You are on page 1of 1

le 5 mars 2018

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE
LIBERTÉ • ÉGALITÉ • FRATERNITÉ

COMMUNIQUÉ DE
François Asensi
Maire de Tremblay-en-France
Membre honoraire du Parlement

« Avec la Municipalité, je suis solidaire


du peuple burkinabé. »
U n attentat a frappé, le 2 mars, le Burkina Faso faisant de nombreux morts et blessés. Je
condamne fermement ces attaques et apporte toute ma solidarité au peuple du Burkina Faso
et au personnel de l’Ambassade de France qui était aussi visée.
Mes pensées vont auprès de nos amis de Loropéni, ville du Burkina Faso avec laquelle nous en-
tretenons une étroite collaboration, et dont une délégation, conduite par son nouveau maire, était
présente à Tremblay en fin d’année dernière.
De Ouagadougou à Paris, en passant par le Caire ou Londres, une même solidarité doit s’exprimer
car l’indignation ne peut être sélective.
Le fléau du terrorisme djihadiste est une menace pour tous les peuples libres de la planète, quels
que soient leurs modes de gouvernement ou leur confession. Leur barbarie vise toutes formes de
démocratie et d’expression de la liberté de pensée.
L’intervention militaire contre la Libye a engendré une déstabilisation de l’Afrique Subsaharienne
dont les populations paient le prix fort. Sur fond de misère sociale et de délitement des États, fra-
gilisés par la persistance de logiques coloniales et les attaques d’une mondialisation ultralibérale,
les difficultés de ces pays permettent au terrorisme de se nourrir.
Tout doit être entrepris pour éviter la prolifération des djihadistes au Sahel.
La France, ancienne puissance coloniale, doit à ces pays un soutien sans faille qui passe par une
augmentation des moyens consacrés à l’aide au développement mais aussi par des actes poli-
tiques forts qui participent, en marge des opérations militaires, à un ancrage fort de la démocra-
tie sur ces territoires. Ainsi, alors que s’ouvre au Burkina Faso le procès de proches du dictateur
Blaise Compaoré, notre pays doit lever tous les blocages et les « secrets défense » qui empêchent
de connaitre la vérité sur l’assassinat de Thomas Sankara qui avait lancé une nécessaire politique
d’émancipation nationale.

François ASENSI
Maire de Tremblay-en-France
Membre honoraire du Parlement