You are on page 1of 4

Se présenter en cinq minutes pendant un entretien d’embauche

 Savoir se présenter lors d’un entretien d’embauche

 Définir ses qualités et ses défauts : que répondre à ce « classique » de l’entretien d’embauche ?
 Comment bien se vendre durant un entretien ?
 Entretien de recrutement : comment présenter son projet professionnel ?
 Entretien de recrutement : la bonne attitude
 Quel langage employer durant un entretien d’embauche ?
 Faire face à un recruteur qui cherche à vous déstabiliser
 Aborder la rémunération durant l’entretien de recrutement
 Entretien d’embauche : pourquoi il ne faut pas critiquer son ancienne entreprise...
 L’erreur classique de l’entretien d’embauche : ne parler que de soi
 Entretien d’embauche : comment se préparer aux tests ?
 Entretien d’embauche : vos mains peuvent vous trahir
 Entretien d’embauche : l’attitude gagnante
 Entretien d’embauche : comment masquer un accident de parcours ?
 Recherche d’emploi : la confiance en soi, ça se travaille !
 Entretien d’embauche : les questions hors-la-loi
 Les cinq questions à ne jamais poser en entretien d’embauche
 Les quatre signes d’un entretien d’embauche réussi
 Déjouer les pièges lors d’un entretien de recrutement
 Comment parler de soi durant un entretien d’embauche ?
 La meilleure excuse d’un salarié pour se rendre à un entretien d’embauche ? Le rendez-vous médical
 Savoir répondre aux questions des recruteurs

1 « Le plus souvent, les candidats prennent un air étonné et déclinent leur carte d’identité - nom, prénom, date de naissance,
situation matrimoniale - d’un ton monocorde, soit tous les renseignements que vous connaissez déjà et qui n’apportent rien de
plus par rapport à la lecture du CV » note ce recruteur.
Il est vrai aussi qu’a priori on voit mal comment répondre de façon originale à une question qui sous-entend une réponse
désespérément classique. Pourtant c’est possible, à condition d’apporter des éléments invisibles sur le CV ou simplement
ébauchés.

Quelques exemples
Par exemple, vous faites du sport à un bon niveau et vous en profitez pour aborder le sujet. Ou vous venez de terminer un
stage passionnant et vous tâchez de résumer cette expérience, du style « Je m’appelle ... et je viens de passer trois mois chez
untel où j’ai fait ceci et cela. » Rien de très novateur, mais au moins vous ne passez pas par la case état civil et c’est vous qui
prenez l’initiative de démarrer l’entretien sur le plan professionnel.
On peut éventuellement axer sa présentation sur le poste ou l’entreprise. Pour autant, ne jouez pas les Zorro en affirmant
d’emblée que vous êtes l’homme de la situation, celui que le recruteur recherche désespérément. La ficelle est beaucoup trop
grosse, sans compter qu’un entretien, ça se démarre en douceur. Il faut donner envie à votre interlocuteur d’en savoir plus sur
vous, que ce soit sur votre potentiel professionnel ou votre personnalité.

Sur la forme ?
La présentation ne souffre aucun temps mort. Autant pour des questions plus complexes, le candidat a le droit d’hésiter,
autant face à cette question, il doit avoir un ton assuré et des phrases qui coulent de source.
Imaginez l’impression que donne au recruteur un candidat qui semble chercher son nom, son âge ou d’autres informations
aussi élémentaires. Ne souriez pas, cela arrive ! Alors pour éviter cette dramatique entrée en matière, répétez mentalement ce
que vous allez dire. Les premiers pas dans le bureau du recruteur sont à la fois les plus intimidants et les plus décisifs.
Beaucoup de choses vont dépendre de ce premier contact entre le recruteur et vous-même. Afin d’éviter tout impair,
commençons par le commencement...

- L’attitude générale
Ne regardez ni en l’air, ni à vos pieds, regardez votre interlocuteur droit dans les yeux, sans pour autant le fixer. Il ne s’agit pas
de lui faire détourner le regard. Ne cherchez pas à modifier vos attitudes et vos postures habituelles en appliquant bêtement
les codes gestuels que vous avez appris la veille dans un manuel de communication ; ou alors, entraînez-vous longtemps et
longuement. On ne s’improvise pas comédien !
- Evitez les erreurs de base
Raser les murs en entrant dans la pièce ou en la quittant ;
S’avachir dans le fauteuil, allonger ses jambes en signe de décontraction ;

Le bon timing : avoir cinq minutes d’avance. De la même manière. vous devez prendre garde à ne pas envahir son bureau en y posant votre manteau. ni dans l’autre : le mariage apparaîtra comme un gage de stabilité et d’équilibre. avec une maison à la campagne pour se reposer le week-end. jouer avec un stylo). tousser . un chien et des perruches. tâchez de fournir le comment et le où autant que le quoi et le quand. Attendez que l’on vous demande des précisions quant à votre situation sur ce plan (" Et vous vous voyez marié(e) ? Célibataire endurci(e) ? ") pour en fournir. 15 ans ? " À côté de la plaque Déballer la projection de sa vie privée (" Je serai marié(e). Il est donc recommandé d’éviter les réponses elliptiques du genre : " Il m’est difficile de me projeter dans l’avenir. Vous risqueriez de passer pour celui qui n’a rien à faire de ses journées et de devenir bien involontairement la dernière attraction du couloir. montrez vous lucide.. Vous êtes sur son territoire. Marié(e) ? Célibataire ? N’ayez de scrupule ni dans un cas. votre vie privée pour vous concentrer sur l’aspect professionnel de votre parcours. bien entendu. vous ne devez pas débarquer en " conquérant ". vous devez avoir de l’ambition sans trop en faire. Bref. vous donneriez l’impression d’avoir mal pensé votre projet professionnel. serrez-la fermement. Se racler la gorge. calculez au plus large. attendez qu’il le fasse. Cela laisse une marge confortable pour trouver la porte du bon bureau. cette question constitue bien entendu l’occasion rêvée de vous tester sur le terrain de la projection dans l’avenir. ") comme les objectifs étriqués (" Je serai sans doute assistant maître du monde à mi-temps. Évitez les débordements mégalos (" Je serai maître du monde et régnerai sans partage. " Argumentez et développez : " L’important ici est le parcours que projette le candidat ". ") . le célibat comme un signe extérieur de disponibilité et de mobilité. N’arrivez pas non plus avec trois-quarts d’heure d’avance. Vous y voyez plus clair ? Bien. Ambition vs clairvoyance Mais attention. ce petit test en forme d’exercice de prospective demande une réelle préparation Pas question d’improviser. justifiez-vous : un vœux pieux ne vous vaudra rien. tout en vous mettant à l’aise. mais sans la broyer ! Il est très important. et l’ambition en demi-teinte que laissera supposer votre réponse ne contentera pas votre interlocuteur. cacher ses pieds ou ses mains sous la chaise . Se courber sur le bureau . En toute logique. Encore une fois. Certaines personnes détestent serrer les mains. montrez-vous cohérent et lucide. Cela vous sera sans doute plus facile de sourire si vous prononcez des paroles de politesse comme " Je vous remercie de me recevoir " ou " Je suis heureux de vous rencontrer ". votre sacoche (sa place est à vos pieds) ou votre bloc-notes (mettez-le sur vos genoux). lors de ce tout premier contact. Ces quelques mots vous aideront à briser la glace et à évacuer votre stress.loin de là . Laissez de côté. Une fois encore.). quitte à vous attabler à un café dans le quartier (en évitant l’alcool. la solution se dessinera d’elle-même. Variante " Où vous voyez-vous dans 5. . À vous de trouver le bon dosage. dans un premier temps. c’est le moment ou jamais. Ainsi. Mettre la main devant sa bouche. "). ce qui risquerait de provoquer des réactions quasi- animales de sa part ! Projet professionnel « Comment vous voyez-vous dans dix ans ? » Bien placé au Top ten des questions les plus posées en entretien. Arriver en nage avec un quart d’heure de retard en prétextant une grève dans le métro alimente peut-être les conversations des débuts de dîners. l’ambition n’est pas incompatible . Alors reprenez les grands points de celui-ci et essayez de dater vos objectifs. souligne un recruteur. il est tellement incertain que je risquerais de vous fournir une réponse erronée. . S’il vous tend la main. sachez que l’on n’attendra pas de vous une réponse ferme et définitive du style" Je serai directeur général. deux enfants.. Attendez que votre interlocuteur vous invite à vous asseoir pour le faire et laissez-le engager la conversation. Mégalomanie galopante et non argumentée (" Limpide : je serai maître de l’univers.Faut-il arriver en avance ? L’essentiel est d’arriver à l’heure. trop timorés. ce qui est une autre forme d’impolitesse. Se laisser aller à des tics (passer la main dans ses cheveux.. d’être souriant et ouvert. " Votre grande sagesse passera pour une frilosité immobiliste. toucher sa cravate. La réponse que vous formulerez doit constituer l’aboutissement d’un plan de carrière censé apparaître détaillé à moyen terme. pourquoi ? "). mais ne contribue en aucun cas à consolider une candidature. Construisez l’historique des grandes étapes de votre carrière. le résultat d’une démonstration mûrement réfléchie. Pour limiter les risques. mais c’est pas gagné.avec un minimum de clairvoyance. Mais ce n’est pas tout.Les trois premières minutes Ne prenez pas l’initiative de tendre la main vers votre interlocuteur. 10. . Attention.

déclare Paul-Emile Taillandier.. mais naturel et crédible Soyez toujours positif. Mentionnez si possible les effectifs gérés. explique Wilhelm Lallignant directeur général de Randstad Search & Selection. si le recruteur vous demande " Pourquoi avez-vous quitté l’entreprise A ". mais pas à toutes les questions.. Si votre interlocuteur ne travaille pas dans la même branche que vous. Ne vous appesantissez pas sur un point si vous avez l’impression de l’ennuyer et s’il a tenté à plusieurs reprises de vous faire changer de sujet. Montrez qu’il s’agissait d’un véritable choix professionnel.). Non seulement ils n’occuperont pas obligatoirement les mêmes fonctions. etc. mais n’en rajoutez pas pour autant dans le registre du gagneur (je suis un battant. trop de candidats confondent positivité et langue de bois. dites le maximum de choses en peu de mots. sans trop réfléchir ni abuser des " euh. Chacune des orientations que vous avez prise (qu’il s’agisse de vos études ou de votre vie professionnelle). Volontaire Montrez-vous le plus possible volontaire et actif. C’est d’autant plus vrai dans un contexte de recherche d’emploi ou dans celui du recrutement. Or passer un entretien est un numéro d’équilibriste. S’il vous demande pourquoi vous avez choisi cette filière universitaire. Evitez de vous montrer passif et porté par les événements. il en verra d’autres après. discours négatif et fixation sur le passé : voilà quelques signes qui trahissent un manque de confiance en soi. et évacuez les informations ou le vocabulaire négatifs (échecs. En effet. ne dites pas que vous avez été influencé par un ami ou que c’était un pur hasard. " Parce que l’entreprise B m’a contactée ". vous remettre en cause. Ne vous embarquez pas dans des explications interminables. » Un . vous allez rencontrer des recruteurs de tous les styles. " C’est en gardant les pieds sur terre que nous nous élèverons vers de nouveaux horizons ! ".). ni les mêmes centres d’intérêt. Vous pouvez prendre le temps de réfléchir. Restez simple et utilisez un langage clair. que vous souhaitiez approfondir d’autres aspects du métier.. ou faire évoluer votre profil. on appréciera que vous teniez compte de vos envies et passions. plus il se sentira rassuré. La façon dont vous présentez vos arguments compte autant que le contenu de vos réponses. je ". « La personne doit être dans la séduction et convaincre son interlocuteur qu’elle est celle qu’il recherche. Autrement dit. Quel langage utiliser ? Un langage clair et précis est recommandé. Ceux qui en souffrent sont nombreux.. N’utilisez pas des sigles qui risquent de ne pas être compris par votre interlocuteur. problème. Vous devez donc être percutant. ne partageront ni la même vision du métier. chômage. Vous devez donc faire ressortir la logique de votre cursus. Quand vous évoquez vos différentes expériences professionnelles. ". Si vous avez bien préparé ce rendez-vous. Cohérent Plus votre parcours semblera cohérent à l’employeur. Vous devez gommer certains aspects de votre personnalité. Ne parlez pas trop vite s’il parle lentement. Synthétique Le recruteur va également juger vos capacités d’analyse et de synthèse. n’hésitez pas à parler de travail d’équipe. le chiffre d’affaires réalisé. même si c’est la pure vérité. vous devez répondre du tac au tac.Bien vu L’ambition réaliste. ne le submergez pas d’explications techniques ou de détails peu significatifs. La confiance en soi Hésitations. Comment faire preuve d’une belle assurance ? Peut-on l’améliorer et en quoi est-ce si important ? « La meilleure image que l’on peut donner de soi est celle d’une personne qui a confiance en elle ». directeur général du cabinet Talents-Clés Recrutement. vous devez veiller à ne pas recourir au jargon propre à votre profession. il faut avoir confiance en soi. Et pour être convaincant. Ayez toujours à l’esprit que vous avez en face de vous un homme pressé. Clair et précis L’ésotérisme ne paie pas et ne contribue en aucun cas à faire " pro ". Adapté à votre interlocuteur Au fil de vos recherches. Vous devez impérativement être réceptif aux signaux qu’il vous envoie. je suis hyperdynamique. etc. Il a vu d’autres candidats avant vous. Chiffré Vous serez plus convaincant si vous arrivez à chiffrer vos expériences professionnelles. Pas narcissique N’abusez pas trop des " Je " et encore moins des " Moi. les résultats que vous avez obtenus. Allez droit au but. doit apparaître comme un choix réel et déterminé de votre part. bégaiements. tout en restant totalement vous-même. etc. ne répondez pas. Positif. Mais aussi quelques données concrètes et chiffrées. Par exemple. mais ils présenteront des différences psychologiques. mais aussi de l’état du marché professionnel lors de la présentation de votre projet de carrière.

soi-disant . • Les recruteurs peuvent recruter et surtout licencier rapidement et facilement. tout vendeur a le droit et le devoir de présenter son produit (lui-même) sous son meilleur angle ! Il est donc inutile et stupide de lister (tous) ses défauts. injustice. « Il faut faire des exercices car c’est comme dans le sport : vous ne faites pas un marathon sans entrainement ».entretien d’embauche est en quelque sorte assimilable à une phase commerciale puisqu’il s’agit de persuader le recruteur que vous êtes la perle rare. harcèlement ? Il faut absolument garder à l’esprit qu’il est de bon ton de ne pas "casser" son ancien employeur. de se filmer afin de repérer les tics linguistiques ou comportementaux. développement de l’assertivité. S’entraîner comme pour un marathon Pour ceux qui manquent d’assurance. sans parler de toutes les anciennes colonies en Inde. tu évolues ou bien tu pars. Un point c’est tout. vous montrerez ainsi que vous êtes pro-actif. si le recruteur souhaite avoir des précisions sur les raisons du départ d’un candidat. expert et auteur du "Grand livre de l’entretien d’embauche" paru chez Studyrama. jouent un rôle social qui leur donne un certain équilibre et qui maintient leur confiance personnelle. Australie. En clair. Les Allemands sélectionnent davantage sur dossier que sur entretien : ils sont donc moins nombreux à se présenter lors d’entretiens généralement moins longs. Dans l’optique d’un entretien d’embauche. Evidemment un candidat qui dit avoir été . les programmes de développement personnel foisonnent à tous les coins de rue. « Il faut signifier à votre interlocuteur que vous avez également des questions à lui poser . « Il faut se concentrer sur les choses qu’on a réussies. de réciter son parcours professionnel à haute voix. Nouvelle Zélande. ajoute le directeur de Talents-Clés Recrutement. Car les gens qui ont une vie personnelle active dans le sport. Car la confiance en soi peut être améliorée ! « Il faut que la personne ait conscience de son absence d’assurance. . l’associatif. Prise de parole en public. Comme me l’avait si bien résumé un patron d’une de ces entreprises : ici. la culture. Grande Bretagne. celui-ci peut l’évoquer sans aller trop loin. préparé et que vous n’allez pas subir l’entretien ». c’est "up" or "out". Toutefois.harcelé trois fois de suite est immédiatement écarté. note Louis Grümmer directeur associé d’ABC For Value. Peut-on mentir lors d’un entretien de recrutement ? Le seul mensonge unanimement accepté par les recruteurs est le mensonge par omission : puisque le recrutement est une vente. ils privilégient les entretiens par téléphone pour deux raisons : • Le marché de l’emploi anglophone est vraiment mondial (USA.. Afrique et Asie). Que se passe-t-il dans d’autres pays ? L’entretien est-il aussi déterminant qu’en France ? La plupart des pays fonctionnent comme la France. d’un recruteur ou d’un mentor. Quant aux Anglo-Saxons. Néanmoins. les recruteurs recommandent donc de se préparer avec soin. pourquoi s’intéresser à la personnalité du candidat ? Ou à son projet professionnel ? Et à sa motivation ? Les salariés sont payés pour bien travailler. vous pourrez néanmoins travailler sur votre self estime. » Déjouer les pièges A-t-on le droit de mentir lors d’un entretien ? Faut-il dire que l’on s’est quitté en mauvais termes avec son ancien employeur ? Les conseils de Patrice Ras. travailler sa confiance individuelle par étapes en recommençant à réussir des petites choses en dehors du cadre professionnel. Comment parler de son ancien poste si cela s’est mal passé : conflit. elle va pouvoir la développer en trouvant de l’aide auprès d’un coach. de dévoiler son projet professionnel s’il va à l’encontre de l’entreprise. harcèlement). Mais les recruteurs savent mieux que personne à quel point les entreprises et les managers font n’importe quoi (pression. A partir de là. d’où une certaine tolérance. ni mettre trop de pathos : partir dans une diatribe enflammée contre son ex employeur est souvent du plus mauvais effet. recommande Paul-Emile Taillandier. qui lui pourra lui donner des indications et l’accompagner ». la situation n’est pas désespérée pour autant. Toutefois. observe Wilhelm Lallignant. indique Louis Grümmer. il existe une méthode bien moins coûteuse pour gonfler l’estime de soi. Se concentrer sur ses succès Les formations peuvent également prendre le relais et aider un candidat à se rassurer. « Le recruteur achète des compétences que le candidat lui vend et en général l’envie est nettement plus grande d’acheter un produit lorsqu’il vous inspire confiance ». gestion de l’équilibre. Tout est donc question de mesure et de nuance.. si vous ne trouvez pas de guide pour vous conseiller. Dès lors.