You are on page 1of 192

1

Rapport d’activités :
The Beit project -
Mémoire européenne
2016-2018
Lodz, Paris, Bruxelles,
t

Marseille, Barcelone, Londres,

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


Sofia, Skopje
2

« Le lieu symbolique où ville, démocratie et politique se retrouvent, c’est l’espace


public. La diversité des objectifs est le fondement de l’espace public comme ga-
rantie de la pluralité réelle parce que personne n’est en position privilégiée. Le
questionnement actuel sur l’espace public est accompagné et même motivé par
l’inquiétude sur l’état de la démocratie ».

Josep Ramoneda,
Journaliste, philosophe et écrivain espagnol.
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017

« Le projet permet de faire comprendre à chaque participant que l’Autre, le dif-


férent, avec qui il est en train d’étudier n’est pas - de par sa différence - un terrible
obstacle mais un formidable atout ».

David Stoleru
Architecte, éducateur et fondateur de The Beit Project
3

INDICE
4-5 COMMENTAIRES DE PARTICIPANTS
7 LE PROJET 2016-2017 EN CHIFFRES
8-11 FORMATION / ATELIER / RENCONTRE DES ÉQUIPES
12-25 LODZ 2016
26-39 PARIS 3 - 2016
40-53 PARIS 10 et 12 - 2016
54-65 BRUXELLES - 2017
66-85 BARCELONE - 2017
86-101 MARSEILLE - 2017
102-117 SOFIA 2017
118-135 LONDRES 2017

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


136-153 SKOPJE - 2017
154-165 LODZ - 2017
166-181 ÉVALUATIONS DES PARTICIPANTS
182-189 ATELIER ET RENCONTRE DES ÉQUIPES / TABLE RONDE ET
CLÔTURE DU PROJET EUROPÉEN
191 LIENS AU SITE ET VIDÉOS
4
Le projet est unique, car il aide les jeunes Cette méthode est très bonne car Ce projet a un impact sur les étudiants.
à comprendre que chaque endroit, vous essayez de tout faire émerger Il a mis les jeunes dans des situations où
chaque bâtiment, chaque personne des enfants. Ils sont constamment ils devaient faire preuve d’initiative, de
que nous rencontrons sur notre chemin en réflexion et actifs. réflexion et de ne pas laisser de tâche
a une information à partir de laquelle Un accompagnateur de Bruxelles 2017 de côté.
nous pourrions tous apprendre. Les en- Un accompagnateur de Sofia 2017
fants apprennent de manière pratique
C’est un projet visant à rapprocher l’his-
comment rechercher des informations
toire des étudiants, vivant de l’intérieur et
et des connaissances et apprennent
participant activement, en tenant compte En 2 jours, les enfants auront construit leur
que cela ne vient pas aussi facilement
des manifestations telles que la tolérance, maison, découvert leur quartier, ques-
que sur Internet. Le projet les met au
la coexistence ou l’immigration. tionné leur histoire, débattu sur des sujets
défi de réfléchir sur place à ce qu’ils
Un accompagnateur de Barcelone 2017 qui résonnent encore aujourd’hui, inter-
entendent, voient et apprennent et
réagissent de manière adéquate. viewé des passants, tourné un film et ils
Un accompagnateur de Sofia 2017 en redemandent !
C’était vraiment intéressant et amusant.
Un accompagnateur de Paris 2016
Un jeune de Sofia 2017
Ça permet de sortir et de
s’amuser, d’apprendre et de
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017

poser des questions. The Beit Project C’est l’une des meilleures
Un jeune de Bruxelles 2017 activités que j’ai faites dans
le collège.
Un jeune de Paris 2016

niño 1.50m
5
Je trouve le projet très stimulant Expérience innovante et qui mé- C’est une excellente opportunité d’ap-
et marquant pour les jeunes. Ils re- lange intelligemment histoire, géo- prendre de nouvelles choses et de nouvelles
viennent très heureux d’avoir fait graphie, urbanisme et connais- compétences - nous arrivons aussi à sortir de
de nouvelles rencontres et d’avoir sance de soi et rapport aux autres. nos propres bulles et à faire des choses que
mieux découvert leur ville. Un accompagnateur de Sofia 2017 nous n’aurions jamais faites auparavant.
Un accompagnateur de Bruxelles 2017 Un jeune de Londres 2017

Il s’agit d’un projet où le jeune est au


On a rigolé et beaucoup parlé
coeur de ses apprentissages. À partir de
C’était chouette, on était plus libre plus c’était super chouette. Les enca-
l’observation des traces du passé, les
tranquille et c’est nous qui parlions. Ça drants étaient sympas.
jeunes sont amenés à interroger les gens
pousse à la réflexion et change de la Un jeune de Bruxelles 2017
et à lier le passé à des sujet d’actualité.
routine quotidienne de l’école.
Un accompagnateur de Bruxelles 2017
Un jeune de Bruxelles 2017

C’est un chouette projet qui nous per-


Pour apprendre plus de choses et être met d’en savoir plus sur notre histoire
plus conscient de ce qui s’est passé. et ce qu’elle nous a apporté.
J’ai aimé parce que c’était intuitif.
Un jeune de Bruxelles 2017 Un jeune de Bruxelles 2017
Un jeune de Paris 2016

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


J’ai appris plein de choses et me suis Si nous travaillons de manière amu-
On apprend mieux quand on sort bien amusé. On a découvert des sante, il sera beaucoup plus facile
et quand on discute entre nous. lieux. Je me suis éclaté. On a arrêté d’apprendre et d’être attentif.
Un jeune de Bruxelles 2017 des gens, c’était trop bien. Un jeune de Barcelone 2017
Un jeune de Paris 2016

Je crois que le projet est intelligemment Ce projet montre que vous pou-
Nous apprenons plus parce que nous
conçu et mis en place. En tant que ac- vez apprendre d’une manière
sommes impliqués dans l’apprentissage.
compagnateur, je suis impressionné plus amusante.
Un jeune de Lodz 2016
Un accompagnateur de Londres 2017 Un jeune de Lodz 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017
6
7
LE PROJET 2016-2017
EN CHIFFRES

y
n Pluralit
age and
Europea Cette année ont participé :
n Herit
iousness: Urba
consc
reating

- 8 villes / 7 pays européens


C

- 1583 jeunes
- 99 accompagnateurs
adultes

- Plus de 1500 personnes


the beit/ project ont assisté aux présentations
finales

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


- Environ 400 petits films ont
été réalisés

- Plus de 2000 personnes


NDO N
EL LES LO
Я BRUX
СОФИ
S O F IA /
ЈЕ PAR
IS M A R
S E IL L E interviewées
/СКОП
SKOPJE
LONA
- 43 partenaires
BARCE
ŁÓDŹ
8
RENCONTRE, Ont participé : Objectifs du workshop :
- le recentrage du processus du
WORKSHOP - 18 membres des équipes locales
provenant de 8 villes européennes. projet autour du questionnement et en particu-
et FORMATION - 5 membres de l’équipe de di-
lier de la question de l’autre.
- l’approfondissement de la
des ÉQUIPES rection et coordination générale
méthode d’interprétation permettant
de Barcelone
30 et 31 octobre 2016 de passer de la trace au thème pour arriver à
une question ayant du sens pour l’individu dans la
à Barcelone société actuelle.
Quartier de Sant Pere et Santa Catarina - l’expérimentation de la métho-
Centre de Culture et de Mémoire du Born de par les équipes des différentes villes
Centre Civic de la Barceloneta.
- l’échange d’expériences et la
Point de rencontre recherche de solutions aux problèmes
au Centre de Culture et rencontré dans différentes phases du projet.
de Mémoire du Born - la préparation des étapes 2016-
2018 du projet européen.
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017

Repas sur la plage


9

Jeux de connaissance

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


Recherche de traces /
Mise en situation

Ces 2 jours ont été l’occasion pour les équipes locales de


se connaitre et se reconnaitre mais leur ont surtout permis
d’échanger leurs expériences vécues lors des projets dans les 7
villes représentées et de réfléchir sur la méthode.
10

Refléxion à 2 et 3 sur l’interprétation des traces

Ces traces ont dans un second temps été interpré-


tées par chacun suivant la méthode mise au point
par Eli Holzer.
1- Comprendre la trace et son histoire
2- Développer une interprétation personnelle de
cette trace, en extraire du sens (attention aux as-
sociations d’idées !)
3- Apprendre des autres interprétations en analy-
sant les différences et similitudes.

Les intervenants et coordinateurs locaux ont pu ain-


si comprendre à travers cet exercice, comment ex-
traire un thème d’une trace pour aboutir à un ques-
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017

tionnement ayant du sens pour chacun et combien


les interprétations des uns peuvent alimenter celles
des autres.

Cette méthode pourrait s’inclure tout au long du


processus du projet pour faciliter ce passage, tou-
jours délicat, de la trace aux thèmes.
Ce passage clé de l’interprétation de la trace, doit
toujours s’orienter vers la question du « rapport à
l’autre » dans un sens très large.
La seconde journée a commencé par la finalisation
de ce processus puis à son application concrète
dans le projet. Ça a été aussi l’occasion d’échanger
des idées sur la nouvelle feuille de route et sur les
idées pour améliorer les activités.
11

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 ŁÓDŹ 2016
12

ŁÓDŹ 2016
13
Déroulement du projet : du 26 septembre au 19 octobre 2016
ŁÓDŹ

ŁÓDŹ 2016
Présentation finale : le 23 novembre 2016 au “Centrum”

Centres éducatifs participants :


09-11 2016
• Uczniowie klasy VI b ze Szkoły Podstawowej nr 26  Sites d’implantation
Jeunes des classes VI b de l’École primaire nº 26
• Uczniowie klasy VIa ze Szkoły Podstawowej nr 81 Place du Vieux Marché
Jeunes des classes VI a de l’École primaire nº 81
• Uczniowie Gimnazjum nr 5 Ancien Ghetto
Jeunes du Collège nº 5
• Uczniowie klasy IIb z Gimnazjum nº 16
Jeunes des classes nº II b du Collège nº 16
• Uczniowie klasy IIc z Gimnazjum nº 18
Jeunes des classes nº II c du Collège nº 18 Partenaires Locaux :
• Uczniowie klasy IIa z Gimnazjum nº 33
Jeunes des classes nº II a du Collège nº 33
Nombre de participants : 198 jeunes et L’ÉQUIPE
12 accompagnateurs
Coordination locale
Partenaires pour les lieux : Urzędowi Tamara Skalska
Miasta Łódź/ The City of Lodz Office - & Małgorzata Orłowska

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


Łódzkie Centrum Wydarzeń/ Lodz Event
Center - Fundacja Urban Forms/ Urban Intervenants
Forms Foundation - kawiarni Casablan- Julia Hołówko, Dagna Kidoń, Magdale-
ca/ Casablanca Café - sklep Tytka na na Prasoł, Agata Staroń, Joanna Uf-
nalska + assistant : Michał Gruda
Pietrynie/ „Tytka na Pietrynie” shop
Rangement du matériel : Association of Documents de travail
the Friends of Old Market, Prexer Virginie Manuel & Équipe locale
Partenaires locaux : Centrum Dialogu,
Stowarzyszenie Przyjaciół Starego Miasta Direction générale
(Association des Amis de la vieille ville), David Stoleru
Muzeum Miasta Łodzi,
Making of et Postproduction
Topografie Association
HaWa
14
LODZ 2017
PLACE DU VIEUX MARCHÉ
Lieu d’implantation ANCIEN GHETTO
de l’école nomade

zone d’exploration

MARSEILLE 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017
15
LE CHOIX DU LIEU

ŁÓDŹ 2016
Au XIXe siècle, sous l’administration russe, la
ville s’est rapidement industrialisée et devint
un des centres du développement industriel
en Pologne. La population de la ville s’est
accrue de façon considérable et a attiré
également des immigrants allemands et
une population juive importante. En 1918,
lorsque la Pologne retrouve son indépen-
dance, Łódź est devenue le centre textile
le plus important d’Europe. Łódź a, à cette
époque, le plus important pourcentage de
population juive de toute l’Europe. Pen-
dant la Seconde Guerre mondiale, la ville
fut partiellement détruite par l’armée alle-
mande, comme les autres villes polonaises.

Place du Vieux Marché / Ancien Ghetto


Le ghetto juif de Łódź est le premier grand

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


ghetto institué par les nazis à partir d’avril
1940. Łódź a perdu 420 000 habitants, dé-
portés vers les camps de la mort, dont 300
000 juifs. Les traces de cette époque ne
sont pas évidentes, car la ville a été recons-
truite rapidement, mais certaines associa-
tions et interventions artistiques se chargent
d’oeuvrer pour se souvenir.

Les thèmes abordés: LE RACISME, LA VIO-


LENCE ET L’AGRESSION, LES GUERRES, LA
PROPRIÉTÉ, LES DROITS DE L’HOMME, LA
DISCRIMINATION, LES CONFESSIONS RELI-
GIEUSES, LE DÉVELOPPEMENT DE LA VILLE,
LA SYMBOLIQUE DES MONUMENTS...
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 ŁÓDŹ 2016
16

TRAVAIL
FICHES DE
ŁÓDŹ 2016
Introduction

Création des binômes


17

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


ŁÓDŹ 2016
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 ŁÓDŹ 2016
18

Construction de l’école nomade


Présentation des binômes
19

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


ŁÓDŹ 2016
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 ŁÓDŹ 2016
20

Orientation dans la ville et le quartier


21

ŁÓDŹ 2016
Recherche de traces et de l’histoire des traces

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 ŁÓDŹ 2016
22

Recherche de traces et de l’histoire des traces


Filmer les traces
23

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


ŁÓDŹ 2016
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 ŁÓDŹ 2016
24

Interviews sur les thèmes extraits des traces


Présentation finale au Centrum Dialogu
25

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


ŁÓDŹ 2016
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 PARIS 2017
26

è
PARIS 3 2016
27
Déroulement du projet : du 6 octobre 2016 au 8 novembre
PARIS 3e

PARIS 2017
Centres éducatifs participants :
o
o
Collège public Germaine Tillion (Paris 12è)
École publique élémentaire Wattignies (Paris 12è)
du 6/10 au 8/11/2016
o École juive moderne (Paris 17è) Sites :
o Collège Béranger (Paris 3è)
- Autour du carreau du tem-
111 jeunes ont participé et 5 professeurs LES ÉQUIPES
ple et de la mairie du 3e
Coordination locale - Rue au maire
Claire Pinault
Présentation finale : le 12 décembre - Marché des enfants rouges
2016 à l’auditorium du Carreau du
Temple. Facilitateurs locaux
Marion Augustin, Virginie Cincet, Lucy
Winkelman, Carolina E Santos, Aude de Partenaires à Paris
Nos partenaires locaux : Kerangué, Laurance Verdier
Le Carreau du Temple nous a accueillis
dans le forum du sous-sol ainsi que dans la Direction générale
halle pour les sessions du projet dans le 3ème David Stoleru (Barcelone/Paris)

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


et dans son auditorium pour la présenta- Assistantes de direction (Barcelone)
tion finale. Elsa Hamart et Pauline Pourailly
La Mairie du 3è nous a accueillis dans Recherche des contenus & réalisation
ses salons pour quelques sessions du des documents de travail
projet et nous a aidés dans la logistique Virginie Manuel
du matériel. Making of Soutiens
Charles Cauchoix
Graphisme
Virginie Manuel
Musique originale
Nicolas Judelewicz (Bretzel-Lab)
Suivi de la postproduction des jeunes
sur plateforme wevideo
Haider Cano
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 PARIS 2017
28

Lieu d’implantation
de l’école nomade

zo
ne
d’
ex
pl
or
at
io
n
MARSEILLE 2017
QUARTIER DU TEMPLE
29
LE CHOIX DU LIEU

PARIS 2017
Le quartier du Temple : ancien enclos des Tem-
pliers, espace aux privilèges fiscaux recherché
par les vendeurs de produits de luxe jusqu’au
18e s.. Un marché à la fripe s’est ensuite déve-
loppé sur ce même territoire et a pris beaucoup
d’ampleur. Une grande halle y est construite :
la rotonde puis ensuite au début du XXe s. le
carreau du Temple. Ce marché où tous les pari-
siens se rendaient pour acheter des vêtements
de cuir, peaux et fripe fut géré par des com-
merçants juifs, tant ashkénazes que séphardies
jusque dans les années 40. Après la segonde
guerre mondiale où nombre de ses commer-
çants ont été déportés, le quartier change puis
tombe en désuétude dans les années 80. La
démolition du carreau est envisagée puis sau-
vée par les associations de voisins. Ce quartier a
évolué en conservant son caractère commer-
çant et sa mixité sociale bien qu’aujourd’hui,

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


le processus de gentrification ait amené une
classe sociale plus aisée.

La rue au Maire : à deux pas de là, un petit


quartier chinois témoigne du passé colonial et
de la mixité de ce quartier.

Les thèmes abordés : LE FÉMINISME, LES


IMPÔTS, LA LIBERTÉ D’EXPRESSION, LA SURVEIL-
LANCE/PEUR/ATTENTATS, L’ART DANS LA RUE,
LES MESSAGES DU STREET ART, LE PATRIMOINE
ET SES USAGES, LA MÉMOIRE DES GUERRES
ET DES DISPARUS, L’ENGAGEMENT, LE PASSÉ
SERT-IL AU LE FUTUR ?, VIVRE EN PAIX...
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 PARIS 2017
30

Introduction dans le 3è
31

PARIS 2017
Construction de l’école nomade dans le square du Temple, 3è

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 PARIS 2017
32
FICHES DE
TRAVAIL 3e
Orientation sur plans
Recherche de traces
33

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


PARIS 2017
34
PARIS 2017

Recherche de l’histoire des traces dans la ville, en demandant aux passants


c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017
Réflexion et débats au Carreau du Temple
35

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


PARIS 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 PARIS 2017
36

Réflexion et débats
Réalisation des films sur les traces
37

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


PARIS 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 PARIS 2017
38

Réalisation des films d’interviews


Présentation finale au Carreau du Temple
39

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


PARIS 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 PARIS 2017
40

PARIS 10
12 et
è
è
41
Projet réalisé du 17 novembre 2016 au 6 janvier 2017
PARIS 10e

PARIS 2017
Centres éducatifs participants : 10è Centres éducatifs participants : 12è
o Collège Palissy (10è arr.) o Collège Béranger (3è arr.) du 17/11 au 29/11/2016
o Collège Sonia Delaunay (10è arr.) o Collège Paul Valéry (12è arr.) MAIRIE du 10e
o Collège Voltaire (11è arr.) o Collège Germaine Tillion (12è arr.) GARE DE L’EST
o Collège Louise Michel (10è arr.) o École élémentaire Wattignies (12è arr.)
o Collège Lucie Aubrac, ULIS (11è arr.) o Gr. scolaire Gustave Leven (10ème arr.)

200 jeunes et 15 accompagnateurs ont


LES ÉQUIPES PARIS 12e
participé au projet Coordination locale du 1/12 au 6/01/02017
Claire Pinault MAIRIE DU 12e
Présentation finale commune aux 2 projets Facilitateurs locaux
Le 23 janvier 2017 à la Mairie du 12è
ANCIENNE GARE DE REUILLY
Marion Augustin, Virginie Cincet,
avec plus de 200 participants. Lucy Winkelman, Carolina E Santos,
Aude de Kerangué, Laurance Verdier, Partenaires à Paris
Maria Villacis
Nos partenaires locaux dans le 10è
Direction générale

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


La Mairie du 10è : nous a accueillis dans
ses belles salles pour quelques sessions du David Stoleru (Barcelone/Paris)
projet et nous a aidés dans la logistique du Assistantes de direction (Barcelone)
matériel. Elsa Hamart et Pauline Pourailly
L’ordre des architectes nous a accueil- Recherche des contenus & réalisation des
lis pour quelques sessions à la maison de documents de travail
l’architecture Soutiens
Virginie Manuel
Making of
Nos partenaires locaux dans le 12ème Charles Cauchoix
Graphisme
La Mairie du 12è nous a accueillis dans son
Virginie Manuel
hall et sa magnifique salle des Mariages
Musique originale
Nicolas Judelewicz (Bretzel-Lab)
Suivi de la postproduction des jeunes sur
plateforme wevideo
Haider Cano
42
LE CHOIX DU LIEU
PARIS 2017
MAIRIE DU 12e ARR.
La terre de Reuilly resta une zone rurale jusqu’au
début du XVIIe s., la banlieue de Paris. Le ha-
meau de Reuilly devint village puis quartier qui
fut rattaché à Paris en 1702. En 1790, il se trouve
à la limite intérieure du mur des Fermiers Géné-
raux. L’ancienne gare et les noms des diffé-
rentes rues rappellent le village de Reuilly.

Ce quartier est maintenant un quartier résiden-


tiel traversé par la coulée verte, promenade et
véritable poumon de Paris.

La mairie et la place Éboué conservent des


marques de la colonisation, restes de l’expo-
sition coloniale ayant eu lieu en 1931 dans ce
même arrondissement, au parc de Vincennes
et à la Porte Dorée.

Comme dans tous les quartiers de Paris, les


plaques rappelant les rafles et les résistants
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017

zo
de la Seconde Guerre Mondiale y sont nom-

ne
breuses, notamment celle en hommage à

d’
e
xp
Odette et Moussa Abadi, couple de résistants

lo
ayant sauvé de nombreux enfants durant la

ra
t
Lieu d’implantation

io
Seconde Guerre Mondiale.

n
de l’école nomade

Les thèmes abordés : LA COLONISATION,


LES SYMBOLES, LIBERTÉ / ÉGALITÉ / FRATER-
NITÉ ?, L’ÉCOLOGIE, LA RECONVERSION DES
BÂTIMENTS
43
LE CHOIX DU LIEU

PARIS 2017
MAIRIE DU 10e ARR.
L’enclos Saint-Lazare et l’enclos Saint-Laurent
occupaient depuis le moyen-âge ce territoire
rural hors ville. Saint-Vincent de Paul a laissé des
traces dans les archives et les noms de lieux
pour la création des filles de la Charité « au ser-
vice des enfants trouvés et des malade » qu’il
a crée à partir en 1641. De l’enclos a survécu
longtemps la prison Saint-Lazare, devenue une
prison pour femmes à l’histoire sordide et qui est
restée dans les mémoires, devenant aujourd’hui
une médiathèque moderne.

Aux portes d’une ville en pleine expension à la


fin du XIXe s. les gares s’y sont implantées fai-
sant le lien avec le Nord et l’Est du pays. De
nombreux soldats sont passés par là pour aller
ou revenir de la guerre. De nombreuses traces
référentes à la guerre se trouvent dans la gare.
Lieu de brassages, de passages, de voyages,

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


d’immigration et d’émigration, de nombreuses
communautés s’y sont installées et donnent
un caractère propre à de nombreux lieux. Des
vagues de réfugiés sont aussi présents dans le
quartier, habitant des logements de fortune en
attente d’un avenir meilleur ou vers d’autres
zo horizons. Les histoires et l’Histoire y sont donc très
présentes. Ce quartier en partie populaire, riche
ne

en cultures et en histoires inspire aussi de nom-


d’

breuses réalisations artistiques.


ex
p

Les thèmes abordés : LES GUERRES, LE RA-


lo
ra

CISME, LA RECONVERSION DES BÂTIMENTS,


t io

Lieu d’implantation
n

L’ART DANS LA VILLE, LE RÔLE DES PRISONS,


de l’école nomade
L’EAU RESSOURCE NATURELLE
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 PARIS 2017
44
FICHES DE
TRAVAIL 10e
TRAVAIL 12e
FICHES DE
45

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


PARIS 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 PARIS 2017
46

Construction de l’école nomade dans le 12è et le 10è


Construction de l’école nomade
47

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


PARIS 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 PARIS 2017
48

Recherche de traces dans le 10è


49

PARIS 2017
Recherche de l’histoire des traces dans le 12è

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 PARIS 2017
50

Films sur les traces dans le 10è


Films sur les traces dans le 12è
51

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


PARIS 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 PARIS 2017
52

Interviews filmées dans le 10è


Présentation finale à la mairie du 12è
53

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


PARIS 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 BRUXELLES 2017
54

BRUXELLES 2017
55
Un projet réalisé du 30 janvier
BRUXELLES

BRUXELLES 2017
au 15 mars 2017 L’ÉQUIPE

Centres éducatifs participants :


Coordination locale
Milena Valachs 30/01-15/03/ 2017
o Athénée Royale d’Ixelles (Ixelles)
Site étudié :
o École des Étoiles (Haren) Facilitateurs locaux
o École Européenne (Uccle) Gregor Beck, Bouchra Ezzahir, LES MAROLLES
o École du Merlo (Uccle) Gaspard Giersen, Lionel Mercks,
o ICPP (Uccle) Robin Pringels

Total : + de 250 participants Documents pédagogiques


Virginie Manuel avec l’aide des facilita- Partenaires
150 jeunes, 16 accompagnateurs et +
de 90 personnes interviewées teurs des différentes éditions

Présentation finale : le mardi 15 mars à Direction générale


l’Atelier des Tanneurs
David Stoleru
150 personnes ont assisté à la présenta-
tion Assistantes de direction
Elsa Hamart et Pauline Pourailly

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


Nos partenaires locaux principaux :
o Les Archives de la Ville nous ont ac- Gestion des montages, montages et
cueillis pour les sessions du projet et nous post production
ont aidés dans la logistique du matériel. Haider Cano et Dominic Castagnola
o Les Ateliers des Tanneurs
Making-of (film et montage)
o La Ville de Bruxelles
Dominic Castagnola Soutiens
Graphisme
Virginie Manuel
56
BRUXELLES 2017
LES MAROLLES

MARSEILLE 2017
zone d’exploration Lieu d’implantation
de l’école nomade
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017
57
BRUXELLES LE CHOIX DU LIEU

BRUXELLES 2017
Les Marolles
LES MAROLLES
Quartier populaire historique au cœur
de Bruxelles, les populations immigrantes
• Place du jeu de balle : ABRI ANTI AÉ-
RIEN, MARCHÉ AUX PUCES... s’y succèdent depuis des siècles : juifs
d’Europe de l’Est, espagnols, italiens,
• La rue des Tanneurs et ses abords: arabes... Il est réputé pour sa forte per-
POVERELLO, ENTR’AIDE DES MAROLLES, sonnalité, son multiculturalisme et la so-
L’ENTR’AID DES TRAVAILLEUSE, PAVÉS DE lidarité de ses habitants, les Maroliens.
MÉMOIRE... Une partie de son tissu urbain disparaît
au XIXème lors de la construction de l’ex-
• LES IMMEUBLES ABANDONNÉS ET LEURS traordinaire Palais de justice, puis de
ANCIENNES DEVANTURES celle de la jonction Nord-Sud du réseau
ferroviaire. Le traditionnel marché aux
puces de la capitale s’y tient tous les Devant l’Entr’aide des travailleuses :
jours, place du Jeu de Balle. LES ÉGALITÉS : « Y a t-il une égalité entre
hommes et femmes ? »
Les thèmes abordés :
Devant les pavés de Mémoire :
Devant une fresque traversée par un LA DISCRIMINATION ; « Quels types de

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


tag disant “décolonise” : discriminations existent aujourd’hui ? »
ABUS DE POUVOIR ET COLONISATION : LE RACISME : « Pourquoi y a t-il du ra-
cisme ? »
« La colonisation existe t-elle toujours ? »,
« Avez-vous été victime d’abus de pou- LA MÉMOIRE : « À quoi servent ces pa-
voir ? » vés ? Pourquoi faut-il se souvenir? »
Devant des immeubles ou devantures
abandonnées :
LE DROIT AU LOGEMENT : « Est-il normal
qu’il y ait des gens qui dorment dans la
rue ? »
...
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 BRUXELLES 2017
58

TRAVAIL
FICHES DE
59

BRUXELLES 2017
Rencontre des binômes

Introduction

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


Orientation sur plans
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 BRUXELLES 2017
60

Construction de l’école nomade


Recherche de traces
61

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


BRUXELLES 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 BRUXELLES 2017
62

Filmer les traces


63

BRUXELLES 2017
Débats et réflexions

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


L’histoire et les thèmes
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 BRUXELLES 2017
64

Filmer les interviews


Présentation finale
65

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


BRUXELLES 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 Barcelone 2017
66

BARCELONE 2017
67
Un projet réalisé du 7 au 17 mars
Barcelone

Barcelone 2017
L’ÉQUIPE :
Centres éducatifs participants : 03-04/2017
o Escola Pia Luz Casanova Coordination locale
o Escola Pia Sant Antoni Pauline Pourailly
Sites étudiés :
o Institut Bosc de Montjuïc
o Institut del Teatre Facilitateurs locaux Sant Pere, Born, Ribera
Carlos Díaz Bodoque
Ont participé : Alexandra Navarro Miró
120 jeunes et 8 accompagnateurs
Raúl Ravelo
Présentation finale : le 26 avril 2017 Berta Tarrago
à l’auditorium d’El Born,
Centre de Cultura i Memòria Recherche et réalisation des docu-
+150 personnes y ont assisté ments pédagogiques et graphiques :
Virginie Manuel

Partenaires locaux : Gestion des montages/postproduction :


Centre Cívic Convent de Sant Agustí Haider Cano

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


El Born Centre de Cultura i Memòria Alexandra Navarro Miró
EICASCANTIC Espai d’inclusió i forma-
ció del Casc Antic Making-of :
Hervé Forestier
Musique : Bretzel

L’équipe permanente :
Direction générale :
David Stoleru
Assistantes :
Elsa Hamart i Pauline Pourailly
68
Barcelone 2017
SANT PERE/ BORN/RIBERA

MARSEILLE 2017 zone d’exploration


c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017

Lieu d’implantation
de l’école nomade
69
LE CHOIX DU LIEU

Barcelone 2017
Sant Pere, Born, Ribera : Quartier popu-
laire et d’artisanat à l’époque médiévale,
il devient au XVIIIè s. un quartier industriel
emblématique et un centre militaire face à
la citadelle, la Ciutadela.

Le Convent de Sant Augustì est l’un des té-


moins et victime de toutes ces transforma-
tions. Le marché du Born a été un centre
névralgique important de la ville, un lieu
social et culturel important qui a donné son
caractère mercantile au quartier. Le forat
de la vergonya, énorme trou réalisé dans
les années 90 dans le tissu urbain dense et
populaire récupéré par les voisins grâce à
plusieurs années de luttes pour l’obtention
d’un espace public planté et aménagé à
leur guise. Ce quartier situé en plein centre
ville à deux pas du port, conserve son ca-

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


ractère commerçant et une population
très diverse qui a su lutter pour conserver
vie et convivialité, face aux promoteurs
gourmands et au tourisme de masse. Cette
diversité tend cependant à disparaître de-
puis quelques années avec une gentrifica-
tion évidente galopante.

Les thèmes abordés : LA MIXITÉ SOCIO-


CULTURELLE, L’ÉGALITÉ DES DROITS, LE RA-
CISME, L’EXCLUSION, LA SPÉCULATION, LE
DROIT AU LOGEMENT...
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 Barcelone 2017
70

TRAVAIL
FICHES DE
Introduction
71

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


Barcelone 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 Barcelone 2017
72

Création des binômes


Construction de l’école nomade
73

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


Barcelone 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 Barcelone 2017
74
75

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


Barcelone 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 Barcelone 2017
76

Rencontres des binômes


Recherche de traces
77

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


Barcelone 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 Barcelone 2017
78

Recherche de l’histoire des traces auprès des passants


79

Barcelone 2017
Recherche de l’histoire des traces avec des archives

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 Barcelone 2017
80

History-board de l’histoire de la trace


81

Barcelone 2017
Filmer la trace et transmettre son histoire

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


82
Barcelone 2017

Formulation de questions à partir du thème extrait de l’histoire de la trace


c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017
83

Barcelone 2017
Interviews aux passants sur le thème extrait de l’histoire de la trace

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 Barcelone 2017
84

Visionnage et élaboration d’un story board


85

Barcelone 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017
Présentation finale au Centre Culturel del Born
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 MARSEILLE 2017
86

MARSEILLE 2017
87
Sessions du projet : du 24 avril au 30 mai 2017
MARSEILLE

MARSEILLE 2017
Centres éducatifs PARTICIPANTS : 04-06/2017
o Collège et lycée publics Adolphe Thiers (1er)
o École privée élémentaire du Sacré Cœur (1er)
o Lycée public Denis Diderot (13è) Site étudié :
o Collège privé Ort Bramson (10è) LE PANIER / LE VIEUX PORT
o École privée élémentaire Sainte Marie Madeleine (4è) / LE FORT SAINT JEAN
o Collège public Jean-Claude Izzo (2è)

Ont participé :
L’ÉQUIPE
170 jeunes et 14 accompagnateurs
Coordination locale
Partenaires locaux
Charlotte Gleize
NOS PRINCIPAUX PARTENAIRES LOCAUX
Facilitateurs locaux
La MAIRIE DU 2 et 3 arrondissement
È È Raphaël Caillens, Julie Guerrin,
nous ont accueillis dans leur locaux et Alexandre Lucas, Alexandre Odzioba,

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


nous ont donner les permis d’installation Berta Tarrago
dans l’espace public.
Documents pédagogiques
La VILLA MÉDITERRANÉE Virginie Manuel avec l’aide
nous a accueillis pour la présentation d’Alexandre Lucas
finale le 14 juin 2017 ( à l’auditorium ). Direction générale Soutiens
+200 personnes ont assisté à la présen- David Stoleru
tation Assistantes de direction
Elsa Hamart et Pauline Pourailly
Gestion des montages et postproduction
Haider Cano
Making of (film et montage)
David Farge
88
MARSEILLE 2017
Lieu d’implantation LE PANIER
de l’école nomade

MARSEILLE 2017
zone d’exploration
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017
89

MARSEILLE Le choix du lieux Les thèmes abordés et quelques exem-

MARSEILLE 2017
ples de questions :
Le Panier est le premier lieu d’implan-
LE PANIER / LE VIEUX PORT / tation de la colonie grecque, Massalia DISCRIMINATION Devant les plaque rue
LE FORT SAINT JEAN qui deviendra Marseille. Ce port impor- du Déshonneur maintenant rebaptisée
tant de la Méditerranée a drainé au fur Rue des Honneurs : « Quelles sont les dif-
et à mesure des siècles les immigrants férentes formes de discrimination ? »
LES LIEUX : italiens, corses, maghrébins, gitans, juifs,
CONDITION FÉMININE Devant la Rue des
arméniens... populations qui se sont ins-
Mairie du 2 ème
et 3
ème
arr. Repenties : « Qu’est-ce que la condition
tallées en partie dans le quartier du Pa-
féminine ? », « Y a-t-il une égalité entre
Quai du Vieux port nier et lui ont donné sa personnalité plu-
hommes et femmes ? »
rielle ; un exemple de vivre ensemble.
Rues du Panier Ce quartier pauvre, solidaire, rebelle et RACISME/GUERRE/MÉMOIRE Devant le
La Vieille Charité résistant a été en partie volontairement Mémorial des camps de la mort : « Pen-
détruit par les nazis en 1943, changeant sez-vous que les attentats sont une forme
Le Fort Saint Jean et la passerelle pour toujours sa physionomie. Ces der- de guerre ? », « Quelle est la définition du
nières années, sous l’effet des réhabi- racisme pour vous ? », « Le souvenir est-il
Le Mémorial des Camps de la Mort
litations et de l’implantation de lieux important ? Est-il important de créer des
... culturels, le Panier se gentrifie et devient lieux de mémoire ? »
l’objet de spéculations.
LES RESSOURCES NATUERELLES Puits grec
de la vieille charité : l’eau, ressource na-

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


turelle : « Pensez-vous que tout le monde
a accès à l’eau potable ? ».
PAUVRETÉ ET SOLIDARITÉ Devant la
vieille charité : « De quoi manquent les
pauvres ? », « Y a-t-il assez de solidarité
en France ? », « Y-a t-il beaucoup d’iné-
galités dans le monde ? Lesquelles?
», « Est-ce que ça peut arriver à tout le
monde de devenir SDF ? »...
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 MARSEILLE 2017
90
Introduction
91

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


MARSEILLE 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 MARSEILLE 2017
92

Introduction
Création des binômes
93

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


MARSEILLE 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 MARSEILLE 2017
94

Construction de l’école nomade


95

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


MARSEILLE 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 MARSEILLE 2017
96

Recherche de traces
Recherche et dessins de traces
97

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


MARSEILLE 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 MARSEILLE 2017
98

Réflexion et débats dans l’école nomade


Réalisation des films et interviews
99

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


MARSEILLE 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 MARSEILLE 2017
100

Réalisation des films


101

MARSEILLE 2017
Présentation finale à la Villa Méditerranée

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017
SOFIA 2017
102

SOFIA 2017
103
Sessions du 2 au 18 mai 2017
SOFIA 2017

SOFIA 2017
Centres éducatifs participants : L’ÉQUIPE 05-06/2017
o 1 SOU Pencho Slaveykov
o 145 OU Simeon Radev Coordination locale
Nataliya Todorova Site étudié :
o 67 OU Vasil Drumev
o 90 OU José San Martín QUARTIER DE SERDIKA
Facilitateurs locaux:
o American College of Sofia
Alissa Atanassova,
o Lycée français Victor Hugo
Nevena Germanova,
o Hadraha College
Magdalina Chavdarova,
o HESED Health & Social Development Joana Ivanova, Georgi Draganov,
Foundation Angel Burov
Ont participé :
Direction générale
200 jeunes et 14 accompagnateurs David Stoleru
Assistantes de direction
Présentation finale : le 16 juin 2017
Elsa Hamart et Pauline Pourailly
au “NIKOLAY BINEV” Youth Theatre

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


Plus de 160 personnes y ont assisté
Recherche et réalisation des docu-
ments pédagogiques et graphiques
Virginie Manuel et Nataliya Todorova
Partenaires locaux :
Sofia Municipality Gestion des montages et postproduction
Shalom
Haider Cano
Museum of Sofia
“Nikolay Binev” Youth Theatre Making-of (tournage et montage)
NOVA TV Victor Troyanov
Musique
Soutiens : Pavel Terziyski
Fondation Jacques et Irène Darmon
Union Européenne
104
SOFIA 2017
Lieu d’implantation SERDIKA
de l’école nomade

Zone d’exploration

MARSEILLE 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017
105
LE CHOIX DU LIEU

SOFIA 2017
Sofia, au coeur des Balkans, à la croisée
de l’Europe et de l’Orient, ses influences et
cultures sont multiples : romaine, byzantine,
grecque, russe, turque, méditerranéenne,
communiste, musulmane, orthodoxe, ca-
tholique... Depuis son entrée dans l’UE
le pays vit une visible amélioration des ni-
veaux de vie, lutte contre le problème de la
corruption mais persistent encore de fortes
inégalités. Les Roms par exemple, présents
depuis des siècles dans les Balkans, font en-
core l’objet de discriminations.

Serdika est le centre historique de Sofia où


se concentre une grande partie de son
patrimoine ancien mais aussi plus récent.
On y trouve de nombreux vestiges, églises
catholique et orthodoxe, mosquée et syna-
gogue à quelques pas les unes des autres
ainsi que des édifices imposants de style

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


communiste.

Interprétation : Ce site complexe est donc


un lieu idéal d’implantation du projet, per-
mettant d’aborder de nombreuses ques-
tions : la mixité socioculturelle, l’égalité des
droits, les classes sociales, l’exclusion, les
inégalités, les discriminations.
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017
SOFIA 2017
106
107

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 SOFIA 2017


c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017
SOFIA 2017
108

Introduction
Construction de l’école nomade
109

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 SOFIA 2017


c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017
SOFIA 2017
110

Travail sur cartes

Recherche de traces
111

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


SOFIA 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 SOFIA 2017
112

Débats
Réalisation des films et interviews
113

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


SOFIA 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 SOFIA 2017
114

Réalisation des films et interviews


Réalisation des films et interviews
115

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


SOFIA 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 SOFIA 2017
116

Réalisation des films et interviews


Présentation finale
117

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


SOFIA 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 Londres 2017
118

Londres 2017
119
Sessions du 5 au 22 juin 2017
Note spécia
le Londres

Londres 2017
Présentation finale : 6 juillet 2017
o tr e g ra n d regret, cett
e 06-07/2017
Àn ie
e a d u ê tre raccourc
Centres éducatifs participants : étap pour
e s se ss io n s annulées Site étudié :
et d e
o Lycée français Charles de Gaulle
ca u se d ’a tt e ntat terrorist
la King’S Cross
o George Mitchell School
o n d re s a u moment de
àL ar-
a ti o n d u p rojet. Une p
réalis ette
Nombre de participants : 87 jeunes et 4
d u fi n a n c ement de c
tie lisa-
accompagnateurs e st a llé e dans la réa
étap e 017. Partenaires Locaux :
n d u p ro je t de Lodz 2
tio
Partenaires pour les lieux : Granary
Square, Gasholder Park, House of Illus-
tration, South Gallery
L’ÉQUIPE

Partenaires locaux: Argent, CSIE sup- Coordination locale


porting inclusion challenging exclusion Agata Adamowicz et Rachel Burns

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


Intervenants
Aviel Lewis, Ginny Fiol, Martha Williams,
Rachel Burns, Sophio Medoidze

Préparation et documents de travail


Virginie Manuel & Agata Adamowicz

Direction générale
David Stoleru

Assistantes:
Elsa Hamart et Pauline Pourailly

Making of et Postproduction
Aviel Lewis
120
Londres 2017
KING’S CROSS
Lieu d’implantation GRANARY SQUARE
de l’école nomade

zone d’exploration

MARSEILLE 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017
121
LE CHOIX DU LIEU

Londres 2017
Jusqu’à l’époque industrielle King’s Cross était
constitué principalement de jardins alimen-
tant la ville. À l’industrialisation, le quartier, en
banlieue de la ville, s’est amplement densifié
d’usines et d’entrepots. Le canal de la Ré-
gence a été construit pour alimenter les indus-
tries gourmandes en eau et pour le transport
fluvial des marchandises. Sa situation en limite
de la ville en a fait un haut lieu de transition des
marchandises puis des personnes. C’est dans
ce quartier que se trouve maintenant les gares
de King’s Cross et de Saint-Pancras, deux des
principales gares de la mégapole. Ce quartier
jusqu’à il y a peu à l’abandon a été récupéré
par la ville mais aussi par la spéculation. De
nombreux immeubles s’y construisent actuel-
lement mais aussi des universités prestigieuses
ainsi que de nombreux restaurants et bureaux.
Le quartier a retrouver sa vitalité mais la gentri-
fication a pris les rênes.

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


Granary Square, immense immeuble de stoc-
kage de grains qui faisait la transition entre le
ferroviaire et le fluvial, de manière à distribuer
les céréales venant du nord-ouest à toute la
ville et au réseau fluvial déservi par le canal
puis par la Tamise. Il est maintenant un lieu à la
mode, où galeries, restaurants et bureaux ont
pris place.

Les thèmes abordés : INJUSTICE, HARCÈLE-


MENT, GLOBALISATION, DROITS DES TRAVAIL-
LEURS, CONDITIONS DE TRAVAIL
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 Londres 2017
122

TRAVAIL
FICHES DE
Introduction
123

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


Londres 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 Londres 2017
124

Construction de l’école nomade en binôme


Construction de l’école nomade en binôme
125

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


Londres 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 Londres 2017
126

Repérage sur plans de différentes époques en binôme


Recherche des traces et de leur histoire
127

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


Londres 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 Londres 2017
128

Recherche des traces et de leur histoire


Débats en petits groupes
129

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


Londres 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 Londres 2017
130

Selection des thèmes et débats


Réflexion en groupe et débats
131

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


Londres 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 Londres 2017
132

Film sur l’histoire des traces


Interviews filmées sur les thèmes
133

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


Londres 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 Londres 2017
134

Interviews filmées sur les thèmes


Conclusion et au revoir...
135

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


Londres 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 SKOPJE 2017
136

SKOPJE 2017
137
Déroulement du projet : du 18 septembre au 5 octobre 2017
SKOPJE

SKOPJE 2017
Présentation finale : 31 octobre 2017
09-10 2017
Centres éducatifs participants :
L’ÉQUIPE
o SEPUGS “Vasil Antevski Dren”
o SUGS “Orce Nikolov” Site étudié :
Coordination locale
o OOU “Johan Hajnrih Pestaloci” Mitko Panov Square Philip II
o OU “Nikola Jonkov Vapcarov”
Intervenants Ancien quartier juif
o OU “Lazo Trpovski” Teon Djingo
o OU “Brakja Ramiz i Hamid” Elmedina Asani
Igor Jurukov
Nombre de participants : 180 jeunes et Maja Susha
Pavel Veljanoski
8 accompagnateurs
Kiril Dimeski

Partenaires pour les lieux : Préparation et documents de travail Partenaires Locaux :


- Holocaust Memorial Center for the Virginie Manuel & Mitko Panov
Jews of Macedonia
- Macedonian national theatre Direction générale

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


- Museum of the Macedonian struggle David Stoleru

Assistantes:
Partenaires locaux : Elsa Hamart et Pauline Pourailly
- Association for sustainable develop-
ment “Institute Evo Balkan" Making of et Postproduction
- Holocaust Memorial Center for the Camera: Igor Panev
Jews of Macedonia Editing: Zdravko Petrushevski
Music: Nitzi-Dubstep
Avec le support de :
Gestion des vidéos et postproduction:
Macedonian National Theather Haider Cano
Museum of the Macedonian Struggle
138
SKOPJE 2017
Lieu d’implantation
Filip II Square
de l’école nomade Former Jewish
neighbourhood

MARSEILLE 2017
zone d’exploration
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017
139
LE CHOIX DU LIEU Depuis la fin des années 2000, la ville vit cepen-

SKOPJE 2017
dant un certain renouveau. Beaucoup de monu-
Skopje est une ville à l’histoire tourmentée. Elle ments anciens situés dans la vieille ville ont bé-
appartint à l’Empire romain et à l’Empire romain néficié de rénovations (la forteresse), de grands
d’Orient avant d’être incluse, aux Xe et XIe s. centres commerciaux voient le jour et le centre-
dans l’Empire bulgaro-macédonien. Conquise ville bénéficie de son côté d’une rénovation
en 1189 par les Serbes, reprise en 1261 par les totale grâce au projet Skopje 2014 qui doit aussi
Byzantins, par les Serbes à nouveau en 1282. In- donner à Skopje l’allure d’une capitale natio-
corporée en 1392 dans l’Empire ottoman, elle y nale, avec des statues en l’honneur de figures
demeura jusqu’en 1912 où elle fut conquise par historiques, de nouveaux musées, de grands
les Serbes pendant la 1ère guerre balkanique. hôtels… Cette opération urbanistique de grande
envergure entre kitsch et ostentation, ne fait
Son histoire a été rythmée par des destructions
toutefois pas l’unanimité, à cause de son coût,
dues à des guerres (invasions slaves à la fin du
mais aussi à cause du caractère très historiciste
VIIe siècle, percée des armées autrichiennes en
et nationaliste des projets. La minorité albanaise
1689) mais aussi à des séismes (en 518, à la fin
(un quart de la population de la ville) déplore
du XIe siècle, en 1555, en 1963). Prospère au XVIIIe
aussi le fait qu’elle ne soit pas représentée dans
siècle, Skopje a dépéri au XIXe alors que l’Empire ot-
les divers monuments. Au carrefour d’axes de
toman se rétractait ; elle a connu un nouvel essor
communication majeurs des Balkans, Skopje est
grâce à la construction, en 1888, d’une voie ferrée
une ville multiculturelle aux influences macédo-
reliant Belgrade à Salonique.
niennes, albanaises, byzantines et serbes qui font
Au cœur d’une région très disputée dans la pre- sa richesse. Ortodoxes, musulmans, juifs et catho-

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


mière moitié du XXe s. (serbe en 1912, bulgare de liques s’y cotoient.
1915 à 1918, yougoslave de 1918 à 1941, bulgare
à nouveau de 1941 à 1945, yougoslave de 1945 Le projet s’installe dans l’ancien quartier
à 1991), elle a fréquemment exercé des fonctions juif sur le site du Mémorial de l’Holocauste
de capitale avant de devenir, en 1991, celle de des Juifs de Macédoine. Il rappelle la longue
l’Ancienne république yougoslave de Macé- tradition de la culture juive dans cette région
doine (ARYM) dans le contexte de la désagréga- des Balkans et sa fin brutale avec la dépor-
tion de la Yougoslavie. À cette période le jeune tation de 7 143 juifs macédoniens au camp
pays éprouve de graves difficultés. La guerre de de la mort de Treblinka en 1943.
Yougoslavie et une guerre froide avec la Grèce
Les thèmes abordés : LA VIE / LE TEMPS
(la Macédoine perd son principal port d’expor-
QUI PASSE / COEXISTENCE / DIFFÉRENCES /
tation, Thessalonique) entrainent de nombreuses
SIMILITUDES / VALEURS / CROYANCE / RELI-
fermetures d’usines, son commerce diminue de
GION / VIE / BONHEUR / COMMUNAUTÉ /
60% et le pays frole la faillite, laissant derrière lui
RESPECT / IDENTIFICATION / HÉRITAGE
une grande pauvreté. La ville peine encore à s’in-
clure dans les réseaux économiques européens.
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 SKOPJE 2017
140

TRAVAIL
FICHES DE
Introduction
141

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


SKOPJE 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 SKOPJE 2017
142

Jeux de cohésion et création des binômes


Construction de l’école nomade en binôme
143

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


SKOPJE 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 SKOPJE 2017
144

Rencontre des binômes


145

SKOPJE 2017
Repérage sur plans de différentes époques en binôme

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 SKOPJE 2017
146

Repérage sur plan et sortie à recherche de traces


Exploration et recherche de traces
147

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


SKOPJE 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 SKOPJE 2017
148

Recherche de l’histoire des traces


149

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


SKOPJE 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 SKOPJE 2017
150

Débat sur les thèmes extraits des traces


Réalisation des films
151

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


SKOPJE 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 SKOPJE 2017
152

Réalisation des films


Présentation finale
153

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


SKOPJE 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 ŁÓDŹ 2017
154

ŁÓDŹ 2017
155
Déroulement du projet : du 14 septembre au 6 octobre 2017
ŁÓDŹ

ŁÓDŹ 2017
Présentation finale : le 7 novembre 2017 au “Centrum”

le 09-11 2017
Note spécia
Centres éducatifs participants :
• Gimnazjum18 Sites d’implantation
e
• Gimnazjum 21 é té possible suit
• Gimnazjum 33
Cette é ta
u c
p
ti
e
o
a
n d u projet réalis
éà Place du Vieux Marché
à la réd 017.
• ZS Twoja Szkoła Londres lo rs d e s a tt entats de 2 Ancien Ghetto
• Szkoła Podstawowa 83
• Szkoła Podstawowa 81
L’ÉQUIPE
Nombre de participants : Coordination locale Partenaires Locaux :
150 jeunes et 10 accompagnateurs Asia Ufnalska

Partenaires pour les lieux : Urzędowi Intervenants


Miasta Łódź/ The City of Lodz Office Agata Staroń
- Łódzkie Centrum Wydarzeń/ Lodz Anna Jurek
Dagna Kidoń
Event Center - Fundacja Urban Forms/
Gosia Orłowska-Lament

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


Urban Forms Foundatiion - kawiarni Julia Hołówko
Casablanca/ Casablanca Café - sklep Magda Prasoł
Tytka na Pietrynie/ „Tytka na Pietrynie” Marta Środa
shop Natalia Ufnalska
Rangement du matériel: Association of
the Friends of Old Market, Prexer Documents de travail
Virginie Manuel & Équipe locale
Partenaires locaux: Centrum Dialogu,
Stowarzyszenie Przyjaciół Starego Miasta Direction générale
(Association des Amis de la vieille ville), David Stoleru
Muzeum Miasta Łodzi, Assistantes de direction:
Topografie Association Elsa Hamart and Pauline Pourailly

Making of et Postproduction
HaWa
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 ŁÓDŹ 2017
156

Introduction et création des binômes


Construction de l’école nomade en binôme
157

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


ŁÓDŹ 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 ŁÓDŹ 2017
158

Présentation des bi(tri)nômes


Travail sur plan en binôme
159

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


ŁÓDŹ 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 ŁÓDŹ 2017
160

Recherche de traces et d’informations


Recherche de traces et d’informations
161

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


ŁÓDŹ 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 ŁÓDŹ 2017
162

Films sur la trace


Films et interviews
163

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


ŁÓDŹ 2017
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017 ŁÓDŹ 2017
164
Présentation finale
165

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


ŁÓDŹ 2017
166
ÉVALUATION

ÉVALUATIONS
Résultats des enquêtes réalisées auprès des jeunes et des
accompagnateurs après les sessions du projet.

Matériel analysé :
465 jeunes et 40 accompagnateurs
ont répondu au questionnaire d’évaluation.
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017

Barcelone : 17 jeunes et 1 accompagnateur


Skopje : 36 jeunes et 6 accompagnateurs
Marseille : 49 jeunes et 10 accompagnateurs
Londres : 10 jeunes et 1 accompagnateur
Paris : 122 jeunes et 3 accompagnateurs
Bruxelles : 87 jeunes et 11 accompagnateurs
Lodz : 116 jeunes et 5 accompagnateurs
Sofia : 28 jeunes et 3 accompagnateurs
167

ÉVALUATION
LODZ
SKOPJE

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


SOFIA Barcelone

Le projet Beit est une merveil-


BRUXELLES
leuse aventure vers de nou-
velles connaissances sur le
passé, le présent, le futur et
nous-mêmes.

MARSEILLE
168
As-tu aimé participer au projet ?
ÉVALUATION

86% des participants ayant répondu au questionnaire ont répondu OUI.


17/17 à Barcelone, 10/10 à Londres, 36/36 à Skopje, 44/49 à Marseille, 67/87 à Bruxelles, 99/122 à Paris,19/28 à Sofia, 108/116 à Lodz.

Pourquoi ? à filmer et interviewer et à gérer mon stress. que je ne connais pas.


Un grand enthousiasme des participants est res- - nous avons parlé du passé mais aussi de - c’était bien surtout les débats.
sorti des enquêtes d’évaluation. Ils ont particu- notre époque. Les mots qui reviennent souvent :
lièrement apprécié l’efficacité de la méthode Intéressant, amusant, merveilleux, rencontre,
- très très belle idée, je souhaite que le projet
« hors école », le coté ludique, concret et actif. nouveaux amis, beaucoup appris, j’ai adoré,
continue.
J’ai aimé ce projet parce que : super, génial, sympa, trop cool, rigolo, créatif...
- ça m’a beaucoup aidé et plu.
- on a beaucoup appris et on s’est amusé.
- belle expérience. Très agréable de sortir de
- j’avais jamais fait ça de ma vie et j’ai beau- notre confort habituel. 14 % ont répondu négativement. Pourquoi?
coup aimé. Ressortent principalement les conditions mé-
- c’était intuitif, j’ai découvert beaucoup de
- j’ai compris que je devais croire davantage choses et on a avancé sur l’histoire. téorologiques et la non entente avec le bi-
en moi-même et que je parviendrai à faire ce nôme ou le fait d’être avec un inconnu comme
- c’est l’une des meilleures activités que j’ai
que je veux. raisons principales :
faites au collège.
- c’était très intéressant, l’équipe très sympa Je n’ai pas aimé le projet parce que
- on regarde et apprend dans la rue.
et qui explique très bien, super bonne expé- - il pleuvait.
Les rencontres avec l’autre école et les pas-
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017

rience.
sants ainsi que la découverte de la ville ont - mon binôme n’était pas sympathique.
- Intéressant, rigolo, sympa, c’est carrément le
été ressenties comme les points forts : - je me suis ennuyé.
genre de projet à faire ! Les facilitateurs sont
très gentils, rigolos et savent beaucoup de - j’ai eu la chance de rencontrer beaucoup - Il faisait froid et j’étais pas avec ma copine.
choses. de gens. - c’est ennuyant sur le long terme.
- on n’a pas l’habitude de projets comme - ça m’a aidé à développer mes compétences - il faisait froid, il y avait des devoirs et j’étais
celui là. Ça change de d’habitude de travail en équipe et je me suis fait de nou- pas avec nos copines.
veaux amis, ce qui est très spécial pour moi.
- travailler hors de l’école c’est constructif, ap- - trop d’explications.
prendre à chercher, à réfléchir à l’histoire d’un - je me suis fait de nouveaux amis et j’ai passé
Un problème de langue à Sofia avec des jeunes
endroit ou d’une chose, faire des rencontres. un bon moment.
d’une des classes ne parlant pas le bulgare:
- c’était très intéressant, j’ai beaucoup appris - j’ai appris de nouvelles choses sur ma ville.
- la majorité des étudiants de l ‘autre école ne
et ai rencontré beaucoup de gens sympa- - nous avons dû communiquer avec de nou- connaissaient pas l’anglais, comme les per-
thiques. velles personnes pour connaître leur opinion sonnes que nous avons interviewées, donc je
- j’ai aimé découvrir de nouvelles personnes, sur les sujets pertinents pour nous. ne pouvais pas participer.
prendre l’air avec beaucoup de plaisir, apprendre - j’aime bien communiquer avec des gens
169
Mets une note... aux activités et à quoi a servi le projet.

ÉVALUATION
Sens-tu que ces lieux te sont
maintenant plus familiers ?

75% ont répondu OUI.


17/17 à Barcelone, 9/10 à Londres, 36/36 à Sko-
pje, 37/47 à Marseille, 43/84 à Bruxelles, 78/113 à
Paris,14/14 à Sofia, 95/116 à Lodz.

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


170
ÉVALUATION Penses-tu qu’il faudrait étudier plus souvent de cette façon ?
87% des participants ayant répondu au questionnaire ont répondu OUI.
16/17 à Barcelone, 10/10 à Londres, 36/36 à Skopje, 46/49 à Marseille, 56/87 à Bruxelles, 20/27 à Sofia, 113/116 à Lodz, les jeunes parisiens n’ont pas
répondu à cette question.

Pourquoi? Parce que : quand vous pouvez réellement voir com- - c’est plus facile et plus amusant
ment elle est connectée à la vie réelle des - c’est plus agréable que la salle de classe
gens.
À Barcelone - c’est plus engageant et vous permet
- c’est plus amusant que la salle de classe. d’acquérir de nouvelles compétences
- de cette façon, on apprend de manière
agréable et ça reste. Je pense qu’il est très - on devrait sortir de l’école plus souvent.
utile de faire ce type de projet. - c’est incroyable, inoubliable, amusant. À Lodz
- marrant et motivant. - c’est un projet très intéressant et utile. - on apprend à connaître de nouvelles per-
- les activités plus libres, ça nous aide à ap- - vous pouvez donner votre point de vue. sonnes et à s’ouvrir aux autres.
prendre davantage. - ça donne une perspective différente et - nous devrions utiliser cette méthode d’ap-
- j’apprends davantage en observant, en des moyens pour regarder les choses. prentissage plus souvent.
écoutant et en faisant des activités plus in- - ça nous montre qu’on peut apprendre
trigantes qu’en m’asseyant et en écrivant. À Skopje d’une manière plus amusante.
- c’est une façon d’apprendre vraiment. - c’était plus amusant et attrayant - c’est une manière créative d’acquérir des
- ça casse la routine et on le vit directement connaissances.
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017

- cette façon d’apprendre est plus intéres-


- c’est un moyen d’étudier plus facilement sante et chaque jeune veut participer. - nous apprenons plus parce que nous
et vous aide à connaître votre entourage. sommes impliqués dans l’apprentissage.
- il y a plus d’interactions.
- j’ai appris des choses par moi-même.
- c’est une nouvelle façon intéressante
À Sofia d’apprendre par la communication avec - je préfère car on discute et c’est bien.
- c’est une manière intéressante et efficace les autres. - pour être plus conscient de ce qui s’est
d’apprendre, on oublie que c’est un travail - c’est plus facile d’apprendre quand c’est passé.
et donc on apprend plus. intéressant. - plus amusant… ah, si l’école était comme ça !
- c’est plus interactif et amusant. - de cette manière, nous apprenons de
- c’est plus facile. nouvelles choses et on s’en rappelle plus. À Bruxelles
- c’est nécessaire d’avoir plus d’activités - grâce aux activités de ce projet, nous ap- - car plus la façon d’étudier nous plait plus
comme celle-ci. La meilleure façon d’ap- prenons mieux et plus profondément. on étudie donc apprendre est plus facile
prendre à propos de quelque chose est - on était plus libre et c’est nous qui parlions.
quand vous êtes plus près d’elle, quand À Londres Ça pousse à la réflexion et change de la
vous pouvez « toucher » la connaissance, routine de l’école.
- c’est plus utile pour l’étude
171
- pour plus se cultiver (l’éveil). On travaille Écris une petite description du projet

ÉVALUATION
plus sérieusement et on avait plus de temps.
- on apprend mieux quand on sort et quand À Marseille : que nous n’aurions jamais pu faire aupara-
on discute entre nous. - Apprendre sous forme de jeux et de ren- vant.
contres. - Le projet consiste à apprendre à travailler
À Marseille - Une manière de travailler autrement. avec de nouvelles personnes et à gagner en
- on s’amuse en travaillant. On comprend confiance en réalisant des entrevues.
- Le projet Beit est mon rêve !
mieux. - C’était incroyable, amusant et très diversifié.
- On a travaillé sur des traces pas forcement
- d’une manière active c’est plus intéres- historiques pour conclure un sujet et inter- - Projet interactif.
sant de travailler qu’assis sur une chaise. viewer des gens.
- c’est plus simple d’étudier en plein air. - C’est du travail d’équipe. À Lodz
- c’est un enseignement pratique donné - Pour moi ce projet fait référence à l’histoire - Nous avons passé deux jours dans le projet.
de façon intelligente et à la discrimination. Nous avons construit les Beits, fait des films et
- hors des salles de classe donc ça nous fait du - C’était très bien, j’espère que vous le ferez. des interviews, découvert des traces de l’his-
bien, c’est une façon d’apprendre ludique toire. Chaque activité était super, je ne me suis
- C’est un projet superbe et je n’aurais jamais
jamais ennuyée. Les activités de groupe nous
cru le faire. Ça m’a fait un très grand bien de
ont aidés à nous intégrer. C’était vraiment gé-
Une critique : Le projet est génial, mais nous changer d’air tout en restant dans le cadre
nial !
avons eu un temps limité et nous étions de travail. C’était super !
pressés tout le temps. - Je recommande de participer au projet BEIT !
- C’est l’entraide dans un cadre de travail, de
Vous pouvez apprendre à connaître l’histoire de
politesse et de respect envers l’autre, décou-

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


votre belle ville. Il y a une atmosphère gentille et
Une grande majorité des 13% qui ont ré- vrir et apprendre des choses que peu de per-
accueillante pendant le projet. Activités de plein
pondu négativement, ne justifient pas leur sonnes connaissent, chercher, inventer, filmer,
air intéressantes. Le personnel est super gentil et
réponse ou disent : interviewer…
serviable. J’ai beaucoup appris ! J’aimerais pou-
- les méthodes traditionnelles sont plus effi- - Ce projet consiste à découvrir des quartiers
voir participer à nouveau à ce projet.
caces. de sa ville. On fait des interviews et des films.
J’avais l’impression d’être journaliste et actrice.
- oui, c’est amusant, mais pas efficace. À Bruxelles
- … Allez-y c’est trop bien.
- oui pour connaître l’histoire, non car c’est - Le Beit Project c’est un projet à faire avec
fatigant. - Projet simple et intéressant, une belle aventure.
une autre école, où tu fais plein d’activités
- je préfère être en classe. très chouettes.
- je préfère étudier en lisant. À Londres - Ça aide à comprendre ce qui s’est passé
- on apprend mieux en classe. - C’est une excellente occasion d’apprendre dans la ville.
de nouvelles choses et d’acquérrir de nou- - Le projet est super, le meilleur c’est les films.
velles compétences. Nous arrivons aussi à sor-
- C’est un chouette projet qui nous permet de
tir de nos propres bulles et à faire des choses
savoir plus sur notre histoire et ce qu’elle nous
172
ÉVALUATION a apportée. au présent et de rencontrer de nouvelles per- - Aide à mieux se comprendre.
- C’est amusant, je le conseille aux autres sonnes. - Le projet ouvre la perspective d’un avenir
jeunes. différent pour nous
- Le projet est chouette, sympa, on apprend À Skopje - Apprendre c’est de l’amitié
à travailler en groupe sans se connaître. Il ne - Ce projet démontre que nous sommes tous - Apprendre différentes choses différemment
faut pas se fier aux apparences (au travers égaux
des apparences il y a des gens en or).
- Le projet était phénoménal À Sofia
- Nous apprend l’histoire de la violence.
- Projet merveilleux, de nouvelles expériences, - Une expérience très amusante.
- On a rigolé et beaucoup parlé, c’était super de nouveaux amis, hors de l’école.
chouette. Les encadrants étaient sympas… - Le projet a été une expérience unique que je
- Le projet était fantastique et je recommande n’oublierai jamais.
à tous de participer - C’était comme une aventure à propos de
À Barcelone - C’est un projet bien organisé qui nous donne notre ville.
- C’est un projet concrêt, on étudie « social » l’opportunité d’apprendre la recherche et - Le projet Beit est une formidable aventure
en plein air. comment communiquer avec les gens vers de nouvelles connaissances sur le passé,
- Projet visant à rapprocher l’histoire des étu- - Le projet était génial, en particulier la le présent, le futur et nous-mêmes.
diants, à la vivre de l’intérieur et à y participer construction des Beits qui ont permis de mieux - Une expérience très étrange
activement, en prenant en compte des ma- connaître les autres.
- Manière innovante et inhabituelle qui
nifestations telles que la tolérance, la coexis- - Le projet est utile et intéressant, les activités change de l’ennui de l’école.
tence et l’immigration. que nous avons menées étaient très amu-
- Quelque chose que tout le monde devrait
- Ce projet m’a aidé à en savoir plus sur ma santes et nous avons appris à travers elles non
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017

expérimenter.
ville, m’a aidé à me socialiser, à observer et seulement les lieux et le sujet dont nous avons
à remplir ma tête de connaissances et de discuté, mais aussi appris que la communica- - Il ouvre de nouvelles portes à de nouvelles
sagesse. tion et la coopération entre les équipes sont façons d’enseigner
- C’est une façon différente d’apprendre, nécessaires. En interviewant les passants on - Nous devons apprendre à être curieux de ce
amusant. Vous connaissez d’autres étudiants, s’est rendu compte que les gens ont des opi- qui nous entoure !
vous apprenez à trouver de très petites choses nions différentes et voient les choses différem-
auxquelles nous ne faisons pas attention et qui ment et nous devons respecter cela.
ont beaucoup d’importance. . Je pense que ce projet nous a permis de
- Un projet très amusant qui essaie de vous ap- mieux comprendre notre patrimoine culturel
prendre que même si vous êtes une école no- et urbain ainsi que de se faire de nouveaux
made, vous pouvez apprendre vous-même. Il amis.
vous aide à connaître la ville, à établir des liens - Le projet m’a aidé à regarder ma ville avec
avec les autres, à réfléchir et à être curieux. d’autres yeux. Maintenant, je sais qu’il y a une
- Ce projet vous propose d’observer et de histoire et une signification derrière chaque
valoriser les marques de l’histoire, de les relier trace historique.
173
Donne 5 raisons pour lesquelles tu penses que cela vaut la peine de participer au projet

ÉVALUATION
Les verbes souvent utilisés : - Nous avons découvert de nouveaux en- partir de tout / Essayer de nouvelles choses
Apprendre / Découvrir / S’amuser / Rencon- droits / Créer...
trer /Contacter / Connaître / Comprendre / - Avec quelques améliorations, cela aiderait
Partager / Construire / Observer ... vraiment à préserver le patrimoine de notre 7 - Construire des cabanes / Faire un film
Les mots qui reviennent souvent : ville.
Histoire / Monuments / Gens / Ville / Quartier / 8 - La bonne ambiance / Se sentir à l’aise / Ne
Intéressant / Ludique /Rigolo / Sortir de l’école / 3- Le travail en groupe et le partage d’opi- pas avoir honte / On se sent en confiance
Cohésions / Nouveaux amis... nions, différentes visions : Travailler ensemble
et apprendre sur la paix, le respect, les choses
qui peuvent les aider quand on grandit et 9- Les jeux...
Les thèmes qui ressortent le plus :
commencer à travailler avec de nombreuses
1- Les rencontres avec d’autres jeunes,
personnes de différents endroits et avec diffé- Qu’est-ce qui t’a le plus marqué ?
éducateurs et citadins : Parler à de nou-
rentes cultures. - Les films.
velles personnes / Rencontrer de nouveaux
amis / Une opportunité pour rencontrer de - Les interviews.
nouvelles personnes... 4 - Comprendre, apprendre : Vous commen- - Les rencontres avec l’autre école.
cez à penser à des choses auxquelles vous
- Nous avons rencontré tellement de gens - Les conversations avec les gens interviewés.
n’aviez pas pensé auparavant.
différents - de différents pays, avec diffé- - Les cabanes (Beits).
rentes religions.
- La découverte du quartier

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


- Nous rencontrons des enfants de diffé- 5 - Sortir de l’école, quitter la classe, ap-
prendre différemment, expérimenter : - Les actions menées à l’égard des autres et
rents groupes sociaux.
le dialogue avec eux.
- Plus d’jeunes peuvent travailler ensemble Nouvelles façons d’apprendre interactives
et innovantes / C’est pas habituel / Nou- - La façon dont les passants nous regar-
et apprendre sur la paix, le respect, les
velles idées / Tu es sorti de l’école mais tu daient quand nous étions assis dans ces pe-
choses qui peuvent les aider quand ils gran-
apprends quand même / Voir les choses dif- tites maisons !
dissent et commencer à travailler avec de
nombreuses personnes de différents en- féremment ... - Je me souviendrai de regarder de plus
droits et avec différentes cultures. - Plus d’enfants devraient apprendre à ap- près les traces du passé, car je me suis rendu
prendre par eux-mêmes et de tout. compte qu’elles sont très présentes autour
de nous.
2 - Découvrir la ville, son patrimoine et se fa- - Vous donnez aux écoles de nouveaux
miliariser avec son entourage : Nous avons moyens d’apprentissage interactifs et no-
découvert que nous ne savons pas beau- vateurs.
coup de choses sur notre ville.
- Nous avons découvert de nouvelles choses 6 - Liberté / participation / responsabilité :
sur notre ville. Apprendre à apprendre par soi-même et à
174
ÉVALUATION Ta vision des gens (des autres) a-t-elle changé après avoir fait - Je pense que maintenant je vais toujours
penser positif sans juger les gens.
le projet ?
- Que beaucoup de gens ont des façons
de poser des questions à qui que ce soit, différentes de donner des opinions et d’ex-
craignant leur réaction, et maintenant je primer.
50% répondent Oui
n’ai plus peur de ça parce que j’ai remar- - J’ai appris que nous devons d’abord
qué que les gens sont impatients de ré- connaître les gens.
- Ça nous montre qu’on peut travailler avec pondre aux questions.
tout le monde.
- Ça m’a fait réaliser que chaque humain
- Après le projet, j’ai pu parler aux gens, est différent, et que chacun d’entre eux 50% répondent Non
normalement je ne veux pas. devrait être écouté.
- Je suis plus confiant maintenant. - J’ai appris plus sur les gens. - Je ne pense pas qu’ils soient méchants
- Car on a tous participé on a tous été pa- mais je le savais avant. Je ne dois pas me
- Maintenant, quand quelqu’un m’arrête
reils à ce moment là. moquer du physique ou de la religion des
dans la rue pour me dire quelque chose, je
-J’ai appris qu’il y a différentes opinions qui autres.
m’arrête et j’essaie d’écouter.
peuvent nous apprendre énormément de - À Paris les gens sont très pressés
- Je pense que les gens savent plus qu’on - Beaucoup cherchent un truc à dire pour
choses. ne le pense. Maintenant, j’ai des preuves à fuir.
- Avant je n’étais pas très à l’aise pour par- ce sujet. - J‘ai toujours eu cette vision des autres
ler aux autres et je restais dans mon coin. - Certaines personnes qui n’étaient même - Ils restent des inconnus.
- Je les aime un peu plus. pas de Bulgarie essayaient de nous aider.
- Il faut toujours accepter son prochain La grande majorité de ceux qui ont répon-
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017

- Maintenant j’ose parler en public


comme il est. - Il faut savoir travailler avec des gens dif- du « non » ne justifient pas leur réponse.
- Les gens sont plus disponibles que j’ima- férents
ginais. - Je pensais que les gens n’allaient pas ré-
- Je sais que tout le monde a son avis. pondre mais ils ont presque tous répondu.
- Cela m’a montré que certaines personnes Il y a des personnes qui font attention aux
trouvent le temps d’aider les autres. autres.
- J’ai appris ce que les gens pensent de - Je croyais que les gens pauvres étaient
différentes choses, et s’ils sont tolérants, et tous fous
comment ils se comportent dans des situa- - Maintenant je ne juge plus les gens. Aussi,
tions différentes. quand nous avons fait les interviews, beau-
- même si je n’aimais pas comment nous coup de gens ont passés de nous et pour
étions jumelés au début, mais j’ai ensuite cela maintenant je ne passerai jamais.
appris à être plus audacieux. - Une autre façon de penser et de m’inté-
- Je suppose qu’avant j’aurais eu trop peur resser.
175
Comment améliorerais tu le projet ? Les critiques :

ÉVALUATION
- Le premier jour un peu ennuyeux.
Les très enthousiastes : - Commencer a faire le montage pendant le - Faire des activités plus variées le premier jour
- Je ne changerais rien à ce projet, mais j’ai projet. et divertissant.
tellement aimé que je voudrais le refaire - Aller plus dans la ville. - Prendre en compte les horaires du déjeuner.
- Rien à changer, je pense que c’est un projet - Améliorer le son dans les vidéos. - Peut ne pas être si enfantin (la première par-
très complet et très amusant. - Plus de constructions et plus compliquées. tie).
- J’ai tout aimé Plus de suspense. - Faites des explications plus courtes pour avoir
- Rien à améliorer. - Plus de temps pour réfléchir aux questions. plus de temps pour faire les activités.
- C’est parfait ! - Améliorer le matériel. Micro et tablettes. - Il faudrait moins de temps pour chercher
- On ne peut pas l’améliorer. C’est très bien. - En étant avec des gens de notre âge. des traces et augmenter le temps pour relier
- Pas possible - Plus de temps libre. la trace avec des problèmes sociaux et pour
faire les interviews.
- C’est déjà super - Ne rien changer, sauf qu’il faut qu’on ait le
même âge. - Ne fais pas deux groupes, si nous sommes
tous ensemble, ce serait plus intéressant.
Petits détails à changer - Construire des maisons à son goût.
- Je ne passerais pas autant de temps à cher-
- Je ne changerais rien mais parlerais moins - On devrait choisir nos groupes.
cher des traces. Et j’aimerais plus de temps
dans les débats. - Visiter plus d’endroits. pour éditer la vidéo.
- Faire un peu plus de jeux et ne pas écrire au- - Avoir des pauses plus longues. - Changer de groupe pour voir l’opinion des
tant, mais ce sont des détails, en réalité c’était - Rien changer au projet. Je pense juste que ça autres groupes / Animateur trop sévère.

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


assez bien ! devrait être organisé au printemps quand il fait - Je changerais mes partenaires du groupe.
- Faire plus d’interviews. plus chaud.
- Ne pas séparer les amis.
- Dommage qu’on ne se soit pas vu de toute - Mieux planifier l’édition de nos vidéos avec des
la journée avec l’autre groupe, ni pour man- jeunes de l’autre école. Les organisateurs de-
ger. Sinon, parfait ! vraient organiser une nouvelle réunion avec tous Faire durer plus longtemps et amplifier le projet :
- Le faire dans un endroit sans vent / faire plus les enfants afin de faciliter la communication. - Devrait être plus long.
de débats / m’engager pour les prochains - En nous laissant choisir notre binôme et en ayant - J’aurai bien fait 3 jours pour faire le film (mon-
projets Beit ! le droit de changer en cas de non entente. tage) avec l’autre école.
- Rassembler les 2 groupes pour plus de par- - Plus de temps pour filmer. - Plus de jours.
tages. - Si on pouvait choisir nos binômes ce serait par- - En ajoutant du temps pour le montage
- Le faire quand il fait chaud. fait mais c’était déjà trop bien. - Plus de gens devraient en apprendre da-
- Moins de marche et plus de rencontre entre - Parfait à part les petits problèmes de micros. vantage sur ce projet.
les 2 groupes.
- En marchant moins.
176
Souviens-toi des faits historiques que nous avons abordés pendant le projet. Nombre de ces évé-
ÉVALUATION
nements se répètent au cours de l’histoire. A-t-on des raisons d’être inquiets pour l’avenir ?

35% ont répondu Non, je ne suis pas 65% ont répondu Oui, je suis inquiet/ Quelles solutions pourrait-on
inquiet/ète parce que ète parce que trouver pour remédier à cela ?
- les mentalités des gens ont évolué et puis il - il y a des gens qui discriminent à cause de
y a des lois aussi. la race, de la religion etc. - On pourrait s’entraider.
- si nous faisons ce genre de projets. - nous devons tous être inquiets et essayer - Ne plus fabriquer d’armes et s’aimer tel
- ça peut être mieux que maintenant. de changer quelque chose pour le mieux. qu’on est.
- ça peut être mieux de travailler ensemble - nous devons nous méfier de l’avenir de - Avec d’autres personnes je peux faire un
- j’adorais plus tard travailler pour changer notre société parce que nous créons nous- meilleur endroit pour vivre.
les opinions des gens autour de moi. Cela mêmes la société et façonnons son avenir. - Je vais essayer d’améliorer la société avec
changerait la façon dont les gens pensent - bien qu’il n’y ait pas beaucoup d’intolé- d’autres personnes dans le futur.
pour être plus tolérants les uns envers les rance dans la société, nous devrions être - Rien individuellement, seulement avec
autres. Je crois que les gens sont tous égaux prudents et nous respecter les uns les autres. d’autres.
indépendamment de la race ou d’autre - ça revient comme avant il va y avoir la - Avec mon attitude et ma tolérance, je
chose. Je pense que je peux respecter guerre. veux être un exemple positif dans la société
toutes les personnes autour de moi. - on a peur que ça recommence. - Parce que la race humaine ne sera pas
- je ne m’inquiète pas pour l’avenir, parce - les terroristes / les attentats. confrontée aux mêmes problèmes. Nous
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017

que l’homme évolue chaque jour et que


- Poutine, le Pen, Trump… devrions faire plus d’efforts pour faire de la
l’intolérance du passé n’existe pas sous la
- Il y a beaucoup de discriminations et des société un meilleur endroit où vivre.
même forme maintenant, et se déplace le
guerres. - Nous devons aider les autres, car nous
long du chemin de l’extermination totale de
- l’humain est horrible. sommes tous pareils. Commençons par soi-
la vie humaine.
même, parce que si chacun essaie d’être
- la vie est belle - les gens en général ne prennent pas
une meilleure personne, l’avenir de la so-
conscience de l’importance des avantages
ciété sera certainement meilleure.
qu’ils ont et le confort dont ils bénéficient,
tandis qu’une minorité essaie de changer - Nous devrions prendre des mesures ap-
les choses. propriées pour arrêter la discrimination.
- l’intolérance a toujours été un problème - Plus de projets de ce type, parce que
dans le monde. nous apprenons sur notre histoire, notre
passé, nous-mêmes, de nouvelles idées,
- vous pouvez toujours les voir clair comme
des connaissances, des expériences mer-
du cristal : racisme, intolérance ...
veilleuses.
- il y aura toujours des humains violents et
- Implanter ce projet dans différents pays.
bêtes.
177
- Je pense pouvoir sensibiliser mes amis sur - Il y aura toujours des gens ignorants et fer- - Améliorer la relation avec vos camarades,

ÉVALUATION
ce sujet més d’esprit. Des gens qui devraient chercher être plus tolérant, prendre soin des espaces
- Je pense que je peux sensibiliser et rendre à voir plus loin que le bout de leur nez. Il fau- - Vous devez vous inquiéter et essayer d’éviter
le futur meilleur drait les faire lire, qu’ils côtoient des gens dif- que les erreurs se reproduisent.
férents, … C’est comme des enfants a qui on
- J’organiserais plus de projets de ce genre - Mettre des bons présidents dans tous les
apprend à vivre ensemble.
- Nous pouvons rester ensemble et garder pays.
- Moins consommer pour les générations fu-
l’histoire active.
tures.
- Personnellement, je ne crois pas que je
- Ne pas contaminer, prendre soin des plantes,
pourrais avoir le pouvoir d’empêcher cela
prendre soin de nous-mêmes.
ou de faire quelque chose à ce sujet. Mais
le gouvernement pourrait améliorer les - Je ferais une campagne ou ouvrirais des
choses pour les gens et s’assurer que de centres pour faire réfléchir les gens sur l’avenir
telles choses ne se produisent pas. de la société.
- Être solidaire de tout le peuple...
- Nous ne devrions pas interférer dans la
vie des autres parce que ce sont leurs vies.
- Avec l’arrivée des migrants en Pologne,
l’intolérance augmente.
- Nous devrions écouter et communiquer les
uns avec les autres, respecter d’autres idées

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


et opinions et trouver un compromis.
- Ma contribution est d’être ouvert à toutes
sortes d’exemples et chaque fois que je
peux me défendre ou défendre les autres
contre la discrimination.
- Nous devrions faire plus de tels projets.
- Nous pouvons exposer des actes d’intolé-
rance, y faire face, en parler et faire pres-
sion.
- Nous pouvons avoir plus d’activités pour fa-
miliariser les gens avec les différentes cultures,
afin qu’ils cessent de penser uniquement aux
stéréotypes et aux préjugés.
- Ne pas vendre d’armes
178

Opinions de 40 accompagnateurs leur demande leur avis, où leur parole a de


ÉVALUATION
la valeur.
- Nos jeunes ont dépassé leurs limites en
Pensez-vous que le projet a eu un impact sur les jeunes ? Lequel ? travaillant avec d’autres jeunes qu’ils ne

37/40 accompagnateurs répondent Oui - Par les thèmes abordés et par le fait que les
jeunes soient acteurs de leur apprentissage
connaissaient pas et en interpellant des pas-
sants dans la rue.
Sofia Marseille
Bruxelles
- Définitivement oui. Le projet a mis les - Convivialité, rencontre, partage d é c o u -
jeunes dans des situations où ils devaient - Certains ont crée des liens avec les jeunes
de l’autre école. C’est surtout un impact verte, apprentissage, réflexion sur la vie, sur
faire preuve d’initiative, penser et ne pas bien des domaines le vivre ensemble n’est
abandonner au milieu. social par la découverte et la rencontre des
autres. pas raconté mais s’impose par le vécu.
- Bien évidemment... toute expérience col- - Les liens entre l’école et la vie réelle à venir
lective sociale a une influence sur les enfants. - Ils ont appris à travailler avec des groupes
qu’ils ne connaissaient pas. Ils ont été sensi- se dessinent. Permet de donner du sens à
Le fait de devoir se présenter, échanger et leur vie d’écolier.
défendre des idées avec des personnes bilisés concrètement à certains aspects du
passé. - Très bon contact avec les jeunes de l’autre
qu’ils ne connaissaient absolument pas au
- L’approche utilisée permet des prises de lycée / vision différente de leur ville.
départ a certainement permis d’apprendre
à mieux se positionner. position et des rencontres. Les jeunes de- - Ils s’y sont tous investis et intéressés
- Les jeunes ont réussi à briser la barrière pour vaient donc changer de posture. - Activité adultes/enfants différente. Accep-
se rencontrer entre eux et avec de nou- - Oui, à voir l’enthousiasme des enfants. Les tation de l’autre. Sensibilité pour l’histoire
velles personnes. Ils ont développé de nou- jeunes ont été autonomes, ont développé - Une capacité à développer ses sens, à en-
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017

velles compétences, de la créativité, des leur sens de l’organisation, leur sociabilisa- quêter, à questionner et se questionner.
compétences de présentation et surtout - ils tion. Très bénéfique. Barcelone
ont beaucoup appris sur leur ville. - Les jeunes ont été responsabilisés et sensi- - Regarder le patrimoine d’une manière dif-
bilisés aux réalités du quartier. Je trouve le férente.
Skopje
projet très stimulant et marquant pour les
- Ça a servi à freiner les stéréotypes jeunes. Ils reviennent très heureux d’avoir 1 accompagnateur répond ni Oui ni Non
- Ils ont aimé la nouvelle approche pédago- fait de nouvelles rencontres et d’avoir mieux Bruxelles
gique et étaient désireux de participer. découvert leur ville. - Le contact avec d’autres jeunes est béné-
- Les jeunes ont développé des émotions La participation d’une classe ICPP (éduca- fique. Certaines interactions ont été très po-
positives envers les autres et ont également tion spécialisée avec des jeunes ayant un sitive. Par contre certains ont mal vécu des
collaboré et se sont aidés les uns les autres, léger handicap mental) a générée des ré- remarques et moqueries sur le handicap ou
notamment pour faire des films. actions spécifiques à leur problématique : la lenteur…
Paris - Se sentir faisant parti d’un groupe, trou- 2 accompagnateurs répondent Non, mais
- Ça a éveillé leur curiosité, et leur a appris à ver une identité au sein de ce groupe. Nos un seul de Paris justifie sa réponse :
travailler en équipe jeunes ne sont pas assez impliqués, invités
- Ils connaissent déjà très bien le quartier.
dans des projets autres que scolaires où on
179
Que pensez-vous de la À Skopje matique était plus compliquée. Peut être

ÉVALUATION
proposer plus de supports comme des faits
méthode ? - Je pense que la méthodologie était ap-
d’actualité de leur époque pour que les
propriée à l’âge, les jeunes apprenaient
même s’ils n’étaient pas au courant. Ils ont liens soient plus évidents.
À Sofia
amélioré leurs compétences communica- Bruxelles ICPP
- Tout était très bien pensé et préparé. Il n’y tionnelles et appris à filmer et à éditer des - Pour l’enseignement spécialisé : trop
avait pas de gaspillage de temps. À mon documents. À mon avis, le temps de tour- long, trop passif, trop de débats… sinon
avis, ce type de dynamique est très appro- nage était un peu court. chouettes idées. Il aurait fallu plus de pré-
prié pour les adolescents.
- Méthode et activités attrayantes paration en amont entre accompagna-
- Je trouve que l’idée de découvrir sa ville et conformes aux exigences contemporaines. teurs et l’équipe.
son histoire à travers la recherche de traces
- Les étudiants ont accepté les méthodes - Activités chouettes mais trop décousues
et les interviews avec les passants et habi-
et étaient particulièrement désireux de tra- pour eux. Ils ne font pas les liens que vous
tants est pertinente, cependant le format
vailler avec des jeunes d’un autre établis- espérez qu’ils fassent. Une réunion préa-
48h pousse un peu à la performance à ou-
sement. lable avec l’équipe semble impérative. -
trance et laisse finalement peu de marge
- La méthodologie était adéquate et encou- Être plus précis, ne pas hésiter à donner des
aux enfants pour apprécier vraiment l’ins-
rageait l’interaction entre les étudiants de dif- exemples pour que les jeunes s’approprient
tant ainsi que l’enjeu.
férents groupes ethniques et groupes sociaux. l’idée et puissent l’exploiter, donner leur avis.
- Les activités étaient variées et lorsque les
- Une méthodologie appropriée qui offre À Marseille
étudiants doivent rechercher eux-mêmes des
informations, cela a toujours un impact positif. des opportunités à tous les étudiants - La façon dont se déroule les 2 jours de
De cette façon, ils se souviennent de l’activi- - Méthode adéquate pour l’âge des étu- projet sont bien articulés et concentrés.
té, de l’expérience et de l’information apprise diants, les activités étaient intéressantes et - Manière ludique et créative d’apprendre

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


plus longtemps et les motivent à apprendre. l’attention des étudiants a été conservée pour les jeunes.
À Paris toute la journée. - Méthode excellente.
- Bien. Continuer de leur donner quelques À Bruxelles - La méthode pédagogique et les activités
conseils pour le tournage. Plus de temps - Plusieurs points positifs : le jumelage entre proposées sont très bien. Peut être un peu
pour la compréhension des traces. établissements, la construction des Beit, moins d’oral dans les moments de mise en
- Excellente méthode pédagogique. Les l’observation des traces, l’utilisation de la commun, les enfants trouvent un peu long.
activités proposées sont ludiques et s’ins- vidéo, etc. Le fil conducteur est bien, Par - J’ai trouve les activités excellentes
crivent dans une démarche active d’ap- contre il y a trop d’explications en même
- Être moins ambitieux au niveau de la
prentissage. temps. Je suggère un découpage des ex-
quantité de traces et de lieux.
plications en séances.
- Les activités mériteraient d’être plus ap- À Barcelone
profondies notamment dans le choix des - Très bonne méthode car vous essayez
de tout faire émerger des enfants. Ils sont - Très bien, en fait, la question des sciences
sources consultables par les jeunes / beau- sociales, nous la travaillons d’une manière
coup de temps de discussion stériles. constamment en réflexion et actifs. La
phase durant laquelle les enfants doivent similaire à observer / chercher / approcher
faire des liens entre l’histoire et une problé- la réalité actuelle.
180
Pouvez-vous écrire un texte court pour encourager d’autres enseignants à participer au projet ?
ÉVALUATION

Sofia Skopje Bruxelles


- Le projet est unique, car il aide les jeunes à - Le projet motive les jeunes à apprendre - Vous avez envie de découvrir un lieu de
comprendre que chaque endroit, chaque plus qu’ils ne le feraient en classe. La rare manière surprenante ? Vous aimez les nou-
bâtiment, chaque personne que nous opportunité de travailler avec des étu- velles rencontres ? Alors participez au projet
rencontrons sur notre chemin a une infor- diants de différents horizons et de manière Beit pour apprendre le monde autrement.
mation à partir de laquelle nous pourrions informelle pour rompre les stéréotypes. - Ce projet permet aux jeunes d’observer
tous apprendre. Les enfants apprennent C’est un projet très intéressant et les étu- plus précisément les éléments de la ville
pratiquement comment rechercher des diants l’adorent. qu’ils voient au quotidien sans y prêter at-
informations et des connaissances et ap- - Chers collègues, ce fut un grand plaisir de tention. Ils sont acteurs de leur apprentis-
prennent que cela ne vient pas aussi faci- faire partie de ce projet. Nous avons acquis sage.
lement que sur Internet. Le projet les met de nouvelles expériences et des méthodes, - C’est une aventure humaine riche et très
au défi de réfléchir sur place à ce qu’ils en- et avons établi de nouvelles relations entre intéressante. Avec des groupes bien pré-
tendent, voient et apprennent pour réagir différentes institutions. parés et encadrés, les jeunes découvrent
de manière adéquate. concrètement une part de notre histoire
- J’encourage d’autres enseignants à parti-
- Expérience innovante qui mélange intelli- ciper car ils apprendront de nouvelles tech- commune. Ça leur apprend aussi à obser-
gemment histoire, géographie, urbanisme niques et méthodes de travail nécessaires ver ce qui les entoure et à chercher un sens
et connaissance de soi et rapport aux pour l’éducation d’aujourd’hui. à tous ces signes historiques.
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017

autres. Tentez l’aventure ! - Il s’agit d’un projet où le jeune est au coeur


- Le projet vous incite à repenser notre ap-
- Projet éducatif qui a aidé les jeunes à ac- proche dans le processus d’enseignement de ses apprentissages. À partir de l’obser-
quérir des compétences d’observation et et d’apprendre des étudiants. vation des traces du passé, les jeunes sont
d’analyse telles que le dialogue et la com- amenés à interroger les gens et à lier le pas-
- J’ai acquis beaucoup de ce projet. J’ai
munication avec d’autres jeunes, et qui les sé à des sujet d’actualité.
aimé le concept d’un projet, pensé pour
a fait sortir du milieu scolaire. - Découverte, enthousiasme et partage
connecter de manière agréable des jeunes
de différents groupes ethniques et sociaux décrivent parfaitement ce projet qui ou-
Paris et pour encourager leur coopération, l’em- vrira vos jeunes sur leur monde de façon
- En 2 jours, les enfants auront construit leur pathie, la socialisation. active hors des murs. Vous et votre classe
maison, découvert leur quartier, question- - Le projet est un excellent modèle pour sortirez grandis de cette expérience.
né leur histoire, débattu sur des sujets qui l’éducation pour éliminer les barrières. - Découvrir d’autres jeunes, un quartier, se
résonnent encore aujourd’hui, interviewé poser des questions, essayer d’y répondre
des passants, tourné un film et ils en rede- et utiliser un support media, quelle belle fa-
mandent ! çon de passer deux journées scolaires.
181
Barcelone
Marseille Aimeriez-vous y participer de

ÉVALUATION
- Superbe sortie pour les enfants, cela - Proposition enrichissante qui permet aux
change des autres cours. jeunes d’avoir un point de vue différent sur
nouveau ?
- Agréable expérience historique, humaine, plein de sujets.
39/40 accompagnateurs répondent Oui
sociale. On y apprend beaucoup et fait de
dont 3 accompagnateurs Oui, mais de-
belles rencontres. Il faut le faire au moins Londres mande des petites adaptations, 1 seule
une fois ! Je mettrais l’accent sur l’aspect social du (de Londres) répond Non, bien qu’elle ait
- En 2 jours j’ai donné du sens à bien des do- projet (même si cela pourrait être une ques- beaucoup apprécié et dit avoir été impres-
maines abordés en classe. Bien des com- tion sensible). Londres est de plus en plus sionnée par la méthode mais dit qu’il lui est
pétences que nous avons la responsabilité ségréguée socialement, comme d’autres trop difficile dans sa situation d’organiser
de travailler sont abordées : vivre ensemble sociétés. ce genre projet.
(tout est dit), Histoire, histoires, débats et Je crois que le projet est intelligemment
écoute, art visuel… conçu et mis en place. En tant que profes-
- Super moment à partager tous ensemble. seur, je suis impressionnée.
Moment inoubliable et intense à faire une
fois, à découvrir, Un grand bravo à toute
l’équipe.
- Le Beit Project est un échantillon de ce
que doit être la vie : l’acceptation des dif-
férences, l’entraide et la découverte de
notre patrimoine qu’il soit matériel, intellec-

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


tuel ou spirituel.
- Projet très pédagogique qui met en évi-
dence l’attrait et la motivation des jeunes
à pouvoir aller plus loin dans les connais-
sances. Une approche didactique sur l’art,
l’histoire…
- Le projet est innovant ; il rassemble vivre
ensemble, patrimoine et médias, l’équipe
du Beit est super!
- Permettre à tous les enfants à développer
ses sens, se poser des questions non évi-
dentes de prime abord. Travail de groupe
intéressant, culturel et ludique, les respon-
sabilisant.
182

RENCONTRE
ATELIER
TABLE RONDE
CLÔTURE DU
PROJET EUROPÉEN
15 & 16 janvier 2018
À Paris
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017
183

Ont participé au Wokshop: Londres Skopje


- 18 membres des équipes locales (facilitateurs et

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


Martha : Facilitatrice / Community manager Mitko : Coordinateur / Prof. d’Histoire à l’université
coordinateurs) provenant de 7 villes européennes. Rachel : Facilitatrice et Coordinatrice / Professeur Pavel : Facilitateur / Architecte et prof. d’architecture
- 4 membres de l’équipe de direction et coordina-
Agata : Coordinatrice / Penseuse de l’espace public Sofia
Artemi : Partenaire local / Center for Studies on Natalya : Coordinatrice / Éducatrice social
tion générale de Barcelone
Inclusive Education Marc (Coco) : Facilitateur / Éducateur social,
- 3 partenaires locaux
Bruxelles sociologie
- 2 professeurs Robin : Facilitateur / Éducation aux médias
Cécile : Professeur d’Histoire et civisme en collège
Barcelone Lucie : Coordinatrice / Équipe de direction (Barcelone) :
Milena : Coordinatrice / David : Inventeur du projet, architecte, président de
Raul : Facilitateur / Éducateur social
Frederic & Virginie : Partenaires locaux / Historiens l’association
Geogina : Facilitatrice / Éducatrice social
et archivistes / Archives de la ville de Bruxelles Elsa : Assistante de direction
Paris Pauline : Assistante de direction
Charlène : Coordinatrice/ Professeur de philo Marseille Virginie : Graphiste, chercheuse et architecte du
Lucy : Facilitatrice / Photographe Alexandre : Facilitateur / Architecte, projet
Bertille : Professeur d’histoire Alejandro : Facilitateur / Géographe, réalisateur
Raphaël : Facilitateur / Management, architecte
184
Atelier JOUR 1. Atelier JOUR 2.
RENCONTRE
- PROJET PASSÉ : Échange d’expériences
entre coordinateurs, facilitateurs, éducateurs et
- CONTENUS THÉORIQUES DU ATELIER
PROJET : Reflexions, critiques et éléments
partenaires locaux constructifs extraits de la table ronde de la veille 15&16 janvier 2018
- PROJET EN GÉNÉRAL : Reflexions et
échanges autour des questions fondamentales du
projet.
- QUESTIONS PRATIQUES : Reflexion sur à Paris
la question clé du passage de la trace au thème Salle Sorbonne de l’Auberge Yves Robert
et être capable d’en déduire des questions perti-
nentes. Comment aborder l’histoire en profondeur.

- FUTUR DU PROJET : Questionner la


complémentarité des champs d’action et de l’inter-
disciplinarité du Beit Project : comment intégrer des
secteurs différents de la population et des acteurs
sociaux pour aller au-delà de nous et des élèves ?
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017
185
Les éléments fondamentaux qui composent le projet

1. Être en mouvement / nomade / éphémère


2. Rencontrer l’Autre / le binôme / la havrouta
3. Construire, faire ensemble
4. S’approprier l’espace urbain / la transformation du lieu /
reconnaitre le lieu
5. Lire et déchiffrer le lieu et son vécu
6. Connecter l’histoire avec le présent
7. Connecter l’histoire de l’autre avec le vécu personnel
8. Apprendre de l’autre / débattre / dialoguer / écouter et
comparer les autres points de vue
9. Comprendre / filmer le vécu du lieu
10. Interviewer / parler à des « autres », des « inconnus »
Les éléments fondamentaux du projet : 11. Expérimenter / sentir / apprendre à observer
12. Apprendre à penser, à reconnaitre les a priori et à en sortir
Choix et composition des binômes de ré-
13. Prendre conscience de son rôle comme individu, partie
flexion en fonction de ses affinités. de la société plurielle
14. Le jeu, le ludique, le plaisir, apprendre avec plaisir

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


186

Les éléments fondamentaux du projet / Réflexion en binôme

Le futur du projet : idées


pour l’amélioration de
la méthode et dévelop-
pement du projet vers
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017

l’interdisciplinarité
187

Reflexions et retours sur la table ronde de la veille

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


188
TABLE RONDE LES OBJECTIFS
Le 15 janvier 2018 / 16h00-17h30 Cette table ronde a été proposée dans le
cadre du workshop annuel de The Beit Pro-
Salle Xavier Lacoste de l’Hôtel de ville de
ject Assoc.
Paris
Nous entrons dans une nouvelle phase du
Cinq spécialistes de l’éducation, de la so- projet où les activités se multiplient et où
ciologie, de l’histoire et du patrimoine sont une nouvelle dynamique se met en place :
invités à nous faire part de leurs vision du The Beit Project devient partie intégrante
projet et à nourrir la réflexion. du plan d’action de certaines villes où il est
Une première question tourne autour du trio implanté, comme solution aux défis liés au
patrimoine / éducation / ville : comment vivre-ensemble, à la citoyenneté et à la
répondre, avec les partenaires, aux besoins lutte contre le racisme ou les discriminations.
d’un lieu ou d’une ville afin de proposer un
Grâce à l’éclairage interdisciplinaire sur les
projet multidisciplinaire urbain, social, édu-
enjeux de l’éducation, de la diversité et de
catif et historique et ainsi encourager les
l’interprétation de la mémoire apporté lors
participants à assumer la responsabilité de
de la table ronde, nous espérons nourrir la
leur réflexion et de leur action?
réflexion des équipes et continuer à déve-
lopper notre proposition. Il s’agira par la
suite de faire le lien entre cette réflexion et
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017

la mise en place effective des suggestions


qui en découleront.
Autour du trinôme éducation / patrimoine /
ville s’articule ainsi une question de départ :
Comment répondre, avec les partenaires,
aux besoins d’un lieu ou d’une ville afin de
pouvoir proposer un projet multidisciplinaire
urbain, social, éducatif et historique et ainsi
favoriser chez les élèves une responsabilité
face à leur réflexion et leur action ?

Une traduction simultanée Français/Anglais


a été fournie
189
Avec : • Marc-Alain Ouaknin, philosophe, vul- • François Taddeï, Il est un spécialiste re-
• Johanna Barasz, déléguée adjointe garusateur d ela pensée talmudique. connu de l’évolution et milite pour des
à la Délégation Interministérielle à la Homme de Radio (France Culture). approches interdisciplinaires tant dans
Lutte Contre le Racisme, l’Antisémi- • Joëlle Maison, Députée de la Fédé- la recherche que dans l’éducation.
tisme et la Haine anti-LGBT ration Wallonie-Bruxelles. Echevine Docteur en génétique et directeur de
• Henri Cohen Solal, psychanalyste et chargée de l’éducation, de l’ensei- recherche à l’Inserm.
cofondateur de Bait Ham - Maisons gnement, des affaires juridiques et de • David Stoleru, architecte, directeur-fon-
d’accueil pour la jeunesse la tutelle sur le Val d’Uccle dateur du Beit Project.

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017
190
191

Informations, vidéos du projet et accès au Facebook de chaque étape


sur notre site :
thebeitproject.org
Toutes les vidéos du projet par étape sur la playlist Youtube du projet

c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017


192

Merci !

Contact : David Stoleru davidstoleru@thebeitproject.org


C/ Julià 29, 08004 Barcelone / Tel: +34 93 441 70 66
c The Beit Project - RAPPORT ANNUEL 2016-2017

njamin
t e r B e
W al
i t u d e s”
té d’hab
i e u r h abi
t un intér
r u e es
“L a
thebeitproject.org