Quand le jeu vidéo devient cinéma

Le 27 juillet dernier, l’industrie du jeu vidéo a été marquée par la sortie du blockbuster : Stacraft2. L’attente suscitée par ce nouveau volet est comparable à celle observée pour la sortie au cinéma d’un nouvel épisode d’une trilogie comme Star Wars ou Le seigneur des anneaux. Le jour de sa sortie, un million de jeux s’est écoulé et ce n’est pas un record pour blizzard, qui en 2008 avait vendu 2,8 millions exemplaires du kit d’expansion de World of Warcraft « Wrath of the lich king », en 24 heures. Des sorties tonitruantes comparables à celle de films à gros budget qui se placent en tête du box office dès le premier jour.

Il a toujours existé des liens entre l’industrie du cinéma et celle du jeu vidéo. Ces relations sont nombreuses et diverses (culturelles, artistiques, techniques, économiques…) entre ces deux mondes qui se nourrissent mutuellement. Aujourd’hui, plusieurs éléments montrent que les blockbusters du jeu vidéo et les blockbusters du cinéma se ressemblent de plus en plus. Tout d’abord, les sommes en jeux dans l’industrie du jeu vidéo tendent à augmenter et à se rapprocher de celles des blockbusters du cinéma. En effet, les budgets de création-développement et de marketing, même s’ils restent moins élevés, sont, comme au cinéma, conséquents. Ensuite, les recettes et bénéfices, quand le jeu en question est un succès, sont impressionnants et ont de quoi faire pâlir les grands studios de cinéma. Au Etats-Unis, l’industrie du jeu vidéo a rapporté 8 milliard de dollars pour l’année 2009, soit « à peine » un milliard de moins que l’industrie du cinéma. L’arrivée d’un nouveau jeu est aussi bien préparée qu’un nouveau film. Les bandes annonces sont spectaculaires et n’ont plus rien à envier à celles de films à grand spectacle. N’importe quel amateur de film fantastique ou de science fiction souhaiterait voir le film rattaché à la bande annonce de Starcraft 2 (si celui-ci existait). Dans la même idée, Ubisoft a fait la promotion d’Assassin's Creed 2 avec une série de trois courts métrages d’une qualité impressionnante. Le lundi 19 octobre 2009, Assassin's Creed Lineage I a été projeté dans la grande salle du Gaumont Marignan sur les ChampsÉlysées. Depuis l’époque de Pong, la qualité des jeux vidéo a augmenté d’une manière fulgurante. Les jeux vidéos semblent de plus en plus réalistes et sont presque des films à eux seul. Tout comme les bandes

annonces dont nous venons de parler, les cinématiques des jeux, comme celles de DC Universe Online ou de Deux Ex Human Revolution, offrent un rendu surprenant. Ensuite, toujours dans un objectif de réalisme les studios de jeu vidéo tentent de créer des personnages qui semblent le plus « humain » possible. Des acteurs prêtent leur voix à des personnages de jeu vidéo, comme le scénariste et acteur David Haytier faisant la voix de Snake dans Metal Gear. Certains jeux vidéo vont même jusqu’à emprunter des techniques du cinéma virtuel, comme la motion capture qui va permettre d’obtenir des jeux vidéo à forte teneur émotionnelle. Dans ce cas là, on a de vrais acteurs jouant le rôle d'un personnage d’un jeu vidéo ainsi, le personnage devient plus humain et exprime des émotions qui paraissent plus réelles. Le succès d’Heavy Rain s’explique notamment par l’emploi de cette technologie. Le lancement du jeu vidéo c’est d’ailleurs fait dans un grand cinéma des ChampsElysées donnant l’impression aux personnes présentes d’assister à l’avant première d’un film. Les scénarios de ces jeux apparaissent particulièrement élaborer et créatif. L’adaptation de certains jeux vidéo au cinéma comme Hitman, Tom Rider ou prochainement Kane & Lynch prouvent la qualité de leur scénario et l’aspect créatif de ceux-ci. Des scénaristes originaires du monde du cinéma travaillent pour le jeu vidéo, à l’instar de Guillermo Del Toro qui a signé un contrat avec THQ. Ainsi, comme le cinéma, le jeu vidéo tend à devenir un art et un outil de narration à part entière. La frontière entre le jeu vidéo et le cinéma tend à s’estomper et le gamer devient le personnage principal d’un film. On voit se développer des jeux vidéos qui sont de véritables films, le spectateur ne va pas simplement s’identifier au héros, il le devient. Au cours des prochains mois de nouveaux jeux de PS3 devraient être lancés en version 3D (Grand Turismo 5, Mortal Kombat Fatality et Crysis 2). L’adaptation de cette nouvelle technologie venue du cinéma au monde du jeu vidéo ne fera qu’augmenter l’effet d’immersion du joueur.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful