You are on page 1of 2

FICHE N°3.1-CE.

Gram

COMMENT FAIRE DE LA GRAMMAIRE  


UN OUTIL POUR LA COMPREHENSION
DE L’ECRIT ? CC
.QQ.JJ.D
DR.RP.P
A.A

Tous niveaux : primaire, moyen et secondaire

Grammaire et littérature entretiennent le plus souvent des relations conflictuelles. Elles donnent lieu à une
approche cloisonnée des apprentissages, peu favorable à la « maîtrise de la langue » qui fonde les
programmes scolaires. L’apprentissage du « français » comme langue étrangère, centrée sur les
compétences de communication, renforce ce clivage.
Or, enseignants et élèves se heurtent quotidiennement en parlant, en écrivant et en lisant les textes, à
des problèmes de compréhension qu’un enseignement mieux articulé de la grammaire devrait aider à
résoudre.

UNE GRAMMAIRE POUR TOUTES LES ACTIVITÉS DE LANGUE


PROPOSÉES DANS LA CLASSE

Une conception de la grammaire « pour la grammaire », systématique, qui fait le pari de l’automatisation
des faits de langue plus ou moins décontextualisés et exploitables n’est pas de mise dans les programmes.
Les activités d’oral, de lecture et d’écriture incitent les enseignants à aller vers une grammaire « pour le
sens et l’expression »1 qui privilégie le réinvestissement et l’appropriation par la production.
Loin d’être incompatibles, ces deux approches sont nécessaires pour le développement des stratégies de
compréhension (cf. Comp. Connaissances didactiques).

CONSTAT

 Les modèles de phrases travaillés dans la classe


La « phrase-exemple », dans la séance de grammaire, installe la norme, permet de dégager la structure et
d’identifier précisément les composants.
La « phrase-élèves » permet de repérer les difficultés que la classe rencontre pour se situer par rapport à
la norme
La « phrase-auteurs » demande une analyse stylistique qui vise les effets de sens

 Deux phases de travail à prévoir


- identifier la structure du modèle de phrases considéré en le comparant aux deux autres.
- découvrir quel sens ou quel effet de sens sous-tend le modèle retenu.

 Trois démarches à croiser


- Partir de la leçon de grammaire (« phrase-exemple») pour aller vers la production et la lecture des
textes littéraires ou fonctionnels
- Partir des productions des élèves (« phrases-élèves »)
- Partir des textes littéraires (« phrases-auteurs »)

 Objectifs

1
Tisset, C., (2006), Observer, manipuler, enseigner la langue au cycle 3, Hachette.

Cours pilote : Fiche N°3.1-CE-Gram CQJDRPA : Ce que je dois retenir pour avancer
Les élèves doivent être capables de repérer les trois modèles, de circuler entre eux et de faire pour chacun
d’eux, avec l’aide du maître, les analyses attendues : analyse syntaxique normative pour la « phrase-
exemple » et la « phrase-élèves », analyse littéraire pour la « phrase-élèves » et la phrase-auteur ».

 Privilégier les activités de production


On constate que ce sont les « phrases-élèves » qui sont à la charnière des apprentissages : on demande, en
effet, à l’élève de se conformer aux règles de l’écrit et de l’oral, mais aussi de comprendre que les textes
littéraires à la fois fondent les règles de la langue et l’utilisent de façon particulière.
C’est donc en se référant le plus souvent possible aux productions de l’élève que, d’un côté, on lui fait
comprendre l’importance du respect de la norme, de l’autre on lui donne les outils pour évaluer ses textes
(en particulier dans les phases de récriture) et les textes lus (approche stylistique).

Conclusion
Quelle que soit la conception de la grammaire adoptée, (cf. Fiche CE « Inscription des propos d’un
personnage dans le récit »), non seulement l’élève peut donner du sens aux séances de grammaire, mais il
prend conscience de la nécessaire mobilisation de toutes les compétences qu’exige la compréhension d’un
message

Cours pilote : Fiche N°3.1-CE-Gram CQJDRPA : Ce que je dois retenir pour avancer