You are on page 1of 4

Autour du thème du SUICIDE –

( dans l’œuvre de DJWAL KHUL )

Nous allons maintenant étudier la manière dont ces phases du travail sont poursuivies sur le plan
astral : d'abord, l'individu apprend à utiliser la lumière du mental, engendrée par l'âme quand elle
devient étroitement liée à la personnalité et mue par l'intuition. En vertu de cette lumière, le disciple
apprend à dissiper ses mirages personnels. Je le mentionne parce que je
voudrais que vous puissiez apprécier l'étendue de la tâche entreprise par 'homme lorsqu'il se met à
se libérer consciemment du mirage, se préparant ainsi à un service plus étendu. Il est alors en conflit
avec le mirage de tout le plan astral et il est enclin à être accablé lorsqu'il se rend compte de ce
[10@207] qui le confronte. C'est une des causes des profondes dépressions, des profonds
complexes d'infériorité qui enlèvent tous leurs moyens aux individus ou finalement les poussent au
suicide. Leurs propres mirages personnels les lient au mirage national ou planétaire et, ainsi,
conditionnent l'expression de leur vie et leur manière de penser. Je vous prie de vous en souvenir
lorsque vous avez affaire à des personnes dont les idées sont bien arrêtées et qui sont incapables de
découvrir la vérité comme vous la voyez. Ils sont ainsi parce que leur mirage individuel est alimenté
par de plus vastes mirages, et c'est encore trop pour eux.

(...) des conditions pestilentielles apparaissent ; il n'y a aucune sécurité sur [13@185] terre, sur mer
ou dans l'air. Les nations sont au bord de la ruine ; la science s'est tournée vers l'invention
d'instruments de mort. Les populations des villes et de régions entières sont déplacées d'un point du
pays à un autre ; des familles et des foyers sont brisés. Il règne une peur intense, on envisage
l'avenir sans espoir ; on se pose des questions dans l'égarement. Il y a des suicides, des meurtres ; la
fumée d'incendies innombrables noircit le ciel (...)

(...) déchiré par deux tendances :


son mental-désir le maintient dans le domaine de l'aspiration, de l'espoir et du désir, tandis que son
cerveau et sa nature physique lui apportent la conviction que rien de ce qu'il veut n'est possible.
Mais si c'était possible, le voudrait-il vraiment ? Cela est vrai de l'homme dont l'objectif est la
satisfaction de ses aspirations matérielles, ou de l'homme qui réagit [15@422] au désir de
satisfaction intellectuelle ou spirituelle. Dans un cas, le clivage commence à apparaître dans
les aspects plus élevés, mais dans les deux cas les lignes de clivage sont nettes. Le conflit a
commencé et deux possibilités sont offertes :
a. La soumission définitive d'une nature telle qu'elle termine la vie en inefficacité, futilité, inutilité,
en profonde dépression et avec un sentiment de frustration, partant d'une vie soumise jusqu'aux
nombreux chemins d'évasion qui poussent un homme vers le monde des rêves, dans le pays de
l'illusion, dans un état de négativité et même par-dessus les frontières de la mort par le suicide.
b. Le conflit violent fondé sur le refus d'être moulé par les circonstances ou le milieu. Cela conduit
un homme au succès et
à la réalisation de ses désirs, ou bien cela le brise sur la route de la vie, soit physiquement soit
mentalement. (...)

L'intégration. [15@431] Je voudrais marquer ici un arrêt et faire remarquer que les fondations de la
nouvelle psychologie doivent inévitablement être construites sur la prémisse que cette vie présente
n'est pas la seule opportunité de l'homme à
pouvoir accomplir l'intégration et finalement à atteindre à la perfection. La grande Loi de
Réincarnation doit être acceptée et on s'apercevra qu'elle constitue en elle-même un instrument
majeur de libération dans n'importe quel moment de crise ou dans n'importe quel cas posé par un
problème psychologique. La reconnaissance d'autres opportunités et le sentiment prolongé du temps
sont tous deux calmants et secourables pour de nombreux genres d'esprits ; la valeur interprétative
de la loi illuminera, comme on le verra, à partir du moment ou le patient saisit le fait que derrière lui
se trouvent des moments de crise où, par le moyen de son présent équipement, on peut démontrer
qu'il a atteint l'intégration, garantissant ainsi une victoire dans le moment présent de crise et de
conflit difficile. La lumière que ceci jette sur les rapports et le milieu servira à stabiliser son dessein
et à lui faire comprendre l'inévitabilité de la responsabilité. Lorsque cette grande loi sera
comprise dans ses véritables implications, et non pas interprétée dans les termes de la présentation
enfantine qui en est faite actuellement, alors l'homme supportera la responsabilité de vivre en
reconnaissant chaque jour le passé, avec une compréhension du dessein du présent et avec une
pensée pour l'avenir. La tendance croissante au suicide, que montre l'humanité, diminuera aussi
considérablement.
Il vous apparaîtra donc que le facteur temps peut entrer dans le problème d'une manière la plus
utile, et c'est ici que sera d'un secours certain une véritable compréhension de la Loi de
Réincarnation, ou de la Loi d'Opportunité (ainsi que je préférerais l'appeler). Avant toutes choses,
elle amènera dans l'attitude à la fois du psychologue et du cas en question l'idée
d'espoir, la pensée d'achèvement et d'ultime accomplissement.
Il sera également essentiel que le psychologue de l'avenir parvienne à une reconnaissance et une
acceptation de la structure intérieure de l'être humain, de son véhicule émotionnel, [15@432] de son
corps mental et de leurs étroits rapports réciproques par l'intermédiaire du corps vital ou éthérique
qui sert toujours de tissu de liaison entre le corps physique dense et les autres corps. L'âme et sa
triplicité d'énergie (la vie elle-même, exprimant la volonté ou le dessein, l'amour et l'intelligence)
opère par le moyen de sept centres majeurs, tandis que le corps mental et le corps astral opèrent par
le moyen de nombreux autres centres qui sont les contreparties de transmission de ceux qui se
trouvent dans le corps éthérique. Les intégrations que l'évolution finit par effectuer sont opérées par
l'intermédiaire de tous ces centres. Par l'élévation des vibrations, par la mise en activité des centres,
et par le développement subséquent et consécutif de l'appareil humain de
réaction, de nouvelles voies d'approche de la réalité, de nouvelles qualités de conscience, une
nouvelle sensibilité à ce qui jusqu'à présent n'avait pas été reconnu, et de nouveaux pouvoirs
commencent à s'exprimer.
Chaque homme est donc, à l'intérieur de lui-même, une hiérarchie, une réflexion d'une grande
chaîne d'êtres, L’Être qui est exprimé par l'Univers. La psychologie doit tôt ou tard reconnaître :

1. Le fait de l'âme, agent d'intégration, le Soi.


2. La Loi d'Opportunité ou de Réincarnation.
3. La nature de la structure intérieure de l'homme et ses relations avec la forme extérieure tangible.

Il est intéressant de noter que pratiquement tout l'enseignement donné au sujet de la renaissance ou
réincarnation a insisté sur le côté matériel et phénoménal, bien qu'il y ait toujours eu une référence
plus ou moins casuelle aux gains spirituels et mentaux acquis à l'école de la vie sur cette planète,
d'incarnation en incarnation. La véritable nature de la conscience intérieure de l'homme véritable a
été peu notée ; le gain de chaque vie, relativement à une plus grande perception [15@433] du
mécanisme de contact, et le résultat de la sensibilité accrue au milieu (seules valeurs dont se
préoccupe le soi), sont rarement développées, si elles le sont jamais. Des détails au sujet des
conditions de vie, des déclarations au sujet de possibles situations matérielles, des descriptions
d'endroits, de vêtements et de rapports humains de la personnalité sont décrits avec imagination ; le
"souvenir des incarnations passées" correspond généralement à celui de dramatiques épisodes qui
alimentent le sens inné d'individualité de l'homme réincarné, et généralement aussi alimente sa
vanité de la même façon. Cette présentation curieuse est due à plusieurs choses. D'abord, au fait que
le monde de l'illusion est encore le facteur dominant dans la vie des meilleurs des hommes ;
deuxièmement, que le point atteint en évolution a été tel que l'écrivain ou l'orateur n'a pas été
capable d'envisager le cycle de vie de l'angle de l'âme, détachée et sans illusions.
Aurait-il agi ainsi, les descriptions matérielles et phénoménales auraient été omises et probablement
même pas perçues, par contre seulement les valeurs, spirituelles et mentales, et les matières
concernant le groupe intéressant la vie intérieure auraient été développées. Les méthodes utilisées
pour présenter cette très ancienne doctrine de la réincarnation, et l'accent mis d'une façon erronée
sur l'aspect forme à l'exclusion des valeurs de l'âme, ont provoqué une réaction fâcheuse à l'encontre
du sujet tout entier dans l'esprit des gens intelligents et de la part des chercheurs scientifiques. Et
pourtant, malgré cela, de bonnes choses ont été accomplies, car l'ensemble de la théorie a pénétré
d'une manière continue dans la conscience de la race, devenant une partie intégrante de celle-ci et,
par conséquent, devenant populaire et finalement recevant une reconnaissance de la part de la
science.

Il vous apparaîtra donc évident à quel point la perspective semble pleine de promesses si les
éducateurs et les psychologues (particulièrement ceux qui se spécialisent dans la formation des
jeunes) voulaient enseigner le soin à apporter à l'équilibre des valeurs, à la vision de l'ensemble, et à
la nature de la contribution que les nombreux aspects et attitudes font au tout. Cela serait d'une
profonde utilité au moment de l'adolescence, lorsque tant d'ajustements difficiles doivent être faits.
Il est généralement trop tard pour le faire lorsqu'une personne a atteint l'âge adulte et a, depuis
longtemps, construit ses formes pensées et cogité à leur sujet jusqu'au point de s'identifier avec elles
si étroitement qu'il ne lui reste aucune réelle existence indépendante.

L'éclatement de semblables formes-pensées ou de groupes de formes-pensées qui maintiennent


[15@463] un homme en esclavage peut amener des conditions si sérieuses, que le suicide, une
maladie prolongée, ou une vie devenue vaine peuvent en résulter.
Deux choses seulement peuvent vraiment aider : premièrement, la présentation faite avec amour et
persistance d'une vision plus large, qui doit être maintenue devant les yeux de l'homme par
quelqu'un de si inclusif que la note-clé de son existence soit la compréhension, ou bien,
deuxièmement, par l'action de la propre âme de l'homme. La première méthode exige beaucoup de
temps et de patience. La seconde peut avoir des effets instantanés, comme dans la conversion, ou
peut être une démolition graduelle des murs de pensées par le moyen desquels un homme s'est
séparé du reste du monde et de ses compagnons. Les trompettes du Seigneur, l'âme, peuvent
résonner et provoquer la chute des murs de Jéricho. Cette tâche de susciter l'action de l'âme sous
une forme dynamique au nom d'une personnalité emprisonnée, entourée d'une façon impénétrable
par un mur de matière mentale, constituera un aspect de la science psychologique qui se
développera dans l'avenir.

L'état fluide et changeant produit par les processus d'éveil, de transfert et de focalisation de l'énergie
dans le centre supérieur. Ces trois activités majeures sont conditionnées par les stades intermédiaires
suivants :
a. Le rayonnement actif du centre inférieur.
b. La réaction du centre inférieur à l'attraction magnétique du centre supérieur.
c. Le jeu réciproque qui s'ensuit entre le centre supérieur et le centre inférieur, conditionné au début
par une répulsion et une attraction rythmiques. C'est une réflexion du jeu des dualités dans la vie de
l'être humain.
d. Ceci est suivi d'une concentration de l'énergie inférieure dans le centre supérieur. [15@550]
e. Ensuite vient le contrôle des centres inférieurs par les points focaux supérieurs d'énergie et leur
jeu rythmique réciproque.
Entre ces différents stades arrivent des "points de crise" d'importance plus ou moins grande.
L'intense activité intérieure qui se poursuit tout le temps dans la vie subjective de l'humanité produit
à la fois des bons et des mauvais effets, et des réactions psychologiques aussi bien que
physiologiques. Aujourd'hui, le transfert en masse des forces du centre sacré dans celui du plexus
solaire est responsable de nombreuses infirmités modernes physiques de la race. En raison
également du lent déplacement, à l'échelle raciale, de la force sacrée vers le plexus solaire, il se
produit un état appelé parfois "suicide racial", et qui exige les efforts de nombreux gouvernements
afin de compenser dans leur pays la natalité rapidement décroissante. (Ecrit vers 1940). Le résumé
ci-dessus de la triple activité qui se poursuit sans arrêt dans le corps humain donnera une idée de la
tension sous laquelle l'homme travaille, et elle expliquera donc la plupart des malaises et des
maladies que l'on trouve dans les régions du corps humain qui sont diminuées et gouvernées par un
centre particulier.

Le Lion, constellation dont le mot clé est conscience de soi, est en passe de devenir prépondérant.
La solution des problèmes actuels apparaît plus clairement dans l'esprit de la masse des hommes ;
ces derniers peuvent et veulent désormais agir en pleine conscience du but à atteindre lorsque le
temps sera venu et ils admettent et comprennent plus clairement que jamais l'enjeu de la partie et
son prix. D'où la raison cachée derrière mes affirmations réitérées concernant le problème et
l'aboutissement de la situation actuelle qui est entre les mains de l'humanité elle-même. "Les étoiles
dans leur course" aideront l'humanité ou, au contraire, apporteront avec elles la destruction, suivant
les décisions des hommes. Ceux-ci peuvent atteindre la liberté et organiser le Nouvel Age qui sera
marqué par sa civilisation unique et sa synthèse constructive, ou bien ils peuvent commettre un
suicide collectif (si je puis m'exprimer ainsi symboliquement) en remettant leur sort immédiat entre
les mains des puissances du mal et de la mort. Celles-ci en vérité, œuvrent pour l'annihilation de
toutes les vraies valeurs et de tout ce pour quoi l'esprit humain a combattu jusqu'ici.
L'aspect conscience de soi de l'être humain est considérablement [16@542] développé sous
l'interaction majeure des constellations précitées, ainsi que par les forces transmises par Uranus, via
la onzième Maison ; cet aspect de conscience sera remplacé ultérieurement par la conscience de
groupe, des rapports de groupe et par un travail de groupe. D'où cette poussée vers une
amalgamation des forces, vers les tendances fédératives, vers les sphères d'influence et d'action et
vers la constitution des groupements qui distinguent précisément l'activité humaine actuelle. L'esprit
de groupe et les formes diverses au travers desquelles il se manifeste de plus en plus, c'est ce qui
constitue la véritable initiation de la race. C'est l'apparition de la gloire future de l'esprit humain qui
va retenir l'attention du monde et qui implique avec elle une orientation vers la liberté qui apparaîtra
plus tard dans les archives de l'histoire comme caractéristique fondamentale de cette époque de
luttes prépondérante. L'humanité aujourd'hui participe aux épreuves préparatoires à l'initiation,
l'initiation du disciple du monde. Grand est votre privilège de pouvoir prendre part à ce travail
préparatoire. N'oubliez pas que onze est le nombre de l'initie et que, aujourd'hui, c'est la onzième
maison qui domine ; n'oubliez pas que le Verseau, onzième signe, est le signe des relations, des
influences réciproques et de la conscience universelle de groupe. Pour toutes ces raisons, la
combinaison des signes du Lion, du Capricorne et des Poissons prépare l'avenir de la race.
Les hommes mauvais qui guidèrent la destinée de l'Allemagne ont parlé eux aussi de groupes
mondiaux et d'un Ordre européen des Nations, mais il s'agissait d'un groupement ayant l'Allemagne
comme centre et conçu pour la défense des intérêts égoïstes de l'Allemagne. Le groupement qui est
un des éléments du Plan divin n'a pas à se faire autour d'une nation quelle qu'elle soit ;
il ne peut être fondé que sur l'idée de la fraternité, sur la volonté-de-bien et sur la liberté de
l'ensemble. Tandis que le premier groupement n'était qu'une déformation matérialiste et égoïste du
plan, le second poursuit un objectif spirituel.

Nb cette recherche sur le thème du « suicide » dans l’œuvre de Djwal Khul est ici inachevé, il sera
continué ultérieurement