You are on page 1of 9

lsfituto Universitarlo ArchJfetfura Venezia EU 70 Servlzio Bibllogrofico Audiovi~vo e di Documentazione .

_ •.·.. .:. . LA RENTE ET LAVILLE Eléments de théorie Ouvrage publié avec le concours du CNRS ECONOMICA 49. nmu. 75015 Paris 1984 . rue Héricart. 44'49 Christian Topalov LE PROFIT.· · · · -~ 1 ''" hi: lt-nt . ...· . ..

. . . . . . . .. 21 3. . . 20 2.. . . . . . . . . . . 30 . Les surprofits de monopole . . . .ce que la rente foncière? Subordination de la rente au capital . Qu'est. . . . Formation. . . . . . . . . . la ville comme nature . . . . . . Les surprofits de productivité différentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Quels surprofits sont-ils transformables en rentes foncières? . . . . . . . Autonomie de la rente. . . . . . .. . . .. . . . . . . . . . . . 24 2. . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . ..' :"/ )_ Par où commencer ? Place d'une théorie des rentes foncières dans 'fanolyse de /'urbanisation capitaliste . . . . . . 9 1. . . . . . Le «problème foncier» . . . . . 5 Chapitre 1 SURPROFITS ET RENTES FONCIERES DANS LE CAPITALISME 9 /. . . . . . . . . . . La tautologie de la « loi de l'offre et de la demande » . . . . . . . . fixation des surprofits. . . . . .. 13 3. . . . . . . . . . . . . . . . . 24 1. . . . . 22 2. . . . 18 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . et ses limites structurelles . . . . . . .. 16 JI'\ ' 1!). .Surprofits et rentes foncières dans le capitalisme . .. . . 10 2. . . . . . . . . . . . disparition. moteur de l'accumulation . . . 19 1. . . . . . . . . .. . . . . Les surprofits de branche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La tendance du capitalisme à élargir la reproductibilité des conditions spatiales de la mise en valeur. . . . .. La nature comme produit. TABLE DES MATIERES Introduction .. . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . 89 . . . . Première condition de la rente absolue : la dominance du mode de production capitaliste et son développement inégal . . . . . . . . . . . . . Autonomie de la propriété foncière et fixation des rentes . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . Deuxième condition de la rente absolue : la résistance de la propriété foncière au capital . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La résistance effective des propriétés foncières . 70 2:·La rente absolue résulte de la « résistance effective » de la propriété foncière . .La théorie de la rente absolue agricole chez Marx . . . 38 3. . . . . . . . . 75 2. . . . . . . . Place de la théorie de la rente absolue dans l'économie politique de Marx . . . . . . . . . .Les problèmes de la théorie de la rente absolue . . . . . . . . . une pluralité de rapports sociaux . . . . . . . . . . . . . . . La propriété foncière capitaliste ne peut engendrer un prix de monopole . . . . . . . . 73 1. . . . . . . . . . . . . . . . L'obstacle de la propriété foncière et la transformation des surprofits localisés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Chapitre II SUR LA THEORIE DE LA RENTE ABSOLUE CHEZ MARX 49 I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La propriété foncière. . . . . . . . . . . . . . Conclusion de méthode . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 r I°. 33 1. . . 51 1) La thèse de la rente absolue . . 33 2. . . . . . . . . . . . . La différenciation spatiale des prix individuels de production et des taux de profit localisés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Chapitre III DIFFERENCIATION SPATIALE DES COUTS ET RENTES DIFFERENTIELLES 89 i'::. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 1.230 LE PROFIT. . . . 53 3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 2. . . . . . . . 58 Il . . La rente absolue comme effet de la concurrence des cultures capitalistes . La rente absolue comme effet de la mise en valeur pré- capitaliste de la propriété foncière . . . . . . . . . . . . La rente absolue et ses paradoxes : un brouillon malheureux ? 73 2. . . . . . . . . . 81 3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 1. . . Le surprofit de branche constitue la limite supérieure de la rente absolue . LA RENTE ET LA VILLE 3 . 64 2. . . . . . . .' La rente absolue n'est pas une rente de monopole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . 111 Chapitre IV DIFFERENCIATION SPATIALE DES PRIX ET RENTES DE MONOPOLE 119 I . . Les rentes différentielles urbaines . . . . dans l'agriculture capitaliste classique. . La pluralité des marchés du logement . . . . . 123 2. . . . Du point de vue de la formation du surprofit. . . . . . . . . .Prix régulateur et prix de monopole. . . 127 2. . . . . . . . . . . . . . La distribution des logements selon leurs prix. . . du point de vue de la conversion du surprofit en rente . . . . . . . . . 91 1. . . . . . . . . . . . . 121 1. Quelques données sur l'agglomération parisienne . . . . . . . . . . . . . . les deux formes de la rente différentielle sont identiques . . . 109 2. . . . . . . . . . . . . . La pluralité des marchés du logement . . . . . . . . .TABLE DES MATIERES 231 1. . . . . . 93 2 . Prix régulateur et prix de monopole sur les marchés du logement. Les deux formes de la rente différentielle se distinguent. . Les essais de transposition du concept de rente différentielle II à l'analyse des rentes urbaines . . . . . . . . . . . . 102 II . . . Plusieurs types de prix de monopole du logement . . . . Surprofits (rentes) différentiels par le coût localisé de production du terrain constructible . . . . . . . . . . . . . . . . . Les « deux formes » de la rente différentielle chez Marx . . . Fertilité et différenciation spatiale des coûts de production . . . . . . . . . . . . . . 127 1. 107 3. . . . . . . . . . . . . . . . 119 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 2 . La spécificité du concept de « rente différentielle II » et ses conditions de généralisation . . . . . . 95 -~. Le Paris des promoteurs : les prix des logements neufs vendus par la promotion privée en 1968-1969 . . . . . . Surprofits (rentes) différentiels par le coût localisé d'exploitation capitaliste des bâtiments . . . 121 2. . . . . . . . . . . . . . . Localisation et différenciation spatiale des coûts de transport 94 2. .La différenciation spatiale des masses de profit par unité de surface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 1. . . . 136 . . . La construction du concept de rente différentielle dans la théorie de la rente foncière agricole . . . . . . 104 1. . La rente immobilière comme rente de monopole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 2. . . . . . . . . . . . . . Le Paris de « Monsieur Vautour» : les loyers en 1889-1890 . . . . . . . . . . . . . . . 134 3. . . . . . . . . . . Propositions théoriques . .

. . . La rente absolue des activités de circulation . . . Différenciation spatiale des coûts et rentes différentielles . . Rentes différentielles par le coût localisé de production du terrain constructible . . . . . . . . .Un pseudo-concept : la rente de situation . . . . . . . . . . . . . 187 2. . Systèmes productifs et formation des espaces de production et de résidence . . . . .Typologie des rentes foncières urbaines . . . . . . 155 2. . . . . . . . . 149 2. . . . . . . 190 3. . . . . 189 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les pratiques sociales de l'espace urbain et la différenciation spatiale des valeurs d'usage . . . . . . .232 LE PROFIT. . . . . . . . . . . . . . . . . . . La critique culturaliste . 181 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Chapitre V RENTES FONCIERES ET DYNAMIQUE DES PRIX DU SOL DANS L'ESPACE URBAIN 177 I . . . . . . . . . . . . Différenciation spatiale des usages du sol et rentes absolues urbaines . 153 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . Différenciation spatiale des prix et rentes de monopole . . . . . Les modèles descriptifs naturalistes : de l'école de Chicago à l'économétrie des« facteurs de la valeur du sol» . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 II . . . . 183 1. . . . . . La rente absolue du bâtiment . . . . .Sur la division sociale de l'espace . Pas de rente absolue sur la production industrielle . . . . . . . . . . . 169 2. . . 141 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L'espace ouvrier . . . . . . . . . . . . . . . . . Les interprétations dominantes de la différenciation spatiale des usages et des prix du sol urbain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L'espace des couches supérieures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 3. . 193 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 1. . . . . . 185 3. . . . . 142 2. . . . Rentes différentielles par le coût localisé d'exploitation capitaliste des bâtiments . . . . . . . . . . . . . . . . . La différenciation de l'espace urbain comme processus social . LA RENTE ET LA VILLE II . . . . . . . . . . . . Pratiques de classe de l'espace urbain et différenciation spatiale des valeurs d'usage . 145 3. . . .Des rentes foncières au prix du sol : la dynamique du marché foncier . . . . 183 2. . 141 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les espaces des couches moyennes salariées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191 III . . . . 189 2. . . . . . Les modèles théoriques rationnels : l'économie néo- classique de la localisation . . . . . . . . . . . .

. . . . . . 209 Références bibliographiques . . . . . . . . . .S MATŒRES J]] 1.. . . . . . . .. . . . . . . . . .. . . . . 18. La compétition des usages du sol et la dynamique du marché foncier . 49. .llLE Df'. . . 195 2 . . . . .. rue Héricart. . .. . . . . . .. . . . . . . . . Dépôt légal : Juin 1984 . . .. . : . . . . . . .. . . . 201 2. . . . . . 198 3. . . . . . . . .. . . . . . . . . 227 Table des matières .TA.JOUVE. . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . .. .. . .. . . . . . . . . . . . . . . 229 Composé par Economica. . . . . La concurrence des capitaux . . . . . Des catégories de rentes à la rente totale : l'exemple de la construction de logements . . . 200 1. . . .. . . . . . . . . . . La lutte du capital et de la propriété foncière . . . . . La ùem•ité en capital . . . . . . . .. . . . . . . rue Saint-Denis. . . . . . 217 Liste des figures et des tableaux .. . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . 75001 PARIS N° 12911. . . Du taux de rente a la rente par unité de :iurf"ilçe. . . . . . . . . . . . . . . . 75015 PARIS Imprimé en France. . . . . . . . . 206 Annexes statistiques .. . . . . . . . . . . .. . .

• '.i 1 . . 1 l Se~ . -1 bl/lute..