You are on page 1of 36

UNIVERSITE ABOU BAKR BELKAID TLEMCEN

Faculté des Sciences de L’ingénieur

Département de Télécommunication

Présenté par : gusbaoui ahlem.

Année universitaire : 2007-2008


Remerciements

Je tiens à exprimer ma reconnaissance envers tous ce qui m’ont

aider à faire ce stage, leurs compétences scientifiques et leur grande

disponibilité m’ont permis de mener ce stage dans d’excellentes conditions.

Je les remercie également pour la confiance qu’ils m’ont accordée car elle a

nourri ma motivation tout au long de ce travail.

J’exprime ma gratitude à l’ensemble des chefs des centres non seulement pour

leur encadrement actif mais aussi pour leur conviction, leur enthousiasme et

leur disponibilité qui m’ont permis d’aboutir à ce travail.

Enfin je remercie vivement tous les techniciens des centres qui n’ont ménagé aucun

effort pour m’aider et me transmettre leurs connaissances.


Sommaire :

Centre d’Amplification Hertzien et Numérique………………………

Centre de Commutation Local et Transit……………………………..

Centre de la Boucle Locale Radio( ou Wireless Local Loop :WLL)….


Présentation générale d’ALGÉRIE TELECOM :

ALGERIE TELECOM, est une société par actions à capitaux publics opérant sur le marché
des réseaux et services de communications électroniques.
Sa naissance a été consacrée par la loi 2000/03 du 5 août 2000, relative à la restructuration du
secteur des Postes et Télécommunications, qui sépare notamment les activités Postales de
celles des Télécommunications .Elle est donc régie par cette loi qui lui confère le statut d'une
entreprise publique économique sous la forme juridique d'une société par actions SPA.
Entrée officiellement en activité à partir du 1er janvier 2003.Son ambition est d'avoir un
niveau élevé de performance technique, économique, et sociale pour se maintenir durablement
leader dans son domaine, dans un environnement devenu concurrentiel.
Son souci consiste, aussi, à préserver et développer sa dimension internationale et participer à
la promotion de la société de l'information en Algérie.

Missions et objectifs :

L'activité majeure d'Algérie Télécom est de :

.Fournir des services de télécommunication permettant le transport et l'échange de la voix, de


messages écrits, de données numériques, d'informations audiovisuelles ;…
.Développer, exploiter et gérer les réseaux publics et privés de télécommunications ;
.Etablir, exploiter et gérer les interconnexions avec tous les opérateurs des réseaux.
ALGERIE TELECOM est engagée dans le monde des technologies de l'information et de la
communication avec les objectifs suivants :
.Accroître l'offre de services téléphoniques et faciliter l'accès aux services de
télécommunications au plus grand nombre d'usagers, en particulier en zones rurales ;
.Accroître la qualité de services offerts et la gamme de prestations rendues et rendre plus
compétitifs les services de télécommunications ;
.Développer un réseau national de télécommunication fiable et connecté aux autoroutes de
l'information.

ORGANISATION D'ALGERIE TELECOM :

ALGERIE TELECOM est organisée en directions centrales, régionales et directions


opérationnelles de la wilaya autour de ses métiers fixe et services et d'autre part des fonctions
supports réseaux. A cette structure s'ajoutent une filiale mobile(Mobilis) et deux directions de
projets chargées l’une de l’Internet (Djaweb) et l’autre des télécommunications spatiales
(RevSat).
ALGERIE TELECOM s'implique dans le développement socio-économique du pays en
travers la fourniture des services de télécommunications.
En outre, ALGERIE TELECOM met en œuvre des moyens importants pour rattacher les
localités isolées et les établissements scolaires.

Le Marketing est l'action commerciale pour réhabiliter l'image de marque d' ALGERIE
TELECOM et fidéliser sa clientèle, notamment par la mise en place du système informatique
« GAIA » qui permet :
1 - Le client aura un guichet unique au niveau de l'ACTEL, qui saisit la demande du client,
ses coordonnées, l'adresse, etc.… ;
2 - La suppression de l'échange de papier entre les services techniques du CECLI et l'Actel
« gestion zéro papier » ;
3 - Permettre aux clients de consulter leurs factures à travers l'Internet.

PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT DU RESEAU TELECOMS 2004-2008 :

Le montant global des investissements à consentir est évalué à 203 976 millions de DA soit
l'équivalent de 2,5 milliards de Dollars US. Ces investissements mobiliseront tous les
segments d'activités d' ALGERIE TELECOM, à savoir les fonctions commutations,
Transmission, Moyens auxiliaires des Télécommunications (Energie et Gestion Réseau), les
Télécommunications Satellitaires, l'Internet, la Logistique des Télécommunications, les
Systèmes Informatiques et Managements.
Première partie : le Centre d’Amplification Hertzien et Numérique

But du stage au CA :
Le but du stage est d’étudier les différents systèmes et supports de transmission utilisés dans
ce centre.

Présentation du centre :
Le centre d’amplification et hertzien de Tlemcen « CAH » a été mis en service pendant la
période de colonisation.Il est devenu CAHN (Centre d’Amplification et Hertzien Numérique)
à la fin de l’année 1999, il se comporte comme un centre de transit secondaire parce qu’il se
situe dans une zone à une très grande densité d’acheminement, et à large capacité de trafic ce
qui lui présente une très grande importance au niveau national.

Le rôle du centre :
Il permet d’amplifier les signaux de communications et de raccorder les différents centraux.
Il assure l’acheminement du trafic national et international vers les régions de la wilaya de
Tlemcen d’une part, et il assure des raccordements vers d’autres wilayas d’une autre part en
utilisant deux supports de transmission FH (faisceaux hertziens) ou la FO (fibre optique).
Il permet d’amplifier les signaux de communications et de raccorder les différents centraux.

Ce centre est composé de plusieurs salles fonctionnelles :


.Le bureau du chef de centre.
.La salle qui contient les différents systèmes de transmission.
.La salle de division (l’arrivée des câbles).
.La salle qui contient le GE (Générateur Eléctrogéne).
.La salle du GE de MOBILIS.
.La salle de BSC de MOBILIS.
.La salle qui contient les redresseurs et les batteries.

Situation géographique :
Le CAHN de Tlemcen est situé au centre ville de la wilaya, exactement en face du jardin
public« Grand Bassin ».

Situation technique :
Les systèmes existant dans ce centre sont de différentes marques (SIEMENS ,ALCATEL,
ERICSSON ,NOKIA,HUAWEI ,SAGEM…) et de différents types :les équipements de
multiplexage :les FMX ,les 155Mb ADR ,les 140Mb ,les 622Mb ,et les 2.5Gb,les modems,
les répartiteurs(réglettes).
Production et distribution d’énergie :
La production et la distribution de l’énergie nécessaire pour le bon fonctionnement des
équipements du centre sont assurées par le service de l’énergie car il faut procéder à un
système capable de maintenir les équipements en marche continue même pendant l’absence
du secteur SONELGAZ et cela par la présence de certaines sources d’énergie
complémentaires.
Avant d’alimenter les équipements du centre on dispose d’abord d’une tension moyenne
fournie par la société nationale d’électricité et de gaz SONELGAZ qui va passer par le poste
transformateur abaisseur de marque Askarel qui la transforme à 400Volts triphasées
véhiculées à l’aide d’un câble .par la suite, les 400 Volts arrivant au niveau de l’armoire de
commande avec une valeur de 380 Volts .Cette tension sera abaissée jusqu’à 380Volts
triphasées, véhiculées à l’aide d’un câble .le transformateur se fait triphasé pour éviter les
pertes Joule.
Malgré ça en perdant ainsi 20Volts du aux pertes effets Joule. Puisque cette puissance est très
importante on la fait passer par les redresseurs afin d’obtenir à la sortie les 48Volts continus
réguliers et filtrés indispensables au fonctionnement des équipements.
En cas de coupure du secteur c’est le groupe électrogène qui prend automatiquement la
relève, ce basculement d’une source d’énergie à une autre se fait au niveau de l’armoire de
commande (automatique ou manuelle) grâce aux connections effectuées aux niveau d cette
armoire vers les batteries temporisées pour une période de quelques minutes.
Le démarrage du groupe se fait grâce aux deux batteries de démarrage. Le groupe fonctionne
sur une durée d’au moins sept minutes même en cas de retour du secteur, cela pour garantir
une marge au cas ou le retour du secteur ne serait pas permanent puis elle fait démarrer le
groupe électrogène branché en parallèle afin d’assurer la même puissance fournie par le
secteur .Ce groupe électrogène a une puissance de 60KVA et fournit une tension de 380 Volts
alternatifs sous une fréquence de 50 Hz. Cette tension passe par les redresseurs et
convertisseurs pour donner les 48 Volts continus nécessaires au fonctionnement des
équipements en charge du centre .Il convient alors de signaler que ces différentes
permutations se font automatiquement grâce aux connexions effectuées par l’armoire de
commande électrique :
Secteur –batterie.
Batterie- groupe électrogène
Groupe –secteur
Tout l’équipement du centre CA fonctionne soit avec du 48 volts continus ou avec du 220
volts alternatifs.
Le CAHN de TLEMCEN est muni de trois sources d’énergie :
Le secteur qui est le SONELGAZ (SOciété Nationale d’ELectricité et de GAZ) lui fournit une
tension moyenne de 5000volts.
Le groupe électrogène (60KVA).
Les batteries (2.2V/1500mA) par éléments.

Les équipements du service d’énergie :


Le groupe électrogène :
En absence du secteur, les batteries assurent l’alimentation pendant quelques secondes, puis le
groupe électrogène démarre automatiquement et remplace le secteur.
Ce groupe a pour une puissance de 60 KVA délivrant une tension de 400Volts alternatif sous
50Hz .pour démarrer le groupe, on utilise à travers sa carte de contrôle et le démarrage
s’effectue en cas de : Coupure de secteur
Baisse de tension
Inversion de phase
Essai hebdomadaire
Les batteries d’accumulateur :

En cas de coupure totale (secteur +groupe électrogène), c’est les batteries accumulateurs qui
prennent en charge l’alimentation des équipements. Elles fournissent directement des
tensions continues indispensables au fonctionnement des équipements du centre. Ces batteries
sont au nombre de 24 et fournissent une tension moyenne de 2.2 volts par élément.
Les batteries servent à alimenter les équipements de télécommunication en énergie sans
rupture pendant le temps ou les redresseurs sont hors service, Ces batteries interviennent aussi
pendant le laps de temps qui s’écoule entre l’arrêt du secteur et le démarrage du groupe
électrogène, c’est-à-dire elles assurent l’alimentation du centre après la coupure du secteur
jusqu’au démarrage du groupe électrogène.

Les redresseurs (convertisseurs) :

Les redresseurs sont hors jeu en cas de coupure du secteur .les convertisseurs séries ont pour
rôle de rajouter une tension pour équilibrer les 48V en cas insuffisance des tensions délivrées
par les batteries avec une intensité de 33A pour chacun.
Les redresseurs commandés par thyristors ont été conçus pour répondre aux impétrants
particuliers des installations des télécommunications.
Ils fournissent une tension continue réglée avec précision, présentant ainsi un niveau de bruit
plutôt bas de faible transitoire et une réponse rapide.
Les redresseurs (au nombre de 3dans le centre) ont été conçus pour répondre aux impétrants
particulaire des installations des télécommunications.
Ils fournissent une tension continue réglée avec précision présentant ainsi un niveau d’erreur
plus bas, de faible transitoire et une réponse rapide .Les redresseurs sont adaptés a des
conditions rigoureuses telle que :
.Secteur de mauvaise qualité, présentant de grandes variations de tensions et de fréquence.
.Un secteur présentant des pannes fréquence.
.une température ambiante élevée.
Les 3 redresseurs du centre travaillent en parallèle, en partage de puissance et de taches.

L’armoire générale de commande :


Pour l’armoire de commande elle assure le basculement secteur/groupe ou inversement à
travers des contacteurs,en cas de coupure ou de présence du secteur SONELGAZ à la sortie
de l’armoire de commande on trouve les tensions 220/380V qui attaque à ses tours les
redresseurs (380seulement), et de mettre hors service le secteur en cas de coupure de courant
en mettant immédiatement le groupe électrogène en marche et assure le contrôle des batteries
« les redresseurs arrêtent le fonctionnement quand la tension dépasse 56V » .
L’armoire de départ :
Ou sont intégrés les régulateurs et les onduleurs .Elle a comme intensité variante de 100A (la
somme des intensités sortants des redresseurs )jusqu’à 200A(lors la charge des batteries )et
comme tension constante de 48V(la même tension des redresseurs ).
Le régulateur a pour rôle essentiel de stabiliser la tension du réseau triphasé »380V-50Hz »à
l’entrée de la station d’énergie afin de protéger les équipements électriques et électroniques
alimentés contre les variations de niveau brusque au lent du secteur .Après cette
régularisation, la tension passe par des redresseurs pour obtenir une tension continue .Les
onduleurs sont placés à la sortie des batteries pour convertir le courant continu délivré par les
batteries en courant alternative nécessaire à alimenter les équipements périphériques « en cas
d’absence du secteur » comme la climatisation et l’éclairage.
Taches dévolues aux personnels techniques en matière d’énergie :
Le personnel technique doit veiller à ce qu’il y ait une continuelle alimentation en énergie
dans le centre .Pour cela ils doivent remplir un certain nombre de taches dont les plus
importants sont :

Quotidiennement :
Tour d’horizon de toutes les salles d’énergie.
Contrôle des batteries de démarrage.
Vérification des niveaux d’électrolyse dans les batteries.
Remplissage des bacs en eau distillé.
Contrôle des niveaux d’huile de gasoil et d’eau dans le radiateur du groupe électrogène.
Relevé des tensions et intensités des redresseurs.
Mesurer la tension totale et la tension du chaque élément (2.2V).

Hebdomadaire :
La maintenance des batteries se fait a une température de 25°
Une décharge suive d’une charge d’égalisation automatique.
Essai de démarrage et test le bon fonctionnement du groupe électrogène durant 30 minutes.
Entretien des équipements (batteries et redresseurs).
Nettoyage des salles.
Relevé de température et d’humidité.
Mise en ordre d’outillage de travail.

Mensuelle :
Décharge et maintenance des batteries.
Nettoyage du filtre à air du GE.
Vérification des redresseurs en cas de décharge de batteries.
Graissage des bornes des batteries pour qu’elles ne sulfatent pas.

Pour la sécurité du personnel et du centre :


Ne jamais accéder à la cabine HT de la SONELGAZ
Ne jamais fumer dans la salle de GE et celle des batteries
Permettre une bonne aération de la salle
Etre protéger pour des travaux à risque

Taches dévolues au personnel technique en matière d’équipement :


Le but de l’entretien du CAHN de TLEMCEN est d’assurer un fonctionnement continue des
équipements du centre et une qualité de service convenable pour que la maintenance soit
efficace ,le personnel assure l’exploitation des différents systèmes ainsi la maintenance et la
sécurité des organes de transmission du centre.
D’une façon générale, les taches dévolues au personnel technique sont les suivantes :

Entretien des équipements du centre


Contrôle des alarmes
Localisation des défauts par bouclage des mic et les enregistrer dans le cahier de signalisation
des évènements
Réalisation de nouvelles liaisons en faisant construire de nouveau mic ou de nouveaux circuits
La configuration des modems
La configuration d’un brasseur BMX (pour la transmission de données) qui permet de faire le
cross connexion (virtuellement) des ports.
Relevé des dérangements.
Mutation des lignes.
Vérification des organes bloqués.
Avoir un contact permanent avec d’autres CA et aussi avec les centres de transmission.
Essai et mise en marche du groupe en charge chaque semaine.
La qualité de service des circuits.
Nettoyage permanent des équipements.
La surveillance permanente des équipements.
Traitement des réclamations des abonnés en coordination avec le service de répartiteur.
Mettre les jonctions entre les équipements par l’intermédiaire de répartiteur et les réglettes.
Faire des boucles en cas de dérangement.
Dépannage des cartes défaillance.
Assurer les liaisons spécialisées.

Systèmes équipant le centre :


Le CAHN de TLEMCEN est équipé de différents systèmes de transmission de différents
marques (ALCATEL, NOKIA, SIEMENS, NEC, HUAWEI, SAGEM…) Les systèmes
équipant ce centre sont intégralement numériques.
Travée 1 :
Face avant :
Il existe des équipements télégraphiques de type MRT de capacité de 46 voies pour différents
direction : Oran, CA1, Remchi, Nedroma, Ghazaouet, Sebdou, Maghnia.
2 nœuds de convergence A et B concernant Fawri ADSL de marque Huawei pour la
transmission de données Internet haut débit.
Face arrière :
-Des équipements de type SAT, de type Alcatel pour les liaisons Ghazaouet- Zenata.
-Des équipements de multiplexage numérique de type GTE, Siemens.
-Un FMX.
-Un équipement 10Gbit/s : TLM-Sebdou-Aricha-Mechriya :
2 STM Sebdou.
1 STM Aricha.
1 STM Mechriya.
Travée2 :
Face avant :
-7FMX (MUX2000) de marque EFACEG (Portugal) :
MUX Beni Snous ; Ain Tallout ; Sidi Abdelli ; Ain Youssef ; Beni Ouarsous ; Ain Fezza.
-Un bâti de signaleur universel Siemens.
-Système 622 Mb (STM4) Huawei CA avec CCLT.
-Nœud de convergence concernant EASY ADSL : nouvelle version Huawei avec un DDF :
répartiteur.
-Un équipement de ligne CA (TLM)-Remchi
Face arrière :
-Des équipements de multiplexage (140/34/8) Mb Siemens.
-Un TNM 2Mb pour câbler les abonnées soit en 2 fils (de façon automatique) ou bien en 4 fils
ou en 64 Kb pour les transmissions de données.
Travée 3 :
Face avant :
-Un répartiteur HF d’impédance 150 Ohms ou sont placées toutes les réglettes de différents
mic (2Mb)
-Un bâti de transmission de données pour les réseaux postaux ou sont incorporés les modems
T33612, T28812 par liaison X.25.
-Un Megapac E15 Sagem.
-Onduleur.
-Un bâti qui contient :
.3 équipements Sagem 2048-3MC.
.2 équipement Sagem 2048-3MC/D.
.Un équipement Megapac VME 21B Sagem.
.Adaptateur d’interface de marque Dycec.
-Modem de type TELSAT 2514 Sagem.
-Modem de type T 33612 Sagem.
Face arrière :
Un répartiteur HF d’impédance 75 Ohm à un système PDH (4, 8,140) Mb.
Travée 4 : face avant :
Bâti 1 :
ADR155c EASY ADSL SAGEM
MUX (FMX) MAGHNIA EFAGEC
ADR 155c EEPAD SAGEM
ADR 155 c BOUDGHENE SAGEM
FOT 155c BENSEKRANE SAGEM
ADR 155c CCLT SAGEM
Encoder E5710 TRANDBERG
ADR155c HENAYA SAGEM
3 Brasseurs MXS 19 Siemens
Bâti 2:
Un serveur pour la transmission de données pour les bureaux de postes.
Modem TELSAT 28812 ‘SAT’.
Ordinateur.
2 Digibords.
32Modems T33612 SAGEM reliés aux serveurs.
Bâti 3 :
Pour la transmission des données pour les réseaux bancaires
Modem T2514 Sagem
T33612Sagem
Megabox Sagem .
Megapac Sagem VME21B.
6 Sagem 2048-3MC/D.
FMX 12 Sagem
Sagem DCN HDSL.
Bati4:
ADR 2.5Gbit TLM-MAGHNIA
2STM Maroc
Cnep 4*2
ADR 155c Oran –CA2
ADR 155c MAGHNIA
DWI 4*2
Base de vie chinoise Aribet 4*2
ADR 155c OULED MIMOUN
TNLO : OLTE8NT 4*2Mbit CNAS-TLM
ADR 2 HUAWEI Optix 155/622H MAGHNIA
9400UX/LX ALCATEL SIDABDELLI
ADR1 HUAWEI Optix 155/622H MAGHNIA
FH 15GHz Oujlida 4 mic de marque NEC/PASOLINK.
FH Sebaà Chyoukh.
Brasseur Siemens MXS 19
Face arrière :
2 brasseurs SNUS de marque Siemens
CMX
FH Chleida.
FH Djezzy.
FH SDH TLM-GHAZAOUET.
Travée 5 :
Face avant :
Bâti 1 :
2 ADR pour CT1
ADR TLM-GHAZAOUET
ADR 155c WLL Sagem.
ADR 155c Imama Sagem.
Fiber optic multiplexer 4*2 MMO 4E1Ad.
Bâti 2:
Signaleur NEC spécialisé pour les circuits bivocalisés.
Bâti 3 :
Serveur pour les données déportées aux bureaux de postes :
16 Modems T33612 Sagem.
1 Digibord.
1 ModemTELSAT33612 Sagem.
Un 16 Port Fast Ethernet Switch/Allied Telesyn.
Un ordinateur avec onduleur pour la sécurité du PC.
Bâti 4 :
Répartiteur optique R.O :
R.O 1 : CA-CCLT Câble à 8 F.O.
R.O 2 : CA (TLM)- CT1 (TLM) câble à 16 F.O.
R.O 3 : CA-CCLT (TLM) câble à 16 F.O.
CA-CT1 câble à16 F.O.
CA-CNEP 2 F.O.
CA-CNAS 2 F.O.
R.O 4 : CA-Remchi URAD Câble à 16 F.O.
CA-Ouled Mimoun URAD Cable à 16 F.O.
R.O 5 : CA-MPTIC Câble à 8 F.O.
CA-Ghazaouet DCD câble à 16 F.O.

En plus de tous ces équipements il y a une partie radio :FH de direction Tlemcen Maghnia et
Tlemcen Oran CAH1 ,il y a aussi un répartiteur BF utilisé pour les circuits spécialisés .
Comme on trouve un équipement de ligne 80G bit/s : il y a deux boucles (EST et OUEST) :
Alger Boumerdes Tizi-Ouzou Bejaia Jijel Elmilia Skikda Anaba

BOUCLE EST
Bouira B.B.A Setif Constantine Guelma

Nouveau schéma du BACKBONE DWDM :

Tlemcen Ain Temouchent Oran Rélizane Chlef Tenes Tipaza Alger

BOUCLE OUEST

S.B.A Mascara Ain Lahdid Tiaret H.Fdoul Boughzoul Blida

Station terminale.
Station répéteur.
Par exemple s’il y a une coupure de fibre entre Alger et Mascara, il est possible que le paquet
arrive à Mascara à travers Tlemcen par le 2éme sens de la boucle OUEST d’Alger à Tlemcen
après jusqu’à Mascara par cet équipement 80Gbit/s.

Les supports de transmission :


Les systèmes de transmission utilisés sont de type PDH, SDH.
Les supports de transmission utilisés sont :

La fibre optique :
Une fibre optique est un guide diélectrique permettant de conduire la lumière sur une grande
distance .Comparée aux autres supports de transmission s existants elle présente une
atténuation quasiment constante et faible sur une énorme plage de fréquence (plusieurs
dizaines de GHz) et offre l’avantage de bandes passantes gigantesques,permettant d’envisager
la transmission de débits numériques très importants exigés par la multiplication des services
et les besoins accrus de transmission d’image ;multiplexage possible de plusieurs signaux et
de plusieurs utilisateurs.
La fibre optique a des systèmes de portée et de capacité très supérieurs à celle des câble
conducteurs ; son faible poids, sa très petite taille(des câbles très minces ) et sa grande
souplesse rendent facile sa mise en œuvre ;elle offre ainsi une sécurité électrique(isolation
totale entre terminaux,pas d’électrocution,ni de court-circuit et de retour par sol)et une
immunité à l’interférence et au brouillages électromagnétiques (la fibre n’est pas sensible aux
parasites tel que la foudre ,les émissions radio,l’impulsion e.m des armes nucléaires et n’en
crée pas elle-même) en plus ,pas de diaphonie et une grande résistance aux attaques chimiques
et au variations de température.
Enfin la transmission optique permet aujourd’hui d’atteindre une qualité très supérieure à
celle des systèmes antérieurs, en particulier des faisceaux hertziens.

Ses caractéristiques :
La fibre optique utilisée dans le CAHN est une fibre monomode.
Les câbles de la fibre optique aboutissent à la salle de division puis au répartiteur optique, un
câble peut contenir 8 ou 16 fibres optiques en couleurs (code couleur) qui seront lovées pour
les souder avec les piktels.

Faisceau hertzien :
Le faisceau hertzien est un système de transmission entre deux points fixes, par ondes
radioélectrique très fortement concentrées à l’aide d’antennes directives.
Ils sont utilisés pour :
Des conversations téléphoniques groupées en un multiplex fréquentiel ou t temporel ;
Des programmes de télévision :
Des données.
Selon la forme (numérique ou analogique) sous laquelle se présente ces informations,
différents types de modulation sont utilisées, d’une part pour former le multiplex et d’autre
part, pour transposer le spectre des signaux dans la gamme de fréquences appropriée pour
l’émission :
Faisceau hertzien numériques : multiplexage temporel de voies téléphoniques numérisées par
une modulation PCM ou de données numérique, puis transposition en hyperfréquences par
modulation (analogique discrète) d’une porteuse sinusoïdale en OOK, PSK, MSK…

La transmission par faisceaux hertziens :

Il existe quatre liaisons par faisceaux hertziens


TLEMCEN-ORAN (CAH2) en passant par un relais à DJEBEL SETTI à6GHz (fréquence de
travail)
TLEMCEN-MAGHNIA en passant par le même relais à 11GHz
TLEMCEN-GHAZAOUET un équipement SDH
TLEMCEN-SEBAA-CHIOUKH un équipement capacité de 34Mb.

Câble coaxial :
Le câble coaxial se compose d’un conducteur de cuivre entouré d’une couche de matériau
isolant flexible .Le conducteur central peut également être un câble d’aluminium recouvert de
fer-blanc .Sur ce matériau isolant, un revêtement de cuivre tressé ou un film métallique
constitue le second fil du circuit et protége le conducteur intérieur .cette seconde couche,ou
blindage,réduit également les interférences électromagnétiques externes. La gaine du câble
enveloppe ce blindage.
Dans le CAH, il est utilisé pour relier le système 34Mb/s avec le 140Mb/s,ou bien entre les
STM.
Ses caractéristiques :
Résistances de 75Ohms.
Diamètre : il est différent d’un câble à un autre qui sont utilisés dans le CAH.

Techniques temporelles synchrones et asynchrones :


Le caractère synchrone ou asynchrone d’une technique de multiplexage est-il entendu ici en
tant que rapport de rythme entre les applications périphériques et le réseau. De ce point de vue
et pour illustrer ces concepts, on notera que les hiérarchies de transmission PDH et SDH
utilisent toutes les deux une trame, un multiplexage par position et des méthodes de
justification de débit .Elles sont donc toutes deux synchrones dans leur principe .La première
est dite plésiochrone du fait d’une relation entre débit des affluents et débit du multiplex qui
laisse les marges nécessaires à l’imprécision relative des horloges utilisées.elle offre
cependant à chaque affluent un débit sous-multiple entier du débit du multiplex,à charge
démultiplexeur de combler les marges en fonction du débit réel et à charge du démultiplexeur
d’éliminer cette information de justification .la hiérarchie synchrone laisse également à
chaque affluent la possibilité de flotter à l’intérieur d’une capacité réservée sous-multiple
entier de la fréquence du multiplex et supérieure au débit réel requis par cet affluent ;elle
permet donc de la même façon de multiplexer des affluents plésiochrones.
Système SDH :

Introduction :
La demande croissante nécessitant de larges bandes passantes à été à l’origine de conception
puis de la définition de l’hiérarchique numérique synchrone (SDH).
Les avantages de cette technique à savoir la hiérarchie normalisée et appliquée mondialement,
réduction du nombre d’équipement, flexibilité et évolution ont conduit les exploitants a
développer des réseaux synchrones complexe
Le concepteur de réseaux a besoin de connaître l’architecture de réseaux, leur structure
logique et les produits disponibles sur le marché.
Pour assurer l’optimisation d’un réseau SDH il est indisponible que le concepteur du réseau
ait une parfaite maîtrise des produits SDHMISE A SA DISPOSITION
Définition :

Avec l’apparition de la fibre optique et les besoins croissants de flexibilité,il était nécessaire
de créer une nouvelle hiérarchie de multiplexage capable d’intégrer tel quel des signaux de
différents débits(à savoir les différents niveaux de la hiérarchie PDH)
.Débit binaire normalisé par le CCLT
.Débit binaire de base : 155.52Mb/s…………………STM-1
.Débit binaire en multiplexage N*155.52Mb/s……….STM-N
L’un des aspects principaux est que tous les équipements de cette hiérarchie de
« multiplexeur » possèdent la même horloge. Cela peut s’obtenir si une seul horloge délivre
des impulsions donnant le rythme à tous les équipements de l’ensemble du réseau national via
un réseau de fibre optique.
Le premier niveau de cette hiérarchie est le STM1 (155.52Mb/s) (STM : Synchrone Transfert
module).
Les trames de transports STM n :
Les niveaux supérieures sont STM4 à 622.08Mb/s STM16 à2488.32Mb/s (dit 2.5Gbit/s)
STM64 à 9953.28Mb/s dit (10Gb/s).Ces informations transitent non plus sur des câbles mais
sur des fibres optiques.

Caractéristique du signal SDH :


Synchronisation sur le réseau de transmission.
Technique de multiplexage du pointeur.
Un fonctionnement plésiochrone est possible, si c’est le cas, l’alignement de l’horloge est
effectuer par une justification négative /zéro/positive octet par octet
Structure modulaire : des débits binaires supérieurs sont obtenus par un multiplexage octet
par octet de plusieurs signaux STM-1 en commençant par un multiplexage par le signal
multiplexé (STM-n) et fondamentalement indique à celle du signal STM-1.Les débits binaires
des signaux multiplexés sont multiples entiers du débit binaire de base de 155.52 Mb/s.
La relation de phase entre la trame et la charge utilisée réelle est enregistrée au moyen de
pointeurs (pointeurs de données).
Code et interface de SDH :

Interface électrique STM1


Débit binaire : 155.52 Mb/s
Code : code mark inversion (CMI)

Interface optique :
Débit binaire : n*155.52Mb/s codé
Code NRZ (No Return Zero)

Structure de la trame de base STM1:


Comme dans le PDH, les informations sont réparties en trames, à la différence prés que pour
la SDH la trame ressemble plus à une plage qu’une suite de bits.
Pour la trame STM1 la plage est longue de 2430 octets. Ceux ci sont répartis en 9lignes et 270
colonnes.Parmis les 270colonnes on distingue 2 zones :les premiers 9 colonnes font parties de
l’en-téte.les 261 suivants cont la zone ou l’information proprement dite est rangée (poyload)
(155.52Mb/s=270*9*8/125micro s) la trame STM1.

Avantages des débits supérieurs à140Mbits devienne pour la première fois une norme
internationale
Le code de transmission d’un signal optique sur la ligne est normalisé en conséquence, les
équipements de ligne des différents constructeurs sont compatibles.
Structure modulaire des débits binaires de multiples entiers du débit de base .la structure de
trame de signaux multiplexes est identique à celle des signaux de base ce qui écarte la
nécessité d’une nouvelle définition de trame.
La transmission des signaux larges bandes utilisé dans le future sera possible.

Inconvénients :
Technologie complexe est sophistiquée liée à la nécessité d’enregistrer :
La relation de phase entre le signal tributaire et l’en-tête du fait de l’origine américaine de
SDH. Il subsiste quelques imperfections concernant la transmission des signaux dans
l’hiérarchie ; par exemple, il est seulement possible de transmettre 3*34Mb/s dans l’STM-1
bien que la capacité autoriserait une transmission des signaux 4*34Mbit/s.la justification octet
par octet provoque une gigue intrinsèque supérieure a la justification bit par bit.

Système à 155Mb/s :
L’ADR155c est un multiplexeur add-drop STM1 qui permet de construire des liaisons point à
point, des anneaux STM1 ou des réseaux maillés .Avec protection de conduit snp ou de la
ligne msp réalisant ainsi le transport de liaison a 2 Mb/s, 34Mb/s, Ethernet, STM1.
L’ADR 155c peut être utilisé en :
.Multiplexeur terminale STM1 avec une capacité maximale de 63vc12 (vc12 : connecteur
virtuel12 c'est-à-dire 2Mb/s) et possibilité de protection 1+1
.Répartiteur STM1 : aptitude à générer un 1vc4 (140Mb/s)
.Multiplexeur STM1 insertion /extraction avec une capacité maximale de 63vc12 et insertion
extraction de 3*21vc12
.Point d’interconnexion de lan.
Cet équipement est géré avec un navigateur http (port Ethernet) :
.Soit localement via son interface Ethernet dédiée (par défaut).
.Soit à distance par télé exploitation (protocole point à point) avec adresse.
Ou à partir d’un gestionnaire de réseau ionos-anm dans ce dernier cas, l’utilisation du
protocole snmp permet également la supervision globale du réseau.
.L’utilisation d’un terminal local avec émulation vt100 ou pc et nécessaire lors de la première
mise en service pour la configuration des paramètres de communication.

Système à 622Mb/s :
Il existe un seul système 622MbHUWAEI dans le CAHN qui relie ce dernier avec CCLT .Ce
nouveau système équipant le centre utilise des lignes en fibre optique, il est basé sur la
transmission numérique synchrone concerne à établir les multiplexeurs synchronesSMA-1 R2
et SMA-4 R2, ces deux multiplexeur transmettent les signaux de la hiérarchie numérique
synchrone « SDH » et de la hiérarchie numérique plésiochrone .
Caractéristiques et application :
Possibilité de la liaison :
.tributaire –ligne ; ligne –ligne ; tributaire –tributaire.
.réseau de connexion non bloquant.
Différents types de raccordement direct :
.Omnidirectionnelle, bidirectionnelle, boucle.
.Téléchargement de logiciel pour chaque module.
.Possibilité de communication sur secours.
Les multiplexeurs synchrones SMA-1 R2 :
Les multiplexeur sont réglés pour les signaux de ligne au niveau de hiérarchie SDH STM-1
« 155Mb/s » et les multiplexeurs synchrones SMA-4 R2 sont régler pour les signaux de ligne
du niveau de hiérarchie SDH STM-4 « 622Mb/s ».
En plus des fonctions de multiplexage et de démultiplexage des signaux utiles « SDH et
PDH » ces deux multiplex assurent :
.Etablissement de communication.
.Le contrôle.
.Processus de communication dans un réseau de connexion.
.Accès overhead.
Terminaison des lignes.
Système à 2.5 Gb/s :
Il existe deux systèmes 2.5Gb dans le CAHN qui relie ce dernier avec ORAN CAHN2 et
l’autre avec MAGHNIA.
L’ADR2500c (add drop multiplexer 2500Mb/s compact) est un multiplexer add drop optique
STM16 qui permet de construire des liaisons point à point STM16 des anneaux STM16 ou
des réseaux maillés avec protection de conduit (snc) ou de section msp ou ms spring (en
ligne), réalisant ainsi le transport de liaison STM1,STM4,STM16,de data Ethernet
1000Mb/s…
L’association d’un coffret mux 10000 permet une fonction de multiplexage démultiplexage
optique de quatre signaux STM16 issus de quatre cartes L116.2
L’ADR2500cinclut en optique la protection de l’alimentation et de la fonction matrice de
brassage.
L’ADR2500c peut être utilisé en :
Multiplexeur terminal avec une capacité maximal de 16STM-1et possibilité de protection
MSP1+1 en affluent et en ligne.
Pseudo répéteur, avec aptitude à régénérer un ou deux résultant STM16.
Multiplexeur à insertion/extraction STM16 avec une capacité maximale de 2 STM-16lignes et
de 24 STM-1 ou 6 STM-4 ou 2 STM16 en affluents.
Multiplexeur à insertion/extraction STM4 avec une capacité maximale 2STM-4 en ligne et de
16 STM-1ou 4 STM-4 en affluents.

La hiérarchie plésiotropie (PDH) :


La hiérarchie est dite plésiochrone quand il n’y a pas de relation de phase constante entre
toutes les voies multiplexés, cette indépendance des horloges impose l’utilisation d’un sur
débit pour assurer le recadrage trains numériques constitués.
La figure ci-dessous décrit le principe du multiplexage de la hiérarchie plésiochrone à chaque
niveau de multiplexage, des signaux de justification et de bourrage sont introduits.
Cette technique impose un démultiplexage complet pour accéder à un niveau inférieur.

Inconvénients de la hiérarchie plésiochrone :


La précision des horloges locales d’émission étant insuffisante pour garantir un transfert
fiable des données
La jonctions de synchronisation est définie par la recommandation G703 cette
synchronisation reste cependant insuffisante au-delà de 2Mb/s des dérives apparaissent qui
doivent être compensée par bufférisation des information dans des équipements.
L’utilisation d’un sur débit consomme inutilement de la bande passante mais l’inconvénient
majeur réside dans l’obligation de démultiplexer complètement le train haut débit pour
reconstituer un lien à 2Mb/s
La télégraphie :
Le centre d’amplification de TLEMCEN (CAHN) contient un de télégraphie. C’est un
système numérique appelé « FATME » ou « MRT » de l’Italie.
Système FATME (numérique) :
FATME : Modulation Répartition in Time, c’est un système à 48 voies télégraphiques
numériques
Description du système :
Le système emploie la technique de multiplexage à division de temps dépendant du code et de
la vitesse , conforme à la recommandation R101 du UIT-T :c’est relatif à des systèmes du
type dépendant du format ,du caractère et de la rapidité de la modulation des signaux start
stop à émettre système plus brièvement dénommés « dépendant de code » et il est
essentiellement conçus pour obtenir une haute capacité d’émission de signaux télégraphiques
et de données anisochrones sur un circuit téléphonique normal.
Ce système permet, en effet, de multiplexer jusqu’à 48 canaux à 50 bauds,en un seul flux de
données à 2048Kbit/s.
Le multiplexage des signaux est basé sur la technique d’interconnexion des bits qui minimise
le retard de transfert des signaux à travers le multiplexeur TMD .Ce système est caractérisé
par un faible degré de distorsion, en effet, par de régénération des signaux –propre au système
– La distorsion arithmétique à la sortie des canaux tributaires n’excède pas 3% même quand
les signaux d’entrée s’avèrent fortement altérés.
Les alarmes de la télégraphie du système FATME :
B-1 : Les alarmes extérieures :
RFS : Réseau hors service (niveau de la porteuse en ligne « valeur de seuil)
AQS : Alarme Qualité de signale (qualité du signal « valeur préfixée)
ATL : Alarme Terminal Eloigné (terminal éloigné en état d’alarme)
FAT : Trame hors alignement (perte de synchronisation du terminal local ou lointain).
B-2 les alarmes intérieures :
ALC : Alarme Logique Centralisée.
APE : Alarme de programmation Erronée

Transmission des données :


Réseau public de transmission de données à commutation par paquet DZPAC :
Introduction :
Le réseau public algérien de transmission de données par paquet est dénommé DZPAC,sa
mise en œuvre remonte à 1992 avec l’interconnexion des premiers abonnées pilotes .
La mise en service commerciale du réseau à été prononcée par l’administration des PTT en
1993,le réseau DZPAC est exploité sous la norme X25 définit par l’IUT. Il est destiné à
véhiculer les informations entre équipements informatiques, ses principaux utilisateurs sont
les administrations, les entreprises, les banques ,les assurances et les professions libérales.
Ce réseau répond à des besoins spécifiques tel que :
- application conversationnelle (saisie interactive, interrogation et mise à jour des fichiers).
-saisie des données avec transmission différée.
-interconnexion d’ordinateurs et partage de ressources.
Evolution du réseau DZPAC :
Il est noté que vers la fin de 1999, le réseau DZPAC a connu une saturation totale à l’échelle
nationale .En effet les besoins croissants des structures financiers (banques notamment) ont
été à l’origine de cette situation, une extension supplémentaire à été réalisée au début de
l’année 2000, ramenée à la naissance d’un nouveau réseau appelé MEGAPAC.
Topologie du réseau MEGAPAC :
Le réseau MEGAPAC est structuré autour d’ordinateurs assurant les fonctions de
concentration et de la commutation des données, ils sont reliés entre eux en configuration
maillée.
Il existe trois modes de transmission :
Trois modes d’exploitation peuvent être définis sur une liaison point à point reliant deux
stations émettrices/réceptrices :
Mode simplex : l’une des stations émet et l’autre reçoit .La communication est donc
unidirectionnelle pure.
Mode semi duplex (half duplex ou alternatif) :la communication est unidirectionnelle,mais le
sens de transmission change alternativement :une station émet,l’autre reçoit ;puis c’est la
station réceptrice qui devient émettrice et réciproquement ;etc. …
Mode duplex (full duplex) : les deux stations peuvent émettre et recevoir simultanément. Un
moyen répandu (mais pas le seul) de permettre cette transmission à double sens et le
multiplexage en fréquence : la plage de fréquence comporte deux bandes, l’une pour un sens,
l’autre pour l’autre sens.
Il existe trois principaux dangers aux quels sont soumis les établissements des
télécommunications : incendie, effraction et sabotage, agressions.
Pour éviter ces trois lacunes, les moyens sont les suivants :
-Instituer une ou plusieurs équipes d’intervention dont les membres doivent étre initiés à la
manœuvre et l’emploi des moyens de secours.
-Installation d’un poste de poste de contrôle de sécurité à l’entrée du centre relié à l’unité de la
protection civile par une ligne directe.
-Disposer de matériels de lutte contre les incendies.
Taches dévolues personnellement au centre :
-Bouclage des différents mics dans les deux sens de communication pour positionner le
défaut.
Nous avons reçu des ordres de construction des mics reliant différent station et centre, nous
avant tout d’abord fait l’étude du choix du mic, c'est-à-dire choisir une position libre sur
155Mb, ensuite on a raccordé les deux centraux à l’aide d’une paire de fils.

Deuxième partie: le Centre de Commutation Local et Transit .


Présentation du centre :

Vu la numérisation et la modernisation des réseaux de télécommunication en Algérie, et pour


augmenter la qualité des services offertes à leur clients, et pour suivre le développement
rapide et la concurrence dans ce secteur sensible à travers le monde ; le ministre des postes et
télécommunications a fait naissance à des centraux de commutation numérique, parmi eux on
a au niveau de la wilaya de Tlemcen le Centre de Commutation Local et Transit (CCLT).
Il est situé au centre ville de Tlemcen, il est implanté dans un ancien bâtiment avec trois
étages, il est réparti comme suit :
- Au sous sol :
-Deux salles d’énergie : on trouve dans ces salles les différents équipements d’énergie
nécessaires à l’alimentation et la distribution de toutes les tensions nécessaires au
fonctionnement du centre.
La production et la distribution d’énergie nécessaire pour le bon fonctionnement des
équipements du centre suivent le même système que celui du centre d’amplification hertzien
et numérique.
-Une salle du groupe électrogène : marque : LME/BMZ013104
Moteur : Deutz :
Type : BFGM716n°5580502.
Nombre de cylindres : 6.
Puissance : 172.5KW.
Pompe injection :
Marque Bosch n°52827145.
Alternateur : marque : AVKn°4276041
Type : DIDB55 256-4.
Puissance : 256 KVA.
Tension : 220/380V
-Un grand hall : comportant les répartiteurs ou on effectue les raccordements des abonnées,
les essais, et les mesures (le service des dérangements).
- Au rez-de-chaussée :
-Une salle pour les doléances et les réclamations des abonnés en cas de dérangements.
-Une salle réservée aux équipements et à la maintenance.
- Au premier étage :
C’est la partie la plus importante dans ce stage ; elle comporte :
-Une salle climatisée où se trouvent les équipements du centre numérique (centre AXE).
-Une salle de supervision et de contrôle pour l’observation et le relevé du trafic .
Cet étage est entièrement climatisé pour conserver la température ambiante pour le
fonctionnement idéal des équipements, et des circuits électroniques surtout très sensibles pour
cela on a deux blocs de climatisations (FRIMAIRE).
-La salle de contrôle : c’est là ou se fait la maintenance des équipements de commutations
pour le centrale numérique ; pour cela la salle est équipé de deux terminaux rattachés aux
équipements qui permettent aux agents (l’ingénieur et ses techniciens) à intervenir, en cas de
pannes d’un équipement et même pour le fonctionnement normal du central.
Ces terminaux visualisent tout ce qui est faute et erreur ce qui facilite l’exploitation et la
gestion du central.
On dispose aussi d’un panneau d’alarme sonore et lumineux et d’un afficheur d’alarme AT-0.
Ces terminaux sont reliés à une imprimante qui affiche tous les évènements passés au central
à tout moments (24H/24H) et (7J/7J).
L’équipement AXE :
Introduction :
L’AXE est le fruit de l’évolution technologique des circuits électroniques, c’est un système
téléphonique public qui a été développé pour améliorer le service de communication (coté
abonnés), et de présenter de meilleurs services.
Le principe consiste à numériser le signal et le transmettre bit par bit. Ces bits sont traités
successivement puis transmis avant d’être reconstitués en signaux de paroles.
Le produit évolue actuellement de manière continue, ce qui permet d’assurer une gamme
complète d’application contrôlées par ordinateur (programme enregistré).Il offre une
souplesse d’adaptation à l’évolution de la transmission, de la signalisation, et des services
offerts aux abonnés, ainsi qu’aux administrations puisqu’il est capable de s’adapter en
fonction du temps à toute les nouvelles technologies.
Description générale :
Le centre est équipé de l’AXE.
C’est un système SPC (Système à Commande par Programme enregistré), développé par la
société L-M ERICSSON (SUEDE).Ce système est installé dans le CCLT Tlemcen par la
société SONATITE « ALGER ».
Dans ce centre on trouve 7 rangées (111 ,112 ,113 ,114 …118, 119,120) et une armoire de
PDF.
1ére rangée 111 :
Deux armoires du type IOG : une active et l’autre en état stand-by node –A et node –B.
2éme rangée 112 :
On trouve le système TSS : RT qui constitue des cadres fonctionnels (CSRR).
Le sous système SSS/0 qui constitue des cadres fonctionnels (EMTS, EM, JTM, RP, SEPR).
3éme rangée 113 :
Les sous système TSS (BT2-D3, BT1-D3) route.
4éme rangée 114 :
Le sous système GSS qui constitue des cadres fonctionnels (SPM, TSM,)...
Le sous système TSS.
5éme rangée 115 :
3armoires pour le sous système SSS/2
6éme rangée 116 :
3armoires pour le sous système SSS/3.
Une armoire TRM
7éme rangée 117 :
Le système TSS.
L’APZ-212.

Equipement de l’AXE :
A : classe des centraux et standards téléphoniques.
X : système de commutation par programme enregistré.
E : centraux téléphoniques publics.
10 : centraux numériques pour l’Algérie.
Avantage de l’AXE :
..Moins coûteux.
..Gain de place.
..Qualité de service amélioré et rénovée.
..Bénéfice de nouveaux services.
..Exploitation et maintenance faciles.
Le central AXE est constitué d’un système de commutation APT(composé de sous
système :SSS,GSS,TSS,CCS,CHS,OMS,DCS), et d’un système de commande APZ (composé
de 7 sous système :CPS,RPS,MAS,SPS,FMS,DCS,MSC)acheté de chez ERICSSON,installé
par SITEL .Ces deux systèmes sont subdivisés pour des causes fonctionnelles en deux
systèmes.

Le système de commutation APT :


Il est formé des sous système suivants :
Le SSS (Subscriber Switching Subsystem):
C’est le sous système de commutation d’abonnés aux quelles sont raccordés les lignes
d’abonnés : c’est un ensemble de SLM (Line Switch Module) qui est un module commutateur
de ligne desservant chacun 128 abonnés.
Le SSS peut comprendre jusqu’à 16modules interconnectés entre eux pour former une unité
2K abonnés (2048).
Cet équipement d’abonnés permet de :
Transmettre e recevoir les voix de paroles.
Alimenter les lignes d’abonnés.
Fonctions réalisées par l’équipement individuel d’abonnés (alimentation détection de boucle
….).
La concentration du trafic des abonnés et raccordement vers la sélection de groupe grâce à un
commentateur temporel.
La réception de la numérotation cadran ou clavier.
L’emploi de la tonalité vers les abonnés.
Essais et mesure sur les lignes d’abonnés.
Traiter la signalisation des voix de paroles.
Détecter la numérotation (cadran ou clavier).
Envoyer le courrant de sonnerie.
Les équipements d’abonnés sont regroupés par modules d’extensions appelés LSM.

Les LIC : réalisent un certain nombre de fonctions qui sont :


Alimentation des postes téléphoniques.
Détection de l’état de boucle (ouverte/fermée).
Réception de la numérotation décimale aux cadrans.
Protection des équipements contre les sur tentions.
Envoie du courrant de sonnerie et arrêt aux décrochage.
Renvoi de la ligne de l’équipement vers les équipements d’essais et des mesures.
Conversion analogique /numérique et vice versa.

Le SSS peut être aussi configuré soit :


Dans le central principal.
Dans une remonte : c’est un central disant relié au central père par le biais d’un rapport
électrique (câbles coaxiaux, fibres optiques, voies aériennes …) et dans ce cas ,le sous
système est désigné comme :RSS (Remote Subscriber Switching).
Le GSS (Group Switching Subsystem):
Le système GSS réalise les fonctions de commutation de groupe ou sélection de groupe grâce
à un réseau de connexions de types numériques TST (Temporel Spatial Temporel), il assure
également la fonction de signalisation interne et externe ainsi que la possibilité de faire des
connexions multiples ou conférence.
Le TSS (Trunk and Signaling Subsystem):
Le sous système de junction et de signalisation; le TSS réalise 2 grandes fonctions suivantes :
Le raccordement et la réalisation des circuits analogiques et numériques.
Le traitement de la signalisation entre les centraux de types voies par voies.
La connexion à des messages parlés d’anomalies.
Tous les services facilités offerts aux abonnés telles que : numérotation abrégée, réveil
automatiques, transfert d’appel…celle-ci est réalisée par des programmes.
Le CSS :
C’est un sous système de signalisation par canal de sémaphore,il assure les fonctions du
système conforme au CCITT n°7.
Le OMS :
C’est le sous système d’exploitation et de maintenance,il est réalisé principalement en
logiciel,il assure un grand nombre de fonction et de procédures destinées à la localisation ou
diagnostics à la relevé de dérangements,à la collecte des statistique et à la gestion.
Le OTS (Operator Terminal System):
C’est le sous système de tables d’opératrices il est utilise lorsqu’un central doit etre élargi
pour le service international, le service de renseignement…etc.
Ce sous système utilise le sous système d’opératrice OPS qui a un aspect logiciel.
Le TSC :
C’est un sous système d’acheminement et de commande de trafic, il commande et surveille
l’établissement et la libération des liaisons téléphoniques.
Il mémorise et analyse les signaux reçus de SSS et de TSS.
Il décide sur la base des données mémorisées relatives aux catégories tarifaires dont l’appel
doit être taxé.
Le SUS :
Ce sous système qui est constitué entièrement de logiciel central, l comprend des fonctions
destinées à divers abonnés tels que :
Numérotation abrégés et l’appel sans numérotation.
Transfert d’appel.
L’appel enregistré.
Identification d’appel malveillant.
Conférence à trois.
Le CHS :
C’est le sous système de taxation, il analyse les conditions de taxations,génère et enregistre
les impulsions de taxations ,mémorise périodiquement la position du compteur de taxe sur une
unité externe,effectue les changements de trafics et détermine le lieu de taxation .
Les sous système de l’APZ :
Les taches que doit réaliser la partie de commande vis-à-vis de la partie téléphonique peuvent
être classées en deux grandes catégories suivant leur complexité et leur fréquence.
A-les taches d’exploration des équipements afin de détecter les changements d’état ainsi que
la commande directe des équipements.
B-l’analyse de chiffre, l’acheminement et d’une façon générale toute prise de décision.
Le CPS (Central Processor Subsystem) :
Du point de vu matériel, le sous système CPS est constitué de deux calculateurs temps réel qui
travaillent en micro synchronisme pour raisons de sûreté de fonctionnement.
Le RPS (Regional Processor Subsystem) :
Les sous systèmes RPS sont constitués matériellement des calculateurs RP, en nombre plus
grand, fonction d’importance des équipements commandés. Il réalise donc la commande
directe et l’exploitation des organes de l’APT.
Le MAS (Maintenance Subsystem) :
Le sous système MAS est constitué par des programme qui prennent en compte les fonctions
de surveillance, localisation et configuration du système en cas de panne logicielle ou
matérielle.
Le SPS (Support Processor Subsystem) :
Le SPS est constitué par des processeurs spécialisés pour la gestion des entrées/sorties il
supporte les fonctions de bas niveau relative aux sous système FMS, DCS, et MCS.
Le MCS (Main machin Communication Subsystem) :
Le sous système MCS réalise les fonctions de communication entre le système et les
terminaux de visualisations (VDU ou PC).les imprimantes et le panneaux d’alarmes.
La communication homme/machine utilise un langage dérivé de celui proposé par le CCLT
(langage CHILL).
Le FMS (File Management Subsystem) :
Comporte les fonctions de gestion de fichiers sur les mémoires de masses tels les disques
durs, disque souples, bandes magnétiques et CD.
Le DCS (Data Communication Subsystem) :
Le sous système DCS gère les fonctions de communications de données entre terminaux et le
système de transmission de données à distance.
Les sous systèmes s’occupants des entrées/sorties à savoir SPS, FMS, MCS, et DCS sont
regroupés sous le vocable IOG.
Les applications de l’AXE :
L’AXE a été conçu pour assurer toutes les applications du réseau : centres locaux d’abonnés,
centres de transit nationaux ou combinés.
En outre, l’AXE a élargit son champ d’application aux réseaux locaux d’entreprise intégré et
aux RNIS (Réseau Numérique à Intégration de Service).
Quelques exemples de commandes :

Les actions à mener selon celles décrites dans les routines de maintenance centre AXE :
Quotidien :
Contrôle des organes et DIP bloqués.
Vérification des alarmes visuelles (panneau
Contrôle des abonnés bloqués.
Mise à jour du cahier d’évènements : LOGBOOK.

Hebdomadaire :
Gestion des DUMP.
Gestion du fichier des évènements EVENTLOG.
Nettoyage des lecteurs de disque optiques.
Mensuel :
Statistiques.
Surveillance des DIP.
Bimestriel :
Contrôle des panneaux d’alarmes.
Nettoyage du centre.
Semestriel :
Test de la taxation.
Test des émetteurs /récepteurs de code CR/CS pour la signalisation R2.
Contrôle des paramètres de surveillance.
Calibrage et ajustement de SULTD.
Annuel :
Test des alarmes externes.
Activités de maintenances recommandées des switchs :
Quotidienne :
Vérification des alarmes externes.
Vérification des alarmes d’environnement.
Vérification de l’état de marche des modules.
Vérification de l’état de marche des fonctions.
Vérification de l’état des sous systèmes.
Vérification du système de facturation.
Vérification de l’état des circuits et des liens de signalisation.
Hebdomadaire :
Sauvegarde des données.
Mensuel :
Vérification des données.
Vérification de l’environnement des modules distants.
Trimestriel :
Vérification et recherche de virus au niveau des PC.
Vérification du terminal de maintenance.
Vérification des tensions d’alimentation.
Vérification des prises de terre.
Annuel :
Changement du système de contrôle principal.

Période du dump :
Dump avec 2 copies le début de chaque mois.
Dump sans transfert le 15 de chaque mois.

Taches dévolues au personnel technique :


Le personnel de l’automatique du central doit inspecter et vérifier quotidiennement les
équipements de commutation, ces taches sont réalisés éventuellement par l’utilisation d’un
langage MML (Main Machine Langage),à partir de la salle de supervision (de contrôle) grâce
à des PC.

Taches dévolues au personnel technique en matière d’équipement :


Connexion des abonnées.
Création de nouvelles routes.
Connexion des KMS.
Etude du trafic et changement des cartes en cas de dérangement.
Transfert des abonnés (DUMP).
Intervention sur les alarmes.
Introduction des nouveaux PQ.

Exemples de commandes :
Connexion d’abonné :
SULII :SNB=273200,DEU=CI-3-2200
SUBSCRIBER METER DATA
SNB UCMS CHVA
043273200
END.
SUSCC.
Déconnexion d’un abonné/

SULIE :SNB=273200 ;
Subscriber data
SNB DEU DETY SUT SCL MIS COS.
043273200 LI3-2200 SSI-1
END

L’état d’un abonné (analyse d’un numéro) :

STSUP :SNB=273200 ;
Subscriber line STATE DETAILS.
DEU STATE BLS ADM ABS SNB SNBST.
LI-3-2200 IDLE HOD 043273200

END.
Troisième partie : Wireless Local Loop (WLL) ou la Boucle Locale Radio (BLR).

Introduction :
Les réseaux téléphoniques publics (PSTN) connaissent un essor considérable dans le
domaine des télécommunications.
Le déploiement de ces réseaux devient de plus en plus onéreux (installation des câbles) et
coûteux vu la demande des clients, plus particulièrement dans les zones rurales.
C’est pour cela que la boucle locale radio BLR ou WLL a vu jour pour pallier à ce manque.
C’est une solution qui permet de faire étendre un réseau de communication, en utilisant
l’interface radio. C’est l’opérateur d’Algérie Télécom qui est fourni par l’équipementier
HUAWEI qui exploite cette technologie.

Définition :
La Boucle Locale Radio (BLR) ou Wireless Local Loop (WLL) est un système qui connecte
les abonnés du réseau téléphonique commuté public (PSTN) grâce à une liaison radio pour
assurer un service téléphonique local fiable, flexible et économique.
Cette technologie est apparue ayant comme objectifs :
Des services téléphoniques de base à plus faible coût.
Flexibilité dans la création de nouveaux services de communication.
Amélioration des services de communication dans les zones rurales.
Un accès mobile créant un trafic additionnel au réseau PSTN.
Une solution complémentaire pour certaines parties du réseau filaire.

La portée maximale de la WLL est théoriquement de l’ordre de 20 Km avec un débit de


153.6Kbit/s, mais en pratique la portée est de 15Km.

Bande de fréquence :
La transmission de l’information sur la voie radio s’effectue soit depuis une station de base
vers un terminal ce qu’on appelle une liaison descendante (down link), soit depuis un terminal
vers la station de base ce qui est appelé liaison montante (up link).

Le tableau 1 nous montre les allocations de fréquence dans le WLL:

Bande de fréquence de transmission


Pour la station mobile Pour la station de base
Numéro du canal CDMA
FWT BTS
25-275 1851.250-1863.750 1931.250-1943.750
325-375 1866.250-1868.750 1946.250-1948.750
425-675 1871.250-1883.750 1951.250-1963.750
725-775 1886.250-1888.750 1966.250-1968.750
825-875 1891.250-1893.750 1971.250-1973.750
925-1175 1896.250-1908.750 1976.250-1988.750
Tab1 – Tableau des fréquences WLL

La fréquence de transmission pour la station de base (liaison descendante) est calculée par :
F(BTS) = 1930+N*0.05
La fréquence de transmission pour la FWT (liaison montante) est calculé par :
F(MS) =1850+N*0.05
Avec N : numéro du canal CDMA
Le WLL d’Algérie Télécom utilise les canaux 1025 et 1050. Calculons alors les fréquences de
transmissions pour les liaisons up link et down link.
Pour N=1025 :
F (MS) = 1850+1025*0.05 = 1901.25 MHZ
F (BTS) =1930+1050*0.05 = 1981.25 MHZ

Pour N = 1050 :
F (MS) = 1850+1050*0.05 = 1902.50 MHZ
F(BTS) = 1930+1050*0.05 = 1982.50 MHZ

La Boucle locale radio

Architecture du réseau WLL :


L’architecture d’un réseau WLL est constituée de trois systèmes :
Le système radio contenant la station mobile (FWT) et la station de base (BTS).
Le système contrôleur de station de base (BSC).
Le système réseau ou d’acheminement (Switch).
Les systèmes de l’architecture du réseau WLL sont représentés sur la figure 1.

FIG 1 – Architecture du réseau WLL


Nous avons fais la simulation de la disposions des différents armoires du centre de BSC/SC
de Tlemcen comme le montre la figure 2.

FIG 2– Disposition du centre BSC/SC de Tlemcen

La figure 3 présente la couverture et les différentes connexions aux centres régionaux de


BSC/SC Tlemcen.

FIG 3 – Les connexions du centre BSC/SC de Tlemcen

1/Le système radio :


Cette partie traite les transmissions radio. Elle se compose de deux parties dont la première est
la station mobile (FWT) et la deuxième est la station de base (BTS).
1.1/ La station mobile (FWT) :
FWT (Fixed Wireless Terminal) est un équipement qui est à la fois un téléphone mobile et un
téléphone fixe, il serre à transiter les appels. Et puisque le terminal WLL intègre un modem, il
faut prévoir un câble série qui reliera le COM1 de l’ordinateur à ce terminal.
Figure 4 - Terminal WLL

1. 2/ La station de base (BTS) :


La « Base Transceiver Station » (BTS) est l’équipement terminal du réseau vers les stations
mobiles (FWT), l’interface FWT – BTS est de type « Um ». Une BTS est un groupement
d’émetteurs et de récepteurs fixes. Elle échange des messages avec les stations mobiles
présentes dans la cellule qu’elle contrôle. La BTS utilise des canaux radio différents selon le
type d’information échangées, données utilisateur ou signalisation, et selon le sens de
l’échange, abonné → réseau ou réseau → abonné.
Les antennes sont reliées directement avec la BTS, elles sont de type tri-sectoriel couvrant
120 degrés pour chaque secteur gérant 64 communications simultanément comme le montre
la figure 5.

FIG 5– Couverture d’une BTS

1. 2.1 /Caractéristiques techniques de la BTS :


La BTS utilisée dans le centre de WLL Tlemcen est une BTS3606. Ses caractéristiques sont
citées dans le tableau (Tab 2).
Dimension du cabinet 1800mm x 800mm x 650mm (H x W x D)
Consommation - 48V DC (-40, -60V DC)
Température : -5°C~50°C
Environnement opérationnel
Humidité : 5%~90%
TAB 2 – Caractéristiques générales de la BTS pour WLL
Configuration du site Consommation (W) Poids (Kg)
S (1/1/1) < 1500 351
S (2/2/2) < 2800 388
TAB 3 – Caractéristiques de consommation et de poids de la BTS
pour WLL
Fréquence Largeur BTS
Bande de Fréquence Ecart BTS
de de transmit
fréquence réception duplex sensibilité
transmission bande énergie
1900 1930~1990 1850~1910 1.25
80 MHz 20 W -127 dBm
MHz MHz MHz MHz

TAB 4 – Caractéristiques techniques de la BTS pour WLL

1. 2.2/ Caractéristiques logique de la BTS :


Dans la structure logique d’une BTS nous pouvons distinguer quatre sous systèmes qui sont :
Sous système bande de base.
Sous système RF (Radio Fréquence).
Sous système de puissance.
Sous système antennes.

FIG 6 – Structure logique de la BTS

a/ Sous système bande de base :


Ce sous système est composé de quatre cartes BCKM, BCPM, BCIM et BRDM comme le
montre la figure 7.

FIG 7 – Diagramme fonctionnel de la bande de base


La figure ci-dessous représente la structure du châssis bande de base qui nous montre
l’emplacement de chaque carte dans la BTS :

Sous-système bande de base

La BCKM :
Elle est la plus importante des cartes et elle se compose de deux parties principales :
a.Unité de traitement principal (Main Processing unit) (MPU)
Sous module de traitement de signalisation (Signaling Processing Sub-module ) (SIG)
Sous module d’opération et d’Entretien ( Operation and maintenance Sub-module ) (O&M).
Il sert à gérer les ressources, l’équipement et la configuration aussi la surveillance des
équipements et le téléchargement du logiciel.
b.Module de l’horloge (Clock Module ) ( CLK) :
CLK fournit l’horloge au BTS avec les caractéristiques suivantes :
Adopte le GPS/GLONASS comme ressource d’horloge externe pour fournir 1PPS(un
pouls/seconde) et GPS.
Fournit (divisé selon la précision) les signaux de l’horloge secondaires locaux 10Mhz.

LA BCPM :.
BCPM est la carte de traitement du service. Elle traite de divers données dans le sens montant
et le sens descendant tel que le codage, le décodage et la modulation, il traite également
signaux de contrôle des couches élevées
NOTE : Avec une seule carte BCPM on gère 1000 abonnés utilisant une seule fréquence ; on
parle donc d’une BTS S111.Si on a besoin d’une extension, il est recommandée d’ajouter une
autre carte BCPM au lieu d’une autre BTS, dans ce cas on parle d’une BTS S222 gérant 2000
abonnés avec deux fréquences.

LA BRDM :
La carte de distribution de ressource (BRDM) est logiquement localisée entre le module
d’émission réception (BTRM) et le module de traitement du canal (BCPM). Il fournit la
modulation d’I&Q.

LA BCIM :
Dans le sens montant, la BCIM reçoit les commandes d’O&M du BCKM et le trafic de
données du BCPM et les transmet sur les liens E1,et dans le sens descendant, il reçoit les
cellules ATM,et les envoie vers la carte correspondante via le backplane.
Chaque BCIM fournit 8 liens E1, qui peuvent supporter tout au plus 4 ensembles de lien
d’IMA. (Infrastructure multiple access)
b/ Sous système RF (Radio Fréquence) :
Ce sous-système comme le montre la figure suivante contient trois châssis :

Sous-système RF

.Le premier châssis est appelé BBFM, il est composé de :

BTRM :
La BTRM accomplit la modulation/démodulation des signaux de bande de base,les
conversions analogique/numérique et de numérique/analogique, et les conversions hautes
fréquences/bande de base.

BHPA :
La BHPA est utilisée pour amplifier les signaux RF reçus du BTRM.

.Le deuxième châssis porte la carte :


RLDU :
Elle sert à fournir l’amplification de bruit faible et distribuer les signaux reçus.
Offrir le commutateur électronique intégré RF et supporte les configurations multiples de la
BTS (3 secteurs ou 1 secteur)

.le troisième châssis est composé de :


CDU :
La CDU sert à :
.Combiner deux signaux porteurs dans un seul, ces deux signaux sont reçus de deux BHPA.
.Fournir l’isolement et le filtrage pour les signaux reçus et transmis.
.Filtrer les signaux transmis afin de supprimer de fausses émissions de la BTS.
.Filtrer les signaux reçus afin de supprimer l’interférence d’hors bande.

c/ Sous système puissance :


La BTS possède un module intégré de puissance qui convertit de -48V DC à +27V DC.
Dans la pleine configuration de la BTS, cinq PSU (Power Supply Unit) peuvent fonctionner
dans la redondance 4+1 pour générer la puissance sans arrêt dans le cas d’une défaillance du
module de puissance.

d/ Sous système antennes :


Le sous système d’antenne et d’alimentation de la BTS3612 se compose de deux parties:
antenne et alimentation RF, et antenne de synchronisation de satellite duelle.
L’antenne et l’alimentation transmettent les signaux modulés RF et reçoivent les signaux de
l’abonné; alors que l’antenne de synchronisation de satellite duelle fournit la synchronisation
précise pour le système CDMA.

2/ Le système Contrôleur de station de base (BSC) :

FIG 8 - Architecture de la BSC

Il gère une ou plusieurs BTS et communique avec elles par le biais de l’interface Abis. Il est
composé des cartes suivantes :

LA CIPS :
Elle sert à :
.Coder et décoder la voix en utilisant les trois modes de codage :EVRC, QCELP8K,
QCELP13K.
.Contrôler la signalisation vers la carte CRPS (via la carte CSPU qui traite la signalisation des
couches supérieures (interface UM, interface Abis, interface V5……))
.Traiter la signalisation de l’interface V5 vers le switch.

LA CRPS :
Elle gère les données d’abonnés, fournit périodiquement la synchronisation temps traite le
service paquets de données vers PDSN, commute les connexions inter-châssis et gère les
ressources.

3/Le système réseau ( switch MSC) :


La partie switch est constituée de deux entités importantes le FAM et le BAM que nous allons
détailler dans ce qui suit:

3.1/ Le FAM (Front Administration Module) :


Il sert à stocker les données du centre au niveau de l’équipement lui-même pendant une
certaine période puis à transférer ces données vers le BAM et a aussi pour rôle les taches
suivantes :
.La gestion des connexions des appels.
.La fourniture d’une interface ouverte pour le système terminal
.La gestion des tâches de routine comme l’enregistrement des tickets des appels et les
statistiques du trafic.

3.2/ Le BAM (Back Administration Module) :


Il appartient au réseau terminal ouvert « opération et maintenance » (O&M) qui est basé sur le
protocole TCP/IP et le modèle client/serveur.
Tous les programmes et bases de données nécessaires au fonctionnement du système sont
stockés dans le BAM.
La figure II.10 décrit la structure globale du Switch.

FIG 8 - Structure global du switch

Avantages de la BLR :
La BLR est une alternative complémentaire à l’utilisation du réseau fixe, dans les zones
urbaines.

Cette technologie permet de fournir plusieurs avantages tels que :


.Une installation rapide qui réduit le temps de commercialisation.
.Des coûts d’implémentation inférieurs par rapport aux alternatives fixes.
.Une haute performance et une largeur de bande.
.Une flexibilité élevée en termes d’échelle d’installation.
.Les systèmes BLR offrent une capacité remarquablement optimisée pour les communications
à deux voies : une seule cellule permet de transmettre la même capacité de bande que celle
qu’on peut obtenir en rassemblant plus de 1900 lignes téléphoniques.
Inconvénients de la BLR :
Le gros inconvénient de la BLR (en dehors de sa portée limitée), c'est la sensibilité aux
éléments météorologiques, surtout en milieu tropical, sinon nous pouvons citer aussi d’autres
inconvénients :
.Obligations d’obtenir des licences d’exploitation de l’ARPT.
.Coût de mise en œuvre important.
.Zone de couverture limitée.
.Besoin de raccorder l’antenne de l’opérateur à un backbone.
.Installation de l’antenne du client par un installateur.
.Concurrencée par les autres technologies en zones urbaines.
.Connexion mauvaise en cas de très forte pluie.
.Perturbation des ondes électromagnétiques par les obstacles comme les murs en béton armé.

Conclusion :
Ce stage m’a permis de développer mes connaissances dans le domaine pratique.
Mon travail dans le centre d’amplification m’a permis d’avoir une idée générale sur le
fonctionnement de ce dernier, de voir de prés les différents équipements et supports de
transmission et connaître leurs rôles dans le centre.
Les jours que j’ai passé au centre de commutation m’on permis d’avoir une idée sur le
système AXE ,le filaire en général, et de savoir comment se fait l’installation d’un nouveau
abonné et les différentes étapes de la réalisation d’une communication téléphonique, ainsi
que les différents types de dérangements et services offerts.
Le troisième centre le WLL m’a aider a connaître la liaison sans fil entre un abonné et une
station centrale et les différents architectures et équipements d’un réseau WLL.