EVALUATION DU BRGM

Pour la période 2005-2008 COMITE DE VISITE des 10, 11 et 12 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

Sommaire Préambule …………………………………………………………………………………………… 3 A. Composition du Comité de Visite …………………………………………………………..4 B. Programme de la visite …………………………………………………………………….. 6 C. Répartition des membres du comité pour les visites des services ……………………..8 1. Evaluation du BRGM.......................................................................................................... 9 1.1. Le contrat 2005 – 2008 et la stratégie 2020 ............................................................... 9 1.1.1. Bilan du contrat 2005-2008...............................................................................9 1.1.2. L’emploi en géosciences ................................................................................10 1.1.3. Stratégie 2020 ................................................................................................11 1.1.4. Recommandations..........................................................................................12 1.2. Programmation et réalisation de la recherche .......................................................... 14 1.2.1. Bilan................................................................................................................14 1.2.2. Recommandations..........................................................................................14 1.3. Programmation et réalisation des actions de service public .................................... 15 1.3.1. Bilan................................................................................................................15 1.3.2. Recommandations..........................................................................................15 1.4. Programmation et réalisation des actions internationales........................................ 16 1.4.1. Présentation du BRGM...................................................................................16 1.4.2. Recommandations..........................................................................................16 1.5. Organisation de la production ................................................................................... 17 1.5.1. Bilan................................................................................................................17 1.5.2. Recommandations..........................................................................................17 1.6. Gestion des ressources humaines ........................................................................... 17 1.6.1. Bilan................................................................................................................17 1.6.2. Recommandations..........................................................................................18 1.7. Communication et édition ......................................................................................... 18 1.7.1. Présentation du BRGM...................................................................................18 1.7.2. Recommandations..........................................................................................19 1.8. Conclusion ................................................................................................................. 19 2. Evaluation des services du BRGM................................................................................. 20 2.1. Evaluation du service Aménagement et Risques Naturels ...................................... 20 2.2. Evaluation du service Environnement Industriel et Procédés Innovants ................. 21 2.3. Evaluation du service Ressources Minérales et de l’activité Après-mine ................ 22 2.4. Evaluation du service Géologie ................................................................................ 23 2.5. Evaluation du service EAU ....................................................................................... 24 2.6. Evaluation du département Géothermie ................................................................... 25 2.7. Evaluation du service Systèmes et Technologies de l’information .......................... 26 2.8. Evaluation du service Métrologie Monitoring Analyse .............................................. 26 2.9. Evaluation du domaine Stockage du CO2 ................................................................ 27 2.10. Evaluation du service des Actions Régionales ......................................................... 28 Annexe I – Cahier des charges de l’évaluation 2008 du BRGM pour la période 2005-2008 du contrat Etat-BRGM par le Comité de visite (10, 11 et 12 juin 2008)…..……...……………29 Annexe II – Liste des documents envoyés aux membres du Comité de visite………………35 Annexe III – Liste des exposés sous Powerpoint présentés lors du Comité de visite les 10,11 et 12 juin 2008 ………………………..…………………………………………………39

2/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

EVALUATION DU BRGM
Pour la période 2005-2008 COMITE DE VISITE des 10, 11 et 12 juin 2008

Préambule
Le comité de visite avait pour mission de procéder à une évaluation du BRGM pour la période 2005-2008 correspondant au contrat Etat-BRGM en voie d’achèvement, alors que l’établissement est engagé à la demande de ses tutelles dans la préparation de sa stratégie 2020 en vue du contrat Etat/BRGM 2009-2012. L’évaluation, qui portait sur le BRGM dans son ensemble ainsi que sur chacun de ses services a été menée sur la base d’un cahier des charges pré-établi, qui s’inspirait de ceux de l’AERES moyennant quelques adaptations à l’EPIC BRGM. Ces cahiers des charges ont été utilisés dans la préparation des dossiers transmis aux membres du comité de visite un mois avant la visite. Ces dossiers, comme les présentations faites lors de la visite, ont été consignés dans un CD Rom. Tous les membres du comité de visite ont participé à l’évaluation du BRGM dans son ensemble ; par contre, l’évaluation des services a été menée par les évaluateurs par groupes de 3 ou 4.

3/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

A. Composition du Comité de Visite Président Monsieur Jean-Jacques Gagnepain, ancien Directeur de la Technologie au Ministère de la Recherche et ex-Président de l’Agence nationale de la Recherche, Conseiller - Présidence CNRS CNRS 2, rue Michel Ange 75016 PARIS Tel : 01 44 96 46 93 e-mail : jean-jacques.gagnepain@cnrs-dir.fr Monsieur Kurt Bram, Dr. Ing, ancien BGR Hanovre, ancien.DG Recherche de l’Union Européenne, ancien Directeur Adjoint du « Leibinz Institute for Applied Geophysics » Uhlenkamp 8 30916 ISERNHAGEN ALLEMAGNE tel : 49 511 619747 fax 49 511 643 3665 e-mail : kurt.bram@t-online.de Monsieur Fabrice Cotton, Professeur, Laboratoire de Géophysique et Tectonophysique Université de Grenoble Maison des Géosciences BP 53 38041 GRENOBLE Cedex tel 33 04 76 63 51 79 labo 33 04 76 63 52 00 fax 33 04 76 63 52 52 e-mail : fabrice.cotton@obs.ujf-grenoble.fr Monsieur Peter Heitzmann, Dr. sc.nat.ETHZ, ancien Directeur du Service Géologique Fédéral Holzeggen, Niederriedweg 110 CH-3019 BERN SUISSE tel 41 (0) 31 926 16 65 41 (0) 76 580 78 09 fax 41 (0) 31 926 22 40 e-mail : heitzmann@bluewinch.ch Monsieur Henri Martin, Ingénieur, ancien Directeur de programme à la Commission Européenne, 19, avenue du Val au Bois 1950 KRAAINEM BELGIQUE Tel 0032 2 782 03 09 e-mail henri.j.martin@skynet.be

4/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

Monsieur Jean-Marie Masset, Directeur Géosciences TOTAL Tour Coupole 2, place de la Coupole 92078 PARIS LA DEFENSE CEDEX tel 01 47 44 31 57 fax 01 47 44 78 49 e-mail : jean-marie.masset@total.com

Monsieur Kyriasis Pitilakis, Professeur à l’Université de Thessalonique Department of Civil Engineering Aristotle University of Thessaloniki 54124 THESSALONIKI GRECE Tel 30 2310 995693 Fax 30 2310 995619 e-mail : pitilakis@civil.auth.gr Monsieur Michel Sindzingre, ancien Directeur d’Imerys et Président d’honneur de la Société de l’Industrie Minéral, Senior Advisor Sagard SAGARD 24 - 32, rue Jean Goujon 75008 PARIS tel 01 53 83 30 11 e-mail : michel.sindzingre@sagard.com

Monsieur Wilhelm Struckmeier, Pr., Dr. Rer. Nat. Service Géologique Fédéral BGR International Cooperation Groundwater Stilleweg 2 D-30655 HANNOVER Allemagne Tel : 49 511 643 23 66 e-mail : w.struckmeier@bgr.de Monsieur Claude Truchot, Ingénieur Général du GREF MEEDDAT Inspection Générale de l’Environnement 20, avenue de Ségur 75302 PARIS 07 SP tel 01 42 19 13 52 e-mail : claude.truchot@developpement–durable.gouv.fr

Madame Elisabeth Lallier-Vergès, Direction de l’Observatoire des Sciences de l’Univers en région centre, Directeur de Recherche CNRS OSUC Campus CNRS - 1A rue de la Férollerie 45071 ORLEANS Cedex 2 tel 02 38 25 53 96 fax 02 38 63 64 88 e-mail : Elisabeth.Verges@univ-orleans.fr
5/44 Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

B. Programme de la visite

Mardi 10 juin
A partir de 11h00 Arrivée à Orléans, installation à l’hôtel, accueil des évaluateurs, visite du site en bicyclette. 12h30 14h00 Déjeuner de travail au BRGM à l’invitation du Président 1. Organisation et gouvernance du BRGM Ph. Vesseron, (P) F. Demarcq, (DGD)

14h45

2. Présentation du contrat 2005 – 2008 et de l’avancement de sa réalisat J. Varet (DPE) objectifs indicateurs réalisations partenariats (E.P.R, S.G européens, internationaux)

15h45 Pause 16h00 5. Actions internationales (objectifs thématiques et géographiques, agences multilatérales, projets européens et français, clients industriels et états étrangers partenariats locaux, internationaux) J.C. Guillaneau (DI)

16h45

4. Programmation et réalisations des actions de service public : produits de connaissance, expertise, valorisation de la recherche, formation partenariats : ministères, agences, collectivités publiques… 3. Programmation et réalisations de la recherche (R.D.T) stratégie, partenariats avec les agences de financement (PCRD, agence française) et les partenaires économiques, partenariats scientifiques et universitaires ; ressourcement amont. Labellisation CARNOT et utilisation de l’abondement 6. Organisation de la production et démarche qualité 7. Entretien avec le Président du Comité Scientifique du BRGM

L. Beroud (DSP)

17h30

C. Fouillac (DR)

18h15 18h45

F. Le Lann (DPIQ) T. Chambolle

20h00

Dîner avec les Directeurs et Chefs de Services

6/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

Mercredi 11 juin
9h00 8. Gestion des Ressources Humaines M. Bouilleau (DRH)

9h30

9. Etat de préparation de la stratégie 2020 et du contrat 2009 – 2012

J. Varet (DPE)

10h00

Première réunion des évaluateurs à huis clos (assistance d’un secrétariat extérieur) 10. Communication et Editions (visite) G. Lehideux Vernimmen (DCE)

12h00

12h30 Déjeuner de travail au BRGM avec les Chefs de Service (buffet) 14h00 à 16h30 16h30 Pause 16h45 à 19h15 Visite des services GEO EAU GTH Visite des services ARN EPI REM/Après-Mine

20h00 Dîner Hôtel de la Marine (avec membres du Comex, Président & Vice-président Université Orléans, Président INRA Orléans, Directeur Polytech’Orléans)

Jeudi 12 juin
9h00 à 11h00 Départements, services régionaux, domaines STI MMA SAR CO2

11h00 à 13h00 13h00 13h00 à 16h30

Travail à huis clos (assistance d’un secrétariat extérieur) Déjeuner de travail (plateaux) Poursuite du travail à huis clos & finalisation du rapport d’évaluation (assistance d’un secrétariat extérieur) Enoncé des conclusions du rapport P, DGD, DPE

16h30

17h00 Départ d’Orléans

7/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

C. Répartition des membres du comité pour les visites des services

COMITE DE VISITE BRGM JUIN 2008 : TABLEAU DES VISITEURS PAR SERVICES SERVICE Risques naturels Envir. & procédés R.Minérales, Après Mine Géologie EAU Géothermie Systèmes. et technologies de l’information DATE
le 11 à 14h00 le 11 à 14h00 le 11 à 14h00 le 11 à 16h45 le 11 à 16h45 le 11 à 16h45 le 12 à 9h00

VISITEUR
M.Bram M.Gagnepain M.Martin Mme Verges M.Martin M.Bram M.Bram M.Cotton M.Struckmeier M.Masset M.Heitzmann M.Struckmeier M.Gagnepain M.Gagnepain M.Heitzmann M.Truchot M.Sindzingre M.Masset M.Truchot M.Pitilakis M.Struckmeier M.Sindzingre M.Cotton M.Pitilakis Mme Vergès

Métrologie & le 12 à 9h00 analyses Stockage du le 12 à 9h00 CO2 SAR, SGR
le 12 à 9h00

Mme Vergès M.Sindzingre M.Cotton

M.Truchot M.Martin M.Heitzmann M.Pitilakis M.Masset

8/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

1.

Evaluation du BRGM
1.1. LE CONTRAT 2005 – 2008 ET LA STRATEGIE 2020
1.1.1. Bilan du contrat 2005-2008

Le BRGM est un établissement public (EPIC) de recherche et d’expertise créé en 1959, qui rend compte au Ministre de la Recherche depuis 1997, ainsi qu’au Ministre de l’Ecologie depuis 2004. L’évaluation portera principalement sur la période 2005-2008 du contrat EtatBRGM, période pendant laquelle l’évolution des ressources a été en croissance régulière : Budget en million d’Euros Total hors après- mine Dont dotations du MENSR Dont ressources contractuelles Après mine Total général 2005 réalisé 84 45 39 0 84 2006 réalisé 91 47 44 2 93 2007 réalisé 105 47 58 8 113 2008 eprd rev. 110 48 62 23 133

L’année 2007 a été exceptionnelle avec 113 millions d'euros de réalisations en croissance de 20 % par rapport à 2006 et un résultat d’exploitation de 6,5 millions d'euros, la dotation représentant 47 millions d'euros (provenant essentiellement du Ministère de la recherche) parmi 113 millions d'euros de ressources totales. Les charges d’amortissement sont faibles mais devraient augmenter au cours des prochaines années du fait d’une nouvelle politique d’investissements. Le BRGM emploie près de 1 000 personnes ; 700 agents travaillent à Orléans, 163 dans les services régionaux et une centaine – généralement non résidents permanents - en dehors du territoire français, 152 agents ont été recrutés de 2005 à 2007. Le BRGM a connu dans la période et prévoit pour les années à venir près de 30 départs à la retraite et une dizaine de démissions par an, soit un taux de renouvellement du personnel de 4 % par an. L’Etablissement a augmenté le salaire d’embauche pour se mettre aux conditions du marché ; en revanche, il ne peut concurrencer les salaires proposés par les entreprises du secteur privé aux agents expérimentés. Les salariés partent à la retraite lorsqu’ils comptabilisent toutes les annuités requises ; le BRGM envisage de développer l’emploi contractuel de jeunes retraités à temps partiel. Le contrat Etat-BRGM, signé pour la période 2005-2008, comprend trois parties : objectifs, actions et moyens. Les objectifs sont assis sur une analyse du contexte et un positionnement. Les principaux objectifs de l’Etablissement portent sur la recherche, l’appui aux politiques publiques, l’activité internationale et l’après-mine. Le contrat traite également de l’équilibre entre les secteurs d’activité, et conformément aux prévisions, la forte croissance des secteurs de l’environnement (eau, risques, sols pollués…) ayant jusqu'à présent été concomitant à une baisse de l’activité "minière". Nous verrons plus loin que cette évolution a atteint ses limites. Le succès économique du BRGM dans la période tient notamment à son effort en termes de qualité. La certification ISO 9001 a été obtenue fin 2004 et régulièrement renouvelée dans la période pour la totalité des activités de l’Etablissement. En ligne avec les objectifs et les actions, une vingtaine d’indicateurs de performance ont été définis dans ce contrat. D'une manière générale, les indicateurs de performance contractuelle sont conformes aux objectifs en nombre, et supérieurs à ceux-ci en montant. En 2007, l’activité de service a augmenté de 47 % par rapport à 2004. Le BRGM enregistre de bons résultats dans chacun de ses domaines d’activité, y compris les ressources
9/44 Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

minérales, avec une croissance particulièrement forte sur les thèmes liés au changement climatique. A la fin de la troisième année du contrat, les objectifs ont été atteints et souvent largement dépassés, sauf en ce qui concerne les brevets et leur valorisation, ainsi que, pour quelques services, les participations à colloques, congrès et séminaires. Le produit de la valorisation des recherches a toutefois connu une augmentation importante entre 2004 et 2007 dont les indicateurs retenus ne rendent pas compte. Si les publications sont légèrement en deçà des objectifs, le nombre de publications de rang international est en croissance. La Direction regrette que peu de chercheurs publient dans certains secteurs, mais le système BRGM peut amener parfois les agents à développer les contrats et satisfaire les clients plutôt qu’à multiplier les publications. La labellisation CARNOT a été obtenue pour l’ensemble de l’établissement en 2006, et la bonne progression des résultats mériterait d’être reprise dans les indicateurs de performance, d’autant que l’année 2008 semble amplifier ces tendances avec plus de 11 millions d'euros de recettes partenariales labellisables. En termes de partenariat, le BRGM a privilégié, comme il se devait, les relations avec les autres établissements du programme 187 de la LOLF (INRA, CIRAD, IRD, IFREMER et CEMAGREF) auquel il se rattache. Le BRGM entretient également des relations régies par des mécanismes contractuels clairs avec d’autres établissements de recherche finalisée, comme l’INERIS, l’IFP et le CSTB. Par contre, le BRGM n’a pas signé d’accord cadre avec le CNRS (INSU). Dans l’ensemble il veille à aborder en partenariat tous les sujets qui le méritent, comme les infrastructures des bâtiments avec le CSTB (risques et géothermie), l’eau et les pollutions avec le CEMAGREF ou l’INRA, ou le littoral avec l’IFREMER, le SHOM et le CETMEF. Comme indiqué, l’Etablissement est lié à l’IFP par un accord cadre. Si les autres activités sont pour l'essentiel disjointes, les deux organismes travaillent tous les deux dans le domaine du stockage du CO2. Ils publient ensemble des documents et organisent un colloque tous les deux ans sur ce sujet. Une priorité du BRGM est la proposition aux pouvoirs publics de critères permettant de maîtriser les impacts et la sécurité géologique des stockages. Remarquons que la géologie ne concerne que 20 % de l’activité de l’IFP, et que cette activité, dont l’importance diminue progressivement au sein de l’Institut, n’est pas labellisée Carnot. 1.1.2. L’emploi en géosciences

Le BRGM se situant à un tournant historique avec de nouvelles perspectives de développement et de croissance, a mené une approche prospective de son domaine des géosciences et plus particulièrement de l’emploi, de plus en plus tendu, à la demande de ses tutelles. Le rapport « Prospective emplois géosciences » recense l’ensemble des besoins de recrutement des différents employeurs, qu’il met au regard des formations disponibles dans les Universités et les Grandes Ecoles. La demande d’emplois en géosciences a fortement crû depuis 2005, en particulier dans le pétrole et le gaz, la mine et la carrière, mais aussi dans les nouveaux métiers (CO2, Géothermie, etc.). La formation est inadaptée à la demande ; en effet, le système universitaire ne forme pas suffisamment de géologues orientés vers les ressources minérales. Le rapport propose en conséquence de mieux communiquer sur les géosciences et leurs enjeux en termes d’emplois, de développer la sensibilisation et la médiatisation sur ces métiers, de tirer parti des nouvelles opportunités offertes par l’autonomie des Universités, et de créer quelques pôles d’excellence. Il est recommandé que les Ecoles des Mines ouvrent ou développent à nouveau des options en géologie ou en géologie minière.

10/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

L’analyse montre que les besoins portent principalement sur deux thèmes, d'une part la géologie de socle, et d'autre part les bassins, notamment les aquifères profonds. Le déficit de formation est moins important dans l’hydrogéologie que dans la géologie productive. Le BRGM doit développer les partenariats avec les universités et les Grandes Ecoles. Le « boom » de la demande en géologues devrait se poursuivre sur près de 20 ans. 1.1.3. Stratégie 2020

La préparation d’une stratégie dite 2020 a été engagée en vue du futur contrat avec l’Etat (période 2009-2012) pour répondre aux enjeux de société, et positionner l’Etablissement dans l’ensemble du dispositif français. Cette stratégie vise à placer le BRGM sur l’excellence scientifique et technologique et à l’affirmer comme acteur majeur du développement durable. Elle est élaborée en lançant un appel à la créativité, en prenant en compte les éléments de prospective et de stratégie disponibles, en rédigeant un premier document soumis au Comité de visite, le BRGM souhaitant prendre en compte le résultat de l’évaluation avant de le finaliser. La stratégie proposée est articulée à partir des déterminants suivants : changement climatique, tension sur les ressources naturelles, augmentation des risques, globalisation et Europe, gouvernance, réduction des inégalités, société de l’information, priorité à la Recherche/Développement et à l’Enseignement Supérieur, réforme de l’Etat, et démographie. De grands objectifs stratégiques s’en dégagent pour le BRGM : consolider sa place d’établissement de Recherche/Développement de référence en géosciences, contribuer aux politiques de lutte contre le changement climatique et de réduction des risques naturels et anthropiques, favoriser le développement d’une formation de spécialité en géosciences (à Orléans), déployer les services d’information scientifique et technique en ligne, développer l’offre de recherche partenariale à partir du réseau des services géologiques régionaux, tirer parti des financements internationaux et des nouveaux mécanismes post-Kyoto et des politiques européennes pour l’activité internationale, ainsi que promouvoir d’ici 2020 la consolidation d’un Service Géologique Européen. Le BRGM propose sept axes thématiques structurants dans le cadre de cette stratégie 2020 : connaissance du sous-sol, stockage géologique du CO2, ressources en eau, ressources minérales et géothermie, risques naturels, risques anthropiques et nouvelles méthodes d’investigation (systèmes d’observation et d’information). L’Etablissement s’est bien repositionné auprès des pays en développement comme un service géologique ordinaire en levant l’ambigüité de son lien avec l’exploitation minière. Aujourd’hui bien positionné sur les appels d’offres de la Banque Mondiale et du Sysmin, le BRGM envisage de conseiller les Etats sous réserve de trouver les financements correspondants. Par exemple, l’Etablissement veille à la future directive cadre de l’Union européenne relative aux ressources minérales. L’environnement (eau, risques, sols pollués…) a été le principal thème des deux derniers contrats du BRGM. La déclinaison de ce sujet en objectifs précis permet de spécifier l’engagement de l’établissement en la matière, à une époque où ce terme est relativement galvaudé. En conséquence, l’Etablissement a été contraint de diminuer ces dernières années la part consacrée aux ressources minérales.

11/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

1.1.4.

Recommandations

Le Comité de visite observe avec satisfaction que le BRGM est entré dans une nouvelle phase de croissance et de développement, après des années de péripéties, de changements d’orientation drastiques et de réduction de ses moyens. Ce nouvel essor doit permettre au BRGM de continuer à se repositionner dans le dispositif de Recherche et Développement français, mais aussi européen. La démarche stratégique, qui a été proposée, est donc un élément déterminant pour son avenir. Le Comité de visite trouve cette démarche particulièrement pertinente. Le Comité de visite souligne l’importance d’une direction de la stratégie pour l’établissement. Les trois aspects, prospective, stratégie et évaluation sont déterminants pour tirer le bilan du contrat 2005-2008 et pour préparer le futur contrat 2009-2012. Le Comité estime que la direction concernée a parfaitement rempli sa mission sur ces différents points. Le Comité de visite a été également très satisfait de la qualité des travaux qui lui ont été présentés, et de façon générale de l’efficacité de l’établissement dans ses activités de recherche, et dans celles de service public. Le bilan montre une progression importante des activités contractuelles, dans les trois domaines de la recherche, du service public et de l’international. Les objectifs qui avaient été fixés à la signature du contrat 2005-2008 ont presque tous été atteints, voire largement dépassés, ainsi que le montrent les indicateurs. Seul l’indicateur des publications et des participations aux conférences et colloques montre la nécessité d’un effort sur le nombre et la finalité, aux normes internationales, des publications, tout en respectant l’équilibre service/recherche. Le Comité de visite se pose aussi la question de pertinence des indicateurs du programme 187 auquel appartient le BRGM avec l’INRA, le CEMAGREF, l’IRD, le CIRAD et l’IFREMER. En effet certains des indicateurs ne peuvent être adaptés aux activités de tous les établissements du P187 et particulièrement à celles du BRGM. Le Comité de visite souligne les points spécifiques suivants :

a. Le problème des ressources minérales
Les ressources minérales sont devenues un problème de préoccupation à l’échelle mondiale. Le BRGM est resté sur la lancée du contrat négocié avec l’Etat en 2004 alors que l’on était encore dans une longue période de déprise des cours et de l’activité minière. Il convient de réinvestir le sujet, ce qu’il peut faire dans une logique de croissance de ses activités, ou par un certain redéploiement. Le Comité de visite recommande que soit menée une réflexion stratégique sur les ressources minérales au plan national au niveau le plus élevé, avec une large implication du BRGM, et qu’une démarche similaire soit engagée à l’échelon européen et international : l'explosion des cours de matières premières et le mouvement de concentration des entreprises impliquent de définir les actions multilatérales nouvelles susceptibles de rendre possibles les adaptations. Le Comité de visite note que cela implique en tout état de cause la nécessité de renforcer l’activité ressources minérales du BRGM.

b. La formation
Plus généralement, dans le domaine de l’emploi en géosciences, à une période de sousactivité relative de ses agents succède une période dans laquelle l’établissement doit faire un appel accru à la sous-traitance et rencontre, comme d’autres opérateurs du secteur privé comme du secteur public, des difficultés liées à la forte reprise des activités au niveau mondial.

12/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

Le Comité de visite salue le travail de prospective sur l’emploi en géosciences réalisé par Jacques Varet à la demande des tutelles, qui vient à point nommé pour souligner le décalage actuel entre la demande et l’offre, notamment dans le secteur des ressources minérales, énergétiques et du CO2. Il note que des personnels du BRGM sont actuellement modestement, mais néanmoins significativement, investis dans le domaine de la formation, notamment à Orléans (mastères et Polytech) ainsi qu’à l’Ecole des Mines et dans celle de Géologie de Nancy, et dans les principales universités concernées. Le Comité encourage l’établissement à développer ces interventions pour augmenter le nombre de ses HDR et de thésards. Sans bien sûr s’orienter vers une école au sens de la formation initiale, le projet de création d’une formation spécialisée à l’intention des ingénieurs et des docteurs sur le modèle de l’INSTN pour le CEA ou de l’ENSPM pour l’IFP est d’un grand intérêt, en particulier pour son volet international, notamment de formation de géologues et d’ingénieurs issus des services géologiques et des mines des pays du tiers monde. Il mérite d’être précisé, concernant la clientèle française visée, en lien avec les entreprises opérant dans ce domaine, les écoles (ENSG, ENSPM, Ecoles des Mines), les universités et autres instruments (CIFEG, CESMAT) existants. Une action à étudier en parallèle serait aussi de renforcer le pôle nancéen du BRGM.

c. Les technologies
Le BRGM occupe une place centrale en matière de géosciences en France, plus particulièrement dans le domaine de la recherche appliquée. S’il porte son attention sur l’innovation dans les services, notamment pour l’appui aux politiques publiques, le Comité de visite voit avec intérêt que son activité de recherche sous contrat avec les entreprises est en augmentation régulière ces trois dernières années. Néanmoins, compte tenu de sa position charnière, le BRGM ne pourrait-il pas plus et mieux faire en matière de développement technologique ? En lien avec l’ANR et les entreprises du secteur, il serait bienvenu qu’il prenne l’initiative d’un programme sur les technologies du sous-sol, qu’il s’agisse de la métrologie ou de la gestion de l’information, sujets déjà retenus dans sa stratégie, mais plus largement concernant l’ensemble des technologies d’investigation, d’atteinte et d’exploitation.

d. Modélisation/ Simulation
Le Comité de visite note le fort développement de la modélisation du sous-sol, qu’il s’agisse de la géologie, de l’eau souterraine, des risques ou des pollutions. Si le BRGM fait preuve de capacités d’innovation en matière de modélisation numérique dans chacun de ces domaines, le Comité de visite constate qu’elle ne fait pas apparemment l’objet d’une réflexion d’ensemble. Le rapport de l’Académie des technologies Enquête sur les frontières de la simulation numérique, auquel le BRGM a participé, émettait des recommandations concernant les perspectives à ouvrir en géosciences en vue de mieux intégrer les différents travaux de simulation et de développement de logiciels. Le Comité de visite encourage le BRGM à aller dans ce sens en interne, mais aussi en liaison avec le CNRS et le CEA.

e. Investissements scientifiques
Le Comité de visite a observé la faiblesse relative, ces dernières années, des investissements scientifiques du BRGM, qui s’explique sans doute par la situation financière précédente de l’Etablissement. Il observe avec satisfaction la croissance prévue en 2008 et encourage le BRGM à poursuivre et amplifier ce choix : l’amélioration du résultat financier de l’établissement doit impérativement être mise à profit pour accroître significativement les investissements scientifiques dans les secteurs des géosciences les plus porteurs.

13/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

1.2. PROGRAMMATION ET REALISATION DE LA RECHERCHE
1.2.1. Bilan

La Direction de la Recherche a vocation à fixer les grands axes de recherche, à les faire évoluer en fonction du besoin, à coordonner et animer les cofinancements, et participer à l’évaluation de la recherche du BRGM. La Direction de la Recherche comprend 9,5 ETP. Elle valide les projets proposés, et désigne le chef de projet au sein du département opérationnel concerné. La dotation de l’Etat pour la recherche a quasiment stagné de 2005 à 2008, les ressources contractuelles ayant en revanche augmenté de façon importante au cours des dernières années. Le taux de succès des projets de recherche est particulièrement élevé dans les domaines du stockage du CO2 et des technologies de l’information. Les taux de succès, le nombre et les montants des contrats européens (dans le cadre des 6° et 7° PCRD) sont élevés, ainsi que dans les appels d’offre de l’ANR (programme Energie et Environnement principalement et Sciences et Technologies de l’information en moindre proportion). Selon le classement de l’ANRT, le BRGM bénéficie d’une bonne position de classement au 6°PCRD. La Direction poursuit également les partenariats avec les autres agences nationales (ANDRA, ADEME, Agences de l’Eau), avec les collectivités territoriales (en particulier avec les Conseils Régionaux et le Conseil Régional Centre) et avec les entreprises. Dans le cadre de sa stratégie 2020, le BRGM souhaite conforter une position d’organisme de référence européen dans son domaine, et continuer à être extrêmement performant dans le domaine de la mise à disposition des données. 1.2.2. Recommandations

L’organisation de la recherche est matricielle (comme pour les autres : le service public et l’international) avec une direction fonctionnelle dont le rôle est transversal, et des services opérationnels verticaux. Ce type d’organisation est tout à fait adapté à un établissement comme le BRGM. Le Comité de visite recommande, cependant : • que la Direction de la recherche utilise plus le Comité Scientifique ou s’entoure d’une expertise extérieure apportée par des scientifiques français ou étrangers de grande réputation sur des sujets spécifiques en liaison avec lui ; que la proposition de projets se fasse à l’initiative des services opérationnels, mais qu’ils continuent à être validés par la Direction de la recherche. A cette dernière appartient la définition des grandes priorités et grands axes thématiques.

Le Comité de visite recommande aussi que les activités du BRGM soient confortées en amont, tant que de besoin, par des associations avec le monde académique, les universités, le CNRS, etc., sous la forme, par exemple, de « laboratoires communs » créés par convention sur un thème donné et pour une durée limitée dans le temps. Le Comité félicite le BRGM pour sa labellisation en Institut Carnot. Il exprime tout l’intérêt qu’il voit à l’Institut pour développer la recherche partenariale avec le monde industriel et pour parfaire la professionnalisation du BRGM dans cette démarche. Il encourage le BRGM à être un des éléments moteurs du dispositif des 30 instituts Carnot.

14/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

Le Comité de visite revient, en matière de recherche, sur l’importance des publications et la nécessité d’en augmenter le nombre. Il lui semble que l’établissement devrait mieux préciser ce qui lui paraît être son taux de publications et de publiants optimal, ainsi que sa position dans les classements nationaux et internationaux. Le Comité de visite recommande l’utilisation des indicateurs bibliométriques internationaux. De façon générale, les résultats scientifiques majeurs devraient être mieux mis en évidence et portés à connaissance des milieux scientifiques, des tutelles, mais aussi du grand public.

1.3. PROGRAMMATION ET REALISATION DES ACTIONS DE SERVICE PUBLIC
1.3.1. Bilan

Les missions de service public du BRGM sont décrites dans le Code minier et le décret du 20 septembre 2004. Le financement de cette mission provient d'une part d’une dotation pour les activités d’expertise et de création de banques de données, et d'autre part de ressources contractuelles. La Direction du service public se compose de six personnes. La dotation de service public est restée constante en euros courants de 1997 à 2005, avant une augmentation de 8 % en 2006 et de 3 % en 2007. Le programme de service public a crû du fait de la croissance des ressources contractuelles qui représentent désormais 56 % des ressources totales. Le principal domaine d’activité du secteur est la connaissance, la gestion et la protection des eaux souterraines. Ce secteur, ainsi que la connaissance géologique, les risques naturels et les sols pollués, continuent à croître fortement. Les principaux partenaires du BRGM sont les services de l’Etat à 63 % en 2007, les communes à 19,5 % et les agences à 9 %. En vue d’établir les orientations du prochain contrat avec l’Etat, le service propose d’étendre le rôle du BRGM en tant qu’observatoire pérenne du sol et du sous-sol, et d’intégrer le changement climatique dans les programmes (anticipation, mitigation et adaptation). La gouvernance de l’Etablissement impose de trouver 75 % de financement extérieur par projet. Les fonds FEDER sont alloués au niveau régional dans le cadre des contrats de plan Etat/région. Les priorités d’attribution de ces fonds dépendent des régions, à l’exception des questions de géothermie qui valent pour l’ensemble des régions. Enfin, la mise en œuvre de l’activité de service public ne dépend pas de la direction de programme, mais des services opérationnels. 1.3.2. Recommandations

L’activité de service public est une mission naturelle d’un établissement comme le BRGM. Elle est même statutaire, que ce soit sur le plan national ou au niveau régional. Le BRGM doit développer une analyse prospective et être un élément moteur à chaque niveau. L’Etablissement doit être aussi le support naturel voire institutionnel des instances françaises au niveau du travail communautaire européen. Le comité ne comprend pas complètement l’obligation à hauteur de 75 % de ressources extérieures dans le cadre d’une activité de service public. Il souhaiterait que la fonction de ressources extérieures (qui doivent sans doute être sous la forme de ressources elles aussi pour l'essentiel publiques mais contractuelles), qui est ambigüe, soit éclaircie. Le BRGM doit être un outil de communication auprès du grand public sur les enjeux économiques et sociétaux. Il devrait être en mesure d’intervenir en cas de crises brutales et majeures.
15/44 Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

1.4. PROGRAMMATION ET REALISATION DES ACTIONS INTERNATIONALES
1.4.1. Présentation du BRGM

L’activité internationale est une composante essentielle des missions du BRGM, qui propose son expertise pour le compte de pays en développement ou d’opérateurs privés. Le chiffre d'affaires international a diminué de deux tiers entre 2000 et 2001 suite à l’arrêt de contrats importants en Arabie Saoudite et en Inde. Le niveau d’activité s’établissait à 9,4 millions d'euros en 2004, et a régulièrement augmenté dans la période jusqu’à un budget prévisionnel de 22,2 millions d'euros en 2008. Le développement provient essentiellement des secteurs d’excellence traditionnels du BRGM, notamment la carte géologique et la finalité minière, et non du domaine des eaux souterraines, qui ne donne pas lieu, en tant que tel, à des appels d’offres internationaux. L’un des objectifs des actions internationales consiste à démultiplier les résultats acquis en matière de recherche et d’expertise. En 2006, 44 % du montant des projets du BRGM retenus comme relevant de la recherche partenariale dans le cadre de la labellisation Carnot provenait des projets internationaux. La Direction internationale gère exclusivement les projets intégralement financés par l’extérieur, et vise plus généralement à augmenter les prestations de service aux entreprises. La Direction internationale se compose de 11 personnes, dont 7 géographiques, dont 3 dédiées à l’Afrique, l’une d’entre elles se focalisant principalement actuellement sur trois pays qui constituent une part significative du CA (Guinée Conakry, Mauritanie et Sénégal). Le principal apport en termes de gouvernance a été la création du Comité International en juin 2005. Le BRGM intervient dans le domaine de la politique européenne pour les matières premières auprès de la Commission via l’association des services géologiques EuroGeoSurveys. L’Etablissement représente parfois la Direction de l’Eau du Ministère de l’Environnement auprès des groupes de travail européens intervenant dans le domaine de l’eau. Les fonds INTERREG sont recherchés par les Directions de la recherche et du service public, et non la Direction de l’action internationale qui n’a pas vocation à engager de dotations publiques. La croissance de l’activité internationale provient depuis 2 ans essentiellement du secteur des matières premières. 1.4.2. Recommandations

Le comité recommande de capitaliser autour de l’acquis culturel et patrimonial du BRGM à l’étranger, et d’accroître l’efficacité des différents services de l’établissement en leur permettant, comme ils le proposent, de valoriser leurs compétences et d’élargir leurs expériences. Il souhaite que soit clarifiée la définition de l’activité internationale. Certes elle est financée sur appels d'offres pour l'essentiel (banques, industriels,…) mais est-ce une activité purement "commerciale" ou une activité de service public en appui à une politique française, européenne ou extraeuropéenne, c'est-à-dire internationale ? La question n’est pas posée au BRGM seul, mais concerne la conduite du P187 : quel équilibre dans les priorités de la recherche française pour le développement ? Comment améliorer son effet de levier sur les financements européens et multilatéraux ? Les matières premières minérales ne constituentelles pas aujourd’hui – à coté de l’agriculture et de la santé - un enjeu majeur pour le développement ?

16/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

Notant que le PCRD est suivi par la Direction de la Recherche et que les projets Sysmin sont suivis par le Direction Internationale, le comité propose de prendre en considération les autres DGs et les besoins des autres pays européens. A cet égard, la Présidence française ne devrait-elle pas être mise à profit pour promouvoir une meilleure valorisation des capacités des services géologiques au service de la construction européenne, notamment dans son besoin émergent d’une vision du monde ?

1.5. ORGANISATION DE LA PRODUCTION
1.5.1. Bilan

La Direction de la Production se compose de 47 personnes, dont l’activité se répartit entre contrôle de gestion et service achats. Le suivi des temps repose sur les déclarations individuelles de production. L’unité de compte du BRGM est le projet, doté d’un budget spécifique calculé en fonction du temps passé par les agents et des charges. Le service de production présente un tableau de bord par service de l’établissement, un rapport mensuel à la Direction générale, cinq arrêtés des comptes annuels, ainsi qu’un rapport mensuel adressé aux tutelles. En termes de qualité, l’Etablissement a obtenu la certification ISO 9001 en 2004, renouvelée en 2007, pour l’ensemble des activités et implantations du BRGM. La Direction envisage d’obtenir la certification ISO 14 001 au cours des prochaines années. Enfin, la Direction vise à renforcer la satisfaction des clients (88 % de clients satisfaits en 2007, en croissance de 10 % par rapport à 2006), augmenter les investissements, changer de progiciel de gestion et simplifier les procédures (dématérialisation, levée des freins au dynamisme). La non-satisfaction des clients provient principalement du non-respect des délais. Enfin, la Direction de la production a une position d’arbitre entre directions opérationnelles et agents concernant le temps de travail déclaré par ces derniers. 1.5.2. Recommandations

Le comité a un avis positif sur l’ensemble des actions menées par la Direction de la production et de la qualité. Il ne peut qu’encourager de poursuivre dans cette voie qui permet à la fois d’avoir une gestion précise des projets de l’établissement et la garantie d’un contrôle efficace des dépenses.

1.6. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
1.6.1. Bilan

Au cours des 3 dernières années, l’établissement a recruté 140 personnes, ce qui a permis de faire évoluer les compétences et la pyramide des âges et qui a eu pour conséquence de permettre au BRGM d’avoir les moyens de son évolution et d’insuffler de nouvelles ambitions. Le taux de renouvellement du personnel est de l’ordre de 4 à 5 % par an. En effet, de 5 à 15 salariés démissionnent chaque année, démissions auxquelles s’ajoutent les départs en retraite qui iront en s’accroissant ces prochaines années. L’Etablissement a recruté 23 agents issus des grandes écoles du groupe A au cours des trois dernières années, pour un total de 140 recrutements au cours de cette période. Le marché de l’emploi s’est particulièrement tendu dans le domaine des géosciences. L’Etablissement reçoit quarante candidatures par poste, contre soixante-dix il y a trois ans.

17/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

La formation représente 6 % de la masse salariale du BRGM. L’effort a porté au cours des dernières années sur l’efficacité de l’investissement. Le schéma directeur de la formation, qui était jusqu'à présent triennal, deviendra quadriennal. La Direction souhaite également encourager la mobilité interne car celle-ci permet de développer les capacités d’adaptation des salariés. En outre, elle ne souhaite pas trop spécialiser les agents du fait de l’évolution du domaine d’activité du BRGM. Enfin, l’Etablissement est en train de mettre en œuvre un accord de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences. Les effectifs correspondent au contrat d’objectif. Les effectifs supports représentent 20 % des effectifs totaux. L’Etablissement emploie 65 intérimaires et 12 salariés en CDD, soit moins de 10 % des effectifs totaux. Le recours croissant au personnel non permanent, bien que limité, est une situation inédite dans la vie du BRGM. La Direction poursuit un programme de réduction d’effectifs et d’externalisation des fonctions supports. L’Etablissement recrute aussi des ingénieurs et des chercheurs en CDD. De 60 à 70 ingénieurs de l’Etablissement interviennent comme enseignants dans les grandes écoles. 40 salariés du BRGM sont actuellement détachés ou mis à disposition dans des organismes publics. En outre, l’Etablissement a signé fin 2007 une charte de mobilité avec 14 établissements publics de recherche. Enfin, le salaire d’embauche est proche de celui du marché, mais la progression salariale au cours des dix premières années est beaucoup plus lente que celle qui prévaut dans le secteur privé. 1.6.2. Recommandations

Le comité confirme l’importance des réflexions internes préparant les conditions de renouvellement des cadres partant à la retraite. Le BRGM devrait identifier et soutenir afin de les conserver, les cadres compétents et expérimentés, notamment dans l’encadrement des jeunes équipes. Il doit également continuer à faire ses meilleurs efforts pour attirer les meilleurs éléments, notamment les docteurs. Le comité le félicite pour les efforts faits pour encourager la mobilité interne et rendre plus aisé les passages entre les activités de recherche amont et les applications. Il convient d’essayer de maintenir un certain turn-over, jugé faible (hors départs à la retraite), mais à condition que cela ne se fasse pas au détriment des secteurs les plus stratégiques, notamment celui des ressources minérales. La politique de mobilité temporaire vers l’extérieur devrait être précisée et poursuivie.

1.7. COMMUNICATION ET EDITION
1.7.1. Présentation du BRGM

La Direction de la communication regroupe les services d’édition et de communication. Elle comprend 16 collaborateurs. Elle a été créée il y a six ans sous sa forme actuelle. En interne, elle participe à la cohésion de l’établissement par la diffusion des informations, la formation des personnels à la communication (media training) vis-à-vis de l’extérieur. Elle présente le rôle et les missions du BRGM du niveau institutionnel jusqu’au grand public. Les cibles prioritaires sont les tutelles, les partenaires territoriaux, la communication scientifique, la presse et le public. Cette communication porte principalement sur les enjeux des géosciences, ainsi que sur la valorisation du patrimoine géologique français. Elle entretient et diffuse le « trésor » national des cartes géologiques. Elle édite une revue « Géosciences », une collection d’ouvrages et des ouvrages de grande qualité en coédition.

18/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

1.7.2.

Recommandations

Le comité trouve que la direction de la communication et des éditions est de grande qualité. Cependant, celle-ci devrait plus s’engager dans une communication sur les résultats scientifiques qu’elle ne le fait actuellement, tout en maintenant son excellente communication en direction du grand public mais aussi des institutions. Elle pourrait sur ces derniers points s’investir dans une communication en cas d’évènements d’origine naturelle. Le comité a été très agréablement surpris par le nombre et la qualité des ouvrages édités et des initiatives prises, notamment à l’occasion de « l’année internationale de la planète terre ». A cet égard, le BRGM devrait étudier la possibilité de poursuivre – pourquoi pas par le biais d’une fondation ? – son action mobilisatrice vis-à-vis des entreprises concernées pour populariser les géosciences relativement aux enjeux de société, par le biais d’actions de communication, d’édition ou encore de formation (cf. § I.4.b)

1.8. CONCLUSION
Le Comité de visite a particulièrement apprécié l’organisation des trois jours de la visite qu’il a consacrée au BRGM. La richesse des documents dont il a disposé et la qualité des exposés sont à souligner. Il a été sensible lors des discussions aux positions claires et transparentes des représentants du BRGM qui ont décrit avec rigueur les atouts et handicaps de l’établissement, exercice délicat mais fort appréciable. Il a noté avec plaisir l’esprit d’initiative et la motivation de l’ensemble des équipes, qui se traduit par des relations harmonieuses entre celles-ci. Le comité a été très favorablement impressionné par le succès des mutations du BRGM, à la fois aux plans scientifique, humain et financier et apprécie particulièrement le rôle de l’équipe dirigeante et des personnels de la maison dans cette réussite.

19/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

2.

Evaluation des services du BRGM

Le comité de visite a constaté un dynamisme indéniable de chacun des services lors des visites. Les personnels ont fait preuve de beaucoup de motivation dans leurs présentations. Le comité a également apprécié la qualité des dossiers et des présentations lors de ces visites.

2.1. EVALUATION DU SERVICE AMENAGEMENT ET RISQUES NATURELS
Le service Risques Naturels a développé une approche intégrée de la gestion des risques dans un objectif de meilleure évaluation des risques et d’une gestion de crise plus performante. Il intervient principalement dans les domaines des risques sismiques, des risques de mouvements de terrain, des risques côtiers (érosion des sols et du littoral), et des risques de sous-sol et de cavité. Le service compte 89 personnes, et ses effectifs bénéficient d’une évolution moyenne de 5 ETP supplémentaires chaque année. 79 personnes sont situées sur le site d’Orléans. Les autres sont basées à Marseille, Montpellier et Nancy. Plusieurs indicateurs témoignent du dynamisme, de la compétence et du bon développement de ce service : • • L’équipe a un fort taux de réussite aux appels d’offres de recherche français et européens (ANR, PCRD) ou internationaux (banque mondiale par exemple). Le taux de publication est de 1,5 publication/ETP consacré à la recherche. Ce chiffre, très supérieur à la moyenne du BRGM, montre la qualité des travaux de recherche effectué dans ce service. La gestion des ressources humaines paraît très bonne (recrutements sur des profils variés adaptés aux missions, croissance justifiée de l’effectif). Le chiffre d’affaire est en croissance régulière. L’interaction avec les autres services (notamment régionaux) et les directions semble bonne.

• • •

Il est important de protéger la forte motivation, le dynamisme et la réussite de ce service en soutenant un taux de recrutement adapté à la croissance des missions, en accompagnant les recrutements des ingénieurs-chercheurs par un soutien technique, en veillant à conserver et renforcer les cadres confirmés du service. La conservation d’un bon équilibre recherche-expertise est fortement recommandée. Cet équilibre doit se faire « dans les mêmes têtes ». Pour conserver un haut niveau scientifique, l’équipe doit veiller à entretenir et développer ses liens avec les laboratoires académiques. Elle doit veiller à la formation recherche de ses ingénieurs (expérience de mobilité dans des laboratoires extérieurs au BRGM, obtention d’HDR ou diplômes de thèse, accueil d’étudiants en thèse ou de chercheurs post doctorants). La stratégie scientifique est bien décrite et nous paraît pertinente. Il faut conserver les points forts qui rendent l’équipe très visible et compétente à l’extérieur (modélisation, multirisque, gestion des incertitudes). Nous considérons important que l’équipe élargisse son activité vers la gestion des risques naturels (et pas simplement l’affichage de ces risques) pour répondre aux besoins des collectivités.

20/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

2.2. EVALUATION DU SERVICE ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL ET PROCEDES INNOVANTS
Ce service est constitué de 75 agents répartis en quatre équipes thématiques : Ecotechnologies, Déchets, Sites et Sols Pollués, Stockages profonds. Il se définit comme travaillant sur les interactions géosphère – anthroposphère. Les capacités d’expérimentation du service s’appuient sur un centre d’essais qui développe 3 axes : 1) géomicrobiologie/biotechnologie, 2) processus et comportement environnemental, 3) écotechnologies/ procédés propres. En 2007, le service a grandement investi en capacités d’expérimentation supportées à 55% par les projets. Toutefois, le centre d’essai (la halle) nécessite un effort important de réhabilitation auquel le BRGM devra faire face au cours des prochaines années. L’activité se répartit pour 70% en R&D, 20% en Service Public et 10% pour les activités internationales (DI). Les activités Recherche sont financées de la manière suivante : 30% Europe, 10% ANR, 20% Andra, 14% Ademe et 21 % monde industriel. Les activités de service public sont réalisées majoritairement pour le compte du MEEDDAT, de l’Inspection des Installations classées ou des collectivités territoriales. Les activités internationales ont marqué une diminution au cours du contrat précédent au profit des activités de R&D et de service public. Il est à noter qu’une partie des activités de R&D se font sur des projets portés par d’autres services ce qui explique l’augmentation de la production (en nombre de jours travaillés) malgré une diminution de la dotation globale du service. 5 projets-cadres du BRGM relèvent de ce service et correspondent thématiquement peu ou prou aux unités. Les travaux réalisés et les résultats acquis sont de grande qualité. Il est à noter que les développements majeurs réalisés en biologie moléculaire et analyse génétique des populations microbiennes en support aux études de bio-écotechnologie sont du niveau des meilleurs laboratoires de recherche français. Les développements expérimentaux mis en œuvre pour l’analyse et le suivi des déchets sont très novateurs et permettent d’accéder à une approche multi-échelles des processus. Les efforts consentis sur la mise en place d’une base de données en thermodynamique appliquée aux minéraux des déchets ont été appréciés, mais devront être maintenus sur le long terme pour avoir un réel impact sur la communauté scientifique concernée. En revanche, il nous semble que la cohérence des divers projets est à améliorer et que certains champs d’activité très porteurs doivent être renforcés. La production scientifique du service est de qualité comme en témoigne le nombre de publications dans des revues internationales (environ 30 publications rang A en 2007) ainsi que le nombre de brevets. 29 des 38 brevets présents dans le portefeuille du BRGM ont été déposés par le service EPI. 85% de la recherche est menée en partenariat. Cet effort de travail en réseau, notamment au niveau européen est remarquable.

21/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

2.3. EVALUATION DU SERVICE RESSOURCES MINERALES ET DE L’ACTIVITE APRESMINE

L’approvisionnement en matières premières non énergétiques devient un sujet de préoccupation majeure pour de très nombreux pays, comme en témoignent la très forte reprise constatée au niveau mondial depuis environ cinq ans, des montants consacrés à l’exploration minière. On peut de même souligner l’activisme dans ce domaine de certains pays comme la Chine, l’Inde ou le Brésil pour sécuriser leur approvisionnement ou développer leurs propres ressources minérales. On a constaté que les moyens humains consacrés par le BRGM à cette activité étaient en forte régression ces dernières années, a contrario de la tendance générale. Cette situation qui a paru regrettable au comité a conduit le BRGM à refuser de prendre certains contrats représentant plusieurs millions d'euros, qui auraient pu avoir des retombées positives pour notre pays, et à ne pas exploiter totalement l’image très positive dont il jouit tant auprès des Etats que des opérateurs miniers, de par ses connaissances et ses relations accumulées, notamment en Afrique, depuis de nombreuses années. Nous avons constaté que les moyens financiers propres du BRGM consacrés à cette activité étaient passés en dix ans de 50 % à 13 %, le solde de 87 % provenant de contrats extérieurs. En plus du fait de ce manque d’effectifs, des difficultés de recrutement pourraient amener le BRGM à renoncer, comme on vient de l’exprimer, à de nombreux contrats. L’activité nouvelle « après-mine » confiée récemment au BRGM semble bien maîtrisée. Nous ne pouvons que recommander à bien veiller à ce qu’une concertation permanente et étroite s’établisse entre les différents acteurs de type Géodéris, GISOS, INERIS, etc., pour éviter de dupliquer inutilement des travaux et utiliser au mieux l’ensemble des compétences disponibles dans ce domaine. D'une manière générale, nous avons été favorablement impressionnés par la qualité des présentations et des résultats obtenus dans l’ensemble du service. Nous avons constaté une forte motivation des personnels impliqués dans ces activités, souhaitant poursuivre et développer leurs travaux, en étant toutefois particulièrement affectés par l’impossibilité de répondre à de nombreuses demandes. Enfin, le Comité de visite souhaite que le BRGM, au-delà de sa veille active des flux de matières premières minérales entre les pays, conduise une analyse visant à identifier les matières premières les plus stratégiques pour le pays, et prépare des recommandations sur les actions nécessaires pour répondre au mieux à des risques de pénuries. Cette étude prospective stratégique est principalement destinée aux responsables politiques et administratifs nationaux, afin de les sensibiliser sur l’urgence des décisions dans ce domaine. Ces propositions pourront être reprises pour l’élaboration d’une politique au niveau européen. Au-delà de cette réflexion stratégique à destination française et européenne, les compétences minières et géologiques accumulées par le BRGM pourraient être utilisées à des actions de support aux services géologiques nationaux ainsi qu’à l’appui institutionnel (code minier, législation, etc.) de plusieurs pays.

22/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

2.4. EVALUATION DU SERVICE GEOLOGIE
Le service Géologie compte 91 collaborateurs, dont une majorité de géologues. Le Comité de visite a le sentiment qu’il s’agit d’une excellente équipe, bien motivée et très soudée. Le service a pour missions de recueillir, valider, conserver et mettre à la disposition des usagers toutes les informations géologiques disponibles sur le territoire national y compris le plateau continental ; il contribue également à encadrer des géologues universitaires sur le terrain. Le service rend notamment accessible la connaissance disponible à travers le Référentiel géologique de la France, qui permet de mettre à la disposition des usagers des cartes géologiques traditionnelles, des cartes harmonisées et des cartes isovaleurs. Par ailleurs, le service travaille sur une modélisation 3D de la géologie de la France. A l’issue du contrat 2005-2008, le BRGM dispose d’une importante information géologique numérique et pour partie organisée en B2D. Il a investi de façon continue sur l’acquisition de données et sur des développements spécifiques. Il bénéficie de positions centrales. Il est référent au niveau de la géologie en France. Il s’adosse à un réseau de recherche académique national et européen. Le Service doit : • répondre aux enjeux sociétaux par l’intégration 3D des données multi-sources. Pour cela, il doit concentrer ses recherches sur le proche sous-sol (le régolite) et la géologie profonde ; exploiter les données de base, définir les lexiques et contribuer à la définition des standards internationaux en lien avec INSPIRE ; organiser l’information à partir de concepts séquentiels en respect des normes et standards internationaux et la rendre disponible ; continuer de livrer des cartes modélisées en 2D.

• • •

L’objectif est d’obtenir d’ici à dix ans d’une information géologique publique quantifiée et en trois dimensions. Constituée sur plusieurs dizaines d’années d’expérience, en particulier sur le continent africain, l’expertise scientifique et l’appui institutionnel à l’international constituent une réussite pour le BRGM, qui est de plus en plus sollicité, notamment par SYSMIN et par le secteur privé pour les études amont de l’exploration minière et pétrolière. Le chiffre d’affaires du service est passé de 16 millions d’euros en 2005 à 17 millions d’euros en 2006 et à 19 millions d’euros en 2007. Cette croissance provient essentiellement de l’activité à l’international, alors que la dotation de l’Etat n’a cessé de baisser pour atteindre 43 % du budget du service. Pour le chef de service, cette tendance doit alerter car le service Géologie est la base de l’activité du BRGM. Aussi il lui faut pouvoir capitaliser et investir. Le service de la carte géologique a pleinement rempli les objectifs assignés. Toutefois, l’activité recherche semble couvrir des domaines relevant plus du domaine du CNRS (par exemple, lorsque le régolite ne se limite pas au proche sous-sol), et ceci mérite d’être clarifié dans la stratégie en préparation, en insistant sur les collaborations avec le monde académique.

23/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

Le Comité de visite relève les perspectives suivantes : • • maintenir le rôle de service géologique national et les moyens nécessaires pour remplir cette fonction. L’amélioration de la valorisation pourra y contribuer. la politique de communication devrait viser deux objectifs différents, d'une part la vulgarisation des connaissances, et d'autre part l’excellence scientifique (par la recherche de publications de niveau A). En matière de budget, le service pourrait obtenir plus de contrats s’il avait davantage de personnel. Ce sujet est à considérer au niveau de l’établissement BRGM par le recrutement ou le rééquilibrage.

2.5. EVALUATION DU SERVICE EAU
Le service EAU est l’un des plus importants du BRGM. Ses objectifs sont avant tout le progrès des connaissances et des concepts, ainsi que le développement des outils et des méthodes pour une meilleure gestion intégrée des ressources en eau. Le travail du service est parfaitement en phase avec la demande. Le service EAU participe étroitement à l’élaboration et la mise en œuvre de directives européennes dans le domaine de l’eau. Il mène également des activités de prévention des risques (notamment en ce qui concerne les crues de nappes). L’activité du service s’inscrit bien dans les trois missions du BRGM : la recherche scientifique, le service public et le service à l’international. A noter cependant qu’en ce qui concerne l’international, le service EAU a longtemps été limité dans son action, du fait d’un accord de non concurrence avec ANTEA, et n’a pas réussi à se repositionner dans ce domaine. Le service dispose d’une grande diversité de partenaires techniques et scientifiques, que ce soit en interne ou en externe, en France, en Europe et dans le monde. Les ressources du service ont été croissantes ces dernières années, et sont constituées maintenant pour deux tiers de contrats qui viennent compléter la dotation de l’Etat. Ceci traduit la satisfaction des partenaires du service pour la qualité du travail effectué. Le personnel du service (qui mobilise au total 140 ingénieurs et chercheurs en hydrogéologie) est compétent et motivé. La moyenne d’âge est relativement jeune, les effectifs ayant presque doublé depuis 2001. Un renfort de cadres expérimentés serait donc souhaitable. Le service a toujours pratiqué des échanges ou des mises à disposition de personnel auprès de ses partenaires, en participant par exemple au jumelage dans le cadre de l’adhésion des pays tiers à l’Union Européenne, ou des pays du voisinage. Cette pratique doit être encouragée, tant dans le domaine de la recherche que du service public. Le service entretient historiquement des liens étroits avec les services régionaux. Il convient sans doute de veiller à ce que les hydrogéologues soient bien répartis entre ces services. Le service a valorisé ses travaux de recherche (50 ETP) par 109 publications de rang A depuis 2005. Pour garantir une bonne validation de ces travaux par une revue externe par les pairs ce taux de publication doit augmenter. Pour les travaux de recherche appliquée non valorisable sous forme de publication, la validation pourrait être effectuée via des comités scientifiques externes.

24/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

Le service EAU est un important producteur de données et contribue à la mise en œuvre des banques de données sur l’eau au niveau national. Il serait souhaitable que d’ici 2009, il prenne la maîtrise d’ouvrage totale de la production des données piézométriques. Le couplage avec les données météorologiques de Météo France est également une voie de progrès à développer, notamment dans le cadre de l’évaluation des conséquences du changement climatique sur les ressources en eau. La mise en ligne des données afin qu’elles soient accessibles le plus largement possible au public extérieur est également une voie à poursuivre.

2.6. EVALUATION DU DEPARTEMENT GEOTHERMIE
Le BRGM est l’acteur historique du développement de la géothermie en France. Leader du secteur dans les années 60 à 80, il a vu ses activités diminuer et même se disperser au cours des années suivantes. Etant donné l’intérêt croissant en énergies renouvelables, le Département Géothermie, créé début 2007, a vocation à s’intéresser à tous les types de cette technologie, de la très basse à la haute énergie. La géothermie figure dans les trois missions du BRGM : recherche et développement, secteur public et activité internationale. Le contexte actuel tel qu’il est prévu par le Grenelle de l’Environnement est particulièrement favorable au développement de la géothermie. Le Département vise à lancer des recherches préalables et des activités de communications auprès du grand public et des acteurs principaux du secteur (industriels, services publics, etc.), afin de proposer la chaleur géothermique comme solution énergétique, ainsi que de développer la ressource et son utilisation. Le budget du service est en forte croissance, qui se justifie par le chiffre d’affaires qui a progressé de 2,4 millions d'euros en 2005 à 5,5 millions d'euros en 2008. La création de la plateforme de géothermie sera un pas décisif pour le développement des compétences du BRGM. Les enjeux majeurs pour le développement de l’exploitation des ressources géothermales, qui nécessitent une approche multidisciplinaire, sont l’évaluation de nouveaux réservoirs profonds aux basins sédimentaires en métropole, le fort besoin d’énergie dans les DOMTOM (et autres pays à potentiel de haute énergie), ainsi que la géothermie à faible énergie (pompes à chaleur géothermiques) pour les bâtiments individuels et les bâtiments publics (écoles, hôpitaux, etc.), y compris le développement des fondations géothermiques. D'une manière générale, le BRGM doit explorer les possibilités offertes aussi bien en France qu’à l’étranger. La Comite de visite a pu constater que le Département est bien visible, en particulier via internet, et qu’il est régulièrement sollicité pour intervenir dans les manifestations professionnelles. La création de la plateforme de géothermie, dans laquelle les partenaires ont beaucoup investi, sera décisive pour l’image, les compétences et le know how du BRGM. L’équipe formée de vingt personnes jeunes est très compétente et motivée. Ceci se manifeste par exemple dans la modélisation hydromécanique des réservoirs géothermiques en milieux roches fracturées. L’accroissement du taux des publications scientifiques est aussi nécessaire. Afin de répondre les axes stratégiques devront être définis clairement à court et moyen terme. Le Comité de Visite recommande de renforcer le recrutement, en respectant le profil de formation de haut niveau scientifique et technique. Il est fortement recommandé que la collaboration existante, et bien établie, avec des partenaires nationaux et internationaux, soit élargie par le biais de moyens financiers adéquats.

25/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

2.7. EVALUATION DU SERVICE SYSTEMES ET TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION
Le service Systèmes et technologies de l’Information (STI) est une unité très récente, organisée de manière transversale, qui est caractérisée par une forte croissance de ses effectifs, et par une expansion du nombre d’agents de 45 en 2003 à 73 en 2007, suite au développement dynamique de la technologie de l’information au cours des dernières décennies. Les deux axes majeurs du service sont d'une part le développement et le maintien de l’infrastructure informatique du BRGM, et d'autre part la recherche et le développement de nouvelles méthodes, démarches et outils scientifiques et techniques, en vue d’améliorer l’accessibilité et l’interopérabilité des systèmes d’information appliqués au domaine des géosciences. La stratégie très appropriée du service englobe donc les secteurs de l’infrastructure matérielle, de l’architecture interopérationnelle, ainsi que les standards et secteurs des données et services. La visite du service a clairement démontré que cette équipe est caractérisée par un dynamisme remarquable, et qu’il exécute des projets très innovateurs avec beaucoup de professionnalisme. Tous les projets s’inscrivent parfaitement dans la stratégie, aussi bien au niveau national, qu’européen et global, et sont très souvent menés en coopération avec des partenaires nationaux et internationaux. Il est à souligner que le service a acquis le « leadership » dans certains projets phares, par exemple, au plan national pour une meilleure disponibilité et un meilleur accès internet pour l’ensemble des données environnementales : le BRGM est en passe de devenir l’opérateur privilégié du MEEDDAT pour la conception et l’hébergement des sites internet dédiés à la diffusion de cette information. Sur le plan international, il faut mentionner le projet ORCHESTRA et la participation très active au niveau européen et global dans les projets INSPIRE, OneGeology et OGC. Le Comité de visite encourage le service STI à continuer et renforcer son rôle innovateur au service des autres utilisateurs, à l’intérieur et à l’extérieur du BRGM. Le Comité de Visite constate que les objectifs établis dans le contrat quadriennal 2005-2008 sont non seulement atteints, mais même dépassés.

2.8. EVALUATION DU SERVICE METROLOGIE MONITORING ANALYSE
Ce service est composé de 61 personnes : 35 ingénieurs, 22 techniciens, 3 secrétaires, 1 gestionnaire. Bien qu’intitulé service opérationnel, Métrologie Monitoring Analyses (MMA) est plutôt un service transversal dont l’activité est très liée à celle des autres services, et donc aux priorités fixées par ailleurs. Au demeurant, il leur est demandé un équilibre financier semblable aux autres services. Les ressources financières sont basées à 75 % sur la Recherche. Les activités internationales représentent environ 20 % et les activités de Service Public et diverses ne représentent que 10%. Cela traduit la mission de Recherche et Développement majeure du service avec des aspects importants de mise au point de nouvelles méthodes. MMA est porteur de 3 projets cadre du BRGM. Ce service est subdivisé en 4 unités qui représentent les diverses méthodes analytiques ou approches expérimentales ou de terrain. Le contrat précédent a montré une certaine variabilité de la production avec notamment une perte de 400 k€ en 2004 qui a motivé le transfert de plusieurs agents. Aujourd’hui, l’activité
26/44 Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

de production est revenue au niveau antérieur, vers 5,5 M€. Cette reprise d’activité est essentiellement à mettre en relation avec les projets gagnés aux appels à propositions, notamment de l’ANR et du PCRD. Le service MMA, qui avait historiquement une expertise en pétrographie et minéralogie en lien avec des thématiques « Ressources Minérales », est aujourd’hui très axé vers l’analyse chimique et isotopique (notamment des eaux) en lien avec les thématiques « Environnement et Santé ». Ce recentrage est parfaitement réussi comme le montre la qualité des recherches et des résultats. Des développements analytiques majeurs sur l’analyse de polluants organiques notamment pharmaceutiques, sur le traçage des eaux par des isotopes naturels (B), sur l’expérimentation in situ, ou encore sur l’étude de la capacité de stockage de CO2 des HDL ont contribué à la visibilité « recherche » du BRGM. Le service affiche en effet 40 publications de rang A par an pour un total de 35 ingénieurs-chercheurs. Aujourd’hui, le BRGM dispose ainsi au travers de ce service d’un laboratoire d’analyse environnementale de pointe et capable d’analyser plus de 1200 paramètres dont la qualité est reconnue par la COFRAC. Il est donc à ce jour un des laboratoires français les mieux équipés, capable de répondre aux appels d’offre des agences de recherche françaises et européennes mais également à des contrats notamment à l’international. Il est donc fondamental de maintenir la qualité et la technicité de l’outil malgré son coût. Il faut noter qu’un réinvestissement du service face à une nouvelle demande dans le champ des ressources minérales, nécessiterait sans doute un renfort en moyens.

2.9. EVALUATION DU DOMAINE STOCKAGE DU CO2
Le Comité de visite a noté que cette mission récente s’est rapidement développée depuis la fin des années 90. Sujet complexe sur le plan scientifique qui fait appel aux nombreuses disciplines déjà présentes dans ses différents services, il est donc logique que le BRGM se soit impliqué fortement dans ce domaine. Comme ce sujet concerne de nombreux pays, instituts et centres de recherche, le Comité a pu constater avec satisfaction que le BRGM avait un rôle important dans la coordination des travaux et événements internationaux, ce qui paraît très souhaitable pour éviter une duplication inutile des travaux nécessaires. Cette forte implication lui permet ainsi de jouer un rôle constructif dans le cadre de l’élaboration de la directive en préparation dans ce domaine. L’équipe qui nous a présenté quelques projets importants auxquels participe le BRGM, est bien motivée, et apparaît techniquement très compétente. Compte tenu de la mission attribuée au BRGM, le Comité ne peut que recommander que cet organisme s’efforce de développer des compétences scientifiques te technologiques utiles pour les structures opérationnelles qui mettront en œuvre ces technologies, ce qui permettra de valoriser son savoir-faire acquis, et les efforts financiers consentis. L’objectif central pour le BRGM devrait être de consolider sa position de conseil et d’expertise en appui aux politiques publiques, notamment concernant l’évaluation des capacités de développement et la sécurité à long terme des stockages géologiques. Ceci en France, en Europe et ailleurs dans le monde. Dans cette optique, on ne peut que recommander un renforcement des partenariats efficace amorcés avec des centres de recherche à l’étranger pour parvenir à l’objectif ci-dessus évoqué. A cet égard, l’accroissement du taux de publications scientifiques paraît nécessaire. Par ailleurs, le BRGM devrait continuer à faire progresser sa capacité de recherche et d’expertise au service des futurs opérateurs industriels, même si les activités d'ingénierie

27/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

seront à développer uniquement dans le cadre de la filiale constituée ad hoc par Geostock, IFP et BRGM.

2.10. EVALUATION DU SERVICE DES ACTIONS REGIONALES
Plus de 650 projets ont été réalisés et gérés par le service de l’Action Régionale (SAR) en 2007, correspondant à 163 ETP répartis dans des services géologiques régionaux couvrant toutes les régions administratives françaises. On assiste à une augmentation forte de la part contractuelle dans le chiffre d’affaires, au détriment de la dotation. Avec une part de 90 %, l’activité de service public (SP) est largement prépondérante. En part de chiffre d’affaires, le domaine de l’eau est fortement prédominant. Quant à la géologie, elle est largement financée par la dotation. Un chantier important est celui de l’inventaire historique des anciens sites industriels. Le service de l’action régionale est l’acteur principal de la mise en œuvre de l’action de service public du BRGM. D’autre part, il doit promouvoir les actions de recherche et de développement. Les projets de service public sont encadrés par un comité de pilotage et un comité technique interne, et font l’objet d’une évaluation finale. Un système de fiche d’appréciation par le client a été mis en place qui fonctionne pour un tiers des études (retour client). Dans la majorité des cas, les motifs d’insatisfaction du client sont liés aux délais. Les exemples des services géologiques régionaux du centre et du sud-ouest montrent que ces services sont à l’écoute des besoins locaux et sont bien insérés dans le tissu socioéconomique local. Le comité de visite incite les services régionaux à se montrer davantage proactifs dans le domaine de la vulgarisation scientifique de proximité. Dans la stratégie globale de communication du BRGM, les services régionaux, associés à la communauté académique locale, pourraient donner un éclairage scientifique de proximité, indépendant et compétent, sur les questions de société relatives aux géosciences. Les services régionaux font appel à de nombreux stages de longue durée de niveau master. Le BRGM devrait suivre le devenir professionnel de ces stagiaires afin d’évaluer l’impact de ces stages sur le déroulement de carrière. La validation scientifique externe « par les pairs » des travaux effectués est aujourd’hui effectuée via des publications de rang A ou pour certains projets la mise en place de comité de scientifique. Cette validation n’est pas cependant pas systématique. Nous recommandons la mise en place d’un processus de revue externe (indépendant des comités de pilotage) des projets scientifiques et techniques les plus importants. Certains services régionaux envisagent de contribuer à la mise en place de nouvelles filières d’enseignement. De telles actions pourraient renforcer de façon néfaste, l’atomisation des filières de formations en géosciences en contradiction avec la recommandation du rapport de la direction de la prospective du BRGM sur les enjeux de la formation des géologues en France.

28/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

Annexe I Cahier des charges de l’évaluation 2008 du BRGM pour la période 2005-2008 du contrat Etat BRGM par le Comité de Visite 10, 11 et 12 juin 2008

29/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

30/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

EVALUATION 2008 DU BRGM (pour la période 2005-2008 du contrat Etat-BRGM) CAHIER DES CHARGES DU COMITE DE VISITE (à Orléans 10, 11 et 12 juin 2008)
L’évaluation du BRGM par un « Comité de Visite » externe, mis en place en concertation avec le Président de l’Agence de l’Evaluation et de la Recherche (AERES) et le Directeur Général de la Recherche et de l’Innovation (DGRI) sera engagée en juin 2008 et portera sur les 4 annuités du contrat quadriennal Etat-BRGM en cours. Elle concernera le BRGM dans son ensemble d’une part, et les services d’autre part. La référence de l'évaluation sera le contrat Etat-BRGM 2005-2008 du 31 août 2005. Elle doit être comprise comme un élément d’une démarche d’amélioration de la qualité des travaux et de la pertinence des actions du BRGM dans son ensemble et pour chaque unité, menée en cohérence avec une démarche nationale portant sur l’ensemble des organismes de recherche et d’enseignement supérieur.

1. OBJECTIFS DE L’EVALUATION
L’évaluation vise à apprécier, à l’aune internationale, dans tous les domaines couverts par des pratiques de recherche, « la qualité des projets, des bilans et le niveau des résultats produits par les unités. Elle vise aussi à apprécier l’engagement de l‘établissement et de ses unités dans la diffusion et le transfert des connaissances, aussi bien dans l’enseignement et le monde économique ou encore, plus largement au niveau de la société. Il s’agit donc de conduire, « dans le cadre des standards internationaux et dans le respect de la diversité de leur objet d’étude et de leur finalité, une évaluation des unités quelle que soit leur origine ou leur rattachement institutionnel, selon des méthodes et des principes similaires. »1 L’évaluation est réalisée par un « comité de visite », formé d’une douzaine d’experts de haut niveau, d’origines diverses (universitaires, industriels, experts étrangers…) pour tenir compte de la diversité des missions du BRGM, de son environnement et des taches qui en découlent et s’attache à apprécier « la qualité des contributions des différents acteurs quelle que soit l’origine ou la nature de ces contributions. »1 Le pilotage général de l’opération est assuré par la Direction de la Prospective en lien avec la Direction Générale et les Directions de Programmes.

2. EVALUATION DE L’ETABLISSEMENT BRGM DANS SON ENSEMBLE
Pour l’établissement (le BRGM dans son ensemble), l’évaluation porte notamment sur : La stratégie de production de connaissances (R&D) dans sa dimension nationale et européenne (PCRD) La stratégie et le mode de mise en œuvre de l’appui aux politiques publiques (mission de service public) ; La stratégie et les actions internationales (notamment PCRD, contrats avec les banques de développement…) ; La production et la valorisation de la recherche, la diffusion des données et de l’information scientifique et technique, l‘expertise, la contribution à la formation ; Les relations extérieures, les partenariats avec les autres établissements, les collectivités et les milieux économiques ; La gouvernance et la gestion, la politique de ressources humaines, la politique financière et patrimoniale.

1

AERES, 2007
31/44 Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

Le comité de visite procèdera à l’évaluation de l’établissement dans son ensemble par référence au contrat Etat-BRGM 2005-2008, ce qui nécessitera des entretiens à programmer avec chacune des directions de programme et autres directions centrales ; des dossiers seront également préparés par ces directions et la Direction générale, selon un format à synthétique.

3. EVALUATION DES SERVICES
Pour les services, l’évaluation porte notamment sur : la stratégie scientifique et technique (pertinence des objectifs, identification des missions et des clients, synergies et partenariats, stratégie et projet à 4 ans, évolution des équipes et des thèmes, besoins identifiés…) ; la contribution aux objectifs des politiques publiques ; les résultats scientifiques, les instruments de R&D (résultats des dernières années, réalisation des objectifs et des actions…), les bases de données accessibles ; la construction et l’entretien de relations partenariales avec le monde socioéconomique (insertion institutionnelle et socio-économique…) ; la formation et la diffusion scientifique et technique (formation, valorisation) ; l’expertise (clients, nature et contenu, qualité, lien à la recherche) ; les activités internationales ; la veille et la prospective ; la gouvernance et le fonctionnement (compétences et ressources techniques, organisation et gestion des RH, bilan financier, en quoi ces travaux contribuent aux politiques de développement durable …).

L’ensemble de ces observations et analyses s’appuiera sur une rétrospective de la production sur les quatre dernières années, sur les orientations actuelles et sur la prospective concernant l’évolution du domaine et des orientations du service à moyen terme. La composition du Comité de Visite de l’établissement BRGM est déterminée de sorte que 2 ou 3 experts puissent évaluer chaque unité. Sera fourni par chaque service, à l’usage des experts du Comité de Visite, un dossier de présentation de son activité (voir description en annexe). En outre, deux domaines d’activité du BRGM (après-mine et stockage CO2) qui concernent plusieurs services, feront l’objet de présentations spécifiques. • Pour chaque service est organisée une présentation aux experts concernés. Le programme comportera la présentation de projets de recherche, d'activités de service public et sur contrats internationaux, des résultats les plus significatifs et, le cas échéant, une courte visite des installations. Il sera prévu une rencontre et une discussion ouverte avec le personnel. Les experts du Comité de Visite concernés établissent un projet de rapport d’évaluation et de recommandations concernant le Service visité. 4. RESULTAT DE L’EVALUATION PAR LE COMITE DE VISITE Sur la base des rapports établis par le BRGM dans son ensemble et par chacun des services et reçus par les experts avant la visite d’une part, et des résultats de la visite d’autre part, les experts établissent un rapport. Celui-ci porte sur le BRGM dans son ensemble et sur chacun des services, le comité de visite assurant la synthèse des évaluations effectuées par ses membres. L’évaluation sur la période 2005-2008 débouche sur des recommandations pour la période 2009-2012 (et au-delà).

32/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

S’il n’a pu être finalisé sur place, ce rapport établi conjointement par les membres en fin de visite, est transmis par le Président du Comité de Visite pour validation par les experts dans le jour suivant immédiatement la visite. Le rapport final, et les recommandations du Comité de Visite établies pour l’ensemble du BRGM et de ses unités, sont remis à la Direction Générale, puis présentés en Comité exécutif, en Comité d'entreprise et en Conseil d’administration. Copie sera adressée à l'AERES.

33/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

34/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

Annexe II Liste des documents envoyés aux membres du Comité de Visite

35/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

36/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

Liste des documents envoyés aux membres du Comité de Visite (1er envoi)
1. Décret n°59-1205 du 23 octobre 1959 relatif à l’organisation administrative et financière du BRGM 2. Contrat quadriennal Etat-BRGM 2005-2008 3. Rapport d’activité 2005 4. Rapport d’activité 2006 5. Certification ISO 9001 : 2000 6. Rapport à mi-parcours de l’Institut Carnot BRGM 7. Activité de Recherche : Programmes 2005 Programmes 2006 Compte-rendu du Comité Scientifique Participation du BRGM au 6ème Programme Cadre de Recherche et Développement (PCRD) Participation du BRGM au 7ème Programme Cadre de Recherche et Développement (PCRD 8. Activité de Service Public : Rapport 2005 Rapport 2006 9. Activité Internationale 10. Revue Géosciences : deux exemplaires de cette revue, liste complète des numéros parus (à votre disposition sur simple demande). 11. Série « Pour une terre durable » : ci-joint un exemplaire de cette série, ainsi que la liste complète des numéros parus que nous tenons à votre disposition sur simple demande. 12. Catalogue des publications du BRGM.

37/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

Liste des documents envoyés aux membres du Comité de Visite (2ème envoi)
COFFRETS VOLUME 1 ET 2
Ce document, disponible sous forme papier ou CD, fait partie d’un ensemble composé de :

Volume 1
Dossier élaboré pour l’évaluation du BRGM et annexes Présentation du stockage géologique du C02 Présentation de l’activité après-mine

Volume 2
Présentation du département Géothermie Présentation du service Géologie Présentation du service Ressources minérales Présentation du service Aménagement et Risques naturels Présentation du service Eau Présentation du service Environnement et Procédés innovants Présentation du service Métrologie, Monitoring et Analyses Présentation du service Systèmes et Technologies de l’information Présentation du service Actions régionales Présentation du service géologique Aquitaine Présentation du service géologique Centre

38/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

Annexe III Liste des exposés sous Powerpoint présentés lors du comité de visite les 10, 11 et 12 juin 2008

39/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

40/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

Liste des présentations Powerpoint
Ces présentations sont disponibles sur CD ROM sur demande

1. Le BRGM dans son ensemble ; présentations des directions

Présidence et Direction Générale Présentation du BRGM Direction de la Prospective, de la stratégie et de l’évaluation Stratégie 2020 & contractualisation 2009-2012 Année 2008 : le BRGM au tournant : - prospective emploi géosciences (15/05/08) - évaluation par le comité de visite (10-12/06/08) - bilan du contrat Etat-BRGM 2005-2008 - document de stratégie 2020 (24/06/08) - contrat Etat-Brgm 2009-2012 (fin 08) Direction de la Recherche Les activités de recherche du BRGM dans la période 2005-2008 Direction du Service Public Les activités de service public du BRGM - Observation du sol et du sous-sol - Etudes et expertise Direction Internationale Bilan du contrat 2005-2008 - Direction Internationale Direction de la Production et de la Qualité DPIQ : Direction de la Production, de l'Innovation, du Contrôle de Gestion, de la Logistique et de la Qualité Direction de la communication et des éditions Direction de la communication et des éditions - Stratégie et perspectives

41/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

2. Les services du BRGM

EAU Le projet cadre CLIMATEAU - Vulnérabilité des hydrosystèmes aux évolutions climatiques EAUR15 COMPLEX’AQUI - Karst, socle et interface NouvEau EAUR17 Nouvelles ressources en eau et concepts alternatifs de gestion Projet Cadre SYSCO-EAUR19 : Transferts Réactifs et Physico-Chimie des SYStèmes Hydrogéologiques Complexes (projet transverse) Projet Qualhys : Qualité et pollution des hydrosystèmes EPI Service Environnement & Procédés (EPI) Service Environnement & Procédés - Stratégie et perspectives GEOLOGIE Cartographie plateau continental Taoudeni Basin – Mauritania - Conduction of Geological Field Survey -Technical support for Petroleum Exploration Activités de GEO dans le domaine du REGOLITE Activité scientifique de GEO GEOTHERMIE Evaluation du BRGM : Comité de visite 10-12 juin 2008 Evaluation du BRGM : Comité de visite 10-12 juin 2008 - Evaluation des potentiels géothermiques régionaux PROJET CLASTIQ : CLAYed sandSTone In Question - un projet de Recherche, avec 20 chercheurs BRGM, cofinancée par l’ADEME et le BRGM - janvier 2006 septembre 2008 MMA Comité de Visite du BRGM Service Métrologie, Monitoring, Analyse (MMA)

42/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

REM Après-mine - Etudes et Expertises - GIP – Géodéris - Service REM Les Ressources minérales SAR BRGM du Sud-Ouest - Quo vadis? Le Service géologique régional Centre Service des Actions Régionales STI AERES STI – 12 juin 2008 Projet Espace Hubert Curien Projet Geobench Visualisation immersive distribuée et interaction haptique appliquées aux données (géo) scientifiques Géocatalogue GeoSciML Projet IGGI : Infrastructure pour Grappe, Grille et Intranet InfoTerre Un contexte réglementaire nouveau :la directive INSPIRE OneGeology Projet ORCHESTRA Projet RAXENV Les sites hébergés pour le MEEDDAT Google Earth

ARN Axes – Risques Sismiques - Recherche 2005 – 2008 Risques côtiers à Sri Lanka Mouvements (glissements) de terrain - Imagerie des mécanismes de rupture et de propagation et vulnérabilité associée

43/44

Version finale 23 juin 2008

Evaluation du BRGM pour la période 2005-2008 par le comité de visite (10, 11 & 12 juin 2008)

Deux domaines : après-mine et stockage du CO2 (ne correspondant pas à un service)

APRES-MINE
La R&D Après-mine 2005-2008 Après-mine - Etudes et Expertises, GIP – Géodéris, Service REM Département Prévention et Sécurité Minière

CO2
Stockage géologique du CO2 - les activités du BRGM Le projet cadre CO2SEQ - “Expertise et excellence européenne sur le stockage de CO2” Stockage du CO2 - Rôle de GEO Stockage géologique du CO2 - Critères de sécurité et projets associés Numerical Modelling of geological storage of CO2

44/44

Version finale 23 juin 2008

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful