You are on page 1of 11
© Aubier, Pars, 199, ISBN :2-7007-3355-X | ! Introduction Une odeur de mort et de poussitee: odeur du livre Voila, sur fe taval de Phistorien e conse chagrin da par fumeur Un peje 'sccompagne entéant comme ls leu ommuns, gol veut que celui qui cherehe dan le livres pute que dans fa réalizé ne pote pas le poids des questions qu'il tte, et gue, passant fa vie A feulleter, i ne st ni ress ni tourment par ls dures ois dela pene. Mais, qui nous dit ~ ou plutér quelle autvcé vous eonvaine ~ que la lecture, ce qu'on apple interpretation, n'est ps asi une forme de vie philsophique ? A considrercetaines descrip tions du phitosophe médival, if past qu'il sit ee demise tall sur le modele de Tautodidacte qu, dans La Nausée, ‘emfche la vie des mors artangés si les rayons des bblo. theques — un avtodidacte qu n'aualt jamais dépaseé la latte A A comme Arist1e, A comme Alkindl, A comme abi, comme Athazen, A comme Avicene, A comme “Averrots.. Médiéviste, je n'entends pas dicute ic ‘question de savoir i Ta philosophic a jamais plus, ou ‘mieux, qu'un exercice ou qu'une discipline 6 lecture et Aria. Je aise également de ®t celle de svc i lle our, jour hui ene, devene autre chose ~ une «sure philosophie» ~en ateignant Ia rive bénie du W, comme ‘Wingenstein, oa, faisons un revel, da Z, comme Zorglu Ce que je propose fei mest qu'un live de plus. Un livre ovblement rolapse, pisgil trite non sculement dt hstire ela philosopie, mas, circonstance agravant, de pilo- sophie médiévale. 6 ‘WaRr es ceneaLirts 1 est vrai qu'en termes de letrines mon ambition est rmesurée: quelques A ~ en vac: Alexandre, Abclar, Abs teaction, Archive ~ un B, comme Bodve, et un J pour la ‘couleur et le dépaysement, celui don Sins (autement ait “vicenne, en costume oriental). Bre, un live histoire de 1a philosophic 2 la francaise, came disen, en France, es comempeurs de histoire dela philosophie, Ce court abe cédaire a, néanmoins, un object: poursuive, sar le train fe Vabstraction, le travail darchéologie philosophique entame dans histoire du «probleme des iniversaux puis dans fa traduction commentée de I'Isagoge de Por Dhiye?: Sa méthode est la méme, ses présapposss iden tigues. Cee méthode ayant &té diversement apne 1st pas inutle de rappeler ici Pune de se etgues. D'une archéologe philosophique Selon H. Pasqua, le tavall enteprs dans La Querell des universaus« se ralie a Scolasiqe heidegsécienne ‘pur Taquelle oul de Brees Vorigne une histoire » «pratique 'éole de M. Focal» (348). « Ramence & In-chute de P'Un dans le multiple», « histoie-Geschictte n'est plus que diférencition, complestcation >, « Tot le talent» de auteur état «employé A multpir tes poly- sims & historciser, c'est div, & substter au droal ‘ment des fait et des ies fa ge brs et ciscontinue des ov S08 « cats», pour a joindre' dautes membres de sa spposse parent, ‘ou Fen séparer. A de ares exceptions pres, Ls philosophes rédigvaux étaient confronts & des textes ingulers. Tl nest que de songer 2 Guillaume d'Oceam, ouvant, dans sa cope de Porpiye, species («especes») au leu dt (Gepropees») cu Priamd («Priam »!) a Tew do nov (Gen premier»), pour ompendee ce que la lecture doit ux sccidents dela eaiton, La chose ext prendre ot laisser ‘ape eeuvre manuscrite n'est pas un pack UT a teste & ST 10 ‘VART DES GENRALirs ions multiples, «edition ouverte west pas un legs de longue conservation. accident de parcours nest pts pour aunt le fin met du récit historique. Les énonceés ‘nt une vie prope ils souftemt ue suite de mésaventares 1 apparent au pilosophe den fie la chronique vant gus be ger 11 dot done sen remettre a texte, et ses met ‘moyphoses,consient qu'il efit que prolong un tmouve ment de révoversion, dont témoignent, dans leurs mper- fections mémes, toutes les lectures qui om prec la seme. Cela nimpique pas qu'il n'y at d'aure continue en his. toi que celle de furetages sucessifs. Toutes les letures communiquent et se difféencient par leurs protocols. Elles durent ce que dure leur eapacte d'ordonner la matte sou ‘mse. Mais a mater existe et insite. ‘Le savant médiéval est un Romme da Live, un homme ‘archives et d'exhoration. La tiche de I'historcn de la ensée médiévale en est par 1h contrainte, pour ne pes dire réforme i Ti faut non seulement mete es pas dans les traces de ses devanciers, mais resttuer le réseau @00 énoneé rend cops, dégager son « soc Gisémique», laisse guider par archive et niser parler ses dossiers Ce ‘aisamt i répond autan qu'il est possble Ia singular de son objet dengue, qu tent au fait que le Moyen Age est ‘ue priode de histoire b archive elle-meme pense eo Te philosophe est en quae sorts sppropié pa elle, ‘Un monde de textes cirelant les uns dans les nutes, soutenus par une parle ec une mémoireextemes cele dela lectura, de explication de texte » conduits publiquement ‘ar un mate, celle de la disputari, au fait celal ent textul dans le jeu de argumentation tlle et archive médiévale tlle esi ausi Penégtee qui Mexplite : une pa tiqueinertextuele qui structure et ecomnpose indéiniment lnmasse archives. Emest Renan a clarement formule le da gnostic qe la moet, tran a legon de la cetique hua: late du Moyen age, a post sur ce phénomene, Tout résume 8 cela le Moyen Age a ignoré la phillope. Les smédigvaur nvont cess d'exhamer des archives es wont es de es interpreter, mais, précisément isles ont ives ‘une interprétation, cesta 4 un jeu purerent forme, 6 doit inpuisble, de rapprockements et de compurdisons, ‘coupé de tout sou pilologique. Le reproche est excesif tun Thomas d'Aguin est par exemple, pour nous rppeler ‘ue les médigeauk ont pas tout ignore de Is ete tex tuelle-, mais i impligue une question que tou histoien de Ta pensée médiévale dot affront: comment stop Je teavall médival sr archive ou, si Pon pretere, comment le Moyen Age ail renconte I Antique ? Voile terain ob se tue le probleme des permanence, des récueenoes et des ‘ublis: non cel d'une métaphysigae ov d'une théologie de histoire, mais oti d'une tore dela condition texte. ‘STagissant de philosophic, Ie question se laisse ans! ‘eformuler : ques sont les énonoes gui ont termine a ro- Auction pilesophique du Moyen Age? Nows ne patios pas seulement ie des «grands » textes, mais aussi de oe ql et accompagne tls encare ~ glses, schoies,abrépes = de ‘ers multiples avatars, des vecteus et des figures de leur ransmission. Muliforme, archive est pas un dépat mrt, est une éergie fost. Le principe quip notte teva ext que archive elle méme pense en dannant & penser La ‘ensée qu se constuten elle nest pas une épition dela pensée gui fut, mais upe anamntse de celle qui vient. Le pilosophe du Moyen Age ne cerche pas ongine dans des Sources fixées une fois pour tates, I aise venir Ii dans des textes qui se camposent tse refont sins cee. Cela. une consequence pour son historien, Dire que la philosophic médiévale est une anannése, impose une conception de histoire comme wansfert cutie long on, pour user d'une expression laine, comme tans: {avi snudiorun~ dsgnant pat 1 le déplacement, e t- vement de archive et de lt pensée d'un centre dudes & Paute, dune «capital inceleculle» A Pau, Wai cae {Gris lllurs les figures de ce glissement* Il suit de 5. Sul lite ens cmmémoraton et emir, sa venir Andenten), et resouene agedotr) ct. W. Bejan Zenralparh 3a, Gesamte Shien, 1, yee es com Imentares de IP. Courtine, «Tempra orkid Scaling Roseneweg-Benjnin nL. Ragga (6), Flora del Tempo, Min Mondor, 1998p. 162-182 ‘6.8 de Libra Le Philosophie male Premier cyte, Pari, PU, 193 2 LVaRr Das afwatirés rapt q's pss hisses de pilosoptie qi se , «rages», canbes «ives cates cry pseu periods, lsc re soars, hf pers monde tras eel pages woemment som Fedquete emeaicale» Now Sale: fom it This od ts anf de ee pus Semment sande, qu commence Athncy, se comae 8 ome, pour socheter (ns espace deci) Fas te histoire tava pr es «lune ter oui tis Sterns nm Salement ee ar ria Sratres concept et ives rset ences sn rt ernie en args es lrmes gone Mhrizon do tava enceps generals» bord, ms mt exec ca tance» csbsan ace «concep, cmap tion» bien ates gt estimate dour een ne dette’ pas un programme de ecerce niu, dee tbs les iments srt cs daance. en ea eB teste examen do sere sus lear sare oe tenance aueleanue de fa philosophic mame La tice de ise Henne strats tomer econsaes ers muna ones pissophes anges et medica on sso fatimecene des teres drs ae rblerauesppnce invariant part advert dee ene» ya, tne prbigmatiqe pilosophigne dans celia, ihe de Thistovn ext den nee Tn gets un prupet od st consttion La cemer eta nmmer wane ot espe d'une quran ie conn terse slg det tems sous divers formes, ete angpretes et malts fois drovécs, ef oul coup, qe dee pio sophie fe ontante mis en ope trite qa pee "emment lever a fang de pesfomat le de Pre= ner Roman, Nore sion et ute ces te oan oo ‘eulns (oi) a tava, hcommencr parcel dew gen ‘ais, qe mows nseivnn slr offerte ax TOF M. Chain Fas or tyes» indice dein! emes, 11196) p32 : rerRoDucTION 3 ‘multiples fterventions un are ql se cherehe en elles, aux confi de dverses disciplines, que nous appslons, mais nen fot pas toujours ainsi, «logique », « philosophic di langage», « onfologie» et «psychologe». Ces termes, ces {amills de mots, par od chemine note enguét, nous Tes tyaltons avec une « autralitébienveillante» ui ne nous parat pas plus déplcée dans Manalyse conceptuele qu'en foot atte type d'analye seul Te texte, autement dt wh comps litraire dans tocs ses état, adit 8 association libre » Ces termes, dons, nous les prenons tes u's som, 12, puis latins, et nous les repatdons jouer, spparate, Aisparae,reveir, se transformer. On nous dia qu'il sag ‘d'un simple posse et non histoire, qu'il y manque ce {ui fait proprement une histoire: la cohérence et un projet. [Nous séeuserons deme I'objecton. histoire que nous eracerons présente ane cohrence celle que promet notre soustive. Nous meion en place um réseau pour y meénager un acces. Notre meshode est de consider les choses od elles se novent. Cela vet dire dans un certain nombre d'éncncés, de thises, de propos tions 0d s'aiculent des mots et des concepts grees. Mais 5 moins ne sat pus pris au asa Ty sont cités dans le adee une «afsire» qu'on premier dossier ~ celui de La ‘Querelle—nous arévlde sans que noasVexpotiens & fond. Ce sont les termes de cate « affair» que nous invitons & (Ge)décourtir ave nous, en les lissan merger progressive: ment, eOx et eur sens, dans le eroisement epee de pli sleurs problémes Wes & la théorsation du phénoméne qui Darsite et active a fois le centre du réseau que nous avons ‘tudiéallers comme « prbleme des universaux » - Trobe traction. y ala. un pouelinvestissemet da «probleme de Porphyre», centré sur les multiples questions gue posent (ou Sent censées résoudre)cetnnes analyses antiques et medi vals de ce qu sénonce dans le pre agaloenie et Ie latin ‘abstract. Dans cette généaloge, un disposi occupe une place centale celui oi asuré la traduction mécigvale fd complexe gice originate ~Ia Translati et les dex El tionesommentaites) de Taagoge pat Bodce “ Laer pes céNeeatirés “Trois «contemporain + Alexandee, Porphyre, Boise FFondé sur histoire d'un corpus Hite, notre travail philosophique, qu'on le nomme « généslogique » ov ‘arehéologigue», n'est évidemment mi une géndalogie au ‘sens propre (ietschéen 2) da terme, ni sirito sensw une sarchéalogie du savoir » — au sens od. Ventendai IM. Foucault Il ne suffit pas de parler de « réseaux > pour «pratique Pistote & Ecole de Foucaut», non plus gue pour ener aT'EDF, ce quan jeu des sigles, review 6a Feurs au méme. Ile suffit pas non plus, sans doute, de reprendre le beau tire de M. de Cereay ~ L’Absent de histoire ~ pour réssit & pointer philosophiquement une absence orpaniatice dans Mistoice de la philosophic. ‘Nrayant jamais appartenu a I'«école» de M. Foucault ‘aguels, pester, nexste pas), i ne me dpa pas, en revanche, dessayer, autant que je le peux, de peatiquer Piste Bsa suite ~ je veux dre: en cerchant a mete en relation des dispositifs extuels, qui ont une hist, et eer- tains dispostits conceptuels qui résultent deux selon des procédures complexes, imposible & aborder sans faire feterveni, fitce d mots couverts, es notions fovealdiennes d'«énoncks disponibles » ou de champ de présence » ‘On dra qu'ainsirédute au texte phitosophigue ma ‘conception de Farchtologie d'un savoir est & Parchéologie de Foucault ce que histoire locale est &Vhistoire tout cour. Eon aura raison. Mais Je ne vois pas 18 ure ertgue. En plilosophie, une histoire de longue durée ne peut re que locale. Tout médiviste le sit: une histoire de «la» pio: sophie médiévale n'est qu'un chex pus oa moins ben af- Cul ahistoires sectrieles. Le point de départ de Vhisoire fqy'on va lire et done un réseau de concepts port par un reseau de textes. Je consid ce réseau Ta ob il e constitue comme te: chez celui qui est, 8 mes yeux, e plus que tout ste absent de histoire» dela philosophic médiévale A Alexandre’ Aphrodis. (Ce réseau aphrodisen une durke propre, qui fait que tous ceax qui vennent s'yinserre sont en quelque maniere, f iwmonucrion 1s hilosophiquement comemparain, mee si, pri hors de ce reseaty, tout les repare, Te veux parler de Porphyte et de Botce. Pour dsignr ce complex, il me paratlgitime de forger expression d« épisténé alexandrinienne». De cete pstéme relevent, elon to, fous les autears qu, de Botce A Xl side, ont abordé sous des formes diverse le com plete de licux, de themes et de problemes que J'ai provi- Eeementindexés da terme abstraction, Piere Abslant est ‘de ceux 1,5 tant est, comme je le erois, que est chez i ‘que culminent, via Bobce e Porgy, Tes choix philoso- phiguesengaaés pac Alexandre. ‘Crest done a definr et argumenter cette «contempo- rankité» "Alexandre, de Porphyre et de Bote, que sont ‘onsacrés les deox premiers chaptes de ce tava et par Ik ‘mgm, défendre le principe de durée philosophiques sn- azullres ménagées par certains envois dans le cadre d'une hisoite Geschiekie que je n'ai nal seupute A entendre ‘comme « diffrenciation et complexiicaion », Uberiefe- rungsgeschicht,« histoire une transmission». Par Ti Je ‘ros pouvoir teil gageure un travail tout ta fis dis ontnsiste, elvis et holst. Dscontnuse, parce que le Moyen Age fink pat « sortie» braalement de I pistes lexandsinienne» (ot point de ne plus mtme etendre ce qui article); relatilt, pace qu’ me part imposible de omprendre, cest-adire aussi d’analyser et de discuter le fens de certanes doctrines @/Avicenne et d'Abélard en ‘ehors di réseau conceptuel tendo par Alexandre ot Por pli (ainsi que par Boe, pour les Latin); halite, parce ‘il me pari impossible, pour les mames raisons, de lis fer de e8té Mhorizon problématique d'ensemble ot s'ins- riven les divers enVois philosophiques proposes dans ‘ertains théorémes,regles ou distinctions. Mon but nest ‘Sone pas de montrer que les philosophes du Moyen Age ‘entendent pas directement ceux de 'Antiguité qu'ls ont ‘chicun pour soi leur corps de doctrines et de probitmes, tous incommensumles, ni, @forio,de suggérer que nous fe les comprenons pas davantge, faut d'appateir & la sméme épistémé ; ma tlche est, au conraire, dexpliquer ppourguol, en dépit de tou, is s'entendent, se comprennent tse eritiguen, partis mime més indecent, 6 PART DES ceaLirés Le socle épistemique des emote qui me permettent Sinscrre& distance Abélard et Avicenne dans In méme Tongue dorée philosophique état constitué par les tois ‘contemporains» que sont, mes yeux, Alexandre, Por pyre et Bobce, le moment est ven de les présente, Alexandre d’Aphrodise Profescur (ibiowa) de pilospie arsine a répoque de Septime Seve fd Anonin-Caacala aut Ape tee De fo, Alsace Aprie(robae tent Ano de Car)» ates de de aceon motte dui sible. Qui ait ile tune chare impede philosophic msttcien hens oa dune ‘hie municipal dns ure stewie de Emp (e gu Porat moins rien, «én ot Tole pepe eae de eee sate depts mgemps ye als {qaonté5s mates ete ein ui dit it ‘oat Sones gol pst ences tame, oa Tun des dex « Aste »~ Arita de esi Aste de ‘Mytéoe > ver lage ceive conecten dn passage Gh De ttc parler ret criiq), Aland s toujours ee comideé comme um des tapes ler pas fotos Anstote 6 Stagie, Parl cs nombres ‘eaves prs ene ten arabe cerns ot oot te capt! dane i rxea de problemas Te he gus tind abstain eg gt, Hen si, ae at tart Geto Goma) ses ‘guests ou tats tans en are ’hypmese due no, Sbivons et noth eforcerons de vee est qu ces < qventon » ont prfondrent ec es tines losophinnes de Pore de Rote, vant de poser ae ‘erent pares sce a pepper comme Pane 4s iovationspsepighs spas imprants ANE ene la dcctine de de indfece de Vesene Porphyre [Né en Syren 233 ou 234, mort Rome vers 310 apres JC, Porpyse, «le Villard! de Tye», selon Vexpression erRoDUCTION ” de Libanus', a tudié & Athines, 0 il eut pour maitee Longin, puis b partir de 263, 2 Rome, ob i a €€I'un des Principat disciples de Plotin, C'est peut-tre 1A. qu Abordé eertaines ceuvtes Alexandre, pusque I'on sat, préisément par sa propre Vie de Platn, que le pilesophe 6 Aphrodise fis parte des auteurs tates dans ecole de Poti 2 Rome. Auteur de I'sagoge, « Introduction » aux Catagories Arsiote, et de deux commentaires sur eete sme cere, Porphye a inauguré une lecture concordataire Aristo et de Piaton, dont ls effets ont port jusqu’s la ‘scolastique néoplatonicienne du VE stele, pus, adel, dans le monde migra latin, Cet Vat aspect di tava de Porphyre qui tuteois,retendra ici note attention inscription de Tsagoge, cde ses textes satelite, dans Te ‘courant ngo-arsctlicien iss Alexandre, et le be joue par ceruins concepts porphyriens dans ia tradition de "alexandriniste Le Prphyre que nous irons ic n'est done pas Péditeur platnicien des Ennéades, mais le pipaté- tien qui, comme une sone de moyen terme caché, unit Bodce & Alexandre Bove ‘Mort vers 524, eu terme d'une carve politique & la cour du roi ostogoth Théorie, Anicius Manlius Seveinas Booths a lis une cave sbondante de taducter et de ccommentteu (ur laquelle nous reviendrons au chapit 1. Situer cette weve dans histoire de la pilosophie next pat ‘asi, compte tnu dela place Iegitmement accodse pat PPhistriograpie aux eavtes aon «arstotliciennes >? lt CContolation de Philsophie ou les Opusculerthéoloigu ‘On peut, cependant, le fie si, aver S. Gers, on remarque ‘que Botce «list» Platon et Aristote «la maniee d'un ‘éoplatoniien athénien ou Alexandrin du Ve siete» (Quiestce a dite? Selon Gers, ois choses: a) que Bote Sor Pophye, oir es émentsbogrphigues Digs pga fours dane nee «niuton» 8 Poy. logs Sup Vi 5.CL5. Gen «Bouts», R Goll (6), Dictionnaire der ttpher niu Pai CRS Eaton, 18K. 18 ‘VARY Des cENeeALrTES ot convine g Aritoe et Paton sont en hanone dans ters detnes ue reer doe ie come Une pronedewtge's Teta second que Arte ot Principle un ogi, alr oe Pao epic Feat holga vate a piosop de Bosse et ‘Tsoi avec en eaon $e ene seofques ov mathe. rnatgus“pythgorsens Boch, Neonat, Polenes Geese) ava tect «paras explciomen, des Psp ecm ry in Eure Pain, Pop tanbign Ces toe remagurs Son foes (an nor yap Coleone ame bigu) comme est aforton i ght Semen fait aie Ges que «approche Bote et event tet cele qa a pl fpande dans sees due Tepogue de Porpyre Ite mange i'n Sale |onpar ote ars hae atmos de epi {enleandinienne» Antement dt Peetu ath travers Pobre tas roche @Aleciute que de Sot ropes contemperas pls proce ml des pastes de “isusio epectif @Alxane et de Pore qu des Sins props pb proc, ef, ds mediopatanes aue du néocpltoniame ». Cet pete que moe “rer wes auteur spt par des demsis comme es «contemporain» pifosphiges pout Ee fe orn dco > sou i pend pat de I aie an ate GoM tle some Abelard dase mime tsa La cose purrs tone shude ov mote Senate en ec de ater las aspects marl, ees estes de Oberle rangigeschihe concepts be des denandr comment iene anne maces on mss ‘eaves aul on es ov comaesdrstement onde. tenet Be mone, ete tc tener ‘nent denen oars on jas cele weft sous Terme «tate» de meme es docnes enous son trues tans ont amas ures prtement P Ponies acesils ou momen delgée atx yen fe Ancien Le niveasd rman pionoptiqe eek ‘ceient moins, si e Pang tele, oe ssteopueTioN 1 considérable déperdition. Comprendre comment Is pilo- Sophes du peste ont effectivement philosophé réelame moins de savoir oe iat le niveau de leur demande pilo- [ophigue que de determiner ov, au tins, de conjectaer la Imanigre dont se présentit pour eux offre pllosophique, La tia formée par Alexandre, Porphyre et Bote nest pas {e véanion (posture) eum ela de qustionnenrs iran out Ge lear propre fonds, lle est abord matériel, textelle, Hitéale et est cote matéiaité qui conduit & Abelard, En occurence touts ove ic sr un point: comment Boése, ‘vansmisT'«épstémé alexandrnienne» teu luiméme acces, comme traducteut et ommentatet, Ala chose mm, c'est aux textes (Qu'a it hn? Que pouvat ire? Pensée scolastique et penséesehoiastique ‘ei, selon la formule de S. Gersh, ne pilosopie «tépandue dans les 6eoles depuis lépoque de Porphyre» (rest nous gut soulignoas), Botee a, nous y reviendrons, Cong le sons de son atvté comme certains de ses contem- porns hellénophones d'Athenes ou d' Alexandre, A-til pour antan avail comme eux ? Ail mie ravallé sur Bo avec eux? La question ext importance: elle regade le ‘niveau de son laformtionphilsophique, ample, 1'éen- fie de son comps archives, mais aussi et pa 8 a marge tle mancuvre personelle par rapport A es sources, et la possiblié aller au fond des doctrines ou des probiémes Differs ou proposés. Une hypathiserécenie nous oblige 8 poser en termes quasi matériels Ia question du savoir de Botce, Que ce dernier ait chronologiquement sppatena. 8 anivers seolstiqae du noplatonisme tari ne sit pas de ‘oat. Qu’ il en reeve coneepuellement est beaucoup moins Ste Qu’ ait ea la porsbilué materelle, scolaire ow inst futlonelle d'enelover, es extmement douteax. Quel sens Jail dealers, & parler de aspect scolaire d'une euvie ‘ui précisément, ne sex pas constitu dans Vespace dane Grote? Botee n'ai pas un «professear de philosophic», ‘Un seolestigue tien des années 500 ati um profes 2 ‘UART ES GenRaLirts| feu, um home de mic, qu ensign un cores, dns Ue istution pie, selon des methods cannijns ten Jong an cursus organs On peat imagine ql onsen, our fee dune ashe lg documentos Cente Ea locas de Bote nerpreant, pur ecmpls Fearn all ol ets ee ctf emesis ges ob puitr a nate dese potion dese dsincttons ot de ses cotques? Selon Shee pone de mat, vi nga come on tra oagoge, pts voi doané un renfer commande Tees i Ret fonds sr ne traditon de Mars Visine Lsmeceeeg ‘25d I soge wise pr Bote apse eases Se ownan pour ithe epic de ermine ce qu so ove 4d ce mansei, compl tent de erin anise Intrducon etd Second Commented) Sel ante he oncosion gue le taducte de /vegoze a ereoene eemprntson ineepaton de Porphye sos shale rea tales ® qui, das son exemplar: devaien probableceey sccompapne le tee pomphyten Bn ae tes ele pe expo es ales de Shel ea Benet coli tan acces ‘ment dans une dition sos, Boece sea bee ne pas dr etclisivenen un penscur que on meres ‘cholate, mailementUendan un cen ee Irae de tansnsion dex enone Lnypothise de hil a é vigoureasement dst, otarnest par. ben nous y evens dase ‘ee consacré 2 Bote. En Facteptant pour le mesee Sonne a moins sai ns pa swale 2 merle atansnision pate ce qe as ae spel «pier slerendnicane te si Phypuhise de She aut on pence CE Stich « The Grek Copy of Pry” gop wed Boca . Wiser 6), Arison Wert and Wik, ch, Dee Yet, W de Gre 86 6 12. INTRODUCTION a spécslement pour lig ext slon nou, a pica {eurce einpation de Botee, Alexandre @ Aphrodite txptctament allgu park comme son guide en peat tise danse complee de pobemes que fan 5 fre sou te de « roble dx univers» Ensen Shit on pout done fare une hypotese préle sa l aman dont Vexégise greeque de Msagoge a3 avers Bodce, imoréne Ta dicsston médivae laine et meas omprendrecemnest, dans & disposi, Alexandre ap ‘scuer une place la foe cen et sect, Toue- fo ete peer contador Alexandre dans Jc tense de otc, qi prms ese on mpc ap 4 en evitant ene a sooatge aie t In pemnée requ, rage on a seve, d'etre neal, Fon Tete Ae inerprtation vale des crconsances mate Teles qui ont determines Pexitnce de achliee [rcgtes dane a copie manic aya er Ms edcon Ser hogoge I est ps dans note ition bin a contri, de contser porns fain trite Tec dn seit boésen de Porpiyr et nan sn rie timation denote propos. arguments (une mane preset fre) these meme genous denna I Apendace de act philesopiqu pa appt aut ule tiple reseaux dane lequee Wien st rate et a Imani single don chases onsen don not forme 8 Tachive don tp Tne dees fr: rgeniton onceptement abled corpus de ‘hotel person det lemme, le edie, ales des decrochges et Fimpeecion des marquages, ql som parte ingame de 4 mate oursen en hrizon ret a fest nerptetrtucterscconpt par Boe. On peat Ene dre ise inner out en ouvant sa possi, parVotie dune «configuration de savoir» disemin, qi Eppetent a pioeophe de aval et de matter et en gna Ia(w)eonsrcton concep, Qu Fesegse ‘odctonne de Porphye site trae lure cles tattle exe A tae ct commenter ae done ps Simplement qu e raved hiosophe ancien sit dan Te carde Bots he comme leatte bate «doctmentaion » n Laerpes cantatas 1 y a pus, pon ines, Das sa matt plus, dans son orgmiation mate, archive posers Cestie ass «rr le onsale. ce tet penser. Mais elle conserve aula trace de preston. {steers On att de ne ps consider esos de rs Iresrpinsenchisens. Que Bote nose sok obs Inet pas engi es ives Alsanie poor contre Snerpeton de goes one es pep Slements dans Te champ enon res wok venent ini pour ifs roposons te prs ae dans de simples diagrammes, sgn pus ele ape. ‘ements ope pour es eis vent ee es thee ndovrisuliienes- Alexandre et la problematique (Géo-?) paonicieme des eniversax sot erga a fete plosophique de Porphorelniméne: En dates Ios es soln manta pe de ougoge ln ar Botce ne liom psi hon de gu conte aoe lecture alesandnieme » de Porpye’ is ate contra, permis de tranemetie, fotze sir Un mode dkaoumné of iconscient, ce que Prpye aval cnsiem:. tet et cidénont err Acta pour dete ‘arse conepuclement fe pottme des utveat La présence Alexandre a er dela problematgue porphyrene da statu des genres tds espe nes psf ‘sat i edge respect impose par ue lens. tance mate In faa dun compar ale accompli par ue ote de retour marl eel ts Bret lotopiae de Rope La sls du mat re ats par Bobee won pis produit un Porn S leaning» pa a vole ps ou mcs ens ‘un sopiste incon. ies ont pr Tiere de Bote ie au Moyen Ags les nested pean pil sophiqu name par asst de iagoge: pene on ome, au nom du psipatéisme, les thoses majeure Alexandre sr es unvesun ‘Quelle que soit done Ta pertinence de hypothe de Shel sure mse esd oagogem i fate ls Ion que iu st Ton aezepee sn scart poser ue ee {Vuttisation par Botce de scot grecgue su sagoe, Vintenton mete de Prpiyea pus accompli dan so isTRoDUCTION 2 ‘le: contri une there « aristticienne » ces. daire ‘alexandrinieane », des universtan, face & (ou a dt de) a {oie « platonicienne » des Formes sépases. En empman- tant & Alexandee de quoi répondce a « probleme de Por- Dhyre , Botce a dane répéé a distance ce que Porphte Ii: meme avait fat pour poser son probleme sia pensé avec Alexandre. Qu'l ait &té guide en cela par des schoies ot Gui ait dsposé de documents de premitze main comme le soutien, contre Shi, 8. Bbbesen), le slat pilosphigue est le meme, et le caracitre indirect do son information sur ‘Alexandre demcureinchangé en ne proute que Boece lt Iu Alexandre, et sil en alu quelque chose dans quelque texte complet (de Porphyre ot d'un aut) it n'a pu fire fauire chose que ce qu fat, selon Shel, le compilteur inconau da « manusett gre de sagoge a mis en rela tion ce qui, chez Alexandre, était d'embie en resonance vee les prcbldmes posts dans, par ou & propos de I Tsagoge ‘Les pages qui sunt sont done consacrées a recon: tiation de Tre Epstéme alecandrinieane », car de quelque fagon que 'on se repesente le savoit de Bobce, il reste que ce sont les thises Alexandre qu ont readu possible le ‘questionsement de Porphyr, et & raver I raion iter- Pretative de Porphyre, cell de Botce puis, & travers Bode, ‘celui d'Abelard Sue cet contnutéparndoxae, note tra vail vise @ monter ce qui demeure, du monde grec a monde fain, en dey ou au-dela des conventions e des 6 ‘qutageshisorographiques (comme Paristosisme, lr pla tonisme, Le néoplatonisme) : la Figure, chaque fois singu- lite, du pensable,d’ea proctde une durée historique dans ‘ordre du concept. En prenant pour objet la longue durée de Iu epistémé slexandrinienne »~ depuis PAntigits tardive osgu't ta fin «du x1 stele latin ue I'on apelle généralerent, etl trait prend ii toute sa saveu, I re de Bote » (Aetas boe- ‘Hana, now oublions pas, por aut, la these de a ans latio studiorum. Nous moatrerons done, dans wn demice chapitre, que le soc épistémique alexainien ne pote pas Teseul monde atin acide ‘Ce qui fascine, en effet, dans la traectoire de cot aure « Alexandre», c'est précisément cela qu'il rege, te le 4 ‘VARY bes ofneatarés Scent in re smc ae ee is non directement superposables, en terre d'Islam. Ce. tesa lass I even spo laméme histoire, awrement Alexandre d’ Aphrodise La tori aristotliciene de abstraction est une théo- rie complexe, qui fat imervenir des éléments dives, ‘raprntes& plusieurs disciplines ou champs, san about & tun ensemble parfaitement structs. En philosophie pre- ride ou, plus exactement, méme si le terme est anachro- rigue, en onotogte, la thse centrale Aristoe est le eet des Fortes séparéespltoniciennes: les formes sont inh ees ax choses, eles font partie de la stroctre des com- posts et ne peavet pas plus exister en dehors deux que la mative qu’ellesinforment. Toute forme est donc, en un sens, Ia forme d'une chose concrte. Avistoe fai, cepen- ‘dant, une cetaine place aux formes universes en thearie ‘dea connissance (Vabjet dela selene et universe non Te singutier ot Te particule) et, arta, en psychoogie dela comaissance (les universuux existent ite de concepts, <écvgs des choses selon ae procédure cognitive ordeané). ‘Ce dernier aspect est exposé sous la forme une théoie dite de Ie abstraction indotve », qui permet d'xpliquer com ‘ment se constive I's expérence universelle» & partir de Pection comings ot camblative des sensations et des «sou venir», C'est lee par exemple, dans ce passage de la Méaphrigue v8 la sensiton vent ce que nous apelon ie souveni st {de rouveir paseo fot rep ane méme cove vient Veperence, rune muliplcké aumérgue de souvenies ‘consti uns seule cxplince Eres de expince 3 sa tour (cere de Puniverat en repos ttt enler dans