You are on page 1of 9

www.almohandiss.

com

Chapitre III : Calcul de la charge de ruine plastique des structures


hyperstatiques

III.1 Conventions de signes


 On commence par choisir une fibre de référence

Fibre inférieure
Fibres intérieures

 M >O s’il tend la fibre de


référence
 Une direction transversale
est >0 si elle va de la fibre de référence vers l’axe de la barre
 Une direction longitudinale x
est >0 si elle est déduite de la direction transversale >0 par rotation de π/2 dans le
sens des aiguilles d’une montre.
 Cas de T : T>0 dans une
section d’abscisse x0 , s’il est dirigé de bas en haut quand il est calculé à partir de la
partie gauche (x< x0), ou inversement.
 la courbure est positive si elle
tend la fibre de référence.

III.2 Etude d’un exemple simple


q

A C B

www.almohandiss.com
www.almohandiss.com

La plastification des sections d’extrémités produit une nouvelle évolution du diagramme des
moments fléchissants dans la poutre, les parties les moins sollicitées venant au secours des
plus chargés. Ce phénomène s’appelle redistribution plastique entre sections et est
caractéristique des structures hyperstatiques.

www.almohandiss.com
www.almohandiss.com

III.3 le cas générale d’une structure hyperstatique de degré h


III.3.1 Ruine d’une structure hyperstatique

 On considère une structure de degré d’hyperstaticité h, soumise à des charges


qui augmentent proportionnellement l’une à l’autre
 Si P↗ des rotules plastiques se forment
 Chaque fois qu’il y a rotule plastique M=Mpl=Z.σe et le degré d’hyperstaticité
est réduit d’une unité
 Quand la heme rotule plastique apparait la structure devient isostatique
 Lorsque la (h+1)eme rot plast apparait la structure devient un mécanisme

Remarques :

www.almohandiss.com
www.almohandiss.com

1) Ruine partielle λP1 λP2

λP3

2) Ruine plus que complète

III.3.2 Théorème des travaux virtuels


Enoncé : Si une ossature déformable en équilibre sous l’effet d’un système de forces
extérieures est soumise à une déformation virtuelle, le travail δWe fournit par les forces
extérieures pendant cette déformation est égale au travail δWi absorbé par les forces
intérieures :
δWi= δWe
 Cas d’une ossature plane chargée dans son plan par k forces

(1)

Dans le cas de la ruine par plasticité, on a vu au chapitre II que les sections plastifient
principalement sous l’effet de la flexion, le travail de N et T reste élastique et ne varie pas au
cours de la déformation virtuelle. Si on choisit les déplacements, comme champ cinématique
virtuel, mais compatible avec les conditions d’appuis, dans le mouvement d’un mécanisme
sous charge constante, on peut admettre que les poutres se comportent comme des bielles
rigides, articulées les unes aux autres à l’endroit des rotules plastiques.
Il s’en suit que dans le travail virtuel interne δWi dans (1) seul travaille le moment de flexion
plastique Mpl sur la rotation plastique arbitraire θ à l’endroit où se forment les rotules
plastiques. la formule (1) se réduit donc à :

(2)

n le nombre de rotules formées dans un mécanisme donné.


Exemple
Si on reprend l’exemple de la poutre bi-encastrée uniformément chargée, on a h=2 et il faut
donc 3 rotules plastiques pour créer un mécanisme de ruine

www.almohandiss.com
www.almohandiss.com

www.almohandiss.com
www.almohandiss.com

III.3.3 Sections potentiellement critiques (SPC)


Se sont des points sujets à la plastification tels que :
-Point d’application d’une charge concentrée

-point où l’effort tranchant est nul ou Mmax

Rq : lorsque les charges sont réparties → approximation SPC au milieu


-Les points de brisures

-Les variations de section I 2I


(Mp) (2Mp)
III.3.4 Fondements et applications générales de l’analyse limite (AL)
Considérons le portique de la figure ci-dessous. Trois fois hyperstatique, quatre rotules
plastiques le transformeront en mécanisme. Mais des rotules sont susceptibles d’apparaitre
dans 8 sections potentiellement critiques (numérotées sur la figure). Parmi les 70
combinaisons possibles, quelle est la bonne ?
La solution exacte d’un problème d’analyse limite doit satisfaire :
 La statique (l’équilibre)
 La cinématique (compatibilité)
 La loi constitutive (élasto-plastique)

 Loi constitutive
Suite à l’introduction du concept de rotule plastique, la rotation plastique θ dans une rotule
obéit aux relations suivantes :
θ=0 si -Mpl<M< Mpl
θ>0 si M= Mpl (3)
θ<0 si M= -Mpl

 Statique Licite
Lorsque les efforts intérieurs et les actions
 sont en équilibre
 vérifient la condition statique de plasticité : -Mpl<M(x)< Mpl ;
M(x) diagramme des moments
 Cinématique Licite
Lorsqu’un mécanisme de ruine

www.almohandiss.com
www.almohandiss.com

 garanti la continuité des déplacements et la compatibilité avec les


appuis
 respecte la condition cinématique de plasticité :
Le travail interne dissipé dans une rotule = Mpl. θ >0 (moment et rotation tournent dans le
même sens)
 Multiplicateur limite
Les forces Pi auxquelles est soumise la structure grandisse proportionnellement, de la forme
λPi. On notera λlim le multiplicateur exacte correspondant à la ruine.
Il existe deux théorèmes fondamentaux de l’AL ; le théorème statique et le théorème
cinématique. Le premier donne une borne inférieure de PL (Charges limite), le deuxième
donne une borne supérieure de PL.
Un troisième théorème existe, dit combiné ou théorème d’association, permet de vérifier si
la solution obtenue est la solution exacte.
Théorème statique : Toute charge limite obtenu à partir d’une distribution licite des efforts
intérieurs est inferieur ou égale à la charge limite réelle
Ce théorème se place du coté de la sécurité et ne se préoccupe pas de la cinématique !
- -
On notera λ le multiplicateur limite correspondant λ ≤ λlim.
Théorème cinématique : Tout multiplicateur limite obtenu à partir d’une cinématique licite
est supérieur ou égal au vrai multiplicateur.
Ce théorème signifie qu’on surestime la capacité portante réelle d’une structure si on la
calcule en ne respectant que les seules conditions cinématique de compatibilité et de
plasticité. Violer l’équilibre ou la condition statique de plasticité ne place donc pas du coté
+
de la sécurité du coté de la sécurité. On notera λ le multiplicateur limite correspondant ;
+
λ ≥ λlim.
Théorème d’association : Si à 1 mécanisme je peux associer une distribution d’efforts
(statiquement et plastiquement admissibles S.P.A) en équilibre avec les charges, alors celui-
ci est le mécanisme de ruine et donne λruine= λr= λlim .
Ce théorème combine les deux méthodes en stipulant l’une d’elles et en vérifiant les
conditions de l’autre. Vu la simplicité, la rapidité et l’aspect intuitif de la méthode
cinématique (géométrique), on abordera les problèmes de l’analyse limite par celle-ci et on
s’assurera si le mécanisme vérifie la condition de statique de plasticité ; .

 Application de la méthode combinée :


 SPC=n
 d °h = h
 n-h = nombre de mécanismes indépendants
 h+1= nombre de rotules pour qu’il y’ait mécanisme
 On repère tous les mécanismes, chaque mécanisme (k) fournit un λk et inf λk=
λr

www.almohandiss.com
www.almohandiss.com

Exemple :

 Mp= Cste
3P 2P  d°h=2→3rotules/mécanisme
2
L 3
L 4  n SPC=4
2L  nombre de mécanismes
(Mp) possibles= =4
1

Lθ 2 Lθ

(1) (2) (3) (4)

Mécanisme mécanisme mécanismes composés [(2)±(1)]


Poutre Panneau

SPC 1 2 3 4 Wext Wint Prk


mécanisme
(1) -θ +2θ -θ 2P.Lθ Mpθ+2 Mpθ +
Mpθ =
4Mpθ
(2) -θ +θ -θ 3P.2Lθ=6PLθ 3 Mpθ

(3) -θ +2θ -2θ 3P.2Lθ+2P.Lθ=8P.Lθ 5 Mpθ

(4) -θ +2θ -2θ 3P.2Lθ-2P.Lθ=4P.Lθ 5 Mpθ

 Les colonnes 1, 2, 3,4 sont obtenues à partir de la cinématique du mécanisme


 La colonne Wext exprime le travail des forces extérieures dans chaque mécanisme k,
on remarque que pour le mécanisme (4), 2P travail négativement, puisque son
déplacement lui est opposé (vers le haut)
 La colonne Wint exprime Le travail interne dissipé dans les rotules du mécanisme k,
qui doit donc respecter la condition cinématique de plasticité, et s’obtient en
multipliant Mp par le nombre de rotation θ en valeur absolue.
 Prk la charge de ruine correspondant au mécanisme k est obtenue par l’égalité :

Wext= Wint

www.almohandiss.com
www.almohandiss.com

 La charge de ruine Pr correspond à l’inf (Prk), ici c’est et est donnée par le
mécanisme (2).

Vérification du mécanisme (2) comme mécanisme de ruine réel (application du théorème


combiné)

Pour que le mécanisme (2) soit S.P.A il faut calculer M3 (moment dans la section critique n°3)
et vérifier si ?

2P
3P

On a : M4=2L.H= -MP → et M1= 2L.V - MP -2P.L + MP -6P.L= -MP

On calcule maintenant M3 à partir des efforts de droites et on a :

M3= 2L.H +L.V -MP en y substituant H et V on a M3= -2 MP + 1.5 MP= -0.5 MP

Ce qui prouve que le mécanisme (2) est statiquement et cinématiquement licite.

www.almohandiss.com