You are on page 1of 30

SLAP LESIONS

C. DUMONTIER
Centre de la Main, Clinique les eaux Claires,
Guadeloupe, FWI
SLAP = SUPERIOR LABRUM ANTERIOR
TO POSTERIOR

• Andrews, en 1985, a le premier décrit des lésions
de la partie supérieur du labrum (= bourrelet
glénoïdien)

• Snyder, en 1990, a proposé l’acronyme SLAP et
une classification de ces lésions (cf infra) à partir
de 27 lésions retrouvées chez des lanceurs sur
700 arthroscopies
Snyder SJ, Karzel RP, Del Pizzo W, Ferkel RD, Friedman MJ. SLAP Lesions of the Shoulder. Arthroscopy 1990;6:274-279
ANATOMIE NORMALE DU BOURRELET

• Le bourrelet (labrum) s’insère au
bord de la glène. On divise son
insertion en 6 zones

• Les « SLAP lesions » ne concernent
que les lésions de la moitié
supérieure (1,2 & 6)
RÔLE DU BOURRELET (1)

• Augmente la profondeur de
la glène

• Participe à la répartition des
contraintes de la tête sur la
glène
RÔLE DU BOURRELET (II)
• Rôle dans la stabilité +++

• Par l’augmentation de
la profondeur de la
glène

• Parce que c’est le lieu
d’insertion des
ligaments (notamment
du LGHI)
LES LÉSIONS DE L’INSERTION DU BOURRELET
INFÉRIEUR SONT LES PLUS FRÉQUENTES

• Elles correspondent à la
désinsertion du LGHI

• Appelées Bankart, Perthes,…

• Elles sont responsables des
lésions d’instabilité antérieure
de l’épaule (luxation,
subluxation, épaule instable…)

Vues arthroscopiques d’une désinsertion du
bourrelet de la glène (en bas de l’image)
LES « SLAP LESIONS »

• Ne touchant que le
bourrelet supérieur, elles
Biceps
n’entrainent pas d’instabilité
Tête
de l’épaule

• La pathologie est liée au fait
qu’il s’agit de la zone
d’insertion du tendon de la Labrum
Glène
longue portion du biceps
Vue anatomique de la glène
de face avec le tendon du
biceps (T), le labrum (L), la
glène (G), le LGHI (les têtes
de flèche) et le LGHM
(Flèche)
Vue IRM (coupe transversale)
Vue IRM (coupe frontale) avec le
avec le bourrelet (flèches
bourrelet (flèche noire) et le
blanches) et le biceps (pointes
biceps (flèche blanche)
de flèches)
LE PROBLÈME DES « SLAP
LESIONS »
• Rares

• Diagnostic difficile

• Imagerie difficile à analyser (A° IRM ou A°scanner
sont nécessaires)

• Nombreuses variations anatomiques rendant
l’analyse radiologique très difficile
EN ZONE I, IL EXISTE TROIS POSSIBILITÉS
D’INSERTIONS PHYSIOLOGIQUES
• Une adhérence stricte du
complexe labro-bicipital sur la
glène (30%)

• Un petit espace entre le bourrelet
et l’os ou une attaché lâche

• Un grand espace pouvant faire
jusqu’à 14 mm
Type I
(attache
stricte)
Type II, petit
espace
Type III, grand espace
EN ZONE II

• La zone où le bourrelet
passe au-dessus de la gorge
glénoïdienne

• Insertion stricte du
bourrelet sur l’os dans 50%
des cas
EN ZONE II

• Existence d’un foramen labral
(15-40%)

• Réalisant une communication
entre l’articulation et la bourse
subscapulaire
Exemple de foramen labral
(la glène est en bas et à
droite)
EN ZONE II: ASPECT EN
CORDE DU LGHM
• Correspond à la non-
adhérence du bourrlet

• Associé à un LGHM fin et
arrondi (m sur l’image)

• 12 %.
EN ZONE II: LE « BUFORD
COMPLEX »

• Absence du labrum +
insertion ectopie du
LGHM sur le biceps

• 1à2%
LA ZONE VI EST UNE
ZONE DE TRANSITION

• Avec 50% de bourrelet de
type méniscoïde

• Et 50 % de bourrelet
adhérents
MÉCANISME DES
SLAP LESIONS

• Surtout inconnu ++

• Soit traction directe sur le biceps

• Soit traction indirecte par le biais
de la tête humérale
DIAGNOSTIC
CLINIQUE
• Douleur antérieure de l’épaule chez un
jeune athlète, lanceur le plus souvent (30
ans)

• Douleur lors de l’élévation du bras

• Sensation de dérangement interne de
l’épaule (50% des cas)

• Quelques manœuvres cliniques non
spécifiques (O’Brien, Kim,…)
SLAP LESIONS: 4 TYPES

• Classification proposée par Snyder

• D’autres types sont été décrits mais sont plus rarement
utilisés (Jusqu’à 10 types décrits…)
EXEMPLE DE DIFFICULTÉ DIAGNOSTIQUE

Le bourrelet semble séparé Le bourrelet semble séparé
de son attache: SLAP ou de son attache: SLAP ou
variante du normal ? variante du normal ?
SLAP I

• Irrégularités du bord libre du
bourrelet

• Surtout vu chez les sujets âgés.
Évolution normale liée à l’âge ?

• TTT: débridement arthroscopique
SLAP II = 50% DES CAS
• Avulsion du bourrelet et
d’insertion du biceps

• Chez les patients > 40 ans,
probable vieillissement (comme
type I), si > 40 ans, pathologique

• TTT: réinsertion
arthroscopique
SLAP III
• Arrachement du bourrelet
(comme une anse de seau
méniscale)

• L’insertion du biceps est
« intacte »

• TTT: Résection A° du
bourrelet désinséré
SLAP IV = 20%

• Anse de seau + désinsertion
du biceps ou déchirure
longitudinale dans le tendon

• TTT: Ténotomie (ou ténodèse)
du biceps essentiellement
CONCLUSION

• Lésions rares, chez des sportifs jeunes, avec peu de
signes cliniques

• Diagnostic arthroscopique le plus souvent

• L’imagerie peut aider mais la plupart des
publications sont des diagnostics rétrospectifs…