You are on page 1of 3

Cours Choix de la section d’un conducteur TELT

I) Introduction
La détermination de la section d’un conducteur se réalise en 4 étapes
normalisées qui tiennent compte des :
• Echauffements, en liaison avec le courant admissible (paragraphes 2 à 5).
• Chutes de tension suivant la longueur des câbles (paragraphe 7).
• Courants de court-circuit dans l’installation.
• Types de régime de neutre employés.
Nous traiterons, en classe de première, des 2 premières étapes.

II) Courant d’emploi Ib


Le courant d’emploi Ib correspond au courant que transporte le circuit pour le
service nominal
Il est donné en courant alternatif par les relations suivantes :

En monophasé En triphasé U : tension entre phases.


V : tension entre phase et neutre.
P P P :puissance nominale totale des récepteurs en
Ib = Ib =
V . cos ϕ U . 3. cos ϕ tenant compte des facteurs de simultanéités.

Exemple : Un radiateur consomme 5kW en monophasé 230V


5000
Ib = = 22 Ib = 22A
230

III) Sélection de la protection


A partir du courant d’emploi Ib, on peut déterminer le calibre de la protection.
On choisira un calibre In juste supérieur.

Exemple : Ib = 22A => In= 25A

IV) Courant admissible dans la canalisation


On prendra un courant Iz toujours supérieur ou égal au calibre des protections,
ceci afin que les protections puissent protéger la canalisation.
Exemple : In = 25A => Iz= 25A

Electrotechnique Page 1/3 Y.Sutra


Cours Choix de la section d’un conducteur TELT

V) Intensité fictive : I’z

Le mode de pose, la température ambiante et d’autres


facteurs provoquent un déclassement des conducteurs. C’est
Iz
à dire qu’un conducteur, soumit à des certaines conditions de I’z =
K
fonctionnent, verra son courant admissible fortement
diminué.
Il faudra donc prendre un câble plus « gros » pour I’z : Intensité fictive. (A)
Iz : Intensité admissible. (A)
supporter le courant admissible Iz divisé par un facteur de
K : Facteur de correction
correction K : ce courant est l’intensité fictive.

Iz 25
Exemple : K = 0.48 I’z= = = 52,1 Iz = 52,1 A
K 0,48

VI) Le facteur de correction : K

K = k1 . k2 . k3 . k4 . k5 . k6

 k1 : facteur de correction en fonction du mode de pose.


 k2 : facteur de correction en fonction de la résistivité thermique du sol (câbles
enterrés)
 k3 : facteur de correction en fonction de la température.
 k4 : facteur de correction en fonction du nombre de conduits dans l’air et de leur
disposition.
 k5 : facteur de réduction pour câbles enterrés en nappes et distants de 0,20m.
 k6 : facteur de correction pour groupement de plusieurs circuit ou plusieurs câbles
multiconducteurs.

VII) Sections des conducteurs


L’intensité fictive I’z va nous permettre de choisir en prenant la section qui
supporte un courant supérieur ou égal à I’z.

VIII) Chute de tension dans les conducteurs


Une fois la section déterminée, il faut vérifier que la chute de tension, produite
par le passage du courant nominal dans la canalisation, reste inférieure à un
niveau acceptable.

Chute de tension maximale entre l’origine de l’installation BT et l’utilisation.


Eclairage Autres usages
Alimentation par le réseau BT
3% 5%
de distribution publique.
Alimentation par poste privé
6% 8%
HT/BT

Electrotechnique Page 2/3 Y.Sutra


Cours Choix de la section d’un conducteur TELT

 Formule générale de la chute de tension en ligne :

ρ.L
∆U = ( ϕ + λ.L . sinϕ
. cosϕ ϕ) x I
S

∆U : Chute de tension en volts.


ρ : Résistivité cuivre = 0.0225 Ω mm²/m
(à 90°C) aluminium = 0.036 Ω mm²/m
L : Longueur de la canalisation en mètres.
S : Section des conducteurs en mm².
λ : Réactance linéique des conducteurs ; valeur moyenne : 0.08 mΩ/m.
ϕ : Déphasage entre la tension et le courant ( pour un récepteur résistif ϕ=0).

 Chute de tension relative :

∆U
∆U% = 100 x
V

Nota :
Il existe des tableaux qui donnent la chute de tension par ampère et kilomètre.

Electrotechnique Page 3/3 Y.Sutra