You are on page 1of 3

Complainte de la Seine

Kurt WEILL (1900-1950)

ο
α ι ι
Andante non troppo
% α β Œ ∑ ∑ ∑ Ó ‰ œ œ µœ œ µœ œ ‰œ
œ− µœ

∀ œœ −− œ ˙ ∀ œœ −−œ
Au fond de la Sei - ne Il y a de

α œœ −− œ œ œ
%α β œ −∀ œœ µ α ˙˙ µ ˙ −
œ − œœ œœ −− œœœ ∀ ˙˙ −− œ −œœ µ α œœ œœ œœ −−− œœœ œœ −− œœœ ∀ µ œœœ œœœ œœœ œœ
œ ∀ œœœ œœœ œœœ œœ
œ
Ε αœ œ − αœ− ο
œ −
− œ
α œœ − œœ œœœ µ œœœ −−− œœœ œœœ −
α œœ − œœ œœ
> α β
α Œ œ œ œ ∀ œ œµ œ − œ œ œ µ œ œ œ œ œ œœ œ
œ œ œ œ œ œ œœœ œ œ œœ œ

α ι
% α µ˙ ‰ œ œ µœ œ µ˙ ‰ œ µœ œ− µ œ œ ∀œ œ ∀œ œ ‰ µ œ ‰ œι œ œ α œ
6

œ µ˙ œ Ι µ œ − ∀œ ˙
l'or, Des ba - teaux rouil - lés, Des bi - joux, des armes. Au fond de la Sei - ne Il y a des morts, Au fond de la

α
% α µ œœœ œœœ œœœ œœ ∀ œœœ œœœ œœœ œœ µ µ ∀ œœœ œœœ œœœ œœ µ µ µ œœœ œœœ œœœ œœ œœœ œœ
œ œ œ œ α µ œœ œœ œœ œ
> α
α œœœ œ œœœ œ µœ œ œ œ µœ œ œ œ αœ œ œ œ
œœœ œ œœœ œ œœœ œ œ œœ œ œœœ œ

α ι ‰ œι œ œ œ ι ‰ œι œ œ œ ‰ ι œ− œ
% α œ œ ‰ œ œ− œ œ œ ‰ œ αœ− œ œŒ
11

˙ ˙ µœ

θ
Sei - ne Il y a des larmes. Au fond de la Sei - ne Il y a des fleurs, De vase et de boue Elles sont nourr -

α µ œœ −− ‰ − µ œœ µ œœ −− œ œ œ − œ α œ − œ œ − œ
% α α œœ œœ œœ œœ ˙− œœ α µ œœ œœ œœ −− œ
œ œœ œ µ ˙˙ −− œ− œ α œ œ œ − œœ −− œ µ µ ˙˙˙ œ œ − µ œœ α α œœ œœ −− œœ −− œœ −−
ο
> α œœœ
α œ œœ œ œ œ œ œ− œ ˙− œ− œ œ œ− œ œ œ ˙− œ− œ
œ œœ œ

Ε Ε
ι ι
αα ˙ ‰ œ œ µœ œ µœ œ ‰ œ ‰œ œ œ œ
16

% œ− µœ œ œ αœ αœ œ− œ αœ œ œ œ ˙ Ι
Ó
ies. Au fond de la Sei - ne Il y a des coeurs Qui souf - frient trop Pour vi - vre la vie. Et puis des cail -

α
% α µ ˙œœ œœ œœ œœ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ αœ œ α ˙˙˙
‰− œ œ− œ
µ µ œœ œœ œœ œœ α α œœ œœ œœ œœ œœ œœ œœ œœ Θ
Ε Ε
> α µœ œ œ œ œ œ œ œ µœ œ αœ œ
α œ œ− œ ∀œ œ µœ œ œ œ œ œ œ œ µœ œ œ œ œ œ− œ αœ œ
α ε ι
% α ˙ ‰œ œ œ œ ˙ αœ− œ αœ œ− œ
21

αœ œ œ− œ œ œ Ι α œ œ œ −α œ ˙− œ− œ
αœ œ− œ œ œ œ
œ − œ α œ œ − œ µ œ œ −− œ
loux Et des bê - tes gri - ses, L'â - me des é - gouts Souf - flant des poi - sons, Les an - neaux je - tés Par des

α œœ œœ −− œœ α œ œ − œ œ œœ ‰ − œ œ − œ œœ œœ −−− œœ µ α œœ œœ −− œœ ˙
%α œ œ − œ µ α œœ œœ −− œœ œœ Θ œ œ œ αœ œ− œ ∀ ˙˙˙ −−−−
œ
ε αœ
> α αœ œ αœ αœ œ œ œ− α α œœ µ µ µ œœœ
α αœ œ− œ œ αœ µœ µœ α œ
œ αœ œ αœ Μœ

α ο
% α µœ œ µœ œ− œ œ œ− œ αœ− œ αœ− œ œ œ α˙ ∑ Ó Œ
26

œ− œ
œ œ− œ
αα ∀ œœ œœ −− œ α œ œ − œ α µ œœ µ œ − œ α œœ −− œ α œ œœ œ − œ α œœ −− œ α œ œœ −− œ œ − œ α œœ −− œ œ − α œ
in - com - pri - ses, Des pieds qu'une hé - li - ce A cou - pés du tronc. Et les

% œœ œ − œ œ œ
œ α œœ −− œœ œœ œœ
> α ∀ œœ
œ
α α œœœ œœ
œ α µ α œœœ œœ
œ α α œœœ œœ
œ α α œœœ œ œ
α µœ αœ œ µœ œ µœ œ µœ µœ œ− œ œ α œ

α
% α œ œ Œ œ Œ œ− œ œ− œ œ− œ œ− œ
31

œ− œ œ− œ œ œ− œ œ œ− œ œ− œ œ− œ ˙−

ι ι ι
fruits mau - dits Des ven - tres sté - ri - les, Les blancs a - vor - tés Que nul n'ai - ma, Les vo - mis - se - ments De la grand'

α ˙ œ− œ ϖ ˙ œ− œ ϖ œœ −−
%α ˙˙ œœ −− œœ µ ϖ˙ œ µ œ ˙˙ œœ −− œœ µ ϖ˙ œ œ α ˙˙
α˙ œœ
œ− œ
π
> α œœ
α œœ œœ œœ µ œœœ œœœ œœœ œœœ α œœ œœ œœ œœ µ œœœ œœœ œœœ œœœ α œ œ œ œ
α µœ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ

α οι ι
% α œ œ Œ ‰œ ˙ ‰ œ œ µœ œ µ œ œ ‰ œµ œ œ œ ‰ œ œ µœ œ
36

Ι œ œ− œ œ− œ œ− œ œ µœ œ

ι ι φφ ∀ œœœ φφ œœœ φφ µ œœœ φφ œœœ


vil - le, Au fond de la Sei - ne Il y a cela. Ô Sei - ne clé - men - te Où vont les ca - da - vres, Ô lit dont les

α œœ −− œœ ˙ φφ œ φφ œ
%α α ˙˙ ˙˙ ˙ œ − œ φφ ∀ œœ φφφ œ φφ œœ φ φφ µ œœœ φφφ œ φφφ œœœ φ
˙ œ − œ ˙˙ ˙ ˙˙ ∀ œœ −− œœ φφ œœ φφ œœ
φο φ
φφ œ φφ œ
φ
> α αœ œ œ œ ∀œ ∀œ µœ œ
α αœ œ œ œ œ œ
œ œ
œ œ
œ œ µœ œ αœ œ œ œ œ œ
µœ œ αœ œ œ œ œ œ

α µ œ ∀œ µ œ ∀˙ œ µœ ‰ œι œ œ α œ
% α µœ− œ µœ œ−
41

œ ∀œ µ˙− µ œ − ∀œ ˙

∀ œœœ œœ µ ∀ œœœ œœ µ µ œœœ œœ µ œœœ œœ


draps Sont faits de li - mon. Fleuve des dé - chets Sans fa - nal ni hâvre, Chan - teu - se ber -

α
%α ∀ œœœ œ œœ œœ ∀œ ∀œ µ œœ œœ µœ µœ µ œœ œœ œ œ œœ œœ
œ œœ µ µ ∀ œœœ œœ µ µ µ œœœ œœ α µ œœœ œœ
> αα ∀œ ∀œ µœ µœ µœ µœ µœ µœ µœ α œ µœ µœ
sim.

œ œ µœ œ
œ œ œ œ œ œ œ œ
% α
α ι
œ− œ œ œ− œ Œ ‰ − œθ œ − œ œ Œ ‰ − œθ œ − œ œ Œ ‰ − œθ œ − œ œ Œ
45

˙−

µ œœ −− œ ˙ µ œœ −− œ œ
α φφ œœ φφ œœ œœ −−− α œ − œ µ ˙ −− œœ œœ −−− œ − œ
çant La morgue, et les ponts. Ac-cueille le pauvre Ac - cueille la femme Ac - cueille l'i - vrogne,

œ − µ œœ α α ˙˙ œ − œœ α α œœ
% α φφ α œœ φφφ œœ φφ œœ φφ œœ
φ ˙− œ œœ œœ − œœ µ ˙˙ − œ œ œœ œœ − œœ
φφ œœ φφφ œœ µ ˙˙ −− αœ− αœ−
φ dim. ο
> α αœ œ œ −
α œ œ œ œ œœ œ œ œ− œ œ œ œ œ− œ œ œ œ œ− œ œ œ
œ œ
Ε ε
% α
α ‰ − œθ œ − œ œ Œ œ − œ œ − œ œ − œΙ αœ− œ œ µœ− œ µœ œ− œ œ− œ µœ µœ œ− œ œ− œ œ
50

œ − œ œœ œ α œ œ − œ œ œ − œ µ œœ −− œΙ ∀ œœ µ œ − œ œ − ∀ œ µ œ ∀ œœ µ œ − œ œ − ∀ œ œ
Ac - cueille le fou, Mê - le leurs san - glots Au bruit de tes larmes Et por - te leur coeur Et por - te leur coeur Et

α µ˙− œ α œ œ− œ αœ œ− µœ− œ−
% α µ ˙˙ −−
Ε œ µ œœ ε ∀ µ œœ
> α œœ α œœœ α α œœœ µ
µ œœ
œ ∀ µ œœ œœ
α − α œ œ œ ∀œ œ ∀œ œµ
œ œ œ œ œ− œ œ œ µ œ ∀ œ ∀ œ
ƒ πι
α œ− œ œ− œ œ œ œ µ˙−
% α µœ Œ ∑ Ó ‰ œ œ µœ œ
55

α ∀ œœ −− œ µ œ − œ œœ −− œ œ − œ µ œ
por - te leur coeur Par - mi les cail - loux. Au fond de la

%α ∀ ∀ œœ œœ −− œœ µ α ˙œ œ − œ µ œ œ −− œ œ̇ œ − œ ∀ µ œœ œœ −− œœ µ œœ œœ
œ − œ µ œ œ − œ µ ∀ œœ œœ − œœ œ œ − œ œ œ − œ ∀ œ œ
µ œ œœ ƒ
> α ∀œ
α ∀œ œ ∀œ µœ
dim.
µœ œ− œ αœ œ− œ œ œ− œ µœ œ− œ µœ α œ− œ œ µœ

α ι ι
% α µœ œ ‰ œ œ− µœ ‰ œ œ µœ œ µ˙ ‰ œ µœ œ− µ œ œ ∀œ œ ∀œ œ ‰ µ œ
59

˙ œ µ˙ œ Ι µ œ − ∀œ
Sei - ne Il y a de l'or, Des ba - teaux rouil - lés, Des bi - joux, des armes. Au fond de la Sei - ne Il y a des

α
% α ∀ œœœ œœœ œœ œœ
œ œ µ œœœ œœœ œœœ œœ
œ ∀ œœœ œœœ œœœ œœ
œ µ µ ∀ œœœ œœœ œœœ œœ µ µ µ œœœ œœœ œœœ œœ
œ œ
π
> α
α œ œ œ œ œœœ œ œœœ œ µœ œ œ œ µœ œ œ œ
œ œ œ œ œœœ œ œœœ œ œœœ œ œ œœ œ

α ‰ œι œ œ α œ ι
% α œ œ ‰ œ œ− œ ∑ ∑
64

˙ ϖ
θ − œ œ − µ œ œ −− œ µ µ ϖϖ ϖϖ
∀œ µœ
morts, Au fond de la Sei - ne Il y a des larmes...

α ‰ − µ œ µ œœ α œœœ − α œœ µ µmgϖϖϖ ϖϖ
%α œ œ œ œœ α œœœ œœœ œœœ œœ ϖϖ
α µ œœ œœ œœ œ œ œ αœ œ ϖ
π
> αα α œ œ œ Ó µ ˙˙˙ µ ϖϖ
md

œ œ œ œ œ œœ ˙˙ ϖϖ
œ œ œ œ œ œ œ œ ϖ
œ ˙ ϖ