient sans doute, pour enregistrer des avancées significatives pour la faisabilité des scénarios de réexportation hors plate-forme de matériaux utilisés dans les cours, de suivre les progrès des travaux de normalisation générale de l’Internet. Note : il est à noter que les cours gérés de façon intégrée peuvent toujours être réexportés avec leurs matériaux dans une plate-forme de même type. 13.26 Liste des produits recensés Les produits ci-dessous sont des produits, prototypes ou projets existants. Ariadne : Ariadne est un projet européen piloté par l’EPFL, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (Lausanne, Suisse), et réunissant un consortium de 30 partenaires, essentiellement des universités. Il vise à construire une infrastructure de mise en commun de ressources pédagogiques. Un dispositif est en fonctionnement. http://ariadne.unil.ch Attain : Attain Entreprise Learning System est un ensemble de composantes logicielles éditées par Macromedia (parfois dénommé Pathware 4 Attain). Ces composantes n’incluent pas d’outil de communication ou de collaboration. Pathware a été acquis fin juillet 1999 par Lotus Development Corp. (les raisons avancées sont les capacités de Pathware à gérer des parcours d’apprentissage dynamiques, c’est-à-dire construits en fonction des résultats obtenus par les apprenants, en respectant le standard de marché AICC – Cf. http://www.lotus.com). http://www.macromedia.com/learning/solutions/system/ Audiosup : Audiosup est une banque de données de contenus en format audio (RealAudio) qui permet de consulter les émissions produites par les Universités affiliées à la Fédération Interuniversitaire d'enseignement à distance, et les établissements partenaires. Audiosup ne comporte pas d’autres fonctionnalités pour un environnement d'apprentissage (pas de

84

L'utilisation des NTIC dans la formation

fonctionnalités concernant les plans de formation, la communication, l'organisation du travail pédagogique). http://audiosup.net.u-paris10.fr/realaudio/RAStart.asp BSCW : BSCW (Basic Support for Cooperative Work), version 3.3 de juin 1999, est un produit centré sur des fonctionnalités de coopération (absence de fonctionnalités concernant les parcours de formation, les activités d’apprentissage). Il est édité par GMD FIT, Germany's National Research Center for Information Technology. http://bscw.gmd.de/ Campus électronique du CNED : le Campus électronique du CNED est un dispositif d'enseignement à distance utilisant différents logiciels du marché. Le CNED n’est pas éditeur d’une plate-forme logicielle de formation ouverte et à distance. http://www.campus-electronique.tm.fr/Netscape.htm Campus virtuel : ce prototype développé par le laboratoire Trigone de l’université de Lille 1 devrait être édité à partir de janvier 2000 http://www-trigone.univ-lille1.fr/presenta.htm Centra99 : Centra, version 99, est un produit dérivé des produits Symposium et Conference, édités par Centra Software (Lexington, Massachussets, USA). Il a essentiellement des fonctionnalités de communication synchrone. http://www.centra.com ClassPoint : ClassPoint, édité par Whitepine Software Inc., est une solution fondée sur l’utilisation de technique d’interactivité en temps réel (visio et audio conférence multipoint, applications partagées). http://www.wpine.com/ CourseInfo (Blackboard) : ce produit n'est pas présent sur le marché français ; il connaît du succès aux Etats-Unis et pourrait devenir une solution intéressante, notamment si on l’associe avec sa version Campus (version Beta en juillet 1999). http://www.Blackboard.com Cyberprof : Cyberprof version 0.9 est un projet développé à l’UIUC, University of Illinois at Urbana-Champaign. Il en est à sa version Beta de septembre 1998. On attend une version 1.9 en l’an 2000. http://cyberprof.uiuc.edu/news/news.html Cyberschool : Axisa, l'éditeur français de Cyberschool, ne distribue plus le produit. http://www.axisa.fr/ DecVirtuel : produit en cours de développement http://decvir.cetnet.com/ DEPS : DEPS est un dispositif de télécours développé au CNAM de Versailles. Il utilise des contenus audio (contenus audiographiques en projet) en synchrone et en asynchrone et des transparents électroniques téléchargés au préalable. 85

L'utilisation des NTIC dans la formation

http://www.cnam-versailles.fr/cnam/organisation/formation/internet/demonstration.html DLS : DLS, Distributed Learning System, édité par IBM, est proposé comme une prestation de services autour d’une solution informatique (aspects stratégiques, techniques, opérationnels) plus que comme la commercialisation d’une licence d’utilisation d’un produit. Il est par ailleurs présenté comme une surcouche de LearningSpace (cf. produits analysés ci-dessus). http://www.ibm.com/services/ebus/edls-index.html Educafix : Educafix (appellation non définitive) est un projet visant au support informatique de travaux de laboratoire (EXAO) à distance. Ce projet est piloté par la société CCE en collaboration avec l’éducation nationale. FirstClass ou Learnlink : les fonctionnalités de FirstClass sont axées autour d'une messagerie et d‘un forum; il n'y a pas d'intégration de fonctionnalités concernant les documents, l'organisation du travail pédagogique. http:// www.softarc.com, http://www.learnlink.emory.edu/ll/tour.html Forum : la version 2.4 Forum, éditée par Forum Entreprise Inc. (Bryan, Texas), tourne en intranet. Un version Forum98 utilisant les technologies Internet pourrait voir le jour. http://www.foruminc.com Ingenium : Ingenium 4.0 est un outil centré sur la gestion de référentiels de compétences (il a été racheté par Asymetrix, qui édite Librarian et pourrait être intégré dans ce dernier produit). http://www.meliora.com/Ingenium/demoin.html, http://www.asymetrix.com/ Jets : Jets, Java-enabled Telecollaboration System, est un outil générateur d'environnements virtuels. JETS a été conçu au Multimedia Communications Research Laboratory (MCRLab), université d’Ottawa (version d’essai en téléchargement). http://www.mcrlab.uottawa.ca/jets/ LearningSpace Campus : ce produit, édité par Lotus Development Corp., sera disponible sur le marché au cours de l’été 1999. Il vise à supporter certains aspects de la gestion administrative d’un établissement d’enseignement. http://www.learningconnect.com Learnlinc : l'éditeur n'a pas déclaré son intérêt pour le marché français. http://www.ilinc.com/lldemo/default.htm Manager's Edge : Manager’s Edge, associé avec d’autres produits édités par Allen, n’est utilisable selon son éditeur qu’en intranet http://www.cegos.fr/INTERACTIVE/PRODUITS/ Mediatutor : produit édité par Outland (Nantes, France) axé sur la formation individualisée à distance. http://www.outland.tm.fr/formation Merlin : projet en cours de prototypage en partenariat par la société Digital et plusieurs académies (Montpellier, Versailles) sous le nom de DLSE, "Digital Learning Service Edition". 86

L'utilisation des NTIC dans la formation

http://www.digital.fr/FR/flash/98031.html NGL : NGL, Next Generation Learning, édité par Sybase, a été présenté en version 2 en 1999 ; il doit sortir en version 3 avec des fonctionnalités et une architecture qui le rendront plus adapté aux situations d’enseignement supérieur. http:///www.sybase.fr/ OLA : OLA, Open Learning Architecture, est édité par Oracle. Il a été retiré du marché par son éditeur et sera remplacé par une nouvelle version. http://ola.us.oracle.com/ola_db/owa/ola.home Oxalis : ce produit développé par un groupement comportant des universités exige la connexion des postes clients sur une liaison Numéris. Platformad : projet conduit par un consortium de sept universités françaises. Le développement de l’outil, conduit à Grenoble, a été arrêté en raison d’un fonctionnement non standard avec les navigateurs Web. React : React, Réseau d'Accès à la Connaissance pour Tous, est un serveur de ressources pédagogiques en local qui permet la recherche de produit, la constitution de parcours individualisé et la gestion d’une facturation liée à l’usage. http://www.telide.tm.fr/ SDM 98 : SDM 98 est un dispositif serveur de didacticiels développé par l’ENSAM et la société Capix. http://eao.ensam.fr/charge/sdm98/sdm98-client.htm Tactic : Tactic est un produit principalement orienté sur la création de matériaux et ressources pédagogiques. Il n’a pas les fonctionnalités de conduite d'un enseignement. http://www.bgwmultimedia.com/francais/home-f.html Telesup : Telesup est un service télématique d'information sur la FIED, Fédération Interuniversitaire de l'Enseignement à Distance, et sur les centres de téléenseignement universitaires associés. http://telesup.univ-mrs.fr/TELESUP Teamwave : produit de support au développement de communautés virtuelles (axé sur des fonctionnalités de communication et d’organisation). http://www.teamwave.com/index.html Ulysse - GR16 : prototype de serveur multimédia de formation développé à l’université de Bordeaux 1 http://www.ulysse.u-bordeaux.fr/ithaque/ithaque.htm Web course in a box : partie d’un ensemble de trois produits édités par MadDuck Technologies (Virginie, USA) : Web course in a box, Web Campus in a Box, and Web CourseBuilder. En version 4 depuis juillet 1999. N’est pas présent sur le marché français à la date de l’étude. http://www.madduck.com/wcbinfo/ 87

L'utilisation des NTIC dans la formation

Webintec : Webintec est une plate-forme en cours de développement à l’Ecole Supérieure de Commerce de Nice depuis 2 ans. Elle est disponible actuellement via intranet mais l'objectif visé est une utilisation sur Internet. Webmentor : plate-forme éditée par Avilar Technologies (Maryland, USA) et utilisant les technologies Internet. N’est pas présent sur le marché français à la date de l’étude. http://avilar.com/products/webmentor/webmentor.html Webtutor : projet de plate-forme, avec des fonctionnalités aujourd’hui centrées sur une interactivité question-réponse, développé par l’université de Toronto. http://www.cs.toronto.edu/~webtutor/docs/

14 Exemples d'applications des NTIC a la formation a distance
Il s'agit d'un organisme de formation qui permet aux apprenants dans l'incapacité d'assister aux cours régulièrement, de préparer et de passer les examens, afin d'obtenir les diplômes et titres délivrés par la formation. Il existe quelques organismes qui proposent ce genre de service, comme l'AFPA. Il s'agit d'une vision cohérente qui peut normalement fonctionner, et non d'une vision utopique flattée par de nombreuses possibilités offertes par Internet, mais dont la fiabilité serait précaire. 14.1 Organisation du centre de ressources. Les cours sont dispensés par des formateurs. Chaque formateur gère son centre documentaire - progressions, cours, travaux pratiques - avec la mission de rassembler tous les documents :
• •

Physiques, quelque soit le média utilisé, le document doit être soigneusement répertorié et indexé. Virtuels, constitution d'articles de données d'informations disséminés dans les autres centres de ressources (concernant sa spécialité).

14.2 Les moyens pédagogiques : La plus grande partie du matériel pédagogique est distribuée le jour des inscriptions et le reste est envoyé durant l'année. Des bibliographies, des conseils de travail, ainsi que des pistes de recherche sont proposées. Les principaux supports sont :
• •

sur Internet l’e-mail : il est utilisé pour les communications entre l'ensemble des participants et des organisateurs d'une formation, ainsi que pour la transmission des documents à imprimer. IRC : IRC est utilisé pour les mêmes communications que celles de l’e-mail, mais de manière instantanée. Le WEB : ce support est utile pour la recherche de renseignements.

• •

88

L'utilisation des NTIC dans la formation

• •

Le FTP : ce support permet de télécharger des fichiers utiles à partir de serveurs FTP. Les cédéroms :

Ils servent de banques de données auxquelles on fait appel lorsque l'on en a besoin (animation, documents multimédias ...). Si le support vierge et la gravure ont un très faible coût, il n'en est pas de même pour la diffusion. Aussi, seules des données d'appui, rangées par thème, seront gravées.

Les logiciels :

Des logiciels permettant de communiquer et d'exploiter les cours sont imposés. 14.3 Le déroulement d'une formation type :

Inscription :

Le candidat s'inscrit à l'organisme pour une formation à distance. Les paiements sont pris en charge par les organismes financiers habituels. Le montant de cette inscription est légèrement plus élevé que pour un enseignement dispensé sur place, en raison des frais de communication occasionnés. Une liste d'équipement à acquérir est remise au stagiaire. Ces équipements comprennent : un ordinateur, une connexion à Internet, une imprimante et des logiciels. Les dates d'examens et de TP sont aussi fournies à ce moment-là afin de permettre à l'apprenant de s'organiser dès le début de la formation.

Réunion pédagogique :

Un regroupement entre l'équipe de formateur et les stagiaires d'une formation est organisé en début de cursus. Il a pour objectif de préparer la période, mais aussi d'impliquer le stagiaire dans sa formation et une équipe. La solitude est source de nombreux abandons en cours de formation. C'est l'occasion d'une évaluation, en effet, le contenu et le niveau final étant connu, les formateurs peuvent ainsi proposer une formation personnalisé et adapté à chaque étudiant. Une entrevue générale suit pour présenter la formation, ses objectifs, ainsi que les formateurs responsables des différents modules. Elle permet aussi aux étudiants d'entrer en contact, d'échanger leurs adresses (URL), de poser des questions sur la formation, et de constituer des groupes de travail. Les supports pédagogiques sont remis à ce moment là, (document de présentation, Cédéroms, cours communs). Un système de tutorat est aussi mis en place : les stagiaires d'une formation sont mis en contact avec ceux de la session précédente qui les aideront à organiser leur travail. De plus, un système de permanences téléphoniques est mis en place en début de cursus, chaque élève à un calendrier des permanences assurées par les tuteurs.

A partir de cette étape, un travail important d'accompagnement de l'étudiant est à effectuer par les formateurs par souci de qualité, mais aussi pour lutter contre l'abandon. Chaque enseignant responsable d'un groupe d'élève devra suivre chacun d'eux individuellement, et entretenir des relations. Notre organisme de formation propose un service télématique 24h/24 où étudiants, formateurs et l'équipe administrative peuvent communiquer à tout moment. Les examens : En cours de formation, ont lieu des examens écrits et oraux. Les stagiaires regroupés pour cette occasion au centre subissent les épreuves comptant pour l'attribution du diplôme ou titre.

89

L'utilisation des NTIC dans la formation

14.4 La bibliothèque centrale : Elle possède tous les documents transmis à chacun des stagiaires. Ces documents sont disponibles en consultation (photocopies possibles), sous forme de supports papiers et cédéroms. Les heures d'ouverture sont celle d'une bibliothèque classique. Elle possède aussi l'ensemble de la bibliographie - pouvant être empruntée - conseillée aux apprenants pour leur préparation et quelques postes informatiques avec accès Internet en libre service. Il ne s'agit ici que d'une réflexion, car peu d'organismes sont connectés à Internet et équipés en conséquence. Beaucoup de formateurs n'ont encore aucune connaissance se rapportant à Internet, n'ayant reçu aucune formation et se confortant dans leur conservatisme. 14.5 L'organisation du centre de ressources. Le centre de ressource est géré au niveau national. Chaque fois que de nouveaux programmes sont définis, les ressources documentaires d'appui (images, animations...), ainsi que des documents d'exercices type sont créés, ou choisis, parmi l'existant, puis distribuées aux CDI (centre de documentation et d'information) de chaque organisme. Les formateurs ont ainsi à leur disposition des cédéroms, des adresses Internet..... Qu’ils peuvent utiliser pour enrichir leurs cours, mais aussi pour construire leur enseignement à distance. 14.6 Le cursus Si tout fonctionne pour le mieux, le cursus peut être normal, Cependant l'évaluation est difficile, aussi elle sera rare. 14.7 Conclusion Une volonté forte existe actuellement concernant l'intégration des nouvelles technologies de l'information dans la formation. Il est donc nécessaire que chaque formateur s'intéresse à Internet, aux Cédéroms et aux utilisations pédagogiques qu'ils permettent. Beaucoup de formateurs craignent qu'Internet entraîne certaines déviances dans l'enseignement. Par exemple, un seul formateur filmé et diffusé en différents lieux, profitant ainsi à de nombreux élèves. Même si sur chaque site la présence d'un modérateur permet de transmettre questions et critiques, Internet n'est pas dans ce cas une grande nouveauté. La télévision et le téléphone font aussi bien. Il faut donc penser que les NTIC sont pour l'enseignant des nouveaux outils d'apprentissage. Lors de son cours, le formateur utilisera le papier, le rétroprojecteur, le traitement de texte, des Cédéroms, le e-mail, le WEB. Certains formateurs ont déjà une idée d'application appropriée de quelques uns de ces outils. En ce qui concerne l'enseignement à distance, les NTIC apportent une avancée indéniable. Les communications sont rapides et faciles, les documents riches et attrayants, les cours peuvent être plus personnalisés et mieux suivis par l'instructeur. Cependant, si l'on veut une utilisation fiable, efficace et de qualité, la visioconférence d'individu à individu est utilisable, mais avec des performances discutables. Les supports utilisables sont principalement le courrier électronique, l'IRC, le FTP, le Web et les cédéroms. Souvent, ils pourraient être remplacés par le téléphone, le fax, les cassettes audios, ou vidéos, qui, à l'exception du téléphone ont un frein important : le manque d'interactivité. On est tenté de penser que la visioconférence est le plus grand apport des NTIC

90

L'utilisation des NTIC dans la formation

dans l'enseignement à courte distance. En effet à longues distances, il existe un problème de synchronisation entre l'image et le son. Seul un matériel professionnel permettrait cet apport, mais cela nécessiterait un investissement en temps, matériel, et personnel considérable. Dans le cas de formation à distance à destination de pays étrangers éloignés - Chili, Vietnam la réalisation d'une vidéoconférence, adaptée à la demande et transférée, par Internet, est plus exploitable mais présente l'inconvénient de n'être pas réellement interactifs. - temps de transfert et décalage horaire entre formateurs et stagiaires. Les avantages indéniables de ce procédé, par rapport au courrier, sont le moindre coût, le temps de livraison, et la certitude de l'arrivée du courrier. En suivant une démarche logique, tentons de trouver les finalités du projet. Quel est le besoin de la France actuellement ?

En politique intérieure : La France qui avait une certaine avancée sur les technologies de l'information avec le Minitel, n'a pas assez vite réagit au développement d'Internet. Or, nous pouvons dans ce domaine des nouvelles technologies être en première place. Il faut réactiver la recherche. D'autre part, notre pays souffre du chômage, il nous faut créer des emplois et des ressources économiques. En politique extérieure : La colonisation n'est plus de mise et chaque pays réclame son indépendance politique, mais au niveau économique, toutes les grandes puissances rivalisent pour s'implanter économiquement dans tous les domaines. Au niveau industriel, la lutte est sévère et au niveau du service, il reste encore à découvrir de nouveaux terrains à prospecter.

Quelle est la cible de ce produit ? Le plus grand nombre de français. Pourquoi ? Rendre Internet indispensable dans tous les secteurs porteurs de notre économie. Pourquoi ? Si le secteur des NTIC est porteur, il est créateur d'emplois
• •

directs tels que les fabricants de matériel hard et soft, indirects : production de service dans la validation des données fiables, de tri de données..produits à haute valeur ajoutée, développement des secteurs où nous réussissons déjà : satellites, fibres optiques.

• •

Pour la fabrication : ce sont les formateurs qui se donnent les moyens pédagogiques de parvenir à cette fin, à condition de leur fournir le matériel nécessaire. La distribution ou la mise en application : Toutes les administrations, donc tout ce qui dépend de l'état, utilisera Internet, puis viendront les villes câblées, et ensuite les maisons individuelles câblées. L'exportation par l'enseignement à distance n'est que la distribution à l'étranger du produit.

15 Internet par les prises de courant

91

L'utilisation des NTIC dans la formation

Une simple prise de courant électrique, un petit boîtier, et voilà Internet dans toutes les salles d'un centre de formation, des locaux d'une entreprise ou dans les salles de classe d'une école. La technique permettant cela se nomme CPI, courant porteur en ligne. Il suffit d'un boîtier de connexion reliant les PC aux réseaux électrique et on obtient un débit avoisinant les 128 Ko/seconde.

29.

C.P.I.

Cette technique permet de faire d'importantes économies quant au matériel informatique (réseaux, répartiteurs, etc.)

16 Réalité virtuelle
La littérature de science-fiction nous a habitués au merveilleux technologique. Elle met en jeu de superbes machines à l’intelligence et aux moyens physiques surhumains, se déplaçant dans les galaxies aussi vite que la lumière. Les esprits supérieurs qui guident ou contrôlent ces machines ne sont aucunement gênés par la distance pour être informés, de manière instantanée, de ce qui se passe à des millions de kilomètres de leur résidence. Ils possèdent même parfois le don d’ubiquité. Les objets (et leurs propriétés) tels qu’ils sont habituellement représentés dans cette littérature sont irréalisables par les scientifiques parce qu’ils contredisent bien souvent les lois élémentaires de la physique, auxquelles nous ne saurions échapper. Cela n’empêche pas les chercheurs de travailler sur des problèmes mis en exergue dans la science-fiction, tout en gardant les pieds sur terre et en sachant que leurs résultats ne seront que des balbutiements au regard des merveilles décrites. Il en est ainsi en ce qui concerne les vaisseaux spatiaux, l’intelligence artificielle, la vie artificielle, les robots et, plus récemment, de nouvelles méthodes pour communiquer, créer des objets immatériels et se trouver dans un lieu où l’on n’est pas en chair et en os, mais où l’on peut quand même se promener et travailler. Ces nouvelles méthodes s’appuient sur un ensemble de techniques qu’on appelle techniques de réalité virtuelle. 92

L'utilisation des NTIC dans la formation

Avec les ordinateurs (particulièrement ceux qu’on appelle ordinateurs graphiques), on peut présenter sur des écrans des images ou des scènes en relief qu’un homme peut donc contempler et même animer ou modifier (en utilisant par exemple une "souris"). La scène créée n’a pas d’existence physique; elle est dite virtuelle. Classiquement, cette scène ne s’adresse qu’à nos yeux. Elle ne nous envoie que des signaux visuels (des photons), et nous ne comprenons ce qu’elle représente que grâce à la liaison entre nos yeux et notre cerveau. Dans l’objectif poursuivi en réalité virtuelle, on souhaite que cette scène soit comprise par l’homme, non seulement par l’intermédiaire de sa vision, mais en utilisant toutes les possibilités offertes par son corps, c’est-à-dire par l’ensemble de ses sens. On doit pouvoir toucher la scène, entendre ce qui s’y passe, en sentir les odeurs, en goûter éventuellement les objets. Si l’on suppose cela possible, on ne va plus se contenter de regarder la scène. On va pouvoir être à l’intérieur, en faire partie, la modifier avec ses mains, l’inspecter en s’y promenant ou en tournant la tête, etc. On dira qu’on est immergé dans la scène. La sensation d’immersion est une des toutes premières caractéristiques des systèmes de réalité virtuelle. 16.1 Applications Dans son principe, c’est-à-dire dans l’arrangement général de ses constituants et dans ses fonctionnalités potentielles, un système de réalité virtuelle est un outil généraliste (tout comme un ordinateur). En effet, il permet à un homme d’être virtuellement n’importe où, d’y faire virtuellement n’importe quoi, en collaboration ou non avec d’autres hommes, et en liaison ou non avec d’autres systèmes de réalité virtuelle et d’autres sources d’information. Cela peut donc servir à tout, et il est impossible d’énumérer les champs d’application de manière exhaustive. Cette première approche doit cependant être tempérée par deux considérations. Tout d’abord, au niveau historique, les spécialistes ont suivi une démarche qu’on peut qualifier d’ascendante. C’est à partir de recherches sur les simulateurs de vol, d’un côté, et sur le cinéma "total", de l’autre, qu’a pu émerger la notion de système de réalité virtuelle, déconnectée a priori de l’application. Mais, à l’évidence, on n’a jamais construit de système de réalité virtuelle expérimental sans choisir une application dictée par le besoin. A cette démarche ascendante a donc succédé une démarche transversale ou descendante. Les personnes qui ont certains types de besoin se disent : "Ne pourrais-je pas utiliser la réalité virtuelle?" Ils s’aperçoivent alors que l’outil généraliste idéal n’existe pas, et ils sont amenés à faire des adaptations très lourdes des quelques outils commerciaux disponibles pour construire des systèmes dédiés (spécialisés) qui resteront prisonniers de l’application choisie. Par sa faculté de simulation, la réalité virtuelle touche tous les secteurs et d’innombrables d’expériences sont menées. Un secteur des plus actifs est celui des applications médicales : cadavre virtuel pour l’enseignement de l’anatomie ou pour l’entraînement au geste chirurgical, assistance aux opérations par téléchirurgie, assistance au diagnostic et à la rééducation, etc. Mais le secteur des jeux est aussi en pleine expansion avec les "Battle Tech Centers", où l’on pilote des chars de combat, ou les jeux d’échecs à distance. Le secteur militaire a été innovateur avec le réseau Simnet et les simulations de champ de bataille où l’on peut mettre en jeu simultanément plusieurs dizaines de milliers d’objets (chars, combattants, avions, etc.). L’espace est un domaine privilégié pour la simulation en réalité virtuelle avec les problèmes d’entraînement en micropesanteur, et la N.A.S.A. a été pionnière avec la réalisation du premier système de réalité virtuelle "moderne" (système VIVED dès 1983). Bien entendu, les domaines de la création artistique, du multimédia, du télétravail et de l’enseignement donnent lieu à de nombreuses tentatives. 93

L'utilisation des NTIC dans la formation

On peut avancer que les systèmes de réalité virtuelle qui autorisent l’accès instantané à toute source d’information stockée et le travail à distance constituent, avec les ordinateurs permettant l’automatisation des tâches logicielles et les robots permettant l’automatisation des tâches physiques, les trois grands outils de base de la société de demain. 16.2 La formation et l'entraînement 16.2.1 Présentation L'utilisation des images de synthèse comme outil de formation et d'entraînement porte un nom : la simulation. Le marché des simulateurs a connu un grand développement, popularisé grâce aux simulateurs de vols des pilotes militaires ou civils. La simulation est en effet particulièrement adaptée à la formation à un métier, une fonction, en milieu hostile ou comportant des risques et/ou nécessitant l'utilisation d'un matériel coûteux, comme c'est le cas pour l'entraînement au pilotage d'avions de chasse et de transport. Les simulateurs de vols ont donc été les premiers à être expérimentés avec succès, et ont permis de dégager certaines orientations techniques. Le simulateur d'aujourd'hui combine un matériel aussi proche que possible du matériel réel (cabine de pilotage représentée à l'identique), et si possible dynamique (avec vérins hydrauliques, bruit), et un écran de visualisation sur lequel défilent les images du programme d'enseignement, commandées par l'élève. En effet, le débat sur le mode de visualisation par écran ou par casque a été vite tranché, au profit de l'écran. Bien que l'écran ne permette pas une "immersion" totale, comme le fait le casque, il a cependant un avantage pédagogique par rapport à ce dernier, car l'instructeur peut suivre l'élève, juger ses réactions, intervenir lui aussi sur l'image... L'écran, surtout lorsqu'il est combiné avec un poste de vol, de conduite, de tir, est le meilleur outil pour l'instruction proprement dite. Les simulateurs de vols, dont l'usage est aujourd'hui systématique dans la plupart des armées de l'air et des grandes compagnies aériennes, s'adressent toutefois à un public averti, familiarisé à l'environnement réel. Le simulateur a pour objet de travailler les fonctions de pilotage, de provoquer les réactions du pilote. La priorité est donnée à la réaction de et à l'image, à l'interactivité pilote/écran, au détriment de la qualité graphique, secondaire dans cet exercice. La chute des coûts des calculateurs et la volonté d'approcher de nouveaux marchés ont permis et imposé une amélioration significative du graphisme, sans pour autant enlever quoi que ce soit aux deux objectifs du simulateur : faible coût d'utilisation et qualité pédagogique. L'argument financier est en effet important. La formation sur simulateur évite l'utilisation de matériels extrêmement coûteux, immobilisés ou affectés à la seule formation alors qu'ils peuvent être exploités commercialement (avion de transport). Les essais en vol ne sont naturellement pas totalement abandonnés mais leur nombre est limité. L'économie indirecte peut être aussi importante, car le simulateur "à domicile" permet notamment d'éviter des stages à l'extérieur dans des centres de formation, toujours très coûteux. Motorola a ainsi expérimenté une formation sur simulateur d'une usine d'assemblage de composants électroniques et a estimé l'économie ainsi réalisée à 1 million de dollars. 16.2.2 Les utilisations nouvelles Si le simulateur de vol a été l'application principale et la plus commune, le marché de la simulation, à des fins de formation et d'entraînement devrait connaître un développement très important, mais sur des créneaux très différents. La pratique des simulateurs s'est étendue à d'autres entraînements. L'un des simulateurs les plus développés a été réalisé par MATRA CAP Systèmes pour le MISTRAL, missile de défense aérienne. Il combine un modèle numérique 3 D 94

L'utilisation des NTIC dans la formation

et des images réelles. L'image est projetée sur un écran; le poste de tir est la reproduction d'un poste réel. Ce simulateur a été développé pour les besoins d'un client étranger, puis utilisé par l'armée française. Le coût de développement a été de l'ordre de 20 millions de francs. La simulation est particulièrement adaptée lorsqu'il s'agit d'apprendre à travailler dans un environnement hostile (sous-marin nucléaire, réparation d'installation nucléaire...), mais beaucoup d'autres activités se prêtent à la simulation : la médecine, la conduite de véhicules et de matériels, et même le sport. Il est proposé de rendre compte de quelques unes de ces applications, parfois spectaculaires. 16.2.2.1 La formation médicale En médecine, les risques évoqués pour justifier l'utilisation de l'image de synthèse de préférence à l'entraînement in situ, concernent cette fois moins le praticien que le malade, directement exposé aux gestes du médecin, a fortiori du médecin en formation. Les utilisations de l'image de synthèse en médecine, et plus particulièrement en chirurgie sont nombreuses, mais la première d'entre elles a été la formation médicale avec deux fonctions différentes : - l'apprentissage de l'anatomie, principalement visuel, qui consiste à remplacer les atlas anatomiques 2 D par des reconstructions sur ordinateurs, en 3 D, avec possibilité de naviguer dans les images, tourner autour... Une modélisation complète d'un corps humain en images de synthèse a d'ailleurs été réalisée en 1992. - l'entraînement aux techniques opératoires qui, lui, est à la fois visuel et gestuel. L'image est alors couplée avec un simulateur chirurgical, constitué d'un système de visualisation 3 D et de moyens d'interagir avec l'image, en simulant une opération réelle. L'apprentissage est facilité par certaines aides visuelles (coloration particulière d'un organe sur l'image quand on le touche) ou sonore (émission d'un bip quand on heurte un organe...). Ces simulateurs de formation sont surtout développés aux États-Unis, en Allemagne et en France. Même si cette technique est encore assez peu développée, cet exemple est particulièrement intéressant car il illustre parfaitement le cheminement évoqué ci-dessus : la simulation, en vue de la formation, est le point d'entrée des images de synthèse dans un secteur qui, par la suite, au vu des résultats et du potentiel, peuvent être utilisées par d'autres fonctions. C'est le cas en médecine, puisque les images de synthèses, d'abord utilisées en formation, sont également développées comme aide préopératoire, pour planifier une opération et en chirurgie, par les techniques de réalité augmentée avec participation d'images réelles, filmées par endoscopie, et d'images de synthèse. 16.2.2.2 La formation à la conduite L'expérience acquise en matière de formation au pilotage peut naturellement être appliquée à d'autres modes de transport, l'impulsion pouvant même venir des pouvoirs publics puisqu'au Japon, par exemple, une réglementation oblige les auto-écoles à avoir une partie de l'apprentissage et même des tests de conduite avec un simulateur à base de réalité virtuelle. En France, les développements sont venus de la SNCF. Les simulateurs de conduite de la SNCF La SNCF a développé un simulateur de conduite qui remplace l'homme dans des situations concrètes de travail, qu'elles soient courantes ou exceptionnelles. Le simulateur est équipé d'une visualisation du terrain en images de synthèse. Le réalisme est amélioré par l'adjonction d'un environnement sonore et d'un dispositif mécanique qui permet de recréer des sensations d'accélération. La première utilisation a été la ligne Eurostar :

95

L'utilisation des NTIC dans la formation

400 km sont réalisés en images de synthèse, de la gare du Nord à la gare de Londres, avec sorties ou entrées de gare, trajets en banlieue, en rase campagne, dans le tunnel... La circulation ferroviaire dans un tunnel de 50 km pose notamment de nombreux problèmes techniques ou psychologiques que le simulateur permet de limiter. Le simulateur permet de se familiariser avec la ligne. Les conducteurs britanniques, français et belges (ligne Londres/Bruxelles) sont formés en simulateurs. Pour la SNCF, cette formation concerne environ 60 conducteurs. La deuxième utilisation est la formation initiale sur locotracteurs. Un simulateur de conduite dit SIMULY a été réalisé par la société CORYS, filiale du CEA, à base d'images de synthèse. SIMULY est constitué d'une cabine de conduite réelle, réalisée par le constructeur habituel des locotracteurs, un système de projection vidéo d'images de synthèse, calculées sur une station Sylicon Graphics, un système recréant l'environnement sonore et un poste de formateur commandant les données (voies, conditions météorologiques extérieures, signalisation...). Les voies sont "construites sur commande" comme dans un jeu de mécano, avec courbures, passages à niveau... SIMULY a été réalisé en 2 ans et demi ; il est opérationnel depuis fin 1993. Il y a environ 1600 conducteurs SNCF, dont près de 400 jeunes conducteurs en formation. La formation dure 10 à 12 mois et se composait jusqu'à présent d'une partie théorique et d'une partie pratique. La simulation ne supprime pas la partie pratique mais permet de réaliser la synthèse entre l'apprentissage et la conduite réelle. Il n'y a pas -pas encore- de formation systématique sur simulateur pour les autres trains. La même société CORYS a développé un simulateur comparable pour les nouvelles lignes du métro londonien (16 km de la Jubilee Line, 14 nouvelles stations). 800 conducteurs et instructeurs seront formés avant la mise en service de l'extension en 1998.

96

L'utilisation des NTIC dans la formation

17 Glossaire
Activités : les éléments constitutifs du parcours de formation ou d’enseignement. Administrateur institutionnel ("super administrateur") : rôle susceptible de gérer la plateforme dans l’environnement de l’établissement et inter-universitaire. Administrateur technique : rôle susceptible de gérer l’installation et la maintenance technique de tout ce qui relève de la plate-forme, et relation technique avec les clients de la plate-forme. CD-ROM : Compact Disc Read Only Memory CFCS : Centre Français d'exploitation du droit de copie Client : ce terme désigne les logiciels installés sur l’ordinateur de l’étudiant ou du formateur et nécessaires pour faire fonctionner la plate-forme analysée. CNDP : Centre National de Documentation Pédagogique. Cours : support de cours à consulter répondant à une thématique (composé de leçons). Créateur de cours : rôle susceptible de gérer la préparation des contenus de cours (intégration, assemblage et / ou création des matériaux multimédias). Enseignement : entité administrative désignée par un libellé dans la plate-forme, donnant lieu à des inscriptions, dont un enseignant est responsable au niveau pédagogique et dont l'enseignement est généralement réparti sur une année, un semestre ou un trimestre. Par analogie : une unité de valeur et dans l'Univirtuelle : un cours. Etudiant : gestion et organisation de son travail, de son auto-évaluation et de ses relations avec le formateur, l'administration, et les autres étudiants. Formateur : rôle susceptible de gérer la gestion d’une classe (relation avec les étudiants, individualisation). Gutenberg : inventeur de la typographie vers 1450. IEEE : Institute of Electrical and Electronics Engineers. IMS : Instructional Management Systems. Interopérabilité : capacité de logiciels à communiquer ou à interagir ensemble. Leçon : élément de cours composé de matériaux. N.A.S.A. (National Aeronautics and Space Administration) : Organisme officiel du gouvernement américain chargé de la recherche et de l’exploration spatiale, ainsi que des développements en matière de technique aéronautique. Issue du National Advisory Committee for Aeronautics (N.A.C.A.), établi par le Congrès américain en 1915, la N.A.S.A. fut créée le 1er octobre 1958 pour mettre fin à la rivalité désastreuse qui sévissait aux États-Unis entre l’armée de l’air, la marine et l’armée de terre dans leurs efforts respectifs pour mettre un satellite en orbite et répondre ainsi aux succès spatiaux soviétiques; elle acquit très rapidement une autorité et une compétence exceptionnelles, qui lui permirent de combler le retard que les États-Unis avaient pris en matière spatiale. Navigateur : logiciel installé sur les micro-ordinateurs des utilisateurs (étudiants, formateurs) et permettant de consulter le Web. Outil externe : logiciel ou utilitaire pouvant être appelé ou pouvant utiliser des données exportées de la plate-forme. Parcours type : pour une session ou une formation donnée, la liste des thèmes et des objectifs à atteindre, un plan ou résumé des contenus pédagogiques organisés généralement de manière chronologique, la liste des activités, étape par étape, et des ressources et outils disponibles. Ne pas confondre avec un cursus (ensemble d'enseignements à suivre pour obtenir un diplôme) ou une filière. Parcours individualisé : une variante de parcours type spécifique à une catégorie d’étudiants ou à un étudiant donné.

97

L'utilisation des NTIC dans la formation

Parcours dynamique : parcours type se construisant en fonction des travaux et activités réalisés par l’étudiant à partir de règles mises en place par le créateur du cours. Plug-in (module externe) : logiciel incorporé à un navigateur qui lui permet d’interpréter des fichiers qu’il n’est pas capable de traiter de façon native. SEM : Société des Editeurs de Musique. SPRE : Société civile pour la Perception de la Rémunération Equitable. Système-auteur : logiciel de développement de didacticiels et ressources pédagogiques multimédias.

98

L'utilisation des NTIC dans la formation

18 Bibliographie
L’accès des étudiants aux réseaux électroniques et aux nouveaux outils multimédias – Etude IPSOS – ministère de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie – mars 1999 A Collection of distance education resources Listes d’articles, produits, outils, revues, forums, par la Lund University Electronic Library. Mise à jour début 1998. http://www.ub2.lu.se/lub/services/distansundervisning.html Asymetrix Toolbook II Librarian, WebCT, Macromedia Pathware, Pathway - Dr. Geri Kristapiazzi Dernière mise à jour 21 juillet 1998 http://www.geocities.com/Eureka/Gold/6012/compare_web_tools.htm#Table_Admin_tools Choisir un système de téléformation Le Préau, Aska, avril 1999 Comparaison de 9 produits : CourseInfo, DLS, NGL, Librarian, LearningSpace, WebTutor, OLA, Pathware, FirstClass. Pas de produit sélectionné. Comparaison entre WebCT et les outils utilisés à TECFA pour la distribution de cours et l'administration des étudiants. Mise à jour 15 juillet 1998 http://tecfa.unige.ch/guides/internet-cours/slides/cours-157.html#HEADING157-84 Conferencing Software for the Web, A comprehensive guide to software that powers discussions on the Web Guide des logiciels permettant l’interactivité sur Internet : forum, BBS, groupes virtuels, bulletins d’annonce, outils de travail collaboratif. Mise à jour 3 août 1999 http://thinkofit.com/webconf/ Courseware evaluation – Summary G. Gay et L. Harrison, Centre for academic and adaptative technology – Université de Toronto, 28 avril 1999 Evaluation de 7 plates-formes du point de vue des utilisateurs ayant un handicap : CourseInfo, Topclass, Web Course in a Box, VirtualU, Web Knowledge Forum, WebCT, Lotus Learning Space http://snow.utoronto.ca/best/outline.htm Documentation générale sur les enseignements médiatisés Outils pour la création d'environnements d'apprentissage sur WWW, Sites concernant l'évaluation des étudiants assistée par ordinateur, Sites étrangers http://www-atrium.u-strasbg.fr/info-Atrium/sites.html Encyclopédia Universalis 4.0 Encyclopédie sur cédérom. Version 1999.

99

L'utilisation des NTIC dans la formation

Evaluation and Selection of Web Course Management Tools - Sunil Hazari, Ed.D, Robert H. Smith School of Business, University of Maryland, College Park Etude comparative : BlackBoard CourseInfo, Course-in-a-box, Lotus LearningSpace, TopClass, WebCT, WebMentor. Produit sélectionné au terme de l’étude : WebCT Mise à jour 21 juin 1998 http://sunil.umd.edu/webct/ Microsoft encarta encyclopédie. Encyclopédie sur cédérom. Version 1999. Online educational delivery applications: a web tool for comparative analysis Etude coordonnée et mise à jour par Bruce Landon, Douglas College, New Westminster, Colombie Britannique. Comparaisons structurées de 15 produits (qualifiés d’applications les plus utilisables déjà mises en œuvre au Canada) : LearningSpace, WebCT, TopClass, CourseInfo, Virtual-U, Web Course in a Box, FirstClass, QuestionMark, PlaceWare, Norton Connect, Allaire Forum, TeamWave, WebBoard, Asymetrix ToolBook, IntraLearn. Tableaux de comparaison globale et de comparaison deux à deux. L’étude distingue entre plates-formes intégrées et outils plus spécialisés. Mise à jour le 25 juillet 1999 http://www.ctt.bc.ca/landonline/ PC Week labs and WTCS judging criteria for multimedia authoring courseware Liste de critères utilisés par PC Week et WTCS (Wisconsin Technical College System) pour évaluer lors d’un concours la qualité des services proposés par les éditeurs de systèmes auteurs, les fonctionnalités des outils et la qualité des cours produits par des spécialistes chez les éditeurs. Chaque concurrent devait produire un cours à partir de matériaux fournis. Les éditeurs qui ont participé au concours sont : Aimtech Corp, Allen Communication Inc, Asymetrix Corp., Lotus Development Corp., Macromedia Inc., Pathlore Software Corp. et WBT System Inc. Produits concernés : TopClass, Learning Space, Authoware 4, QuestNet +, Toolbook II http://www8.zdnet.com/pcweek/reviews/0808/18chart.html Revues spécialisées Le monde informatique, 01 informatique, le monde interactif, l'ordinateur individuel, info PC… Tools for Developing Interactive Academic Web Courses : evaluation, University of Manitoba Tableau comparatif de 4 plates-formes : Learning Space, TopClass, WebCT, Toolbook. Les critères d’analyse concernent principalement les fonctionnalités enseignant et étudiant avec un accent particulier sur les tests. L’enquête a été réalisée début 1997. Pas de produit privilégié. Dernière mise à jour : 23 février 1998. http://www.umanitoba.ca/ip/tools/courseware/evalmain.html

100

L'utilisation des NTIC dans la formation

Une étude des nouveaux logiciels de conception et de diffusion pour l'apprentissage sur Internet, Traduction française par le CIFFAD d’une étude réalisée par la TéléEducation du Nouveau Brunswick. Comparaison de FORUM (Forum Enterprises), Virtual-U (Virtual Learning Environments Inc.), LearningSpace (Lotus Development Corp.), Learning Server (Data Beam), Web-CT (University of British Columbia), Symposium (Centre Corporation), First Class/LearnLink (SoftArc Inc.), Top Class (WBT Systems Inc.). http://ciffad.francophonie.org/etude/index.htm Web-based Instructional Tools, Sharon Gray (Briar Cliff College), Syllabus magazine, sept. 1998, vol. 12, N°2 Comparatif de 10 plates-formes : Convene, Courseinfo, FirstClass Collaborative Classroom, Intrakal, Learning space, MentorWare, TopClass, Web Course in a box, WebCT, Webmentor entreprise. Les critères de comparaison sont classés en 4 catégories : création de cours, outils de travail coopératif, gestion des cours, administration technique. Sont considérés comme des plates-formes les produits qui intègrent les fonctionnalités des trois premières catégories de critères ci-dessus. Approche descriptive. Pas de produit sélectionné. http://www.syllabus.com/sep98_magfea2.html Web encyclo. Encyclopédie en ligne. Mis à jour quotidiennement. Http://www.webencyclo.com

101

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful