You are on page 1of 30

La Nuit des Camoristi

Inspirée de l'épisode des Mystères de l'Ouest : "La nuit du
Bal Fatal"

Le contexte de cette Aventure
Où nos amis sont conviés, par une de leurs connaissances,
à rencontrer une Princesse prussienne…

Les Personnages sont chargés par leur vieil ami, Ernst von Musil, Ministre des
Affaires Etrangères Bavaroises, d'aller accueillir à Bayreuth Carlotta von
Weizsäcker. Carlotta est une Princesse prussienne, c'est la sœur de Hubert von
Weizsäcker, l'Ambassadeur de Prusse auprès du Royaume de Bavière. En visite
de courtoisie pour une semaine, elle est doit être amenée par des agents
fédéraux américains, car la Princesse sera demain l'invité de l'Ambassade des
Etats Unis.

Cette visite anodine n'est pas sans enjeu. Les relations entre Louis II et le
Chancelier de Fer se sont récemment détériorées pour une histoire de taxe sur
le lait bavarois. Et les services secrets de Sa Majesté pensent que Bismarck est
prêt à exploiter n'importe quel incident pour faire monter la pression.

Nos amis attendent donc leur illustre visiteuse devant l'Hôtel des Nibelungen,
hôtel qui doit l'accueillir pour la nuit.

-1-
Les Règles de Château Falkenstein d100

Votre personnage est défini par des Talents :
Tir, Agilité, Relations, etc.

Résolution des actions :
On lance un D100 correspondant à son Talent :

96-00 Maladresse
La clef se brise

Supérieur Echec
La serrure ne s'ouvre pas
Succès Partiel
Egal
La serrure s'ouvre avec bruit
Inférieur Succès Total
La porte s'ouvre sans bruit
Succès Magistral
01-05 La porte s'ouvre, et toutes les portes
semblables

Bonus/Malus au Talent
TALENT
en cas de difficulté
10%
FAIBLE : Très facile : +40%
MOYEN : 20% Facile : +20%
BON : 40% -
EXCELLENT : 60% -
EXCEPTIONNEL : 80% Difficile : -20%
EXTRAORDINAIRE : 90% Très Difficile : -40%

On lance toujours les dés, même dans les cas extrêmes.
Ex. 1 : André Amédée a 80% en escrime. Il essaie de trancher la ceinture de Robur du bout
de sa lame. C’est Très Facile : il a donc 120% (80%+40%). On lance néanmoins les dés : s’il
fait 01-05, c’est un succès magistral : non seulement il tranche la ceinture, mais il rattrape
au vol le pistolet qui y était attaché. S’il fait 96-00, c’est une maladresse.

-2-
Santé : 0 et en dessous : vous êtes inconscients. Pour tuer quelqu'un, il faut le
décider (ça ne se fait pas, ce n'est pas très fair-play).

On perd des points de Par ex. Récupéré en…
santé par :
Langage ordurier, regard
Choc émotionnel menaçant, brutalités, Minutes
corset trop serré…
…de poing, de tête, de
Coups Heures
pied…
Couteau, sabre,
Blessures Jours
pistolet…

Combat
On oppose le talent :

Attaquant Défenseur
TIR A rien (on se prend la balle, et on meurt !)
ESCRIME ESCRIME
MELEE MELEE

Le contexte historique :

Bavière : oasis de prospérité, de culture, de bien-être. Si le Roi, Louis II, est un
peu branque, c'est un démocrate courageux et intelligent.
Prusse : L'Empire du Mal. Dirigé par Otto von Bismarck, le Chancelier de Fer. Il
rêve de réunifier la grande Allemagne en reprenant les Sudètes, l'Alsace,
l'Autriche –Hongrie et la Bavière… Et pourquoi pas la Californie ? La Prusse est
en plus manipulée par les Unseelie, ces êtres maléfiques de la Cour Sombre.
Grande-Bretagne : La puissance dominante du monde : la plus grande nation
industrielle, la marine la plus puissante, l'empire des Indes… Les USA de
Château Falkenstein.
France : La puissance technologique qui monte. Grâce à M. Jules Verne,
Ministre de la Défense de napoléon III, la France regorge de découverte
scientifique toute plus étonnantes les unes que les autres. Ce qui lui a évité de
perdre la guerre contre la Prusse en 1870.
Amérique : divisée en trois pays : les Etats-Unis d'Amérique (la cote est,
réunifiée après la Guerre de Sécession), l'empire de l'Etendard de l'Ours (la cote
ouest, et au centre : la Confédération des 20 nations, qui unit les tribus
indiennes.

-3-
Chapitre 1
L'imposteur
Où le lecteur découvre un étrange complot mené
par la Mystérieuse Marque "C"…

Le carrosse arrive. Deux cochers à l'avant et, dans le carrosse, la Princesse et
sa camériste, Carla. Derrière, à cheval, les deux agents américains : James
West et Artemus Gordon !

Les Personnages accueillent la Princesse, qui est une beauté incroyable. Ils
l'aident à descendre et font les présentations. Carlotta ordonne à sa camériste
de s'occuper de ses bagages.

Un personnage avec une bonne PERCEPTION remarquera une brûlure sur le
poignet de la camériste, en forme de "C" (La Princesse, a elle aussi des gants,
et il est hors de question de lui demander de les enlever…)

Si l'on interroge Carla Niemeyer sur cette brûlure, elle répond qu'il s'agit du
"souvenir d'un être cher, aujourd'hui disparu…" Puis elle fait repartir le
carrosse pour aller chercher les affaires de la Princesse Carlotta.

Ernst von Musil accompagne la Princesse jusqu'à l'hôtel. Il se met à dévisager
la jeune femme : si un personnage l'interroge, il avouera ne pas reconnaître la
Princesse Carlotta ! Celle-ci ne se démonte pas :

- "Voilà les risques du métier d'imposteur, répond-elle avec un fort accent
prussien, - mais néanmoins charmant - Gentlemen, veuillez m'excuser…"

Elle s'apprête à s'enfuir, mais reçoit un couteau en plein cœur et meurt
instantanément. Tandis que le carrosse s'enfuit, les Personnages enlèvent le
gant de la Princesse et découvrent… un "C" !

-4-
Chapitre 2
"I love that train"
Où lors d'un plaisant voyage en train, nos amis renforcent
l'amitié Américano-bavaroise et en apprennent plus sur la
Princesse Carlotta…

James West et Artemus Gordon invitent nos amis à rejoindre Munich dans leur
célèbre train. Ils profitent du trajet pour expliquer leur mission : le président
Ulysse Grant est particulièrement préoccupé par la situation en Europe, et
particulièrement par l'animosité qui existe entre la Prusse et ses voisins. Les
Etats-Unis ont décidé de s'impliquer diplomatiquement en soutenant les
pacifistes prussiens. Le père de Carlotta et d'Hubert fait partie de ceux-là.
Grant a donc envoyé ses meilleurs agents veiller sur Carlotta, (enfin, après la
tragédie de ce soir, on peut en douter). Carlotta est aussi une pacifiste, et elle
a beaucoup d'influence sur son père…

Leur mission était de rejoindre Carlotta au dernier Relais de Poste de la
frontière prusso-bavaroise, puis de l'escorter jusqu'à Bayreuth où elle passerait
la nuit.
Elle emprunterait ensuite leur train pour se rendre à Munich, où un bal devait
être donné en son honneur par son frère Hubert.

Arrivés au Relais de Poste, James et Artemus ne se sont pas méfiés, car la
femme correspondait à la description fournie par les services secrets
américains, et ses lettres de créance étaient conformes, frappé du sceau
prussien. Ils peuvent montrer cette pièce à conviction aux Personnages. Un
personnage diplomate, ou ayant en faisant un jet d'INSTRUCTION (à –20%)
pourra authentifier le sceau : il s'agit bien d'un document officiel…

Comme le bal a lieu demain soir à l'Ambassade de Prusse, il leur reste 24
heures pour retrouver la Princesse et éviter l'incident diplomatique, mais il faut
aussi prévenir dès ce soir Hubert von Weizsäcker à l'Ambassade de Prusse.

Et si… les personnages veulent enquêter au Relais de Poste, ou en Prusse,
lieux possibles de l'enlèvement de la vraie Carlotta ? D'abord, leur ami von
Musil les découragera de toute incursion en Prusse : il faut à tout prix éviter
l'incident diplomatique ; il a décidé de jouer la transparence avec Hubert von
Weizsäcker. Quant au Relais de Poste, il est situé à une lieue de la frontière, et
à quelques heures de cheval de Bayreuth. L'aubergiste confirmera l'histoire de
James West : la Princesse s'est arrêtée au relais, sans descendre de son
carrosse. Elle a probablement été enlevée avant, entre la frontière et le relais.
Ce que confirmeront des traces de roues suspectes au milieu d'une chicane
boisées, à 800 mètres de la frontière. La substitution s'est probablement
déroulée là, car une prouesse de PERCEPTION déduira la présences de deux
carrosses, repartis chacun en direction de Bayreuth.

-5-
Chapitre 3
L'Ambassade de Prusse, Munich
Où nos amis découvrent la Belle (de France) et la Bête (de
Prusse)…
A l'Ambassade, les Personnages sont accueillis par une jeune secrétaire,
d'origine française, Désirée Meunier. Elle vient d'être recrutée pour assurer
l'accueil et tape à l'aide de cette machine "à écrire" révolutionnaire , les menus
du bal de demain. Elle donne aux visiteurs les conseils suivants :

- "Le Prince von Weizsäcker est dans l'Arène, sa salle d'entraînement, à
l'étage… Ne parlez pas tant que l'on ne vous a pas adressé la parole…"

A l'étage, le Prince s'entraîne effectivement à mains nues, en tenue de
gladiateur contre un sparring-partner, lui-même protégé par une lourde armure
de cuir. Le Prince fait montre de qualités physiques exceptionnelles, et finit par
terrasser son adversaire en le faisant chuter par le trou au milieu de l'arène.
Heureusement, un filet empêche le malheureux de s'écraser 5 mètres plus
bas !

- "J'aurais du vivre dans l'Antiquité, j'aurais été le plus grand athlète de tous
les temps ! Demain je me bats contre un grizzly…
- A mains nues ?
- Oui, il faut bien laisser une chance au grizzly …!!!"sont les phrases favorites
de Hubert von Weizsäcker

Après quelques courtoisies d'usage, von Weizsäcker exprime son ressentiment.
Il est bien sûr furieux après les agents américains, incapables selon lui de
protéger sa sœur. Mais évidemment, il est particulièrement en colère contre la
Bavière, "pays infesté de bandits où l'on peut enlever une Princesse de sang
sans rencontrer le moindre policier!!! Bien sûr, mon gouvernement exprimera
ses regrets au vôtre. En tant que Diplomate, je saurais contrôler mes
émotions. Je suis prêt à garder le secret jusqu'au bal, demain à 8 heures du
soir précises. Je vous enjoins donc à retrouver ma sœur dans les plus brefs
délais, et à punir sévèrement ses kidnappeurs !"

Si les Personnages lui montrent le sceau prussien, il semblera vexé : "Il
s'agit d'un faux. Aucun fonctionnaire prussien n'aurait laissé un étranger
s'emparer d'un véritable sceau ! "
Si les Personnages cherchent à interroger des membres de l'Ambassade,
von Weizsäcker deviendra carrément furieux : "Vous êtes en territoire prussien.
Sortez immédiatement !!!"
Au moment de leur départ, Désirée approchera discrètement l'un des
Personnages, (de préférence le plus séduisant du lot) et lui glissera dans la
main le message suivant, rédigé en français :

"J'ai des informations capitales sur la Princesse. Je ne peux parler ici.

-6-
Rendez-vous au Marienburg, 24 Heuschwanniger Strasse dans une heure"

-7-
Chapitre 4
L'Hôtel Marienburg
Où nos amis échappent de justesse à une manœuvre
diabolique…
Situé dans un des quartier miteux de la capitale bavaroise, l'hôtel est une
grande bâtisse de quatre étages, et de construction moderne,
haussmannienne, dirons-nous. Désirée accueille chaleureusement les
Personnages, mais elle ne répond pas vraiment aux questions. Elle cherche
plutôt à flirter avec le personnage le plus séduisant du groupe. Les autres
auront peut-être l'opportunité de remarquer que la demoiselle a gardé ses
gants qui, évidemment cachent un "C". Il reste à espérer qu'ils feront cette
remarque à temps, car de l'autre côté de la porte, trois terroristes (une
prouesse de PERCEPTION (à –20%, car il est déguisé) reconnaîtra peut-être le
cocher du carrosse de Carlotta) s'activent à préparer une machine infernale. Ils
attachent à la poignée de la porte un fil de cuivre. Au bout de ce fil, une bombe
! Si quelqu'un ouvre la porte, c'est l'explosion ! La machine est facile à
désamorcer, mais encore faut-il savoir qu'elle existe. Les trois bandits
s'enfuient ou sont tués.

Si les Personnages confrontent Désirée, elle raconte son histoire sans trop se
faire prier… Elle fait partie d'une organisation criminelle, la Camora. Les
camoristi veulent renverser la "dictature" (sic !) de Louis sur la Bavière, et
installer la démocratie. En tous cas, c'est ce qu'ils ont dit à Désirée… Puis elle
raconte ses malheurs (voir sa notice biographique) et explique sa mission de
ce soir : une mission simple et - semblait-il - inoffensive : il s'agissait de
séduire un des Personnages pour savoir ce qu'il savait sur l'enlèvement de la
Princesse Carlotta… et retarder son départ le plus possible… (dans le but
d'installer la machine infernale)

Désirée comprend, si les Personnages l'aident un peu, que l'organisation n'est
peut-être pas si "démocratique" que ça. Elle comprend également que les "C"
étaient prêts à la sacrifier. Elle accepte donc de leur dire tout ce qu'elle sait sur
eux. La prochaine réunion est prévue pour demain matin 9h. au club hippique
de Munich, lieu de réunion des camoristi bavarois.

NB : Si vous jouez avec les personnages prétirés, c'est le moment de tester
discrètement la loyauté de Renata : loyauté au groupe… où à la Camora ?

-8-
Chapitre 5
Le Centre Hippique
Où le lecteur découvre enfin le repaire des scélérats...
Un peu à l'écart de l'endroit très chic qu'est l'Hippodrome de Munich, le petit
club hippique fait pâle figure, mais est aussi très discret. Facile d'accès, il n'en
est pas moins caché au cœur d'une forêt de sapins. En s'approchant
discrètement, les Personnages pourront jeter un coup d'œil général. La fouille
des bâtiments est aisée, mais aucune trace de la Princesse Carlotta.

Ils pourront alors entendre des cris en provenance de la plus grande des
granges.
- "Ich Glaube an die Camora."
- " Ich Glaube an die Camora !"répondent en cœur les participants, d'une voix
gutturale !
- "Die Camora, ist das Gute! Das übrige ist das Böse. Mein Leben, mein Geist,
mein Will gehören der Camora ! Camoristi für immer !*"

En s'approchant, ils peuvent jeter un coup d'œil à l'intérieur de la grange : sous
la présidence du chef des camoristi, (dont on ne peut distinguer le visage, car
il est dos à la porte), les Personnages peuvent assister au rite d'initiation d'un
camoristi : l'impétrant jure allégeance selon la formule consacrée. Son poignet
droit est alors brûlé au fer rouge. Le futur camoristi accepte la douleur sans se
plaindre et reçoit alors la cagoule rituelle en cotte de maille.

Il y a là environ une trentaine d'hommes et de femmes : l'offensive directe
n'est donc pas la solution. Les Personnages peuvent cependant essayer de se
saisir d'un camoristi. Ils tombent alors sur Carla Niemeyer, la fausse camériste
de la fausse Carlotta. Carla semble être elle aussi, une "Désirée" prussienne :
elle veut profiter de la présence de nos amis pour s'évader.

Au début, elle nie :
- "Carla, où est la Princesse Carlotta ?"
- "Mais voyons, vous l'avez vu mourir, comme moi !"

Mais elle finit par céder si les Personnages promettent leur aide, et… la
bienveillance du jury…Mais ce n'est qu'un leurre, car si on lui fait confiance,
elle donne l'alerte ! Des camoristi surgissent de la grange pour une bagarre
générale qui ne peut que dégénérer en défaveur des Personnages. De toutes
façons, un coup de feu met fin à la bagarre… C'est le chef des camoristi, qui
n'est autre que … Hubert von Weizsäcker, l'Ambassadeur de Prusse !!!

- "Messieurs, c'est ici que se terminent vos intrusions déplacées dans des
problèmes qui ne vous regardent pas… et qui ne concernent que la Prusse !
*
"Je crois en la Camora."
- " Je crois en la Camora !" répondent en cœur les participants, d'une voix gutturale
- "La Camora, c'est le bien! Le reste, c'est le Mal ! Ma vie, mon âme, ma volonté
appartiennent à la Camora ! Camoristi pour toujours !"

-9-
Vous allez cependant nous être très utiles… Comme cibles
d'entraînement !!!"

Les Personnages se retrouvent attachés sur des chevaux d'arçons, les mains et
les pieds liés. Les scélérats leur offrent même du poison, s'il veulent mourir
vite ! Puis les camoristi grimpent sur leurs montures, et s'apprêtent à faire des
passes au galop, comme dans un duel moyenâgeux !

- "Laissez moi commencer ! Ces stupides chiens bavarois vont pouvoir tester
la résistance de ma lance !" s'exclame Carla Niemeyer…

C'est le moment de trouver un moyen de s'évader ! Ce que réussissent à faire
nos amis, enlevant par le même occasion Carla !

Si les personnages s'évadent sans enlever Carla, passez directement au
Chapitre 5.

- 10 -
Chapitre 4
L'interrogatoire de Carla
Où la belle camoristi refuse d'en dire plus, mais trahit
néanmoins un détail essentiel…
Carla Niemeyer refuse de trahir Hubert von Weizsäcker. Mais elle peut au
moins trahir une information, sans le faire exprès : la Princesse est toujours
vivante. Son frère n'a pas osé la tuer. Elle n'en dira pas plus sur le lieu de
détention de la Princesse.

Carla croit en la Cause :
- "Les camoristi ne sont pas des bandits, mais des patriotes ! Ils vont libérer
la Bavière du joug de Louis, avec l'aide de Bismarck (sic!) Les camoristi sont
prêts à frapper partout en Bavière, quand le Camorissime von Weizsäcker
en donnera l'ordre !"

Elle proposera même aux Personnages de trahir… et de rejoindre les
camoristi !

- 11 -
Chapitre 5
Le Bal de l'Ambassade de Prusse
Où nos amis, qui ne sont pas conviés au Bal, déjouent
néanmoins l'attention prussienne et s'introduisent au cœur
du repaire secret de la Camora…
Il reste une seule solution aux Personnages : fouiller discrètement l'Ambassade
de Prusse ce soir même, lors du Bal. Avec leurs contacts au Ministère des
Affaires Etrangères, les Personnages n'auront aucun mal à être invités dans la
gueule du loup ! Seuls James West et Artemus Gordon devront se trouver des
invitations, par l'Ambassadeur des Etats-Unis, par exemple.

Hubert von Weizsäcker a d'ailleurs laissé des consignes pour que nos amis
entrent sans encombre. Il fera bonne figure et aura même l'audace de les
saluer :

- "Mes amis, vous voyagez jusqu'ici, au cœur de la Prusse, et avec un visa
bavarois ? J'ai bien peur que votre visa ne soit périmé !!! Pour la dernière
fois, et pour que vos vies ne soient pas inconsidérément mises en danger,
je vous rappelle qu'il s'agit d'une affaire privée ! Retournez au pays
pendant qu'il en est encore temps !" Et il éclate d'un grand rire sardonique
à faire glacer le sang…

Les Personnages devront trouver le moyen de créer une diversion propice à
faciliter leurs investigations. Toujours est-il qu'il trouveront probablement le
chemin de la cave.

La cave de l'Ambassade
Hormis quatre armures moyenâgeuses de stature imposante, elle ne recèle
rien que de bien normal : des fûts de vins, de la venaison, de la farine, du
beurre, et une étagère pleine de grands crus parmi lesquels se cache un
Château Latour 1862. Tout amateur de bon vin saura qu'il s'agit d'une bien
mauvaise année : une véritable faute de goût dans une maison bien tenue. En
fait cette bouteille n'est que la commande qui fait coulisser l'étagère. derrière
se cache le siège des camoristi !
Nos amis y trouveront une formidable armurerie, emplie d'armes diverses ; un
pièce emplie de poudre, et des bombes prêtes à être lancées ; une pièce où
bizarrement, 1) on trouve des pièces détachées d'armures moyenâgeuses et
2), il faut une marche, visiblement récente, pour y accéder ; et enfin une
cellule luxueusement aménagée où se morfond la véritable Princesse Carlotta.

Celle-ci explique le fin mot de l'affaire. Quand son père ayant appris que
Hubert était le véritable chef de la Camora, il est entré dans une colère noire. Il
a immédiatement envoyé Carlotta lui intimer l'ordre de dissoudre cette
"organisation secrète, criminelle et stupide". Hubert ayant eu vent de la colère
paternelle, a décidé d'enlever sa sœur mais n'ose pas lui faire de mal, car il
sait que son père le tuerait pour cela. Au contraire, il pense qu'en renversant le

- 12 -
Louis II de Bavière au profit du Kaiser, son père lui pardonnera… si Carlotta est
vivante!

- 13 -
Un personnage à l'ouïe fine devrait dès lors entendre quelques cliquettements
et le bruit discret d'un jet de vapeur. En effet, apparaissent dans le couloir de
redoutables androïdes, cachés sous les armures moyenâgeuses. Ils se mettent
en chasse de tout intrus présent.

Pendant ce temps, à l'étage supérieur, von Weizsäcker finit par se rendre
compte de la disparition de ses convives. Il se rue alors vers la cave avec Otto,
son homme de main (le cocher du début, puis l'Homme à la machine Infernale)

Otto supplie alors son maître :

- "Laissez-moi les tuer !"
- "Tu as eu ta chance, et tu l'as laissé passer. Cette fois-ci, il n'y aura plus
d'erreur… Je vais vous tuer personnellement ! Emmenez celui-ci à l'Arène
(en principe le plus extraverti de nos amis…) Personne ne bouleversera plus
mes plans, même ma très charmante sœur…"
- "On peut regarder, Camorissime ?"
- "Oui, mais de la salle du bal, car c'est de là que l'on voit mieux un corps
tomber!"

S'enchaîne ensuite un duel à la manière de Château Falkenstein. Sauf que le
Prince, sûr de lui, se met d'abord en défenses :

- "Il faut bien vous laisser une chance, mon brave … Sinon, cela sera bien
trop court…Je vous laisse attaquer en premier !"

Le duel se déroule normalement, notre ami risquant à tout moment d'être
précipité par la brute prussienne dans le puits, d'où montent quelques mesures
des valses de Vienne de notre cher Richard Strauss.

Si le personnage gagne le duel, sans tuer le Prince, celui-ci le frappera
sournoisement en se relevant.

Si le personnage perd le duel, le Prince essaiera de l'achever, au grand
désarroi de nos amis. Une bataille rangée pourra alors commencer. Von
Weizsäcker tentera alors de s'enfuir pour poursuivre la lutte au nom de la
Camora. Il sera "officiellement" désapprouvé par la Prusse. Si le prince est tué
en duel - c'est la solution préférable sur le plan diplomatique – on parlera d'une
affaire de cœur…

Si le Prince est fait prisonnier, un incident diplomatique éclatera. Vous
l'avez compris, l'Ambassade est un territoire prussien. Plutôt la mort en duel,
que la honte nationale. Cette solution est à éviter à tout prix.

- 14 -
Epilogue(s)
Désirée retrouva son enfant qui était emprisonné chez les camoristi. On lui
offra une place à l'Ambassade de France, grâce à l'heureuse entremise d'un de
nos amis.

Carla Niemeyer, grâce aux conseils de James West, suscita l'indulgence du
jury. Elle ne fut condamnée qu'à quatre ans de prison, où elle apprend
actuellement le métier de secrétaire.

Otto purge une peine de 20 ans pour des crimes divers dans toute la Bavière.
La plupart des camoristi ont été arrêtés et jugés.

Et, dans le cas le plus probable… le corps du Prince von Weizsäcker fut
ramené discrètement par sa sœur pour être inhumé au château familial. Sa
mort fut annoncée très discrètement en Prusse. On signala le malheureux
décès du Prince, mort courageusement en duel pour une affaire de cœur…

La taxe contre le lait bavarois ne fut jamais promulguée…

- 15 -
Dramatis Personnae
Ernst von Musil, Diplomate
La cinquantaine, une fine moustache poivre et sel, von Musil est le prototype
de l'honnête homme bavarois. Il est pourtant protestant, austère, mais
compétent : c'est un homme de dossiers. Il a néanmoins la confiance du
gouvernement et du Roi.
Mêlée[10%], Agilité[10%], Charisme[40%], Relations[60%], Perception[40%],
Instruction[60%], Points de Vie[10].

La fausse Princesse Carlotta, imposteur
On ne saura jamais son nom… Très belle, aux yeux étonnamment bleus pâles,
cette blonde ne vécut que ce que vivent les papillons de nuit…Sur elle, rien de
compromettant, si ce n'est un pistolet un-coup dans son corset… et des pilules
de cyanure dans un flacon de sels.
Courage[40%], Physique[10%], Attraction[60%], Points de Vie[11]

Otto, Cocher, sparring-partner, et âme damnée de von Weizsäcker
Une moustache imposante en forme de guidon de vélocipède, un sourire
sardonique et effrayant, un regard brillant un peu fou, Otto est bien l'âme
damnée de von Weizsäcker. N°2 de l'organisation, il supervise l'entraînement
et la formations des cadres camoristi. La quarantaine, sa condition physique
est excellente, et c'est un bretteur doué.
Physique[60%], Escrime[40%], Charisme[40%], Tir[60%], Courage[60%],
Points de Vie[16]

Carla Niemeyer, Camoristi idéaliste
Carla est une idéaliste. Elle croit vraiment que la Camora peut sauver le
monde. Mais elle est aussi cynique, et pense que n'importe quel moyen est
bon pour y arriver. Elle n'hésitera donc pas à mentir pour attirer les
personnages dans un piège. Il reste cependant au fond d'elle un soupçon de
bonté qui permet d'espérer sa rédemption. Physiquement, Carla est une
blonde aux yeux noisettes, une trentenaire pulpeuse, qui n'hésite pas à mettre
ses charmes en avant. Elle peut même "effrayer" les hommes par tant de sex-
appeal. Habillé en pantalon de cuir et chemise blanche serrée, c'est une
combattante sérieuse. Dans sa botte droite, une fine dague empoisonnée. Et
dans les baleines de son corset, un fin câble d'acier qui peut étrangler un
amant imprudent.
Charisme[40%], Escrime[40%], Tir[40%], Interprétation[60%], Points de
Vie[10]

James West, agent secret
Agent des services secrets américains, James T. West est l'homme de
confiance du président Grant depuis la fin de la Guerre de Sécession. D'une
loyauté à toute épreuve, l'Agent West est de tous les coups, si possibles
tordus.
Attraction[60%], Escrime[40%], Courage[60%], Agilité[40%],Tir[60%],
Physique[40%] , Mêlée[60%], Points de Vie[16]

- 16 -
Artemus Gordon, agent secret
Agent des services secrets américains, Artie Gordon est l'ami fidèle de James
West. Il n'a pas son charme auprès des femmes, mais il a son courage? C'est
aussi un bricoleur de génie, et capable des travestissements les plus délirants.
Dans le train, Artie a tout le matériel pour créer ou réparer ses gadgets. Il a
aussi une cinquantaine de déguisements divers et variés. Sur lui : un poudrier
réellement explosif, et un monocle, qui brisé au sol, dégage un fumigène
puissant.
Interprétation[60%], Attraction[10%], Bricolage[80%], Physique[40%],
Mêlée[40%], Points de Vie[12].

Prince Hubert von Weizsäcker, ambassadeur et terroriste
Héritier de la lignée Weizsäcker qui fournit à la Prusse des diplomates depuis
des éons, Hubert se morfond dans ce rôle. C'est un homme d'action, qui croit
comme Bismarck que la Prusse a pour mission sacrée de dominer la Nouvelle
Europe. Il trouve aussi que ça ne va pas assez vite. Il a donc conçut ce projet
délirant de Camora. Grand, athlétique, bel homme, Hubert est en effet un
homme physiquement exceptionnel. Toujours sur lui : son sabre de cavalerie,
un pistolet et un camée contenant du franconium (voir androïdes)
Discrétion[10%], Physique[60%], Tir[40%], Escrime[80%], Charisme[40%],
Agilité[60%], Courage[40%], Instruction[80%] Points de Vie[16].

Désirée Meunier, secrétaire
Désirée n'est qu'une pauvre jeune femme en détresse. Abandonnée par un
mari jaloux qui lui a retiré la garde de son seul enfant, Désirée a sombré dans
la prostitution parisienne. Quand un jour, un de ses clients (le fameux "C") lui a
proposé de rejoindre l'organisation Camora. Les camoristi, lui a expliqué
l'homme, veulent faire la révolution. Ils veulent prendre l'argent des riches et
le donner aux pauvres (en tout cas c'est ce qu'il a prétendu, et Désirée l'a cru).
Elle a rejoint les camoristi, qui ont retrouvé son fils (en fait il l'ont enlevé et tué
le père), lui ont offert un travail en Bavière, là où se trouve le siège de
l'organisation. Maintenant, Désirée leur est redevable. Elle a un pistolet dans
sa jarretière, mais n'a jamais tiré avec (et est terrorisée à l'idée de s'en servir)
Attraction[40%], Courage[10%], Tir[10%], Instruction[40%], Points de
Vie[10].

Camoristi
Bête et discipliné, le camoristi de base est recruté dans le prolétariat bavarois.
Jouant sur les frustrations du petit peuple, la Camora a promis monts et
merveilles aux pauvres camoristi, qui rêvent de servir un rêve plus grand
qu'eux…Ils ont tous un grand couteau. Quelques-uns ont des pistolets. Au
repaire, ils ont accès à des fusils.
Mêlée[40%], Escrime[40%], Tir[40%], Instruction[10%] Agilité [40%],
Physique[40%], Points de Vie[12]

Carlotta von Weizsäcker, Princesse Prussienne
D'une beauté surprenante (et incroyablement ressemblante avec la fausse
princesse), Carlotta est la sœur cadette d'Hubert. intelligente, cultivée, elle est
désemparée par le comportement de son frère.

- 17 -
Mêlée[10%], Relations[80%], Finances[80%], Instruction[60%] Physique[10%],
Courage[40%], Points de Vie[10].
Les Androïdes
Ces androïdes sont quasiment indestructibles. Conçus par un savant fou
berlinois, Marcellus Braun, ils ont néanmoins deux points faibles : leur
instabilité et leur faible intelligence artificielle. Marcellus s'est inspiré de vieilles
armures des Chevaliers Teutoniques, qu'il a fait refabriqué en acier prussien
riveté. A l'intérieur, un générateur de vapeur miniature fournit l'énergie
nécessaire. Dans le heaume, se trouvent les servo-moteurs rustiques qui
gouvernent l'androïde. Extrêmement solides, ils ne peuvent être défaits que
par la ruse. Par exemple, si on les fait tomber, ils ne peuvent pas se relever
sans une aide humaine. Leur programmation, en outre, est très basique. Ils ne
réagissent qu'à trois instructions :

1. S'activer en même temps que le passage secret
2. Détecter toute présence humaine au même niveau qu'eux, c'est à dire
l'armurerie, la poudrière, la cellule. Le androïdes n'entrent pas dans la
pièce de réparation (à cause de la marche) et dans les escaliers (à cause
des marches !)
Attaquer et détruire ces formes humaines, grâce à leur massue (1d8,
Escrime[40%])
3. S'arrêter et se replacer à leur poste initial une fois les tâches 2 et 3
terminées.

Ils peuvent également être arrêtés par von Weizsäcker, qui possède en
pendentif une sorte de camée. A l'intérieur, un morceau de franconium, métal
rare provenant d'une météorite qui produit une luminescence verte. Cette
luminescence est perçue par des capteurs spéciaux dans le heaume des
androïdes et coupent instantanément le générateur de vapeur.

Personnages
Journal intime de
Myst

Steuermann de l'Aéronavale Bavaroise

Il n'est pas dans la nature des nains de tenir un journal. A part bien sûr,
pour y noter quelque plan ou autre idée à développer, afin de ne pas
l'oublier. C'est le Roi qui m'a conseillé de le faire. "Les Hommes oublient,
m'a-t-il dit après la bataille de Königsrätz, il faut leur écrire l'histoire pour
qu'ils s'en souviennent…" Et en moi-même, j'ai pensé, l'Histoire est écrite
par les vainqueurs…

- 18 -
Voici donc mon histoire. Comme vous le savez, nous sommes des Faë, même si nous
avons renoncé à nos pouvoirs. ces histoires de Cour Lumineuse, de Cour Sombre, et de
Cour à Demi-Eclairée sont d'un ennui redoutable ! Non, ce qui nous intéresse, nous c'est
de travailler le métal. Le fer, l'acier, la Technovapeur voilà des sujets intéressants. Depuis
tout petit, comme mon père, je bricole des machines. Bricolage [80%[♦]] . Tout
naturellement, à ma majorité (50 de vos années) je mes suis inscrit au concours de l'Ecole
d'Application de l'Aéronavale Bavaroise. J'ai été pris, ai servi d'abord comme simple
matelot, à charger et décharger les cuves de carburants de nos puissants aéronefs. Le
soir, je bricolais une centrale à inertion, en adaptant un bête gyroscope. Quand j'ai
proposé l'idée à mon commandant, il m'a fait intégrer à toute vitesse l'Ecole des Ingénieurs
Aéronautiques. Mon invention a rapidement équipé tous les dirigeables de l'Aéronavale, et
j'ai la fierté de penser qu'aucun ne s'est perdu en route depuis ! Je suis ainsi devenu
Steuermann, c'est à dire Timonier, en fait c'est surtout une appellation. Si je sais conduire
ces grands dirigeables, je suis surtout chargé de leur propulsion. Perception [60%[♦]] .

Depuis la fin de la Guerre, je suis rattaché au ministère, comme une sorte de
consultant… Ca ne m'empêche pas de continuer à bricoler dans mon coin… Mon
meilleur ami est un français, le capitaine André-Amédé de Courson. Un homme
courageux ! je lui parle de tout, et même de mes peines de cœur. Car ma
meilleure amie s'appelle Ellen May Wharton. En fait, j'en suis secrètement
amoureux. Nous sommes comme ça, les nains. Puisqu'il n'y a pas de naines, nous
cherchons la compagnie des femmes, et de préférence les plus belles. Elle m'aime
bien, malgré mon caractère de cochon. Nous avons même flirté ensemble un
moment, mais depuis elle est tombée amoureuse de ce poseur de Volotan. Les
nains sont résistants à la magie, mais pas à celle-là !

Je suis un nain, mais je ne suis pas petit : je mesure près d'un mètre soixante. Mais je
suis trapu, et comme tous les autres nains, très coriace Physique [40%[♣]] . J'ai une fort
jolie moustache rousse, comme mes cheveux. J'ai un caractère de cochon, mais je crois
que je l'ai déjà dit. Je suis aussi insensible au feu. J'aime les beaux vêtements, et dès
que je passe à Paris, je me faire une garde-robe complète chez Worth. J'en change souvent
car j'abîme souvent ces vêtements au cours de bagarres ! En effet, je déteste qu'on porte
atteinte à l'Aéronavale Bavaroise. Quelques fantassins en ont fait l'expérience… Mêlée
[40%[♣]] .

POINTS DE VIE : 14 POINTS

- 19 -
Le Début de l'Aventure

Amédé est un garçon sérieux, trop parfois, surtout pour un français ! Mais c'est un
militaire, un noble, et un cavalier… Trois raisons qui empêchent d'être porté sur la
gaudriole. Mais il avait un air particulièrement renfrogné quand il me demanda de
l'accompagner en "mission" pour accueillir je ne sais quelle Princesse… Enfin un peu de
romance en vue ! Cela me changeait des réunions de service interminables des bureaux
d'études de l'Aéronavale ! Je m'éclipsais donc et pris le train avec son ami Ministre. Ils se
mirent à parler de politique étrangère, si tôt fait je m'endormis…

Mes Notes

J'ai quand même pris un beau costume, avec ma montre piégée qui
dégage des soporifiques si je la remonte à l'envers. Et mon chapeau
melon est en acier blindé…

- 20 -
Journal intime de
Renata Toleda
Etudiante
Dans mon nom, on trouve toute mon histoire. Et un jour, celle-ci éclatera à la face du
monde. Ma mère s'appelle Andrea Vollsinger. C'était une honnête serveuse dans un bar
de Munich. Un jour, quelques espagnols en goguette (eux parlaient plutôt de mission
commerciale) vinrent s'y divertir. Ma mère s'amusa avec eux. Ils étaient si gentils, si
charmants. Elle accepta de les suivre à leur hôtel, et ce qui devait arriver arriva… Il lui
prirent son honneur, elle tomba enceinte, et se vengea comme elle pu. Elle m'appela
Renata, car c'était une chanson que chantaient ces gentilshommes castillans. Et Toleda
parce qu'ils venaient de Tolède. Il y a des démarrages plus faciles dans la vie ! Aisance
sociale [20%[♠]] .

Elle essaya de se plaindre et entreprit beaucoup de démarches administratives. On
essaya de l'en dissuader. Quelques espagnols lui donnèrent une belle quantité de florins
pour son silence, qu'elle finit par accepter. Finances [10%[♠]] .

Voilà pourquoi, moi, Renata Vollsinger, j'étudie l'espagnol dans le seul but de retrouver
mon père et de le tuer ! A l'Université de Munich, je ne suis entourée que de fils de
bourgeois et de gentilshommes. J'ai fini par jouer leur jeu. A fréquenter leurs mêmes clubs
stupides. J'ai ainsi rencontré Ellen May Wharton, ma seule amie, une anglaise qui donne
des cours de Littérature Anglaise à l'Université. J'ai aussi rencontré son chéri, ce crétin de
Volotan, qui se croit le plus intelligent du monde. Qu'est-ce qu'elle fait avec lui ? Ce n'est
qu'un petit bourgeois prétentieux. Mais il m'aide à m'introduire dans ce monde. Ce monde
qu'un jour, je renverserais. Courage [60%[♥]] .

Car j'ai rejoint un groupe politique secret : la Camora. C'est une organisation humaniste,
qui défend les pauvres et les orphelins. Les camoristi veulent renverser la dictature de
Ludwig sur la Bavière, et installer la démocratie. Ensuite, nous nous attaquerons à la
Prusse, où cet horrible Bismarck opprime son peuple et veut mettre l'Europe à feu et à
sang. La seule solution, c'est que tous les opprimés soient unis, et que nous partagions les
richesses. C'est ce que j'essaie d'expliquer à Ellen May, mais elle est engluée dans les
mensonges sirupeux de ce capitaliste de Volotan.

Les camoristi ont une organisation sans faille. Regroupés en cellules, on ne connaît que
quelques membres, ce qui garantit la confidentialité. Je viens d'être admise dans celle de
Munich, par Friedrich, un étudiant en droit. Il m'a fait découvrir "Le Manifeste du Parti
Communiste", que j'emporte toujours sur moi, caché dans la doublure de mon manteau.
Friedrich m'a dit que la Camora était largement inspirée, selon lui, des textes de Monsieur
Marx. Les réunions de l'organisation ont lieu près de l'hippodrome. Je dois passer
l'épreuve rituelle dans quelques jours, et je suis très émue à l'avance. Mais on m'a déjà
confié que nous allons frapper la dictature bavaroise dans quelques jours. Je m'entraîne
Physique [40%[♣]] .à la canne épée que m'a offert Friedrich Escrime [40%[♣]] . Je lis
aussi des livres pour fabriquer des explosifs Bricolage [40%[♦]] .

Sinon, j'ai des cheveux et des yeux noirs, je suis assez jolie, bien faite, mais je refuse de
m'habiller selon les canons bourgeois qui emprisonnent le corps des femmes.

POINTS DE VIE : 16 POINTS

- 21 -
Le Début de l'Aventure

Ellen May m'a invité à venir à Bayreuth avec elle accueillir la Princesse Carlotta de
Prusse. "Cela, a-t-elle dit, te changera de tes pensées morbide…" Elle doit confondre
"morbide" et "politiques". Mais, bon, j'irais ! Rien que pour voir à quoi ressemble un
oppresseur prussien.

Mes Notes

- 22 -
Journal intime de
André-Amédé de Courson
Capitaine Cuirassé de la Cavalerie Française

Si je prends la plume aujourd'hui, c'est pour coucher sur le papier le
récit de mes aventures au service de sa Majesté Impériale Napoléon III,
en tant que Capitaine des Hussards du 501° Dragon, basé à
Rambouillet.

Agé de 30 ans aujourd'hui, je ne suis pas très grand, et je serai même un peu empâté. J'ai
cependant des yeux noirs pétillants qui plaisent aux femmes. Mais il ne faut pas se fier
aux apparences. Depuis le Prytanée Militaire, c'est à dire depuis mes 15 ans, j'en ai
surpris plus d'un par mon agilité [40%[♣]] et ma pugnacité. Courage [80%[♥]]

Je tiens cela de mon père. En tout cas, c'est ce qu'on m'a dit : le pauvre est mort en 1842,
en Autriche. Il avait fui la Révolution étant enfant, et je ne crois qu'il aurait apprécié ma
carrière militaire, mais c'est ainsi ! Baigné par les récits de Napoléon, j'ai toujours rêvé de
cavalcades éperdues et de batailles héroïques. J'ai du beaucoup d'efforts pour m'imposer
à l'Ecole Militaire. On me reprochait mon physique et mon nom, mon sang. Mais peu à
peu, on a reconnu mes qualités.

Je suis bon camarade, dur à la tâche, Physique [40%[♣]] respecté par
mes hommes Charisme [40%[♥]]. Et mon corps pataud cache
beaucoup de finesse, ce que de nombreux duellistes ont pu faire
l'expérience. Escrime [60%[♣]]. J'ai le sens de l'honneur, et je déteste
le mensonge et la mauvaise foi. J'ai quelques défauts bien sûr : j'aime la
bonne chère, le bon vin, et les femmes de qualité.

Mes qualités m'ont fait remarquer de ma hiérarchie, surtout lorsque je
démasquais un agitateur prussien caché au sein de l'Etat-Major. On me
proposa alors d'effectuer quelques missions spéciales. Comme je parle
un excellent allemand, on m'a affecté au Bureau Militaire Français en
Bavière. En contact avec l'ambassade, je fait des rapports détaillés sur
notre allié et je conduis parfois quelques missions discrètes en Prusse,
qui devient chaque jour plus menaçante. Pourvu que les agitateurs
socialistes comprennent un jour qu'il faut encourager la politique de
réarmement du Ministre Verne ! Les bons canons du vieux Jules
tiendront en respect le kaiser bien plus efficacement que les manigances
magico-ethériques du bon roi Ludwig ! Un de mes meilleurs amis est
d'ailleurs le Ministre des Affaires Etrangères Bavaroises, Ernst von
Musil. Il m'a permis un jour de sortir d'une mauvaise passe à Berlin et
depuis, je lui suis redevable. J'entretiens aussi d'excellentes relations
avec Myst, un Officier de l'Aéronavale Bavaroise que j'ai rencontré à un
dîner de l'ambassade. Nous nous affrontons souvent sur des sujets
politiques où sur l'intérêt comparé de la science thaumaturgique ou de la
Technovapeur, mais c'est un véritable ami.

POINTS DE VIE : 18 POINTS

- 23 -
Le Début de l'Aventure

Quand mon ami von Musil m'a envoyé son petit mot, j'ai perçu l'angoisse qui le traversait,
à la simple lecture de son écriture nerveuse. Il voulait que j'accueille avec lui la Princesse
Carlotta de Prusse. Cela m'a parut pour le moins fâcheux, mais il m'a dit de venir "en
tenue". Quelque chose d'officiel, donc. J'ai donc endossé mon uniforme de parade, bleu
avec ses broderies en or, et ses épaulettes et mon pantalon noir. Avec son accord, j'ai
demandé à Myst de nous accompagner. Nous avons pris le train ensemble, et il m'a
expliqué ce qu'il en était: Carlotta von Weizsäcker est la sœur de Hubert von Weizsäcker,
Ambassadeur de Prusse auprès du Royaume de Bavière. Elle est en visite de courtoisie
pour une semaine. Cette visite anodine n'est pas sans enjeu. Les relations entre Ludwig II
et le Chancelier de Fer se sont récemment détériorées pour une histoire de taxe sur le lait
bavarois. Et les services secrets de Sa Majesté pensent que Bismarck est prêt à exploiter
n'importe quel incident pour faire monter la pression. Il souhaitait la présence d'un officiel
de préférence neutre (il eut pu trouver mieux !), si possible armé.

Mes Notes
J'ai mon sabre et un derringer discrètement caché dans une botte.

- 24 -
Journal intime de
François Volotan
Thaumaturge
Je couche volontiers mes mémoires depuis l'âge de 15 ans, sur le conseil de ma vénérable
mère, et je n'y fait pas exception aujourd'hui. C'est à ma mère d'ailleurs que je dois ce
prénom français, car elle était né Champonnier. Puis elle rencontra mon père et ce fut le
coup de foudre. Il réussit convaincre ses parents de l'emmener avec elle en Bavière, là où
il gérait la banque familiale : Bayerische Bank AG. Aisance sociale [60% [♠] . Relations
[60%[♠]] .

Si je suis né dans la banque, et que je ne me sens pas obligé de travailler Finances [40%
[♠]] , ma famille n'en est pas moins peu conformiste. Mon père était un homme très
cultivé, inspiré des idées de Goethe, de Voltaire. Il avait bien connu Beethoven. Celui-ci
l'avait introduit dans l'ordre dont il faisait partie : les Illuminés de Bavière.
Naturellement, mon père m'initia lorsqu'il fut temps : le 11 septembre 1860, le jour de mes
vingt ans. Vous en déduirez que j'en ai trente aujourd'hui. Sorcellerie [6 points[♦]] .
J'appris à tramer les nœuds d'énergie qui gouvernent le monde, et à utiliser mes dons. Je
suis aujourd'hui assez exercé dans l'Art.

Les premiers Illuminés se sont regroupés au XV° siècle, près de König. Puis ils ont
essaimé à travers toute la Bavière. Leur idée était de transmettre les principes de l'Art, et
surtout d'éclairer nos monarques. Je crois que nous n'avons pas échoué jusqu'ici. Ludwig
étant presque le monarque idéal, si ce n'est quelque bizarreries. Sa cousine même (qu'il
appelle "Sissi"!) fait partie des Illuminés, en Autriche.

Me voilà donc Premier Maître, une sorte de cadre dans la hiérarchie de la secte. Je suis
chargé de recruter de nouveaux éléments, et c'est ainsi que j'ai rencontré l'amour de ma
vie, en la personne de la très charmante Ellen May Wharton, jeune journaliste qui n'a pas
sa langue dans sa poche, ce qui lui valut le discrédit dans son Albion natale. Je l'aime
plus que toute au monde, et je me jetterais volontiers sur toute épée qui la menacerait.
Courage [40%[♥]] .

Je suis plutôt un bel homme, et j'ai toujours eu du succès en société. Mes yeux sont l'un
noisette, l'autre bleu, ce qui créé une attirance étrange chez la gent féminine. Attraction
[60%[♥]] . J'ai des cheveux gris et je suis plutôt grand et bien fait. La pratique régulière
du sport me rend svelte. Physique [40%[♣]] . Agilité [40%[♣]] .

Par contre, je me refuse à utiliser toute arme à feu Tir [10%[♣]] . Je ne veux pas tuer pour
aider l'humanité, je suis un idéaliste.

POINTS DE VIE : 16 POINTS

- 25 -
Le Début de l'Aventure

Ellen May m'a invité à venir à Bayreuth avec elle accueillir la Princesse Carlotta de
Prusse. "C'est une très belle femme, m'a dit le Ministre von Musil. Et une prussienne te
changera des anglaises, si effrontées…" J'avoue que voir une princesse de Prusse a
quelque chose d'excitant. A la fois érotique et dangereux… Ha ! Eros et Thanatos ! Si je
peux de surcroît aider la fine fleur du journalisme international, j'y vais de ce pas !

Mes Notes

A l'annulaire droit : ma bague de l'Ordre des Illuminés de Bavière (ornée
symboliquement d'un œil dans une pyramide)

Pour lancer un sort
Il me faut déterminer :
♦ L'énergie thaumique nécessaire à ce sort (et donc consulter le
Manusciptum Mentallis des Illuminés (doc. jointe)
♦ La précision que je souhaite donner à cet enchantement (doc. jointe)
♦ Soustraire à ce total le nombre de points de SORCELLERIE de
Volotan (6)
♦ Déterminer la dominante du sort ♣? ♦? ♥? ♠?
♦ Tirer des cartes du jeu de Magie (1 par minute, chaque carte vaut sa
valeur dans sa couleur, et 1 point dans une autre couleur). Le but est
de réunir autant de pouvoir thaumique que nécessaire. Je peux alors
n'utiliser que des cartes de la dominante (pas de problème), où
mélanger les dominantes > je risque alors d'engendrer des
harmoniques, et de dérégler le sort. Je verrais bien si la situation
l'exige.

- 26 -
Journal intime de
Ellen May Wharton
Journaliste

Je ne sais pas pourquoi je n'ai jamais eu de journal intime, même
lorsque j'étais enfant. Je n'ai que 24 ans, mais peut-être que l'exil
m'amène à coucher sur le papier le récit de mes aventures.

Je suis ce que les hommes appellent un "joli brin de fille", ce qui leur évite de remarquer
que je suis plus cultivée qu'eux Instruction [60%[♦]] . J'ai les yeux bleus comme le ciel
du Sussex, des chevaux blonds, et une taille tout à fait acceptable. Attraction [60%[♥]] .

J'exerce le noble métier de journaliste, mon oncle m'ayant trouvé un poste de stagiaire il y
a deux ans à l'Evening Standard. J'ai rapidement été engagée parce que je cherchais des
choses à raconter, les racontais plutôt bien, et surtout vérifiait mes informations ; je ne me
contente pas d'un ragot ou d'un "on m'a dit que"… Courage [40%[♥]] . Toujours est-il
qu'un jour un ami m'a conseillé d'aller faire un reportage sur les conditions de vie des
ouvriers des usines Pickford, au nord de Londres. Je découvrais alors le creux de
l'Angleterre, l'enfer de Dante au pays de Shakespeare. Des enfants travaillant dans des
conditions effroyables, la maladie, la mort à trente ans, tout cela au nom de la révolution
industrielle qui devait, selon les éditoriaux de mes collègues apporter "prospérité et
confort" pour le siècle à venir… Je rédigeais mon article, qui parut au creux de l'été.
Quand le rédacteur en chef, en congés dans le sud de la France, le lut avec deux jours de
retard, il manqua de s'étrangler ! Il faut dire que les Pickford possède une belle part de
l'Evening Standard, et que Sa Majesté Victoria elle-même avait lu mon article et paraît-il
s'en était émue ! Toujours est-il qu'on me proposa rapidement un poste de correspondant
permanent à Munich, et me voici. Je donne des cours de Littérature Anglaise à
l'Université, j'écris quelques articles pour le Standard… et je me suis fait des amis.
Finalement la vie en Bavière est bien douce, grâce au monarque éclairé qu'est Ludwig. Un
peu fou, certes, mais cultivé, brillant et… démocrate. Mon meilleur ami est Myst, un héros
de la Guerre. Il a inventé une sorte d'engin de navigation qui a permis la victoire finale.
C'est ce qu'il raconte, mais vu ses relations, c'est probablement vrai. Les nains mentent
rarement, de toutes façons… J'ai aussi une jeune amie, Renata, une pauvre fille
désargentée qui poursuit des études, et qui est l'une de mes élèves de littérature anglaise
à l'Université de Munich. C'est une fille gentille, mais un peu extrême, idéaliste et qui voit
des ennemis partout. J'essaie de lui faire voir le bon côté de la vie, mais je crois qu'elle a
eu une enfance très difficile…

J'ai oublié de te dire un secret, cher journal. Lorsque j'étais enfant, j'avais une grande
tante qui faisait tourner les tables et prédisait ainsi l'avenir. Elle m'avait dit: "Toi, tu
pourrais me remplacer, tu as du fluide". J'ai depuis compris ce que cela signifiait. Mes
dons ne se sont vraiment révélés qu'ici. Un jour, à un Bal, j'"entendis" dans ma tête des
compliments flatteurs mais légèrement grivois. Je crus d'abord à une fatigue passagère, à
un corset trop serré, et puis il vint me parler. Volotan était un jeune homme riche, mais
aussi un thaumaturge, membre des Illuminés de Bavière. Cet ordre a pour but le progrès
des sciences occultes, pour le bien de l'humanité. Il me proposa de m'initier. Nous
devînmes amants. C'est un garçon charmant, je l'aime beaucoup, bien qu'il soit un peu
crâneur ! Depuis, j'apprends à tramer les nœuds d'énergie qui gouvernent le monde, et à
utiliser mes dons. Des dons qui sont en chacun de nous, mais que nous ne savons pas
utiliser. Sorcellerie [4 points[♦]] .

SANTE : 12 POINTS

- 27 -
Le Début de l'Aventure

Quand Ernst von Musil, Ministre des Affaires Etrangères Bavaroises, m'a proposé
d'accueillir la Princesse Carlotta de Prusse, j'ai sauté sur l'occasion ! Pour une fois que
j'avais un vrai papier à faire pour le Standard, au lieu des sempiternels compte-rendus de
bals, et autres notices nécrologiques ! J'ai réservé immédiatement un train pour Bayreuth.
Et j'ai décidé d'inviter François. Je suis sûr qu'il sera comme un coq devant Carlotta, qui,
à en croire la rumeur, est fort jolie.

Mes Notes

A l'annulaire droit : ma bague de l'Ordre des Illuminés de Bavière (ornée
symboliquement d'un œil dans une pyramide)

Pour lancer un sort
Il me faut déterminer :
♦ L'énergie thaumique nécessaire à ce sort (et donc consulter le
Manusciptum Mentallis des Illuminés (doc. jointe)
♦ La précision que je souhaite donner à cet enchantement (doc. jointe)
♦ Soustraire à ce total le nombre de points de SORCELLERIE d'Ellen
May (4)
♦ Déterminer la dominante du sort ♣? ♦? ♥? ♠?
♦ Tirer des cartes du jeu de Magie (1 par minute, chaque carte vaut sa
valeur dans sa couleur, et 1 point dans une autre couleur). Le but est
de réunir autant de pouvoir thaumique que nécessaire. Je peux alors
n'utiliser que des cartes de la dominante (pas de problème), où
mélanger les dominantes > je risque alors d'engendrer des
harmoniques, et de dérégler le sort. Je verrais bien si la situation
l'exige.

- 28 -
Journal intime de
Cassius
Haut Fäe et… Détective Conseil
J'ai mis du temps à m'intéresser à vous… C'est vrai. Dans mon monde, tout n'est
qu'énergie, lumière, son. Et puis l'un d'entre nous a ouvert le Voile Féerique sur votre
monde. Un monde de plus, me suis-je dit. Mais en vous observant, petit à petit, j'ai pris de
l'intérêt à vos activités curieuses. Et j'ai fait le pas, comme vous dites, j'ai franchi le Portail.

J'avoue que votre époque est ma préférée. Brillante. Cultivée. Originale. Des inventions.
Des batailles. Des complots. Des femmes magnifiques. De l'honneur (quel concept
étonnant !) J'ai décidé de m'impliquer. De faire partie de tout ça. En lisant les récit de M.
Conan Doyle, je me suis dit que Détective Conseil, c'était un excellent point d'observation.
Je suis d'abord passé par l'Irlande, une sorte de retour au sources. Car nos pères,
franchissant le Voile Féerique, ont séduit de belles irlandaises. C'est ainsi que nous
sommes nés, nous, les Daoine Sidhe. Mi-homme, mi-Fäe. Nous avons gardé les chevaux
blonds ou roux très clairs de nos mères, nous sommes grands et très gracieux. Seules nos
oreilles qui pointent nous trahissant. Physique [60%[♣]] Ce n'est pas grave : les femmes
sont quand même folles de nous, et comme nous ne sommes pas insensibles aux jeux de
l'amour, à cette délicate sensation de deux corps qui s'assemblent, nous ne nous faisons
pas prier. Comme j'ai ce pouvoir d'enchanter les humains Enchantement [60%[♠]] , de
les soumettre à ma volonté, ou tout simplement de les faire tomber amoureux de moi, je ne
m'en prive pas !

Mais bon, me voilà donc à Munich, à observer vos petits jeux, Perception [40%[♦]] en
me laissant guider. D'enquête en enquête, je progresse, je fais moins de gaffes. Ma
capacité à passer à travers les murs est particulièrement utile dans cette profession.
Ethéréité [60%[♠]] Mais par ailleurs, j'ai développé beaucoup de comportements
humains. Je suis très habile de mes mains, Agilité [80%[♣]] . Je suis discret (une
nécessité dans la profession, au propre comme au figuré. Discrétion [40%[♣]] .

Je reste vigilant, par ailleurs. La Cour Sombre ne s'est pas remise du sale tour que nous
lui avons joué avec le Pacte. Elle manipule ce pauvre imbécile de Bismarck comme une
poupée. Un jour, des hordes Unseelie envahiront sa Prusse éternelle, et il comprendra son
malheur !

Rien que le surnom de Bismarck me rend malade : le Chancelier de Fer. Il faut vous dire
que nous n'aimons pas ça, le Fer, l'acier, et le Fer Froid, tombé d'une météorite pour nous
détruire, selon la légende. Aussi j'évite de m'approcher toute grande masse de fer. Pas de
bateau, de chemin de fer, ou de Tour Eiffel pour moi.

Heureusement j'ai d'autres moyens de déplacement. Voler par exemple. Je ne comprends
pas pourquoi vous n'y arrivez pas… Il suffit d'un peu de concentration ! C'est comme
changer de forme. En une minute (Cette manie de compter le temps ! N'avez-vous donc
rien d'autre à faire ??!), je peux prendre la forme que je veux, enfin de quelque chose que
j'ai déjà vu.

Par contre, je refuse d'utiliser vos armes… Elles sont si… ridicules !

POINTS DE VIE : 14 POINTS

- 29 -
Le Début de l'Aventure

Quand von Musil, Ministre des Affaires Etrangères Bavaroises m'a interpellé à la sortie du
Conseil avec le Roi, j'ai su que c'était important. Vous êtes si prévisibles, les humains ! Il
voulait que je l'aide à accueillir et à protéger la Princesse Carlotta. Bon, aider une cousine
du Chancelier de Fer, très peu pour moi ! "Elle est différente, vous verrez, c'est le genre
de personne qui apportera peut-être enfin la paix avec nos deux pays". Carlotta von
Weizsäcker est la sœur de Hubert von Weizsäcker, Ambassadeur de Prusse auprès du
Royaume de Bavière. Elle est en visite de courtoisie pour une semaine. Cette visite
anodine n'est pas sans enjeu. Les relations entre Ludwig II et le Chancelier de Fer se sont
récemment détériorées pour une histoire de taxe sur le lait bavarois. Et les services
secrets de Sa Majesté pensent que Bismarck est prêt à exploiter n'importe quel incident
pour faire monter la pression. On verra bien. Enfin une peu d'excitation !

Mes Notes

- 30 -