You are on page 1of 5

Introduction :

On effectue une modification importante dans le commutateur : le remplacement des


diodes par des thyristors permet de moduler le transfert d’énergie de la source
alternative vers le recteur continue.
Cette modification de commande du système apporte non seulement une
souplesse complémentaire mais elle permet aussi, sous certaines conditions un
transfert d’énergie en sens inverse.

Définition :
Thyristor : le thyristor est un semi-conducteur à trois jonctions, l’anode et la
cathode, il est muni d’une électrode de commande (gâchette).

Redressement commandé : le redressement commandé est la


conversion d’une tension alternative en une tension continue de
valeur moyenne réglable. L’utilisation de commutateurs command
able tels que le thyristor permet de réaliser des redresseurs dont la
tension moyenne de sortie peut varier en fonction de l’angle
d’amorçage des commutateurs.
Caractéristiques réelle et idéale d’un thyristor :
Etude théorique :
Montage au milieu commandé M1C :
Analyse du fonctionnement :

Etude des tensions :

Etude des courants :

I. Montage au milieu commandé M1C :

•Quelle différence observez-vous lorsque l’angle d’attaque varie ?


-la tension peut être réglée en continu par l’activation de phase. Le
temps de conduction est réduit à l’angle d’attaque de 180°.

•Les distorsions de la tension d’entrée sinusoïdale sont occasionnées


par des courants au multiple entier de la fréquence fondamentale. Une
telle modification de la courbe de la tension sinusoïdale peut-elle être
observée ?
-Oui, au moment de l’amorçage, la tension chute brièvement.

•A partir de la valeur de pointe de la tension, calculez la valeur de


redressement de la tension de sortie avec un angle d’attaque de 90º.
Valeur de redressement 2,89 V.

•De quel facteur la puissance active cédée du montage M1C avec un


angle d’attaque de 90º s’est-elle modifiée par rapport au montage
M1U ?
- 50%
II. Comportement de la tension de sortie avec une charge R/L :

•Que remarquez-vous quand vous observez la courbe de la tension de


sortie ?
-la tension de sortie a des parts positives et négatives.

•D’où viennent les plages de temps négatives de la tension ?


-les thyristors ne peuvent s’éteindre que lorsque le courant de
maintien est dépassé par le bas. Par l’inductance, le courant passe au-
delà du passage à zéro de la tension.

•Quelle est l’influence de la diode de roue libre sur le courant et la


tension ?
-la tension négative n’est plus disponible à la sortie. Le courant de
magnétisation peut traverser la diode si la tension de réseau est
inférieure ou égale à zéro.

•Supposons que l’inductance est très élevée le courant serait


également important au déclenchement que signifierait pour le
thyristor si l’on n’utilisait pas de diode de roue libre ?
-par la loi sur l’induction U=L*di/dt, la tension de blocage du
thyristor augmenterait énormément et une sur tension le détruirait.

•Peut-on commander ce montage indépendamment de la charge ?


-non, le réglage du courant et de la puissance doit tenir compte de la
charge.
III. Montage B2C :
•Quel angle d’attaque la puissance active cédée est-elle réduite de
moitié ? Arrondissez la valeur à la dizaine de degrés.
L’angle d’attaque s’élève à : 60

•Quelles modifications observez-vous lorsque la puissance de sortie


est divisée par deux ?
-toutes les puissances (apparente, active et réactive) se sont réduites
de moitié.

•Que pouvez-vous observer lorsque l’angle d’amorçage augmente


(jusqu’à 90º) ?
-la puissance apparente et réactive augment et la puissance active
diminue.

•Ces courants harmoniques du réseau d’alimentation sont-ils


favorables ?
-oui, les courants harmoniques déchargent la phase conductrice.

•Qu’observez-vous sur les deux spectres ?


-dans les deux mesures, il n’y a pas d’harmoniques.

•A quel angle d’attaque la plus grande puissance réactive est-elle


absorbée ?
L’angle d’attaque s’élève à : 90°

•La puisse de sortie peut-elle être réglée à l’aide de l’activation ?


-oui, dans un angle d’attaque de 0 à 180, on peut régler les valeurs
effectives de courant et

•Si l’on devait régler la puissance, quel serait le rapport entre la


puissance et l’angle d’attaque ?
-selon la courbe caractéristique.
IV. Montage B2HZ :
•La courbe du signal s’est-elle modifiée par rapport au montage
B2C ?
-non, on ne peut pas distinguer les deux montages à partir des
courbes du signal.

•Y a-t-il une différence entre la puissance absorbée des montages


B2HZ et B2C ?
- la puissance égale, la puissance absorbée du montage est supérieur
à celle du montage b2c.

•Votre mesure sous charge ohmique permet-elle de conclure à de


grandes différences entre les montages B2C et B2HZ ?
- les mesures montrent que les deux montages présentent la mémé
comportement.