You are on page 1of 20

1

Chronologie de l’Égypte ancienne

Prédynastique

Haute­Égypte Badari (4500­3800) (premières traces de cuivre)

Basse­Égypte Maadi Bouto (environ 4000­3400)

Haute­Égypte Nagada I Nagada II A­B (environ 3800­3600)

Haute­Égypte Nagada II C­D (environ 3600­3300)

Haute­Égypte Nagada IIIA (environ 3300­3250)

Nagada IIIA­B correspond en Basse­Égypte à Bouto III­IV. Mais on ne doit pas les
considérer comme des cultures différentes. En effet, à partir de la fin de Nagada II, la
culture de Nagada s’étend sur tout le territoire égyptien. 

Dynastie 0 (environ 3250­3100 avant J.­C.)

Il ne s’agit pas  à proprement  parler d’une dynastie. Les rois  qui la composent sont


antérieurs à ceux qui sont enregistrés dans les annales égyptiennes. Cette période voit le
développement   d'installations   égyptiennes   au   Levant   sud,   lié   au   commerce,   en
particulier du vin, qui culmine à la première dynastie. Première statue lithique colossale
représentant une divinité (Koptos).

« Scorpion   I »,   en   fait,   son   nom   n’est   pas   connu   (tombe   à   Abydos   U­j.   Première
attestation d’écriture hiéroglyphique.)

Iry­Hor (tombe à Abydos B1­B2­B0)

Scorpion   « II »   (tombe   à   Abydos   B50   ou   à   Hiérakonpolis ?)   (peut­être   premières


attestations d'événements caractéristiques d'un règne)

Sékhen ou Ka ( ?) (tombe à Abydos B7­B9)

Époque Thinite (environ 3100­2700 avant J.­C.)

Ie dynastie
2
Nous savons maintenant que les tombes des rois de cette dynastie se trouvent à Abydos,
celles   de   Saqqara   appartiennent   à   de   hauts   fonctionnaires.   Prise   de   conscience   de
l'expression de la chronologie : premiers enregistrements d’événements remarquables.
Première attestation du taureau Apis. Première feuille de papyrus.

Narmer, probablement le roi Ménès des annales postérieures (Tombe à Abydos B17­
B18) (Premiers enregistrements assurés d'événements d'un règne)

Âha (tombe à Abydos B10­B15­B19­B13­B14)

Djer (tombe O à Abydos)

Serpent   (Djet,   Ouadji)   (tombe   Z   à   Abydos)   (premier   enregistrement   d’événement


annuel. Première stèle cintrée)

Den (Oudimou) (tombe T à Abydos) (première isocéphalie roi – dieu. Première feuille
de papyrus. Première liste royale)

Ândjib (tombe X à Abydos)

Sémerkhet (tombe à Abydos)

Qaâ (tombe Q à Abydos)

IIe dynastie

Cette dynastie a laissé très peu d’informations. Deux rois ont une tombe  à Saqqara,
deux une tombe à Abydos, nous ne savons rien quant à la sépulture des autres. On a
proposé   de   voir   dans   les   galeries   souterraines   sous   le   bâtiment   nord   du   complexe
funéraire de Djéser, les restes de tombes royales de la IIe dynastie ; de même pour les
galeries inachevées de la cour nord. Il y aurait aussi des souterrains sous la maison du
nord et la maison du sud. En 2000, une équipe de Leyde, a trouvé à Saqqara, sous la
tombe du Nouvel Empire de Meryneith, une infrastructure contenant du mobilier thinite
qui   correspond   certainement   à   une   tombe   royale   de   la   IIe   dynastie.   Abandon   des
installations égyptiennes du Levant sud.

Hétepsékhemouy (tombe à Saqqara)

Nebrê / Râneb

Nynétjer (tombe à Saqqara)
3
Ounegnebty

Séned

Sékhemib

Peribsen (tombe à Abydos) (première phrase complète avec un verbe conjugué à la 3e
personne suivi de compléments)

Khâsékhemouy (tombe à Abydos, enclos funéraires à Abydos et Hiérakonpolis)

Ancien Empire (environ 2700­2200 avant J.­C.)

IIIe dynastie

Nous ne connaissons pas les noms de tous les souverains de cette dynastie. En effet, elle
comprendrait cinq ou six rois, or nous avons trop de noms et pas assez de tombes. Nous
ne connaissons avec certitude que la position des deux premiers et du dernier, l’ordre
chronologique   des   autres   est   sujet   à   réflexion.   Les   listes   d’époques   pharaoniques
postérieures se contredisent  a priori  concernant l’ordre des règnes, le nombre de rois
ainsi que leurs noms. Elles semblent même ajouter des rois fictifs, à moins que ce ne
soient des noms inventés correspondant à des rois que nous ne reconnaissons pas. Leurs
données   ne   concordent   pas   avec   les   témoins   contemporains   de   la   IIIe  dynastie.   Par
exemple, la liste de Manéthon donne neuf noms, chiffre certainement fictif. Premières
scènes où les divinités s’expriment au discours direct. Premières statues en pierre de
grandes   dimensions   représentant   le   roi   ou   un   particulier.   À   la   fin   de   la   dynastie,
première attestation de la charge de vizir (Kaimen)

Nétjérykhet (Djéser) (tombe à Saqqara : première pyramide. Première représentation de
l’Ennéade d’Héliopolis, premier discours divin en faveur d’un roi)

Sékhemkhet (= Djéserti(­ânkh) / Djésertéti ?) (pyramide inachevée à Saqqara)

Sanakht = ( ?) Nebka (canon de Turin, liste d’Abydos)

Khaba (Pyramide à Zawiyet el­Aryan)

Qahedjet   (connu   seulement   par   des   ancres   du   Ouadi   Jarf   et   une   stèle   du   Louvre :
première représentation de contact corporel roi – divinité) S’agit­il du même roi que
Houny (hounysout / Nysouthou ?)? 
4

IVe dynastie

Nous connaissons sept rois, la tradition en donne huit. Du huitième (Thamphthis), nous
n’avons aucune trace. Le nom du propriétaire de la pyramide de Zawiyet el­Aryan est
douteux.   Sa   position   chronologique   est   probable,   mais   pas   absolument   certaine.   Le
cartouche apparaît   à cette   époque. Dans les  tombes  de particuliers,  apparition  de la
formule d’offrandes, des adresses aux passants et des autobiographies.

Snéfrou (Soris) (au moins 27 ans de règne) (une pyramide à Meidoum, deux pyramides
à   Dahchour ;   apparition   de   la   datation   chiffrée   bisannuelle,   première   représentation
d’acclimatation   d’arbres   exotiques   accompagnée   d'une   légende   explicite ;   premières
formules d’offrandes ; premières biographies)

Khnoumkhoufoui   /   Khéops   (Suphis)  (26   ans   de   règne,   Wadi   Jarf)   (fils   de   Snéfrou,
pyramide  à Giza ; première couverture en chevrons ; première formule de fondation
royale ;   premières   biographies   à   la   première   personne ;   premier   papyrus   portant   un
journal de bord, port maritime à Ouadi Jarf)

Rêdjédef (Didoufri / Ratoisès) (au moins 11 ans de règne) (fils de Khéops, pyramide à
Abou Rawach)

Khéphren (à lire probablement Râkhâf) (Suphis II) (Souphis II) (au moins 15 ans de
règne) (frère cadet de Rêdjédef, pyramide à Giza)

Bicheris   =   Baka(rê ?)   (règne   très   court)   (fils   de   Rêdjédef ?,   pyramide   inachevée   à


Zawiyet el­Aryan)

Menkaourê =  Mykérinos  (Mencheres) (durée de règne inconnue) (fils  de Khéphren,


pyramide à Giza)

Chépsèskaf  (Sebercheres)  (fils  de  Mykérinos, tombe   à  Saqqara  sud ;  premier   décret


royal)

Thamphtys (pas attesté)

Ve dynastie

Premières mentions d’Osiris. Apparition du second cartouche. Les complexes funéraires
de   six   rois   de   la   dynastie   comprennent   un   temple   solaire ;   deux   seulement   ont   été
localisés.   Premières   attestations   des   5   jours   épagomènes,   donc   de   datation
correspondant à des années de 365 jours.
5

Ouserkaf   (Ousercheres)   (au   moins   6   ans   de   règne,   pierre   de   Palerme)   (pyramide   à


Saqqara, au nord­est de Djéser ; temple solaire à Abousir)

Sahourê (Sephres) (presque 14 ans de règne, pierre de Palerme) (fils de Neferhétepes et
d’Ouserkaf,   pyramide   à   Abousir,   temple   solaire ;   première  Königsnovelle,   premier
serment   royal,   premier   serment   de   par   le   roi,   premières   déclarations   loyalistes,
premières   représentation   du   roi   consacrant   des   offrandes   à   une   divinité   dans   son
complexe funéraire)

Néferirkarê Kakai (Nephercheres) (au moins 11 ans de règne, archives d’Abousir) (fils
de Sahourê et de Merytnebty [ancienne : Neferetkhânebty], pyramide à Abousir, temple
solaire)

Chépsèskarê Ousernétjérou (Sisires) (règne court, il se place peut­être après Rânéferef
au lieu de le précéder) (pyramide inachevée à Abousir ?)

Rânéferef Izi (Cheres) (durée de règne inconnue) (fils de Neferirkarê et de Khentykaous
II, pyramide à Abousir, temple solaire)

Niouserrê Iny (Rathourès) (44 ans de règne d’après Manéthon) (fils de Neferirkarê et de
Khentykaous   II,   frère   de   Rânéferef,   pyramide   à   Abousir ;   temple   solaire   à   Abou
Ghourob)

Menkaouhor Akaouhor (Mencheres) (pyramide et temple solaire non localisés)

Djedkarê Isési (Tancheres) (44 ans de règne, archives d’Abousir) (pyramide à Saqqara
sud, pas de temple solaire)

Ounas (Onnos) (pyramide  à Saqqara, premiers  Textes  des pyramides, pas de temple


solaire)

VIe dynastie

Cette dynastie est caractérisée par une administration centrale très efficace qui permet
une   réorganisation   de   l’administration   et   de   l’économie,   et   le   développement   des
provinces. Nombreuses relations d’expéditions. Construction de chapelles de ka royal
dans les provinces. Début de la pétrification des temples divins. Premier exemple de
consécration d’offrandes par un roi dans un temple. Abandon des domaines funéraires.
Premiers exemples de statues de particuliers dans des chapelles séparées de la tombe.
Début du culte des défunts intercesseurs.
6
Téti (Othoês) (au moins13 ans de règne, carrière P de Hatnoub, probablement 23 ans,
tombe de Nikaouizézi à saqqara) (pyramide à Saqqara) (premier obélisque, à
Héliopolis)

Ouserkarê (de 2 à 4 ans de règne, pierre de Saqqara sud, son existence est certaine)

Néfersahor / Méryrê Pépi Ier (Phius) (au moins 50 ans de règne, pierre de Saqqara sud,
carrière   P   de   Hatnoub)   (pyramide   à   Saqqara   sud)   (premier   naos   monolithique,   à
Éléphantine)

Mérenrê Nemtyemsaf I (Methusuphis) (11 à 13 ans de règne, pierre de Saqqara sud)
(pyramide à Saqqara sud)

Néferkarê Pépi II (Phiôps) (63 ans de règne, Hatnoub, peut­être 66 ans, décret pour la
reine Oudjebten) (pyramide à Saqqara sud)

Merenrê Nemtyemsaf II (Menthesuphis)

La reine Nitocris est fictive. (première attestation de son nom dans le papyrus de Turin :
Netiqerty)

Première Période intermédiaire (environ 2200­2050 avant J.­C.)

La fin de l’Ancien Empire a peut­être connu une courte période de violences. La VII e
dynastie   est   fictive.   D’après   Manéthon,   soixante­dix   rois   auraient   régné   pendant
soixante­dix jours. Des VIIIe, IXe et Xe dynasties, on ne sait pas grand­chose. Pourtant,
la Première  Période  intermédiaire  n’est pas   à proprement  parler un « âge  sombre ».
Nous ne donnons ici que quelques noms de rois de cette période. Première attestation
des  Textes des Sarcophages sur le cercueil du gouverneur de l’Oasis Médounéfer à la
charnière des VIe et VIIIe dynasties.

VIIIe dynastie

D’après les listes postérieures, la VIIIe dynastie serait composée de vingt­sept rois. Elle
est présentée comme la suite de la VIe dynastie.

Qakarê Aba (quatorzième roi de la dynastie ? pyramide à Saqqara sud, dernier exemple
de Textes des pyramides sur les parois d'une tombe royale)

Néferkaouhor   Khououihap   (16e  roi   de   la   dynastie ?   pyramide   à   Dara   en   Moyenne­


Égypte)
7

IXe­Xe dynasties

La Xe dynastie de Manéthon semble être en fait un double de la IXe. La capitale de ce
royaume se trouve à Hérakléopolis. Le nombre de rois est incertain. La tradition en
propose dix­huit, les sources contemporaines en donnent six.

Méryibrê Khéty

Mérikarê (pyramide à Saqqara ?)

XIe dynastie (thébaine)

Cette dynastie, dont la capitale se trouve à Thèbes, est contemporaine et concurrente de
la précédente. La tradition donne sept rois, mais en fait le premier était un prince local
et   la   royauté   du   deuxième   lui   est   certainement   postérieure.   Premières   mentions
d’Amon­Rê.

Montouhotep I (n’est pas roi)

Antef I (tombe saff à Thèbes, el­Tarif)

Antef II le grand (50 ans de règne, stèle aux chiens) (tombe  saff  à Thèbes, el­Tarif,


début de la construction du temple d’Amon­Rê à Karnak, premier hymne)

Antef III (tombe saff à Thèbes, el­Tarif)

Moyen Empire

Les évènements sont enregistrés suivant une datation chiffrée annuelle. Les cercueils
portent les Textes des Sarcophages ou le Livre des Deux Chemins. Désormais la plupart
des statues funéraires ne se trouve plus dans les tombes mais dans l’aire des temples des
dieux locaux, dont le clergé célèbre les rites pour les défunts. Ces temples, depuis qu’ils
garantissent les cultes funéraires, se sont pétrifiés et le roi y est représenté faisant des
offrandes aux divinités. Utilisation du vrai bronze (cuivre et étain)

XIe dynastie (suite)

Nebhépetrê Montouhotep II (51 ans de règne) (Il unifie le pays et change de titulature
au cours de son règne ; tombe à Thèbes, à Deir el­Bahari.) (première chapelle de barque
divine en pierre à Abydos ; début probable de la Belle fête de la Vallée à Thèbes)
8

Séânkhkarê Montouhotep III (12 ans de règne ?) (expédition à Pount, temple du « Thot
Berg »)

Nebtaouyrê Montouhotep IV (au moins 2 ans de règne) (grandes expéditions dans le
Sinaï, au Ouadi Hammamat et au Ouadi el­Houdi)

Séhétepibrê Amenemhat I (tombe à Thèbes, vallée au sud de Deir el­Bahari)

XIIe dynastie (environ 2000­1780)

Le   changement   de   dynastie   est   purement   politique   et   intervient   au   cours   du   règne


d’Amenemhat Ier. La question de la corégence éventuelle de certains rois est encore
débattue.   Les   tombeaux   royaux   sont   à   nouveau   des   pyramides.   Nouvelle   formule
d’offrandes qui reflète la nouvelle organisation religieuse, économique et administrative
du pays. C’est l’âge d’or de la littérature classique. Plus ancien exemple de fronde en
Égypte.

Séhétepibrê   Amenemhat   I   (30   ans   de   règne)   (même   roi   que   le   précédent,   nouvelle
capitale à Licht, pyramide à Licht, campagnes en Basse Nubie)

Khéperkarê   Sésostris   I   (45   ans   de   règne)   (fils   d’Amenemhat   I,   pyramide   à   Licht,


nombreux   temples   en   pierre   dans   toute   l’Égypte.   Annexion   de   la   Basse   Nubie,
construction de forteresses, premiers contacts avec le royaume de Kouch. Nombreuses
expéditions aux mines et carrières, fondation du temple du Serabit el­Khâdim dans le
Sinaï. expéditions à pount)

Néboukaourê Amenemhat II (35 à 38 ans de règne) (fils de Sésostris I, pyramide à
Dahchour, expéditions en Asie)

Khâkhéperrê Sésostris II (8 ans de règne, Tochka) (fils d’Amenemhat II, pyramide à
Illahoun)

Khâkaourê Sésostris III (presque 19 ans de règne) (fils de Sésostris II, une pyramide à
Dahchour, un complexe funéraire à Abydos. forteresses en Nubie)

Nymaâtrê  Amenemhat  III (46 ans de règne ?) (fils  de Sésostris  III, une pyramide  à


Dahchour,  une  pyramide   à Hawara,  nombreuses   expéditions   en Nubie,  au  Wadi  el­
Houdi, au Sinaï, à Byblos…)
9
Maâkhérourê Amenemhat IV (8 ans de règne, Mersa Gawasis. 9 ans de règne d’après le
papyrus   de   Turin)   (fils   d’Amenemhat   III)   (temple   de   Médinet   Maadi,   pyramide   à
Mazghouna, expéditions dans le Sinaï, expédition sur la Mer rouge)

Kasobekrê Néfrousobek (presque 4 ans de règne d’après le papyrus de Turin) (fille
d’Amenemhat III et épouse d’Amenemhat IV, pyramide à Mazghouna)

XIIIe dynastie

Elle comprend de nombreux rois, la position chronologique de beaucoup d’entre eux est
incertaine. Certains égyptologues font commencer la Deuxième Période intermédiaire
avec l’avènement de cette dynastie, d’autres après le règne de Sébekhotep IV. Nous
suivrons cette seconde proposition.

Deuxième Période intermédiaire

Il s’agit d’une période extrêmement confuse et avare en documents historiques. Une
dynastie de rois originaires du Proche­Orient, les Hyksos, règne en Basse Égypte et
exerce une certaine suzeraineté sur la Syro­Palestine et sur le petit royaume thébain de
Haute Égypte qui a perdu la Basse­Nubie (Ouaouat). Le royaume soudanais de Kouch,
dont la capitale est Kerma, a pris possession de toute la Nubie et même par moments, du
sud de la Haute Égypte.

Fin XIIIe dynastie (capitale thèbes)

XIVe dynastie dans le Delta oriental, contemporaine de la fin de la XIIIe dynastie

XVe dynastie (rois hyksos, capitale Avaris)

XVIe dynastie 
Elle correspond peut­être à plusieurs réalités : rois hyksos qui règneraient en Palestine et
divers rois en Égypte, dont une petite dynastie à Abydos ?

XVIIe dynastie (capitale Thèbes)
Elle comprend 15 rois. Les derniers sont :

Senakhtenrê Iâhmès (anciennement Taâa I)

Seqenenrê Taâa ( = Djéhoutyâa) (Il meurt au combat contre les Hyksos.)
10
Ouadjkhéperrê   Kamosé   (Guerre   contre   le   royaume   de   Kouch   et   contre   les   Hyksos.
Première mention d’attelages, donc de chevaux en Égypte.)

Fin de la Deuxième Période intermédiaire : rédaction du « Livre des morts » (le Livre
de sortir pendant le jour) dont l’usage perdurera jusqu’à l’époque romaine.

Nouvel Empire (c. 1550­1070)

Chronologie relative très précise. Chronologie absolue : 10 ans maximum d’incertitude.
C’est la période la plus riche de l’histoire de l’Égypte, et la plus prolixe. L’Empire
égyptien au Proche­Orient s’étend jusqu’en Syrie actuelle, à la frontière sud d’Ougarit
et jusqu’au nord de la Bekaa. Au sud, le pays de Ouaouat et le pays de Kouch sont
gouvernés par un vice­roi égyptien : le fils royal de Kouch. Au cours de cette période, se
développe la relation personnelle des vivants avec les divinités. 

XVIIIe dynastie 

Premières attestations de Clepsydres. Sur un ostracon de la tombe thébaine 99, première
attestation   de   lettres   protosinaïtiques   classées   selon   d'ordre   "HaLaHaM"   avec   leur
transposition en hiératique.

Ahmosis Ier (c. 1550­1525) (complexe funéraire à Abydos sud, dernière pyramide royale
d’Égypte. Première attestation et représentation du cheval et du char de guerre) (An 2 :
fin de la guerre contre les Hyksos)

Aménophis Ier (c. 1525­1504)

Thoutmosis Ier (c. 1504­1492) (premiers combats contre le Mitanni)

Thoutmosis II (c. 1492­1479)

Hatchepsout (c. 1479­1458) (co­régente du jeune Thoutmosis III ; expédition à Pount ;
première attestation du Livre de l’Amdouat. Première tombe royale dans la Vallée des
Rois.)

Thoutmosis III (c. 1479­1425) (tombe à Thèbes, Vallée des Rois KV34) (campagnes
militaires   en   Syro­Palestine   contre   le   royaume   du   Mitanni   et   ses   alliés ;   première
version complète du Livre de l’Amdouat ; première attestation des Litanies de Rê)

Aménophis   II   (c.   1425­1397)   (tombe   à   Thèbes,   Vallée   des   Rois   KV35)   (deux
campagnes militaires contre le Mitanni)
11

Thoutmosis IV (c. 1397­1388) (tombe à Thèbes, Vallée des Rois KV43)

Aménophis III (c. 1388­1350) (tombe à Thèbes, Vallée des Singes WV22)

Aménophis   IV   Akhénaton   (c.   1350­1334)   (tombe   à   Amarna.   Hérésie   amarnienne.


Première attestation de chadouf)
Le roi hittite Soupilouliouma, vainqueur du royaume du Mitanni, étend l’hégémonie de
son royaume sur le nord du Proche Orient.

Smenekhkarê (c. 1337­1333 ?)

Toutânkhamon (c. 1333­1323) (tombe à Thèbes, Vallée des Rois KV62 ; retour au culte
d’Amon ; première attestation du Livre de la Vache du Ciel)

Ay (1323­1319) (c. tombe à Thèbes, Vallée des Singes WV23)

Horemheb   (c.   1319­1292)   (tombe   à   Thèbes,   Vallée   des   Rois   KV57 ;   première
attestation du Livre des Portes)

XIXe dynastie (c. 1292­1185)

Ramsès Ier (c. 1292­1290) (tombe à Thèbes, Vallée des Rois KV16)

Séthi Ier (c. 1290­1279) (tombe à Thèbes, Vallée des Rois KV17. Reprise des hostilités
contre Qadech, l’Amourrou et les Hittites)

Ramsès II (c. 1279­1213) (tombe à Thèbes, Vallée des Rois KV7. Bataille de Qadech
contre les Hittites ; traité égypto­hittite)

Merenptah (c. 1213­1203) (tombe à Thèbes, Vallée des Rois KV8. Première attestation
du Livre des Cavernes, du Livre de la Terre et du Livre de la Nuit)

Amenmessé (c. 1203­1199) (tombe à Thèbes, Vallée des Rois KV10)

Séthi II (c. 1199­1193) (tombe à Thèbes, Vallée des Rois KV15)

Siptah (c. 1193­1187) (tombe à Thèbes, Vallée des Rois KV47)

Taousert (reine c. 1187­1185) (tombe à Thèbes, Vallée des Rois KV14)
12
XX  dynastie (1185­1070 environ)
e

Sethnakht (c. 1185­1183) (tombe à Thèbes, Vallée des Rois KV14)

Ramsès III (c. 1183­1152) (tombe à Thèbes, Vallée des Rois KV11. Fin de l’Empire
hittite. Guerre contre « les Peuples de la mer »)

Ramsès IV (c. 1152­1145) (tombe à Thèbes, Vallée des Rois KV2)

Ramsès V (c. 1145­1142) (tombe à Thèbes, Vallée des Rois KV9)

Ramsès VI (c. 1142­1134) (tombe à Thèbes, Vallée des Rois KV9. Première attestation
du Livre du Jour)

Ramsès VII (c. 1134­1126) (tombe à Thèbes, Vallée des Rois KV1)

Ramsès VIII (c. 1126­1125)

Ramsès IX (c. 1125­1107) (tombe à Thèbes, Vallée des Rois KV6)

Ramsès X (c. 1107­1099) (tombe à Thèbes, Vallée des Rois KV18)

Ramsès XI (c. 1099­1069) (tombe à Thèbes, Vallée des Rois KV4)

Troisième Période intermédiaire

La fin du Nouvel Empire donne lieu à une théocratie. Son histoire est très embrouillée
et,  à vrai dire, aucun  égyptologue ne peut décrire  avec certitude la chronologie des
évènements. On doit donc considérer les dates des derniers rois ramessides et de ceux
de la XXIe dynastie comme des outils pratiques mais en partie arbitraires. Les dates des
XXIIe, XXIIIe et XXIVe dynastie ne sont pas beaucoup plus assurées. Il faut attendre la
XXVe dynastie pour avoir des informations chronologiques vraisemblables.

XXIe dynastie (environ 1070­945)

Smendès Ier (26 ans de règne)

Amenménisou / Nephercheres (4 ans en corégence avec Psousennès Ier)

Psousennès Ier (tombe à Tanis ; 49 ans de règne, en incluant les 4 ans de corégence).
13
Amenemopé (tombe à Tanis ; environ 10 ans de règne)

Osorkon l’Ancien / Osochor (plus ou moins 6 ans de règne)

Siamon (17 ans de règne)

Psousennès II (13 ans de règne)

Grands prêtres d’Amon (GPA) de Thèbes

L’ordre de succession de Piânkh et Hérihor est totalement incertain.

Pinedjem Ier (momie dans la cachette de Deir el­Bahari DB 320, à Thèbes. Grand prêtre
d’Amon   pendant   16   ans   puis   roi   24   ans.   Ses   fils   sont   alors   GPA :   Masaharta,
Djedkhonsouiouefânkh, puis Menkheperrê.)

Menkhéperrê   (momie   dans   la   cachette   de   Deir   el­Bahari   DB   320,   à   Thèbes.   GPA


presque 50 ans.)

Pinedjem II (GPA presque 30 ans)

Psousennès III (GPA un peu plus de 20 ans)

A XXIIe dynastie (libyenne ou boubastite, fondée en 945) 
B XXIIIe dynastie « thébaine » (parfois appelée XXIIe dynastie « thébaine »)
Au cours du règne d’Osorkon II, Harsiésis puis Takélot II revendiquent la royauté à
Thèbes.   Durant   le   règne   de   Takélot   II,   une   autre   figure   royale   apparaît   à   Thèbes,
Pétoubastis Ier. Fin XXIIe dynastie : premières momies de chat dédiées à une divinité.

A Chéchonq Ier (21 ans de règne)

A Osorkon Ier (35 ans de règne)

A Takélot Ier (15 ans de règne)

A Osorkon II (très long règne, entre 23 et 44 ans) (tombe à Tanis)

B  Harsiésis (Thèbes) (règne entre l’an 4 et l’an 16 d’Osorkon II) (tombe  à Médinet
Habou)
14
B  Takélot   II   (Thèbes)   (25   ans   de   règne.   Contemporain   de   Chéchonq   III   et   de
Pétoubastis Ier)

B’ Pétoubastis Ier (23 ans de règne, règne en parallèle avec B Takélot II et A Chéchonq
III)

B’ Ioupout Ier. (12 ans de règne. Contemporain de Pétoubastis Ier)

A Chéchonq III (39 ans de règne)

B  Osorkon   III   (28   ans   de   règne,   dont   5   en   corégence   avec   son   fils   Takélot   III ;
contemporain de Chéchonq IV, Pami et Chéchonq V)

A Chéchonq IV (14 ans de règne)

A Pami (7 ans de règne)

A Chéchonq V (38 ans de règne)

B  Takélot   III   (14   ans de   règne ?   Les   5   premiers   en   corégence   avec   son   père.
Contemporain de Chechonq V)

B Roudamon (Règne bref)

753 Fondation de Rome

Les rois contemporains de la campagne militaire de Piânkhy :

Tanis­Bubastis : Osorkon IV (9 ans de règne)

Léontopolis : Ioupout II (23 ans de règne)

Hérakléopolis : Peftjaouâouybastet (10 ans de règne)

Hermopolis : Nimlot D

XXIVe dynastie (Saïs)

Bocchoris   /   Bakenrenef   (c.   720­715).   (Il   règne   au   moins   6   ans.   Couronné   après   la
campagne de Piânkhy, il est éliminé par Chabaka.)
15
Pré­XXV  dynastie (Napata)
e

Alara (c. 785­760) (pyramide à El­Kourrou Ku 9, au Soudan)

Kachta (pyramide à El­Kourrou Ku 8, au Soudan) (c. 760­750)

Piânkhy (pyramide à El­Kourrou Ku 17, au Soudan) (c. 750­716)

XXVe dynastie égyptienne

Des études récentes incitent à placer le règne de Chabataka avant celui de Chabaka.

Chabaka (c. 716­702) (pyramide à El­Kourrou Ku 15, au Soudan)

Chabataka (c. 702­690) (pyramide à Kourrou Ku 18, au Soudan)

Taharqa (c. 690­664) (pyramide à Nouri 1, au Soudan)

664/3   sac   de   Thèbes   par   les   troupes   du   roi   assyrien   Assourbanipal,   vainqueur   de
Taharqa.

Tanoutamen (c. 664­656) (pyramide à El­Kourrou Ku 16, au Soudan)

À cause des Néo­assyriens, Tanoutamen quitte l’Égypte. Ses successeurs dirigent le
Royaume Napatéen en Nubie et au Soudan jusqu' environ 400 av. J.­C. Ils se nomment
Atlanersa, Senkamanisken, Anlamani, Aspelta, Aramatelqo, Irike­Amannote…

Basse Époque

Désormais, la chronologie égyptienne, tant relative qu’absolue, devient assez sûre. Nous
pouvons analyser l’enchaînement des évènements dans toute la région : l’ensemble du
Moyen­Orient et de la Méditerranée. Comptoirs grecs en Égypte (Naucratis, Thônis…)

XXVIe dynastie (c. 663­525)

Les   trois   premiers   sont   contemporains   des   rois   éthiopiens   (c'est­à­dire   soudanais) :
dynastie « proto­saïte » (Saïs)

Stéphinatès / Tefnakht 8 ans (Manéthon)

Néchepso 7 ans (Manéthon)
16

Néchao Ier 9ans (Manéthon)

Psammétique   Ier   (663­609) (réunification   du   pays   en   l’an   9.   Avant   cette   date,


Tanoutamon est reconnu dans le sud du pays.)

Néchao II (609­594)

Royaume   néo­babylonien :   règne   de   Nabopolassar   jusqu’en   605,   puis   de


Nabuchodonosor

Psammétique II (594­588) (campagne contre Napata en 591)

Apriès (588­568)

Amasis (Ahmosis II) (568­526)

Psammétique III (526­525)

XXVIIe dynastie (Première Domination perse) (525­405)

Cambyse conquiert l’Égypte et meurt sur le chemin du retour en 522. (tombe à Takht­i­
Rustam, en Iran)

Darius Ier (522­485) (tombe à Naqch­i­Rustam, en Iran) (première guerre médique ; 490
bataille de Marathon ; révolte en Égypte du satrape Aryandès)

Xerxès Ier  (485­464) (tombe à Naqch­i­Rustam, en Iran) (deuxième guerre médique ;
480 bataille  des Thermopyles  et bataille  de Salamine ; 480 expédition  carthaginoise
contre Agrigente et Syracuse ; 479 batailles de Platées et du cap Mycale ; révolte en
Égypte contre les Perses)

Artaxerxès Ier (464­424) (tombe à Naqch­i­Rustam, en Iran) (révolte contre les Perses)

Pas d’attestation hiéroglyphique de Xerxès II, de Darius II (424­404), ni d’Artaxerxès II
en Égypte.

Rois égyptiens rebelles :

Pétoubastis III
17
Amyrtée (XXVIII  dynastie) (404­398) (contemporain d’Artaxerxès II)
e

Au Soudan, dynastie méroïtique d’environ 400 av. J.­C. à 400 après J.­C. (Harsiotef,
Akhratan, Nastasen, Arkamani Ier, Amanichakheto, Natakamani, Amanitore)

XXIXe dynastie

Népheritès Ier (398­392) (tombe à Mendès, saccagée par les Perses)

Psamouthis

Achoris (391­379)

Népheritès II

XXXe dynastie (378­341)

Nectanebo Ier (378­360)

Téos (361­359)

Nectanebo II (359­341)

XXXIe dynastie (Seconde Domination perse)

Artaxerxès III (Ochos) (358­338) (tombeau au Kuh­e­Rahmat en Iran) (Contemporain
de Nectanebo II, il essaye de reprendre l’Égypte. Il réussit en 343/342 à envahir le pays
et contenir Nectanebo en Haute­Égypte.)

Arsès (338­335)

Darius III Codoman (335­330) (défaite perse d’Issos en 333)

Roi indigène rebelle : Khabbach

Invasion d’Alexandre le Grand 332 av. J.­C.

Alexandre le Grand

Philippe Arrhidée
18
Alexandre II (IV)

323 : Ptolémée fils de Lagos, satrape d’Égypte.

Dynastie lagide / époque ptolémaïque

Ptolémée Ier Soter (305/4­282)

Ptolémée II Philadelphe (285/4­246)

Arsinoé II, divinisée après sa mort en 270

Ptolémée III Evergète Ier (246­222/1)

Bérénice II

Ptolémée IV Philopator (221­204)

Rois rebelles en Haute­Égypte (206/5­186) : 
Horounnéfer
Khâounnefer (vaincu en 186 par Ptolémée V)

Ptolémée V Épiphane (204­180)
Sosibios et Agathocle assument la tutelle du jeune roi.

Cléopâtre Ire (morte en 176)

Ptolémée VI Philomètor (180­145)

Ptolémée VII Néos Philopâtor (mort en 130)

Ptolémée VIII Évergète II Tryphon (170­163 et 145­116)

Cléopâtre II (morte en 115)

Cléopâtre III (morte en 101)

Ptolémée IX Philomètor Soter (116­107 et 88­80)

Ptolémée X Alexandre Ier (107­88)
19
Bérénice III (80)

Ptolémée XI Alexandre II (80)

Ptolémée XII Néos Dionysos (80­51)

Bérénice IV (58­55)

Cléopâtre VII Philopâtor (51­30)

Ptolémée XIII (51­47)

Ptolémée XIV Philopâtor (47­44)

Ptolémée XV Césarion (44­30)

31 avant J.­C. : les troupes égypto romaines de Cléopâtre et Antoine sont vaincues à la
bataille d’Actium.

L’Égypte, province romaine

30 avant J.­C. : l’Égypte tombe aux mains d’Octave, qui devient, en 27 avant J.­C., le
premier empereur romain sous le nom d’Auguste.

267 après J.­C. : Zénobie fille de Zabbai, reine de Palmyre  à la mort de son époux
Odenat. Elle prend le titre d’Augusta en 270 et envahit l’Égypte. Elle est vaincue par
Aurélien.

29   août   284   après   J.­C. :   début   du   calendrier   copte,   le   « calendrier   des   martyrs »
(persécutions de Dioclétien de 303 à 311)

Avril 313 après J.­C. : édit de Milan (Constantin Ier [306­337] et Licinus de Nicomédie)
Liberté de culte et autorisation aux Chrétiens de ne pas vénérer l’empereur.

Théodose Ier (346­395)

24 novembre 380 après J.­C. :  édit de Thessalonique établissant la religion chrétienne
comme religion officielle de l’empire.

391 après J.­C. : édit imposant la fermeture des temples païens et interdisant les cultes
correspondants dans l’Empire romain.
20
535 environ : fermeture du temple d’Isis à Philae par l’empereur Justinien.

641 : invasion de l’Égypte par les armées musulmanes.

642 : fondation de Fostat.

751 : avènement de la dynastie Abbasside. Interdiction progressive d’utiliser le copte
dans les documents officiels.

1754 :   Barthélemy   énonce   la   méthode   à   suivre   pour   déchiffrer   une   écriture   et   une
langue antique.

1761 : Barthélemy déchiffre le premier hiéroglyphe, le cartouche royal.

1799 : découverte de la pierre de Rosette.

1820­1829 : Champollion déchiffre l’écriture hiéroglyphique.

1916 : Gardiner déchiffre le protosinaïtique

Dominique Farout, avec la collaboration de Raphaële Meffre 
(octobre 2016)