You are on page 1of 25

Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

6.1. Introduction

Les fondations sont les parties de l’ouvrage qui transmettent au sol les charges de la
superstructure.

Elles doivent assurer deux fonctions essentielles :

- Reprendre les charges et surcharges supportées par la structure.
- Transmettre ces charges et surcharges au sol dans de bonnes conditions, de façon à
assurer la stabilité de l’ouvrage.

Le choix du type de fondation dépend en général de plusieurs paramètres dont on cite :

- Type d’ouvrage à construire.
- Les caractéristiques du sol support.
- La capacité portance de terrain de fondation.
- La charge totale transmise au sol.

6.2. Type des fondations

a) Fondations superficielles

-En général on dit qu’une fondation est superficielle toutes fondations dont l’encastrement D
dans le sol ne dépasse pas quatre (04) fois la largeur B (cote la plus petite de la semelle).
D
-Le rapport de ces dimensions doit vérifier l’inégalité suivante : 4
B
-Elles sont utilisées généralement lorsque les couches de terrain, capables de supporter l’ouvrage
(bon sol) se trouvent à une faible profondeur.

Les principaux types de fondations superficielles que l’on rencontre dans la pratique sont :

Les semelles continues sous murs.
Les semelles continues sous poteaux.
Les semelles isolées.
Les radiers.

b) Fondations profondes

IL arrive des fois que le sol en surface soit formé des couches compressibles, dont la
capacité portante est faible alors que les couches sous adjacentes sont résistantes, on est donc
obligé de fonder l’ouvrage sur cette couche résistante (substratum).

Promotion 2017 Page 111
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

Pour atteindre cette couche on réalise soit des puits (fondations peu profond) soit des pieux pour
D
lesquels le rapport :  10 .
B
Les principaux types de fondations profondes sont :
Les pieux.
Les puits.

6.3. Etude du sol

Le choix du type de fondation repose essentiellement sur une étude du sol détaillée, qui
nous renseigne sur la capacité portante de ce dernier.
Une étude préalable du sol nous a donné la valeur de 1.5 bars comme contrainte admissible
du sol.
Le choix du type de fondation est conditionné par les critères suivants :
- La Nature de l’ouvrage à fonder.
- La nature du terrain et sa résistance.
- Profondeur du bon sol.
- Le tassement du sol.

6.4. Choix de type Fondation

Le bâtiment étudier est en voiles¸ donc la solution des semelles isolées est à écarter.

 Semelles filantes

En premier lieu¸ nous prendrons des semelles filantes adjacentes et on calcule la surface
de chacune d’elles et voir si on pourra éviter le chevauchement des surfaces¸ la largeur ≪
B ≫ est donnée pas la formule :
L
1er cas : aucun soulèvement n’est admet : ( e0  )
6

N  3 e0  ; e  M G
B   1 
L 
0
 sol L  NG

2ème cas : cas d’un léger soulèvement : ( e0 >L/6)

2N
B 
L 
3 sol    e0 
 2 

Promotion 2017 Page 112
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

N : l’effort normal transmis par l’ensemble des poteaux liés par la semelle.
B : Largeur de la semelle.
L : Longueur de la semelle.
σsol : contrainte admissible du sol.

Exemple

Semelle N (KN) M (KN.m) e0 (m) L (m)  sol (bar) Condition e  l
4
Sens SF3 4046.6 2302.24 1.16 12.65 1.5 CV
longitudinale
Sens SF5 9226.8 2443.65 3.78 12.65 1.5 CNV
transversale

Tableau 6.1 : Dimension des semelles filantes.

Remarque

La solution des semelles filantes à écarter car la condition de la stabilité au renversement
préconisée par le RPA (article 10.1.5) n’est pas vérifiée et la distance entre les deux semelles est
petite, donc on optera pour un radier.

 radier
Le radier est défini comme étant une fondation travaillant comme un plancher
renversé, dont les appuis sont constitués par les poteaux de l’ossature et qui est soumis à la
réaction du sol diminué de son poids propre.

6.5. Pré dimensionnement du radier

1-Détermination de la hauteur

a) Condition forfaitaire
Lmax L
 hr  max
8 5
Lmax : distance maximale entre deux voiles.
Lmax=4.40 m D’où : 55 cm ≤ hr ≤ 88 cm.
hr = 60 cm

b) Condition de non cisaillement

D'après le règlement BAEL on doit vérifier que :

Promotion 2017 Page 113
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

Vu
u   0.2 f cj /  b  3.33MPa .
b.d
Vu : valeur de calcul de l’effort tranchant vis à vis l’ELU.
b : désigne la largeur.
b =1.5 ; d = 0.9 h. ; b = 0.5 m.

Lmax : la plus grande portée de la dalle = 4,40 m.

0.925
h≥ = 0.55 m on prend h=60 cm.
0.5×3.3

c) Condition de non poinçonnement

Le poinçonnement se fait par expulsion d’un bloc de béton de forme tronconique à 450,
La vérification se fait par la formule suivante :

Nu  0.045.c .h. fc 28 /  b …………BAEL 91.
Avec :

c : Périmètre du contour projeté sur le plan moyen du radier

Nu : Charge de calcul à l’E.L.U

h : Epaisseur totale du radier

On a : Nu = 1851.47 KN

Uc =2.( a' + b' )

a' = a + h r

b' =b+h r

Uc=2(a+b+2h) Figure 6.1 : Schéma de radier nervuré.

Uc = ( 0.2 + 4.4 + 2 x 0.6 ) x 2 = 11.6 m

Nu ≤ 0.045 × Uc × hr × fc28/γb

Nu = 1.85MN ˂ 5.22MN.

Conclusion
hr = 60 cm.

Promotion 2017 Page 114
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

2- Condition de coffrage
a) Dimensionnements des nervures

La hauteur de la poutre et donnée par la formule suivante :

𝐿𝑚𝑎𝑥 440
hn ≥ = = 44 cm
10 10

Soit : hn = 60 cm.
bn ≥ hn / 2 = 40 / 2 = 20 cm
Soit : bn = 55 cm.

b) Dimensionnements de la dalle

La dalle du radier doit satisfaire les conditions suivantes :

𝐿𝑚𝑎𝑥 440
hn ≥ = = 22 cm
20 20

Soit : hd = 40 cm.

Conclusion
D’après les calculs précédents on adopte le dimensionnement suivant :

hn = 60 cm ……………………. Hauteur de la nervure.
bn = 55 cm…………………… largeur de la nervure.
hd = 40 cm…………………….. Hauteur de la dalle.

 Combinaisons d’actions
Les charges à retenir pour le calcul du radier sont :
G1 : charges permanentes de la superstructure= 17847.63 KN.
Q1 : surcharge de la superstructure = 2641.99 KN

ELU: NU=1,35NG+1,5NQ NU = 28057.286 KN.
ELS: NS=NG+NQ NS= 20489.62 KN.

 Détermination de la surface nécessaire du radier

Nu 28057.286
ELU: Sradier ≥ = =140.64 m2
1.33σsol 1.33×150

Ns 20489.62
ELS: Sradier ≥ = = 136.597 m2
σsol 150

Promotion 2017 Page 115
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

ELU ELS
D’où : Sradier ≥ max(Sradier ; Sradier ) = 140.64 m2

Sbat = 221.85 > Sradier = 140.64 m2

On remarque que la surface totale du bâtiment est supérieure à la surface nécessaire du
radier, dans ce cas on opte juste pour un débord minimal que nous imposent les règles de BAEL,
et il sera calculé comme suit :
h 60
Ldéb ≥ max( ; 30cm) ⟶ Ldéb ≥ max( ; 30cm) ⟶ Ldéb = 30cm
2 2

Soit un débord de Ldéb = 50cm.
Donc on aura une surface totale du radier : Sradier = Sbat + Sdeb = 252.90 m2

 Calcul des sollicitations à la base du radier
Charge permanente
G2 : charges permanentes de l’infrastructure
G2 = 3791.0835 KN

Surcharge du radier
Qradier = 2.5 × 154.365 = 385.90KN
Q2 = 385.90 KN.

Poids total de la structure
Gtot = Gbat + Grad = 21638.7135 KN
Q tot = Q bat + Q raD = 3027.89 KN

Combinaison d’action
ELU: Nu = 1.35G + 1.5Q = 33754.09823 KN.
ELS: Ns = G + Q = 24666.6035 KN.

6.6. Vérifications

 Vérification a l’effort de sous pression

Elle est jugée nécessaire pour justifier le non soulèvement du bâtiment sous l’effet de la
pression hydrostatique on doit vérifier :
GT   Srad .  w . Z

Avec GT : poids total du bâtiment à la base du radier.
 : Coefficient de sécurité vis à vis du soulèvement ( = 1,5).

Promotion 2017 Page 116
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

w : poids volumique de l’eau (w = 10kN / m3).
Z : profondeur de l’infrastructure (h = 3.55m).
Srad: surface du radier, (S =252.90m2).
..Z Srad= 1, 5*10*1*252.90 = 3793.5 kN  21638.7135 kN Condition vérifiée
Donc : Pas de risque de soulèvement de la structure.

a) Evaluation et vérification des contraintes sous le radier
Les contraintes sous le radier devront toujours être inférieures ou égales à la contrainte
admissible du sol.
Etant donné que la résultante des charges verticales est centrée sur le radier, le diagramme de
réaction du sol est uniforme. (σ =N/S)
Vis-à-vis des charges horizontales le diagramme devient trapézoïdal ou triangulaire.

σmin= N/S - (M/I) v.
hr
σmax= N/S+ (M/I) v. σ

hr
σmin σmax

σmoy
L/4

Figure 6.2 : Diagramme Des Contraintes.

Les vérifications seront faites avec une contrainte moyenne prise conventionnellement égale à
σ (L/4).

 moy = 3 max   min
<  adm
4

On doit vérifier que :

ELU :  m  1,33  sol

ELS :  m   sol

Promotion 2017 Page 117
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

 Calcul du centre de gravité du radier
Les coordonnées du centre de gravité du radier sont :

∑ Si ×Xi ∑ Si ×Yi
XG = ∑ Si
= 7.025 m ; YG = ∑ Si
= 9.00 m.

Les coordonnées du centre de masse de la structure sont : (Xs, Ys) = (6.81 ; 8.714) m
Les moments d’inertie suivant les deux directions sont :
Ix = 6828.30 m4
Iy = 4160.26 m4

L’excentricité ex = X s  X r = 0.215 m.

ey = Ys  Yr = 0.286 m.

Les résultats sont affichés dans le tableau suivant :

ELS ELU
x-x y-y x-x y-y

N (KN) 24666.6035 24666.6035 33754.09823 33754.09823
M (KN.m) 5303.31975 7054.6486 7257.13112 9653.67209
V (m) 7.025 9.00 7.025 9.00
I (m4) 4160.26 6828.30 4160.26 6828.30
 max (KN/m2) 106.490174 106.833345 145.722528 146.192127
 min (KN/m2) 88.5798413 88.2366705 121.213797 120.744197
ϭmoy (KN/m2) 102.012591 102.184176 139.595345 139.830145
ϭadm (bar) 150 150 150 150
La condition Vérifiée Vérifiée Vérifiée Vérifiée

Tableau 6.2 : Vérification des contraintes.

b) Vérification de la stabilité

La stabilité du radier consiste à la vérification des contraintes du sol sous le radier qui est
sollicité par un effort normal (N) dû aux charges verticales et à un moment de renversement
(M) dû sollicitations horizontales.

M = M0 + V0×h
Avec :
M0 : moment à la base de l’ouvrage.

Promotion 2017 Page 118
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

V0 : effort tranchant à la base.
h : profondeur de l’infrastructure.

A cet effet, le radier doit être vérifié :

Aux contraintes de traction (soulèvement) avec la combinaison 0,8G ±E.
Aux contraintes de compression maximales avec la combinaison G + Q + E.

0.8G ± E G+Q±E
x-x y-y x-x y-y
N (KN) 17310.97 17310.97 24666.603 24666.603
M (KN.m) 36750.156 34756.895 36750.156 34756.895
V (m) 7.025 9.00 7.025 9.00
I (m4) 4160.26 6828.30 4160.26 6828.30
 max (KN/m2) 130.506042 114.260979 159.591187 143.346124
 min (KN/m2) 6.39368101 22.6387439 35.4788253 51.7238882

ϭmoy (KN/m2) 99.4779518 91.3554202 128.563097 120.440565
ϭadm (bar) 150 150 150 150
La condition Vérifiée Vérifiée Vérifiée Vérifiée

Tableau 6.3 : Vérification de soulèvement.

c) Vérification de la stabilité au renversement

D’après le RPA2003 (art 10.1.5) le radier reste stable si : e = M 
l
N 4
e : l’excentricité de la résultante des charges verticales.
M : moment dû au séisme.
N : charge verticale permanente.
N= 0,8 Gt = 17310.97 KN.

36750.156 lx
Sens X-X : e= = 2.12 < = 3.51........(Vérifiée)
17310.97 4

34756.895 ly
Sens Y-Y : e= = 2.01 < = 4.5...... (Vérifiée)
17310.97 4

La stabilité du radier est vérifie dans les deux sens.

6.7. Ferraillage de radier

Pour le calcul du ferraillage du radier, on utilise les méthodes exposées dans le BAEL 91.

Promotion 2017 Page 119
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

6.7.1. Ferraillage de la dalle

La dalle du radier sera étudiée comme une plaque rectangulaire soumise à un chargement
uniforme et encastrée sur quatre cotés.

Deux cas se présentent à nous :
lx
 ρx   0,4  la dalle travaille dans un seul sens.
ly
 0,4  ρ x  1  la dalle travaille dans les deux sens.

Le radier est composé des panneaux de dalles de différentes dimensions, encastrés sur leurs 4
côtés.

Afin d’homogénéiser le ferraillage et de faciliter la mise en pratique, nous adopterons la même
section d’armature en considérant le panneau le
plus sollicité.

ρx = (4.40-0.50)/(4.30-0.50) = 0.97

La dalle travaille dans les deux sens.

Figure 6.3 : Panneau le plus sollicité.

Le poids du radier est entièrement repris par le sol, nous allons soustraire la contrainte due
au poids propre de ce dernier de la contrainte moyenne max.

 Etat limite ultime

qu = ϭmoy – ( Nurad / Srad ) = 139.83 – ( 5117.96 / 252.90 ) = 119.59 KN/m2

 Etat limite de service

qs = ϭmoy – ( Nsrad / Srad ) = 102.18 – ( 3791.08 / 252.90 ) = 87.19 KN/m2

 Calcul a l’état limite ultime

Les abaques de Pigeaud donnent la valeur des coefficients µx et µy :

Promotion 2017 Page 120
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

µx = 0.039

µy = 0.94

 Moments isostatiques

Mx = μx× q ×lx2

My = μy× Mx

Remarque
Afin de tenir compte de l’encastrement de la dalle au niveau des nervures, nous allons
affecter aux moments isostatiques les coefficients réducteurs suivants :

 Pour les panneaux de rive

- Moment sur appuis : Ma= 0,3 M0

- Moment en travée : Mt= 0,85 M0

 Pour les panneaux intermédiaires

- Moment sur appuis : Ma= 0,5 M0

- Moment en travée : Mt= 0,75 M0

Promotion 2017 Page 121
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

ELU ELS

Sens xx Sens yy Sens xx Sens yy

 0.039 0.94 0.046 0.96
𝐌𝟎 (KN. m) 90.29 84.87 57.91 55.59
𝐌𝐚 (KN. m) 45.145 42.345 28.96 27.79
𝐌𝐭 (KN. m) 67.71 63.65 43.43 41.69

Tableau 6.4 : Evaluation des moments Mx, My.

 Calcul des armatures
 A l'ELU

Sens XX Sens YY
Panneau 5
Sur appuis En travée Sur appuis En travée
Mu (MN.m) 45.145 67.71 42.435 63.65
As (cm2) 3.65 5.51 3.43 5.18
As min (cm2) 4.35 4.35 4.35 4.35
Choix de Φ 8T14 8T14 8T14 8T14
As adopté (cm2) 12.308 12.308 12.308 12.308
Espacement (cm) 15 15 15 15

Tableau 6.5 : Le ferraillage à L’ELU.

Pourcentage minimal

Suivant le petit coté : Aymin ≥ 8h = 3.2 cm2
Suivant le grand coté : Axmin ≥ 8h [(3- α)/2] = 3.41 cm2 …………BAEL 91
Condition de non fragilité : Amin = 0.23.b.d.ft28/fe = 4.35 cm2

6.7.2. Vérification

1-Vérification des espacements (BAEL91/A8.2, 42)

L'écartement des armatures d'une même nappe ne doit pas dépasser les valeurs ci-
dessous, dans lesquels h désigne l'épaisseur totale de la dalle.

Promotion 2017 Page 122
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

Sens x-x

St ≤ min {3h; 33cm} = 33cm
St = 20cm  33cm..........................................CV.

Sens y-y
St ≤ min {4h; 45cm} = 45cm
St = 20cm  45cm..........................................CV.

2-Vérification des contraintes à L’ELS

 Vérification des contraints
Dans le béton :  bc ≤  bc = 0.6 fc28 = 15 MPA

Dans l’acier :  s ≤  s = max {0,5𝑓𝑒 . 110√𝑛 . 𝑓𝑡28}0,5𝑓𝑒 = 𝑚𝑎𝑥{200; 202} = 202𝑀𝑃𝑎

Les résultats sont donnés dans le tableau ci-dessous :

Sens xx :

Mser A adop
Zone  bc [MPa ]  s [MPa]  bc [MPa]  s [MPa] condition
[KN.m] (cm2)
Appuis 28.96 12.308 1.6 13.3 15 202 Vérifiée

Travée 43.43 12.308 2,39 20 15 202 vérifiée

Tableau 6.6 : Vérification des contraintes à l’ELS.

Sens yy :

Zone Mser A adop  bc [MPa]  s [MPa]  bc [MPa]  s [MPa ]
condition
[KN.m] (cm2)
Appuis 27.80 12.308 1,53 12,8 15 202 Vérifiée
Travée 41.69 12.308 2.3 19.2 15 202 vérifiée

Tableau 6.7 : Vérification des contraintes à l’ELS.

Promotion 2017 Page 123
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

Figure 6.4 : Ferraillage de la dalle.

6.7.3. Ferraillage de la nervure

Le ferraillage se fera avec les moments max aux appuis et en travées :

Sens y-y

b: largeur de la dalle de compression  b = 2b1 + b0 b1 55cm b1

b1 ≤ min (L/10 ; L0 /2)= (440/10 ; 350/2)

on prend : b1 =35cm

Donc : b = 145cm
70cm

30cm

Sens x-x

b1 ≤ min (L/10 ; L0/2)= (430/10 ; 355/2) b

b1 =35cm

Donc : b = 145 cm.

Promotion 2017 Page 124
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

 Evaluation des charges

Les charges équivalentes réparties linéairement sur les travées des nervures sont évaluées
par la méthode des lignes de rupture. La charge correspondante d’un panneau du radier revenant
à la nervure qui lui est adjacente est évaluée comme suit :

Triangulaire Trapézoïdale

qM Lx α² L x
q q  (1  )
3 3 2

Tableau 6.8 : Evaluation de la charge.

Figure 6.5 : Schéma statique du panneau le plus sollicité.

Le calcul sera effectué pour les nervures les plus défavorables.
A L’ELU

Sens X-X

Longueur M Acal Aadop
Travée choix
(m) [KN.m] (cm2) (cm2)
A-B 4.25 236.86 7.22 4T16+4T14 14.19
B-C 4.40 146.15 4.42 4T16+4T14 14.19
C-D 4.00 286 8.75 4T16+4T14 14.19

Tableau 6.9 : Ferraillage des nervures longitudinales en travée.

Promotion 2017 Page 125
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

Appui M Acal choix Aadop
[KN.m] (cm2) (cm2)
A 572.397 17.91 4T16+4T20 20.60
B 572.40 17.91 4T16+4T20 20.60
C 478.93 14.87 4T16+4T20 20.60
D 369.10 11.36 4T16+4T20 20.60

Tableau 6.10 : Ferraillage des nervures longitudinales en appui.

Sens Y-Y

Longueur M Acal Aadop
Travée choix
(m) [KN.m] (cm2) (cm2)
A-B 4.15 33.18 1.00 4T16 8.04
B-C 4.30 20.77 0.62 4T16 8.04
C-D 4.10 120.33 3.64 4T16 8.04
D-E 4.05 208.26 6.33 4T16 8.04

Tableau 6.11 : Ferraillage des nervures transversales en travée.

Acal
M Aadop
Appui choix
[KN.m] (cm2) (cm2)
A 63.36 1,91 4T16+4T20 20.60
B 223.35 6.8 4T16+4T20 20.60
C 402.43 12.42 4T16+4T20 20.60
D 389.38 12.01 4T16+4T20 20.60
E 369.10 11.36 4T16+4T20 20.60

Tableau 6.12 : Ferraillage des nervures transversales en appui.

6.7.4. Vérification

1- vérification de l’effort tranchant

 Sens longitudinal

Vu = 650,78KN

Promotion 2017 Page 126
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

𝑉𝑢
𝜏𝑢 = = 1,878𝑀𝑃𝑎.
𝑏𝑜. 𝑑

Fissuration préjudiciable :
𝑓𝑐28
𝜏ˉ𝑢 = min (0,15. ; 4𝑀𝑃𝑎) = 2,5𝑀𝑃𝑎
ϒ𝑏

𝜏𝑢 = 1,878 < 𝜏ˉ𝑢 = 2,5 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é.

 Sens transversales

Vu = 489,28 MPa

𝑉𝑢
𝜏𝑢 = = 1,412𝑀𝑃𝑎.
𝑏𝑜. 𝑑

𝜏𝑢 = 1,412 < 𝜏ˉ𝑢 = 2,5 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é.

 B : armatures transversales

ℎ 𝑏𝑜
ᴓt ≤min (35 ; 10 ; ᴓ𝑙𝑚𝑖𝑛 ) alors ᴓt min( 2 ; 5,5 ; 2,5 ).

On prend le diamètre ; 10 cm.

 b-1 : espacement

D’après le RPA99 version 2003 les armatures transversal ne doivent pas dépasser un espacement
St de :

 Zone nodale

St ≤ min (h/4 ; 12ᴓl)
St = 18,75cm.

On prend : St = 15cm.

 Zone courante

St ≤ h/2 = 37,5cm
On prend ; St = 15 cm.

D’après le BAEL l’espacement entre les armatures transversal ne doit pas dépasser la
valeur suivante ;

Promotion 2017 Page 127
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

St ≤ (15ᴓ lmin , 40cm ,α+10) =21cm.

On adopte dans les deux sens un espacement :
St = 15cm en zone courante.
St = 10cm en zone nodale.

 b-2 : vérification des sections d’armatures transversales

D’après le BAEL 𝐴𝑡

𝜏𝑢−0,3𝑘.𝑓𝑡28 0,55(0,65−0,3.2,1) 0,0126
≥ 𝑏𝑜. = = … … condition vérifiée 𝑆𝑡
0,9𝑓𝑒𝑑/ϒ𝑠 0,9.400/1,15 360

 Pourcentage minimal la section minimale At doit vérifier :

𝐴𝑡 0,4𝑏 0,22
≥ = 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
𝑆𝑡 𝑓𝑒 400

 selon le RPA

Atmin = 0,003 St b = 2,475cm²

Choix des cadres ;

Pour cadres transversaux on prendra 4T10 = 4.74cm²

2- Vérification des contraintes à l’ELS
Les résultats sont donnés dans le tableau ci-dessous :

Sens X-X

Appui
A adp Ms  bc [MPa]  s [MPa]  bc [MPa]  s [ MPa ] condition
(cm2) (KN.m)
A Sup 8.04
417.31 5.94 58.3 15 202 Vérifiée
inf 27.66
B Sup 8.04
417.32 5.94 58.3 15 202 Vérifiée
inf 27.66
C Sup 8.04
349.18 4.97 48.8 15 202 Vérifiée
inf 27.66
D Sup 8.04
269.00 3.83 37.6 15 202 Vérifiée
inf 27.66
Tableau 6.13 : Vérification des contraintes à l’ELS.

Promotion 2017 Page 128
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

Sens X-X

Travée A adp Ms  bc [MPa]  s [MPa]  bc [MPa]  s [ MPa ] condition
2
(cm ) (KN.m)
A-B Sup 14.19 15 202
172.69 3.15 25.6 Vérifiée
inf 8.04
B-C Sup 14.19 15 202
105.55 1.92 15.6 Vérifiée
inf 8.04
C-D Sup 14.19 15 202
208.52 3.8 30.9 Vérifiée
inf 8.04

Tableau 6.14 : Vérification des contraintes à l’ELS.
Sens Y-Y

Appui A adp Ms  bc [MPa]  s [MPa]  bc [MPa]  s [ MPa ] condition
(cm2) (KN.m)
A Sup 8.04 15 202
46.19 1.02 9.28 Vérifiée
inf 20.60
B Sup 8.04 15 202
162.82 2.58 23.5 Vérifiée
inf 20.60
C Sup 8.04 15 202
293.40 4.64 42.4 Vérifiée
inf 20.60
D Sup 8.04 15 202
283.89 4.49 41 Vérifiée
inf 20.60
E Sup 8.04 15 202
269.10 4.26 38.9 Vérifiée
inf 20.60
Tableau 6.15 : Vérification des contraintes à l’ELS.
Sens Y-Y

Travée A adp Ms  bc [MPa]  s [MPa]  bc [MPa]  s [ MPa ] condition
(cm2) (KN.m)
A-B Sup 14.19 15 202
24.19 0.44 3.58 Vérifiée
inf 8.04
B-C Sup 14.19 15 202
15.14 0.28 2.24 Vérifiée
inf 8.04
C-D Sup 14.19 15 202
87.73 1.6 13 Vérifiée
inf 8.04
D-E Sup 14.19 15 202
151.84 2.77 22.5 Vérifiée
inf 8.04

Tableau 6.16 : Vérification des contraintes à l’ELS.

Promotion 2017 Page 129
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

x-x y-y

Appui Appui

travée travée

Figure 6.6 : Ferraillage de la nervure.

6.7.5. Ferraillage du débord

Le débord du radier est assimilé à une console de largeur l=50cm ; le calcul de ferraillage se fera
pour une bande de largeur b=1m

Promotion 2017 Page 130
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

b=1m
h=40cm
L=0,5m
q u =286.37 KN m 2
qser =209.11KN m 2
f bu =17 MPa
Figure 6.4 : Schéma statique du débord.

Calcul à L’ELU
qu L 2
Mu   35.92 KN .m
2

Mt Mu

Nous remarquons que le moment calculé Mu est très petit par rapport a celle calculé au
panneau du radier Mt ce qui nous donnes des armateurs faibles que celle obtenues aux appuis de
rive, nous convenons ainsi de ferrailler le débord par prolongement des armatures destinées aux
appuis de rive du radier.

6.8. Etude du voile de l’infrastructure

Les ossatures au dessous du niveau base, doit comporté un voile d’infrastructure continu
entre le niveau des fondations (radier) et le niveau de la base.

Le voile d’infrastructure est une paroi verticale en béton armé, rectiligne effectué sur une
profondeur de 4.08 m pour permettre la réalisation d’un sous-sol, assure à la fois un bon
chainage et bonne stabilité de l’ouvrage ainsi qu’il limite les déplacements horizontaux relatifs
des fondations.

 Préconisation du RPA 99 (Art-10-1-2)

D’après l’article 10.1.2 du RPA2003, l’épaisseur minimale du voile est de 15cm, et
d’après l’article 7.7.1 du RPA2003, l’épaisseur du voile est déterminée en fonction de la
hauteur libre du sous sol et des conditions de rigidité aux extrémités :

e  max (he/25 , he/22 , he/20)
he = 3,06 – 0,40 = 2.66 m.
Avec : e = 2.66 / 20 = 13.3 cm

Promotion 2017 Page 131
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

On adoptera une épaisseur de voile : e = 20 cm.

 Les armatures sont constituées de 2 nappes
 Le pourcentage minimum est de 0,1 % dans les deux sens
 Les ouvertures dans ce voile ne doivent pas réduire sa rigidité d’une manière importante

Figure 6.5 : Répartition des charges de voile périphérique

Détermination des sollicitations

Le voile périphérique est conçu de telle façon à retenir la totalité des poussés des terres.

Données

- Surcharges éventuelle : q = 5 KN /m2.
- poids volumique : 𝛄 = 18KN /m3.
- Angle de frottement interne : 𝛗 = 23°.
- Cohérence : C = 0.

- Poussée due aux terres

K0 = tg2 [(  )-(
 )] = 0.438
4 2
h = K0 . h . H
0  z  3.06 m :
h = K0 . h . H =0.438×18× H

Promotion 2017 Page 132
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

Z=0 m h = 0 KN/m2.

Z=3.06 m h = 24.13 KN/m2.

- Poussée due aux surcharges

Une contrainte éventuelle d’exploitation q  5 KN / m ²
 q = Ko×q = 0.438 x 5 = 2.19 KN /m².

- Contrainte totale

ELU σu = 1.35 σh(0) + 1.5 σq = 0.00328 MN /m2 = σmin
σu = 1.35 σh(3.06) + 1.5 σq = 0.0359 MN /m2 = σmax
σmoy = 0.01959 MN /m2

ELS σser = σh(0) + σq = 0.00219 MN /m2 = σmin
σser = σh(3.06) + σq = 0.02632 MN /m2 = σmax
σmoy = 0.014255 MN /m2

6.8.1. Ferraillage du voile

Le ferraillage sera calculé pour le panneau le plus sollicité en flexion simple avec une
fissuration préjudiciable, le calcul se fait pour une bande de 1 m.

lx = 2.66 m ly = 4.40.m
𝑙 𝛼
= 𝑙𝑥 = 0.60 0.4    1 Le panneau porte sur les deux sens.
𝑦

µx = 0.0822
µy = 0.2948 𝑀𝑜𝑥

= µx x σmoy x 𝑙𝑥2 = 11.39 KN/m

M0y = y. M0x= 3.36 KN.m

 M t  0.75M 0

M app  0.5M 0

Promotion 2017 Page 133
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

 Ferraillage minimal
- Selon le RPA2003 (Art. 10.1.2), le pourcentage minimal des armatures et de 0.1% dans
les deux sens et en deux nappes ce qui nous donne :

ARPA = 0,1.b.h /100 = 0,1.20.100/100 = 2cm²/ml.

- Selon le BAEL 91, le ferraillage minimal est de :

Amin = 0, 0008.b.h = 1,6 cm²/ml.

 Evaluation des moments

Moment x-x (KN.m) Moment y-y (KN.m)
Travée 8.5425 2.52
ELU Appuis 5.695 1.68
Travée 6.58 3.075
ELS Appuis 4.388 2.05

Tableau 6.17 : Valeurs des moments.

Calcul des armatures

Les valeurs obtenues sont représentées dans les tableaux suivants :

Sens XX Sens YY
Panneau
Sur appuis En travée Sur appuis En travée
Mu (KN.m) 5.695 8.5425 1.68 2.52
As (cm2/ml) 0.92 1.38 0.27 0.4
Asmin (cm2/ml) 2 2 2 2
Choix de Φ 8HA12 8HA12 8HA12 8HA12
As adopté (cm2) 9.04 9.04 9.04 9.04
Espacement (cm) 15 15 15 15

Tableau 6.18 : Le ferraillage à L’ELU.

6.8.2. Vérification des contraintes à l’ELS

Les résultats sont donnés dans le tableau ci-dessous :

Promotion 2017 Page 134
Chapitre 06 : Etude de l’infrastructure

Sens x-x

Mser A adop
Zone  bc [MPa]  s [MPa]  bc [MPa]  s [ MPa ] Remarque
[KN.m] (cm2)

Appuis 6.58 9.04 1.19 10.9 15 202 Vérifiée

Travée 4.388 9.04 0.8 7.3 15 202 vérifiée

Tableau 6.19 : Vérification des contraintes.
Sens y-y

Mser A adop
Zone  bc [MPa]  s [MPa]  bc [MPa]  s [ MPa ] Remarque
[KN.m] (cm2)

Appuis 3.075 9.04 0.56 5.11 15 202 Vérifiée

Travée 2.045 9.04 0.37 3.4 15 202 vérifiée

Tableau 6.20 : Vérification des contraintes.

Figure 6.9 : Ferraillage de voile périphérique

Promotion 2017 Page 135