You are on page 1of 29

Atelier l’Eveil

Rapport d’activité
2009

Rue Pichard 6 - 1003 Lausanne
Tél.: 079 /252 31 20
L’Eveil - Rapport d’activité 2009

Contenu
1. Positionnement au sein du DSB
2. Objectif
3. Le public
4. La palette de chiffres
5. Approche spécifique de l’Eveil, visant à la réinsertion
6. Les Ateliers: peinture spontanée, peinture libre, art-thérapie, développement
personnel, écriture, yoga, créativité libre et artisanat
7. Revue des activités 2009
Le Camp à Dormont
Les nouveaux ateliers
8. Le financement
9. Projets 2010-2011
10. Remerciements
Le jour vint, où ce fut plus douloureux pour le bourgeon de
rester fermé que d’éclore. K.B.Brown
1. L’Eveil : tremplin pour sortir du seuil bas
Au sein du DSB, L’Eveil occupe un positionnement spécial, une niche, qui est le
résultat des activités créatrices et à but thérapeutique qui y sont proposées. Le
public qui vient à l’Eveil entre dans une phase de remise en question de sa
marginalité. Il est en recherche d’un encadrement encourageant, supportant, qui ne
soit pas cependant aussi contraignant que ceux de type institutionnel ou hospitalier.

Les caractéristiques de l’Eveil:

o Porte de sortie du seuil bas
o Porte d’entrée vers une nouvelle autonomie
o Activités artistiques à but thérapeutique et non occupationnel
o Encadrement souple menant vers l’autonomie
oDiversité d’horizons des participants, qui favorise, pour les toxicomanes
notamment, l’identification à un groupe plus large où ce n’est plus « la
substance » qui est au centre des discussions, mais la personne.
2. Objectif: la réinsertion sociale comme
préparation à la réinsertion professionnelle

Elle s’articule autour de trois axes, qui
amènent la personne vers elle-même :

o Entrée dans un cadre : structure du
temps, respect des horaires, des
consignes et du matériel
o Entrée dans un groupe : entrer en
relation, s’exprimer, écouter,
collaborer, s’intégrer, se respecter
soi-même et les autres
o Entrée en relation avec soi :
reconstruction de l’estime de soi,
s’accueillir où on en est, poser un
autre regard sur soi, découvrir les
zones encore saines, les ressources
oubliées
3. Le Public

Le dénominateur commun du public est la
rupture sociale, résultant de vécus
divers, la toxicomanie étant souvent une
cause première, ayant amené son cortège
de conséquences

o Dépendances diverses : toxicomanie,
alcool, médicaments, relationnelles

o Dépressions, fragilités psychiques,
angoisses, burn-out etc.

o Maladies, accidents, traumatismes
divers
4. La palette des chiffres
4. Approche spécifique de l’Eveil, visant à la
réinsertion
Entrée dans un cadre concret mais souple
o Ouvert tous les jours : choix des jours
o Ateliers à horaire fixe mais faciles à respecter : 10h00-12h30/14h00-
16h30/17h00-19h00
o Diversité des activités : chacun y trouve une occupation adaptée à ses besoins
Entrée dans un groupe dans un cadre protégé
o Petits groupes de travail facilitant la reprise de contacts sociaux (max. 12
participants aux ateliers purement créatifs, 6-8 pour les ateliers de travail plus
direct sur soi)
o Encouragement à l’expression dans un groupe
o Chaque participant est facilitateur et coresponsable dans le groupe
Entrée en relation avec soi
o Détermination des objectifs personnels
o Utilisation du processus créatif pour la découverte de soi
o Découverte de ses potentiels au travers des mediums artistiques, qui favorisent
d’abord une expression non verbale
o Encouragement à la verbalisation des vécus et ressentis pendant le processus
créatif
Les ateliers vécus par les
participants

NB: tous les noms sont des noms d’emprunt
Peinture spontanée
L'éveil ça fait 2 ans que j'y vais + au moins 2 fois par semaine. C'est grâce à cet
endroit que je suis sortie de chez moi pour affronter le monde. C'est là-bas que
je retrouve l'envie de parler et surtout la confiance en moi. J'ai découvert la
peinture spontanée c'est ça qui me donne un but le matin pour me lever, au début
je n'arrivais pas à tenir les horaires pour tout, aujourd'hui je me lève presque
tous les jours à 8h00 et je ne traîne plus trop, seulement parce que j'ai très
envie de peindre, de me défouler, de cracher mon venin sur de grandes feuilles
blanches que je peux salir à volonté, d'exprimer ce que j'ai qui m'empêche de
vivre simplement... A l'atelier je rencontre des gens paumés comme moi qui ont
envie de tenter de comprendre pas à pas ce qui les pousse vers le bas, apprendre
à se connaître, moins douter de ses capacités. J'ai vu que je n'avais pas que des
défauts et surtout que mon parcours de vie a un sens et peut servir ma vie
actuelle au lieu de la briser encore et encore parce que sans modèle, sans être
écoutée, sans le sentiment d'être unique et aimée on reste dans un cycle
morbide . Liana
Peinture libre
Quand on m’a placé à l’Eveil, je ne savais pas à quoi m’attendre. En plus de mes
problèmes de dépendance, j’avais eu des problèmes de violence et les médecins
me donnaient des médicaments forts pour que je reste bien calme. Je parlais à
personne. Je me sentais comme une ombre qui sait pas pourquoi elle est là. A la
peinture, je n’avais pas confiance et je demandais des conseils pour tout.
Maintenant je me fie à mes sensations, j’écoute mais ensuite je décide moi-
même ! Aujourd’hui au lieu de peindre n’importe quoi, je réfléchis, je construis.
Les gens ont été gentils avec moi et m’ont respecté. Dans le groupe tout le monde
me connaît et quand je pars, ils me saluent tous. En fait, ici, je suis devenu moi!
Eloi
Art-thérapie
Maintenant je vais à l'art thérapie. j'avais peur que ce soit une prise de tête
mais j'ai mieux compris pourquoi je me cachais sous mon capuchon, la honte, la
culpabilité me rendaient lourde et pourtant j'ai senti cette ouverture et cette
douceur qui m'a rappelé ce que j'avais oublié ; j'ai réappris la confiance en moi et
en l'autre et je continue d'apprendre d'une façon que j'aime, c'est-à-dire
expérimentale, en allant au contact de mes blocages et c'est cela qui me manquait
et qui manque à d'autres. J'ai testé un centre de jour mais cela n'a rien à voir:
pour quelqu'un comme moi qui a besoin de beaucoup d'attention mais qui d'un
autre côté vit très mal la contrainte, le fait de ne pas être le maître de sa
barque(ce je vis déjà assez en tant que consommatrice) à l'éveil je "suis" et je
passe les étapes de l'apprentissage à mon rythme, parfois je me bloque sur un
obstacle mais ce n'est jamais un échec ou une humiliation et grâce à vos paroles
j'ai la chance de pouvoir réessayer encore et encore jusqu'à ce que j'aie ce
fameux déclic et que je lâche l'affaire.
Dans la peinture comme à l'éveil il n'y a pas de faux de mal de bien; comment
alors qu'on vous accepte tel quel, ne pas avoir envie de vivre? Patricia
Développement personnel
Au début, j’ai du me forcer à venir ! Ce n’était pas facile d’entendre mettre des mots sur
des comportements que j’ai et surtout de réaliser que, même si je les ai appris quand
j’étais petite, comme adulte j’en suis responsable que c’est possible de les changer petit à
petit ! Cela me paraissait impossible ! Et puis, surtout avec ma fille, j’ai commencé à
penser toujours plus à faire attention à ce que je lui dis et à ne pas me mettre en colère
et j’y arrive toujours plus souvent !
J’y apprends à réfléchir à ce que je dis et ce que je fais avant, à cause des conséquences
que ça peut avoir pour moi et les autres. Et quand j’ai mal à la tête avant le cours, je fais
toujours plus souvent l’effort d’y aller ! Suzanne

Ecriture
On n’a pas souvent l’occasion d’exprimer ce que l’on a sur le cœur. A l’atelier d’écriture, je
peux tout dire au papier. Après je lis au groupe ou pas… des fois c’est trop perso. Mais
j’aime bien écouter les histoires des autres. Celle de Marie* par exemple où de la racaille
montrait qu’ils avaient du cœur. On a tous le même thème et ce qui sort est très différent
chez chacun ! Ça nous fait aussi parler des choses qu’on n’aurait pas imaginé dire… il y a
toujours des échanges très animés. Parfois ça nous fait fondre et on devient tout mou,
parfois ça remue jusqu’à l’os, parfois on rigole et on se tord les boyaux. A l’écriture, il se
passe toujours quelque chose. Klara
Yoga
Ça fait bien trois ans que je viens à
L’Eveil. Assez vite, j’ai commencé le
yoga et ça m’a fait un de ces biens !
Faut dire que je suis hyperactive.
Maintenant je ne pourrai pas louper
une séance. C’est l’équilibre de la
semaine ! Si je n’ai pas le yoga, j’suis
mal. En fait, je deviens plus
concentrée. Je lâche tous mes soucis.
Au début, les enchaînements étaient
difficiles ! A présent j’y arrive très
bien. J’ai aussi appris à respirer.
Quand j’ai des problèmes ou des
soucis, je me concentre sur ma
respiration et je m’énerve
moins. Sylvie
Méditation
J'ai choisi la méditation parce que j'ai besoin de me relaxer, j'ai tellement d'insomnies et
mal partout dans le corps...et puis je suis de plus en plus angoissé, j'ai l'impression de ne
pas voir d'issue à ce cauchemar: vivre avec toutes ces peurs, la société qui va si mal et moi
je ne veux plus fuir dans l'alcool ou les produits, parce que ça devient pire...alors que peut-
être on peut gérer ça autrement... D’abord on m'apprend à revenir dans le corps, à le
sentir et relâcher les tensions. Mais moi j'ai des pensées obsessionnelles qui tournent tout
le temps, alors on me dit de ne pas trop les écouter, comme une radio qui joue au loin, on
m'apprend à me concentrer sur ma respiration; parfois c'est trop agité ou alors je
m'endors, mais on est guidé aussi dans des visualisations qui me font du bien...et puis, rien
que ce petit moment de grâce que j'ai ressenti où je me suis senti si bien!
J'avais oublié que ça existait, c'était comme revenir chez moi ce calme, cette joie
intérieure!...aussi j'ai l'impression que malgré tout l'effort que ça me demande, j'ai
vraiment envie de faire ce travail qui m'aide à voir comment je fonctionne et puis tous les
films que je me fais... si au moins c'étaient des bons! Antoine
Artisanat et création de papier
J'aime bien l'atelier de papier où je peux tremper mes mains dans ces
différentes pâtes, les colorer, les façonner puis les décorer ou les recycler!
J'ai l'impression de partir de rien et pouvoir tout créer... en plus, on est tous
autour d'une grande table et on peut bien discuter, c'est sympa...parfois c'est
loupé mais d'autres fois on est tout étonné parce que c'est de belles surprises
et que ça rend tout heureux! Et puis j'ai même fait une lampe, elle a plein de
petites perles et j'en aurais pas trouvé une aussi belle dans les magasins ; je
suis si contente de la voir chez moi et tout le monde l'admire. Je savais pas que
je savais faire de belles choses! Laurette
7. Revue des activités 2009
Le Camp à Dormont et sorties en raquettes (vus par un participant)

Cet été on est monté dans un alpage pendant une semaine. D’autres étaient déjà
venus et se réjouissaient d’y retourner, moi c’était la première fois. La montée
n’a même pas été dure, j’étais parmi les premiers ! C’est autre chose d’être tout
le temps ensemble. Tout le monde a été très gentil, mais des fois, je devais
m’éloigner. Ça m’a rappelé quand j’étais petit et que mes parents m’emmenaient à
la montagne. En fait j’aime bien ça : ça nous lave la tête et ça nous montre qu’on
peut avoir une autre vie. Moi en fait en ville je fais des extras et là, ben j’avais
que la méthadone et ça faisait longtemps que j’avais pas passé une semaine sans
consommer. On a marché, on a créé des objets et surtout on a beaucoup raconté
de blagues au coin du feu. Ensuite, en hiver, ils ont organisé des sorties
raquettes. C’était sympa de faire un peu de sport, parce que moi autrement, je
me bouge pas tellement. Lucas

Note: 18 personnes ont participé au camp de 5 jours à Dormont. Yoga et cercle de
paroles le matin, nombreuses randonnées, créations de land-art, soirées autour du
feu. Corvées de vaisselle dans la bonne humeur !
7. Revue 2009 - nouveautés
Nouveaux Ateliers
oEcriture
oDéveloppement personnel

Ateliers temporaires
oTechniques acryliques
Danse spontanée
oDanse
oThéâtre
o Chant

Autres
oFilm du camp
oCréation du chant de l’Eveil par un participant
oDiverses expositions personnelles de participants
8. Financement
En plus du financement indispensable de la Ville de Lausanne, l’Eveil bénéficie des
revenus à court terme (3 mois) des contrats RI conclus avec le SPAS. Le public que
nous envoie le SPAS est également« seuil bas », avec une problématique de
dépendance déclarée ou pas, et l’objectif des mesures RI est en tout point semblable
à ceux du DSB : aider les personnes à se réinsérer socialement d’abord. Les exigences
du SPAS nous ont incités et motivés à améliorer nos prestations et à travailler de
façon plus ciblée dans une optique de réinsertion.

L’évolution financière de 2009, ainsi que le nombre de personnes qui viennent
maintenant régulièrement vont nous permettre en 2010 de mettre en place des
mesures que nous espérions depuis longtemps:
D’une part augmenter le nombre des entretiens personnels à but thérapeutique (voir
projets 2010-2011) et, d’autre part, mieux répondre aux exigences du travail en
réseau, à la multiplication des contacts et des demandes de rapport, statistiques etc.,
des organismes publiques finançant l’Eveil. Nous allons pouvoir investir plus de temps
dans un travail suivi et plus structuré au niveau administratif, répondant ainsi aux
attentes de nos partenaires sociaux.

Pour faciliter la mise en place des mesures ci-dessus, nous allons essayer de louer une
pièce supplémentaire dans l’immeuble et augmenter le taux travail de certains
intervenants.
9. Projets 2010-2011
1. Ménager plus de place aux entretiens individuels, qui sont toujours plus demandés
pour gérer des situations personnelles difficiles.

Organiser des séances personnelles à but thérapeutique, comme encouragement vers
la thérapie personnelle. En effet, nous avons beaucoup de difficultés à inciter certains
de nos participants aller à des consultations personnelles chez des psychiatres,
psychothérapeutes etc. Sur la base de la confiance créée dans le cadre de l’Eveil, nous
allons commencer avec eux une démarche personnelle, pour les orienter peu à peu vers
les professionnels dont ils ont besoin, selon la gravité du mal-être ou des pathologies
qui peuvent se présenter.

2. Mieux structurer l’organisation au niveau administratif: circulation des
informations, centralisation et accessibilité des données et mise en place d’un site
internet.

Location d’une pièce supplémentaire et séparée pour élargir les plages horaires
possibles pour les entretiens et le travail administratif.
Merci !

L’Equipe de l’Eveil se joint à cette participante aux ateliers pour dire
un grand MERCI à la ville de Lausanne pour son soutien indispensable
afin de pouvoir réaliser ce travail magnifique qui nous tient à cœur !