You are on page 1of 11

Table des matières

1 Tenseur des contraintes en un point d’un solide chargé 1
1.1 Notation indicielle 2
1.2 État de contrainte en un point 6
1.3 Directions et contraintes principales 7
1.4 Contraintes de cisaillement maximal et octaédrique 10
1.5 Cercles de Mohr 11
1.6 Déviateur des contraintes 12
1.7 État de cisaillement pur 13
1.8 Bibliographie 14
1.9 Exercices 14
2 Tenseur des déformations en un point d’un solide chargé 16
2.1 État de déformation en un point 17
2.2 Interprétation physique des composantes du tenseur des déformations 19
2.3 Déformations principales : invariants du tenseur des déformations 20
2.4 Glissements maximal et octaédrique 21
2.5 Déviateur des déformations 21
2.6 Équations de compatibilité des déformations 23
2.7 Exercices 23
3 Équations de l’élasticité linéaire 26
3.1 Équations de comportement élastique linéaire 27
3.2 Énergie de déformation 29
3.3 Principe de solution des problèmes d’élasticité 30
3.4 Élasticité plane 31
3.5 Utilisation des coordonnées cylindriques 37
3.6 Bibliographie 41
3.7 Exercices 41
4 Critères de limite d’élasticité et de rupture 45
4.1 Comportements limites en tension-compression 46
4.2 Critères de limite d’élasticité pour les matériaux ductiles 47
4.3 Critères de rupture pour les matériaux fragiles 51
4.4 Représentation dans l’espace de Haigh-Westergaard 54
4.5 Surfaces limites pour les matériaux ductiles 57
4.6 Écrouissage 60
4.7 Surfaces limites pour les matériaux fragiles 64
4.8 Note historique (critères de limite d’élasticité) 65
4.9 Bibliographie 66
4.10 Exercices 67

4 Endurances limitées 153 9.3 Correction des résultats d’essais normalisés 120 7.6 Théories incrémentales et totales 81 5.4 Matériau élastique parfaitement plastique : adaptation et rochet 93 6.4 Comptage des cycles 141 8.2 Matériau élastique parfaitement plastique 85 6.3 Autres règles de cumul du dommage 134 8.3 Relation entre Kf et Kt 150 9.6 Exercices 144 9 Concentration de contrainte et résistance à la fatigue 147 9.vi Plasticité.7 Bibliographie 82 5.1 Introduction 85 6.1 Facteur de concentration théorique Kt 148 9.8 Exercices 82 6 Modélisation du comportement élastoplastique uniaxial 84 6.5 Bibliographie 127 7.3 Contraintes résiduelles 89 6.1 Introduction 131 8.7 Bibliographie 108 6.1 Introduction 114 7.2 Fraction de vie et règle de cumul linéaire de Palmgren-Miner 132 8.4 Chargements à valeur moyenne non nulle – diagramme de Haigh 121 7.3 Équations de Prandtl-Reuss d’écoulement plastique 73 5.7 Bibliographie 155 9.5 Équations d’écoulement associées au critère de Tresca 80 5.6 Matériau à écrouissage non linéaire 103 6.8 Exercices 156 .2 Facteur effectif de concentration en fatigue Kf 149 9.8 Exercices 109 7 Caractérisation de la résistance des matériaux à la fatigue 113 7.1 Déformations dans le domaine plastique 71 5. fatigue et rupture des matériaux métalliques 5 Équations de déformation (ou d’écoulement) dans le domaine plastique 70 5.2 Effet du trajet de chargement sur l’état de déformation en un point d’un solide 71 5.5 Bibliographie 143 8.5 Contrainte moyenne non nulle 154 9.2 Essais de fatigue normalisés – courbe S/N d’un matériau 115 7.6 Conclusion 155 9.6 Exercices 128 8 Calcul de l’endommagement pour les chargements d’amplitude variable 130 8.5 Matériau à écrouissage linéaire 99 6.4 Travail plastique – mesure de l’écrouissage 76 5.

5 Taux de restitution d’énergie potentielle 210 12.3 Courbe de fatigue oligocyclique 183 11.5 Exercices 247 .4 Critères de Sines et de Crossland 165 10.2 Contraintes et déplacements 240 14.7 Bibliographie 216 12.3 Rupture en mode mixte 243 14.4 Concentration de contrainte et plasticité 187 11.6 Charges d’amplitude variable 193 11.1 Calcul des contraintes dans une plaque fissurée en tension 220 13.2 Représentation dans l’espace de Haigh-Westergaard 162 10.2 Énergie potentielle d’un solide chargé 204 12.8 Exercices 217 13 Solides fissurés – contraintes et déplacements 219 13.1 Définitions 239 14.5 Influence des concentrations de contrainte en fatigue 190 11.6 Complaisance (compliance) d’une pièce fissurée 212 12.1 Mécanique de la rupture 201 12.8 Exercices 176 11 Calculs de fatigue basés sur la déformation : fatigue oligocyclique 178 11. vii 10 États de contrainte complexes 159 10.8 Exercices 198 12 Solides fissurés – étude énergétique de la rupture 200 12.4 Bibliographie 247 14.4 Bibliographie 235 13.2 Comportement cyclique des métaux dans le domaine plastique 179 11.4 Fissure de Griffith 207 12.3 Influence de la configuration 230 13.7 Bibliographie 197 11.5 Critère de Dang Van 172 10.2 Plaque fissurée en tension – interprétation 226 13.3 Critères de limite d’endurance 164 10.1 Introduction 179 11.6 Conclusion 175 10.7 Bibliographie 175 10.5 Exercices 235 14 Modes de fissuration 238 14.1 Cycle de contrainte en un point 160 10.3 Application au cas d’un solide fissuré chargé 205 12.

1 Introduction 262 16.2 Déformation plane – mesure de KIc 277 17.4 Conditions de contrainte plane ou mixte – courbe R 295 18.5 Bibliographie 260 15. fatigue et rupture des matériaux métalliques 15 Influence de la plasticité du matériau 249 15.O.2 Fissure circulaire dans un solide infini 262 16.2 Écartement en fond de fissure (C.3 Zone plastique de Dugdale-Barenblatt 254 15.7 Fatigue en mode mixte 311 19.D.6 Exercices 297 19 Rupture par fatigue 299 19.5 Bibliographie 296 18.8 Fissures courtes 312 .3 Relation entre Kc et KIc 281 17.2 Amplitude 'K du facteur d’intensité de contrainte 300 19.5 Ténacité dynamique KId d’un matériau 284 17.6 Exercices 260 16 Fissures elliptiques 261 16.3 Fissure elliptique interne 264 16.3 Chargement cyclique d’amplitude constante – loi de Paris 301 19.viii Plasticité.8 Bibliographie 271 16.3 Intégrale J de Rice 290 18.4 Application de la loi de Paris 303 19.1 Introduction 289 18.4 Calcul de KIc à partir de l’essai Charpy 281 17.6 Bibliographie 285 17.7 Fissure elliptique interne proche d’une surface libre 269 16.9 Exercices 272 17 Mesure de la résistance à la rupture 274 17.4 Forme de la zone plastique 257 15.1 Introduction 275 17.) 289 18.5 Influence du niveau moyen des contraintes 303 19.2 Zone plastique d’Irwin 250 15.5 Correction de zone plastique 266 16.6 Correction pour la proximité des surfaces libres 268 16.7 Exercices 286 18 Critères de rupture dans le domaine élastoplastique 288 18.1 Introduction 250 15.4 Fissure elliptique de surface 265 16.1 Introduction 300 19.6 Chargements d’amplitude variable 307 19.

4 Fatigue de fretting 325 20.5 Bibliographie 326 Annexe A Comportement plastique des métaux 328 Annexe B Facteurs de concentration de contrainte Kt 340 Annexe C Fonctions analytiques d’une variable complexe 351 Annexe D Recueil de facteurs d’intensité de contrainte pour quelques cas particuliers 355 Annexe E Divers 362 Index 366 .9 Bibliographie 313 19.2 Dynamique de la rupture 318 20.1 Introduction 318 20. ix 19.10 Exercices 314 20 Autres aspects de la mécanique de la rupture et de la fatigue 317 20.3 Corrosion fissurante 322 20.

6 Déviateur des contraintes 1.4 Contraintes de cisaillement maximal et octaédrique 1.1 Tenseur des contraintes en un point d’un solide chargé 1.3 Directions et contraintes principales 1.8 Bibliographie 1.1 Notation indicielle 1.2 État de contrainte en un point 1.9 Exercices .7 État de cisaillement pur 1.5 Cercles de Mohr 1.

cependant.z) ou (1. fatigue et rupture des matériaux métalliques 1. L’utilité de cette notation peut être mise en évidence par les exemples suivants. Vy.3).y. Le repère cartésien devient alors (1.y. dans certains cas. Vz) Repère (1. un vecteur sera noté en caractères gras. qu’on écrit : (i.1 & D’autre part. & Un vecteur V est défini par ses trois composantes : Repère (x. où l’indice i représente les trois valeurs 1.z) : (Vx. Elle consiste à désigner chaque axe par un chiffre. . le tableau est simplement représenté par Aij.2.y. 2 ou 3. on utilise généralement les notations (x. V2.2. Cette façon de noter un vecteur est dite notation indicielle.3) peut s’écrire : ª Axx Axy Axz º ª A11 A12 A13 º « » « » > A@ « Ayx Ayy Ayz » « A21 A22 A23 » (1) « » «¬ A31 A32 A33 »¼ ¬« Azx Azy Azz ¼» En notation indicielle.z) pour désigner les axes cartésiens. car elle conduit à des équations plus compactes. où il est entendu que i et j prennent chacun les trois valeurs possibles 1. Cependant.3).2 Plasticité.1 NOTATION INDICIELLE Dans ce livre. V3) 3 z V 2 y 1 x Figure 1. la notation dite indicielle est plus pratique.) Un tableau carré [A] de neuf valeurs définies par rapport aux repères cartésiens (x.3) : (V1.2.j = 1. et 3. 2. le vecteur V peut aussi être appelé vecteur Vi . (Note : sur les figures.2.

2’. on dit que Aij est un tenseur du 2e ordre [3]1. telles que (2) et (3). Les cosinus directeurs des axes & (1’.3) forment une matrice " ij .3’).2. CONVENTION DE SOMMATION Dans toutes les équations de transformation.2 Si le changement de repère modifie les neuf composantes Aij définies précédemment en Aijc et si la relation entre ces composantes est donnée par les neuf équations : 3 3 Aijc ¦¦ " p 1q 1 pi " qj Apq .2. apparaissent des 6 indiquant une somme. il faut que leurs composantes se transforment suivant des équations du même type que les équations (2) et (3) lorsqu’on passe de (1. un tenseur du 1er ordre.2’. etc. .3) et (1’.3’) par rapport à (1. On remarque que cette somme porte toujours sur un indice qui 1 Les nombres entre crochets renvoient à la bibliographie donnée à la fin du chapitre. quant à lui. (3) on dit que les neuf valeurs Aij sont les composantes d’un tenseur cartésien du second ordre A. Les composantes Vi du vecteur V dans (1. 1 Tenseur des contraintes en un point d’un solide chargé 3 CRITÈRE DE TENSORIALITÉ On considère deux repères cartésiens (1.2’. & Le vecteur V est. On pourrait aussi définir des tenseurs du 3e ordre. Cijkl. ayant 81 composantes. Les Vi’ sont reliées aux Vi par les trois équations : 3 Vic ¦" V j 1 ij j (2) 3 2’ 3’ 2 1 1’ Figure 1.2’.2.3) à (1’.3’).3) deviennent des composantes Vi’ dans (1’. ayant 27 composantes . Plus brièvement. du 4e ordre.3’).2. Bijk. Pour que ces quantités soient des tenseurs.

Il faut alors faire prendre à cet indice les valeurs 1. On appelle cette convention. Les équations (2) et (3) deviennent : Vic " ijV j (4) Aijc " pi " qj Apq (5) QUELQUES PROPRIÉTÉS DES TENSEURS CARTÉSIENS DU 2E ORDRE – Égalité de deux tenseurs Aij et Bij : Aij Bij i. 2 et 3. la convention d’Einstein. On convient donc que la simple répétition d’un indice dans un facteur suffit pour indiquer la sommation. j .4 Plasticité. fatigue et rupture des matériaux métalliques est répété dans chaque facteur.

– Produit de deux tenseurs : Aij Bk " Cijk " (9) Cijk " est un tenseur du 4e ordre. (6) – Addition (on obtient un nouveau tenseur Cij) : Aij  Bij Cij (7) – Contraction d’un tenseur (convention d’Einstein) : Aii A11  A22  A33 (8) Cette opération fait passer d’un tenseur d’ordre 2 à un tenseur d’ordre 0 (un scalaire). – Produit contracté de deux tenseurs : Aij Bij A11 B11  A12 B12    A33 B33 (10) – Tenseur symétrique : Aij A ji – Tenseur antisymétrique : Aij  A ji – Tenseur Delta de Kronecker : ­0 iz j Gij ® (11) ¯1 i j ª1 0 0 º ªGij º «0 1 0» (12) ¬ ¼ « » «¬ 0 0 1 »¼ .

soit wA A. définie en chaque point xi d’un certain domaine de l’espace. la convention de sommation d’Einstein s’applique encore. On peut appliquer l’opérateur ’ & sur le vecteur V de deux façons : soit par un produit scalaire. Cas d’une fonction vectorielle & & On considère la fonction vectorielle V ( x1 . Gradient Le gradient de la fonction scalaire A(xi) consiste à appliquer l’opérateur ’ sur la fonction A. 1 Tenseur des contraintes en un point d’un solide chargé 5 L’ANALYSE VECTORIELLE SOUS FORME INDICIELLE Les coordonnées d’un point par rapport au repère (1. wx . Divergence & Le produit scalaire de ’ et de V fait passer d’un vecteur à un scalaire appelé la & divergence de V : & & wV wV wV wV div V { ’V { 1  2  3 { i . . ce qui donne le rotationnel de V . Cependant.2. Par rapport à un repère cartésien. (16) wx1 wx2 wx3 wxi .x3) { A(xi). wx ¸¸ ¨¨ wx ¸¸ e(i ) (13) © 1 2 3¹ © i ¹ & C’est un vecteur. ¸¸ ¨¨ ¸¸ e(i ) (14) © wx1 wx2 wx3 ¹ © wxi ¹ La dérivation par rapport à la variable xi est indiquée par une virgule suivie de l’indice de la variable correspondante.x2. L’indice du vecteur unitaire e(i ) est mis entre parenthèses pour indiquer que l’expression n’est pas tensorielle. ce qui signifie que chacune des & composantes Vi de V est une fonction scalaire Vi(xj). ce vecteur est défini par les trois composantes (x1. ce qui donne la divergence & & de V . Il fait passer de la fonction scalaire A à un vecteur § wA wA wA · § wA · & grad ( A) ’A ¨¨ . On définit l’opérateur différentiel suivant : § w w w · § w ·& ’ ¨¨ wx .x3).i. Cas d’une fonction scalaire On considère la fonction scalaire A(x1. x3 ) { V ( xi ). mais vectorielle.i (15) wxi Le gradient de A(xi) s’écrit donc simplement comme un vecteur A.x2. x2 . soit par un produit vectoriel. ou encore xi.3) sont les composantes du vecteur joignant l’origine à ce point.

z). Wyx.i (17) Rotationnel & Le produit vectoriel de ’ et de V fait passer d’un vecteur à un autre vecteur appelé le & rotationnel de V : & & & § wV wV wV wV wV wV · rot V { curl V { ’ u V { ¨¨ 3  2 .2 ÉTAT DE CONTRAINTE EN UN POINT y Vy Wyx Wyz Wxy Wzy (S) P Vx Wzx Wxz x P Vz z Figure 1. Wyz. qu’on présente sous forme de tableau (3 × 3) : . k : permutation cyclique inverse (20) °0 si deux indices sont égaux ¯ 1.i e( m) . (19) où ijk est un tenseur du 3e ordre dit tenseur de permutation tel que : ­1 si iz jzk et i. Vy. 1  3 .6 Plasticité. C’est un tenseur du 2e ordre V. Wzx. Vz) et six contraintes de cisaillement (Wxy. l’état de contrainte au point P du solide chargé (S) est défini par les composantes de contrainte sur trois facettes orthogonales représentées par un cube élémentaire. appelé tenseur des contraintes de Cauchy. il est défini par neuf composantes : trois contraintes normales (Vx. fatigue et rupture des matériaux métalliques ou encore avec la notation indicielle : & div V { Vi . k : permutation cyclique directe ° ijk ®1 si iz jzk et i. j . Par rapport au repère cartésien. Wzy). j . 2  1 ¸¸ (18) © wx2 wx3 wx3 wx1 wx1 wx2 ¹ & & rot V {ikm Vk .y.3 Dans le repère cartésien (x. Wxz.