25

N °

FIN D’ANNÉE 2017
M A G A Z I N E

39 42 Avenue des Arts 1040 Bruxelles - tel   : +32 2 511 90 15 - www.filigranes.be
THOMAS GUNZIG
PRIX FILIGRANES 2017

« La plus belle surprise « Un roman parfaitement
de cette rentrée littéraire. » amoral et totalement
Emmanuel Khérad réjouissant. »
La Librairie Francophone Avantages

« Une radioscopie « Quand le mythe
de notre monde occidental de l’enfant sauvage croise
aussi féroce que jubilatoire. » celui de Robinson Crusoé
L’Echo dans notre monde
moderne…
« Un mix entre
Une ode réjouissante
Mowgli & Pasolini. »
à la littérature. »
Juliette Arnaud
Télé 7 jours
France Inter
« Tour à tour amusant,
« Le mythe de l’enfant
romantique, machiavélique,
sauvage à l’heure
immoral et lucide, une vraie
du numérique. »
réussite. »
Philibert Humm
Paris Match Courrier de l’Ouest

« Ce tableau naturaliste « Un roman magnifique,
se déguste comme à la fois classique
un hors-d’œuvre. » et sardonique. »
Emmanuelle Jowa Biblioteca
Paris Match Belgique
« C’est une histoire
« La jungle n’est pas d’amour, oui.
là où on croit. Et de sexe. Et d’ados.
Thomas Gunzig Et de critique de la société.
le prouve avec drôlerie. » Une histoire d’aventures,
Sean J. Rose qu’on ne lâche pas jusqu’à
Livres Hebdo la dernière ligne. »
Le Soir Belgique

ISBN 978-2-84626-961-2 « Réjouissant, très drôle,
336 pages féroce et rageur. »
18 € L’Écho Belgique

Au diAble vAuvert
RAISON SOCIALE
Intell SA, av. des Arts 39-42,
ÉDITORIAL
1040 Bruxelles

NOS MAGASINS
LA JEUNESSE EST UNE IVRESSE CONTINUELLE; C’EST LA
lu > ve : 09.00 > 20.00 FIÈVRE DE LA RAISON.
sa : 10.00 > 19.30
di & jours fériés : 10.00 > 19.00 François de La Rochefoucauld
av. des Arts 39-42
1040 Bruxelles
T. +32 2 511 90 15 On n’est pas sérieux en 2017 ! Nicolas Vadot nous donne envie de faire
info@filigranes.be
www.facebook.com/filigranes le singe en hiver. C’est qu’il y a de la joie ! De la joie pour le livre, parce
que le livre se porte bien, tellement bien que ce Filiber passe de 64 à 92
ma > sa : 10.00 > 19.30 pages. Paré pour le froid. De la joie d’offrir, en cette période de fêtes,
di & jours fériés : 10.00 > 19.00 et le livre reste un magnifique objet d’échange pour faire passer des
fermé le lundi
av. Louis Lepoutre 21 messages, qu’il s’agisse d’un livre d’images – nos rayons beaux-arts et
1050 Bruxelles vie pratique regorgent de nouveautés épatantes –, de littérature – la ren-
T. +32 2 343 01 70
corner@filigranes.be trée 2017 a été un bon cru, et le Prix Filigranes s’inscrit dans la grande
www.facebook.com/filigranescorner tradition des récompenses qui comptent – de BD, de livres jeunesse…
ou de sciences humaines : on peut dire bien des choses en offrant un
lu > ve : 07.30 > 19.00 essai.
sa, di & jours fériés : 08.30 > 19.00
Parvis Saint-Pierre 10
1180 Bruxelles Une autre joie, plus matérielle : au 1er janvier 2018, le prix unique du livre
T. +32 2 343 69 01 sera d’application. Nous en reparlons dans ce Filiber.
info@lepetitfiligranes.be
www.facebook.com/lepetitfiligranes
Aujourd’hui, Bruxelles est plus que jamais capitale de l’Europe. Visitez
notre rayon international pour vous en rendre compte.
me > di : 10.00 > 18.30
vacances scolaires & à partir du
01.04 jusqu’au 30.09 : Filigranes est avant tout un lieu d’échanges, de plaisir et de rencontres.
lu > di : 10.00 > 18.30 Les auteurs se rendent accessibles à tous, avec simplicité. Consultez
Zeedijk 777
8300 Knokke-Le-Zoute notre agenda des rencontres si vous désirez leur parler ou faire dédica-
T. +32 50 60 18 28 cer leurs derniers opus.
corman@filigranes.be
www.facebook.com/FiligranesKnokke
La vie est courte,
COURRIER DES LECTEURS Lisons, nom de Dieu, pour en avoir plusieurs !
filiber@filigranes.be

RÉDACTION / DIRECTION
La Filiteam

DIRECTEUR DE LA
PUBLICATION
Marc Filipson SAVE THE DATE
RÉDACTEUR EN CHEF
Filiber

GRAPHISME
Aykut Cengiz
Nocturnes festives!
COUVERTURE
Paul Cauuet
les vendredis�� & ��décembre
ONT CONTRIBUÉ À CE OUVERTURE JUSQU’À
NUMÉRO 22H00
Charles-Louis Detournay
Ariane Dufourny
Marc Filipson
Audrey Guttman
Anne Hendrickx RENCONTRES AUTEURS :
Bruno Wajskop
15/11 : Vincent Engel 25/11 : Emma CakeCup 12/12 : Frédéric Lenoir
DIFFUSION 20/11 : Douglas Kennedy 01/12 : Olivier Guez 22/12 : Pierre Kroll
Zoom On Arts
22/11 : Boris Cyrulnik 05/12 : Jacques Mercier 23/12 : Alex Vizorek et
IMPRESSION 23/11 : Olivier Norek 07/12 : Caroline Receveur Nicolas Vadot
Delabie SA, Bld. de l’Eurozone 9 ...
Z.I. La Martinoire
B - 7700 Mouscron ...POUR LES AUTRES DATES, SUIVEZ NOTRE AGENDA EN LIGNE OU VIA FACEBOOK !

Ne pas jeter sur la voie publique
- Éd. responsable  :
Marc Filipson, av. des arts 39-42,
1040 Bruxelles

E IT
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA
SOMMAIRE
SÉLECTION LITTÉRATURE������������������������������������������� 6
INTERVIEW JOËL DICKER����������������������������������������� 10
N °
25
INTERVIEWS YOUTUBE ORSENNA ET THUAN������������� 39
INTERVIEW BORIS CYRULNIK����������������������������������� 40
SÉLECTION LITTÉRATURE LOUIS LEPOUTRE������������� 12 FOCUS BRACHOT���������������������������������������������������� 42
SÉLECTION CORMAN BY FILIGRANES�������������������� 14 SÉLECTION BEAUX-ARTS������������������������������������������ 44
INTERVIEW PRIX FILIGRANES����������������������������������� 18 SÉLECTION VOYAGES���������������������������������������������� 50
INTERVIEW YOUTUBE MIGUEL BONNEFOY������������� 19 SÉLECTION VIE PRATIQUE���������������������������������������� 52
INTERVIEW THOMAS GUNZIG�������������������������������� 20 SÉLECTION BANDE DESSINÉE���������������������������������� 56
SÉLECTION POLAR��������������������������������������������������� 22 FOCUS LES VIEUX FOURNEAUX������������������������������� 60
SÉLECTION LITTÉRATURES DE L’IMAGINAIRE���������� 24 SÉLECTION JEUNESSE���������������������������������������������� 62
« JE SUIS UN PROVOCATEUR, C’EST PLUS FORT QUE MOI »����27 SÉLECTION JOUETS�������������������������������������������������� 66
LES CHOIX DE MARC����������������������������������������������� 28 SÉLECTION JEUX ADULTES��������������������������������������� 74
TÉMOIGNAGE : 24H À PARIS AVEC MARCUS������� 30 SÉLECTION INTERNATIONAL������������������������������������ 76
SÉLECTION DVD������������������������������������������������������� 32 SÉLECTION LANGUES���������������������������������������������� 79
LES CHOIX DE SYLVIA ET MYRIAM�������������������������� 34 SÉLECTION GADGETS���������������������������������������������� 82
SÉLECTION PRIX DU LIVRE EUROPÉEN�������������������� 35 FOCUS SOIRÉES CARITATIVES��������������������������������� 84
SÉLECTION SCIENCES HUMAINES��������������������������� 36 LA FILITEAM�������������������������������������������������������������� 88
4

POURQUOI LISEZ-VOUS ?
Ce Filiber inaugure une nouvelle rubrique : « Lire, c’est… » dans laquelle un invité ou un auteur nous livre ses impressions
les plus personnelles sur le livre et la lecture.

« La lecture, ça fait du bien par où ça passe. » 
Par Audrey Guttman
Qui se souvient du temps, pas si lointain d’ailleurs, où l’on pouvait lire un livre entier sans être constamment interrompu par
le biip biip (ou sa variante à peine plus discrète, le brrr brr) de nos messageries dites « instantanées » ? où l’on avait encore un
semblant d’attention soutenue, une capacité à affronter un livre plus long qu’un tweet ? Ah ! les beaux jours… 
Pas de panique ! Il ne tient qu’à nous de ressaisir la main que le livre nous tend. Souvenez-vous de vos lectures
d’adolescence, brûlantes d’intensité, hors du temps. Glissez-vous dans le souvenir de ces émois, littéraires et physiques, qui se
mélangeaient alors dans votre esprit. 

On entend souvent dire que la lecture est « une évasion ». Et si c’était le contraire ? Si la lecture était le meilleur moyen de
revenir à nous-mêmes ? 

Le geste de lire m’ancre toujours dans mon corps. 
Quand je lis, mon livre caresse le dos de mes genoux ; mes mains sont, selon l’intrigue, moites de tension retenue,
frissonnantes de plaisir, indolentes de rêverie. Ma lecture est incarnée : elle s’inscrit dans ma chair, dans mes orteils qui
trépignent, dans ma tête qui se relève d’un bond lorsque l’auteur semble s’adresser à moi seule. 

Cette lecture « en levant la tête », chère à Barthes, qui fait naître le désir d’écrire un livre en réponse, je vous la souhaite du
fond du cœur. 
Il n’est de moment plus voluptueux, voire, de volupté plus grande. 
Lire, c’est entretenir avec les écrivains un degré d’intimité qui parfois hébète. 
La vie est courte : lisons, nom de Dieu, pour en vivre plusieurs. Attrapons un volume au hasard, juste pour le
plaisir d’inquiéter un peu ses goûts. Suivons le conseil d’un inconnu, d’un(e) libraire, ou de qui bon nous semble. Offrons-
nous ce cadeau : engager notre être entier dans un acte qui le consume et l’élève à la fois, ce plaisir en solitaire, cette
jouissance de l’âme : la lecture d’un bon livre.
 

SOMMAIRE 25
E IT
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA
IL ÉTAIT UNE FOIS

1972
Marc Filipson a 13 ans quand il récupère le job d’étudiant
d’un de ses frères aînés dans une petite librairie à Laeken.
1974 Débauché par un des clients de la librairie,
il coupe des rouleaux de tissus pour les marchés,
ce qui lui permet de bien gagner sa vie.
Il commence alors à lire des romans, principalement Barjavel.

1982
1977
Au cours de ses études supérieures, il reprend un
job d’étudiant dans une petite librairie, Son diplôme d’instituteur en poche, il enseigne
« La Providence » pendant quelques mois. Mais, insatisfait par son salaire,

1983 il quitte l’enseignement lorsqu’une opportunité se présente.

Marc Filipson rachète " La Providence " située rue de l'Industrie.
Dans cet espace minuscule (25 m2), il communique à ses clients sa passion
1988
Exproprié, il déménage dans un local de 180m , avenue des Arts.
2
des livres et peaufine ses techniques commerciales. Il lance la formule La librairie, rebaptisée Filigranes, est ouverte 7 jours sur 7, ce qui est alors un
inhabituelle à l’époque du « satisfait ou remboursé » pari risqué dans un quartier de bureaux.

1992 2000 La librairie investit le 39 de l'avenue des Arts
et passe à 1000m².
Un incendie ravage Filigranes qui rouvre,
quelques mois plus tard, modernisée.
La gestion informatique des stocks,
mise en place à ce moment - là, La formule fonctionne si bien que la librairie s'agrandit. 2007
Avec plus de 1.700 m², Filigranes est la plus grande de Belgique et la
sera l’une des clés du succès.
plus grande de plain - pied au monde, Marc Filipson en a fait un des lieux
incontournables de Bruxelles, où l’on peut flâner dans les rayons, lire en
2009

Filigranes fait le pari du numérique en créant une application pour iPhone buvant un café ou écouter les auteurs lors des présentations et séances
(une première dans le monde de la librairie francophone). Le nouveau de dédicaces.
comptoir numérique propose des liseuses. Des livres numériques sont 5
vendus sur le site filigranes.epagine.fr ainsi qu’au magasin. Filigranes
2010

est aussi très actif sur Facebook, sa page compte aujourd’hui environ La librairie fait des petits. Ouverture du Petit Filigranes,
24 000 fans. Parvis Saint - Pierre à Uccle, et du Filigranes Corner,
OUVERTURE EN OCTOBRE 2012 avenue Lepoutre à Ixelles.
2012

Rachat de la librairie Corman à Knokke. Elle s’appellera dorénavant
« Corman by Filigranes ». Plus de 30 écrivains néerlandophones et
2013
francophones se sont retrouvés le 4 août 2012 pour dédicacer leurs 1700  -  -  - > 2700 m2

ouvrages à quelques mètres de la plage ; la première DIGUE DES 9 novembre   : la librairie passe de 1700 à 2700m².
AUTEURS remporte un franc succès. 11 novembre  : Filigranes fête ses 30 ans.
15 novembre  : Filigranes devient officiellement
2014 Fournisseur Breveté de la Cour de Belgique.

Marc Filipson est décoré Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres. Ouverture de la librairie internationale,
AU 42

avec des livres en anglais, en italien, en espagnol en
2015 Ouverture de
allemand et l’introduction de livres en néerlandais..
nombreux corners  : Lexon, Abodee, Moma,
Les Savonneries Bruxelloises, Kikkerland
2016 21 SEPTEMBRE 2016
et bien d’autres... 1 Prix Filigranes en partenariat avec ING.
er

Création d’un corner Taschen..

NOUVEAUX CORNERS
2017

1ER JUILLET 2017
Le Chat, Legami, LEUCHTTURN1917, Ouverture à Knokke du pop-up store
ouverture de l’espace carterie en section FILACTÈRES ON THE BEACH.
internationale.

IL ÉTAIT UNE FOIS FILIGRANES 25
SÉLECTION
LES CHOIX DES LIBRAIRES
01 02 03 04

AURORE

MON COUP D'CŒUR ULTIME :
LA MONTAGNE MAGIQUE
THOMAS MANN

01. LA CHAMBRE DES ÉPOUX 02. LE MAÎTRE DES 03. BRANDEBOURG 04. L’ART DE PERDRE
Éric Reinhardt MINIATURES Juli Zeh Alice Zeniter
Gallimard Jim Shepard Actes Sud Flammarion
Vies Parallèles
Nicolas et Mathilde sont pas- Dans ce roman choral presque Dans une France meurtrie
sionnément amoureux. Lorsqu’il À travers l’histoire d’Eiji écrit à la manière d’un polar, par les attentats, Naima sent
apprend qu’elle est atteinte d’un Tsuburaya, directeur des effets Juli Zeh brosse un portrait au que son identité dérange. Elle
cancer, ils décident de faire front spéciaux pour les studios Toho, vitriol de la vie rurale idéalisée va alors interroger ses racines
ensemble en s’immergeant dans et de son implication dans la par les citadins. Avec un hu- kabyles à travers les figures de
le pouvoir de la création. Tous les création du monstre Gojira, mour grinçant, elle ausculte son père et de son grand-père,
soirs, il joue pour elle les mor- c’est à la dislocation d’une vie, les inimitiés silencieuses, les et lever le silence sur la douleur
ceaux de la symphonie qu’il est à la tragédie d’un pays atomisé violences sous-jacentes et l’in- d’être « Harki » tant en Algérie
en train de composer, comme si et à la naissance d’un mythe trusion dérangeante que « l’es- qu’en France.
la musique était un fil d’Ariane (Godzilla) que Jim Shepard prit de village » exerce sur ses
qui la maintenait en vie. La nous convie. concitoyens.
langue est sublime et la construc-
tion narrative étourdissante.
05 06 07 08
6

HUGUES

MON COUP D'CŒUR ULTIME :
L'HOMME-DÉ
LUKE RHINEHART

05. LES FANTÔMES DU 06. JUSQU’À LA BÊTE 07. LA DISPARITION DE 08. JEU BLANC
VIEUX PAYS Timothée Demeillers JOSEF MENGELE Richard Wagamese
Nathan Hill Éditions Asphalte Olivier Guez Zoé
Gallimard Grasset
Récit glaçant d’une vie consa- Sur ordre du gouvernement ca-
Des émeutes de Chicago en 68 crée au travail à la chaîne dans Olivier Guez mène l’enquête sur nadien, un jeune indien Ojibwé
au New York post-11-septembre, un abattoir. la trajectoire terrifiante et san- est arraché à sa famille pour être
en passant par la Norvège des Quand l’abrutissement conta- glante du médecin d’Auschwitz. éduqué dans un pensionnat catho-
années 40, Nathan Hill dresse mine chaque parcelle de Au-delà de la cruauté et de la lique. La découverte du hockey sur
un portrait sans concession de votre existence jusqu’à vous monstruosité du personnage, glace lui permettra d’échapper à
l’Amérique et de ses travers. La conduire vers l’inéluctable. Un l’auteur nous révèle sa réelle l’enfer de sa condition et de se re-
révélation de cette rentrée. roman choc ! médiocrité, bien qu’il parvint à construire. Après Les étoiles s’étei-
échapper durant trois décennies gnent à l’aube, Wagamese nous
à ses poursuivants. offre son nouveau chef-d’oeuvre.

1 MOIS
GRATUIT

PRIX
40€
80€

SÉLECTION LITTÉRATURE 25
E IT

ABO LLB 2 MOIS 41X176_OCT17.indd 1 9/10/17 08:25
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA
SPÉCIAL FIN D’ANNÉE
LES CHOIX DES LIBRAIRES
09 10 11 12

MARIANNE

MON COUP D'CŒUR ULTIME :
TOUT CE QUE J'AIMAIS
SIRI HUSTVEDT

09. LA BEAUTÉ DES JOURS 10. LES HUIT MONTAGNES 11. BAKHITA 12. SUCRE NOIR
Claudie Gallay Paolo Cognetti Véronique Olmi Miguel Bonnefoy
Actes Sud Stock Albin Michel Rivages

Par l’auteur de Les déferlantes, Piero a 11 ans. Il vit à Milan Bakhita a été enlevée à sa mère Un chasseur de trésor de pi-
l’histoire d’une femme qui s’est avec sa mère et un père sans dans son village du Darfour. rates débarque dans une grande
accomodée d’une vie simple cesse en colère. Leurs rap- Elle va connaître les horreurs ferme des Caraïbes. Il fouille le
et routinière. Cet été-là, elle ports changent quand ils se et les souffrances de l’esclavage domaine pendant plus d’un an
commence à écrire à Marina retrouvent chaque été à la jusqu’à ce qu’elle soit vendue à mais, alors que ses recherches
Abramovic, qui la fascine de- montagne dans le Val d’Aoste. un diplomate italien. Libérée restent infructueuses, il s’ins-
puis toujours et qui, contrai- Le père entraîne son fils à la après un procès retentissant, talle dans la propriété, la fait
rement à elle, met en scène découverte de cet univers qu’il elle devient religieuse et sera prospérer, épouse la fille du pro-
passionnément la vie, l’amour, adore. Dans le village de mon- canonisée par Jean-Paul II. priétaire... Mais où se trouve le
la mort... Cette correspondance tagne, il y a Bruno qui garde C’est un portait réaliste et dou- trésor ? Faut-il renoncer à cher-
va peut-être lui permettre les vaches. Ils sont très diffé- loureux. C’est de loin le livre le cher ? Un jeune auteur d’ori-
de s’ouvrir à la beauté de rents mais une amitié forte va plus fort de cette auteure. gine latino qui écrit en français
l’imprévisible. naître entre eux dont on suivra et s’inscrit dans la lignée des
l’évolution pendant vingt ans. grands raconteurs d’histoires.
7
13 14 15 16

SARAH

MON COUP D'CŒUR ULTIME :
LA JOIE DE VIVRE
EMILE ZOLA

13. UNDERGROUND 14. LA SALLE DE BAL 15. MON ÉTINCELLE 16. LES AVENTURES DE
RAILROAD Anna Hope Ali Zamir RUBEN JABLONSKI
Colson Whitehead Gallimard Le Tripode Edgar Hilsenrath
Albin Michel Le Tripode
1911, c’est dans la salle de bal L’auteur comorien mêle hu-
La fuite de la jeune esclave de l’asile de Sharton que se re- mour et émotions dans une Les errances du jeune juif al-
Cora à travers un réseau fer- trouvent les trois personnages prose sublime. Sa maîtrise de lemand Ruben, rescapé d’un
roviaire clandestin enfin maté- de ce roman tourbillonnant : la langue est impressionnante. ghetto. Intellectuel, bourré
rialisé. Son épopée tour à tour deux patients et un médecin Douceur et Douleur, les per- d’humour, il se cherche en
ahurissante et violente se lit dont les ambitions, les désirs sonnages, resteront longtemps parcourant l’Europe à travers
comme un roman d’aventure et les passions sont mis à mal. dans vos pensées. un récit truculent. Un livre
et un manuel d’histoire. Romanesque ! indispensable.

SPÉCIAL FIN D’ANNÉE 25
SÉLECTION
LES CHOIX DES LIBRAIRES

MARGOT BASTIEN

MON COUP D'CŒUR ULTIME : MON COUP D'CŒUR ULTIME :
LES TERRES DU COUCHANT GAGNER LA GUERRE
JULIEN GRACQ JEAN-PHILIPPE JAWORSKY

17. L’ÉLÈVE GILLES 18. L’AVANCÉE DE LA NUIT 19. OSTWALD 20. UN DIMANCHE DE
André Lafon Jakuta Alikavazovic Thomas Flahaut RÉVOLUTION
L’éveilleur Éditions de l’Olivier Éditions de l’olivier Wendy Guerra
Buchet Chastel
Sortant de l’ombre après des La nuit n’en finit pas d’étirer À la fois roman social et fable
années de silence, l’élève Gilles son mystère dans l’anonymat moderne, Ostwald est un ro- Qu’est-ce qu’être poétesse à
fait à nouveau entendre sa voix, d’un hôtel comme les autres. man aux relents post apoca- Cuba ? Cléo se met à écrire
d’une plume infiniment subtile. Paul et Amélia se rencontrent. lyptiques. L’errance chaotique après la mort de ses parents
Roman d’apprentissage d’une À tâtons, ils vont s’aimer. La de ses personnages n’est que dans un accident, ses poèmes
rare sensibilité, le texte se dé- chambre 313 sera le commence- le symptôme d’une perdition rencontrent un succès inter-
ploie lentement et laisse entre- ment d’une quête fébrile. Dans de classe. Véritable voyage national qui la dépasse et la
voir au lecteur attentif son éclat une langue sublime, l’auteur dans une Alsace vidée de ses fait connaître des autorités
secret. Au cœur d’une cam- met à nu une humanité apeu- rêves puis de ses hommes. cubaines. Voyage dans un
pagne toujours changeante, rée, enchaînée à ses névroses. Un rugissement nihiliste où pays soupçonneux et, suivant
Gilles nous entraîne sur des Sur une terre stérile naît pour- l’avenir ne se conceptualise le sillon qu’elle tente de creu-
sentiers lumineux. tant un amour éblouissant. plus. ser, Cléo plonge dans l’histoire
qu’elle écrit : celle de sa culture,
de son pays, de son identité.
17 18 19 20
8

Par vis Saint-Pierre 10  - 118 0 Bxl
ÉMILIE T. + 3 2 2 3 4 3 6 9 01 DAMIEN

MON COUP D'CŒUR ULTIME : MON COUP D'CŒUR ULTIME :
JE, FRANÇOIS VILLON LE PARFUM
JEAN TEULÉ PATRICK SÜSKIND
LE PIANISTE BLESSÉ MINUIT, MONTMARTRE UNE DOSE DE DOULEUR HISTOIRE DE LA BERGÈRE
Maria Ernestam Julien Delmaire NÉCESSAIRE Léo Barthe
Gaïa Grasset Victoire de Changy Le Tripode
Autrement
Ernestam dépeint L’écriture Cette bergère
des personnages même de ce La couverture nous enflamme
touchants qui roman nous bien trop nu- les sangs sans
nous renvoient plonge dans la nuche cache pudeur ni ta-
à nos propres bohème d’un pourtant une bou. Un roman
jardins secrets. L’auteur nous Paris en pleine transition artis- nouvelle plume belge pleine de érotique âpre, sensuel, bestial,
montre que rien n’est acquis, tique et historique. Beau et poé- finesse ! La prose virtuose, le porté de bout en bout par une
mais que le temps finit toujours tique ! sens du récit déjà marqué et le langue brûlante qui donne envie
par faire son affaire. regard acéré de l’auteure font de de scander ce texte à voix haute
ce premier roman une bien jolie où que l’on se trouve. Par-delà
découverte. sa charqe érotique puissante, ce
texte est surtout une magnifique
déclaration d’amour et une ode à
la vie. Gare aux brûlures !

SÉLECTION LITTÉRATURE 25
E IT
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA
Dictionnaires
amoureux
la collection
de toutes les passions

À PARAÎTRE LE 9 NOVEMBRE 2017

ÉVÉNEMENT
La librairie Filigranes vous invite à rencontrer les auteurs
de la collection Dictionnaire amoureux
ADAM BIRO, auteur du Dictionnaire amoureux de l’Humour juif
JEAN-BAPTISTE BARONIAN, auteur du Dictionnaire amoureux de la Belgique
JEAN-LOUP CHIFLET, auteur du Dictionnaire amoureux de l’Humour
et du Dictionnaire amoureux de la Langue française

vous attendent le samedi 25 novembre à partir de 11 heures

Suivez-nous sur : www.plon.fr
Interview
La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert
Joël Dicker
Par Marc Filipson
La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est un des livres préférés de Marc Filipson, et la
complicité de « Markie » avec Joël Dicker ne date pas d’hier. C’est que Joël Dicker est une
personnalité indépendante et déterminée, qui ne se laisse pas facilement dicter sa conduite.
Les sirènes du cinéma se sont penchées sur son bébé, et il a su résister aux chants les plus sé-
duisants (dont ceux de Steven Spielberg). Faire un film pour faire un film n’intéressait pas
Joël. Et d’ailleurs, le film classique de cinéma était-il la meilleure option pour l’adaptation
des aventures de Marcus Goldman ? La rencontre du jeune auteur aux 3 millions d’exem-
plaires vendus avec Jean-Jacques Annaud (L’Ours, Le Nom de la rose, Stalingrad…) et le
producteur Fabio Conversi a été magique. Et elle débouche… sur la réalisation d’une série
en dix épisodes. Les séries et Marc, c’est une autre histoire d’amour…

Marc Filipson : La Vérité sur une équipe de 250 personnes.
l’Affaire Harry Quebert est Quand tu es réalisateur, tu
enfin adapté après de es évidemment créateur, mais tu es aussi le chef d’une
longues pérégrinations. très grande équipe. Je mesure à quel point Jean-Jacques
Comment as-tu participé est un créateur génial, un réalisateur doué d’une vision,
au travail d’adaptation de un technicien doué dans la gestion de l’image, et un
ton roman ? meneur d’hommes. C’est un général en chef avec une
armée qui le suit. Il les mène d’une façon très douce, très
Joël Dicker : Bernard de juste et de manière très agréable. Je ne sais pas si ça me
Fallois, mon éditeur, s’est donne envie d’être réalisateur mais cela me donne un
concentré sur un détail primordial : il voulait trouver meilleur aperçu de ce que c’est que réaliser un film.
quelqu’un qui croie et qui se dévoue à ce C’est surtout une opportunité pour moi
projet cinématographique autant que lui d’assister à un travail en groupe. Moi qui
s’était dédié au livre. suis écrivain et qui travaille tout seul, je me
Il a trouvé cette lumière, cette excitation, rends compte de ce que c’est de travailler sur
cette envie, dans sa rencontre avec Jean- un projet qui implique 250 personnes et
Jacques Annaud et Fabio Conversi, le pour lequel tu as besoin de chacune d’elle.
producteur. Jean-Jacques est un homme Si le chauffeur conduit mal, est en retard ou
bienfaisant, doux et bon. La manière dont il se trompe de chemin, la scène ne peut pas se
adapte le livre montre qu’il a tout compris. faire. Chaque personne, qu’elle soit à la
Ce qui est mis en avant, ce qu’il a vu et ce technique, à la caméra, au catering ou à
qui reste dans l’adaptation respecte le livre et j’en suis très l’assistance, a un rôle primordial pour que tout se passe
content. Jean-Jacques m’a raconté ses expériences avec Le bien. C’est très impressionnant de travailler avec autant
Nom de la Rose de Umberto Ecco, avec L’Amant de de gens.
Marguerite Duras, ou La Guerre du Feu. Il m’a demandé
quelle implication je voulais avoir dans le processus Es-tu très pris par ce projet, fais-tu beaucoup
cinématographique. Je lui ai répondu que je voulais d’allers-retours ?
suivre le processus et lui poser toutes les
questions que je voulais. Ce n’est pas moi Je vais une semaine sur deux sur le tournage
qui vais apprendre à Jean-Jacques Annaud à au Canada. Les quinze premiers jours ont
faire son métier. Il a calqué le scénario sur le été tournés au nord de Montréal dans une
livre, il a protégé le livre, donc je n’étais pas petite ville charmante qui s’appelle
inquiet. Forestville, au bord du Saint-Laurent, à un
Je ne voulais surtout pas être un auteur endroit où il est presqu’à son embouchure
geignard qui s’accroche à son livre, et laisser sur l’océan. L’eau est salée, il y a des crabes,
Jean-Jacques faire son travail, en ça ressemble vraiment à la mer. C’est là qu’a
m’autorisant à lui demander « Pourquoi tu été construite la maison Quebert. On a
fais ceci comme ça ? ». Cela a été et est toujours pour moi tourné pendant quinze jours toutes les scènes proches ou
très enrichissant et vraiment génial. dans la maison. Depuis le mois de septembre, on est à
Montréal même ou dans la banlieue.
As-tu l’impression d’être en formation en tant que futur
réalisateur ? Est-ce que ça te donne des envies de Qui a fait le casting, as-tu eu ton mot à dire ?
réalisation autonome ?
Jean-Jacques a fait son casting. J’ai réalisé en voyant le
Le travail de réalisateur est un travail difficile qui casting que moi-même, je n’avais pas d’idée précise sur le
demande de gérer beaucoup d’aspects. On travaille avec physique des personnages. Je ne pourrais toujours pas
Photo © Valery Wallace

INTERVIEW JOËL DICKER 25
E IT
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA
aujourd’hui dire si Marcus est blond ou brun, s’il a des lunettes ou non. La série est devenue le pinacle, la variante contemporaine la plus
Il y a très peu de descriptions dans le livre. Jean-Jacques ne s’est pas réussie de l’écriture littéraire, et c’est une très bonne nouvelle que
arrêté au physique mais a cherché les sentiments que dégageaient les Harry Quebert soit adapté en série plutôt qu’en film. Il me semble que
acteurs. Patrick Dempsey, dans son comportement, son attitude, sa cela correspond mieux à ton type d’écriture, à ton type d’écrivain.
façon d’être, incarne l’image du professeur d’université avec lequel on
voudrait passer tout son temps. C’est un type très avenant, Exactement, et d’ailleurs si j’avais préféré faire un film, on
bienfaisant. aurait fait un film.
Je n’ai pas du tout fait le choix d’une série par dépit. Avant
Quel est ton rapport avec les acteurs ? de rencontrer Jean-Jacques Annaud, on s’était déjà dit, avec
Bernard de Fallois, qu’il valait mieux ne pas faire
Très bon. Je suis content de ne pas être impliqué dans les d’adaptation du tout plutôt qu’une mauvaise, et que
décisions de cette série, qui va être très belle, parce que ce peut-être, il n’y en aurait jamais. Ce qui n’était pas très
n’est pas mon métier. Moi je fais des livres, je ne voulais pas grave, ce n’était pas une nécessité absolue.
que cette série m’arrache à mon métier. J’ai rencontré les Je suis d’accord que faire un film d’une heure 50, peut faire
acteurs juste avant de commencer le tournage. Nous naître la crainte de se retrouver avec quelque chose qui va
sommes allés dîner tous ensemble à Montréal. J’étais trop vite, où il ne reste plus rien du livre. J’ai vu quelques
impressionné, timide, je me disais qu’ils ne sauraient même pas qui adaptations de livres au cinéma, et je pense particulièrement à L’arme à
j’étais. J’ai été accueilli avec beaucoup de gentillesse. Ils avaient tous lu le l’œil, un ouvrage de Ken Follet qui a été adapté par Richard Marquand
livre. À certains moments du tournage, certains acteurs me disaient avec Donald Sutherland. J’ai été hyper déçu parce que le roman que
qu’ils avaient changé quelques phrases, en espérant que ça ne me j’avais fait durer en tant que lecteur était tout d’un coup un tout petit
gênerait pas. Ils ont tous envie de rester dans l’esprit du livre, et ça c’est film d’une heure et demie.
vraiment génial.
Tu sais que je suis très séries pour l’instant. On vient de voir que
certaines séries, comme The Ozarcs par exemple, qui avaient été
Les dix épisodes sont–ils écrits ? Y a-t-il des variantes par rapport au écrites comme un tout pour une saison, vu le succès qu’elles ont
livre ? remporté, posent la question de leur suite, et donc de l’écriture et de la
réalisation d’une suite à quelque chose qui avait une fin. Est-ce que tu
Les dix épisodes sont écrits. Il n’y a aucune variante par rapport au livre, imaginerais une suite à L’affaire Harry Quebert s’il y a une demande,
tout ce qui est montré est dans le livre. Il y a quelques raccourcis parce si c’est un succès incroyable ? Pourrais-tu inventer une suite ?
qu’il n’y avait évidemment pas la place de tout mettre. Moi qui ai de la
peine à faire court quand j’écris, en voyant le film se faire, je me dis que Une continuité, peut-être. Les 10 épisodes racontent le livre Harry
peut-être j’aurais pu raccourcir certaines parties. À ceux qui s’inquiètent Quebert dans son intégralité. Mais il y a d’autres possibilités d’histoires
de savoir si la série sera moins bonne ou meilleure que le livre, je dirais avec Marcus. L’idée de faire pour faire n’a pas de sens. Il faut qu’il y ait 11
que le livre et la série sont complémentaires. Le livre a des dimensions un sens créatif pour moi.
que la série n’a pas, et la série a des dimensions que le livre n’a pas.
À quand sur les écrans, et comment ?
Joël Dicker sera-t-il un acteur à la façon Hitchcock, en apparition
subliminale, ou bien tu as un rôle dans la série ? C’est prévu pour 2018, aux États-Unis sur une chaîne du câble qui
s’appelle EPIX, en France sur TF1 qui a acheté les droits (ce n’est pas une
Je fais une apparition. « série TF1 », TF1 n’est pas producteur, les producteurs sont MGM).

Tu dois me dire quand je dois venir pour apparaître aussi ! (rires) Aujourd’hui, Harry Quebert, c’est combien de traductions ? Combien
de pays ?
Mais oui, tu es Marcus, tu tournes demain, tout le monde t’attend !
(rires) 40 langues dans à peu près 65 pays.

Est-ce que ce processus de réalisation auquel tu assistes pourrait La série de David Khara, Le projet Bleiberg, est adaptée en BD. C’est
t’inspirer pour l’écriture d’un futur roman ? exceptionnel, et de plus en plus de best-sellers comme le tien sont
adaptés en BD. Est-ce qu’il y a quelque chose de prévu ?
C’est intéressant de se frotter à l’aspect scénario parce que parfois, dans
le scénario, tu as des contraintes de temps qui t’obligent à aller plus vite. Je n’ai pas envie que les plus jeunes aient la tentation d’aller vers la BD
Ça, pour moi c’est intéressant. J’essaye de lire des nouvelles par exemple. plutôt que vers le livre.
Mon problème aujourd’hui c’est que je dis en cinquante mots ce qui
pourrait être dit en vingt. Je dois travailler cet aspect. Je ne suis pas accord, tu as reçu le plus beau des prix qui est le Goncourt
des Lycéens. C’est un argument de vente pour le libraire, et je crois
Mais je parlais de l’inspiration d’une entreprise comme le cinéma, qu’une BD serait un plus parce qu’on a le plaisir de découvrir l’univers
avec, comme tu disais au début, ces 250 personnes, c’est presqu’un littéraire en BD. Je te rappelle que tu es le seul auteur francophone à
cadre pour un drame, ou une comédie… La réalisation d’un film peut avoir vendu 2 millions d’exemplaires en une année. Tu es dans le livre
être un cadre inspirant pour un écrivain. des records. Mais c’était une parenthèse. Quelle est ton actualité ? Tu
prépares un roman qui devrait paraître à la rentrée?
Oui, ça peut être dramatique ! J’ai vu l’autre jour Fucking Kassovitz, le
documentaire sur le tournage d’un film de Kassovitz : Babylone AD. Ça Je prépare un roman comme toujours, parce que j’écris toujours, mais je
se passe très mal parce qu’il y a des guerres d’ego, des problèmes de ne sais pas quand il va paraître. Il n’est pas fini, donc j’avance. Quand il
gestion… ce qui se prête vraiment à un drame, un cirque total. sera prêt je te le dirai, Markie !

SPÉCIAL FIN D’ANNÉE 25
SÉLECTION
LES CHOIX DES LIBRAIRES
av. Louis Lepoutre 21 - 1050 Bxl - T. +32 2 343 01 70
01 02 03 04 05

AURÉLIE

MON COUP D'CŒUR ULTIME :
MRS DALLOWAY
VIRGINIA WOOLF

01. LES PLEUREUSES 02. VERA 03. SUMMER 04. L’ÉCLIPTIQUE 05. UN CERTAIN M.
Katie Kitamura Karl Geary Monica Sabolo Benjamin Wood PIEKIELNY
Stock/La Cosmopolite Rivages JC Lattès Robert Laffon François-Henri Désérable
Gallimard
Séparée de son mari de- Sonny et Vera au- Monica Sabolo signe Une île secrète et pro-
puis 6 mois, la narratrice raient pu ne jamais se un roman lumineux, tégée du côté d’Istanbul Piekielny, voisin fur-
doit partir à sa recherche rencontrer mais alors aquatique et intrigant. abrite un manoir-sana- tivement évoqué par
en Grèce. Commence nous n’aurions pas eu Le narrateur, adulte, se torium qui accueille les Gary dans La promesse
alors pour elle un voyage la chance de lire un des replonge dans les sou- artistes fatigués ou en de l’aube attire l’œil
de détective et d’archéo- plus beaux romans de la venirs de ses 14 ans et manque d’inspiration le et la curiosité de F-H
logue à la poursuite de rentrée. Plus qu’une his- ceux en particulier de la temps que leurs muses Désérable. Qui était cet
traces et de souvenirs. toire d’amour et qu’un disparition de sa sœur, reviennent les visiter. homme mystérieux ?
Qui étai(en)t-il(s) ? Un roman d’apprentissage, Summer. Les silences L’arrivée d’un nouveau Gary a-t-il tenu sa pro-
roman intime et trou- une vraie parenthèse sont trompeurs, les résident perturbe le messe ? A la recherche
blant, loufoque aussi sublime. souvenirs oniriques, la groupe des anciens… de la vérité (existe-t-elle
parfois. Une vraie pépite. quête de vérité essen- Un roman d’atmos- vraiment ?), Désérable
tielle… Génial. phère, une écriture vi- trouve Gary, se trouve
suelle et limpide : on lui-même un peu aussi.
quitte Bruxelles à la lec- Un récit/roman/essai
12 ture. Réjouissant. ludique. Pour les fans de
Gary et les autres.

06 07 08 09 10

ALICE

MON COUP D'CŒUR ULTIME :
DES SOURIS ET DES HOMMES
JOHN STEINBECK

06. NEVERLAND 07. LE COURAGE 08. CŒURS 09. LA NATURE DES 10. L’ORDRE DU JOUR
Timothée De Fombelle QU’IL FAUT AUX SILENCIEUX CHOSES Eric Vuillard
L’Iconoclaste RIVIÈRES Anne Brécart Charlotte Wood Actes Sud
Emmanuelle Favier ZOE Éditions du Masque
Première fois que l’ex- Albin Michel Eric Vuillard se glisse
cellent auteur jeunesse « Ce sixième roman Un huis-clos sauvage dans les coulisses de
Timothée De Fombelle Un premier roman d’Anne Brécart raconte et dérangeant au cœur l’Anschluss (annexion
s’attaque au roman pour sensuel et poétique qui la renaissance d’une du bush australien. Un de l’Autriche par l’Alle-
adultes, et c’est pour interroge avec force et femme, une reconquête roman noir sur l’isole- magne nazie en 1938)
y parler… d’enfance ! délicatesse la question de l’amour et du désir ». ment et la part de bestia- et une fois encore, son
Et avec tellement de de l’identité. Très belle Un récit tout en pudeur, lité en chacun de nous. récit brille d’intelli-
tendresse ! Un petit découverte ! qui touche à l’intime et Captivant. gence et de virtuosité.
livre doux et précieux au sensible. Très beau. Indispensable.
qui laissera de beaux
souvenirs.

SÉLECTION LITTÉRATURE 25
E IT
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA
SPÉCIAL FIN D’ANNÉE
LES CHOIX DES LIBRAIRES
11 12 13 14 15

PASCAL

MON COUP D'CŒUR ULTIME :
L'ARRIÈRE-SAISON
PHILIPPE BESSON

11. LE JOUR D’AVANT 12. NOS RICHESSES 13. MISTRAL 14. LA GLOIRE DES 15. LE DÉJEUNER DES
Sorj Chalandon Kaouther Adimi PERDU OU LES MAUDITS BARRICADES
Grasset Seuil ÉVÉNEMENTS Nicolas D’Estienne Pauline Dreyfus
Isabelle Monnin D’Orves Grasset
Avec Sorj Chalandon, la « Un homme qui lit en JC Lattès Albin Michel
vie ressemble à un ice- vaut deux ». Mai 68 : tous les cocktails
berg à la dérive avec la Le petit bijou de cette Isabelle Monnin fait Vous avez aimé les fidé- ne sont pas Molotov !
candeur de la face visible rentrée littéraire. chanter avec brio les lités successives ? Une journée dans un
et la noirceur charbon Une vraie richesse à mots de la vie, de notre Alors vous allez adorer palace, l’hôtel Meurice
des entrailles… partager… vie avec le refrain de La gloire des maudits… qui, le temps d’une jour-
Un roman fort qui fait l’universel et sa force Incontournable. née, se transforme en
écho à notre monde romanesque. kermesse…
de rendement et de Bouleversant… Jubilatoire.
sécurité…

13

SPÉCIAL FIN D’ANNÉE 25
SÉLECTION
LES CHOIX DES LIBRAIRES
Zeedijk 777 - 8300 Knokke-Le-Zoute -
T. +32 50 60 18 28 01 02 03 04 05

ISABELLE

MON COUP D'CŒUR ULTIME :
CORPS ET ÂME
FRANCK CONROY

01. DE ACHT BERGEN 02. HET VORIGE 03. SUCRE NOIR 04. COLORAMA, 05. LONELY PLANET’S
Paolo Cognetti MEISJE Miguel Bonnefoy HET BOEK OVER ULTIEME REIS
De bezige bij J.P.Delaney Rivages ALLE KLEUREN EN PLANNER
Cargo TINTEN Lonely Planet
Een integer en melan- Une mystérieuse in- Cruschiform Lannoo
cholisch boek over de We volgen 2 vrouwen in trigue sous le soleil des Lannoo
bergen, opgroeien en de verschillende periodes. Caraïbes. Une histoire Wil je weten waar en
kracht van vriendschap. Ze huren hetzelfde d’un trésor caché et Weet je waarom een wanneer je ergens naar-
Elegante zinnen, mooie huis. Ze lijken uiterlijk d’une fille qui rêve du flamingo roze is ? toe moet reizen ? Alles
woorden, een heldere op elkaar en zijn beide prince charmant. Bien En hoe komt melk staat in dit ontzettend
stijl,… PRACHTIG ! getroffen door verdrie- écrit et coloré, ce livre aan zijn witte kleur ? leuk boek.
tige gebeurteninssen. fait voyager ! Une pé- Het antwoord vind je in
De auteur zet je steeds pite ! MON COUP dit mooi geïllustreerd
op het verkeerde been DE CŒUR DE LA boek.
en het einde is volkomen RENTRÉE !
onvoorspelbaar !
Een verslavende thriller !
06 07 08 09 10

14
FRÉDÉRIQUE

MON COUP D'CŒUR ULTIME :
BELLE DU SEIGNEUR
ALBERT COHEN

06. LES PEAUX 07. FAUX DÉPART 08. VIOLENCES 09. VERA 10. ET SOUDAIN,
ROUGES Marion Messina AYANT ENTRAÎNÉ Karl Geary LA LIBERTÉ
Emmanuel Brault Le Dilettante LA MORT SANS Rivages Evelyne Pisier et
Grasset INTENTION DE LA Caroline Laurent
Regard implacable sur DONNER Intense roman d’un Les escales
Dans un pays imagi- notre époque d’une jeune Etienne Deslaumes amour improbable entre
naire, Amédée Gourd est provinciale issue d’un Buchet chastel un apprenti boucher de Biographie romancée
cariste chez Vinoveritas milieu ouvrier. 16 ans et une femme d’une femme engagée
et vit avec sa mémé ! C’est Armande est morte sous et féministe, née en In-
La galère d’une Greno- mystérieuse des quar-
un raciste pur et dur qui les roues d’une voiture dochine dans les années
bloise montée à Paris tiers chics de Dublin.
parle mal et s’en prend à Nice. Suicide ou acci- coloniales.
dont l’ambition profes- Triste mais beau !
aux rougeauds réfugiés dent ? C’est passionnant, intelli-
sionnelle et amoureuse
suite aux massacres subis Le jour de son enterre- gent, touchant, révolté…
se heurte à la réalité de la
dans leur pays. ment, chaque membre À découvrir absolument.
capitale.
Roman humoristique et de sa famille et ses amis
Sombre et réaliste.
grinçant sur un sujet ac- livrent leurs pensées cha-
tuel très sensible. À lire cun à leur tour avec des
au troisième degré !!! intrusions de la défunte.
Plus on avance plus on
est intrigué par le dé-
nouement.

SÉLECTION CORMAN BY FILIGRANES 25
E IT
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA
15
01 AP Noël 176x132mm.indd 1 19/10/2017 19:16

COUPS DE CŒUR DES LIBRAIRES !

ÉDITION
COLLECTOR

« Fascinant » « Addictif » « Éblouissant »

Robert Laffont

SPÉCIAL FIN D’ANNÉE 25
SÉLECTION
LES CHOIX DES LIBRAIRES
11 12 13 14

JEAN

MON COUP D'CŒUR ULTIME :
LES MAINS DU MIRACLE
JOSEPH KESSEL

11. MILLÉNIUM 5 12. UNE COLONNE DE FEU 13. ANGIE 14. LE RÉSEAU MERMOZ
David Lagercrantz Ken Follett Karin Slaughter Laurent Whale
Actes Sud Robert Laffont Harper Collins Critic
Mikael et Lisbeth dans une Le roman se déroule entre 1550 Nouvelle aventure de Trent où Thriller d’espionnage autour
nouvelle aventure, une histoire et 1610 pendant la guerre des son ex-femme, Angie tient le d’un document perdu dans les
de jumeaux, vrais ou faux, qui religions entre l’Angleterre, la rôle principal. Meurtres, dispa- années 30 et qui réapparaît sur
défile à toute allure. Saisissant ! France et l’Espagne. Comme ritions et kidnappings dans le un site de vente de nos jours.
dans chaque récit de Follett, tous monde fermé du basket améri- L’action se déroule à Marseille,
les faits historiques sont véri- cain. Magique ! où seront mêlés non seulement
diques. Bref, un MUST pour nos « Rats de poussière » mais
cette fin d’année. également le Mossad, les ser-
vices secrets russes et français
ainsi que Daesch. Bouleversant !
Cartoon’s
Pop-Up À deux pas de
Corman by Filigranes,

16
Store au 781 zeedijk, venez
découvrir notre pop-up
store consacré à la BD,
ouvert tous les week-end
de 10h à 18h30 !!!

SÉLECTION CORMAN BY FILIGRANES 25
E IT
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA
PAR LE LAURÉAT DU
GRAND PRIX DES LECTRICES
DE ....POLICIER
ET DU
PRIX .. .....
DU POLAR EUROPÉEN

17

LEUR MISSION ? RÉCUPÉRER UN TABLEAU DISPARU.
LEUR PLAN ? COMMETTRE LE VOL LE PLUS AUDACIEUX DU SIÈCLE.

« La nouvelle
voix du thriller
est polonaise. »
Pierre LEMAITRE

« Enfin un roman
à la hauteur de
Je suis Pilgrim. »
Marc Filipson

SPÉCIAL FIN D’ANNÉE 25
inavouable_AP_176x132.indd 1 20/10/2017 16:08
Interview «Prix Filigranes»
Prix Filigranes, un livre de qualité accessible à tous...
Par Filiber
Quelle est l’origine du Prix Filigranes ?

Marc Filipson : Cela faisait des années que je voulais organiser un prix littéraire et que je cherchais un
partenaire. Il y a trois ans, à la suite de la visite chez Filigranes de Didier Decoin, du Prix Goncourt, j’étais
persuadé que le Goncourt serait décerné à Joël Dicker pour La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert, pour la
bonne raison que c’était un livre bien construit, palpitant et accessible. Mais Joël n’a pas eu le Goncourt, et s’il
y avait eu un Prix Filigranes, il l’aurait remporté. Ce livre a été démoli par une certaine critique mais il a été
un des plus grands succès de librairie pour un livre francophone… et il a été récompensé par un prix qui, à mes
yeux, est plus important que le Goncourt, c’est le Goncourt des lycéens. Il en a remporté d’autres, dont celui de
l’Académie française. J’ai donc décidé de rattraper la chose et d’organiser un prix qui récompenserait un livre
de qualité accessible à tous. Mais pour lancer un prix, on ne peut pas être seul.

Quel a été votre partenaire ? Et pour la petite histoire, comment s’est déroulé le
vote cette année ? Cela a-t-il été aussi compliqué que
J’ai convaincu ING. Je leur ai tenu ce discours : « Vous pour le choix d’un pape ?
rendez l’art accessible à tous à travers vos expositions,
et moi je rends la lecture accessible à tous. Nous L’ambiance a été extraordinaire, et vous pourrez en
devons faire quelque chose ensemble ». Ils ont dit juger par les témoignages des membres du jury. Nous
« Ok, tu lances un prix et nous offrons 5000 € au avons eu plusieurs réunions, agréables et animées.
vainqueur ». Et le premier lauréat a été Adélaïde de Et au bout du compte, cela s’est joué à une voix : La
Clermont Tonnerre pour Le Dernier des Nôtres. tresse a tenu longtemps la corde et a remporté un
magnifique succès de librairie en France comme en
Vous avez eu le nez creux… Belgique.
En effet, bien que j’aie à l’époque été critiqué pour C’est finalement Thomas Gunzig qui l’a remporté,
ce choix, quelques semaines plus tard, ce livre était d’une voix, démocratiquement.
auréolé du Prix de l’Académie française.

Comment le Prix Filigranes évolue-t-il ?

Pour cette seconde édition, notre partenaire médias
est L’Echo, un journal brillant qui propose des pages

Photos © Stany Capteur d’émotions
culture très bien construites. J’ai choisi 7 ouvrages
parmi ceux de la rentrée, et nous avons étoffé le
jury, qui cette année était composé de 42 personnes :
5 cadres d’ING, 5 clients d’ING, 5 journalistes de
l’Echo, 5 abonnés de l’Echo, 12 clients de Filigranes
(choisis au hasard), et bien entendu les libraires de
chez Filigranes, qui n’ont eu droit qu’à deux voix par
librairie. Les éditeurs que j’ai contactés ont volontiers
joué le jeu, et je les en remercie : ils ont dû envoyer
42 exemplaires de chaque titre aux membres du jury.
Et pour la prochaine édition, au vu du succès du Prix
2017, ils nous soumettront eux-mêmes les ouvrages
qu’ils estiment correspondre à la philosophie du Prix
Filigranes, et nous les enverrons 5 mois avant leur
parution – alors que cette année nous les avons reçus
seulement deux mois à l’avance. Le jury a été très
Photos © Nicolas Denis

sollicité sur une courte période, ils auront plus de
temps l’an prochain.

Quels livres sont éligibles ?

Il doit s’agir de livres écrits en français mis en librairie
après le 1er avril ou à paraître avant le 31 octobre.
Le Prix Filigranes est décerné chaque 21 septembre.

Photo T. Gunzig © Corentin Vandenbranden / photo A. de Clermont-Tonnerre © JF Paga - Grasset

INTERVIEW PRIX FILIGRANES 25
E IT
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA
SÉLECTION PRIX
FEMINA 2017
« L’une des
belles surprises
de l’automne ! »
Christine Ferniot
LIRE
Photo © Renaud Monfourny / Éditions Payot & Rivages. Design © Guillaume Prieur.

« Un conte à la
García Márquez. »
Grégoire Leménager
L’OBS

« Une saga,
un portrait de femme,
un récit d’aventure,
un grand roman. »
Éric Libiot
L’EXPRESS

Rivages

19

MIGUEL BONNEFOY - INTERVIEW YOUTUBE
SUCRE NOIR

• Quelle est ton actualité ? • Ta lecture du moment ? • La star que tu aimerais Cela nous rappelle la
Je suis en tournée pour la Les vraies richesses, de Jean rencontrer ? campagne de pub que nous
promo de Sucre Noir, une Giono. Jay-z. avions faite pour Filigranes,
tournée de 50 dates, et je dans laquelle nous avions
• Le livre que tu aimes offrir ? utilisé La métamorphose.
rencontre la plus belle librairie
de Bruxelles : Filigranes ! • Un livre de rentrée ? Histoire et utopie, de Cioran.
L’invention des corps, de • Et quelle fut ta plus belle
Pierre Ducrozet (Actes Sud) • Ton plat préféré ? rencontre ?
• D’où viens-tu ?
Je viens du Venezuela, j’ai la Les pâtes au thon. Avec Yves Bonnefoy lors d’un
double nationalité franco- • Un hobby ? apéritif littéraire. Je n’ai rien
vénézuélienne, et mon père La voile. • Ton premier souvenir de à voir avec Yves Bonnefoy, à
est Chilien. Il y a là une lecture ? part notre homonymie.
combinaison de nationalités. • Ton lieu préféré au monde ? La métamorphose de Kafka.
Filigranes, Bruxelles, Belgique. • Si tu devais donner
• Quel est ton lieu de un conseil aux jeunes
• C’est ton premier souvenir aujourd’hui, lequel serait-ce ?
prédilection à Bruxelles ? de lecture en tant qu’enfant ?
• Une série télé ? Engagez-vous ! Voyagez !
J’aime bien une petite rue près Non, j’ai peu de souvenirs de
de la Grand Place où on vend Game of Thrones. Écrivez et devenez l’homme
mes lectures d’enfant, mais ou la femme que vous voulez
une bière noire et épaisse dans La métamorphose a eu pour
un comptoir de pirates. devenir.
• Un film ? moi l’effet d’une boussole sur
Pulp Fiction. un navire perdu dans une
• Où aimes-tu aller en tempête. RETROUVEZ CETTE INTERVIEW SUR
vacances ?
• Un album de musique ?
Au Venezuela. J’aime les
plages. L’école du micro d’argent, de IAM.

SPÉCIAL FIN D’ANNÉE 25
Interview Thomas Gunzig
Prix Filigranes 2017
Le lauréat est belge !
Par Ariane Dufourny, rédactrice en chef du magazine Be Perfect
Pour sa deuxième édition, le Prix Filigranes décerné par la librairie éponyme, a sélectionné sept
livres francophones se distinguant par leur faculté de plaire à tout public.

Lauréat du Prix Filigranes Votre sarcasme ?
2017 pour votre roman La Une défense naturelle ?
vie sauvage !
Votre ressenti ? Une des meilleures façons
de pouvoir accepter le côté
Du bonheur, une petite dose terrible du quotidien. Il y a
de fierté. L’écriture est un plus de choses terribles que
travail solitaire. Les prix sont formidables. Les choses
importants pour les auteurs, formidables ont tendance
ce n’est pas secondaire, c’est à se terminer alors que les
chaque fois des encourage- choses terribles se termi-
ments. Un jury vous dit, c’est nent rarement. Autant en
bien continue ! sourire !

Dyslexique enfant, licencié en Sciences Politiques, librai- Vous dépeignez notre société comme inculte et nombri‑
re durant dix ans, professeur de littérature à La Cambre liste, vouée à sombrer. Qu’est-ce qui vous anime person-
et à Saint-Luc, chroniqueur, auteur, romancier. On récol- nellement dans ce monde ?
te ce que l’on sème ?
L’envie d’être libre ! La meilleure façon que j’ai trouvée est
Il faut beaucoup semer car on n’est jamais sûr de récolter. d’avoir une activité créative, artistique qui est plus qu’un
Quelquefois, on récolte sans avoir semé. Il y a une énorme travail où je n’ai ni horaire, ni patron, ni contrainte sauf
part de chance et de hasard dans ce qui nous arrive. J’essaye celle que je m’impose.
de travailler tous les jours, régulièrement, du mieux que
je peux. Beaucoup de gens font comme moi et ne récolte Pessimiste ou optimiste envers notre futur ?
rien, beaucoup de gens font comme moi ou moins et récol-
te beaucoup plus. Il y a beaucoup d’injustice ! Plutôt pessimiste… L’optimisme est un piège terrible qui
immobilise alors que si on accepte que ça va être terrible,
Votre « Charles » ? Un trait de ressemblance avec Tarzan, on peut aménager le temps présent pour le rendre plus
Mowgli ou Crocodile Dundee ? supportable.

Ils sont parfaitement adaptés à leur environnement tandis D’après vous, un smiley, un pouce levé, c’est la
que Charles n’est adapté nulle part. Il se rend compte que « Novlangue » de Georges Orwell ? Votre remède contre
l’Afrique, d’où il vient, où plane la mort, le danger en per- l’anéantissement de la pensée ?
manence et le pays où il est arrivé, il est tellement facile
d’être libre qu’il lui est donc impossible d’y être heureux Il faut accepter la technologie qui simplifie beaucoup la vie,
et d’y rester. Il essaye de trouver une troisième voie qui est je m’en sers aussi ! Avoir un goût pour les smartphones, les
la morale ! Avec la femme qu’il aime, se retirer du monde tablettes, les nouveaux moyens de communication, ne doit
des humains, du moins pour un certain temps. pas empêcher de rester connecté avec la création artistique,
la littérature en particulier, qui est la meilleure façon de vivre
Dans votre chronique « Café Serré » sur Matin première, des expériences fortes et puissantes, d’enrichir notre hu-
vos romans, vos pièces ou encore dans vos scénarios de manité et par conséquent de devenir quelqu’un de meilleur.
film comme dans Le Tout Nouveau Testament de Jaco
Van Dormael, votre plume et vos propos tendent vers L’amour, la passion… La femme idéale s’appellerait-elle
l’irrévérence. Une réflexion sur le pouvoir des mots ? Septembre ?

Les mots ont un pouvoir énorme ! Ils sont la base de la ré- Pour Charles, oui ! L’amour est une des choses les plus
flexion qui est à la base de la contestation, de la possibilité merveilleuses qui soient. Il nous ouvre sur nos capacités à
d’être libre. Si on n’a pas de mots, on ne sait pas penser, si être libres ! On part en vacances, on ne va pas travailler, on
on ne sait pas penser, on ne sait pas être libre et si on ne ne se lève pas, des trucs qu’on devrait pouvoir faire tous les
sait pas être libre, on est un peu mort. C’est fondamental ! jours. Quand on est amoureux, on fait des folies qui sont
l’expression de la liberté.
Photos © Nicolas Denis

INTERVIEW THOMAS GUNZIG 25
E IT
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA
Le point sur le prix unique
Par Bruno Wajskop
Marc Filipson, les médias font tous appel à vous pour commenter l’actualité autour du prix unique du livre, qui sera
effectif à partir du 1er janvier 2018, et de la tabelle. Pouvez-vous nous expliquer de quoi il s’agit ? Ces notions ne sont
pas très claires pour le grand public.

Alda Greoli, notre ministre de la Culture, a voulu aller vite, et je remercie Joëlle Milquet, qui l’a précédée dans cette
fonction, d’avoir initié ce dossier, et qui m’avait demandé conseil à ce sujet. Cette idée de prix unique du livre a été lancée
il y a plus de 40 ans par le sénateur et avocat, le regretté Roger Lallemand. J’ai été contacté par tous les ministres de la
culture successifs à ce sujet. Pour comprendre le prix unique, il faut d’abord savoir que l’on parle d’un prix imposé par
un éditeur sur lequel les libraires bénéficient d’une remise. Il ne s’agit donc pas de ce que l’on appelle un prix de cession.
Un prix de cession, c’est ce qu’il se passe quand j’achète 10 € et que je vends 20 €. Or, nous achetons 20 € un livre affiché
à 20 €, avec une remise, qui varie d’un libraire à un autre. Cette remise oscille entre 25 et 42%. Le prix de vente du
livre – 20 € dans mon exemple – est respecté par tous les libraires. Cependant, certaines librairies répondent à des offres
publiques d’achat pour des collectivités, et consentent des remises qui vont jusqu’à 28%. C’est ici qu’intervient la loi et le
décret : à partir du moment où il y a un prix unique, il doit être respecté dans tous les cas.

Donc, plus de remise ? peuvent donc conserver leurs marges pour se développer.
Petite parenthèse, Françoise Nyssen, en France, songe même
Plus de remise, et encore moins de la part des grandes surfaces, à interdire les remises par le biais des cartes de fidélité. J’en
qui appliquaient jusqu’à il y a quelques années, leur prix discutais avec un collègue français récemment : les remises
d’achat sur des dictionnaires ou des BD, par exemple, et qui qu’il accorde à ses clients grâce à ces cartes de fidélité lui coûte
exerçaient donc une concurrence intenable pour les libraires. des centaines de milliers d’euros par an !
Il existait donc une différence de prix de vente entre la Qu’en pensez-vous ?
librairie, le press shop et la grande surface ?
Si le prix est le même partout, le client choisira sa librairie
Exact. Et certaines grandes chaînes de librairies décidaient en fonction du service, de la qualité d’accueil et de conseil,
de proposer des livres en tête de gondole moins chers pour le stock dont il dispose, pour sa connaissance… et
qu’ailleurs. C’est une politique louable, je l’ai fait moi- c’est formidable !
même en 1983 pour attirer mes clients. Mais le prix
unique est aujourd’hui respecté par tous. Il existe un Vos critiques, alors, par rapport à ce décret ?
amalgame avec la tabelle.
C’est le maintien d’une remise de 15% accordée aux 21
Qu’est-ce que la tabelle ? bibliothèques et aux collectivités, et jusqu’à 25% sur le livre
scolaire. D’abord, nous n’avons même pas 25% de remise
C’est une sorte de taxe qui a été imposée il y a bien longtemps sur le livre scolaire. J’ai applaudi des deux mains quand j’ai
par certains distributeurs, avant le marché unique, pour appris que les remises seraient interdites en point de vente.
compenser leurs frais de transport, d’importation et de Je suis l’un des seuls à ne pas vendre aux bibliothèques
dédouanement. En pratique, avec un livre vendu en France ni aux collectivités. Jusqu’avant le décret, les libraires
20 €, le distributeur lui colle une étiquette et majore son prix accordaient jusqu’à 28% de remise aux collectivités. C’est
de 10 à 15%. Mais avec l’Europe, déjà que les taux de TVA ne insensé ! Mais avec la suppression de la tabelle, nous allons
sont pas les mêmes en France (5,5%) qu’en Belgique (6%), vendre les livres moins cher, donc nous aurons moins de
cette tabelle n’a plus de raison d’être. bénéfice brut. Si l’on accorde plus de 10% de remise, nous
ne pouvons plus payer nos charges fixes. La tabelle n’a
Et cela va disparaître ? plus de raison d’être, mais en la supprimant, notre chiffre
d’affaires va diminuer. Un libraire qui fait 100.000 € de
Progressivement, en trois ans. Mais le prix unique, il est chiffre d’affaires avec la tabelle, demain, ne fera plus que
déjà respecté. Certains se sont adressés à moi en me disant 85.000  €. Cela représente une différence de bénéfice de
« Alors, tu vas devoir vendre tes livres au même prix que 6.000 €, soit un employé. Comment les libraires vont-ils
les autres ? » Mais c’est ce nous faisons tous depuis des compenser ? Certains répondent : avec les bibliothèques
années. La communication n’a pas été très limpide. Certains et les collectivités à qui on ne devra plus faire que 15%
distributeurs n’appliquent pas la tabelle. Les livres que nous de remise au lieu de 25 à 28%. Cela ne me semble pas
achetons chez Flammarion, Gallimard et Actes Sud, pour ne un bon calcul. Les libraires qui vendent aux collectivités
citer que ceux-là, nous les achetons en France et leur prix de ont bien souvent du mal à joindre les deux bouts. Et il y
vente en Belgique est celui qui est indiqué sur la couverture a là une aberration : les bibliothèques et les collectivités
du livre. En revanche, tout ce qui est diffusé par Hachette ou sont subventionnées, elles reçoivent de l’argent de l’État.
Editis, est tabellisé par le grossiste, et cette augmentation de Pourquoi leur accorder des remises au péril de l’équilibre
prix n’est pas uniforme. Cela peut aller de 30 centimes pour financier des libraires qui les fournissent ?
un Asterix à 15% pour un roman.
Mais alors, le prix unique, c’est la joie ou non ?
Quid des remises, alors, à partir du 1er janvier 2018 ?
Pour nous, chez Filigranes, cela ne change rien.
Les libraires ne pourront plus accorder des remises, et jusqu’à Contrairement à une idée répandue, Amazon ne nous
5%, uniquement par le biais de cartes de fidélité. C’est fait pas beaucoup d’ombre. Les Belges achètent encore
l’application de la loi Lang française, qui a sauvé la librairie beaucoup de livres en librairie. Amazon est un concurrent
et développé la vente en grandes surfaces. C’est ainsi que pour un libraire qui ne se bouge pas. Chez Filigranes, nous
les centres Leclerc ont pu créer de véritables librairies, avec avons 180.000 références accessibles, que nous pouvons
du conseil, puisqu’ils n’accordent pas de remises et qu’ils aussi livrer en 24 heures à nos clients.

SPÉCIAL FIN D’ANNÉE 25
SÉLECTION
LES CHOIX DES LIBRAIRES
01 02 03

PAOLO

MON COUP D'CŒUR ULTIME :
LE GRAND NULLE PART
JAMES ELLROY

01. NITRO MOUNTAIN 04. L’ENFER DE CHURCH 04 05 06
Lee Clay Johnson STREET
Fayard Jake Hinkson
Gallmeister
Premier roman et réussite écla-
tante pour Lee Clay Johnson. Parmi la première salve de
S’inscrivant dans la tradition titres parus dans la collection
du country noir popularisé Néo Noir se trouvait ce petit bi-
par Le diable, tout le temps jou de noirceur. Jake Hinkson
de Donald Ray Pollock, Nitro dans un style sec et ironique 07 08
Mountain, est un roman noir nous narrait les confessions
qui explore les caniveaux de la dérangeantes et dérangées
condition humaine sans jamais d’un faux prophète manipula-
se départir de tendresses pour teur dans le cadre d’une petite
ses héros laissés-pour-compte. ville puritaine. Il est à présent
Une révélation de cette rentrée disponible en collection Totem,
du Noir. vous n’avez plus d’excuse !!!

02. GLAISE 05. STONE JUNCTION 07. LE DERNIER DES 08. VULNÉRABLES
22 Franck Bouysse Jim Dodge YAKUZAS Jake Adelstein
La manufacture de livre Super 8 Jake Adelstein Tusitala
Marchialy
Août 1914, alors que le temps Epuisé depuis quelque temps, Un très beau roman sur la
des moissons approche, l’Eu- ce qui est peut-être le meil- Après Tokyo Vice (désormais destruction de la cohésion fa-
rope se déchire et les cam- leur roman de Jim Dodge (au- disponible en Points), d’ores et miliale par la mystification
pagnes françaises se dé- teur des néanmoins excellents déjà un classique de la littéra- libérale de l’individu auto-dé-
peuplent de leurs hommes L’oiseau canadèche et Not Fade ture du réel ; Jake Adelstein, terminé. Violent, dérangeant,
dans la fleur de l’âge. away) est réédité par Super 8. entreprend à travers l’histoire corrosif et jamais manichéen,
À Saint-Paul-de-Salers, dans Hommage libertaire aux fous, de son garde du corps ex-yaku- Vulnérables est aussi un ro-
le Cantal, l’arrivée de deux aux marginaux et aux hors-la- za, une histoire de ses gangs man superbement écrit qui
femmes de la ville va attiser loi de tout poil. Stone Junction criminels qui prospèrent dans laisse, en bouche, un goût amer
de vieilles rancœurs. Franck est un roman génial et que l’on toutes les strates de la société et, au cœur une impression
Bouysse se détourne du roman chérira toute sa vie ! japonaise. Un récit fascinant ! éternelle.
noir et confirme son immense
talent d’écrivain. 06. PUKHTU PRIMO ET
PUKHTU SECUNDO
03. LE DIABLE EN DOA Parvis Saint-Pierre 10  - 1180 Bxl - T. +32 2 343 69 01

PERSONNE Gallimard
CLAUDE
Peter Farris
Gallmeister Avec Pukhtu Primo et Pukhtu
Secundo, DOA réussit le tour MON COUP D'CŒUR ULTIME :
de force d’allier un récit pré- L’OISEAU BARIOLÉ
Après Dernier appel pour les KOSINSKI
vivants (génial, si vous ne l’avez cis et documenté à un thriller
pas encore lu, jetez-vous dessus), d’une efficacité incontestable. L’ÉTOILE JAUNE DE L’INSPECTEUR SADORSKI
Peter Farris transforme l’essai Se plonger dans ces deux Romain Slocombe - Robert Laffont
avec cet excellent pulp à la gloire énormes volumes est un délice Paris 1942, nous retrouvons l’inspecteur Sadorski qui en-
des marges de l’Amérique. que la parution en collection quête sur une explosion au cœur de Paris, Attentat politique
Définitivement, un auteur à Folio rend accessible à toutes ou passionnel ? Une ambiance où justice et collaboration se
suivre au sein de l’excellente les bourses. À noter, la parution confondent. Dans cette période sombre, nous suivrons aussi
collection NéoNoir. des deux volumes dans un joli la suite des rafles qui mèneront jusqu’au Vel d’Hiv.
coffret pour le 2 novembre.

SÉLECTION POLAR 25
E IT
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA
SPÉCIAL FIN D’ANNÉE
LES CHOIX DES LIBRAIRES

Elle a 24 heures et quelques billes
Pour reconstruire la mémoire de son père.

«
Braqueur et maintenant auteur :
PARUTION LE

LE RÉCIT CHOC DE
2 NOVEMBRE

FRANÇOIS TROUKENS
PUB_ArmeeResilience.indd 1 11/10/2017 15:16

SCÈNE DE CRIM
E NE PAS TRAVERSER
SCÈNE DE CRIME NE PAS TRAVER
SER

23

UNE NOUVELLE MISSION
DE GABRIEL ALLON
S’IL N’EN FAUT QU’UN… C’EST CELUI-LÀ !

MARC FILIPSON

Publiés chez HarperCollins Noir

SPÉCIAL FIN D’ANNÉE 25
Annonce_thierry.indd 1 09/10/2017 10:17
SÉLECTION
LES CHOIX DES LIBRAIRES

PAOLO MICHAËL

MON COUP D'CŒUR ULTIME : MON COUP D'CŒUR ULTIME :
LE GRAND NULLE PART LÉGENDE
JAMES ELLROY DAVID GEMMELL

PAOLO d’une littérature exigeante d’anticipation). S’il s’inscrit et entourée de cadavres ? C’est
sans être élitiste. On attend la clairement dans son genre la question que doit résoudre
01. GUIDE DE SURVIE suite de ces récits de l’âge de fer et dans son époque de par les Myfanwy Thomas et vite car
POUR LE VOYAGEUR avec une impatience d’enfant astuces narratives utilisées, apparemment, on en veut à sa
DU TEMPS AMATEUR trop gâté (et il est indéniable il peut tout aussi bien se lire vie ! Heureusement, elle pour-
Charles Yu qu’à chaque nouveau livre comme un thriller des plus ra compter sur une série de
Gallimard Jaworski nous gâte). efficaces. On remerciera ar- lettres, écrites par elle-même
demment les éditions Mnémos avant de perdre la mémoire,
ATTENTION BIJOU !!! Ce 03. 24 VUES DU MONT pour avoir exhumer ce clas- pour l’aider à découvrir ce qui
Guide de survie pour le voya- FUJI, PAR HOKUSAI sique, et Xavier Mauméjean se passe ainsi que donner le
geur du temps amateur est Roger Zelazny pour sa préface éclairante. change à la Checquy, la version
surement l’un des romans de Le Bélial paranormale du MI5, organi-
science-fiction les plus enthou- 05. BOUDICCA sation où elle travaille.
siasmant paru ces dernières À travers sa collection Une Jean-Laurent Del Socorro O’Malley nous régale avec un
années. Si son intrigue n’est pas Heure Lumière, Le Bélial conti- ActuSF récit qui emprunte aussi bien
simple à résumer (on grossira le nue d’offrir à ses lecteurs des à James Bond qu’aux X-Men.
tait à l’extrême en disant qu’il nouvelles des auteurs les plus Nous avions adoré Royaume À découvrir !
s’agit là de paradoxe temporelle) primés. Ce texte de Zelazny de vents et de colère (si vous ne
il est indéniable que Charles Yu n’y déparera pas. Aussi court l’avez pas encore lu, il est tou- 07. LE LIVRE DES ANCIENS T.1
24 dans un style simple et direct qu’intense, 24 vues du Mont jours temps de vous rattraper) SŒUR ÉCARLATE
où sourd une mélancolie tein- Fuji, par Hokusai, ne sombre premier roman de Del Socorro. Mark Lawrence
tée d’ironie ; nous compte une ni dans l’orientalisme de paco- Pour notre plus grand bon- Bragelonne
histoire terriblement humaine tille ni dans un pseudo-tech- heur, il revient avec Boudicca.
et dans le même temps très nicisme aussi cliché qu’irritant. Ce récit centré sur une héroïne En voulant défendre son amie
lumineux. Lisez ! Ce texte à la mélancolie sourde forte, dernière opposante à l’oc- des griffes d’un lutteur sadique,
et à l’héroïne attachante est un cupation romaine en Bretagne la petite Nona tue presque ce-
02. ROIS DU MONDE, T.3 : délice qui devrait séduire tous allie avec délice personnage lui-ci. En route pour l’échafaud,
CHASSE ROYALE, les lecteurs, y compris les plus historique et mythologie celte elle sera sauvée in-extremis
DEUXIÈME BRANCHE réfractaires au genre. par l’abbesse du couvent de
et confirme qu’il est bien l’un
Jean-Philippe Jaworski des nouveaux talents de l’ima- la Mansuétude où elle devra
Les moutons électriques 04. LE SON DU COR ginaire francophone. suivre la formation de la voie
Sarban de la Lame. Nona se croit sau-
Avec ce troisième volume Mnémos MICHAËL vée mais en coulisse, certains
des aventures de Bellovèse, conspirent pour lui faire payer
Jaworski confirme (si ce n’était Paru en 1952, Le son du cor est 06. AU SERVICE SURNATUREL son acte et d’autres pour prendre
pas déjà fait) sa place au sein un texte fondateur de l’uchro- DE SA MAJESTÉ le contrôle du couvent. Après les
du paysage de la fantasy fran- nie contemporaine. En effet, Daniel O’Malley cycles de L’empire brisé et de La
cophone (voire mondiale). Ses c’est l’un des premiers à ima- Pocket reine rouge, Mark Lawrence
textes toujours aussi travaillés giner une victoire du IIIe Reich nous livre un nouveau cycle
et son écriture soignée conti- sur les alliés (Swastika Night Que faire quand vous vous re- complètement addictif !
nuent de ravir les amateurs de Burdekin est un roman trouvez amnésique, trempée

01 02 03 04 05 06 07

SÉLECTION LITTÉRATURES DE L’IMAGINAIRE 25
E IT
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA
Ne vous fiez pas
au bonheur
Photo : © Sandra Cunningham/Trevillion Images
Conception de la couverture : Constance Clavel.

de façade...

« Je n’ai pas pu m’arrêter de tourner
21,90 € - 336 pages

les pages, j’étais comme possédée. »
TESS GERRITSEN

25

SPÉCIAL FIN D’ANNÉE 25
responsable.
était
était ouverte
rir ouverte
le Tout-Bruxelles
Onentre aurait
entre le libraire
le librairedit quequi
des qui lecteurs
la guerre fait cou-
fait cou- et le recette « Pour
Lerir

38
Soir

sesduWEEK-
le Tout-Bruxelles
Tout-Paris
Samedi

38
WEEK-
concurrents
monde end
de l’édition
20 et dimanche
Le Soir Samedi 20 et dimanche 21 février 2016
Tout-Paris
ses concurrents de l’édition
des –
21 févrierdes

end
LE
livreset GRAND
– etlecteurs
2016
– et–l’événement
l’événementLE GRAND
francophones
qui insupporte
et qui insupporte
ENTRETIEN annuel
et le
annuel
belges. ENTRETIEN neend
respectez
39
WEEK-
p
Le Soir Samedi 20 et dimanche 21 février 2016

Le Soir Samedi 20 et dimanche 21 février 2016
Vous pos onnez F g anes comme « a Le Soir Samedi 20 et dimanche 21 f

38 WEEK-end 38 du LEQue monde end
nenni. desElivresGRANDfrancophones
Dans ENTRET
un communiqué EN belges. tout

«J’aime
J’aime vendre, jede
d me fous de
dpeut
ce qu’on p
WEEK deWEEKend
© BELGA.

GRAND ENTRETIEN WEEK-

de
d ce
« J’aime
qu’on peut
vendre,
direje»me fous de
d
p us g ande b a e du monde pan
Que aussi nenni. fracassant, Dans ce unmardi, communiqué l’hommetout a dé-
« vendre, je me
fousfous de
d ce qu’on dire
»»
© BELGA.

p ed en supe c e e en é é ences

« J’aime vendre, je me ce qu’on
aussi
claré peut dire
claréfracassant,
Foire « La
« La librairie
du librairie
ce mardi,
livre de Bruxelles
Filigranes
Filigranes
l’homme
». soutient
soutient
Mais quilaest
a dé-la
je diraisqu La u
80 000 » C es quo e « cock a »m
même
a a ce succès pluspa ag D
? je dirais même pl
ou Alain oùBeren

EEE
Marc Filipson neMarc
Ma Foire
laisse
c F du
surpris pson
Fpas livre
? ne
pson adeeBruxelles
Filipson
ne paaest sse l’homme
pas ». Mais desqui coups est –
recette recette« Pouro«a réussir, Pour
upAlain ma réuss p mr
Berenboom b a
Ecrivain
a n
nd
surprisil élance
en ? a «
Filipson
le e oué
Boulevardest l’homme du Polardes coups
» en –
juin ne respectez unpas up esma règh es
»p » L o o
n à a a

E
indifférent. Il a secoué end érent du v eI à a B secoué ne respectez pas les
Ecrivain
de morale duàlivre ma règles
recette « Pour réussir,
monde uxe e
il lance umanle que
prochain, « Boulevard
mais a rétropédale du Polar » enson
sur juinal- qu
le monde
el,encelui
morale qui
assumant queà Marc
en
un
e àamonde
Bruxelles,
c’était
prochain,
pliance
odu avec Filipson
Son
du
mais Le
ou
évre à ne
rétropédale
Pain
?
Bruxe
Quotidien laisse es
sur–,son pas
un Mon- al-
Vous positionnez Filigranes comme « la a
102 – et aujourd’hui il se passe quelque po o qu Crime P Cr me
m
en eassumant que c éta t Pa et
plus grande librairie du monde de plain-

Marc Filipson
chose. Filigranes est un lieu de vie. Le

celui
abbin qui
de Sonindifférent. Il a secoué a n n bou a u
ne respectez pas les règles »
un produit. Gé souci ?e emba emen pied en superficie et en références dimanche, quatre générations s’y re-
liance sieur avec
100.000 Le Pain volts Quotidien
qui agace–,autant un Mon- qu’il bet bonLa
(180.000) ». C’est quoi le « cocktail » trouvent. J’ai aussi eu la chance de ren-
Gérer
bin
suivre ses
de le emballements.un produ t Son souc ? qui a fait ce succès ?
L’accueil et le partage. Dès le jour où j’ai
a ou
contrer Dominique Leblanc, un très im-
m
sieur 100.000 volts qui agace autantce quiqu’il
portant grossiste multimarque qui m’a

appris le Gérer monde
séduit, sesmais emba du a surtout livre
ements à Bruxelles,
réussi sem- En 984 ep end a pe e
occupé ma première librairie, j’ai ins-
on – Le G ec Labonimen
permis de choisir tous les livres que je
Veuve –
uivre
l m’a le séduit,blait mais relever a surtout
de la prouesse réussi ce: qui vendre sem-du
tallé une super machine à café et cela a
b aMquelque e La P p oov den e dan
voulais avec une échéance de six mois.
v nda d paqu Ma D à ô
Crime
marqué les esprits. Le soir, j’of- J’ai rempli mon magasin de livres : je
Vous positionnez Filigranes comme « la
je n’ai en assumant la que c’était 102 – et aujourd’hui il se passe
a D
frais le porto que les Pilifs met- ne le remercierai jamais assez. epuis longtemps, le ho
m’a ligion, appris blait livre. relever
Et parde centaines prouesse de : vendre
milliers. Audu mi- plus grande librairie du monde de plain- chose. Filigranes estMarc un lieu e qua
Filipsonde vie.e Le eu opéen qu
taient en bouteilles. Par ailleurs,
je lisais tous les best-sellers Laf- d a
Vous mélangez livres et gadgets, il y en au Ba
est une vedette littérair
saliver le lecteur. Du for

ion,
cela je
m’an’aifort un déménage s’y re- nq an p u a d Pou on v So e a p
produit. Son desouci ?
En 1984, il reprend la petite font – Le Grec, La Veuve –, et j’en a qui détestent… Comte de Monte-Cristo de
pied en superficie et en références dimanche, quatre générations
livre. lieu Etdepar bolscentaines
de café, milliers.
savons etAu de mi- tape-
et
LE GUIDE En août dernier, Marc Filipson, patron de librairie La Providence dans vendais des paquets. Mais à côté Le lieu de vie a toujours été une priorité au désespéré Raskolnikov, l
Filigranes, démissionnait dans son style
(180.000) ». C’est quoi le « cocktail » le quartier européen qu’il
trouvent. J’ai aussi eu la chance que que de ren- ue p u o n au
de cela, je lisais aussi Baricco.
3 000 du d
pour moi : accueillir des enfants, offrir
bu Ma u c Fa ps
absurde de Crime et Châti
a
la m’a fortque lieu
passages nades.de bols
flamboyant, du conseil d’administration
L’homme de café,assume de savons ses et forces de tape- et ses
déménage cinq ans plus tard, Pour son livre Soie, j’ai pris les à boire, à manger, parler de la pluie, du Dostoïevski, jusqu’au pathét

pourssages maque Bar nades. Gérer GU D L’homme
faiblesses
ses emballements.
de la Foire du livre qui venait de virer sa
responsable. On aurait dit que la guerre

avec assume un En grand
était ouverte entre le libraire qui fait cou-
sesdémissionnait
forces
naturel
août dernier, Marc Filipson, patron de
et:son ses «style
Je
qui a fait ce succès ?
L’accueil et le partage. Dès le jour où j’ai portant grossiste multimarque
contrer Dominique Leblanc, quelques rues plus loin, au

rebaptise Filigranes. De 200
38un
38 de l’avenue des Arts. Il la detrès
ebapquiem’a
avenue
im- de A
3.000 du distributeur et j’ai fait
du « dumping ». Comme pour
F g ane De 200
cet autre livre, Pilgrim. Je l’ai lu,
a du « dump ng » Comm pou
beau temps. J’ai cela en moi. Si je suis à
l’avant du magasin, j’interpelle les gens,
au
je prends le micro et parfois je chante.
v P g m J a
seph K, accusé et victime d
de Kafka pour citer trois icô
La vogue actuelle (plutôt

boniments
rir le Tout-Bruxelles des lecteurs et le
Filigranes, dans m2, l’espace passe à 1.000 adoré, et au final j’en ai vendu Les skateboards ? Ils ont leur place ici. mais chacun son goût) d

nursuis ma très Bar faiblesses
Tout-Paris de l’édition – et qui insupporte
parle beaucoup, avec unje m’emballe, grand naturel : comme «virerJe sa
occupé ma première librairie, j’ai ins- permis de choisir tous les livres que je puis 2.600 m2. Au fil du
m e pa e pa e à 000
plus de 6.000. Là, c’est le com-
ado au na mn a v ndkillers montre que le genre

livremais
ses concurrents – et l’événement annuelflamboyant, du conseil d’administration temps, Marc Filipson (56 merçant qui se met en marche ! On vous hait et on vous aime aussi pour d’avoir épuisé les fans, au co
de la Foire du qui venait de tallé une super machine à café et cela a voulais avec une échéance de six mois.
suis très marqué les esprits. Le soir, j’of- J’ai rempli mon magasin pu 2 600 m Au du
du monde des livres francophones belges. ans) en a fait l’un des lieux Via France info, France Culture, la désacralisation de la librairie ? Mais, mieux encore que l
p u d 6 000 Là om
parle
m
je suis beaucoup,seul actionnaire je m’emballe,
Que nenni. Dans un communiqué tout
de entre mais
mes
responsable. On aurait dit que la guerre
comme
affaires, le incontournables de Bruxelles,
de livres : je
je le fais lire à Franz-Olivier J’ai fait les coups de cœur, longtemps sorti de l’imagination d’un
© BELGA.

où l’on peut flâner, lire en
emp Ma F p on epuis 56 longtemps,
aussi fracassant, ce mardi, l’homme a dé- Giesbert qui passait dans le ma- avant les autres. Et j’ai toujours respecté cier, le succès et la fortune
était ouverte le libraire qui fait cou- m lean qu m n ma h
an en a a unD
claré « La librairie Filigranes soutient la frais le porto que les Pilifs met- ne le remercierai jamais assez. buvant un café ou écouter les gasin et deux jours après, deux hors-la-loi
la concierge qui venait chercher du Bar- pensent aussi la véritable f
je suis
seul seul
qui actionnaire
peut en pâtir, de inmes fine, affaires,
rir le Tout-Bruxelles des lecteurs et le
c’est le
moi. m

Marc Filipson
« Il m’a introduit
de esteux
Foire du livre de Bruxelles ». Mais qui est auteurs lors de présentations pages dans Le Point. Je suis un bara Cartland : « Je viens de vendre le lorsqu’elle prend la plume,
à la religion juive » Tout-Paris de l’édition – et qui insupporte
surpris ? Filipson est l’homme des coups – taient en bouteilles. Par ailleurs, et séances de dédicaces. Sa vendeur, mes collègues ne savent une vedetteVlittéraire a F anqui fait
dernier, mais j’ai autre chose à vous n o F an Cu m u
tant de prison. Au XIXe siè

seul Alors qui! peut Tout en chez pâtir,
moi inpart fine, duc’est plaisir moi. de
formule a révolutionné le
n on ilou nab e saliver de B uxe le electeur. Du formidable
il lance le « Boulevard du Polar » en juin pas vendre. C’est ce que j’explique proposer. » Les gens avaient peur de Vidocq (condamné au bagn
Lorsqu’il suivait les cours de morale à prochain, mais rétropédale sur son al-
ses concurrents – et l’événement annuel je lisais tous les best-sellers Laf- Vous mélangez livres et gadgets, monde des libraires. y en
à mes gars : « vendre, c’est notre rentrer dans une librairie, car le li- a à FmanM O v
de devenir le patron de la
l’Athénée Emile Bockstael, celui qui du monde des livres francophones belges.
liance avec Le Pain Quotidien –, un Mon-
En 1984, iltout reprend la petite font – Le Grec, La Veuve –, et j’en a qui détestent… où on peu âne Comte
métier ». J’ai un instinct, mais
e ende Monte-Cristo de Dumas
braire, c’était élitiste. Quelqu’un, un
G b qu pa
française) s’est rempli les p
a dan m
est aujourd’hui le grand rabbin de
Belgique lui a proposé de suivre leAlors vendre, ! Tout j’aichez toujours moiaussi Que
sieur 100.000 volts qui agace autant qu’il
part
éténenni.
un ducecommerçant,
Dans plaisir
un communiqué
aoûtlibrairie deLa Providence dans
surtout je fais mon métier à jour, m’a dit en me regardant de haut publiant ses mémoires (q
fracassant,En dernier, Marc Filipson, patron de vendais des paquets. Mais à côté Le lieu de vie a toujours étébuvan une priorité un a é ouaué désespéré ou e e Raskolnikov, ga n l’assassin
séduit, mais a surtout réussi ce qui sem- fond. Au début j’ai travaillé seul pen- « vous n’êtes pas prescripteur ». Ah oui ? sieurs romanciers ont pill
LE GUIDE
cours de religion juive. « Il m’a appris mardi, l’homme a dé-
d ux ou ap d u
vendre,j’ai j’ai
toujours toujours
aimé été
claré «un
vendre. commerçant,
J’ai commencé
blait relever de la prouesse : vendre du dant trois ans, levé à 5 h, couché à 2h. Je Inconnu à cette adresse, le succès est vergogne : Balzac pour son
l’hébreu. Il m’a appris la religion, je n’ai livre. Et par centaines de milliers. Au mi- La librairie Filigranes
Filigranes, le quartier
soutient
démissionnait européen
la qu’il
dans son style de cela, je lisais aussi Baricco. pour moi : accueillir des enfants, offrir absurde de Crime et Châtiment de
travaillais, je sortais la nuit. Au début, parti d’ici, pas de France. Je l’ai lu en nage de Vautrin, Hugo pou
« m
pas beaucoup retenu mais cela m’a fort Foire du livre de Bruxelles ». Mais qui est
lieu de bols de café, de savons et de tape-
déménage cinq ansd’administration
plus tard,
au eu o de pDostoïevski,
des amis venaient jouer avec moi au é en a on jusqu’au pag
une nuit, et j’ai pris illico les 6.000
pathétique dan Jo- Le Po n J u u
les traits de Javert, Gaston
j’aitout
intéressé. Il m’a appris les passages que
je devais retenir par cœur pour ma Bar
mitzvah, et aujourd’hui, j’en suis très
toujours
petit. »Dès aimé quevendre.j’ai
nades. L’homme assume ses forces et ses
faiblesses avec un grand naturel : « Je
surpris 6-7flamboyant,
J’ai
eu? Filipson
il lance le « Boulevard
commencé
ans,
est l’homme
de la Foire
maman
duquelques
desdu
Polardu
coupsconseil
» enlivre

ruesqui
juin plusvenait loin, au de virer sa
Pour son livre Soie, j’ai pris les à boire, à manger, parler de la pluie, du
3.000 du distributeur et j’ai fait beau temps. J’ai cela en moi.
Backgammon, j’avais cinq ou six clients
e Siéan e de à déd
par jour ! Il faut savoir jouer la comé-
je suis seph a K,
exemplaires de l’éditeur. Je forçais le
e accusé
Sa et victime v nd udu Procès
client qui avait acheté un journal, à m o gu m n av
pour créer Chéri-Bibi).
Plus près de nous, Albertin
zin ou Henri Charrière, dit P
tout m’apetit.
parle beaucoup, je m’emballe, mais comme
Dès que de j’ai eu 6-7 maisans, maman
die, faire croire, et parfois foutre une vie prendre le livre. « Si tu n’aimes pas, je te
fier. »
mdemandé m
vendre prochain,
je suis seul actionnaire de mes affaires, le des modules
rétropédale
responsable. 38 de sur pourson al-
l’avenue
On aurait desdit Arts. queIl la la guerre du « dumping ». Comme pour l’avant du magasin, j’interpelle o mulesegens, a évo u deonné
de famille en l’air. Mais bon, j’y suis ar-
Kafkae pour citerpa troisvicônes.
le rembourse. » Tout est parti en dix nd C qu xp qu
m
ont fait fortune avec leurs s

« v«nd On peutnod
liance avec Le Pain Quotidien –, un Mon-
seul qui peut en pâtir, in fine, c’est moi. rivé. jours et c’est un livre exceptionnel. de taulard. Sans oublier Cary

m’a lesdemandé
organisations de vendre sieurdes
caritatives
Alors ! Tout chez moi part du plaisir de
vendre, j’ai toujours été un commerçant,
100.000 modules dont
était
volts quiouverterebaptise
agace ellepour
autant s’oc-
entre Filigranes.
qu’il le libraire Dequi 200fait cou- cet autre livre, Pilgrim. Je l’ai lu, je prends le micro et parfois monde je chante.de b a eLa vogue actuelleà(plutôt
Nominé comme « manager de l’an- On vous dit infernal ?
m ga glauque, man, dont la publication tri
de trois (beaux) livres écrits
rir le m , l’espace
qui sem-passe
Tout-Bruxelles des à 1.000
lecteurs et le
adoré, et au final j’en ai vendu Les skateboards ? Ils ont leur place ici. mais chacun son goût)
m des serial
» J a un n n ma
Vos parents ont» oué un rôblait erelever
? dedont
séduit, mais a surtout réussi ce
qu on n a m
2

isir vendre dupasse-temps quand de 6.000. Là,étais ma ade a vi e au monde où née » ?
onmontre mange e mieux
j’ai toujours aimé vendre. J’ai commencé Des méchantes personnes ont dit des couloir de la mort a retardé,
SON BRAS DROIT
lescupait.organisations
m
m
caritatives
tout petit. Dès que j’ai eu 6-7 ans, maman
m’a demandé de vendre des modules pour livre. Et par centaines
la prouesse
Tout-Paris elle
depuis
: s’oc-
de
milliers. 2.600 l’édition
Au mi-m . Au 2
– et fil qui
du insupporte plus c’est le com-
Mon discours est simple : « Pour réussir,
killers
enfoncez les portes et ne respectez pas les
méchantes choses. Mes libraires (ses
que le u genre ou est loin
vendeurs de livres par section, NDLR) a mon m
quelques années seulement,
tion de la peine de mort à la

en- Non Sicupait. ce nmest » que
cupait. »
m m
ai probab lieu de bols deement
les organisations caritatives dont elle s’oc-
ses de
café, temps,
concurrents
savons dû et deMarcW – cet
tape- était
Filipson
l’événement (56 de rapiécer
annuel merçant avec qui se met ma en cousette
marche ! OnSin- vous hait et i onyvous a une
aime aussi vie pournocturne d’avoir épuisé
règles. » Je peux dire cela comme mana-
ger de l’année ? « T’es ouvert le di- es les restos
fans, au bu sont
contraire.
achètent et vendent ce qu’ils veulent.
ond Au d
C’est vrai que j’ai été insupportable : je a Nothomb
« On peut
ava
contesté. u pd
a été condamné dans un
U
nades. L’homme du assume
monde ans)
ses forcesen
des a
etfait
ses l’un
livres des
francophones lieux belges. Via France info, France Culture, la désacralisation de la librairie ? Mais, mieux encore que l’assassin
D’où viennent m les Filipson
e?Que
manche ? Tu peux ? » Non ? « Etre ou- suis exigeant, je ne supporte pas de voir Beaucoup d’autres bagnar

edes p aisir prouver Vos m que parents queœ ont chose oué
D’où viennent les Filipson ?
Jefaiblesses
un me rôsuisavec
rendu
je?m’emballe,
un grand naturel : « Je
incontournables
nenni. maisDans commeger un de CBruxelles,
passe-temps
communiqué est peut-être tout je le fais dans
quand inconscient
lire à Franz-Olivier étais ma J’aides adeles coups
fait ouverts a devicœur, e7au oursmonde suroù
vert jusqu’à 21h, tu peux ? » Non, etc.
longtemps 7 on
sorti etde il’imagination
s travai
dan
mange o ean
traîner un carton dans le magasin.
ent
mieux
d’un v à
roman- à 5 hqu e oubeau
on hnàa tem
2h m
eux avaient fait recette : Ma
© BELGA.

Je suis la troisième génération. Mes « On peut défendre des auteurs ou dire Mais on a créé des emplois – j’ai une Mais je le suis moins. Je crois. ■ Casanova, Cervantès. Auxq
parle beaucoup,
résu tatsrespecté «avec S nocturne
eunemelep ante erestos
me psont ante a »

« Je suis
D’où
M Je viennent
esteles Filipson ?actionnaire ava afortune orécom- a nu Au d bu
queSisuis nla troisième génération. Mes
grands-parents, des Juifs ashkénazes, Etienne, rue De Wand, pour le plaisir Vos parents ont joué un rôle ? passe-temps quand j’étais malade, la ville au monde où on mange le mieux, qu’on n’aime pas un livre, comme le dernier équipe en or, 62 employés plein-temps, Propos recueillis par peut ajouter ceux qui ont
deoù
aussi fracassant, l’on peut celeflâner,
mardi, lirel’homme
en a dé- cier, succès et la
yre- ai ren- compte étais aissé-pour-compte Juifs ate ier Giesbert qui passait dans le ma- avant les autres. Et j’ai
la de couture (après,
mar cousette t) la concierge Sin- quiaméricaine i y toujours
a une vie incroyabd es ev qua n i- ouNothomb av mo U
je suis seul mes affaires,
Non ce que
sont venus de Pologne et d’Allemagne
dans les années 20 et 30. Mon grand- ai probab
seul qui peut en pâtir,ement fine, c’est dû
d’avoir de l’argent de poche. J’y ai ren-
«inbuvant
contré un personnage qui vendait des
unmoi. café cécouter
ouEtienne, était
Non. Si ce n’est que j’ai probablement dû
prouver quelque chose. Je me suis rendu
lesde rapiécer
c’était de rapiécer avec ma cousette Sin-
avec
ger. C’est peut-être dans l’inconscient des
il y a une vie nocturne, les restos sont
ouverts 7 jours sur 7 et ils travaillent à
Nothomb. Un éditeur ne fait pas la pluie et
le beau temps. » © P.-Y. THIENPONT.
avec les étudiants, on arrive parfois à
pensent aussi laam véritable na
B.Dx.

fripouille
leur monstrueuse captivité
vants miraculeux de la mach
a
claré La librairie Filigranes soutient gasin et deux jourspour deux Vos parents
venait chercheront joué
du Bar-un rôle ?
© BELGA.

Jegrands-parents,
suis la troisième des Alorsgénération.
!Juifs part du Mes
ashkénazes, rue De Wand, le plaisir passe-temps ou xquan

résu
père maternel fabriquait des lunettes, le tissus sur les marchés et je me suis re-
Tout chez moi compte que j’étais le laissé-pour-compte.
plaisir de Juifs, l’atelier de couture. (il rit) l’américaine avec une incroyable quali-
C tructrice de Staline (comme

ndaittis- J étais
des « eIl troisième
prouver que que
m’a introduit maischose
magasin Seiler était très connu à
en
vendre, Jej’aifaitme Foire eétédutroi-
suis auteurs
unlivrerendu
trouvé dans son garage à couper des tis-
toujours commerçant, lors
de ger
de présentations
Bruxelles ». Mais C est
J’étais le troisième, mais en fait le troi-
qui peut-être
estpages dans Le dans Point. Jeinconscient suis un bara Cartland
té de service, dans l’accueil notamment
des
Vos résultats té: ouverts
parents
«de Je viensservice
«
ont
de7vendre
Si jouéje ours dans
me un
le sur
plante,
rôle
accuei
7 etjeiBa
lorsqu’elle
?
sme
prend notamment
travai
kgammonla plume,ent
plante enava
» à nq
sor- e beau temn
syne ou Evguénia Guinzbou

un provocateur,
« Ma fille Alice a
quelque chose que j’ai » à ON
grands-parents,
sont
la religion venus de des
Pologne
Bruxelles. Le cousin germain de maman

juive j’aiJuifs
toujourset ashkénazes,
d’Allemagne
sus. Il me donnait 3 FB au tissu. Après
aimésurpris
vendre. et
? séances
Filipson
J’ai Etienne,d’avoir
sième enfant de « Maminelle », ma
commencé de
est dédicaces.
l’homme Sa
des ruede
coups –De
l’argent
vendeur, Wand,
Vos parents étaient inquiets pour vous ?
mes de pour
poche. le J’y plaisir
ai
– que je revendique terriblement ici.
collègues ne savent ren- Non.
dernier, mais j’ai autre chose à vous Si ce n’est que j’ai probablement
tant de prison.
pa ou Au dû
XIX passe-temps
c’était
siècle déjà,
au avo ou a om de rapiécerquand
nazis (comme Primo Levi o
a
«»Pologne
e
ans, mamanVosJui parents éta ent nqu etsj’explique (pour vous des?Non.
tient la plus vieille boutique à Paris, un mois, je gagnais 1.200 FB de l’heure : mère, c’était les Pilifs où Papa l’épaulait. Jamais. J’avais une grande liberté et C’est dans le Sinaï que j’ai eu mon Semprun) ou échappés de l
près suis sième re- compte enfant
sont dans
A que
venus
D O de
les les étais
de
années Mamine
e tout
face à l’Elysée, et un autre possède la
aissé-pour-compte evendre
» eudesformule
cela m’a pourri la vie.
petit. Dès que
et
j’ai
d’Allemagne
6-7ma
apour
révolutionné les »de
Je ne vais pas dire que j’en ai souffert,
ate ier dedecouture
comme je gagnais de l’argent, je me suis
r t)ren-
paddle (permis de plongée sous-ma-
–Sigens que
américaine e que revendique avec une meterrib incroyab ement au ebagne qua ici i-de orapiécer
tion par d’autres dictateurs

de20 m’a et
à30. Mon grand- d’avoir contré un l’argentpersonnage poche. J’y ai
il lance lemodules
« Boulevard du Polar en juin pas vendre. C’est cequi que vendait proposer. »Cprouver ce n’est
inq ans que je tente de me structurer,
Les quelque
avaient j’ai
chose. deprobablement
« On remonte, elle n’est plus que de
peur JeVidocq suis d rendu
(condamné dû oc’était
ger.
exige des prises de décision. L’homme tra-
a avantC’est
pa peut-être
ou un ave dv
© BELGA.

plus grande librairie juive dans le Sen- mais je reconnais qu’il y a eu un payé mon premier billet d’avion à 18 rine), à 16 ans. C’était le cadeau de mon Carlo Levi, auteur de ce me

résu
Marc Filipson a trois enfants, Alice demandé de cinq ans que je fais des erreurs. » 300.000 », assure celui qui ne peut, de vaille sur une meilleure définition des fon-
Lorsqu’il suivait cours morale
rre des: tis- té de service dans accuei notamment
Pourquoi ?
mère Jcétais e troisième mais en ait e troi- rentreretdans C est dans e Sinaï que ai eu lamon
tier. La famille de mon père était, elle, manque. Par ailleurs, j’ai toujours aimé ans. Je suis parti trois mois dans le dé- grand-père pour ma Bar Mitzvah. Le Christ s’est arrêté à Eboli
était es Pi ifs où Papa épau ait
monde des Jamais
libraires. sur J avais une grande iberté
(26 ans)
(23 ans) qui a travaillé chez Rich-
les organisations prochain,
caritatives mais
dont elle rétropédale
s’oc- son al-
à mes gars : « vendre, c’est notre une librairie,
Marc Filipson n’est pas rétif à l’autocri-
car le li-
mémoire, citer son chiffre d’affaires. de devenir le am patron de
dations de son business, sur l’évolution de
d n a Sûreté Mal’atelier bon ydeudan a
dans pèreles années
maternel 20 celuiet
fabriquait
comme beaucoup, dans le diamant. Le
qui30. Mon
des grand-
lunettes,
A 16 ans, c’était de la folie : j’organisais
leQuotidien
contré tissus –,un
faire le fanfaron, faire la fête, même si
sur personnage
les marchés
sert du Sinaï, en Israël. C’était un terri-
qui et vendait
je me suis
Lorsque j’ai fait mes stages de prof, j’ai
des re- prouver compte quelque
queQuelqu’un,
j’étais chose. Je me
leunlaissé-pour-compte. suiss’est rendu ger. Juifs, C’est en peut-être cou
Une nouvelle victime de la

c’est plus fort
mond et Christie’s, Mathias (20 ans)
© BELGA.

l’Athénée
qui suit des études de business musi- Emile Bockstael,
frère de papa est parti très tôt en Israël,
cupait. » des fêtes quand mes parents étaient par-
liance avec Le Pain avec le temps, je pense que j’ai appris à
un Mon-
toire occupé mais c’était sûr à l’époque,
métier ». J’ai un adoré, mais je gagnais 16.000 FB, je ne
instinct, mais braire,
tique. Car si l’homme déborde de projets,
c’était élitiste.
d’ambitions, et de coups de folie, son souci
C’est que le « truc » de Filipson, c’est la
française)
vente, le batelage, il adore être dans son
la vente numérique via son site, et sur une
rempli les poches
meilleure structuration, avec l’aide pour
sion policière vient rejoind

su Après Je nesième vais
cal à Londres et Leah (14 ans) dont il
estmagasin
père pas en ant
aujourd’hui dire Seiler de
que «était
ses parents ont suivi fin des années 40.
maternel le grand rabbin
fabriquait Mamine
en
de ai
des très souffert
lunettes,
sieur e ?» ma
tis, je me suis acheté tout ce que je vou-
connu
100.000 le
volts comme
à tissus
qui Vos
me taire et à écouter. Comme mon père
trouvé
agace autant parents
sur e gagnais
dans les
qu’il étagarage
marchés
son
surtout jeent
de
et avec ma bande, nous avons vécu là
faiset nqu
argent
monàje me
couperets
métier pour
e
suis me
vivais pas avec cela. Je travaillais en
des
à re- vous
suis
tis-
jour, m’a ?J’étais
compte dit padd en – meque que
aujourd’hui est d’être seul actionnaire,
le ej’étais
troisième,
regardant e derevendique
(permis le de
laissé-pour-compte.
magasin et faire tourner « les assiettes ». Il
haut mais en
publiant p terrib
ongée v ement
sous-ma- (que ici
quatre mois de sa fille aînée Alice. Filipson
fait ses lemémoires
troi- Juifs, l’atelier
plu-
cohorte prestigieuse, Nicola
de cout
C
Mon père, lui, n’était pas prêt à vivre en lais. Gagner trop d’argent trop jeune, avait fait l’Ichec, j’ai voulu faire pareil. nos premiers émois, dans une nudité parallèle rue de l’industrie dans une pe- zy, dont « l’œuvre » a grimp
inq an
s’occupe une semaine sur deux in- gestionnaire et animateur de cette librai- vérifie les piles de livres le matin, fait por- s’emballe vite et parle beaucoup. Trop ?
D’où viennent les Filipson
tensément. Alice vient de rejoindre
Belgique lui a proposé de suivre Je le
kibboutz je crois, et est resté en Belgique. c’est une malchance. Mais j’ai rencontré Je voulais prouver je ne sais trop quoi, complète, sans religieux pour nous en tite librairie. Et j’y suis resté. La loca-
pas C
du hit-parade en France dès

est àdans eest«?CSinaï sieurs que ai onteu mon
rie qui s’est agrandie et multipliée. Au- ter de l’eau aux clients qui font la file pour Son projet d’association avec Le Pain Quo-
heure maismère
son père pour quatre mois, au titre
eBruxelles.
magasin c était
reconnais
religionSeiler es Pi
Le « qu
cousin iétait
siappris
Mes parents n’ont pas été déportés, mais
où yPapa aséduit,
suis la troisième
germain très eu
connu
de épau mais a ait
un
génération.
maman
aussi le plaisir de vendre, j’ai cela en surtout
de lapayé
àMes prouesse
trouvé Jamais
réussi
sus. mon ce fond.
: Il dans
j’ai bien réussi les cours mais je tapais lequi sem-
me Jdu
Au
premier
son avais
donnait début j’aiune
legaragelevé 3
empêcher. Les Juifs se retrouvent sou-

àbi
travaillé
5FB à et grande
couper
au dseul avion
tissu. pen- iberté
des « vous n’êtes
tis-
Je ?Après
tion était très chère pour ces 25 mètres
à 18J’étais etàsième rine)
m le
prescripteur
troisième,
enfant 16 ». Ah oui
ansdemais était
en
Maminelle fait romanciers
e :cadeau
le troi-
», ma m de
pillées
sonVos
O sans
mon parents deétaient
de presse. Grâce à une nouv

que moi »
jourd’hui, il le dit, il faut structurer cette Noël, sermonne une étudiante qui sert le tidien, un succès belge qu’il relie au sien,
il y a une transmission. »
cours
de bras droit : « Je suis heureux, et là, de juive. Il m’a
des enfants cachés. Maman a d’abord
fui dans un internat catholique à Mont-
moi, et c’est un bonheur. Où que je sois,
grands-parents, blaitdes Juifs
relever
quand un produit me plaît, je le dé-
ashkénazes,carton au poker dans le métro. Après les
Etienne, rue De
vendre
deux premières années, j’ai arrêté, et j’aidant
vent en Israël, et c’est toujours un bon-
Wand, troispour ans, plaisir
heur aujourd’hui d’y aller. Tel Aviv est
Vos h,
carrés et on remplissait l’espace avec des
parents
couché ont joué
à 2h.un rôle
cigarettes, des revues, des gadgets… J’y Inconnu cette adresse,
entreprise qui a encore vu son chiffre d’af-
le succès m m
vergogne
café sans style. C’est l’homme clé. Après Nom m
Balzac népour comme
se limitera sans doute à quelques voisi- « manage
person- m an
en examen, la justice frança
cinq
mm
donné un sérieux coup de m
a
manque JeBruxelles.
ne tient
l’hébreu.
Par vais
Il
aiLe
la
m’a pas
plus
appris cousin
eurs la dire
vieille que
aigermain
religion,
pellier, puis a été hébergée dans une fa-je
sont
tou boutique
n’ai en
ours
fends.
deaietmaman
livre. sou
aimé
Et àpar Paris, ertans sus. comme JeIlmois, me
suis
fait ce que je voulais vraiment faire :
centaines de milliers. travaillais,emi-
Audonnait gagnais
venus de Pologne et d’Allemagne d’avoir de l’argent de poche. J’y ai ren- Non. Si ce n’est que j’ai probablement dû
un je gagnais
parti 3 FB
trois
je sortais de
1.200 au
la mois
nuit. argent
FBtissu.
Auchose. de
dans e suis
Après
l’heure me
ai fait venir le livre petit à petit, faisant
début, erendu
parti dé-:suis
sième
d’ici, mère,
pas padd
de France.e les
faires progresser en 2015 de 10 %, mais ses
enfant
grand-père c’était m
Je(permis
de Pilifs
l’ai pourlu« en Maminelle
oùma de
avoir pris un peu de recul et de bon temps
Papa
nage Bar p l’épaulait.
de ongée
»,
née »ma
Mitzvah
Vautrin, ?Hugo sous-ma- Vos
nages belges. « Aller avec eux à Dubaï ou
pourJamais.parents
m
tracer étaient
J’avais
au moment où il risq
in
un
C « Si nq an
coûts salariaux de 20 %. A sa surprise. Il l’an dernier – quatre mois de congé –, il a New York, c’était mon rêve dont l’entre-
dans les années 20 30. Mon grand- contré un personnage qui vendait des prouver quelque Je me m
j’ai » Marc F p
mille. Cela l’a marquée à vie : elle n’a l’enseignement. J’adore les enfants, dessiner des meubles spéciaux pour les connaître un certain essouf
pas beaucoup retenu mais cela m’a père fort C’est ce que certains vous reprochent :
lieu de bols de café, de savons etdes de tape-
amis venaient jouer FB avecde moi au une: nuit,
s’était pourtant dit qu’on ne le reprendrait promis à son personnel d’être durant les
les traits
prise en soi n’a aucunement besoin. » Par
de
Mon Javert,
d Gaston
ou Leroux mp « Pou u
et ne j’ai rine)pris à
illico 16 lesdireans
6.000 C était e cadeau de mon
comme beaucoup de livres
tient la plus vieille boutique à Paris,
pas créé les « Pilifs » (une ferme-atelier exposer, vu l’espace très réduit. Le gé-
mais face e à l’Elysée,
reconnais et un
qu autre
i y apossède eu un la un mois, je gagnais 1.200 l’heure
j’étais directeur de la Colonie amitié du
maternel fabriquait des lunettes, le tissus
payé
cela sur les
m’a mon
marchés
pourri
et je
premier
me suis
la re-
vie. compte
bi que
et
j’étais
d
le
avion
laissé-pour-compte.
à mère,
18 Je c’étaitvais
plus à manquer des rendez-vous de ges-
Lorsquel’éditeur. Je ai
les
pas Pilifs où que Papa
m
trois mois qui viennent dans son magasin
faitle mes j’en
pourstages
l’épaulait.
ai souffert, Jamais.
comme
contre, son « Boulevard du Polar » devrait
J’avais
je gagnais une d
sais faire eintéressé.
fanfaron faire amagasinfête même n ondem prof po ai n t que
était très si connu àsert trouvédu Sinaï endesIsraë tis- J’étais leC
ouétait un terri-
qui accueille des handicapés) par ha- faire du commerce avec les livres et la rant a eu une hémorragie cérébrale. Son connaît l’intrigue, où on n

résultats
CCLJ à 18 ans, la seule colonie juive
Il m’a appris les passages que Seiler
p c nq pa a
dans son garage à couper troisième, mais en fait le troi-
tion, ou à courir derrière les errements de sans interruption. D’autant plus néces- mm
envahir Bruxelles du 10 au 13 juin. Sa phi-

aints, » avec nades. L’homme assume sus. Ilses forces 3etFBses
Backgammon, j’avais cinqenfant six de clients exemplaires de forçais créer Chéri-Bibi).
Car
LE PARTENAIRE ? sard. Papa, lui, est allé dans une colonie culture ? laïque qui accueillait des non-Juifs aus- épouse m’a demandé de le remplacer, et certains des gestionnaires recrutés pour saire que les risques d’attentats et le lock- losophie devrait le protéger des regrets :
pas qui a tué qui et dont l

ar- Alice eface
manqueje
«M plus
devais
temps àretenir
l’Elysée,
Agrande
Par par aicœur etpourun
librairie
eurs ma
de réfugiés en Suisse. Ingénieur com-

e pense que tientautre
Barjuive
Bruxelles. Le cousin
ai tou possède
dans germain
ours leavec
Absolument ! A une époque, j’ai créé le

ai appris ààSen-
de maman
aimé la cela ans m’a
me donnait
si. J’ai été choisi par les deux fonda-

toire Je pourri suis la
au tissu. Après
parti vie. sième
trois mois
« Maminelle
oùdans
finalement, à sa mort, on m’a demandé », ma
cliente qui Jemais
dé- mne vais
adoré jerepas
grand-père
l’épauler. Une aventure malheureuse a fait
gunon
reconnais
mais dire «poureJeque àsu
gagnais s né
j’en
qu’ilma
down bruxellois fin novembre ont mis le
Plus yJu
ai
Bar 16
près gpo
souffert,
a de eu
Mitzvah
000 nous, nt unJbarre
FB m comme
»Albertine
payé
p uxeSarra-
« Je suis à 100 % actionnaire, si je me
d» ne je mon gagnais premier
est un bête happy end.
de
cela m’a occupé mais c:savoir
était sûr àque époque
faiblesses un grand naturel par :1.200
« JeFB! de
jour Il faut jouer la comé- avait acheté journal, aMarc omm Fman pb
mercial, il a été notamment directeur la plus vieille boutique
Syndicat des libraires, puis j’ai démis- Paris, un mois, je gagnais
teurs, mais surtout par le président l’heure mère, de reprendre le magasin. J’ai racheté le
c’était les Pilifs Papa l’épaulait. L’écrivain le plus lu de la
plonger les comptes dans le rouge, pour petit monde de Filigranes sous stress, et plante, je me plante. » ■
mitzvah, et aujourd’hui, » j’en suis trèsà l’Elysée, d premier
amb m t on
Pourquoi ?
chez Tudor (batteries) avec 4.000 per- sionné car les gens avec lesquels je Charles Knoblauch. C’était énorme de fonds de commerce et j’ai pu débuter ce ne participera pas à la Foire

s,
ezAlice
ganisaisRich- plus
aire tier.grande
M » e an aron
La famille librairie deaire
sonnes sous ses ordres, puis dans une
face
juive
mon a père dans
parle
ête
et un beaucoup,
ledans
était,
même Sen-
autre possède
l’avais mis sur pied, n’étaient pas des
leelle,
je lam’emballe,
si avec sert mais
pourri
m’attribuer ces responsabilités à 18
du
la comme
die, vie. faire
Sinaï croire, et
en Mais parfois
Je ne vais
Israë foutrepas dire
C une
était vie
j’en
qu’il yun
qui est devenu aujourd’hui Filigranes. aiprendre
un mais
souffert, le mm
a euterri- manque.
livre. je m reconnais
« Si
atteindre une perte de 500.000 euros.
m Lorsque
tu Par ailleurs,
n’aimes pas,
m je te
qu’il j’aizin
que le départ du dernier directeur en date
ai ait mes ytoujours
ou a eu
stages gtravai dun
aimé
m Henri Charrière,mdit Papillon,
de m payé
pro
ann ans.
C
B. Dx
mon
ai
« JeT suis parti tr
de Bruxelles. Ouf ! Il laissera
ouv d
ou- me taire fier.
tier. et
comme La à écouter
famille
beaucoup, de Comme mon
plus
firme suédoise dont il a claqué la porte.

dans
grande
père
tier. La famille
lemon
librairie
était,
diamant. père
juive
commerçants. Ils m’ont toujours montré
jedesuis monseul était, elle,etPourquoi
père actionnaire
elle,
Sen-
ans ! J’avais cent gosses à Saint-Ides-

Le Pourquoi
de
A
mes
16 ma
? affaires,
ans,
de famille
? bande
le en l’air.
c’était de nous
mais je reconnais
la
manque.
folie Paravons
Mes parents m’ont prêté l’argent pour
bon, j’y
:
suis
j’organisais
ailleurs, j’ai vécu
ar-toujours aiméà
le rembourse.
manque.faire
vivais
» Tout est pas
le Par
fanfaron, mparti
ailleurs, avec
en dix
faire j’ai ce ont a
toujours
la
fait
fête,
Je fortune
m
mêmeaimé
M avec leurs
si
ais
ans.
souvenirs
sert
en
Je du suis t que
au
Sinaï, ourd
parti en Car
place à une kyrielle d’autres

hu
troi
Isr
zientas Rich-(20 ans) avec
Il a « osé » aller pointer pendant quatre du doigt parce que j’ai dit et je le dis tou- bald, une quarantaine en Suisse. démarrer, et en un an et demi, ce petit bien plus intéressants, y com
man h Tu pM ux » Non « E o
une par-
avait fait m
comme frère
e
mm
temps
Ichec
de
M e
aiest
dans l’import-export.
beaucoup,
pense
ans, pour se mettre ensuite à son compte

m vou dans
comme que
uparents
beaucoup,
defaire
seulai dans
pareiquiappris
le peut
jours « le livre est un produit, exception-
diamant.
nel, de culture, mais c’est un produit ».
le diamant. Le
en Le à
pâtir,
nos
A 16toire
in ans, fine,
premiers
Les livres, vous les rencontrez quand ? occupé
c’est
c’étaitrivé.de lamoi. mais
folie : j’organisais
émois « Tou c
faire était
avecdans
le fanfaron,
h mo sûr faire la
une à époque
fête,jours
boui-boui est entré dans le Top 10 des li-
nudité
braires belges, alors que j’étais installé
même si et c’est religion
un livre
para adoré « Je mais
exceptionnel.
è e rue suis né
e
de la Juif,
gagnais
industrie point
de taulard. 16
m
v
Sans
barre
000
dansoublier
usiqu
FB
àune
» CaryleChess-
àsert2toire hmpe-
ne
uoccupépd
écrivains de polars, des vra

uxamb
mm
»en Non tIsra
rencontrera aussi le ma
onc
ssinesse(20 ans) etpapa parti très tôt en des Israël, 40. A 16
tis, des ans,
fêtes c’était
quand dejemes la folie
parents : j’organisais
étaient par- père faire avec levivais
lemfanfaron,
temps, je faire
pense que fête,
aj’aiJe mêmeappris du Sinaï,
gest mais
onna
frère papa est parti !très tôt en Israël, despartfêtes quand mes parents de étaient par- m
musi- me Moi, je me suis débrouillé très jeune. Alors W
Tout chez moi du plaisir le temps, je pense que j’ai
dans une rue perdue, loin de tout. appris à man, dont la publication triomphale Richard Ford, l’un des pl
pas avec s ou dce travai ais denle mp
Et moi, c’est mon gagne-pain, c’est ce qui Quand j’ai eu mon hépatite, à 13 ans.

ntré e vou- Je vou ais taire à écouter ses Comme
Mon frère aîné de trois ans, Daniel, est
prouver e ne sais
ont suivi mon
fin
a fait que j’ai pu gagner ma vie, payer
trop quoi
annéespère étéet
je
un avec
me suis
J’ai alors lu Les chemins de Katmandou
vivre encomp ète
acheté ma
tout ce que
sans bande
tropre
vou- pa
«igieux
me nous
du
taire pet aà l’an-
pour avons
écouter. Comme mon
nous vécu «en Ondit àpeu
m
Vous êtes Juif et vous le revendiquez ?
tite
mdé end ?m ibrairie
je viens du Maroc. Tu es le seul Juif dans
e des au eu Et ydee suis
d’hui Daesh, avant la franc-maçonnerie.
resté on La oca-
veilleux auteurs américains
© BELGA.

frère de papa est parti très tôtvendre,
en j’ai àtoujours
Israël, Nominé
commerçant, comme manager
avait faitde On vous infernal trois Ma
(beaux) livres aécrits dans au o ourd – a hu un
ness ans) musi-
dont il ses parents ont suivi
entrepreneur et m’a à chaque fois aidé à
m Mon
fin des années
l’école à mes enfants, vivre comme je vis
père, lui, n’était pas prêt
40. des tis, fêtes je
car ils étaient dans la chambre de mon
lais. Gagner trop
quand
me suis
d’argent
mesacheté
jeune,
parents
d v tout
nd étaient
ce que
Vous êtes une grande gueule ?
l’Ichec, j’ai voulu
jepar- vou-
faire
avec me letaire temps,
Quand on a commencé à me demander de
pareil.
et à je pense
écouter. que
Comme j’ai
cette année et si tu veux, j’aimerais que tu
appris
mon pèreà toireet occupé
avec ma
de oyr ep qu
m mais bande, c’ét
dont l’œuvre est à la fois pro

smpe
op«en seune avait » ô em? ait Ichec pa aiMes vou u aire parei para pas un è vont eetrèsrue de e industrie dans oune pe-
La religion ne vous a pas séduit ?
nos J’ai premiers émois dans une nudité
aménager mes magasins. Norbert était aujourd’hui. Il y a moyen de gagner sa frère, puis L’île de Robert Merle, puis C’est vrai que j’adore faire de la télé, de participer à des débats parce que j’étais vien-nes suivre le cours de religion juive. » poignante. ■
Nous on oué
sommes un
deux fous mp
kibboutz je quand
crois,j’ai et toujours
est resté en aaimé
Belgique. vendre.
ma c’estad une malchance. anée v » ? au mond
commencé Mais j’ai rencontré où bien
Je on mang
voulais prouver je m
ne sais ux Des
trop qu
quoi, on n a me
méchantes m personnes omme
dit des de n e de laqu
couloir mort p a retardé,
n 62 mais mp mn
en tion était chère pour ces 25 m mètres
Juif, j’ai dit « Moi, je suis né Juif, point J’ai finalement dit oui à la condition qu’il
ai bien réussi es cours mais e tapais e
Pas du tout. J’étais en recherche mais d’un
empêcher Les Juifs se retrouvent sou- gest onna huo r
épileptique et caractériel – un vrai, un vie dans ce secteur. On me disait que je tout Robert Merle, puis tout Barjavel. Je la radio. Cela fait partie désormais de

ns)rencontré
deux dont
n
Vincent Herbert, le patron du Pain ses
quil a p obab m n dû
in- SON Mon parents
BRAS père,DROITmontlui, suivi
n’était
dur –, ce qui a poussé maman à s’occu-
a dedesne fin pas
parentsdes prêt
n’ont années
tout à vivre
pas été déportés,
petit. Dès
n’avais pas le droit de dire cela, car, à
ap sais avtrop maaquoi 40.ou en
mais aussi
que tis,
j’ai eu lais. je
le plaisir
6-7 me
ans,
n’aurais jamais dû en lire que vingt sur
S etnc’est un bonheur. Gagner
Mon suis
de vendre, j’ai cela
maman
y a un« discours
Tout acheté
trop
chez
Où quevje sois,
est nosimple
moi tout
d’argent
en a j’aiou
uomm : «ce
ou
réussi
Pour que trop
les cours
réussir, je maisvou-
mon quotidien, c’est génial de pouvoir
nau pokeran dans leométro.
jeune,
je tapais
méchantes
onAprèsNo me
le m
avaittaire faitet
barre ». Etre Juif, c’est lié à la tradition. A
choses. Mes
les homb Un éd eu ne a pas a p u e e m
à écouter.
l’Ichec,
libraires j’ai
(ses Comme
voulu quelques
m’apprenne l’hébreu. Il m’a appris la reli-
mon
faire années
av père
pareil.
seulement,
groupe. Au CCLJ je suis tombé sur un
et
ud an nosavec
l’exécu- ma
premiers
on aourd bande,
www.berenboom.com
v pa émoi n
Je
Quotidien, et Marc Filipson ont en
vou ais prouver
per du Centre neurologique William enfants cachés. Maman
l’époque, le stéréotype du libraire, c’était d’abord moi,
comp
les cent : c’était un catho fou, et s’il était
ète sans re
un igieux
carton
pour
dire ce qu’on veut, ce qu’on pense. De
nous en tite
la maison, on allume les bougies à Ha-
ibrairie Et y
gion, je n’ai pas beaucoup retenu mais cela
tion suis
de resté La
groupe de 16-25 où j’ai rencontré mes amis
la peine de mort à oca-
laquelle il
ois qucarton ho J au Mon kibboutzpère,
poker lui,
je
dans n’était
crois,
g Ceet métropas
est
p uresté prêt
pellier, puis a Après
m’a à
en vivre
demandéBelgique.neson en
de vendre
ventlais. des
d Gagner
c’est
fends. en
modules
une enfoncez
ouv malchance.
dontIsraë
pour les
7trop portes
et cd’argent et ne
ua faitMais
est respectez
tou ou jeours trop
j’ai pas
mrencontré
les
jeune,
un vendeurs
n àbon- avait de
Je emps carrés
livres par
fait»l’Ichec,
voulais © et
section,
on
H N j’ai
prouver remp
NDLR) voulu
je ne issait faire
sais espace
pareil.
trop quoi, avec nos des
complète,premiers r esans quémois, sm es
%reli
noukka, mon fils a fait sa Bar Mitzvah par m’a fort intéressé. Il m’a appris les passages d’aujourd’hui. Etre Juif m’apporte l’appar-
Lennox. Il est décédé un peu avant ses quelqu’un qui roulait en 2 CV et en 4 L. vivant, il serait le bras droit de Marine
part du plaisir temps en temps, je me plante, pas grave,
deux qu in-
i rejoindre
commun de nourrir des rêves et
m u m ndu fui dans un internat
dan catholique à Mont-
nquand un produit me plaît,
ouje le dé- deux7ou premières
aava
années, j’ai arrêté, et e beau
j’ai
tradition. Moi je l’ai faite à 14 au lieu de 13 ON
que je devais retenir par cœur pour ma Bar …
tenance, la tradition, la famille et ce
entrepr se
30 ans. Cela a fort marqué ma jeunesse. Eh bien, j’ai roulé en 2 CV et en 4 L, et Le Pen. J’ai lu tous les best-sellers Laf- je ne suis pas homme politique. Je dois
ce a aen a ai bien réussi es et cours mais eutapais e c’est tion ce était très chère a étépour ces dans 25 mètres
d’être un peu « fous ». Ils se sont

kibboutz
Mes
pou parents
Comme le disent des coachs, aujour-
jeannées
crois, n’ont estamille.resté
pas été
leshébergée
été
en
organisations
puis un jour j’ai évolué !
ouBelgique.
dl’adéportés,
dans
à vie :mais
une fa- caritatives empêcher
font, mais pas les classiques, à part Vic-
aussi une am
ellede
règles. s’oc-
lemalchance.
plaisir Les
»vendre,
Je peux
al’année
n av Jui
dire
de v Maisun s ce se
cela
vendre,
comme
que
»n j’ai retrouvent
oyab
mana-
voulais
J’adorequa
rencontré
j’ai
vraiment
juste faire attention de ne pas choquer
cela
achètent
en sou-
faire : et vendent
ans pour faire plaisir à mon grand-père,

Jej’ai voulais
qu’ils veulent.
prouver
mitzvah, et aujourd’hui, j’en suis très fier. condamné
quelque chose que nous avons en nous :un procès %
qu omp Ju bien été réussi desje
les cours ne sais
mais trop
je tapais quoi, le complète, J my sans Lesreligi
rencontrés il y a quelques mois et
ejoindre
s,
dé- auo titredeux premières
ont flashé, élaborant une sorte de vie
aicrééarrêté
d’hui, pour réussir il faut avoir souffert. Cela marquée
cupait. » et aielle n’aheur
» ferme-atelier au
tor Hugo et quelques autres. Mon petit
ourd
ger de reprochenthui ?d
: « y nd a
l’enseignement.
T’es er
ouvert Te
de le Aviv
di-
les enfants,
les clients, je suis en commerce. Je me
C’est est cigarettes
alors que je n’étais pas religieux. Il n’y a
vrai que j’ai : revues
J’ai pu la faire au Kotel, au mur (des La-
insupportable je contesté. m
des gadgets…
prendre les gens dans les bras, les ac-
empêcher. ourd hu Juif

résultats « Si je me plante, je
j’ai toujours été
a res prog
J’ai vécu ce passage : m’occuper de mon Il y a des amateurs de livres qui ne libraire Etienne me prêtait les livres en fous de tout ce qu’on peut dire de moi. Je pas plus laïque que ma famille en Israël. mentations) en Israël, car j’accompagnais cueillir. Professionnellement, il ne faut pas
C’est ce que certains vous
ue e sois carton au poker dans e métro Après es je carrés et on remp issait espace avec des
pas les « Pilifs (une
au
ureux, titre et
m ma
commune possible entre leurs deux
Mes n
des a
parents
enfants o n’ont cachés. pas quiété
frère et le découvrir agonisant m’a ren-
Maman déportés, a mais
d’abord
viennent pas chez vous car « ils en ont
aussi vent
fairemoi, le
me demandant de lui dire si cela pou-
et en d
plaisir
manchec’est Israë v
unTude
les?livres laetvendre,
dan
bonheur.
etpeux ?c »est
j’étais
aNon u tou
directeur
?Où j’aino ours
la Colonie
que amm
cela
ou-je
suis un provocateur, c’est plus fort que
« Etre un
amitié
n
en
sois,
suis bon-
du
j’ai
exigeant, bien
carton ne réussiau
supporte poker les
pas cours
dans
de voir mais le
mon cousin. Wouaw ! Je suppose que papa
métro. je
Beaucoup tapais
Après
d’autres le les
bagnards empêcher.
vent
cracher dessus : cela m’a ouvert des portes.
avant en Les
Israël, Juifs et c’
dlà,« ce Marco Polo, entrepr se
success-stories belges. Aujourd’hui, accueille des handicapés) par ha- du commerce avec CCLJ à 18 ans, la seule colonie juive m
fait
on calme le jeu. Des petites choses

ena an Mam que An NA » e vou ma ais Vos pa vraiment
du très fort. Avec lui, je n’avais aucune
en sPapa, é alui,en D’où faire
marre de payer de l’essence pour sa
nqu danseune
viennent s:pou
vait être vendeur. Plus tard, quand le
les vous
culture??? –vert un
qujusqu’à 21h, commerçant, v ndtuqu
moi.
bNon, mdes nnon-Juifs aicigarettes
fait
Qui vous a transmis cette « filiation » ?
venir e ivre mpetit
devait être très content car avec le temps, je
àfaitpetit :faisant
J’adore être invité le vendredi pour des m
aiFilipson coûts m etsa ar
sard. est allé colonie laïque qui?accueillait aus- un carton eux m
avaient m
recette
eet dé- deux fuipremières années ai enarrêté et peux »choisi etc. traîner dans le magasin. des lerevues des gadgets… Jenyon
Porsche ». Je suis rentré en judaïsme à l’âge de 14 ans. me suis rendu compte qu’il connaissait
heur au ourd hui demplois
yqu aplaît, er Te leAviv est
gêne, il m’accompagnait partout. Da Vinci Code est sorti, j’ai été le seul à shabbats, je chante avec les autres, mais je

où des enfants cachés. Maman a d’abord
vont sans doute se faire à Bruxelles,
eux, là, dans
pau aun internat
Comme je le voyais travailler – il ven-de catholique
réfugiés àand Mont-
Mais je n’ai jamais roulé en Porsche. Si
Suisse. Ingénieur moi, quand et! Clibraires,
Ac’est
dire que j’aimais ce genre de littérature.
com- Absolument une un j’ai un
époque, produitbonheur.
toujours
j’ai créé le aimési.me J’ai Où que
Et politiquement ?
été par jeles sois,
deux dé-jecarton deux
Je suivais le cours de morale à l’Athénée
fonda- au
premièrespoker dansannées, métro.
j’ai
toutes les prières, qu’il parlait hébreu. Il y
m Après
arrêté, mles
et m vent
j’ai
ne prie pas, je n’y crois pas. Même si je
m heur Israël,
Uaujourd’hui
a res progr c’est d
dessiner des meub esarrêté,spéciaux pour esj’étais
sans mélange de concepts. A suivre.
Penseignement dan S na a u mon
eJmieux,
adore es (batteries) enfants
Papa Jama « On
dait des fleurs sur les marchés –, j’ai J
mercial,ava
peut défendreJeun suis g
des laauteurs
j’en avais envie, je le ferais, je ne crache
il a été notamment troisième b
ou dire génération.
Et toutes les télés sont venues chez moi !
directeur Syndicat des Mais Mesonpuis a j’aicréé
démis- des teurs, mais – j’ai
surtout une
par le Mais
président le suis moins.
Je suis apolitique. Je vote pour des per- Emile Bockstael mais un jour, un homme Je crois. Casanova,
avait un secret de famille autour de cela.
■ Cervantès. Auxquels
pense qu’il y a quelque chose. Mon ange
m
vendre »62 jeemployés ai ait venir epar?ivre petit à petit aisant
aitfuipellier,ceaon que
dans ouun vou
internat ais vraiment
catholique d unàavec aMont- aire m
scoûts
éta t sa pour
est venu me trouver : « Eh, tu es Filipson ?
puis a été qu’onhébergée dans une fa- mlequand un gens produit m me ruepplaît, jeou le ma dé-
C’est étonnant en fait, depuis que je suis li- gardien à moi, c’est mon grand frère. ■
fends. de deux Vospremières
fait ce que je années,
voulais j’aivraiment etceuxj’aiqui: heur
faire aujourd’hui d’yl
commencé très jeune à travailler. Vers pas dans la soupe, j’ai réussi à faire un Combien de fois je suis entré chez Tro- sonnes. ■
va de, pa la ville
d auqu monde noù mange le omm chez n’aime
gagna
Tudor pas
grands-parents, livre,g4.000 comme
n per- des dernier
Juifs
sionné u carashkénazes, padd
les équipe avec enplesquels
or,
Etienne, dCharles De ongplein-temps,
Wand,
Knoblauch. pour
C’était le plaisir
énorme parents ont
Propos joué un rôle
recueillis peut mm ajouterpasse-temps ont
quand raconté malade,
qu arid
12-13 ans, j’ai baigné dans la presse, je business avec le livre, les autres peuvent pismes pour en ressortir aussitôt, car je BÉATRICE DELVAUX Eh bien moi je m’appelle Albert Guigui (de- braire, ce qui se vend le plus, ce sont les Propos recueillis par

y aétais viedirecteur de a Co onie amitié du
C nq exposer
anSi qu vu
n espace
d probablement
m u leur u très réduit
«c’était
On de mon Le gé- n cousette p u Sin-
faisais les invendus pour la librairie sonnes sous ses ordres, puis dans une l’avais mis sur pied, n’étaient pas des m’attribuer ces responsabilités à 18
le faire aussi ! ne sais pas, j’étais intimidé. Mon autre venu le grand rabbin de Belgique, NDLR), livres sur la question juive, Hitler, aujour- B.Dx.
in- ilonna une qu nocturne, les restos sont Nothomb. Un éditeur
sont venusne fait de pas la
Pologne pluie etet d’Allemagne
avec les étudiants,
d’avoir on
de arrive
l’argent parfois
de poche. à J’y ai ren- Non. ce n’est que j’ai monstrueuse
dû captivité,
rapiécer survi-
avec ma
enseignement
pellier,
mille.7 et ils travaillent àJ adore
y a puis uCela una l’a été hébergée
paymarquée mon p m
firme suédoise àes
dans vie
dont :en
ilbaune elle
claqué dants
fa-
la av n’a
porte. onfends. à 8
commerçants. Ilsnm’ontà toujours6 an montré C ans a ! J’avaisadcentau d àmon
gosses Saint-Ides- fait
nqcean
l’enseignement.dessiner
que qu je chose. des
voulais
a Je dmeub
B.Dx.
J’adore Mvraiment esles
urendu mspéciaux
»miraculeux
300 faire
enfants,
000 :»lapour a u dans e des-es u p
el’inconscient
qu usnetàpeu
sdéta maod
pour
ades seuJleaeIlans,beau temps. » © P.-Y. m vants depeut-être machine
38 39

Paouverts
aCCLJ u7 jours àsur 18 ans l’aaquali- co » allerdans
onie o: les uive années 20 du etdoigt
d30. Mon grand- contré un personnage qui vendait des prouver
F rant
quelque
a eeupaune
me suis
é hémorragie
ger. C’est
cérébra e couture.
Son des
© BELGA.

THIENPONT.
u amille. ou oucréé am «an ua « osé
pa pointer pendant
mo quatre
dan parce gceque andj’ai ditpet je le pou
dis tou- ma bald, Ba M
une quarantaine vah en Suisse. m
chent l’américaine étais
avec pas Cela
unedirecteur
incroyable les marquée
Pilifs
de »Co (une
pour àonie
se vie ferme-atelier
père
mettre amitié elle
maternel
ensuite à sonn’a du
fabriquait
compte jours C’est
« ledes livre est unque
lunettes, produit, le certains
tissus sur vous
exception- les marchés reprochent et je me suis : Ma l’enseignement.
re- j’étais
compte pexposer
on directeur
que nj’étais levu J’adore
de la à Colonie
espace
laissé-pour-compte. les
o très
autructrice enfants,
amitié
mémo
de réduit
Staline
Juifs, du
religion « Je s
e(comme
l’atelier Le
ede on gé-
Soljenit- h (iletrit)
» de p
on
F us
a a ou e à lc
à man

Th npon L So
an téa de onservice,
a dans a l’accueil m mnotamment du S na n magasin a C Seiler a un Lo qu à atrouvé a mLes livres, agvous d rencontrez
pà couper
o quand a ? tis- Caépouse
ameu adébo demandé de eCremp acer
e « u et
résultats « Si je me plante, je me plante »
les
et– aqueaïque qui accuei à«ait des non-Juifs aaus-
dans l’import-export. nel, de culture, mais c’est un produit ».
es pas qui acréé les ans
accueille Pilifsdes ao»handicapés)
(une je me ferme-atelier par ha-était C’est faire c’estce
très du que
connu commerce certains c’est ce qui dans vous
avec son reprochent
les garage livres et nà:la13des ans.quej’étais J’étais
CCLJ leàhomme
directeur
rant troisième,
18 ans, de mais la lade en de
faitpsyne
Colonie
seule leo troi-
ecolonie
ou Evguénia
amitié e juive
du que
Guinzbourg), des p on e t
CCLJ àapp 18 seu eaînésuis
co onie û uive de «une hémorragie Voscérébra eouSon certa ns?m àd–co
Moi, débrouillé très jeune. Et moi, mon gagne-pain, Quand j’ai
s ? mp pjen revendique
qu oici. up ma à est poqu ado gagnerma gagna 6 eu 000 mon hépatite,
FBFB
éet e C’est à si J ai «Sinaï
qui Ma
été
sard.
terriblement
fille
choisi
accueille Alice
Papa, apar
des
lui, est es
Mon
handicapés)
allé
frère
deux dans
Bruxelles.
de trois
m’afonda-
à par
une
ans, Le Daniel,
ha-
colonie
cousin agermain
àv faire
fait que j’ai
culture du
de
v
pumaman
commerce
va?
ma vie,
pa
sus.
av
Il
payer
avec
meJ’aidonnait
a
alors lu
les J
Les
livres
3chemins
ava
audetissu.
et a la
Katmandou
n
Après
d ambsième
CCLJ laïque on enfant
fina à e de oup
18
qui ement ans,
accueillait la o e onnazis
deMaminelle
à sa
seule mort
des
»,ouma
colonie
(comme
non-Juifs on ven
m
parents
ePrimo
juive a
aus- e baLevi
demandé
étaient
e age inquiets
Jorge adomm te on
pourê vousemou
dan
ou Comm mon p av ma band nou avon u d huépouse m e aoù eudemandé onna ede maga e remp e aacer ou et
ààmes
dans aïque
le
quelque
qui
que accuei
j’ai eu mon ait des non-Jui
entrepreneur ettient chaque
la s aus-
plus fois aidé
vieille l’école
boutique enfants,
à vivre
Paris, comme je vis car ils étaient
un mois, je gagnais 1.200 FB de l’heure dans la chambre de mon
au :ou mère, c’était
e les d êPilifs Papa Semprun)
a l’épaulait. ou
Jamais.échappésn J’avais de la
e une reléga-grande
ne « eépau a e er
liberté
certa ns
ete »C
U
de
mmchose que »j’ai »aménager mes magasins. Norbert était aujourd’hui. Il y a moyen de gagner sa frère, puis L’île de Robert Merle, puis
mis-
ai
a
uis h teurs
paddle
créé e
a(permis
vou
si «sard.
Nu
mais de
J ai Papa,
réfugiés
dea plongée pa
étésurtout lui, en
sous-ma-
choisi
no est pallé
Suisse.
parpar
minq dans e
es Ingénieur
mo unejeà tente
etprésident
face
deux colonie
dan
l’Elysée,
onda- com-
un culture
vie Absolument
nud
etstructurer,
un autre «?OnaOnremonte,
pa
possède ! ucela
la disait Aque dune je ndu
m’a époque,
pourri laMerl dan
vie. j’ai un de créé pexigele deslaïque si.Je de dequi
J’ai
ne vais
ina accueillait
été
reprendre choisi
pas L’homme
ement
dire que j’en
à par
e des
sa
ai non-Juifs
magasinles
tion deux
souffert,
mort
par d’autres
on J
comme aus-
fonda-
mai a
jeracheté
dictateurs
gagnais(comme
demandé e
de l’argent, M je me suis
popr
C ge onna e e an ma eu de e e b a vé e e p e de v e e ma n a
épileptique ans caractériel
que – un de vrai, meun dans ce secteur. me elle tout
n’est Robert plus que prises décision. tra- m
a prine),
18 ouvà 16 ans. n de C’était
Marc a le
op
HFilipson
réfugiés
mercial, cadeau
quoa troisdeenfants,
ilena chezmon
omp
Suisse.
été
dur –, an
Alice ce qui a plus
per duIngénieur
notamment
poussé g grande
ux
maman pou
com-
directeur
àlibrairie
s’occu- nou
William Absolument
juive
n’avais n
Syndicat
pas dansle droit le de Sen-
b
des a
dire cela, car,
!libraire,
APourquoiune E à y u
c’était époque,
libraires,
m
puisj’ai La
j’aicréé o
démis- a le esi. «qu mais
Tou
J’ai e chez
je reconnais
été moi
choisi qu’il
par ym a Carloeu un Levi,payéauteur mon de ce premier merveilleux billet p
d’aviononger
épau à er
18 e
U
teurs, mais surtout
epulespar deux fonda-
le aiprésident
cinq ans que je fais des erreurs. » 300.000 », assure celui qui ne peut, de vaille sur une meilleure ag définition
and ecommerce des
e j’ai mu fon- éeLeet Au e de eau aux men qu dans on a dé-e pou
ni démis-
dé- eugrand-père
Char ou teurses
pour (23ma
(26
Qma Knob
ans)
ans) Barmais
qui
Mapa aauch
Mitzvah. surtout
travaillé mp C était
Rich-
hLennox. par Ilénorme
Centre neurologique
LFilipson Jutier.e n’est La peude
présidentfamille ouvses de l’époque,
mon
ànl’autocri- oupère
le stéréotype du
était,on elle, ena2 CV hchiffre? pou d’affaires.25 m dations fonds
manque. de Par de
reprendre
ailleurs, magasin
toujours Christ
aimé m pu
s’est
ans. Jarrêté
ai
Je débuter
suis racheté D
à Eboli).
parti trois cememois m
le gH
Lorsque j’ai fait mercial,
mmmes stagesil
chez Tudor de a prof,été Marc
j’ainotamment
(batteries) avec
est décédé un pas
directeur
4.000 rétif
avant
per-
quelqu’un
Syndicatsionné
qui mémoire,
roulait
des
car citer
CVlibraires,
etles
et enson 4 L.
L,gens puisavec j’ai lesquelsdémis-
M depar
jeouteurs, son
dCharles
hu business,
fairedu mais ep sur
aisir
dKnoblauch.l’évolution
au
surtout ude par
m
emême
C’était leem si
Une eprésident
Noë
énorme
nouvelle eSinaï,
victime monne
de de une
enlaIsraël.
répres- udatte
éMC’étaitpanonger ndre
terri-e es
e qu M
ri-
des
au pok m danattribuer mond
m oet Ap
Christie’s,
ces Mathias
responsabi
v n (20
n 30ans)
ans.Car
a Cela
itéssia comme
fort marqué
à beaucoup,
ou ma
18 oujeunesse.
undedans
Eh
bon bien,le j’ai
diamant.
rouléa en Le
2 que on A «416truc
en mp ans,
et » de c’était
a depa la c’est
folie av : j’organisais
d qui le
onds
fanfaron,
est devenu
de
faire surlaune
commerce
fête,
au ourdet
mm
ai
sert du
hui pu Fi igranes
débuter ce
un L
sque s
ue, adoré, maisChar e jequi gagnais esdes16.000
Knob mdeauch
FB, jebusiness
tique.
ne d’ambitions, C
Comme étaitle disent
l’homme
frère énorme
des de papa
déborde
coachs, estde
aujour-
projets,
parti souci
puis très tôt vente,
un jour j’ai
C’est
en Israël,
évolué !
le
des fêtes quandêtre
m
Filipson,
mesdans parents
la la vente
étaient en de
par-
numérique
ep vendre
avec e le via
qutemps, son site,
a en o pense
je
et
el’aide
vu que on h appris
j’ai e d a policière
sion à toire a é vient an rejoindre
occupé y e Cc’était
mais Yvecettesûr homme m
à l’époque,
atte é Ap aè
ndre vu
m vivais ann chez
a sonnesa Tudor
suit sous
études a(batteries)
hses u ordres,
aud’hui, ouavec
musi- d hu puis 4.000
et dde a avoirper-
dans
coups
ilyfaut une
desouffert.
Tfolie, Avsonsionné
vfinl’avais car
gamis leles sur d gens
batelage, pied,
ilvu avec
adore Hn’étaient
dacheté lesquels
gadg son pas
…que yje
des
meilleure
JM Charlesm’attribuer
structuration, Knoblauch.avec ces pour C’était
responsabilités énorme à de 18
ntré m ». Il quatre mois deMes parents mgosses ont prêté argent pour
pour réussir mm m
pasparallèle
là ans
des pas !mJde
avec calavais
vsonnes
à Londrescent
cela.
attribuer
afirme
Je travaillais
sous
et Leah
suédoise ces
ses gosses
en
responsabi
(14 ans)
ordres,
dont
dont àvécu
aujourd’hui
J’ai
il
il Saint-Ides-
et a
ce passage
puis claqué
ses
estités parents
dans:d’être
m’occuper
la lui,
ont
àporte.
seul
une de mon suivi
18actionnaire, des
Il y a des amateurs
l’avais commerçants.
années
amagasin
mis
40.
ade livres vet«nqui
sur
tis,
faire je me suis
ne tourner « les assiettes
pied,
Ils v mn’étaient
ont m’ont toujours
tout
pas
ce
amontré des
je a
vou- e
aip
me
m’attribuer
og qui
taire
saou e
filleourse
et
aînée en
estces
à 20
édevenu
écouter.
Alice. 5 deComme
é Filipson 0 %
responsabilités
ma
aupareil.
mon ourd
cohorte e
père hui
avo
prestigieuse,
et avec p Fim igranes
ma un
Nicolas
bande,peu de
Sarko-
nous e u
avonse mde bon
vécu
m là emp
qu vou arue m nune adans p mtrop à pd’argent an ans a! parle J’avais cent à Saint-Ides- anà de 18
mm
ité l’industrie
s’occupe semaine une pe-
sur deux in-
frère le Mon
découvrir père,
agonisant m’an’était
deren- pas
cetteviennent prêt
pas chezà vivre
vous en
car ilslais.
en Gagner por- trop jeune, oû avait
a et fait
aux l’Ichec,
de 20 j’ai% voulu
ATrop u p zy,
a ?faire edont « nos
l’œuvre »naegrimpé
premiers – émois,
qua en-tête
edans
mo mune ongé – p
de nudité
ou-
senmontré ba d une
ans quarantaine
! asuis
J«suédoise
avais cent en
gosses Suisse
gestionnaire
à et lui,animateur
Saint-Ides- librai- vérifie les piles de livres le matin, fait pou s’emballe vite
démarrer
Mes beaucoup.
parents et en un
mepont an prêté et demienargent ce petit
pour

relig
gn m n J ado firme
Et Il noséan
Alice»vient aller dont ilgêne,qui
pointer a claqué pendant la porte. jequatre marre
commerçants. de payer d de n
l’essence d
pour sam ub p aux aun !commerçan du hit-parade France ondèspe
Q
sa sortie
l’eauIls m’ont toujours montré
du très fort. Avec je n’avais aucune m
tite librairie. j’y
tensément.
m Dresté. La loca-
de rejoindre kibboutz etcrois, et est du
resté
».doigt
enter deparce
Belgique. que
c’est une j’ai dit
malchance.fontet jeMais le dis tou-
j’ai rencontré éans bald,
Je
pou J’avais
voulais une
an dprouver cent
quarantaine
qu on jene negosses
esais en
trop
endàquoi,aSaint-Ides-
Suisse. pcomplète,
om à sans religieux onne pour d ê nous em du en an te
Pho o © P

rie ils’est agrandie
m’accompagnait multipliée.
partout. Porsche Au- aux clients Dqui la file pour Son projet d’association avec Le Pain Quo-
d u était
d atrès Coson onmpère am du xporoulé envu pa du L gtidien, de presse. Grâce à uneLes nouvelleJuifs mise
on-
ou-
eon- distion tou- ba chère
dans,
ao«une
pour pources 25 mètres
quarantaine
»quatre mois, aujourd’hui,titreen SuisseMes parents –n’ont
il ven-pas été jedéportés, mais aussi le étudiante
plaisir de vendre, le j’ai cela un
p en àj’ai
ai boui-boui
bien
ou démarrerréussi
ours deles aimé est
cours
et entré
mais
enen dans
je tapais
un m le et
an eolaTop
empêcher.
demi 10 cedes v petit i-toujours
se retrouvent m sou- t

relig
uIl osépour aller
se pointer
mettre ensuite pendant àsurdit,
son les quatrecompte –, j’ai du doigt parce que j’ai dit etbonheur.
je lebsert dis tou-
Comme je leilvoyais
le il faut
travailler structurer Mais
jours
cette n’ai jamais
«an
Noël, lele ferais,
livre
sermonne
neest
Porsche. uneun
Si
produit, mqui
exception- u
bald, succèsmanqueune belge quarantaine
qu’il relieende au vou
sien, deen ge
Suisse.
examen, moIsraël,
justice qu
française ennen lui a dan on magamc
à 8 carrés an etaon remplissait de bras ondroitl’espace
: u« Jev avec des
suis heureux, et
dait
entreprise là,
des fleursdes
quijeune a encoreenfants marchés cachés.
vu sonVers chiffre Maman
j’en avais envie,
d’af-la soupe, a d’abord
je
café j’ai a
sans u jeun
style.moi, h
crache
à faireC’est
etmo c’est
un l’homme
un
ag a Où
clé. Après se limitera que
Son jem sois, carton
sans doute au poker dans
àdequelques le métro.
voisi- Après les vent en et c’est
m m un bon-

tqu» a uLesa dvres
xception-
est cigarettes, des ans, dans
revues,
il ynon a unevous
pour des seesmettre
l’import-export.
gadgets…
Jutransmission.
au rencontrez
» J’y ensuite
commencé très
faires
12-13 progresser
ans, j’aiquand
à baigné
son
fui dans
endans ?la de
compte
à travailler.
2015 un internat
presse,10 je %, jours
pas
nel,
dans
catholique
mais
business ses «de
avec le
le
à
pou
avoir livre
culture,
Mont-
livre, pris
réussi
mun
les autres est d un
quand
a peu de produit,
mais
mand
peuvent
un
recul c’est
det de un
mproduit
m bon exception-
me
mp produit
temps plaît,
a nages je le on
».belges.
dé-
e a nfait
ou
vendre deux à
Les«braires
Aller
de
ou
livres, »
boui-boui
avec vous
premières
ge eux
è
beà Dubaï
années, e
ges e e
estrencontrez
les j’ai emen
a orspou
entré
arrêté, dans
donné
eou u é aufaire
et de
quequand
j’ai un aneétais
sérieux
heur Top ncoup e
? 10
aujourd’hui up
insta
de des
mainon d’y i- D mau an
juste
aller.
que mddea men a e e ND
p
é Tel Aviv est o ck u né e
ai fait venir le livre petit à petit, faisant coûts pellier, puis a sa étésurprise.
hébergée dans une fa- n –fends. cemon que jeonna
voulais e vraiment : a e où
moment queil e risquait a
roduit
qui ho »
Quand pa Les dans Moi,
ai
d vres
ux eu je
ondavous
l’import-export.
dessiner des meubles spéciaux pour les s’était pourtant me
mon suises rencontrez
hépatite débrouillé
faisaissalariaux
à
les invendus
13
mille. quand
de très ans
pour
20 %.
Cela ne jeune.
la librairie
A ?
l’a lemarquée nel, Et
le faire aussi
de
moi,
Il culture,
!l’an
à viepromis
na c’est m
dernier
: elle n’a mon maisà gagne-pain,
quatre a mo c’est
mois de onun mproduit
congé a –, c’est
d ilmmand a ce MNew».
qui York,Les
épau n’a Quandlivres,
c’étaitdans braires
e aucunement vous
une
j’ai
Une aven ubesoin. rêve eu les
be
dontrue mon
eJ’adore rencontrez
ges perdue
l’entre-
ma »heu a ors
hépatite,
leseu enfants,
econnaître
a a quand
que
oin à
down de
13 ?
étais
un certain tout
ans.
b uxe insta
o
essoufflement, é
n novemb e on m d
ma exposer, u ouvu pa pjefrère d n aîné dit qu’on reprendrait dc’est p mon à nd son personnel maga d’êtren ma Jdurant
ac’est a les h prise en soi l’enseignement. Par
est ce qui aCQuand Moi, Mon me
ai chem suis
eu mon débrouillé
de trois
hépatite ans, très Daniel,
à 13 jeune. est Et
ans de ges- trois a moi,fait que j’ai pugagne-pain,
gagner vie, ce qui
payer Quand J’ai alors
e dans j’ai lueu
duune Les mon chemins
»rue hépatite,
e perdue
ouge pou oin de à 13
Katmandou ans.
pe demonde tout de F g aneVous ou êtes e eJ
38

yer
© BELGA.

Knob Jaai
rantau h une ors a unoLes
l’espace très réduit.
mcérébrale.
d
Le gé- nsplus deà Katmandou
manquer des pas créé les «
rendez-vous Pilifs » (une ferme-atelier
ond mois d qui
C’est
omm
ce que
viennent dansa son
fairegagnerduD’autant
commerce
certains
pu
vous
magasin
avec d les
reprochent
bulivres contre,
et la
:
p sononge j’étais
« Boulevard omp
directeur ePolardan
de la Colonie
devrait
comme
amitié
connaît
du beaucoup de livres dont on
eu hémorragie
Mon frère
entrepreneur aîné Son
de
et m’atrois à ans,
chaque quiDaniel, accueille
fois aidé est des à handicapés)
a fait
l’écolede que parj’ai
à mes ha- pu
enfants, vivre ma vie,
comme payer je vis a J’aie nd carCCLJ
alors
e ils duà 10
une 18
lupeauans,
étaient Les la
e juin.
de seule
chemins
dans 500 colonie
000
la deeujuive
chambre o l’intrigue,
Katmandou que de emondépa où on du n’explique
de n e dQuand Vouse euêtes enon daJr
© BELGA.

iebu payer
vis épouse J
carm’ai demandé
pon ai
s LEétaient
ab a ors
PARTENAIRE à u
dans
de le remplacer, Les
8?
chem tion,
aet chambre
certains
ns ou àde courir
des sard.
Katmandouderrière
de Papa,
gestionnaires
les
monlui,recrutés errements
est allé dans pour une
sans
qu
saire colonie
interruption.
d
queenfants,lesIl
v nu
culture
risques
au ou d hu plus F néces-
?d’attentats et le lock- losophie devrait g an envahir Bruxelles
laïqueVous qui
leétaient
êtesdesune
13
accueillait
protéger
Sa
grande
phi-
des non-Juifs
regrets : chambre
pasaus- gueu
qui a tué e qui?et dont l’épilogue é
Jme e vis car entrepreneur
aménager
isL étaient et
mes m’a à
magasins. chaque fois
Norbert aidé étaità l’école aujourd’hui. à mes y a vivre
moyen comme de gagner je vis sa car ils
frère, Vous puis dans
L’île
êtesque siune
de la
je megrande
Robert Merle,de
gueule de mon puis
e ? adetéla ésemaine Quand on
r saqua ava finalement, n
frère go à sa
puis àmort,Sa n
on m’ad
emes deetdans
demandé
Robert
le plongerMer
a chambre
l’épauler. de
Une aventure réfugiés
e puis deilmalheureuse
mon
en Suisse. Ingénieur M pa
com- n m
Absolument
a fait down bruxellois fin novembre ont mis le « Je suis à 100 on p ! A une a g
époque, n pou j’ai créé le si. J’ai
C%puis est été choisi
vrai
actionnaire, par les deux
adore est un
fonda- bête
faire happy end.
de participerfd
un xeagner fous »de commerce
de reprendre
an a n aménager
len épileptique
magasin.
Su J’ai racheté magasins.
caractériel Norbert
– un
mercial, vrai, étaita étéun aujourd’hui.
notamment vie dans d directeur
ma ce Il y
secteur. a
Syndicat n moyen
un Ondes
an me de
libraires,d gagner
disait
m puis p que
j’ai sa je
démis- frère, tout
teurs, Robert
mais L’île Merle,
surtout de par Robert
puis le tout
président Merle,
L’écrivain
Barjavel. puis
plus lu Je
religion « Je suis né«Juif, poin
e fonds sa
tout rère etpuis
Robert j’ai pu L e de Robert Mer edeJe(batteries)
puis
les comptes dans le rouge, pour petit monde de Filigranes sous stress, et plante, je me plante.
aCradio est
» vraiCeque aB. Dx fait adore partie de aire deà laaFoire
désormais