You are on page 1of 20

Le Stress : Deux Facettes d’Une

Même Réalité ?

 Nemmar Warda.
 Hasbellaoui Sara.

2017/2018
Table des matières :

Partie Ⅰ : Le Stress : Généralité

Qu'est-ce que le stress ? .................................................... 1

Stress aigu vs stress chronique : ..................................... 2

Les phases du stress : .......................................................... 3

Le stress : causes et conséquences : ................................ 4

Partie Ⅱ : Le Stress : Nos Fausses Croyances


La Seconde Partie de l'Histoire: ........................................ 6

Le Test de Stress Social : ...................................................... 8

Le Stress et L’Ocytocine ?! ................................................ 9

Du Stress vers La Biologie du Courage et de La

Résilience : .......................................................................... 10

2
3
Partie Ⅰ :
Le Stress : Généralité

4
Qu'est-ce que le stress ?

Le stress, d’un point de vue biologique, est donc la réponse de


l’organisme à toute demande qui lui est faite : le regard de quelqu’un,
un mot, gagner au loto, préparer son mariage, peu dormir, la présence
du chef dans le bureau, une remarque,... tous ces facteurs vont
générer une réaction de l’organisme pour maintenir l’équilibre de
l’état intérieur (principe de l’homéostasie) qu’on appelle le stress.

Le stress est donc ressenti lorsqu'un déséquilibre est perçu entre ce


qui est exigé de la personne et les ressources dont elle dispose pour
répondre à ces exigences. Bien que le stress soit perçu
psychologiquement, il peut également porter atteinte à la santé
physique. Ce dernier fait battre votre cœur, accélérer votre respiration
et vous donne des suées. Mais alors que le stress a été désigné comme
un ennemi de la santé publique, de nouvelles recherches suggèrent
qu'il n'est mauvais pour vous que si vous croyez que c'est le cas.

Stress aigu vs stress chronique :1

Il existe deux sort de stress : le aigu et le chronique ;Un stress aigu


est celui qui survient suite à un élément déclencheur à un moment

1 LE MONDE | 11.01.2016 à 17h03 • Mis à jour le 11.01.2016 à 17h08 |Par M. Nasi


Url :
https://www.google.com/search?client=opera&q=article+sur+le+stresse&sourceid=opera&ie=UTF-
8&oe=UTF-8
https://www.google.com/search?client=opera&q=le+stresse+aigu+vs+le+stress+chronique&sourceid=o
pera&ie=UTF-8&oe=UTF-8
http://www.ciao.ch/f/stress/infos/e4b6debe2dd111e4bf1f33a4d62a64216421/2-mecanismes_du_stress/

5
précis et actuel, par exemple un accident de voiture ou un discours qui
doit être prononcé devant plusieurs personnes.
 Le stress aigu :fait partie de la vie quotidienne et aide à faire face aux
situations sur lesquelles on a peu de contrôle. Il survient à un moment
précis et reste ponctuel. Il permet de répondre de manière plus
efficace et adaptée aux situations nouvelles et/ou imprévisibles ! Il peut
avoir un effet positif en préparant l'organisme à affronter la nouvelle
situation.
Par exemple : faire un exposé devant toute ta classe, éviter de justesse
un accident de la route.
 Le stress chronique est l’exposition au stress de manière répétée et
pendant une longue durée. Il mobilise beaucoup d’énergie et à la
longue affaiblit corps et esprit. Il peut mener à l’épuisement ainsi qu'à
des problèmes de santé (manque de motivation, envie de rien, fatigue,
tristesse, états dépressifs…).

Un stress devient chronique:

1. Lorsqu'un individu subit des stress fréquents;

2. Lorsqu'un grand stress n'a pas su être contrôlé;

3. Lorsqu'un individu ne sait pas réagir de façon efficace au


stress (soit que ses mécanismes d'adaptation sont inadéquats ou
inexistants).

Les phases du stress :2

Pour bon nombre d'entre nous, le stress est un concept fourre-tout


désignant un vague sentiment de malaise. Et pourtant il est une
réaction biologique bien réelle à une stimulation extérieure physique,
psychique ou sensorielle. Plus précisément, c'est un quasi-réflexe qui se
décompose en trois phases : alarme (choc), résistance, épuisement.

 La phase de choc : D'abord une phase de choc intervient au


moment où vous recevez le stimulus " stressant " : votre rythme
cardiaque s'emballe, votre tonus musculaire et votre taux de sucre
dans le sang s'effondrent. Votre organisme va à ce moment tout faire

2A.Julien : article publié en 2013 :le stress /phases & symptômes S.W : www.douglas.qc.ca
Source http://www.doctissimo.fr/html/forme/bien_etre/fo_758_stress_definition.htm

6
pour s'adapter. Pour cela, votre système nerveux envoie un message à
l'hypothalamus qui, en agissant sur la glande médullo-surrénale, libère
de l'adrénaline. Celle-ci fournit à l'organisme l'énergie dont il a besoin
en augmentant le rythme du cœur (donc son débit) pour mieux
oxygéner les muscles et les tissus, et en facilitant la libération du sucre et
des graisses par le foie. C'est un premier stade où la mémoire et la
réflexion sont améliorées. Vos pupilles se dilatent, vous disposez d'une
meilleure vision. Quelle que soit la nature du stimulus, la réponse
biologique de votre organisme sera invariablement la même.

 La phase de résistance au stress : Si le stimulus persiste, vous


passez à une phase de résistance. Votre organisme est en position
d'alarme et de mobilisation pour tenter de capitaliser d'autres ressources afin de
trouver un nouvel équilibre. Votre corps se met à secréter d'autres
hormones : l'endorphine aux vertus apaisantes, le cortisol, la dopamine, la sérotonine
et enfin des hormones sexuelles. A ce stade, le stress est considéré, d'un point de vue
biologique, comme un agent stimulant bénéfique pour l'organisme, qui lui permet de
réagir pour survivre à des situations pouvant le mettre en danger.

 La phase d'épuisement : Si le stress perdure et que votre organisme est


incapable de faire face car les dépenses énergétiques nécessaires sont trop
importantes, vous passez à une phase d'épuisement. Vos défenses immunitaires
perdent du terrain, ce qui vous rend extrêmement sensible aux agressions
extérieures. Vous êtes dans un état de tension excessive. Votre soupape de sécurité
explose. Apparaissent alors la fatigue, la colère, et même la dépression.

Le stress : causes et conséquences :3

3
 Idem+ Article réalisé par C. Dor : grand reporteur au figaro magazine ,24/2/2012 plus.figaro.fr
I. Silly, DR C. Pombourcq :Article mis à jour le 6/6/2014 :santé magazine.
http://www.alexandrajulien.com/article-le-stress-les-causes-consequences-comment-le-gerer-
121185103.html

7
 Les causes :

Le stress n'est pas une maladie alors que l’anxiété et la dépression


sont des pathologies. Une personne est stressée et anxieuse lorsque les
symptômes persistent au delà de la présence des agents stressants et
se retrouve dans l'incapacité d'agir, lorsque tout parait difficile.
Il n'y a pas de causes précises et établies au stress. Il n'est jamais
une réponse automatique ni invariable. Face à une même situation, les
individus réagissent différemment ; d’où les causes de stress peuvent
varier en fonction de la situation et de la personne. Pour vous donner
quelques exemples de causes de stress, nous vous présentons ci-
dessous une liste de possibles causes de stress

 Le stress au travail : Ça touche une part importante d'actifs. En


France Près d'un quart des français (24 %) sont même dans un
« état d'hyper-stress », considéré comme un niveau « trop élevé
et donc à risque pour leur santé ». C'est le résultat d'une étude
réalisée par le cabinet Stimulus et relayée par France-info. Pour
obtenir ce chiffre inquiétant, après avoir interroger différence
reste moins notable entre les cadres (24 %) et les non-cadres
(23 %). À l'inverse, des variations importantes apparaissent selon
le secteur d'activité. Par exemple, dans le secteur de la santé
humaine et des actions sociales, 42 % des actifs se disent en
« état d'hyper stress », 31 % dans celui des arts et spectacles, et
29 % dans celui des services. Alors que dans le secteur du
transport, 20 % des salariés sont concernés.

 Rénovation d’une maison

 Décès
 Séparation

 Phase transitoire de vos enfants

 Maladie de vos enfants… etc.

 Les conséquences :

Le niveau de stress dépendra alors de son intensité, mais il disparaitra une fois
le danger écarté, permettant ainsi à l’organisme un retour à la normale.

8
Mais quand ces situations anxiogènes s’installent dans notre quotidien,
notre corps vit continuellement sur un mode de défense. Les
conséquences du stress peuvent alors être désastreuses.

Et la raison est simple : quand notre système nerveux se sent en danger,


notre cerveau est stimulé. Il produit alors de l’adrénaline, tout en
sollicitant par la même occasion nos glandes surrénales. Pour gérer le
stress, ces dernières produiront elles aussi de l’adrénaline, ainsi qu’une
hormone appelée cortisol, nocive pour bon nombre de nos organes.

Voici donc quelques conséquences du stress :4

1. Les maladies cardiovasculaires

En situation de stress, notre cœur bat plus rapidement, et notre


pression artérielle augmente pour activer notre circulation sanguine,
qui alimentera ensuite nos muscles en oxygène pour leur donner de
l’énergie.

Les vaisseaux sanguins se voient réduits, et les artères, durcies. Aussi,


pour parer à une éventuelle blessure, le sang va s’épaissir, ce qui peut
provoquer en conséquence du stress des maladies de cœur et des
accidents cérébraux.

2. Les problèmes de peau

Les conséquences du stress touchent également nos vaisseaux


sanguins superficiels, puisque ceux-ci vont préférer diriger le sang vers
les muscles plutôt que vers la peau. Notre épiderme sera alors moins
bien nourri et aura tendance à rougir, ou au contraire pâlir, ainsi qu’à
vieillir prématurément.

3. Les problèmes capillaires

Tout comme la peau, l’afflux sanguin alimente moins bien notre


chevelure en période de stress. La croissance de nos cheveux se voit
ralentie, ce qui peut même entrainer leur chute.

4. Un système immunitaire affaibli

4conséquence : idem+DR .Paul Kock : mes 15 minutes publié en 2013 :journal de


spécialité :lien https://www.google.com/search?client=opera&q=les+cons%C3%A9quences+du+stress&sa=X&ved=0
ahUKEwi3_qHpyPbaAhWLWRQKHVF7BfAQ1QIIqwEoBQ&biw=1324&bih=698
http://www.canalvie.com/sante-beaute/sante/prevention-et-maladies/consequences-stress-et-trucs-relaxer-1.1440
L’agence européenne pour la sécurité et la santé au travail

9
En temps normal, notre organisme dispose des ressources
nécessaires pour contrer les virus et les agressions qui nous guettent au
quotidien. À part bien sûr s’il est trop occupé à combattre une
menace immédiate, message véhiculé par les conséquences du stress.

Nous sommes donc davantage vulnérables aux nouvelles infections, en


plus de réveiller celles qui existent déjà, tout en aggravant leurs
symptômes et en troublant leur guérison. De plus, fait peu connu, un
système immunitaire affaibli pourrait même provoquer l’apparition de
nouvelles allergies.

5. Les problèmes digestifs

On observe le même processus dans notre appareil digestif face


aux conséquences du stress. Trop occupé à contrer le danger transmis
par le stress, il ralentit et dérègle l’activité intestinale, et n’assimile plus
correctement la nourriture.

Résultat : ballonnements, brûlures d’estomac, remontées acides, ulcère


gastroduodénal, syndrome du côlon irritable et, évidemment,
constipation, diarrhée et indigestion. Bref, ce n’est pas pour rien que le
stress fait mal au ventre!

6. La prise de poids, Les problèmes de sommeil...etc.

10
Partie Ⅱ :

Le Stress : Nos Fausses Croyances.

11
La Seconde Partie de l'Histoire:

Nous avons une confession à vous faire, mais avant tout, nous
voulons que vous nous fassiez une petite confidence. On veut que vous
répondez honnêtement, durant l'année dernière, avez-vous connu
relativement peu de stress. Que diriez-vous d'une quantité modérée de
stress ? Qui a connu beaucoup de stress ? Oui, nous aussi, mais ce n'est
pas cela, notre confession.

Notre confession est la suivante : On crains que vous ayez pris une
position erronée sur le stress. Selon les conséquences élaborées
précédemment, le stress vous rend malade. ça augmente les risques
sur tout, des problèmes digestifs aux maladies cardiovasculaires. Mais
ce n'est pas la totalité de l'histoire.

Permettez-nous de commencer par l'étude 5qui nous a fait réexaminer


notre approche du stress.

Cette étude a été menée auprès de 30 000 adultes aux Etats-Unis


pendant huit ans. Ils ont commencé par demander aux gens, "Quelle
quantité de stress avez-vous supportée l'année dernière ?" . Ils ont
également demandé, "Croyez-vous que le stress soit dangereux pour
votre santé ?"

Puis ils ont utilisé les registres de décès pour savoir qui était mort.

Ok. Quelques mauvaises nouvelles d'abord.

Les gens qui avaient connu beaucoup de stress durant l'année


précédente avaient 43% de risque supplémentaire de mourir. Mais ce
n'était vrai que pour les personnes qui croyaient que le stress était
mauvais pour leur santé.

Les gens qui avaient connu beaucoup de stress, mais ne percevaient


pas le stress comme nocif n'étaient pas plus susceptibles de mourir. En
fait, ils avaient le risque le plus faible de mourir de tous les participants à
l'étude, y compris les personnes qui avaient relativement peu de stress.

5 J. Jamieson, W. Mendes, et M. Nock : Departement of Psychology, Harvard University : publié en 2012 :


Improving Acute Stress Responses. Site : www.psychologytoday.com.
Source : https://www.psychologytoday.com/sites/default/files/attachments/126767/arousal-
reappraisal-review.pdf

12
Les chercheurs ont estimé que sur les huit années pendant lesquelles ils
ont suivi les décès, 182 000 Américains étaient morts prématurément,
non pas de stress, mais de la croyance que le stress est mauvais pour
eux.

C'est plus de 20 000 décès par an.

Si cette estimation est exacte, elle ferait de la croyance que le stress


est mauvais pour vous la quinzième principale cause de décès tuant
plus de personnes que le cancer de la peau, le SIDA et les meurtres.

Le Test de Stress Social :

Vous voyez pourquoi cette étude nous a fait flipper. Et elle nous a
donc poussée à nous demander : Est-ce que changer notre façon de
percevoir le stress pourrait nous donner une meilleure santé ? Et là, la
science répond oui. Lorsque vous changez d'avis à propos du stress,
vous pouvez modifier la réponse de votre corps au stress.

Pour expliquer comment cela fonctionne, on veux que vous vous


fassiez semblant d'être un des participants à une étude conçue pour
vous stresser. C'est ce qu'on appelle le test de stress social. Vous entrez
dans le laboratoire, on vous dit que vous allez devoir inventer un
exposé de cinq minutes sur vos faiblesses personnelles devant un panel
d'experts évaluateurs assis juste en face de vous, et pour bien vous
mettre la pression, il y a des lumières vives, et une caméra braquée sur
votre visage. Et les évaluateurs ont été formés à vous adresser des
signes non verbaux décourageants.

Maintenant que vous êtes suffisamment démoralisé, il est temps de


passer à la deuxième partie : un contrôle de maths. Et à votre insu,
l'expérimentateur a été formé à vous harceler pendant ce temps-là.

Ok. On veut que vous comptiez à rebours, à partir de 996, de sept en


sept, 996 -7 ... Vous allez le faire à voix haute, aussi vite que vous le
pouvez, à partir de 996. Allez-y !

Plus vite, plus vite , s'il vous plait. Vous allez trop lentement. Stop. Stop.
Stop. Stop. Nous allons devoir tout recommencer depuis le début. Vous
n'êtes pas très doués pour ça, n'est-ce pas ?

13
Bon, vous voyez l'idée. Maintenant, si vous étiez vraiment dans cette
étude, vous seriez probablement un peu stressé. Votre cœur pourrait
battre la chamade, vous pourriez respirer plus vite, et être en suer. Et
normalement, nous interprétons ces changements physiques comme
de l'anxiété ou comme des signes qui montrent que vous ne supportez
pas très bien la pression. Mais qu'en serait-il si vous les voyiez comme de
l'anxiété ou comme des signes qui montrent que vous ne supportez pas
très bien la pression. Mais qu'en serait-il si vous les voyiez comme des
signes que votre corps a été stimulé, pour vous préparer à relever ce
défi ? C'est exactement ce dont ont été informés les participants à une
étude menée à Harvard.

Avant qu'ils ne passent le test de stress social, ils ont appris à penser leur
réponse au stress comme utile. Ce cœur qui bat la chamade vous
prépare à l'action. Si vous respirez plus vite, il n'y a aucun problème, ça
apporte plus d'oxygène à votre cerveau. Les participants qui ont appris
à voir la réponse au stress comme utile à leur performance, eh bien, ils
étaient moins stressés, moins anxieux, plus confiants, mais la
découverte qui nous a le plus fascinées, c'est la façon dont leur
réponse physique au stress avait changé.

Dans une réponse typique au stress,


votre rythme cardiaque augmente,
et vos vaisseaux sanguins se
contractent.

Mais dans l'étude, lorsque les


participants ont perçu leur réponse
au stress comme utile, leurs
vaisseaux sanguins sont restés
détendus

Leur cœur battait toujours la chamade, mais c'est un profil


cardiovasculaire beaucoup plus sain. ça ressemble en ait beaucoup à
se qui passe dans les moments de joie et de courage. Tout au long
d'une vie d'expériences stressantes, cette seule modification
biologique pourrait faire la différence entre une crise cardiaque
provoquée par le stress à 50 ans et vivre en bonne santé jusqu'à vos 90
ans. C'est vraiment ce que la nouvelle science du stress révèle : la
manière dont vous percevez le stress a son importance.
14
Notre objectif donc a changé. On veut vous rendre plus douée pour le
stress. Si vous avez dit que vous auriez eu beaucoup de stress durant
l'année dernière, il se pourrait que nous vous ayons sauvé la vie, parce
que on espère que la prochaine fois que votre cœur battra la
chamade à cause du stress, vous vous souviendrez de cet exposé, et
vous vous direz à vous-même, c'est mon corps qui m'aide à relever ce
défi. Lorsque vous percevez le stress de cette façon, votre corps vous
croît, et votre réponse au stress devient plus
saine.

Le Stress et L’Ocytocine ?!

L'un des aspects les plus sous estimés de la


réponse au stress est que le stress vous rend
sociable. Pour comprendre cette partie du
stress, nous devons parler d'une hormone,
l'ocytocine.

C'est une neurohormone. Elle ajuste avec précision les instincts sociaux
de votre cerveau. Elle vous incite à faire des choses qui renforcent vos
relations intimes. L'ocytocine vous donne l'envie de contact physique
avec vos amis et votre famille. Elle accroît votre empathie. Elle vous
rend même plus disposé à aider et soutenir les gens que vous aimez .
Certaines personnes ont même suggéré que nous devrions sniffer de
l'ocytocine pour devenir plus compatissants et bienveillants.

Mais ce que la plupart des gens ne comprennent pas à propos de


l'ocytocine, c'est qu'il s'agit d'une hormone du stress. Votre glande
pituitaire la produit en réponse au stress. Elle fait tout autant partie de
votre réponse au stress que l'adrénaline qui fait battre votre cœur.
Quand l'ocytocine est libérée durant la réponse au stress, cela vous
incite à chercher de l'aide. Votre réponse biologique au stress vous
pousse à exprimer vos sentiments à quelqu'un au lieu de refermer le
couvercle dessus. Votre réponse au stress veut s'assurer que vous
remarquerez si quelqu'un d'autre dans votre vie est en difficulté, pour
que vous puissiez vous soutenir mutuellement. Quand la vie est difficile,
votre réponse au stress veut que vous soyez entouré par des gens qui
se soucient de vous.

15
Bon, alors, de quelle façon cette connaissance du bon côté du stress
va-t-elle vous donner une meilleure santé ? Eh bien, l'ocytocine n'agit
pas seulement sur votre cerveau. Elle agit aussi sur votre corps, et l'un
de ses rôles principaux dans votre corps est de protéger votre système
cardio-vasculaire des effets du stress.

C'est un anti-inflammatoire naturel. Elle aide également les vaisseaux


sanguins à rester détendus pendant le stress. Mais notre effet préféré
sur le corps agit en fait sur le cœur. Votre cœur possède des récepteurs
pour cette hormone, et l'ocytocine aide les cellules cardiaques à se
régénérer et à guérir de tout dommage provoqué par le stress. Cette
hormone du stress renforce votre cœur, et le truc cool, c'est que tous
ces bénéfices physiques de l'ocytocine sont renforcés par des contacts
sociaux et le soutien social. Ainsi, lorsque vous tendez la main aux
autres en situation de stress, soit pour demander de l'aide, soit pour
aider quelqu'un d'autre, vous libérez plus de cette hormone, votre
réponse au stress devient plus saine, et en fait vous récupérez plus
rapidement du stress. C'est extraordinaire, que notre réponse au stress
ait un mécanisme intégré de résistance au stress, et que ce
mécanisme soit les relations humaines.

Du Stress vers La Biologie du Courage et de La


Résilience :

16
Nous allons terminer en vous citant une autre étude 6. Et écoutez
bien, parce que cette étude aussi peut sauver une vie. Cette étude a
suivi près d e 1 000 adultes aux Etats-Unis, âgés de 34 à 93 ans. Ils ont
commencé l'étude en demandant : " Quelle quantité de stress avez-
vous connue l'année dernière ?". Ils ont également demandé :
"Combien de temps avez-vous passé à aider vos amis, vos voisins, et les
personnes autour de vous ?" Puis ils ont utilisé les archives publiques
durant les cinq années suivantes pour savoir qui était mort. OK, les
mauvaises nouvelles d'abord : pour ceux qui ont vécu un stress majeur,
comme des difficultés financières ou des crises familiales, le risque de
décès a augmenté de 30%.

Mais, (on espère que vous vous attendiez à un désormais maintenant)


ce n'était pas vrai pour tout le monde. Les gens qui ont passé du temps
à s'occuper des autres n'ont montré absolument aucune
augmentation du risque de moralité liée au stress. Zéro. Prendre soin
des autres a créé une résilience. Et ainsi, nous voyons une fois de plus
que les effets néfastes du stress sur notre santé ne sont pas inévitables.

La manière dont vous pensez et vous agissez peut transformer la façon


dont vous vivez le stress . Lorsque vous choisissez de voir votre réponse
au stress comme utile, vous crées la biologie du courage. Et quand
vous choisissez de communiquer avec les autres en situation de stress,
vous pouvez créer la résilience.

En fin, nous ne demanderions pas nécessairement à éprouver


plus d'expériences stressantes dans nos vie, mais cette connaissance
nous a donné une toute nouvelle appréciation du stress. Le stress nous
donne accès à nos cœurs. Ce cœur compatissant qui trouve sa joie et
son sens en se connectant avec les autres, et oui, votre cœur physique,
qui bat et travaille si dur pour vous donner de la force et de l'énergie,
quand vous choisissez de percevoir le stress de cette façon, vous
arrivez non seulement à mieux faire face au stress, mais vous faites en
réalité une déclaration assez profonde. Vous dites que vous pouvez
faire confiance à vous-même pour affronter les défis de la vie, et vous
vous rappelez que vous n'avez pas à y faire face seul.

6Poulin Brown , Dillard & Smith : University at buffalo, NY, Departement of Psychology : Publié en 2013 :
Giving to Others The Association Between Stress and Morality : Site web : www.PubMedlabs.com :
Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23327269

17
18
Sitographie
 http://www.doctissimo.fr/html/forme/bien_etre/fo_758_stress_definition.htm
 Alexandra Julien : article publié 2013 le stress /phases & symptômes C.W : www.douglas.qc.ca
http://www.alexandrajulien.com/article-le-stress-les-causes-consequences-comment-le-gerer-
121185103.html

 LE MONDE | 11.01.2016 à 17h03 • Mis à jour le 11.01.2016 à 17h08 |Par Margherita Nasi
 Url :https://www.google.com/search?client=opera&q=article+sur+le+stresse&sourceid=opera&ie=UT
F-8&oe=UTF-8
 https://www.google.com/search?client=opera&q=le+stresse+aigu+vs+le+stress+chronique&sourceid
=opera&ie=UTF-8&oe=UTF-8
 http://www.ciao.ch/f/stress/infos/e4b6debe2dd111e4bf1f33a4d62a64216421/2-
mecanismes_du_stress/
 T témoignage de M. Kédia, psychologue, responsable du service Stress et conditions de travail d’ACF.
 http://videos.doctissimo.fr/sante/vie-pratique/gerer-son-stress.html
 https://www.mes15minutes.com/stress/causes/
 Isabel silly , DR Caroline Pombourcq :Article mis à jour le 6/6/2014 :santé magazine.
 DR .Paul Kock : mes 15 minutes publié en 2013 : journal de spécialité :lien
https://www.google.com/search?client=opera&q=les+cons%C3%A9quences+du+stress&sa=X&ved=
0ahUKEwi3_qHpyPbaAhWLWRQKHVF7BfAQ1QIIqwEoBQ&biw=1324&bih=698
 http://www.canalvie.com/sante-beaute/sante/prevention-et-maladies/consequences-stress-et-trucs-
relaxer-1.1440862
l'agence européenne pour la sécurité et la santé au travail

 https://www.gestiondustress.net/index.php?o=13&m=2

 http://www.doctissimo.fr/html/psychologie/stress_angoisse/articles/11979-bon-stress.htm
 http://www.canalvie.com/sante-beaute/sante/prevention-et-maladies/consequences-stress-et-trucs-
relaxer-1.1440862
 https://www.mes15minutes.com/stress/causes/
 Article réalisé par Christophe Dor :grand reporteur au figaro magazine ,24/2/2012 plus.figaro.fr
 Jeremy Jamieson, Wendy Mendes, Matthew Neck : Département of psychologie , Harvard
University :publié en 2012.
 https://www.gestiondustress.net/index.php?o=13&m=2
http://www.doctissimo.fr/html/psychologie/stress_angoisse/articles/11979-bon-stress.htm
 J. Jamieson, W. Mendes, et M. Nock : Departement of Psychology, Harvard University : publié en 2012 : Improving Acute
Stress Responses. Site : www.psychologytoday.com.
Source : https://www.psychologytoday.com/sites/default/files/attachments/126767/arousal-
reappraisal-review.pdf
 Poulin Brown , Dillard & Smith : University at buffalo, NY, Departement of Psychology : Publié en 2013 :
Giving to Others The Association Between Stress and Morality : Site web : www.PubMedlabs.com :
Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23327269

19
20