You are on page 1of 3
OBJET:Considérations (améres) sur le gestion _de L'affaire des conse de TIBEELING et propositions (salgré tout) d'action. L:A mon retour de mission a'ALGER (5-7 avril 1996) ,je concluais Sinsi'con cémpte-rendu (Note N° 08/96 du 8 avril 1996): sPeur elseifia=: nes) adces ocmnous anrfuaren Men geucr la) ae ae des événements,si Djamel ZITOUNI est... bien sn possession ee Ror On eer Ce usec nesne cated évoquons quelques possibiliré: ‘enlévement,pour la seule raison “dédicéle,n'était qu'uo préterté, pour se faire ouvrir la porte du fonastére et éviter que les moines ne résistent. Deve ber eelmecalta dcp =cuscisicaduccescs Go sebt aoe de prisoanier3: Sees i Bf eee cote ye ee vce eneuectenmiencc 2s EAMOE L'élargissement de: nos prisons et de -calles britenniques (ou avpres), de membres présunés du "réseau ZITOUNI" = Ri cemevereaMpoere obecessende stearate es) S024 de J'ordre algériennes,un desserrement . du dispositif ‘nilitaire 2 Yequel "enferme” Djamel ZITOUNZ dans un secteur réduit - voire une "échappee"- ies pico = on yaloniion ee ae citrethia conse ereos quacaDsameDeZOTOUN Cs (eames Lay DEO nee ée feligieux chrétiens en ALGERIE seraient jugés, condamnés, uere pends) wenpead@tent ions (cederenentesieins! 2055 otegee) ou exécutés.” 2iLe 25 avril,un communiqué N°23 du GIA,signé de Djawel ZITOUNT, qiete porte & notre confaissance par les Services 2? ériens,avant sa publication,le lendenain dans le journal EL-HAYAT. eee dee ee aeecall tn neqve Rint emuneandeaes seca CHIRAC, 1. Seciee ee welll ecriray eee suena ne COnEEe me ehect el LAYADA (détenu on ALGERIE) et d'autres. prisonniers du GIA (non cités).Pour fe faire L’ouverture de négociations,sevlement avec un énissaire frangais,était demandée Un message adressé au gouvernement frany &gaienent du ée le 20,destinge ambassade 2 18 et.accompagné d'une cassette audio enregi & L'authentifier,écait remis,le 30 avril, ALGER.Un contact téléphonique,2 1‘ initisr. du suivre. 3:Depuis le 30 avril,nous sommes dans l'attente.De réunion en FEunion,nous nous sommes contentés d‘&chafauder des hypothéses, sans pour autant définir avec discernement et précision quelle conduite nous devrious adopter. Dens- le méme- temps,des déclarations d'origine - religieuse (musulmane et catholique),politique (MM.MARSAUD et BONNET) ou gouvernementale francaise sont yenues ponctuer cette attente,I1 frest. pas sar que,écoutées par les ravisseurs,elles les eient aider & prendre une décision,puisqu'il n'était pes répondu & leur proposition. $i,bien sfr,il semble hors de. question de céder au chantage de Djamel” ZITOUNI,encore feudrait-il étudier avec’ soin quelle forme devrait prendre le contact que notre derniére réunion,le 3 mai, parait, désormais,autoriser~ Deng, le monde“ arabe,on ne pratique gitre la sémantique, qui consiste', & distinguer subtilement une + “négociation",une Teractation” d'une "discussion":d8s .lors-.que l'on “parle on reconnatt. son interlocuteur-- on "dialogue" donc - et l'on doit, "nourrir" cet échange-Notre- discours*ne peut se lisiter A l'injonction:"libérer nos moines !” Parler avec le GIA ce serai ratabord argumenter 4 pertir du Cores et des Evangiles sur lterreur,qui a consisté “& s'emparer de religieux.Djamel ZITOUNT,un personnage fruste ne sera peut-étre pas sensible 2 ce dangege,meis son premier edjoint,Farid ACHI (dit Abou RAIHANA). — son conseiller chéologique - devrait 1'étre.Un moyen de pression peut exister sur ce’ personnage connu et joignable. Senouite,obtenir,quoiqu'i1 arrive,que les moines ne soient plus menacés dans leur. vie (comme le communiqué N° 43 le dit). -enfin,trourer les termes d‘un échange (un gage humain qui. aurait "L'eman”,une compensation), permettant leur Libération. ‘d:Nous ne -pouvons rester plus longtemps dans 1'expectative: en demeurant dépendants-- au plan dv renseignement et de l'action - des Services algériens,lesquels ont,sans aucun doute,d'eutres impératifs (politiques et sécuriteires) que les nécres,s'agissant de la survie -et de la libération des religieux-Ils peuvent étre; en effet,tentés de régler brutaleneat ce qu'ils considérent comme un simple “fait. divers" (selon une formule entendue),lequel fait obstecle 4 la normalisation des relations franco-algériennes (élément que n'ignore pes le Gta). -en évitant d'établir un contact direct avec le GIA. SuPour reprendre 1! inkttgy Les ugmarcuwe -- 1:Par le can@f de MEDI I et de RFI Lion seit étre écoutés par les ravisseurs et probablenen ~ feisons passer un “message",délivré per Monseigm ou te higrarchie romaine des Trappistes.Ce message serait & (par nos soins) de telle sorte que les in 25 comprennent que Rous conmes préoccupés par, le sort des moines (vivaats & le date du 20 avril 1996) et disposés a en discuter- Q:Dans le méme temps,sollicitons un émir,connu pour @tre proche de Djame] ZITOUNI,afin qu'il délivre une "fatwa" imposant au chef du GIA clémence et raison. i 3:Erudions avec le général Smain -LANART la possibilité d'enerer en contact avec le GIA.Peut-Atré l'aqt-il déja feitril doit alors nous tenir av courant.Sinon,réalisons,ensemble ov Séparéaent,cette opération étant entendu que,dans le deuxiame cas,le DCE,inforaée,le tolérereit. qpEtablissons,du cété .frangais,uné centralisation des opérations qui ne donne plus i'impression é!une. dilution des responsabilités et d'une indécision. os démarches seraient ainsi engagéee én deux phases: une phase d'action psychologique, Stinée “& faire pression cur “UjeneiemZUTOuNt a) epancixpmdes | Veextecdeurpen | des) oranda {slamisres que nous sommes déj& en- mesure de solliciter.0n ne peut “exclure que;bien conduite,cette opération.-aboutisse & une Libération. ae Stne phase -préparant. le contact; direct avec - le GTa,s'appuyant sur les résultats de la premiére.Per contact Gireet gi fauc’ entendre. un émissaire autorisé .(sinon nendaté) du. gouvernement .francais;lequel pourrait .ttre assisté par un Aigétien,comme Maitre BOUKHALFA,avocat considéré comae proche du FIS (connu de notré ambassadeur & ALGER) Tibe général Smain LAMARI m'avait dit,dés le début, au Jong, difficile et. hasardeux".C'est bien le cas. 2 ce serait Si Djamel ZITOUNI reste fidale 8 Le Ligne du communiqué N°43,1\ on doit’ s'attendre a ce qu'd1 calque "sa" Justice sur 1a nétre,les moines étant considérés comme des prisonniers. On n’oubliera pas non plus que figure,au nombre des prisonniers dq CIA a libérer,Abdelhak LAYADA,déteny en ALGERIE et qu'il parait. exclu que te gouvernement algérien soit prét a céder eer ce cas.Wais,les propos tenus tant parle général Smain LAMART que par certains islenistes,a.ce sujet,sont ambigus. Ce n'est donc qu‘a travers um contact avec le GIA que 1'on eo areriere miteuye uae come deer er elp teem dlccepeo-d a) yeux) Bact en prendre le risque. Philippe RONDOT