You are on page 1of 325

Conseil communautaire

31 MAI 2018
«Salon du Colisée, 1 rue d'Amsterdam, Chalon-sur-Saône»

Ordre du jour

Partie 1 : rapports avec présentation

1 Secrétaire de séance - Désignation 1


Rapporteur : Monsieur le Président

2 Constitution d'une Société Publique Locale (SPL) 2


Rapporteur : Monsieur le Président

3 Ressources humaines - Comité Technique et CHSCT communs du Grand 42


Chalon, de la Ville de Chalon-sur-Saône et de son CCAS - Représentants
du personnel
Rapporteur : Monsieur le Président

4 Association des Climats du Vignoble de Bourgogne - Patrimoine mondial - 47


Adhésion du Grand Chalon
Rapporteur : Monsieur Gilles PLATRET

5 Maison des Adolescents - Convention d'adhésion du Grand Chalon au 54


Groupement de Coopération Sociale et Médico-Sociale "Adobase 71"
Rapporteur : Madame Annie LOMBARD

6 Cohésion Sociale - Convention 2018/2019 avec l'Association Résidences 76


Chalon Jeunes
Rapporteur : Madame Annie LOMBARD

7 Maison Locale de l'Autonomie - Convention de partenariat 2018-2020 89


avec le Département de Saône-et-Loire
Rapporteur : Madame Annie LOMBARD

8 Petite enfance - Rénovation de l'espace Multi Accueil du Lac et fusion 101


avec l'EMA Arc-en-Ciel - Autorisation de programme - Création
Rapporteur : Madame Fabienne SAINT-ARROMAN

9 Commune de Crissey - Fonds de concours pour des travaux de 103


renforcement du réseau d'eaux pluviales allée du Noyer et chemin du
Moireau
Rapporteur : Monsieur Francis DEBRAS
10 Assainissement - Réhabilitation de la station d'épuration SaôneOr - 105
Ouverture d'une autorisation de programme en dépenses
Rapporteur : Monsieur Francis DEBRAS

11 Environnement - Association Atmo Bourgogne-Franche-Comté - 107


Convention de Partenariat 2018
Rapporteur : Monsieur Landry LEONARD

12 Habitat - Bilan 2017 du Programme Local de l'Habitat 2013-2018 119


Rapporteur : Monsieur Landry LEONARD

13 Habitat - Fusion des sociétés VILLEO et LOGIVIE 166


Rapporteur : Monsieur Landry LEONARD

14 Intérêt communautaire - Compétences du Grand Chalon - Intégration de la 168


piscine de Saint-Jean-de-Vaux au sein des équipements sportifs d'intérêt
communautaire
Rapporteur : Madame Dominique MELIN

15 Etablissements nautiques du Grand Chalon - Tarification 2018 170


Rapporteur : Madame Dominique MELIN

16 Conservatoire à Rayonnement Régional Danse, Musique et Théâtre - 173


Politique Tarifaire - Année scolaire 2018-2019
Rapporteur : Madame Florence PLISSONNIER

17 Conservatoire à Rayonnement Régional Danse, Musique et Théâtre - 177


Saison de l'Auditorium 2018-2019 - Tarification
Rapporteur : Madame Florence PLISSONNIER

18 Grand concert de rentrée du Grand Chalon - Convention de partenariat 180


Rapporteur : Monsieur Jean-Vianney GUIGUE

Partie 2 : rapports sans présentation


19 Procès-verbal de la séance du 29 mars 2018 - Adoption 186
Rapporteur : Monsieur le Président

20 Décisions et conventions prises par le Président du Grand Chalon - Liste 187


du 8 mars 2018 au 3 mai 2018
Rapporteur : Monsieur le Président

21 Décisions prises par le Bureau communautaire - Séance du 9 avril 2018 196


Rapporteur : Monsieur le Président

22 Ressources humaines - Tableau des effectifs - Actualisation 201


Rapporteur : Monsieur le Président

23 Ressources humaines - Rémunération de la fonction de psychologue 204


vacataire
Rapporteur : Monsieur le Président
24 Finances - Admission en non-valeur des produits et taxes irrécouvrables et 206
constatation des créances éteintes
Rapporteur : Monsieur Jean-Claude ROUSSEAU

25 Règlement de dommages 208


Rapporteur : Monsieur Jean-Claude ROUSSEAU

26 Habitat - Rectification de la Programmation Logement Social 2018 209


Rapporteur : Monsieur Landry LEONARD

27 Habitat - Avenant de régularisation de la convention pour la gestion des 211


aides à l'Habitat privé - Année 2017
Rapporteur : Monsieur Landry LEONARD

28 Dispositifs d'urgence sociale d'intérêt communautaire - Convention avec 216


l'association CRESUS BOURGOGNE
Rapporteur : Madame Annie LOMBARD

29 Accompagnement Social - Epicerie Sociale et Solidaire - Banque 245


Alimentaire de Bourgogne - Convention de partenariat pour l'année 2018
Rapporteur : Madame Annie LOMBARD

30 Convention de délégation de compétences pour les transports scolaires de 274


la commune d'Allerey-sur-Saône
Rapporteur : Monsieur Eric MERMET

31 Conventions relatives à l’organisation et au financement des services de 286


transports communaux du RPI Lessard-le-National - Virey-le-Grand et de
la Commune de Jambles
Rapporteur : Monsieur Eric MERMET

32 Conservatoire à Rayonnement Régional Danse Musique et Théâtre - 297


Saison de l'Auditorium 2018/2019 - Convention de partenariat avec la
MGEN
Rapporteur : Madame Florence PLISSONNIER

33 Conservatoire à Rayonnement Régional Danse, Musique et Théâtre - 303


Saison de l'Auditorium 2018/2019 - Convention de partenariat avec le
magazine "Diversions"
Rapporteur : Madame Florence PLISSONNIER

34 Conservatoire à Rayonnement Régional Danse, Musique et Théâtre - 307


Saison de l'Auditorium 2018/2019 - Convention de partenariat avec la cave
des vignerons de Buxy
Rapporteur : Madame Florence PLISSONNIER

35 Conservatoire à Rayonnement Régional Danse, Musique et Théâtre - 312


Saison de l'Auditorium 2018/2019 - Convention de partenariat avec la
SNCF TER Bourgogne Franche-Comté
Rapporteur : Madame Florence PLISSONNIER
36 Conservatoire à Rayonnement Régional Danse, Musique et Théâtre - 317
Saison de l'Auditorium 2018-2019 - Convention de partenariat avec
l’association "RCF Parabole 21"
Rapporteur : Madame Florence PLISSONNIER
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL

N° de l'ordre du jour : 1
Rapporteur : Monsieur le Président

Secrétaire de séance - Désignation

EXPOSE

Par renvoi de l’article L5211-1 et L5211-2 du Code Général des Collectivités Territoriales les
dispositions de ce même code relatives au fonctionnement du Conseil municipal, ainsi qu’aux
dispositions relatives au maire et aux adjoints sont applicables aux Etablissements Publics de
Coopération Intercommunale, au Président et aux membres du bureau.

Conformément à l’article L2121-15 du Code Général des Collectivités Territoriales, il convient lors
de la tenue de la séance du Conseil communautaire de désigner un secrétaire de séance.

A cet effet, il est proposé aux Conseillers communautaires, en application de l’article L2121-21 du
Code Général des Collectivités Territoriales, de ne pas avoir recours au vote à scrutin secret pour
désigner le secrétaire de séance. Cette décision de ne pas recourir au vote à scrutin secret doit être
prise à l’unanimité.

DECISION

Cadre juridique :

Vu les articles L5211-1, L2121-15 et L2121-21 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 De ne pas avoir recours au vote à scrutin secret ;


 De désigner …………………… comme secrétaire de séance.

1
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL

N° de l'ordre du jour : 2
Rapporteur : Monsieur le Président

Constitution d'une Société Publique Locale (SPL)

EXPOSE

Rappel du contexte :
Le Grand Chalon est amené à réaliser, pour la mise en œuvre de ses compétences, des opérations de
construction, de rénovation ou d’aménagement d’une complexité technique, juridique ou financière
significative.
Pour la gestion de ces projets, lorsque ses propres services ne sont pas en capacité de les réaliser en
régie, le Grand Chalon peut faire appel à des prestataires externes, retenus après mise en
concurrence conformément à la règlementation sur les marchés publics, dont la SEM Val de
Bourgogne.
La loi n° 2010-559 du 28 mai 2010 permet aux collectivités territoriales et à leurs groupements de
créer des sociétés publiques locales (SPL) dont ils détiennent la totalité du capital, qui revêtent la
forme de société anonyme et sont composées d’au moins deux actionnaires.
Les SPL sont des outils mis à la disposition des collectivités territoriales leur permettant de recourir
à une société commerciale sans publicité ni mise en concurrence préalables (prestations dites « in
house »), et donc d’engager des opérations sans délai de désignation d’un prestataire externe, dès
lors que les quatre conditions suivantes sont remplies :
1- Le capital d'une SPL doit être détenu en totalité par des collectivités territoriales ou EPCI en
associant au minimum deux actionnaires ;
2- Le champ d'intervention d'une SPL doit relever des compétences de ses actionnaires ;
3- Une SPL ne doit intervenir que pour le compte et sur le territoire de ses actionnaires ;
4- Enfin, les personnes publiques actionnaires doivent exercer un contrôle
« analogue » à celui qu'elles exercent sur leurs propres services, via notamment le conseil
d'administration de la société qui prend les décisions stratégiques (vote du budget,
acceptation des projets que la Société va mener pour le compte de ses actionnaires...).
Le champ d’intervention des SPL recouvre globalement celui des sociétés d’économie mixte locales
(SEML) : opérations d’aménagement, opérations de construction, exploitation de services publics à
caractère industriel ou commercial ou toutes autres activités d’intérêt général.

2
Le recours à une SPL permet de concilier une maîtrise publique, le management d’entreprise et la
souplesse offerte en termes de contractualisation, la maîtrise du risque en fonction de la répartition
du capital social ainsi qu’une grande évolutivité de la structure.
Ainsi, la constitution d’une SPL permet de se doter d’un outil complémentaire à la SEM Val de
Bourgogne, dont le Grand Chalon est actionnaire, permettant notamment pour les opérations qui le
nécessitent une meilleure réactivité de l’opérateur (réduction des délais), la possibilité de l’associer
très en amont dès les études préalables ou encore une relation facilitée entre la collectivité et
l’opérateur sur le déroulement des projets (avenants possibles).
Par ailleurs, la création d’une SPL entre des collectivités locales dont le contexte et les enjeux sont
proches leur permet en outre de disposer d’un outil de proximité mutualisé disposant de
compétences et moyens adaptés et spécialisés dans le domaine de la gestion de projets urbains et
d’aménagement du territoire et dont chacune des collectivités prise séparément ne pourrait se doter,
compte tenu d’un volume de projets insuffisant pour cela.
Il pourra proposer des compétences complémentaires à celles d'un service d’ingénierie mutualisé
pour mener à bien des opérations d'intérêt communautaire portées par le Grand Chalon.

Description du dispositif proposé :


Aussi, il est proposé à l’assemblée délibérante d’approuver la constitution d’une Société Publique
Locale d’aménagement et de construction, en partenariat avec la Communauté Urbaine Creusot-
Montceau, le Grand Autunois Morvan, le Département de Saône-et-Loire et les communes de
Chalon-sur-Saône, Saint-Rémy, Châtenoy-le-Royal et Givry, collectivités soumises aux même
problématiques décrites ci-avant.
La SPL, dénommée SPL « Sud Bourgogne Aménagement », aura pour objet social d’accomplir tous
actes visant à l’étude, la réalisation et la gestion :

1) d’opérations d’aménagement concourant :


 à la mise en œuvre d’un projet urbain,
 à la mise en œuvre d’une politique de transport en commun, de mobilité, de
stationnement,
 à la mise en œuvre d’une politique locale de l’habitat,
 au maintien, à l'extension ou l'accueil des activités économiques,
 au développement des loisirs et du tourisme,
 à la réalisation d’infrastructures ou d’équipements publics,
 à lutter contre l'insalubrité et l'habitat indigne ou dangereux,
 au renouvellement urbain, à la sauvegarde ou la mise en valeur du patrimoine
bâti ou non bâti et des espaces naturels.

2) d’opérations de construction ou de réhabilitation :


La société pourra intervenir sur tous immeubles, bâtiments et ouvrages de toutes
natures, tant pour ce qui concerne leur construction que leur amélioration, leur
rénovation, notamment énergétique, leur gestion que leur entretien.

3
Ainsi les actionnaires pourront confier à la SPL contre rémunération les projets relevant de son
objet social.
Une fois missionnée, la société pourra passer toute convention appropriée, et effectuera toutes
opérations mobilières, immobilières, civiles, commerciales, industrielles, juridiques et financières
nécessaires à la réalisation des projets.
La SPL sera soumise aux dispositions du Code du Commerce concernant son fonctionnement en
tout point identique à celui d'une société anonyme ainsi qu’à celles de l’ordonnance n°2015-899 du
23 juillet 2015 et du décret n°2016-360 du 25 mars 2016 relatifs aux marchés publics.
Un règlement intérieur définira les principes de fonctionnement de la SPL et sera approuvé par le
Conseil d'Administration.
Son capital sera fixé à 225 000 euros, somme qui apparaît suffisante pour assurer les premières
dépenses et le besoin en fonds de roulement. La répartition du capital entre les actionnaires serait la
suivante (sous réserve des délibérations des organes délibérants de chaque entité) :

Montant de la
Nombre d’actions
Actionnaires souscription au capital
concernées
social
Communauté d’Agglomération Le Grand
117 000 euros 117 actions
Chalon
Communauté Urbaine Le Creusot
36 000 euros 36 actions
Montceau-les-Mines
Communauté de Communes du Grand
12 000 euros 12 actions
Autunois Morvan
Département de Saône-et-Loire 12 000 euros 12 actions

Commune de Chalon-sur-Saône 12 000 euros 12 actions

Commune de Saint-Rémy 12 000 euros 12 actions

Commune de Châtenoy-le-Royal 12 000 euros 12 actions

Commune de Givry 12 000 euros 12 actions

La valeur des actions a été fixée au prix nominal de 1 000 €. Le nombre d’actions est arrêté à 225.
Il est proposé un conseil d’administration composé de 18 membres, répartis entre les actionnaires en
proportion de leur participation au capital, soit :

Nombre de représentants au
Actionnaires
Conseil d’Administration
Communauté d’Agglomération Le Grand Chalon 9

Communauté Urbaine Le Creusot Montceau-les-Mines 3


Communauté de Communes du Grand Autunois
1
Morvan
Département de Saône-et-Loire 1

4
Commune de Chalon-sur-Saône 1

Commune de Saint-Rémy 1

Commune de Châtenoy-le-Royal 1

Commune de Givry 1

Afin de capitaliser sur l’expertise de la SEM Val de Bourgogne et d’optimiser les charges, il est
envisagé que la SPL partage avec la SEM Val de Bourgogne des moyens humains et matériels.

Conformément à l’article L.2121-21 du Code Général des Collectivités Territoriales, il convient de


procéder au vote à scrutin secret, à la majorité absolue, mais le Conseil Communautaire peut
décider, à l’unanimité, de ne pas procéder au scrutin secret.

DECISION

Cadre juridique :

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment ses articles L.1531-1, L.1521-1 et
suivants, et L.5211-1,

Vu l’article L.2121-21 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 De décider de la constitution d’une société publique locale régie par les dispositions des
articles L1531-1, L1521-1 et suivants du Code Général des Collectivités Territoriales,
dénommée SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT, d’une durée de 99 ans et dont l’objet
social est l’étude, la réalisation et la gestion :

1) d’opérations d’aménagement concourant :


 à la mise en œuvre d’un projet urbain,
 à la mise en œuvre d’une politique de transport en commun, de mobilité, de
stationnement,
 à la mise en œuvre d’une politique locale de l’habitat,
 au maintien, à l'extension ou l'accueil des activités économiques,
 au développement des loisirs et du tourisme,
 à la réalisation d’infrastructures ou d’équipements publics,
 à lutter contre l'insalubrité et l'habitat indigne ou dangereux,
 au renouvellement urbain, à la sauvegarde ou la mise en valeur du patrimoine
bâti ou non bâti et des espaces naturels.

5
2) d’opérations de construction ou de réhabilitation :
La société pourra intervenir sur tous immeubles, bâtiments et ouvrages de toutes
natures, tant pour ce qui concerne leur construction que leur amélioration, leur
rénovation, notamment énergétique, leur gestion que leur entretien.

 D’approuver les statuts de la société tels qu’annexés à la présente délibération et d’autoriser


le Président, ou son représentant, à les signer ;
 D’approuver le capital social de la société à hauteur de 225 000 euros, libéré en une fois,
dans lequel la participation du Grand Chalon est fixée à 117 000 euros ;
 D’autoriser le Président à signer les bons de souscription et la libération des actions pour un
montant de 117 000 euros, qui est inscrit au BP 2018 ;
 De décider, à l’unanimité, de ne pas procéder au scrutin secret pour désigner les
représentants du Grand Chalon ;
 De désigner son représentant permanent à l’assemblée générale des actionnaires ;
 De désigner neuf mandataires représentant le Grand Chalon au conseil d’administration de
la société ;
 D’autoriser les mandataires désignés à se prononcer sur la dissociation ou le cumul des
fonctions de Président et de Directeur général de la société ;
 D’autoriser les mandataires désignés à assurer la présidence du conseil d’administration en
son nom dans le cas où le conseil d’administration désigne le Grand Chalon à cette fonction,
et, le cas échéant, à occuper la fonction de Président Directeur général de la société ;
 D’autoriser Monsieur le Président, ou son représentant, à prendre toutes les mesures
nécessaires à l’exécution de la présente délibération.

6
Société Publique Locale SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT
Au capital de 225 000 euros
Siège Social : 12 rue Alfred Kastler, 71530 Fragnes-La Loyère
R.C.S. ………………

STATUTS

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 1/23


7
SOMMAIRE
TITRE PREMIER..................................................................................................................................... 5
Forme - Objet - Dénomination - Siège - Durée........................................................................................ 5
Article 1er - Forme.............................................................................................................................. 5
Article 2 – Objet................................................................................................................................. 5
Article 3 - Dénomination sociale......................................................................................................... 5
Article 4 - Siège social....................................................................................................................... 6
Article 5 – Durée............................................................................................................................... 6
TITRE DEUXIÈME................................................................................................................................... 7
Apports - Capital social – Actions........................................................................................................... 7
Article 6 - Apports.............................................................................................................................. 7
Article 7 - Capital social...................................................................................................................... 7
Article 8 - Modifications du capital social............................................................................................. 7
Article 9 – Comptes courants............................................................................................................. 7
Article 10 - Libération des actions....................................................................................................... 8
Article 11 - Défaut de libération........................................................................................................... 8
Article 12 - Forme des actions............................................................................................................ 8
Article 13 - Droits et obligations attachés aux actions........................................................................... 8
Article 14 - Cession des actions......................................................................................................... 8
TITRE TROISIÈME................................................................................................................................ 10
Administration et contrôle de la société................................................................................................. 10
Article 15 - Composition du Conseil d'Administration.......................................................................... 10
Article 16 - Durée du mandat des administrateurs – Limite d’âge........................................................ 10
Article 17 - Qualité d’actionnaire des administrateurs......................................................................... 10
Article 18 - Censeurs....................................................................................................................... 10
Article 19 - Bureau du Conseil d'Administration.................................................................................. 11
Article 20 – Réunions - Délibérations du Conseil d'Administration....................................................... 11
Article 21 - Pouvoirs du Conseil d'Administration............................................................................... 12
Article 22 - Direction générale - Directeurs généraux Délégués.......................................................... 12
Article 23 – Signature sociale........................................................................................................... 13
Article 24 - Rémunération des dirigeants........................................................................................... 13
Article 25 - Conventions entre la société et un administrateur, un Directeur général, un Directeur général
délégué ou un actionnaire................................................................................................................ 13
Article 26 - Assemblée spéciale des collectivités territoriales et de leurs groupements.......................... 14
Article 27 - Commissaires aux comptes............................................................................................ 14
Article 28 - Représentant de l’État - Information................................................................................. 15
Article 29 - Délégué spécial.............................................................................................................. 15
Article 30 - Rapport annuel des élus................................................................................................. 15
Article 31 – Contrôle exercé par les collectivitéS actionnaires............................................................. 15
TITRE QUATRIEME.............................................................................................................................. 17
Assemblées Générales – Modifications statutaires................................................................................ 17
Article 32 - Dispositions communes aux Assemblées Générales........................................................ 17
Article 33 - Convocation des Assemblées Générales......................................................................... 17
Article 34 - Présidence des Assemblées Générales........................................................................... 17
Article 35 - Quorum et majorité à l'Assemblée Générale Ordinaire...................................................... 17
Article 36 - Quorum et majorité à l'Assemblée Générale Extraordinaire............................................... 18
Article 37 – Modifications statutaires................................................................................................. 18
TITRE CINQUIEME................................................................................................................................ 19
Exercice social – comptes sociaux – affectation des résultats................................................................. 19
Article 38 - Exercice social............................................................................................................... 19
Article 39 - Comptes sociaux............................................................................................................ 19
Article 40 - Bénéfices....................................................................................................................... 19
TITRE SIXIEME..................................................................................................................................... 20
Pertes graves - Dissolution – Liquidation - Contestations....................................................................... 20
Article 41 – Capitaux propres inférieurs à la moitié du capital social.................................................... 20
STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 2/23
8
Article 42 – Dissolution - Liquidation.................................................................................................. 20
Article 43 – Contestations................................................................................................................ 20
TITRE SEPTIEME.................................................................................................................................. 21
Administrateurs – commissaires aux comptes – personnalité morale – formalités.................................... 21
Article 44 - Nomination des premiers administrateurs......................................................................... 21
Article 45 - Désignation des premiers commissaires aux comptes ..................................................... 22
Article 46 - Jouissance de la personnalité morale – Immatriculation au registre du commerce – Reprise
des engagements antérieurs à la signature des statuts et à l’immatriculation de la société................... 22
Article 47 - Formalités – Publicité de la constitution............................................................................ 22

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 3/23


9
Les soussignés :

1° La Communauté d’Agglomération Le Grand Chalon, établissement public de coopération


intercommunal ayant son siège à Chalon-sur-Saône (71 100), 23 avenue Georges Pompidou, identifiée au
SIREN sous le numéro 247 100 589, représentée par son Président Monsieur Sébastien MARTIN, habilité
aux termes d’une délibération en date du .......

2° La Communauté Urbaine Le Creusot Montceau-les-Mines, établissement public de coopération


intercommunal ayant son siège à Le Creusot (71 200), rue du Maréchal Leclerc, identifiée au SIREN sous le
numéro 247 100 290, représentée par son Président Monsieur David MARTI, habilité aux termes d’une
délibération en date du .......

3° Le Département de Saône-et-Loire, collectivité territoriale ayant son siège à Macon (71 000), rue de
Lingendes, identifié au SIREN sous le numéro 227 100 013, représenté par son Président Monsieur André
ACCARY, habilité aux termes d’une délibération en date du .......

4° La Commune de Chalon-sur-Saône, collectivité territoriale ayant son siège à Chalon-sur-Saône


(71 100), 3 place de l’hôtel de ville, identifiée au SIREN sous le numéro 217 100 767, représentée par son
Maire Monsieur Gilles PLATRET, habilité aux termes d’une délibération en date du .......

5° La Communauté de Communes du Grand Autunois Morvan, établissement public de coopération


intercommunal ayant son siège à Autun (71 400), 7 route du bois de sapin, identifiée au SIREN sous le
numéro 200 070 530, représentée par sa Présidente Madame Marie-Claude BARNAY, habilitée aux termes
d’une délibération en date du .......

6° La Commune de Givry, collectivité territoriale ayant son siège à Givry (71 640), 4 place de la poste,
identifiée au SIREN sous le numéro 217 102 219, représentée par son Maire Madame Juliette METENIER-
DUPONT, habilitée aux termes d’une délibération en date du .......

7° La Commune de Saint-Rémy, collectivité territoriale ayant son siège à Saint-Rémy (71 100), 1 place
Jean JAURES, identifiée au SIREN sous le numéro 217 104 751, représentée par son Maire Madame
Florence PLISSONNIER, habilitée aux termes d’une délibération en date du .......

8° La Commune de Chatenoy-le-Royal, collectivité territoriale ayant son siège à Chatenoy-le-Royal


(71 880), 10 rue du bourg, identifiée au SIREN sous le numéro 217 101 187, représentée par son Maire
Monsieur Vincent BERGERET, habilitée aux termes d’une délibération en date du .......

Établissent, ainsi qu’il suit, les statuts d’une société publique locale qu’ils sont convenus de constituer entre
eux en raison de l’intérêt général qu’elle présente.

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 4/23


10
TITRE PREMIER

Forme - Objet - Dénomination - Siège - Durée

ARTICLE 1ER - FORME

La société est une société publique locale régie par l’article L. 1531-1 du code général des collectivités
territoriales, ainsi que par les dispositions du titre II du livre 5 de la première partie du même code, par les
dispositions du livre II du code de commerce sous réserve de celles de son article L. 225-1, et par les
présents statuts.

ARTICLE 2 – OBJET

La société a pour objet, pour le compte de ses actionnaires et sur leur territoire exclusivement, d’accomplir
tous actes visant à l’étude, la réalisation et la gestion :

1) d’opérations d’aménagement concourant :

 à la mise en œuvre d’un projet urbain,

 à la mise en œuvre d’une politique de transport en commun, de mobilité, de


stationnement,

 à la mise en œuvre d’une politique locale de l’habitat,

 au maintien, à l'extension ou l'accueil des activités économiques,

 au développement des loisirs et du tourisme,

 à la réalisation d’infrastructures ou d’équipements publics,

 à lutter contre l'insalubrité et l'habitat indigne ou dangereux,

 au renouvellement urbain, à la sauvegarde ou la mise en valeur du patrimoine bâti ou


non bâti et des espaces naturels.

2) d’opérations de construction ou de réhabilitation :

La société pourra intervenir sur tous immeubles, bâtiments et ouvrages de toutes natures, tant
pour ce qui concerne leur construction que leur amélioration, leur rénovation, notamment
énergétique, leur gestion que leur entretien.

À cet effet, la société pourra passer toute convention appropriée, et effectuera toutes opérations mobilières,
immobilières, civiles, commerciales, industrielles, juridiques et financières se rapportant à l’objet défini ci-
dessus.

Elle pourra en outre réaliser de manière générale toutes les opérations qui sont compatibles avec cet objet et
qui contribuent à sa réalisation.

Elle exercera ses activités exclusivement sur le territoire de ses actionnaires, et pour leur compte exclusif. Elle
interviendra pour le compte de l’un de ses actionnaires dans le seul cadre des compétences de celui-ci.

ARTICLE 3 - DÉNOMINATION SOCIALE

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 5/23


11
La dénomination sociale est : Sud Bourgogne Aménagement

Tous les actes et documents émanant de la société et destinés aux tiers doivent indiquer la dénomination
sociale précédée ou suivie immédiatement des mots « Société Publique Locale » ou des initiales « SPL » et
de l'énonciation du montant du capital social.

ARTICLE 4 - SIÈGE SOCIAL

Le siège social est fixé à FRAGNES-LA LOYERE (71 530), 12 rue Alfred Kastler.

Il peut être transféré en tout autre endroit du même département ou d’un département limitrophe par une
simple décision du conseil d'administration, sous réserve de la ratification de cette décision par la prochaine
assemblée générale ordinaire et partout ailleurs, en vertu d’une délibération de l’assemblée générale
extraordinaire des actionnaires, sous réserve des dispositions légales en vigueur.

ARTICLE 5 – DURÉE

La durée de la société est fixée à 99 ans à compter de son immatriculation au registre du commerce et
des sociétés, sauf dissolution anticipée ou prorogation.

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 6/23


12
TITRE DEUXIÈME

Apports - Capital social – Actions

ARTICLE 6 - APPORTS

Lors de la constitution il a été fait apport de la somme de 225 000 euros, correspondant à la souscription de
la totalité des actions, et représentant les apports en espèces composant le capital social réparti comme suit :

Communauté d’Agglomération
117 000 € 117 actions
Le Grand Chalon

Communauté Urbaine Le
36 000 € 36 actions
Creusot – Montceau-les-Mines

Département de Saône-et-Loire 12 000 € 12 actions

Commune de Chalon-sur-Saône 12 000 € 12 actions

Communauté de Communes du
12 000 € 12 actions
Grand Autunois Morvan

Commune de Chatenoy-le-Royal 12 000 € 12 actions

Commune de Saint-Rémy 12 000 € 12 actions

Commune de Givry 12 000 € 12 actions

Cette somme de 225 000 euros correspondant à la totalité des actions de numéraire souscrites a été
régulièrement déposée sur un compte ouvert au nom de la société en formation.

ARTICLE 7 - CAPITAL SOCIAL

Le capital social est fixé à la somme de deux cent vingt-cinq mille euros, divisé en 225 actions de 1 000 euros
chacune, détenues exclusivement par des collectivités territoriales ou groupements de collectivités
territoriales.

ARTICLE 8 - MODIFICATIONS DU CAPITAL SOCIAL

Le capital social peut être augmenté ou réduit conformément à la loi, en vertu d'une délibération de
l'assemblée générale extraordinaire des actionnaires, sous réserve que les actions soient toujours
intégralement détenues par des collectivités territoriales ou groupements de collectivités territoriales.

ARTICLE 9 – COMPTES COURANTS

Les actionnaires peuvent mettre ou laisser à la disposition de la société, toutes sommes produisant ou non
intérêts, dont celle-ci peut avoir besoin.

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 7/23


13
Les collectivités territoriales actionnaires de la société pourront faire des apports en compte courant, dans le
respect des dispositions de l’article L. 1522-5 du code général des collectivités territoriales.

ARTICLE 10 - LIBÉRATION DES ACTIONS

Lors de la constitution de la société, toute souscription d’actions en numéraire est obligatoirement libérée de
la moitié au moins de la valeur nominale.

Dans les autres cas et en particulier lors des augmentations de capital en numéraire, les souscriptions
d’actions sont obligatoirement libérées du quart au moins de la valeur nominale et de la totalité de la prime
d'émission.

La libération du surplus doit intervenir en une ou plusieurs fois sur appel du conseil d’administration, dans un
délai de cinq ans à compter soit de l’immatriculation au registre du commerce et des sociétés en ce qui
concerne le capital initial, soit du jour où l’opération est devenue définitive en cas d’augmentation de capital.

En cas de retard de versements exigibles sur les actions non entièrement libérées à la souscription, il est dû à
la société un intérêt au taux de l'intérêt légal calculé au jour le jour, à partir du jour de l'exigibilité et cela sans
mise en demeure préalable.

Cette pénalité ne sera applicable que si les actionnaires n'ont pas pris, lors de la première réunion ou session
de leur assemblée suivant l'appel de fonds, une délibération décidant d'effectuer le versement demandé et
fixant les moyens financiers destinés à y faire face. L’intérêt de retard sera décompté du dernier jour de cette
séance.

ARTICLE 11 - DÉFAUT DE LIBÉRATION

L'actionnaire qui ne s'est pas libéré du montant de ses souscriptions aux époques fixées par le conseil
d'administration est soumis aux dispositions de l’article L. 1612-15 du code général des collectivités
territoriales.

ARTICLE 12 - FORME DES ACTIONS

Les actions sont toutes nominatives et indivisibles à l'égard de la société, qui ne reconnaît qu’un seul
propriétaire pour chacune d’elle.

Conformément à la législation en vigueur, les actions ne sont pas créées matériellement ; la propriété des
actions résulte de l’inscription au crédit du compte ouvert au nom de chaque propriétaire d’actions dans les
écritures de la société.

ARTICLE 13 - DROITS ET OBLIGATIONS ATTACHÉS AUX ACTIONS

Les droits et obligations attachés aux actions suivent les titres dans quelques mains qu'ils passent.

Chaque action donne droit à une part égale de la propriété de l'actif social, dans le partage des bénéfices s’il
y a lieu et dans le boni de liquidation à une part proportionnelle à la quotité du capital social qu’elle
représente.

Les actionnaires ne sont responsables du passif social qu’à concurrence de leurs apports.

La possession d'une action comporte de plein droit adhésion aux présents statuts et aux décisions des
assemblées générales.

Les créanciers d'un actionnaire ne peuvent requérir l'apposition des scellés sur les biens et papiers de la
société, ni s'immiscer en aucune manière dans les actes de son administration. Ils doivent, pour l'exercice de
leurs droits, s'en rapporter aux inventaires sociaux et aux décisions des assemblées générales.

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 8/23


14
ARTICLE 14 - CESSION DES ACTIONS

Les actions ne sont négociables qu’après immatriculation de la société au registre du commerce et des
sociétés.

La cession des actions s'opère à l’égard de la société et des tiers par un virement du compte du cédant au
compte du cessionnaire sur production d’un ordre de mouvement.

L’ordre de mouvement est enregistré le même jour de sa réception sur un registre coté et paraphé dit
« registre de mouvements ».

Toute transmission d’actions à un nouvel actionnaire, qu’elle ait lieu à titre gratuit ou onéreux, est
soumise à l’agrément de la société dans les conditions de l’article L. 228-24 du code de commerce.

Le conseil d’administration se prononce à la majorité des deux tiers sur l’agrément dans un délai de trois
mois à compter de la réception de la demande formulée par le cédant et adressée au président du conseil
d’administration.

En plus d’être soumise à l’agrément du conseil d’administration, toute cession d’action doit être autorisée
par décision de l’organe délibérant de la collectivité concernée.

Les mêmes règles sont applicables, en cas d’augmentation du capital, à la cession des droits préférentiels
de souscription au profit d’un nouvel actionnaire.

Tous les frais résultant du transfert sont à la charge du cessionnaire.

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 9/23


15
TITRE TROISIÈME

Administration et contrôle de la société

ARTICLE 15 - COMPOSITION DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

La représentation des actionnaires au conseil d’administration de la société obéit aux règles fixées par les
dispositions du code général des collectivités territoriales, notamment ses articles L. 1524-5 et R. 1524-2 à R.
1524-6 et par celles du code de commerce, notamment son article L. 225-17.

Le nombre de sièges d’administrateurs est fixé à 18. Les actionnaires répartissent ces sièges en proportion
du capital qu’ils détiennent respectivement.

Les représentants des collectivités territoriales ou groupements de collectivités territoriales au conseil


d'administration sont désignés par l'assemblée délibérante de ces collectivités, parmi leurs membres, et
éventuellement relevés de leurs fonctions dans les mêmes conditions, conformément à la législation en
vigueur.

Conformément à l'article L. 1524-5 du code général des collectivités territoriales, la responsabilité civile
résultant de l'exercice du mandat des représentants des collectivités territoriales ou groupements de
collectivités territoriales au sein du conseil d'administration incombe à ces collectivités ou groupements.

Lorsque ces représentants ont été désignés par l'assemblée spéciale, cette responsabilité incombe
solidairement aux collectivités territoriales ou groupements de collectivités territoriales membres de cette
assemblée.

ARTICLE 16 - DURÉE DU MANDAT DES ADMINISTRATEURS – LIMITE D’ÂGE

Le mandat des représentants des collectivités territoriales ou groupements de collectivités territoriales prend
fin avec celui de l’assemblée qui les a désignés.

Toutefois, en cas de démission ou de dissolution de l’assemblée délibérante, ou en cas de fin légale du


mandat de l’assemblée, le mandat de leurs représentants au conseil d’administration est prorogé jusqu’à la
désignation de leurs remplaçants par la nouvelle assemblée, leurs pouvoirs se limitant à la gestion des
affaires courantes. En cas de vacance, les assemblées délibérantes pourvoient au remplacement de leurs
représentants dans le délai le plus bref. Ces représentants peuvent être relevés de leurs fonctions au Conseil
d’administration par l’assemblée qui les a élus.

Nul ne peut être nommé administrateur si, ayant dépassé l’âge de 70 ans, sa nomination a pour effet de
porter à plus du tiers des membres du conseil le nombre d’administrateur ayant dépassé cet âge. Cette limite
doit être respectée au moment de la désignation des représentants.

En conséquence, ces personnes ne peuvent être déclarées démissionnaires d’office si, postérieurement à
leur nomination, elles dépassent la limite d’âge statutaire.

ARTICLE 17 - QUALITÉ D’ACTIONNAIRE DES ADMINISTRATEURS

Les représentants des collectivités territoriales ou groupements de collectivités territoriales ne peuvent en


aucun cas être personnellement propriétaires d’actions de la société.

ARTICLE 18 - CENSEURS

L’Assemblée Générale Ordinaire peut nommer à la majorité des voix, pour une durée de 6 ans renouvelable,
un ou plusieurs censeurs choisis par les actionnaires en dehors des membres du Conseil d’administration.

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 10/23


16
Les censeurs assistent avec voix consultative aux séances du Conseil d’administration. Ils ne peuvent
participer au décompte des voix et n’ont pas de voix délibérative.

Ils ne sont pas rémunérés.

ARTICLE 19 - BUREAU DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

Le Conseil d'administration élit parmi ses membres un Président.

Le Président du Conseil d'administration doit être une collectivité territoriale ou un groupement de collectivités
territoriales, agissant par l'intermédiaire de son représentant ; celui-ci doit être autorisé à occuper cette
fonction conformément à la réglementation en vigueur

Il est nommé pour une durée qui ne peut excéder celle de son mandat d’administrateur.

Le Président organise et dirige les travaux du Conseil d’administration, dont il rend compte à l’Assemblée
Générale. Il veille au bon fonctionnement des organes de la société et s’assure notamment que les
administrateurs sont en mesure de remplir leur mission.

Le Conseil d’administration nomme, s'il le juge utile, un ou plusieurs vice-présidents, élus pour la durée de
leur mandat d'administrateur, dont les fonctions consistent, en l’absence du Président, à présider la séance
du conseil ou les assemblées. En l’absence du Président et des vice-présidents, le Conseil désigne celui des
administrateurs présents qui présidera la séance.

En cas d’empêchement temporaire ou de décès du Président, le Conseil d’administration peut déléguer un


administrateur dans les fonctions de Président. En cas d’empêchement, cette délégation est donnée pour
une durée limitée et renouvelable. En cas de décès, elle vaut jusqu’à l’élection du nouveau Président.

Le Président ne peut être âgé de plus de 65 ans au moment de sa désignation. Le fait d'atteindre la limite
d'âge en cours de mandat n'entraine pas la démission d'office.

Le Conseil peut nommer à chaque séance, un secrétaire qui peut être choisi en dehors des actionnaires.

ARTICLE 20 – RÉUNIONS - DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

Le Conseil d'administration se réunit sur la convocation de son Président, soit au siège social, soit en tout
endroit indiqué par la convocation.

Lorsque le Conseil d’administration ne s’est pas réuni depuis plus de deux mois, le tiers au moins de ses
membres peut demander au Président de convoquer celui-ci sur un ordre du jour déterminé.

Le Directeur général peut également demander au Président de convoquer le Conseil d’administration sur un
ordre du jour déterminé.

Le Président est lié par les demandes qui lui sont adressées en vertu des deux alinéas précédents.

Les administrateurs ont la faculté de participer et de voter aux réunions du conseil par des moyens de
visioconférence tels que déterminés par décret en Conseil d’État.

L'ordre du jour, accompagné du dossier de séance, est adressé à chaque administrateur 5 jours au moins
avant la réunion par courrier ou par voie électronique.

Tout administrateur peut donner, même par lettre ou par télécopie, pouvoir à un autre administrateur de le
représenter à une séance du Conseil, mais chaque administrateur ne peut représenter qu'un seul autre
administrateur.

La présence effective de la moitié au moins des membres du conseil d’administration est toutefois nécessaire
pour la validité des délibérations.

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 11/23


17
Sauf dans les cas prévus par la loi ou par les statuts, les délibérations sont prises à la majorité des voix des
membres présents ou représentés, chaque administrateur disposant d'une voix et l'administrateur mandataire
d'un de ses collègues de deux voix. En cas de partage des voix, celle du Président est prépondérante.

ARTICLE 21 - POUVOIRS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

En application des dispositions de l’article L. 225-35 du Code de Commerce, et sous réserve des pouvoirs
attribués par la loi aux assemblées d'actionnaires, le Conseil d'administration, dans la limite de l’objet social :

· détermine les orientations de l’activité de la Société, et veille à leur mise en œuvre ;

· se saisit de toute question intéressant la bonne marche de la Société et règle par ses délibérations
les affaires la concernant;

· décide, dans le cadre de l’objet social, la création de toutes sociétés ou de tous groupements
d’intérêt économique ou concours à la fondation de ces sociétés ou groupements.

Dans les rapports avec les tiers, la Société est engagée, même par les actes d’administration qui ne relèvent
pas de l’objet social, à moins qu’elle ne prouve que le tiers savait que l’acte en cause dépassait l’objet social,
ou qu’il ne pouvait l’ignorer compte tenu des circonstances. Toute décision qui limiterait les pouvoirs du
Conseil serait inopposable aux tiers.

Le Conseil d’administration procède aux contrôles et vérifications qu’il juge opportuns.

Chaque administrateur doit recevoir les informations nécessaires à l’accomplissement de sa mission et peut
obtenir auprès de la direction générale tous les documents qu’il estime utile.

Le Conseil d’administration peut consentir à tout mandataire de son choix toute délégation de ses pouvoirs
dans la limite de ceux qui lui sont conférés par la loi et par les présents statuts.

ARTICLE 22 - DIRECTION GÉNÉRALE - DIRECTEURS GÉNÉRAUX DÉLÉGUÉS

1 - Conformément aux dispositions légales, la direction générale de la Société est assumée, sous sa
responsabilité, soit par le Président du Conseil d’administration, soit par une personne physique nommée par
le Conseil d’administration et portant le titre de Directeur général. Le choix entre ces deux modalités
d’exercice de la direction générale est effectué par le Conseil d’administration qui doit en informer les
actionnaires et les tiers dans les conditions réglementaires.

Un représentant d’une collectivité territoriale ou groupement de collectivités territoriales ne peut accepter les
fonctions de Président assumant les fonctions de Directeur Général qu'en vertu d'une délibération de
l'assemblée qui l’a désigné.

La délibération du Conseil d’administration relative au choix de la modalité d’exercice de la direction générale


est prise à la majorité des administrateurs présents ou représentés.

Le changement de modalités d’exercice de la direction générale n’entraîne pas de modification des statuts.

2 – Lorsque le Conseil d’administration choisit la dissociation des fonctions de Président et de Directeur


général, il procède à la nomination du Directeur général, fixe la durée de son mandat, détermine sa
rémunération et, le cas échéant, limite ses pouvoirs.

Pour l’exercice de ses fonctions, le Directeur général ne doit pas être âgé de plus de 65 ans. S’il vient à
dépasser cet âge, il est réputé démissionnaire d’office, à moins qu’il ne soit le représentant d’une collectivité
territoriale ou d’un groupement de collectivités territoriales assurant la fonction de président directeur général.
Dans ce cas, la limite d’âge doit être appréciée en début de mandat, et le fait de l’atteindre en cours de
mandat n’entraine pas la démission d’office.

Le Directeur général est révocable à tout moment par le Conseil d’administration. Lorsque le Directeur
général n’assume pas les fonctions de Président du Conseil d’administration, sa révocation peut donner lieu à
des dommages et intérêts si elle est intervenue sans juste motif.

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 12/23


18
3 – Le Directeur général est investi des pouvoirs les plus étendus pour agir en toutes circonstances au nom
de la Société. Il exerce ses pouvoirs dans les limites de l’objet social et sous réserve de ceux que la loi
attribue expressément aux assemblées d’actionnaires et au Conseil d’administration.

Le Directeur général représente la Société dans ses rapports avec les tiers. La Société est engagée, même
par les actes du Directeur général qui ne relèvent pas de l’objet social, à moins qu’elle ne prouve que le tiers
savait que l’acte en cause dépassait l’objet social, ou qu’il ne pouvait l’ignorer compte tenu des circonstances,
étant exclu que la seule publication des statuts suffise à constituer la preuve.

4 – Sur proposition du Directeur général, que cette fonction soit assumée par le Président du Conseil
d’administration ou par une autre personne, le Conseil d’administration peut nommer une ou plusieurs autres
personnes physiques, chargées d’assister le Directeur général avec le titre de Directeur général délégué.

Le nombre maximum de Directeurs généraux délégués est fixé à cinq.

En accord avec le Directeur général, le Conseil d’administration détermine l’étendue et la durée des pouvoirs
conférés aux Directeurs généraux délégués.

Envers les tiers, le ou les Directeurs généraux délégués disposent des mêmes pouvoirs que le Directeur
général.

En cas de cessation de fonctions ou d’empêchement du Directeur général, les Directeurs généraux délégués
conservent leurs fonctions et attributions jusqu’à la nomination d’un nouveau Directeur général.

ARTICLE 23 – SIGNATURE SOCIALE

Tous les actes et engagements concernant la Société, de quelque nature qu’ils soient, sont valablement
signés par le Directeur général ainsi que par tout fondé de pouvoir spécial, agissant chacun dans la limite de
ses pouvoirs.

ARTICLE 24 - RÉMUNÉRATION DES DIRIGEANTS

A condition d’y être autorisés par une délibération expresse de l’assemblée qui les a désignés, les
représentants des collectivités peuvent percevoir une rémunération ou bénéficier d’avantages particuliers. La
délibération susvisée fixe le montant maximum des rémunérations ou avantages susceptibles d’être perçus,
et indique la nature des fonctions qui les justifient.

La rémunération peut revêtir la forme de jetons de présence, qui sont alloués par l’Assemblée Générale, le
Conseil d’administration répartissant ensuite librement cette rémunération entre ses membres.

La rémunération du représentant de la collectivité ou du groupement de collectivités assurant les fonctions de


Président est fixée par le Conseil d’administration, comme celle du Directeur général et du (ou des)
Directeur(s) général (généraux) délégué(s).

Le Conseil d’administration peut également allouer pour les missions ou mandats confiés à des
administrateurs des rémunérations exceptionnelles qui seront soumises à l’approbation de l’Assemblée
Générale Ordinaire et aux conditions du présent article.

ARTICLE 25 - CONVENTIONS ENTRE LA SOCIÉTÉ ET UN ADMINISTRATEUR, UN


DIRECTEUR GÉNÉRAL, UN DIRECTEUR GÉNÉRAL DÉLÉGUÉ OU UN
ACTIONNAIRE

1 – Il est interdit aux administrateurs autres que les personnes morales, au directeur général et aux directeurs
généraux délégués, de contracter sous quelque forme que ce soit, des emprunts auprès de la société, de se
faire consentir par elle un découvert, en compte courant ou autrement, et de faire cautionner ou avaliser par
elle leurs engagements auprès de tiers. Cette interdiction s'applique également aux représentants
permanents des personnes morales administrateurs, au conjoint, ascendants et descendants des personnes
ci-dessus visées ainsi qu'à toute personne interposée.

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 13/23


19
2 – Toute convention intervenant directement ou indirectement ou par personne interposée entre la Société
et son directeur général, l'un de ses directeurs généraux délégués, l'un de ses administrateurs, l'un de ses
actionnaires disposant d'une fraction des droits de vote supérieure à 10 % ou s'il s'agit d'une société
actionnaire, la société la contrôlant au sens de l'article L233-3 du code de commerce, doit être soumise à
l'autorisation préalable du conseil d'administration. L'autorisation préalable du conseil d'administration est
motivée en justifiant de l'intérêt de la convention pour la société, notamment en précisant les conditions
financières qui y sont attachées.
Il en est de même des conventions auxquelles une des personnes visées ci-dessus est indirectement
intéressée. Sont également soumises à l'autorisation préalable du conseil d'administration, les conventions
intervenant entre la Société et une entreprise, si le directeur général, l'un des directeurs généraux délégués
ou l'un des administrateurs de la société est propriétaire, associé indéfiniment responsable, gérant,
administrateur, membre du conseil de surveillance ou de façon générale dirigeant de cette entreprise.
Ces conventions doivent être autorisées et approuvées dans les conditions de l'article L225-40 du Code de
commerce. Les conventions conclues et autorisées au cours d'exercices antérieurs dont l'exécution a été
poursuivie au cours du dernier exercice sont examinées chaque année par le conseil d'administration et
communiquées au commissaire aux comptes pour les besoins de l'établissement de son rapport spécial.
3 – Les conventions portant sur des opérations courantes et conclues à des conditions normales ne sont pas
soumises à la procédure d'autorisation et d'approbation prévue aux articles L225-38 et suivants du code de
commerce.

ARTICLE 26 - ASSEMBLÉE SPÉCIALE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET


DE LEURS GROUPEMENTS

Les collectivités territoriales et leurs groupements qui ont une participation au capital trop réduite ne leur
permettant pas de bénéficier d’une représentation directe doivent se regrouper en assemblée spéciale pour
désigner un mandataire commun.

L’assemblée spéciale comprend un délégué de chaque collectivité territoriale ou groupement actionnaire y


participant. Elle vote son règlement, élit son Président et désigne également en son sein le (ou les)
représentant(s) commun(s) qui siège(nt) au Conseil d’administration.

Une représentation à tour de rôle peut notamment être instituée entre les collectivités concernées, pour la
désignation du (ou des) mandataire(s).

Chaque collectivité territoriale ou groupement actionnaire y dispose d’un nombre de voix proportionnel au
nombre d’actions qu’il ou elle possède dans la Société.

L’assemblée spéciale se réunit au moins une fois par an pour entendre le rapport de son (ou de ses)
représentant(s) sur convocation de son Président :
 soit à son initiative,
 soit à la demande de l’un de ses représentants élu par elle au sein du Conseil d’administration,
 soit à la demande d’un tiers au moins des membres détenant au moins le tiers des actions des
collectivités territoriales et de leurs groupements membres de l’assemblée spéciale conformément à
l’article R. 1524-2 du Code général des collectivités territoriales.

L’Assemblée est réunie pour la première fois à l’initiative d’au moins une des collectivités territoriales ou
groupement actionnaire non directement représenté au Conseil d’administration.

ARTICLE 27 - COMMISSAIRES AUX COMPTES

L'assemblée générale ordinaire désigne dans les conditions prévues aux articles L. 823-1 et suivants du code
de commerce, un ou plusieurs commissaires aux comptes titulaires chargés de remplir la mission qui leur est
confiée par la loi. Lorsque le commissaire aux comptes ainsi désigné est une personne physique ou une
société unipersonnelle, un ou plusieurs commissaires aux comptes suppléants, appelés à remplacer les
titulaires en cas de refus, d'empêchement, de démission ou de décès sont désignés dans les mêmes
conditions.

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 14/23


20
Les commissaires aux comptes titulaires, et suppléants le cas échéant, sont désignés pour six exercices et
sont toujours rééligibles.

ARTICLE 28 - REPRÉSENTANT DE L’ÉTAT - INFORMATION

Les délibérations du Conseil d'Administration et des Assemblées Générales sont communiquées dans les
quinze jours suivant leur adoption au représentant de l’État dans le Département du siège social de la
Société.

Il en est de même des contrats visés à l'article L. 1523-2 du Code général des collectivités territoriales, ainsi
que des comptes annuels et des rapports du Commissaire aux comptes.

La saisine de la Chambre Régionale des Comptes par le représentant de l’État dans les conditions prévues
par les articles L. 1524-2 du Code Général des Collectivités Territoriales et L. 235-1 du Code des Juridictions
Financières, entraîne une seconde lecture par le Conseil d'administration ou par l'Assemblée Générale, de la
délibération contestée.

ARTICLE 29 - DÉLÉGUÉ SPÉCIAL

Toute collectivité territoriale ou groupement de collectivités territoriales ayant accordé sa garantie aux
emprunts contractés par la Société a droit, à condition de ne pas être actionnaire directement représenté au
Conseil d'administration, d'être représenté auprès de la Société par un délégué spécial désigné en son sein
par l'Assemblée délibérante de cette collectivité ou groupement.

Le délégué est entendu par la Société, procède à la vérification des documents comptables et rend compte à
son mandant dans les conditions déterminées par l'article L. 1524-6 du Code Général des Collectivités
Territoriales.

Ses observations sont consignées au procès-verbal des réunions du conseil d’administration.

ARTICLE 30 - RAPPORT ANNUEL DES ÉLUS

Les représentants des collectivités territoriales ou groupements de collectivités territoriales actionnaires


doivent présenter au minimum une fois par an aux collectivités dont ils sont les mandataires un rapport écrit
sur la situation de la Société, et portant notamment sur les modifications des statuts qui ont pu être apportées.
La nature de ces documents et les conditions de leur envoi ou mise à disposition sont déterminées par la loi
et les règlements.

ARTICLE 31 – CONTRÔLE EXERCÉ PAR LES COLLECTIVITÉS ACTIONNAIRES

Les collectivités actionnaires représentées au conseil d'administration doivent exercer sur la société un
contrôle analogue à celui qu'elles exercent sur leurs propres services, y compris dans le cadre d'un pluri-
contrôle, afin que les conventions qu'elles seront amenées à conclure avec la société soient considérées
comme des prestations intégrées (contrats "in house").

A cet effet, des dispositions spécifiques doivent être mises en place.

Elles consistent en des contrôles spécifiques sur trois niveaux de fonctionnement de la société :
 orientations stratégiques,
 vie sociale,
 activité opérationnelle.

Le contrôle exercé sur la société est fondé, d’une part sur la détermination des orientations de l'activité de la
société et d’autre part sur l’accord préalable qui sera donné aux actions que la société proposera.

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 15/23


21
Dès leur première réunion, les instances délibérantes de la société devront mettre en place un système de
contrôle et de reporting permettant aux collectivités actionnaires entrant dans le cadre défini au premier alinéa
d'atteindre ces objectifs.

Ces dispositions devront être maintenues dans leurs principes pendant toute la durée de la société.

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 16/23


22
TITRE QUATRIEME

Assemblées Générales – Modifications statutaires

ARTICLE 32 - DISPOSITIONS COMMUNES AUX ASSEMBLÉES GÉNÉRALES

L'Assemblée Générale régulièrement constituée représente l'universalité des actionnaires. Ses décisions
sont obligatoires pour tous, même pour les absents, les dissidents ou les incapables.

Elle se compose de tous les actionnaires quel que soit le nombre d'actions qu'ils possèdent sous réserve que
ces actions soient libérées des versements exigibles.

Les titulaires d'actions peuvent assister aux Assemblées Générales sans formalités préalables.

Sont réputés présents pour le calcul du quorum et de la majorité, les actionnaires qui participent à
l’assemblée par des moyens de visioconférence ou de télécommunication permettant leur identification tels
que déterminés par décret en Conseil d’État.

Les collectivités actionnaires de la Société sont représentées aux Assemblées Générales par un délégué
ayant reçu pouvoir à cet effet et désigné dans les conditions fixées par la législation en vigueur.

ARTICLE 33 - CONVOCATION DES ASSEMBLÉES GÉNÉRALES

Les Assemblées Générales sont convoquées soit par le Conseil d’Administration ou à défaut par le ou les
commissaires aux comptes, soit par un mandataire désigné par le Président du Tribunal de commerce
statuant en référé à la demande de tout intéressé en cas d’urgence ou d’un ou plusieurs actionnaires
réunissant 5 % au moins du capital social.

Les convocations sont faites par lettre recommandée, adressée à chacun des actionnaires 15 jours au moins
avant la date de l’assemblée, et comportant indication de l’ordre du jour avec le cas échéant les projets de
résolutions et toutes informations utiles.

La convocation peut également être transmise par un moyen électronique de communication après avoir
recueilli l’accord écrit de l’actionnaire acceptant ce mode de convocation ainsi que son adresse électronique.

ARTICLE 34 - PRÉSIDENCE DES ASSEMBLÉES GÉNÉRALES

Sauf dans les cas où la loi désigne un autre Président, l'Assemblée Générale est présidée par le Président du
Conseil d'administration. En son absence, elle est présidée le vice-président (ou l'un d'entre eux s'ils sont
plusieurs), ou par un administrateur désigné par le Conseil. A défaut, l'Assemblée élit elle-même son
Président.

ARTICLE 35 - QUORUM ET MAJORITÉ À L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE

L'Assemblée Générale Ordinaire ne délibère valablement que si les actionnaires présents, représentés ou
ayant fait usage du droit de vote par correspondance, possèdent au moins un cinquième du capital social.

Si ces conditions ne sont pas remplies, l'Assemblée est convoquée de nouveau. Lors de cette seconde
réunion, les délibérations sont valables quel que soit le nombre des actions représentées.

Elle statue à la majorité des voix dont disposent les actionnaires présents ou représentés ou ayant voté par
correspondance.

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 17/23


23
ARTICLE 36 - QUORUM ET MAJORITÉ À L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE
EXTRAORDINAIRE

L'Assemblée Générale Extraordinaire ne délibère valablement que si les actionnaires présents, représentés
ou ayant fait usage du droit de vote par correspondance possèdent au moins sur première convocation un
quart et sur deuxième convocation un cinquième des actions ayant le droit de vote.

Elle statue à la majorité des deux tiers des voix dont disposent les actionnaires présents ou représentés ou
ayant voté par correspondance.

ARTICLE 37 – MODIFICATIONS STATUTAIRES

A peine de nullité, l’accord du représentant d’une collectivité territoriale ou d’un groupement de collectivités
territoriales sur une modification portant sur l’objet social, la composition du capital ou les structures des
organes dirigeants d’une société publique locale ne peut intervenir sans une délibération préalable de son
assemblée délibérante approuvant cette modification.

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 18/23


24
TITRE CINQUIEME

Exercice social – comptes sociaux – affectation des


résultats

ARTICLE 38 - EXERCICE SOCIAL

L'exercice social couvre douze mois. Il commence au 1er janvier et se termine au 31 décembre.

Par exception, le premier exercice comprend le temps écoulé depuis la constitution de la Société jusqu'au 31
décembre 2019.

ARTICLE 39 - COMPTES SOCIAUX

Les comptes de la Société sont ouverts conformément au plan comptable général ou au plan comptable
particulier correspondant à l'activité de la Société lorsqu'un tel plan a été établi et approuvé.

Les documents établis annuellement comprennent le bilan, le compte de résultat et l'annexe.

ARTICLE 40 - BÉNÉFICES

Après dotation à la réserve légale suivant les dispositions de l'article L. 232-10 du Code de Commerce, il peut
en outre être prélevé sur les bénéfices, par décision de l'Assemblée Générale, la somme nécessaire pour
servir un intérêt net à titre de dividende sur le montant libéré et non remboursé des actions.

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 19/23


25
TITRE SIXIEME

Pertes graves - Dissolution – Liquidation - Contestations

ARTICLE 41 – CAPITAUX PROPRES INFÉRIEURS À LA MOITIÉ DU CAPITAL


SOCIAL

Si du fait des pertes constatées dans les documents comptables, les capitaux propres de la société
deviennent inférieurs à la moitié du capital social, le Conseil d’administration est tenu de réunir une
Assemblée générale extraordinaire dans les quatre mois qui suivent l’approbation des comptes ayant fait
apparaître ces pertes, à l’effet de décider s’il y lieu à dissolution anticipée de la société.

Si la dissolution n'est pas prononcée, la société est tenue, au plus tard à la clôture du deuxième exercice
suivant celui au cours duquel la constatation des pertes est intervenue et sous réserve des dispositions de
l'article L. 224-2 du Code de commerce, de réduire son capital d'un montant au moins égal à celui des pertes
qui n'ont pas pu être imputées sur les réserves, si, dans ce délai, les capitaux propres n'ont pas été
reconstitués à concurrence d'une valeur au moins égale à la moitié du capital social.

ARTICLE 42 – DISSOLUTION - LIQUIDATION

Hormis les cas de dissolution judiciaire, il y aura dissolution de la société à l’expiration du terme fixé par les
statuts, par décision de l’Assemblée Générale Extraordinaire des actionnaires, ou par décision de l’associé
unique.

Sauf en cas de fusion, scission ou réunion de toutes les actions en une seule main, l’expiration de la société
ou sa dissolution pour quelque cause que ce soit entraîne sa liquidation.

La dissolution ne produit ses effets à l’égard des tiers qu’à compter du jour où elle est publiée au registre du
commerce et des sociétés.

La liquidation est faite par un ou plusieurs liquidateurs nommés soit par l’Assemblée Générale Extraordinaire
aux conditions de quorum et de majorité prévus pour les Assemblées Générales Ordinaires, soit par une
Assemblée Générale Ordinaire réunie extraordinairement.

La nomination du liquidateur met fin aux pouvoirs des administrateurs.

Le liquidateur représente la société. Il est investi des pouvoirs les plus étendus pour réaliser l’actif, même à
l’amiable. Il est habilité à payer les créanciers et répartir le solde disponible. Il ne peut continuer les affaires en
cours ou en engager de nouvelles pour les besoins de la liquidation que s’il y a été autorisé, soit par les
associés, soit par décision de justice s’il a été nommé par la même voie

Le partage de l’actif net subsistant après remboursement du nominal des actions est effectué entre les
actionnaires dans les mêmes proportions que leur participation au capital social.

ARTICLE 43 – CONTESTATIONS

Toutes les contestations qui pourraient surgir pendant la durée de la Société ou au cours de sa liquidation soit
entre les actionnaires eux-mêmes, soit entre les actionnaires ou les administrateurs et la Société,
relativement aux affaires sociales ou à l'exécution des présents statuts, seront soumises à la compétence des
tribunaux dont dépend le siège social.

A cet effet, en cas de contestation, tout actionnaire est tenu de faire élection de domicile dans le ressort du
tribunal du siège de la société.

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 20/23


26
TITRE SEPTIEME

Administrateurs – commissaires aux comptes –


personnalité morale – formalités

ARTICLE 44 - NOMINATION DES PREMIERS ADMINISTRATEURS

Sont nommés comme premiers administrateurs :

- Représentant la Communauté d’Agglomération Le Grand Chalon :

…….

…….

…….

…….

…….

…….

…….

…….

…….

- Représentant la Communauté Urbaine Le Creusot-Montceau-les-Mines :

…….

…….

…….

- Représentant le Département de Saône-et-Loire :

…….

- Représentant la Commune de Chalon-sur-Saône :

…….

- Représentant la Communauté de Communes du Grand Autunois Morvan :

…….

- Représentant la Commune de Chatenoy-le-Royal :

…….

- Représentant la Commune de Saint-Rémy :

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 21/23


27
…….

- Représentant la Commune de Givry :

…….

Les administrateurs soussignés acceptent leurs fonctions et déclarent, chacun en ce qui le concerne,
qu’aucune disposition légale ou réglementaire ne leur interdit d’accepter les fonctions d’administrateur de la
Société.

ARTICLE 45 - DÉSIGNATION DES PREMIERS COMMISSAIRES AUX COMPTES

Sont nommés pour une durée de six exercices, soit jusqu’à l’Assemblée générale appelée à statuer sur les
comptes de l’exercice 2024 :
- en qualité de Commissaire aux comptes titulaire : ………………….
- en qualité de Commissaire aux comptes suppléant : ………………….

Les Commissaires ainsi nommés ont accepté le mandat qui leur est confié et ont déclaré satisfaire à toutes
les conditions requises par la loi et les règlements pour l’exercice de ce mandat.

ARTICLE 46 - JOUISSANCE DE LA PERSONNALITÉ MORALE – IMMATRICULATION


AU REGISTRE DU COMMERCE – REPRISE DES ENGAGEMENTS ANTÉRIEURS À LA
SIGNATURE DES STATUTS ET À L’IMMATRICULATION DE LA SOCIÉTÉ

La société ne jouira de la personnalité morale qu’à dater de son immatriculation au Registre du Commerce et
des Sociétés.

Toutefois, les soussignés déclarent accepter purement et simplement les actes déjà accomplis pour le
compte de la Société en formation tels qu’ils sont énoncés dans l’état annexé ci-après avec l’indication pour
chacun d’eux de l’engagement qui en résultera pour la Société.

En conséquence, la Société reprendra purement et simplement lesdits engagements dès qu’elle aura été
immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés.

ARTICLE 47 - FORMALITÉS – PUBLICITÉ DE LA CONSTITUTION

Tous pouvoirs sont conférés à chacun des fondateurs et aux porteurs d’expéditions, originaux extraits des
pièces constitutives à l’effet d’accomplir toutes formalités exigées pour la constitution de la Société.

Fait à FRAGNES-LA LOYERE,

Le ...

En 4 originaux.

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 22/23


28
Pour … Pour …
Madame / Monsieur … Madame / Monsieur …

Pour … Pour …
Madame / Monsieur … Madame / Monsieur …

Pour … Pour …
Madame / Monsieur … Madame / Monsieur …

Pour … Pour …
Madame / Monsieur … Madame / Monsieur …

STATUTS SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT 23/23


29
SPL
SUD BOURGOGNE
AMENAGEMENT
Note de présentation

Document établi à la constitution de la Société


30 (mai 2018)
SOMMAIRE

Synthèse................................................................................................................................................. 3
Objet de la création de la SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT .................................................... 3
Caractéristiques de la société............................................................................................................. 3
Modalités d’intervention.................................................................................................................... 3
Collectivités actionnaires.................................................................................................................... 4
Moyens humains et matériels............................................................................................................ 4
Description du projet............................................................................................................................. 5
Présentation du projet....................................................................................................................... 5
Missions et objectifs........................................................................................................................... 5
Mutualisation de compétences et moyens........................................................................................ 6
Facteurs clés de succès....................................................................................................................... 7
Niveau d’expertise et de qualité..................................................................................................... 7
Adéquation aux réalités du territoire d’intervention ..................................................................... 7
Niveau de prix................................................................................................................................. 7
Capacité à proposer de nouveaux modes d’interventions ............................................................. 8
Complémentarité avec les autres organismes de développement du territoire ............................8
Calendrier de réalisation.................................................................................................................... 9
Les actionnaires et organes dirigeants................................................................................................. 10
Les Collectivités actionnaires............................................................................................................ 10
Les organes dirigeants de l’entreprise.............................................................................................. 10
Le « contrôle analogue ».................................................................................................................. 11
L’effectif et l’organigramme fonctionnel.......................................................................................... 11
Projection financière............................................................................................................................ 12
Investissements nécessaires............................................................................................................. 12
Chiffre d’affaires prévisible à court terme........................................................................................ 12

[3]
31
Synthèse

Ce chapitre synthétise les principales informations relatives à la création de la SPL SUD BOURGOGNE
AMENAGEMENT. Il permet une compréhension globale des objectifs et enjeux de la société. Le détail
de chaque sujet abordé et des moyens affectés est présenté dans les parties suivantes du présent
document.

Objet de la création de la SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT


La société a pour objet de réaliser des opérations d’aménagement de toute nature, et d’intervenir
sur des opérations de construction, rénovation ou gestion d’immeubles. S’agissant d’une société
publique locale, elle ne peut intervenir que pour le compte de ses actionnaires, dans le cadre de
compétences dont ils sont dotés par la loi.

De manière synthétique, on peut identifier notamment :

- Aménagement de quartiers d’habitat, de secteurs commerciaux ou d’activités économique,


ou de secteurs mixtes,
- Réalisation d’équipements publics :
o Construction de bâtiments publics en lien avec les compétences des actionnaires,
o Réalisation d’espaces publics,
o Aménagement de réseaux de transports,
o Etc.
- Rénovation, réhabilitation d’équipements publics, dont rénovation énergétique ou
fonctionnelle des immeubles des collectivités actionnaires.
- Gestion technique de patrimoine immobilier détenu par les collectivités actionnaires
(relations avec les locataires, désignation des entreprises d’entretien et réparation,
coordination et contrôle de leurs interventions).
Le volume de projets, pris séparément pour chacun des actionnaires, ne rendrait pas pertinent la
dotation en interne de services dédiés. Ainsi, la création de la SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT
permet à chacune des Collectivités Locales actionnaires de mobiliser en tant que de besoin une
entreprise mutualisée disposant de compétences et moyens adaptés et spécialisés dans le domaine
de la gestion de projets urbains et d’aménagement du territoire.

Caractéristiques de la société
Raison sociale : Société Publique Locale SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT
Dénomination commerciale : SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT
Forme juridique : Société Anonyme de droit privé régie par le livre II du Code de commerce.
Mode de gouvernance : société à Conseil d’Administration et Direction Générale.
Siège social : 12 rue Alfred Kastler, 71 530 FRAGNES – LA LOYERE.
Capital social : 225 000 €.

[4]
32
Modalités d’intervention
La société intervient dans le cadre de contrats signés avec ses seuls actionnaires : concessions
d’aménagement, contrats de mandats ou contrats de prestations de services (conduite d’opération,
assistance à maîtrise d’ouvrage).

S’agissant d’une société publique locale, elle intervient dans le cadre de contrats dits « in-house », ou
de quasi-régie : ces contrats sont ainsi conclus entre la société et l’actionnaire concerné sans mise en
concurrence préalable.

Cette exclusion du champ d’application de la règlementation relative à la passation des marchés


publics implique la mise en place et le suivi d’un dispositif de contrôle de la société par les
Collectivités Locales actionnaires.

Collectivités actionnaires
La SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT est créée à l’initiative des Collectivités Locales suivantes :

 Communauté d’Agglomération Le Grand Chalon,


 Communauté Urbaine Le Creusot - Montceau-les-Mines,
 Département de Saône-et-Loire,
 Communauté de Communes du Grand Autunois Morvan,
 Commune de Chalon-sur-Saône,
 Commune de Givry,
 Commune de Chatenoy-le-Royal,
 Commune de Saint-Rémy.
La composition de l’actionnariat de la société est susceptible d’évolutions dans le temps dans les
conditions définies par la loi et les statuts.

Moyens humains et matériels


La SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT est hébergée dans les locaux de la SEM Val de Bourgogne,
société d’économie mixte d’aménagement et de construction dont 4 des actionnaires à l’origine de la
création de la SPL sont également actionnaires. Elle utilise, contre facturation, une partie des moyens
de cette société : mutualisation des moyens informatiques et bureautiques notamment.

Elle dispose de moyens humains propres, avec un directeur technique et des responsables
d’opérations disposant de contrats de travail à temps partiel.

Elle fait appel à des moyens externes, notamment pour la comptabilité, l’assistance à la direction ou
le secrétariat, au moyen de contrats passés dans le respect de la règlementation relative aux
marchés publics qui lui est applicable.

[5]
33
Description du projet

Présentation du projet
La SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT est une société de services dont le métier principal est la
maîtrise d’ouvrage de projets complexes concourant à l’aménagement du territoire. Son objet social
est donc d’accomplir, pour le compte de ses actionnaires et sur leur territoire exclusivement, tous
actes visant à l’étude, la réalisation et la gestion :

1. d’opérations d’aménagement concourant :


 à la mise en œuvre d’un projet urbain,
 à la mise en œuvre d’une politique de transport en commun, de mobilité, de stationnement,
 à la mise en œuvre d’une politique locale de l’habitat,
 au maintien, à l'extension ou l'accueil des activités économiques,
 au développement des loisirs et du tourisme,
 à la réalisation d’infrastructures ou d’équipements publics,
 à lutter contre l'insalubrité et l'habitat indigne ou dangereux,
 au renouvellement urbain, à la sauvegarde ou la mise en valeur du patrimoine bâti ou non
bâti et des espaces naturels.
2. d’opérations de construction ou de réhabilitation : La société peut intervenir sur tous
immeubles, bâtiments et ouvrages de toutes natures, tant pour ce qui concerne leur
construction que leur amélioration, leur rénovation, notamment énergétique, leur gestion que
leur entretien.

Missions et objectifs
La société réalise, au moyen de contrats conclus sans mise en concurrence préalable avec ses
actionnaires, des missions de maîtrise d’ouvrage de toutes nature de mise en œuvre des politiques
locales de développement territorial :

 Conduite ou réalisation d’études préalables à l’aménagement ou la rénovation d’un secteur


géographique, à la construction ou la rénovation d’un équipement public : programmation
urbaine, fonctionnelle, architecturale ou technique, évaluation financière des coûts et
retours sur investissement, détermination des modalités juridiques d’intervention, etc,
 Aménagement de quartiers d’habitat individuel et/ou collectif, en extension comme en
rénovation urbaine,
 Aménagement de zones d’activités économiques de toutes natures (commerces, industrie,
activités tertiaires, etc…), mono-activité ou mixtes, nouvelles ou à restructurer,
 Aménagement de quartiers mixtes habitat-activité, en extension comme en rénovation
urbaine,
 Opération de requalification/revitalisation de centres bourgs ou centres urbains,
 Construction d’équipements publics : écoles, collèges, équipements petite enfance, centres
de loisirs, locaux des Collectivités Locales actionnaires, etc.
 Rénovation / réhabilitation / transformation d’équipements publics : rénovation
énergétique, fonctionnelle, etc.

[6]
34
 Gestion technique de patrimoine immobilier détenu par les collectivités actionnaires
(relations avec les locataires, désignation des entreprises d’entretien et réparation,
coordination et contrôle de leurs interventions),
 Réalisation d’espaces publics : places, voies de circulation, etc.
Ces missions peuvent être réalisées dans le cadre de plusieurs natures de contrat :

 Concessions d’aménagement : Contrat par lequel la personne publique ayant pris l'initiative
de l'opération en délègue l'étude et la réalisation à un aménageur public ou privé. Le
concessionnaire assure la maîtrise d'ouvrage des travaux et équipements concourant à
l'opération prévus dans la concession, ainsi que la réalisation des études et de toutes
missions nécessaires à leur exécution. Il est chargé par le concédant d'acquérir les biens
nécessaires à la réalisation de l'opération y compris, le cas échéant, par la voie
d'expropriation ou de préemption. Il procède à la vente, à la location ou à la concession des
biens immobiliers situés à l'intérieur du périmètre de la concession.

 Contrat de mandat : Contrat par lequel la Collectivité demande au Mandataire de faire


réaliser, en son nom et pour son compte - et sous son contrôle - un équipement dont les
caractéristiques techniques et financières sont déterminées. Un mandat peut être conclu
pour la construction ou la rénovation d’un immeuble, mais également pour sa gestion
locative et technique.

 Contrat de prestation de services, notamment conduite d’opération et assistance à maîtrise


d’ouvrage : contrat dans lequel le prestataire réalise les missions définies au contrat, sans
pouvoir de représentation du client.

Ces missions et contrats ne peuvent être réalisés que pour le compte des actionnaires de la société
et sur leur territoire, dans le cadre des compétences qui leur sont propres.

Mutualisation de compétences et moyens


La SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT intervient pour la conduite de projets complexes par
nature (complexité et diversité des procédures administratives et juridiques ; complexité technique)
nécessitant de disposer de compétences spécifiques et actualisés et de coordonner un grand nombre
d’acteurs (intervention « en mode projet »).

L’ensemble des Collectivités Locales est susceptible d’avoir besoin de recourir à ce type de mission.

Pour autant, la plupart d’entre elle ne génère pas une activité suffisante pour rendre pertinente la
création de services dédiés. La création de la SPL est une réponse à cette problématique, chaque
Collectivité actionnaire pouvant y avoir recours.

Elle permet également de maintenir sur le territoire des compétences qui ont tendance à se
regrouper actuellement dans les métropoles, aux problématiques et solutions bien différentes de
celles rencontrées sur le territoire d’action de la SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT.

[7]
35
Facteurs clés de succès
La SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT bénéficie du régime « in house » qui lui permet d’être
mobilisée contractuellement par ses actionnaires sans être mise en concurrence.

Il appartient à la SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT de travailler continument à sa légitimité à


agir. Pour cela, elle doit veiller à son positionnement en matière :

 De niveau d’expertise et de qualité,


 D’adéquation aux réalités du territoire d’intervention,
 De niveau de prix,
 De capacité à proposer de nouveaux modes d’interventions,
 De complémentarité avec les autres organismes de développement du territoire.

Niveau d’expertise et de qualité


Les actionnaires de la SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT n’envisageront d’avoir recours à ses
services que si le niveau de prestation rendu est attractif par rapport aux offres de marché. Aussi,
l’atteinte des objectifs fixés par le client sur chaque mission est indispensable au bon développement
de la société. Pour cela, la société doit disposer d’un niveau de compétence, voire d’expertise, en lien
avec les missions confiées et le territoire d’intervention.

Cela suppose une niveau d’activité suffisant pour faire perdurer une équipe qualifiée. Ce volume ne
sera probablement atteint qu’après quelques années de fonctionnement. C’est le partage de moyens
et de références avec la SEM Val de Bourgogne qui permettra de disposer dès la création de la
société du niveau de compétences attendues par les clients potentiels de la SPL.

L’appartenance à un réseau d’entreprises proposant un large champ d’expériences et d’expertise,


envisagé dès les mois suivants la mise en place effective de la SPL SUD BOURGOGNE
AMENAGEMENT, sera également de nature à garantir ce prérequis nécessaire au développement de
l’activité.

Adéquation aux réalités du territoire d’intervention


La SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT devra proposer à ses actionnaires une bonne connaissance
du territoire et de ses enjeux. Le partage de moyens humains et matériels avec la SEM Val de
Bourgogne, implantée sur le territoire depuis plus de 15 années, rendra cette offre réelle dès
l’engagement des prestations de la société.

L’ouverture à des expériences comparables sur d’autres territoires, au moyen de relations à nouer
dans le cadre d’un réseau d’entreprises publiques locales, renforcera cette proposition.

Niveau de prix
La constitution d’une société « in house » ne doit pas conduire à une hausse des prix de vente des
services pour les Collectivités actionnaires. Aussi, la maîtrise des coûts de production de la société est
essentielle pour que le recours aux services de la SPL soit la meilleure option possible pour ses clients
actionnaires.

[8]
36
La mutualisation des principales charges de fonctionnement matériel (locaux, bureautique) avec la
SEM Val de Bourgogne permettra à la SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT de disposer de prix de
revient compétitifs. Les autres charges de fonctionnement, hors masse salariale, feront l’objet de
consultations de prestataires selon les règles imposées aux pouvoirs adjudicateurs par la
règlementation en vigueur, complétée d’un règlement des achats adopté par le Conseil
d’Administration de la société.

Les niveaux de prix de vente des prestations devront se situer dans la norme des prix pratiqués par
des sociétés privées de prestations intellectuelles.

Capacité à proposer de nouveaux modes d’interventions


La légitimité de l’entreprise à être actionnée par les Collectivités sera d’autant meilleure qu’elle sera
en capacité de proposer des modes d’interventions novateurs en réponse aux problématiques
territoriales de ses actionnaires. Ainsi, la société veillera à pratiquer régulièrement des actions de
benchmark auprès d’autres sociétés comparables sur des problématiques émergentes, telles que :

 les mobilités urbaines et le stationnement,


 la rénovation énergétique des immeubles,
 la revitalisation des centres villes et centres bourgs,
 etc.

Complémentarité avec les autres organismes de développement du territoire


La SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT intervient dans un environnement où, en plus des acteurs
privés, d’autres acteurs publics ou parapublics sont présents. Il importe donc de ne pas créer de
concurrence qui ne pourrait être que stérile entre ces différentes entités.

Ainsi, l’activité de la SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT sera concentrée sur des opérations
d’une envergure financière et/ou d’une complexité importante, les projets de plus petite envergure
ayant vocation à être accompagnés par d’autres outils publics tels que l’Agence Technique du
Département de Saône-et-Loire ou le Service d’Appui Technique aux Communes du Grand Chalon.

Par ailleurs, l’activité de la SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT pourra être complémentaire de
celle d’autres acteurs publics ou parapublics, tels que l’OPAC de Saône-et-Loire ou la SEM Val de
Bourgogne. Ceux-ci sont en effet susceptibles d’intervenir :

 pour des clients publics non actionnaires de la SPL,


 sur les opérations d’aménagement gérées par la SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT,
en acquérant des terrains pour y construire des immeubles pour leur compte propre ou
pour le compte d’acteurs non actionnaires de la SPL (locaux d’activités économiques,
locaux associatifs, établissements hospitaliers ou médico-sociaux, etc.)

[9]
37
Calendrier de réalisation
Le calendrier prévisionnel de mise en œuvre de la SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT est le
suivant :

Mai Juin Juillet Août Sept Oct Nov Déc


Rédaction des statuts, du règlement intérieur
de contrôle analogue, du plan d'affaires

Recherche d'un dépositaire de fonds

Recherche de Commissaires Aux Comptes


(titulaire/suppléant)
Délibérations des Collectivités Locales
actionnaires

Contrôle de légalité

Dépôts des fonds de chacun des souscripteurs

Assemblée Générale Constitutive et premier


Conseil d'Administration

Formalités d'immatriculation

Signature premiers contrats

[10]
38
Les actionnaires et organes dirigeants

Les Collectivités actionnaires


La création de la SPL fait suite à une initiative du Grand Chalon, proposée aux autres Collectivités
Locales actionnaires de la SEM Val de Bourgogne et à quelques communes susceptibles de trouver un
intérêt dans la détention de part sociales d’une SPL d’aménagement et de construction.

Ainsi, les actionnaires de la SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT à sa création sont :

1° La Communauté d’Agglomération Le Grand Chalon, établissement public de coopération


intercommunal ayant son siège à Chalon-sur-Saône (71 100), 23 avenue Georges Pompidou,
identifiée au SIREN sous le numéro 247 100 589. Le Grand Chalon compte 51 communes et 117 000
habitants.

2° La Communauté Urbaine Le Creusot Montceau-les-Mines, établissement public de coopération


intercommunal ayant son siège à Le Creusot (71 200), rue du Maréchal Leclerc, identifiée au SIREN
sous le numéro 247 100 290. Elle compte 34 communes et 97 000 habitants.

3° Le Département de Saône-et-Loire, collectivité territoriale ayant son siège à Macon (71 000), rue
de Lingendes, identifié au SIREN sous le numéro 227 100 013. Il comporte 572 communes pour un
total de 555 000 habitants.

4° La Commune de Chalon-sur-Saône, collectivité territoriale ayant son siège à Chalon-sur-Saône


(71 100), 3 place de l’hôtel de ville, identifiée au SIREN sous le numéro 217 100 767. La commune
compte environ 47 000 habitants.

5° La Communauté de Communes du Grand Autunois Morvan, établissement public de coopération


intercommunal ayant son siège à Autun (71 400), 7 route du bois de sapin, identifiée au SIREN sous le
numéro 200 070 530. Le Grand Autunois Morvan compte 55 communes et environ 40 000 habitants.

6° La Commune de Givry, collectivité territoriale ayant son siège à Givry (71 640), 4 place de la poste,
identifiée au SIREN sous le numéro 217 102 219. La commune compte environ 3 900 habitants.

7° La Commune de Saint-Rémy, collectivité territoriale ayant son siège à Saint-Rémy (71 100), 1 place
Jean JAURES, identifiée au SIREN sous le numéro 217 104 751. La commune compte environ 6 700
habitants.

8° La Commune de Chatenoy-le-Royal, collectivité territoriale ayant son siège à Chatenoy-le-Royal


(71 880), 10 rue du bourg, identifiée au SIREN sous le numéro 217 101 187. La commune compte
environ 6 200 habitants.

Les organes dirigeants de l’entreprise


La SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT est une société anonyme à Conseil d’Administration. Le
Conseil d’Administration est composé de 18 représentants des Collectivités Locales actionnaires,
chaque actionnaire disposant d’un nombre de postes d’administrateurs proportionnel à sa
participation au capital social de l’entreprise.

[11]
39
Il est envisagé que les fonctions de Président du Conseil d’Administration et de Directeur Général
soient unifiées (décision relevant du Conseil d’Administration). Le Président Directeur Général
disposera des pouvoirs les plus étendus pour la gestion de la société. Il doit cependant obtenir
l’accord du Conseil d’Administration pour la conclusion d’opérations engageant les fonds propres de
la société (concessions d’aménagement).

La société dispose d’une Commission d’achats et d’un règlement des achats approuvés par le Conseil
d’Administration.

Le « contrôle analogue »
Pour que la SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT soit éligible au dispositif « in house », il importe
que les Collectivités Locales actionnaires exercent sur la société un contrôle analogue à celui que les
Elus exercent sur leurs propres services.

La société met donc en œuvre un règlement intérieur précisant les modalités pratiques de
gouvernance de l’entreprise dans le cadre de ce contrôle analogue, exécuté conjointement entre les
Collectivités actionnaires.

L’effectif et l’organigramme fonctionnel


L’effectif sera amené à évoluer en lien avec la montée en charge de la société. Au démarrage de
l’activité, 3 contrats de travail à temps partiel seront signés avec des salariés partagés avec la SEM
Val de Bourgogne. Les fonctions support seront réalisées au moyen de contrats de prestations de
services.

Sous réserve des décisions prises par le Conseil d’Administration, l’organigramme fonctionnel
pourrait être ainsi présenté :

Moyens internes Moyens externes (contrats de


prestations de services)

Président Directeur Général

Assistance à la direction
Directeur
Expert-Comptable

Président Directeur
Responsables Général
d’opérations Assistance administrative

[12]
40
Projection financière

Investissements nécessaires
L’engagement de l’activité de la SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT ne nécessite pas
d’investissement matériel, puisqu’elle utilisera, au moyen d’un contrat de location, les locaux et
matériels bureautiques de la SEM Val de Bourgogne.

Chiffre d’affaires prévisible à court terme


La SPL SUD BOURGOGNE AMENAGEMENT est constituée en vue de l’engagement immédiat ou à
court terme des opérations suivantes :

- Mandat d’études et de travaux avec le Grand Chalon pour la phase II de l’aménagement de la


réserve foncière du parc d’activités économiques SAONEOR (engagement des prestations dès
la constitution de la société).
- Assistance à maîtrise d’ouvrage (ou mandat) pour la réalisation d’un parking et d’un
aménagement paysager à Saint-Rémy, site Freyssinet (engagement des prestations dès la
constitution de la société).
- Concession d’aménagement d’un second lotissement d’habitation à Chalon-sur-Saône,
secteur du Chemin de la Coudre (engagement non encore défini, fonction du rythme de
commercialisation de l’opération précédente actuellement en cours).
- Etude de la requalification du site « Mardor » à Couches, pour le compte du Grand Autunois
Morvan (engagement non encore défini).
Ainsi, pour l’exercice initial allant de la constitution de la société à la fin de l’année 2019, nous
considérons les hypothèses suivantes :

[13]
41
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION AUX RESSOURCES


DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES

N° de l'ordre du jour : 3
Rapporteur : Monsieur le Président

Ressources humaines - Comité Technique et CHSCT


communs du Grand Chalon, de la Ville de Chalon-sur-
Saône et de son CCAS - Représentants du personnel

EXPOSE

Rappel du contexte :

L’article 32 de la loi n°84-53 du 26 janvier 1984 modifiée, prévoit qu’un Comité Technique (CT)
est créé dans chaque collectivité ou établissement employant au moins cinquante agents.
Il est rappelé que la Ville de Chalon-sur-Saône et son CCAS ainsi que le Grand Chalon, disposent
d’une organisation mutualisée. A, ce titre, conformément aux articles L5211-4-2 et L5111-1-1 du
Code Général des Collectivités Territoriales, la collectivité, l’établissement et l’EPCI disposent de
services communs. C’est pourquoi, par délibérations concordantes la Ville de Chalon-sur-Saône, et
le Grand Chalon, ont décidé en 2013 de mettre en place un CT commun ainsi qu’un Comité
d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) commun.
Description du dispositif proposé :

I. Nombre de représentants au Comité Technique commun


Dans le cadre de la préparation des futures élections professionnelles du 6 décembre 2018,
conformément au titre II de l’article 1er du décret n°85-565 du 30 mai 1985 relatif aux comités
techniques des collectivités territoriales et de leurs établissements publics, modifié par le décret
n°2018-55 du 31 janvier 2018, les organes délibérants des trois structures fixent le nombre de
représentants du personnel dans la fourchette prévue à l’article 1er dudit décret.
Considérant les effectifs à prendre en compte, selon les conditions fixées par décret, de 1 679 agents
répartis de la sorte :
è Ville de Chalon-sur-Saône et CCAS : 961 agents,
è Grand Chalon : 718 agents.
Il est établi que les collectivités peuvent fixer un nombre de représentants compris entre cinq et huit
titulaires.

42
ðLe collège des représentants du personnel :
Après consultation des organisations syndicales, il est proposé d’appliquer le seuil haut du décret
précité en fixant le nombre de représentants du personnel au CT commun à huit titulaires et huit
suppléants qui seront élus par le collège électoral composé des agents reconnus électeurs.
Au 1er janvier 2018, l’effectif global des agents concernés par le CT commun s’élève à 1 679 agents
dont 970 femmes représentant 58 % de l’effectif et 709 hommes représentant 42 % de l’effectif.

Cette représentation femmes/hommes est communiquée aux organisations syndicales afin qu’elles
puissent satisfaire à l’article 9 bis de la loi modifiée 83-634 du 13 juillet 1983, portant droits et
obligations des fonctionnaires qui prévoit pour favoriser l’égal accès des femmes et des hommes
aux responsabilités professionnelles et sociales, l’obligation pour les listes de candidats aux
élections professionnelles du mois de décembre 2018, d’être composées d’un nombre de femmes et
d’hommes correspondant à la part de femmes et d’hommes représentés au sein du CT commun.
Cette communication sera réalisée, suite à la prise d’arrêtés correspondants, dans les meilleurs
délais aux organisations syndicales.

ðLa répartition des sièges :

La répartition des sièges entre la collectivité et l’établissement public s’établit à raison de :


- quatre sièges pour la Ville de Chalon-sur-Saône et le CCAS,
- quatre sièges pour le Grand Chalon,

Le mandat des représentants du personnel est de quatre ans.

ðLe collège des représentants de l’administration :

Le président du comité technique est désigné parmi les membres de l'organe délibérant de la
collectivité ou de l'établissement.

Le ou les membres des comités représentant la collectivité ou l'établissement sont désignés par
l'autorité investie du pouvoir de nomination parmi les membres de l'organe délibérant ou parmi les
agents de la collectivité ou de l'établissement public.

Les membres des comités techniques représentant la collectivité ou l’établissement public forment
avec le président du comité, le collège des représentants de la collectivité et des établissements
publics.

Le nombre de membres de ce collège ne peut être supérieur au nombre de représentants du


personnel.

La durée des mandats des représentants des collectivités territoriales et de leurs établissements
expire en même temps que leur mandat ou fonction à la date du renouvellement total ou partiel de
l’organe délibérant.

Afin de maintenir un dialogue social actif au sein des entités et après la consultation des
organisations syndicales, il est proposé de maintenir le paritarisme en fixant un nombre de
représentants des trois structures égal à celui des représentants du personnel pour le CT commun,
soit huit titulaires et huit suppléants.

43
Conformément au titre II de l’article 26 du décret 85-565 du 30 mai 1985 modifié, et après
consultation des organisations syndicales, il est acté le principe du recueil par le CT commun de
l’avis des représentants de la Ville de Chalon-sur-Saône et son CCAS ainsi que du Grand Chalon.

II. Nombre de représentants au Comité Hygiène Sécurité et Conditions de Travail commun

Préalablement, il est rappelé que le périmètre d’intervention du CHSCT commun est identique à
celui du CT commun.

Considérant les effectifs à prendre en compte, selon les conditions fixées par décret, de 1 679 agents
répartis de la sorte :
è Ville de Chalon-sur-Saône et CCAS : 961 agents,
è Grand Chalon : 718 agents.
Il est établi que les collectivités peuvent fixer un nombre de représentants compris entre trois et dix
titulaires.
ðLe collège des représentants du personnel :

Après consultation des organisations syndicales, il est proposé d’appliquer le seuil haut du décret
précité en fixant le nombre de représentants du personnel au CHSCT commun à dix titulaires et dix
suppléants qui seront élus par le collège électoral composé des agents reconnus électeurs.

Ceci en sachant que la désignation des représentants du personnel se fait sur la base des résultats
aux élections des représentants du personnel du CT commun.

Il est rappelé que l’appréciation de la représentativité des organisations syndicales aptes à désigner
des représentants au CHSCT s’effectue proportionnellement au nombre de voix obtenues lors de
l’élection des représentants du personnel au CT commun. Toutefois, il conviendra d’établir le calcul
sur la base de dix et non de huit.

Les organisations syndicales désignent librement les représentants du personnel au CHSCT sous
réserve qu’ils remplissent les conditions d’éligibilité au CT étant néanmoins précisé que la
répartition femmes/hommes n’est pas applicable à la désignation des membres du collège des
représentants du personnel du CHSCT.

ðLa répartition des sièges :

La répartition des sièges entre la collectivité et l’établissement public s’établit à raison de :


- cinq sièges pour la Ville de Chalon-sur-Saône et le CCAS,
- cinq sièges pour le Grand Chalon,

Le mandat des représentants du personnel est de quatre ans.

ðLe collège des représentants de l’administration :

Le président du CHSCT est désigné parmi les membres de l'organe délibérant de la collectivité ou
de l'établissement.

Le ou les membres des comités représentant la collectivité ou l'établissement sont désignés par
l'autorité investie du pouvoir de nomination parmi les membres de l'organe délibérant ou parmi les
agents de la collectivité ou de l'établissement public.

44
Les membres des comités techniques représentant la collectivité ou l’établissement public forment
avec le président du comité, le collège des représentants de la collectivité et des établissements
publics.

Après consultation des organisations syndicales, le principe de paritarisme est également appliqué.
Par conséquent le nombre de représentant des trois structures s’élève à dix représentants. Les
représentants de la collectivité et des établissements peuvent se suppléer. La durée de leur mandat
est identique à celle des représentants de l’administration du CT commun.

DECISION

Cadre juridique :

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu la loi n°86-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations statutaires relatives à la
Fonction Publique Territoriale, et, notamment son article 3,

Vu le décret n°85-565 du 30 mai 1985 modifié, relatif aux comités techniques des collectivités
territoriales et de leurs établissements publics,

Vu le décret n°85-603 du 10 juin 1985 relatif à l’hygiène et à la sécurité au travail ainsi qu’à la
médecine professionnelle et préventive dans la Fonction Publique Territoriale,

Vu le décret n°2018-55 du 31 janvier 2018,

Vu l’avis favorable du Comité Technique du 2 mai 2018,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 De fixer à huit titulaires et huit suppléants le nombre de représentants du personnel au CT


commun de la Ville et du CCAS de Chalon-sur-Saône ainsi que du Grand Chalon, et
d’approuver la répartition des sièges : quatre pour la Ville et son CCAS et quatre pour le
Grand Chalon ;

 De fixer à dix titulaires et dix suppléants le nombre de représentants du personnel au


CHSCT commun de la Ville de Chalon-sur-Saône et son CCAS ainsi que du Grand Chalon
et d’approuver la répartition des sièges : cinq pour la Ville et son CCAS et cinq pour le
Grand Chalon ;

 De maintenir un paritarisme numérique pour le CT commun en fixant un nombre de


représentants de la Ville de Chalon-sur-Saône de son CCAS et du Grand Chalon (collège
employeur) égal à celui des représentants du personnel pour le CT commun étant précisé
que la répartition des sièges s’établit ainsi : quatre pour la Ville et le CCAS et quatre pour le
Grand Chalon ;

45
 De maintenir un paritarisme numérique pour le CHSCT en fixant un nombre de
représentants de la Ville de Chalon-sur-Saône de son CCAS et du Grand Chalon (collège
employeur) égal à celui des représentants du personnel pour le CHSCT commun étant
précisé que la répartition des sièges s’établit ainsi : cinq pour la Ville et le CCAS et cinq
pour le Grand Chalon.

46
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION À L'ATTRACTIVITE DU TERRITOIRE

N° de l'ordre du jour : 4
Rapporteur : Monsieur Gilles PLATRET

Association des Climats du Vignoble de Bourgogne -


Patrimoine mondial - Adhésion du Grand Chalon

EXPOSE

Rappel du contexte :

Dans le cadre de sa politique touristique, le Grand Chalon souhaite valoriser les territoires viticoles
et les paysages de la Côte Chalonnaise.

A ce titre, trois communes (Cheilly-les-Maranges, Sampigny-les-Maranges, Remigny) ont bénéficié


du classement par l’UNESCO des « climats de Bourgogne ».

L’Association des Climats du Vignoble de Bourgogne – Patrimoine mondial – a été créée en 2007 et
a obtenu ce classement le 4 juillet 2015. L’objectif initial étant atteint, l’action de l’association a
évolué vers l’animation et la coordination du périmètre inscrit.

Description du dispositif proposé :

Compte-tenu de l’importance d’un classement UNESCO pour le territoire du Grand Chalon et du


rôle de l’association à ce titre, il apparaît opportun pour le Grand Chalon d’adhérer à l’Association
des Climats du Vignoble de Bourgogne – Patrimoine Mondial.

L’adhésion est statutaire et comportera une participation de 5 000 € pour l’année 2018.

Il convient de désigner un représentant titulaire et son suppléant pour siéger aux assemblées
générales de l’association.

Conformément à l’article L.2121-21 du Code Général des Collectivités Territoriales, il convient de


procéder au vote à scrutin secret, à la majorité absolue, mais le Conseil communautaire peut
décider, à l’unanimité, de ne pas procéder au scrutin secret.

47
DECISION

Cadre juridique :

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, et notamment l’article L5216-5 et le renvoi de


l’article L.5211-1 aux articles L2121-21 et L.2121-33 du même code,

Vu les statuts du Grand Chalon,

Vu les statuts de l’Association des Climats du Vignoble de Bourgogne – Patrimoine mondial, joints
en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver l’adhésion du Grand Chalon à l’Association des Climats du Vignoble de


Bourgogne – Patrimoine mondial ;

 De décider à l'unanimité de ne pas procéder au scrutin secret pour désigner un représentant du


Conseil communautaire ;

 De désigner un représentant titulaire et un représentant suppléant, pour siéger aux assemblées


générales de l'Association ;

 D’approuver le versement de la somme de 5 000 € à l’Association des Climats du Vignoble de


Bourgogne – Patrimoine mondial, au titre de la participation annuelle 2018.

48











49
-

-
-

-
-
-

50




51







52
53
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION À L'ACTION SOLIDAIRE


DIRECTION DES SOLIDARITÉS ET DE LA SANTÉ

N° de l'ordre du jour : 5
Rapporteur : Madame Annie LOMBARD

Maison des Adolescents - Convention d'adhésion du Grand


Chalon au Groupement de Coopération Sociale et Médico-
Sociale "Adobase 71"

EXPOSE

Rappel du contexte :

Définie par la charte nationale des adolescents du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé et
préconisée par la Conférence de la famille de 2004, dans le cadre d’une politique de prévention
relative aux comportements et conduites à risques des adolescents, la Maison des Adolescents est un
dispositif porté au niveau du Département, par un Groupement de Coopération Sociale et Médico-
Sociale (GCSMS) « Adobase 71 ».

Le Département de Saône-et-Loire est l’un des membres fondateurs du GCSMS, les autres membres
étant :
- L’association Sauvegarde 71 ;
- L’association PRADO Bourgogne ;
- L’association départementale des Pupilles de l’Enseignement Public de Saône-et-Loire (PEP
71) ;
- Le Centre Hospitalier Spécialisé de Sevrey ;
- L’Institut Départemental de l’Enfance et de la Famille (IDEF)

Description du dispositif proposé :

Suite à l’appel à projet lancé conjointement par le Département et les services de l’Etat, la Maison
des Adolescents (MDA) est mise en place depuis octobre 2011 sur deux sites, Mâcon et Chalon-sur-
Saône. Sur le territoire chalonnais, la MDA est installée aux 28/30 rue du Pont de Fer, dans les
locaux mis à disposition à titre gratuit par la Ville de Chalon-sur-Saône.
Le Conseil communautaire, dans sa séance du 21 mars 2013 a approuvé un soutien à la Maison des
Adolescents par le versement d’une subvention d’équipement de 40 000 € pour la réalisation des
travaux d’aménagement des locaux.

54
Animée par une équipe pluridisciplinaire (infirmier, travailleur social, pédopsychiatre, pédiatre,
psychologue, coordinatrice et assistante administrative), la MDA accueille, écoute et informe
gratuitement les adolescents, de 11 à 25 ans, leurs familles ainsi que les professionnels, dans
l’objectif d’apporter des solutions à leurs problématiques spécifiques. Elle développe un plan
d’actions, de formation et de prévention en direction des adolescents, de leurs familles et des
partenaires.

La Maison des Adolescents contribue par son action à apporter des réponses liées aux besoins des
adolescents, notamment en ce qui concerne leur santé et leur bien être, en articulation et en
complémentarité avec les dispositifs existants sur le territoire.

Ce dispositif est intégré au Contrat Local de Santé (CLS) du Grand Chalon depuis 2015, avec une
implication forte dans les travaux du Conseil Local en Santé Mentale (CLSM).

Le Grand Chalon, porteur du Contrat Local de Santé a soutenu financièrement l’installation de


l’antenne de la Maison des Adolescents sur le territoire et collabore régulièrement avec cette
structure dans le cadre d’actions diverses d’information et de prévention.

Afin de renforcer le partenariat, de valoriser son soutien financier initial et d’assurer une meilleure
lisibilité des politiques de santé sur le territoire, il est proposé que le Grand Chalon adhère au
Groupement « Adobase 71 ».

Il est précisé que cette adhésion n’engage pas le Grand Chalon à participer financièrement au
fonctionnement de la Maison des Adolescents, ce dernier étant assuré par l’Agence Régionale de
Santé et le Département de Saône-et-Loire.

Ainsi, la participation du Grand Chalon aux objectifs et aux missions portées par le Groupement se
traduit par :
- La participation à l’élaboration des actions d’information et de prévention proposées sur son
territoire ;
- L’apport d’un soutien opérationnel et logistique aux actions retenues ensemble.

Il est nécessaire de désigner les deux représentants du Grand Chalon qui participeront aux instances
du Groupement.

Pour la désignation des représentants au sein du groupement, conformément à l’article L2121-21 du


CGCT, il convient de procéder au vote à scrutin secret à la majorité absolue, mais le Conseil peut
décider à l’unanimité de ne pas procéder au scrutin secret.

Cette adhésion est formalisée par un avenant d’adhésion à la convention constitutive du


Groupement dont le projet est joint en annexe.

DECISION

Cadre juridique :

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales et notamment les articles L.5216-5 II, L2121-21
et L2121-33,

Vu le Code de l’Action Sociale et des Familles et notamment l’article L.312-7,

55
Vu la délibération du Conseil communautaire en date du 21 mars 2013 portant attribution au
Groupement de Coopération Sociale Médico-Sociale (GCSMS) dénommé « Adobase 71 » d’une
subvention d’équipement pour faciliter l’installation de la Maison des Adolescents,

Vu la convention constitutive du Groupement de Coopération Sociale Médico-Sociale (GCSMS)


dénommé « Adobase 71 » adoptée par l’assemblée générale constitutive en date du 20 juin 2011,
approuvée par l’arrêté préfectoral en date du 6 septembre 2011 portant approbation de la convention
constitutive du GCSMS,

Vu le renouvellement du GCSMS adopté à l’assemblée générale du Groupement en date du 25 avril


2016 pour une durée de cinq ans,

Vu la nouvelle convention constitutive adoptée le 28 juin 2017,

Vu la décision de l’assemblée générale du GCSMS portant admission du nouveau membre,

Vu les statuts de la Communauté d’Agglomération,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver l’avenant d’adhésion à la convention constitutive du Groupement de


Coopération Sociale et Médico-Sociale « Adobase 71 » ci-annexé;
 D’autoriser Monsieur le Président, ou son représentant, à signer l’avenant d’adhésion à la
convention avec les membres fondateurs du GCSMS ;
 De désigner les deux représentants du Grand Chalon participant aux instances du
groupement ;
 De décider, à l’unanimité, de ne pas recourir au vote à scrutin secret pour désigner les
représentants.

56
RESEAU DES ADOLESCENTS ET MAISON DES ADOLESCENTS
DE SAONE-ET-LOIRE

CONVENTION CONSTITUTIVE
DU GROUPEMENT DE COOPERATION SOCIALE ET MEDICO-SOCIALE

Préambule
Suite au constat de mal être et de souffrance de certains adolescents et à l’inadéquation des
structures existantes pour la prise en charge de façon spécifique de ces jeunes en difficulté, la
« Conférence de la Famille » de juin 2004 a préconisé la mise en œuvre au plan national d’une
politique de prévention, relative aux comportements et conduites à risques des adolescents.
Issu directement de cette conférence, un projet de création d’une « Maison des Adolescents » a été
envisagé dès 2006 par plusieurs acteurs du département de Saône-et-Loire, conjointement à
l’élaboration du Schéma Départemental de l’Enfance et des Familles 2007-2012 et du Schéma
Régional d’Organisation Sanitaire 2006-2011.
Un appel à projets lancé par le Département et l’Etat a permis la concrétisation d’un projet porté par
trois associations et un établissement public (associations le Prado de Saône-et-Loire, Sauvegarde 71
et Pupilles de l’Enseignement Public de Saône-et-Loire, ainsi que l’Institut Départemental de l’Enfance
et de la Famille de Saône-et-Loire).
Des exigences éthiques et techniques préalables ont rapproché les acteurs de ce projet : l’approche
généraliste, l’importance de la prise en compte des problématiques des adolescents dans leur
ensemble, le souci de rendre les adolescents acteurs de leur parcours, tout en considérant le rôle
essentiel de leurs familles, la volonté d’inscrire une action préventive dans un dispositif territorialement
implanté en zones urbaines, mais en capacité à « aller vers » les adolescents qui peuvent se trouver
isolés en zones rurales.

Implantée sur deux premiers sites, à Mâcon et Chalon-sur-Saône, la Maison des Adolescents est
constituée d’une équipe pluridisciplinaire et fait appel à l’ensemble des adhérents de son réseau pour
fonctionner.

Lors du démarrage effectif du dispositif, le choix d’un groupement de coopération sociale et médico-
sociale a été opéré pour porter juridiquement le Réseau partenarial des Adolescents et la Maison des
Adolescents.

Ainsi, le GCSMS « Adobase 71 » a été créé par Convention constitutive du 20 juin 2011 entre le
Département de Saône-et-Loire, le Centre hospitalier spécialisé de Sevrey, l’association des Pupilles
de l’enseignement public de Saône-et-Loire (Pep71), l’association du Prado de Saône-et-Loire,
(devenue aujourd’hui le Prado Bourgogne), l’association Sauvegarde de Saône-et-Loire et l’Institut
départemental de l’enfance et de la famille, ci-après dénommés les membres fondateurs du
Groupement.

Le groupement Adobase 71 constitué pour une durée initiale de cinq ans a été prolongé le 25 avril
2016 par voie d’avenant, approuvé par arrêté du Préfet en date du 5 septembre 2016, pour cinq
années supplémentaires.

Au cours des 5 premières années d’existence de la Maison des Adolescents, des résultats significatifs
ont pu être observés en termes de prévention des conduites à risque chez les adolescents et de lutte
contre le mal-être et la souffrance psychique de certains jeunes. Afin d’accompagner la montée en
charge du dispositif, et dans un souci permanent d’efficacité et de transparence, plusieurs avenants
ont été pris pour faire évoluer le dispositif dans ses statuts et son fonctionnement. :
- le 17 décembre 2013 pour opérer un changement de statut du GCSMS de droit public à droit
privé doté d’un budget propre et constituant un Bureau exécutif
- le 7 septembre 2016 pour permettre au groupement de devenir employeur

Par ailleurs, le contexte des politiques publiques de prévention a évolué depuis la création de la
Maison des adolescents. Son action s’inscrit notamment :

1/15
57
- Au niveau départemental dans le cadre du Schéma départemental de l’enfance et des familles
2014 – 2018, comme un outil pour coordonner l’offre préventive en réponse aux nouveaux
risques auxquels sont confrontés les jeunes.

- Au niveau régional dans le cadre du Programme régional de Santé.

- Au niveau national, dans les orientations de la loi du 14 mars 2016 relative à la protection de
l’enfant dont une partie des dispositions visent à renforcer la prévention et la coordination des
acteurs chargés de sa mise en œuvre.

Pour une meilleure lisibilité, l’Assemblée générale du Groupement, réunie le 28 juin 2017, a choisi non
pas d’adopter un quatrième avenant à la convention constitutive adoptée en 2011 mais d’adopter une
nouvelle convention constitutive intégrant les dispositions prises par les trois avenants précités et
actualisant les statuts du Groupement.

Ainsi, la présente Convention définit les statuts actualisés du Groupement « Adobase 71 ».

Visas
Vu le code de l’action sociale et des familles et notamment les articles L. 312-7 et R. 312-194-1 et
suivants ;

Vu le Schéma départemental de l’Enfance et des familles 2014-2018,

Vu le Programme régional de santé de l’Agence régionale de Santé Bourgogne Franche-Comté et


plus précisément le Parcours santé des adolescents et jeunes adultes,

Vu la Circulaire du Premier ministre en date du 28 novembre 2016 portant actualisation du cahier des
charges des maisons des adolescents,

Vu la Convention constitutive du GCSMS « Adobase 71 », dument approuvée et signée le 20 juin


2011 par ses 6 membres fondateurs que sont le Département de Saône-et-Loire, le Centre hospitalier
de Sevrey, l’association Prado Bourgogne, l’association les PEP71, l’association la Sauvegarde 71 et
l’Institut départemental de l’enfance et de la famille, approuvée par arrêté du Préfet publié le 6
septembre 2011,

Vu l’Avenant du 17 décembre 2013, approuvé par arrêté du Préfet publié le 17 décembre 2013,

Vu l'Avenant du 25 Avril 2016, approuvé par arrêté du Préfet le 05 Septembre 2016,

Vu l’Avenant du 7 septembre 2016, approuvé par arrêté du Préfet en date du 28 décembre 2016.

Vu les délibérations et avis favorables,

- de l’Assemblée départementale, réunie en date du


- du Conseil de surveillance Centre Hospitalier Spécialisé de Sevrey, réuni en date du
- du Conseil d’administration de l’association Prado Bourgogne, réuni en date du
- du Conseil d’administration de l’association des Pupilles de l’Enseignement Public de
Saône-et-Loire, réuni en date du
- du Conseil d’administration de l’association Sauvegarde 71, réuni en date du
- du Conseil d’administration de l’Institut Départemental de l’Enfance et de la Famille de
Saône-et-Loire, réuni en date du

2/15
58
Les soussignés,

Le Département de Saône-et-Loire, représenté par son Président,

Le Centre Hospitalier Spécialisé de Sevrey, représenté par son Directeur,

L’association Prado Bourgogne, représentée par son Président,

L’association des Pupilles de l’Enseignement Public de Saône-et-Loire (PEP71),


représentée par son Président,

L’association Sauvegarde 71, représentée par son Président,

L’Institut Départemental de l’Enfance et de la Famille de Saône-et-Loire, représenté par


sa Présidente

Ont convenu les stipulations qui suivent :

TTIITTR
REE II C
COON
NSSTTIITTU
UTTIIO
ONN

Article 1 – OBJET DE LA CONVENTION

Il est constitué entre les membres ci-dessus désignés et énumérés à l’article 8 un Groupement de
coopération sociale et médico-sociale régi par les articles L. 312-7 et R 312-194-1 et suivants du code
de l’action sociale et des familles et par la présente convention entre les soussignés.

Article 2- PERSONNALITE MORALE DU GROUPEMENT

Le Groupement de coopération sociale et médico-sociale est une personne morale de droit privé.
Le Groupement jouit de la personnalité morale depuis la date de publication de l’acte d’approbation de
sa convention constitutive.

Article 3 - DENOMINATION

La dénomination du Groupement est "Adobase71". Dans tous les actes et documents émanant du
Groupement et destinés aux tiers, figure la dénomination suivie de la mention : « Groupement de
Coopération Sociale et Médico-Sociale ».
Dans la présente convention, il sera dénommé « Le Groupement ».

Article 4 - OBJET DU GROUPEMENT

Le Groupement a pour objet de porter le Réseau des Adolescents de Saône-et-Loire et la Maison des
Adolescents dont les missions principales s’articulent autour de 3 axes :
 L’accueil, l’écoute, l’accompagnement et l’orientation des jeunes et de leurs familles par une
équipe pluridisciplinaire
 La mise en place d’actions d’information et de prévention en direction des adolescents, de
leurs familles et des partenaires ;
 Le développement d’un pôle ressources à l’intention des adolescents, de leurs familles et plus
largement pour l’ensemble des acteurs et professionnels intervenant auprès d’adolescents.

3/15
59
Les objectifs visés, confirmés par le Cahier des charges national sont les suivants :
 Apporter des réponses pertinentes et adaptées aux besoins des adolescents, notamment en
ce qui concerne leur santé et leur bien être, en articulation et en complémentarité avec les
dispositifs existants sur le territoire.
 Offrir un accueil généraliste en continu et ouvert à tous les jeunes par des professionnels
des domaines sanitaire, médico social, social, éducatif ou judiciaire intervenant dans le
champ de l’adolescence.
 Offrir une prise en charge multidisciplinaire généralement de courte durée.
 Fournir aux adolescents un soutien, un accompagnement et les informations nécessaires
au développement de leurs parcours de vie.
 Développer la prévention et promouvoir des modes de vie impactant favorablement la santé
et le bien être.
 Contribuer au repérage des situations à risques (violences, usage de substances psycho
actives et pratiques addictives, comportements sexuels à risques…) et à la prévention de la
dégradation de situations individuelles (échec scolaire, déscolarisation, radicalisation…)
 Garantir la continuité et la cohérence des prises en charge et des accompagnements, en
contribuant à la coordination des parcours de santé.
 Favoriser l’élaboration d’une culture commune de l’adolescence, le décloisonnement des
différents secteurs d’intervention et les pratiques coordonnées sur un territoire
 Contribuer au renforcement d’une médecine de l’adolescence

Le Groupement poursuit un but non lucratif.

Article 5 - SIEGE

Le Groupement siège en son site de MACON de la Maison des Adolescents dont l’adresse est :
22 rue de l’Héritan 71000 MACON.
Le siège pourra être transféré en tout autre lieu du département de Saône-et-Loire par décision de
l’Assemblée générale.

Article 6 - DUREE

Le Groupement a été constitué pour une durée de 5 ans à compter de la date de la publication de
l’acte d’approbation de sa convention constitutive, puis renouvelé pour 5 années supplémentaires
dans les mêmes conditions, par avenant du 25 avril 2016, approuvé par arrêté préfectoral en date du
5 septembre 2016.

Article 7 - CAPITAL

Le Groupement est constitué sans capital.

L’évaluation des contributions en nature est faite sur la base de leur coût réel. Les locaux et matériels
mis à disposition du Groupement par un membre restent la propriété de celui-ci et les conventions
relatives à leur mise à disposition figurent en annexe de la présente convention.

4/15
60
TTIITTR
REE IIII M
MEEM
MBBR
REES
S

Article 8 – MEMBRES DU GROUPEMENT

8-1 - MEMBRES FONDATEURS

LE GROUPEMENT EST CONSTITUE DE 6 MEMBRES FONDATEURS.

- Le Département de SAONE-ET-LOIRE ;

- Le Centre Hospitalier Spécialisé de SEVREY ;

- L’association Prado BOURGOGNE ;

- L’association des Pupilles de l’Enseignement Public de SAONE-ET-LOIRE ;

- L’association Sauvegarde 71 ;

- L’Institut Départemental de l’Enfance et de la Famille de SAONE-ET-LOIRE ;

8-2 – AUTRES MEMBRES

Le Groupement a vocation à accueillir de nouveaux membres pour assurer le déploiement des


missions de la Maison des Adolescents sur le territoire départemental.

Article 9 - ADMISSION D’UN NOUVEAU MEMBRE

Compte tenu de son objet, le Groupement peut admettre comme nouveaux membres :

- des personnes morales de droit public ou de droit privé ;


- des personnes physiques ;
- des professionnels du secteur social, médico-social et sanitaire dont l’activité principale est
tournée vers l’accompagnement des adolescents dans tous ses aspects ;
- plus largement tous les établissements et services mentionnés à l’article L 312-1 code de
l’action sociale et des familles.

L’admission respecte les modalités suivantes :

 La candidature fait l’objet d’un examen de recevabilité par l’Administrateur qui la reçoit.
 La candidature est ensuite soumise à l’Assemblée générale qui délibère sur l’admission du
nouveau membre.
 La décision d’admission est prise à l’unanimité des membres présents ou représentés.
 L’adhésion d’un nouveau membre donne lieu à un avenant à la convention constitutive.

L’avenant soumis à l’approbation du préfet précise :

 L’identité et la qualité du nouveau membre.


 La date d’effet de l’adhésion.
 La nouvelle répartition des droits et obligations au sein du Groupement.
 Le cas échéant, les autres modifications de la convention constitutive liées à cette adhésion.

L’avenant à la présente convention, une fois approuvé, fait l’objet d’une publication dans les
conditions prévues par les textes en vigueur.

5/15
61
Tout nouveau membre est réputé adhérer aux dispositions de la présente convention et de ses
annexes, ainsi qu’à toutes les décisions déjà prises par les instances du Groupement et qui
s’appliqueraient aux membres de celui-ci.

L’admission d’un nouveau membre en cours d’année ne lui confère les droits statutaires prévus à
l’article 13 qu’à la date de la publication de l’avenant.

Le nouveau membre est tenu des dettes antérieurement contractées par le Groupement en proportion
de ses droits.

Article 10 - RETRAIT D’UN MEMBRE

En cours d'exécution de la convention, tout membre peut se retirer du Groupement à l'expiration d'un
exercice budgétaire, sous réserve qu'il ait notifié au Groupement son intention par lettre
recommandée avec accusé de réception au moins six mois avant la fin de l'exercice et que les
modalités de ce retrait soient conformes aux stipulations de la convention constitutive.

A réception de la notification, l’Administrateur engage, sans délai, une procédure de conciliation. La


conciliation doit alors intervenir dans un délai maximum de 2 mois. L’Administrateur dispose alors d’un
délai de 1 mois pour communiquer à celui qui se retire son avis ou sa proposition par courrier
recommandé avec accusé de réception.

A réception de l’avis ou de la proposition de l’Administrateur, celui qui se retire dispose de 15 jours


pour infirmer ou confirmer son retrait par courrier recommandé avec demande d’avis de réception.
L’absence de courrier dans le délai de 15 jours vaut confirmation du retrait.

En cas de maintien de la demande de retrait, l’Administrateur en avise aussitôt chaque membre ainsi
que le préfet de département du siège du Groupement et convoque une Assemblée générale qui doit
se tenir 60 jours au plus tard après la réception de la confirmation de retrait.

Le retrait deviendra effectif à l’expiration de l’exercice budgétaire en cours.

Lorsque le Groupement ne comporte plus que deux membres, la notification de retrait d’un des deux
membres restant entraîne de plein droit la dissolution du Groupement qui devra être constaté par
l’Assemblée générale.

Article 11 - EXCLUSION D’UN MEMBRE

Lorsque le Groupement comporte trois membres ou plus, l’exclusion d’un membre peut être
prononcée en cas de non-respect grave ou répété de ses obligations résultant des dispositions
législatives et réglementaires relatives aux groupements de coopération sociale et médico-sociale, à
la présente convention, au règlement intérieur, aux délibérations de l’Assemblée générale. Cette
exclusion intervient après absence de régularisation dans le mois suivant la mise en demeure,
adressée par l’Administrateur.

Une mesure d’exclusion peut être également prononcée en cas d’ouverture d’une procédure de
sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaire.

Le membre défaillant peut mettre en œuvre la procédure de conciliation prévue à l’article 21 des
présents statuts dans le mois qui suit la mise en demeure.
A défaut de régularisation ou si la conciliation n’aboutit pas, l’exclusion est décidée par l’Assemblée
générale saisie par l’Administrateur.

Le membre défaillant est obligatoirement entendu par l’Assemblée générale, convoquée au minimum
15 jours à l’avance mais il ne prend pas part au vote et ses voix ne sont pas décomptées pour les
règles de quorum et de majorité. La mesure d’exclusion doit être adoptée par un nombre de membres
représentants au moins la moitié des droits des membres du Groupement présents ou représentés

L’exclusion devient effective à la publication par le Préfet, de l’avenant.

6/15
62
Article 12 - Dispositions communes au retrait ou à l’exclusion

L’Assemblée générale constate par délibération le retrait ou l’exclusion du membre, détermine les
conditions dans lesquelles l’activité menée en commun pour le compte des membres peut être
continuée, et dans lesquelles les équipements communs peuvent être utilisés par les membres
restants, arrête la date effective du retrait ou de l’exclusion et procède à l’arrêté contradictoire des
comptes.

Le membre qui se retire ou le membre exclu reste tenu à due proportion des dettes échues ou à
échoir à la date effective de son retrait ou de son exclusion et constatées en comptabilité.

La répartition des droits statutaires telle que définie à l’article 13 donne lieu à régularisation qui est
effective à compter du retrait ou de l’exclusion ; jusqu’à cette date, les voix de l’exclu ne sont pas
décomptées pour l’application des règles de quorum et de majorité.

Le retrait et l’exclusion donnent lieu à un avenant à la convention constitutive.

L’avenant précise :
 L’identité et la qualité du membre qui se retire ou du membre exclu,
 La date de la délibération,
 La nouvelle répartition des droits au sein du Groupement,
 Le cas échéant les autres modifications de la convention constitutive liées à ces modifications.

L’avenant est soumis à l’approbation du préfet de département du siège du Groupement et fait l’objet
d’une publication dans les conditions prévues par les textes en vigueur.

7/15
63
TTIITTR
REE IIIIII D
DRRO
OIITTS
SEETT O
OBBLLIIG
GAATTIIO
ONNS
SDDE
ESSM
MEEM
MBBR
REES
S
Les membres du Groupement ont les droits et obligations qui résultent des dispositions légales ou
réglementaires, de la présente convention constitutive et de son règlement intérieur.

Article 13 - DROITS SOCIAUX

Les droits de vote des membres du Groupement à l’Assemblée générale sont établis ainsi que suit :

- les personnes morales disposent de 2 voix


- les personnes physiques disposent de 1 voix

- Le Département de SAONE-ET-LOIRE : 2 voix représentant au total 2 droits sociaux,

- Le Centre Hospitalier Spécialisé de SEVREY : 2 voix représentant au total 2 droits sociaux,

- L’association Sauvegarde 71 : 2 voix représentant au total 2 droits sociaux,

- L’association Prado Bourgogne : 2 voix représentant au total 2 droits sociaux,

- L’association des Pupilles de l’Enseignement Public de SAONE-ET-LOIRE (PEP71) : 2 voix


représentant au total 2 droits sociaux,

- L’Institut Départemental de l’Enfance et de la Famille de SAONE-ET-LOIRE (IDEF71) : 2 voix


représentant au total 2 droits sociaux,

Conformément à l’article 8-2, les nouveaux membres disposeront de droits de vote dans les
conditions prévues au présent article.

Article 14 - DROITS ET OBLIGATIONS

Chaque membre du Groupement est tenu de participer avec voix délibérative aux Assemblées
générales du Groupement.

Chaque membre de l’Assemblée générale annuelle est tenu informé de la marche des affaires dans
les conditions statutaires.

Dans les rapports entre eux, les membres du Groupement sont tenus des obligations et décisions de
celui-ci.

Chaque membre prend part activement à la mise en œuvre du projet. Cette implication au-delà de la
participation aux instances de gouvernance, prend la forme de participations diverses, comme précisé
à l’article 15-2.

TTIITTR
REE IIV
V FFO
ONNC
CTTIIO
ONNN
NEEM
MEEN
NTT

Article 15 - TENUE DES COMPTES ET BUDGET

15.1 - BUDGET
er
L’exercice budgétaire commence le 1 janvier de l’année N et finit le 31 décembre de l’année N.

Le budget approuvé chaque année par l’Assemblée générale inclut l’ensemble des opérations de
recettes et de dépenses prévues pour l’exercice.

Le budget doit être voté en équilibre.

8/15
64
Il fixe le montant des crédits nécessaires à la réalisation des objectifs du Groupement en distinguant :
 Les dépenses et les recettes de fonctionnement, isolant en particulier les dépenses de
personnels,
 Les dépenses et les recettes d’investissement.

Le programme d’investissement et son financement font l’objet d’une délibération de l’Assemblée


générale du Groupement.

Le Groupement ne donne pas lieu à la réalisation et au partage de bénéfices.

Les membres du Groupement peuvent proposer des mises à disposition en équipements, locaux,
matériels, personnel.

Le financement est assuré par :


 Des financements de l’Agence Régionale de Santé Bourgogne
 Des financements de l’Etat ou des collectivités territoriales ou des partenaires du groupement
 Des participations des membres
o soit en numéraire sous forme de contribution financière ou dotation ;
o soit en nature sous forme de mises à disposition de personnels, de locaux ou de matériels
ou par l’intervention de professionnels. Ces apports sont valorisés dans les conventions
jointes en annexes.
 Des subventions autres ;
 Des dons et legs ;
 Et toute autre recette provenant de l’exercice de ses activités autorisées par les lois et
règlements.

15.2 - PARTICIPATION DES MEMBRES ET PARTENAIRES DU GROUPEMENT

Les participations des membres définies lors de la constitution du Groupement ou de l’adhésion d’un
nouveau membre sont révisables chaque année dans le cas de la préparation du projet de budget
compte tenu des charges réellement constatées au titre de l’année précédente.

Les mises à disposition de personnels par les membres du Groupement, ou par des partenaires, ou
bien sont facturées au Groupement, ou bien constituent des participations en nature qui sont
valorisées (prise en compte des dépenses chargées et fiscalisées) dans une annexe au budget du
Groupement.

Dans les mêmes conditions, les mises à disposition à titre gracieux de locaux, de moyens matériels et
de services au Groupement sont valorisées et sont inscrites dans une annexe au budget du
Groupement.

Les élus, administrateurs et salariés du Département, du CHS de Sevrey, des PEP 71, de la
Sauvegarde 71, du Prado Bourgogne et de l’IDEF 71, représentant les membres du Groupement,
participent aux réunions de l’Assemblée générale et apportent dans ce cadre appui, conseils et
ressources méthodologiques. Les représentants des membres fondateurs participent par ailleurs aux
réunions du Bureau exécutif.

Les membres apportent par ailleurs leur contribution ponctuelle à la définition et/ ou à la mise en
œuvre des actions proposées et conduites par la Maison des Adolescents.

15.3 - TENUE DES COMPTES

La comptabilité du Groupement est tenue selon les formes du droit privé conformément à l’article
R 312-194-16 II du Code de l’action sociale et des familles

La participation des membres du groupement est de plusieurs ordres :


- financière sous forme de subvention
- mise à disposition de moyens humains
- mise à disposition de moyens (techniques, logistiques, de locaux, etc.)
.

9/15
65
Pour ses achats, le Groupement se soumet aux règles de la commande publique.

Article 16 - CONTROLE DE LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES

Le Groupement est soumis au contrôle de la Chambre Régionale des Comptes en vertu de l’article
L. 211-9 de Code des juridictions financières.

Article 17 - LE PERSONNEL

Le Groupement peut être employeur.

Les personnels du Groupement mis à sa disposition par ses membres sont soumis à l’autorité
fonctionnelle de l’Administrateur.

Les membres du Groupement peuvent mettre à la disposition du Groupement les personnels


correspondant quantitativement et qualitativement aux moyens humains nécessaires à la réalisation
de l’objet social, conformément au budget adopté par l’Assemblée générale.

Les personnels mis à disposition du Groupement restent régis selon le cas par leur contrat de travail,
par la convention ou l’accord collectif de travail ou par le statut qui leur sont applicables.
Notamment, des agents de l’Etat, des collectivités territoriales, des établissements publics sociaux et
médico-sociaux, des établissements publics de santé peuvent être mis à disposition du Groupement
par voie de convention.
Le choix de ces personnels mis à disposition est validé par l’Administrateur assisté par trois membres
au moins du Groupement et le Coordonnateur du Groupement.

Les professionnels associés à l’activité du Groupement par convention ne font pas nécessairement
partie des effectifs du Groupement.

RE
TTIITTR EV
V NS
IIN AN
STTA CE
NC ES
S

Article 18 - L’ASSEMBLEE GENERALE

Article 18.1 - COMPOSITION DE L’ASSEMBLEE GENERALE

L’Assemblée générale se compose de tous les membres du groupement qui délèguent leurs
représentants.

 Les personnes morales disposent de deux représentants à l’Assemblée générale, librement


désignés par leurs instances délibératives. Lorsqu’un seul représentant est présent, il dispose des
deux voix.
 Les personnes physiques disposent d’un représentant à l’Assemblée générale.

Les représentants des membres du Groupement à l’Assemblée générale n’ont ni la qualité


d’Administrateur, ni celle de salarié du Groupement. La qualité d’Administrateur est uniquement
reconnue à la personne élue pour exercer les fonctions exécutives du Groupement.

Le Coordonnateur du Groupement est présent lors des Assemblées générales.


La présence du comptable du Groupement est souhaitable lorsque l’Assemblée générale aura à
délibérer sur des dispositions financières.

Enfin, tout partenaire du Réseau peut être invité à participer au Comité de pilotage de la Maison des
Adolescents.

10/15
66
Article 18.2 - TENUE ET DEROULEMENT DES ASSEMBLEES GENERALES

Le vote par procuration est autorisé en l’absence de tous les représentants d’une personne morale. Il
est également autorisé pour les personnes physiques.

Aucun membre ne peut détenir plus d’un mandat à ce titre.

L’Assemblée générale se réunit aussi souvent que l’intérêt du Groupement l’exige et au minimum une
fois par an.
Elle se réunit également de droit à la demande d’au moins un tiers de ses membres sur un ordre du
jour déterminé.

L’Assemblée générale est convoquée 15 jours au moins à l’avance par l’Administrateur, et en cas
d’urgence, 48 heures au moins à l’avance.
La convocation fixe l’ordre du jour et le lieu de réunion.
En outre, sont joints à la convocation en vue de l’Assemblée générale annuelle statuant sur les
comptes, les documents financiers de l’exercice écoulé.

Si l’Administrateur ne défère pas dans un délai de 15 jours à la demande de convocation présentée


par au moins un tiers de ses membres sur un ordre du jour déterminé, ces derniers convoquent eux-
mêmes l’Assemblée générale au siège du Groupement.
En cas d’urgence et si tous les membres sont présents, l’Assemblée générale peut être tenue sur le
champ sur un ordre du jour déterminé par les membres.

L’Assemblée générale est présidée par l’Administrateur du Groupement.

En cas d’empêchement ou d’absence de ce dernier, la présidence est assurée par l’un des
représentants des membres à l’Assemblée générale désigné à l’unanimité.

L’Assemblée générale désigne en son sein ou non, un secrétaire de séance.

L’Administrateur, Président de l’Assemblée générale, assure notamment le bon déroulement de la


séance, la tenue de l’émargement de la feuille de présence, veille à la désignation du secrétaire par
l’Assemblée générale, à la vérification du quorum et à la rédaction du procès-verbal qui est porté sur
un registre coté et paraphé, tenu au siège du Groupement.

Le procès-verbal est signé par l’Administrateur. Il est validé par l’Assemblée générale suivante.

Article 18.3 - DELIBERATIONS DE L’ASSEMBLEE GENERALE

L’Assemblée générale délibère sur les questions relevant de sa compétence selon les termes de la
présente convention :

1°Le budget annuel ;


2° L’approbation des comptes de chaque exercice et l’affectation des résultats ;
3° La nomination et la révocation de l’Administrateur du Groupement ;
4° Toute modification de la convention constitutive ;
5° L’admission de nouveaux membres ;
6° Le retrait ;
7° L’exclusion d’un membre ;
8° Le cas échéant, les conditions de remboursement des indemnités de mission de l’Administrateur ;
9° L’adhésion du Groupement à une structure de coopération ou à une association ou le retrait de
l’une d’elles ;
10° Les demandes d’autorisation de gérer les activités des membres ;
11° Les acquisitions, aliénations, échanges d’immeubles et leur affectation ainsi que les conditions
des baux de plus de dix-huit ans ;
12° Les modalités selon lesquelles chacun des membres s’engage à communiquer aux autres toutes
les informations nécessaires à la réalisation de l’objet du Groupement ;
13°Les conditions d’intervention des professionnels des secteurs sociaux, médico-sociaux et
sanitaires, des professionnels salariés, le cas échéant, du Groupement ainsi que des professionnels
associés par convention ;

11/15
67
14° Le cas échéant, le calendrier et les modalités des fusions ou de regroupements des missions ou
activités des membres du Groupement
15° Le règlement intérieur du Groupement ;
16°La prorogation ou la dissolution du Groupement ainsi que les mesures nécessaires à sa
liquidation ;
17°Toute convention intéressant les activités ou la gestion du Groupement ;
18 Et sur toutes affaires intéressant l’objet ou les activités du Groupement.
19 Le choix du commissaire aux comptes

L’Assemblée générale décidera des matières dans lesquelles elle souhaite donner délégation à
l’Administrateur.
L’Assemblée générale du Groupement ne délibère valablement que si les membres présents ou
représentés représentent au moins la moitié des droits des membres du Groupement.
A défaut, l’Assemblée générale est à nouveau convoquée dans un délai de quinze jours et peut
valablement délibérer quel que soit le nombre des membres présents ou représentés.
En cas d’urgence, ce délai est ramené à huit jours.

Toutes les délibérations de l’Assemblée générale sont prises à la majorité des voix des membres
présents ou représentés, sauf pour la modification de la convention constitutive ou pour l’admission
d’un nouveau membre où l’unanimité est requise.

Par ailleurs, pour la matière mentionnée au 7° du présent article, les délibérations sont valablement
prises sans que puissent participer au vote les représentants du membre dont l’exclusion est
demandée, sous réserve que la mesure d’exclusion soit adoptée par un nombre de membres
représentant au moins la moitié des voix au sein de l’Assemblée des membres du Groupement.

Ne peuvent délibérer les membres intéressés aux projets soumis à la délibération.

Les délibérations de l’Assemblée générale, consignées dans le procès-verbal de réunion, obligent


tous les membres du Groupement.

Article 18.4 – BUREAU EXECUTIF

Sans préjudice des compétences exercées par l’Assemblée générale et l’Administrateur, un Bureau
exécutif est constitué auprès de l’Administrateur afin de le seconder dans la préparation des
orientations et la prise de décisions courantes.

Le Bureau exécutif est constitué de l’Administrateur et d’un représentant de chaque membre


fondateur du Groupement.

Il est réuni en tant que de besoin par l’Administrateur. Les fonctions des membres du Bureau sont
gratuites.

Article 18.5 – COMITE DE PILOTAGE

Un comité de pilotage, susceptible d’être élargi à toute personne qualifiée et partenaire impliqués
dans le Réseau, sera réuni en tant que de besoin à l’initiative du Coordinateur.

12/15
68
TTIITTR
REEV
VII A
ADDM
MIIN
NIIS
STTR
RAATTIIO
ONN

Article 19 – L’ADMINISTRATEUR

Le Groupement est géré par un Administrateur élu en son sein par l’Assemblée générale parmi les
personnes physiques ou les représentants des personnes morales des membres du Groupement.
L’Administrateur est nommé pour une durée de trois ans, renouvelable. Il est révocable à tout moment
par l’Assemblée générale.

Si l’Administrateur perd en cours de mandat sa qualité de représentant à l’Assemblée générale d’une


personne morale membre, son mandat d’Administrateur prend fin à compter du jour où il cesse d’être
membre ou de représenter ce membre. Une Assemblée générale est réunie dans les plus brefs délais
afin d’élire un nouvel Administrateur.
En cas d’absence prévisible, l’Administrateur peut donner délégation à un membre du Bureau
exécutif. Il en informe alors l’Assemblée générale.
Si l’Administrateur se trouve, de façon imprévue, brutalement empêché d’exercer ses fonctions, le
Bureau exécutif se réunit afin de désigner en son sein une personne à même d’assurer l’intérim.

Le mandat de l’Administrateur est exercé gratuitement.


Il peut toutefois se voir attribuer des indemnités de mission dans les conditions déterminées par
l’Assemblée générale.

Lorsque l’Administrateur exerce une activité libérale, l’Assemblée générale peut, en outre, lui allouer
une indemnité forfaitaire pour tenir compte de la réduction d’activité professionnelle justifiée par
l’exercice de son mandat.

Il assure plus particulièrement dans le cadre de l’administration du Groupement, les missions


suivantes :
1. Préparation des ordres du jour et travaux des Assemblées générales ;
2. Convocation des Assemblées générales ;
3. Présidence des Assemblées générales ;
4. Préparation et exécution des décisions de l’Assemblée générale et notamment de l’exécution du
budget ;
5. Représentation du Groupement dans tous les actes de la vie civile et en justice ;
6. Gestion courante du Groupement ;
7. Préparation et élaboration des protocoles de fonctionnement,

Il assure l’administration et la gestion courante du groupement. Le Groupement est doté d’un budget
propre. Le règlement des factures est décrit dans le Règlement intérieur, dans le respect des grands
principes de la comptabilité privée. Un Trésorier est désigné parmi les membres du Bureau exécutif
du Groupement.

L’Assemblée générale peut donner délégation à l’Administrateur. A cet effet, lors des séances de
l’Assemblée générale, un vote détermine les délégations dont il peut éventuellement bénéficier sur les
matières autorisées par la réglementation. Ce vote est révisable à tout moment.
Dans les rapports avec les tiers, il engage le Groupement pour tout acte entrant dans l’objet de ce
dernier.

ARTICLE 20 - L’ADMINISTRATION COURANTE DU GROUPEMENT

Un Coordonnateur pourra assister l’Administrateur et l’aider dans la gestion et le fonctionnement


quotidiens du Groupement, dans les conditions fixées par Règlement intérieur.

13/15
69
TTIITTR
REEV
VIIII C
COONNCCIILLIIA
ATTIIO
ONN –– D
DIIS
SSSO
OLLU
UTTIIO
ONN –– LLIIQ
QUUIID
DAATTIIO
ONN –– P
PEER
RSSO
ONNN
NAALLIITTE
E
M O R
MORALEA L E

Article 21 - CONCILIATION – CONTENTIEUX


En cas de litige ou de différend survenant entre les membres du Groupement ou en cas de volonté de
retrait de l’un des membres, les parties s’engagent expressément à soumettre leur différend ou la
proposition de retrait à deux conciliateurs qu’elles auront respectivement désignés.

Une proposition de solution amiable doit intervenir dans un délai maximum de trois mois à compter de
la date à laquelle la désignation du premier conciliateur est notifiée aux autres membres et à
l’Administrateur, par lettre recommandée avec accusé de réception.

La proposition de solution amiable est soumise à l’Assemblée générale qui rend un avis et transmise
au Préfet de département du siège du Groupement.
Faute d’accord dans le délai d’un mois à compter de la saisine de l’Assemblée générale, le Tribunal
administratif, juridiction compétente, pourra être saisi ou la procédure de retrait poursuivie.

Article 22 - ELABORATION ET COMMUNICATION D’UN RAPPORT ANNUEL D’ACTIVITE


Chaque année N, un rapport d’activité de l’année N-1 est présenté à l’Assemblée générale par
l’Administrateur du Groupement. Sur la base d’indicateurs d’observation précédemment discutés avec
les membres, il rend compte de données chiffrées (nombre de jeunes, parents, professionnels
accueillis, nombre et diversité des actes réalisés par les professionnels intervenant à la Maison des
Adolescents, etc.), mais aussi d’éléments qualitatifs (âges, demandes exprimées, etc.), visant d’une
part à mesurer l’activité sur chaque site, et d’autre part à objectiver et mettre en évidence les besoins
exprimés par le public et évalués par les professionnels.

Article 23 – DISSOLUTION - LIQUIDATION


Le Groupement est dissout de plein droit par l’arrivée du terme de sa durée conventionnelle.

Le Groupement est également dissout de plein droit s’il ne compte plus qu’un seul membre.

Le Groupement peut être dissout par décision de l’Assemblée générale, notamment du fait de la
réalisation ou de l’extinction de son objet.

Dans tous les cas, les membres établissent un schéma de réorganisation sociale et médico-sociale de
manière à assurer la continuité des prises en charge, et optimiser l’utilisation des locaux et
équipements gérés dans le cadre du Groupement.

En cas de désaccord, il est procédé à une recherche de conciliation conformément à l’article 21 de la


présente convention.

La dissolution du Groupement est notifiée au Préfet du département du siège du Groupement dans un


délai de 15 jours, qui en assure la publicité dans les formes prévues par la réglementation en vigueur.

La dissolution du Groupement entraine sa liquidation mais la personnalité morale du Groupement


subsiste pour les besoins de celle-ci.

L’Assemblée générale fixe les modalités de la liquidation et nomme un ou plusieurs liquidateurs.

En cas de dissolution, les biens du Groupement sont dévolus aux associations non membres du
Groupement poursuivant un but non lucratif et dont l’objet est en rapport avec celui du Groupement
dont le choix sera fait par l’Assemblée du Groupement conformément aux règles déterminées par la
convention constitutive ou par les avenants à celle-ci. Les biens mobiliers et immobiliers mis à
disposition du Groupement par un membre restent la propriété de ce membre.

14/15
70
TTIITTR
RE VIIII
EV D
DIIS
SPPO
OSSIITTIIO
ONNS
SDDIIV
VEER
RSSE
ESS

Article 24 - REGLEMENT INTERIEUR

L’Assemblée générale établit un règlement intérieur du Groupement. Ce règlement intérieur est


préparé par l’Administrateur.
Le règlement intérieur est révisable une fois par an selon les mêmes modalités après l’exercice
écoulé.

Les membres ou futurs membres, par leur adhésion, s’obligent à en respecter les clauses.

Article 25 - MODIFICATION DE LA CONVENTION CONSTITUTIVE

La présente convention constitutive pourra être modifiée par avenant adopté unanimement par les
organes délibérants des membres du Groupement.
Les avenants à la présente constitution ainsi adoptés seront transmis pour publication au Préfet du
département du siège du Groupement.

Fait à Mâcon, le

15/15
71
Réseau des Adolescents et Maison des Adolescents de Saône-et-Loire

Avenant d’adhésion à la Convention constitutive du Groupement de Coopération Sociale et


Médico Sociale « Adobase 71 »

Entre

Le Département de Saône-et-Loire
Représenté par son Président

Le Centre hospitalier spécialisé de Sevrey


Représenté par son Directeur

L'association Le Prado Bourgogne


Représentée par son Président

L’association des Pep71


Représentée par son Président

L’association la Sauvegarde 71
Représentée par son Président

L’Institut départemental de l’enfance et de la famille de Saône-et-Loire


Représenté par sa Présidente

ET

Le Grand chalon
Représenté par son Président

Préambule

Le Groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) « Adobase 71 » portant le Réseau des


Adolescents et la Maison des Adolescents de Saône-et-Loire a été constitué par une Convention
du 20 juin 2011 entre ses 6 membres fondateurs :

- le Département de Saône-et-Loire
- le Centre hospitalier spécialisé de Sevrey
- l’association Prado Bourgogne
- l’association des Pep 71
- l’association Sauvegarde 71
- l’Institut départemental de l’enfance et de la famille (IDEF) de Saône-et-Loire

Page 1 sur 4

72
Ce groupement, constitué pour une durée initiale de 5 ans à compter de la date de publication de l'acte
d'approbation de la convention constitutive (art.6), a été prolongé le 25 juin 2016 par voie d’avenant, approuvé
par arrêté du Préfet en date du 5 septembre 2016, et ce, pour 5 années supplémentaires.

Plusieurs avenants ont été pris pour faire évoluer le dispositif dans ses statuts et son fonctionnement, et
le 15 juin 2017 une nouvelle Convention constitutive a été adoptée pour tenir compte des différentes
modifications et évolutions intervenues dans les statuts.

Les membres fondateurs du Groupement réunis en Assemblée générale le 28 juin 2017 ont accueilli
favorablement et à l’unanimité la candidature du Grand Chalon pour intégrer le Groupement Adobase 71, et
confirmer ainsi le partenariat préexistant.

Visas

Vu le Code de l’action sociale et des familles, notamment ses articles L 312-7 et R 312-194-1 et suivants,

Vu la Convention constitutive du GCSMS « Adobase 71 » en date du 20 juin 2011, approuvée par arrêté
du Préfet publié le 6 septembre 2011,

Vu l’Avenant du 17 décembre 2013, approuvé par arrêté du Préfet publié le 17 décembre 2013,

Vu l'Avenant du 25 Avril 2016, approuvé par arrêté du Préfet le 05 septembre 2016

Vu l’avenant du 7 septembre 2016 approuvé par arrêté du Préfet le 28 décembre 2016

Vu la nouvelle convention constitutive, et notamment son article 9, adoptée le 28 juin 2017 et approuvée
par le Préfet en date du

Vu les délibérations et avis favorables :

- de l’Assemblée départementale, réunie en date du

- du Conseil de Surveillance du Centre hospitalier spécialisé de Sevrey,

- du Conseil d’administration de l’association Prado Bourgogne, réuni en date du

- du Conseil d’administration de l’association des Pep 71, réuni en date du

- du Conseil d’administration de l’association Sauvegarde 71, réuni en date du

- du Conseil d’administration l’Institut départemental de l’enfance et de la famille (IDEF) de Saône-et-


Loire, réuni en date du

- du Conseil communautaire du Grand Chalon, réuni en date du

Page 2 sur 4

73
Il est convenu ce qui suit :

Article 1er Objet de l’avenant

Le Grand Chalon adhère au Groupement « Adobase 71 » qui porte la Maison des Adolescents de Saône-et-
Loire.
Cette adhésion prend effet à la date d’entrée en vigueur du présent avenant à la convention constitutive du
Groupement.

Article 2 Modification de la convention constitutive du groupement

A l’article 8-2 est ajouté :

- Le Grand Chalon

A l’article 13 est ajouté :

- « Le Grand Chalon : 2 voix représentant au total 2 droits sociaux »

Le paragraphe cinq de l’article 15.2 est modifié comme suit :

Les élus, administrateurs et salariés du Département, du CHS de Sevrey, des PEP 71, de la
Sauvegarde 71, du Prado Bourgogne et de l’IDEF 71, du Grand Chalon représentant les membres du
Groupement, participent aux réunions de l’Assemblée générale et apportent dans ce cadre appui, conseils et
ressources méthodologiques. Les représentants des membres fondateurs participent par ailleurs aux réunions
du Bureau exécutif.

Article 3 Effets de l’adhésion

Le Grand Chalon est réputé adhérer aux dispositions de la convention constitutive du Groupement et de ses
annexes en vigueur au jour de la date d’effet de son adhésion, ainsi qu’à toutes les décisions déjà prises par les
instances du Groupement et qui s’appliqueraient aux membres de celui-ci.

La participation du Grand Chalon aux objectifs et aux missions portées par le Groupement se traduit
notamment par :
- la participation à l’élaboration des actions d’information et de prévention proposées sur son territoire ;
- l’apport d’un soutien opérationnel et logistique aux actions retenues ensemble.

Elle est définie chaque année dans le cadre de la préparation du budget, en application de l’article 15 de la
Convention constitutive du Groupement.

Article 4 Autres dispositions

Les autres dispositions de la convention constitutive restent inchangées.

Page 3 sur 4

74
Fait à Mâcon le :

Le Département de Saône-et-Loire
Représenté par son Président

Le Centre hospitalier spécialisé de Sevrey


Représenté par son Directeur

L’association Le Prado Bourgogne


Représentée par son Président

L’association des Pep71


Représentée par son Président

L’association la Sauvegarde 71
Représentée par son Président

L’Institut départemental de l’enfance et de la famille de Saône-et-Loire


Représenté par sa Présidente

Le Grand Chalon
Représenté par son Président

Page 4 sur 4

75
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION À L'ACTION SOLIDAIRE


DIRECTION DE LA COHÉSION SOCIALE

N° de l'ordre du jour : 6
Rapporteur : Madame Annie LOMBARD

Cohésion Sociale - Convention 2018/2019 avec l'Association


Résidences Chalon Jeunes

EXPOSE

Rappel du contexte :

L’association « Résidences Chalon Jeunes » (RCJ) a pour objet d’assurer l’hébergement temporaire
des jeunes sur le territoire du Grand Chalon, étudiants ou en situation de formation professionnelle,
d’activité professionnelle ou de recherche d’emploi.

Pour cela, les RCJ disposent de deux sites distincts :


- L’un situé dans le quartier Saint-Cosme, dédié à l’accueil étudiant, regroupant trois bâtiments
et proposant 132 studios (pour 138 places) ;
- Le second situé rue Pierre Nugue sur la pointe sud des Prés Saint-Jean, composé de trois
bâtiments proposant 232 logements (pour 258 places) et dédié principalement aux « jeunes
en mobilité ».

La structure permet de répondre aux différents types de mobilité :


- Mobilité d’installation : situation d’un jeune arrivant sur le territoire pour y travailler et s’y
installer (séjour court et accès au logement autonome),
- Mobilité de transit : durée de séjour variant en fonction des temps de formation ou du contrat
de travail du jeune,
- Mobilités sociales complexes : accompagnement apporté au jeune dans l’ensemble des
domaines (social, insertion, habitat, etc.) essentiel pour le conduire vers l’autonomie.

Il est rappelé que le Grand Chalon a participé au financement des travaux de réhabilitation en 2012-
2013 des deux bâtiments Orion (62 logements) et Omphalos (110 logements), à hauteur de 857 432
€, soit 15 % du montant total de l’opération.

En grande difficulté financière au début de l’année 2014, l’association RCJ a élaboré un plan de
redressement avec le concours de ses partenaires (Etat, collectivités territoriales, CAF, OPAC).
Des mesures de restructuration organisationnelle et financière de l’Association RCJ ont été mises en
place dès 2014, dans le cadre d’un objectif stratégique partagé par tous de recentrage de ses
activités sur son cœur de métier.

76
Le Grand Chalon a affirmé, dans cette phase difficile, son soutien aux RCJ.

Ce partenariat s’est traduit par un conventionnement pluriannuel sur la période 2015-2017 fondé sur
le nouveau projet de l’Association et prenant en compte des objectifs précis en matière d’accueil
des publics jeunes jugés prioritaires pour le Grand Chalon.

La situation financière de la structure est désormais confortée grâce aux mesures de restructuration
opérées depuis 2014.

Description du dispositif proposé :

Le Grand Chalon reconnaît pleinement le rôle des RCJ dans le développement social et économique
du territoire grand chalonnais.

Le projet développé par les RCJ pour la période 2015-2020 comporte des objectifs en termes
d’accueil et d’accompagnement des jeunes venant travailler et se former sur le Grand Chalon ou
résidant sur le Grand Chalon, conformes à ceux posés par le Grand Chalon.

Il s’agit des jeunes de 16 à 30 ans résidant sur le Grand Chalon et hors Grand Chalon :
- en activité salariée (première activité ou nouvelle orientation professionnelle) sur le Grand
Chalon ;
- en rupture temporaire d’emploi et se situant dans un parcours d’insertion professionnelle ;
- en formation (étudiants, jeunes en formation en alternance ou professionnelle de courte ou
longue durée) sur le Grand Chalon.

Les RCJ s’engagent à :


- Réserver par année civile au minimum 85 % des logements des bâtiments du site Pierre
Nugue (soit 197 logements dans les bâtiments Omphalos, Oriens et Septentrion) aux publics
identifiés ci-dessus comme prioritaires, 15 % au maximum des logements étant laissés à
l’accueil des publics en situation complexe ;
- Maintenir l’accueil des étudiants et des jeunes en formation professionnelle en alternance sur
les trois bâtiments du site Saint-Cosme dédiés à ce public (132 studios dans les bâtiments La
Toue, Le Cordage et Le Fanal) et réserver en sus à l’usage de ce public 50 logements sur le
site Pierre Nugue ;
- Assurer un accueil de qualité et à favoriser par un accompagnement approprié, associant
impérativement les différents acteurs locaux concernés, la réussite des projets d’insertion
professionnelle ou de formation des jeunes accueillis.

Il est proposé de reconduire le soutien du Grand Chalon aux RCJ par la proposition d’un
conventionnement pluriannuel d’objectifs pour la période 2018-2019.

Les modalités de partenariat proposées sont les suivantes :

Montant de la subvention proposé : le soutien financier annuel proposé est de 15 000 € et est lié à la
réalisation d’objectifs, notamment en matière d’accueil du public prioritaire.
Pour l’année 2018, une partie de l’aide attribuée, soit 5 000 €, correspondra à la mise à disposition
gracieuse à compter de septembre 2018, de locaux au profit de l’Ecole de la Deuxième Chance
(E2C), portée par la Ligue de l’Enseignement de Bourgogne.

77
Pour 2019, le soutien annuel identique à 2018 soit 15 000 € correspondra à la mise à disposition
gracieuse de locaux pour l’E2C sur l’année complète.

Concernant l’Ecole de la Deuxième Chance, il est précisé :

La Ligue de l’Enseignement porte, depuis 2013, une Ecole de la Deuxième Chance (E2C) pour le
territoire de Saône-et-Loire. Les locaux sont situés à Montceau-les-Mines.

Ce dispositif permet de lutter contre l’exclusion scolaire ; l’apprentissage passe par la valorisation
de l’expérience, la reconnaissance des compétences acquises et l’orientation vers les métiers en
tension. L’Ecole s’adresse à un public mixte de 18 ans à 30 ans, sans qualification, déscolarisé ou
demandeur d’emploi.

L’Ecole de la Deuxième Chance souhaite élargir son champ d’action avec l’implantation d’une
structure annexe sur le territoire chalonnais. Ce satellite lui permettrait d’intervenir plus aisément
sur l’ensemble de son territoire d’intervention. Une expérimentation d’extension sera menée à
Chalon-sur-Saône à compter de septembre 2018 jusqu’au 31 décembre 2019.

L’association RCJ s’engage dans ce cadre à mettre à disposition des locaux à la Ligue de
l’Enseignement de Bourgogne pour la mise en place d’une extension de l’E2C à partir de septembre
2018 et durant la durée de l’expérimentation soit jusqu’en décembre 2019.

Plus globalement, l’Association RCJ s’engage également à :

- Concourir par ses actions visant à l’insertion professionnelle et l’intégration dans le territoire
des jeunes accueillis, par la mobilisation de son réseau d’entreprise, au développement de
l’attractivité du territoire ;
- Participer aux actions engagées par le Grand Chalon et ses partenaires en matière d’emploi et
d’insertion des jeunes ;
- Coopérer avec les services Jeunesse des communes du Grand Chalon (notamment celui de la
Ville de Chalon), et s’appuyer sur leurs moyens pour faciliter le parcours du jeune et son
intégration sur le territoire ;
- S’investir dans la vie du quartier des Prés Saint-Jean en lien avec les partenaires de proximité
(maison de quartier, Régie de quartier Saint-Jean) sur des animations ponctuelles, telles que
les fêtes de quartier ;
- Promouvoir son offre d’accueil et ses services sur le territoire.

Versement de la subvention : La contribution financière du Grand Chalon en 2019 sera versée sous
réserve du vote des crédits correspondants par le Conseil communautaire.

Le projet de convention définissant le cadre et les modalités de partenariat réciproque du Grand


Chalon est joint en annexe.

78
DECISION

Cadre juridique :

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales notamment ses articles L.1611-4, L.5216-5 et par
renvoi de l’article L.5211-36 à l’article L.2311-7 du même Code,

Vu les compétences du Grand Chalon « habitat » et « cohésion sociale »,

Vu l’article 10 de la loi 2000-231 du 12 avril 2000 relatif à la transparence financière des aides
octroyées par les personnes publiques,

Vu le décret n°2001-495 du 06 juin 2001 pris pour application de l’article 10 de loi susvisée,

Vu le projet de convention joint en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver la convention d’objectifs 2018-2019 jointe en annexe ;


 D’approuver le versement dans ce cadre d’une subvention pour l’année 2018 de 15 000 € ;
 D’autoriser Monsieur le Président, ou son représentant, à signer la convention jointe en
annexe.

79
CONVENTION D’OBJECTIFS
GRAND CHALON – RESIDENCES
CHALON JEUNES

Vu la loi n°2000-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations
avec les administrations, notamment ses articles 9-1 et 10 ;
Vu le décret n°2001-495 du 6 juin 2001 pris pour l’application de l’article 10 de la loi susvisée
et relatif à la transparence financière des aides octroyées par les personnes publiques ;
Vu le Code Général des Collectivités Territoriales et notamment ses articles L2311-7, L2144-
3 et L1611-4 ;
Vu l’arrêté du 11 octobre 2006 relatif au compte rendu financier prévu par l’article 10 de la loi
susvisée ;
Vu la circulaire NOR PRMX1001610C du 18 janvier 2010 relative aux relations entre les
pouvoirs publics et les associations ;
Vu la délibération du Conseil Communautaire en date du 31 mai 2018 habilitant Monsieur le
Président du Grand Chalon à signer une convention financière avec les Résidences Chalon
Jeunes ;

Considérant qu’il y a lieu d’établir une convention afin de définir les modalités d’attribution de
la subvention accordée par Le Grand Chalon ;

Il est convenu entre

Le Grand Chalon, dont le siège social est situé 23 Bld Georges Pompidou à Chalon-sur-
Saône, représentée par son Président, Monsieur Sébastien MARTIN, ci-après nommée « Le
Grand Chalon »,

D’une part

Et

Les Résidences Chalon Jeunes, Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901, dont le siège
social est situé 18 av Pierre Nugue à Chalon-sur-Saône, représentée par son Président,
Monsieur Arnaud MALLIA, n° SIRET (778 559 831 00012), ci-après nommée « l’Association
RCJ »,

D’autre part

80
Préambule :

- Rappel des missions de l’Association RCJ :

L’Association RCJ a pour objet d’assurer l’accueil temporaire de la jeunesse sur le territoire
du Grand Chalon, dans le cadre d’un lieu intergénérationnel de vie et d’échange, lieu de
brassage de publics différents, générateur de lien social et outil d’insertion des plus fragiles
d’entre eux.
Elle veille à promouvoir, favoriser et améliorer par tous les moyens dont elle dispose les
œuvres, services et institutions d’éducation et de culture populaire, d’action morale, sociale
et bienfaisante.
Dans cet esprit, elle anime et gère un Foyer de Jeunes Travailleurs ainsi qu’une Cité
étudiante, conformément aux dispositions légales et réglementaires régissant ces activités.

- L’offre d’hébergement des RCJ et les publics accueillis :

Les RCJ sont organisées sur deux sites (Saint Cosme et Pierre Nugue) autour de deux
activités habitat jeunes, l’une dédiée aux profils « jeunes étudiants » et l’autre dédiée aux
profils « jeunes en mobilité ».
L’ensemble du parc dénommé « Saint Cosme », dans lequel la restauration sociale a été
fermée en 2003, est proche de la gare SNCF et des organismes de formation ; il est
composé de 2 bâtiments OPAC (1992-1993) de 72 logements et d’un bâtiment Logivie
(1994) de 60 logements. Les 132 studios (20 m² et 33 m² pour 138 places) sont répartis
comme suit :
- La Toue : 34 logements pour 40 places
- Le Cordage : 38 logements pour 38 places
- Le Fanal : 60 logements pour 60 places
Le site « Pierre Nugue » est composé de :
- 1 bâtiment OPAC (1968) « Omphalos » : 95 chambres réparties sur 5 étages + 1
salle de sport
- 1 bâtiment OPAC (1974) « Oriens » : 102 chambres sur 4 étages
- 1 bâtiment OPAC (1994) « Septentrion » : 60 logements (46 T1 et 14 T1 bis de 35
m²) sur 6 étages
- 1 restauration sociale et 1 salle de sport (bâtiment « Omphalos »)

- La place des RCJ sur le territoire du Grand Chalon :

L’Association RCJ est un acteur important dans la politique de l’Habitat et de la politique en


faveur des jeunes à travers l’hébergement – avec ses 389 logements et chambres – de
jeunes résidant sur Le Grand Chalon ou en dehors du Grand Chalon, et se trouvant en
formation, en activité professionnelle ou en recherche d’emploi sur Le Grand Chalon.

La structure permet de répondre aux différents types de mobilités :


- La mobilité d’installation, importante en termes d’attractivité, car illustrant la situation
d’un jeune qui arrive sur le territoire pour y travailler et s’y installer. La durée du
séjour est plutôt courte et l’accès au logement autonome ne pose pas de difficulté.
- La mobilité de transit, qui tend à augmenter du fait du contexte économique instable.
La durée varie en fonction des temps de formation ou du contrat de travail du jeune.
L’accompagnement que peut apporter l’association, grâce à la mobilisation de son
réseau partenarial dans le domaine de l’insertion est important.
- Les mobilités sociales complexes sont les situations les plus problématiques, car
souvent le résultat d’un cumul de difficultés. Pour ces situations, l’accompagnement

81
apporté au jeune dans l’ensemble des domaines (social, insertion, habitat…) est
essentiel pour le conduire vers l’autonomie.

A travers ses missions socio-éducatives, elle favorise leur insertion citoyenne territoriale et
professionnelle en développant un partenariat avec les différents acteurs locaux dans les
domaines du logement, de l’emploi, de l’insertion, de la jeunesse, du sport, des loisirs et de
la culture.
Elle participe pleinement au renforcement de l’attractivité du territoire du Grand Chalon.

- Un nouveau projet de développement des RCJ pour la période 2014-2020 :

Après avoir rencontré des difficultés structurelles importantes, l’Association RCJ a élaboré –
en mobilisant l’ensemble de ses partenaires – un plan de redressement qui lui a permis de
remettre à plat son modèle économique et ses relations avec ses partenaires principaux que
sont l’OPAC, le Conseil Général de Saône-et-Loire, la CAF, Le Grand Chalon et l’Etat.
Ce plan de redressement, validé et accepté par l’ensemble des partenaires, a pris en compte
des mesures de restructuration organisationnelle et financière de l’Association RCJ, dans le
cadre d’un objectif stratégique partagé par tous de recentrage de ses activités sur son cœur
de métier.
Sur la base de ce nouveau projet adapté au contexte économique et financier actuel et aux
besoins prioritaires des jeunes du territoire en matière d’insertion professionnelle et de
formation, les partenaires financeurs ont été sollicités.

Le Grand Chalon reconnait pleinement le rôle des RCJ dans le développement social et
économique du territoire grand chalonnais.
Prenant en compte le nouveau projet développé par les RCJ pour la période 2015-2020 et
ses objectifs en en termes d’accueil et d’accompagnement des jeunes venant travailler et se
former sur le Grand Chalon ou résidant sur l’agglomération, le Grand Chalon a apporté son
soutien à l’Association RCJ dans le cadre d’un conventionnement d’objectifs pluriannuel
2014-2017, par le versement d’une subvention annuelle de 25 000 €.

La situation des RCJ étant stabilisée à ce jour, le soutien du Grand Chalon est en
conséquence redéfini.

CECI EXPOSE, IL EST CONVENU CE QUI SUIT :

Article 1er : Objet de la Convention

Afin de soutenir l’action de l’Association des RCJ, et à la condition qu’elle respecte toutes les
clauses de la présente convention, le Grand Chalon s’engage à lui apporter son concours.

L’association des RCJ s’engage à mettre en œuvre les actions répondant aux objectifs ci-
dessous précisés :

1.1/ Accueil du public prioritaire défini par le Grand Chalon

Le Grand Chalon a identifié - en cohérence avec les orientations de ses politiques Habitat et
Cohésion Sociale, l public « Jeunes » qu’il juge prioritaire et pour lequel il souhaite que des
solutions d’hébergement de qualité et pérennes dans l’offre des RCJ .

82
Ce public prioritaire est constitué des jeunes de 16 à 30 ans résidant sur le Grand Chalon et
hors Grand Chalon :
- en activité salariée (1ère activité ou nouvelle orientation professionnelle) sur le Grand
Chalon ;
- en rupture temporaire d’emploi et se situant dans un parcours d’insertion
professionnelle ;
- en formation (étudiants, jeunes en formation en alternance ou professionnelle de
courte ou longue durée) sur le Grand Chalon.

Dans ce cadre, les RCJ s’engagent à :


- Réserver par année civile au minimum 85 % des logements des bâtiments du site
Pierre Nugue (soit 197 logements dans les bâtiments Omphalos, Oriens et
Septentrion) aux publics identifiés ci-dessus comme prioritaires, 15 % au maximum
des logements étant laissés à l’accueil des publics en situation complexe ;
- Maintenir l’accueil des étudiants et des jeunes en formation professionnelle en
alternance sur les 3 bâtiments du site Saint-Cosme dédiés à ce public (132 studios
dans les bâtiments La Toue, Le Cordage et Le Fanal) et réserver en sus à l’usage de
ce public 50 logements sur le site Pierre Nugue ;
- Assurer un accueil de qualité et à favoriser - par un accompagnement approprié,
associant impérativement les différents acteurs locaux concernés - la réussite des
projets d’insertion professionnelle ou de formation des jeunes accueillis.

1.2/ Autres publics

Concernant les autres publics, des jeunes en situation sociale complexe peuvent trouver -
dans la limite de la capacité d’accueil réservée à ce public et précisée ci-dessus - un
hébergement temporaire aux RCJ permettant de l’aider dans la construction d’un projet
d’insertion sociale et professionnelle.
L’Association RCJ s’engage dans ce cadre à renforcer les partenariats nécessaires et
l’accompagnement du jeune accueilli. Elle étudiera ainsi toutes les possibilités de
coopération, de partage et de mutualisation de moyens avec les partenaires concernés
(collectivités territoriales, acteurs de l’emploi et de l’insertion, associations de réinsertion,
services de l’Etat, bailleurs sociaux...) permettant d’améliorer l’accompagnement de ces
jeunes et de répartir sa charge.

1.3/ La mise à disposition de locaux à l’usage de l’Ecole de la Deuxième Chance :

La Ligue de l’Enseignement porte, depuis 2013, une Ecole de la Deuxième Chance (E2C)
pour le territoire de Saône-et-Loire. Les locaux sont situés à Montceau-les-Mines.

Ce dispositif permet de lutter contre l’exclusion scolaire ; l’apprentissage passe par la


valorisation de l’expérience, la reconnaissance des compétences acquises et l’orientation
vers les métiers en tension. L’Ecole s’adresse à un public mixte de 18 ans à 30 ans, sans
qualification, déscolarisé ou demandeur d’emploi.

L’Ecole de la Deuxième Chance souhaite élargir son champ d’action avec l’implantation
d’une structure annexe sur le territoire chalonnais. Ce satellite lui permettrait d’intervenir plus
aisément sur l’ensemble de son territoire d’intervention. Une expérimentation d’extension
sera menée à Chalon-sur-Saône à compter de septembre 2018 jusqu’au 31 décembre 2019.

L’association RCJ s’engage dans ce cadre à mettre à disposition gracieusement des locaux
à la Ligue de l’Enseignement de Bourgogne nécessaires pour la mise en place d’une

83
antenne de l’E2C à partir de septembre 2018 et durant la durée de l’expérimentation, soit
jusqu’en décembre 2019.

Plus globalement, l’Association RCJ s’engage également à :

- Concourir par ses actions visant à l’insertion professionnelle et l’intégration dans le


territoire des jeunes accueillis, par la mobilisation de son réseau d’entreprise, au
développement de l’attractivité du territoire ;
- Participer aux actions engagées par le Grand Chalon et ses partenaires en matière
d’emploi et d’insertion des jeunes ;
- Coopérer avec les services Jeunesse des communes du Grand Chalon (notamment
celui de la Ville de Chalon), et s’appuyer sur leurs moyens pour faciliter le parcours du
jeune et son intégration sur le territoire ;
- S’investir dans la vie du quartier des Prés Saint-Jean en lien avec les partenaires de
proximité (maison de quartier, Régie de quartier St-Jean) sur des animations
ponctuelles, telles que les fêtes de quartier.
- Promouvoir son offre d’accueil et ses services sur le territoire.

Le Grand Chalon n’attend aucune contrepartie directe de sa contribution.

Article 2 : Durée de la Convention

La convention entrera en vigueur à compter de sa notification et arrivera à échéance le 31


décembre 2019.

Article 3 : Contributions du Grand Chalon – Modalités de versement

3.1 – Montant de la contribution financière

Le Grand Chalon apporte sa contribution financière aux activités du RCJ à hauteur de


15 000 euros.
Pour l’année 2018, une partie de l’aide attribuée, soit 5 000 €, correspondra à la mise à
disposition gracieuse à compter de septembre 2018, de locaux au profit de l’Ecole de la
Deuxième Chance (E2C), portée par la Ligue de l’Enseignement de Bourgogne.
Pour 2019, le soutien annuel identique à 2018 soit 15 000 € correspondra à la mise à
disposition gracieuse de locaux pour l’E2C sur l’année complète

Cette contribution financière n’est versée que sous réserve des trois conditions suivantes :
 Le vote des crédits par délibération du Conseil Communautaire ;
 Le respect par l’Association des RCJ des obligations mentionnées aux articles 1er, 4,
5 et 6 sans préjudice de l’application de l’article 10 ;
 L’indication par les RCJ, des financements reçus des autres entités publiques comme
privées pour le financement de ses activités ;

3.2 – Modalités de versement

Le versement de la subvention interviendra, après notification de la présente convention, de


la manière suivante :

84
60 % dans les meilleurs délais après notification de la présente convention; le solde, soit 40
%, au mois de d’avril de l’année suivante sur présentation du bilan d’étape quantitatif et
qualitatif de la mise en œuvre des actions prévues à l’article 6.

Elle sera créditée au compte de l’Association des RCJ selon les procédures comptables en
vigueur.

Les versements seront effectués au compte suivant :


Code établissement :
Code guichet :
Numéro de compte :
Clé RIB

3.3 – Autres contributions

Il est précisé que, complémentairement au soutien du Grand Chalon, la Ville de Chalon


souhaite soutenir l’action de l’Association RCJ en améliorant notamment l’articulation avec
le service Jeunesse et en définissant des modalités concertées et communes de coopération
permettant l’accès des jeunes logés aux RCJ à ce service, ses équipements (Espace
Jeunesse, kiosque multimédia) et activités (animations, accompagnements divers, mise en
réseau, …) dans un objectif d’insertion territoriale et professionnelle.

Ce partenariat fait l’objet d’une convention spécifique entre l’association RCJ et la Ville de
Chalon-sur-Saône.

Article 4 : Obligations comptables

L’Association des RCJ s’engage à fournir dans les 6 mois suivants la clôture de l’exercice,
les documents ci-après établis dans le respect des dispositions du droit interne et du droit
communautaire :
 Les comptes annuels et le rapport du commissaire aux comptes prévus par l’article
L612-4 du code du commerce ou, le cas échéant, la référence de leur publication au
Journal officiel, dans l’hypothèse où l’association des RCJ recevrait annuellement,
pour les exercices 2018 et 2019, des subventions dont le montant dépasse 153 000
euros ; ou si ce seuil n’est pas atteint, une copie certifiée de son budget et ses
comptes des exercices 2018 et 2019, ainsi que tous documents faisant connaître les
résultats de son activité, en application de l’article L.1611-4 du Code Général des
Collectivités Territoriales ;
 Le rapport d’activité ;
 Le compte rendu financier conforme à l’arrêté du 11 octobre 2006 pris en application
de l’article 10 de la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens
dans leurs relations avec les administrations. Ce document retrace de façon fiable
l’emploi des fonds alloués pour l’exécution des obligations prévues dans la présente
convention.

L’association doit adopter un cadre budgétaire et comptable conforme aux modalités


d’établissement des comptes annuels des associations et fondations (Règlement n°99-01 du
16 février 1999 du Comité de la Réglementation Comptable, modifié par les règlements CRC
n°2004-12, n°2008-12 et n°2009-01).

L’Association des RCJ prend acte de ce que l’utilisation de la subvention allouée ne peut
avoir d’autre objectif que celui de servir l’intérêt local, mentionné en préambule, au travers de
son action.

85
L’Association des RCJ devra prévenir sans délai le Grand Chalon de toute difficulté
économique rencontrée au cours de la gestion.

Il est précisé que les activités de l’Association sont placées sous sa responsabilité exclusive.
La responsabilité du Grand Chalon ne pourra être recherchée à l’occasion de litiges
provenant de la gestion de l’activité des RCJ.

Article 5 : Engagements de l’Association RCJ

5.1 – Information

L’Association RCJ communique à la Direction de la Cohésion Sociale du Grand Chalon sans


délai les documents mentionnés à l’article 3 du décret du 16 août 1901 (modification de
statut, changement de composition du bureau, etc…).

De plus, en cas d’inexécution, de modifications des conditions d’exécution ou de retard pris


dans l’exécution de la présente convention par l’Association, pour une raison quelconque,
celle-ci doit en informer le Grand Chalon sans délai par lettre recommandée avec accusé de
réception.

5.2 – Assurances

L’association des RCJ exerce les activités mentionnées à l’article 1 sous sa responsabilité
exclusive.
Elle s’engage à souscrire toutes les polices d’assurances nécessaires pour garantir sa
responsabilité et pour que la responsabilité du Grand Chalon ne puisse être recherchée.
Elle devra être en mesure de fournir à tout moment au Grand Chalon les attestations
d’assurance correspondantes.

5.3 – Communication

L’association RCJ s’engage à ce que le soutien du Grand Chalon soit clairement mentionné
à l’occasion de toute information et publication qu’elle pourra être amenée à diffuser, en
concertation avec le service Communication du Grand Chalon.
Le Grand Chalon participera à la diffusion d’une information sur l’offre d’hébergement des
RCJ via les différents supports appropriés qu’il sera en mesure de réaliser.
Un lien entre les sites internet du Grand Chalon et des RCJ sera mis en place.

5.4 – Paraphe du président

Tout document (rapport d’activité, comptes annuels, etc.) transmis au Grand Chalon devra
être revêtu du paraphe du Président, représentant légal de l’Association.

Article 6 : Suivi et évaluation

L’Association RCJ doit pouvoir justifier à tout moment, sur simple demande du Grand
Chalon, de l’utilisation de la subvention reçue.
Elle s’engage à fournir un bilan annuel, qualitatif et quantitatif, de ses activités au regard des
objectifs précisés dans l’article 1.

Une réunion technique et une instance associant le président de l’Association RCJ, le


Président (et les Vice-présidents) du Grand Chalon et le Maire de Chalon seront organisées
pour analyse du bilan de l’année écoulée.

86
Le bilan comportera les éléments suivants (avec identification précise de ceux relatifs au
public prioritaire défini par le Grand Chalon) : Le nombre de demandes d’hébergement par
public et les motifs d’installation, les demandes satisfaites par public et les motifs de refus
pour les demandes qui n’ont pu être acceptées, le nombre et le type de jeunes accueillis, le
taux d’occupation, les durées d’accueil, les actions d’accompagnement menées avec les
partenaires.

Au-delà de ces éléments quantitatifs, un bilan plus qualitatif portera sur les actions de
mobilisation des partenariats, l’analyse de la durée d’hébergement et les conditions de sortie
en matière d’emploi et de logement (modalités d’accès à l’emploi et modalités d’accès à un
logement autonome).

L’Association devra être en mesure de fournir au Grand Chalon, les éléments d’analyse et
d’appréciation des parcours des jeunes ayant résidés aux RCJ que ce soit lors de leur
arrivée sur le territoire ou dans le cadre de leur parcours professionnel, et ce, avec l'accord
des jeunes concernés dès que cela est nécessaire pour respecter leur droit à la vie privée et
sous réserve du respect de la réglementation de la protection des données personnelles.

Le Grand Chalon procède, conjointement avec l’Association des RCJ, à l’évaluation des
conditions de réalisation des objectifs définis à l’article 1, lors de cette réunion à mi-parcours
et à réception du rapport d’activité des comptes annuels (article 4).

L’Association des RCJ associera également Monsieur le Président du Grand Chalon au bilan
départemental de la structure.

Article 7 : Contrôle par le Grand Chalon

Pendant et au terme de la convention, un contrôle sur place peut être réalisé par le Grand
Chalon, dans le cadre de l’évaluation prévue à l’article 6 ou dans le cadre d’un contrôle
financier prévu à l’article 4.
L’Association des RCJ s’engage à faciliter l’accès à toutes pièces justificatives des dépenses
et touts autres documents dont la production serait jugée utile dans le cadre de ce contrôle.

Article 8 : Sanctions

En cas d’inexactitude sur les informations fournies, en cas de cessation de l’ensemble de


l’activité de l’Association ou du projet faisant l’objet de cette convention, en cas de refus de
communication de documents demandés, en cas d’inexécution, de modification
substantielle, de retard des conditions d’exécution de la convention par l’Association sans
l’accord écrit du Grand Chalon, celui-ci peut respectivement exiger le reversement de tout ou
partie des sommes déjà versées au titre de la présente convention, diminuer ou suspendre
le montant de la subvention, après examen des justificatifs présentés par l’Association des
RCJ et avoir préalablement entendu ses représentants. Le Grand Chalon informe
l’Association par lettre recommandée avec accusé réception.

Article 9 : Modification de la convention

La présente convention ne peut être modifiée que par avenant signé par le Grand Chalon et
l’Association des RCJ.
Les avenants ultérieurs feront partie de la présente convention et seront soumis à l’ensemble
des dispositions qui la régissent.

87
Article 10 : Résiliation de la convention

En cas de non-respect par l’une des parties de l’une de ses obligations résultant de la
présente convention, celle-ci pourra être résiliée de plein droit par l’autre partie, sans
préjudice de tous autres droits qu’elle pourrait faire valoir, à l’expiration d’un délai de deux
mois suivant l’envoi d’une lettre recommandée avec accusé de réception valant mise en
demeure de se conformer aux obligations contractuelles et restée infructeuse.

Article 11 : Recours

Les parties s’obligent avant tout recours contentieux à tenter de régler amiablement tout
litige intervenant dans le cadre de l’exécution de la présente convention. A défaut d’accord
amiable, tout litige résultant de l’exécution de la présente convention sera du ressort du
tribunal administratif de Dijon.

Fait à Chalon-sur-Saône, le
en 2 exemplaires originaux

Pour l’Association des Résidences Pour Le Grand Chalon,


Chalon Jeunes, Le Président
Le Président,

Arnaud MALLIA Sébastien MARTIN

Notifiée à l’Association le

88
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION À L'ACTION SOLIDAIRE

N° de l'ordre du jour : 7
Rapporteur : Madame Annie LOMBARD

Maison Locale de l'Autonomie - Convention de partenariat


2018-2020 avec le Département de Saône-et-Loire

EXPOSE

Rappel du contexte :

Le déploiement d'un réseau de Maisons locales de l'autonomie (MLA) constitue une orientation
stratégique prioritaire du Département de Saône-et-Loire, inscrite dans le Schéma départemental
pour l’autonomie des personnes âgées et des personnes en situation de handicap 2016-2018 et
destinée à renforcer la coordination des réponses pour les publics PA et PH (Personnes âgées et
Personnes handicapées) dans une approche territorialisée de l’action sociale.

Les MLA constituent une porte d'entrée unique pour les personnes âgées et les personnes en
situation de handicap. Elles assurent les missions d’accueil et d’information des publics ainsi que
des missions d’évaluation des besoins dans le cadre de la délivrance des prestations versées par le
Département (Allocation personnalisée à l’autonomie et Prestation de compensation du handicap).
Elles garantissent également la bonne instruction administrative des dossiers, en lien avec les
services centraux du Département et ceux de la Maison départementale des personnes handicapées
(MDPH).

L’usager bénéficie ainsi d’un service de proximité et d’une simplification de ses démarches.

L’installation d’une MLA à Chalon s’appuie sur une politique volontariste conjointe du
Département et du Grand Chalon et sur le constat partagé de la nécessité de rechercher, au-delà des
articulations de leurs interventions sur le champ médico-social, des réponses coordonnées et
innovantes aux besoins des publics âgés ou en situation de handicap et ceci dans l’objectif de
favoriser leur maintien à domicile dans des conditions satisfaisantes.

Une convention pluriannuelle de partenariat entre le Département et le Grand Chalon d’une durée
de trois années avec renouvellement tacite a été signée le 10 février 2014.

Elle avait pour objectif de poser les bases d’une coordination entre la MLA et le Grand Chalon,
d’acter la participation financière du Grand Chalon au fonctionnement de la MLA et de favoriser
une culture de développement de projets collectifs en direction des publics PA et PH.

89
La participation financière du Grand Chalon, fixée à 30 % du coût de fonctionnement de la MLA
sur son territoire, a évolué comme suit :
2014 : 130 502 €,
2015 : 150 874 €,
2016 : 155 602 €,
2017 : 155 400 € (prévisionnel).

Il est précisé que cette participation intègre le coût de deux agents (74 300 € en 2017) intervenant
anciennement dans le cadre de l’ancien Centre Local d’Intervention et de Coordination géré
initialement par le CCAS de la Ville de Chalon puis transféré au Grand Chalon en 2012.

En termes d’activité sur le territoire d’action sociale Chalon - Louhans la MLA a, en 2016, accueilli
23 006 personnes, instruit 1 888 dossiers APA, 684 dossiers PCH (prestation de compensation du
handicap), réalisé 1 454 évaluations médico-sociales.

Elle a par ailleurs réalisé une vingtaine de réunions de coordination médico-sociale avec les SAD,
SSIAD, les CCAS, participé à des actions de lutte contre l’isolement (avec la Maison des Seniors de
Chalon) et d’aide aux aidants.

Après trois années de fonctionnement, la MLA est aujourd’hui identifiée et reconnue tant par les
personnes âgées et les personnes en situation de handicap, que par les partenaires du secteur
médico-social et sanitaire.

Un bilan globalement positif du partenariat entre le Département et le Grand Chalon peut être établi
avec le constat de la plus-value apportée par la MLA aux communes du Grand Chalon pour la
gestion des situations problématiques de leurs administrés en perte d’autonomie. Par ailleurs, le
développement d’une culture commune entre techniciens au travers d’actions portées par l’un ou
l’autre des partenaires a permis d’initier de nouvelles modalités de prise en compte des besoins
exprimés par les publics âgés et les publics en situation de handicap.

Description du dispositif proposé :

Dans un contexte de vieillissement de la population d’une part, et du besoin identifié d’une


meilleure prise en compte des problématiques des personnes en situation de handicap d’autre part, il
est proposé de poursuivre le partenariat entre le Département et le Grand Chalon pour la période
2018 - 2020 dans le cadre d’un nouveau conventionnement.
Au regard du bilan 2014 - 2017 et à la demande du Grand Chalon, la nouvelle convention proposée
complémentairement à la définition des missions de bases de la MLA :
. précise et simplifie les modalités de participation financière du Grand Chalon au fonctionnement
de la MLA sur son territoire ;
. définit plus précisémment les missions spécifiques attendues de la MLA sur son territoire au profit
notamment des communes du Grand Chalon.

Cette nouvelle convention annule et remplace la convention signée le 10 février 2014.

90
Rappel des missions de la MLA :
La MLA assure un service de proximité auprès des personnes âgées et des personnes en situation de
handicap adultes et enfants.

 Missions générales :
- accueil, information, évaluation, ouverture des droits et mise en œuvre des plans adaptés aux
personnes en perte d’autonomie du fait du vieillissement ou du handicap ;
- coordination institutionnelle des acteurs du territoire dans le cadre du Guichet intégré de la
Méthode d’action pour l’intégration des services d’aides et de soins dans le champ de l’autonomie
(MAIA) ;
- instruction des demandes de Prestation de compensation du handicap et d’évaluation médico-
sociale des besoins des demandeurs.

 Missions spécifiques conventionnelles :


- renforcer la coordination entre la MLA et le Grand Chalon pour une meilleure réponse aux besoins
des publics PA et PH sur le périmètre de la Communauté d’agglomération (accès téléphonique et
appui technique privilégiés pour les élus et techniciens du Grand Chalon et des Communes ;
réunions d’information plus régulières ; renforcement des instances de concertation, aide à la
constitution des dossiers pour les personnes les moins autonomes) ;
- élaborer de nouveaux modes de réponses aux besoins des publics PA et PH sur le périmètre du
Grand Chalon (diagnostics de besoins concertés - notamment pour les publics en situation de
handicap -, développement d’actions collectives favorisant le maintien à domicile.

Participation du Grand Chalon :


Afin de simplifier les modalités de calcul de la participation du Grand Chalon assise initialement
sur les coûts annuels constatés au compte administratif de chaque année et d’éviter des évolutions
annuelles non maîtrisées, un principe de forfaitisation de la participation financière du Grand
Chalon est proposé pour la période 2018 - 2020.
La participation annuelle du Grand Chalon (sur la base du coût de fonctionnement et des
moyens existants notamment humains de la MLA en 2016) est fixée à 155 000 €, pour les années
2018, 2019 et 2020.
La mise à disposition de deux agents est maintenue et intégrée à cette participation forfaitaire, et
représente un montant annuel forfaitaire arrêté à 76 000 €.
Par différence, la participation financière annuelle du Grand Chalon est donc arrêtée
forfaitairement à 79 000 €.
Le projet de convention de partenariat est joint en annexe.

91
DECISION

Cadre juridique :

Vu l’article L5216-5 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu les statuts de la Communauté d’Agglomération « Le Grand Chalon » approuvés lors du Conseil


communautaire du 25 octobre 2017,

Vu la délibération 2018-03-4-1 du 29 mars 2018 relative à la délégation d’attribution donnée au


Président,

Vu le projet de convention de partenariat joint en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver les nouvelles modalités de partenariat pour la période 2018 - 2020 avec le
Conseil départemental de Saône-et-Loire pour le fonctionnement sur le territoire du Grand
Chalon de la Maison Locale de l’Autonomie installée à Chalon ;
 D’autoriser Monsieur le Président ou son représentant à signer la convention
correspondante.

92
DIRECTION DE L’AUTONOMIE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES HANDICAPEES
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

CONVENTION DE PARTENARIAT

Entre
Le Département de Saône-et-Loire, représenté par son Président, dûment habilité par délibération
du Conseil départemental du 15 mars 2018, ci-après dénommé « Le Département »,
La Maison départementale des personnes handicapées, représentée par son Président, dûment
habilité par délibération de la Commission exécutive du 8 février 2018 ci-après dénommée MDPH,
et
La Communauté d’agglomération Chalon - Val de Bourgogne, dite « Le Grand Chalon » –
sise 23 avenue Georges Pompidou – CS 90246 – 71106 Chalon-sur-Saône Cedex, représentée par
son Président, dûment habilité par ……………………

Préambule :

Le déploiement d'un réseau de Maisons locales de l'autonomie (MLA) constitue une orientation
stratégique prioritaire du Département de Saône-et-Loire, inscrite dans le Schéma départemental
pour l’autonomie des personnes âgées et des personnes en situation de handicap 2016-2018 et
destinée à renforcer la coordination des réponses pour les publics PA et PH (Personnes âgées et
Personnes handicapées) dans une approche territorialisée de l’action sociale.

Les MLA constituent une porte d'entrée unique pour les personnes âgées et les personnes en
situation de handicap. Elles assurent les missions d’accueil et d’information des publics ainsi que
des missions d’évaluation des besoins dans le cadre de la délivrance des prestations versées par le
Département (Allocation personnalisée à l’autonomie et Prestation de compensation du handicap).
Elles garantissent également la bonne instruction administrative des dossiers, en lien avec les
services centraux du Département et ceux de la Maison départementale des personnes
handicapées (MDPH).

Les interventions de la MLA dans le champ du handicap sont déclinées en cohérence avec le
Référentiel des missions et de qualité de service des MDPH défini par la Caisse nationale de
solidarité pour l’autonomie (CNSA).

L’usager bénéficie ainsi d’un service de proximité et d’une simplification de ses démarches.

Au sein des Maisons locales de l’autonomie, ont été constituées des équipes pluridisciplinaires
mutualisant les compétences des personnels du Département et des personnels des partenaires
associés.

L’installation d’une MLA sur le chalonnais s’appuie sur une politique volontariste conjointe du
Département et du Grand Chalon et sur le constat partagé de la nécessité de rechercher, au-delà
des articulations de leurs interventions sur le champ médico-social, des réponses coordonnées et
innovantes aux besoins des publics âgés ou en situation de handicap, dans l’objectif de favoriser
leur maintien à domicile dans des conditions satisfaisantes.

Page 1/8
93
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Dans ce cadre, la convention de partenariat entre le Département et le Grand Chalon, signée le


10 février 2014, a permis de poser les bases de coordination nécessaires entre la MLA et le Grand
Chalon, d’acter la participation financière du Grand Chalon au fonctionnement de la MLA et de
favoriser la culture de développement de projets collectifs en direction des publics PA et PH.

Après trois années de fonctionnement, la MLA est aujourd’hui identifiée et reconnue tant par les
personnes âgées et les personnes en situation de handicap, que par les partenaires du secteur
médico-social et sanitaire. Un bilan globalement positif du partenariat entre le Département et le
Grand Chalon a été établi sur la plus-value apportée par la MLA aux communes du Grand Chalon
pour la gestion des situations problématiques de leurs administrés en perte d’autonomie. Par
ailleurs, une culture commune s’est renforcée entre techniciens au travers d’actions portées par
l’une ou l’autre des collectivités : elle a permis d’initier de nouvelles modalités de prise en compte
des besoins exprimés par les publics âgés et les publics en situation de handicap.

Dans un contexte de vieillissement de la population d’une part, et du besoin identifié d’une meilleure
prise en compte des problématiques des personnes en situation de handicap d’autre part, le
renouvellement du partenariat entre le Département et le Grand Chalon vise notamment à
développer des actions, complémentaires à celles déjà portées par leurs services ou par d’autres
partenaires, renforçant la qualité de vie des personnes âgées ou handicapées vivant à leur domicile.

Il est convenu ce qui suit :

Article 1 : objet de la convention

Le partenariat, objet de la présente convention, vise à développer des réponses coordonnées et


innovantes aux besoins des personnes âgées et des publics en situation de handicap vivant à leur
domicile, en complément des actions et missions déjà portées par chacun des signataires.

La convention :

- définit le service destiné au public de la MLA et les conditions de mise à disposition des moyens
humains et matériels par les signataires pour permettre son fonctionnement ;

- précise et simplifie les modalités de participation financière du Grand Chalon au fonctionnement,


sur son territoire, de la MLA ;

- définit, au regard du soutien apporté par le Grand Chalon, les missions spécifiques exercées par
la MLA sur son territoire.

Au regard des compétences organisées par la loi et de la responsabilité qui incombe au


Département d’assurer les prestations en direction des personnes âgées et personnes en situation
de handicap, il est convenu entre les partenaires que le Département porte et organise le
fonctionnement de la MLA ; une instance de suivi et d’évaluation du dispositif associant les
représentants du Département, de la MDPH et du Grand Chalon, telle que décrite dans l’article 6,
est mise en place.

Page 2/8

94
DIRECTION DE L’AUTONOMIE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES HANDICAPEES
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Article 2 : territoire concerné

La MLA est mise en place sur l’ensemble du Territoire d’action sociale (TAS) tel que défini dans la
carte jointe en annexe (annexe 1). Elle intègre ainsi les Communes de Gergy, Allerey-sur-Saône et
Saint-Loup-Géanges, auparavant rattachées à la MLA de Louhans, dans son périmètre, en
cohérence avec les limites actuelles du périmètre du Grand Chalon.

Par ailleurs, dès l’alignement du périmètre des TAS sur celui des SCOT (Schéma de cohérence
territoriale) prévu en 2018, la MLA intègrera 18 nouvelles communes dans son périmètre (annexe 2)
dont 3 communes appartenant à la Communauté d’agglomération du Grand Chalon, mais
dépendantes actuellement du TAS de Montceau : Cheilly-les-Maranges, Sampigny-les-Maranges et
Saint-Sernin-du-Plain.

Article 3 : missions de la MLA

La MLA assure un service de proximité auprès des personnes âgées et des personnes en situation
de handicap adultes et enfants.

Dans le cadre du partenariat spécifique entre le Département, la MDPH et le Grand Chalon, les
missions générales de la MLA sont complétées par des missions spécifiques définies par voie
conventionnelle. Les missions sont précisées comme suit :

 Missions générales de la MLA : accueil, information, évaluation, ouverture des droits et mise
en œuvre des plans adaptés aux personnes en perte d’autonomie du fait du vieillissement ou du
handicap (enfants et adultes). Il s’agit d’une réponse individualisée aux besoins des publics PA
ET PH. Cette mission est décrite dans le document annexé (annexe 3).

La MLA anime par ailleurs une coordination institutionnelle des acteurs du territoire dans le
cadre du Guichet intégré de la Méthode d’action pour l’intégration des services d’aides et de
soins dans le champ de l’autonomie (MAIA) constituée avec les différents partenaires chargés
d’agir en direction du public PA et PH : hôpital, services d’aide et accompagnement à domicile,
services infirmiers, etc… Dans le cadre du déploiement Guichet intégré MAIA, il est proposé des
temps de sensibilisation aux accueillants pour un soutien technique dans la conduite de
l’analyse des situations et l’orientation des personnes âgées au sein du systèmes d’aides. Cette
démarche et outillage seront impliqués au bénéfice de l’accueil des personnes âgées en MLA.

En application des missions définies par le Référentiel de missions et de qualité de service des
MDPH élaboré par la CNSA, la MLA assure la fonction de guichet unique de la MDPH pour
l’ensemble des dispositifs de compensation du handicap pour les publics adultes et enfants. Elle
réalise par ailleurs, les fonctions d’instruction des demandes de Prestation de compensation du
handicap et d’évaluation médico-sociale des besoins des demandeurs, en conformité avec les
référentiels et les processus décisionnels de la MDPH. Ainsi, en application de la réglementation
en vigueur, les décisions d’ouverture de droits ou d’orientation vers des dispositifs
médico-sociaux ou socio-professionnels répondant aux besoins de personnes handicapées
relèvent de la seule autorité de la Commission des droits et de l’autonomie des personnes
handicapées (CDAPH) dont la MDPH organise le fonctionnement et le secrétariat.

Page 3/8
95
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Dans le champ du handicap, la mission d’accueil, d’orientation et aide à la formulation du projet


de vie, des attentes et besoins des usagers et la mission d’évaluation et d’élaboration des
réponses et du plan de compensation sont la déclinaison du Référentiel national des missions et
de qualité de service des MDPH défini par la CNSA.

 Missions spécifiques conventionnelles :

Elles ont pour objectif :

• de renforcer la coordination entre la MLA et le Grand Chalon pour une meilleure


réponse aux besoins des publics PA et PH sur le périmètre de la Communauté
d’agglomération.

Pour ce faire, la MLA offre aux élus et aux techniciens du Grand Chalon (des Communes et
de la Communauté d’agglomération) les services suivants :

1. un accès téléphonique privilégié (communication des lignes directes des instructeurs


et des responsables MLA) facilitant l’accès à l’information et les échanges avec la MLA.

2. un appui technique privilégié relatif aux situations individuelles problématiques


rencontrées par les élus et techniciens du Grand Chalon en matière de perte
d’autonomie.

3. Le développement de réunions régulières de la MLA avec élus et techniciens du


Grand Chalon afin :

o de les informer des évolutions législatives en matière d’autonomie,


o de partager sur les besoins identifiés des publics en termes de perte
d’autonomie et sur la nature des réponses à apporter,
o de définir si besoin des actions collectives ciblées et concertées sur le champ de
la perte d’autonomie.

4. Le renforcement des instances de concertation dans le cadre du suivi de la


convention avec la mise en place, en complément du comité de suivi et d’évaluation de
la MLA, d’un dialogue de gestion.

5. L’aide à la constitution des dossiers pour les personnes les moins autonomes et
isolées socialement, évaluées comme telles selon un référentiel à définir d’un commun
accord dans le cadre de la présente convention.

• d’élaborer de nouveaux modes de réponses aux besoins des publics PA et PH sur le


périmètre du Grand Chalon :

1. par la réalisation de diagnostics des besoins concertés (notamment des publics en


situation de handicap) et de préconisations d’intervention.

2. par le développement d’actions collectives favorisant le maintien à domicile


comme l’aide aux aidants, la lutte contre l’isolement, ou la prise en compte spécifique
des besoins des personnes en situation de handicap ou des parents d’enfants
handicapés en complément du droit commun… .

Page 4/8

96
DIRECTION DE L’AUTONOMIE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES HANDICAPEES
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Article 4 : moyens mobilisés pour la mise en œuvre

4.1 moyens mobilisés :

 locaux

Les services de la Maison locale de l’autonomie sont installés à la Maison départementale des
solidarités : 52, rue Pierre Deliry à Chalon-sur-Saône et occupent le rez-de-chaussée de cet
équipement départemental.

 moyens humains

Les moyens doivent permettre d'assurer un service continu, sur une amplitude horaire de 34 heures
hebdomadaires minimum répartie sur 5 jours par semaine.

Les horaires d’ouverture au public sont les suivants :


Lundi au jeudi : 8h45-12h15 et 13h45-17h15
Vendredi : 8h45-12h15 et 13h45-16h15

Les effectifs exprimés en Equivalents temps plein (ETP) s’élèvent à : 15,2 ETP.

Article 5 : répartition de la charge financière

5.1 mode de calcul de la participation annuelle du Grand Chalon :

Un principe de forfaitisation de la participation financière du Grand Chalon est retenu pour la période
2018 – 2020.

Cette participation est calculée sur la base du coût de fonctionnement 2016 de la MLA.

Elle est ainsi fixée à partir de 2018 et jusqu’en 2020 à 30 % ( taux identique à celui appliqué dans la
convention précédente) du coût annuel 2016 de fonctionnement de la MLA sur le Grand Chalon
(calcul au prorata de la population du territoire du Grand Chalon mise à jour au
1er janvier 2017) soit 155 000 €.

Cette participation comprend le versement d’une participation financière selon les modalités
précisées à l’article 5.3 et la mise à disposition de deux agents (cf. article 5.2).

Établi à partir des dépenses de personnel 2016 avec application d’un coefficient d’évolution (2,70 %
pour la période), le coût des deux agents mis à disposition représente un montant annuel arrêté
forfaitairement à 76 000 €.

Par différence, la participation financière annuelle du Grand Chalon est donc arrêtée forfaitairement
à 79 000 €.

En cas de modification significative des modalités de fonctionnement de la MLA la participation


financière du Grand Chalon pourra être réexaminée.

Page 5/8
97
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Rappel du mode de calcul de la participation annuelle:

- masse salariale (MS) : ensemble des agents affectés à la MLA (Département et


Grand Chalon) ;
- locaux (L) : fluides (eau, électricité), téléphonie, entretien des locaux, taxe enlèvement
ordures ménagères et amortissement.
Coût de la MLA = masse salariale et locaux (MS+L) soit : 610 251 €

Au 1er janvier 2017 :

- population de tout le territoire concerné : 138 461 habitants = Pop tot.


- population du Grand Chalon : 117 530 habitants = Pop Gd Ch
- ratio par habitant : (MS+L) / Pop tot. = 4.407 € par habitant

Coût de la MLA sur le territoire du Grand Chalon = Pop Gd Ch X R € soit 518 000 €

Participation annuelle du Grand Chalon = 30 % x Pop Gd Ch X R € soit 155 000 €

5.2 Mise à disposition de personnel par la Communauté d’agglomération du Grand Chalon :

La Communauté d’agglomération Chalon - Val de Bourgogne met à disposition au Département


2 agents :

 1 agent d’accueil sur le grade d’agent social de catégorie C,


 1 travailleur social sur le grade d’assistant socio-éducatif catégorie B.

Ces mises à disposition feront l’objet d’une convention distincte.

La participation financière nette du Grand Chalon intègre une valorisation forfaitisée de ces mises à
disposition selon les modalités indiquées à l’article 5.1.

5.3 Modalités de versement de la participation du Grand Chalon :

La participation financière forfaitaire détaillée à l’articler 5.1 donnera lieu à l’émission d’un titre de
recette par le Département avant le 30 septembre de chaque année.

5.4 Participation du Département :

À l’exception de celles qui sont relatives aux ressources humaines mises à disposition par le
Grand Chalon, le Département porte l’ensemble des charges liées au fonctionnement de la MLA
telles que décrites dans la présente convention. Il recouvre annuellement la participation financière
du Grand Chalon.

Page 6/8

98
DIRECTION DE L’AUTONOMIE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES HANDICAPEES
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Article 6 : suivi et évaluation de la MLA

Le fonctionnement quotidien de la MLA et l’organisation du travail des personnels incombent au


Département ainsi que précisé à l’article 1.

Le suivi et l’évaluation du fonctionnement de la MLA donnent lieu à deux instances :

• Un comité technique dédié au dialogue de gestion :

o composé de représentants techniques des parties signataires, elle permet le partage


des informations relatives au service rendu aux publics concernés, les projets prévus ou
réalisés, l’organisation et les modalités de fonctionnement du service, les moyens mis
en œuvre,

o Elle se réunit autant que de besoin et prépare les réunions du comité de suivi et
d’évaluation, et notamment le rapport d’activité annuel.

• Un comité de suivi et d’évaluation du partenariat :

o composé de 10 représentants désignés par chaque collectivité selon la répartition


suivante :

 Département et MDPH (7 sièges) : 5 représentants élus, le Directeur général


adjoint aux Solidarités ou son représentant, le Directeur de l’autonomie des
personnes âgées et des personnes handicapées ou de son représentant,
 Grand Chalon (3 sièges) : 3 représentants élus désignés par le
Conseil communautaire.

o Chacun des partenaires aura la possibilité de convier des techniciens aux réunions de
l’instance.

o Cette instance se réunira au moins une fois par an avec pour rôle d’évaluer la
pertinence des actions menées sur la base d’un rapport d’activité et d’un bilan financier
qui lui sont présentés annuellement.

Article 7 : dénonciation

La présente convention peut être résiliée au cas d’inexécution de ses obligations par l’une des
parties, à la suite d’une mise en demeure restée sans effet 45 jours après sa notification par lettre
recommandée avec accusé réception.

Article 8 : élection de domicile - attribution de juridiction

Pour l’exécution des présentes, les parties déclarent élire domicile au Département. Toutes
contestations ou litiges pouvant survenir seront soumis à la juridiction compétente selon les règles
applicables en la matière.

Page 7/8
99
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Article 9 : durée de la convention

La présente convention est conclue à compter du 1er janvier 2018 pour une période initiale de trois
ans renouvelable tacitement une fois. Elle annule et remplace la convention signée entre le
Département, la MDPH et le Grand Chalon le 10 février 2014.

En cas de reconduction, la participation forfaitaire du Grand Chalon prévue à l’article 5 sera révisée
par voie d’avenant sur la base du dernier bilan financier annuel présenté au Comité de suivi et
d’évaluation.

Fait à Mâcon, le

Pour le Département de Saône-et-Loire Pour la Communauté d’agglomération


Chalon - Val de Bourgogne,

Le Président Le Président

Pour la Maison départementale


des personnes handicapées

Le Président

Page 8/8

100
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION À L'ACTION SOLIDAIRE


DIRECTION DE LA PETITE ENFANCE

N° de l'ordre du jour : 8
Rapporteur : Madame Fabienne SAINT-ARROMAN

Petite enfance - Rénovation de l'espace Multi Accueil du Lac


et fusion avec l'EMA Arc-en-Ciel - Autorisation de
programme - Création

EXPOSE

Rappel du contexte :

En 2015, le Grand Chalon a défini six grandes orientations stratégiques pour sa nouvelle politique
petite enfance :

1. En fil rouge, le lancement d’une démarche qualité sur l’ensemble des structures du service
public petite enfance ;
2. Une offre d’accueil collective publique accessible à tous, renforcée aux portes et au cœur
de l’aire urbaine de Chalon-sur-Saône ;
3. S’appuyer sur des démarches innovantes pour inscrire l’ensemble des modes de garde
dans une offre globale ;
4. Une réponse à la demande d’accueil en horaires atypiques par le développement de
solutions plurielles ;
5. La redéfinition des objectifs et du cadre des missions de soutien à la parentalité ;
6. Une stratégie responsable définie dans un cadre partenarial.

Afin de décliner en actions et opérations les orientations ci-dessus, le Grand Chalon a adopté en
novembre 2015 le schéma directeur Petite Enfance 2016-2025.
Le programme d’investissement afférent s’élève à 9,2 millions d’euros répartis sur 10 ans sur la
base d’un document de programmation opérationnel et financier.

Il comprend six grands volets d’intervention (en investissement) :


 volet 1 : Transformation des halte-garderies en micro-crèches ;
 volet 2 : Transfert des équipements vétustes dans des équipements neufs ou rénovés ;
 volet 3 : Rénovation lourde d’équipements vétustes ;
 volet 4 : Rénovation légère, mise aux normes et entretien du parc (dont une enveloppe
spécifiquement dédiée aux EMA Hirondelle et Jean Moulin) ;
 volet 5 : Création de RAM renforcés en deuxième couronne ;

101
 volet 6 : Fonds d’amorçage (soutien des investissements privés).

La programmation de l’année 2018 concernant le volet 3 prend en compte la poursuite du projet


de rénovation de l’Espace Multi-accueil du Lac et de sa fusion avec l’EMA Arc en Ciel : études
de maîtrise d’œuvre et démarrage des travaux à la rentrée 2018.

Description du dispositif proposé :

Il est proposé la création d’une Autorisation de Programme permettant, en application du volet n°3
du schéma directeur, la réalisation du projet de rénovation de l’Espace multi-accueil du lac et de sa
fusion avec l’EMA Arc-en-Ciel.
Cette Autorisation de Programme, dénommée « Rénovation de l’EMA Lac - Arc-en-Ciel à Chalon-
sur-Saône », d’une durée de 3 ans est créée pour un montant de 2 140 000 euros TTC.

La répartition prévisionnelle des crédits de paiement est la suivante :

Année de Montant de l’AP Ventilation initiale des crédits de paiements


création CP 2018 CP 2019 CP 2020
2018 2 140 000 350 000 1 780 000 10 000

Des cofinancements de l’Europe, de l’Etat, de la Région et de la CAF ont été sollicités pour cette
opération.

DECISION

Cadre juridique :

Vu les statuts du Grand Chalon et notamment la compétence « action sociale d’intérêt


communautaire »,

Vu l’ordonnance n°2005-1027 du 26 août 2005 relative à la simplification et à l’amélioration des


règles budgétaires et comptables applicables aux collectivités territoriales, à leurs groupements et
aux établissements publics locaux qui leur sont rattachés,

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales et par renvoi des articles L5211-36 et R.5211-13
aux articles L2311-3 et R2311-9 dudit Code,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver la création d’une Autorisation de Programme dénommée « Rénovation de


l’EMA Lac - Arc-en-Ciel à Chalon-sur-Saône », d’une durée de 3 ans et pour un montant de
2 140 000 euros TTC.

102
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION AU DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE


DIRECTION DE L'EAU ET DE L' ASSAINISSEMENT

N° de l'ordre du jour : 9
Rapporteur : Monsieur Francis DEBRAS

Commune de Crissey - Fonds de concours pour des travaux


de renforcement du réseau d'eaux pluviales allée du Noyer
et chemin du Moireau

EXPOSE

Rappel du contexte :

Le Grand Chalon entreprend le renforcement d’un collecteur d’eaux pluviales sur 150 mètres allée
du Noyer et chemin du Moireau à Crissey, passant ainsi le diamètre du réseau de 300 mm à 700
mm.

En effet, le dimensionnement du réseau retenu à l’époque de son installation n’est aujourd’hui plus
adapté aux volumes d’eaux pluviales à collecter du fait de l’imperméabilisation des sols,
conséquence de l’urbanisation du bassin versant amont et de travaux de voirie. Ces travaux
apparaissent d’autant plus nécessaires qu’ils ont pour but de limiter les dommages et l’occurrence
d’inondation d’une habitation située à l’aval de l’allée du Noyer (litige en cours).

Le collecteur existant a fait l’objet d’une inspection caméra qui a révélé un état satisfaisant ne
justifiant pas la programmation de son renouvellement à moyen terme.

Par ailleurs, des mesures de gestion à la parcelle ou de régulation du débit des eaux pluviales, qui
n’ont pas été prévues à l’origine lors de l’urbanisation du bassin versant, ne peuvent plus être mises
en place aujourd’hui de façon efficace (espaces disponibles insuffisants, interventions en domaine
privé).

Description du dispositif proposé :

Compte tenu du contexte, notamment au regard de la nécessité d’accroitre le dimensionnement du


réseau lié à l’imperméabilisation des sols, et l’impossibilité de mettre en œuvre des dispositifs de
gestion alternative des eaux pluviales, la commune de Crissey entend participer financièrement par
le biais d’un fonds de concours aux travaux de renforcement du collecteur d’eaux pluviales, au titre
de ses compétences urbanisme, voirie et protection civile.

103
Il convient de rappeler que la gestion des eaux pluviales urbaines est une compétence du Grand
Chalon, fortement liée à celles des communes. Des solutions de gestion de ces eaux limitant leur
ruissellement et favorisant leur rétention et leur infiltration sont à privilégier.

Le montant total prévisionnel de l’opération s’élève à 55 000 € HT, honoraires de maîtrise d’œuvre
inclus.

Le montant de la participation de la commune est fixé à 38 % du montant total de l’opération, soit


environ 21 000 € HT, honoraires de maîtrise d’œuvre inclus.

Le Grand Chalon prend à sa charge le coût de renouvellement du réseau à l’identique (en diamètre
300 mm). La commune finance le coût supplémentaire des travaux induit par la pose d’un réseau en
diamètre 700 mm.

Le Grand Chalon ne perçoit aucune subvention pour la réalisation de ces travaux.

Le montant du fonds de concours n’excède pas la part de financement assurée par le Grand Chalon.

Le Grand Chalon fait son affaire du paiement et de la récupération de la TVA appliquée sur ces
travaux.

La commune de Crissey verse sa participation financière sur présentation par le Grand Chalon du
récapitulatif définitif des dépenses réelles réalisées à la fin des travaux.

DECISION

Cadre juridique :

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales et notamment l’article L5216-5,

Vu les statuts du Grand Chalon,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’autoriser le versement d’un fonds de concours par la commune de Crissey, en vue de


participer au financement du renforcement du collecteur d’eaux pluviales allée du Noyer et
chemin du Moireau.
 D’autoriser Monsieur le Président, ou son représentant, à signer tout acte afférent à ce fonds
de concours.

104
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION AU DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE


DIRECTION DE L'EAU ET DE L' ASSAINISSEMENT

N° de l'ordre du jour : 10
Rapporteur : Monsieur Francis DEBRAS

Assainissement - Réhabilitation de la station d'épuration


SaôneOr - Ouverture d'une autorisation de programme en
dépenses

EXPOSE

Rappel du contexte :

La station d’épuration SaôneOr, située sur la commune de Crissey, a été construite en 1980 pour
traiter les effluents de la zone industrielle nord de l’Agglomération chalonnaise. Suite à la cessation
d’activités des principaux industriels de cette zone (KODAK, LA MESTA), la charge polluante
traitée par cette station d’épuration a fortement décru et a contraint son gestionnaire de l’époque,
l’Association des Utilisateurs de la Zone Industrielle Nord, dite l’AUZIN, à réaliser un diagnostic
technico-économique de l’équipement.

Cette étude a démontré que la chute de la charge polluante en entrée de la station d’épuration
conduisait à un déséquilibre économique majeur mettant en cause la pérennité de l’exploitation de
l’ouvrage et le service rendu aux industriels raccordés.

La Communauté d’Agglomération du Grand Chalon, compétente en matière de développement


économique et d’assainissement, et l’AUZIN ont alors engagé des discussions et convenu du
transfert de la station d’épuration dans le domaine public, afin de garantir sur le long terme, le
service rendu aux industriels présents et de conserver ainsi l’attractivité de la zone industrielle.

La station d’épuration SaôneOr a ainsi été cédée au Grand Chalon le 1er juillet 2012.

Pour la collectivité, l’intégration de ce nouvel équipement a permis d’envisager à l’échelle


intercommunale une répartition des charges polluantes arrivant sur les différentes unités de
traitement. Ainsi, fin 2013, les systèmes de collecte des eaux usées des communes de Crissey,
Fragnes-La Loyère et Virey-le-Grand ont été déconnectés de la station d’épuration de Port Barois et
raccordés sur celle de SaôneOr.

105
Description du dispositif proposé :

L’état de vétusté de la station d’épuration SaôneOr nécessite aujourd’hui une réhabilitation


complète de l’installation, pour maintenir son niveau de qualité de traitement des effluents et se
donner la capacité d’accueillir de nouvelles industries sur la zone d’activités économiques.

Les études de projet ont été réalisées. Le montant total de l’opération de réhabilitation de la station
d’épuration est estimé à 6,2 millions d’euros hors taxes.

Ce projet est inscrit au programme d’actions prévu dans la convention de partenariat signée le 27
janvier 2014 entre le Grand Chalon et l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse pour la période
2013-2018. A ce titre, le Grand Chalon peut bénéficier d’une subvention.

Cette opération d’envergure est également identifiée parmi les priorités du Schéma directeur
d’assainissement établi par le Grand Chalon.

Afin de mener à bien ce projet, il est proposé de créer sur le budget annexe « Assainissement » du
Grand Chalon une autorisation de programme pour une durée de trois ans, intitulée « Réhabilitation
de la station d’épuration SaôneOr », et d’autoriser l’inscription des crédits de paiement sur le budget
2018.

La répartition et l’affectation prévisionnelles des crédits de paiement pour cette opération sont les
suivantes :

Durée de Montant de l'AP Ventilation des crédits de paiement


l'AP en € H.T. 2018 2019 2020
3 ans 6 200 000 € 400 000 € 3 400 000 € 2 400 000 €

Cette autorisation de programme (AP) et l’affectation des crédits de paiement correspondant (CP)
pourront être révisées par décision de l’assemblée délibérante.

DECISION

Cadre juridique :

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales et notamment le renvoi de l’article L.5211-36 aux
articles L.2221-11, L2311-3 et R2311-9,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver la création au budget annexe 08 « Assainissement » d’une autorisation de


programme « Réhabilitation de la station d’épuration SaôneOr » en dépenses, telle que
définie dans le dispositif proposé ;

 De valider la ventilation des crédits de paiement proposée.

106
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION AU DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE


DIRECTION DÉVELOPPEMENT DURABLE ET MOBILITÉS

N° de l'ordre du jour : 11
Rapporteur : Monsieur Landry LEONARD

Environnement - Association Atmo Bourgogne-Franche-


Comté - Convention de Partenariat 2018

EXPOSE

Rappel du contexte :

Le Grand Chalon détient, au titre de sa compétence « protection et mise en valeur de


l’environnement et du cadre de vie », celle relative à la lutte contre la pollution de l’air. A ce titre, le
Grand Chalon adhère à l’association Atmo Bourgogne-Franche-Comté, dans le cadre d’une
adhésion simple.

Par la loi n°96-1236 en date du 30 décembre 1996 sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie,
l’Etat a confié la mise en œuvre de la surveillance de la qualité de l’air à des organismes au statut
d’association loi 1901. Atmosf’air Bourgogne a fusionné avec Atmosf’air Franche-Comté pour
devenir Atmo Bourgogne-Franche-Comté au 12 mai 2017. L’association dispose d’un agrément
ministériel.

L’article R.221-10 2° du Code de l’Environnement précise que le financement d’un organisme de


surveillance agréé doit être assuré principalement par des subventions de l’Etat et des collectivités.
Atmo Bourgogne-Franche-Comté perçoit par ailleurs des contributions d’entreprises. En effet, les
exploitants d’installations soumises à la Taxe Générale sur les Activités Polluantes (TGAP) peuvent
déduire de cette taxe les dons et contributions versés aux organismes de surveillance de la qualité de
l’air.

Description du dispositif proposé :

Il est proposé d’établir une nouvelle convention de partenariat avec Atmo Bourgogne-Franche-
Comté à compter de cette année 2018. Le projet de convention vise à formaliser les modalités de ce
partenariat, le programme d’action à mettre en œuvre conjointement et la contribution du Grand
Chalon au budget de l’association.

Le programme sur le Grand Chalon porte sur les actions suivantes :

107
 Participer à la mise en œuvre et l’évaluation du Plan de Protection de l’Atmosphère
(PPA) sur le territoire de l’Agglomération et la participation à son évaluation.
Des mesures et/ou modélisations seront réalisées visant à réduire les zones rouges identifiées dans
le PPA à l’aide de stations de mesures mobiles temporaires.

 Surveiller et prévoir la qualité de l’air


Les trois stations de mesures fixes déployées sur Chalon-sur-Saône et Champforgeuil, permettent la
surveillance en continue, ou saisonnière selon les polluants, des polluants de type oxydes d’azote et
poussières, PM 10 et PM 2,5 rejetés directement par l’activité humaine et l’ozone polluant
photochimique estivale. En complément, des mesures spécifiques de retombées atmosphériques de
métaux sont également réalisées de manière continue sur l’Agglomération.

 Collecter les données


Dans le cadre de ses missions, Atmo Bourgogne-Franche-Comté porte une plateforme numérique
d’observations Air, Climat, Energie (OPTEER) centralisant un ensemble de données
communicables aux partenaires pour leurs études.

 Communiquer sur la qualité de l’air


La mobilisation des nouvelles technologies de communication et le développement de supports
spécifiques (sites partenaires dont Grand Chalon, application smartphone, facebook, widget…)
pour une information proactive à l’échelle du territoire, au quotidien et lors des pics de pollution de
l’air.

 Alerter en cas de pic de pollution atmosphérique


Par délégation du Préfet de Département, une information de la population chalonnaise, via les
médias ou d’autres relais à développer, est assurée par Atmo Bourgogne-Franche-Comté au
quotidien et lors de pics de pollution.

 Analyser et expliquer les phénomènes de pollution atmosphérique,


La pollution de l'air provient de sources variées qui rejettent des polluants dits primaires. Puis, au
contact les uns des autres, par synergie et réactions chimiques avec d'autres composants de
l'atmosphère, ces "précurseurs" engendrent des polluants dits secondaires.
Le rôle d'Atmo Bourgogne-Franche-Comté est donc de confronter les données de consommation
d'énergie et météorologiques, aux résultats d'analyse de qualité d'air, tels que constatés, en vue de
comprendre et d'expliquer les phénomènes de pollution atmosphérique.

 Développer des outils de prévision, d’expertise et de scénarisation


Un modèle de prévision et d’évaluation de la qualité de l’air à l’échelle régionale actualise chaque
jour les prévisions, mais évalue également en tout point du territoire, l’état de la qualité de l’air. En
complément de la surveillance fixe automatisée, Atmo Bourgogne-Franche-Comté élabore un
inventaire territorial, à l’échelle communale, des émissions de polluants atmosphériques, de gaz à
effet de serre et de consommation d’énergie, réactualisé périodiquement.

 Sensibiliser la population aux moyens de lutte contre la pollution atmosphérique


Une sensibilisation du jeune public au travers d’animations en milieux scolaires avec un objectif
d’une dizaine de classe par an.

 Conseiller et accompagner les acteurs du territoire confrontés à une problématique de


qualité de l’air intérieur et extérieur
Une analyse synthétique de l’état de la qualité de l’air et des enjeux associés pour l’ensemble des
communes du Grand Chalon, en lien avec les politiques locales d’aménagement du territoire.

108
Enfin, l’association s’engage à participer à l’élaboration des documents cadres pilotés par le Grand
Chalon (Plan Climat Air Energie Territorial, Plan de Déplacement Urbain, Contrat Local de Santé,
Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement).

Afin d’acquérir une projection durable de l’action de l’association Atmo Bourgogne-Franche-Comté


sur le territoire, les parties projettent de se rencontrer à l’automne 2018 pour finaliser et proposer un
contrat d’objectifs pluriannuel sur la période 2019-2021.

Le montant de la participation financière pour l’année 2018 s’élève à 15 000 €. En outre, le Grand
Chalon s’engage à proposer à l’association un local d’accueil, avec prise en charge des frais de
fonctionnement et accès au réseau informatique fibre.

DECISION

Cadre juridique :

Vu l’article L.5216-5 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu les articles L.221-1 et suivants et R.221-10 et suivants du Code de l’Environnement,

Vu l’arrêté du 19 avril 2017 relatif au dispositif national de surveillance de la qualité de l’air


ambiant,

Vu l’arrêté PREF-DREAL-2015-SDD-027 du 19 août 2015 portant approbation du Plan de


Protection de l’atmosphère de Chalon-sur-Saône,

Vu les statuts du Grand Chalon,

Vu la convention jointe en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver le projet de convention de partenariat relative à la mise en œuvre de la


surveillance de la qualité de l’air avec l’association Atmo Bourgogne–Franche Comté pour
l’année 2018 ;

 D’approuver la participation financière du Grand Chalon pour un montant de 15 000 euros ;

 D’autoriser Monsieur le Président, ou son représentant, à signer le projet de convention joint


en annexe.

109
CONVENTION DE PARTENARIAT entre

Le GRAND CHALON

et

l’association
ATMO BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE

Année 2018

1
110
Entre :

La Communauté d’Agglomération Le Grand Chalon, sis xxx (71XXX) représentée par son
Président, Monsieur Sébastien MARTIN, dûment habilité à l’effet de la présente en vertu d’une
délibération du Conseil Communautaire du 31 mai 2018 d’une part,

Ci-après dénommée « Le Grand Chalon »

Et

L'Association ATMO Bourgogne-Franche-Comté, association régie par la loi du 1er juillet 1901,
dont le siège social est situé 15 rue Mégevand à BESANCON (25 000), représentée par sa
Présidente, Madame Catherine HERVIEU, dûment habilitée à l’effet de la présente, d’autre
part.

Ci-après dénommée « l’Association» ou « ATMO BFC »

Conjointement dénommées « les Parties »,

Préambule

Si la loi sur l’air, en date de 1996, donne le droit à quiconque de respirer un air qui ne nuise pas
à sa santé, se sont aujourd’hui les directives européennes, retranscrites en droit français, qui
donnent le cap à suivre, tant dans l’observation, que sur les réductions d’émissions de
polluants, avec comme enjeu principal, diminuer l’exposition de la population à la pollution de
l’air. A ce titre, les récentes lois Santé, Transition Energétique Pour la Croissance Verte, les
Plans Nationaux et Régionaux Santé Environnement et bientôt le Schéma régional
d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires (SRADDET) œuvrent et
œuvreront à l’atteinte de ces objectifs.

En parallèle à ces politiques nationales et régionales, le Grand Chalon élabore son Plan Climat
Air Energie Territorial sur la période 2018 – 2022, en se fixant d’ambitieux objectifs de
réduction de consommation d’énergie, et par là même, de réduction d’émissions de gaz à effet
de serre et de polluants atmosphériques.

Ces schémas, plans ou autres programmes déclinées à l’échelle territoriale mettent également
en perspectives les enjeux d’aujourd’hui et de demain, à savoir une nécessaire approche
transversale Climat Air Energie et les interactions entre l’exposition à la pollution
atmosphérique et l’aménagement du territoire dont la mobilité.

C’est dans ce contexte, à la suite de la sollicitation de l’Association, mais également au regard


des éléments rappelés ci-dessus, que le Grand Chalon souhaite engager un partenariat
pluriannuel sous couvert de la présente convention.

En tant que membre de l’Association, le Grand Chalon a nommé Monsieur Landry LEONARD
pour le représenter au sein de l’Association et verse une cotisation annuelle d’un montant de
500 € au titre de son adhésion.

111
Ceci étant exposé, il est convenu ce qui suit :

Article 1 – Objet

La présente convention a pour objet de définir les engagements respectifs du Grand Chalon et
de l’Association dans le cadre de la mise en œuvre de leurs activités d’intérêt général
communes, ayant trait notamment aux activités de surveillance de la qualité de l’air et plus
généralement, de l’environnement atmosphérique.

Article 2 – Engagements de l’Association

Article 2.1. Engagements généraux de l’Association

Dans le champ d'intervention transversal de la qualité de l’air en lien avec le climat, l’énergie,
la santé et les écosystèmes, Atmo Bourgogne-Franche-Comté a pour objet d’établir et de
mettre en œuvre une stratégie de surveillance et de communication pour son domaine
d’intervention. Sa zone de compétence couvre la région Bourgogne-Franche-Comté. Les
missions relatives à son agrément ministériel sont de nature évolutive ; de fait, l'association
suivra les notifications de l'arrêté d'obligation concernant les AASQA. Son champ d'action
porte sur :

- l'air extérieur pour lequel, elle dispose d’un arrêté ministériel, et à cet effet :
 Surveiller et prévoir la qualité de l’air sur l’ensemble de son territoire de compétence,
 Communiquer sur la qualité de l’air,
 Alerter en cas de pic de pollution atmosphérique,
 Analyser et expliquer les phénomènes de pollution atmosphérique,
 Sensibiliser la population aux moyens de lutte contre la pollution atmosphérique,
 Développer des outils de prévision, d’expertise et de scénarisation,
 Améliorer ses connaissances sur la pollution atmosphérique, tant sur ces impacts que
sur ces mécanismes,
 Conseiller et accompagner les acteurs du territoire confrontés à une problématique de
qualité de l’air.

Mais également sur,

- l'air des espaces clos, et à cet effet, pour ses partenaires :


 Les informer et les sensibiliser,

112
 Les accompagner, tant dans l’évaluation des teneurs que dans la recherche des
sources,

- l'observation et la connaissance des substances chimiques gazeuses et particulaires,


radioactives, olfactives et biologiques présentes dans l'atmosphère et pouvant entraîner
des effets nocifs sur la santé et les écosystèmes,

- l'observation, la connaissance et le suivi territorial des sources et des émissions polluantes,


dont les gaz à effet de serre. Cela passera par la collecte des données régionales,
l’évaluation des consommations énergétiques et l’étude de la mobilité. Dans le cadre de ses
missions, elle porte une plateforme numérique d’observations Air, Climat, Energie (OPTEER)

- la mesure et l'évaluation des niveaux d’exposition des populations à la pollution


atmosphérique chimique, radioactive, olfactive, biologique et aux nuisances sonores,

- la transmission de cette connaissance vers tous les acteurs et citoyens ainsi que
l'accompagnement des territoires.

Article 2.2. Engagements spécifiques de l’Association sur l’année 2018

Dans le principe des engagements généraux ci-dessus, l’Association s’engage à décliner cette
année 2018 un programme d’actions qu’elle se propose de déployer et mettre en œuvre.

Ce programme d’actions se décline principalement selon deux axes :

- La surveillance règlementaire du territoire

Trois stations fixes automatisées sont aujourd’hui déployées sur le territoire du Grand Chalon,
une première en proximité du trafic routier au niveau du centre-ville, une deuxième dans la
zone résidentielle du Champforgeuil, et une dernière en zone urbaine, dans l’enceinte des
jardins familiaux. Ce dispositif permet la surveillance en continue, ou saisonnière selon les
polluants, des polluants de type oxydes d’azote et poussières, PM 10 et PM 2,5 rejetés
directement par l’activité humaine et l’ozone polluant photochimique estivale. En
complément, des mesures spécifiques de retombées atmosphériques de métaux sont
également réalisées de manière continue sur l’agglomération.

Ces stations de surveillance fixes permettent d’alimenter quotidiennement l’élaboration


d’indices de qualité de l’air et interviennent dans la gestion des alertes à la pollution
atmosphérique sur le Grand Chalon et de manière plus large, sur le département de la Saône
et Loire. Par délégation du préfet de département, une information de la population
chalonnaise, via les médias ou d’autres relais à développer, est assurée par ATMO Bourgogne-
Franche-Comté lors de pics de pollution.

Un travail spécifique d’optimisation du dispositif fixe de mesure sera réalisé au cours de cette
année 2018.

En complément de la surveillance fixe automatisée, ATMO Bourgogne-Franche-Comté élabore


un inventaire territorial, à l’échelle communale, des émissions de polluants atmosphériques,

113
de gaz à effet de serre et de consommation d’énergie, réactualisé périodiquement. Au cours
de l’année 2018, un travail spécifique sur l’année de référence 2016, et la comparaison avec
les années de référence 2008, 2010 et 2012 sera réalisée.

Enfin, et en complément, un modèle de prévision et d’évaluation de la qualité de l’air à


l’échelle régionale actualise chaque jour les prévisions, mais évalue également en tout point
du territoire, l’état de la qualité de l’air.

A noter que les bilans annuels, ne seront eux disponibles qu’au cours du 1 er semestre de
l’année suivante.

- L’accompagnement du territoire, de ses élus et de ses habitants

Pour ce faire, quatre principales actions seront déployées et/ou engagées :

 L’information et l’accompagnement des habitants via :


o la mobilisation des nouvelles technologies de communication et le
développement de supports spécifiques (application smartphone, facebook,
widget…) pour une information proactive à l’échelle de leur territoire, au
quotidien et lors des pics de pollution de l’air, mais également de données
polliniques auprès des officines du Grand Chalon,
o un nouveau site web retravaillé sur une information de proximité via des
services dédiés (flux RSS, newsletter, etc.).

La promotion de ces outils auprès des collectivités du Grand Chalon se fera en lien
direct avec les services du Grand Chalon.

o une sensibilisation du jeune public au travers d’animations en milieux scolaires


avec un objectif d’une dizaine de classe par an.

Le contenu sera au préalable validé par la r esponsable Actions d'animation,


sensibilisation et communication Développement Durable du Grand Chalon,

 La mise en œuvre et le suivi du PPA qui se traduira par une étude dédiée comme, à
savoir une modélisation de la qualité de l’air à l’échelle du Grand Chalon,
géographiquement restreinte le long de l’axe A6, en vue de suivre l’évolution des
teneurs en polluants, couplée à des points de mesure par capteurs spécifiques,

 Une analyse synthétique de l’état de la qualité de l’air et des enjeux associés pour
l’ensemble des communes du Grand Chalon, de la ville de Chalon à la 2 nde couronne, en
lien avec les politiques locales d’aménagement du territoire.

Ces travaux, leur état d’avancement, et/ou les résultats seront présentés aux élus du Grand
Chalon à la fin du second semestre 2018 lors d’une commission, conseil communautaire et/ou
des maires.

- Le renforcement de la présence d’ATMO BFC sur le territoire du Grand Chalon

114
Pour renforcer l’animation d’ATMO BFC sur le Grand-Chalon et en lien avec la gestion du parc
d’analyseurs et des travaux énoncés, la relocalisation de 2 agents techniques sera proposée,
sous réserve de validation par les administrateurs et d’acceptation par les 2 agents. Ceci
n’engage en rien cependant l’obligation future pour ATMO BFC de renouveler le poste sur ce
site dans l’éventualité d’un départ d’un des deux agents.

Article 2.3. Remise de documents

L’Association s’engage à fournir à la Communauté d’Agglomération :


¤ un rapport d’activités annuel, faisant état de la description des projets, objectifs,
programmes d’actions, etc. qui auront été menés par l’Association dans le cadre de son objet
social et du partenariat établi avec la Communauté d’Agglomération par la présente. Une
version provisoire devra parvenir à la Communauté d’Agglomération avant le 30 novembre de
l’année de référence de la convention.

¤ un bilan comptable comprenant compte de résultat et compte d’exploitation devra être


transmis à la Communauté d’Agglomération dans les 6 mois suivants la fin de chaque exercice
comptable, soit avant le 30 juin de chaque année.

Il est précisé que l’Association s’engage à faciliter, à tout moment, le contrôle par le Grand
Chalon de la réalisation des objectifs et actions visés aux articles 2.1 et 2.2 ci-dessus,
notamment par l’accès à toute pièce justificative des dépenses et tout autre document dont la
production serait jugée utile.

Article 2.4. Actions de communication

L’Association devra associer le Grand Chalon à toutes les opérations de relations publiques
qu’elle organise relatives à la présente convention. Les représentants élus et fonctionnaires de
la Communauté d’Agglomération seront invités à l’initiative de l’organisateur à l’ensemble des
manifestations selon les listes fournies et/ou approuvées par la direction de la Communauté
d’Agglomération.

L’Association s’engage à faire figurer systématiquement le nom et le logo du Grand Chalon sur
tous les documents officiels qu’elle produit en vue de promouvoir les activités liées à la
présente convention. Les supports visés sont notamment : affiches, programmes publicitaires,
site Internet, annonces presses, chartes graphiques, etc.

L’Association autorise expressément, en sa qualité de partenaire, l’utilisation par la


Communauté d’Agglomération de la mention “partenaire officiel de l’association”, ainsi que le
visuel de promotion des événements, pour sa propre communication.

Article 2.5. Droits de propriété intellectuelle

Les droits liés aux œuvres créées, réalisées ou produites par l’Association dans le cadre de la
présente convention (droits de représentation et de reproduction sur tous supports,

115
notamment diffusion sur une chaîne TV, site web, etc.) seront intégralement utilisables par la
Communauté d’Agglomération, sans autre forme de rétribution.
Les droits seront acquis à compter de la date de signature de la convention.
La Communauté d’Agglomération s’engage à ne pas faire un usage commercial des données
remises par l’association. Dans le cas contraire, elle se rapprochera de cette dernière aux fins
d’obtenir son autorisation, ainsi que de prévoir les modalités de rétribution.

Article 2.6. Assurances

L’Association s’engage à souscrire auprès d’une compagnie notoirement solvable une


assurance couvrant l’ensemble des risques liés à l’exercice de ses activités notamment mais
non exhaustivement en matière de responsabilité civile.

L’Association devra fournir, sur demande, à la Communauté d’Agglomération un justificatif


d’assurance mentionnant la régularité du paiement des primes correspondantes au plus tard
dans la semaine suivant la signature de la présente convention.

Article 3 – Engagements du Grand Chalon

Au titre de la présente convention et du partenariat qui en découle, la Communauté


d’Agglomération s’engage à soutenir logistiquement et financièrement l’Association ATMO
BFC au titre des activités, telles que visées à l’article 2.

Le Grand Chalon proposera à ATMO BFC un local d’accueil permettant d’accueillir, dans des
conditions de travail adaptées, une équipe technique et prendra à sa charge les frais de
fonctionnement. Le Grand Chalon s’engageant également à permettre l’accès au réseau
informatique fibré.

Le montant de la participation pour l’année 2018 de la Communauté d’Agglomération est fixé


à 15 000 euros.

La Communauté d’Agglomération s’engage à communiquer sur support numérique, dans un


délai d’un mois à compter de la signature de la présente convention : son logo et la charte
graphique qui lui est applicable, pour permettre à l’Association de remplir ses obligations en
matière de communication, telles que prévues à l’article 2.4 de la présente convention.

Article 4 – Modalités de versement de la participation financière

Compte tenu des besoins en financement de l’Association et des engagements pris à l’article 2
visé ci-dessus, le versement annuel de la participation financière de la Communauté
d’Agglomération se fera à la signature de la présente convention.

Les sommes ci-dessus visées seront versées par virement bancaire au compte d’Atmo BFC.

Article 5 – Durée de la convention – entrée en vigueur

116
La présente convention entre en vigueur au jour de sa signature. Elle prendra fin au 31
décembre 2018.

Article 6 – Résiliation – non-respect du contrat

La présente convention pourra être résiliée par l’une ou l’autre des parties en cas de non-
respect de l’une ou plusieurs de ses clauses ou des lois et règlements en vigueur en la matière.

La résiliation sera prononcée à l’expiration d’un délai de deux mois suivant l’envoi à l’autre
Partie d’une lettre recommandée avec accusé de réception valant mise en demeure de
s’exécuter, restée infructueuse.

Dès que la résiliation deviendra effective, l’Association perdra tout droit à l’utilisation des
moyens financiers mis à disposition, sans pouvoir prétendre à aucune indemnisation du
préjudice qu’elle pourrait subir du fait de la résiliation.

La résiliation de la présente convention emporte de facto l’annulation de la subvention.

Article 7 - Annulation d’actions

En cas d’annulation, l’action pourra être reportée au plus tard sur l’année N+1, ou, le montant
affecté à cette action sera reporté sur une autre action à réaliser au plus tard sur l’année N+1
en accord avec les deux parties.

Article 8 – Droit applicable - Règlement des différends

Le droit applicable à la présente convention est le droit français.

Les Parties conviennent de tenter de régler à l’amiable tout litige, toute difficulté ou
contestation qui s’élèverait à l’occasion de la validité, l’interprétation ou de l’exécution de la
présente convention.

En cas d’impossibilité de règlement amiable, le différend sera porté devant le tribunal


territorialement compétent.

Article 9 – Nullité d’une clause

Si l’une ou l’autre des clauses de la présente convention s’avérait être déclarée invalide, les
Parties se réuniront dans les plus brefs délais afin de la renégocier et la remplacer de façon
expresse.

Article 10 – Modifications de la convention

117
Toute modification des conditions ou modalités d’exécution de la présente convention, définie
d’un commun accord entre les Parties, fera l’objet d’un avenant express.

Article 11 – Indépendance des Parties

Le Grand Chalon et l’Association, Parties à la convention, sont des personnes morales


indépendantes l’une de l’autre.

Le
Fait à Chalon en XX exemplaires originaux

Pour le Grand Chalon,


Le Président

Pour l’Association ATMO Bourgogne-Franche-Comté


La Présidente

118
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION AU DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE


DIRECTION DE L'HABITAT ET DU FONCIER

N° de l'ordre du jour : 12
Rapporteur : Monsieur Landry LEONARD

Habitat - Bilan 2017 du Programme Local de l'Habitat 2013-


2018

EXPOSE

Rappel du contexte :

Le Programme Local de l’Habitat (PLH) 2013-2018 a été validé lors du Conseil communautaire du
21 mars 2013 pour une durée de six ans, soit jusqu’au 31 décembre 2018.

Le PLH se compose de trois documents : un diagnostic, des orientations et un programme d’actions.

Au terme du diagnostic, les quatre orientations suivantes ont été validées puis déclinées dans un
programme d’actions :
- Orientation n°1 : rééquilibrer le développement territorial du Grand Chalon en
produisant une offre de qualité ;
- Orientation n°2 : améliorer la qualité et l’attractivité de tous les segments du parc
existant ;
- Orientation n°3 : étendre et adapter l’offre de logements aux publics spécifiques,
redéfinir les rôles et les liens entre le parc banalisé et les structures dédiées ;
- Orientation n°4 : doter le Grand Chalon des outils de pilotages, de connaissance et
d’animation du PLH.

Le Code de la Construction et de l’Habitation précise qu’un bilan annuel du Programme Local de


l’Habitat doit être établi par l’EPCI et transmis aux communes, ainsi qu’au Préfet.

Description du dispositif proposé :

Ainsi, pour répondre à cette obligation et conformément aux engagements pris par le Grand Chalon,
le bilan de l’année 2017, 5ème année du PLH, est joint en annexe et présente de manière détaillée
pour chacune des orientations, les actions engagées dans l’année et les perspectives pour 2018.

Au terme de cette année 2017, les principaux éléments à retenir sont les suivants :

119
 L’élaboration du Programme d’Actions Habitat du PLUI du Grand Chalon dont l’arrêt-projet a été
validé en octobre 2017 et la prescription du futur PLH 2020-2025 sur le nouveau périmètre du
Grand Chalon.

 Un niveau de production de logements neufs respectant les objectifs globaux fixés initialement en
2013. A la différence des années antérieures qui montraient une dynamique différenciée entre la
ville-centre et les communes périphériques, l’année 2017 se caractérise par une forme de
rééquilibrage de la localisation des constructions neuves au profit de Chalon-sur-Saône.

 Un niveau de production de logements sociaux en deçà des objectifs fixés initialement en 2013.
Néanmoins, il a été réalisé un important programme de réhabilitation du parc social via le Contrat
de Plan Etat Région (FEDER) et les crédits sectoriels de la Région permettant d’améliorer l’offre
existante et de remettre sur le marché de nombreux logements vacants. De plus, il faut souligner la
mobilisation du parc privé pour développer une offre locative sociale dans le cadre des
conventionnements avec et sans travaux (33 logements en 2018).

 Le vote positif de la Tour des Aubépins pour un programme de travaux de niveau BBC (Bâtiment
Basse Consommation) dans le cadre du Programme d’Intérêt Général « Rénovation Energétique de
Copropriétés Pilotes ».

 Un fort dynamisme sur les réhabilitations de logements privés constaté avec une très nette
croissance du nombre de dossier Habiter Mieux. Cette hausse s’explique par la place de plus en plus
importante de l‘Espace Habitat Conseil dans son rôle d’accompagnement et de conseil en matière
de travaux de rénovation énergétique. Sa fréquentation a augmenté de plus de 50% depuis 2016.
Plus de 3,2 millions d’euros de travaux ont été générés pour les entreprises locales.

 La validation de la deuxième phase de la stratégie habitat, articulée autour de trois axes : rénover
la maison individuelle, lutter contre le logement dégradé et vacant, adapter les logements à la perte
d’autonomie.

 Un renforcement des actions sur l’orientation n°3 avec le Foyer d’Hébergement Temporaire de
l’AMEC à Chalon-sur-Saône (33 logements), la résidence services de l’OPAC aux Aubépins (56
logements), la poursuite du partenariat avec l’ADIL et le bilan des dispositifs expérimentaux
d’accompagnement social et sur la prévention des expulsions locatives.

DECISION

Cadre juridique :

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment son article L 5216-5,

Vu le Code de la Construction et de l’Habitation, notamment ses articles L302-3 et R.302-13,

Vu les statuts du Grand Chalon,

Vu le Programme Local de l’Habitat 2013-2018, approuvé par délibération n°CC-2013-03-61-1 du


Conseil communautaire du 21 mars 2013,

Vu le bilan joint en annexe,

120
Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver le bilan 2017 du Programme Local de l’Habitat 2013-2018, joint en annexe.

121
Le Programme Local de l’Habitat
PLH

BILAN année 2017

122
SOMMAIRE :
PREAMBULE ............................................................................................................................................................................................................... 3
Orientation n°1 : rééquilibrer le développement territorial du Grand Chalon en produisant une offre de qualité.......................................... 6
Orientation n°1 : rééquilibrer le développement territorial du Grand Chalon en produisant une offre de qualité.......................................... 6
La signature des avenants 2017 à la convention de délégation........................................................................................................................ 7
La production de logements neufs .................................................................................................................................................................... 8
La production de logements sociaux................................................................................................................................................................10
Le vote de l’arrêt projet du PLUI et la prescription d’un nouveau PLH 2020-2025 ........................................................................................ 13
Orientation n°2 : améliorer la qualité et l’attractivité de tous les segments du parc existant............................................................................16
Les actions en faveur du parc privé................................................................................................................................................................... 17
Les actions en faveur du parc public................................................................................................................................................................ 24
Orientation n°3 : étendre et adapter l’offre de logements aux publics spécifiques, redéfinir les rôles et les liens entre le parc banalisé et
les structures dédiées............................................................................................................................................................................................... 26
Validation du projet de Foyer d’Hébergement Traditionnel porté par l’AMEC..............................................................................................27
Soutien à l’installation des jeunes actifs sur le Grand Chalon par les Résidences Chalon Jeunes................................................................ 28
Bilan des dispositifs d’accompagnement social visant à favoriser l’accès au logement .............................................................................. 29
Bilan de la démarche expérimentale Mobilis’Toit de l’ADIL sur le territoire du Grand Chalon .................................................................... 30
Une nouvelle convention d’objectifs 2017-2019 avec l’ADIL............................................................................................................................32
Participation à l’élaboration du PDALHPD 2018-2022 ..................................................................................................................................... 33
Orientation n°4 : doter le Grand Chalon des outils de pilotage, de connaissance et d’animation du PLH........................................................ 34
Les observatoires ...............................................................................................................................................................................................35
L’Espace Habitat Conseil : une forte dynamique sur 2017................................................................................................................................37
Les projets en 2018 :.................................................................................................................................................................................................. 39
ANNEXES ................................................................................................................................................................................................................... 43

2/44
123
PREAMBULE
Le présent bilan porte sur les actions réalisées au cours de l’année 2017, 5ème année du Programme Local de l’Habitat 2013-2018 du Grand
Chalon.

Il s’inscrit dans le cadre de l’évaluation annuelle du PLH, conformément à l’obligation définie dans le code de la construction et de
l’habitation, aux articles suivants :
L302-3 : « l’établissement de coopération intercommunale délibère au moins une fois par an sur l’état de réalisation du programme
local de l’habitat et son adaptation à l’évolution de la situation sociale ou démographique »
L302-13 : « l’établissement de coopération intercommunale dresse un bilan annuel de la réalisation du programme local de l’habitat
et décide d’éventuelles adaptations que justifierait l’évolution de la situation sociale, économique, ou démographique »

Ce bilan sera l’occasion de présenter les actions qui ont été engagées en 2017 et les perspectives pour les années à venir.

Rappel des orientations stratégiques fixées par le Programme Local de l’Habitat 2013-2018

Sur le territoire du Grand Chalon, l’adoption du PLH a défini les grandes orientations pour la période 2013-2018, déclinées en un programme
d’actions pour les 6 ans. L’objectif du Grand Chalon est de permettre la construction d’environ 1400 logements en 6 ans, tout en
élargissant l’offre et en opérant un recentrage des projets sur la ville centre et les pôles structurants.

Afin d’améliorer la qualité globale de l’offre en logements, le Grand Chalon a pris les engagements suivants :

Pour le parc social


- Favoriser une politique d’attribution des logements sociaux cohérente ;
- Rééquilibrer et diversifier l’offre de logements sociaux ;
- Moderniser le parc existant en veillant à une recherche de maîtrise des charges ;
- Mettre en œuvre des fonds de concours pour les logements en PLAI, l’adaptation des logements HLM aux personnes âgées et la
prise en charge d’une partie de la surcharge foncière, en renforcement son intervention sur les opérations d’acquisition-
amélioration.
Pour le parc privé
- Favoriser le développement de l’offre locative à loyer maîtrisé ;
- Résorber la vacance, notamment en centre ancien ;
- Encourager l’intervention sur le parc privé par la mise en place de fonds de concours spécifiques ; notamment dans le cadre de la
lutte contre l’habitat indigne et la précarité énergétique
3/44
124
- Mettre en place une action d’observation et de prévention des copropriétés afin de connaître avec précision leur évolution et
pouvoir, le cas échéant, proposer des diagnostics spécifiques pour celles présentant des difficultés.

Par ailleurs, le Grand Chalon s’est engagé à apporter une réponse adaptée aux besoins des publics spécifiques : personnes âgées et/ou à
mobilité réduite, jeunes, ménages atypiques, gens du voyage, personnes en situation d’urgence.

Les orientations principales sont les suivantes :

- Orientation n°1 : rééquilibrer le développement territorial du Grand Chalon en produisant une offre de qualité
- Orientation n°2 : améliorer la qualité et l’attractivité de tous les segments du parc existant
- Orientation n°3 : étendre et adapter l’offre de logements aux publics spécifiques, redéfinir les rôles et les liens entre le parc banalisé
et les structures dédiées
- Orientation n°4 : doter le Grand Chalon des outils de pilotage, de connaissance et d’animation du PLH

Elargissement du périmètre du Grand Chalon

Depuis le 1er janvier 2017, le Grand Chalon compte 51 communes avec l’accueil de 14 communes à savoir : Aluze, Bouzeron, Chamilly,
Charrecey, Chassey-le-Camp, Cheilly-lès-Maranges, Dennevy, Rémigny, Saint-Bérain-sur-Dheune, St-Gilles, St Léger-sur-Dheune, St-Loup-
Géanges, Saint-Sernin-du-Plain, Sampigny-lès-Maranges (voir plan page suivante).

Dans le cadre de ce bilan, les données affichées dans les différents tableaux concerneront le périmètre de ce PLH, soit les 37 communes
initiales afin de disposer d’une cohérence dans l’analyse sur la période concernée. Toutefois, les données concernant les 14 communes
seront indiquées pour information (si elles sont disponibles).

4/44
125
5/44
126
Orientation n°1 : rééquilibrer le développement territorial
du Grand Chalon en produisant une offre de qualité
Rappel des actions Les réalisations 2017

Action n°1.0 : doter le Grand Chalon des outils de gouvernance


nécessaires à la mise en œuvre du PLH et de l’ensemble de la politique
du logement La signature des avenants 2017 de la
convention de délégation
Action n°1.1 : se doter des documents cadres pour affirmer la politique
de construction La production de logements neufs

Action n°1.2 : construire 1400 logements neufs sur l’ensemble du La programmation de logements sociaux
territoire
2017
Action n°1.3 : organiser la mobilisation du foncier pour répondre aux
Le vote de l’arrêt projet du PLUI et la
besoins
prescription d’un nouveau PLH 2020-2025
Action n°1.4 : mobiliser et tester les outils de l’accession sociale à
Chalon-sur-Saône

Action n°1.5 : anticiper les modes d’habitat de demain

6/44
127
La signature des avenants 2017 à la convention de délégation
La Convention de délégation des aides à la pierre, signée le 12 avril 2013 par le Grand Chalon et l’Etat, précise pour la période 2013-2018, les
objectifs en matière de construction de logement social, de structure d’hébergement ainsi que les objectifs en matière de réhabilitation du
parc existant. Afin de permettre la prise en compte des changements réglementaires ou de l’évolution du contexte local, cette convention
fait l’objet d’avenants annuels qui sont l’occasion d’ajuster les objectifs.

L’intérêt d’être délégataire : en tant que délégataire des aides à la pierre, le Grand Chalon a la possibilité, en restant dans l’enveloppe financière
globale allouée, d’orienter l’intervention de l’Etat en fonction des priorités locales.

Pour l’année 2017, deux avenants à la convention ont été signés comme suit :

l’avenant 1 le 30 mai :
-l’enveloppe allouée pour la programmation de logement social s’élèvait à 36 608 € pour 8 logements en PLAI (2 en zone 4 et 6 en
zone 5) sur une programmation de 38 logements avec également 16 PLUS et 14 PLS. A cela s’ajoutait 21 logements PSLA (6 à Sevrey
et 15 à Saint Marcel) et 113 PLS Foyers pour 3 projets :
- un projet de Foyer d’Hébergement Traditionnel à Chalon-sur-Saône mobilisant 33 PLS Foyer,
- un projet de résidence Service Personnes Agées Chalon-sur-Saône mobilisant 56 PLS Foyer
-un projet de résidence dédiée aux personnes âgées de 24 PLS Foyer à Saint Léger sur Dheune

-l'enveloppe des droits à engagements ANAH réservée à l’amélioration du parc privé est fixée à 626 537 € (crédits ANAH) et à
113 070 € (crédits FART) pour un objectif de 122 logements (110 pour les propriétaires occupants et 12 pour les propriétaires
bailleurs).

l’avenant 2, le 10 novembre :
-Programmation Parc Privé : les objectifs et les enveloppes ont été augmentées de la manière suivante : 1 179 000 € pour les crédits
ANAH et 173 000 € pour les crédits FART pour un objectif de 133 logements

7/44
128
La production de logements neufs
L’objectif initial du PLH a fixé à 1400 logements le besoin en logements neufs pour l’ensemble des 37 communes sachant qu’une
délibération du Conseil Communautaire votée le 18 décembre 2014 avait acté le principe d’une réévaluation des objectifs en logements
avec une répartition de la production de logements par commune, permettant ainsi la prise en compte des besoins et des projets de
développement.

Pour analyser cet objectif, deux indicateurs sont utilisés :


- l’observation des dépôts de permis de construire permettant d’avoir une estimation sur les logements à venir (données Service
Urbanisme – Grand Chalon)
-l’étude des données sur les logements commencés (données Sitadel)

1er Analyse : Etude des permis de construire

181 permis de construire pour 330 constructions nouvelles ont été validés ou sont en cours d’instruction.

Année 2013 Année 2014 Année 2015 Année 2016 2017 Période 2013/2018
Dont En % de Dont En % de Dont En % de Dont En % de Dont En % de
Objectifs annuels Nb de logts Nb de logts Nb de logts Nb de logts Nb de logts %
Secteurs géographiques logements réalisation sur logements réalisation sur logements réalisation sur logements réalisation sur logements réalisation sur
PLH autorisés autorisés autorisés autorisés autorisés Objectifs PLH Réalisations
sociaux l'année sociaux l'année sociaux l'année sociaux l'année sociaux l'année
2013-2018 au 31/12/2017

Chalon/Saône 107 74 46 69% 49 0 46% 113 106% 124 10 116% 132 123% 642 77%

Communes
52 + 13 sru 121 61 186% 165 20 254% 70 2 108% 121 30 186% 75 115% 312 177%
périphériques*

Pôle de Fontaines 18 31 172% 40 18 222% 43 239% 30 167% 18 100% 108 150%

Pôle de Gergy 21 22 105% 33 - 157% 23 110% 34 162% 44 210% 126 124%

Pôle de Givry 19 + 3 sru 23 105% 16 - 73% 21 95% 35 8 159% 12 55% 114 94%

Pôle de Varenne-le-
18 26 144% 56 - 311% 32 178% 56 5 311% 49 272% 110 199%
Grand

TOTAL 235 + 16 297 107 118% 359 38 143% 302 2 120% 400 53 159% 330 0 131% 1412 95%

De plus, en 2017, 21 permis de construire ont été validés pour 21 logements sur les 14 nouvelles communes.

8/44
129
2ème Analyse : Etude avec les données sur les logements commencés (données Sitadel)

Année 2013 Année 2014 Année 2015 Année 2016 Année 2017 Période 2013/2018
En % de En % de En % de En % de En % de %
Nb de logts Nb de logts Nb de logts Nb de logts Nb de logts
Secteurs géographiques Objectifs annuels PLH réalisation sur réalisation sur réalisation sur réalisation sur réalisation sur Objectifs PLH Réalisations
commencés commencés commencés commencés commencés
l'année l'année l'année l'année l'année 2013-2018 au 31/12/2017

Chalon/Saône 107 213 199% 106 99% 30 28% 29 27% 116 108% 642 77%

Communes
52 + 13 sru 43 66% 97 149% 40 62% 112 172% 78 120% 312 119%
périphériques*

Pôle de Fontaines 18 26 144% 27 150% 14 78% 52 289% 18 100% 108 127%

Pôle de Gergy 21 26 124% 28 133% 2 10% 57 271% 25 119% 126 110%

Pôle de Givry 19 + 3 sru 23 105% 13 59% 3 14% 25 119% 29 138% 114 82%

Pôle de Varenne-le-
18 32 178% 30 167% 3 17% 80 444% 38 211% 110 166%
Grand

TOTAL 235 + 16 363 145% 301 120% 92 37% 355 141% 304 121% 1412 100%

De plus, en 2017, 22 logements ont été commencés sur les 14 nouvelles communes

Au niveau global, l’objectif de construction est quasi atteint à l’issue de cette année avec un taux de réalisation fixé à 95% ou 100% en
fonction des indicateurs d’analyse. Si la tendance perçue depuis 2013, à savoir le dynamisme de constructions sur les communes
périphériques et de certains pôles par rapport à la ville centre, est toujours d’actualité, on peut constater, sur l’année 2017, une forme de
rééquilibrage de la localisation des constructions neuves au profit de Chalon-sur-Sâone.

9/44
130
La production de logements sociaux
La programmation 2017
Par rapport à la programmation initiale, 19 des 38 agréments PLAI/PLUS/PLS ont finalement été mobilisés compte tenu du report d’un
projet de 8 logements sur Saint Berain-sur-Dheune en 2018 et de l’annulation du projet de restructuration du bâtiment B12 aux Aubépins (11
logements PLS) .

Au final, la programmation est la suivante :


Nombre
Commune Adresse Bailleurs de Remarques*
logements

Allerey-sur-Saône Route de Verdun SEMCODA 4 3 PLUS et 1 PLAI

Saint Marcel ZAC les Fontaines SEMCODA 10 4 PLUS, 2 PLAI, 4 PLS

Sevrey Les Terres Jaunes OPAC 5 2 PLUS, 2 PLAI et 1 PLS

2017
Objectifs Réalisés Volume et % réalisations
2013/2018 % sur la période 2013-2018
Objectifs Réalisations
réalisations
2013 2014 2015* 2016
PLUS 225 27 11 6 9 8 5 63% 58 26%
PLAI 180 18 7 6 4 16 9 56% 44 24%
PLS 45 12 0 30 7 14 16 114% 65 144%

TOTAL 450 57 18 42 20 38 30 79% 167 37%

* ce chiffre pour 2015 comprend les 28 PLS issus de la transformation de PSLA

10/44
131
De plus, Les 21 agréments PLSA ont été utilisés : 6 à Sevrey par Demeures de Saône en complément du projet OPAC des « Terres Jaunes »
et 15 à Saint Marcel par la SEMCODA sur la «Zac des Fontaines»

Concernant les PLS Foyers, 89 ont été mobilisés sur les 113 programmés pour les deux projets suivants :
- le Foyer d’Hébergement Traditionnel de l’AMEC à Chalon-sur-Saône - 33 PLS Foyer
- le projet de résidence Service Personnes Agées Chalon-sur-Saône de l’OPAC de Saône-et-Loire - 56 PLS Foyer

Les financements

Les aides à la pierre

En 2017, les aides aux logements financés en PLAI s’élèvent à 5326€ pour des PLAI en zone 4 et à 4326€ pour des PLAI en zone 5, soit
compte tenu des projets validés, une enveloppe de 23 630 € pour l’aide à la pierre.

Les subventions complémentaires du Grand Chalon


Rappel des aides
Aide aux PLAI
− PLAI en construction : 40 €/m² dans la limite de 2 000 € par logement
− PLAI en acquisition-amélioration (AA) : 50 €/m² dans la limite de 3 500 € par logement
Aide à la surcharge foncière pour les opérations PLAI en acquisition-amélioration
− 20% du dépassement de la charge foncière de référence, dans la limite de 3 000 € par logement.
Aide à la certification environnementale
− Opérations de construction : 200 € pour les opérations neuves maximum 8000 € par opération
− Opérations en acquisition-amélioration (AA) : 250 € pour les opérations en acquisition-amélioration AA sans maximum
Aides prévisionnelles pour l’année 2017

Surcharge foncière PLAI Certification TOTAL


Nb de Nb de Nb de Nb de
Financements Financements Financements Financements
logements logements logements logements
- - 5 10 000 - - 5 10 000

11/44
132
Bilan par secteur géographique
Production des logements sociaux par secteur

2013 2014 2015 2016 2017


Secteurs PLUS PLAI PLS TOTAL PLUS PLAI PLS TOTAL PLUS PLAI PLS TOTAL PLUS PLAI PLS TOTAL PLUS PLAI PLS TOTAL
Chalon-sur-Saône - 2 28 30 - 0 - 11 11
Communes
18 14 12 44 - - 0 6 4 2 12 3 2 7 12 4 2 4 10
périphériques
Pôles 9 4 13 11 7 18 - - 6 2 8 5 3 1 9
TOTAL 27 18 12 57 11 7 18 6 6 30 42 9 4 7 20 9 5 16 30

Etat d'avancement au 31/12/2017


Secteurs PLUS PLAI PLS TOTAL
Chalon-sur-Saône 2 39 41
Communes
31 22 25 78
périphériques
Pôles 31 16 1 48
TOTAL 62 40 65 167

* Champforgeuil, Châtenoy-le-Royal, Crissey, Saint-Rémy, Saint-Marcel

des objectifs triennaux des communes soumises à l’article 55 de la loi SRU

Les articles 97 à 99 de la loi du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et à la citoyenneté ont modifié les dispositions législatives portant sur la
mise en œuvre de l’article 55 de la loi SRU, codifiées aux articles L. 302-5 à L. 302-9-4 du code de la construction et de l’habitation (CCH),
pour d’une part, redéfinir les conditions d’application territoriale du dispositif dans le sens d’un recentrage sur les territoires sur lesquels
les besoins en logements sociaux sont avérés et d’autre part, renforcer l’opérationnalité des outils existants, pour rendre plus efficace
l’action de l’Etat dans les communes déficitaires refusant délibérément de respecter la loi et de prendre part à l’effort de solidarité
nationale.

Au regard du contexte local, des dispositions contenues dans ces articles peuvent s’appliquer aux communes soumises aux obligations
SRU notamment pour solliciter des exemptions de leurs obligations pendant la prochaine période triennale, sous réserve de remplir des
conditions prévues.

12/44
133
Actuellement, les communes de Givry et de Chatenoy-le-Royal disposent d’un taux de logement social inférieur à 20% malgré les efforts
fournis au cours des dernières périodes triennales. Si ces communes entendent poursuivre le développement d’une offre locative sociale
dans les prochaines années, elles souhaitent que celui-ci soit adapté au regard de la demande locale, de l’état du parc existant (taux de
vacance par exemple) et de leur particularité.

Ces communes ont sollicité, par le biais du Grand Chalon, des demandes d’exemptions auprès du préfet de Sâone-et-Loire pour la
prochaine période triennale 2017-2019. Une délibération a été prise en ce sens lors du conseil communautaire du 23 mai 2017.

Au vu des décrets d’application du 5 mai 2017, les demandes d’exemption se sont appuyer sur les conditions suivantes :

- pour les communes de Châtenoy-le-Royal et Givry : le taux de tension de l’agglomération étant de 1,96, il est donc inférieur au seuil de 2
fixé par le décret permettant ainsi l’exemption de ces communes ;

De plus, pour la commune de Givry, il peut être également mis en avant une autre condition d’exemption car sont concernées « les
communes situées hors d’une agglomération de plus de 30 000 habitants et non reliées à une telle agglomération…par un service de
transport public non urbain routier ou ferroviaire, dont la fréquence est inférieure ou égale à un passage toutes les 15 minutes aux heures
de pointes du matin et du soir ».

Le Décret n° 2017-1810 du 28 décembre 2017 est venu confirmer l’exemption pour ces deux communes sur la période triennale 2017-2019.

Le vote de l’arrêt projet du PLUI et la prescription d’un nouveau PLH 2020-2025


L’élaboration du PLUi a été prescrite en février 2015 (périmètre de 37 communes) et il a été décidé en option que ce PLUi tiendrait lieu de
PLH et de PDU (PLUiHD). Pendant la procédure, le périmètre du Grand Chalon s’est agrandi avec l’arrivée de 14 communes au 1er janvier
2017, passant de 37 à 51 communes. Or le PLH et le PDU doivent obligatoirement être établis sur l’intégralité de ce nouveau périmètre du
Grand Chalon. Afin de ne pas porter atteinte à l’économie générale du PLUi, il a été retenu de terminer la procédure de PLUi en l’état, en
conservant l’ensemble des volets initialement prévus, en incluant les contenus des POA Habitat et Déplacements. Ceux-ci ont donc valeur
d’information et ne sont pas opposables aux tiers dans le cadre des autorisations d’urbanisme.

Au final, le PLUI, dont l’arrêt projet a été voté le 25 octobre 2017 en conseil Communautaire, ne vaut pas PLH compte tenu de l’extension
du périmètre qui a eu lieu pendant la procédure. Cependant, un programme d’actions habitat est présent avec un contenu semblable à un
POA soit des orientations, des fiches actions et des objectifs Habitat ventilés selon les exigences du CCH.

13/44
134
Pour mémoire, en 2016, le Programme d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) a été validé avec les 4 axes suivants :
Axe 1 : Renforcer l’attractivité et la dynamique économique du territoire
Axe 2 : Mener une politique de l’habitat en faveur de l’attractivité résidentielle et de la cohésion sociale
Axe 3 : Préserver le cadre de vie
Axe 4 : Développer la qualité de vie pour chacun

L’axe 2 sur la thématique Habitat est décliné en 4 orientations qui ont servi de support à la définition du volet Habitat du PLUI :
Orientation n°1 : Répondre aux besoins en logements en mettant sur le marché une offre diversifiée de qualité :
-Renforcer l’attractivité résidentielle de la ville-centre
-Permettre a minima le renouvellement de la population sur l’ensemble des communes du Grand Chalon et conforter toutes les
centralités
-Assurer un équilibre sociologique dans les communes
-Fluidifier les parcours résidentiels
-Promouvoir des opérations d’habitat de qualité

Orientation n°2 : Améliorer la qualité et l’attractivité de tous les segments du parc de logements existant :
-Lutter contre la vacance
-Poursuivre les actions de requalification du parc ancien dégradé et notamment l'amélioration thermique des logements
-Adapter le parc à l'évolution des modes de vie et au vieillissement de la population

Orientation n°3 : Requalifier le parc locatif social et valoriser les quartiers en Politique de la Ville :
-Rééquilibrer l’offre de logements sociaux dans le territoire et améliorer le parc existant
-Mettre en oeuvre d’une politique de peuplement à l’échelle de l’agglomération
-Renforcer l’attractivité des quartiers en s’appuyant sur les potentiels existants (environnement, équipements spécifiques, etc.)
-Moderniser le parc existant en veillant à la maîtrise des charges
-Accompagner les arrêts d’exploitation et la reconversion de sites stratégiques (quartiers des Aubépins, du Stade – Fontaine au
Loup)

Orientation n°4 : Étendre et adapter l’offre de logements pour les publics spécifiques :
-Maintenir l’offre de logements et d’hébergement pour les jeunes en formation, en insertion ou étudiants
-Favoriser le maintien des personnes âgées dans les centres bourgs de leur commune de résidence en développant des alternatives
et un parcours résidentiel
-Répondre à l’accueil des gens du voyage

14/44
135
Un programme d’actions Habitat a été élaboré initialement sur ces 4 grandes orientations déclinées en fiches actions :
Orientation 1- Répondre aux besoins en logements en mettant sur le marché une offre diversifiée de qualité
Orientation 2- Améliorer la qualité et l’attractivité de tous les segments du parc de logements existants
Orientation 3- Requalifier le parc locatif et valoriser les quartiers en politique de la Ville
Orientation 4- Etendre et adapter l’offre de logements pour les publics spécifiques

Une 5ème orientation a été ajoutée concernant les moyens mis à disposition pour « Faire vivre la politique de l’Habitat »

Afin de répondre à l’obligation pour un EPCI d’être couvert par un PLH exécutoire, la prescription et l’élaboration d’un nouveau PLH
2020-2025 sur le périmètre actuel de 51 communes a été validée lors du conseil communautaire du 13 décembre 2017 sachant qu’ il
s’attachera à fixer des objectifs adaptés au regard du bilan des actions engagées, de la stratégie Habitat de l’agglomération et des
orientations définies dans les documents cadres existant notamment dans le PLUI en cours de finalisation.

Il faut ajouter que cette délibération sur la prescription et l’élaboration d’un nouveau PLH aura pour effet, sous réserve de disposer de
l’accord de l’état, de proroger le PLH et la convention de délégation actuels au maximum jusqu’au 31 décembre 2020 permettant d’assurer
une continuité entre les PLH.

15/44
136
Orientation n°2 : améliorer la qualité et l’attractivité de
tous les segments du parc existant

Rappel des actions Les réalisations 2017

Action n°2.1 : poursuivre les actions de requalification du parc privé Les réalisations sur le parc privé
dégradé et de remise sur le marché de logements vacants à
Chalon/Saône. -Le règlement d’intervention du Grand Chalon
et les projets aidés
Action n°2.2 : structurer le tissu urbain ; requalifier l’habitat dégradé -les dispositifs opérationnels sur les
dans les pôles et les villages. copropriétés : le PIG, le POPAC et la mission
d’accompagnement de l’Espace Habitat
Action n°2.3 : mieux connaître le parc énergivore et accompagner son Conseil
amélioration thermique – lutter contre la précarité énergétique.
-la validation de la 2ème phase de la stratégie
Habitat du Grand Chalon sur l’habitat individuel
Action n°2.4 : renouveler et requalifier le parc locatif social ; valoriser
les quartiers. Les réalisations sur le parc public avec le
Contrat de Plan Etat Région 2015 – 2020

16/44
137
Les actions en faveur du parc privé
Chiffres clés

Réhabilitations réalisées dans le cadre de la délégation des aides de l’ANAH

136 logements ont fait l’objet de demandes de subventions avec 17 logements locatifs et 119 logements de propriétaires occupants
A cela s’ajoute 3 dossiers immeubles (13 logements) réalisés dans le cadre de sortie de péril

Près de 2,8 millions d’euros de travaux générés permettant de mobiliser 1 573 163 € d’aides réparties comme suit :
- 1 520 163 € au titre des aides de l’ANAH et de l’Etat (Habiter Mieux)
- 43 000 € pour les aides propres du Grand Chalon
- 10 000 € pour les aides propres du Département

Il est à noter que sur ces 136 logements aidés, 3 sont situés sur l’une des 14 nouvelles communes.

Réhabilitations réalisées dans le cadre du PIG « Rénovation Energétique de Copropriétés Pilotes »

28 logements (21 propriétaires occupants et 7 propriétaires bailleurs) de la tour des Aubépins ont des propriétaires éligibles à l’ANAH et
sont donc compris dans les données ci-dessus.

En plus du montant alloué au syndicat de copropriétaires de 48 000€ (1000€ par logement), le Grand Chalon et la Ville de Chalon ont
accompagné 15 propriétaires non éligibles aux aides de l’ANAH en 2017 en mobilisant respectivement 30 000 € et 15 000€.

En termes d’ingénierie et d’accompagnement, les deux dispositifs opérationnels sur les copropriétés, le PIG et le POPAC (voir ci-dessous)
lancés en 2017 ont mobilisé 201 295 € pour le Grand Chalon

Règlement d’intervention du Grand Chalon en faveur du parc privé

Dans le cadre de son règlement d’intervention financière en faveur de l’habitat, le Grand Chalon a mis en place des aides pour la
réhabilitation du parc privé, en encourageant notamment la réhabilitation des logements très dégradés, la remise sur le marché de
logements à loyer maîtrisé et les travaux de lutte contre la précarité énergétique.
17/44
138
Les aides allouées en secteur « diffus », c’est-à-dire sur les territoires non couverts par un dispositif opérationnel OPAH ou PIG, visent à
accompagner les priorités d’intervention définies par le Grand Chalon, par une intervention complémentaire aux aides de l’ANAH sur :
- le logement locatif à loyer conventionné sur la ville centre, les communes de première couronne et les pôles structurants;
- le dispositif de lutte contre la précarité énergétique « habiter mieux »
- les travaux d’accessibilité pour les personnes en situation de handicap ou mobilité réduite

Les dispositifs opérationnels sont soumis à l’application de règlements spécifiques définis pour chaque dispositif.
En 2017, 58 dossiers en diffus ont bénéficié du règlement d’intervention concernant la précarité énergétique.

Les projets d’amélioration de l’habitat privé


En 2017, 5 commissions d’amélioration de l’habitat et 5 séances d’engagement intermédiaires ont permis de valider des projets
représentant 136 logements.
− 87.5% des projets concernaient des propriétaires occupants soit 119 logements
− 12.5% des projets portaient sur la valorisation du parc locatif soit 17 logements

Année 2013 Année 2014 Année 2015 Année 2016 Année 2017
Objectifs
Total réalisations % réalisation
globaux 2013- réalisations
Objectif Réalisé Objectif Réalisé Objectif Réalisé Objectif Réalisé Objectif Réalisé 2013 à 2017 objectifs 2013-2018
2018 annuelles %

TOTAL logements 860 115 92 118 141 146 110 121 76 133 133 100% 552 64%

Logement locatifs 160 16 6 18 6 7 23 16 9 20 17 85% 61 38%


dont
Conventionnés très sociaux 15 2 1 21 0 1 2 1 4 2 0 0% 7 47%
Conventionnés sociaux 80 14 2 9 5 4 21 4 5 7 17 243% 50 63%
Logements vacants 180 30 6 30 5 30 20 30 4 30 2 7% 37 21%
Logements indignes 50 7 0 4 0
3 15 1 10 33 28%
Logements très dégradés 70 3 4 6 3
Habiter mieux 0 0 1 5 0 4 21 16 9 10 17 170% 48

Conventionnement sans
travaux 18 14 19 18 16 85

Propriétaires occupants 540 99 86 100 135 139 87 105 67 113 116 103% 491 91%
dont
Dont PO Habiter Mieux 280 45 63 62 97 75 54 75 43 84 84 100% 341 122%
Handicap/autonomie 240 40 26 40 37 37 33 28 24 28 32 114% 152 63%
Logements indignes 20 3 1 3 0
2 2 2 0 2 1 50% 8 11%
Logements très dégradés 50 11 3 5 1 18/44
139
Logements en copropriété 100 - 0 0 0 0 0 0 0 86 0 0 0 0
Une année 2017 marquée par une forte dynamique de réhabilitation

Pour le territoire du Grand Chalon, au niveau contractuel, l’enveloppe initialement réservée sur l’année 2017 au regard des objectifs fixés
était de 513 467 € pour les crédits ANAH et 113 070€ au titre du FART.
Dès le mois de juillet, les enveloppes ci-dessus avaient été consommées à hauteur de 87% pour les crédits ANAH et 68% pour les crédits
FART pour un total de 57 logements toutes thématiques confondues.
Afin d’engager les dossiers nécessaires à la réalisation des objectifs assignés pour 2017, un avenant a été signé en fin d’année permettant
d’avoir une dotation complémentaire.
Ainsi, les droits d’engagements alloués au Grand Chalon pour l’année sont passés à 1 179 000€ pour les crédits ANAH et à 173 000 € pour les
crédits FART.
Par ailleurs, une enveloppe supplémentaire allouée par l’ANAH en fin d’exercice a permis de traiter tous les dossiers en instance et de ce
fait, de dépasser les objectifs sur la thématique énergie et autonomie.
Au total, le montant de l’enveloppe pour 2017 s’élevait à 1353 450€ pour les crédits ANAH et à 214 000 € pour les crédits FART.

Au 31 décembre 2017, selon les données d’infocentre, le montant des engagements réels s’élevait à :
1 325 627€ de crédits ANAH consommés soit une hausse de 176% par rapport à 2016
211 536€ de crédits FART consommés soit une hausse de 102% par rapport à 2016

Pour 2017, il peut être souligné une très nette croissance du nombre de dossier Habiter Mieux. Cette hausse s’explique par la place de plus
en plus importante de l‘Espace Habitat Conseil dans son rôle d’accompagnement et de conseil en matière de travaux de rénovation
énergétique. Par ailleurs, la première copropriété inscrite dans le dispositif « rénovation énergétique des copropriétés pilotes » a voté ses
travaux ce qui a généré 21 dossiers propriétaires occupants et 7 dossiers propriétaires bailleurs.
Enfin, on peut souligner la dynamique concernant les propriétaires bailleurs permettant de développer une offre locative sociale privé de
33 logements en 2017 (contre 27 en 2016) : 17 logements dans le cadre du conventionnement avec travaux et 16 dans la cadre du
conventionnement sans travaux

19/44
140
Un premier vote positif dans la cadre du Programme d’Intérêt Général « Rénovation énergétique de
copropriétés pilotes »
Pour mémoire, les copropriétés retenues dans le cadre de ce PIG sont issues d’une sélection de 5 copropriétés lors d’un appel à projet du
Grand Chalon en amont de l’attribution d’un marché à un prestataire, en l’occurrence Urbanis. Depuis mars 2016, ce prestataire assure les
missions d’assistance à maitrise d’ouvrage auprès des copropriétés et le suivi animation du dispositif.

5 copropriétés représentant un volume global de 285 logements ont été retenues :


Copropriété Tour Aubépin, 34 avenue des Aubépins à Chalon-sur-Saône (48 lgts),
Copropriété Bellevue, 56 rue Lieutenants Chauveau à Chalon-sur-Saône (135 lgts),
Copropriété 37/39 rempart Saint-Vincent à Chalon-sur-Saône (36 lgts),
Copropriété Les Capucins, 29 rue Saint-Jean des Vignes à Chalon-sur-Saône (30 lgts),
Copropriété Jean Thiébaud, 10 chemin de la Poudrière à Chalon-sur-Saône (36 lgts).

En fin d’année 2017, la première copropriété inscrite dans ce Programme d'Intérêt Général, en l’occurrence la Tour des Aubépins, a voté
son programme de travaux de rénovation sur un scénario BBC dans le cadre d’un contrat de performance énergétique pour un montant de
1,3 million d’euros.

La tour des Aubépins – avant La tour des Aubépins – après


20/44
141
La copropriété Les Capucins (36 logements) a voté le recours à une maîtrise d’œuvre et devrait voter son programme de travaux en 2018
Les copropriétés Remparts Saint Vincent (36 logements), Bellevue (136 logements) et Jean Thiebault (36 logements) ont voté le recours à
une maîtrise d’œuvre avec une perspective de vote de travaux dans le 1er semestre 2019.

Programme Opérationnel de Prévention de d’Accompagnement des Copropriétés : Finalisation du repérage et


lancement des diagnostics multicritères

La mise en œuvre de ce programme répond à plusieurs objectifs :


Disposer d’une meilleure connaissance des copropriétés du territoire
Proposer aux copropriétés un accompagnement adapté aux problématiques rencontrées de façon précoce afin de résorber les
dysfonctionnements éventuels le plus en amont possible
Encourager une démarche de travaux à moyen terme en créant une dynamique permettant dans un premier temps d’améliorer leur
fonctionnement quotidien pour pouvoir se mettre dans une perspective de travaux à moyen terme

Pour ce faire, trois périmètres d’intervention ont été définis :


Périmètre 1 : Centre ancien/Ile Saint-Laurent qui souffre d’une vacance importante
Périmètre 2 : Les quartiers Politiques de la Ville –prés Saint Jean et Aubépins qui connaissent une profonde mutation et avec un
environnement en cours de réhabilitation via des programme de rénovation du parc social
Périmètre 3 : Secteur Jean Moulin/Garibaldi/Laennec qui concentrent les 4 copropriétés les plus grandes classifiées D dans le fichier
infra communal de l’ANAH

Depuis le mois de juin 2016, l’opérateur en charge de ce dispositif a lancé la phase de repérage sur le centre ancien en faisant des
croisements entre des analyses statistiques, des entretiens avec les syndics et un travail de repérage « terrain ». Ces éléments ont porté sur
5 critères : l’énergie, les aspects des parties communes, les aspects extérieurs, la sécurité et le vivre ensemble.
Cette étape de repérage a permis d’identifier les 59 copropriétés jugées les plus fragiles du secteur auxquelles un questionnaire sera
adressée début 2018 pour travailler à la mise en œuvre de dispositifs adaptés à la situation et la demande des copropriétaires.

Pour les deux autres périmètres, des diagnostics multicritères ont été lancées dans chaque copropriété avec des restitutions prévues
début 2018.

21/44
142
La deuxième phase de la stratégie Habitat du Grand Chalon 2018-2020
Depuis 2015, le Grand Chalon décline opérationnellement la première phase de sa stratégie sur l’habitat privé avec entre autres, l’ouverture
de l’Espace Habitat Conseil et les dispositifs sur les copropriétés.

Malgré l’apport de ces dispositifs, il n’en demeure pas moins que des problématiques liées notamment à la maison individuelle, à l’habitat
dégradé et à la vacance présente dans certains centres-bourgs demandent des interventions adaptées et ciblées.
Afin de répondre à l’émergence de ces questionnements sur les centres-bourgs, formulés par les élus, un diagnostic sur les 50 communes
du territoire (hors Chalon-sur-Saône) a été engagé entre avril 2016 et octobre 2017 par le service Habitat.

Les objectifs fixés à ce diagnostic ont été les suivants :


dresser un état des lieux le plus fin possible des problématiques d’habitat dans les centres-bourgs (vacance, habitat indigne et
dégradé, insalubrité,…) ;
recenser, après échanges directs avec les élus des communes, leurs attentes et leurs besoins par rapport à ces problématiques ;
élaborer un rapport de diagnostic contenant des propositions d’actions ciblées s’articulant à la fois sur le développement des
solutions existantes et sur la mise en œuvre de dispositifs opérationnels.
Pour le mener à bien, des rencontres et visites de terrains ont été organisées avec les maires et/ou les adjoints en charge de ces questions
avec des supports de travail transmis en amont (données habitat, cartographies).

Les principales problématiques identifiées comme facteurs de préoccupation par les élus sont :
les maisons individuelles et les zones pavillonnaires construites dans les années 60/70 cumulant une double problématique :
Une mauvaise performance énergétique,
Une configuration architecturale de type maison sur sous-sol pouvant parfois poser des difficultés en matière d’attractivité,
les logements vacants et dégradés dans les centres bourgs,
le maintien à domicile et l’adaptation des logements au vieillissement et au handicap,
la réhabilitation de logements communaux,
le devenir de bâtiments agricoles et corps de ferme notamment dans les centres-bourgs et les hameaux excentrés.

Afin de répondre à ces problématiques, une deuxième phase de la stratégie d’intervention sur l’habitat privé a été votée le 13 décembre
2017 avec un ensemble de dispositifs et d’actions opérationnels sur la période 2018-2020.

Pour élaborer ce programme d’intervention, les principes suivants ont été retenus:
Faire de l’Espace Habitat Conseil et de ses partenaires un élément pivot des dispositifs ;
Développer des actions concrètes et lisibles pour favoriser leur appropriation ;
22/44
143
Equilibrer l’intervention entre mobilisation du droit commun, dispositif spécifique et expérimentation ;
Valoriser et mobiliser les aides déjà existantes notamment celles de l’ANAH pour les publics les plus modestes ;
Orienter le fléchage d’une partie des aides du Grand Chalon vers les publics non éligibles à l’ANAH ;
S’appuyer sur les communes et leurs élus pour en assurer la communication.

Ainsi, ce programme va s’articuler autour de trois axes :


Axe I : rénover les maisons individuelles
Axe II : lutter contre le logement dégradé et le logement vacant
Axe III : adapter les logements à la perte d’autonomie

Ces trois axes sont déclinés en dispositifs et actions opérationnels. Les éléments principaux à retenir sont les suivants :

Pour l’axe I : rénover les maisons individuelles


Dispositif d’aides à la rénovation énergétique performante
Dispositif expérimental « Rénovation énergétique des lotissements pilotes »
Dispositif expérimental « réinventer la Maison sur sous-sol »

Pour l’Axe II : lutter contre le logement dégradé et le logement vacant


Dispositif opérationnel thématique logement dégradé et vacant
Actions complémentaires pour lutter contre la vacance : fiscalité, sensibilisation et informations

Pour l’Axe III : adapter les logements à la perte d’autonomie


Dispositif d’aides à l’adaptation des logements notamment pour les ménages hors ANAH

L’ensemble de ces dispositifs et actions opérationnels sera décliné opérationnellement dans le courant de l’année 2018 pour un montant
estimé à 1 500 000 € mobilisés sur 2018/2020 selon la répartition suivante :
1/3 destiné aux études et à l’accompagnement
2/3 destiné à l’aide directe aux travaux

En terme quantitatif, le potentiel de réhabilitation a été estimé à 700 logements sur trois ans toutes thématiques confondues (rénovation
énergétique, adaptation, sortie de vacance), ce qui générerait plus de 11 millions d’euros de travaux pour les entreprises locales.

23/44
144
Les actions en faveur du parc public
Règlement d’intervention du Grand Chalon en faveur du parc public

Dans le cadre de son règlement d’intervention financière en faveur de l’habitat public, le Grand Chalon a mis en place des aides pour la
réalisation de logements locatifs très sociaux en renforçant les aides sur les opérations d’acquisition-amélioration et les travaux sur les
logements existants.
Pour information, l’amélioration dans le parc existant (hors ANRU) n’est plus aidée par l’Etat qui intervenait dans le cadre de la PALULOS.
L’intervention du Grand Chalon cible les thématiques suivantes :
L’adaptation des logements aux personnes handicapées ou à mobilité réduite
L’aide aux travaux d’économie d’énergie dans les logements existants
La prise en charge du surcoût de la certification CERQUAL Patrimoine

1 demande d’aide a été sollicitée pour les travaux d’adaptation des logements par la commune de Fragnes-La-Loyère pour une subvention
de 1 008 €.

Une garantie d’emprunt

Logivie a sollicité la Ville de Chalon-sur-Saône pour garantir, à hauteur de 100%, les emprunts contractés à la Caisse des Dépôts pour réaliser
des travaux d’amélioration dans deux résidences :
Résidence Le Lutèce (45 logements), située au 68 avenue de Paris / 29-31 rue du 56ème RI à Chalon-sur-Saône pour un montant
prévisionnel de travaux de 173 237 € ;
Résidence Teilhard de Chardin (151 logements), située Allée Louise Michel à Chalon-sur-Saône pour un montant prévisionnel de travaux de
281 744 €.

Les travaux se concentrent sur les parties communes (rénovation des cages d’escalier, réfection électricité, éclairage, interphonie,…)

La ville a validé cette garantie d’emprunt pour d’un montant total de 454 981.00 €uros lors du conseil municipal du 27 juin 2017.

24/44
145
Le Contrat de Plan Etat Région 2015 – 2020
La Région, autorité de gestion des fonds européens pour la période 2015-2020 a lancé un appel à projets pour les 8 agglomérations
éligibles à l’axe urbain FEDER. Le Grand Chalon a décidé de s’inscrire dans ce processus pour faire du programme FEDER/FSE, à travers son
Axe 5 « pour un développement urbain durable », un des outils de mise en œuvre de son projet de territoire.

Son dossier de candidature a été axé autour des deux objectifs stratégiques suivants :
Objectif stratégique 5-1 : réduire la consommation énergétique des bâtiments :
Objectif stratégique 5-4 : Assurer la conversion des friches industrielles, militaires, hospitalières et l’implantation de nouvelles
activités économiques

Concernant l’Habitat, le Grand Chalon a souhaité, par ce programme, soutenir la réhabilitation de logements sociaux. En novembre et
décembre 2014, une concertation a été organisée afin de dresser la liste des programmes de réhabilitation envisagés par les bailleurs
sociaux au regard des critères d’éligibilité au programme de réhabilitation de la Région. 1 186 logements pourraient être concernés, dont 1
131 sur la ville de Chalon et 55 sur la commune de Lux. Dans un premier temps, une première tranche portant sur 508 logements a été
retenue répartie sur les quartiers des Aubépins, des Prés Saint Jean, du Plateau Saint Jean situés à Chalon-sur-Saône et sur la commune de
Lux. Les travaux réalisés vont permettre de réduire les consommations énergétiques des ménages résidant dans les quartiers prioritaires
de la politique de la ville, et ainsi de baisser les charges mensuelles liées aux dépenses énergétiques.

Pour l’année 2017, le comité de sélection s’est réuni le 14 avril pour valider notamment le projet de l’OPAC de rénovation énergétique de
55 logements à Lux.

Les projets de réhabilitation dans le cadre du renouvellement urbain

Le PRU des Près Saint Jean :

Bilan 2017 reconstruction hors site

Livraison de 36 logements sociaux de l’OPAC de Saône-et-Loire sur le secteur de Chalon :

- Rue Lieutenants Chauveau : 26 logements (24 dans le cadre de la reconstitution de l’offre du PRU + 2 logements PLAI de la
programmation 2015)

-Rue des Pattes : 10 logements

25/44
146
Orientation n°3 : étendre et adapter l’offre de logements
aux publics spécifiques, redéfinir les rôles et les liens entre le
parc banalisé et les structures dédiées
Rappel des actions Les réalisations 2017

Action n°3.1 : ajuster l’offre de logements et d’hébergement pour


les jeunes en formation, en insertion ou étudiants, développer les La validation du projet de Foyer
expériences de logements intergénérationnels d’Hébergement Traditionnel porté par
l’AMEC
Action n°3.2 : favoriser l’adaptation et l’accessibilité des logements
Soutien à l’installation des jeunes actifs sur le
pour les personnes âgées et les personnes handicapées afin de
Grand Chalon par les Résidences Chalon
répondre à leur volonté de maintien à domicile ;
Jeunes
Action n°3.3 : favoriser l’accès et le maintien dans le logement pour Bilan des dispositifs d’accompagnement
les personnes les plus fragiles (jeunes, actifs précarisés…) ; social visant à favoriser l’accès au logement
améliorer la chaîne de l’hébergement en favorisant les sorties de
structures dédiées vers le logement autonome banalisé grâce à des Bilan de la démarche expérimentale
logements et hébergements intermédiaires ; Mobilis’Toit de l’ADIL sur le territoire du
Grand Chalon
Action n°3.4 : mieux répondre aux besoins spécifiques des gens du
voyage en développant des lieux de sédentarisation La poursuite du partenariat avec l’ADIL

Participation à l’élaboration de PDALHPD

26/44
147
Validation du projet de Foyer d’Hébergement Traditionnel porté par l’AMEC
L’AMEC va construire la Résidence Pierre Carême, établissement d’une capacité d'accueil de 33 lits, en 3 unités d’hébergement de 11 lits
avec un service d’accueil de jour de 11 places. Le bâtiment va être organisé avec des chambres individuelles incluant une salle d’eau
constituant l’espace privé des résidents, des espaces communs pour la vie collective. L’implantation de ce programme est situé e dans le
quartier stratégique de l’ancienne sucrerie.

Le coût total de l’opération est de 4 millions d’euros. Pour la financer, l’AMEC a bénéficié de 33 agréments PLS Foyers lors de la
programmation 2017.
De plus, la Ville de Chalon et le Grand Chalon vont garantir les emprunts à hauteur de 35% chacun avec le département (à hauteur de 30%).

27/44
148
Soutien à l’installation des jeunes actifs sur le Grand Chalon par les Résidences Chalon
Jeunes
Les Résidences Chalon Jeunes, qui disposent de 365 logements adaptés, ont été retenues dans le cadre de l’appel à projet 2017 du Contrat
de Ville, avec le dispositif « Soutien à l’installation sur le Grand Chalon de jeunes actifs après une période réussie aux Résidence Chalon
Jeunes ». L’objectif de celui-ci est d’accompagner les jeunes vers un logement autonome en leur proposant un suivi renforcé dans les
différentes étapes de sa démarche (dépôt de dossiers auprès des bailleurs, ouverture des fluides, gestion budgétaire), un Kit Meubles et
une prestation de déménagement avec la Régie de Quartier.

Pendant l’année 2017 les RCJ ont accueilli 538 jeunes dont plus de 33 % femmes. 80 % de jeunes ne sont pas originaires de Chalon et arrivent
sur le territoire principalement pour leur activité professionnelle :
27 % sont étudiants
24 % sont en apprentissage ou contrat de professionnalisation
5 % sont en formation professionnelle
14 % sont en CDD
12 % commencent un CDI
9 % sont intérimaires, demandeurs d’emploi
9 % sont des résidents handicapés et les jeunes Mineurs Non Accompagnés sans activité professionnelle

La durée du séjour au sein des Résidences Chalon Jeunes dépend de plusieurs paramètres :
du temps et du lieu de formation,
pour les étudiants ils quittent Chalon pour suivre leur stage dans une entreprise proche de leur région d’origine,
pour les salariés CDD, intérimaires et demandeurs d’emploi : ils se déplacent au gré des offres d’emploi,
pour les salariés CDI : certains jeunes, assez rapidement, recherchent un logement autonome. En 2017 un jeune a décidé d’acheter
son logement sur le Grand Chalon.

Au moment du départ 31 % de jeunes quittent Chalon sur Saône pour continuer leur cursus scolaire dans une autre ville, 32 % ont terminé
leur CDD et retournent dans leur ville d’origine, 19 % quittent pour s’installer dans une autre région, et 18 % de jeunes s’installent à Chalon
sur Saône ou sur le Grand Chalon.

En 2017, 40 jeunes ont quitté les Résidences Chalon Jeunes pour s’installer sur le territoire du Grand Chalon. Parmi eux, 28 ont été plus
spécialement accompagnés dans leur projet d’emménagement dans un logement.

28/44
149
Dans le cadre de ce soutien renforcé, les RCJ :
Orientent le jeune soit vers les bailleurs sociaux, les bailleurs privés ou vers un particulier en consultant les sites internet.
Expliquent les termes juridiques et financiers présents dans les différents documents (contenu des charges, rôle d’une assurance
locative,…)
Mettent à leur disposition les informations sur le coût de l’électricité, du chauffage, de l’eau pour un logement de 30 m² par
exemple.
Sensibilisent sur les gestes d’économies, le tri des déchets, l’ensemble des travaux qu’un locataire doit faire lui-même…
Informent du soutien financier de :
-La CAF avec un prêt et une subvention pour l’achat de mobilier et équipement
-Action Logement soit pour l’offre de logement sur le Grand Chalon ou pour la garantie de paiement du loyer et charges.

Bilan des dispositifs d’accompagnement social visant à favoriser l’accès au logement


La convention d’objectifs signée avec l’Association Pour l’Accueil et la Réinsertion (APAR) avait pour objectifs de développer
- une intervention spécialisée auprès des Grands Chalonnais vivant en logement autonome ou domiciliés ou hébergés ou vivant en habitat
précaire dont l’état de santé et/ou la situation sociale sont à ce point dégradés qu’ils sont exclus des accompagnements sociaux de droit
commun, et pour lesquels aucun diagnostic social n’a été posé;
- une action de re-médiation sociale permettant à moyen terme le retour du bénéficiaire dans les dispositifs classiques d’accompagnement
ou une orientation sur un service spécialisé.

L’accompagnement spécialisé souhaité par le Grand Chalon n’avait pas vocation à se substituer aux suivis sociaux menés par les services
du Département, ceux des CCAS ou des mesures existantes liées au logement mais devait s’inscrire en complémentarité avec l’ensemble
des dispositifs existants. Au final, 3 situations ont été évaluées et 3 situations ont été accompagnées

Ce dispositif peu mobilisé par l'ensemble des acteurs n'a pas eu les effets escomptés et justifie pour 2018 de revoir le niveau d'intervention
de l'association auprès de publics plus fragiles (jeunes en rupture familiale notamment) mais également auprès des élus du Grand Chalon
en développant la notion de conseil technique pour les situations d'exclusion sociale.

Par ailleurs, une convention de partenariat de prévention du surendettement et d’accompagnement des grands chalonnais les plus fragiles
signée avec l’Association Chambre REgionale SUrendettent Sociale (CRESUS), permet d’agir également sur la thématique du logement des
personnes en situation de fragilité sociale.

29/44
150
L’objectif global est d’accompagner les ménages fragilisés économiquement, en situation de surendettement par un diagnostic budgétaire
suivi d’un accompagnement de proximité jusqu’au dénouement de la situation et le rétablissement de la situation budgétaire.
Le logement sera au cœur de ce dispositif et le diagnostic financier permettra également de mettre en place des actions en la matière pour
éviter que les situations se dégradent en termes d’impayés. Cette convention a été validée, dans un premier temps, lors du conseil
communautaire du 30 juin 2016 pour une période d’expérimentation comprise entre le 1er septembre et le 31 décembre 2016 (6 situations
traitées) puis reconduite sur 2017 pour une prise en charge de 24 dossiers maximum

Sur 2017, 14 situations ont été traitées par l'association: 13 dossiers Procédure BANQUE DE FRANCE ont été engagés avec deux abandons
avant leur terme et un dossier en liquidation judiciaire pour lequel CRESUS a assuré un rôle de conseil et d'explications.

Ce dispositif doit être encore connu pour être utilisé pleinement. Les orientations sur l'association CRESUS Bourgogne sont réalisées par
CCAS des communes du Grand Chalon qui disposent d'un travailleur social et à défaut, après orientation auprès de la coordinatrice des
dispositifs d’urgence sociale d’intérêt communautaire « Epicerie » qui réalise le pré bilan financier nécessaire à l'accompagnement des
personnes par l'association.

Crésus Bourgogne met à disposition des bénévoles accompagnants experts pour accueillir et écouter les personnes en situation de
fragilité financière. L'association, avec l'accord des personnes établit un diagnostic financier pour calibrer son niveau d'intervention et de
réponse face à la situation de sur-endettement, ou non, à partir d’une étude complète des éléments budgétaires;

A l'issue de son évaluation Crésus Bourgogne propose et met en place les actions (conseils), pour traiter ou éviter d’arriver à une situation
de sur endettement (négociation avec les créanciers, élaboration de plan de remboursement/échéanciers-dossiers Banque de France…);

L'association assure un suivi régulier des personnes pour prévenir l’aggravation de la situation et/ou assurer le respect du plan établi
pendant sa durée (au moins un contact tous les 3 mois avec les intéressés Son rôle d'accompagnement et de soutien des ménages du
territoire dans leurs démarches administratives, juridiques, et financières à réaliser auprès des créanciers, de la Banque de France ou du
tribunal est très important et essentiel pour l'aboutissement des dossiers.

Bilan de la démarche expérimentale Mobilis’Toit de l’ADIL sur le territoire du Grand


Chalon
Dans le cadre de l’appel à projet lancé en mai 2015 par la Délégation interministérielle à l'hébergement et à l'accès au logement (DIHAL), en
réponse à l’axe 3 «Proposer de nouvelles réponses pour prévenir les expulsions locatives en développant de nouvelles méthodes et

30/44
151
pratiques d’interventions sociales». L'Agence Départementale pour l'Information sur le Logement de Saône et Loire (ADIL) a proposé le
projet «Mobilis’Toit» qui a été retenu et validé en novembre 2015.

Ce projet a pour principal objectif de prévenir les expulsions pour impayés de loyer dans le parc privé, à un stade le plus précoce possible
en mobilisant les principaux acteurs intervenants sur cette thématique. Le territoire d’expérimentation retenu par l’ADIL a été celui du
Grand Chalon.

Dès sa validation en novembre 2015, l’ADIL a réuni et fédéré autour de ce projet, les acteurs du territoire dans le but d’instaurer un
partenariat le plus large possible : l’Etat, le Département de Saône-et-Loire, le Grand Chalon, les CCAS de Chalon-sur-Saône, Saint-Marcel,
Saint-Rémy et de Chatenoy-le-Royal, la Caisse d’Allocations Familiales, le Groupe Neyrat Immobilier et l’Union Nationale de Propriétaire
Indépendant.

Mobilis'Toit est une offre de service expérimentale, d’un an, sur le territoire du Grand Chalon, pour prévenir les expulsions pour impayés
de loyer dans le parc privé, à un stade précoce. Elle consiste à la réalisation d'un diagnostic social, financier, juridique et technique dès
l'impayé de loyer, pour définir, valider et mettre en œuvre avec le ménage et une équipe pluridisciplinaire, un plan d'actions global sur
mesure, en collaboration avec le bailleur.

Cette expérimentation a pour objectifs :


d’aider des ménages à se mobiliser à un stade précoce pour éviter leur expulsion,
d’informer, sensibiliser, intégrer des partenaires de la prévention des expulsions locatives à ce jour assez isolés, notamment les
administrateurs de biens, et les groupements de bailleurs privés,
d’intégrer des partenaires à ce jour non sollicité dans le dispositif actuel et dont la CCAPEX départementale souhaite l’intégration
de rédiger un bilan quantitatif et qualitatif permettant notamment de relever les bonnes pratiques
de communiquer ce bilan

Dans ce cadre, le Grand Chalon s’est engagé à :


Etre membre du comité du pilotage du dispositif
Participer à la construction du dispositif par son implication dans les groupes de travails
Participer à la mise en œuvre du dispositif sur le volet « repérage ». Pour cela, les services du Grand Chalon cités ci-après se
mobiliseront pour signaler les situations relevant de Mobilis’Toit à l’occasion de l’exercice de leurs missions :

• Pour la Direction de l’Habitat et du Foncier du Grand Chalon, en s’appuyant sur :


o le service Habitat avec :
-l'Espace Habitat Conseil du Grand Chalon

31/44
152
-les dispositifs opérationnels en vigueur: le Programme d’Intérêt Général "rénovation énergétique de copropriétés pilotes" et le
Programme Opérationnel de Préventions et d’Accompagnement des Copropriétés

o le service Foncier/Logement avec :


- les logements communaux dont ils assurent la gestion
- les sollicitations directes des habitants auprès des élus

• Pour la Direction des Solidarités et de la Santé


Les dispositifs d’Urgence Sociale d’intérêt communautaire : L’Epicerie sociale du Grand Chalon

La convention a été validée lors du conseil communautaire du 30 juin 2016.

Au final, l’expérimentation s’est tenue sur la période du 1er mai 2016 au 30 avril 2017.

164 ménages ont été repérés et informés sur la démarche (sur un objectif initial de 180). 43 d’entre eux ont bénéficié d’un entretien
téléphonique et 23 d’un rendez-vous avec une conseillère CESF. Ce contact a permis de réaliser le diagnostic social, financier, juridique et
technique, de pré-orienter le plan d’action (maintien dans le logement ou relogement) et d’identifier le travailleur social compétent sur le
territoire. 10 ménages ont accepté, à l’issue de l’établissement du diagnostic, que leur situation soit suivie par le Comité de pilotage. 50%
de ces ménages ont signé un contrat Mobilis’Toit dont 4 avec un travailleur social référent et 1 avec un bailleur.

Au final, sur ces 10 ménages :


5 locataires ont été relogés dans un logement adapté à leur situation familiale et budgétaire,
une aide financière a permis de solder la dette d’un locataire, le locataire a repris le paiement des loyers courants,
un locataire a déposé un dossier de surendettement incluant la dette locative,
deux locataires ne se sont plus mobilisés en cours d’accompagnement (asll mis en place mais pas de mobilisation, absences au rendez-
vous),
un locataire est toujours en recherche de solution de sa dette (proposition au bailleur du dispositif Louer abordable, en attente de
réponse).

Une nouvelle convention d’objectifs 2017-2019 avec l’ADIL


En 2007, le Grand Chalon a décidé d’adhérer à l’ADIL au titre des "membres associés" et a convenu d’apporter un soutien allant dans le
sens de l’intérêt général que présente les missions assurées par l’ADIL telles que définies par ses statuts. Pour cela, une première
convention triennale d’objectifs a été signée le 2 juillet 2007 définissant les engagements des deux parties. Elle a été reconduite le 17
décembre 2010 pour la période 2011-2013 puis le 12 décembre 2013 pour la période 2014-2016.
32/44
153
Ce partenariat a trouvé également sa pleine justification dans le programme d’actions du Programme Local de l’Habitat 2013-2018,
notamment sur les actions relatives à l’accession sociale, à la résorption de l’habitat insalubre ou la lutte contre la précarité énergétique,
l’ajustement de l’offre de logements et d’hébergement pour les jeunes et la contribution au développement de la stratégie Habitat du
Grand Chalon.

Depuis octobre 2015, ce partenariat a pris un nouvel essor avec l’accord donné par l’ADIL de venir intégrer les locaux de l’Espace Habitat
Conseil du Grand Chalon. Cette synergie ainsi créée entre le Grand Chalon, l’ADIL et l’Espace Info Energie a vocation de proposer aux
habitants du Grand Chalon une porte d’entrée unique sur les questions de l’Habitat.

La convention avec l’ADIL s’achevant au 31 décembre 2016, elle a été renouvelée en reprécisant les engagements de chacune des parties
pour la période du 01/03/2017 au 31/12/2019.

L’objectif principal de la convention pour cette période est de définir les conditions générales dans lesquelles le Grand Chalon adhère à
l’association et apporte son soutien aux activités que l’ADIL entend poursuivre sur le territoire. Ainsi, les missions de l’ADIL prévues sur le
Grand Chalon sont détaillées dans le projet de convention joint à ce rapport.
Ces missions sont articulées autour de 4 axes :
le travail au sein de l’Espace Habitat Conseil du Grand Chalon,
le déploiement d’actions de droit commun menées par l’ADIL sur le Grand Chalon,
la mise en œuvre opérationnelle des dispositifs destinés aux copropriétés,
le travail avec la Direction de l’Habitat et du Foncier et le Service Habitat du Grand Chalon.

Dans le cadre de cette convention, une subvention annuelle de fonctionnement de 15 000 € sera versée. De plus, il est à souligner que
l’ADIL est hébergé à titre gratuit dans les locaux de l’Espace Habitat Conseil situés dans le bâtiment de l’ancienne sucrerie 7 rue Maugey à
Chalon-sur-Saône. Cet hébergement peut être valorisé à environ 5490 € par an à la charge du Grand Chalon.

Participation à l’élaboration du PDALHPD 2018-2022


Le Département de Saône-et-Loire et les services de l’Etat ont lancé, début 2017, le processus d’élaboration du futur PLALPHPD 2018-2022.
Les services du Grand Chalon (Habitat, Gens du Voyage, Solidarité) ont été mobilisés pour participer à l’élaboration de ce document dans
le cadre de réunions et d’ateliers. Les actions retenues seront articulées autour des axes suivants :

Axe 1 : instaurer une dynamique d’accès prioritaire au logement en s’appuyant sur des partenariats territoriaux
Axe 2 : déployer une offre de logement, d’hébergement et d’accompagnement pertinente
Axe 3 : Clarifier et consolider l’offre d’hébergement et de logement adapté
Axe 4 : Piloter et animer le Plan
33/44
154
La validation du PDALHPD est prévue dans le 1er semestre 2018.

Orientation n°4 : doter le Grand Chalon des outils de


pilotage, de connaissance et d’animation du PLH

Rappel des actions Les réalisations 2017

Action n°4.1 : mettre en place un observatoire de l’habitat et du Les observatoires : Habitat, demande sociale…
peuplement

Action n°4.2 : renforcer le partenariat entre les acteurs de l’habitat L’Espace Habitat Conseil : une forte
pour conduire l’action et partager les résultats, organiser des dynamique sur 2017
rencontres régulières avec les services et les élus des communes

Action n°4.3 : structurer le service habitat du Grand Chalon

Action n°4.4 : mettre en place une maison de l’habitat

34/44
155
Les observatoires
L’observatoire de l’habitat

Comme les années précédentes, aucune publication en tant que telle n’a été faite par l’observatoire. L’Agence d’Urbanisme, en charge de
celui-ci a été fortement mobilisée dans le cadre du PLUI et notamment dans l’élaboration du Programme d’Actions Habitat.
Parallèlement, des réflexions sont menées depuis fin 2017, en lien avec le service Projets Urbains et SIG, pour le développement d’un
observatoire de l’Habitat sur le Grand Chalon.

L’observatoire de la demande sociale – année 2017 (données DDT)


er
Au 1 janvier 2017, le parc social enregistrait 2521 demandes. Sur l’année 2017, 1268 attributions ont été réalisées et au 31 décembre 2017,
2341 demandes étaient enregistrées.

Répartition géographique : Le parc de logements sociaux étant à 80% situé sur la ville centre,
70% (77,5% en 2013, 73.8% en 2014, 76% en 2015, 72,9% en 2016) des
demandes au 1er janvier concernent la ville de Chalon/Saône, 20%
2000
1770 les communes de 1ère couronne (15,5% en 2013, 17,5% en 2014 et 17%
1666
1800
en 2015 , 19 % en 2016) et 10% (7% en 2013, 8.7% en 2014 et 7% en
1600
2015 , 8,1% en 2016) les communes de 2ème couronne.
1400

1200
68% des attributions sont réalisées sur la ville-centre, puis 18% sur
1000 863
la 1ère couronne et 14% sur les communes de 2ème couronne.
800
Jusqu’à présent, ces données étaient stables depuis 2013 alors
511
600 448 que l’on peut remarquer sur 2017, une baisse des attributions sur
400
229 240
176 227 la ville-centre au profit de la deuxième couronne. Cette tendance
55 12 70
200
sera à confirmer avec les données de 2018.
0

Ville de 1ère couronne 2ème couronne dont pôles


Chalon/Saône structurants Au 31 décembre 2017, 71% des demandes portent sur la ville -
centre, 19% et 10% concernent respectivement les communes de
demandes au 01/01/2017 attributions demandes au 31/12/2017 1ère et 2ème couronne. Après une tendance à la baisse des
demandes sur la ville-centre constaté depuis 2015, le taux semble
se stabiliser autour des 70% .

35/44
156
Profils des demandeurs :
Taille des ménages Age des demandeurs

plus de 60 ans moins de 30 ans


9,20% 18,00% 21,00%
8,50% 1 pers

46,70% 2 pers
14,00%
3 pers
4 pers
5 pers ou + 45-60 ans
21,60%
29,00% 30-45 ans
32,00%

Les ménages d’une personne représentent 46,70% des demandeurs, suivi des ménages composés de 2 personnes. Plus de 61% des
demandeurs ont entre 30 et 60 ans.

Typologie des logements demandés

35,00% En relation avec la composition familiale des demandeurs


31,5% 32,0% (une majorité de ménages d’une ou deux personnes), les
30,00%
logements les plus demandés sont les petits logements,
25,00% 45,20% sont des T2 ou moins, on note une stabilité par
rapport à 2015.
20,00% Les T3 sont sollicités par un tiers des demandeurs, puis les T4
18,4% et + qui constituent un quart des demandes.
15,00%
13,7%
10,00%

5,00%
4,4%

0,00%
studio/T1 T2 T3 T4 T5 et +

36/44
157
L’observatoire de la demande sociale – zoom sur la ville centre
(Données internes – service gestion foncière et logement)

En 2017, 2249 demandeurs ont été recensés :


− 15% ont moins de 25 ans et près de 7.15 % plus de 65 ans.
− 43.60 % sont des personnes seules
− Près de 25.50 % sont des personnes seules avec une personne à charge
− 43 % sont sans activité (hors retraité) et 32% des demandeurs 2017 (soient726) sont en CDI

On peut noter pour 2017, la poursuite de tendance à la hausse du nombre de demandeurs sans activité (hors retraités) qui était déjà passé
de 33% en 2014, 41% en 2015 et 42.7 en 2016.

L’Espace Habitat Conseil : une forte dynamique sur 2017


Pour sa 2ème année d’exercice, l’Espace Habitat Conseil a reçu 786 visites (1486 personnes depuis son ouverture en octobre 2015) avec
une augmentation de 40% de la fréquentation entre 2016 et 2017. 50% des visites concernent des travaux de rénovation énergétique.

De plus, il a mis en œuvre son programme d’actions et d’animations :

Participation au Salon de l’Habitat et au Salon Evoluvies : 120 personnes reçues et organisation de deux conférences

Conférences, ateliers et visites ouvertes au public portant sur :


-«Qu’est ce qu’une rénovation performante ?»
-«Comment choisir un bon artisan ?»
-Les financements pour les travaux de rénovation énergétique
-L’adaptation du logement
-Réunion à destination des artisans Handibat avec la CAPEB
-Visite de 2 chantiers exemplaires à Gergy et Saint Loup de Varennes

Dispositif Thermo’Logis :
-Finalisation de la Saison 1 – 2016/2017 : réalisation des thermographies et du plan de financement pour les 12 candidats
-Lancement de la saison 2 – 2017/2018 : 18 propriétaires de maisons individuelles et 4 copropriétés

37/44
158
Accompagnement méthodologique de 3 copropriétés

Signature d’une convention de partenariat entre le Grand Chalon/la CAPEB/la FFB et la CMA

Depuis octobre 2017, mise a disposition des particuliers de la mallette Econo’Mie pour réaliser des mesures de consommations
énergétiques dans leurs maisons : 9 personnes concernées

Présentation de l’EHC à 5 des nouvelles communes du Grand Chalon

Campagne d’affichage sur tout le territoire du Grand Chalon

Pour plus d’informations, un bilan exhaustif de l’activité de l’Espace Habitat Conseil est disponible au Service Habitat.

38/44
159
Les projets en 2018 :
Orientation n°1 : rééquilibrer le développement territorial du Grand Chalon en produisant une offre de qualité

Rappel des actions Les perspectives 2018

Action n°1.0 : doter le Grand Chalon des outils de gouvernance


nécessaires à la mise en œuvre du PLH et de l’ensemble de la politique La Délégation des aides à la pierre et des
du logement aides de l’ANAH : validation de l’avenant
2018
Action n°1.1 : se doter des documents cadres pour affirmer la politique Lancement de l’élaboration d’un futur
de construction PLH 2020-2025
Suivi de la production de logements neufs
Action n°1.2 : construire 1400 logements neufs sur l’ensemble du avec notamment le projet de la Sucrerie
territoire Blanche et Chemin de la Coudre

Action n°1.3 : organiser la mobilisation du foncier pour répondre aux La programmation de logements sociaux
besoins 2018

Action n°1.4 : mobiliser et tester les outils de l’accession sociale à


Chalon-sur-Saône

Action n°1.5 : anticiper les modes d’habitat de demain

39/44
160
Orientation n°2 : améliorer la qualité et l’attractivité de tous les segments du parc existant

Rappel des actions Les perspectives 2018

Les réalisations sur le parc privé


Action n°2.1 : poursuivre les actions de requalification du parc privé La poursuite de la mise en œuvre
dégradé et de remise sur le marché de logements vacants à opérationnelle des dispositifs ciblés sur les
Chalon/Saône. copropriétés : PIG, POPAC et missions
d’accompagnement de l’Espace Habitat
Action n°2.2 : structurer le tissu urbain ; requalifier l’habitat dégradé Conseil
dans les pôles et les villages La mise en œuvre opérationnelle du
programme d’actions de la 2ème phase de la
Action n°2.3 : mieux connaître le parc énergivore et accompagner son stratégie Habitat
amélioration thermique – lutter contre la précarité énergétique
La poursuite des opérations de
requalification des grands quartiers
Action n°2.4 : renouveler et requalifier le parc locatif social ; valoriser
d’habitat social
les quartiers

40/44
161
Orientation n°3 : étendre et adapter l’offre de logements aux publics spécifiques, redéfinir les rôles et les liens entre
le parc banalisé et les structures dédiées

Rappel des actions Les perspectives 2018

Action n°3.1 : ajuster l’offre de logements et d’hébergement pour


les jeunes en formation, en insertion ou étudiants, développer les Une nouvelle convention avec ISBA
expériences de logements intergénérationnels
Finalisation et mise en œuvre du PDALHPD
Action n°3.2 : favoriser l’adaptation et l’accessibilité des logements
pour les personnes âgées et les personnes handicapées afin de Participation à l’élaboration du schéma
répondre à leur volonté de maintien à domicile ;
départemental d'accueil et d'habitat des gens
du voyage conduits par l'Etat
Action n°3.3 : favoriser l’accès et le maintien dans le logement pour
les personnes les plus fragiles (jeunes, actifs précarisés…) ;
améliorer la chaîne de l’hébergement en favorisant les sorties de
structures dédiées vers le logement autonome banalisé grâce à des
logements et hébergements intermédiaires ;

Action n°3.4 : mieux répondre aux besoins spécifiques des gens du


voyage en développant des lieux de sédentarisation

41/44
162
Orientation n°4 : doter le Grand Chalon des outils de pilotage, de connaissance et d’animation du PLH

Rappel des actions Les perspectives 2018

Action n°4.1 : mettre en place un observatoire de l’habitat et du


peuplement Poursuite de la mise en œuvre de la réforme
des procédures de demande d’un logement
Action n°4.2 : renforcer le partenariat entre les acteurs de l’habitat social
pour conduire l’action et partager les résultats, organiser des
La mise en place d’un observatoire de l’Habitat
rencontres régulières avec les services et les élus des communes
du Grand Chalon
Action n°4.3 : structurer le service habitat du Grand Chalon Poursuite du développement de l’offre de
service de l’Espace Habitat Conseil
Action n°4.4 : mettre en place une maison de l’habitat

42/44
163
ANNEXES
Rappel des sigles utilisés
• ADIL : Agence Départementale pour l’information sur le logement.
• AIVS : Agence Immobilière à Vocation Sociale
• AMI : Appel à Manifestation d’Intérêt
• ANAH : Agence nationale de l’habitat.
• ANRU : Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine.
• APAGL: Association pour l’Accès à la Garantie Locative
• AUSB : Agence d’Urbanisme Sud Bourgogne
• CAF : Caisse d’Allocations Familiales.
• CDC : Caisse des Dépôts et Consignation.
• CEE : Certificats d’Economie d’Energie
• CLAH : Commission Locale pour l’Amélioration de l’Habitat.
• CLIC : Centre Local d’Information et de Coordination.
• CRH : Comité Régional de l'Habitat.
• CROUS : Centre Régional des Œuvres Universitaires et Scolaires.
• DDT : Direction Départementale des Territoires
• EIE : Espace Info Energie
• EPCI : Etablissement Public de coopération Intercommunale.
• FJT : Foyer des Jeunes Travailleurs.
• GRL : Garantie des Risques Locatifs
• H&D : Habitat et Développement.
• ISBA : immobilière Sociale Bourgogne Associés
• Logement PLA-I : logement financé en prêt locatif aidé d’insertion.
• Logement PLUS : logement financé en prêt locatif à usage social.
• Logement PLS : logement financé en prêt locatif social.
• Loi SRU : Loi Solidarité et Renouvellement Urbain, 2000.
• OPAH : Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat.
• PADD : Projet d’Aménagement et de Développement Durable.
• PC : Permis de Construire.
• PDALPD : Plans Départementaux d'Action pour le Logement des Personnes Défavorisées.
• PIG : Projet d’Intérêt Général.
• PLU : Plan Local d’Urbanisme/ PLUi : Plan Local d’Urbanisme intercommunal
43/44
164
• PO : propriétaires occupants
• POS : Plan d’Occupation du Sol.
• PRU : Projet de Rénovation Urbaine.
• PSLA : Prêt Social Location-Accession
• RCJ : Résidences Chalon Jeunes
• SIRES : Service Immobilier Rural Et Social

44/44
165
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION AU DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE


DIRECTION DE L'HABITAT ET DU FONCIER

N° de l'ordre du jour : 13
Rapporteur : Monsieur Landry LEONARD

Habitat - Fusion des sociétés VILLEO et LOGIVIE

EXPOSE

Rappel du contexte :

Les Conseils d’Administration des sociétés LOGIVIE et VILLEO ont approuvé, le 19 décembre
dernier, le principe de la fusion par voie d’absorption de la première par la seconde.

Le rapprochement des deux structures a pour objectif de constituer un opérateur du logement social
en capacité de porter des projets de requalification du patrimoine et de développer une offre locative
qui répondent aux enjeux locaux.

Les sociétés LOGIVIE et VILLEO, toutes deux SA d’HLM, sont des sociétés contrôlées
directement ou indirectement par Action Logement Immobilier et appartiennent donc, en tant que
telles, au groupe Action Logement.

Description du dispositif proposé :

Par courriers du 23 avril et 14 mai 2018, le Grand Chalon a été informé de la fusion des sociétés
LOGIVIE et VILLEO et a été sollicité pour désigner un représentant appelé à siéger au conseil
d’administration de la nouvelle entité.

Par conséquent, il est proposé au Conseil communautaire de prendre acte de la fusion des deux
sociétés LOGIVIE et VILLEO et de procéder à la désignation d’un représentant de la collectivité.

Conformément à l’article L.2121-21 du Code Général des Collectivités Territoriales, il convient de


procéder au vote à scrutin secret, à la majorité absolue, mais le Conseil communautaire peut
décider, à l’unanimité, de ne pas procéder au scrutin secret.

166
DECISION

Cadre juridique :

Vu l’article L.2121-29 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu l’article L.2121-21 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu les courriers des sociétés LOGIVIE et VILLEO,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 De prendre acte de la fusion des structures LOGIVIE et VILLEO ;


 De décider à l’unanimité de ne pas procéder au scrutin secret ;
 De désigner un représentant du Grand Chalon au Conseil d’administration de la nouvelle
entité ainsi créée.

167
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL

N° de l'ordre du jour : 14
Rapporteur : Madame Dominique MELIN

Intérêt communautaire - Compétences du Grand Chalon -


Intégration de la piscine de Saint-Jean-de-Vaux au sein des
équipements sportifs d'intérêt communautaire

EXPOSE

Rappel du contexte :

L’article L5216-5 du Code Général des Collectivités Territoriales relatif aux compétences des
communautés d’agglomération prévoit la nécessité de définir un intérêt communautaire pour
l’exercice de certaines de ces compétences obligatoires et optionnelles.

Dans le cadre de l’évolution de ses compétences au 1 er janvier 2017, le Grand Chalon a délibéré le
25 octobre 2017 sur la modification de l’intérêt communautaire relatif aux compétences suivantes :

 « Développement économique »,
 « Aménagement de l’espace communautaire »,
 « Equilibre social de l’habitat sur le territoire communautaire »,
 « Politique de la Ville dans la communauté »,
 « Voirie »,
 « Construction, aménagement, entretien et gestion d’équipements culturels et
sportifs d’intérêt communautaire ».

Dans le cadre de sa compétence optionnelle « Construction, aménagement, entretien et gestion


d’équipements culturels et sportifs d’intérêt communautaire », la Communauté d’Agglomération du
Grand Chalon assure la gestion de l’Espace Nautique de la Ville de Chalon-sur-Saône depuis 2001,
établissement d’intérêt communautaire.

Récemment des échanges ont eu lieu avec la Commune de Saint-Jean-de-Vaux afin d’étudier le
transfert de la piscine de Saint-Jean-de-Vaux au titre de cette compétence.

En effet, cet équipement, actuellement communal, rayonne désormais bien au-delà de Saint-Jean-
de-Vaux et des communes limitrophes de la vallée des Vaux.

168
Le sondage effectué en 2017 concernant sa fréquentation démontre que la population de la
Commune ne représente que 26 % des usagers. La piscine bénéficie également à de nombreux
habitants du Grand Chalon.

Elle joue un rôle d’attractivité du territoire, accueillant également des habitants provenant de
communes autour du Grand Chalon et des touristes, notamment des usagers du camping municipal
attenant.

Enfin, de par sa localisation, cet équipement permet de mailler le territoire et d’offrir aux Grand
Chalonnais une offre complémentaire de piscine de plein air. Sa gestion par le Grand Chalon
permettrait le développement d’une politique cohérente en lien avec l’Espace nautique.

Description du dispositif proposé :

Au vu de ces éléments, la piscine de Saint-Jean-de-Vaux, utilisée par des usagers résidant dans
plusieurs communes du Grand Chalon et présentant un intérêt avéré pour son territoire, remplit les
conditions permettant sa reconnaissance en tant qu’équipement sportif d’intérêt communautaire.

Il est donc proposé au Conseil communautaire de transférer cet équipement au Grand Chalon en le
déclarant d’intérêt communautaire au titre de la compétence optionnelle « Construction,
aménagement, entretien et gestion d’équipements culturels et sportifs d’intérêt
communautaire ».

S’agissant d’un transfert de compétence, l’évaluation des charges transférées correspondant fera
l’objet d’un examen par la CLECT.

DECISION

Cadre juridique :

Vu l’article L5216-5 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu les statuts du Grand Chalon,

Vu la délibération du Conseil communautaire n°CC-2017-10-5-1 du 25 octobre 2017 relative à la


modification de l’intérêt communautaire,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 De déclarer la piscine de Saint-Jean-de-Vaux d’intérêt communautaire et d’approuver ainsi


son transfert au Grand Chalon au titre de la compétence « Construction, aménagement,
entretien et gestion d’équipements culturels et sportifs d’intérêt communautaire »

169
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION À L'ATTRACTIVITE DU TERRITOIRE


DIRECTION DE LA CULTURE ET DES SPORTS

N° de l'ordre du jour : 15
Rapporteur : Madame Dominique MELIN

Etablissements nautiques du Grand Chalon - Tarification 2018

EXPOSE

Rappel du contexte :

Afin de pouvoir bénéficier des infrastructures nautiques du Grand Chalon, les usagers s’acquittent
d’un droit d’entrée ou de frais d’inscriptions aux divers cours dispensés.

Description du dispositif proposé :

Pour l’Espace Nautique de Chalon-sur-Saône, une nouvelle grille tarifaire avec une augmentation
de 1,5 % sur l’ensemble des tarifs vous est proposée.

Pour une meilleure lisibilité des tarifs, un confort des usagers et une raison pratique de rendu de
monnaie, l’ajustement est pratiqué à la décimale supérieure ou inférieure.

Suite au transfert de la piscine de Saint-Jean-de-Vaux, une grille de tarifs spécifiques a été établie
sur la base de celle appliquée par la commune auparavant.

DECISION

Cadre juridique :

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales et notamment les articles L.1111-5 et L.5216-5,

Vu l’article 147 de la loi n°98-657 du 29 juillet 1998 d’orientation relative à la lutte contre les
exclusions,

Vu les statuts du Grand Chalon, notamment son article 7-7,

Vu la délibération n° 7 du Conseil communautaire en date du 10 février 2001 qualifiant d’intérêt


communautaire l’Espace nautique de Chalon-sur-Saône,

170
Vu la délibération n° 2011-12-11 du Conseil communautaire en date du 12 décembre 2011 relative
au transfert de compétence du Grand Chalon,

Vu la délibération n°CC 2016-12-20-1 du Conseil communautaire du 7 décembre 2016 fixant les


tarifs de l’Espace nautique pour l’année 2017,

Vu les grilles tarifaires, jointes en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver la nouvelle grille tarifaire de l’Espace nautique avec mise en application au 1er
juin 2018, jointe en annexe ;

 D’approuver la grille de tarifs spécifiques de la piscine de Saint-Jean-de-Vaux avec mise en


application au 1er juillet 2018, jointe en annexe.

171
Direction Générale Adjointe à l'Attractivité du Territoire
Direction des Sports

Espace Nautique - Tarifs au 1er juin 2018


Actualisation + 1,5 %

Tarifs Tarifs
2017- 2018 2018-2019
Entrée individuelle Adulte 4,50 € 4,60 €
Entrée enfant (- 8 ans) 0,00 € 0,00 €
Entrée individuelle Enfant (8 à 18 ans), étudiant, retraité (minimum 3,20 € 3,30 €
vieillesse), chomeur, RSA, handicapés bénéficiant AAH,
Abonnement 11 entrées Adulte 39,30 € 39,90 €
Abonnement 11 entrées tarif réduit 26,70 € 28,90 €
Tarif horaire 10 heures 28,50 € 29,00 €
Tarif horaire 20 heures 54,60 € 55,40 €
Tarif horaire 30 heures 74,10 € 75,20 €
Groupes sans réservation 2,20 € 2,20 €
Groupes avec réservation 3,20 € 3,30 €
Location lignes d'eau 25m 14,10 € 14,70 €
Location lignes d'eau 50m 27,60 € 28,00 €
Collèges, Lycées (forfait classe) hors Grand Chalon 12,70 € 12,90 €
Collèges, Lycées (forfait classe) Grand Chalon 3,20 € 3,25 €
Primaires hors Grand Chalon 3,20 € 3,25 €
Primaire Grand Chalon 0,00 € 0,00 €
Leçons de natation (forfait 5 cours - 8 ans) 39,90 € 40,50 €
Leçons de natation (forfait 5 cous 8/18 ans) 54,80 € 55,60 €
Leçons de natation (forfait 5 cours + 18 ans) 61,80 € 62,70 €
Leçons de natation (forfait 10 cours - 8 ans) 71,70 € 72,80 €
Leçons de natation (forfait 10 cours 8/18 ans) 98,90 € 10,40 €
Leçons de natation (forfait 10 cours + 18 ans) 111,40 € 113,10 €
Activités aquatiques / cardio (la séance) 11,10 € 11,30 €
Carte activités 10 séances 94,90 € 96,30 €
Carte activités 20 séances 165,60 € 168,10 €
Carte activités 30 séances 211,80 € 215,00 €
Promo activités 165,60 € 168,10 €
Recréation carte 2,10 € 2,15 €
Clé de casier (perte, vol ou destruction) 8,90 € 9,00 €

Piscine de Saint Jean de Vaux - Tarifs au 1er juillet 2018

Tarifs Tarifs
2017- 2018 2018-2019

Entrée individuelle Enfant (- de 2 ans) 0,00 € 0,00 €


Entrée individuelle Enfant (- de 14 ans), étudiant, retraité (minimum 0,00 € 0,00 €
vieillesse), chomeur, RSA, handicapés bénéficiant AAH, Grand Chalon
Entrée individuelle Enfant (- de 14 ans), étudiant, retraité (minimum
vieillesse), chomeur, RSA, handicapés bénéficiant AAH, Hors Grand 1,70 € 1,70 €
Chalon
Entrée individuelle (+ de 14 ans) 2,50 € 2,50 €
Usager du camping de Saint Jean de Vaux 1,25 € 1,25 €
Abonnement 12 entrées Enfant (de 15 à 18 ans), étudiant, retraité 13,00 € 13,00 €
(minimum vieillesse), chomeur, RSA, handicapés bénéficiant AAH
Abonnement 12 entrées Enfant (- de 14 ans), étudiant, retraité (minimum 17,00 € 17,00 €
vieillesse), chomeur, RSA, handicapés bénéficiant AAH
Abonnement 12 entrées (+ de 18 ans) 25,00 € 25,00 €

172
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION À L'ATTRACTIVITE DU TERRITOIRE


DIRECTION DE LA CULTURE ET DES SPORTS

N° de l'ordre du jour : 16
Rapporteur : Madame Florence PLISSONNIER

Conservatoire à Rayonnement Régional Danse, Musique et


Théâtre - Politique Tarifaire - Année scolaire 2018-2019

EXPOSE

Rappel du contexte :

Afin de pouvoir bénéficier des cours, les élèves du Conservatoire à Rayonnement Régional de
Danse Musique et Théâtre acquittent chaque année des frais d’inscription et des frais de location
d’instruments.

Description du dispositif proposé :

Pour l’année scolaire 2018/2019, il est proposé une augmentation des tarifs d’inscription et des frais
de location d’instruments du Conservatoire de l’ordre de 1,5 % arrondie.

DECISION

Cadre juridique :

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales et notamment les articles L1111-5 et L5216-5 II,

Vu l’article 147 de la loi n° 98-657 du 29 juillet 1998 d’orientation relative à la lutte contre les
exclusions,

Vu l’article 7 des statuts du Grand Chalon, mentionnant la compétence de la Communauté


d’agglomération en matière de « construction, aménagement, entretien et gestion d’équipements
culturels et sportifs d’intérêt communautaire »,

Vu la délibération n° 2017-07-11-1 du Conseil communautaire du 3 juillet 2017 fixant les tarifs du


Conservatoire pour l’année scolaire 2017/2018,

Vu la délibération n°CC-2017-10-5-1 du Conseil Communautaire en date du 25 octobre 2017


portant définition de l’intérêt communautaire,

173
Vu le tableau joint en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver les nouveaux tarifs du Conservatoire à Rayonnement Régional de Danse Musique


et Théâtre pour l’année scolaire 2018/2019 à compter du 1 er septembre 2018, détaillés dans le
document joint en annexe.

174
LE GRAND CHALON Conservatoire à Rayonnement Régional de Danse Musique et Théâtre

Proposition
de tarifs 2018
TARIFS ANNUELS 2018 -2019 Tarifs 2017 2018 2019 avec une
hausse de 1,5
% arrondie

1)Tarifs par groupe de disciplines

GROUPE A ° Jardin, FM (sans instrument et hors CEPI), Culture musicale, Arrangement jazz,
° Initiation danse
Elève domicilié dans une commune du Grand Chalon 70 71
Elève extérieur 139 141

GROUPE B
a) Instrument / danse / théâtre / chant / musique électroacoustique, prise de son, préparation aux
classes CPGE option métiers du son / musiques actuelles / musiques du monde / direction
d'orchestre / direction chorale, CEPI Formation Musicale, Parcours Personnalisé.

Le groupe B donne l'accès gratuit aux disciplines des groupes A et D a) dans la limite de 3 disciplines
Elève domicilié dans une commune du Grand Chalon 139 141
Elève extérieur 283 287
b) Pour chaque discipline supplémentaire du groupe B
Elève domicilié dans une commune du Grand Chalon 70 71
Elève extérieur 139 141

GROUPE C Classes à Horaires Aménagés PRIMAIRE et COLLEGE (théâtre) et Ateliers


a) Gratuit pour la première discipline du groupe B
b) Pour chaque discipline supplémentaire du groupe B 70 71

GROUPE D
a) Pratiques collectives sans cours individuel dans la limite de 2 pratiques collectives par élève 42 43
b) Pour participation à un stage de musique, danse ou théâtre par jour 16 16
sauf stages "métiers du son" et stages "CEPI" gratuits pour les élèves inscrits en disciplines du groupe B
c) Pour participation à une session d'accompagnement de groupe musiques actuelles hors cursus 16 16
d) classe préparatoire à l'entrée dans un établissement supérieur 139 141

2)Tarif de location d'instruments


Location mensuelle 17 17
Tuba, basson et contrebasse : gratuit la 1ère année
Les parents doivent entretenir et assurer personnellement l'instrument loué.
La location est accordée en priorité aux élèves débutants
La location court du 1er octobre au 30 septembre de l'année scolaire.

3) Réductions sur les tarifs d'inscription


sauf stages et accompagnement de groupes musiques actuelles
w10 % lorsque l’élève habitant la Communauté d’Agglomération est membre d’une association située sur le
territoire communautaire dont l’objet est la pratique de la danse, musique ou théâtre (un justificatif de l’association
devra être fourni avant le 15 octobre 2018) sauf stages
w25 % sur le montant des droits d’inscription par famille pour 2 inscriptions payantes sauf stages
w37 % sur le montant des droits d’inscription par famille pour 3 inscriptions payantes sauf stages
w46 % sur le montant des droits d’inscription par famille pour 4 inscriptions payantes sauf stages
w53 % sur le montant des droits d’inscription par famille pour 5 inscriptions payantes sauf stages
w61 % sur le montant des droits d’inscription par famille pour 6 inscriptions payantes sauf stages
w64 % sur le montant des droits d'inscription pour toute famille de la Communauté d'Agglomération non imposable
sur le revenu (avis de non imposition 2018 sur les revenus 2017)
wGratuité des cours pour les étudiants Erasmus
wDans le cadre de la Formation Continue, les personnels du CRR sont exemptés des droits d'inscription.
wLes réductions ne peuvent être cumulées. Seule la plus élevée sera appliquée.
wTout justificatif de réduction doit impérativement être transmis à l'administration avant le 15 octobre 2018

wEn cas de demande de prise en charge des droits d'inscription par un employeur ou organisme de
formation : toute convention et tous renseignements concernant le payeur doivent impérativement être
transmis à l'administration avant le 15 octobre 2018
wLes droits d'inscription seront payables au cours du 2ème trimestre de l'année scolaire. Ils sont dus pour
l'année entière. Aucun remboursement même partiel ne peut être effectué en cas d’abandon après le 15
octobre 2018
wTout abandon, pour ne pas donner lieu à facturation, devra être signalé par écrit avant le 15 octobre 2018
(par lettre ou inscription sur le registre au secrétariat du Conservatoire).
175
LE GRAND CHALON Conservatoire à Rayonnement Régional de Danse Musique et Théâtre

176
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION À L'ATTRACTIVITE DU TERRITOIRE


DIRECTION DE LA CULTURE ET DES SPORTS

N° de l'ordre du jour : 17
Rapporteur : Madame Florence PLISSONNIER

Conservatoire à Rayonnement Régional Danse, Musique et


Théâtre - Saison de l'Auditorium 2018-2019 - Tarification

EXPOSE

Rappel du contexte :

Le Conservatoire à Rayonnement Régional de Danse Musique et Théâtre géré par la Communauté


d’Agglomération le Grand Chalon organise une centaine de concerts et spectacles chaque année,
collabore et coréalise un certain nombre de ces spectacles avec d’autres structures culturelles.

L’ensemble de ces spectacles et concerts est regroupé sous l’appellation « Saison de l’Auditorium »
et il convient d’actualiser la grille tarifaire de la programmation chorégraphique, musicale et
théâtrale du Conservatoire dans un objectif de large développement de la fréquentation et de
meilleure adéquation avec les tarifs des structures partenaires.

Description du dispositif proposé :

La nouvelle grille de tarifs détaillés dans le tableau joint en annexe propose des tarifs identiques à
ceux de la Saison 2017/2018 dans une logique de cohérence avec les structures partenaires. Un
complément tarifaire de 4 € pour le concert de l'Orchestre National de Lyon du 28 septembre 2018
coréalisé avec l’Espace des Arts sera appliquée sur le tarif A. Ce complément tarifaire permet
l’harmonisation du tarif pratiqué par l’Espace des Arts dans sa saison culturelle 2018/2019.

DECISION

Cadre juridique :

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales et notamment les articles L1111-5 et L5216-5 II,

Vu l’article 147 de la loi n°98-657 du 29 juillet 1998 d’orientation relative à la lutte contre les
exclusions,

177
Vu l’article 7 des statuts du Grand Chalon, mentionnant la compétence de la Communauté
d’agglomération en matière de « construction, aménagement, entretien et gestion d’équipements
culturels et sportifs d’intérêt communautaire »,

Vu la délibération n°CC-2017-10-5-1 du Conseil Communautaire en date du 25 octobre 2017


portant définition de l’intérêt communautaire,

Vu le tableau joint en annexe,

Il est demandé au Conseil Communautaire :

 D’ approuver les tarifs de concerts et spectacles de la Saison 2018/2019 de l’Auditorium du


Conservatoire à Rayonnement Régional de Danse Musique et Théâtre à compter du 1 er
septembre 2018, détaillés dans le document joint en annexe.

178
2017 2017 2017 2018 2018 2018
SAISON DE L’AUDITORIUM 2018 Tarif 2018 2018 2019 2019 2019
A Tarif B Tarif C Tarif A Tarif B Tarif C

Plein tarif 24 € 11 € 7€ 24 € 11 € 7€

Tarif réduit
Comités d'entreprises / carte USMC / carte UTB / adhérents
structures partenaires du Conservatoire / handicapés
18 € 8€ 4€ 18 € 8€ 4€

Tarif spécial
Enfant scolarisé (primaires, collèges, lycées)
Etudiants - 26 ans
Elèves CRR
10 € 6€ 3€ 10 € 6€ 3€
Ecoles de danse, musique du Grand Chalon, demandeurs
d’emploi

Tarif famille 12 € 6€ 4€ 12 € 6€ 4€
1 à 2 accompagnateurs (enfants – de 16 ans)

Moins de 6 ans gratuit gratuit gratuit gratuit gratuit gratuit

ABONNEMENTS
Abonnement 1 14 € 7€ 3.50 € 14 € 7€ 3.50 €
de 3 à 5 concerts (prix pour un spectacle)
TARIFS GROUPES
A partir de 10 personnes 18 € 8€ 4€ 18 € 8€ 4€
Se présenter 15 minutes avant le spectacle

SEANCES SCOLAIRES

Primaires, Collèges et Lycées


GRATUIT GRATUIT

SEMAINE DE LA DANSE 3€ 3€
SPECTACLES SCOLAIRES
Primaires, Collèges et Lycées 3€ 3€
1 accompagnateur gratuit pour 8 élèves

Un complément tarifaire de Un complément tarifaire* de 4€


4€ sera appliqué à 2 concerts sera appliqué sur le concert de
de la série A coréalisés avec l'ONL du 28 septembre 2018
l’Espace des Arts coréalisé avec l’Espace des Arts

* Complément tarifaire qui permet d’harmoniser les tarifs de billetterie sur ce concert coréalisé avec ceux de
l’Espace des Arts et le Conservatoire

Conservatoire
Saison de l’Auditorium
Tarifs billetterie 2018/2019

179
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION À L'ATTRACTIVITE DU TERRITOIRE

N° de l'ordre du jour : 18
Rapporteur : Monsieur Jean-Vianney GUIGUE

Grand concert de rentrée du Grand Chalon - Convention de


partenariat

EXPOSE

Rappel du contexte :

Le Grand Chalon souhaite développer des projets répondant aux attentes de la jeunesse et à
l’animation de son territoire, parmi lesquels, la diffusion de concert de musiques actuelles.

La place de la jeunesse et sa reconnaissance comme atouts d’avenir pour le territoire est une priorité
du projet du Grand Chalon.

Parmi les actions prévues pour remplir cet objectif figure l’organisation d’un grand concert de
rentrée, scolaire et universitaire, qui permettra à la fois de fédérer les jeunes autour d’un événement
et de les prendre en compte en tant que citoyens actifs et acteurs de leur propre développement au
travers de la culture.

A l’occasion de la Foire Exposition de Chalon-sur-Saône, le Grand Chalon souhaite programmer un


concert de Slimane au Colisée le 28 septembre 2018 à 20 heures.

Le choix de programmation s’est porté sur Slimane Nebchi, dit Slimane, vainqueur de l’émission
« The Voice » en 2016. Depuis, il a fait paraître deux albums : « A bout de rêve » en 2016 (double
disque de platine), « Solune » en 2018 dont la tournée a débuté en mars dernier.

De par son style (POP urbaine, RnB, variété française) et son rayonnement, il apparaît comme
propice à toucher un large public jeune.

Description du dispositif proposé :

Afin de mettre en place ce projet, un partenariat avec la société ANIM’15 Productions est envisagé.

La société ANIM’15 Productions en tant que producteur de Slimane fournira le spectacle en « ordre
de marche » et assumera les frais techniques, taxes et obligations de sécurité liés.

180
De son côté le Grand Chalon mettra à disposition le lieu de représentation (dont la scène) en « ordre
de marche ».
Le concert sera programmé au Colisée ce qui est une première depuis son ouverture en 2001.

Le montage financier du projet prévoit une participation du Grand Chalon de 40 000 € et un partage
des recettes, à part égale, au-delà de 55 200 €.

Un tarif unique de 25 € sera proposé.

DECISION

Cadre juridique :

Vu l’article L.5216-5 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu la convention de partenariat jointe en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver la convention de partenariat jointe en annexe ;

 D’habiliter Monsieur le Président, ou son représentant, à signer cette convention jointe


en annexe.

181
CONVENTION DE PARTENARIAT
SLIMANE - Concert de rentrée GRAND CHALON

Entre

LE GRAND CHALON, dont le siège est situé 23 avenue Georges Pompidou– 71100 Chalon sur Saône,
SIRET : 24710058900099 - Code APE : 8411Z
Représenté par Monsieur Sébastien Martin, Président, dûment habilité,
Ci-après dénommé « LE GRAND CHALON »

Et

La société ANIM’15 Productions – SARL dont le siège est 4, rue Piroux – 54048 NANCY Cedex,
immatriculée au R.C.S. de Nancy sous le numéro B 308 601 038, représentée par Monsieur François
CHRISTIN, ayant tous pouvoirs aux fins des présentes.
Ci-après dénommé « le producteur »

Il est convenu ce qui suit :

Préambule :

A – Le producteur dispose du droit de représentation en France du spectacle qui fait l’objet de la présente
convention pour lequel il s’est assuré la participation des artistes nécessaires à la représentation.

B – Le Grand Chalon s’est assuré de la disponibilité de la Salle LE COLISEE Rue d’Amsterdam – 71100
CHALON-SUR-SAÔNE (capacité de 2800 places) sur 3 jours (soit les 27, 28 et 29 septembre 2018)

Le Grand Chalon souhaite organiser, en partenariat avec le producteur, la manifestation définie à


l’article 1, et dont les modalités techniques et financières sont développées ci-après.

L’objectif de cette mission de service public est d’apporter une aide financière à l’organisation du
spectacle afin d’en réduire les coûts et d’en permettre la faisabilité et ainsi garantir à la population du
Grand Chalon un accès à un spectacle populaire, en ouverture de saison et à un tarif raisonnable.

L’intitulé : « SLIMANE – Concert de rentrée Grand Chalon » devra figurer sur tous les supports de
communication.
L’achat des billets donnera droit notamment à l’entrée gratuite sur la Foire Exposition de Chalon sur
Saône

La participation financière du Grand Chalon se fera par une aide à la diffusion permettant au producteur
d’assurer un équilibre financier à la tenue du spectacle.

Un budget prévisionnel sera annexé à la présente convention

Article 1 – Objet

Le Producteur s’engage à donner, dans les conditions définies ci-après et qui sont expressément acceptées
par le Grand Chalon, une représentation du spectacle ci-dessous défini dans le lieu précité :

Titre de l’œuvre : SLIMANE


Date de représentation : Vendredi 28 septembre 2018 à 20h

Page 1 sur 4
182
Article 2 – Obligations du Producteur

Le producteur fournira le spectacle en ordre de marche entièrement monté et assumera la responsabilité


artistique des représentations.

En qualité d’employeur, il assurera les rémunérations, charges sociales et fiscales comprises, de son
personnel attaché au spectacle.
Le spectacle comprendra les décors, les costumes, meubles et accessoires et d’une manière générale tous
les éléments nécessaires à la représentation. Le Producteur en assurera le transport aller et retour et
effectuera les éventuelles formalités douanières des personnels, éléments et matériels délimités ci-dessus
et en supportera le coût. Les frais d’hébergement, de restauration et de défraiement des personnels qui
sont sous sa responsabilité resteront à sa charge.

Le Producteur assurera également l’exécution, l’attribution et/ou la prise en charge financière des points
suivants :
- La signature du contrat de cession et des fiches techniques avec le producteur qui détient les
droits d’exploitation du spectacle ;
- Les rémunérations, charges sociales et fiscales comprises de son personnel et du personnel
attaché aux spectacles : (Régisseur général, régisseurs son et lumières, machinistes, personnel
local…). Il lui appartient notamment de solliciter, en temps utile, auprès des autorités
compétentes, les autorisations pour l’emploi, le cas échéant, de mineurs ou d’artistes étrangers
aux spectacles ;
- L’installation technique de l’ensemble du matériel scénique correspondant à la spécificité de la
salle et à la fiche technique inerrante au spectacle : espace scénique intégral : scène , tours , grill,
chariot télescopique, complément technique scénique demandé par la production de l’artiste.
- La prise en charge du cout de la commission de sécurité chargée de valider l’installation
technique et de valider l’autorisation de la manifestation
- La mise en place du personnel d’accueil nécessaire au bon déroulement de la manifestation
- La mise en place d’un poste de premier secours (croix blanche)
- La mise en place d’un service de sécurité habilité et correspondant au bon déroulement de la
manifestation
- Le nettoyage du lieu de présentation du spectacle entre le montage du spectacle et son
déroulement, ainsi que la remise en état de propreté du lieu du catering ;
- Les frais d’Hotels voyages, restaurants si nécessaire et catering midi et soir ( repas ) pour
l’ensemble du personnel
- La promotion du spectacle
- Les frais de mise en place de la billetterie du spectacle dans les points de vente ainsi que
l’organisation de la billetterie le soir du spectacle ;
- La fourniture des affiches – tracts en quantité suffisante ;
- Les droits d’auteurs (Sacem, Sacd, taxe parafiscale) et/ou les droits voisins, s’il y a lieu, ainsi que
tous frais annexes ;

Le Producteur s’engage à mettre à disposition du Grand Chalon :


- 50 invitations pour le spectacle ;

Article 3 – Obligations du Grand Chalon

Le Grand Chalon fournira le lieu de représentation en ordre de marche dont la scène 20m x 14m et
2 escaliers (hors montage) mis à disposition par l’EPIC Office de Tourisme, accessibles aux bus de
tournée, et permettant l’installation technique du spectacle mentionné. Vide de tout (parquet, matériel de
signalétique, panier de basket, écrans suspendus…) aux dates précédemment mentionnées.

Page 2 sur 4
183
Le Grand Chalon s’engage à réserver un espace dans la salle où le personnel du Producteur pourra être en
mesure de vendre aisément le programme et le merchandising de l’artiste.
- Les espaces nécessaires à l’installation des Loges, cuisine, salle de restauration (catering), salon
- Le nettoyage avant et après la manifestation.

Article 4 – Billetterie

Le prix public des places est fixé à : 25 € PLACEMENT LIBRE ASSIS DEBOUT
(Dont frais de location rétrocédés aux points de vente TTC : 2€

Article 5 – Conditions financières

Le Grand Chalon réglera la somme de 40 000 € TTC


Le règlement de cette somme sera effectué par mandat administratif, sur présentation de facture, selon les
modalités suivantes :
30 % en avance de réservation de date de l'artiste
20 % à la signature de la convention et correspondant aux frais à engager en amont de la manifestation,
soit seize mille euros toutes taxes comprises.
50 % (vingt-quatre mille euros toutes taxes comprises) à l’issue de la représentation.
Le producteur conservera la recette des spectacles.

Le budget de cette manifestation a été estimé de la manière suivante :


- Montant des dépenses : 94 521 € TTC (En annexe le bordereau détaillé des dépenses)
- Le point d’équilibre à été calculé sur la base de 2 400 places à 23 € soit 55 200€ + la participation
du Grand Chalon pour un montant de 40 000 € TTC ferme et définitif.
- Si le point d’équilibre n’est pas atteint, la perte financière sera à imputer exclusivement au
producteur.
- Au-delà de ce point d’équilibre et en cas de recettes supplémentaires dues à un nombre plus
important de places vendues, le montant des bénéfices sera divisé à part égales entre le
producteur et le Grand Chalon, après le re-calcul du pourcentage des droits d’auteurs et du budget
finalisé.

A l’issue de la manifestation le producteur s’engage à transmettre au Grand Chalon le bordereau exact des
dépenses et recettes accompagné des justificatifs attachés.

Article 6 : autres dispositions techniques

Si le producteur estimait nécessaire d’utiliser des équipements, personnels techniques, et autres


prestations que ceux cités dans la présente convention, il devra lui-même et à ses frais effectuer
l’engagement du personnel, ainsi que la location ou l’achat des équipements, leur transport, l’assurance,
leur mise en place et leur enlèvement.

Le producteur doit veiller à ce que tout matériel mis à sa disposition soit nettoyé et rangé. Par ailleurs, le
rangement du matériel doit obligatoirement intervenir dans le respect du calendrier de la salle.

Article 7 – Assurances

L’Organisateur déclare avoir souscrit les assurances nécessaires à la couverture des risques liés aux
représentations du spectacle dans son lieu.
Le producteur déclare avoir souscrit une police d’assurance pour les risques lui incombant : responsabilité
civile, annulation du spectacle, personnel et matériel du spectacle.

Page 3 sur 4
184
Article 8 – Résolutions diverses

Le bénéfice des concessions (vestiaires, bar, confiserie, etc…) restera acquis au producteur.

Article 9 – Résiliation ou suspension de la convention

La présente convention se trouverait suspendue ou résolue de plein droit et sans indemnité d’aucune sorte,
dans tous les cas de force majeure outre les 50 % de la somme engagée par le Grand Chalon devant, dans
ce cas, être remboursée par le Producteur.

Seront reconnus comme cas de force majeure : guerre, révolution, inondation, deuil national, grève
générale, émeute, épidémie, maladie dûment constatée de l’un des artistes vedettes ou tous autres cas de
force majeure nécessitant la fermeture de la plupart des salles de spectacles.

Le retrait des droits de représentation à la date d’exécution du présent contrat entraînerait sa résolution de
plein droit et aucune indemnité ne serait due par le Producteur au Grand Chalon.

Article 10 – Attribution de juridiction

En cas de litige portant sur l’interprétation ou l’exécution des présentes, les parties conviennent de s’en
remettre à l’appréciation du Tribunal Administratif de Chalon-sur-Saône, après épuisement de toutes les
voies amiables.

Fait à Chalon-sur-Saône, en double exemplaires, le 6/04/2018

L’organisateur LE GRAND CHALON, Le Producteur ANIM’15 Productions,


Sébastien MARTIN François CHRISTIN
Président
Signature précédée de la mention manuscrite « Lu et Signature précédée de la mention manuscrite « Lu et
approuvé" approuvé"

Page 4 sur 4
185
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL

N° de l'ordre du jour : 19
Rapporteur : Monsieur le Président

Procès-verbal de la séance du 29 mars 2018 - Adoption

EXPOSE

Rappel du contexte :

Il est demandé au Conseil communautaire d’approuver le procès-verbal de la séance du 29 mars


2018.

DECISION

Cadre juridique :

Vu les articles L5211-1 et L2121-23 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver le procès-verbal de la séance du 29 mars 2018.

186
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL

N° de l'ordre du jour : 20
Rapporteur : Monsieur le Président

Décisions et conventions prises par le Président du Grand


Chalon - Liste du 8 mars 2018 au 3 mai 2018

Conformément à l’article L5211-10 du Code Général des Collectivités Territoriales, le Président du


Grand Chalon rend compte au Conseil communautaire des décisions prises en vertu des délégations.

Décision n° DA2018/071 du 19 mars 2018


Approbation de l'avenant n°2 au mandat d'études et travaux pour la viabilisation de terrains à bâtir
sur la zone d'activités économiques SAONEOR, conclu avec la SEM VAL DE BOURGOGNE. Le
montant total de la rémunération du mandataire est désormais fixé à 151 262,84 € HT au lieu
de 116 532,07 € HT.

Décision n° DA2018/072 du 20 mars 2018


Contrat de cession conclu avec la Compagnie Pocket Théâtre pour l'organisation du spectacle
"Jean-Pierre, lui, moi" au Théâtre du Grain de Sel les jeudi 22 mars 1018 à 20 h 00 et vendredi 23
mars 2018 à 10 h 00 pour un montant de 3 156,70 € TTC.

Décision n° DA2018/073 du 20 mars 2018


Contrat d'écriture conclu avec Monsieur Jean Marc WEBER pour un travail d'écriture d'une œuvre
musicale diffusée "En regardant le Zeppelin" le samedi 10 mars 2018 dans le cadre de la saison de
l'Auditorium 2017/2018, pour un montant de 500 € TTC.

Décision n° DA2018/074 du 21 mars 2018


Convention conclue avec ENEDIS pour la mise en place d'une servitude de passage pour améliorer
la qualité de desserte et d'alimentation du réseau électrique de distribution publique sur la parcelle
AD 155 Route de Demigny à FRAGNES.

Décision n° DA2018/075 du 22 mars 2018


Marché relatif à la réalisation des contrôles des assainissements non collectifs conclu avec la société
VEOLIA EAU pour un montant maximum de 24 000 € HT soit 28 800 € TTC pour l'année 2018.
(Pas de minimum).

Décision n° DA2018/076 du 22 mars 2018


Approbation d'une convention de mise à disposition du jardin remarquable de Monsieur et Madame
Pierre COCHET à Demigny, conclue au profit du Grand Chalon pour la réalisation des animations
prévues le samedi 24 mars 2018 de 9 h 00 à 12 h 00, à titre gracieux.

Décision n° DA2018/077 du 22 mars 2018

187
Convention relative à l'occupation temporaire du domaine public fluvial de Voies Navigables de
France standard n°61101700124, pour un montant de redevance annuel de 20,06 € au 1er
janvier 2018 et révisable annuellement.

Décision n° DA2018/078 du 22 mars 2018


Convention relative à l'occupation temporaire du domaine public fluvial de Voies Navigables de
France standard n°61101700126, pour un montant de redevance annuel de 39,48 € au 1er
janvier 2018 et révisable annuellement.

Décision n° DA2018/079 du 23 mars 2018


Versement à titre d'honoraires au Cabinet BLT Droit Public de la somme de 1 980 € TTC pour
l'analyse du dire de la Société GIRUS, les échanges en liaison avec la Société PMM, la rédaction
d'un dire en réponse aux écritures de la Société GIRUS et la transmission du dire à l'expert et à
l'ensemble des parties, dans l’affaire du quai de transfert.

Décision n° DA2018/080 du 26 mars 2018


Contrat de partenariat conclu avec la Compagnie Pocket Théâtre et l'Association Affluences pour
l'organisation du spectacle "Jean-Pierre, lui, moi" au Théâtre du Grain de Sel, le jeudi 22 mars 2018
à 20 h 00.

Décision n° DA2018/081 du 26 mars 2018


Convention de mise à disposition de la salle 0.19 du Conservatoire à Rayonnement Régional de
Danse Musique et Théâtre conclu avec la Fédération Française d'Enseignement Artistique pour
l'organisation d'une rencontre avec ses adhérents, à titre gracieux.

Décision n° DA2018/082 du 26 mars 2018


Contrat d'écriture conclu avec Monsieur Joël LORCERIE pour un travail d'écriture d'une œuvre
musicale diffusée "En regardant le Zeppelin" le samedi 10 mars 2018 dans le cadre de la saison de
l'Auditorium 2017/2018, pour un montant de 500 € TTC.

Décision n° DA2018/083 du 26 mars 2018


Marché relatif à l'étude et à la réalisation des dossiers réglementaires Installation Classée pour la
Protection de l'Environnement (ICPE) des déchetteries conclu avec la société EODD INGENIEURS
CONSEILS pour un montant global et forfaitaire de 42 350 € HT soit 50 820 € TTC.

Décision n° DA2018/084 du 27 mars 2018


Sollicitation du soutien de l'Etat, de la Région Bourgogne Franche-Comté pour l'attribution de
subventions dans le cadre de la restructuration de l'EMA Lac et fusion avec l'EMA Arc en Ciel.

Décision n° DA2018/085 du 28 mars 2018


Sollicitation de subventions auprès du Conseil départemental 71 dans le cadre de la mise en œuvre
du programme de soutien des proches aidants proposé et coordonné par le Service Santé et
Handicap du Grand Chalon.

Décision n° DA2018/086 du 28 mars 2018


Mise à disposition du Boulodrome au bénéfice de "J.B.C. Organisation" pour l'organisation du
salon "Habitat et Déco" du 13 au 20 mars 2018, pour un montant de 3 181,75 €.

Décision n° DA2018/087 du 30 mars 2018


Marché relatif à des études complémentaires de détection des réseaux en service préalables à la
réalisation d'un fonçage nécessaire au raccordement des réseaux d'eaux usées de la 3ème tranche de
travaux de viabilisation de la réserve foncière de SAONEOR, sur les réseaux existants situés sur la

188
commune de Fragnes - La Loyère conclu avec la société SCAN SOL, pour un montant forfaitaire
de 1 685 € HT soit 2 022 € TTC.

Décision n° DA2018/088 du 03 avril 2018


Convention de participation au coût des équipements publics de la ZAC dite "Zone d'activités
industrielles et portuaires Chalon Sud" conclu avec la SCI "OMEGA".

Décision n° DA2018/089 du 03 avril 2018


Convention de mise à disposition de l'Espace Nautique au bénéfice du Cercle Nautique Chalonnais
pour l'organisation du Meeting jeunes avenirs niveau national de natation, les 6,7 et 8 avril 2018, à
titre gracieux.

Décision n° DA2018/090 du 03 avril 2018


Dossier Quai de transfert : versement à titre d'honoraires au Cabinet BLT Droit Public
de 1 920 € TTC pour l'analyse du dire de la Société GIRUS, les recherches législatives,
règlementaires et jurisprudentielles, la rédaction d'une requête en référé expertise, la finalisation et
la transmission de la requête et des pièces au Tribunal Administratif de Dijon.

Décision n° DA2018/091 du 04 avril 2018


Contrat conclu avec Les Editions Musicales DURAND, SALABERT, ESCHIG pour la location des
partitions de l'œuvres de André CAPLET intitulé "Quatre prières" dans le cadre de l'organisation
d'un concert à compter du 10 avril 2018 jusqu'au 10 juin 2018, pour un montant de 137,60 € HT
soit 168,38 € TTC, frais de port en sus.

Décision n° DA2018/092 du 05 avril 2018


Financement "code de la route" à un bénéficiaire du PLIE, dans le cadre de son parcours d'insertion
professionnelle, à hauteur de 278 €.

Décision n° DA2018/093 du 05 avril 2018


Financement "code de la route" à un bénéficiaire du PLIE, dans le cadre de son parcours d'insertion
professionnelle, à hauteur de 298 €.

Décision n° DA2018/094 du 12 mars 2018


Mise à disposition du boulodrome au bénéfice du Comité de Pétanque de Saône-et-Loire pour
l'organisation du championnat de pétanque du 4 au 6 mai 2018, à titre gracieux.

Décision n° DA2018/095 du 06 avril 2018


Financement d'une partie des frais de formation du BAFA à une bénéficiaire du PLIE, dans le cadre
de son parcours d'insertion professionnelle, à hauteur de 279 €.

Décision n° DA2018/096 du 12 mars 2018


Mise à disposition du boulodrome au bénéfice du Lion's club Chalon Cercle d'Or pour l'organisation
du "salon automobile" du 25 au 27 mai 2018, à titre gracieux.

Décision n° DA2018/097 du 12 avril 2018


Avenant relatif au marché conclu avec EST BOURGOGNE MEDIA, situé 7 boulevard Chanoine
Kir à Dijon (21) pour le magazine "ECODOCS71" afin de supprimer les 4 insertions publicitaires
du Grand Chalon prévues initialement, dont le montant s'élevait à 732 € HT soit 878,40 € TTC.
Avenant relatif au marché conclu avec EST BOURGOGNE MEDIA pour la souscription de 10
abonnements pour l'année 2018.

Décision n° DA2018/098 du 30 mars 2018

189
Marché relatif à une mission de maîtrise d'œuvre pour l'aménagement d'un itinéraire cyclable reliant
la commune de LUX aux rives de Saône conclu avec la société 2AGE CONSEILS 71100 LUX.
Le montant total du marché est de 8 150 € HT soit 9 780 € TTC.

Décision n° DA2018/099 du 12 avril 2018


Financement "code de la route" à un bénéficiaire du PLIE, dans le cadre de son parcours d'insertion
professionnelle, à hauteur de 275 €.

Décision n° DA2018/100 du 11 avril 2018


Vente à la régie des quartiers Saint-Jean - 47 bis, rue Edouard Bénès de 2 broyeurs de branches aux
tarifs suivants : - Broyeur type JO BEAU M 300 (n° de parc C6308) 500 € nets - Broyeur type
ELIET MAJOR (n° de parc C6305) 1 300 € nets.

Décision n° DA2018/101 du 12 avril 2018


Avenant n° 1 au marché relatif à la maintenance et hébergement du logiciel DOMINO WEB,
maintenance du logiciel TACTILO et matériel de pointage conclu avec la société ABELIUM
COLLECTIVITES - 4 rue du Clos de l' Ouche - 35730 PERTUIT.
Cet avenant représente une augmentation de 63,95 € HT soit 76,74 € TTC pour la maintenance du
logiciel TACTILO et de 101,26 € HT soit 121,51 € TTC pour la maintenance du matériel de
pointage.

Décision n° DA2018/102 du 13 avril 2018


Contrat conclu avec Monsieur Pierre Antoine SAVOYAT pour un travail d'écriture d'une œuvre
musicale "Quand le Brass rencontre la voix" diffusée le samedi 7 avril 2018 dans le cadre de la
saison de l'Auditorium 2017/2018 pour un montant de 1 500 € TTC.

Décision n° DA2018/103 du 13 avril 2018


Convention de partenariat conclu avec l'association "Liaisons Arts Bourgogne" pour la mise en
place de formations avec le Conservatoire à Rayonnement Régional pour l'année
scolaire 2017/2018.

Décision n° DA2018/104 du 13 avril 2018


Demande de subvention relative à l'action "Activ'santé : Bien-être et remise en forme" auprès de
l'Etat - Direction Régionale Jeunesse et Sport Cohésion Sociale (DRJSCS) au titre du Centre
National pour le Développement du Sport (CNDS) à hauteur de 3 000 €.

Décision n° DA2018/105 du 16 avril 2018


Sollicitation de la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement,
pour le projet d'aménagement d'un dispositif d'éclairage de la traversée piétonne RD 906, dans le
cadre de l'aménagement de RN 80 section Cortelin – Droux.

Décision n° DA2018/106 du 16 avril 2018


Mise à disposition de lignes d’eau de l'Espace Nautique à l'Académie de Dijon le jeudi 26
avril 2018 pour l'organisation de l'épreuve facultative d'EPS Natation au baccalauréat session 2018,
à titre gratuit.

Décision n° DA2018/107 du 17 avril 2018


Mise à disposition de l'Espace Nautique au "Cercle nautique chalonnais" les 28 et 29 avril 2018
pour l'organisation Natathlon jeunes et avenirs, à titre gratuit.

Décision n° DA2018/108 du 18 avril 2018

190
Contrat conclu avec Monsieur Stéphane GUIGUET pour un travail d'écriture d'une œuvre musicale
"Paris 1900, la danse des lumières" diffusée le vendredi 27 avril 2018 dans le cadre de la saison de
l'Auditorium 2017/2018 pour un montant de 1 000 € TTC.

Décision n° DA2018/109 du 18 avril 2018


Mise à disposition du bassin école de l'Espace Nautique au "Bébé nautic chalonnais" du 9 au 21
avril 2018 pour l'organisation de séances pendant les vacances de Pâques, à titre gratuit.

Décision n° DA2018/110 du 19 avril 2018


Convention de mise à disposition avec l'Espace des Arts du studio de danse du Conservatoire à
Rayonnement Régional les samedis 31 mars et 28 avril 2018 pour l'organisation d'un atelier danse
"Let's danse".

Décision n° DA2018/111 du 19 avril 2018


Convention de partenariat avec l'Association "Chalon tout court" en vue de l'organisation du
"Festival Chalon tout court" du 29 au 31 mars 2018 à l'Auditorium et dans les salles 2.8, 2.9 et 3.9
du Conservatoire à Rayonnement Régional, dans le cadre de la saison de l'Auditorium 2017/2018.

Décision n° DA2018/112 du 19 avril 2018


Marché relatif à la sécurité estivale de l'Espace Nautique avec la société EPSG pour un montant de
devis cadre de 26 433,85 € HT, soit 31 720,62 € TTC passé dans le cadre d’un accord-cadre avec
émission de bons de commandes (40 000€ HT maximum, sans minimum).

Décision n° DA2018/113 du 19 avril 2018


Contrat de cession avec la Compagnie "Les concerts parisiens" pour l'organisation du spectacle
"L'apogée de la sonate baroque" au Théâtre Le Piccolo, le dimanche 29 avril 2018, dans le cadre de
la saison de l'Auditorium 2017/2018, pour un montant de 4 053,30 € TTC.

Décision n° DA2018/114 du 23 avril 2018


Marché relatif au remplacement de la couverture et pose de brise soleil pour le quai de transfert à
Champforgeuil :
- Lot n° 1 "Couverture sèche" conclu avec SAS NOUVELLE NECTOUX pour un montant
de 36 613,44 € HT soit 43 936,13 € TTC.
- Lot n° 2 "Brise soleil" conclu avec l'Entreprise PERROUX pour un montant de 4 740 € HT
soit 5 688 € TTC.

Décision n° DA2018/115 du 25 avril 2018


Convention signée avec NIDEV (Nicéphore Développement Immobilier) valable du 1er février 2018
au 30 novembre 2019, précisant les conditions de mise à disposition d'une zone de son parking pour
y stationner les vélos de service des agents du Grand Chalon travaillant à la Sucrerie rouge.

Décision n° DA2018/116 du 23 avril 2018


Suppression de la régie d'avances MISSION NICEPHORE CITE, à compter du 30 avril 2018.

Décision n° DA2018/117 du 02 mai 2018


Convention d'occupation temporaire du réservoir d'eau potable situé sur la commune de Châtenoy-
en-Bresse, signée avec la société INFRACOS, relative à l'implantation d'équipements de téléphonie
mobile de l'opérateur SFR.

Décision n° DA2018/118 du 02 mai 2018

191
Convention d'occupation temporaire du réservoir d'eau potable situé sur la commune de Châtenoy-
en-Bresse, signée avec la société INFRACOS, relative à l'implantation d'équipements de téléphonie
mobile de l'opérateur BOUYGUES TELECOM.

Décision n° DA2018/119 du 03 mai 2018


Marché relatif à l'enquête socio-économique par questionnaire sur 3 quartiers du Grand Chalon
conclu avec la Société URBANIS pour un montant global et forfaitaire de 19 903 € HT soit
23 883,60 € TTC.

DMA2017/071 du 21 mars 2018


Marché relatif aux travaux de réhabilitation du réservoir de Sevrey (CHS) conclu avec la société
MOINGEON pour un montant de devis estimatif de 301 057,36 € HT soit 361 268,83 € TTC.

DMA2017/072 du 30 avril 2018


Désignation du groupement VURPAS ARCHITECTES (mandataire)/Cabinet STREM/DPI
Structures/EAI, lauréat du concours de maîtrise d'œuvre relatif à la création de la Cité de
l'Economie Créative et de l'Ingénierie Numérique.

DMA2018/006 du 10 avril 2018


Avenants n° 1 au marché relatif à la construction de courts de tennis couverts et d'un club house au
stade Léo Lagrange.
- Avenant n°1 au lot 1 : terrassements et VRD, conclu avec la société FONTERAY.
Cet avenant représente une augmentation du marché de 10 872,16 € HT soit 13 046,59 € TTC
soit 9,08% par rapport au montant initial.
Le nouveau montant du marché est fixé à 130 587,38 € HT soit 156 704,86 € TTC.
- Avenant n°1 a lot 3 : structure et couverture, conclu avec la société SMC2.
Cet avenant représente une diminution de 24 390,00 € HT soit 29 268,00 € TTC. Ce qui représente
une diminution de 4,37% par rapport au montant initial. Le nouveau montant du marché est fixé
à 534 025,73 € HT soit 640 830,88 € TTC.
- Avenant n°1 au lot 4 : bardage étanchéité, conclu avec le groupement SMC2/OBTP.
Cet avenant représente une diminution de 747,00 € HT soit 896,40 € TTC, ce qui représente une
diminution de 1,62% par rapport au montant initial.
Le nouveau montant du marché est fixé à 45 281,16 € HT soit 54 337,39 € TTC.
Avenant n°1 au lot 11 : enrobés et surfaces de jeux, conclu avec la société LAQUET TENNIS.
Cet avenant représente une diminution de 3 558,71 € HT soit 4 270,45 € TTC soit 2,97% par
rapport au montant initial.
Le nouveau montant du marché est fixé à 116 155,20 € HT soit 139 386,24 € TTC.

DMA2018/007 du 10 avril 2018


Marché relatif à l'exploitation des installations de chauffage, ventilation et climatisation :
- Lot 1 : Exploitation des installations de chauffage, ventilation et climatisation sur les sites du
Garage Municipal, du pôle Environnement, des Archives Municipales, de l’EMA de Givry et de la
commune de Virey le Grand conclu avec EMESYS SARL, pour un montant global et forfaitaire
de 10 654,00 € HT soit 12 784,80 € TTC.
- Lot 2 : Exploitation des installations de chauffage, ventilation et climatisation du Colisée, Parc des
Expositions et Salon VIP conclu avec DALKIA pour un montant de 9 167,00 € HT
soit 11 000,40 € TTC.
- Lot 3 : Exploitation des installations de chauffage, ventilation et climatisation du Conservatoire à
Rayonnement Régional du Grand Chalon conclu avec ENGIE ENERGIE SERVICE COFELY, pour
un montant de 12 7740,00 € HT soit 15 328,80 € TTC.

192
- Lot 4 : Exploitation des installations de chauffage, ventilation et climatisation de l'Espace
Nautique conclu avec SE2C EMS BUATOIS FEVRE, pour un montant de 4 435,00 € HT
soit 5 322,00 € TTC.

DMA2018/008 du 12 avril 2018


Avenant n°2 au marché relatif au contrat de mandat public pour la réalisation d'un espace multi-
accueil Promenade Sainte-Marie à Chalon-sur-Saône conclu avec la SEM VAL DE BOURGOGNE
dont le montant est de 77 537,75 € HT soit 93 045,30 € TTC. L'avenant n'a aucune incidence
financière.

DMA2018/009 du 25 avril 2018


Avenant n°3 au Lot 5 du marché relatif à la réhabilitation et construction d'un bâtiment en vue
d'accueillir une crèche, un relais d'assistants maternels, des locaux associatifs et des locaux destinés
au service Espaces Verts de la Ville de Chalon-sur-Saône conclu avec l'entreprise DBTP. Cet
avenant représente une augmentation de 12 869,40 € HT soit 15 443,28 € TTC.
Le nouveau montant du marché est ainsi porté à 662 332,70 € HT soit 794 799,24 € TTC.

DMA2018/010 du 24 avril 2018


Marché relatif aux travaux de réhabilitation et rénovation du balisage lumineux de l'aérodrome du
Grand Chalon conclu avec la société DCP AIRPORTS pour un montant global et forfaitaire, après
négociation, de 103 00 € HT soit 123 600 € TTC.

DMA2018/012 du 27 avril 2018


Avenants aux lots 1, 2 ,7 ,8 , 9, 11, 13 et 17 relatif au marché de rénovation et modernisation de
l'Espace des Arts conclu avec les sociétés suivantes :
- Avenant n° 5 au lot 1 : Démolitions - Terrassement - Gros œuvre conclu avec l'Entreprise
EIFFAGE CONSTRUCTION. Cet avenant représente une augmentation de 1 438,26 € HT
soit 1 725,91 €. Le nouveau montant du marché est ainsi fixé à 1 110 984,53 € HT
soit 1 333 181,44 € TTC.

- Avenant N°3 au lot 2 : Traitement des façades conclu avec l'Entreprise Pateu et Robert. Cet
avenant représente une augmentation de 2 626,20 HT soit 3 151,44 € TTC. Le nouveau montant du
marché est ainsi fixé à 356 845,64 € HT soit 428 214,77 € TTC.

- Avenant n° 2 au lot 7 : Cloisons - doublage-faux plafond conclu avec l'Entreprise BONGLET. Cet
avenant représente une augmentation de 21 099,26 € HT soit 25 319,11 € TTC. Le nouveau montant
du marché est ainsi fixé à 371 767 ,76 € HT soit 446 121,31 € TTC.

- Avenant n° 2 au Lot 8 : Menuiseries intérieures bois conclu avec l'Entreprise Menuiserie du


Chalonnais. Cet avenant représente une augmentation de 51 984,80 € HT soit 62 381,76 € TTC. Le
nouveau montant du marché est ainsi fixé à 478 609,31 € HT soit 574 331,17 € TTC

- Avenant n° 1 au Lot 17 : Serrurerie et levage scénique conclu avec l'Entreprise EMG-FECHOZ.


Cet avenant représente une augmentation de 24 330,20 € HT soit 29 196,20 € TTC.
Le nouveau montant du marché est ainsi fixé à 850 796,20 € HT soit 1 020 955,44 € TTC ce qui
représente une augmentation de 2,94 % par rapport au montant initial du marché.

DMA2018/014 du 27 avril 2018


Avenants aux Lots 5 et 14 relatifs au marché de rénovation et modernisation de l'Espace des Arts :

193
- Avenant n° 2 au Lot 5 : Menuiseries extérieures aluminium conclu avec l'Entreprise G1
Fermetures. Cet avenant représente une augmentation de 2 740 € HT soit 3 288 € TTC. Le nouveau
montant du marché est ainsi fixé à 443 249 € HT soit 531 898,80 € TTC.

- Avenant n° 3 au Lot 14 : Chauffage ventilation climatisation conclu avec l'Entreprise SIM M


ENERGIE. Cet avenant représente une augmentation de 29 759,88 € HT soit 35 711,86 € TTC. Le
nouveau montant du marché est ainsi fixé à 806 618,42 € HT soit 967 942,10 € TTC.

DMA2018/016 du 02 mai 2018


Marché relatif à la viabilisation du site de SAONEOR (3ème tranche de travaux) :
- Lot 1 : voirie et terrassement conclu avec EUROVIA, pour un montant de 658 454,56 € HT soit
790 145,47 € TTC.
- Lot 2 : réseaux secs, réseaux humides, eau potable conclu avec le Groupement S.A.S. COGNARD
BTP/PELICHET TP pour un montant de 619 297,50 € HT soit 743 157 € TTC.
- Lot 3 : éclairage conclu avec la Société Mâconnaise d'Entreprise Electrique SMEE, pour un
montant de 39 091 € HT soit 46 909,20 € TTC.
- Lot 4 : espaces verts conclu avec DUC et PRENEUF pour un montant de 178 546,49 € HT soit
214 255,79 € TTC.
- Lot 5 : fonçage : ce lot est déclaré sans suite et sera relancé prochainement.

Convention n° 18A052
Convention temporaire du Théâtre du Grain de Sel au bénéfice de l'association MUSIQUE
PLURIEL pour l'organisation de deux concerts les samedi 9 et dimanche 10 juin 2018, à titre
gracieux.

Convention n° 18A058
Convention d'occupation temporaire et précaire d'un terrain du domaine public intercommunal pour
l'implantation d'une tente au bénéfice de l'Association Sportive du Golf Public de Chalon-sur-Saône
Année 2018, à titre gracieux.

Convention n° 18A059
Convention de mise à disposition de locaux au bénéfice de l'Association Sportive du Golf Public de
Chalon-sur-Saône Année 2018, à titre gracieux.

Convention n° 18A060
Convention d'occupation temporaire du Théâtre du Grain de Sel au bénéfice de l'association "TAKA
COMPAGNIE" le vendredi 23 février 2018, 9 mars 2018 et samedi 10 mars 2018, à titre gracieux.

DECISION

Cadre juridique :

Vu l’article L5211-10 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu la délibération n°2015-10-4-1 du Conseil communautaire du 8 octobre 2015 portant délégations


d’attribution au Président,

Il est demandé au Conseil communautaire :

194
 De prendre acte des décisions ci-dessus énoncées.

195
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL

N° de l'ordre du jour : 21
Rapporteur : Monsieur le Président

Décisions prises par le Bureau communautaire - Séance du 9


avril 2018

EXPOSE

Conformément à l’article L5211-10 du Code Général des Collectivités Territoriales, le


Président rend compte des travaux du Bureau et des attributions exercés par délégation de
l’organe délibérant.

Bureau communautaire du 9 avril 2018

N° BC-2018-04-1-1

- Secrétaire de séance - Désignation-

Après en avoir délibéré, le Bureau communautaire :


 Décide de ne pas avoir recours au vote à scrutin secret ;
 Désigne Monsieur Jean-Vianney GUIGUE comme secrétaire de séance.

Adopté à l'unanimité par 22 voix pour

N° BC-2018-04-2-1

- Bureau communautaire - Procès-verbal de la séance du 26 février 2018 - Adoption-

Après en avoir délibéré, le Bureau communautaire :


 Adopte le procès-verbal de la séance du 26 février 2018.

Adopté à l'unanimité par 22 voix pour

N° BC-2018-04-3-1

- Fonds de relance de l'investissement public local - Attribution de fonds de concours-

196
Après en avoir délibéré, le Bureau communautaire :
 Attribue un fonds de concours d’un montant de 5 284 € à la commune d’Aluze dans le
cadre du fonds de relance de l’investissement public local pour son projet :
1. Pose d'un carrelage neuf sur toute la surface du rez-de-chaussée du bâtiment
Mairie, ce qui concerne : la salle d'activité, l'office, le hall, les vestiaires, les
sanitaires …

 Attribue un fonds de concours d’un montant de 5 314 € à la commune de Bouzeron


dans le cadre du fonds de relance de l’investissement public local pour son projet :
1. Installation de deux pompes à chaleur pour chacun des deux logements
communaux situés rue Camille Sailly ;

 Attribue un fonds de concours d’un montant de 1 212,50 € à la commune de


Charrecey dans le cadre du fonds de relance de l’investissement public local pour son
projet :
1. Acquisition d'une cureuse à fossés en commun avec une autre commune ;

 Attribue un fonds de concours d’un montant de 1 400 € à la commune de Saint-Jean-


de-Vaux dans le cadre du fonds de relance de l’investissement public local pour son
projet :
1. Réfection du sentier piétonnier dit des Prés suite aux intempéries de 2016 ;

 Attribue un fonds de concours d’un montant de 6 210,30 € à la commune de Sassenay


dans le cadre du fonds de relance de l’investissement public local pour son projet :
1. Mise en conformité et remplacement de la chaudière de la salle des fêtes ;

 Attribue un fonds de concours d’un montant de 1 375 € à la commune de Barizey dans


le cadre du fonds de relance de l’investissement public local pour son projet :
1. Réfection du mur en pierre du cimetière ;

 Attribue un fonds de concours d’un montant de 4 634 € à la commune de Chamilly


dans le cadre du fonds de relance de l’investissement public local pour son projet :
1. Réfection des volets du bâtiment de la Mairie ;

 Attribue un fonds de concours d’un montant de 108 404,16 € à la commune de


Châtenoy-en-Bresse dans le cadre du fonds de relance de l’investissement public
local pour son projet :
1. Extension et rénovation de la salle des fêtes René Gibourg et aménagement des
abords immédiats ;

197
 Attribue un fonds de concours d’un montant de 2 541,32 € à la commune de Gergy
dans le cadre du fonds de relance de l’investissement public local pour son projet :
1. Remplacement complet du matériel de l’Espace Public Numérique et d’une
imprimante à l’accueil de loisirs ;

 Annule la participation du Grand Chalon allouée en 2017 au projet de réfection des


menuiseries extérieures du bâtiment Mairie-Salle d’activités de la commune d’Aluze,
d’un montant de 3 241 € ;

 Attribue en compensation un fonds de concours d’un montant de 3 241 € à la


commune d’Aluze dans le cadre du fonds de relance de l’investissement public
local pour son projet :
1. Acquisition d'une tondeuse en commun avec une autre commune ;

 Autorise Monsieur le Président, ou son représentant, à signer les conventions ou les


avenants à intervenir entre le Grand Chalon et les communes bénéficiaires du fonds de
relance, fixant les modalités de versement des fonds de concours.

Adopté à l'unanimité par 23 voix pour

N° BC-2018-04-4-1

- Réserve foncière de SaôneOr - Cession d'une emprise foncière à détacher de la parcelle


AD164 sur la commune de Fragnes-La Loyère au profit de la société Master's
Construction-

Après en avoir délibéré, le Bureau communautaire :

 Approuve la cession par le Grand Chalon d’une emprise foncière d’environ 4 390 m² à
détacher de la parcelle AD 164, située sur la commune de Fragnes-La Loyère au profit
de la société Master’s Construction (avec faculté de substitution) à 25 €/m² HT soit
109 750 € HT, augmenté de la TVA à 20% de 21 950 € et donc un montant total de
131 700 € TTC ;

 Autorise Monsieur le Président, ou son représentant, à signer tous documents relatifs à


cette cession, en particulier la promesse unilatérale de vente et l’acte authentique à
intervenir.

Adopté à l'unanimité par 24 voix pour, 1 ne prend pas part au vote (Monsieur Jean-Vianney
GUIGUE.).

N° BC-2018-04-5-1

- ZAE - Parc d'activités RN6 Varennes-le-Grand - Cession de parcelles au profit de la


société PRIN et Fils-

Après en avoir délibéré, le Bureau communautaire :

198
 Approuve la cession par le Grand Chalon des parcelles cadastrées AA398, AA400,
AA402, AA404, AA406, AA409 et AA410 situées au Parc d’activités de la RN6 au
lieu-dit « Champ Gateau » pour une contenance totale de 9 455 m² au profit du groupe
PRIN et Fils via sa société SCI LGPM, (avec faculté de substitution), pour un montant
total de 115 000 € HT ; montant porté à 138 000 € TTC avec l’ajout de la TVA à 20% ;

 Autorise Monsieur le Président, ou son représentant, à signer tous documents relatifs à


cette cession, en particulier le compromis de vente et l’acte authentique à intervenir.

Adopté à l'unanimité par 25 voix pour

N° BC-2018-04-6-1

- Autorisation en matière d'aides à l'immobilier d'entreprise - Convention avec la SARL


MECANIQUE et SERVICES-

Après en avoir délibéré, le Bureau communautaire :


 Approuve la subvention à la société MECANIQUE et SERVICES d’un montant de
20 000 € dans le cadre de l’aide à l’immobilier d’entreprise ;
- Autorise Monsieur le Président, ou son représentant, à signer cette convention.

Adopté à l'unanimité par 25 voix pour

N° BC-2018-04-7-1

- Programme Local de l’Habitat 2013-2018 - Octroi d’une subvention pour l’amélioration


du parc social existant à Gergy - Signature de la convention -

Après en avoir délibéré, le Bureau communautaire :


 Approuve le versement de l’aide, conformément aux modalités définies par le Conseil
communautaire, afin d’apporter une aide à l’amélioration du parc existant :
o 2 000 € au CCAS de Gergy pour les travaux de réfection du logement ;

 Autorise Monsieur le Président, ou son représentant, à signer la convention jointe en


annexe.

Adopté à l'unanimité par 25 voix pour

N° BC-2018-04-8-1

- Habitat - Projet de construction d’un Service d’Accueil de Jour et d’un Foyer


d’Hébergement Traditionnel - Garantie d’emprunt AMEC-

Après en avoir délibéré, le Bureau communautaire :


 Accorde sa garantie à hauteur de 35 % pour la durée totale et jusqu’au complet
remboursement des prêts s’élevant à 560 000 € pour le premier (taux fixe de 2,03 %)
et à 3 500 000 € pour le prêt locatif social (PLS) (taux révisable : Livret A + 1,11 %).
Les contrats sont joints en annexe et font partie intégrante de la présente délibération ;

199
 Décide de s’engager pendant toute la durée des prêts, à libérer, en cas de besoin, des
ressources suffisantes pour couvrir les charges des prêts.

Adopté à l'unanimité par 25 voix pour

N° BC-2018-04-9-1

- Contrat de ville - Soutien du Grand Chalon aux projets présentés au titre de la


programmation 2018-

Après en avoir délibéré, le Bureau communautaire :

 Approuve le soutien du Grand Chalon aux projets présentés au titre de la


programmation 2018 du contrat de ville d’un montant global de 103 800 € et détaillée
par projet dans le tableau joint en annexe ;
 Autorise Monsieur le Président, ou son représentant, à signer, avec chaque organisme
bénéficiaire des aides du Grand Chalon, la convention correspondante.

Adopté à l'unanimité par 25 voix pour

DECISION

Cadre juridique :

Vu l’article L5211-10 du Code Général des Collectivités Territoriales, le Président rend compte des
travaux du Bureau et des attributions exercés par délégation de l’organe délibérant,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 De prendre acte des décisions énoncées ci-dessus.

200
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION AUX RESSOURCES


DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES

N° de l'ordre du jour : 22
Rapporteur : Monsieur le Président

Ressources humaines - Tableau des effectifs - Actualisation

EXPOSE

Rappel du contexte :

L’organisation des services en fonction des missions qu’ils mettent en œuvre suppose l’adaptation
de leurs emplois.

Description du dispositif proposé :

Il est proposé de procéder à l’actualisation du tableau des effectifs par des créations de postes et
suppressions de postes répondant aux besoins de l’organisation des services.

Délégation à l’Action Solidaire


Direction de la Petite Enfance

Suppression d’un poste d’éducateur de jeunes enfants (catégorie B), à temps complet,
Création d’un poste de puéricultrice (catégorie A), à temps complet pour permettre le recrutement
d’un agent,

Cette suppression et cette création sont liées.

Délégation à l’Attractivité du Territoire


Direction de la Culture
Service du Conservatoire

Suppression d’un poste d’assistant d’enseignement artistique (catégorie B), à temps non complet
(5/20),
Création d’un poste d’assistant d’enseignement artistique (catégorie B), à temps complet,

Suppression d’un poste d’assistant d’enseignement artistique (catégorie B), à temps non complet
(4/20),
Création d’un poste d’assistant d’enseignement artistique (catégorie B), à temps non complet (8/20),

201
Ces suppressions et ces créations sont liées.

Délégation aux Ressources


Direction des Finances

Suppression d’un poste d’attaché (catégorie A), à temps complet, suite au départ en retraite d’un
agent,
Création d’un poste de rédacteur (catégorie B), à temps complet, pour permettre le recrutement d’un
agent,

Cette suppression et cette création sont liées.

E.P.I.C.

Suppression d’un poste d’adjoint d’animation (catégorie C), à temps complet,


Création d’un poste d’adjoint administratif (catégorie C), à temps complet, pour mise en conformité
du cadre d’emplois d’un agent avec ses missions,
Cette suppression et cette création sont liées.

Plan prévisionnel de la promotion interne

Dans le cadre de la promotion interne :


Création d’un poste de technicien (catégorie B), à temps complet,
Création de deux postes d’agents de maîtrise (catégorie C), à temps complet.

Les postes non pourvus seront supprimés.

Ces créations de postes et ces suppressions de postes doivent enfin être intégrées dans le tableau des
effectifs du Grand Chalon.

DECISION

Cadre juridique :

Vu la loi 84-53 du 26 janvier 1984, article 34, portant dispositions statutaires relatives à la Fonction
Publique Territoriale,

Vu l’avis favorable du Comité Technique du 2 mai 2018,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver les créations de postes et les suppressions de postes qui doivent être
intégrées dans le tableau des effectifs du Grand Chalon pour répondre aux besoins de
l’organisation des services :

Délégation à l’Action Solidaire

202
Direction de la Petite Enfance

Suppression d’un poste d’éducateur de jeunes enfants (catégorie B), à temps complet,
Création d’un poste de puéricultrice (catégorie A), à temps complet pour permettre le recrutement
d’un agent.

Délégation à l’Attractivité du Territoire


Direction de la Culture
Service du Conservatoire

Suppression d’un poste d’assistant d’enseignement artistique (catégorie B), à temps non complet
(5/20),
Création d’un poste d’assistant d’enseignement artistique (catégorie B), à temps complet.

Suppression d’un poste d’assistant d’enseignement artistique (catégorie B), à temps non complet
(4/20),
Création d’un poste d’assistant d’enseignement artistique (catégorie B), à temps non complet (8/20).

Délégation aux Ressources


Direction des Finances

Suppression d’un poste d’attaché (catégorie A), à temps complet, suite au départ en retraite d’un
agent,
Création d’un poste de rédacteur (catégorie B), à temps complet, pour permettre le recrutement d’un
agent.

E.P.I.C.

Suppression d’un poste d’adjoint d’animation (catégorie C), à temps complet,


Création d’un poste d’adjoint administratif (catégorie C), à temps complet, pour mise en conformité
du cadre d’emplois d’un agent avec ses missions.

Plan prévisionnel de la promotion interne

Dans le cadre de la promotion interne :


Création d’un poste de technicien (catégorie B), à temps complet,
Création de deux postes d’agents de maîtrise (catégorie C), à temps complet,

Les postes non pourvus seront supprimés.

203
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION AUX RESSOURCES


DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES

N° de l'ordre du jour : 23
Rapporteur : Monsieur le Président

Ressources humaines - Rémunération de la fonction de


psychologue vacataire

EXPOSE

Rappel du contexte :

Le personnel du secteur santé prévention transféré au 1er janvier 2012, a vu sa rémunération


maintenue en l’état, soit 94 € brut par vacation de 4 heures. Cependant, celles-ci ne bénéficie
d’aucune valorisation.

Description du dispositif proposé :

Aussi, il est proposé de revaloriser la rémunération de la psychologue santé prévention soit 110 €
brut par vacation de 4 heures à compter du 1er janvier 2018.

DECISION

Cadre juridique :

Vu l’article 34 de la loi n°84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la


Fonction Publique Territoriale,

Il est demandé au Conseil communautaire :

204
 D’approuver le taux de rémunération de la psychologue santé – prévention à 110 € brut par
vacation de 4 heures comprenant l’indemnité de congés payés.

205
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION AUX RESSOURCES


DIRECTION DES FINANCES

N° de l'ordre du jour : 24
Rapporteur : Monsieur Jean-Claude ROUSSEAU

Finances - Admission en non-valeur des produits et taxes


irrécouvrables et constatation des créances éteintes

EXPOSE

Rappel du contexte :

Chaque année, Monsieur le Trésorier Principal Municipal présente la liste des produits et taxes
irrécouvrables pour des débiteurs notoirement insolvables, ainsi que la liste des clôtures pour
insuffisance d’actif correspondant aux créances dites « éteintes ».

Description du dispositif proposé :

Les créances irrécouvrables concernent notamment des débiteurs ayant fait l’objet de procédures
collectives, ou bien dont les nombreuses actions engagées par le Trésorier Principal Municipal sont
restées totalement infructueuses. L’admission en non-valeur de ces sommes doit être prononcée par
l’assemblée délibérante, et cela n’empêche pas l’exercice des poursuites par le Trésorier pour
obtenir le recouvrement.

En outre, le caractère irrécouvrable des créances éteintes résulte d’une décision juridique extérieure
définitive qui s’impose à la collectivité créancière, et qui s’oppose à toute action en recouvrement.
Elles ne font pas obligatoirement l’objet d’une décision de l’assemblée délibérante, puisque
l’apurement de ces créances est automatique. Elles sont donc présentées à titre indicatif.

Les montants sont constatés jusqu’en mars 2018.

DECISION

Cadre juridique :

Vu les statuts du Grand Chalon,

Vu l’article L5216-5 du Code Général des Collectivités Territoriales,

206
Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver l’admission des sommes en non valeur d’un montant de 1 419,12 € sur le
budget général ;
 D’approuver l’admission des sommes en non valeur d’un montant de 9 155,83 € sur le
budget annexe eau ;
 D’approuver l’admission des sommes en non valeur d’un montant de 10 074,27 € sur le
budget annexe assainissement ;
 De constater que le montant de créances éteintes s’élève à 5 789,15 € sur le budget général ;
 De constater que le montant de créances éteintes s’élève à 4 003,58 € sur le budget annexe
eau ;
 De constater que le montant de créances éteintes s’élève à 4 070,69 € sur le budget annexe
assainissement.

207
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION AUX RESSOURCES


PÔLE AFFAIRES JURIDIQUES

N° de l'ordre du jour : 25
Rapporteur : Monsieur Jean-Claude ROUSSEAU

Règlement de dommages

EXPOSE

Rappel du contexte :

Consécutivement à la survenance de sinistres affectant le patrimoine du Grand Chalon, des


indemnisations ont été perçues en réparation du préjudice subi.

Description du dispositif proposé :

Pour les sinistres garantis par une des polices d’assurances, une indemnisation a été reçue en
réparation de :

Vol d’une double porte au réceptif du Stade Léo Lagrange


2769,40 €
Rue Pierre de Coubertin, le 03/01/2018

DECISION

Cadre juridique :

Vu l’article L5211-10 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu la délibération du Conseil communautaire du 29 mars 2018 portant délégation d’attribution au


Président,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 De prendre acte de l’acceptation par Monsieur le Président, des indemnités de sinistres pour
un montant total de 2 769,40 €.

208
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION AU DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE


DIRECTION DE L'HABITAT ET DU FONCIER

N° de l'ordre du jour : 26
Rapporteur : Monsieur Landry LEONARD

Habitat - Rectification de la Programmation Logement Social


2018

EXPOSE

Rappel du contexte :

Le Conseil communautaire, dans sa séance du 29 mars 2018, a validé la programmation des


opérations de logements locatifs sociaux pour l’année 2018 et autorisé Monsieur le Président ou son
représentant, à notifier aux maîtres d’ouvrage les décisions d’inscription à cette programmation.

Une erreur matérielle s’étant glissée dans le corps de la délibération, il est nécessaire d’apporter une
correction, sans que cela modifie le volume global de logement et la composition en agréments de
celle-ci.

Description du dispositif proposé :

Ainsi, le projet sur la commune de Champforgeuil concernant la réalisation de trois logements


PSLA (Prêt Social Location-Accession) destinés à l’accession à loyer maîtrisé dans le cadre du
programme «Les Tiatres», est porté par Demeures de Saône et non par l’OPAC de Saône-et-Loire
comme indiqué dans la délibération du 29 mars 2018.

DECISION

Cadre juridique :

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment son article L5216-5,

Vu les statuts du Grand Chalon,

Vu le Code de la Construction et de l’Habitation, notamment les articles L301-3, L302-1 et R302-1-


3,

209
Vu la loi n° 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales, en application
du chapitre III « le logement social et la construction »,

Vu le décret n°2005-317 du 4 avril 2005 relatif aux programmes locaux de l’habitat et modifiant le
Code de la Construction et de l’Habitation,

Vu le Programme Local de l’Habitat 2013-2018, approuvé par délibération du Conseil


communautaire du 21 mars 2013,

Vu la convention de délégation de compétence en matière d’aides à la pierre, approuvé par


délibération du Conseil communautaire du 21 mars 2013,

Vu la programmation de logement social de 2018 approuvée par délibération du Conseil


communautaire du 29 mars 2018,

Vu l’avenant 2018 à la convention de délégation de compétence en matière d’aides à la pierre,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 De modifier la liste des opérations de logements locatifs sociaux pour l’année 2018 validée
dans la délibération du 29 mars 2018 en remplaçant le libellé du porteur de projet « OPAC
de Saône-et-Loire » par « Demeures de Saône » pour l’opération prévue à Champforgeuil ;
 D’autoriser Monsieur le Président, ou son représentant, à notifier au maître d’ouvrage
concerné les décisions d’inscription à la programmation logement social 2018.

210
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION AU DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE


DIRECTION DE L'HABITAT ET DU FONCIER

N° de l'ordre du jour : 27
Rapporteur : Monsieur Landry LEONARD

Habitat - Avenant de régularisation de la convention pour la


gestion des aides à l'Habitat privé - Année 2017

EXPOSE

Rappel du contexte :

Par convention du 12 avril 2013, l’Etat a délégué au Grand Chalon, pour une durée de six ans, la
compétence pour décider de l’attribution des aides publiques en faveur de la construction, de
l’acquisition, de la réhabilitation et de la démolition des logements locatifs sociaux et des
logements-foyers, de la location-accession, de la rénovation de l’habitat privé, de la création et de
l’amélioration de places d’hébergement, et pour procéder à leur notification aux bénéficiaires.

Les conventions avec l'Etat et avec l'ANAH sont signées pour six ans, mais nécessitent la signature
d’avenants annuels qui fixent les objectifs pour l’année et valident les crédits délégués de l’Etat
pour le financement de la construction de logements sociaux, ainsi que l’enveloppe réservée par
l’ANAH pour le financement des projets d’amélioration de l’habitat en faveur du parc privé.

Deux avenants successifs à la convention pour la gestion des aides à l’habitat privé signés
respectivement le 25 avril et le 10 novembre 2017, ont finalement porté, pour l’année 2017, les
objectifs prévisionnels du Grand Chalon à 133 logements (112 propriétaires occupants et 21
logements locatifs) pour une enveloppe des aides attribuées par l'ANAH de 1 352 000 € avec
1 179 000 € pour les crédits ANAH et 173 000 € au titre des crédits du Fonds d'Aide à la
Rénovation Thermique (FART).

Description du dispositif proposé :

Cette programmation a fait l’objet d’un nouveau réajustement à la fin de l’année 2017, par le biais
d’abondements supplémentaires provenant des réserves régionales des crédits ANAH et des crédits
FART pour tenir compte des besoins du territoire. L’avenant, joint en annexe, a pour objectif de
régulariser cette situation.

Au final, l'enveloppe financière engagée pour l'habitat privé ancien a été de 1 353 450 € pour les
aides ANAH, et de 214 270 € pour les aides de l’État au titre du FART soit un total de 1 567 720°€.

211
L’enveloppe ANAH a été consommée à hauteur de 1 325 627 €, soit 98% de l’enveloppe déléguée
et l’enveloppe FART a, quant à elle, été consommée à hauteur de 211 536 €, soit 99% de
l’enveloppe déléguée.

En termes d’objectifs, ces enveloppes ont financé :


 La rénovation de 119 logements de propriétaires occupants ;
 La rénovation de 17 logements de propriétaires bailleurs ;
 Le traitement de trois dossiers d’immeubles pour un total de 13 logements concernés par des
travaux de levée de péril en parties communes.

Les crédits alloués au titre de l’ANAH restent gérés directement par l’Agence Nationale de
l’Habitat.

DECISION

Cadre juridique :

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment son article L 5216-5,

Vu le Code de la Construction et de l’Habitation et notamment les articles L.301-5-1 et suivants,

Vu la loi n°2004-809 du 13 août 2004 relative aux Libertés et Responsabilités locales,

Vu la loi n° 2009-323 du 25 mars 2009 de mobilisation pour le logement et la lutte contre


l’exclusion,

Vu les statuts du Grand Chalon,

Vu la délibération n°CC-2013-03-62-1 du Conseil communautaire en date du 21 mars 2013


approuvant la convention de délégation des aides à la pierre, la convention pour la gestion des aides
à l’habitat privé et la convention de mise à disposition des personnels instructeurs de la DDT,

Vu la délibération n°CC-2017-03-6-1 du Conseil communautaire en date du 30 mars 2017


approuvant l’avenant à la convention pour la gestion des aides à l’habitat privé pour l’année 2017,

Vu l’avenant n°1 à la convention pour la gestion des aides à l’habitat privé pour l’année 2017 en
date du 25 avril 2017,

Vu l’avenant n°2 à la convention pour la gestion des aides à l’habitat privé pour l’année 2017 en
date du 10 novembre 2017,

Vu l’avenant joint en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D'approuver l’avenant de régularisation à la convention pour la gestion des aides à l’habitat


privé pour l’année 2017 joint en annexe ;
 D’autoriser Monsieur le Président, ou son représentant, à signer l’avenant de régularisation à
la convention pour la gestion des aides à l’habitat privé pour l’année 2017 avec l’ANAH.

212
Avenant de fin de gestion relatif à la convention pour la gestion des aides à l’habitat
privé de l’année 2017
(gestion des aides par l’Anah – Instruction et paiement)

Entre :

Le Grand Chalon, représentée par M. Sébastien MARTIN, Président,

et

L’Agence nationale de l’habitat, représenté par M. Jérôme GUTTON, délégué de l’ANAH dans le
département,

Vu la convention-cadre initiale signée le 12 avril 2013, entre le Grand Chalon et l’État, relative à la
délégation de gestion 2013-2018 des aides à la pierre pour le logement ;

Vu la convention signée le 12 avril 2013, entre le Grand Chalon et l'ANAH, pour la gestion des
aides relatives à la rénovation à l'habitat privé ancien ;

Vu l’avenant n°1 pour l’année 2017 à la convention de délégation de compétence en date du 25


avril 2017

Vu l’avenant n°2 pour l’année 2017 à la convention de délégation de compétence en date du 10


novembre 2017

Vu la délibération du Conseil Communautaire en date du 21 mars 2013 ;

Vu la répartition des enveloppes 2017 présentées au CRHH en date du 9 mars 2017 ;

Vu l’avis du délégué de l’Anah dans la région en date du 18 mai 2018,

Il a été convenu ce qui suit :

A - Objet de l’avenant :
Cet avenant a pour objet de définir les obligations réciproques de chacune des parties concernant
les modifications apportées à la convention de gestion des aides à l’habitat privé du 12 avril 2013
susvisée.

Ces modifications portent sur les objectifs quantitatifs, les modalités financières pour l’année 2017
sur l’ensemble de la convention.

213
B - Objectifs pour l’année en cours :

Sur la base des objectifs figurant au titre I de la convention de délégation de compétence, il était
prévu initialement, pour l’année 2017, la réhabilitation de 122 logements privés en tenant compte
des orientations et des objectifs de l’Agence nationale de l’habitat et conformément à son régime
des aides. Ce nombre a été porté à 133 logements dans l’avenant n°2 du 10 novembre 2017
répartis par type de bénéficiaires :
- 112 logements de propriétaires occupants
- 21 logements de propriétaires bailleurs

L’intégralité des logements des propriétaires bailleurs aidés est conventionnée (sauf exception
précisées dans le régime des aides de l’Anah).

La mise à jour de la déclinaison annuelle des objectifs et la répartition par type d’intervention figure
en annexe 1 (objectifs de réalisation de la convention et tableau de bord).

Au finale, les résultats pour l’année 2017 sont les suivants :


- 119 logements de propriétaires occupants
- 17 logements de propriétaires bailleurs

De plus, il faut ajouter le traitement de 3 dossiers d’immeubles pour un total de 13 logements


concernés par les travaux de levée de péril en parties communes.

C - Modalités financières

C. 1. Montant des droits à engagement mis à disposition du Grand Chalon par l’ANAH

Pour l’année d’application, l’enveloppe des droits à engagements ANAH (hors FART) destinée au
parc privé était fixée à 1 353 450 €.

Pour l’année d’application, l'enveloppe prévisionnelle des droits à engagements Etat allouée dans
le cadre du FART était fixée à hauteur de 214 000 €.

Au final, les engagements de crédits pour l’année 2017 sont les suivants :
- 1 325 627 € pour les crédits ANAH
- 211 536 € pour les crédits FART

C. 2. Aides propres du délégataire


Pour l’année d’application du présent avenant, les engagements relatifs à l’attribution des aides
propres pourront s’élever à 150 000 € (montant identique ou supérieur aux crédits de paiement à
fixer par le délégataire) incluant les droits à engagement complémentaires à l'aide du FART à
hauteur de 40 000 €.
Le montant affecté par le délégataire pour cette même année est de 328 110€ en crédits de
paiement dont 260 000 € au titre de l’ingénierie.

À Chalon-sur-Saône, le

Le Président du Grand Chalon Le Préfet de Saône-et-Loire

Sébastien MARTIN Jérôme GUTTON

214
ANNEXE 1 : Objectifs de réalisation de la convention et tableau de bord
2013 2014 2015 2016 2017 TOTAL
Prévu Financé Prévu Financé Prévu Financé Prévu Financé Prévu Financé Prévu Financé

PARC PRIVE
120 92 118 152 121 110 121 76 219 136 699 566
Logements de
propriétaires
occupants : 95 86 100 141 114 87 105 67 112 119 526 500

dont logements indignes


et très dégradés 10 4 8 1 2 2 2 0 4 1 26 8
dont travaux de lutte
contre la précarité
énergétique 45 56 52 97 75 52 75 43 80 85 327 333
dont aide pour
l'autonomie de la
personne 40 26 40 37 37 33 28 24 28 33 173 153

Logements de
propriétaires bailleurs 25 6 18 6 7 23 16 9 21 17 87 61

Logements traités dans


le cadre d'aides aux
syndicats de
copropriétaires :

dont travaux
d'amélioration des
performances 12 5 86 0 86 0
énergétiques en
copropriétés fragiles
Total des logements
Habiter Mieux : 45 63 52 104 75 52 95 42 180 103 447 364
• dont PO 0 1 5 0 1 1 9 86
• dont PB 17
• dont logements traités
dans le cadre d'aides aux 86 0 86 0
SDC

Total droits à
engagements ANAH 913 209 € 913 209 € 784 132 € 967 851 € 788 956 € 946 511 € 631 883 € 839 461 € 1 353 450 € 1 356 276 € 4 471 630 € 5 023 308 €

dont programme de
revitalisation des centres-
bourgs

dont PNRQAD

dont PNRU et NPNRU

dont QPV (hors NPNRU)

Total droits à
engagement
programmes nationaux

Total droits à
engagements
délégataire

Total droits à
engagements FART
(facultatif) 180 799 € 180 799 € 215 368 € 382 855 € 216 663 € 277 058 € 130 157 € 176 813 € 214 000 € 211 536 € 956 987 € 1 229 061 €

215
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION À L'ACTION SOLIDAIRE


DIRECTION DES SOLIDARITÉS ET DE LA SANTÉ

N° de l'ordre du jour : 28
Rapporteur : Madame Annie LOMBARD

Dispositifs d'urgence sociale d'intérêt communautaire -


Convention avec l'association CRESUS BOURGOGNE

EXPOSE

Rappel du contexte :

Afin de contribuer à la réduction des dossiers de surendettement sur son territoire, le Grand Chalon
a souhaité développer son action solidaire auprès des Grand Chalonnais et participer à la prévention
du surendettement en développant sur son territoire une action dédiée à cet effet en partenariat avec
l’association CRESUS BOURGOGNE (Chambre Régionale Surendettement Sociale).

La mission de CRESUS BOURGOGNE est d’accueillir, écouter, accompagner les ménages


surendettés et d’agir en faveur de la lutte contre l’exclusion financière par l’éducation et la
formation à l’environnement bancaire, budgétaire et financier.

Depuis septembre 2016, une convention annuelle est signée entre le Grand Chalon et l’association
CRESUS BOURGOGNE.

Les missions confiées à CRESUS BOURGOGNE sont de prévenir et traiter le surendettement avec
comme objectifs de :
- participer à la lutte contre les exclusions notamment bancaires ;
- renforcer les dispositifs d’urgence sociale d’intérêt communautaire « l’Epicerie » et le
« microcrédit personnel » ;
- soutenir et accompagner les Grand Chalonnais surendettés ou en risque d’exclusion
bancaire.

Modalités de mise en œuvre :

L’intervention de l’association CRESUS BOURGOGNE s’effectue :


- soit sur orientation des CCAS du Grand Chalon auprès de la coordinatrice des dispositifs
d’urgence sociale d’intérêt communautaire « Epicerie » et « Microcrédit »,

216
- soit suite à l’accès d’un ménage à l’Epicerie ou au dispositif de micro-crédit personnel, et
dont la situation financière justifierait l’intervention de l’association CRESUS
BOURGOGNE.

Bilan d’activité 2016 - 2017

En 2016, sur quatre mois, six dossiers ont été orientés vers l’association C RESUS. Pour trois d’entre
eux, l’accompagnement de l’association a permis d’engager une procédure Banque de France. Pour
les autres dossiers, une instruction de dossier de surendettement est en cours.

En 2017, sur 24 dossiers, 14 ont été accompagnés par l’Association CRESUS. Sur ces 14 dossiers,
voici les conclusions apportées :
- 12 d’entres eux ont eu leur dossier déposé à la Banque de France ;
- 1 dossier en liquidation judiciaire ;
- 1 dossier a eu une saisie auprès du Juge aux affaires familiales pour révision rente viagère.

Il est rappelé que :

- Dans le cadre du conventionnement, l’association CRESUS :


- met à disposition des bénévoles accompagnants experts pour accueillir et écouter les
personnes en situation de fragilité financière ;
- établit un diagnostic financier au regard de la problématique du surendettement ;
- met en place les actions (conseils), pour traiter ou éviter d’arriver à une situation de
surendettement ;
- accompagne les ménages du territoire dans la constitution de leurs dossiers, dans les
démarches à réaliser auprès des créanciers, de la Banque de France ou du tribunal.

- Le financement du Grand Chalon se situe à hauteur de 200 € par dossier, du diagnostic budgétaire
à la mise en place d’un accompagnement jusqu’au dénouement de la situation, et ce quelle que soit
la durée.

Description du dispositif proposé :

Le partenariat entre les services du Grand Chalon et l’association met en évidence une prise en
charge efficiente des dossiers grâce à l’expertise développée par l’association CRÉSUS BOURGOGNE.
Les échanges entre le service Insertion et l’association CRÉSUS sont constructifs.
Toutefois, au regard du nombre de situations identifiées pouvant relever du dispositif et du nombre
de situations réellement prises en charge, il a paru opportun de simplifier les modalités de mise en
œuvre de l’action de CRESUS, et ce afin de rendre ce dispositif plus opérationnel.

Ainsi, l’orientation s’effectuera dorénavant à partir d’une fiche de pré-diagnostic simplifiée, avec
l’établissement d’un pré-budget déclaratif permettant à l’association CRESUS d’avoir connaissance
de la situation et de prendre contact avec la famille (fiche jointe en annexe).
Cette fiche sera transmise à la coordinatrice des dispositifs d’intérêts communautaires du Grand
Chalon qui assurera le lien avec l’association CRESUS pour traitement.
Les CCAS ayant orienté des personnes seront informés par la coordinatrice de la prise en charge par
l’association.
En complément, une fiche de procédure d’orientation a été réalisée et sera transmise à l’ensemble
des CCAS du Grand Chalon (procédure jointe en annexe).

Aussi, au regard de ce qui précède, il est proposé :


- de poursuivre le partenariat avec l’association CRESUS BOURGOGNE pour l’année 2018 ;

217
- de financer cette action dans la limite de 24 dossiers, avec un coût de l’accompagnement
jusqu’au dénouement de la situation, quelle que soit la durée, de 200 € par dossier, soit un
montant prévisionnel annuel de 4 800 € ;
- de signer la convention de partenariat entre l’association CRESUS BOURGOGNE et le Grand
Chalon, jointe à ce rapport.

DECISION

Cadre juridique :

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, et notamment l’article L.5216-5,

Vu le Code de la Consommation, notamment les dispositions de son livre III « Crédit »,

Vu la loi n° 89-1010 du 31 décembre 1989 dite « loi Neiertz » relative à la prévention et au


règlement des difficultés liées au surendettement des particuliers et des familles,

Vu la loi n° 2005-841 du 26 juillet 2005 relative au développement des services à la personne et


portant diverses mesures en faveur de la cohésion sociale,

Vu la loi n°2010-737 du 1er juillet 2010 dite « loi Lagarde », portant réforme du prêt à la
consommation et de l’assurance emprunteur,

Vu la loi n°2010-1609 du 22 décembre 2010, relative à l'exécution des décisions de justice, aux
conditions d'exercice de certaines professions réglementées et aux experts judiciaires,

Vu la loi n° 2013-672 du 26 juillet 2013 de séparation et de régulation des activités bancaires,

Vu la loi n° 2014-344 du 17 mars 2014 dite « loi Hamon » relative à la consommation,

Vu l’article 7 des statuts du Grand Chalon, mentionnant la compétence du Grand Chalon dans les
domaines de l’action sociale d’intérêt communautaire et de la cohésion sociale,

Vu la délibération n°CC2017-10-5-1 du Conseil communautaire en date du 25 octobre 2017 portant


définition de l’intérêt communautaire,

Vu la convention de partenariat 2018 avec l’association C RESUS BOURGOGNE, relative à la


prévention du surendettement et d’accompagnement des Grand Chalonnais fragilisés,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D'approuver les termes de la convention de partenariat 2018 avec l’association C RESUS


BOURGOGNE, relative à la prévention du surendettement et d’accompagnement des Grand
Chalonnais fragilisés, prévoyant notamment un financement de l’action d’un montant
maximum de 4 800 € ;
 D’autoriser Monsieur le Président ou son représentant à signer cette convention.

218
CRESUS©

CONVENTION DE PARTENARIAT
DE PREVENTION DU SURENDETTEMENT ET
D’ACCOMPAGNEMENT
DES GRANDS CHALONNAIS FRAGILES
2018

Vu la loi no 89-1010 du 31 décembre 1989 dite « loi Neiertz » relative à la


prévention et au règlement des difficultés liées au surendettement des particuliers et
des familles

Vu la loi n° 2005-841 du 26 juillet 2005 relative au développement des services à la


personne et portant diverses mesures en faveur de la cohésion sociale

Vu la loi n°2010-737 du 1er juillet 2010 dite « loi Lagarde », portant réforme du prêt
à la consommation et de l’assurance emprunteur

Vu la loi n°2010-1609 du 22 décembre 2010, relative à l'exécution des décisions de


justice, aux conditions d'exercice de certaines professions réglementées et aux
experts judiciaires

Vu la loi n° 2013-672 du 26 juillet 2013 de séparation et de régulation des activités


bancaires

Vu la loi n° 2014-344 du 17 mars 2014 dite « loi Hamon » relative à la


consommation

Vu l’article L.5216-5 le Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu les articles 7-3 et 7-17 des statuts du Grand Chalon,

Vu la délibération du Conseil communautaire en date du 9 avril 2015 approuvant la


stratégie globale d'intervention sur les solidarités

Vu la délibération du Conseil communautaire en date du …………………autorisant


Monsieur le Président à signer cette convention

Considérant que l’Association Chambre REgionale SUrendettement Sociale


-CRESUS est une association de portée nationale, regroupant 25 associations
fédérées réparties sur 18 régions, reconnue d’utilité publique,

Considérant que cette association assure une mission d’accueil, d’écoute,


d’accompagnement des ménages surendettés et agit en faveur de la lutte contre
l’exclusion financière par l’éducation et la formation à l’environnement bancaire,
budgétaire et financier,

Page 1 sur 23
219
Considérant que son action, axée sur deux missions : prévenir et traiter le
surendettement, s’inscrit en complémentarité des dispositifs d’urgence d’aides aux
familles du Grand Chalon notamment par la mobilisation du micro crédit ou l’accès à
l’Epicerie, qui peuvent être un levier, une aide pour les particuliers Grands
Chalonnais surendettés;

Considérant qu’il y a lieu d’établir une convention afin de déterminer les conditions et
modalités de partenariat justifiant de l’attribution d’une subvention du Grand Chalon à
l’association pour la prévention du surendettement des Grands Chalonnais fragilisés
sur le plan financier et leur accompagnement;

La présente convention s’appuie sur l’engagement de CRESUS à promouvoir et à


apporter son concours et ses compétences dans le domaine de la prévention, de
l’éducation financière et de l’accompagnement du surendettement social en
partenariat étroit avec des acteurs économiques et sociaux du territoire.

Il est convenu entre

Le Grand Chalon représenté par son Président, Sébastien MARTIN


23, avenue Georges Pompidou
71106 CHALON SUR SAONE Cedex

D’une part, et

CRESUS BOURGOGNE, représenté par Gérard CORDELIER, Président


Mairie de Quartier
13 place de la Fontaine d’Ouche
21000 DIJON
Siret 483 632 980 00023 Code APE 9499 Z

D’autre part,

CHAPITRE 1 :OBJET DE LA CONVENTION

La présente convention fixe le cadre et les conditions du partenariat des parties


signataires. Elle encadre l’accompagnement budgétaire et social des ménages-
requérants du GRAND CHALON détectés en situation de fragilité avec comme
finalité de briser l’isolement, le risque de spirale du surendettement et de renforcer le
lien social.

Cet accompagnement budgétaire est assuré par CRESUS BOURGOGNE en


partenariat avec Le Grand Chalon au travers de sa Direction des Solidarités et de la
Santé et de son service Solidarité Insertion.

L’objectif est d’accompagner les ménages fragilisés économiquement, en situation


de surendettement et signalés à l’association CRESUS BOURGOGNE :
-Par un diagnostic budgétaire effectué en temps réel, suivi d’un
accompagnement de proximité jusqu’au dénouement de la situation et le
rétablissement de l’autonomie du bénéficiaire;

Page 2 sur 23
220
-Par la mise à disposition par CRESUS BOURGOGNE d’un reporting par mail,
permettant au Grand Chalon de connaître le suivi en temps réel des
accompagnements réalisés.

L’accompagnement mis en œuvre s’inscrit dans une démarche de prévention auprès


des clients et vise à renforcer leur autonomie budgétaire et financière.

CHAPITRE 2 : LE CADRE GENERAL D’INTERVENTION

La collaboration avec l’association CRESUS BOURGOGNE s’inscrit dans le cadre


de la loi d'orientation n°98-657 du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les
exclusions et la délibération du Conseil communautaire en date du 18 novembre
2011 portant définition des intérêts communautaires.

Pour cela, les deux parties engagent des moyens et des compétences au service du
dispositif.

Pour ce qui le concerne, le Grand Chalon met à disposition de l’association CRESUS


BOURGOGNE des moyens logistiques (bureau- téléphone- connexion internet-hors
réseau interne- photocopieur) et humains au travers de l’intervention en interface des
travailleurs sociaux des dispositifs d’urgence sociale d’intérêt communautaire
« Epicerie » et « microcrédit personnel » du Grand Chalon et participe au
financement des actions suivantes réalisées par l’association :
-Accueil, écoute et conseil
-Accompagnement budgétaire des personnes fragilisées, surendettées;
-Accompagnement à la réalisation des démarches nécessaires au
traitement des situations.

CHAPITRE 3 : MODALITES DE MISE EN OEUVRE

L’intervention de l’association CRESUS BOURGOGNE s’effectue


-Sur orientation des Centres Communaux d'Action Sociale (CCAS) des
communes membres du Grand Chalon auprès de la coordinatrice des dispositifs
d’urgence sociale d’intérêt communautaire « Epicerie » et « microcrédit ».
Si le CCAS de la commune dispose d’un travailleur social, ce dernier établira
le document de pré bilan financier avec la personne et avec son accord et le
transmettra à la coordinatrice des dispositifs d’urgence sociale d’intérêt
communautaire, pour enregistrement, suivi et transmission à l’association CRESUS
BOURGOGNE.
Si le CCAS de la commune ne dispose pas de travailleur social, la
coordinatrice des dispositifs d’urgence sociale d’intérêt communautaire « Epicerie »
et « microcrédit » effectuera toutes les démarches précitées.

-Suite à l’accès d’un ménage à « l’Epicerie » ou sa sollicitation d’un


dossier de « microcrédit personnel ».
L’orientation auprès de l’association CRESUS BOURGOGNE devra être
réalisée par les travailleurs sociaux de l’Epicerie avec la personne et avec son
accord, au travers d’un document de pré-bilan financier

Après orientation et au regard du diagnostic établi par l’association, celle-ci


transmettra à la coordinatrice des dispositifs d’urgence sociale d’intérêt
communautaire, une fiche de prise en charge permettant d’établir le financement.
Page 3 sur 23
221
Un état des dossiers orientés, sera communiqué aux membres de la commission
unique d’accès aux dispositifs d’intérêt communautaire « Urgence Sociale » chaque
mois, présentant le lieu de résidence de la personne, l’origine de l’orientation auprès
de CRESUS BOURGOGNE, et le motif de l’orientation.

CHAPITRE 4 : ENGAGEMENTS DES PARTIES

Engagement de l’association

1/ Mettre à disposition des bénévoles accompagnants experts pour accueillir et


écouter les personnes en situation de fragilité financière;

2/ Etablir un diagnostic financier au regard de la problématique du surendettement, à


partir d’une étude complète des éléments budgétaires;

3/ Proposer et mettre en place les actions (conseils), pour traiter ou éviter d’arriver à
une situation de surendettement (négociation avec les créanciers, élaboration de
plan de remboursement/échéanciers-dossiers Banque de France…);

4/ Accompagner les ménages du territoire dans les démarches administratives,


juridiques, et financières à réaliser auprès des créanciers, de la Banque de France
ou du tribunal;

5/ Assurer un suivi régulier des dossiers orientés pour prévenir l’aggravation de la


situation et/ou assurer le respect du plan établi pendant sa durée (au moins un
contact tous les 3 mois avec les intéressés).
L’accompagnement de la personne sera adapté à ses besoins.
6/ Mentionner clairement le soutien du grand Chalon à l’occasion de toute
information et publication qu’elle pourra être amenée à diffuser, en concertation avec
le service communication de la collectivité.

7/ Informer le Grand Chalon de toute difficulté liée à la mise en place du dispositif


et/ou dans l’accompagnement individuel des personnes.

Engagements du Grand Chalon :

1/Confier à la coordinatrice des dispositifs d’urgence sociale d’intérêt communautaire


ou un travailleur social de « l’Epicerie », la mission de pré bilan financier des
situations (pour les CCAS du Grand Chalon ne disposant pas de travailleurs sociaux)
et l’orientation des dossiers à CRESUS BOURGOGNE. La coordinatrice sera
garante du suivi de l’enveloppe budgétaire sous la responsabilité du Service
Solidarité Insertion;

2/Favoriser l’articulation entre les services techniques du Grand Chalon et


l’association;

3/ Mettre à disposition de CRESUS BOURGOGNE un bureau garantissant discrétion


et confidentialité, un accès internet hors réseau interne, photocopieur et
consommables pour la constitution des dossiers de surendettement ou de procédure
de redressement personnel (PRP) des Grands Chalonnais accompagnés.

4/ Financer l’action de CRESUS BOURGOGNE sur la base expérimentale dans la


limite de 24 dossiers :
Page 4 sur 23
222
 Coût de l’accompagnement jusqu’au dénouement de la situation quelle que
soit la durée : 200 euros / par dossier.

La dotation bénéficie des dispositions fiscales relatives aux dons et subventions


versées aux associations d’aide aux personnes en difficulté permettant une
déduction de l’IS de 60% conformément au CGI.

Une attestation fiscale sera délivrée par CRESUS BOURGOGNE.

Ne donnera lieu à aucun versement, la prise en charge de dossiers pour lesquels le


Grand Chalon n’aura pas mandaté CRESUS BOURGOGNE.

Le règlement interviendra début 2018, en une seule fois, sur présentation par
l’association du bilan final vérifié par les services du Grand Chalon.

CHAPITRE 5 : SUIVI ET EVALUATION DE L’ACTION

CRESUS BOURGOGNE s’engage, dans le respect des règles de confidentialité, à


communiquer régulièrement aux référents techniques désignés du Grand Chalon, le
suivi des dossiers des personnes accompagnées.

A la fin de chaque mois, l’association CRESUS BOURGOGNE produira un état


récapitulatif des dossiers pris en charge assorti de tableaux de bord traduisant la
pertinence de l’intervention de l’association.

Un Comité de suivi, composé de la Vice Présidente du Grand Chalon en charge des


Solidarités, de la Directrice des Solidarités et de la Santé, du chef de service
Solidarité Insertion, de la coordinatrice des dispositifs d’urgence sociale d’intérêt
communautaire et du président de l’association CRESUS BOURGOGNE se réunira,
à l’initiative du Grand Chalon, en décembre afin d’évaluer l’action et de décider ou
non la pérennisation de celle-ci.

CHAPITRE 6 : EXECUTION DE LA CONVENTION

En cas d'inexécution, de modification des conditions d'exécution ou de retard pris


dans l'exécution de la présente convention par l’association, pour une raison
quelconque, celle-ci doit en informer le Grand Chalon sans délai par lettre
recommandée avec accusé de réception.

CHAPITRE 7 : DUREE DE LA CONVENTION

Cette convention est conclue pour l’année 2018.

CHAPITRE 8 : RESILIATION

En cas de non-respect par l’une des parties de l’une de ses obligations résultant de
la présente convention, celle-ci pourra être résiliée de plein droit par l’autre
partie, sans préjudice de tous autres droits qu’elle pourrait faire valoir, à
l’expiration d’un délai de un mois suivant l’envoi d’une lettre recommandée avec
accusé de réception valant mise en demeure de se conformer aux obligations
contractuelles et restée infructueuse.

Page 5 sur 23
223
CHAPITRE 9 : LITIGE

En cas de litige portant sur l’interprétation ou l’application du présent contrat, les


parties conviennent de s’en remettre à l’appréciation du Tribunal Administratif de
DIJON, seul compétent, mais seulement après épuisement des voies de recours
amiables (conciliation, arbitrage, etc.).

Fait en trois exemplaires

à ……………………… le …………………………….

Pour CRESUS BOURGOGNE Pour le GRAND CHALON

Le Président, Le Président,
Gérard CORDELIER Sébastien MARTIN

Date de notification :

Page 6 sur 23
224
Page 7 sur 23
225
ANNEXES A LA CONVENTION

Schéma simplifié de la plateforme d’accompagnement CRESUS

Le principe

Le référent du GRAND CHALON :


-prend directement contact avec CRESUS, via téléphone ou mail, adresse le
pré bilan financier réalisé pour orientation,
-donne les coordonnées de la personne qui aura préalablement donné son
accord

Le GRAND CHALON
via la coordinatrice des
dispositifs Microcrédit et
Epicerie

Plateforme CRESUS
Référent
Accompagnement

Accompagnement Budgétaire

Qui consiste

Soutien moral et psychologique

Mise en place d’un budget avec les ménages

Maîtrise des dépenses

Conseils et recommandations budgétaires

Suivi mensuel, puis trimestriel, puis annuel par le réseau Cresus.


Les outils
Optimisation des charges
Le DIAGNOSTIC BUDGET
Mise en place d’une épargne de précaution
Les outilsde l’association
Respect d’une charte éthiqueCRESUS
partagée BOURGOGNE

Page 8 sur 23
226
Le Diagnostic Budget

Page 9 sur 23
227
LA DECLARATION DE SURENDETTEMENT

Page 10 sur 23
228
Page 11 sur 23
229
Page 12 sur 23
230
Page 13 sur 23
231
Page 14 sur 23
232
Page 15 sur 23
233
Page 16 sur 23
234
Page 17 sur 23
235
Page 18 sur 23
236
Page 19 sur 23
237
Page 20 sur 23
238
Page 21 sur 23
239
LE COURRIER JOINT A LA DECLARATION DE
SURENDETTEMEN T

Page 22 sur 23
240
CRESUS ©
L’éthique, la pédagogie et la responsabilité.

CHARTE D’ACCOMPAGNEMENT ET D’INTERMEDIATION BUDGETAIRE ET FINANCIERE


N° de dossier : CRESUS

CRESUS est une association reconnue mission d’utilité publique engagée depuis 25 ans dans
l’accompagnement, la prévention du risque de surendettement et d’exclusion financière des ménages
en France.

Pour proposer un accompagnement budgétaire à certains de ses requérants, Le GRAND CHALON


s’appuie sur l’expérience terrain acquise par CRESUS, association reconnue mission d’utilité publique
pour permettre à ses clients en situation de fragilité de surmonter leurs difficultés et de rechercher une
solution durable.

CRESUS est réputée pour son approche pragmatique en matière de prévention du surendettement et
s’engage à vous offrir en toute indépendance, sécurité et confidentialité son expertise. Dans le cadre
de cet accompagnement budgétaire vous fixerez en toute liberté la fréquence et la finalité afin de
rechercher avec vous la meilleure solution à vos difficultés financières, économiques ou sociales.

Vous avez accepté la proposition faite par Le GRAND CHALON d’un accompagnement par CRESUS.
Ce consentement est réitéré par la présente Charte et autorise CRESUS à informer Le GRAND
CHALON de la mise en place de cet accompagnement.

L’accompagnement budgétaire repose sur un principe de confiance partagée entre notre Association
et vous. Nous nous engageons à coopérer ensemble.

1. L’accompagnement budgétaire et financier proposé est entièrement gratuit et sans limitation


de durée. Sa finalité est de renforcer votre autonomie financière et économique et de
rechercher une solution globale et durable à vos difficultés.
2. L’accompagnant-conseiller de CRESUS s’engage à avoir des points budgets réguliers avec
vous ou de fixer d’un commun accord un accompagnement de proximité en face à face dans
l’une des permanences territoriales de l’association.

Les informations recueillies sont nécessaires à l’organisation de votre accompagnement budgétaire et


sont réputées confidentielles. Elles font l’objet d’un traitement informatique et sont strictement
destinées aux finalités fixées à la mission d’accompagnement assurée par CRESUS. En application
des articles 39 et suivants de la loi du 06/01/1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de
rectification aux informations vous concernant. Si vous souhaitez exercer ce droit, merci de vous
adresser à CRESUS BOURGOGNE Mairie de Quartier 13, place de la Fontaine d’Ouche 21000
DIJON.

Le bénéficiaire : Votre accompagnant-conseiller CRESUS :

Cette charte est établie en deux exemplaires – Nous vous remercions de retourner l’une des copies
au siège de CRESUS BOURGOGNE – Mairie de Quartier 13, place de la Fontaine d’Ouche 21000
DIJON.

Un modèle innovant d’accompagnement économique et social

Téléphone 06 99 52 31 72 E-Mail cresus.bourgogne@bbox.fr

Membre de la Fédération Française des Associations CRESUS


Association reconnue Mission d’Utilité Publique
Déclaration à la Préfecture du 21/06/2004 – inscription au JO n°31 le 31/07/2004 sous le n°403
SIRET : 483 632 980 00023
Page 23 sur 23
241
CRESUS

FICHE PRE-DIAGNOSTIC SOCIO – FINANCIER

ORGANISME INSTRUCTEUR :……………………………………………………

NOM Prénom du Travailleur social : ………………………………………………...

Téléphone : ……………………Courriel :……………………………………………..

COORDONNEES DU REQUERANT

Nom – Prénom du requérant :………………………………………………………


Nom – Prénom du conjoint …………………………………………………………
Date de naissance de Madame : …………..…Date de naissance de Monsieur :……………….

Adresse :…………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
Téléphone :………………………….. Courriel :………………………………………………...

COMPOSITION DU FOYER
Nombre d’adultes :……. Nombre d’enfants :….

MOTIF DE L’ORIENTATION
(situation complexe en raison d’une séparation, d’une auto entreprise, ou autres, problèmes d’autonomie,
besoin de conseils, etc.)

Existe-t-il un dossier Banque de France ? Oui Non


Existe –t-il un moratoire ? Oui Non

DROIT DE L’USAGER
1 - Je reconnais avoir pris connaissance de ce que :
- Les informations recueillies sur ce formulaire peuvent faire l’objet d’une saisie sur fichier magnétique
destiné à la bonne gestion du dispositif de prévention du surendettement et d’accompagnement des Grands
Chalonnais fragilisés,
- La loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, s’applique aux
réponses faites à ce questionnaire,
- Cette loi garantit un droit d’accès et de modification pour les données me concernant. A cet effet, je
peux contacter le Service Solidarité Insertion au 03 85 93 85 25,
- Le Grand Chalon est responsable du traitement de ces données.
-
2 - J’accepte que le présent document soit transmis à l’association CRESUS avec le pré budget mensuel
déclaratif.

Fait à , le Nom, Prénom et Signature du requérant

242
CRESUS©

PROCEDURE D’ORIENTATION POUR L’INTERVENTION


DE L’ASSOCIATION CRESUS

I - Définition des missions

L’Association CRESUS assure une mission d’accueil, d’écoute, d’accompagnement des ménages
surendettés et agit en faveur de la lutte contre l’exclusion financière par l’éducation et la formation
à l’environnement bancaire, budgétaire et financier.
Son action s’inscrit sur deux missions : prévenir et traiter le surendettement.

Dans le cadre de l’accompagnement personnalisé mis en œuvre par l’Association CRESUS :


1) un diagnostic financier sera établi au regard de la problématique du surendettement à
partir d’une étude complète des éléments budgétaires avec examen des pièces
justificatives
2) des actions et conseils seront proposés pour traiter -ou éviter d’arriver à- une situation de
surendettement (négociations avec les créanciers, élaboration de plan de remboursement,
dossier Banque de France,…)
L’accompagnement prend fin avec le dénouement de la situation et le rétablissement de l’autonomie
du bénéficiaire.

II – Qui oriente ?

1) Les Centres Communaux d'Action Sociale (CCAS) des Communes membres du


Grand Chalon.

Si le CCAS de la commune dispose d’un travailleur social , ce dernier établira la fiche de


pré-diagnostic socio-financier avec la personne, sur ses déclarations et avec son accord. Ce
document sera transmis à la coordinatrice des dispositifs d’urgence sociale d’intérêt
communautaire, pour enregistrement et envoi à l’association CRESUS BOURGOGNE.

Si le CCAS de la commune ne dispose pas de travailleur social, la personne sera orientée


auprès de la coordinatrice des dispositifs sociaux d’intérêt communautaire ou auprès d’un
travailleur social de l’Epicerie qui réalisera la fiche de pré-diagnostic socio-financier selon les
mêmes modalités que précédemment.

2) Les travailleurs sociaux de l’Epicerie, suite à l’accès d’un ménage à « l’Epicerie »,


pourront établir, sur déclaration de la personne et avec son accord, la fiche de pré-diagnostic socio-
financier.
Ce bilan nécessitera, une concertation préalable avec le référent social de la famille( si il existe)
pour apporter une cohérence à l’accompagnement social en cours.

III - Comment orienter ?

L’orientation se fait à partir :

- d’une fiche de pré-diagnostic socio-financier avec pré-budget déclaratif


permettant à l’association CRESUS d’avoir connaissance de la situation et de
prendre contact avec la famille.

243
La fiche diagnostic est obligatoirement transmise à la coordinatrice des dispositifs sociaux du
Grand Chalon par courriel :
sylvie.rouch@legrandchalon.fr
Le rôle de la coordinatrice est de suivre le dispositif, de l’évaluer et de proposer des évolutions si
besoin.
Le secrétariat du service Insertion sociale est informé de chaque orientation.

Mise en œuvre opérationnelle :


La fiche de pré-diagnostic avec le pré budget déclaratif est adressée par mail, par la
Coordinatrice des dispositifs sociaux d’intérêt communautaire à :

cresus.bourgogne@bbox.fr

N° de téléphone de l’association : 06 99 52 31 72
Permanences téléphoniques assurées les mardis et vendredis de 10h à 12h

III - La prise de contact par l’Association CRESUS

Après réception du pré-diagnostic, l’Association prend contact par téléphone avec la personne
concernée pour un premier lien et mise en confiance.
Si la personne accepte l’accompagnement de l’association, le représentant de CRESUS lui indique
les pièces justificatives à réunir, voir lui fixe un premier rendez vous.
Une rencontre tripartite peut être envisagée et sollicitée par le travailleur social si la situation le
nécessite.

Les documents nécessaires à la mise en place du diagnostic financier et de l’accompagnement


budgétaire seront réunis selon les modalités décidées lors du premier contact (apporter au premier
rendez vous, envoyer par mail par la personne ou son travailleur social ou autres solutions adaptées
aux besoins).

A noter : si la personne concernée rencontre des difficultés pour fournir les pièces justificatives, le
représentant de l’Association peut aider la personne à réunir les pièces en se rendant à son domicile,
l’accompagnement débutera donc sans que tous les documents aient été réunis.

IV Le premier rendez-vous

Suite à l’échange téléphonique, l’association fixe le premier rendez vous avec la personne soit:

 À l’Espace Jeanne Parent, 7 quai de l’Hôpital 71 100 Chalon Sur Saône,


le deuxième mardi de chaque mois de 14H à 17H
Au domicile de la personne si nécessaire

Objectifs de la première rencontre :

1) Signature de la Charte d’accompagnement et d’intermédiation budgétaire et financière

2) Définir avec la personne les modalités d’accompagnement à venir.

V- Bilan et évaluation du dispositif d’accompagnement CRESUS

Une réunion technique annuelle aura lieu avec l’Association et les représentants des CCAS du
territoire.

244
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION À L'ACTION SOLIDAIRE


DIRECTION DES SOLIDARITÉS ET DE LA SANTÉ

N° de l'ordre du jour : 29
Rapporteur : Madame Annie LOMBARD

Accompagnement Social - Epicerie Sociale et Solidaire -


Banque Alimentaire de Bourgogne - Convention de
partenariat pour l'année 2018

EXPOSE

Rappel du contexte :

Le Grand Chalon et la Banque Alimentaire de Bourgogne (BAB) sont engagés, depuis 2012, dans
un partenariat formalisé par une convention annuelle, portant sur l’apport en produits alimentaires,
participant ainsi au fonctionnement de l’Epicerie Sociale.
La mission de la BAB est d’approvisionner, trier et stocker les produits afin de les redistribuer aux
structures partenaires qui les mettent à disposition des familles les plus démunies qui les sollicitent.
La collaboration avec la Banque Alimentaire permet aux personnes accueillies à l’Epicerie d’avoir
accès à des produits frais variés, de qualité. Les denrées alimentaires sont issues de la collecte
quotidienne réalisée par la Banque Alimentaire, dans des magasins et supermarchés locaux.
Au-delà des produits collectés dans les magasins du territoire, la BAB gère également des denrées
alimentaires issues des stocks subventionnés par l’Etat (produits d’Etat) et revendues aux épiceries
sur la même base tarifaire des ramasses.
Cette coopération a permis de soutenir 1 571 personnes en 2017 pour 17 019 paniers servis.

Quelques chiffres :

2016 2017
Nombre de familles aidées 507 501
Nombres de personnes 1565 1571
Dont mineurs 764 752
Passages ou paniers 16 539 17 019

L’objectif qui a été depuis trois ans de maîtriser la file active des bénéficiaires pour privilégier un
meilleur accueil et accompagnement, a été atteint. Cela a permis de réaffirmer le sens de l’action,
les objectifs et les principes d’une épicerie sociale.

245
Pour mémoire, en 2016, 187 208 kg de produits frais et produits d’Etat ont été fournis par la BAB,
pour un total de 37 441,60 € (transport compris).
En 2017, 167 430 kg de produits frais et produits d’Etat ont été livrés par la BAB, soit un coût de
33 486 € (transports compris).
Soit une économie réalisée en 2017 par rapport à 2016 de 3 955 € (tout en maintenant la qualité de
service).

Description du dispositif proposé :

La Fédération des Banques alimentaires a actualisé sa convention cadre. Une annexe relative au
protocole de sécurité pour les opérations de chargement - déchargement a été ajoutée. De plus,
l’annexe précisant les besoins prévisionnels pour l’approvisionnement de l’Epicerie sociale du
Grand Chalon a été simplifiée, et les relations de partenariat formalisées.

Ainsi, les changements suivants sont proposés :


 Participation active à la collecte nationale : l’Epicerie sociale proposera à ses bénévoles et
salariés de participer à la collecte nationale et orientera, le cas échéant, auprès de la BAB les
personnes volontaires.
 Les partenaires se rencontreront au moins une fois par an, à la fin du troisième trimestre,
pour faire le bilan de la convention en cours et envisager les modalités de reconduction pour l'année
suivante.
 Pour des raisons de sécurité et selon la législation, la BAB souhaite que les agents
logistiques de l'épicerie se conforment, dans ses locaux, aux règles définies (entrée dans les
entrepôts uniquement sur autorisation du personnel de la BAB, rester éloignés du quai de
déchargement et des véhicules en manœuvre, obligation du port de chaussures de sécurité, du gilet
haute visibilité et - en cas de nécessité - gants de manipulation).

Par ailleurs, la participation de solidarité n’ayant pas augmenté depuis de nombreuses années, le
Conseil d’Administration de la BAB a souhaité que le montant de cette participation 2018 soit
calculé sur la base de 0,18 € (au lieu de 0,15 €), à laquelle s’ajouteront les frais de livraison,
équivalant à un tiers du montant de la participation de solidarité, soit pour l’année 2018 à 0,06 € (au
lieu de 0,05 €). Le montant de la participation annuelle totale (denrées alimentaires et transports)
facturée au Grand Chalon ne pourra excéder le budget défini par la Collectivité.
Pour 2018, les besoins estimés sont de 165 000 kg. Le coût prévisionnel au regard de
l’augmentation de la participation de solidarités et transport est estimé à 39 600 €.
Afin de faire face à cette augmentation, une gestion serrée des commandes des produits alimentaires
sera réalisée au plus juste des besoins.

DECISION

Cadre juridique :

Vu l’article L.5216-5 II du Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu le Code Rural et de la Pêche Maritime et notamment les articles L230-6 et R.230-9,

Vu le Code de l’Action Sociale et des Familles et notamment l’article R.115-1,

246
Vu l’article 7 des statuts du Grand Chalon, mentionnant notamment la compétence de la
Communauté d’agglomération dans le domaine de l’ « action sociale d’intérêt communautaire »,

Vu la délibération n°CC-2017-10-5-1 du Conseil communautaire en date du 25 octobre 2017,


relative à la définition des intérêts communautaires,

Vu les statuts de la Banque Alimentaire de Bourgogne,

Vu le projet de convention définissant les modalités de partenariat avec la Banque Alimentaire de


Bourgogne pour l’approvisionnement de l’Epicerie pour l’année 2018, joint en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver le projet de convention définissant les modalités de partenariat avec la Banque


Alimentaire de Bourgogne pour l’approvisionnement de l’Epicerie pour l’année 2018 joint
en annexe ;

 D’approuver le versement d’une cotisation de 50 € à la Banque Alimentaire de Bourgogne ;

 D’approuver le versement de la participation financière dite de solidarité fixée à 0,18 euro


par kilo auxquels s’ajoutent 0,06 euro par kilo pour les frais de livraison ;

 D’autoriser Monsieur le Président, ou son représentant, à signer la convention fixant les


conditions de partenariat alimentaire avec la Banque Alimentaire de Bourgogne.

247
CONVENTION DE PARTENARIAT ALIMENTAIRE

Pour les Partenaires appartenant à un réseau dont la personnalité juridique est unique, la
convention sera signée par le représentant de la personnalité juridique et une copie
contresignée par le responsable de chaque unité à qui sont remises des denrées.

Entre :

- La Banque Alimentaire de Bourgogne ………………………….. dite la B.A.

et

- L’EPICERIE du GRAND CHALON……………………………. dit le Partenaire1

Il est convenu ce qui suit :

PREAMBULE

« Ensemble, aidons l'homme à se restaurer » : depuis leur congrès de 2006 et dans les
rapports d’orientation adoptés par leurs présidents lors des Assemblées Générales les
années suivantes, les Banques Alimentaires ont pris résolument la voie d’aider les
personnes vivant en situation difficile et précaire à trouver ou retrouver des conditions
d’existence respectueuses de leur dignité et de leur autonomie. Confortant une première
étape marquée par la recherche d’une aide alimentaire quantitative conséquente et la mise
en place de la logistique correspondante, les Banques Alimentaires se sont engagées dans
une réponse plus qualitative, axée sur les objectifs suivants :

- chaîne de l’écoute entre B.A., Partenaires et Bénéficiaires ;


- strict respect des conditions d’hygiène et de sécurité alimentaire ;
- amélioration de l’équilibre nutritionnel ;
- alimentation, créatrice de lien social ;
- aide aux Partenaires pour la mise en œuvre d’un accompagnement adapté, ainsi
qu’à la mise en place d’actions d’insertion et d’intégration sociales et de formation.

Les Banques Alimentaires et les Partenaires partagent aujourd’hui cette démarche qui
s’inscrit dans le cadre de leur engagement dans la lutte contre la pauvreté et l’exclusion,
selon le projet associatif et les domaines d’action propres à chacun.
La présente convention de partenariat alimentaire tient compte de cette évolution et marque
la volonté de mieux travailler ensemble dans un souci de responsabilité partagée.

Dispositions statutaires :
Conformément à l’article 5 des statuts de la B.A., tous les partenaires qui ont signé une
Convention de partenariat alimentaire sont membres adhérents de la B.A.. S’agissant des
associations, ne peut être membre de la B.A., qu’une association habilitée, soit dans le cadre
d’un réseau national, soit sur décision du préfet de Région. Le partenaire doit payer une
cotisation annuelle. Il est éligible au Conseil d’administration dans le cadre des règles fixées
par les statuts.

1 Le vocable « Partenaire(s) » recouvre dans le présent document la totalité des organismes de distribution
(Associations, CCAS, CIAS, épiceries sociales,), avec lesquels la B.A. est engagée dans une démarche de
remise régulière de denrées.

Page 1 sur 24 Paraphe :


248
ARTICLE 1 - ENGAGEMENTS DE LA B.A.

1.1 Fourniture de denrées


1.1.1 Recherche de denrées
La B.A. prospecte et collecte des produits alimentaires, sans acheter, dans un souci
d’une aide alimentaire équilibrée, régulière et tenant compte, chaque fois que
possible, des demandes spécifiques des Partenaires.
1.1.2 Mise à disposition des denrées
La B.A. est animée par un esprit de partage équitable entre l’ensemble des
Partenaires; elle est responsable des denrées jusqu’à leur prise en charge par
ceux-ci.
Dans le cas où une association a déposé en Préfecture un dossier d’habilitation, et
qu’elle est en attente d’une décision, elle peut bénéficier de tous les produits excepté
ceux relevant de l’Aide Publique (PEAD, FEAD, CNES).
1.1.3 Hygiène, sécurité alimentaire, traçabilité (cf. annexe 2)
La B.A. s’oblige à respecter les dispositions de l’article 2.1 de l’annexe 2 : «hygiène et
sécurité alimentaires ; transports »

1.2 Aide à l’action du Partenaire (cf. Annexe 3)


La B.A. fournit gratuitement le logiciel Passerelle pour la gestion des stocks et le suivi
des bénéficiaires.
La B.A. apporte une aide, en fonction des moyens dont elle dispose, à l’élaboration et à
la réalisation des actions mises en œuvre par le Partenaire à partir de l’alimentation,
pour accompagner les personnes accueillies et favoriser le lien social. Elle facilite les
échanges entre les Partenaires.

ARTICLE 2 -ENGAGEMENTS DU PARTENAIRE

2.1. Critères d’accès à l’aide alimentaire


2.1.1. Le Partenaire s’engage à distribuer des denrées aux personnes orientées par un
travailleur social ou à défaut selon des modalités définies et validées par ses
instances décisionnaires. En ce qui concerne la distribution des produits relevant de
l’Aide Publique, ces modalités doivent être écrites et conservées par le Partenaire.

2.2. Démarche de distribution


2.2.1. Le Partenaire détermine les conditions de distribution des denrées reçues, selon les
critères qu’il a fixés pour l’accès à cette aide. Il les partage équitablement au seul
profit de personnes en difficulté, et ceci sans exclusive.
2.2.2. Ces denrées ne peuvent pas, bien sûr, être utilisées à des fins lucratives. Toutefois,
dans un souci de responsabilisation des personnes accueillies, une contribution peut
leur être demandée et revêtir différentes formes : cotisation pour accéder aux
services et activités du Partenaire participation financière dans les Epiceries Sociales,
celle-ci ne pouvant excéder 10% de la valeur des produits délivrés sauf exceptions
telles que prévues dans l’annexe 1bis.
2.2.3. Le Partenaire exprime auprès de la B.A. ses souhaits - tant en ce qui concerne les
quantités que la nature des produits - à partir des besoins des personnes aidées et
en fonction de ses priorités et modes d’actions.

2.2.4. Le Partenaire assure un suivi régulier de ses stocks de denrées alimentaires en


particulier ceux provenant de l’Aide Publique (PEAD, FEAD CNES) et il communique
à la B.A. les informations demandées par les Pouvoirs Publics afin que ceux-ci
puissent adapter au mieux leur aide. Pour ces opérations, les associations de

Page 2 sur 24 Paraphe :


249
catégorie 1 nouvellement adhérentes, utilisent le logiciel Passerelle fourni
gratuitement par la B.A..
2.2.5. Lorsqu’un Partenaire bénéficiera, par un autre canal que celui des Banques
alimentaires, de produits issus de l’aide publique, il en informera la B.A. afin que,
dans le respect du principe de partage équitable énoncé ci-dessus, ces produits ne
lui soient pas distribués une deuxième fois.
2.2.6. Le Partenaire propose aux personnes accueillies des actions de suivi et
d’accompagnement visant, avec leur adhésion, à « aider l’homme à se restaurer », à
se (re)construire, dans le respect de sa dignité et de son besoin de dialogue.

2.3. Hygiène, sécurité alimentaire, traçabilité (cf. 2)


Le partenaire s’oblige à respecter les dispositions de l’article 2.2 de l’annexe 2 :
« hygiène et sécurité alimentaires ; transports »

2.4. Participation financière


2.4.1. Le Partenaire s’engage à soutenir l’action de la B.A., notamment sur le plan financier.
Cette nécessaire participation aux frais de fonctionnement de la B.A, dénommée
participation de solidarité, est appelée sur décision et suivant les règles définies par
l’Assemblée Générale de la B.A.
2.4.2. La participation de solidarité est différente de la cotisation annuelle due
statutairement par tous les partenaires membres de la B.A..

2.5. Autre Participation du Partenaire


2.5.1. Le Partenaire ne peut se prévaloir en aucun cas du titre ou du nom « Banque
Alimentaire ».
2.5.2. Le Partenaire
• fait état du soutien obtenu de la B.A. En particulier il se prévaut de la
qualité de « Partenaire de la Banque Alimentaire ». Il utilise, pour ce faire,
le kit de communication mis à disposition par les B.A.. Il met en avant la
B.A. chaque fois que possible lors de toutes ses communications ;
• participe activement à la Collecte Nationale organisée chaque année pour
le compte de la B.A. ;
• invite la B.A. à son Assemblée Générale.

ARTICLE 3 - ENGAGEMENTS MUTUELS

La B.A. et le Partenaire s'interdisent d'utiliser l'aide alimentaire à des fins de prosélytisme et


se refusent à tout comportement idéologique ou politique.

3.1. Ils s’informent mutuellement sur leur objet social, leurs activités et leurs moyens, ainsi
que sur les évolutions de leur fonctionnement (cf. annexes 1 et A 1bis actualisées une
fois par an). Le partenaire dans le cadre de l’annexe 1bis doit communiquer à la B.A.
toutes les informations demandées par les Pouvoirs Publics.

3.2. Ils désignent des interlocuteurs responsables des relations entre les deux parties, dont :

• ceux chargés de l’animation du réseau, pour aider les Partenaires dans


leurs actions d’accompagnement
• ceux chargés de la traçabilité, pour favoriser et rendre plus rapides les
contacts en cas d’alerte et de rappel de lots.

Page 3 sur 24 Paraphe :


250
3.3. Le Partenaire s’oblige à fournir les données statistiques demandées par l’Etat à la B.A.
suivant une périodicité et un format définis dans l’annexe 1 ter. La B.A. s’engage à lui
fournir son logiciel d’enregistrement de ces données dénommé Passerelle.

3.4. Le Partenaire déclare à la B.A. les ramasses qu’il effectue dans le cadre de la
Convention Tripartite. Si les volumes sont actuellement enlevés sans convention, les
deux parties s’engagent à régulariser la situation dans les trois mois suivant la signature
de la Convention de Partenariat.

ARTICLE 4 - DUREE DE LA CONVENTION

4.1 Après accord de leurs organes décisionnels, les responsables des deux parties signent
la convention pour une durée d'un an. Elle est renouvelable par tacite reconduction. Elle
peut être dénoncée à tout moment par une des parties, avec un préavis d’un mois.

4.2 Tout manquement par l’une des deux parties à l’un quelconque de ses engagements, ou
tout événement exceptionnel entraînant l’impossibilité d’appliquer la présente
convention, dégage, par ce fait même et immédiatement, l’autre partie de toute
responsabilité. Au cas où ce manquement est le fait du Partenaire, il peut entraîner la
suspension temporaire ou définitive de toute distribution de denrées, sur décision du
Bureau ou du Conseil d’Administration de la B.A.

ARTICLE 5 - ANNEXES

Cinq annexes obligatoires sont jointes à la présente convention dont elles précisent les
modalités d'application. Elles font partie intégrante de la présente convention.

5.1. Les annexes 1 et 1 bis sont mises à jour annuellement, à la date anniversaire de la
signature. Les données figurant dans l’annexe 1 ter sont remontées trimestriellement ou
annuellement selon les indicateurs.

5.2. Les annexes 2, 3, 4 et 5 sont renouvelables selon les mêmes modalités que la
convention proprement dite.

5.3. Des annexes facultatives peuvent être ajoutées pour tenir compte des spécificités
locales. Elles peuvent préciser et compléter la présente Convention et ses annexes
obligatoires, mais sans bien entendu, contrevenir en quoi que ce soit aux dispositions de
ces dernières.

Fait à …………………………………… le ………………………………

Pour la B.A. Pour le Partenaire


(Nom et qualité du signataire) (Nom et qualité du signataire)

Page 4 sur 24 Paraphe :


251
Annexe 1

Fiche d'information sur la Banque Alimentaire


(A remplir le jour de la signature de la convention et à actualiser une fois par an)

Date de mise à jour : 17 février 2017

1.1 PRESENTATION

Dénomination de la Banque : BANQUE ALIMENTAIRE DE BOURGOGNE


Adresse : 16, rue de la Houe 21800 QUETIGNY
Téléphone : 03 80 46 61 61
Adresse e-mail :ba210@banquealimentaire.org
Adresse Internet : ba21.banquealimentaire.org

Lieu(x) de mise à disposition des denrées :


adresse 1 :16, rue de la Houe 21800 QUETIGNY Tél :03 80 46 61 61
adresse 2 :44bis, rue de la Fosse aux loups 58000 NEVERS Tél :03 86 59 37 71
adresse 3 :9, rue de la Guerlande 71 880 CHATENOY LE ROYAL Tél :03 85 43 64 02
adresse 4 : Parc Technologique d'Activité de la Chapelle Tél :03 86 46 09 13
89470 MONETEAU

Nom du Président : Gérard BOUCHOT


Déléguée Générale : Agnès BEUTIN

Nom du responsable des Chargés d’Animation Réseau (CAR) :Thérèse DIEU


Nom du responsable distribution ou d’entrepôt :David NAZARYAN
Nom du RHySA :Jean-Pierre PORTIER
Noms des Responsables d'Antennes : Département 58 : Hubert JEAUGEY p.i
Département 71 : Jean-Pierre CHOVONZIAK
Département 89 : André GUYOT

1.2 COTISATION ET PARTICIPATION DE SOLIDARITE POUR LE PARTENAIRE

Cotisation annuelle selon la résolution de l'AG: …..50 €…………….

Participation de solidarité : Selon les modalités de calcul votées lors de la dernière


Assemblée Générale.

1.3 FONCTIONNEMENT

Jours et heures d'ouverture pour la distribution : du lundi au vendredi de 8 h à 12h


Pour l’Epicerie du Grand Chalon, les horaires de livraison sont précisés dans l’annexe à la
convention de partenariat jointe à la présente convention cadre.
Périodes de fermeture:

Page 5 sur 24 Paraphe :


252
Annexe 1bis

Fiche d’informations sur le Partenaire


Une fiche par point de distribution
(A remplir le jour de la signature de la convention et à actualiser une fois par an)

1. PRESENTATION

• Nom du Partenaire : LE GRAND CHALON

NUMERO DE SIRET :

Adresse du siège : 23 Avenue Georges Pompidou


71100 CHALON SUR SAONE
Adresse courrier :

Téléphone : 03 85 93 85 08 Fax / 03 85 93 85 45
Adresse e-mail : christine.fevre@legrandchalon.fr
sylvie.rouch@legrandchalon.fr

Adresse lieu de distribution L’EPICERIE


30 rue de la Paix
71100 CHALON SUR SAONE
Téléphone : 03 85 43 81 14

Responsable officiel (Président, pour une association)


Nom : Monsieur Sébastien MARTIN
Président du GRAND CHALON
Adresse et téléphone personnels :
Téléphone en cas d'urgence :

Interlocuteur (si différent)


Nom : Christine FEVRE
Adresse et téléphone personnels :

Responsable HySA :
Nom :
Adresse et téléphone personnels :

Secteur géographique d’intervention (département, canton, ville, quartier,…) : GRAND CHALON

Critères d’éligibilité à l’aide alimentaire :


Urgence :
Travailleur social : CCAS Conseil Départemental CAF Association
Critères propres à l’association : (cf. lignes directrices du FEAD et fiche modèle « critères d’accès à
l’aide alimentaire et aux denrées FEAD » - annexe 4)
Lesquels : _________________________________________________________________________

2. HABILITATION :

A noter : Les CCAS, CIAS et Mairie sont des personnes morales de droit public et ne sont pas
concernés par l’habilitation

Page 6 sur 24 Paraphe :


253
Si le partenaire est une association, est-il rattaché à un grand réseau ayant obtenu l’habilitation
nationale (liste disponible sur http://agriculture.gouv.fr/ saisir dans la barre de recherche « habilitation
nationale aide alimentaire », cliquer sur « Mise en œuvre de l'aide alimentaire : liste des structures
habilitées »
Oui Non, Si oui lequel : __________________________________________________
Si le partenaire est une association dite « indépendante », a-t-il obtenu l’habilitation auprès du
Préfet de Région (via la DDCS ou la DDAAF) ?
Oui, date de l’arrêté : _____________
en cours, prochaine session d’habilitation prévue le : _____________

Rappel : le FEAD ne peut être donné qu’aux partenaires associatifs habilités et aux CCAS/CIAS et
Mairie (hors Epicerie sociale)

3. ACTIVITE DU PARTENAIRE (plusieurs réponses possibles)

→ Modes de distribution de l’aide alimentaire


Distribution de colis Service de repas
Epicerie sociale ⌧ Hébergement
Maraude Accueil de jour
(petit déjeuner, collation)
→ Actions d’accompagnement
Ateliers liés à l’alimentation ⌧ Autres ateliers/activités ⌧
Accompagnement social ⌧ préciser : parentalité, citoyenneté et écocitoyenneté

Préciser le projet associatif par rapport à l'aide alimentaire et identifier les publics accueillis :
Projet social : améliorer la vie quotidienne et familiale, soutenir une meilleure prise en compte de la santé, permettre
une meilleure connaissance de son environnement – public : habitants du Grand Chalon en difficultés financières
ponctuelles ou bénéficiant d’un accompagnement social

4. DISTRIBUTION

Fonctionnement
Toute l’année oui ⌧ non
Sinon, période de fermeture : quinze jours en période estivale et jours supplémentaires éventuels (Ponts)
Ces fermetures feront l’objet, au moins 15 jours avant, d’une information préalable à la BAB 71

Jours et horaires d'enlèvement convenus avec la Banque Alimentaire


__________________________________________________________________________
Jours et horaires de distribution alimentaire
Du lundi au vendredi de 13 h30 à 17h00

Participation financière demandée aux personnes accueillies (Montant à préciser) :


Rappel : Les produits du FEAD (Fonds Européen d’Aide aux plus Démunis) doivent être distribués
gratuitement aux personnes accueillies.
Si le partenaire demande une participation aux personnes accueillies, préciser les modalités et
le montant (par exemple : cotisation, droit d’inscription…)
Le public donne une participation de 20% du prix moyen du marché sauf pour les produits d’Etat 10%

Page 7 sur 24 Paraphe :


254
Tarification à appliquer par les Partenaires :
- Pour les produits de la Banque Alimentaire, à l’exception des produits du FEAD qui
doivent être distribués gratuitement : …..……........................................................
PAS PLUS DE 10 % de la valeur mercuriale en référence à la liste des valeurs mercuriales de l’année
en cours fournie par la B.A.
- Pour les autres produits : 20%
PAS PLUS DE 30 % de la valeur commerciale

Local de distribution ⌧
Pièce d’accueil ⌧
Présence d’un travailleur social ⌧
Formation de bénévoles à l’accueil et à l’écoute
Plafond d’achat ⌧
Contractualisation d’un projet d’accompagnement ⌧
Durée de l’accompagnement : 3 mois d’accès avec un objectif à réaliser…..renouvelable : une fois avec une
nouvelle demande du travailleur social référent et les mêmes critères

5. MOYENS DU PARTENAIRE

Collaborateurs: Nombre de bénévoles : Nombre de salariés :

Equipements : Nombre Volume ou Surface


Local d’entreposage 2 20 + 100 m²
Chambre froide positive* 1 7 m²
Chambre froide négative* 0
Congélateur* 1 823 L
Réfrigérateur* 3 583 L – 544 L – 600 L
Banques réfrigérées 3 1 de 2 m et 2 de 2 m 50
Glacière
Véhicule frigorifique*
Véhicule isotherme
Autre véhicule (préciser) 1 1 voiture

*avec thermomètre et procédure de relevé ou d’enregistrement des températures

NB : Les associations de catégorie 1 nouvellement adhérentes gèrent leurs stocks et le suivi de la


distribution avec le logiciel Passerelle. Ce logiciel permet aussi d’obtenir très facilement tous les
renseignements demandés par l’État. Il permet également de produire des rapports et des
statistique

Page 8 sur 24 Paraphe :


255
Version du 5 novembre 2015 avec annexes actualisées le 20 avril 2017
Annexe 1ter 1

Indicateurs Etat des partenaires de catégorie 1*


*Les partenaires de catégorie 1 sont les CCAS, les associations indépendantes et les
associations rattachées à un réseau national n’étant pas cité comme catégorie 2 (voir annexe 1
Ter 2).

Bénéficiaires

Données Chiffrées Détails Périodicité


T1 T2 T3 T4 Année
Nombre de foyers inscrits
combien de foyers étaient Somme de tous les foyers inscrits
inscrits ?
Somme totale d’individus inscrits pour
bénéficier d’une aide alimentaire.
Nombre de personnes inscrites
Dans le cas de l’inscription d’un
combien de personnes étaient
individu pour le compte d’un foyer
inscrites ?
entier, chaque membre du foyer doit
être compté.
Somme de toutes les personnes
ayant reçu une aide alimentaire. Dans
le cas de l’attribution de l’aide à une
personne représentant un foyer, tous
Nombre de personnes aidées
les membres du foyer doivent être
comptés. Une personne recevant
plusieurs fois une aide alimentaire
doit être comptée plusieurs fois.

Nombre de personnes inscrites


réparties par tranches d’âge
0 - 3 ans
4 - 14 ans
15 - 25 ans
26 - 64 ans
65 ans et plus
Nombre de personnes inscrites
réparties par sexe
Masculin
Féminin

Volumes distribués
Unité T1 T2 T3 T4 Année
Poids net distribué sur la période Tonne

Les Épiceries Sociales qui ont un autre mode de distribution (colis, repas…) doivent
remonter les Indicateurs États par deux tableaux différents. S’il y a 2 modes de
distribution pour un même partenaire il doit y avoir 2 codes VIF.

NB : un logiciel de suivi « Passerelle » est fourni aux associations par la B.A.. Celui-ci permet
d’obtenir très facilement et rapidement tous les renseignements demandés dans cette
annexe 1ter.
D’autres fonctionnalités comme le suivi des stocks, le suivi de la distribution ainsi que
l’émission de rapports et de statistiques sont inclues dans ce logiciel.

Page 9 sur 24 Paraphe :


256
Version du 5 novembre 2015 avec annexes actualisées le 20 avril 2017
Annexe 1ter 2

Indicateurs Etat des partenaires de catégorie 2*


* Les partenaires dits de catégorie 2 sont :
- les épiceries sociales adhérentes au réseau Andes
- les unités locales Croix Rouge
- les comités du Secours Populaire
- les Paniers de la Mer
- les restaurants du Cœur,
- Imagine 84

Bénéficiaires

Données Chiffrées Détails Périodicité


T1 T2 T3 T4 Année
Nombre de foyers inscrits
combien de foyers étaient Somme de tous les foyers inscrits
inscrits ?
Somme totale d’individus inscrits
pour bénéficier d’une aide
Nombre de personnes inscrites
alimentaire. Dans le cas de
combien de personnes étaient
l’inscription d’un individu pour le
inscrites ?
compte d’un foyer entier, chaque
membre du foyer doit être compté.
Somme de toutes les personnes
ayant reçu une aide alimentaire.
Dans le cas de l’attribution de l’aide à
une personne représentant un foyer,
Nombre de personnes aidées
tous les membres du foyer doivent
être comptés. Une personne recevant
plusieurs fois une aide alimentaire
doit être comptée plusieurs fois.

Volumes distribués
Unité T1 T2 T3 T4 Année
Poids net reçu de la B.A. sur la période Tonne

1. La Croix-Rouge a délégué à la B.A. la gestion et la distribution de sa « part » de FEAD et doit donc lui
remonter les Indicateurs État. La Croix-Rouge signe une convention spécifique avec la B.A..

2. Les autres réseaux de la catégorie 2 gèrent eux-mêmes le FEAD et doivent donc remonter directement
les Indicateurs État au ministère.
Les associations de ces réseaux doivent cependant remonter à la B.A. le tonnage de denrées que leur
fournit la B.A. ainsi que les autres données (foyers, personnes inscrites, personnes aidées)
correspondant à ce tonnage de denrées.

Page 10 sur 24 Paraphe :


257
Version du 5 novembre 2015 avec annexes actualisées le 20 avril 2017 Annexe 1ter 3

Explications des Indicateurs Etat

Voici quelques explications ou exemples qui vous aideront à remplir les indicateurs État

Nombre de foyers inscrits :

Somme de tous les foyers inscrits.

Autrement dit, c’est le nombre de « familles /foyers » différents qui sont inscrits dans
l’association pendant le trimestre – ou l’année

Ex : Famille A comprenant 2 personnes

Famille B comprenant 5 personnes

Famille C comprenant 1 personne

Ces 3 familles sont inscrites pendant le trimestre T 1 => nombre de foyers = 3

Pendant le trimestre T 2, seules les familles A et B restent inscrites + 2 nouvelles familles :


D comprenant 4 personnes et E comprenant 3 personnes.

Pour T 2 on aura donc : 4 foyers

Supposons que ces 4 familles A, B, D et E restent inscrites pendant les trimestres T 3 et T 4, pour
l’année, on aura : 5 foyers inscrits différents (A, B, C, D, et E).

Nombre de personnes inscrites :

Somme totale d’individus inscrits pour bénéficier d’une aide alimentaire. Dans le cas de l’inscription
d’un individu pour le compte d’un foyer entier, chaque membre du foyer doit être compté.

Autrement dit, c’est le nombre de personnes différentes (adultes et enfants composant les foyers)
inscrites dans l’association pendant le trimestre – ou l’année.

Le calcul est semblable à celui des familles :

Pour T 1, on a : 2 personnes de A + 5 personnes de B + 1 personne de C = 8 bénéficiaires

Pour T 2, on a : 2 personnes de A + 5 personnes de B + 4 personnes de D + 3 personnes de E


= 14 bénéficiaires

Comme précédemment les familles A, B, D, et E comprenant le même nombre de personnes


restent inscrites pendant les trimestres T 3 et T 4 ; pour l’année, on aura :

Nombre de bénéficiaires : 2 de A + 5 de B+ 1 de C + 4 de D + 3 de E = 15 bénéficiaires

Page 11 sur 24 Paraphe :


258
Version du 5 novembre 2015 avec annexes actualisées le 20 avril 2017

(Remarquez bien que ceci n’est pas une addition de tous les bénéficiaires de chaque
trimestre, ce qui nous donnerait ici : 8 + 14 + 14 + 14 = 50 bénéficiaires ; on ne souhaite avoir
que le nombre de bénéficiaires DIFFERENTS inscrits dans l’année ; idem pour les foyers)

Nombre de personnes aidées :


Somme de toutes les personnes ayant reçu une aide alimentaire. Dans le cas de l’attribution de
l’aide à une personne représentant un foyer, tous les membres du foyer doivent être comptés. Une
personne recevant plusieurs fois une aide alimentaire doit être comptée plusieurs fois.

Autrement dit, c’est le nombre total de passages de chaque bénéficiaire pendant le trimestre – ou
l’année.

Par ex : pendant le trimestre T 1 :


• les 2 personnes de la famille A sont passées chaque semaine,
soit 12 semaines x 2 personnes = 24 passages
• La famille B est passée seulement une fois par mois pour les 5 personnes,
soit 3 x 5 = 15 passages
• La famille C (1 personne) n’est jamais passée : 0 passage

Total T1 = 24 + 15 + 0 = 39 passages

Pour T 2 :

Famille A : un passage pour les 2 personnes chaque semaine = 24 passages

Famille B : idem ci-dessus = 15 passages

Famille D : un passage toutes les 2 semaines pour 4 personnes = 6 x 4 = 24 passages

Famille E : un passage par semaine pour 3 personnes = 12 x 3 = 36 passages

Total T 2 = 24 + 15 + 24 + 36 = 99 passages

Pour T 3 : supposons le schéma identique à T 2 = 99 passages

Pour T 4, la famille E pourtant inscrite, n’est jamais passée ; on a donc un nombre de passages =
24 + 15 + 24 = 63 passages

Pour l’année, on aura : 39 + 99 + 99 + 63 = 300 passages

Nb : un passage, cela peut être aussi bien un « casse-croûte » qu’un repas chaud ou un colis pour
une personne.

Page 12 sur 24 Paraphe :


259
Annexe 2
Version du 5 novembre 2015 avec annexes actualisées le 20 avril 2017

Hygiène et sécurité alimentaires ; transports


La présente annexe précise, dans ce domaine particulièrement important, les responsabilités
respectives de la Banque Alimentaire et du Partenaire signataire.

2.1 ENGAGEMENTS DE LA BANQUE ALIMENTAIRE


La Banque Alimentaire est garante de l'hygiène et de la sécurité alimentaire sous le contrôle de son
Responsable de l’Hygiène et de la Sécurité Alimentaires (RHySA) et sous la responsabilité de son
Président. Pour cela la Banque Alimentaire respecte le « Guide des Bonnes Pratiques d’Hygiène,
distribution de produits alimentaires par les organismes caritatifs » édité par la Direction Générale de
l’Alimentation (DGAL). Elle applique en particulier les dispositions suivantes :

Les produits récoltés dans les entreprises de l’industrie agro-alimentaire et dans la « Grande
Distribution », sont triés de façon à éliminer ceux qui sont non conformes :
produits périmés dont la Date Limite de Consommation est dépassée (« à consommer
jusqu’au… »)
dans le cas des produits « à consommer de préférence avant », (Date de Durabilité Minimale)
o ceux qui présentent des signes extérieurs de dégradation (rouille, chocs au niveau du
sertissage, …)
o ceux dont l’emballage n’est plus intègre
o en cas d'incertitude, la B.A. consulte les services officiels concernés ; si un
reconditionnement est nécessaire, il ne peut se faire qu'avec l'agrément des services
officiels ; à défaut, ce travail doit être confié à un organisme habilité (cuisine collective,
traiteur…).
Lors des transports effectués par la B.A., celle-ci doit s'assurer, d'une part, que le véhicule utilisé
pour le transport des produits réfrigérés et surgelés répond aux normes réglementaires et ,d'autre
part, que son état de propreté et sa température sont, pendant tout le trajet, conformes aux
exigences réglementaires.
Lors du stockage à la B.A., celle-ci doit s'assurer, à l'aide d'appareils enregistreurs, que la
température est restée en permanence à sa valeur de consigne ; en cas de rupture de la chaîne du
froid se traduisant par une remontée sensible de la température des produits, la B.A. détruit les
produits, sauf distribution pour consommation immédiate et dans le cadre des tolérances admises
décrites dans le Guide des Bonnes Pratiques d’Hygiène. En cas de doute sur la conduite à tenir, elle
consulte les services officiels compétents.
La distribution sera assurée par la B.A., sans entorse à l'hygiène et sans rupture de la chaîne du
froid. En délivrant les produits au représentant de son Partenaire, elle s'assure que le matériel du
Partenaire destiné à assurer le transport permet de le faire dans les conditions réglementaires :
si l'hygiène n'est pas satisfaisante, elle ne délivre aucun produit ;
si les moyens utilisés ne permettent pas d’obtenir la température réglementaire, (la température
est excessive), elle ne délivre pas de produits soumis à une température dirigée.
La remise des produits au représentant du Partenaire est formalisée par la signature d'un bon
d’enlèvement en 2 exemplaires, dont 1 exemplaire archivé à la B.A. et 1 exemplaire destiné au
Partenaire. Elle transfère la responsabilité du devenir du produit à ce dernier.
La Banque Alimentaire assure au personnel manipulant des denrées alimentaires, une formation à
l’Hygiène et la sécurité alimentaire.

Page 13 sur 24 Paraphe :


260
Version du 5 novembre 2015 avec annexes actualisées le 20 avril 2017

La Banque Alimentaire applique la procédure interne de Gestion des alertes alimentaires et transmet
toute alerte aux associations partenaires potentiellement concernées.

Les visites effectuées par les représentants de la B.A. dans les locaux du Partenaire, préalablement
à son agrément initial et périodiquement ensuite, sont l'occasion de vérifier le respect, par les deux
parties, des engagements mentionnés dans la présente annexe.

2.2 ENGAGEMENTS DU PARTENAIRE


L’association partenaire s’engage à respecter le « Guide des Bonnes Pratiques d’Hygiène,
distribution de produits alimentaires par les organismes caritatifs » dès que l’exemplaire lui sera
remis. Les dispositions du Guide sont à respecter tout au long de la chaîne de don, de
l’approvisionnement à la remise aux bénéficiaires.
La signature d’un bon d’enlèvement (cf. 2.1 supra) concrétise le transfert de l'entière
responsabilité des denrées au Partenaire. Ce document est à conserver pendant les délais
légaux : il constitue le support de traçabilité en cas de recherches liées à des procédures
d’alerte ou de contrôle par les services de l'État.
Le Partenaire contrôle le transport depuis l'entrepôt de la B.A. jusqu’à son local. Il s’assure que
le matériel et les conditions de transport (hygiène, température, poids total autorisé et état du
véhicule) sont conformes aux exigences réglementaires.
Le Partenaire prend toutes les mesures nécessaires afin de maintenir les denrées alimentaires
dans un état rigoureux de conservation, et ce dès le moment où ces dernières lui sont remises ;
il s’engage à respecter la législation et les règlements en vigueur en matière de sécurité
alimentaire :
o conformité des locaux, mesure des températures et enregistrements
o stockage et l’entreposage des denrées à l’exclusion de tout domicile personnel.

Le Partenaire s'interdit toute congélation de produits frais.


Le Partenaire s'interdit toute distribution ou utilisation de produits au-delà de la date figurant
après la mention « à consommer jusqu’au… ». En cas de distribution de produits à une date
proche de cette dernière, il prévient les personnes servies de la nécessité de les consommer
sans délai.
Si un produit fait l’objet d’un retrait de vente ou d’une alerte par l’administration ou des
professionnels, pour des raisons de sécurité alimentaire, le Partenaire s’engage à le stocker et à
suivre les instructions qui lui seront transmises par la B.A.. Afin de faciliter la gestion des alertes
alimentaires, le Partenaire pourra utiliser la Fiche Pratique « Gestion des Alertes par une
association partenaire » remise par la Banque Alimentaire.
Le Partenaire s'emploie, avec l'aide de la B.A. si nécessaire, à donner aux personnes
impliquées dans le transport, le stockage et la distribution des produits alimentaires, le minimum
de formation indispensable pour que ces opérations puissent être réalisées dans des conditions
sûres telles que définies dans le Guide des Bonnes Pratiques d’Hygiène.
Le Partenaire fait tout son possible pour qu’une personne soit désignée Responsable de
l'hygiène et de la sécurité alimentaires et assure un système d'alerte (personnes joignables par
téléphone en permanence). Les coordonnées, à jour, du système d’alerte seront transmises à la
Banque Alimentaire dès la signature de la présente convention.

Page 14 sur 24 Paraphe :


261
Version du 5 novembre 2015 avec annexes actualisées le 20 avril 2017 Annexe 3

Aide de la Banque Alimentaire au Partenaire

La B.A. -avec l'appui des différents acteurs locaux ou régionaux- s’efforcera de collaborer
avec le Partenaire et de soutenir toute action dans les domaines de sa compétence et dont
l’objectif essentiel est d’aider l’homme à se restaurer.

3.1. EQUIPEMENTS
La B.A. apporte au Partenaire conseils et aide éventuelle en matière d'équipement :
• aménagement des locaux
• congélateurs, bacs et sacs isothermes, thermomètres
• logiciel informatique
• mise à disposition de cuisinettes …
• véhicules
La B.A. met gratuitement à disposition du partenaire son logiciel Passerelle pour l’aider
dans le suivi des personnes accueillies et dans le suivi de ses livraisons, de ses stocks
et de sa distribution.

3.2. FORMATION
Les actions de formation proposées par la Banque Alimentaire réunissent plusieurs
Partenaires et sont animées par des intervenants qualifiés :
• Ecoute et accompagnement dans l’aide alimentaire, afin de permettre aux
bénévoles de bien comprendre les difficultés et les attentes de la personne
accueillie.
• Hygiène et sécurité alimentaires : la Banque Alimentaire met à disposition des
associations partenaires des modules de formation « Tous Acteurs de la
Sécurité des Aliments » destinés aux bénévoles qui manipulent des denrées
alimentaires et « Everest » destinés aux responsables en charge de l’hygiène et
la sécurité des aliments.
• Animation des ateliers cuisine afin de développer cette activité.
• Assistance pour la mise en place de logiciels informatiques fournis par la B.A.
ou par la F.F.B.A. et formation à leur utilisation

Page 15 sur 24 Paraphe :


262
Version du 5 novembre 2015 avec annexes actualisées le 20 avril 2017

3.3. RENCONTRES ET ECHANGES


La B.A. organise des réunions et conférences où les partenaires s’informent,
échangent leurs pratiques et travaillent ensemble sur leurs activités, sur leurs projets
pour mieux se connaître et agir en réseau.
La B.A. développe avec le Partenaire des actions collectives favorisant l’inclusion
sociale : actions autour de l’alimentation (ateliers cuisine, sensibilisation sur l’équilibre
alimentaire…), de la santé, de l’accès à l’information…

3.4. VISITES
A l’occasion des visites chez le Partenaire, le(s) représentant(s) de la B.A. :
• est (sont) à l’écoute de ses attentes pour mieux y répondre : spécificité des
habitudes alimentaires, types de conditionnement (taille, ouverture, …) en
fonction des destinataires, modalités et horaires des enlèvements à la B.A., etc.
• fait (font) le point et conseille(nt) sur la bonne conservation des produits fournis
par la B.A. en matière d’hygiène et de sécurité alimentaire,
• programme(nt) une visite technique régulière, afin d’apporter, par exemple, une
aide sur le plan informatique pour l’utilisation du logiciel Passerelle.
• fait (font) le point sur les projets. Il(s) accompagne(nt) l’association dans ses
actions et apporte(nt) leur assistance dans la limite de leurs moyens pour
favoriser l’inclusion sociale des personnes accueillies.

Page 16 sur 24 Paraphe :


263
Version actualisée le 20 avril 2017 Annexe 4

Réservée aux partenaires associatifs et CCAS souhaitant


recevoir des denrées financées par l’union Européenne

Cette annexe 4 comprend deux parties, dont :

Les lignes directrices à destination des Organisations Partenaires


1 3p
dans le cadre du Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD)

Les engagements respectifs de la BA et du partenaire pour les


2 3p
produits du Fonds Européen d’Aide aux plus Démunis (FEAD)

Page 17 sur 24 Paraphe :


264
Version actualisée le 20 avril 2017

Page 18 sur 24 Paraphe :


265
Version actualisée le 20 avril 2017

Page 19 sur 24 Paraphe :


266
Version actualisée le 20 avril 2017

Page 20 sur 24 Paraphe :


267
Version actualisée le 20 avril 2017

PARTIE 2 : Les engagements respectifs de la B.A. et du Partenaire


pour les produits FEAD

Le FEAD (Fonds Européen d’Aide aux plus Démunis) a remplacé au 1er janvier 2014 le
PEAD (Programme Européen d’Aide aux plus Démunis) pour la période 2014-2020.
Les denrées du FEAD ne peuvent être distribuées qu’à des associations ayant obtenu une
habilitation (nationale ou régionale) et aux CCAS/CIAS/Mairies (hors épiceries sociales).
La Banque Alimentaire apprécie la capacité du partenaire à remplir l’ensemble des
obligations liées aux denrées FEAD et se réserve le droit de lui refuser la distribution
de ces denrées.
Le Règlement Européen n°223/2014 relatif au FEAD du 11 Mars 2014 publié au journal
officiel de l’Union Européenne introduit une nouvelle disposition : « Ces denrées
alimentaires […] de base sont fournies gratuitement aux personnes les plus démunies. »

Règle impérative pour la Banque Alimentaire et le Partenaire signataire :


Les produits FEAD sont distribués GRATUITEMENT : aucune contrepartie financière
ne doit être demandée pour ces produits.

1. Engagements de la Banque Alimentaire concernant les produits FEAD


La Banque Alimentaire s’engage à :
• différencier les produits FEAD des autres produits sur le bon de livraison remis au
Partenaire afin de garantir le suivi des produits FEAD,
• faire figurer toutes les mentions obligatoires et notamment le poids net et le poids brut
sur le bon de livraison
• ne demander aucune participation de solidarité pour les produits FEAD.
• remonter les indicateurs Etat aux autorités compétentes
L’article 1 de la convention de partenariat alimentaire définit les autres engagements de la
Banques Alimentaire.

2. Engagements du Partenaire

2.1 Distribution des produits du FEAD


Le Partenaire s’engage à :
• définir les critères objectifs d’éligibilité des bénéficiaires et les consigner dans une
procédure écrite* (cf point 1 des lignes directrices : « procédure d’éligibilité des
personnes démunies ») et (voir fiche modèle ci-après)
*à noter que la demande de secours d’urgence ou la situation de vie extrême (personne sans abri) suffit à
caractériser l’éligibilité des personnes

• être capable de justifier à tout moment du nombre de bénéficiaires inscrits


• distribuer des quantités qui soient en cohérence avec le nombre de bénéficiaires
inscrits

Page 21 sur 24 Paraphe :


268
Version actualisée le 20 avril 2017

• ne demander aucune contrepartie financière aux bénéficiaires pour les produits FEAD
(cf point 2 des lignes directrices : « gratuité de la distribution »)
• proposer un accompagnement social aux bénéficiaires (cf point 3 des lignes
directrices : « mise en place de mesures d’accompagnement »)
• apposer dans les locaux de distribution l’affiche format A3 transmise par l’Union
Européenne. (cf point 5 des lignes directrices : « information, communication et
publicité »)
• fournir les données statistiques demandées par l’État à la Banque Alimentaire telles que
précisées en annexe 1ter. (cf point 6 des lignes directrices : « remontée des
données chiffrées »)

2.2 Comptabilité matière et gestion physique des stocks de produits FEAD :


Le Partenaire s’engage à :
• valider les bons de livraison par le réceptionnaire des produits en émettant
éventuellement des réserves motivées, les classer et les conserver jusqu’en 2022 pour
tous les produits relevant de la campagne 2016-2020. (cf point 7 des lignes
directrices : « conservation des documents – audits et contrôles »)
• isoler physiquement les produits FEAD des autres produits dans les espaces de
stockage et de distribution.
• tenir une comptabilité matière. Consigner ou enregistrer les entrées et sorties de
denrées en séparant les produits FEAD des autres denrées.
• réaliser régulièrement un inventaire physique des produits FEAD et le comparer aux
données écrites ou informatisées. En cas de constatation d’un écart : en faire l’analyse,
réaliser une action corrective et la consigner. Faire valider cet inventaire par le
responsable du centre de distribution. (cf point 8 des lignes directrices :
« comptabilité matière – stockage »)

2.3 Dépassement des DDM (Date de Durabilité Minimale) :


Le Partenaire s’engage à :
• tenir compte de la DDM. Il est conseillé de programmer les sorties en respectant la
règle : 1er entré, 1er sorti, mais en restant vigilant aux Dates Limites de Consommation
(DLC) et aux Dates de Durabilité Minimale (DDM)
• à contacter la Banque Alimentaire en cas de dépassement de la DDM. Celle-ci lui
indiquera les modalités du test gustatif à effectuer par 3 personnes, et lui fournira le
document où seront consignés les résultats. Si les tests ne laissent pas de doute sur la
conservation de la qualité organoleptique, l’association pourra prolonger la distribution
en l’accélérant pour l’achever dans un court délai. Dans un délai de 3 mois après la
DDM, si la distribution du produit n’est pas achevée, l’association procèdera à des tests
gustatifs chaque mois.

Page 22 sur 24 Paraphe :


269
Version actualisée le 20 avril 2017

2.4 Ecart de stocks et destruction des produits


• Le partenaire est responsable des produits FEAD.
• Tout écart de stock de produits FEAD :
o Rebut pour cause de destruction (casse, sinistre, intempéries, vol ou erreur
d’enregistrement/saisie)
o Retrait pour cause de rappel ou de blocage de produits demandé par
FranceAgriMer via la FFBA

doit impérativement être signalé et formalisé avec la Banque Alimentaire (nature du


produit, quantité et motif de l’écart de stocks)
• Détruire les produits FEAD sans autorisation de la Banque Alimentaire est
interdit.
• En cas de contrôle par les autorités de tutelle, s’il est constaté des écarts de stocks
sans régularisation ou des destructions sans formalisation préalable avec la Banque
Alimentaire, une sanction financière sera appliquée.

2.5 Assurance :
Il est fortement recommandé au partenaire de contracter une assurance marchandise. Le
cas échéant, en cas de sinistre, il devra racheter ou remplacer la quantité détruite par des
produits équivalents.
A remplir par le partenaire :

J’atteste avoir reçu les lignes directrices et pris connaissance des obligations
réglementaires concernant la gestion, le stockage et la distribution de FEAD telles
que définies par l’autorité de gestion en partie 1,
Je m’engage à :
- fournir le n° Siret et la copie du décret d’habilitation régionale
- respecter l’ensemble des obligations afférentes, sur la période de programmation
2014-2020
- communiquer lors de tout contrôle/audit les documents permettant le respect de ces
obligations.

A: le : signature :

A remplir par la Banque Alimentaire :

J’atteste avoir remis la totalité des lignes directrices (3 pages) au partenaire.

Je déclare que le partenaire a pris connaissance des lignes directrices définies par
l’autorité de gestion et qu’il s’engage à les respecter, pour être en capacité de
remplir les obligations FEAD.

A: le : signature :

Page 23 sur 24 Paraphe :


270
Annexe 5
Version actualisée le 20 avril 2017

PROTOCOLE de SECURITE pour les opérations de CHARGEMENT-DECHARGEMENT


Etabli en application de l’Arrêté du 26 avril 1996

Le présent protocole est établi entre la Banque Alimentaire (l’entreprise d’accueil) :


La Banque Alimentaire de BOURGOGNE antenne de Saone et loire
Adresse :9 rue de Guerlande 71880 CHATENOY LE ROYAL
Identité du responsable désigné (1) : ……………………………………………………….……
Et l’association ou le CCAS (l’entreprise extérieure) recevant des denrées alimentaires :
Raison Sociale : …………GRAND CHALON………………………………………………….
Adresse : ………23 Avenue Georges Pompidou 71100 CHALON /S/SAONE………………….
Identité du correspondant :

Jours et heures habituelles de l’intervention du lundi au vendredi entre 11 h et 12h 30


Opérations répétitives : oui ⌧non
Nature de l’opération : CHARGEMENT (assoc.) DECHARGEMENT (transporteur) ⌧
Documents remis à l’entreprise Plan d’accès et de circulation oui non ⌧
extérieure : Livret d’accueil oui ⌧ non
Consignes de sécurité oui ⌧non
Moyens de secours en cas d’accident : Secouristes oui ⌧non
Numéros d’appel d’urgence : Pompiers : ……18………… SAMU : ……15…………….
Matériel utilisé pour les opérations de chargement-déchargement :
Matériel de jonction quai-véhicule ⌧ Chariot à conducteur autoporté
Transpalette électrique ⌧ Transpalette manuel ⌧
Autre (préciser) ………………………………………………………………………………..
Type de véhicule utilisé : VL VUL Camion porteur Semi-remorque
Véhicule frigorifique oui non
Nature des marchandises : denrées alimentaires (produits frais et produits secs)
Type de conditionnement : Vrac Palettes Colis Caisses mobiles ⌧
Atteintes possibles à la santé Mesures de prévention
Ecrasement pendant la manœuvre de mise à Interdiction de se tenir derrière un véhicule qui
quai manœuvre
Choc entre le véhicule et des piétons Interdiction de se tenir près des véhicules qui
manoeuvrent
Chute du quai (chariot ou piéton) Rester éloigné du bord du quai
Choc entre engins et piétons Porter un gilet haute visibilité
TMS* lors de la manutention des charges Privilégier les engins de manutention
Blessure aux pieds Port de chaussures de sécurité
Blessure aux mains Port de gants
Blessures dues à la chute d’objets stockés en Interdiction d’entrer dans l’entrepôt sans y être
hauteur dans l’entrepôt invité par le personnel de la BA
*TMS = Troubles Musculo-Squelettiques
Pour la Banque Alimentaire Pour l’association/CCAS (entreprise extérieure)
Nom : Nom :
Date : Date :
Signature : Signature :

Page 24 sur 24 Paraphe :


271
BANQUE ALIMENTAIRE DE BOURGOGNE

ANNEXE A LA CONVENTION DE PARTENARIAT ALIMENTAIRE

Entre :

- la Banque Alimentaire de Bourgogne dite la B.A.B.

et

- Le Grand Chalon - Insertion - L’épicerie dit le Partenaire

Préliminaire

En dérogation avec la convention type des Banques Alimentaires qui précède, les éléments
suivants sont modifiés et approuvés par les partenaires :

Paragraphe 2.5.2 :
Participation active à la collecte nationale : le partenaire proposera à ses bénévoles et
salariés de participer à la collecte nationale et orientera, le cas échéant, auprès de la
BAB, les personnes volontaires.

Paragraphe 4.1 :
La convention est renouvelable par reconduction expresse, à signer au plus tard au
cours du 1er trimestre de l'année de la convention.
Les partenaires se rencontreront au moins une fois par an, à la fin du troisième
trimestre pour faire le bilan de la convention en cours et envisager les modalités de
reconduction pour l'année suivante.

Annexe1. Paragraphe 1.2 :


Montant de la participation de solidarité : Les commandes se feront d'après les besoins
expressément recensés par le partenaire (l'Epicerie). Le montant de la participation de
solidarité 2018 sera calculé sur la base de 0,18cts d’euros auxquels s’ajouteront les
frais de transports pour la livraison, équivalent à un tiers du montant de la participation
de solidarité. Soit pour l’année 2018, 0,06cts d’euros. Le montant de la participation
annuelle totale facturée au Grand Chalon ne pourra excéder le budget définit.

Annexe 1 bis Paragraphe 4 : Distribution / jours et horaires de livraisons


Livraison des produits frais : du lundi au vendredi entre 11h30 et 12h30, cet horaire
devra être respecté au plus juste pour permettre à l’Epicerie d’être opérationnelle aux
horaires d’ouverture. Tous les matins, l’agent de l’Epicerie, en charge de la logistique
fera un point soit par téléphone soit par une rencontre physique dans les locaux de la
BAB pour passer une commande ajustée aux besoins et avoir une indication de
l’heure de livraison.

272
Livraison des produits secs : le jour et l’heure de la livraison est à déterminer au
moment de la commande.

Annexe 1 Ter de la convention cadre nationale

L'annexe 1ter 1 ne sera pas complétée. Les éléments seront fournis lors des
remontées trimestrielles des indicateurs d'état. L'annexe 1ter 2 ne concerne pas
l'Epicerie.
L'annexe 1ter 3 est maintenue car elle sert de référence aux calculs des indicateurs
d'état.

Annexe 4 de la convention cadre nationale :


L'annexe (pages 17 à 23) ne concerne pas la présente convention.

Annexe 5 la convention cadre nationale :

La livraison étant effectuée par la BA, l'annexe 5 n'est pas à compléter.


Toutefois, en cas de visite d'un agent de l'épicerie dans les locaux de la BAB, celui-ci
devra se conformer aux règles suivantes :
- Interdiction de se tenir derrière ou près d'un véhicule qui manœuvre, interdiction
d'entrer dans l'entrepôt sans y être invité par le personnel de la BA,
- Obligation de rester éloigner du bord du quai, de porter un gilet haute visibilité, de
porter des chaussures de sécurité, des gants en cas de manipulation.

Fait à le

En 3 exemplaires originaux

Pour la B.A.B. Pour le Partenaire

Le Président,
Gérard BOUCHOT Le Président,
BANQUE ALIMENTAIRE Sébastien MARTIN
DE BOURGONE LE GRAND CHALON

273
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION AU DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE


DIRECTION DÉVELOPPEMENT DURABLE ET MOBILITÉS

N° de l'ordre du jour : 30
Rapporteur : Monsieur Eric MERMET

Convention de délégation de compétences pour les transports


scolaires de la commune d'Allerey-sur-Saône

EXPOSE

Rappel du contexte :

La commune d’Allerey-sur-Saône a intégré le Grand Chalon au 1er janvier 2014. Depuis cette date,
le Grand Chalon lui a délégué sa compétence transport pour l’organisation du service de transport
scolaire communal afin de poursuivre les dispositions définies avec le Département.
En effet, la commune assure le transport des enfants de maternelle et de primaire en régie.

La convention signée le 19 janvier 2015 arrive à son terme le 31 août 2018.

Afin de maintenir le service de transport scolaire pour les élèves de la commune d’Allerey-sur-
Saône, il convient de renouveler la convention de délégation de compétence.

Description du dispositif proposé :

La convention proposée par les deux parties, précise les domaines d’intervention de la commune
pour cette délégation, ainsi que les conditions et la répartition des prises en charge du service.

Elle est conclue pour l’année scolaire 2018-2019, reconductible par tacite reconduction, par année
scolaire, sauf dénonciation des parties et dans la limite de la durée de la délégation de service public
des transports urbains.

DECISION

Cadre juridique :

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment l’article L.5216-5,

274
Vu le Code des Transports et notamment les articles L.1231-1, L.3111-7 et suivants, et R.3111-15 et
suivants,

Vu la Code de l’Education, notamment l’article L.214-18,

Vu la loi n°2014-58 du 27 janvier 2014 de Modernisation de l’Action Publique Territoriale et


d’Affirmation des Métropoles (MAPTAM),

Vu la loi n° 2015-991 du 7 août 2015, portant nouvelle organisation territoriale de la République,


dite « Loi NOTRe »,

Vu les statuts du Grand Chalon,

Vu la convention jointe en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver la convention de délégation et de financement du service de transport


communal avec la Commune d’Allerey-sur-Saône ;
 D’autoriser Monsieur le Président ou son représentant à signer la convention jointe en
annexe.

275
CONVENTION DE DELEGATION DE COMPETENCES POUR LES TRANSPORTS SCOLAIRES

LIGNES COMMUNALES D’ALLEREY-SUR-SAÔNE

relative à l'exécution de services réguliers scolaires en application du code des transports, du code
de l’éducation et de la loi n°83 663 du 22 juillet 1983 relative à la répartition des compétences entre
les Communes, les Départements, les Régions et l'Etat et de leurs textes d'application.

CONCLUE ENTRE

La Communauté d’Agglomération du Grand Chalon, représentée par son Président Monsieur


Sébastien Martin, dûment habilité aux fins des présentes par décision du Conseil Communautaire en
date du 14 juin 2018.

ci-après dénommée « le Grand Chalon »

d'une part,

ET

L'organisateur secondaire, la Commune d’Allerey-sur-Saône, représentée par son Maire


Monsieur Jean-Paul Diconne, dûment habilité aux fins des présentes par décision du Conseil
municipal en date du 24 novembre 2014

ci-après dénommé « L'organisateur »

d'autre part,

Il a été convenu ce qui suit,

Conformément aux termes de l’article L 3111-9 du code des transports modifié par la loi n° 2015-
991 du 25 août 2015

« Si elles n'ont pas décidé de la prendre en charge elles-mêmes, la région ou l'autorité compétente
pour l'organisation des transports urbains peuvent confier par convention, dans les conditions
prévues à l'article L. 1111-8 du code général des collectivités territoriales, tout ou partie de
l'organisation des transports scolaires au département ou à des communes, des établissements
publics de coopération intercommunale, des syndicats mixtes, des établissements d'enseignement
ou des associations de parents d'élèves et des associations familiales. L'autorité compétente pour
l'organisation des transports urbains peut également confier, dans les mêmes conditions, tout ou
partie de l'organisation des transports scolaires à la région. »

276

1/10
Par ailleurs, l’article R 213-5 du code de l’éducation prévoit que « les conventions conclues par le
département ou l'autorité compétente pour l'organisation des transports urbains fixent les droits et
obligations des parties pour le cas où l'organisation du service serait confiée, en cours d'exécution, à
un autre organisateur en application du premier alinéa de l'article L. 213-12. ».

Article 1 : Objet
La présente convention a pour objet de définir l'étendue et la nature des compétences déléguées
par le Grand Chalon à l'organisateur dans le domaine des transports scolaires et de déterminer les
relations qui les unissent.

Article 2 : Durée
La présente convention est conclue pour les périodes d’activités scolaires soit du jour de la rentrée
des classes des élèves fin août ou début septembre à la date de fin des cours début juillet.

Pour l’année scolaire 2018-2019 du 1er septembre 2018 au 06 juillet 2019.

La reconduction de la présente convention est tacite par année scolaire sauf dénonciation par l’une
ou l’autre des parties selon l’article 14, et dans la limite de la durée de Délégation du Service Public
des Transports Urbains (DSPTU).

Article 3 : Définition des attributions déléguées


L'organisateur exerce en lieu et place du Grand Chalon, l’organisation, la gestion et le contrôle des
transports scolaires pour les enfants de maternelle et de primaire de la commune d’Allerey-sur-
Saône en régie directe.

Il exerce les responsabilités qui en découlent par dérogation à la DSP TU conclue avec la STAC le
05 novembre 2012 et notamment des articles 2 et 3.

La consistance des services est définie en annexe.

Article 4 : Consistance et conditions de fonctionnement des services


Les circuits décrits dans l’annexe 1 constituent les services objet de la présente convention.

Pour chacun des circuits constituant ces services, l'organisateur devra produire au Grand Chalon les
renseignements suivants (conformément à l’article R 213-4 du code de l’éducation) :

 Les établissements scolaires et les points d'arrêt à desservir ;

 L'itinéraire à suivre et le kilométrage quotidien ;

 Le nombre de jours pendant lesquels le service est assuré ;

 Le nombre d'élèves prévus et la répartition par ville;

 Les fréquences et les horaires à observer ;

 Les responsabilités respectives au contrat dans les mesures à prendre pour assurer la garde
des élèves.

L'organisateur fait siens les problèmes liés à la suppression ou à la réduction du service, notamment
pour ce qui concerne l'information des usagers ou toutes conséquences qui en découleraient.

277

2/10
Article 5 : Création ou modification de la consistance des services
Chacune des parties peut apporter des modifications dans la consistance des services et ce après
avis conforme de l'autre partie.

L'organisateur doit rechercher l’enchainement des circuits le plus économique et le plus rationnel, et
proposer les modifications correspondantes au Grand Chalon.

Si ces modifications impliquent des incidences financières supplémentaires, l'organisateur doit


obtenir l'agrément du Grand Chalon; en cas de mise en œuvre anticipée, la participation
correspondante sera attribuée selon les règles décrites à l’article 10 de la présente convention.

Si elles n'ont aucune incidence financière, l'organisateur doit simplement en tenir informé le Grand
Chalon au préalable.

L'organisateur doit prendre l'initiative de toute modification des services qui serait dictée par un souci
de sécurité, notamment à l'égard des surnombres éventuels.

Il doit en informer aussitôt le Grand Chalon qui dispose d'un délai de 15 jours à dater de la réception
du courrier pour faire connaître sa décision relative à la prise en charge de l'éventuel surcoût
occasionné.

Le Grand Chalon, pour sa part, peut également proposer des modifications à la consistance et aux
modalités d'exploitation des circuits.

Par ailleurs, le Grand Chalon met gratuitement à la disposition de l'organisateur ses services pour lui
apporter l'aide technique et administrative qu'il jugera nécessaire en matière de transports scolaires.

Article 6 : Modalités d'exploitation


L'organisateur est tenu de se conformer à la législation en vigueur concernant le transport routier de
personnes. Il s’engage notamment au respect :

 De la législation sociale applicable au transport et en particulier à la déclaration intégrale à


l’URSSAF des heures effectuées,

 De la convention collective à laquelle il adhère,

 De la législation fiscale applicable au transport public de voyageurs,

 De la Loi sur le Handicap et l’Egalité des Chances du 11 février 2005, notamment en ce qui
concerne le matériel roulant utilisé par ses sous-traitants,

 Des déclarations CNIL qui lui incombent.

Tout manquement au respect de la réglementation en vigueur, peut donner lieu à une résiliation de
plein droit, sans aucune indemnité.

Article 7 : Critères de prise en charge des élèves


Les élèves bénéficiaires sont ceux précisés à la réglementation départementale en matière de
transports scolaires et faisant partie du ressort territorial du Grand Chalon.

Pour les élèves situés en dehors du ressort territorial et pris en charge par l'organisateur, il
conviendra de recueillir auprès de l’Autorité Organisatrice de la Mobilité (AOM) compétente, soit la
région Bourgogne Franche Comté, une délégation correspondante.

278

3/10
Article 8 : Conditions d'exploitation
Il veillera au respect des dispositions législatives et réglementaires en vigueur, en matière de
transport en commun de personnes, en particulier l'arrêté du 2 juillet 1982 modifié.

Article 9 : Contrôle des services par le Grand Chalon


La commune d’Allerey-sur-Saône fournira chaque année durant le mois de septembre les
documents suivants :

 Concernant les personnes transportées :

Liste des élèves transportés avec les origines – destinations, date de naissance,

Liste des personnels accompagnateurs.

 Concernant le véhicule :

Copie du contrôle technique du véhicule,

Copie de l’attestation d’assurance.

 Concernant les conducteurs :

Copies des permis de conduire de transport en commun,

Copie de la Formation Initiale Minimale Obligatoire (FIMO) et la Formation Continue Obligatoire


(FCO) en cours de validité,

Copie de l’attestation conforme de visite médicale.

L'organisateur devra se soumettre à toute vérification de la part des agents mandatés par le Grand
Chalon.

Article 10 : Financement
Le Grand Chalon prendra à sa charge 50% du coût du transport pour les élèves de la commune
d’Allerey-sur-Saône sur la base du prix d’un autobus standard prévu à la convention soit 2,83 €/kms
(valeur 2012), à compter du 1er janvier 2018.

La répartition du coût des services entre cette commune et le Grand Chalon sera définie chaque
année au prorata du nombre d'élèves transportés résidant dans chaque commune.

Le coût global du service, calculé sur les hypothèses de l’annexe 2 de la convention, est de
20 800,50 € (valeur 2012). La répartition à 50%-50% des coûts du transport implique la prise en
charge du Grand Chalon de 10 400,25€ (valeur 2012)

La révision du coût du service est sans modification, ainsi, conformément aux règles appliquées
pour la DSP transport du Grand Chalon, le coût du service est révisé par année sur le cœfficient de
l’année n-1.

Article 11 : Révision des coûts d'exploitation


La formule de révision annuelle est prévue au contrat de DSP et est jointe en annexe 4.

279

4/10
Article 12 : Paiements
Les versements trimestriels seront réalisés par le Grand Chalon, sur chaque année civile au prorata
de la période scolaire en cours, à terme échu, sous réserve de la fourniture par l’organisateur des
pièces demandées dans la présente convention.

Article 13 : Surveillance du service


La responsabilité du transport et la garde des élèves pendant le transport ou lors de la montée et de
la descente du véhicule, incombent à l'organisateur.

Il appartient à ce dernier de se conformer à toutes les dispositions réglementaires en vigueur et


notamment d'assurer la présence d'une personne accompagnatrice lorsque le service comporte au
moins un enfant n'atteignant pas son cinquième anniversaire au cours de l'année scolaire
considérée, sauf dans le cas où celui-ci est assuré par un véhicule de 9 places maximum
(conducteur compris).

Article 14 : Assurances
L'organisateur assure la responsabilité civile relative aux enfants transportés et aux tiers.

Il lui appartient à cet effet, de souscrire toutes assurances qui complétera celles éventuellement déjà
prises par les familles et les établissements scolaires.

L’organisateur doit adresser la copie de son attestation assurance au Grand Chalon ou document
spécifiant les termes nécessaires à la couverture juridique dès la notification de la présente
convention.

Article 15 : Sécurité
L'organisateur doit porter à la connaissance des élèves, les règles de sécurité et de discipline.

A cet effet, il est recommandé l'affichage dans les véhicules de cette réglementation.

L'organisateur devra veiller particulièrement à ce que les élèves soient transportés assis et que les
véhicules soient équipés d'un extincteur, d'une boîte de premier secours et d'un pictogramme avant
et arrière.

En tout état de cause, l'organisateur secondaire est tenu de respecter et de faire respecter les
dispositions législatives et réglementaires en vigueur relatives à la sécurité.

Article 16 : Révision - Résiliation


La convention peut être révisée à tout moment et faire l'objet d'un avenant sur accord des deux
parties.

Elle pourra être résiliée par l’une ou l’autre des parties en fin d’une année scolaire avec un préavis
de six mois.

Elle pourra être résiliée par le Grand Chalon à tout moment de l'année scolaire sans indemnité en
cas d'inobservations graves ou répétées des clauses de la convention ou d'une mauvaise exécution
d'un ou des services pouvant notamment mettre en cause la sécurité des personnes transportées.

280

5/10
Fait à Chalon-Sur-Saône, le

Le Maire d’Allerey sur Saône, Le Président de la Communauté d’Agglomération du


Grand Chalon,

Jean-Paul Diconne Sébastien Martin,

281

6/10
ANNEXE 1

Fiche circuit services de transport scolaire Allerey sur Saône

282

7/10
ANNEXE 2

Consistance du service et unité d’œuvre

du Lundi au vendredi Amplitude 07:40-17:30


en période scolaire Nombre de courses 2
Fréquence 1AR
Kilomètres annuels commerciaux 6 457
haut le pied 893
Nombre d'heures de conduite 379
nombre de véhicules en ligne midicar 1

283

8/10
ANNEXE 3

Effectif année scolaire 2017/2018

33 élèves dont 27 domiciliés à Allerey sur Saône, 5 à Saint Martin en Gatinois et 1 à Ecuelles

Horaires du service

ALLER RETOUR
Communes Arrêts Horaire Communes Arrêts Horaire
Allerey sur Saône Dépôt 07:40 Allerey sur Saône Dépôt 16:25

Allerey sur Saône Maisonnette 07:50 Allerey sur Saône Ecole élémentaire 16:30

Allerey sur Saône Baignant 07:53 Allerey sur Saône Ecole maternelle 16:33

Allerey sur Saône Rue Louis Guepey 07:57 Allerey sur Saône Maisonnette 16:40

Allerey sur Saône Rue de la gare 08:00 Allerey sur Saône Baignant 16:44

Allerey sur Saône Route de Pussey 08:05 Allerey sur Saône Rue Louis Guepey 16:48

Saint Martin en Gatinois Le bourg 08:10 Allerey sur Saône Rue de la gare 16:51

Allerey sur Saône Rue de Chazeries 08:13 Allerey sur Saône Route de Pussey 16:56

Allerey sur Saône Le moulin 08:26 Allerey sur Saône Rue de Chazeries 17:00

Allerey sur Saône Le paquier 08:28 Saint Martin en Gatinois Le bourg 17:04

Allerey sur Saône Le bief Saint Martin 08:30 Allerey sur Saône Le moulin 17:15

Allerey sur Saône Chauvort 08:34 Allerey sur Saône Le paquier 17:17

Allerey sur Saône Rue du port 08:36 Allerey sur Saône Le bief Saint Martin 17:21

Allerey sur Saône Ecole maternelle 08:40 Allerey sur Saône Chauvort 17:25

Allerey sur Saône Ecole élémentaire 08:43 Allerey sur Saône Rue du port 17:27

Allerey sur Saône Dépôt 08:45 Allerey sur Saône Dépôt 17:30

284

9/10
ANNEXE 4

Formule d’indexation de la DSP transport du Grand Chalon appliquée à la convention

SN(1+CN) GN FGN
KN = 0.10 + [ ax
S0(1+C0)
] + [ bx
G0
] + [ cx
FG0
]

SN = moyenne arithmétique des 4 indices trimestriels du mois de janvier de l’année N au mois de décembre de l’année N
de l’Indice trimestriel des Salaires mensuels de base de l'ensemble des salariés (indices trimestriels) - Regroupements spéciaux -
Tertiaire publié par l’INSEE (Identifiant : 01567457).
S0 = 105.35.
CN = Moyenne arithmétique des taux de charges sociales patronales payées effectivement pour l’année civile N pour les
salariés affectés à la réalisation du présent marché (justificatif à la date de signature du contrat en Annexe 23).
C0 = 46.97%
GN = Moyenne arithmétique des 12 derniers indices mensuels connus du mois de janvier de l’année N au mois de
décembre de l’année N des prix de vente de l'industrie et des services aux entreprises « Gazole hors TIPP - CPF 19.20 - Marché
français » - Prix de base (Identifiant : code INSEE FB0D 1920140005M) (Identifiant : 001653058 racc 1,1299).
G0 = 149.47.
FGN = Moyenne arithmétique des 12 derniers indices mensuels connus du mois de janvier de l’année n au mois de
décembre de l’année N des IP de production de l'industrie pour les marchés français - Prix de base - Autres regroupements - Industrie
hors énergie (Identifiant INSEE : 001652628 racc 1,0618)
FG0 = 110.59.

a=0.58
b=0.09
c=0.23

Le calcul de la formule d’indexation est effectué avec trois chiffres après la virgule, les règles d’arrondi s’appliquent par excès ou par
défaut au chiffre suivant.

285

10/10
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION AU DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE


DIRECTION DÉVELOPPEMENT DURABLE ET MOBILITÉS

N° de l'ordre du jour : 31
Rapporteur : Monsieur Eric MERMET

Conventions relatives à l’organisation et au financement des


services de transports communaux du RPI Lessard-le-
National - Virey-le-Grand et de la Commune de Jambles

EXPOSE

Rappel du contexte :

Depuis la rentrée scolaire 2015/2016, le Grand Chalon organise un transport scolaire pour le
Regroupement Pédagogique Intercommunal (RPI) des communes de Lessard-le-National et de
Virey-le-Grand.

La convention signée le 24 novembre 2015 arrive à son terme le 31 août 2018.

Afin de maintenir le service de transport scolaire pour les élèves du RPI, il convient de renouveler
la convention.

Par ailleurs, suite à la suppression d’un poste d’enseignant, les élèves de Jambles seront contraints
d’être scolarisés dans les établissements de primaires et de maternelles de Givry. Un service de
transport scolaire doit donc être organisé entre les deux communes à compter de la rentrée scolaire
2018/2019.

Description du dispositif proposé :

Les conventions proposées précisent les conditions et la répartition des prises en charge du service
de transport du RPI Lessard-le-National – Virey-le-Grand et du service de la commune de Jambles,
à savoir la prise en charge par le Grand Chalon de 50 % des coûts de transport à charge des
communes concernées.

Elles sont conclues pour une durée de deux ans à compter du 1 er septembre 2018, jusqu’au 31 août
2020.

286
DECISION

Cadre juridique :

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment l’article L.5216-5,

Vu le Code des Transports, notamment les articles L.1231-1 et L.3111-7,

Vu le Code de l’Education, notamment l’article L.214-18,

Vu la Loi n°2014-58 de Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des


Métropoles (MAPTAM) du 27 janvier 2014,

Vu la Loi n° 2015-991 du 7 août 2015, portant sur la nouvelle organisation territoriale de la


République, dite « Loi NOTRe »,

Vu les conventions jointes en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver les conventions de financement des services de transports scolaires


communaux, d’une part avec le RPI Lessard-le-National – Virey-le-Grand et, d’autre part,
avec la Commune de Jambles ;
 D’autoriser Monsieur le Président ou son représentant à signer les conventions jointes en
annexe.

287
CONVENTION RELATIVE AUX CONDITIONS DE FINANCEMENT DES SERVICES
DE TRANSPORT DU RPI LESSARD LE NATIONAL – VIREY LE GRAND

Entre les soussignés :

- La Communauté d’Agglomération Le Grand Chalon, représentée par son


Président, Monsieur Sébastien Martin, dûment habilité aux fins des présentes par
délibération du Conseil communautaire en date du 31 mai 2018,

Ci après désignée le Grand Chalon

- La commune de Lessard le National, représenté par son Maire, Monsieur Michel


Lefer, dûment habilité aux fins des présentes par décision du Conseil municipal
en date du ………………………

- La commune de Virey le Grand, représenté par son Maire, Monsieur Guillaume


Thiebaut, dûment habilité aux fins des présentes par décision du Conseil
municipal en date du ………………………

Considérant que les communes de Lessard le National et Virey-le-Grand ont créé, entre
elles, un regroupement pédagogique intercommunal (RPI) ;

Considérant que la mise en place d’un RPI a une incidence sur l’organisation des transports
scolaires, qui relèvent de la compétence de la Communauté d’Agglomération,

Considérant que les communes de Lessard le National et Virey-le-Grand ont décidé de


participer aux dépenses de ramassage scolaire,

Considérant qu’une convention a été signée le 24 novembre 2015 pour préciser les
modalités d’organisation et de financement du transport scolaire assuré par le Grand Chalon
pour le RPI des communes de Lessard le National et Virey-le-Grand,

Considérant que cette convention arrivera à son terme le 31 août 2018 et qu’il convient dès
lors de la renouveler pour deux années, afin de maintenir le service de transport scolaire
pour les élèves du RPI,

Il a été convenu ce qui suit :

Article 1 :
La présente convention a pour objet de définir les modalités de la participation financière des
communes au cout du service de transport du RPI.

Article 2 :
Le Grand Chalon est le maître d’ouvrage du service de droit pour les communes de Lessard
le National et Virey le Grand.

288
Il confie l’organisation et la gestion de ce service à la STAC dans le cadre de sa convention
de délégation de service public.

La STAC, après accord du Grand Chalon, sous traite la gestion de ce service à la société
Transdev Rapides de Saône et Loire pour un montant de 35 579,92€ HT valeur 2012 pour
une année scolaire.

Article 3 :
Les modalités de prise en charge définies entre le Grand Chalon et les communes pour la
répartition du cout du service sont les suivantes :

- Le Grand Chalon prend à sa charge 50% coût du transport.


- Les communes prennent à leur charge 50% coût du transport.

Ainsi, le Grand Chalon prend à sa charge 17 789,96€ (valeur 2012).

La répartition du coût du transport pour les communes est calculée à part égale soit
9 894,98€ (valeur 2012) :

Conformément aux règles appliquées pour la DSP transport du Grand Chalon, le coût du
service est révisé chaque année sur le cœfficient de l’année n-1 soit pour l’année scolaire
2018/2019 le cœfficient sur l’année 2018.

Article 4 :
Les caractéristiques techniques des services sont détaillées en annexe 1 à la présente
convention

Si pour des raisons techniques, le service devait être restructuré, la participation du Grand
Chalon ne sera pas modifiée.

Cependant, avant toute modification du service, le Grand Chalon est tenue de demander
l'accord préalable aux communes. Si les communes ne répondent pas dans un délai de 15
jours francs à compter de la date d'envoi par courrier recommandé avec accusé de réception
de la demande d'accord, ce dernier sera réputé favorable.

Article 5 :
Les communes verseront leur participation trimestriellement au Grand Chalon après envoi
par celui-ci d'une facture et d'un titre de recette.

Article 6 :
La présente convention est conclue pour une durée de 2 ans à compter du 1 er septembre
2018. Son échéance est fixée au 31 aout 2020.

Article 7 :
Il appartient aux communes d’assurer la présence d’une personne accompagnatrice lorsque
le service comporte au moins un enfant n’atteignant pas son cinquième anniversaire au
cours de l’année scolaire considérée.

289
Article 8 :
Toute modification de la présente convention devra faire l'objet d'un avenant.

Article 9 :
Les communes et le Grand Chalon pourront résilier la présente convention avec un préavis
de 6 mois, la date d'effet n'intervenant qu'à la fin de l'année scolaire en cours.

Article 10 :
En cas de difficulté quelconque liée à l’interprétation ou à l’exécution de la présente
convention, quel qu’en soit la cause ou l’objet, il est expressément convenu et ce, avant tout
recours contentieux, que les parties procéderont par voie de règlement amiable.
A défaut de règlement amiable, le Tribunal administratif de Dijon sera seul compétent.

Fait à Chalon sur Saône, le

Le Maire de Virey le Grand Le Maire de Lessard le National

Le Président du Grand Chalon

290
ANNEXE 1

Service de transport du RPI Lessard le National – Virey le Grand

Horaires des écoles

Lessard Virey
Lundi
8h30 / 11h45 8h45 / 12h
Mardi
Jeudi
13h30 / 16h15 13h45 / 16h30
Vendredi

Horaires des transports

Matin Midi Soir


Départ Lessard :
11h45
Départ Lessard :
Départ Virey : 8h15 Arrivée Virey : 11h50
Pour les élèves 16h15
de CM2
Arrivée Lessard : 8h20 Départ Virey : 13h15
Arrivée Virey : 16h20
Arrivée Lessard :
13h20

Pour les élèves Départ Virey : 16h30


Départ Lessard : 8h30
habitant Lessard
/
et scolarisés à Arrivée Lessard :
Arrivée Virey : 8h35
Virey 16h35

-Dist : Virey > Lessard = 4.5kms / 8’


- Dist : Lessard > Virey = 3.7kms / 8’

291
Itinéraire du service

292
CONVENTION RELATIVE AUX CONDITIONS DE FINANCEMENT DU SERVICE
DE TRANSPORT SCOLAIRE DE LA COMMUNE DE JAMBLES

Entre les soussignés :

- La Communauté d’Agglomération Le Grand Chalon, représentée par son


Président, Monsieur Sébastien Martin, dûment habilité aux fins des présentes par
délibération du conseil communautaire en date du 31 mai 2018,

Ci après désignée le Grand Chalon

- La commune de Jambles, représenté par son Maire, Monsieur Luc BERTIN-


BOUSSU, dûment habilité aux fins des présentes par décision du Conseil
municipal en date du ………………………

Il a été convenu ce qui suit

Article 1 :
La présente convention a pour objet de définir les modalités de la participation financière de
la commune au cout du service de transport scolaire.

Article 2 :
Le Grand Chalon est le maître d’ouvrage du service de droit pour la commune de Jambles.

Il confie l’organisation et la gestion de ce service à la STAC dans le cadre de sa convention


de délégation de service public.

La STAC, après accord du Grand Chalon, sous traite la gestion de ce service à la société
Autocars Girardot pour un montant de 21 000€ HT (valeur 2012) pour une année scolaire.

Article 3 :
Les modalités de prise en charge définies entre le Grand Chalon et la commune pour la
répartition du cout du service sont les suivantes :

- Le Grand Chalon prend à sa charge 50% coût du transport.


- La commune prend à sa charge 50% coût du transport.

Ainsi, le Grand Chalon prend à sa charge 10 500€ (valeur 2012).

Conformément aux règles appliquées pour la DSP transport du Grand Chalon, le coût du
service est révisé chaque année sur le cœfficient de l’année n-1 soit pour l’année scolaire
2018/2019 le cœfficient sur l’année 2018.

293
Article 4 :
Les caractéristiques techniques des services sont détaillées en annexe 1 à la présente
convention

Si pour des raisons techniques, le service devait être restructuré, la participation du Grand
Chalon ne sera pas modifiée.

Cependant, avant toute modification du service, le Grand Chalon est tenue de demander
l'accord préalable à la commune. Si la commune ne répond pas dans un délai de 15 jours
francs à compter de la date d'envoi par courrier recommandé avec accusé de réception de la
demande d'accord, ce dernier sera réputé favorable.

Article 5 :
La commune versera sa participation trimestriellement au Grand Chalon après envoi par
celui-ci d'une facture et d'un titre de recette.

Article 6 :
La présente convention est conclue pour une durée de 2 ans à compter du 1 er septembre
2018. Son échéance est fixée au 31 aout 2020.

Article 7 :
Il appartient à la commune d’assurer la présence d’une personne accompagnatrice lorsque
le service comporte au moins un enfant n’atteignant pas son cinquième anniversaire au
cours de l’année scolaire considérée.

Article 8 :
Toute modification de la présente convention devra faire l'objet d'un avenant.

Article 9 :
La commune et le Grand Chalon pourront résilier la présente convention avec un préavis de
6 mois, la date d'effet n'intervenant qu'à la fin de l'année scolaire en cours.

Article 10 :
En cas de difficulté quelconque liée à l’interprétation ou à l’exécution de la présente
convention, quel qu’en soit la cause ou l’objet, il est expressément convenu et ce, avant tout
recours contentieux, que les parties procéderont par voie de règlement amiable.
A défaut de règlement amiable, le Tribunal administratif de Dijon sera seul compétent.

Fait à Chalon sur Saône, le

294
Le Président du Grand Chalon Le Maire de Jambles

295
ANNEXE 1
Service de transport scolaire de la commune de Jambles

Les lundis, mardis, jeudis et vendredis en période scolaire :

Matin
8h25 Départ GIVRY en HLP après D2

08h35 Arrivée JAMBLES

08h40 Départ JAMBLES

08h50 Arrivée GIVRY

08h55 Départ GIVRY avec accompagnatrice

09h05 Arrivée JAMBLES dépose accompagnatrice

Après midi

16h20 Arrivée JAMBLES pour accompagnatrice

16h25 Départ JAMBLES avec accompagnatrice

16h35 Arrivée GIVRY

16h40 Départ GIVRY

16h50 Arrivée JAMBLES

16h55 Départ JAMBLES en HLP

17h05 Arrivée GIVRY pour D2

296
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION À L'ATTRACTIVITE DU TERRITOIRE


DIRECTION DE LA CULTURE ET DES SPORTS

N° de l'ordre du jour : 32
Rapporteur : Madame Florence PLISSONNIER

Conservatoire à Rayonnement Régional Danse Musique et


Théâtre - Saison de l'Auditorium 2018/2019 - Convention de
partenariat avec la MGEN

EXPOSE

Rappel du contexte :

Le Grand Chalon, via le Conservatoire à Rayonnement Régional de Danse, Musique et Théâtre fait
vivre une Saison artistique de qualité et souhaite faire participer à l’organisation de cette Saison, des
partenaires privés, sociétés et entreprises locales afin de proposer une offre culturelle diversifiée et
ouverte à différents publics.

Description du dispositif proposé :

La MGEN souhaite s’engager dans le cadre de la Saison Culturelle 2018-2019 de l’Auditorium du


Conservatoire à Rayonnement Régional.

Ce partenariat consiste en des engagements des deux parties prenantes, à savoir :

Le Grand Chalon s’engage à :

- A faire bénéficier du tarif réduit pour la saison de l’Auditorium 2018/2019, les titulaires du
justificatif MGEN Avantage,

- A transmettre dans les délais impartis, les éléments de communication nécessaires à la


promotion des spectacles de la saison de l’Auditorium 2018/2019 pour les supports de
communication de la MGEN,

- A mentionner le partenariat avec la MGEN sur la page dédiée aux partenaires sur la
plaquette de la Saison de l’Auditorium 2018-2019,

- A assurer une prise en charge des adhérents de la MGEN souhaitant des informations
complémentaires sur ce partenariat.

297
La MGEN s’engage à :

- Mentionner le partenariat avec le Conservatoire à Rayonnement Régional sur le justificatif


MGEN Avantage,

- A faire la promotion des spectacles de la saison de l’Auditorium 2018/2019 dans plusieurs


de ses supports de communication (site web, bulletin régional d’automne…),

- A assurer une restitution annuelle des indicateurs de fonctionnement du programme au


Conservatoire (fournir le nombre de places achetées au tarif CE pour les adhérents de la
MGEN …).

Ce partenariat prendra effet à compter du 1er septembre 2018 et se terminera le 30 juin 2019, date
correspondant à la fin de la Saison de l’Auditorium du Conservatoire 2018-2019.

DECISION

Cadre juridique :

Vu l’article L.5216-5 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu les statuts du Grand Chalon et notamment la compétence « construction, aménagement,


entretien et gestion des équipements culturels et sportifs d’intérêt communautaire »,

Vu la délibération n°CC-2017-10-5-1 du Conseil communautaire en date du 25 octobre 2017,


relative à la définition de l’intérêt communautaire,

Vu la convention de partenariat jointe en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver la convention de partenariat entre le Grand Chalon et la MGEN, dans le cadre


de la Saison Culturelle 2018-2019 de l’Auditorium du Conservatoire à Rayonnement
Régional, jointe en annexe ;
 D’autoriser Monsieur le Président, ou son représentant, à signer ladite convention.

298
CONVENTION DE PARTENARIAT
MGEN Union /GRAND CHALON - Conservatoire

Entre :

MGEN Union, Union soumise aux dispositions du Code de la Mutualité, inscrite au répertoire SIRENE
sous le numéro 441 921 962, dont le siège social est situé à Paris, 3, square Max-Hymans (15e
arrondissement), représentée par Claire MALTAVERNE, Présidente de la section MGEN de Saône-et-
Loire

Ci-après désigné(e) « MGEN » ;

Agissant tant en son nom et pour son propre compte.

Et :

Le Grand Chalon
Conservatoire à Rayonnement Régional (CRR)
Tél 03 85 42 42 65
Représenté par son Président Monsieur Sébastien MARTIN, dûment habilité en vertu de la
délibération du Conseil communautaire n° en date du 31 mai 2018
Dont le siège social est situé 23 avenue Georges Pompidou, 71100 Chalon-Sur-Saône

Ci-après désigné le « Grand Chalon » ;

Dénommés, par la suite, collectivement les « Parties » ;

ARTICLE 1 - OBJET DE LA CONVENTION

La présente convention a pour objet la mise en place d’un partenariat entre le Grand Chalon et
MGEN dans le but de faciliter l’accès des adhérents et membres à la programmation ou aux offres du
Partenaire et de promouvoir l’image des Parties.

ARTICLE 2 - ENGAGEMENTS DE MGEN

MGEN s’engage à :
- Promouvoir dans un ou plusieurs de ses supports de communication l’offre du Grand Chalon
selon les modalités suivantes :
 Diffusion de la programmation du partenaire sur le site Web dédié
 Promotion de la programmation par affichage ou mise à disposition à l’accueil de la
Section 71
 Promotion du partenariat dans le bulletin régional d’automne
- Assurer une restitution annuelle des indicateurs de fonctionnement du programme au Grand
Chalon (fournir le nombre de places achetées au tarif CE pour les adhérents de la MGEN…)

1/4
299
ARTICLE 3 - ENGAGEMENTS DU GRAND CHALON

Le Grand Chalon s’engage à :

- Faire bénéficier les membres MGEN, qui pourront justifier de leur adhésion au jour de la
réservation et/ou achat, du ou des avantages suivants :

Avantage proposé Applicabilité sur les Eligibilité à Conditions d’accès à


offres l’avantage l’avantage
 Tarif réduit spécial Toute représentation de  Etre adhérent  Présentation du justificatif
adhérents la saison de l’Auditorium MGEN Avantage sur le point
de vente,
 Réservation par téléphone
ou billetterie en ligne en
mentionnant l’appartenance
à une mutuelle du Groupe
Des opérations spécifiques pourront en plus être proposées par le Grand Chalon aux membres
MGEN sur certains spectacles ou certaines opérations.
- Fournir à MGEN les informations relatives aux offres ou à la programmation qu’il souhaite
promouvoir et le visuel sous forme de fichier informatique correspondant à l’espace qui lui
sera réservé dans les différents supports de communication définis à l’article 2.
- Mentionner le présent partenariat et notamment mentionner le partenariat avec la MGEN sur
la page dédiée aux partenaires dans la plaquette de saison de l’Auditorium 2018/2019
- Autoriser MGEN à reproduire ses signes distinctifs, logo, nom et idéalement les annexer sur les
supports de communication (site web, bulletin régional..) pour la promotion du présent
partenariat.
- Respecter l’image de marque de MGEN (1ere mutuelle de la fonction publique et acteur
majeur de la protection sociale)
- Assurer une prise en charge des adhérents souhaitant des informations complémentaires, en
apportant une réponse dans un délai de 3 jours

Le Grand Chalon a la possibilité de compléter la liste des offres de la présente convention, après
validation de MGEN et par le biais d’un avenant à la présente convention.

Le Grand Chalon est responsable de son offre commerciale, de l’établissement de la billetterie, de


sa/ses plaquettes saisonnières et en supporte les coûts.

ARTICLE 4 – DIFFUSION DES OFFRES SUR LE SITE WEB DÉDIÉ

Le Grand Chalon transmettra à MGEN les informations relatives aux offres qu’il souhaite promouvoir
en respectant les conditions consenties à l’article 3 des présentes et les Conditions Générales
d’Utilisation du site Web qui lui seront communiquées. La diffusion de toute offre implique
l’acceptation entière et sans réserve des Conditions Générales d’Utilisation du site Web.

Le Grand Chalon autorise MGEN à communiquer la présente convention au prestataire technique du


site Web.

300
ARTICLE 5 – CONDITIONS FINANCIÈRES

La présente Convention est conclue à titre gratuit.

ARTICLE 6 - SUIVI DE LA CONVENTION

Chaque année, les Parties se rencontreront pour faire un bilan du partenariat et convenir des suites à
donner. Ce bilan se fera au mois de mai.

ARTICLE 7 - DURÉE DE LA CONVENTION

La présente convention prend effet à compter du 1 er septembre 2018. Elle expire le 30 juin 2019,
date correspondant à la fin de la Saison de l’Auditorium 2018-2019. A l’issue de cette convention, les
parties se réservent le droit de négocier les termes d’un nouvel engagement en fonction de la
programmation de la saison de l’Auditorium prévue pour l’année 2019-2020.

ARTICLE 8 : RESPECT DES ÉLÉMENTS GRAPHIQUES – PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Pour toutes utilisations prévues par la présente convention, chacune des parties s’engage à respecter
la charte et les éléments graphiques qui lui seront communiqués par l’autre partie.

La présente convention ne confère aux parties aucun droit de propriété sur la marque et les logos de
l’autre partie.

Les parties concèdent, pendant la durée et dans le cadre strict de la convention, l’autorisation
d’utiliser le nom et le logo de l’autre partie par voie de citation, mention, reproduction et
représentation du projet, objet de la présente convention.

ARTICLE 9 : GARANTIES

Chaque partie garantit la jouissance paisible des droits des marques et appellations qui lui sont
concédés contre tous troubles, revendications ou évictions quelconques et garantit que la partie
licenciée pourra exercer ses droits, sous réserve de respecter les dispositions des présentes.

A cet égard, la partie licenciée sera seule responsable de toutes atteintes et tous dommages causés à
des tiers qui pourraient résulter de ses propres obligations et garantit la partie licencieur contre tout
recours, action ou revendication de tiers, et leurs conséquences financières, y compris les frais
d’avocats liés à ses activités.

Chaque partie s’engage expressément à respecter la réglementation applicable à ses propres


activités sur le territoire français.

Chacune des parties informera l’autre de toute contrefaçon ou utilisation non autorisée, par des
tiers, des marques concédées aux présentes et plus généralement des propriétés intellectuelles
appartenant à l’autre partie. Chaque partie pourra apporter son concours à une éventuelle action en
contrefaçon ou en parasitisme intentée par la partie subissant le préjudice lié à ladite contrefaçon ou
à l’utilisation indue de la marque ou de l’appellation considérée.

ARTICLE 10 - RÉSILIATION

301
Chaque Partie pourra mettre fin à la présente convention à son échéance, par lettre recommandée
avec avis de réception, en respectant un préavis de trois (3) mois.

Par ailleurs, chacune des Parties pourra mettre fin à la convention en cas de manquement par l’autre
Partie à ses obligations contractuelles, non réparé dans un délai maximum de quinze (15) jours
suivant l’envoi d’une mise en demeure par lettre recommandée avec avis de réception précisant le
manquement en cause.

MGEN pourra résilier cette convention en cas de manquement du Grand Chalon à des règles d’ordre
public (notamment contenu illicite) dans sa publication d’offres sur le site Web.

ARTICLE 11 – GROUPE VYV

MGEN fait partie de l’Union Mutualiste de Groupe VYV, soumise également aux dispositions du Code
de la mutualité immatriculée au répertoire Sirène sous le numéro SIREN 532 661 832, dont le siège
social est situé à la Tour Montparnasse – 33, avenue du Maine – BP 25 – 75755 Paris Cedex 15

Aussi, le Grand Chalon reconnaît et accepte, moyennant information préalable, que la présente
convention puisse bénéficier aux autres mutuelles du Groupe VYV. A titre d’information, les groupe
VYV est constitué en date de la signature de la présente convention par les mutuelles MGEN,
Harmonie Mutuelle, MNT, MGEFI, Harmonie Fonction Publique, Mutuelle Mare-Gaillard, ainsi que les
unions VYV Care et VYV Coopération.

ARTICLE 12 – CESSION

La présente convention n'engage que les Parties et ne peut pas être cédée ou transférée par l'une
des Parties sans le consentement préalable de l'autre Partie. Toutefois, le Grand Chalon reconnaît et
accepte que MGEN peut transférer le présent Accord, moyennant information préalable du Grand
Chalon, à une entité contrôlée, une entité affiliée ou un ayant-droit, que ce soit par fusion,
réorganisation ou par la vente de l'intégralité ou de la quasi intégralité de ses actifs ou autrement.

ARTICLE 13 – DISPOSITIONS FINALES

Chaque partie garantit l’autre contre les réclamations de tiers liées à l’utilisation autorisée par les
présentes de ses signes distinctifs.

La convention est régie par la loi française.

A défaut d’accord amiable, tout litige opposant les Parties quant à l’interprétation ou l’exécution de
la convention est de la compétence des tribunaux de Dijon, même en cas de demande incidente,
d’appel en garantie ou de pluralité de défendeurs.

Fait en deux exemplaires originaux,

A CHALON-SUR-SAÔNE, le A CHALON-SUR-SAÔNE, le
Pour MGEN Pour le GRAND CHALON
La Présidente Claire MALTAVERNE Le Président Sébastien MARTIN

302
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION À L'ATTRACTIVITE DU TERRITOIRE


DIRECTION DE LA CULTURE ET DES SPORTS

N° de l'ordre du jour : 33
Rapporteur : Madame Florence PLISSONNIER

Conservatoire à Rayonnement Régional Danse, Musique et


Théâtre - Saison de l'Auditorium 2018/2019 - Convention de
partenariat avec le magazine "Diversions"

EXPOSE

Rappel du contexte :

Le Grand Chalon, via le Conservatoire à Rayonnement Régional de Danse, Musique et Théâtre, fait
vivre une saison artistique de qualité et souhaite faire participer à l’organisation de cette saison des
partenaires issus du domaine de la communication et de l’information, afin de proposer une offre
culturelle diversifiée et ouverte à différents publics.

Description du dispositif proposé :

La Société « DIVERSIONS » souhaite s’engager à nouveau aux côtés du Grand Chalon dans le
cadre de la Saison Culturelle 2018-2019 de l’Auditorium du Conservatoire à Rayonnement
Régional.

Ce partenariat consiste à :

Pour le Grand Chalon :

- A prendre en charge financièrement deux insertions dans le magazine « Diversions » (1/4 de


page), d’une valeur globale de 900 € TTC, sur la période de septembre 2018 à juin 2019,
- A intégrer le logo du magazine « Diversions » sur ses supports de communication de la
saison de l’Auditorium.

Pour la Société « Diversions » à offrir trois reportages vidéo, sur la période de septembre 2018 à
juin 2019.

Ce partenariat prendra effet à compter du 1er septembre 2018 et se terminera le 30 juin 2019, date
correspondant à la fin de la Saison de l’Auditorium 2018-2019.

303
DECISION

Cadre juridique :

Vu l’article L.5216-5 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu les statuts du Grand Chalon et notamment la compétence « construction, aménagement,


entretien et gestion des équipements culturels et sportifs d’intérêt communautaire »,

Vu la délibération n°CC-2017-10-5-1 du Conseil Communautaire en date du 25 octobre 2017,


relative à la définition de l’intérêt communautaire,

Vu la convention de partenariat jointe en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver la convention de partenariat entre le Grand Chalon et la Société « Diversions »,


dans le cadre de la Saison Culturelle 2018-2019 de l’Auditorium du Conservatoire à
Rayonnement Régional de Danse Musique et Théâtre, jointe en annexe ;
 D’autoriser Monsieur le Président, ou son représentant, à signer ladite convention.

304
Délégation à l’Attractivité du Territoire
Conservatoire à Rayonnement Régional

CONVENTION DE PARTENARIAT

ENTRE

Sarl Diversions
Magazine d’informations culturelles
Représentée par Monsieur Boban STANOJEVIC, Directeur de publication
Dont le siège social est situé 16 avenue du président Kennedy 25 110 Baume les Dames
Tel : 03 81 87 40 05
e.mail : diversions@orange.fr

Ci-après désignée par les termes : « Diversions »

Le Grand Chalon
Conservatoire à Rayonnement Régional (CRR)
Tél 03 85 42 42 65
Représenté par son Président Monsieur Sébastien Martin dûment habilité en vertu de la
Délibération CC du Conseil Communautaire en date du 31 mai 2018
Dont le siège social est situé 23 avenue Georges Pompidou, 71100 Chalon-Sur-Saône

Ci-après désigné par les termes : « le Grand Chalon »

Il est convenu ce qui suit :

PRÉAMBULE

Le Grand Chalon souhaite permettre au Conservatoire à Rayonnement Régional de Danse Musique et


Théâtre de faire vivre et animer une saison artistique de qualité, allant de la danse à la musique en
passant par le théâtre.

Dans ce contexte, Le Conservatoire propose de faire participer à l’organisation de cette Saison de


l’Auditorium des partenaires issus, entre autre, du domaine de la communication et de l’information, afin
de proposer une offre culturelle diversifiée, exigeante et ouverte à différents publics.

1
305
Article 1 : Objet

La présente convention a pour objet de définir les modalités d’organisation du partenariat entre Le
Grand Chalon et le magazine « Diversions » pour la saison de l’Auditorium 2018/2019 du Conservatoire
à Rayonnement Régional.

Article 2 : Obligation des parties

Le Grand Chalon s’engage à prendre en charge financièrement 2 insertions dans le magazine Diver-
sions (1/4 de page), d’une valeur globale de 900 € TTC, sur la période de septembre 2018 à juin 2019,
et à intégrer le logo du magazine sur ses supports de communication de la saison (plaquette, newsletter,
affiches…)

Le magazine « Diversions » s’engage à offrir 3 reportages vidéos sur la période de septembre 2018 à
juin 2019.

Article 3 : Durée

La présente convention prend effet à compter du 1 er septembre 2018. Elle expire le 30 juin 2019, date
correspondant à la fin de la Saison de l’Auditorium 2018/2019. A l’issue de cette convention, les parties
se réservent le droit de négocier les termes d’un nouvel engagement en fonction de la programmation
de l’Auditorium prévue pour l’année 2019/2020.

Article 4 : Résiliation

Les deux parties se réservent la possibilité de résilier la présente convention sous réserve de
l’expédition d’une lettre recommandée avec accusé de réception dans un délai de deux mois.

La présente convention est résiliée de plein droit, en cas de manquement par l’une ou l’autre des parties
à l’une de ses obligations, non réparée dans un délai de 15 jours à compter d’une mise en demeure
adressée par lettre recommandée avec accusé de réception.

La résiliation quelle qu’en soit la cause, ne donnera lieu à aucun versement d’indemnité compensatrice.

Article 5 : Litiges

A défaut de règlement amiable d’un différend relatif à l’exécution de la présente convention, le Tribunal
Administratif de Dijon seul compétent pour connaître du litige.

Fait à Chalon-sur-Saône, en deux exemplaires originaux, le


Pour Le Grand Chalon Pour le Magazine « DIVERSIONS »
Le Président Le Directeur

Sébastien MARTIN Boban STANOJEVIC

2
306
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION À L'ATTRACTIVITE DU TERRITOIRE


DIRECTION DE LA CULTURE ET DES SPORTS

N° de l'ordre du jour : 34
Rapporteur : Madame Florence PLISSONNIER

Conservatoire à Rayonnement Régional Danse, Musique et


Théâtre - Saison de l'Auditorium 2018/2019 - Convention de
partenariat avec la cave des vignerons de Buxy

EXPOSE

Rappel du contexte :

Le Grand Chalon, via le Conservatoire à Rayonnement Régional de Danse, Musique et Théâtre fait
vivre une saison artistique de qualité et souhaite faire participer à l’organisation de cette saison, des
partenaires privés, sociétés et entreprises locales afin de proposer une offre culturelle diversifiée et
ouverte à différents publics.

Description du dispositif proposé :

La Cave des Vignerons de Buxy souhaite s’engager à nouveau aux côtés du Grand Chalon dans le
cadre de la Saison Culturelle 2018-2019 de l’Auditorium du Conservatoire à Rayonnement
Régional.

Ce partenariat consiste à :

Pour le Grand Chalon :

- Mettre à la disposition de la Cave des Vignerons de Buxy cinq places gratuites pour 15
concerts de la Saison de l’Auditorium,

- Mentionner le soutien des Vignerons de Buxy sur différents supports de communication de


la saison de l’Auditorium.

Pour la Cave des Vignerons de Buxy :

- Mettre à disposition gracieusement les vins pour le concert d’ouverture de la Saison, et


pour les quatre concerts intitulés « Haut du Panier »,

307
- Mettre à disposition gracieusement du Conservatoire 200 verres à pied tout au long de la
saison.

Ce partenariat prendra effet à compter du 1er septembre 2018 et se terminera le 30 juin 2019, date
correspondant à la fin de la Saison de l’Auditorium 2018-2019.

DECISION

Cadre juridique :

Vu l’article L.5216-5 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu les statuts du Grand Chalon et notamment la compétence « construction, aménagement,


entretien et gestion des équipements culturels et sportifs d’intérêt communautaire »,

Vu la délibération n°CC-2017-10-5-1 du Conseil communautaire en date du 25 octobre 2017,


relative à la définition de l’intérêt communautaire,

Vu la convention de partenariat jointe en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver la convention de partenariat entre le Grand Chalon et la Cave des Vignerons de


Buxy, dans le cadre de la Saison Culturelle 2018-2019 de l’Auditorium du Conservatoire à
Rayonnement Régional de Danse Musique et Théâtre, jointe en annexe ;
 D’autoriser Monsieur le Président, ou son représentant, à signer ladite convention.

308
Délégation à l’Attractivité du Territoire
Conservatoire à Rayonnement Régional

CONVENTION DE PARTENARIAT

ENTRE

La Cave des vignerons de Buxy


Représentée par Monsieur Rémi MARLIN, Directeur Général
Les Vignes de la Croix – 71390 BUXY
Tel 03.85.92.03.03

Ci-après désignée par les termes : « les Vignerons de Buxy »,

Le Grand Chalon
Conservatoire à Rayonnement Régional (CRR)
Tél 03 85 42 42 65
Représenté par son Président Monsieur Sébastien MARTIN, dûment habilité en vertu de la
Délibération CC- en date du 31 mai 2018
Dont le siège social est situé 23 avenue Georges Pompidou, 71100 Chalon-Sur-Saône

Ci-après désigné par les termes, « le Grand Chalon »,

Il est convenu ce qui suit :

PRÉAMBULE

Le Grand Chalon souhaite permettre au Conservatoire à Rayonnement Régional de Danse


Musique et Théâtre de faire vivre et animer une saison artistique de qualité, allant de la danse à la
musique en passant par le Théâtre.

Dans ce contexte, le Conservatoire propose de faire participer à l’organisation de cette Saison de


l’Auditorium des partenaires privés, sociétés et entreprises locales afin de proposer une offre
culturelle diversifiée, exigeante et ouverte à différents publics.

1
309
Article 1 : Objet

La présente convention a pour objet de définir les modalités d’organisation du partenariat entre Le
Grand Chalon et les Vignerons de Buxy pour la saison de l’Auditorium 2018/2019 du
Conservatoire à Rayonnement Régional.

Article 2 : Obligation des parties

Le Grand Chalon s’engage à :

- mettre à disposition de la Cave des Vignerons de Buxy 5 places sur 15 concerts de la


saison 2018/2019 (soit 75 places au total), concerts choisis par la production du
Conservatoire, excepté les spectacles en coréalisation avec l’Espace des Arts à Cha-
lon-sur-Saône et l’Arc – Scène Nationale au Creusot en 2018 2019

- à nommer le soutien des Vignerons de Buxy sur ses supports de communication liés à
la saison de l’Auditorium à savoir : logo de la Cave des Vignerons de Buxy sur la pla-
quette de la saison, ainsi que sur les tracts, affiches et newsletters. Le logo de la Cave
des Vignerons de Buxy figurera sur les documents relatifs aux cinq soirées de partena-
riat (« Ouverture de saison », 4 concerts intitulés « Haut du Panier ») sur les affiches,
tracts, programmes, dossiers de presse, mensuels, encarts publicitaires.

La Cave des Vignerons de Buxy s’engage à :


- à transmettre à la billetterie du Conservatoire, 4 jours avant chaque concert, le nombre de
places nécessaires dans le quota des invitations prévues au contrat.
- à mettre à disposition pour la saison 2018/2019 les vins (vins blanc, vin rouge et crémant)
pour un intermède avec 330 personnes maximum, lors de l’ « Ouverture de saison », ainsi
que le vin (crémant) pour les 4 concerts intitulés « Haut du Panier » pour un apéritif avec
260 personnes maximum.
- à mettre à disposition gracieusement du Conservatoire 200 verres à pied tout au long de la
saison,
- les deux parties s’engagent à mentionner ce partenariat et à travailler à la bonne informa-
tion de leurs usagers sur celui-ci. Ils s’engagent également à collaborer sur d’autres projets
susceptibles de pouvoir lier pédagogie et diffusion.

Article 3 : Modalités de mise en œuvre du partenariat

Les Vignerons de Buxy financeront la mise à disposition de vins blancs, vins rouges, crémant, pour
5 concerts de la saison de l’Auditorium. Cette participation est estimée à 1 200 euros.

Les Vignerons de Buxy fourniront leur logo avec une bonne définition pour les documents de
communication et le programme des concerts du partenariat.

2
310
Article 4 : Durée

La présente convention prend effet à compter du 1 er septembre 2018. Elle expire au 30 juin 2019,
date correspondant à la fin de la Saison de l’Auditorium 2018/2019. A l’issue de cette convention,
les parties se réservent le droit de négocier les termes d’un nouvel engagement en fonction de la
programmation de la Saison de l’Auditorium prévue pour l’année 2019/2020.

Article 5 : Résiliation

Les deux parties se réservent la possibilité de résilier la présente convention sous réserve de
l’expédition d’une lettre recommandée avec accusé de réception dans un délai deux mois.

La présente convention est résiliée de plein droit en cas de manquement par l’une ou l’autre des
parties à l’une de ses obligations, non réparé dans un délai de 15 jours à compter d’une mise en
demeure adressée par lettre recommandée avec accusé de réception.

La résiliation quelle qu’en soit la cause, ne donnera lieu à aucun versement d’indemnité
compensatrice.

Article 6 : Litiges

A défaut de règlement amiable d’un différend relatif à l’exécution de la présente convention, le


Tribunal Administratif de Dijon sera seul compétent pour connaître du litige.

Fait à Chalon-sur-Saône, en deux exemplaires originaux, le

Pour le Grand Chalon Pour les Vignerons de Buxy


Le Président Le Directeur Général

Sébastien MARTIN Rémi MARLIN

3
311
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION À L'ATTRACTIVITE DU TERRITOIRE


DIRECTION DE LA CULTURE ET DES SPORTS

N° de l'ordre du jour : 35
Rapporteur : Madame Florence PLISSONNIER

Conservatoire à Rayonnement Régional Danse, Musique et


Théâtre - Saison de l'Auditorium 2018/2019 - Convention de
partenariat avec la SNCF TER Bourgogne Franche-Comté

EXPOSE

Rappel du contexte :

Le Grand Chalon, via le Conservatoire à Rayonnement Régional de Danse, Musique et Théâtre fait
vivre une Saison artistique de qualité et souhaite faire participer à l’organisation de cette Saison, des
partenaires privés, sociétés et entreprises locales, afin de proposer une offre culturelle diversifiée et
ouverte à différents publics.

Description du dispositif proposé :

La SNCF–TER Bourgogne Franche-Comté souhaite s’engager à nouveau aux côtés du Grand


Chalon dans le cadre de la Saison Culturelle 2018-2019 de l’Auditorium du Conservatoire à
Rayonnement Régional.

Ce partenariat consiste en des engagements des deux parties prenantes à savoir :


Le Grand Chalon s’engage à :
- Insérer le logo de la SNCF sur la plaquette de la saison 2018-2019 de l’Auditorium,
- Offrir quatre places de spectacles, à destination des abonnés de la carte TER Bourgogne
Franche-Comté pour cinq concerts de la saison de l’Auditorium 2018/2019 choisis par la
production du Conservatoire, excepté les spectacles en coréalisation avec l’Espace des
Arts à Chalon-sur-Saône et l’Arc au Creusot,
- Appliquer le tarif réduit des spectacles de la saison de l’Auditorium 2018/2019 aux
abonnés de la carte TER Bourgogne Franche-Comté sur présentation de la carte
d’abonné.

La SNCF s’engage à faire la promotion des spectacles de la saison de l’Auditorium 2018/2019


selon les dispositions suivantes :

312
- Publication du logo du CRR, d’un descriptif des activités du Conservatoire et d’un lien
redirigeant vers le site internet du Conservatoire dans la rubrique « Les partenaires » du
Club abonnés,
- Publication d’un article pour chacun des spectacles pour lesquels des places sont à
gagner pour les abonnés de la carte TER BFC via des jeux concours organisés par la
SNCF sur la page d’accueil du club Abonnés,
- Campagne de sms/emailing auprès des abonnés pour les événements de grande
envergure de la Saison de l’Auditorium du CRR (présentation de saison, temps fort...),
- Envoi de message push sur le site TER Bourgogne Franche-Comté redirigeant vers le
site du Club abonnés, pour les événements de grande envergure de la Saison de
l’Auditorium du CRR (présentation de saison, temps fort…),
- Annoncer la mise en place du partenariat sur sa page Facebook TER Bourgogne
Franche-Comté.

Ce partenariat prendra effet à compter du 1er septembre 2018 et se terminera le 30 juin 2019, date
correspondant à la fin de la Saison de l’Auditorium 2018-2019.

DECISION

Cadre juridique :

Vu l’article L.5216-5 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu les statuts du Grand Chalon et notamment la compétence « construction, aménagement,


entretien et gestion des équipements culturels et sportifs d’intérêt communautaire »,

Vu la délibération n°CC-2017-10-5-1 du Conseil communautaire en date du 25 octobre 2017,


relative à la définition de l’intérêt communautaire,

Vu la convention de partenariat jointe en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver la convention de partenariat entre le Grand Chalon et la SNCF – TER


Bourgogne Franche-Comté, dans le cadre de la Saison Culturelle 2018-2019 de
l’Auditorium du Conservatoire à Rayonnement Régional, jointe en annexe ;
 D’autoriser Monsieur le Président, ou son représentant, à signer ladite convention.

313
Délégation à l’Attractivité du Territoire
Conservatoire à Rayonnement Régional

CONVENTION DE PARTENARIAT

ENTRE

La SNCF – TER Bourgogne-Franche-Comté


Représentée par Monsieur Dominique DEVIN agissant en qualité de Directeur de la région
SNCF Bourgogne-Franche-Comté et Directeur de l’activité TER Bourgogne-Franche-Comté
Dont le siège social est situé 6 cour de la gare – 21 000 Dijon
Tel : 03.80.40.50.31
Email : celine.issard@sncf.fr

Ci-après désigné par les termes « La SNCF»

Le Grand Chalon
Conservatoire à Rayonnement Régional (CRR)
Tél : 03 85 42 42 65
Représenté par son Président Monsieur Sébastien MARTIN dûment habilité en vertu d’une
délibération N°CC- du Conseil communautaire en date du 31 mai 2018.
Dont le siège social est situé 23 avenue Georges Pompidou, 71 100 Chalon-Sur-Saône

Ci-après désigné par les termes : « le Grand Chalon ».

Il est convenu ce qui suit :

PRÉAMBULE

Le Grand Chalon souhaite permettre au Conservatoire de faire vivre et animer une saison
artistique de qualité, allant de la danse à la musique en passant par le théâtre.

Dans ce contexte, le Conservatoire souhaite faire participer à l’organisation de cette Saison


de l’Auditorium, des partenaires privés, sociétés et entreprises locales, afin de proposer une
offre culturelle diversifiée et ouverte à différents publics.

Article 1 : Objet

La présente convention a pour objet de définir les modalités d’organisation du partenariat


entre le Grand Chalon et la SNCF pour la saison de l’Auditorium 2018/2019 du
Conservatoire à Rayonnement Régional.

1
314
Article 2 : Obligation des parties

Le Grand Chalon s’engage à :

- insérer le logo de la SNCF sur la plaquette de la saison 2018-2019 de l’Audito-


rium du CRR,
- offrir quatre places de spectacles, à destination des abonnés de la carte TER
Bourgogne Franche Comté pour 5 concerts de la saison de l’Auditorium
2018/2019 choisis par la production du Conservatoire, excepté les spectacles en
coréalisation avec l’Espace des Arts à Chalon sur Saône et l’Arc au Creusot, ( ??
en 2018 2019
- appliquer le tarif réduit des spectacles de la saison de l’Auditorium 2018/2019 aux
abonnés de la carte TER Bourgogne Franche Comté sur présentation de la carte
d’abonné.

La SNCF s’engage à :

- à faire la promotion des spectacles de la saison de l’Auditorium 2018/2019 selon


les dispositions suivantes :

- publication du logo du Conservatoire, d’un descriptif des activités du


Conservatoire et d’un lien redirigeant vers le site internet du
Conservatoire dans la rubrique « Les partenaires » du Club
abonnés : http://www.club-ter-bourgogne-franche-comte.fr/

- publication d’un article pour chacun des spectacles pour lesquels


des places sont à gagner pour les abonnés de la carte TER BFC via
des jeux concours organisés par la SNCF sur la page d’accueil du
club Abonnés : http://www.club-ter-bourgogne-franche-comte.fr/

- campagne de sms/emailing auprès des abonnés pour les


événements de grande envergure de la Saison de l’Auditorium du
CRR (présentation de saison, temps fort….)

- envoi de message push sur le site TER Bourgogne redirigeant


vers le site du Club abonnés : https://www.ter.sncf.com/bourgogne-
franche-comte pour les événements de grande envergure de la
Saison de l’Auditorium du CRR (présentation de saison, temps
fort….)

- annoncer la mise en place du partenariat sur sa page Facebook


TER Bourgogne Franche Comté

Article 3 : Modalités de mise en œuvre du partenariat

La SNCF fournira son logo avec une bonne définition pour la plaquette de la saison de
l’Auditorium 2018/2019.

2
315
Article 4 : Durée

La présente convention prend effet à compter du 1er septembre 2018. Elle expire le 30 juin
2019, date correspondant à la fin de la Saison de l’Auditorium 2018-2019. A l’issue de cette
convention, les parties se réservent le droit de négocier les termes d’un nouvel engagement
en fonction de la programmation de la saison de l’Auditorium prévue pour l’année 2019-
2020.

Article 5 : Résiliation

Les deux parties se réservent la possibilité de résilier la présente convention sous réserve de
l’expédition d’une lettre recommandée avec accusé de réception dans un délai de deux
mois.

La présente convention est résiliée de plein droit, en cas de manquement par l’une ou l’autre
des parties à l’une de ses obligations, non réparée dans un délai de 15 jours à compter
d’une mise en demeure adressée par lettre recommandée avec accusé de réception.

La résiliation quelle qu’en soit la cause, ne donnera lieu à aucun versement d’indemnité
compensatrice.

Article 6 : Litiges

A défaut de règlement amiable d’un différend relatif à l’exécution de la présente convention,


le Tribunal Administratif de Dijon seul compétent pour connaître du litige.

Fait à Chalon-sur-Saône, en deux exemplaires originaux, le


Pour Le Grand Chalon Pour La SNCF
Le Président Le Responsable des actions
Commerciales et Communication

Sébastien MARTIN Christophe GREGOIRE

3
316
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 31 MAI 2018

DÉLÉGATION À L'ATTRACTIVITE DU TERRITOIRE


DIRECTION DE LA CULTURE ET DES SPORTS

N° de l'ordre du jour : 36
Rapporteur : Madame Florence PLISSONNIER

Conservatoire à Rayonnement Régional Danse, Musique et


Théâtre - Saison de l'Auditorium 2018-2019 - Convention de
partenariat avec l’association "RCF Parabole 21"

EXPOSE

Le Grand Chalon, via le Conservatoire à Rayonnement Régional de Danse, Musique et Théâtre, fait
vivre une saison artistique de qualité et souhaite faire participer à l’organisation de cette saison des
partenaires issus du domaine de la communication et de l’information, afin de proposer une offre
culturelle diversifiée et ouverte à différents publics.

Description du dispositif proposé :

L’Association « RCF Parabole 21 » pour son service radiophonique « RCF en Bourgogne » souhaite
s’engager à nouveau aux côtés du Grand Chalon dans le cadre de la Saison Culturelle 2018-2019 de
l’Auditorium du Conservatoire à Rayonnement Régional.

Ce partenariat consiste :

Pour le Grand Chalon :

- Informer « RCF en Bourgogne » de chacun des spectacles du mois à venir, au plus tard le 20 du
mois précédent,

- Offrir deux places, à destination des auditeurs de « RCF en Bourgogne », pour dix concerts de la
saison de l’Auditorium 2018/2019 choisis par la production du Conservatoire,

- Offrir simultanément deux places (accréditations) à « RCF en Bourgogne » à destination des


animateurs ou chroniqueurs de l’émission « Pause culture » ; chaque fois que ce sera possible et
sous réserve d’une demande d’accréditation formulée au moins la veille du concert par « RCF en
Bourgogne »,

- Permettre l’accès aux animateurs et chroniqueurs, dans la mesure du possible et en accord avec
« RCF en Bourgogne », aux répétitions des spectacles, pour la réalisation de reportages ou
d’interviews.

317
Pour l’association « RCF Parabole 21» :

- Faire la promotion des spectacles de la saison 2018/2019 du Conservatoire dans l’émission


« Pause culture » ; en particulier les mardi et jeudi, entre 12h15 et 12h25,

- Rencontrer des artistes du Conservatoire (danseurs, musiciens, acteurs, …) en fonction de


l’actualité,

- Faire gagner deux places à destination des auditeurs de « RCF en Bourgogne » pour dix spectacles
de la Saison de l’Auditorium 2018/2019 choisis par la Production du Conservatoire.

Ce partenariat est valable pour la saison culturelle radiophonique 2018/2019.

DECISION

Cadre juridique :

Vu l’article L.5216-5 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu les statuts du Grand Chalon et notamment la compétence « construction, aménagement,


entretien et gestion des équipements culturels et sportifs d’intérêt communautaire »,

Vu la délibération n°CC-2017-10-5-1 du Conseil communautaire en date du 25 octobre 2017,


relative à la définition de l’intérêt communautaire,

Vu la convention de partenariat jointe en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver la convention de partenariat entre le Grand Chalon et l’association « RCF


Parabole 21 » dans le cadre de la Saison Culturelle 2018-2019 de l’Auditorium du
Conservatoire à Rayonnement Régional de Danse Musique et Théâtre, jointe en annexe ;
 D’autoriser Monsieur le Président, ou son représentant, à signer ladite convention.

318
Délégation à l’Attractivité du Territoire
Conservatoire à Rayonnement Régional

CONVENTION DE PARTENARIAT

ENTRE :

l’Association RCF Parabole 21, ayant son siège à Dijon (21000), 7 boulevard Voltaire,
représentée par Monsieur Jean-Michel REISS, son Directeur,

Ci après désigné par les termes « RCF Parabole 21 », d’une part

ET
Le Grand Chalon
Conservatoire à Rayonnement Régional
Tél / 03 85 42 42 65
Représenté par son Président Monsieur Sébastien MARTIN, dûment habilité en vertu de la
délibération N° du Conseil communautaire en date du 31 mai 2018
Dont le siège social est situé 23 avenue Georges Pompidou - 71 100 Chalon sur Saône.

Ci-après désigné par les termes : « le Grand Chalon » d’autre part.

Il est convenu ce qui suit :

ARTICLE 1 : OBJET
La présente convention définit un cadre de partenariat entre le Grand Chalon pour son
Conservatoire à Rayonnement Régional, et RCF Parabole 21 pour l’émission « Pause culture »
diffusée du mardi au vendredi à 12h15.

ARTICLE 2 : DURÉE
La présente convention est valable pour la saison culturelle radiophonique 2018/2019.

319
ARTICLE 3 : ENGAGEMENTS DE RCF Parabole 21

Nota préliminaire : le nom du service radiophonique assuré par l’Association RCF Parabole 21 est :
RCF en Bourgogne.

RCF Parabole 21 s’engage à :


- faire la promotion des spectacles de la saison du Conservatoire dans l’émission « Pause culture »
; en particulier les mardi et jeudi, entre 12h15 et 12h25,

- rencontrer des artistes du Conservatoire (danseurs, musiciens, acteurs, …) en fonction de


l’actualité,

- faire gagner deux places à destinations des auditeurs de RCF en bourgogne pour 10 concerts de
la saison de l’auditorium 2018/2019 choisis par la Production du Conservatoire à l’exception des
spectacles en coréalisation avec l’Espace des Arts à Chalon sur Saône et l’Arc au Creusot.

ARTICLE 4 : ENGAGEMENTS DU GRAND CHALON /CONSERVATOIRE À RAYONNEMENT REGIONAL

LE GRAND CHALON/ CONSERVATOIRE s’engage à :

- informer RCF en Bourgogne de chacun des spectacles du mois à venir, au plus tard le 20 du mois
précédent. (contact : rcfenbourgogne@rcf.fr),

- offrir deux places, à destination des auditeurs de RCF en Bourgogne, pour 10 concerts de la
saison de l’auditorium 2018/2019 choisis par la Production du Conservatoire à l’exception des
spectacles en coréalisation avec l’Espace des Arts à Chalon sur Saône et l’Arc au Creusot.

- offrir simultanément deux places (accréditations) à RCF en Bourgogne à destination des


animateurs ou chroniqueurs de l’émission « Pause culture » ; chaque fois que ce sera possible et
sous réserve d’une demande d’accréditation formulée au moins la veille du concert par RCF
Parabole 21

- permettre l’accès, dans la mesure du possible et en accord avec RCF en Bourgogne, aux
répétitions des spectacles, pour la réalisation de reportages ou d’interviews.

ARTICLE 5 : RÉSILIATION
Chacune des parties pourra résilier la convention, de plein droit, à tout moment et sans préavis, au
cas où l’autre partie manquerait gravement à ses obligations contractuelles. Cette résiliation devra
être précédée d’une mise en demeure par lettre recommandée restée sans effet durant 30 jours
calendaires.

ARTICLE 6 : MODIFICATIONS
La présente convention pourra être complétée par avenant et adaptée en fonction des nécessités
constatées au cours de sa mise en application et après accord des parties signataires.
Ces modifications seront considérées comme étant des modalités complémentaires de la présente
convention et en feront partie intégrante.

320
ARTICLE 7 : LITIGES
Respectant l’esprit de partenariat de la présente convention, les parties signataires s’efforceront de
régler à l’amiable les litiges pouvant subvenir dans l’interprétation de ses clauses ou dans
l’exécution de leurs obligations respectives. A défaut d'entente, seul le tribunal administratif de Dijon
est compétent pour connaître les contestations nées de la présente convention.

Les deux parties conviennent de faire un bilan du partenariat à son échéance afin d’envisager les
conditions de sa reconduction éventuelle.

Fait en deux exemplaires originaux, à Chalon-sur-Saône, le

Pour le Grand Chalon Pour RCF Parabole 21

Sébastien MARTIN, Président Jean-Michel REISS, Directeur

321