You are on page 1of 12

RON

LC ZH
DEUX SITES CORBUSÉENS EN PROJET

CHAPELLE NOTRE-DAME-DU-HAUT - RONCHAMP
LE CORBUSIER - 1950-1955

«MAISON DE L’HOMME» - ZURICH
LE CORBUSIER - 1961-1967

AVEC LES CONTRIBUTIONS DE :
TIM BENTON- HISTORIEN DE L’ARCHITECTURE-CAMBRIDGE MARTIN BOESCH- ARCHITECTE-ZURICH JEAN-PIERRE
CÊTRE- INGENIEUR-GENEVE BENOÎT CORNU- ASSOCIATION DES SITES LE CORBUSIER CATHERINE DUMONT D’AYOT-
ARCHITECTE-EPFZ MICHEL GOUTAL- ARCHITECTE EN CHEF DES MONUMENTS HISTORIQUES-PARIS GILLES RAGOT-
HISTORIEN DE L’ARCHITECTURE-UNIVERSITE DE BORDEAUX DIDIER REPELLIN- ARCHITECTE EN CHEF DES MONUMENTS HISTO-
RIQUES-LYON ARTHUR RÜEGG- ARCHITECTE ZURICH SILVIO SCHMED- ARCHITECTE-ZURICH ANNA SUTTER-
ARCHITECTE-BERNE ALAIN TAVÈS- ARCHITECTE-PARIS

 

  réaffectation  et  extension)  alliant  savoir  théorique  et  savoir-­‐faire  technique.   restructuration.   restauration.         2.  Stephan  Rutishauser.  Le  projet  de  sauvegarde  et  le  projet  dans   l'existant   font   partie   d'une   discipline   culturelle   constituée   qui   élargit   le   projet   d'architecture   contemporain.  de  son  processus  constructif  et  de  sa  matérialité  jusque  dans   ses   aspects   sensitifs   et   sensuels.     Construire   dans   le   construit   n'est   pas   une   pratique   nouvelle.   L'analyse   de   ses   capacités   fonctionnelles   et   de   distribution.     Ainsi.   maintien.   et   greffe   nouvelle.   renfort.   superposition.  Orientation  culturelle   Les  interventions  sur  l'existant  sont  un  enjeu  majeur  du  développement  de  la  ville  du  XXIe  siècle   et  de  la  qualité  de  l'environnement  de  ses  usagers.   conservation.     Le   projet   de   sauvegarde   convoque   par   conséquent   une   série   d'investigations   rationnelles   et   techniques  qui  vont  à  la  fois  produire  de  la  connaissance  sur  l'objet  d'étude  et  définir  les  usages   et  interventions  potentiels.  Fondements  méthodologiques     L’atelier   produit   et   développe   la   connaissance   des   techniques   et   de   la   sauvegarde   de   l´architecture  moderne  et  contemporaine.   prolongement.   Mais   ce   qui   en   fait   une   attitude   contemporaine  est  le  type  de  questionnements  théoriques  et  pratiques  sur  l'objet  architectural   à   toutes   ses   échelles.   mise   en   valeur   ou   remise   en   fonctionnement   de   la   substance   matérielle   d'un   existant.   Elle   implique   aussi   l´exercice   des   stratégies   spécifiques   de   projet   (entretien.  professeur   Yvan  Delemontey.   ainsi   que   le   regard   rapproché   sur   la   matérialité   du   bâti   qui   donnent   naissance  au  projet.  architectural  et  urbain.   À   la   fois   conservation.  de  la  maintenance  à  la  restructuration.   réhabilitation.   Sa   valeur   patrimoniale   est   déterminée   en   situant   l'ouvrage   dans  son  contexte  historique.  une  documentation  de  l’ouvrage   aussi   complète   que   possible   est   établie   à   l'aide   de   recherches   historiques   et   de   relevés   graphiques  et  photographiques.  Préalable  indissociable  du  projet.Théorie  et  critique  du  projet  BA5/BA6     Franz  GRAF.  assistants     PROGRAMME  DE  L’ATELIER  2016-­‐2017       1.   de   sa   constitution   et   caractéristiques   physiques   dictent   ses   potentialités  d'usage.     EPFL  |  ENAC  |  IA  |  TSAM  –  juillet  2016   2   .   juxtaposition  issue  de  cet  existant.  Cette  connaissance  est  multidisciplinaire  et  sollicite   aussi  bien  la  réflexion  historique  que  les  techniques  des  matériaux  et  de  leur  mise  en  œuvre  ou   les   données   économiques   et   environnementales.  Il  concerne  aussi  bien  le  doublage  d'une  baie  métallique  que   l'adjonction  d'un  nouveau  corps  fonctionnel  et  se  concentre  sur  la  conscience  des  relations  et   des  interfaces  produites  et  de  leur  signification.   le   projet   de   sauvegarde   est-­‐il   un   double   et   indissociable   projet   de   conservation   et   de   neuf.  dans  l’œuvre  des  acteurs  qui  l'ont  conçue   et   construite.   ainsi   que   comme   ressource   économique   et   sociale.

  éclairage.  enveloppes.   Un   groupe   d’étudiants   est   chargé   plus   spécifiquement   de  dessiner  le  dossier  complet  du  ou  des  bâtiments  à  l’échelle  1/50  (plans.  coupes  et  élévations  au  1/50)  et   des   détails   constructifs   (1/20   et   1/10).  L’évaluation  du  travail  ne   se  fait  toutefois  pas  exclusivement  sur  le  rendu  définitif.   dont   le   jury   est   constitué   de   personnalités   issues   du   monde   académique   et   professionnel.  usage  et  transformations  de  l’état  d’origine.   Le   suivi   de   l’avancement  du  projet  se  fait   de  manière  hebdomadaire  par  des  critiques  à  la  table   durant  les   journées   consacrées   au   travail   d’atelier.  Les  premières  semaines   du   semestre   sont   en   effet   consacrées   à   la   connaissance   exhaustive   de   l’objet   de   l’atelier.     C’est   à   l’issue   de   cette   première   phase   sanctionnée   par   une   critique   intermédiaire   que   commence   le   projet   d’intervention.   diagnostic   et   réparation   »   et   «   projet   d’intervention  ».  Chaque  groupe  d’étudiants  est  chargé  d’étudier  l’un  des  aspects   suivants   :   pathologies   des   matériaux   et   des   structures.   de   la   ville   et   du   territoire   de   l'après-­‐guerre.3.   L’ensemble   des   dessins   obéit   à   un   code   couleur   strict   qui   permet   d’identifier   aisément   l’existant  (en  noir).  L'objet  ou  ensemble  d'étude  et  sujet  du   projet   appartient   généralement   à   notre   patrimoine   quotidien.   celui   de   l’architecture.     La  première  concerne  le  relevé  et  le  diagnostic  des  ouvrages  sur  place.  les  ajouts  (en  rouge)  et  les  parties  éventuellement  démolies  (en  jaune).   Le   diagnostic   des   édifices   est   également   le   résultat  du  travail  en  groupe.   Largement   collectif   lors   de   la   phase   de   relevé.   Un   large   spectre   d’échelles   est   ainsi   convoqué.   le   développement   détaillée   d’une   partie   significative   montrant   plus   particulièrement  la  dialectique  entre  le  neuf  et  l’existant  (plans.   confort   thermique.   confort   acoustique.   Le   travail   se   fait   en   petits   groupes   d’étudiants   (de   2   à   6   personnes)   chargés   de   relever   les   différentes  parties  constituant  le  ou  les  édifices  :  structure  porteuse.     EPFL  |  ENAC  |  IA  |  TSAM  –  juillet  2016   3   .     Le  respect  du  format  A0  pour  les  planches  de  rendu  est  exigé.  coupes.   le   travail   d’atelier   est   rythmé   par   deux   phases   fondamentales:   «   relevé.  Organisées   successivement.   ces   deux   étapes   sont   indissociables   l’une   de   l’autre.   sanctionnent   les   projets   sur   la   base  d’un  rendu  dont  les  modalités  auront  été  auparavant  définies.   D’un   point   de   vue   organisationnel.   des   coupes   et   des   élévations   générales   (1/500.  partitions  et   équipements.   permettant   à   l’étudiant   de   se   confronter   au   projet   dans   sa   globalité   et   de   lui   donner   l’occasion   d’affronter   –   souvent   pour   la   première   fois   –   la   matérialité   à   travers   le   détail   constructif.  élévations)  .  mais  prend  en  compte  également  les   évaluations  des  critiques  intermédiaires  (contrôle  continu).   réseaux   et   installations.  de  ce  «  savoir  en  action  ».   Les  considérations  effectuées  lors  des  visites  sur  place  et  lors  de  la  phase  de  vérification  et  de   mise  au  point  du  relevé  font  l’objet  de  consultations  auprès  des  experts  EPFL  retenus  par  les   étudiants  en  vue  de  constituer  le  diagnostic  exhaustif  des  bâtiments.  sécurité  et  mise  aux  normes  actuelles.   ce   groupe   s’occupe   également   de   fournir   la   documentation   nécessaire   à   la   réalisation   de   la   maquette   du   site   et   des   bâtiments   existants.   la   connaissance   accumulée   lors   du   relevé   de   l’existant   nourrissant   en   retour   le   projet   de   neuf.   Des   critiques   intermédiaires   auxquelles   sont   généralement   présents   des   invités   extérieurs   permettent   de   faire   le   point   sur   l’avancement   du   travail  et  la  validation  du  parti  développé  par  l’étudiant  à  des  échelles  oscillant  généralement   entre   le   1/500   et   le   1/100.   1/200   et   1/100).  objets  de  l’étude.  Au  nombre  de  trois  ou  quatre.   Les   questions   soulevées   pendant   la   phase   de   relevé   doivent  trouver  une  réponse  cohérente  et  appropriée  dans  le  projet  de  sauvegarde.   le   travail   cède   la   place   à   un   travail   de   projet   à   deux.  Modalités  didactiques     L'atelier   vise   à   transmettre   aux   étudiants   les   éléments   théoriques   et   pratiques   de   l'élaboration   de  cette  discipline  du  projet.   Les   critiques   finales   de   semestre.   elles   font   état   du   projet   à   travers   des   plans.

    •  Organiser  collectivement  la  documentation  de  l’objet  d’étude  à  partir  de  son  relevé.  Ces  moments  s’avèrent  toujours  d’une  grande  richesse  pour  les   étudiants  et  sont.     Dessiné   en   quelques   jours   par   Le   Corbusier.  historiques.  toiture  en  forme   de   «  coquille   de   crabe  ».     A   proximité   de   la   chapelle.   le   parti   général   rompt   radicalement   avec   les   codes   traditionnels  de  l’architecture  chrétienne  :  plan  dissymétrique.     •  Concevoir  et  dessiner  un  détail  constructif  approprié  au  projet  et  à  sa  matérialité.   la   «  maison  du  gardien  »  et  la  «  maison  des  pèlerins  »  que  complète  une  pyramide  à  degrés  dédiée   aux  victimes  des  combats  de  1944.  Thème  de  l’atelier  2016-­‐2017  :  La  chapelle  Notre-­‐Dame-­‐du-­‐Haut  à  Ronchamp  et   le  pavillon  Le  Corbusier  à  Zurich  :  deux  sites  corbuséens  en  projet   Implantée  sur  la  colline  de  Bourlemont  à  Ronchamp.       5.  par  conséquent.   autant   d’éléments   qui   poussent   à   son   paroxysme   le   lyrisme   architectural   du   bâtiment   dont   les   conditions   idéales   de   production   (liberté   du   programme   religieux.  Acquis  de  formation     •  Comprendre  les  enjeux  (architecturaux.   De   même.  politiques.  la  chapelle  Notre-­‐Dame-­‐ du-­‐Haut   (1950-­‐1955)   est   une   des   œuvres   majeures   de   Le   Corbusier.  près  de  Belfort.  énergétique  et  distributif)  de   l’objet  d’étude  à  partir  de  son  analyse  in  situ.   Icône   de   l’architecture   sacrée.  indispensables  à  leur  formation.  enthousiasme  de  l’architecte  pour  le  site)  concourent  à   l’émergence  d’une  œuvre  d’exception.  un  bâtiment  représentatif  de  l’architecture  moderne  et  contemporaine.   Le   Corbusier   construits   également   deux   autres   bâtiments.   architecturales   et   matérielles)   acquises   sur   l’objet   d’étude  dans  le  projet  de  sauvegarde.     •  Observer  et  acquérir  une  connaissance  personnelle  (intellectuelle  et  sensuelle)  de  l’objet   d’étude.     •  Gérer  le  processus  de  projet  et  le  développer  à  travers  l’utilisation  d’échelles  différentes  et   pertinentes.     •  Représenter  graphiquement  le  fonctionnement  (constructif.       4.     •  Identifier  les  pathologies  de  l’objet  d’étude  et  proposer  les  remèdes  adéquats.     •  Enoncer  et  défendre  son  projet  à  l’oral  et  à  l’écrit.   des   journées   d’enseignement   délocalisé   sont   organisées   afin   d’aller   à   la   rencontre   de   l’architecture   et   des   architectes   en   prises   avec   les   questions   actuelles   de   l’intervention  dans  l’existant.  qualité  des  commanditaires.  anticipant  l’ouverture  de  l'Eglise  catholique  au  monde  moderne  et  à  la   culture  contemporaine  défendue  par  le  Concile  Vatican  II.     •   Utiliser   les   connaissances   (historiques.Des   conférences   sur   des   thèmes   inhérents   au   travail   d’atelier   sont   prévues   tout   au   long   de   l’année  et  ont  pour  ambition  de  fournir  aux  étudiants  des  apports  théoriques  de  tout  premier   ordre.  murs  incurvés.   elle   suscite   dès   sa   construction   un   intérêt   mondial   et   révolutionne   l’architecture   religieuse  au  XXe  siècle.     EPFL  |  ENAC  |  IA  |  TSAM  –  juillet  2016   4   .  économiques  et   environnementaux)  de  la  sauvegarde  aujourd’hui.

).       Depuis   2015.     L’événement   majeur   intervient   en   2007   lorsque   l’association   Œuvre   Notre-­‐Dame-­‐du-­‐Haut   propriétaire   de   la   chapelle.   un   important   projet   de   restauration   a   été   lancé   concernant   à   la   fois   la   chapelle   (intérieur  et  extérieur)  et  l’ensemble  du  site.  salles  de  séminaires.  2  juin  1954  (FLC  4780)       Lieu   de   pèlerinage   architectural   autant   que   religieux.   associée   à   la   communauté   des   Clarisses   de   Besançon.   décide   de   construire  à  proximité  immédiate  un  complexe  spirituel  comprenant  un  monastère  (fraternité   des  Clarisses)  et  une  porterie  (accueil  du  public.  Peu  de  transformations   ont   été   réalisées   au   cours   des   décennies   suivantes   si   ce   n’est   la   réalisation   en   1974   par   Jean   Prouvé   d’un   campanile   pour   les   cloches   de   la   chapelle.  deux  ans  à  peine  après  la  mort  de  Le  Corbusier.           EPFL  |  ENAC  |  IA  |  TSAM  –  juillet  2016   5   .  administration.   ainsi   que   différents   ravalements   extérieurs  à  raison  d’un  tous  les  dix  ans  environ.  librairie.   la   chapelle   fait   l’objet   d’une   protection   précoce  puisque  le  site  est  inscrit  à  l’Inventaire  en  mars  1960  et  l’édifice  classé  aux  Monuments   historiques  dès  1967.   Le   projet   confié   à   l’architecte   Renzo   Piano   est   finalement   inauguré   en   2011   après   une   intense  controverse  et  en  dépit  d’une  farouche  opposition  de  la  Fondation  Le  Corbusier.   etc.   Plan  définitif  du  site  de  Ronchamp.  L’édifice  appartient  en  outre  à  un  corpus  de  dix-­‐ sept  bâtiments  de  Le  Corbusier  qui  viennent  d’être  inscrits  en  2016  sur  la  très  prestigieuse  Liste   du  patrimoine  mondial  de  l’Unesco.

    De   taille   modeste.   Situé   dans   le   parc   du   Zurichhorn.   l’édifice   également  dénommée  «  Maison  de  l’Homme  »  est  destiné  à  l’origine  à  présenter  les  œuvres  de   peinture   et   de   sculpture   de   Le   Corbusier.   Entre   ces   éléments   structurels   de   petites   dimensions   prennent   place   des   panneaux   de   façade   colorés   en   aluminium   ou   émaillé.   le   bâtiment   se   présente   sous   la   forme   d’une   grande   structure   en   acier   autoportante   constituant   la   toiture   (deux   surfaces   imbriquées   formant   parasol)   sous   laquelle   prennent   place   des   volumes   indépendants.   EPFL  |  ENAC  |  IA  |  TSAM  –  juillet  2016   6   .   ainsi   que   des   panneaux  vitrés.  vers  1955  (FLC/©Marcel  Lombard)       Œuvre   posthume.   ses   livres   publiés.   les   musées   et   les   expositions.).   le   pavillon   d’exposition   Le   Corbusier   à   Zurich   (1961-­‐1967)   a   été   construit   à   l’initiative   de   la   galeriste   Heidi   Weber   qui   donne   ici   à   l’architecte   l’occasion   unique   de   concrétiser  une  réflexion  fondamentale  menée  depuis  les  années  1950  sur  la  synthèse  des  arts.   en   bordure   du   lac.   Façades  nord  et  ouest  de  la  chapelle  de  Ronchamp.   Ces   derniers   sont   réalisés   au   moyen   d’éléments   métalliques   industrialisés   mis   au   point   par   l’architecte   lui-­‐même   et   brevetés   en   1953   sous   le   nom   de   «  système   226   x   226   x   226  ».   ainsi   que   son   art   graphique   (lithographies.   l’édifice   est   finalement   construit   entre  avril  1966  et  juillet  1967  par  deux  de  ses  derniers  collaborateurs  :  Alain  Tavès  et  Robert   Rebutato.     Conçu   et   dessiné   par   Le   Corbusier   jusqu’à   sa   mort   en   1965.  etc.  gravures.

  le   pavillon   est   un   objet   fragile   dont   il   est   prévu   d’en   faire   prochainement   la   restauration   complète.   vitrages.  Parfaitement  conservé  et  entretenu   en   dépit   de   quelques   problèmes   d’infiltrations   ou   du   remplacement   devenu   nécessaire   de   certains   matériaux   (joints   néoprène.   Objets   reconnus   et   appréciés.).  voire  bouleversés  par  des  transformations  récentes.   Actuellement   en   cours.     EPFL  |  ENAC  |  IA  |  TSAM  –  juillet  2016   7   .  leur  situation.   Délaissés.   sa   pérennité   et   son   usage   n’échapperont  pas  à  la  mise  en  place  d’un  programme  cohérent.   le   pavillon   a   été   récemment   rétrocédé  à  celle-­‐ci  qui  en  devient  le  nouveau  propriétaire.  ils  entretiennent  tous  deux  une  relation  forte  avec  leur  environnement  immédiat.   etc.   Maquette  de  la  structure  du  toit  du  pavillon  Le  Corbusier  à  Zurich  (FLC)       Conformément   au   contrat   qui   liait   Heidi   Weber   à   la   Ville   de   Zurich.  Si  la   sauvegarde   du   pavillon   semble   être   entre   de   bonnes   mains.  la  chapelle   de   Ronchamp   et   le   Pavillon   de   Zurich   n’en   partagent   pas   moins   certaines   similitudes.     Différents  par  leur  taille.  leur  programme  comme  par  leur  matérialité.  leurs  abords  n’ont  pas  toujours   été   considérés   comme   il   devrait   l’être   et   une   réflexion   sur   ce   thème   apparaît   aujourd’hui   indispensable.   ils   symbolisent   chacun   à   leur   manière   cette   «  synthèse   des   arts   majeurs  »   à   laquelle   Le   Corbusier   croyait   et   appelait   de   ses   vœux.   peinture.   Loin   de   se   réduire   à   des   objets  isolés.   l’étude  d’exécution  menée  par  les  architectes  Arthur  Rüegg  et  Silvio  Schmed  doit  aboutir  à  un   chantier  dont  le  déroulement  devrait  s’échelonner  entre  septembre  2017  et  février  2019.

 12  décembre  1961  (FLC  5941/5942)       Ainsi.   de   sa   relation   avec   son   paysage   proche   et   lointain   (les   «  quatre   horizons  »   définis   par   Le   Corbusier).   du   devenir   de   la   fraternité   des   Clarisses   dont   le   renouvellement   des   membres   est   incertain.   de   la   porterie   dont   la   proximité   et   la   position   semblent  en  contradiction  même  avec  l’œuvre  corbuséenne.       EPFL  |  ENAC  |  IA  |  TSAM  –  juillet  2016   8   .     C’est  cette  réflexion  que  les  étudiants  de  l’atelier  seront  amenés  à  entreprendre.     A   Zurich.  dans  un  cas  comme  dans   l’autre.   et   plus   généralement   à   la   ville   qui   constitue   son  environnement  immédiat.   à   Ronchamp   se   pose   la   question   de   la   maîtrise   d’un   afflux   important   de   visiteurs   consécutif  au  probable  classement  du  site  à  l’Unesco.   au   parc   auquel   il   appartient.  autant  de  questions  qui.  Bref.  à  la  fois  urbain  et  paysager.                     Plans  du  rez-­‐de-­‐chaussée  et  de  l’étage  du  pavillon  (premier  projet).   c’est   la   question   de   la   relation   du   pavillon   aux   bâtiments   qui   l’entourent.  Se  pose  en  filigrane  la  question  de  l’accès   à   la   chapelle   (à   pied   ou   en   voiture).  réflexion  qui   passe  par  la  connaissance  la  plus  fine  des  objets  étudiés  et  par  le  développement  de  projets  ad   hoc.   aux   rives   du   lac   qu’il   borde.  C’est  aussi  la  question  de  sa  future   programmation.   de   son   rôle   culturel   comme   lieu   de   manifestations   régulières   et   des   besoins   nouveaux  qui  pourraient  en  découler.  mettent  en  exergue  le  rôle  des  abords  et  témoignent  de  l’importance  de  la  notion  de   site  dans  l’architecture  du  XXe  siècle  en  général  et  dans  celle  de  Le  Corbusier  en  particulier.

  Etude  de  la  façade  sud  vue  depuis  l’intérieur  de  la  chapelle.   LE  CORBUSIER.   BROOKS  H.  pp.  Ronchamp.  septembre-­‐octobre  1955  (numéro  spécial  sur  Ronchamp).  Hazan.   dans  BROOKS  H.   Le   Corbusier.  20.  127-­‐140.  Garland.  1971.).  Bâle.  Ronchamp  :  la  chapelle  Notre-­‐Dame-­‐ du-­‐Haut.  Le  Corbusier  à  Ronchamp.  vol  6.  Manières  de  penser  Ronchamp.   COHEN  Jean-­‐Louis  (dir.   Ronchamp.  1953.  Paris.  1987.  New  York.  Sources  principales     Chapelle  Notre-­‐Dame-­‐du-­‐Haut.  1957.  Le  Corbusier.  2014.  The  Le  Corbusier  Archive.   LE  CORBUSIER.  Tokyo.  Allen  (dir.   PAULY   Danièle.   France.  15  mai  1951  (FLC  30937)       6.  vol  5.  1952-­‐1957.  1946-­‐1952.).  Global  Architecture.   FUTAGAWA   Yuko   (dir.  Heillecourt.  CAUSSE  Françoise.  New  York/Londres.  Girsberger.   pp.  ADA  Edita.  Allen  (dir.  Editions  de  la  Villette/Fondation   Le  Corbusier.  1983.  1950-­‐1955   L’Art  sacré.  Le  Corbusier:  The  Garland  Essays.  pp.).  vol.   Chapelle   Notre   Dame   du   Haut.   PAULY  Danièle.  Ronchamp.   CRIPPA  Maria  Antonietta.  Zurich.   Presses   universitaires   de   Strasbourg.  Birkhäuser.   LE  CORBUSIER.  pp.  1986.   EPFL  |  ENAC  |  IA  |  TSAM  –  juillet  2016   9   .  1957.  Birkhäuser.  Paris.  72-­‐84.   lecture   d’une   architecture.  Œuvre  complète.  2011.  16-­‐41.  n°  1-­‐2.  Œuvre  complète.  Bâle.   Strasbourg.  Garland.   1950-­‐ 1954.   Ronchamp.).  Editions  L’Est  républicain.   BOLLE-­‐REDDAT  René.  1987.  «  The  Capel  of  Ronchamp  as  an  Exemple  of  Le  Corbusier’s  Creative  Process  ».  1-­‐294.

 1970.   LE  CORBUSIER.).   «  Pavillon   Zürichorn.  Le  pavillon  de  Le  Corbusier  pour  Zurich.  Bâle.   Zurich.   1997.  Paris.       Intérieur  du  pavillon  Le  Corbusier  à  Zurich.  pp.  Œuvre  complète.   Heidi   Weber.  New  York.  1999.  22-­‐31.  328-­‐331.  pp.  2016  (©Georg  Aerni)     EPFL  |  ENAC  |  IA  |  TSAM  –  juillet  2016   10   .   LE  CORBUSIER.  31.   dans   Arthur   Ruëgg   (dir.  pp.   Le   Corbusier  :   la   chapelle   de   Ronchamp.   RUËGG   Arthur.   Le   Corbusier:   Photographs   by   René   Burri:   Moments   in   the   life   of   a   great   architect.   Projets   et   réalisations.  2013.   RAGOT  Gilles.).  vol.   Bâle.  Birkhäuser.  55-­‐68.  383-­‐408.  1965.  Bâle.  1984.  vol  8.  1957-­‐1965.  1997.  Zurich.  Allen  (dir.  1961-­‐1967   BROOKS  H.   1960-­‐1967  ».   Bâle/Paris.     Pavillon  Le  Corbusier.  The  Le  Corbusier  Archive.  142-­‐157.  Le   Corbusier   en   France.  Birkhäuser.  Modèles  et   prototype   d’un   espace   d’exposition   idéal.  1965-­‐1969.  DION  Mathilde.  vol  7.  BENTON  Tim.  pp.   Zürich.  Œuvre  complète.PAULY   Danièle.  Le  Moniteur.  pp.   Birkhäuser.   DUMONT  D’AYOT  Catherine.   Lars   Müller   Publishers/Institut   für   Denkmalpflege  und  Bauforschung-­‐ETHZ.   Birkhäuser/Fondation   Le   Corbusier.  Garland.

 Nouveaux  métiers.   Lausanne.  GRANDVOINNET  Philippe.   GRAF   Franz.  MARINO  Giulia  (dir.  printemps  2005.   GRAF  Franz.   GRAF  Franz.  DELEMONTEY  Yvan  (dir.  n°  54.  vol.  Faces.).   Bulletin   technique   de   la   Suisse   romande.).   Devenir   de   l’architecture   moderne  et  contemporaine.  n°  42/43.).  256-­‐261.   2010.).  Lausanne.  n°  2.     La  sauvegarde  du  patrimoine  bâti  du  XXe  siècle.  Cahier  hors  série  de  la  revue  Patrimoine  et  architecture.   Faces.   De   la   production   au   patrimoine.  2012.  2016.   Histoire   matérielle   du   bâti   et   projet   de   sauvegarde.  De  l’histoire  matérielle  du  bâti  à  l’histoire  matérielle  du  projet  de  sauvegarde  ».   Les   dispositifs   du   confort   dans   l’architecture   du   XXe   siècle  :   connaissance   et   stratégies   de   sauvegarde   /   Building   Environment   and   Interior   Comfort   in   20th-­‐ Century   Architecture:   Understanding   Issues   and   Developing   Conservation   Strategies.   GRAF   Franz.  2009.   «  TSAM.  La   cité   du   Lignon.  n°  5-­‐6.   MARINO   Giulia.   PPUR.   Lausanne.  Infolio.  2012.   GRAF   Franz.   MARINO   Giulia.  dossier  «  Authenticité  ».  2014.   Revue  de  l’Art.   GRAF   Franz.   MARINO   Giulia   (dir.   GRAF  Franz  (dir.  PPUR.  58-­‐65.  2015.7.  avril  2016.   MARINO   Giulia   (dir.   Architecture   industrialisée   et   préfabriquée  :   connaissance   et   sauvegarde   /   Understanding   and   Conserving   Industrialised   and   Prefabricated   Architecture.   GRAF   Franz.  n°  4.  nouvelles  formations.  PPUR.   Paris.   DELEMONTEY   Yvan   (dir.   GRAF  Franz.   Tracés.   Gollion.  2015  pp.   architectes   et   constructeurs.  MARINO  Giulia.  cahier  n°  10-­‐11.   Mendrisio  Academy  Press.  Cahier  du  TSAM.   MétisPresses.  11  mars  2016.   Addor   architecte.  n°  1.  n°  58.   GRAF  Franz  (dir.  Bibliographie  sélective  :  la  sauvegarde  de  l’architecture  du  XXe  siècle   GRAF   Franz.  juin  2001.   Infolio.  «  Mirabilia  ou  ressource  durable  ?  Le  patrimoine  récent  à  l’épreuve   des  enjeux  énergétiques  ».).   DELAUNE   PERRIN   Mélanie.   Dossier  «  La  sauvegarde  du  moderne  ».   GRAF   Franz.).   ALBANI   Francesca   (dir.  pp.  2011.  PPUR.  automne-­‐hiver  1997-­‐1998.  142e  année.  La  sauvegarde  des  grandes  œuvres  de  l’ingénierie  du  XXe   siècle.).  186.   14   et   15   septembre  2000.   Il   vetro   nell’architettura   del   XX   secolo:   conservazione   e   restauro   /   Glass   in   the   20th   Century   Architecture:   Preservation   and   Restoration.).   GRAF   Franz   (dir.  «  Housing  Reloaded  ».   Sauvegarde  de  l’architecture  du  XXe  siècle  ».  Honegger   Frères.  Gollion.  Picard.  Actes   du   colloque   organisé   par   l'Institut   d'architecture   de   l'Université   de   Genève   (IAUG).  Lausanne.  31-­‐35.   1963-­‐1971.  2016  (à  paraître).   Un   monument   historique   controversé   –   la   CAF   du   XVe   arrondissement   à   Paris.  2014  pp.  2002.  Kunst+Architektur  in  der  Schweiz.   EPFL  |  ENAC  |  IA  |  TSAM  –  juillet  2016   11   .  BISCHOFF  Christian.  DELEMONTEY  Yvan.).   Mendrisio.   Etude   architecturale   et   stratégies   d’intervention.  MARINO  Giulia.  Monumental.   MARINO   Giulia.  Docomono  Journal.   «  Pour   un   "Observatoire   du   patrimoine   moderne   et   contemporain".  Patrimoine  et  architecture.   1930-­‐1969.   «  Les   techniques   et   matériaux   des   années   30   à   70   et   leur   sauvegarde   /   Techniques   and  materials  from  the  1930s  to  the  70s  ».   Genève.

 2013  (©Yvan  Delemontey)     Vue  générale  du  pavillon  Le  Corbusier  à  Zurich.     Détail  du  chœur  extérieur  et  vue  générale  de  la  chapelle  de  Ronchamp.  2016  (©Georg  Aerni)   EPFL  |  ENAC  |  IA  |  TSAM  –  juillet  2016   12   .