You are on page 1of 14

2017

Organismes nationaux de
service aux arts

Rencontre annuelle

Les 7 et 8 décembre 2017

Conseil des arts du Canada
150 rue Elgin, Ottawa (Ontario) K1P 5V8
L’ordre du jour de la rencontre des ONSA
Le thème principal de la rencontre sera les nouvelles tendances dans le secteur canadien des
arts : s’attaquer au défis posés par l’évolution démographique, les technologies numériques
et les changements financiers. Nous explorerons ce thème tout au long de la journée et demie
de la rencontre, en commençant par une conversation avec le directeur et chef de la direction
du Conseil des arts du Canada Simon Brault, qui abordera les changements qui ont été apportés
aux programmes de subvention offerts par le CAC, les critères qui y sont associés, les échéanciers,
le processus de sélection, l’analyse, l’évaluation et les nouveautés survenues depuis la mise en
œuvre initiale du nouveau modèle de financement du CAC, ainsi qu’une exploration de l’évolution
de la relation qui existe entre les ONSA et le CAC.

Suite à la présentation de M. Brault, il y aura une table ronde composée de trois sénateurs ainsi
que de représentants d’organismes nationaux de service aux arts traitant des thèmes dans l’optique
des interventions nécessaires permettant d’établir et de développer un environnement sain et
propice à l’épanouissement des arts ainsi que des mesures que peuvent prendre les ONSA et le
CAC afin de contribuer à ce mouvement.

Cette session permettra également aux représentants des ONSA de partager et d’apprendre les
uns des autres, leur donnant accès à des occasions de perfectionnement et de développement
organisationnel entre pairs. À cette fin, le comité d’organisation a élaboré un ordre du jour qui
comprendra les questions suivantes :

• Les critères et les méthodes d’évaluation de l’impact, ainsi que la relation que celle-ci
maintient envers la prestation de services aux arts, p. ex. l’équité et la diversité ou l’utilisation
de nouvelles technologies pour la production, la diffusion et l’engagement des artistes ;

• Le potentiel que possèdent les technologies numériques à titre d’outils de soutien au
développement artistique, aux projets collaboratifs et au développement des réseaux
d’apprentissage et de partage entre les membres des ONSA ;

• Les enjeux liés à la souveraineté autochtone et aux nouveautés démographiques dans le domaine
des arts, particulièrement en ce qui concerne la croissance, les questions et les préoccupations de
la collectivité des artistes et des communautés traditionnellement marginalisés tels les personnes
racialisées, les personnes sourdes et handicapées, les femmes, les minorités de langue officielle, les
personnes LGBTQ, ainsi que la question des avantages et des désavantages de l’autoidentification.

P. 1
Ordre du jour (suite)
L’ordre du jour des rencontres du jeudi 7 décembre et du vendredi 8 décembre suit.

Le jeudi 7 décembre :

12 h 15 à 13 h Inscriptions

13 h à 13 h 15 Propos de bienvenue et d’ouverture et présentation de l’ordre du jour
– charles c. smith (Cultural Pluralism in the Arts Movement Ontario au
nom du comité organisateur de la rencontre annuelle des ONSA et du
Conseil des arts du Canada)

13 h 15 à 14 h Présentation de Simon Brault, directeur et chef de la direction du Conseil
des arts du Canada

14 h à 16 h 30 Table ronde avec les sénateurs Lankin, Cormier et Bovey ainsi que les
représentants d’ONSA Kate Cornell (Assemblée canadienne de la danse),
Clayton Windatt et Raven Davis (Collectif des commissaires autochtones)

16 h 30 à 16 h 45 Pause santé

16 h 45 à 18 h 15 Table ronde sur l’évaluation de l’impact avec Margo Charlton (Toronto
Arts Foundation), Christina Loewen (Opera.ca), Kristian Clarke et Gabriel
Zamfir (Conseil des arts du Canada)

18 h 30 à 20 h 30 Réception à l’hôtel Lord Elgin avec discours d’accueil de Sean Casey
(Global Public)

Le vendredi 8 décembre :

8 h 15 à 9 h Inscriptions

9 h à 10 h 30 Table ronde sur les technologies numériques avec Frédéric Julien
(CAPACOA), Meriol Lehmann (artiste) et Sylvie Gilbert (Conseil des
arts du Canada)

10 h 30 à 10 h 45 Pause santé

10 h 45 à 12 h 30 Table ronde sur l’équité avec Maggy Razafimbahiny (la Fédération
culturelle canadienne-française), Phyllis Novak (SKETCH), Steven
Loft et Aimé Dontigny (Conseil des arts du Canada)

12 h 30 à 13 h 30 Dîner

13 h 30 à 16 h 30 Élaboration d’interventions collectives des ONSA pour l’année 2018

P. 2
Biographies des conférenciers
Simon Brault, directeur et chef de la direction du Conseil des
arts du Canada

Simon Brault assume la direction générale du Conseil des arts du Canada
pour un mandat de cinq ans, depuis le 26 juin 2014. Simon Brault a
accédé au poste de directeur et chef de la direction avec une grande
connaissance du Conseil, puisqu’il a occupé le poste de vice-président
du conseil d’administration de 2004 à 2014.

Actif au sein du milieu culturel depuis plus de 30 ans, Simon Brault a
mené plusieurs projets d’envergure. Directeur administratif puis directeur Photo: Tony Fouhse

général de l’École nationale de théâtre du Canada, il a notamment coordonné l’ambitieux
projet de restauration du Monument-National.

En plus d’occuper des postes clés au sein d’organismes nationaux, il a participé activement à
d’importantes initiatives, notamment au Forum d’action des milieux culturels de la Métropole, au
comité d’orientation du Chantier de l’économie sociale, au Sommet de Montréal, au Rendez-vous
novembre 2007 Montréal Métropole culturelle et à l’initiative de l’Agenda 21C de la culture au
Québec. Instigateur des Journées de la culture, il a aussi été membre fondateur de Culture Montréal et
président élu de l’organisme de 2002 à 2014. En octobre 2016, il a été nommé au conseil d’administra-
tion de la Fédération internationale des conseils des arts et des agences culturelles (FICCAC-IFACCA).

Conférencier recherché, Simon Brault a prononcé de nombreux discours portant sur les contributions
économiques et sociales des arts et de la culture sur plusieurs tribunes nationales et internationales.

En 2009, son premier essai intitulé Le facteur C : l’avenir passe par la culture (La Presse / Éditions
Voix parallèles) explique l’émergence spectaculaire des préoccupations culturelles dans l’arène
publique. Le vibrant argumentaire du Facteur C connaît un vif succès, et, en 2010, Cormorant
Books publie la traduction anglaise de ce livre sous le titre No Culture, No Future.

Simon Brault a reçu plusieurs distinctions pour son engagement envers la reconnaissance sociale
des arts et de la culture. Officier de l’Ordre du Canada, Officier de l’Ordre national du Québec,
« Fellow » de l’ordre des CGA et de l’ordre des CPA, il a reçu le Prix Keith-Kelly 2009 pour le
leadership culturel. En 2015, l’Ordre des CPA du Québec lui remettait le prestigieux hommage
pour avoir réussi « à réunir deux univers que tout opposait auparavant, les arts et le milieu des
affaires, une union des plus profitables pour l’ensemble de la société ».

L’honorable Sénatrice Frances Lankin, C.P., C.M.

Mme Lankin a été directrice générale de Centraide Toronto pendant
plus de dix ans. Elle a aussi été ministre des Services gouvernementaux
et présidente du Comité de gestion, ministre de la Santé et des
Soins de longue durée, ministre du Développement économique et
du Commerce et législatrice provinciale au sein du gouvernement
de l’Ontario pendant onze ans (1990-2001).
P. 3
De plus, Mme Lankin a contribué à divers organes ou initiatives du gouvernement. Elle a notamment
été membre du Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité, coprésidente
du Comité d’experts sur les subventions et contributions du gouvernement fédéral, cocommis-
saire de la Commission pour la réforme de l’aide sociale en Ontario et membre du Conseil
consultatif de la première ministre pour la gestion des biens provinciaux.

Mme Lankin siège actuellement au conseil d’administration d’Hydro One et elle préside le
comité de la responsabilité sociale de la Commission des alcools et des jeux de l’Ontario.
Elle a aussi été la première présidente du National NewsMedia Council, présidente du Conseil
de presse de l’Ontario et membre du conseil d’administration de Metrolinx. Elle possède égale-
ment une vaste expérience en tant que bénévole au sein de plusieurs conseils à but non lucratif.

Mme Lankin est membre du Conseil privé et de l’Ordre du Canada. Elle a reçu des doctorats
honorifiques de l’Université Queen’s, de l’Université Ryerson et de l’Université Nipissing
et a été décorée de la Médaille du jubilé d’or et de la Médaille du jubilé de diamant de la
reine. Elle a aussi reçu un grand nombre de prix et de récompenses pour son travail dans les
milieux communautaires et politiques, dont le prix « eVe » de l’organisation À voix égales.

L’honorable Sénateur René Cormier

L’honorable René Cormier a fait son entrée au Sénat du Canada le 15
novembre 2016 en tant que sénateur indépendant et non partisan du
Nouveau-Brunswick. Homme d’action engagé dans une démarche
citoyenne visant l’épanouissement de l’Acadie, du Nouveau-Brunswick
et de la francophonie, le sénateur Cormier possède une longue feuille
de route professionnelle dans le domaine des arts et de la culture.

Formé en musique à l’Université du Québec à Montréal et en théâtre à
l’École internationale Jacques LeCoq de Paris, cet artiste multidisciplinaire a occupé de nombreuses
fonctions au sein de l’écosystème culturel canadien dont celles de directeur artistique, metteur
en scène, comédien, musicien, compositeur, gestionnaire culturel, communicateur et animateur.

Leader reconnu et artiste accompli, le sénateur Cormier œuvre depuis près de quarante ans pour
assurer une meilleure intégration des arts et de la culture dans toutes les sphères de la société
acadienne et canadienne. On lui a confié la direction de nombreux organismes et événements
culturels, notamment la direction musicale et l’animation de plusieurs émissions de variétés à
la télévision de Radio-Canada, la direction artistique et générale du Théâtre populaire d’Acadie,
la direction artistique de la biennale Zones Théâtrales du Centre national des arts du Canada,
la direction artistique du Congrès mondial acadien 2009 et la direction du bureau des États
généraux des arts et de la culture dans la société acadienne au Nouveau-Brunswick au sein de
l’Association acadienne des artistes professionnel.le.s du Nouveau-Brunswick (AAAPNB). Dans le
cadre de cette fonction, il a travaillé ardemment avec ses collègues au rapprochement entre les
différentes communautés linguistiques et culturelles de sa province natale.

Homme engagé, l’honorable René Cormier a aussi assuré la présidence de nombreux organismes
nationaux et internationaux dont la Commission internationale du théâtre francophone (CITF),
la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF), l’Association des théâtres francophones du
Canada (ATFC) et le Conseil des Arts du Nouveau-Brunswick. Il a de plus siégé à
de nombreux conseils d’administration dont TV5 Québec-Canada, la Conférence P. 4
canadienne des arts et le Festival des arts visuels en Atlantique.
Militant acadien de longue date, il a présidé de juin 2015 à sa nomination à la Chambre haute, la
Société Nationale de l’Acadie (SNA), l’organisme porte-parole du peuple acadien sur les scènes
atlantique, nationale et internationale.

Reconnu pour son intégrité, son éthique professionnelle et ses qualités de rassembleur et de
motivateur, le sénateur Cormier a reçu de nombreuses marques de reconnaissance au cours
de sa carrière dont l’Ordre des Arts et des Lettres de France (2003), l’Ordre des francophones
d’Amérique (2008), l’Éloize de l’artiste de l’année en théâtre (2000), le Prix Jean-Claude Marcus
pour sa contribution au théâtre francophone au Canada et le prix de gestionnaire de l’année
2000 du Conseil économique du Nouveau-Brunswick.

Le sénateur René Cormier habite à Caraquet au Nouveau-Brunswick, une municipalité acadienne
dynamique reconnue comme la capitale culturelle de l’Acadie.

L’honorable Patricia Bovey, FRSA, FCMA, Sénatrice du Manitoba

Avant son assermentation au Sénat le 10 novembre 2016, l’honorable
Patricia Bovey de Winnipeg était directrice et conservatrice de galerie
d’art, historienne de l’art, auteure, professeure et, pendant plusieurs
années, consultante en gestion dans le domaine des arts et le secteur à
but non lucratif.

Ancienne directrice du Musée des beaux-arts de Winnipeg (1999-2004)
et de la Art Gallery of Greater Victoria (1980-1999), elle a été nommée
directrice émérite du Musée des beaux-arts de Winnipeg en 2014. Elle est une des fondatrices
de la Galerie Buhler à l’Hôpital Saint-Boniface ; du programme de gestion des arts et de la culture du
Manitoba et de la maîtrise en conservation de l’art de l’Université de Winnipeg ; de la
Government House Foundation de la Colombie-Britannique et du Vancouver Island Chapter de
la National Fundraising Society (NSFRE). Directrice et conservatrice de la Galerie Buhler à partir
de sa création en 2007 jusqu’en décembre 2016, elle est professeure auxiliaire en histoire de
l’art à l’Université de Winnipeg. Elle écrit et donne des conférences sur l’art de l’Ouest canadien.

Ex-présidente du conseil des gouverneurs de l’Université du Manitoba, elle a siégé aux conseils
d’administration du Musée des beaux-arts du Canada (2005-2009) et du Conseil des arts du Canada
(1990-1993). Elle a participé au Groupe de travail Withrow-Richard sur les musées nationaux et
régionaux en 1986 et a fait partie du conseil national du Canadian Center for Cultural Management
à l’Université de Waterloo (2002-2010). Elle a également présidé le conseil des gouverneurs de
l’Université Emily Carr et le conseil d’administration de l’Organisation des directeurs des musées
d’art canadiens. Elle a fait partie du Comité d’art public de la ville de Winnipeg (2003-2007) et du
Groupe de travail du maire sur l’art public chargé d’élaborer la politique de Winnipeg en matière
d’art public (2002-2003). Ancienne membre du conseil d’administration des Presses de l’Université
du Manitoba, elle siège actuellement à la Fondation Eckhardt-Gramatté. Elle a été présidente du
conseil du Centre de l’art contemporain canadien et membre de la Fondation Pierre Elliott Trudeau,
des comités de sélection de la bourse Rhodes du Manitoba et de la bourse Loran, du conseil de
l’organisme Manitoba Artists in Healthcare et du conseil de l’Orchestre de chambre du Manitoba.

Lauréate du prix Investors Making a Difference Award de 2015 du Conseil des arts de Winnipeg,
la sénatrice Bovey a aussi été nommée membre de la Société royale pour les arts
au Royaume-Uni et membre de l’Association des musées canadiens. Elle a reçu la
Médaille du 125e anniversaire du Canada; la Médaille du jubilé de la Reine; le titre
P. 5
de Femme de distinction dans les arts de Winnipeg en 2002; le prix pour services exceptionnels
de l’Association des musées canadiens; la Médaille de l’Académie royale des arts du Canada et le
premier prix d’excellence de l’Association des musées du Manitoba décerné en 2013.

Kate Cornell, Assemblée canadienne de la danse

Kate Cornell est défenseure des arts et auteure établie à Toronto. Kate
assure un plaidoyer national au nom du secteur des arts à titre de
coprésidente de la Coalition canadienne des arts. À titre de porte-parole
anglophone de la Coalition, elle a donné des entrevues pour The Globe
and Mail, Canadian Press et le programme The National de la CBC. Dans
le cadre de son doctorat en communications et culture, elle a concentré
ses recherches doctorales sur les politiques culturelles canadiennes qui
gouvernent la danse au niveau fédéral. Ses conclusions ont été largement
publiées dans des anthologies et des revues ainsi qu’en ligne. Kate travaille depuis plus de dix ans
dans la gestion de toute une gamme d’organismes culturels, dont le Festival Danse Canada, le
Toronto Dance Theatre, le Festival international de danse CanAsian, le National Ballet of Canada
et la Société canadienne d’études en danse, et récemment l’Assemblée canadienne de la danse à
titre de directrice générale. Au fil des années, Kate a enseigné au sein de plusieurs programmes
universitaires en arts de la scène et en pédagogie ; elle travaille actuellement à titre de men-
tore pour des programmes de stage en gestion des arts. Kate siège à des comités de plaidoyer
aux niveaux municipal et provincial ; notamment, elle est membre fondatrice de l’initiative
du laboratoire de recherche Mobilisation culturelle. Kate Cornell est fière d’avoir été en 2016 la
lauréate du prix John-Hobday en gestion des arts du Conseil des arts du Canada.

Clayton Windatt

Originaire de St. Catharines, Clayton Windatt vit dans le Nord-Est de
l’Ontario depuis une grande partie de sa vie et est un artiste pluridisci-
plinaire métis. Après avoir été directeur du centre d’art autogéré White
Water Gallery pendant sept ans, il est maintenant directeur général
du Collectif des commissaires autochtones ainsi que conservateur
indépendant. Clayton détient un baccalauréat en beaux-arts de l’Université
Nipissing et a obtenu sa certification en graphisme du Collège Canadore.
Il siège activement aux comités et aux conseils d’administration de plu-
sieurs organismes culturels aux niveaux local, provincial et national, dont le comité organisateur
des organismes nationaux de service aux arts, l’Alliance pour les arts visuels et CARFAC Ontario.
Clayton est consultant auprès de plusieurs programmes d’arts dramatiques et collabore à divers
journaux et revues à titre de critique et de chroniqueur. Il travaille pour le festival d’avant-
garde ON THE EDGE, le Future in Safe Hands Collective et le Blood Teeth Bones Collective, et il
est actuellement mentor au sein du programme ArtsVest de Business for the Arts. Clayton
est artiste communautaire, coordinateur d’événements, auteur, concepteur, conservateur, interprète,
technicien de scène et consultant, et est actif en tant qu’artiste visuel et en arts médiatiques.

P. 6
Raven Davis

Raven Davis est artiste, commissaire et spécialiste en organisation communautaire d’origine
autochtone, d’identité bispirituelle et de race mixte de la nation Anishinaabek (Ojibway) du
Manitoba. Raven est originaire de Tkaronto (Toronto) et partage maintenant son temps entre
K’jipuktuk (Halifax) et Tkaronto. Raven fusionne les histoires de colonisation, la race, le genre
et son identité bispirituelle ainsi que la langue et la culture anishinaabemowin pour en créer
divers formes d’art contemporain. Raven est également fièrement parent de trois fils.

Margo Charlton, directrice de la recherche et de l’impact
Toronto Arts Council et Toronto Arts Foundation

Margo travaille dans le domaine des arts à titre de productrice, de
directrice artistique et d’administratrice depuis plus de trente ans et
a été agente de programme du Service de théâtre du Toronto Arts
Council de 2002 à 2013. En tant que consultante, elle a développé
une méthodologie de recherche axée sur les arts et a entrepris des
évaluations de programme et des planifications stratégiques pour
toute une gamme d’organismes culturels et communautaires.

Elle a été chercheure en chef de Transforming Communities through the Arts, une étude
financée par le CRSH qui examinait trois arrondissements de Toronto. Depuis 2014, elle
contribue au développement de Arts Stats, un sondage annuel public au sujet de l’engage-
ment culturel à Toronto qui sert comme outil d’information et de plaidoyer pour le secteur
culturel.

En 2016, elle a été nommée directrice de la recherche et de l’impact du Toronto Arts Council et
de la Toronto Arts Foundation. Dans ce nouveau poste, elle vise à saisir l’impact des partenariats
stratégiques.

Christina Loewen, Opera.ca

Christina Loewen s’est jointe à l’équipe de Opera.ca en juillet 2008 à
titre de directrice des opérations. Depuis plus de 14 ans, Christina travaille
dans le domaine des arts de la scène en opéra, en musique et en danse,
occupant des postes variés allant des communications et de la gestion
des tournées à la direction générale. Christina a passé cinq ans au sein
de Opera Ontario, le partenariat de Opera Hamilton qui est devenu
Kitchener-Waterloo Opera et a été directrice de tournée pour le Royal
Winnipeg Ballet du Canada et, plus récemment, directrice générale de la Danny Grossman
Dance Company. Elle est diplômée du programme de théâtre et de littérature dramatique de
l’Université Brock à St. Catharines en Ontario et en gestion culturelle du Confederation College
à Thunder Bay en Ontario.

En 2016, Opera.ca a entamé la mise en œuvre d’un plan stratégique intitulé « Planifier
notre impact civique ». Depuis ce temps, l’organisme de service aux arts a clarifié sa
« théorie du changement », a établi un point de départ suite à de simples re-
cherches, et s’est concentré de façon soutenue sur les thèmes de l’inclusion, P. 7
de l’équité, de la diversité et de l’accessibilité dans toute sa programmation.
Kristian Clarke

Kristian Clarke a plus de 15 ans d’expérience dans le secteur culturel et
se qualifie de visionnaire créatif s’intéressant particulièrement à l’auto-
plaidoyer des artistes, le développement de propositions de projet, la
résolution de conflits et le développement de politiques aux niveaux
municipal, provincial et fédéral. Kristian siège également aux conseils
d’administration de la Canadian Arts Resources Foundation of Ontario
[(CARFO) récemment rebaptisée CANVAS], de WorkInCulture, un organisme
qui soutient les travailleurs du secteur culturel par l’entremise de pro-
grammes de perfectionnement professionnel continu et de formations sur les compétences en
affaires et de Arts Build Ontario, le seul organisme ontarien qui se consacre au développement
et à la mise en œuvre de solutions à long terme pour la construction, la gestion et le financement
d’établissements culturels durables dans les collectivités ontariennes. Dans son temps libre,
Kristian aime aller nager avec sa fille Phoibe, qui est âgée de 11 ans, dans la baie Georgienne.
Kristian est doctorant du département d’études culturelles de l’Université Queen’s. Parmi ses
intérêts de recherche : la défense des artistes, les politiques culturelle, la Commission Massey.

Gabriel Zamfir, B.Fin., MBA, Directeur, recherche et mesures
du rendement, Conseil des arts du Canada

Gabriel Zamfir est le directeur du Service de la recherche et des mesures
du rendement au sein du Conseil des arts du Canada depuis novembre
2016 (adjoint administratif principal depuis juillet 2014 et directeur
intérimaire de juillet 2016 à juillet 2017). Il a précédemment occupé
les postes d’analyste principal des données financières de CADAC et de
directeur administratif et financier du Biennal de Montréal.

Gabriel a derrière lui plus de dix-neuf ans d’expérience à titre d’analyste spécialisé dans la
gestion d’entreprises et de projets, la stratégie commerciale, les budgets, la recherche et la
production de rapports, l’analyse stratégique des données et l’évaluation du rendement.

Faisant preuve d’un ferme engagement envers les arts depuis les dix dernières années, Gabriel
s’intéresse à la recherche professionnelle et à l’analyse liées à la valeur ajoutée par la culture
sur les plans économique et social, la mesure de la valeur intrinsèque du capital culturel des
collectivités canadiennes et la nouvelle perspective liée au sentiment de responsabilité des
organismes culturels les uns envers les autres.

Il détient un MBA pour cadres, un diplôme en droit commercial international et un baccalauréat
en finances. Gabriel est un ancien élève du programme de formation des cadres de la Harvard
Kennedy School. Il y a complété les programmes Online Leadership Series: Nonprofit Financial
Stewardship (2012), Strategic Frameworks for Nonprofit Organizations (2013) et Mobilizing Your
Nonprofit Board (2014).

P. 8
Sean Casey, vice-président, Cultural Industries
Global Public Affairs

Le vice-président de Cultural Industries Sean Casey est un professionnel
de premier plan à Ottawa qui travaille au profit du secteur culturel. Il
possède une grande expérience en matière du traitement des questions
liées à la propriété intellectuelle et aux droits d’auteur.

Sean s’implique de façon active dans le développement et la mise
en œuvre de stratégies de plaidoyer à court et à long terme qui
demandent un engagement de la part d’intervenants clés des milieux politique et administratif et
des parties aux intérêts semblables sur des enjeux tels la réforme du droit d’auteur et l’exécution
des règlements liées aux redevances.

À titre de consultant, Sean prête ses services à toute une gamme d’organismes qui représentent
les secteurs du cinéma, de la télévision, de la musique, de l’édition et des arts de la scène afin
d’examiner les programmes de financement qui leur sont ouverts et d’y accéder.

Il aide ses clients à développer leurs messages clés ainsi que leurs prises de position sur des
questions complexes issues des domaines du patrimoine, de l’industrie et du commerce inter-
national. Les connaissances et l’expérience de Sean permettent à ses clients d’avoir un impact
important dans le cadre des discussions sur la politique gouvernementale au sein du secteur
culturel.

Sean s’est joint à Global Public Affairs suite à un mandat de huit ans à titre de partenaire au sein
d’une autre firme d’affaires publiques. Il avait précédemment occupé divers postes au sein du
personnel de trois députés fédéraux et du chef de l’opposition à la Chambre ainsi que dans le
Cabinet du chef de l’opposition.

Diplômé du programme de journalisme de l’Université Carleton, Sean entraîne et assure la
coordination de plusieurs équipes sportives pour jeunes dans la région d’Ottawa.

Frédéric Julien, CAPACOA

Frédéric Julien est gestionnaire de projet à l’Association canadienne
des organismes artistiques (CAPACOA). M. Julien est reconnu dans le
secteur en tant que négociateur et chercheur passionné. M. Julien est
chargé de la gestion des projets de CAPACOA dont la recherche-action
pancanadienne, le développement de nouveaux sites Web et le
développement de programmes de perfectionnement. À titre de
coprésident de la Coalition canadienne des arts, M. Julien mène les
efforts de plaidoyer et assure la coordination des communications.
En 2016, il a établi le Conseil d’innovation numérique de CAPACOA.

P. 9
Meriol Lehmann

Originaire de Suisse, mais établi au Québec depuis plus de 30 ans, je suis
un artiste œuvrant principalement en photographie et en art sonore.
Mon travail a été présenté dans de multiples centres d’artistes, festivals
et autres lieux de diffusion, tant au Canada qu’en Europe et au Japon,
que ce soit sous forme d’expositions, d’installations ou de performances.
Je suis aussi enseignant, concepteur sonore et consultant en culture
numérique. Après avoir assumé durant de nombreuses années la direction
générale d’Avatar, un centre d’artistes autogéré dédié à l’art audio et
électronique, je viens de terminer une maîtrise en arts à l’Université Laval. Impliqué dans la
collectivité des arts médiatiques, j’ai été membre du conseil d’administration de IMAA et je suis
actuellement secrétaire au conseil d’administration du Conseil québécois des arts médiatiques.

Sylvie Gilbert, Conseil des arts du Canada

Sylvie Gilbert est directrice du fonds pour les arts à l’ère numérique
du Conseil des arts du Canada. Dans le cadre de son implication active
dans la communauté des arts visuels depuis plus de 25 ans, elle a
organisé de nombreuses expositions, publications et conférences.
Elle a précédemment été directrice ou commissaire dans plusieurs
institutions de premier plan : la Galerie Walter Phillips et le Banff
International Curatorial Institute du Centre Banff en Alberta ainsi
que la galerie d’art du Centre Saidye-Bronfman (rebaptisée SBC galerie
d’art contemporain) à Montréal. Avant de se joindre au Conseil des
arts du Canada en 2013, elle assumait la direction du Centre de
documentation Artexte à Montréal où elle a mené le développe-
ment du dépôt numérique e-Artexte ainsi que le projet de développement immobilier du
complexe culturel 2-22.

Maggy Razafimbahiny, Directrice Générale
La Fédération Culturelle Canadienne-Française [Fccf]

Sensibilisée aux arts depuis sa plus tendre enfance avec un père musicien,
Maggy Razafimbahiny retrouve ses premières amours en devenant la
directrice générale de la FCCF en septembre 2014. Pour elle, le milieu
des arts et de la culture représente incontestablement un des piliers
du développement durable des communautés linguistiques en situation
minoritaire.

Maggy Razafimbahiny n’est pas une inconnue dans le monde de la francophonie canadienne.
Au cours des dix dernières années, elle y a œuvrénotamment dans le domaine social en tant
que gestionnaire de projets en immigration pour le Consortium national de formation en santé,
agente de programme auprès de Condition féminine Canada, directrice générale de l’Alliance
des femmes de la francophonie canadienne et membre du Conseil d’administration de l’Alliance
féministe pour l’action internationale. Madame Razafimbahiny détient une poly-
valence et des compétences variées en planification stratégique, en gestion de
P. 10
programme, en gestion des ressources humaines, en gestion financière, en communications et
en développement de partenariats.

Sur le plan personnel, tout a commencé à Majunga, ville côtière du Nord-ouest de Madagascar,
où elle a connu une enfance tranquille, choyée et bercée par la musique qui est une « affaire
de famille » : père musicien auteur-compositeur et famille musicale qui a formé le groupe,RR
Majunga. Les valeurs familiales y sont très fortes, la famille est très soudée en vivant les notions
de solidarité, d’entraide, de respect et d’acceptation très présente dans le microcosme familial
mais aussi dans la communauté.

L’histoire tragique de sa famille exacerbe ces valeurs et inspire ses choix personnels et professionnels.
Elle part très tôt, fait ses études en Côte d’Ivoire, d’abord, et la France ensuite. De retour au pays, elle
pratique le journalisme dans un climat politique difficile. Forcée d’abandonner ce métier, elle
commence sa carrière à Unicef. C’est un moment déterminant de son parcours qui cimente son
engagement envers le rôle des femmes et le développement des communautés.

Après avoir émigré de son Madagascar natal, la musique devient une part importante de son
intégration au Canada. Avec son conjoint, Dean Pallen, elle crée le groupe RAIVO et produit
deux albums de la musique de son père, adapté aux exigences modernes du jazz. L’amour
filial combiné à la musique ont été le tremplin idéal pour sa créativité vers des compositions
musicales de son cru incluses dans ces albums. Sa passion innée pour les arts et sa grande
connaissance de la francophonie viennent naturellement compléter son engagement social
et professionnel envers le développement de nos communautés francophones en situation
minoritaire au Canada.

La francophonie canadienne demeure une de ses plus grandes passions. Les opportunités qui lui
ont été offertes de participer au développement de cette francophonie l’ont amenée à faire le
tour des grands secteurs qui déterminent son dynamisme, sa pertinence, sa force : les femmes,
l’immigration, la santé, et depuis 2014, dans les arts et la culture.

Phyllis Novak, directrice artistique, SKETCH Working Arts

Phyllis Novak est la fondatrice et la directrice artistique de SKETCH
Working Arts, une entreprise culturelle établie il y a 21 ans à Toronto
en Ontario qui vise à engager les jeunes marginaux des quatre coins du
Canada. Elle a travaillé à titre de comédienne, de metteure en scène
et d’artiste pédagogue avant de développer SKETCH et elle détient un
baccalauréat en beaux-arts du département de théâtre de l’Université
York. SKETCH a remporté plusieurs prix dont récemment le prix Ruth
Atkinson Hindmarsh pour la réduction de la pauvreté, et Mme Novak a
été sélectionnée pour participer à titre de « Fellow » au premier Cultural Leaders Lab du Toronto
Arts Council en 2015.

P. 11
Steven Loft, Conseil des arts du Canada

Steven Loft est un Mohawk des Six Nations d’ascendance juive. Il est
actuellement le directeur du programme « Créer, connaître et partager
: Arts et cultures des Premières Nations, des Inuits et des Métis » du
Conseil des arts du Canada. En tant que commissaire, érudit, auteur
et artiste en arts médiatiques, il a été nommé le Lauréat Trudeau en
résidence 2010 de l’Université Ryerson à Toronto. Loft a également été
conservateur en résidence du programme d’art autochtone du Musée
des beaux-arts du Canada, directeur et conservateur de l’Urban
Shaman Gallery à Winnipeg, conservateur autochtone de l’Art Gallery of Hamilton et réalisateur
et directeur artistique de la Native Indian/Inuit Photographers’ Association à Hamilton. Il a
assuré la conservation de différentes expositions en groupe et en solo aux quatre coins du Canada
et ailleurs, il a publié de nombreux articles dans différentes revues, catalogues et publications
et il a donné de nombreuses conférences au Canada comme à l’étranger. Loft a codirigé les livres
Transference, Technology, Tradition: Aboriginal Media and New Media Art (Banff Centre Press, 2005)
et Coded Territories: Indigenous Pathways in New Media (University of Calgary Press, 2014).

Aimé Dontigny, Conseil des arts du Canada

Aimé Dontigny est un artiste sonore qui travaille au sein du Conseil
des arts du Canada depuis plus de dix ans. Maintenant directeur du
programme « Inspirer et enraciner », il a précédemment été chef du
Service de la musique.

P. 12
Nous désirons remercier le Conseil des arts du Canada pour son soutien.

Nous remercions Global Public Affairs pour avoir commandité la réception.