You are on page 1of 1

A son âme, avec la distanciation qu’introduit la langue, mais d’une ironie qui, de

même que chez Ronsard, allège le sujet et le rend humoristique.


« 4. Mambo est une incantation en dialecte afro-cubain pour chasser la mort. »
« J’ai été très influencé par les musiques primitives que j’ai pu entendre. Et ma
démarche est certainement de rendre à la voix un peu de son état primitif, de sa
sauvagerie, de la libérer de la préciosité du bel canto qui n’a mis l’accent que sur
un seul point... »

TOMBEAU DE LOUIZE LABÉ (n° 103) Durée : 6’.


pour 12 voix mixtes.
Sonnet Ô beaux yeus bruns de Louize Labé « relu » par Maurice Ohana.
" Effectif : 3 sopranos, 3 mezzos, 3 ténors, 3 basses.
! Éditeur : Billaudot, 1995.
« Ma toute dernière oeuvre, sorte de madrigal sur un poème de Louize Labé,
s’inscrit en faux, remarque un critique, contre toute mon esthétique vocale à ce
jour. Permettez-moi, ô chers musicologues, de me contredire en musique comme
ailleurs. »

Oeuvres pour soli, choeur et orchestre (ou ensemble instrumental)

LLANTO POR IGNACIO SANCHEZ MEJIAS (n°18) Durée : 42’.


Oratorio pour récitant, baryton, choeur féminin, clavecin et petit orchestre, sur le
poème de Federico Garcia Lorca.
4 parties : I. La cogida y la muerte (la blessure et la mort) ; II. La sangre
derramada (le sang répandu) ; III. Cuerpo presente (corps gisant) ; IV. Alma
ausente (âme absente).
" Effectif : baryton solo, récitant, orchestre 1 (+ piccolo).
1.2.1./2.1.0.0./timbales / percussion (3 exécutants)/ clavecin/ cordes
6.6.4.4.2./ choeur féminin de 8 à 12 voix (contraltos et mezzos).
Détail du matériel de percussion : 1 tarole, 1 caisse claire timbrée, 1 caisse claire
détimbrée, 3 toms (do dièse, mi, sol), 2 bongos, 1 grosse caisse, 3 cymbales
suspendues (aiguë-medium-grave), 2 tam-tams (medium-grave), xylomarimba.
Révision par l’auteur : 1978
« Le Llanto est un exemple très rare dans la poésie du XXè siècle, de texte conçu
avec une arrière-pensée musicale si évidente, que la musique n’avait plus qu’à
être écrite dans son prolongement pour la compléter. Ce poème est d’ailleurs la
résurgence d’un courant très ancien dans la poésie de l’Occident médiéval, où les
musiciens ont souvent été aussi des poètes et possédaient un don de double-
écoute. »
« Quand j’ai composé le Llanto, d’après Lorca, et reçu tant de réactions
favorables (Alejo Carpentier, qui n’était pas encore le grand romancier du Siècle
des Lumières ou du Concert baroque mais critique musical dans un journal
vénézuélien, m’a consacré un article extrêmement élogieux), j’ai compris que
j’avais raison de prôner un retour à une musique sensuelle, résolument tournée
vers l’émotion. »
! Éditeur : Pierre Noël, 1952, repris par Billaudot, 1966.

- 30 -