You are on page 1of 6

Lycée Diderot

Paris 19 RESSOURCES
Génie Electronique Logique combinatoire

1. DEFINITION.
On peut donc déduire le CODE BINAIRE NATUREL en
Une logique est dite COMBINATOIRE si, à une
ajoutant 1 pour passer d’une ligne à l’autre :
combinaison des variables d'entrée correspond une et
une seule combinaison des variables de sortie. bit3 bit2 bit1 bit0
23 22 21 20
2. CODAGE. 0 0
1
2.1.Etat logique - Variable binaire. 1 0
1 1
Une variable binaire est une variable qui ne peut 1 0 0
prendre que deux états logiques stables différents: 1 0 1
• l'un est appelé "état 0" ou "Zéro logique", l'autre "état 1 1 0
1 1 1
1" ou "Un logique".
• Exemple : Un interrupteur pourra être représenté par
une variable binaire car il n'a que deux états stables :
ouvert ou fermé.
2.3.2. Code Binaire Réfléchi ou code Gray:
2.2.Conventions: En considérant une logique ‘positive’ : On a vu précédemment qu'un bit pouvait être
• Le "0 logique" correspondra à un état bas (absence de représentatif de l'état d'un élément physique ( ex:
courant , de d.d.p.,...) bouton-poussoir), il est donc facile d'imaginer que le
nombre binaire 1011 représente l'état de 4 circuits de
• Le "1 logique" correspondra à un état haut (présence commutation. Par exemple:
de courant, de d.d.p.,...).
– l'interrupteur "a" est actionné (1)
2.3.Codes binaires. – le bouton-poussoir "b" est au repos (0)
– le fin de course "c" est en butée (1)
2.3.1.Code Binaire Naturel ou pur :
– la clé "d" est sur "ON" (1)
De même que le code décimal (base 10) ne dispose que
de 10 caractères différents ("0" à "9") pour représenter
un nombre, le code binaire n'en dispose que de 2 ("0" et D'après le code binaire naturel le nombre binaire suivant
"1"), appelé éléments binaires ou bits (contraction de est : 1100 et on constate que 3 bits changent d'état en
Binary uniT). même temps, ce qui est tout à fait impossible
technologiquement pour des éléments physiques.
Les règles qui s'appliquent aux nombres décimaux sont
fondamentalement les mêmes pour les nombres binaires
et donc par exemple: On utilisera alors pour représenter d c b a
9 23 toutes les combinaisons binaires 0 0 0 0
En base 10 : possibles d'une structure qui évolue 0 0 0 1
+1 +28 dans le temps un code où un seul bit 0 0 1 1
change à la fois : le CODE 0 0 1 0
1 11 111 BINAIRE REFLECHI ou code
En base 2 (binaire): 0 1 1 0
GRAY :
+1 +1 +101 0 1 1 1
0 1 0 1
Lorsque la capacité numérique d'une position est 0 1 0 0
dépassée, on effectue une retenue sur la position 1 1 0 0
suivante.

Remarque : D'autres bases de calcul sont fréquemment


utilisées en électronique. Elles seront l'objet d'une étude
ultérieure.

Logique combinatoire.DOC - 16/09/04 - Page 1 / 6


2.4.Table de vérité. Soit la structure électrique :
Les conditions de fonctionnement de L pourront être
a b représentées par les tables de vérité suivantes:
c b a L c b a L
U c 0 0 0 0 0 0 0 0
L 0 0 1 0 0 1
0 1 0 0 1 1
0 1 1 0 1 0
1 0 0 1 1 0
1 0 1 1 1 1
1 1 0 1 0 1
1 1 1 1 0 0
3. LES FONCTIONS LOGIQUES.

3.1.L'algèbre binaire ou de Boole (Mathématicien 1815-1864).


• C'est une méthode mathématique de résolution de calculs portant sur des variables qui ne peuvent prendre que deux états ( 0
ou 1 ).
• Toute variable (ou ensemble de variables), quelquesoit son état logique (0 ou 1), a un "inverse" appelé complément ,
représenté par le même symbole surélevé d'une barre horizontale.
• Elle utilise quatre opérateurs élémentaires:

Opérateur Table de vérité Modèle électrique Equation booléenne

a L a
OUI (Egalité) L
0 L=
1

a
a L
NON (PAS) 0 L L=
1

b a L
ET (Intersection, 0 0 a b
produit logique) 0 1 L L=
1 1
1 0

b a L a
OU inclusif 0 0
(Réunion, b L=
0 1 L
somme logique) 1 1
1 0

Lycée Diderot– Paris 19 – Génie Electronique - Logique combinatoire.DOC - 16/09/04- Page 2 / 6


3.2.Applications.

a) L = a.b + c signifie que L sera à l'état haut ou 1 si :


a= ET b =
OU
c=

b) Représentation d'un circuit électrique par une équation:

d e • Les conditions de fonctionnement du récepteur L


b peuvent être décrites par l'équation booléenne
a
c suivante:
U L=
L
• Remarque: un circuit hydraulique, pneumatique ou
électronique pourra tout autant être représenté par
une équation booléenne.

3.3.Théorèmes résultant de la définition des opérateurs logiques.

3.3.1.Sur une variable:


a+0= a⋅0 =
a +1= a ⋅1 =
a=
a+a = a⋅a =
a+a = a⋅a =

3.3.2.Sur plusieurs variables:


Commutativité a⋅b=
a+b=

Associativité a ⋅ ( b ⋅ c) =
a + ( b + c) =

Distributivité a ⋅ (b + c ) =
a + (b ⋅ c ) =

Absorption a + ( a ⋅ b) =
a + ( a ⋅ b) =
a ⋅ ( a + b) =
a⋅b+ a⋅b =

Re dondance a ⋅ b+ a ⋅ c + b⋅ c =

3.4.Théorèmes de DE MORGAN.

a) Le complément d'une somme est égal au produit des compléments.


a + b + c = a. b. c
b) Le complément d'un produit est égal à la somme des compléments.
a.b.c = a + b + c

Lycée Diderot– Paris 19 – Génie Electronique - Logique combinatoire.DOC - 16/09/04- Page 3 / 6


3.5.Les fonctions logiques dérivées des fonctions élémentaires: Elles sont les plus utilisées dans la pratique.

Opérateur Table de vérité Modèle électrique Equation booléenne

b a L a
NAND
0 0
(NON ET) 0 1 b L=
L
1 1
1 0
b a L
a b
NOR 0 0
(NON OU) 0 1 L L=
1 1
1 0
b a L a b
OU exclusif 0 0 a b
(X OR) 0 1 L L=
1 1
1 0

3.6.Représentation des fonctions logiques:

Fonction Symbole internationaux (IEC) Américains (ANSI) Equation

Amplificateur a 1 S a S S=a

Inverseur a 1 S a S S=a
(NON)

a a
OU (OR) >1 S S S=a+b
b b

NON-OU(NOR) a a S=a+b
>1 S S
b b S=a.b

a
ET (AND) & S S S=a.b
b

a
NON-ET (NAND) S S=a.b
& b S=a+b
b
a S=a b
OU Exclusif (XOR) =1 S
b S =a . b + a . b

NON-OU Exclusif a S=a b


=1 S
(XNOR) b S=a+b.a+b

4. Représentation de structures logiques à partir des fonctions usuelles ou logigramme :


Lors de la conception de structures logiques, pour optimiser le nombre de composants utilisés, nous serons souvent amenés à
n'utiliser qu'un seul type de fonction logique. Il sera alors nécessaire de transformer l'équation logique selon les règles du
théorème de De Morgan pour obtenir une équation ne faisant apparaître que la fonction usuelle désirée.
Application :
Réaliser la structure définie par l'équation vue précédemment : L = a.b + c à l'aide de portes logiques NAND 2 entrées.
5.
Lycée Diderot– Paris 19 – Génie Electronique - Logique combinatoire.DOC - 16/09/04- Page 4 / 6
TABLEAU DE KARNAUGH:
Pour simplifier des équations logiques, il existe deux méthodes couramment utilisées:
• La simplification logique qui nécessite plus la connaissance des règles booléennes,
• Les tableaux de Karnaugh qui sont d'un emploi plus méthodique.

5.1.Règle de construction:
• Le tableau de Karnaugh a 2n cases disposées en X colonnes et Y lignes: n: nombre de variables binaires,
n
2
X : multiple de 2 (si possible 2 )
Y = 2n / X
• Exemple: cas de 4 variables
table de vérité

d c b a S
tableau de Karnaugh
0 0 0 0 S1
0 0 0 1 S2
0 0 1 0 S3 S ba
0 0 1 1 S4 00 01 11 10
0 1 0 0 S5 00 S1 S2 S4 S3
0 1 0 1 S6 dc 01 S5 S6 S8 S7
0 1 1 0 S7 11 S13 S14 S16 S15
0 1 1 1 S8 10 S9 S10 S12 S11
1 0 0 0 S9
1 0 0 1 S10
1 0 1 0 S11
1 0 1 1 S12
1 1 0 0 S13
1 1 0 1 S14
1 1 1 0 S15
1 1 1 1 S16

5.2.Minimisation par le diagramme de Karnaugh:


Pour minimiser les expressions, on regroupe le maximum de cases contenant des "1" lorsqu'elles sont adjacentes par groupes
de : 2, 4, 8, 16,.....2n .
• 2 cases sont adjacentes si et seulement si une seule variable change d'état de l’une à l’autre.
(ex : S6/S2 ; S5/S7 ; S4/S12 ; S9/S11 .... mais pas S6/S16 ; S8/S12 ...)
• Une case peut appartenir à plusieurs groupes.
• Toutes les cases adjacentes contenant des "1" doivent appartenir à un groupement (redondance qui évite des
dysfonctionnements)
• On ne peut effectuer des regroupements que par puissance de 2 (2, 4, 8,....).

5.3.Lecture du tableau de Karnaugh:


• On ne considère que les cases qui représentent ou définissent un niveau logique 1.
• Dans le cas d'une fonction incomplètement définie, (exemple: lorsqu'une combinaison ne se présente jamais en
fonctionnement normal), on inscrit un " X " dans la case correspondante. Pour la simplification, on peut affecter
indifféremment la valeur « 1 » ou « 0 » à un « X » si cela facilite les regroupements. Mais sur un tableau donné on ne peut
attribuer qu'une seule valeur à une case " X ".
• L'écriture de la forme simplifiée s'effectue en ne considérant que les variables qui ne changent pas d'état. L'équation est
donnée par la somme logique des regroupements.

Remarque: Il peut arriver que le regroupement des ‘0’ soit plus simple ou permette une meilleure optimisation. Dans ce cas,
la simplification s’opère sur les ‘0’, le résultat obtenu est alors l’équation du complément de la sortie (/S); il suffit alors de
complémenter le résultat obtenu pour obtenir l’équation de S.

Lycée Diderot– Paris 19 – Génie Electronique - Logique combinatoire.DOC - 16/09/04- Page 5 / 6


5.4.Exercices d’application.

1. Le fonctionnement de la lampe L et du relais K est régit par les tables de vérité ci-contre: d c b a L K
0 0 0 0 0 0
Proposer une structure optimisée qui répond au fonctionnement souhaité. 0 0 0 1 0 0
0 0 1 0 1 0
a 0 0 1 1 0 1
L
0 1 0 0 1 1
b 0 1 0 1 0 0
K
c 0 1 1 0 1 1
0 1 1 1 0 0
d 1 0 0 0 0 1
1 0 0 1 1 0
1 0 1 0 X 1
1 0 1 1 0 0
1 1 0 0 X 1
1 1 0 1 0 1
1 1 1 0 0 1
1 1 1 1 0 1

2. Proposer une structure d’un décodeur-démultiplexeur 1 parmi 4 (sortie basse) dont la table de vérité est définie ci-dessous.

X/Y DMUX /E A1 A0 /Q0 /Q1 /Q2 /Q3


A0
A1
1
2
0
1
Q0
Q1
A0
A1
1
0
}
G
0
3
0
1
Q0
Q1
0 0 0 0 1 1 1
0 0 1 1 0 1 1
2 Q2 2 Q2 0 1 0 1 1 0 1
E EN 3 E EN 3 0 1 1 1 1 1 0
Q3 Q3
1 0 0 1 1 1 1
* En mode décodeur (X/Y), * En mode DMUX, 1 0 1 1 1 1 1
E est une entrée de validation E est l'entrée de la donnée 1 1 0 1 1 1 1
1 1 1 1 1 1 1

3. Proposer une structure d’un comparateur logique 2 bits, dont la table de fonctionnement est présentée ci-dessous.

A1*B1 A0*B0 QA>B QA=B QA<B


A0
A1
0
1
}
A
A>B QA>B A1>B1 X H L L
A1=B1 A0>B0 H L L
A=B QA=B
A1=B1 A0=B0 L H L
B0
B1 1
}
0 B A<B QA<B A1=B1
A1<B1
A0<B0
X
L
L
L
L
H
H

Lycée Diderot– Paris 19 – Génie Electronique - Logique combinatoire.DOC - 16/09/04- Page 6 / 6