You are on page 1of 1

20-reperes-02-2007:Mise en page 1 22/01/07 11:45 Page 218

Repères

requise par la mondialisation, y com- Un tel projet pourra sembler uto-
pris culturelle. Celle-ci déborde les pique à ceux qui voient l’État comme
frontières nationales existantes, les seul acteur politique, et aux multina-
autorités nationales et la compétence tionales qui imposent actuellement leur
des organisations internationales. Un pouvoir. C’est pourtant une expéri-
indicateur de cette réalité : loin de pou- mentation qui mérite d’être envisagée
voir réguler l’espace géoculturel mon- pour tenter de surmonter la crise du
dial, pratiquement tous les acteurs politique qui ne peut se réduire à gérer
importants, y compris les États, les les conséquences de la mondialisation.
mouvements sociaux et les entreprises, George Ross
sont plutôt réduits à chercher à
influencer ses orientations en se pliant
aux règles du système et en jouant le
jeu des médias globaux. Face à cette Xavier Accart
situation, l’argument habituel soutient GUÉNON
qu’on n’a d’autre alternative que d’es- OU LE RENVERSEMENT
sayer de tirer le maximum du système DES CLARTÉS. Influence d’un
international existant. À quoi les
métaphysicien sur la vie littéraire et
auteurs répondent que la mondialisa-
tion culturelle constitue un tournant intellectuelle française (1920-1970)
beaucoup trop décisif pour rester à Paris-Milan, Edidit Arché, 2005,
l’extérieur du politique qu’elle oblige 1 222 p., 100 €
à se renouveler. La gouvernance mon-
La destinée posthume de René Gué-
diale appelle de nouvelles instances de
non (1886-1951) ne donne qu’une
concertation associant les diverses par-
faible idée de l’impact qu’eut de son
ties prenantes – pouvoirs publics, vivant ce penseur hors normes, ni écri-
entreprises, acteurs civiques et so- vain, ni professeur, pour reprendre les
ciaux, experts – pour définir des cadres deux figures classiques du « clerc » à
de responsabilités qui permettront à la française. On doit donc être recon-
chacun des acteurs d’exercer ses fonc- naissant à Xavier Accart d’avoir entre-
tions avec efficacité, en reconnaissant pris de combler cette lacune. Depuis
qu’aucun ne peut réussir de façon iso- des années, Xavier Accart étudie,
lée. Ceci suppose la reconnaissance de comme l’équipe de la revue Politica
la diversité culturelle comme un fait hermetica dont il fait partie, les pen-
irréductible et le choix du pluralisme sées qui se disent elles-mêmes « tra-
culturel comme projet politique. Ce ditionnelles », avec les instruments
choix pourrait être matérialisé d’abord combinés de la science des religions et
par les entités géoculturelles – dont la de l’histoire intellectuelle. Le livre,
francophonie, l’Europe des cultures, volumineux, se présente comme « une
l’Ibéro-Amérique constituent des pro- contribution à l’histoire intellectuelle
jets possibles – et conduire à la mise de la France du siècle passé ». Mais il
sur pied d’un conseil mondial des offre aussi tous les éléments d’une bio-
cultures, analogue au conseil de sécu- graphie intellectuelle de René Guénon,
rité économique proposé notamment laquelle n’a jamais été faite, cette
par Jacques Delors et celle d’une haute absence contrastant avec l’inflation des
autorité de la mondialisation évoquée hagiographies ou des dénonciations
par Muhammad Yunus en recevant sectaires, souvent inspirées par l’ob-
récemment le prix Nobel de la paix. session du complot. Cette rupture épis-

218

Related Interests