You are on page 1of 6

LETTRE D’INFORMATIONS ECONOMIQUES STRATEGIQUES INTERNATIONALES

Numéro 161 25 juin 2008 HAARP : de la France à la Chine Ce qui relevait du domaine du renseignement est devenu public, suite à des informations publiées par Benjamin Fulford, et étayées par des images éloquentes, prises trente minutes avant le déclenchement du séisme du 12 mai 2008. L’on voit des nuages présentant des couleurs « inconnues ». Benjamin Fulford, ancien journaliste américain du magazine Forbes a, en effet, révélé des détails très percutants sur la manière dont les Etats-Unis ont attaqué la Chine au moyen de HAARP. Ce type d’attaque n’est pas exceptionnel pour notre rédaction qui croit, sans l’ombre d’un doute, que HAARP constitue, aujourd’hui pour Washington, une arme plus destructrice que la bombe nucléaire. Rappelons que nous fûmes avertis, mi-décembre 1999, par un ancien agent de la CIA2, que le complexe militaro-industriel américain avait programmé une gigantesque tempête sur la France pour le 26 décembre 1999. L’événement est encore dans les mémoires ! Dans la matinée du 27 décembre 1999, un expert de Météo France est interrogé par un journaliste de France Inter. « - Comment expliquez-vous que des ingénieurs spécialistes de la météo n’aient rien vu venir ? « - Dans la très grande majorité des cas, les tempêtes commencent par se former dans l’Atlantique avant de toucher l’Europe. On les voit donc sur une image satellite. En outre, la première tempête avait la configuration d’un cyclone, ce qui est normalement impossible sur l’Atlantique Nord en hiver, car les cyclones ont besoin de survoler une mer chaude pour se former. De plus, ce cyclone s’est déplacé très rapidement d’ouest en est, à une vitesse de 100km/h, alors qu’un cyclone normal se déplace lentement. Enfin, il s’est accompagné d’une fantastique baisse de la pression atmosphérique. La seconde tempête représente également un phénomène météo très inhabituel, avec un jet-stream exceptionnellement rapide et qui, de plus, est descendu en basse couche, chose qui n’est pas censée se produire… Nous n’avons donc aucune explication ». Et pour cause ! Si l’on occulte HAARP, il est impossible d’expliquer cette « catastrophe naturelle ». C’est après avoir vécu cet événement que LIESI s’est alors penché
puissante par le groupe européen contre le dollar et les marchés financiers américains... 2 Quelques mois après le passage des deux ouragans dévastateurs, le même personnage nous signalait un virage à 180° de la politique du gouvernement de Lionel Jospin au sujet de la mondialisation et des OGM.

« La technologie va mettre à la disposition des leaders des principales nations les moyens de conduire des opérations de guerre secrète, qui exigeront seulement la mise sur pied de forces de sécurité très réduites [...]. Il s’agit de techniques capables de modifier le climat afin de provoquer des périodes longues de sécheresse ou de tempête ». Extrait du livre Entre deux époques, écrit en 1970 par Z. Brzezinski, conseiller en matière de sécurité au temps du président J. Carter.

De la guerre climatique à la guerre monétaire
Selon plusieurs sources en provenance de Russie, le récent voyage de V. Poutine à Paris, effectué les 29 et 30 mai 2008, a été réalisé, en partie, sur la demande pressante des autorités chinoises, désirant connaître l’attitude de l’Union européenne à la suite de l’acte de guerre déclaré par les Etats-Unis contre la Chine, en déclenchant le séisme du 12 mai 2008 au moyen de la technologie HAARP. Séisme ayant coûté la vie à plus de 90 000 innocents vivant dans la région de Sichuan. La présidence chinoise aurait demandé à V. Poutine d’interroger N. Sarkozy, la France allant assurer la présidence tournante de l’Union européenne, pour savoir si les Etats européens avaient l’intention de suivre Washington dans sa politique belliciste consistant à générer le chaos dans le monde au moyen de la technologie HAARP (High Frequency Active Auroral Research Program) au motif que l’effondrement de l’économie U.S. devient ingérable. Apparemment, la Chine a l’intention de riposter [voir p.5] sur le plan monétaire et elle a très probablement commencé à agir en ce sens. Si l’analyse développée dans notre précédent numéro se confirme, il faut s’attendre d’une part, à ce que Pékin se porte massivement sur les métaux précieux au cours des prochains mois, d’autre part, qu’une alliance se confirme avec le clan Rothschild1.

1

Chronologie des événements : 12 mai, séisme en Chine ; fin mai, visite de Poutine à Paris ; 5 juin, intervention de la présidence de la BCE (sur ordre du groupe Rothschild) contre la politique du « dollar fort », formulée pour la première fois, le 4 juin, par Ben Bernanke, président de la Banque centrale américaine, à l’issue d’un cours passage à la réunion du Bilderberg Group ; 6 juin, déclenchement d’une attaque

1

sur HAARP et a attendu d’autres événements comme la canicule de 2003. Autant dire que le phénomène va s’accélérer au fur et à mesure que la crise s’amplifiera… jusqu’à ce que l’on parle de la faille de San Andrea. Depuis fin 1999, les scientifiques constatent une augmentation des cyclones, lesquels sont extrêmement puissants. « Certains d’entre eux dégagent une énergie équivalente à dix fois l’explosion d’Hiroshima ».

Une explication fondée du DEREGLEMENT CLIMATIQUE
Une caractéristique des catastrophes survenues depuis 1999 est que leur gestion est toujours en rapport avec des intérêts économiques (surtout énergétiques) américains. Quant aux scientifiques aux ordres, ils n’évoquent pas HAARP, mais ils ont recours à une expression devenue à la mode : le DEREGLEMENT CLIMATIQUE. « C’est le scientifique Nicolas Tesla qui, le premier, a averti de la possibilité de manipuler le temps. Dans les années 80, Bernard J. Eastlund, un physicien texan attaché au MIT de Boston, s’est inspiré des découvertes de Nikola Tesla, lequel avait enregistré aux Etats-Unis le brevet n° 4.686.605, dénommé Méthode et équipement pour modifier une région de l’atmosphère, de la magnétosphère et de l’ionosphère terrestre. Tesla avait ensuite déposé onze autres brevets. Dans l’un d’eux, il décrivait la propriété réflexive de l’ionosphère, qu’il convenait d’utiliser dans le cadre de systèmes de rayons énergétiques, capables de produire des explosions nucléaires graduelles sans radiations, ainsi que des systèmes de détection et de destruction de missiles nucléaires et des systèmes de radars spatiaux. L’ARCO, qui a acquis certaines de ces inventions, est propriétaire de vastes réserves de gaz naturel en Alaska, pouvant être converties en énergie électrique redistribuable, via l’ionosphère, à tous les clients dans le monde. La vision de Tesla, qui voulait distribuer l’énergie sans fil et gratuitement à tous les foyers de la Terre, a donc été partiellement réalisée, mais viciée dans son principe généreux par de solides intérêts économiques. En outre, ces inventions font qu’il devient possible de manipuler le climat, c’est-à-dire de créer de la pluie quand cela s’avère nécessaire pour l’agriculture ou de neutraliser des phénomènes destructeurs comme des tornades ou des ouragans »3. C’est à ce niveau-ci que le complexe militaro-industriel est entré dans le jeu, accaparant un nouvel outil de destruction, un instrument de manipulation ou de DEREGLEMENT CLIMATIQUE capable de renvoyer un pays à l’âge de pierre en quelques heures !

Tous les brevets de Tesla ont d’abord été mis sous scellés, à la suite d’un ordre ultra-secret, pour être ensuite transmis à la « E-Systems », l’une des principales entreprises du complexe militaro-industriel, qui fournit des technologies avancées aux services secrets de grandes puissances du monde. Cette entreprise a ensuite été absorbée par Raytheon, l’une des quatre grandes entreprises fournissant du matériel à la défense américaine. Aujourd’hui, le complexe militaro-américain dispose d’un panel de technologies, non seulement HAARP, mais également des satellites et d’autres appareils qui réchauffent l’ionosphère, placés dans des endroits stratégiques, partout dans le monde. Ils peuvent alors créer des perturbations. Pour sa part, le programme

HAARP se développe encore en Alaska. Selon nos informations, le « cabinet fantôme » dirigeant les EtatsUnis a l’intention de construire 180 pylônes. A ce jour, le projet est loin d’être achevé. L’ensemble composera une seule et unique antenne émettant des ondes à très basses fréquences (ELF, en anglais). En attendant, l’outil créé sert déjà à divers « tests ». Dans le numéro 159, notre rédaction évoquait le drame de la Birmanie. Aujourd’hui, il conviendrait d’ajouter au tableau le séisme en Chine. Ici, nous évoquions la tempête du 26 décembre 1999. Il y eut ensuite : • 26 décembre 2002 : le cyclone “Zoé” en Polynésie ; • 26 décembre 2003 : le tremblement de terre en Iran ; • 26 décembre 2004: le gigantesque tsunami qui a ravagé les côtes de l’Océan Indien.4

4

Source : http://www.luogocomune.net. L’intégralité de l’article rédigé par le Prof. Roberto Toso est à lire dans les BREVES DE LIESI de juin 2008. Il est particulièrement riche d’enseignements sur la technologie HAARP.

3

Bien sûr, on peut compléter cette liste. N’oublions pas, par exemple, que les Etats-Unis ont déjà provoqué des troubles climatiques bien connus, notamment en déversant au-dessus de Cuba un gaz qui a provoqué une pluie pendant plusieurs jours. En ce qui concerne le projet Haarp, celui-ci fut utilisé lors de la première Guerre du Golfe. Les troupes irakiennes se sont vues confrontées à un éclair semblable à celui d’une bombe atomique, mais virtuel celui-là, heureusement. Se croyant « atomisés », les soldats irakiens eurent vite fait de déposer les armes et de fuir vers le Koweït. Ce même projet permet, en outre, d’écouter toutes les conversations : pas seulement celles des radio-téléphones, mais aussi celles tenues dans les enceintes des immeubles les mieux protégés.

2

Cette coïncidence dans les dates n’existe pas si l’on s’intéresse, cette fois-ci, au calendrier occulte des sociétés secrètes. Est-il besoin de rappeler et que le groupe dirigeant officieusement le programme HAARP est constitué d’individus qui sont tous, sans la moindre exception, membres de confréries lucifériennes, et que 26 est le nombre caballistique associé au Nom divin ? Cela nous avait déjà été affirmé par l’agent américain des services secrets américain auquel nous faisions allusion, mais aujourd’hui, tout journaliste d’investigation sérieux possède plusieurs témoignages confirmant ce qui est, en soi, une évidence. Vouloir la mort de centaines de milliers d’innocents au motif d’accaparer plus de richesses pétrolières ou de métaux précieux dépasse l’entendement humain normal.

permet HAARP permet de cibler les régions intéressant les banquiers internationaux

retour, un son pouvant indiquer qu’il y a là du gaz naturel ou du pétrole brut. Les ingénieurs du programme HAARP sont capables d’identifier chaque fréquence de chaque couche terrestre. Et cela peut être réalisé avec seulement 30 watts de puissance de rayonnement. Si les « techniciens » de HAARP décidaient d’utiliser un milliard de watts, « les vibrations seraient si violentes que le piano entier tremblerait. En fait, la maison entière tremblerait. Les vibrations pourraient être si sévères qu’elles pourraient provoquer un violent tremblement de terre », explique un expert américain de HAARP. Une fois que les responsables du complexe militaroindustriel sont avertis du contenu du sol en n’importe quelle région du monde, des scénarios sont alors établis pour les accaparer. Cela peut aller du désordre climatique ou sismique à un chaos régional, puis à une intervention humanitaire sous la bannière d’une institution supranationale directement sous la coupe du complexe militaro-industriel étatsunien et, donc, des familles synarchiques. Les multinationales de la Famille arrivent ensuite et les richesses minérales, aurifères, les matières premières, etc., passent sous le contrôle des banquiers internationaux. D’autres scénarios peuvent aussi être échafaudés, comme cela a été, par exemple, le cas avec le Rwanda ou l’on doit, là aussi, parler d’une application du programme HAARP.

N’oublions N’oublions pas le Rwanda ! Au Rwanda, les Américains construisent une énorme ambassade, financent le développement de l’infrastructure routière et édifient des centaines de villas luxueuses, ainsi que des hôtels. Pourquoi une telle effervescence ? Un canal fluvial sera prochainement creusé entre la rivière Akagera et le lac Muhazin qui sera relié au lac Victoria. On apprend encore que d’importantes réserves souterraines d’eau viennent d’être trouvées. Dernière annonce : les Américains affirment qu’il y a du pétrole en abondance dans la vallée de la Nyabarongo ! Voilà qui explique l’entrain des Américains, lesquels ont aussi l’intention de transformer l’unique aéroport international en base militaire… Est-ce tout ? Non, le climat, lui aussi, a été considérablement transformé au cours des dernières années et les récoltes s’annoncent très abondantes ! Grâce au changement de température, de riches Américains viennent déjà habiter les villas spacieuses, récemment sorties de terre. Exploitation pétrolière ? Villégiature de luxe après dérèglement climatique ? Cela fait beaucoup de transformations pour ce petit pays. Changements curieusement survenus après le génocide du Rwanda. Le futur proche apportera ses réponses alors que le Tchad est « curieusement » victime de tornades exceptionnelles, arrachant des toits de maisons ou provoquant l’effondrement de murs des habitations. En réalité, il appert que les Américains ont prévu le scénario actuel depuis bien longtemps. Un scénario qui nécessitait, au préalable, dans l’esprit des initiés, un vaste « nettoyage » ethnique, comme les familles

Nous avons dit que le projet de construction de 180 pylônes du programme HAARP n’était pas encore achevé et que l’ensemble constituera une seule et même antenne. Dans cette attente, celles qui sont déjà construites constituent un faisceau balayant et stimulant l’ionosphère, envoyant des ondes mégamétriques, lesquelles peuvent se déplacer sur de grandes distances dans la basse atmosphère et pénétrer dans la terre pour y dénicher des missiles, des tunnels souterrains ou communiquer avec des sous-marins cachés. HAARP peut encore détecter et explorer des mines d’or et des puits de pétrole parce que le signal de très basse fréquence peut pénétrer plus profondément dans la terre, dans l’eau ou dans l’océan, qu’un signal de haute fréquence.

De la vulgarisation de HAARP au renseignement économique et au DEREGLEMENT CLIMATIQUE
Imaginons les couches de la terre comme les cordes d’un piano. Chacune a sa propre fréquence. D’un point de vue basique, lorsqu’on oriente des ondes hertziennes vers le sol, cela provoque de multiples vibrations des cordes présentes à chaque niveau et, en

3

oligarchiques l’ont déjà réalisé à maintes reprises au cours de notre histoire, et comme elles ont l’intention de le faire prochainement à l’échelle planétaire cette fois. Les moyens que ces familles oligarchiques recherchent en priorité sont l’arme alimentaire et, surtout, un virus dévastateur contre lequel la Famille posséderait l’antidote. Des scientifiques travaillent à cet objectif dans des laboratoires secrets et l’intervention militaire de Washington en Irak correspondait à l’un de ces objectifs, nous affirme une source très haut placée dans le dispositif « occulte ». Pourquoi les Américains sont-ils derrière le génocide rwandais ? Deux jours avant les premiers assassinats, des journalistes ont dû quitter le pays en hâte à cause de nausées sévères. Depuis, scientifiques et militaires écœurés sont nombreux à avoir révélé qu’au delà de la manipulation climatique, le sinistre « programme HAARP » intègre le « contrôle électronique de l’humeur et du comportement des populations ». Plusieurs tests furent pratiqués aux quatre coins du globe, prouvant la possibilité d’influencer une foule en la rendant apathique ou, au contraire, subitement violente. Des documents officiels et confidentiels de l’Onu, interdits de publication mais que nous avons pu lire il y a quelques années, prouvent que plusieurs antennes du « programme HAARP » avaient quadrillé la région du Rwanda juste AVANT les atrocités et les actes génocidaires. Cela fut aussi appliqué dans l’ex-Yougoslavie contre les populations civiles serbes. Cela consiste en l’émission d’ondes psychotroniques (ondes basse fréquence ou très haute fréquence, capables d’influencer le fonctionnement du cerveau en interférant avec les ondes utilisées par les processus cérébraux). Aujourd’hui, nous connaissons les mobiles de ceux qui ont décidé d’utiliser le programme HAARP au Rwanda. Bien avant le génocide, les familles oligarchiques, liées au monde de l’énergie pétrolière, avaient la preuve, grâce aux satellites capables d’effectuer une recherche approfondie du sous-sol, que les entrailles de l’Etat du Rwanda étaient riches en or noir et peut-être en d’autres métaux précieux stratégiques. Comme par hasard, en 2007, la multinationale aurifère Barrick Gold détient les droits d’exploitation du sous-sol du Rwanda. Hier, deux peuples vivaient dans cette région ; il était financièrement plus profitable d’effectuer – comme « ils » l’appellent diplomatiquement – « un nettoyage ethnique », avant de discuter avec une seule partie… Maintenant que le territoire rwandais est morcelé selon les intérêts financiers des « familles oligarchiques », il n’y a plus de problème. Coût de l’opération : près de 1 200 000 morts d’innocents dans des conditions horribles : un véritable holocauste ! Les terres intéressant les familles oligarchiques contrôlant les cartels de l’énergie sont désormais désertes et prêtes à être exploitées sans contestation. Comme le Rwanda a besoin d’argent frais, le deal conclut entre les dirigeants actuels et les « familles » ne donne pas lieu au moindre contentieux…

Le rapport entre l’opération ARCHE végétale et les objectifs des « techniciens » de HAARP
Dans l’ouvrage Naufrage d’un Système, nous expliquions que le projet des banquiers internationaux consistai à « liquider » 90% de la population mondiale. Tel est le chiffre qu’« ils » ont établi pour instaurer un Gouvernement Mondial et une Religion universelle (un culte à Satan). Comme LIESI l’a déjà affirmé en anticipant la crise actuelle, leur modèle est fondé sur la liquidation de la classe moyenne, la consolidation d’une classe dirigeante – ou nomenklatura – et une population considérablement réduite, destinée à exécuter les tâches serviles. La modélisation du système envisagé explique le financement, par les banquiers de Wall Street, des révolutions russes de 1905 et de 1917. Dès 1970, Zbigniew Brzezinski, le mentor de B. Obama, traduisait déjà le projet de ses patrons dans son livre Entre deux époques. LIESI relève ces passages expressifs : « La souveraineté nationale n’est plus un concept viable » ; « Le marxisme représente un nouvel état créatif et mature de la vision universelle de l’homme. Le marxisme est simultanément une victoire de l’homme extériorisé et actif sur l’homme intérieur et passif, et une victoire de la raison sur la croyance ». Cela a au moins le mérite de la clarté ! Récemment, sur le site de LIESI, nous avons rédigé un article intitulé Face à la crise, la direction du FMI propose le suicide collectif comme remède, repris dans les BREVES DE LIESI de juin. Le 10 juin 2008, la veille d’une réunion des ministres des Finances du G8, le patron du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, délivrait un message sans ambiguïté que LIESI résumait ainsi : soit vous [les gouvernements du G8 et autres pays] acceptez la solution globale comme solution à la crise actuellement en cours de développement, soit il y aura une catastrophe ! Et lorsque DSK prédit ce sombre scénario, il aborde la question du coût des denrées alimentaires, des émeutes dans certains pays, et la situation prise par certains gouvernements victimes de catastrophes climatiques. Le lecteur a compris que le dérèglement climatique, une manière de traduire les catastrophes climatiques, est essentiellement (il ne faut pas tomber dans la paranoïa) la conséquence directe de la mise en œuvre de HAARP. A ce propos, le 22 février 2004, le journal The Observer publiait un rapport « secret », réclamé préalablement par Andrew Marshall, un conseiller influent du Pentagone. Il y est écrit : « Un brusque changement climatique conduira à une catastrophe globale de proportions gigantesques, […] des désastres naturels, condamnant des nations entières à la disparition sous les eaux des océans ; les rares survivants lutteront pour les ressources raréfiées, soit les céréales, l’eau et l’énergie ». Il est donc difficile de conclure autrement que comme suit : les familles de la Synarchie ont l’intention d’employer démesurément la technologie HAARP afin de provoquer le chaos recherché, tandis que les

4

scientifiques, les journalistes, les médias à la solde du cartel de l’énergie, poursuivront leur rengaine au sujet du DEREGLEMENT CLIMATIQUE. L’opération « Arche végétale » développée dans le numéro 132 de LIESI, avec les confidences de N. Rockefeller, prennent alors une autre dimension, bien plus effrayante.

Retour sur la Chine et la réaction à en attendre
En août 1996, sept officiers de l’armée américaine rédigeaient un document où il est écrit : « En 2025, les forces aéro-spatiales des Etats-Unis pourront contrôler le climat […] [Il est prévu d’employer] des scénarios climatiques faits “ sur mesure ”. […] Les modifications climatiques offriront aux combattants une vaste gamme de moyens possibles pour battre ou soumettre l’adversaire ». Quel est aujourd’hui « l’ennemi » désigné par les marionnettes des dirigeants du complexe militaroindustriel ? Début mars 2008, le président américain G.W. Bush déclarait : « La Chine est une rivale et non un partenaire stratégique ». Pour Dominique Strauss-Kahn, la Chine est un acteur responsable, en grande partie, des déséquillibres économiques mondiaux. Lors de la dernière réunion er des membres du Groupe Bilderberg, du 1 au 8 juin 2008, plusieurs intervenants ont clairement affirmé que la Chine était un « ennemi », tout comme la Russie. Mais il y a un problème : la Russie dispose également d’un programme de manipulation climatique, certes bien moins développé que celui du Pentagone. Quant aux Chinois, ils ne sont pas dupes de la situation. Traditionnellement et contrairement aux Occidentaux, les Chinois emploient un langage très diplomatique et masquent toute hostilité dans leur langage. Néanmoins, depuis plusieurs années, la République populaire de Chine est le pays au monde qui augmente son budget militaire dans les proportions les plus considérables. Les chiffres publiés n’ont aucun intérêt puisqu’ils sont faux. A l’inverse de l’Europe, qui désarme et rogne sur ses budgets militaires, la Chine effectue un effort de réarmement et d’accroissement massif de sa puissance militaire, supérieur à celui de l’Allemagne entre 1933 et 1940 et à celui des EtatsUnis après Pearl-Harbor. Pour quelles raisons la Chine réarme-t-elle donc ? Parce que les Chinois subodorent la possibilité d’un e conflit majeur, au XXI siècle, avec les Etats-Unis. Les Chinois se préparent à un conflit de type « postmoderne », centré sur la guerre électronique, les missiles, les avions, les sous-marins et les satellites, un conflit qui aurait inévitablement un aspect (partiellement) nucléaire. Voilà sans doute pourquoi le NMD, le bouclier antimissile américain, est probablement destiné à protéger les Etats-Unis d’une menace atomique chinoise. A ce propos, l’influent Teng Jianqun, rédacteur en chef de l’officiel World Military Review écrit, toujours à propos du NMD, le bouclier spatial antimissile nucléaire américain, que ce dernier était en fait destiné à préparer une guerre contre la

Chine ; il note : « Quand un pays prépare une confrontation avec la Chine dans l’espace, nous devons y prêter une grande attention ». Il est incontestable qu’une nouvelle guerre froide a commencé. Et, pour le moment, la réaction de la Chine semble bien disproportionnée par rapport à l’attitude de Washington. Mais il ne faut pas oublier cette pratique traditionnelle en Chine depuis les Empereurs Ming, où selon le précepte de Lao-Tseu, repris par Mao, il faut toujours « sourire à son ennemi le plus dangereux et montrer les dents à son plus petit ennemi ». Hier, le bombardement « accidentel » de l’ambassade chinoise à Belgrade, était destiné à tester le niveau de riposte de Pékin, qu’en sera t-il aujourd’hui ? Selon des confidences faites à LIESI, la réaction sera, répétonsle, monétaire… et ce, probablement dans quelques mois. Pour le moment, les Chinois signent des contrats avec Washington…

La nomenklatura russe confirme la future réforme monétaire mondiale
Le 10 juin 2008, à la veille d’une importante réunion des ministres des Finances du G8 à Osaka, au Japon. LIESI obtenait une confidence intéressante de John Lipsky, premier directeur général adjoint du FMI. Dans les couloirs du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, John Lipsky prédisait « une croissance considérable de l’intérêt pour la monnaie russe dans le monde ». « L’intérêt international pour les avoirs en roubles ne cessera de croître », a affirmé M. Lipsky, interrogé sur les perspectives d’utilisation de la monnaie russe en qualité de devise de réserve régionale, voire mondiale. Quand un confrère russe lui a demandé quelques éclaircissements, l’initié russe a ajouté : « Seul un système financier évolué permettra de faire du rouble une monnaie de réserve régionale et, en perspective, mondiale. La Russie a toutes les chances d’y parvenir ».

Prévoir l’aprèsl’après-catastrophe GLOBALE…
La prise en compte du scénario en cours de développement explique la démarche actuelle des grandes firmes semencières. Selon les chercheurs indépendants d’ETC Group (Action Group on Erosion, Technology and Concentration), basés à Ottawa (Canada), les grandes firmes semencières cherchent, en priorité, à s’assurer des positions commerciales profitables, ce qui est logique. Dans un rapport publié en mai (www.etcgroup.org), ETC Group révèle que Monsanto, Bayer, BASF, Syngenta et d’autres firmes ont déposé 532 brevets sur des séquences génétiques favorisant l’adaptation au changement climatique. A elles deux, Monsanto et BASF détiennent 49% des groupes de brevets concernés ! Comme tout est planifié à l’avance, il ne faut pas être

5

surpris de lire que ces deux entreprises avaient annoncé, en mars 2007, un partenariat de 1,5 milliard de dollars pour développer des plantes résistant à des conditions climatiques néfastes – « probablement le plus grand accord privé de recherche jamais enregistré », dit ETC Group.

Une bien curieuse note bancaire
Mi-juin 2008, la banque britannique Royal Bank of Scotland a publié une note à ses clients pour leur conseiller de se préparer à un krach de grande ampleur, tant sur les marchés d’actions qu’obligataires dans les trois prochains mois. Le 18 juin, le stratégiste crédit de RBS, Bob Janjuah, qui s’est fait une réputation de gourou en prédisant début 2007 la crise des subprimes, a été cité par le Daily Telegraph. Il estime pour sa part que l’action des banques centrales sera paralysée dans les prochains mois par l’inflation, ce qui les empêchera de baisser les taux face au ralentissement économique. A la rentrée, « toutes les poules vont rentrer au poulailler » (les poules étant les investisseurs) après les excès des précédentes années, et le phénomène va se propager en Europe et aux marchés émergents. Même si ces informations rejoignent le scénario prévisionnel de LIESI (automne 2008/hiver 2009), nous rappelons qu’il convient, comme toujours, de demeurer prudent sur les dates ! Un fait s’impose : les ondes de choc déstabilisant le secteur financier se succèdent les unes aux autres à une cadence de plus en plus rapide ; cela finira nécessairement par entraîner des conséquences douloureuses contre lesquelles les banques centrales seront, in fine, impuissantes.
P.S. Profitez de la braderie estivale sur les métaux précieux avant le prochain rebond qui pulvérisera le niveau des 1 000 dollars l’once pour l’Or et celui de 21 dollars pour l’once d’argent. [Voir AB FINANCE Alain BAILLY – 35 Quai Duperré – 17000 La Rochelle. Tél. 05.46.41.61.50.] Pour vos placements de trésorerie (sortie des produits bancaires classiques - livrets, sicav, etc.) vous pouvez suivre les conseils qui seront donnés sur le site de LIESI :

Pétrole Pétrole : dernières informations en provenance du Groupe Bilderberg
Ces dernières années, les prévisions de LIESI concernant l’évolution des cours du pétrole furent essentiellement fondées sur des confidences faites lors de chaque réunion du Bilderberg Group. [Voir les deux brochures éditées par nos soins sur le sujet.] Cette année, les perspectives fixées sont largement dépassées puisque le cours de 105 dollars le baril avait été avancé en 2007 pour la fin 2008, et 200 dollars le baril pour le terme de l’année 2009. Comme nous sommes déjà à 137 dollars le baril, d’aucuns ont demandé une pause quand le cours des 150 dollars le baril sera atteint. Comment ne pas conclure que les cours du baril de pétrole sont totalement manipulés ?

manipulation Une crise orchestrée : la manipulation des cours du pétrole Lors d’une audition devant la commission sur le commerce du Sénat américain, le 2 juin, des experts ont montré comment des responsables de la City de Londres couvraient la spéculation sur certains marchés de matières premières offshore. Des filiales de sociétés bien connues, exécutent des programmes d’opérations ordonnés par des groupes occultes disposant de comptes numérotés. Ces programmes sont organisés de telle manière que la plupart des contrats exécutés sur les marchés de matières premières proviennent d’un marché offshore londonien qui échappe à tout contrôle juridique ! Seul un tiers des banques d’affaires connues exécutent des contrats sur les marchés de matières premières. EIR commente : « Pariant sur la chute du dollar, ces banques et fonds de placement achètent aussi de grosses quantités de produits pétroliers qu’ils ne mettent pas à la disposition des marchés, ce qui fait monter plus encore le prix de l’or noir. Il ne s’agit donc pas seulement de spéculation, mais aussi de manipulation du marché »5.

http://www.liesi.eu
A défaut, vous pouvez acquérir des valeurs « père de famille » qui battront l’inflation puisqu’ils évoluent en fonction de l’once d’or [GBS] ou de l’once d’argent [4971S] : code FR0010278069 - 4971S Cours d’entrée : 98-102 € code GB00B00FHZ82 – GBS Cours d’entrée 54-56 € [Voir le document présenté ci-dessous]

ANALYSE DES METAUX PRECIEUX ET INDICES BOURSIERS
12 pages A4 – 5 € franco de port.

Lancement d’un abonnement pour : ancement - les BREVES DE LIESI : 7 par mois ; - les BREVES DE LIESI + HSérie RUSSIE : 12 par mois Formule Internet : 10 € par mois (envoi documents en PDF).

5 La FSA (Financial Services Authority) britannique accorde à ces banques et hedge funds le statut de traders « commerciaux » et non « spéculatifs » — comme s’il s’agissait de compagnies aériennes ou de distributeurs d’essence devant acheter des produits pétroliers à terme pour se prémunir. Ainsi, puisque plus d’un tiers des contrats à terme sur le brut West Texas se font sur des marchés britanniques offshore, les organismes de régulation américains n’en sont pas informés. [Cela prouve, soit dit en passant, le rôle dominant joué par le groupe anglo-hollandais dans ce grand casino spéculatif où la population est prise en otage. Ndlr]

Lettre d’Informations Economiques Stratégiques Internationales – BP 18 – 35430 Châteauneuf (F) e-mail : liesi@hotmail.fr Imprimé par nos soins - ISSN en cours (24 numéros) Abonnement annuel : 105 € (soutien : 122 euros). 6 mois : 58 € et 3 mois : 32 €. Abonnement ECONOMIQUE : 20 € pour 3 mois avec un seul envoi groupé, le 30 de chaque mois. Abonnement Internet : 95 € pour un an. Règlement à l’ordre de : L.I.E.S.I.

6