LA LOI DE PARETO

:
UNE LOI SUR L'INÉGALITÉ
OU SUR LA PAUVRETÉ?
RÉPONSES THÉORIQUE ET EMPIRIQUE
Taladidia THIOMBIANO
Décembre 1999
ISBN 1385-9218
SOMMAIRE:
Résumé 1
Introduction 2
I- Le cadre théorique du Modèle 5
1.1. La position de Pareto 5
1.2. La remise en cause des propositions 7
1.3. Le raisonnement de Pareto est-il erroné ? 10
1.4. La variation de α et de l'inégalité paretienne 10
II- Application du modèle de Paréto à trois provinces du Burkina Faso
12
2.1. Méthode d'échantillonnage et caractéristiques des provinces 13
2.2. Application des données au modèle de Pareto 16
III- Les Récents développements sur la pauvreté et l'inégalité 20
3.1. Définition des concepts 20
3.2. Les débats actuels sur la pauvreté et l’inégalité 22
3.3. Relation entre loi de Pareto et loi FGT 23
3.4. Les Récents développements sur les indicateurs de pauvreté et
d’inégalité 25
Conclusion 28
Bibliographie 29
LA LOI DE PARETO:
UNE LOI SUR L'INÉGALITÉ OU SUR LA
PAUVRETÉ?
RÉPONSES THÉORIQUE ET EMPIRIQUE
Taladidia THIOMBIANO
1
RÉSUMÉ
Depuis l'introduction des Programmes d'Ajustement Structurel (P.A.S.)
en Afrique dans les années (80) le débat sur la pauvreté est d'actualité. A
ce problème de pauvreté, de nombreux auteurs se posent la question de
l'inégalité due à la répartition des fruits de la croissance. Apparemment,
ce débat n'est pas nouveau puisque l'économiste italien PARETO avait
dégagé une loi portant sur la pauvreté et l'inégalité.
Le modèle proposé par Pareto a soulevé de nombreux débats mais ce qui
nous importe dans le présent article porte sur l'interprétation des
paramètres de la distribution. Après avoir présenté le cadre théorique de
la loi, il apparaît que le modèle est caractérisé par un seul paramètre . Ce
paramètre mesure l'inégalité et non la pauvreté
La loi de Pareto est une loi sur l'inégalité et non sur la pauvreté. Une application à trois
provinces du Burkina Faso donne des résultats qui confirment que cette loi a les
propriétés des indices usuels de mesure de l'inégalité et non de la pauvreté. Enfin,
l’article faisant une revue de la littérature actuelle a montré qu’en fait le débat ne porte
pas sur la loi de Pareto, encore moins sur la signification du paramètre. Il est ressorti
qu’il y a une différence de conception. En effet, le débat actuel situe l’inégalité au sein
des pauvres et l’approfondissement des écarts entre les pauvres. Au contraire, l’analyse
de Pareto porte sur les inégalités entre riches et pauvres.INTRODUCTION
Les concepts d'inégalité et de pauvreté sont voisins et assez complexes.
Ainsi, il est possible d'avoir une inégalité nulle entre les catégories d'une

1
Maître de Conférences, Université de Ouagadougou, Burkina Faso
2
même société et avoir une pauvreté absolue si on compare cette
société à la situation d'autres sociétés. La pauvreté relative implique
l'inégalité alors que la pauvreté absolue peut n'impliquer aucune
inégalité.
Avec le développement économique des nations l'on observe de plus en
plus des inégalités sociales au sein d'une même nation. Dans le même
temps, des catégories de populations entières sont mises en marge de la
croissance notamment dans les pays du Tiers Monde rappelant ainsi la
pauvreté du XIXè siècle et de la seconde guerre mondiale dans les pays
développés.
C'est entre les deux périodes de transformation au profit de l'industrie
que PARETO, économiste italien se pencha en 1895 sur les problèmes
de répartition de la richesse. Bien qu'au départ son analyse théorique se
réfère aux pays à économie de marché, il extrapolera très vite ses
conclusions à d'autres sociétés (c.f. sa discussion sur le socialisme
d'État). De telle sorte que finalement il en vient à tirer une conclusion
universelle de la distribution.
Depuis son élaboration, le modèle proposé par PARETO a soulevé trois
séries de débats, le premier est relatif au domaine d'application et de
validité du modèle ; le deuxième de nature théorique, porte sur
l'explication des phénomènes qui paraissent dégager les conditions de
génération d'une distribution paretienne au même titre que certaines lois
connues comme la loi normale et le troisième thème moins discuté
touche à l'interprétation des paramètres de la distribution de Pareto et
notamment le sens du paramètre α.
Le débat soulevé dans cet article porte uniquement sur ce dernier thème
et notamment sur la paramètre α. En particulier, quelles sont les
variations appropriées ?Doit-on dire que l'inégalité augmente avec α ?
Ou, au contraire, doit-on penser que l'inégalité diminue lorsque α
augmente ? Mieux encore, est–ce que α explique à la fois la pauvreté et
l’inégalité?
3
Pour l'économiste italien, il ne fait pas de doute qu'"une diminution
de l'inclinaison α indique une moindre inégalité des revenus". Par la
suite, des auteurs comme Benini, Gini, Mourre, identifiant la mesure de
l'inégalité à l'indice de concentration de Lorenz-Gini, estiment que
l'indice de concentration varie en raison inverse de α, signifiant que
l'inégalité diminue lorsque α augmente.
Finalement on aboutit à deux conclusions contradictoires. Celles-ci
résultent-elles de l'adoption de deux définitions opposées de l'inégalité,
ou d'une démarche contradictoire?
Pour bien saisir les contours du problème, nous poserons (1) le cadre
théorique du modèle et examinerons les paradoxes et leur résolution,
ensuite nous appliquerons le modèle aux revenus des ménages à 3
provinces du Burkina (2) enfin nous verrons quels sont les
développements récents sur la pauvreté et l'égalité (3).
I LE CADRE THÉORIQUE DU MODÈLE
La philosophie générale du modèle étant déjà ébauchée dans d'autres
études (G. CALOT 1969, O. LANGE 1970), cette section est consacrée
aux débats autour du paramètre central. Pour ce faire, la position de
Pareto est d'abord présentée, suivie des réexamens par d'autres auteurs.
1.1. La position de Pareto
Dans son cours d'Économie Politique 1897, Pareto base ses
démonstrations à partir d'une définition simplifiée des variations de
l'inégalité dans la distribution. En effet, il dit que "la diminution de cette
inégalité sera définie par le fait que le nombre des pauvres va en
diminuant par rapport au nombre de riches ou ce qui est la même chose
par rapport au nombre total des membres de la société". Pour les besoins
de la démonstration appelons "pauvres" tous ceux qui ont un revenu
inférieur à un seuil de revenu x donné, et "riches" tous ceux qui ne sont
4
pas dans cette catégorie. Etant donné ces définitions, l'exposé de la
loi de Pareto permet de caractériser le sens de variation de l'inégalité.
Soit X une variable de paramètres α et x
0
. On dit que X suit une loi de
Pareto notée ( ) L x
p
α ,
0
si la variable statistique X présente la fonction de
répartition ayant les caractéristiques suivantes :
( ) F x
x
x
si x x
si x x
·
− ≥
<
|
.

`
,

¹
'
¹
¹
¹
1
0
0
0
0
α
(1)
où F( x ) représente la proportion de personnes ayant un revenu inférieur
à x .
C'est une variable continue si α et x
0
sont positifs
1
. Il en résulte par
ailleurs la fonction complémentaire de répartition suivante :
( ) ( ) F x
x
x
F x x x · · − ∀ ≥
|
.

`
,

0
0
1 (2)
Cette fonction désigne la proportion de personnes qui ont un revenu
supérieur à x Par ailleurs x
0
est le revenu le plus faible de la société.
Il apparaît dans l'équation (2) que la fraction de "riches" ( ) F x est une
fonction décroissante de α (quand x
0
et x sont fixés), la proportion de
riches baisse lorsque α croît et la proportion de "pauvres" augmente
d'autant. Ceci permet à Pareto de tirer sa conclusion que "l'inégalité des
revenus augmente ou diminue avec α".
L'auteur tire une proposition de cette conclusion : "Une augmentation du
revenu minimum et/ou une diminution de l'inégalité des revenus, ne

1
- Pour plus de détail voir G. CALOT (1969)
5
peuvent se produire, soit isolément, soit cumulativement, que si le
total des revenus croît plus vite que la population".
Cette proposition n'est pas démontrée par Pareto. Cependant nous
pouvons la démontrer en tirant l'expression de l'espérance du revenu à
partir de la loi de Pareto.
La dérivation de l'espérance mathématique de x suppose d'abord celle
de la fonction ( ) f x de densité de probabilité correspondant à la loi :
( ) f x
x
x
x
pour x x ·
+

|
.

`
,

α
α
0
0
0
1
(3)
L'espérance E(X) = m
1
s'obtient ainsi :
( ) E X m
x
x
x
xdx
x
· ·


+
·

|
.

`
,

1
1
1
0
0
0 0
α
α
α
α
(4)
Le revenu moyen m
1
n'existe que si α > 1.
En effet, m
1
est fonction à la fois de x
0
et α. Aussi ( ) m m x
1 1
0
· ,α
tel que donné par (4). Si les valeurs des paramètres s'accroissent avec
∆x et ∆α respectivement, alors m
1
s'accroît d'un certain montant
∆m
1
. Approximativement, il peut être écrit :
( )
∆ ∆ ∆ ∆ ∆ m
m
x
x
m
x
x x
x
x
1
1 1
1
1
2
0
0 0
0
· + ·







α
α
α
(5)
La conclusion de Pareto est que de façon générale "l'augmentation des
richesses par rapport à la population produit soit l'augmentation du
6
revenu minimum, soit la diminution de l'inégalité des revenus, soit les
deux effets simultanément".
Il est à noter que l’auteur fait constamment une distinction entre
réduction des inégalités et baisse de la pauvreté. Au cours du temps,
peut-on assimiler les deux ? Il a été constaté que la réduction de la
pauvreté qui se traduit généralement par un relèvement du revenu moyen
se fait dans la plupart des pays sans nécessairement que se réduisent les
inégalités de la distribution.
Les préoccupations de Pareto sont doubles dans sa loi, la baisse de la
pauvreté et la baisse de l'inégalité. Ces objectifs sont assortis d'une
condition à savoir la constance des ressources. Pour lui, une baisse de la
pauvreté se traduit par un accroissement de x
0
qui est le revenu
minimum de la société, et de ce fait entraîne une augmentation de α, qui
selon l'auteur, provoque une augmentation de l'inégalité. C'est du moins
le paradoxe que relèvent J. Bourgain et N. Vaneecloo (1981). D'ailleurs
ce paradoxe peut être observé en recourant aux équations (4) et (2).
La véritable contestation des propositions de Pareto sur la signification
de α, n'est venue réellement que plus tard après l'adoption d'un nouvel
instrument de mesure des inégalités : l'indice de concentration de Gini.
1.2. La remise en cause des propositions.
Lorsque la répartition des revenus suit une ( ) L
p
x α ,
0
, il se dégage une
relation simple entre l'indice de concentration de Gini et le paramètre α.
On sait que la courbe de concentration p(q) n'est définie que si α est
supérieur a 1. Le quantile d'ordre p de la variable de Pareto se déduit de
la fonction cumulative.
7
( ) F x p
x
x
· · −
|
.

`
,

1
0
α
p exprime la proportion en % de personnes dont le revenu est inférieur à
x .
et
q
x
x
· −

|
.

`
,

1
1
0
α
q désigne la proportion en % de la masse totale des revenus possédée par
les personnes dont le revenu est inférieur à x .
La fonction ( ) p f q · peut être illustrée par le graphique ci-après qui
caractérise la courbe de Lorenz ou courbe de concentration.
8
0
20
40
60
80
100
0 20 40 60 80 100
P
=

p
r
o
p
o
r
t
i
o
n

e
n

%

d
e
s

p
e
r
s
o
n
n
e
s
d
o
n
t

l
e

s
a
l
a
i
r
e

e
s
t

i
n
f
e
r
i
e
u
r

a

x
q= proportion en % de la masse totale
des salaires gagnee par personne
dont le salaire est inferieur a x
Figure 1: Courbe de Concentration
La courbe de concentration de la distribution des revenus est la courbe
représentative de p
i
en fonction de q
i
. Toutefois dans la pratique cette
courbe se construit en portant q en ordonnée et p en abscisse comme
nous l'avons fait dans le chapitre 2. Dans le cas présent, il s'agit d'un
souci d'homogénéité avec la courbe cumulative (où p est portée en
ordonnée).
L'indice de concentration de Gini est défini comme :
( ) I pdq q dq ·

− · − −


]
]
]
2 1 2 1 1
1
1
0
1
0
1
α
α
9
1 2
1
1
1
1
1
1 2

· −

,
`

.
|
+

− ·
α
α
α
(6)
On remarque ici que pour α → ∞ on a I → 0. Par ailleurs, à partir de (6)
il ressort que
( )
I
x
' · −

<
2
2 1
2
0
(7) est une condition suffisante .
Donc l'indice de Gini est une fonction décroissante de α.
En d'autres termes, lorsque α augmente, la concentration des revenus
diminue, traduisant une répartition plus égalitaire des ressources. Or, de
l'équation (2) il ressort que la proportion de "riches" diminue lorsque α
croît et le nombre de pauvres augmente d'autant. À partir de l'équation
(6) on peut dire qu'une augmentation de α diminue l'inégalité dans
le sens d'une baisse du revenu moyen, sans toutefois réduire la
pauvreté
(1)
. Au contraire cette baisse du revenu moyen augmente la
pauvreté. Schématiquement nous devons avoir les situations théoriques
ci-après.

(1)
Ici, il faut comprendre que la baisse du revenu moyen est due à la réduction du
nombre de riches puisque
x
x
0
1
|
.

`
,
≤ et pour α → ∞ nous avons
x
x
si x x
0
0
0
|
.

`
,
→ >
α
.
10
α
inégalité
pauvreté
α
inégalité
pauvreté
Théoriquement, la conclusion que l'on peut tirer est qu'il y a une relation
positive entre α et la pauvreté et une relation négative entreα et le
degré d'inégalité.
1.3. Le raisonnement de Pareto est-il erroné ?
Pour comprendre le raisonnement de Pareto il est nécessaire de se
reporter à sa conception de l'inégalité et de la pauvreté. De manière assez
simple, la réduction de l'inégalité se définit comme la baisse du nombre
de pauvres par rapport au nombre de riches. Toutefois, les deux notions
doivent être vues en termes relatifs.
Chez Pareto, pauvreté et richesse sont définies relativement à un seuil
constant x
0
, de telle sorte que les variations du revenu moyen
engendrent des modifications des proportions de riches et de pauvres
sans que nécessairement l'inégalité ne varie.
Comme il a été vu équation (5), le revenu moyen est fonction de x
0
et
α. Dès lors, une augmentation de α avec x
0
restant constant, entraîne
une baisse du revenu moyen. La question qu'il faut se poser est de savoir
si la diminution du revenu moyen signifie une augmentation de
11
l'inégalité ? Chez l'italien il y a identité entre augmentation du
nombre de pauvres lorsque α augmente et accroissement de l'inégalité.
Ces contradicteurs parmi lesquels Jean Bourgain (1981) et Nicoles
Vaneecloo (1981) pensent que c'est la baisse du revenu moyen qui est à
la base de l'élévation du niveau de pauvreté et non l'inégalité qui traduit
une augmentation du nombre de pauvres.
En définitive, ces auteurs estiment qu'il faut définir comme "pauvres tous
ceux dont les revenus seraient inférieurs à la moyenne où à une fraction
de celle-ci".
1.4. Variation de α et de l'inégalité parétienne
En reprenant la terminologie de Pareto qui définit l'augmentation de
l'inégalité par l'augmentation numérique des pauvres, on se pose la
question de savoir ce qui se produit quand on donne de la richesse et de
la pauvreté des définitions relatives au niveau moyen du revenu de la
société. Ceci revient à fixer un seuil (S) de pauvreté.
a) Pour des raisons pratiques ce seuil est souvent égal au revenu
moyen de la population. Dans ce cas, la proportion de pauvres est
égale à :
( ) ( ) F S F x
x
x
· · − · −
− |
.

`
,

|
.

`
,
1 1
1
0
α
α
α
α
(8)
qui est une fonction de répartition identique à celle de l'équation (1) au
point x x · .
Finalement, la proportion de pauvres ( ) F x s'exprime exclusivement en
fonction du paramètre α. Cette proportion décroît quand α croît.
b) Plus fréquemment le seuil de pauvreté se définit non comme le
revenu moyen, mais comme une fraction de celui-ci.
12
Soient S le seuil de pauvreté et k une fraction du revenu moyen
permettant de classer les pauvres par tercile ou décile etc.
S k x · avec 0<k<1
La proportion de pauvres s'écrira :
( ) ( ) F S F k
si k et
k
x
k k
si k et
k
x
x
x
x
· ·
≤ ≥

− · −

> <

]
]
]

]
]
]
¹
'
¹
¹
¹
¹
¹
0
1
1
1 1
1 1
1
0
0
0
α
α
α
α
α
α
Si on se donne k, la proportion de pauvres ne dépend plus que du
paramètre α et décroît de 1 à 0 quand α augmente de 1 à ∞.
En conclusion, la proportion de pauvres ( ) F k x diminue lorsque α
augmente à condition que la pauvreté soit définie relativement à la
moyenne des revenus ou à une fraction de celle-ci.
Au regard de la relation que l'auteur établit entre pauvreté et inégalité, on
tire comme conséquence que l'inégalité dans une telle situation baisse
lorsque α augmente et non, comme l'auteur le dit lui-même, lorsque α
diminue. L'autre difficulté qui conduit à certaines confusions repose sur
la définition spécifique que donne Pareto de l'inégalité. Pour lui, elle
repose sur l'évaluation quantitative entre le nombre de riches et le
nombre de pauvres sans que la variable revenu intervienne dans la
répartition respective entre les deux catégories.
La question à laquelle il faut répondre après cet examen des variations
des mesures usuelles de l'inégalité suite à une variation du paramètre α
est l'existence ou non d'une équivalence entre la définition parétienne des
variations de l'inégalité et les définitions proposées par la suite et
relatives aux indices.
13
Avant de donner une réponse il faut rappeler que ces indices usuels
sont classés en deux grands groupes :
- les indices construits sur la base de la distribution des
revenus constatée parmi lesquels on cite : l'indice de
Champernowne et les indices d'Eletö-Frigyes ;
- les indices de comparaison entre une distribution observée
des revenus et une distribution théorique construite sous
l'hypothèse de parfaite égalité : indice de Lorenz-Gini,
Indices de S. Kuznets.
La caractéristique commune de tous ces indices usuels d'inégalité est que
s'ils suivent une distribution parétienne - les fonctions sont monotones
décroissantes de α. Cela veut dire que les définitions implicites des
variations de l'inégalité sur lesquelles ces indices se basent, sont
équivalentes à la définition de Pareto.
Dans ces conditions, le paramètre α d'une distribution parétienne est en
fait un paramètre effectif de mesure de l'inégalité et non de la pauvreté.
En effet, une des propriétés des indices usuels de mesure de
l'inégalité est le caractère monotone et décroissant des fonctions du
seul α . Cette propriété confirme la seconde partie de la conclusion tirée
en page 6 et indiquant que dans la loi de Pareto il y a une relation
négative entre α et l'inégalité.
Aujourd'hui que révèlent les données empiriques sur le modèle de Pareto
? Nous l'appliquerons au cas du Burkina Faso.
14
II APPLICATION DU MODÈLE DE PARETO À TROIS
PROVINCES DU BURKINA FASO
Au cours du premier trimestre 1995, une équipe
*
de recherche du
CEDRES
**
a procédé à une collecte de données sur la pauvreté dans
trois provinces du Burkina Faso. Les informations recueillies au moyen
d'interviews et de questionnaires sont à la fois qualitatives (perception
des ménages de la pauvreté) et quantitatives (les indicateurs de pauvreté
selon les ménages). L'objet de cette enquête était de mesurer le niveau de
pauvreté et l'intensité de la pauvreté dans le pays. Ce sont les données de
cette enquête qui seront utilisées pour les besoins de la présente étude.
Avant de présenter les résultats de l'étude, (2) il convient de rappeler les
caractéristiques et les méthodes d'échantillonnage de ces provinces et des
populations (1).
2.1. Méthode d'échantillonnage et caractéristiques des provinces
2.1.1. Méthode d'échantillonnage
Les provinces retenues que sont le Namentenga, la Kossi et le Soum ont
été choisies sur la base de l'enquête du Projet CEDRES/LAVAL
(1991)
***
portant sur les systèmes alimentaires au Burkina Faso. Parmi
les critères de choix il y a eu entre autres les conditions socio-
économiques et agro-écologiques du pays.
L'enquête de 1995 a retenu dans chaque province, deux villages par
choix semi-raisonné. Il a été défini auparavant dix critères permettant de

*
L'équipe était composée de K. SAVADOGO, J.B. OUEDRAOGO et T.
THIOMBIANO tous de l'Université de Ouagadougou
**
Centre d'Etudes, de Documentation, de Recherche Economiques et Sociales.
***
Le Projet CEDRES/Laval est un projet de collaboration interuniversitaire dont
l'objectif a été d'étudier au moyen d'enquêtes les systèmes agro-alimentaires au Burkina
Faso. Le projet est localisé au CEDRES.
15
classer les villages ; et en définitive parmi les deux villages retenus
dans chaque province, un est représentatif des villages riches tandis que
l'autre est représentatif des villages pauvres. Au total six villages
constituent l'échantillon soient 300 ménages choisis par tirage aléatoire
de 50 ménages par village. Il faut noter qu'on a eu recours à la méthode
en grappe avec comme base de stratification les techniques culturales et
la taille des ménages.
Deux types de données ont été collectées dans chaque village. Le
premier type est obtenu au moyen d'un questionnaire et le deuxième par
des entrevues.
2.1.2. Caractéristiques des zones d'enquêtes
De façon générale, l'ensemble des trois zones fait ressortir que 56,6% de
la population a moins de 19 ans et la population active, c'est-à-dire celle
dont l'âge varie entre 19 et 60 ans, est de 37,8%. En désagrégeant selon
le genre, on constate qu'il y a plus de gens inactifs (jeunes de moins de
19 ans et les vieux de plus de 60 ans) chez les hommes que chez les
femmes. En effet, le pourcentage des inactifs représente 65,2% de la
population masculine alors que cette proportion est de 59% dans la
population féminine. De là, il ressort que les femmes actives sont plus
nombreuses (41%) que les hommes actifs (34,8%), ce qui dénote
l'importance de la force de travail féminin en milieu rural au Burkina
Faso. Il n'existe cependant pas de différence significative dans la
distribution de la population rurale entre les villages favorisés et les
villages défavorisés. Les jeunes de moins de 19 ans représentent 57,7%
de la population dans les villages favorisés et 55,5% dans les villages
défavorisés.
La taille des ménages est de 8 personnes en moyenne sur toute l'étendue
des trois provinces. Il reste toutefois que les ménages des villages
favorisés comptent plus de personnes (9) que les ménages des villages
défavorisés (7). La majorité des ménages sont monogames (61%).
16
Le taux d'alphabétisation dans l'ensemble des trois provinces est de
17,3%. Ce taux est plus élevé chez les hommes (25,1%) que chez les
femmes (9,2%). Tout naturellement, la population des villages favorisés
est plus alphabétisée que celle des villages défavorisés (22,1% contre
10,9%). Cet écart reste vrai quand on fait la distinction entre hommes et
femmes et ceci au détriment des femmes.
Le revenu moyen équivalent adulte en 1993 pour les trois provinces était
de 19 700 FCFA. Ce revenu monétaire est inégalement réparti entre
provinces de la Kossi (40 360 FCFA) qui représente le double de celui
du Soum et le quadruple de celui du Namentenga. Les sources de
revenus se divisent en trois catégories :
- les revenus agricoles qui représentent 63,8% du total ;
- les revenus de l'élevage soit 24,1% ;
- les revenus non agricoles qui représentent 12,1%.
Ces trois revenus se montent à 133 350 FCFA par ménage. Suivant les
provinces, le revenu le plus élevé se trouve dans la Kossi, avec un
montant de 228 370 FCFA, le revenu le plus faible est dans le
Namentenga avec 82 500 FCFA. Il y a une inégale répartition de ces
revenus également au sein des ménages. Pour le chef de ménage, ce
revenu moyen est de 116 000 FCFA soit 87% des revenus de l'ensemble
des membres du ménage.
Au-delà de ces tendances globales, on peut faire ressortir les
caractéristiques propres à chaque province.
a) La province du Namentenga
Dans cette province, la population active est de 35,4% avec, comme dans
le cas général une prédominance des femmes (39,65%) sur les hommes
(31,2%). Le Namentenga a la population active la plus faible des trois
provinces en ce sens qu'elle renferme une proportion beaucoup plus
élevée de jeunes. La province est située au Centre Nord de la capitale
avec une forte densité de peuplement et des sols assez pauvres.
17
Au plan matrimonial, la polygamie dans cette zone dépasse la moyenne
des trois provinces puisqu'elle est de 34,8% contre 27% pour l'ensemble.
Ainsi, la religion musulmane représente 37,7% de la population venant
juste après l'animisme.
Le taux d'alphabétisation est très faible, il est même le plus faible de
l'ensemble des provinces soit 11,9%. La migration est relativement
modérée dans la province. Les lieux de l'émigration sont principalement
dans les provinces les plus favorisés du pays (Sud, Sud-Ouest et Est),
vers la capitale pour les jeunes et hors du pays en direction de la Côte
d'Ivoire, du Ghana et du Gabon. Les raisons de la migration sont la
recherche de l'emploi et les raisons sociales.
En matière de répartition des revenus, le Namentenga a le revenu le plus
bas de l'ensemble des trois provinces soit 82 500 FCFA par ménage et
par an. C'est la province où la concentration est la plus faible au niveau
des chefs de ménage. Ainsi, la distribution entre les différents membres
se fait comme suit : chef de ménage (67,5%), autres hommes du ménage
(16,5%) et épouse (s) du chef de ménage (12,9%). La principale activité
qui rapporte l'essentiel des revenus au chef de ménage est l'agriculture
soit 65,8% du total des revenus.
Les dépenses vont surtout aux biens alimentaires
b) La province du Soum
C'est une région sahélienne à faible potentialités pluviométriques
dominée par l'élevage des bovins et des caprins. Elle a une population
active de 36,1% avec prépondérance des femmes (40,2%) sur les
hommes (31,9%). La taille moyenne des ménages est de 8 personnes. Il
existe un écart important entre les villages favorisés qui comptent
environ 11 personnes et les villages pauvres qui ont 7 personnes par
ménage. C'est dans la province du Soum que l'enquête a relevé la plus
grande proportion de familles ayant un nombre de personnes supérieur à
10. Cette proportion est de 27,7%. La polygamie est la plus élevée des 3
provinces. Ainsi, 36,3% des ménages sont polygames.
18
C'est une région qui est peuplée de nomades ayant pour religion l'Islam.
Ceci explique la propension à la polygamie. Le Soum connaît un fort
courant migratoire compte-tenu de la nature des activités (élevage) que la
population mène. Les jeunes en âge d'aller à l'école représente 14,8% de
cette tranche d'âge.
Le revenu moyen par équivalent adulte de la province est d'environ 20
000 FCFA par an.
Il est un des plus faibles de l'ensemble des provinces. Si dans les autres
provinces étudiées, l'essentiel du revenu monétaire est d'origine agricole,
dans le Soum, la répartition est assez équilibrée entre l'agriculture et
l'élevage soit respectivement 48,7% et 41,3%. Ce revenu est assez
concentré puisque 94,5% du montant est détenu par le chef de ménage.
Tout comme dans le Namentenga, une bonne partie des dépenses sont
consacrées aux biens alimentaires, notamment à l'achat d'une céréale
comme le sorgho blanc.
c) La province de la Kossi
Située au Nord-Ouest du pays, c'est une province qui renferme
d’immenses potentialités agricoles. L'agriculture est l'activité dominante
avec comme culture de rente le coton qui rapporte la plus grande partie
des revenus monétaires des paysans. Cet avantage fait que la province a
un revenu par équivalent adulte qui est de 40 360 FCFA alors que la
moyenne pour l'ensemble des provinces n'est que de 19 700 FCFA soit
deux fois moins.
La répartition du revenu monétaire entre les différentes composantes du
ménage montre que dans cette province, le chef de ménage détient 211
000 FCFA soit 91,1% du total.
Toutefois ce revenu élevé ne signifie pas que les ménages ont le bien -
être le plus élevé.
C'est ainsi que l'on observe que la province a les maisons les moins
modernes (en tôle), la quantité d'eau potable la plus faible. Il reste
19
néanmoins qu'elle a le plus de biens durables (vélo, mobylettes,
postes radios etc.).
La province ne connaît pas de problèmes de sécurité alimentaire
contrairement aux deux autres provinces.
2.2. Application des données au modèle de Paréto
2.2.1. Constitution des déciles de répartition des revenus
A partir de l'échantillon de 299
*
ménages, la division a été faite par
décile pour constater la répartition des ménages selon la tranche de
revenu annuel. Ensuite, il a été possible d'estimer le paramètre α et de
calculer la prédiction.
Tableau 1 : Répartition des revenus annuels (FCFA) des ménages par
équivalent adulte et par décile (nombre de ménages au-dessus du seuil)
Seuil de NAMENTEN
GA
SOUM KOSSI ENSEMBLE
Revenu Obser

Prédit Obse
rvé
Prédit Obser

Prédit Observ
é
Prédit
8816 79 114.17 93 141.61 97 120.69 269 353.81
12006 61 64.87 87 97.92 92 97.93 240 257.50
15630 44 40.02 79 71.45 86 81.91 209 196.28
19408 33 26.93 72 55.16 75 70.74 180 157.09
24516 25 17.56 54 41.73 70 60.40 149 123.52
30286 17 11.92 41 32.42 62 52.34 120 99.37
37140 6 8.21 30 25.41 54 45.59 90 80.56
49502 2 4.85 19 18.02 39 37.53 60 59.94
69531 2 2.60 7 12.01 21 29.82 30 42.25
Du tableau, il ressort que 269 ménages ont un revenu annuel par
équivalent adulte (E.A) supérieur ou égal à 8816 FCFA, tandis qu'au

*
Un ménage a été défectueux de telle manière que le dépouillement a retenu 299 au
lieu de 300 ménages.
20
sommet 30 ménages seulement ont un revenu annuel par E.A
supérieur ou égal à 69531,36 FCFA.
2.2.2. Détermination des paramètres
Reprenons l'équation (2) représentée par ( ) F x et qui traduit le nombre
de personnes dont le revenu dépasse x .
( ) F x
x
x
x
x
x
· ·
|
.

`
,

0
0
α
Posons ( ) A x et F x y · ·
0
α
. De façon à traduire cette fonction
cumulative en équation économétrique.
y
A
x
y Ax ou encore · ·

α
α
L'équation d'estimation linéarisée est ln ln ln y A x · − α . Ceci nous
permet d'estimer les paramètres α et a (avec log A = a).
Tableau 2 : Récapitulatif des résultats des paramètres
Paramètres
Province
α a
Namentenga
Soum
Kossi
Ensemble
1,83
1,19
0,68
1,029
1,91.10
9
7.322.622
56.567,79
4.059.446
L'estimation de ces paramètres permet de construire les courbes de
Pareto pour chaque Province. Toutefois, cette construction ne nous est
pas nécessaire pour l'analyse, aussi nous passerons outre pour nous
intéresser aux courbes de concentration.
21
2.2.3. Construction des courbes
(1)
de concentration et
détermination de l'indice de Gini
0
20
40
60
80
100
0 20 40 60 80 100
P
r
o
t
o
r
t
i
o
n

e
n

%

d
e

l
a

m
a
s
s
e

t
o
t
a
l
e

d
e
s
r
e
v
e
n
u
s

p
o
s
s
e
d
e
e

p
a
r

l
e
s

m
e
n
a
g
e
s
d
o
n
t

l
e

r
e
v
e
n
u

e
s
t

i
n
f
e
r
i
e
u
r

a

x
Proportion en % des
menages dont le revenu est inferieur a
x
NAMENTENGA
0
20
40
60
80
100
0 20 40 60 80 100
P
r
o
t
o
r
t
i
o
n

e
n

%

d
e

l
a

m
a
s
s
e

t
o
t
a
l
e

d
e
s
r
e
v
e
n
u
s

p
o
s
s
e
d
e
e

p
a
r

l
e
s

m
e
n
a
g
e
s
d
o
n
t

l
e

r
e
v
e
n
u

e
s
t

i
n
f
e
r
i
e
u
r

a

x
Proportion en % des
menages dont le revenu est inferieur a
x
KOSSI
0
20
40
60
80
100
0 20 40 60 80 100
P
r
o
t
o
r
t
i
o
n

e
n

%

d
e

l
a

m
a
s
s
e

t
o
t
a
l
e

d
e
s
r
e
v
e
n
u
s

p
o
s
s
e
d
e
e

p
a
r

l
e
s

m
e
n
a
g
e
s
d
o
n
t

l
e

r
e
v
e
n
u

e
s
t

i
n
f
e
r
i
e
u
r

a

x
Proportion en % des
menages dont le revenu est inferieur a
x
SOUM
0
20
40
60
80
100
0 20 40 60 80 100
P
r
o
t
o
r
t
i
o
n

e
n

%

d
e

l
a

m
a
s
s
e

t
o
t
a
l
e

d
e
s
r
e
v
e
n
u
s

p
o
s
s
e
d
e
e

p
a
r

l
e
s

m
e
n
a
g
e
s
d
o
n
t

l
e

r
e
v
e
n
u

e
s
t

i
n
f
e
r
i
e
u
r

a

x
Proportion en % des
menages dont le revenu est inferieur a
x
L'ENSEMBLE
Construction des courbes de concentration et determination de lindice
de Gini
Les abscisses representent la proportion en % des menages dont le revenu est
inferieur a x. Quant aux ordonnees, elles indiquent la protortion en % de la masse totale des revenus possedee par les menages dont le revenu
est inferieur a x

(1)
Les abscisses représentent la proportion en % des ménages dont le revenu est
inférieur à x. Quant aux ordonnées, elles représentent la proportion en % de la masse
totale des revenus possédée par les ménages dont le revenu est inférieur à x
22
Des trois courbes caractérisant chaque province on voit nettement que
la concentration des revenus est moins forte dans le Namentenga que
dans les deux autres provinces. C’est dans le Soum que cette
concentration est la plus forte puisque la courbe s’éloigne de la
diagonale.
Cette observation est confirmée par les trois indices Ig de Gini. Ces
indices sont respectivement de 0,349 pour le Namentenga ; 0,476 pour le
Soum et de 0,383 pour la Kossi. En d'autres termes, les inégalités sont
plus fortes dans le Soum que dans les deux autres provinces. Ceci
confirme l’observation faite dans la partie présentation des provinces qui
notait une forte concentration des revenus entre les mains des chefs de
ménages.
2.2.4. Analyse des inégalités à partir du seul paramètre α
Etant donné que seules les valeurs de
α > 1 ont une signification
théorique équation (4), la valeur de α pour la Kossi n'est pas utilisable
puisqu'elle est égale à 0,68.
Reprenons la formule de calcul de l'indice de concentration I
g
à partir de
la formule de Pareto et qui a donné l'équation (6).
Il en résulte que pour le Namentenga I
N
= 0,38 et pour le Soum I
S
=
0,72. Ces résultats confirment l'ordre obtenu avec l'indice de Gini et
l'observation faite à partir des courbes de concentration.
Par ailleurs, à partir de l'égalité (8), on peut déterminer les valeurs de la
fonction de répartition F(S) exprimée en fonction d'un seuil S considéré
comme le revenu moyen national dans le cas considéré . Les résultats
suivants ont été obtenus.
Namentenga : F(S
N
) = 0,77
Soum : F(S
S
) = 0,89
23
La proportion de pauvres F(S) qui est exprimée exclusivement en
fonction du paramètre α est plus faible dans le Namentenga que dans le
Soum. Et ceci au regard du revenu moyen national défini à 36.468 F
CFA. En d'autres termes, 77 % des personnes du Namentenga sont en
dessous de ce seuil tandis que dans le Soum, 89 % des ménages sont en
dessous de ce seuil.
En réalité ce seuil ne définit pas la pauvreté mais la ligne de démarcation
entre les riches et les pauvres. Il est la ligne ou l'indicateur qui permet de
mesurer le pourcentage de pauvres sans que cela indique s'ils sont en
dessous ou au dessus du minimum vital.
Les présents résultats confirment les critiques théoriques qui ont montré
que la loi de Pareto est une loi sur l'inégalité et non sur la pauvreté. En
effet, un récapitulatif nous donne le tableau ci-après :
Paramètres
Provinces
α % Pauvres Indice (I)
Namentenga
Soum
1,83
1,19
77
89
0,35
0,48
Une comparaison entre le schéma théorique de variation de α , de
l'inégalité et de la pauvreté avec les résultats empiriques montre que
seule la relation entre α et inégalité est confirmée. En effet, dans le
Soum α plus petit laisse apparaître des inégalités plus fortes que dans le
Namentenga où α est plus élevé. Toutefois, il n'apparaît pas cette
relation positive constatée dans le schéma théorique entre α et la
pauvreté, puisque, dans le Soum il y a plus de pauvres pour α plus petit
que dans le Namentenga.
Les résultats empiriques confirment les démonstrations théoriques
traduisant que la loi de Pareto a les propriétés des indices usuels de
mesure de l'inégalité.
24
III - LES RECENTS DEVELOPPEMENTS SUR LA PAUVRETE
ET L'INEGALITÉ
(1)
Bien que les questions de pauvreté et d'inégalité soient à l'ordre du jour
en cette de fin du 20 e siècle, il est à noter que les récents
développements sur ces questions ne reprennent pas la loi de Pareto et
encore moins le débat sur la différence de signification de cette loi entre
inégalité et pauvreté. Ce que nous remarquons, c'est des nouveaux
modèles qui sont élaborés sans qu’il y ait quelquefois un rapprochement
entre la question qui nous a préoccupé dans cet article et les débats
actuels. Toutefois, nous constatons une préoccupation des économistes
portant sur les deux concepts et une tentative d'établissement du lien
entre les deux.
L'objet de la présente section est plus de donner une clarification des
deux concepts à la lumière des débats plus tôt que de revenir sur la loi de
Pareto elle-même. Le cas échéant nous tenterons de voir les
rapprochements éventuels avec le paramètre α .
3.1. Définition des concepts
Généralement, la plupart des auteurs s'accordent à définir la pauvreté par
un indicateur appelé seuil (S) de pauvreté. Cette définition correspond à
la relation dégagée de la loi de Pareto qui est
( )
( ) F S F x
x
x
· · −
|
.

`
,
1
0
α
(8)
signifiant que le seuil (S) de pauvreté est souvent identifié au revenu
moyen de la population. Ce seuil 47,8 à 49,7% des habitants de l'Afrique
subsaharienne vivent en dessous selon la Banque Mondiale (1996).
Ainsi, pour un seuil de 1 dollar par jour pour vivre, on estime
actuellement que 40% des africains n'ont pas ce revenu.

(1)
voir pour plus de détail : B. Essama-Nssah (1998)
25
De plus, comme le souligne toujours la Banque Mondiale, le degré de
pauvreté, mesuré par l'écart entre les revenus des pauvres et le seuil de
pauvreté est plus élevé en Afrique que par tout ailleurs. La pauvreté est
une notion absolue qui situe le niveau de vie d'une partie de la société.
Au contraire, l'inégalité se traduit par une mauvaise répartition des
ressources issues de la croissance entre différents acteurs au
développement. L'inégalité exprime les différences de niveaux de vie au
sein de la société. A cet égard, la Banque Mondiale (1990), dit que le
comble de l'inégalité est atteint lorsqu'une seule personne possède toute
la richesse de la communauté et dans ce cas, la pauvreté est élevée.
Toutefois poursuit-elle un minimum d'inégalité est possible avec zéro de
pauvreté aussi bien qu'avec un maximum de pauvreté. Selon F. Servoin
et R. Duchemin (1986) l'inégalité est le produit du code des valeurs
sociales. C'est ainsi que J. Dubois cité par les deux auteurs précédents
écrit que : "dès que je m'inscris dans le code, je ne peux me présenter à
moi-même que de façon négative, c'est-à-dire comme n'ayant pas les
signes ou les attributs que possèdent ceux qui sont à l'échelon supérieur.
Je suis toujours inférieur et ne peut être supérieur qu'en infériorisant les
autres". On voit bien le lien qu'il y a entre inégalité et pauvreté et c'est la
raison pour laquelle les effets des inégalités s'examinent par rapport au
concept de pauvreté souvent. C'est pourquoi, Ismail Sérageldia (1989)
montre que l'un des problèmes les plus difficiles de la lutte contre la
pauvreté est de savoir comment remédier efficacement aux disparités
régionales dues aux différences de dotations en ressources.
Chez Pareto, il y a une constance dans la baisse de la pauvreté et de
l'inégalité. Cependant, l'inégalité est définie par lui, en termes
quantitatifs, c'est à dire le rapport entre le nombre de riches et le nombre
de pauvres sans que la variable revenu intervienne. En effet, dans
l'hypothèse ou x x · dans l'équation (8), cette équation devient :
( ) ( ) F x F S · · −
− |
.

`
,
1
1 α
α
α
26
qui traduit que la proportion de pauvres ( ) F x s'exprime
exclusivement en fonction du paramètreα , donc indépendamment du
revenu.
C'est à ce niveau qu'apparaît une différence de formulation entre la loi de
Pareto et les conceptions modernes de la pauvreté et de l'inégalité.
3.2. Les débats actuels sur la pauvreté et l'inégalité
a) Mesure du niveau de vie
Les revenus des ménages et les dépenses par personne ont été longtemps
considérés comme des indicateurs du niveau de vie. Cependant, depuis
quelques temps, des institutions comme le PNUD ont pensé qu'il fallait
prendre en compte d'autres variables tels que la santé, l'espérance de vie,
le niveau d'instruction pour corriger l'indicateur.
C'est ce qui donne l'indice de développement humain (IDH). La tendance
aujourd'hui est d'intégrer des variables comme l'accessibilité à des biens
publics ou à des ressources qui appartiennent à tout le monde (eau
potable). C'est ce que la Banque Mondiale adopte comme démarche dans
la mesure du niveau de vie.
b) Le seuil de pauvreté
Les précédentes mesures se rapportent à une norme donnée.
Généralement lorsqu'on mesure la pauvreté par la consommation, il est
important de déterminer la norme.
Un seuil de pauvreté fondé sur la consommation peut se concevoir
comme formé de deux éléments : d'une part, ce qu'il faut dépenser pour
se procurer un niveau minimum de nutrition et d'autres nécessités
(aliments) de la vie et, d'autre part, ce qu'il faut dépenser selon le pays,
pour pouvoir participer à la vie de la société (santé).
La conception de la pauvreté a évolué dans le temps et varie
considérablement d'une culture à l'autre. Les critères auxquels on a
recours pour distinguer entre pauvres et non pauvres sont généralement
27
le reflet des priorités et des conceptions normatives du bien être
social et du droit propre à chaque pays.
c) L'ampleur de la pauvreté
Une fois que la catégorisation entre pauvres et non pauvres a été faite,
l'indicateur de mesure le plus simple de la pauvreté ou de non ampleur
est de rapporter le nombre de pauvres à l'ensemble de la population.
C’est en fait la définition de Pareto. A cette seule différence que pour lui,
baisse du nombre de pauvres signifie réduction aussi des inégalités.
Certains auteurs reprochent à cet indice numérique de ne pas tenir
compte de l'écart qui sépare les pauvres du seuil de pauvreté. C'est pour
palier à ces critiques que d'autres indices tels que l'indice volumétrique
de pauvreté a été introduit. Il mesure le transfert de ressources qu'il
faudrait réaliser pour porter le revenu de toute personne pauvre
exactement au niveau du seuil de pauvreté conduisant par la même, à
faire disparaître la pauvreté. L'indice volumétrique de pauvreté se définit
comme le déficit global de revenu des pauvres exprimés en % de la
consommation totale (Rapport Banque Mondiale 1990). Ici, il s’agit de
faire disparaître la pauvreté et non les inégalités.
D'une manière générale, comme nous l'avons fait remarquer à propos de
la qualification de la loi de Pareto, les indices sur la pauvreté sont
caractérisés au moins par deux paramètres, il en est ainsi de ceux de la
famille d'indices de Foster, Greer et Thorbecke (FGT).
3.3. Relation entre loi de Pareto et loi FGT
Avant d'examiner les deux types d'indice, rappelons la méthode ayant
conduit à la formulation de l'indice FGT.
a) L'indice classique de pauvreté
L'indice de pauvreté le plus simple et le plus connu est "le ratio de
pauvreté" qui se définit comme le rapport du nombre de pauvres (q) par
rapport au nombre total d'individus (n) dont se compose la population.
28
Soit à considérer n individus ayant des dépenses ou des revenus
y
1
, y
2
. . .. . . y
q
. . .. . . y
n
. Classons par ordre croissant ces y
n
de
manière que la ligne de pauvreté sépare exactement q d'entre eux à
l'extrémité basse, il en résulte que :
y y y y
q
z y
q
y
n 1 2 3 1
≤ ≤ ≤ ≤ < <
+
≤ ....... ......... (1)
Il y a au regard de ce qui précède q individus pauvres, de telle sorte que
le ratio de pauvreté P
0
est:
P
q
n
0
· (2)
Cet indice est identique à la définition de Pareto concernant la pauvreté.
Toutefois, dans cette formule (2) la proportion de pauvres ne fait pas
intervenir le paramètre α .
Cet indice a fait l'objet de nombreuses critiques notamment de la part de
SEN (1976) qui lui reproche de ne s'attacher qu'au nombre de pauvres et
non à l'étendue de la pauvreté. Cet indice ne rend pas compte de
l'approfondissement de la pauvreté. C'est la raison pour laquelle Foster,
Greer et Thorbecke ont proposé un indice de prévalence et d'intensité de
la pauvreté.
b) L'indice FGT
Afin de palier aux critiques précédentes, il a été proposé de faire
intervenir l'étendue moyenne de la pauvreté. Soit y
p
le revenu moyen
des pauvres, une mesure de l'étendue de la pauvreté est donnée par le
"ratio d'écart de revenu".
I
z
p
z
y
·

(3)
29
avec z le seuil de pauvreté.
Ce coefficient mesure l'écart proportionnel de l'individu pauvre moyen
par rapport à la ligne de pauvreté. Si on prend le produit P
0
et I, on
intègre à la fois le nombre de pauvres et l'étendue de leur pauvreté.
Appelons cet indice P
1
P P I
q
n
z
z
y
p
1 0
· ·

. (4)
Bien que cet indice soit meilleur au précédent, il apparaît qu'il ne rend
pas compte de la situation des plus pauvres parmi les pauvres. C'est à la
lumière de ces critiques que Foster, Greer et Thorbecke ont proposé cet
indice qui prend en compte tout degré de préoccupation pour les plus
pauvres au moyen d'un paramètre α d'"aversion pour la pauvreté".
P
α
·
1
n
z − y
i
z
|
.

`
,

i · 1
q

α
avecα ≥ 0 (5)
α exprime ici le degré de préoccupation causé par l'écart proportionnel
par rapport à la ligne de pauvreté, n représente le nombre total de
ménages, z le seuil de pauvreté, y
i
le revenu du ième ménage pauvre, et
q le nombre de ménages en deçà de ce seuil.
Comparativement à la loi de Pareto, nous remarquons que
P f z y
i α
α ·
|
.

`
,

, , dépend de 3 paramètres. Ce qui est une
caractéristique des indices de pauvreté. Le paramètre α est un indicateur
d'aversion d'inégalité parmi les pauvres. Alors que le paramètre α chez
Pareto est un indicateur qui mesure le degré d'inégalité entre les riches et
les pauvres de façon générale.
30
3.4. Les récents développements sur les indicateurs de pauvreté et
d'inégalité.
a) L'indice de Sen
Précédemment nous avons montré que l'indice de FGT portait sur la
pauvreté et non sur l'inégalité. Un auteur comme Sen (1997) a mis au
point un indicateur de pauvreté. P
s
. Il est plus élaboré que le précédent
dans la mesure où il s'obtient en incluant dans l'indicateur classique P
1
de pauvreté une composante (fonction du coefficient de Gini parmi les
pauvres) qui reflète la dimension de l'inégalité parmi les pauvres. Sen
corrige de la sorte le revenu moyen des pauvres par le coefficient
1−
|
.

`
,
G
p
indiquant le degré d'égalité dans les distributions du bien-être
parmi les pauvres.
P
s
P
y
p
G
p
z
· −

]
]
]
|
.

`
,

1
1
avec y
p
= revenu moyen des pauvres
G
p
= Coefficient de Gini parmi les pauvres
z = seuil de pauvreté
Cet indice de Sen comme on le voit tout en se préoccupant de refléter la
dimension de l’inégalité, porte sur les différences entre les pauvres
uniquement.
31
b) Le T.I.P. (1997)
Le T.I.P. où encore les trois dimensions de la pauvreté, à savoir (1)
l'incidence, (2) l'intensité et (3) l'inégalité parmi les pauvres a été mis au
point par Jenkins et Lambert (1997)
(1)
.
Pour ces auteurs, une courbe T.I.P est une représentation géométrique
simultanée des trois dimensions précédemment citées de la pauvreté.
Selon eux, pour une distribution donnée du revenu et après avoir classé
tous les individus par ordre croissant du revenu, la courbe T.I.P.
correspondante est basée sur une distribution des écarts de revenu par
rapport au seuil de pauvreté. Cette courbe se construit de façon analogue
à la courbe de Lorenz.
Le déficit absolu du revenu de l'indicateur de Gini par rapport au seuil de
pauvreté z, se définit comme suit :
g
i
= max
{ ¦
z x
i
− ;0
L'expression mathématique du T.I.P est :
( ) ( ) J P
g
n
p
k
n
p
k
n
J o
i
i
n
· · · ·
·

1
0 ; ; ; (avec n effectif total et k le
rang de la modalité)
C'est une courbe qui a la même formulation mathématique que la courbe
L(p) de Lorenz.
Pour bien comprendre la nature de cette courbe, considérons la
distribution suivante des revenus en FCFA.
X : 25, 35, 45, 55, 65

(1)
Voir à ce propos Essama-Nssah (1998)
32
Posons le seuil z = 40
Nous pouvons construire la courbe TIP comme suit :
Tableau : Représentation numérique d'une courbe TIP
P G
i
J(P)
0,00
0,20
0,40
0,60
0,80
1,00
0,00
15,00
5,00
0,00
0,00
0,00
0,00
3,00
4,00
4,00
4,00
4,00
Il ressort du tableau que la fonction TIP atteint son maximum au point
p=h marquant l'indice de la pauvreté au sein de la population. Dans une
telle situation, 40 % de la population ont un revenu inférieur au seuil de
pauvreté z = 40. La valeur de la fonction reste constante dans
l'intervalle [ ] P h ∈ ,1 . L'intensité de la pauvreté est caractérisée par la
valeur J(p) = 4. L'inégalité parmi les pauvres est représentée par la
courbure de la fonction dans l'intervalle [ ] P h ∈ 0, . Au cas où personne
n'est pauvre, la fonction serait constante et égale à zéro dans l'intervalle
[ ] p ∈ 01 , .
33
5
4
3
2
1
0
0,2 0,4 0,6 0,8 1
Inégalité
Incidence (40 %)
I
n
t
e
n
s
i
t
é
(courbure)
*
*
*
*
* *
Une fois encore, l’inégalité dont il s’agit ici se mesure entre les pauvres
et non comme le fait Pareto au sein de toute la société.
c) Croissance économique et inégalité
Pour Lachaud (1997), le degré de pauvreté dépend de deux facteurs : le
niveau moyen du revenu ; l'étendue de l'inégalité de la distribution du
revenu.
Notons que pour Pareto, ce revenu moyen est fonction de x
0
et α . Or
chez Lachaud, un accroissement du revenu moyen réduit la pauvreté,
tandis qu'une élévation de l'inégalité l'accroît.
En dehors de ces indicateurs il y a celui d'Atkinson (1970) qui est déjà
plus ancien et qui se base sur le concept de l'équivalent d'un revenu x
e
réparti.
Finalement, il ressort de cette revue de la littérature sur les
développements récents sur les questions d'inégalité et de pauvreté
qu'aucun développement ne porte de façon spécifique sur la loi de
34
Pareto. Nous avons plus tôt remarqué que tout en traitant de pauvreté
et d'inégalité, les lois ne s'apparentent pas. De plus, l'inégalité ici est
entre les pauvres et non sur l'ensemble de la population ou inégalité entre
riches et pauvres. Le paramètre α qui est utilisé n'a pas la même
signification que celui défini par Pareto. Enfin, il s'agit davantage de lois
sur la pauvreté avec souvent plus de deux paramètres que de lois sur
l'inégalité qui n'ont qu'un seul paramètre comme nous l'avons vu pour la
loi de Pareto.
CONCLUSION
A-t-il existé chez Pareto une confusion entre le concept d'inégalité et
celui de pauvreté ? Nous sommes amenés à la lumière des
développements précédents à donner une réponse positive Compte-tenue
de l'introduction dans la formule de définition de la notion de revenu le
plus faible x
0
qui traduit une certaine pauvreté mais qui n'est pas en
réalité le seuil de pauvreté.
Ce manque de clarté méthodologique auquel s'ajoute une absence de
définition assez claire des concepts d'inégalité et de pauvreté ont conduit
souvent à voir dans la loi de l'italien, une loi sur l'inégalité et la pauvreté.
Cette attitude se confirme dans la mesure où au départ on a l'impression
que la variable X dépend de deux paramètres.
Dans la partie théorique, lorsque nous avons poursuivi les
démonstrations, il est apparu que la variable X dite de Pareto ne suit pas
les deux paramètres α et x
0
, mais uniquement le paramètre α . Dans
une loi sur la pauvreté, tel qu'il ressort de la revue de la littérature passée
et récente, le nombre de variables indépendantes dépassent largement
deux. En effet, outre le paramètreα , il y a le seuil de pauvreté z et y
i
le
revenu du ième ménage tel qu'ils apparaissent dans le modèle
opérationnel de Foster, Greer et Thorbecke (1984). Par ailleurs, il ressort
des récents développements qu'en fait, non seulement les débats sur
l'inégalité et la pauvreté ne reprennent pas la démarche de Pareto, mais
de plus, le recours au paramètre α traduit davantage la profondeur de la
35
pauvreté dans la strate des pauvres que l'inégalité entre riches et
pauvres tel que cela apparaît chez Pareto. Quand à l'inégalité, elle est
marquée par une analyse de ce concept entre les pauvres et non entre
riches et pauvres.
Les résultats empiriques comparés aux démonstrations théoriques nous
permettent de dire qu'il existe une seule relation dans la loi de Pareto, à
savoir celles qu'il y a en sens inverse entre le paramètre α et l'inégalité
exprimée par l'indice de Concentration de Gini.
En conclusion, la loi de Pareto est non seulement une loi à un paramètre,
mais également c'est une loi sur l'inégalité et non sur la pauvreté. En
effet, une des propriétés des indices usuels de mesure de l'inégalité est le
caractère monotone et décroissant des fonctions dépendant du seul
paramètreα .
BIBLIOGRAPHIE
Banque Mondiale (1990) : Rapport sur le Développement dans le
Monde. Washington D.C.
Banque Mondiale (1996) : Faire reculer la Pauvreté en Afrique
subsaharienne. Washington D.C.
BOURGAIN J. et N. VANEECLOO (1981) : Inégalité, paupérisme et loi
de Pareto. Revue Economique Vol. 32 n°5 Septembre 1981.
CALOT G. (1969) : Cours de statistique descriptive, Paris Dunod
ESSAMA-NSSAH B. (1998) : Inégalité, pauvreté et bien-être social.
ondements analytiques et normatifs. Publications Banque Mondiale -
Washington, D.C.
FOSTER, J' GREER J. and THORBECKE E. (1984) : A class of
Decomposable Poverty Measures. Econometrica 52. pp. 761-766.
36
LACHAUD J. P. (1997) : Pauvreté : Vulnérabilité et marché du
Travail au Burkina Faso - Centre d'Economie du Développement - Série
de recherche 2.Université Montesquieu - Bordeaux IV.
LANGE O. (1970) : Leçons d'Économétrie. Editions P.W.N./ Gauthier-
Villars
PARETO V. (1897) : Cours d'économie politique, Lausane Réédition par
G. Bousquet et G. Busino, Genève, Librairie Droz, 1965
PNUD (1998): Rapport Mondial sur le Développement Humain
SAVADOGO K. , OUEDRAOGO J.B. et THIOMBIANO T. (1995) :
Profil de la pauvreté au Burkina Faso - Université de Ouagadougou
SEN A. (1976) : Poverty an Ordinal Approach to measurement.
Econometrica 44 pp 219-231.
SERAGELDIN Ismaïl (1989) : Pauvreté, Ajustement et Croissance en
Afrique Publication de la Banque Mondiale
THIOMBIANO T. (1992) : Etat des connaissances et typologie des
systèmes agro-alimentaires au Burkina Faso. Document de Travail n° 4.
Projet CEDRES/Laval.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful