You are on page 1of 34

CHAPITRE VIII

EMBRANCHEMENT DES ARTHROPODES


Chapitre 8 : Les Arthropodes

1- Généralités
2- Anatomie interne

3- Développement et croissance

4- Classification
Chapitre 8 : Les Arthropodes

L’embranchement des Arthropodes occupe une place considérable dans le monde


animal. Avec environ 1.5 million d’espèces décrites, il représente probablement à lui
seul, les 4/5 des espèces de la biosphère.
Ce sont des métazoaires triploblastiques, coelomates, protostomiens à symétrie
bilatérale. Leur corps métamérisé est recouvert d’une cuticule chitineuse et il porte
des appendices articulés.
Le terme Arthropodes (Grec. Arthron c’est articulation et pôdes pied) => les animaux
ayant des pattes articulées
Chapitre 8 : Les Arthropodes

1- Généralités
A- La cuticule
Les Arthropodes possèdent un squelette externe, la cuticule, sécrété par l’épiderme.
Ce squelette est formé de plaques rigides, les sclérites, soudées entre elles ou réunies
par des zones souples, les membranes articulaires, qui permettent les mouvements.
La cuticule revêt de façon continue toute la surface de l’épiderme mais sa consistance
et son épaisseur varient d’une région à l’autre.
Chapitre 8 : Les Arthropodes

1- Généralités
A- La cuticule
La cuticule a, comme tout tégument, un rôle protecteur, mais sa rigidité a des
conséquences sur l’anatomie et la physiologie de Arthropodes.
Par sa rigidité, la cuticule joue le rôle d’exosquelette ; autrement dit, l’insertion des
muscles se fait sur la cuticule tout comme elle se fait sur les os des Vertébrés.
Chapitre 8 : Les Arthropodes

1- Généralités
A- La cuticule

La présence de membranes articulaires souples réunissant deux sclérites ou deux


segments successifs permet les mouvements de corps. Au niveau des appendices, les
membranes articulaires ne suffisent plus ; un axe de rotation existe grâce à la
présence de condyles articulaires qui s’emboîtent dans les cavités glénoïdes.
Chapitre 8 : Les Arthropodes

1- Généralités
A- La cuticule

La rigidité du tégument empêche la croissance continue des Arthropodes ; le


développement est discontinu et entrecoupé des mues. (renouvellement ponctuel de l'apparence externe)
Chapitre 8 : Les Arthropodes

1- Généralités
B- Le corps de l’Arthropode et la formation des tagmes
Le processus de métamérisation n’aboutit pas, chez les Arthropodes, à un corps
constitué de segments identiques. Mais, par arrêt de croissance de l’un ou de l’autre des
constituants métamériques, par fusion partielle ou totale de certains d’entre eux, par
disparition de certaines structures (appendices, par exemple), s’est constitué un corps
varié, apparemment hétérogène. Cela fait dire que, chez les Arthropodes, la
segmentation est hétéronome alors qu’elle est homonome chez les Annélides (on parle de
métamérie hétéronome, lorsque les métamères sont fortement différenciés les uns des autres).
Chapitre 8 : Les Arthropodes

1- Généralités
B- Le corps de l’Arthropode et la formation des tagmes
On peut toujours reconnaître, chez l’Arthropode, une tête, un soma segmenté (le corps
proprement dit) et un telson non segmenté, très réduit, portant l’anus.

Soma
Chapitre 8 : Les Arthropodes

1- Généralités
B- Le corps de l’Arthropode et la formation des tagmes
Mais d’autres processus d’ordre évolutif, modifient encore l’aspect du soma par
association de segments en régions morphologiquement et fonctionnellement
spécialisées que l’on nomme tagmes

Les trois tagmata d'un trilobite

Plan d'organisation d'un crustacé


Tête, thorax et abdomen d'un insecte
Chapitre 8 : Les Arthropodes

1- Généralités
B- Le corps de l’Arthropode et la formation des tagmes
On parle par exemple de trois tagmes chez l’Insecte : tête, thorax et abdomen ; chez le
Crustacé, céphalon, péréion et pléon ; de deux tagmes chez les Chélicérates, prosoma et
opisthosoma. De leur côté, les appendices peuvent persister, disparaître ou se
transformer dans tel ou tel tagme.
Les appendices remplissent des fonctions très différentes et, pour ce faire, ils ont subi des
modifications considérables : appendices ambulatoires ou pattes, appendices
masticateurs etc ..

Plan d'organisation d'un crustacé

Tête, thorax et abdomen d'un insecte


Chapitre 8 : Les Arthropodes

2. Anatomie interne
a) Système nerveux et organes des sens
Le système nerveux central, en principe, rappelle celui des Annélides ; il se compose
d’un cerveau divisé en trois parties et d’une chaîne ventrale. Ces trois parties sont :
le protocérébron, le deutocérebron et le tritocérébron.
Les organes des sens, qu’ils soient visuels (yeux simples, yeux composés) ou olfactif,
sont très nombreux et différents.

Le système nerveux ; l'abeille


Chapitre 8 : Les Arthropodes

2. Anatomie interne
a) Système nerveux et organes des sens
Le système nerveux est formé de 2 ganglions cérébroïdes (ou cerveau), d’un collier
périœsophagien, d’un ganglion sous œsophagien et d’une chaîne nerveuse ventrale
avec une paire de ganglions par segment On observe souvent une tendance à la
condensation du système nerveux. Les ganglions fusionnent plus ou moins, si bien
que leur nombre diminue
Chapitre 8 : Les Arthropodes

2. Anatomie interne
a) Système nerveux et organes des sens
Chapitre 8 : Les Arthropodes

2. Anatomie interne
b) Appareil digestif
De ces appareils d’aspects très divers. On distingue trois région dans le tube
digestif : la première, antérieure (stomodeum) ; la deuxième, postérieure
(proctodeum), toutes deux d’origine ectodermique ; la troisième, intermédiaire, le
mésentéron (intestin moyen), d’origine endodermique, accompagnée ou nom de
glandes annexes.

Appareil digestif de l'abeille


Chapitre 8 : Les Arthropodes

2. Anatomie interne
b) Appareil digestif
Le stomodéum est souvent différencié en plusieurs parties. Les insectes par
exemple possèdent en général un pharynx, un œsophage, un jabot qui permet le
stockage de la nourriture ingérée et un gésier musculeux, garni de pièces
chitineuses qui permettent le broyage des aliments.

Oesophage

Pharynx

Jabot
Chapitre 8 : Les Arthropodes

2. Anatomie interne
c) Appareil respiratoire
La respiration peut être cutanée chez les petites formes aquatiques ou terrestres ;
elle s’effectue, selon les classes, soit à l’aide de branchies portées par la base des
pattes, soit à l’aide de trachées ou de formes similaires.

Appareil respiratoire de l'abeille


Chapitre 8 : Les Arthropodes

2. Anatomie interne
d) Appareil circulatoire Appareil circulatoire de l'abeille
C’est un système ouvert avec un vaisseau dorsal contractile nommé cœur. Le cœur
est percé d’orifices, les ostioles par lesquels le sang ou hémolymphe est « aspiré »
dans le cœur lors de la contraction des muscles aliformes. La contraction des
ventricules, propulse le sang dans l’aorte antérieure qui s’ouvre dans la tête. Le sang
circule ensuite entre les organes dans l’hémocœle et revient au cœur par les ostioles.

L’appareil circulatoire d’un insecte


Chapitre 8 : Les Arthropodes

2. Anatomie interne
e) Appareil excréteur
Sauf chez les Insectes, où elle est assurée par les tubes de Malpighi, l’excrétion est
réalisée par des néphridies modifiées ayant persisté dans certains segments. Des tissus
et des cellules spécialisées jouent également un rôle important dans l’excrétion.
Tubes de Malpighi Ce sont des tubes très fins qui
baignent dans l’hémolymphe. Ils sont fermés du côté
de l’hémolymphe et s’ouvrent dans le tube digestif, à
la limite entre l’entéron et le proctodéum. Ils sont
vraisemblablement d’origine endodermique.
Grâce à un transport actif d’ions positifs (K+), les
cellules de l’épithélium créent un gradient osmotique
entre l’hémolymphe et la lumière du tube. Les
déchets solubles contenus dans l’hémolymphe
passent par transport passif, dans la lumière du tube,
puis dans le proctodéum. Ils sont éliminés avec les
excréments. Ce transport passif provoque
l’élimination d’eau et de petites molécules
nécessaires à l’organisme, mais ces substances sont
réabsorbées en partie dans les tubes de Malpighi et
surtout au niveau du proctodéum.
Chapitre 8 : Les Arthropodes

2. Anatomie interne
f) Appareil reproducteur et reproduction
L’appareil reproducteur des Arthropodes est très varié.
Les sexes sont séparés, mais dans certains groupes, comme celui des Crustacés, la
tendance à l’hermaphrodisme est manifeste. La reproduction parthénogénétique
est fréquente, irrégulière mais parfois assez régulière.
Chapitre 8 : Les Arthropodes

3. Développement et croissance
Le développement postnatal comporte différents stades : larvaires, puis nymphaires
conduisant à l’état adulte ou imaginal. Chaque stade commence et finit par une
mue (sauf l’imaginal bien entendu) : le rejet de la cuticule qui couvre les téguments
est nécessaire à la croissance. Celle-ci est donc nécessairement discontinue.
Lorsque la mue provoque des remaniements histologiques ou organiques
profonds ; on parle alors de métamorphoses.
Chez tous les Arthropodes les phénomènes de développement et de croissance
sont commandés par des mécanismes endocrines.
Chapitre 8 : Les Arthropodes

4. Classification
Les principaux caractères, utilisés pour établir les subdivisions de l’Embranchement
des Arthropodes, relèvent de la métamérie, de l’organisation et de la répartition des
appendices ainsi que des modalités de la respiration.

Dans la nature actuelle on distingue 5 classes d’Arthropodes réparties dans deux


sous-embranchements.
Une sixième classe fossile constituant un troisième sous-embranchement.
Chapitre 8 : Les Arthropodes

4. Classification
Les Trilobitomorphes, à carapace dorsale divisée en trois régions par deux sillons
longitudinaux, n’ont pas dépassé l’ère secondaire ; ils étaient tous marins,
possédaient des antennes préorales et leurs appendices ventraux presque tous
semblables étaient du type biramé. On les rassemble dans la classe des Trilobites.
Chapitre 8 : Les Arthropodes

4. Classification
Les Chélicérates, dépourvus d’antennes et d’appendices masticateurs; le corps se
divise en trois parties : le prosome, le mésosome et le métasome. Ces deux derniers
sont les plus souvent réunis en un opisthosome.
On distingue deux classes :

Les Mérostomes,

Les arachnides,
Chapitre 8 : Les Arthropodes

4. Classification
Les Mérostomes, animaux aquatiques à respiration branchiale et qui présentent
un prosome très développé. Fossiles du primaire pour la plus grande partie d’entre
eux, ils sont encore représentés dans la nature actuelle par les Limules.
Chapitre 8 : Les Arthropodes

4. Classification
Les arachnides, animaux à respiration aérienne et qui portent tous quatre paires
d’appendices locomoteurs. Le corps est divisé en deux parties, prosome et
opisthosome, sauf chez les scorpions.
Chapitre 8 : Les Arthropodes

4. Classification
Chapitre 8 : Les Arthropodes

4. Classification
Les Antennates, ou Mandibulates : il s’agit d’Arthropodes présentant au moins une
paire d’antennes et de mandibules. Cet ensemble se divise en trois classes :

Les Crustacés

Les Myriapodes

Les Insectes
Chapitre 8 : Les Arthropodes

4. Classification
Les Crustacés ce sont des Arthropodes aquatiques à respiration branchiale
présentant deux paires d’antennes. Le corps est divisé en trois parties portant
toutes des appendices : céphalon, péreion et pléon.
Chapitre 8 : Les Arthropodes

4. Classification
Chapitre 8 : Les Arthropodes

4. Classification
Les Myriapodes : Arthropodes terrestres à respiration trachéenne ne portant
qu’une seule paire d’antennes. Le corps est divisé en une tête et un tronc, le plus
souvent très long, avec un grand nombre d’appendices locomoteurs.
Chapitre 8 : Les Arthropodes

4. Classification
Les Insectes : ce sont des Arthropodes pour la plupart terrestre, à respiration
trachéenne, ne portant qu’une paire d’antennes. Le corps divisé en trois parties, la
tête, thorax et abdomen, ne porte que trois paires d’appendices locomoteurs
thoraciques (d’où le terme d’hexapodes)
Chapitre 8 : Les Arthropodes

4. Classification
Les Insectes
Chapitre 8 : Les Arthropodes

FIN