You are on page 1of 84

La face cachée de Waleed Al-Husseini

Par

Pierre Le Bec et Caroline Fouchard

1
Friedrich Nietzsche :
« Dieu est mort !
Dieu reste mort !
Et c'est nous qui l'avons tué ! »1

1 Friedrich Nietzsche, Le Gai Savoir, Livre troisième, 125.

2
Sommaire
Avant Propos.........................................................................................................................................4
I. Waleed milite pour l'installation d'un concordat en France...............................................................6
1) Les bases doctrinales de l’athéisme au XIXème siècle..................................................................6
2) La laïcité et le Concordat en Alsace-Moselle..............................................................................8
3) L’obsession pour Mustafa Kemal Atatürk.................................................................................10
4) Un concept paranoïaque de la laïcité.........................................................................................12
II. Waleed combat-il réellement l'Islamisme ?...................................................................................15
III. Waleed Al-Husseini et l’extrême-droite.......................................................................................17
1) La contradiction dans la réaction...............................................................................................17
2) Une figure intégrant les codes de l’extrême-droite...................................................................18
3) Waleed Al-Husseini : un militant d’extrême-droite ?................................................................21
IV. Le Conseil des Ex-Musulmans de France (CEMF)......................................................................29
V. Une logique opportuniste...............................................................................................................32
1) La publicité de son livre............................................................................................................32
2) Commentaire du livre : Blasphémateur, les prisons d’Allah.....................................................34
a) Les musulmans ne font qu’un bloc.......................................................................................34
b) Je Suis Allah.........................................................................................................................35
c) L’arrestation, les interrogatoires, la torture, la détention et le jugement...............................37
L’arrestation..........................................................................................................................37
Son âge et ses différents métiers......................................................................................37
Le Téléphone...................................................................................................................38
La victimisation de l’arrestation......................................................................................40
Les interrogatoires................................................................................................................41
La torture..............................................................................................................................44
La détention..........................................................................................................................45
Le jugement..........................................................................................................................47
d) Théorie du « Choc des civilisations » et du « Grand remplacement ».................................48
e) Sa haine des gauchistes.........................................................................................................51
VI. Qui sont les traducteurs de Waleed Al-Husseini ?........................................................................53
1) Qui est Chawki Freiha ?............................................................................................................53
2) Qui est Myriam Blondel ?.........................................................................................................54
3) Qui est Atika Samrah ?..............................................................................................................57
VII. Pour son second livre, Waleed Al-Husseini choisit une maison d'édition d'extrême-droite : Ring
............................................................................................................................................................58
VIII. Le mélange entre Islam, Islamisme, le racisme et la xénophobie.............................................62
1) Les sophismes creux de Waleed Al-Husseini............................................................................62
2) Le sophisme des lectures...........................................................................................................63
IX. Waleed Al-Husseini a-t-il été influencé par le Salafisme ?..........................................................65
X. Waleed Al-Husseini expose les personnes pour le lynchage public..............................................66
XI. Les soutiens de Waleed Al-Husseini............................................................................................69
XII. Son opposition à l’abatage traditionnelle....................................................................................72
XIII. Waleed Al-Husseini est opposé à Charlie Hebdo......................................................................74
XIV. Waleed Al-Husseini est opposé à la liberté d'enseignement......................................................78
XV. Pourquoi terminer l’article par une chanson des Ludwig Von 88 ?............................................80
XVI. Post-Scriptum............................................................................................................................81

3
Avant Propos
Waleed Al-Husseini de son vrai nom Walid Hasayen se déclare comme un « réfugié politique » des
territoires Palestiniens.

En 2010, Human Right Watch lui apporte son soutien 2 sous le nom de Walid Hasayin3. Pourquoi
Waleed Al-Husseini change-t-il de nom, alors qu’en même temps la référence à « Al-Husseini »
s’inspire de Mohammed Amin Al-Husseini, à savoir le « Grand Mufti de Jérusalem »? Il est l’un
des collaborateurs avec les nazis.

Il vit actuellement en Île-de-France avec un titre de séjour d'une durée de dix ans en tant que
« réfugié politique ».

Cet « ancien poète » a été emprisonné officiellement par les services secrets « Palestiniens ».

Il a abandonné à ce jour, tout ce qui faisait la force de son identité : la poésie pour se consacrer
entièrement à la critique « romantique » de la religion.

Il a écrit dernièrement blasphémateur, les prisons d'Allah pour raconter ses péripéties dans une sorte
d'autobiographie. Pour son premier livre, le jeune écrivain réussit à faire converger l'extrême droite
xénophobe anti-laïque et une partie de la gauche présentée comme « humaniste ».

De plus, la dérive sectaire grandit sur les réseaux sociaux où il est présent. Sur sa page Facebook,
l'ancien prisonnier a pris la posture et le statut de « Gourou ».

L’athéisme est un véritable business quand il s'agit de fleurter, voir d'embrasser l'extrême droite. La
diffusion et son soutien dans la sphère politique la plus obscurantiste trahissent les idées les plus
libérales qu’il essaye de mettre en avant.

2 Human Rights Watch, « West Bank: Free Suspected Blogger, 5 décembre 2010 », Human Rights Watch, consulté le
5 avril 2017, [En Ligne] | URL : https://www.hrw.org/news/2010/12/05/west-bank-free-suspected-blogger
3 « Palestinian General Intelligence Service agents arrested the man, Walid Hasayin, on October 31, 2010, on
suspicion of posting messages on Facebook and on blogs that criticized Islam and other faiths. Hasayin has been
investigated by the military judiciary but has not been charged with any crime. », in, Idem.

4
Alors que le budget de la Miviludes 4 (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les
dérives sectaires) baisse de plus en plus, une alerte est plus que nécessaire pour protéger l'ensemble
de la population de ces méthodes d'entrisme et de diffusion d'un marketing ségrégationniste.

Dans cette enquête, nous allons tenter d'établir une critique de ses idées, de ses positions, et de son
entourage. Si la liberté d'expression est faite pour être utilisée, alors nous devons nous en servir
pour argumenter sur une quinzaine de points précis.

Nous allons plonger dans le cœur même de ses idées.

4 La Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) observe et analyse le
phénomène sectaire, coordonne l’action préventive et répressive des pouvoirs publics à l’encontre des dérives
sectaires, et informe le public sur les risques et les dangers auxquels il est exposé. URL : http://www.derives-
sectes.gouv.fr/

5
I. Waleed milite pour l'installation d'un
concordat en France
1) Les bases doctrinales de l’athéisme au XIXème siècle
Le combat de Waleed est particulier, puisque si de dernier se considère un militant laïc et athée, il
s'agit d'une usurpation des deux derniers mots. Au nom de sa critique concernant l'Islam et du rejet
de ses valeurs, il s'est lancé dans un objectif assez particulier : interdire l'Islam, mais pas les autres
religions.

La laïcité se caractérise comme la liberté de choisir sa religion ou de ne pas choisir, tout en laissant
l'état garant de l'indépendance des religions et de la pratique du culte. L’état n'a pas à intervenir ou
subventionner toute religion ou tout culte.

La religion est un élément privé, il est nécessaire que son expression se fasse dans les lieux attitrés à
cet effet sauf dans le cadre de cérémonie extraordinaire ou étant intégrée dans la culture populaire,
mais ces dernières ne doivent pas troubler l’ordre public. Elles sont soumises à des déclarations à la
préfecture ou à la mairie.

Si les deux dernières valeurs sont admises par tous (la troisième est un supplément). Elles sont en
contradiction avec celles de Waleed : laisser une liberté religieuse ne signifie en aucun cas le refus
de combattre l'intégrisme religieux de toutes sortes.

De même, la laïcité ne peut être comparée à l’athéisme. En effet, le premier admet la liberté de
conscience, le second considère que « Dieu » au sens large n'existe pas, donc les religions ne sont
que des chimères et par conséquent une pure invention de l'Homme.

Ainsi, la liberté de choisir sa religion et de mettre toutes les religions sur un socle égalitaire dont
l'état est garant et indépendant s'oppose frontalement à sa propre vision de la laïcité qui reste
particulièrement tronquée.

L'objectif de l'athéisme est la destruction de toutes les religions et non d'une seule c’est-à-dire
l’Islam.

6
Si la critique de la religion est plus que nécessaire, on pourra souligner un livre phare : Dieu et
l’État de Bakounine.

Ce dernier n'a d'ailleurs point connaissance de ce livre élémentaire sûrement dans sa haine de la
Gauche et encore plus de l'Anarchisme.

Voici, un des extraits montrant la rupture claire concernant l’athéisme de Mikhaïl Bakounine dans
Dieu et l’Etat et la position concordiste de Waleed Al-Husseini :

Amoureux et jaloux de la liberté humaine, et la considérant comme la condition absolue


de tout ce que nous adorons et respectons dans l'humanité, je retourne la phrase de
Voltaire, et je dis : Si Dieu existait réellement, il faudrait le faire disparaître.

L’Athéisme nie l'existence de Dieu, des divinités et des personnalités d'origine divine (prophète,
messie, etc.). Donc, pour un athéiste de base, il revient de mettre à égalité l'ensemble des religions
comme une source d'exploitation et d'oppression. Marx affirmait dans Critique de la philosophie du
droit de Hegel en 1843 que

Le fondement de la critique irréligieuse est celui-ci : l'homme fait la religion, ce n'est


pas la religion qui fait l'homme. La religion est en réalité la conscience et le sentiment
propre de l'homme qui, ou bien ne s'est pas encore trouvé, ou bien s'est déjà reperdu.
Mais l'homme n'est pas un être abstrait, extérieur au monde réel. L'homme, c'est le
monde de l'homme, l'État, la société. Cet État, cette société produisent la religion, une
conscience erronée du monde, parce qu'ils constituent eux-mêmes un monde faux. La
religion est la théorie générale de ce monde, son compendium encyclopédique, sa
logique sous une forme populaire, son point d'honneur spiritualiste, son enthousiasme,
sa sanction morale, son complément solennel, sa raison générale de consolation et de
justification. C'est la réalisation fantastique de l'essence humaine, parce que l'essence
humaine n'a pas de réalité véritable. La lutte contre la religion est donc par ricochet la
lutte contre ce monde, dont la religion est l’arôme spirituel.

La détresse religieuse est, pour une part, l’expression de la détresse réelle et, pour une
autre, la protestation contre la détresse réelle. La religion est le soupir de la créature
opprimée, l’âme d’un monde sans cœur, comme elle est l’esprit de conditions sociales
d’où l’esprit est exclut. Elle est l’opium du peuple.

7
L’abolition de la religion en tant que bonheur illusoire du peuple est l’exigence que
formule son bonheur réel. Exiger qu’il renonce à une situation illusoire, c’est exiger
qu’il renonce à une situation qui a besoin d’illusions.

De cette introduction, on en a tiré que la « religion est l'opium du peuple ». La phrase est à remettre

dans un contexte propre au XIXème Siècle. Le pouvoir clérical était puissant dans toutes les sociétés
en Europe et en Russie. Les religieux faisaient de la politique au sein de leurs paroisses au point
d'endoctriner les personnes. La portée de Marx tend à souligner que la religion agit tel un écran de
fumée.

À ce stade, on peut se demander si Waleed Al-Husseini est vraiment un athée dans le cadre de sa
propre quête. En effet, il n'a pour objectif de combattre « toutes » les religions et de les annihiler
stricto sensu. Combattre une seule religion laissant les autres prospérer, cela permet d'affirmer que
son objectif athéiste comme il se présente n'est pas présent.

Par conséquent, il fait une confusion grave sur l'athéisme. On peut donc conclure que le jeune
Waleed Al-Husseini n'est ni laïc, ni athée. En effet, ce dernier milite pour l'interdiction de l'Islam au
niveau législatif (c'est pour cela qu'il s'est rapproché de Riposte Laïque) et qu'il considère
l'existence des autres religions en dehors de l'Islam.

2) La laïcité et le Concordat en Alsace-Moselle


De ce fait, il milite clairement pour le rétablissement du Concordat (même si cette organisation
existe encore en Alsace-Moselle) en tant qu'organisation des religions (on y reviendra).

La volonté de vouloir débarrasser la société d'une seule religion nécessite l'organisation des
religions par le pouvoir central et donc via le Parlement qui légifère les lois. Cela revient à affirmer
que l’état doit mettre les pieds dans l'organisation religieuse et donc revenir sur la loi de séparation
de l'église et de l'état.

La question de la liberté est particulièrement difficile à mettre en perspective dans son


argumentation. Au pays des droits de l'homme et des Lumières, la lutte contre l'obscurantisme ne
peut passer par la mise en dynamique de l'obscurantisme.

8
Le libre choix et le libre-arbitre ne sont pas défendus par le jeune homme, tout au contraire. Son
côté autoritaire et liberticide est véhiculé par son combat principal : la mise sous tutelle des
religions par l'état pour faire interdire l'Islam comme religion. Il souhaite imposer sa vision de la
société par la force à l'ensemble des personnes. Il ne peut se prétendre comme une personne
défendant des valeurs de libertés.

Rappelons aussi que l'article X de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789
énonce que « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur
manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi »

De même l'article XVIII de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme affirme que « Toute
personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de
changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction
seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et
l'accomplissement des rites ».

Ensuite, l'article premier de la Constitution de 1958 réaffirme que le caractère de la laïcité comme
des bases de notre République : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique
et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race
ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée ».

De plus, le principe de la laïcité est également défini dans le premier article de la Loi du 9 décembre
1905 : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes
sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public ».

Enfin, si la loi est incomplète, même si elle a été modifiée, elle pose les bases d'une société du
« vivre ensemble ». L'article 2 de Loi du 9 décembre 1905 concernant « la séparation des Églises et
de l’État » affirme que « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun
culte ». Ces 4 textes fondamentaux montrent que sa vision de la laïcité est tronquée par sa propre
histoire.

9
Ensuite, la Loi du 18 germinal an X5 (8 avril 1802) relative à l’organisation des cultes est toujours
appliquée dans trois départements français. La Décision n° 2012-297 QPC du 21 février 2013 6, les
mesures législatives ont été déclarées conformes à la Constitution en raison de non-remise en cause
par le législateur et les travaux constituants de 1946. La QPC a été déposée par l'Association pour la
promotion et l'expansion de la laïcité (Traitement des pasteurs des églises consistoriales dans les
départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle). Pour une égalité territoriale et la
continuité républicaine, un projet de loi visant à abroger le Concordat dans ces territoires s'impose.

Le délit de Blasphème était prévu par l'Article 166 du Code pénal local 7 (Alsace-Moselle), il restait
en vigueur malgré le mouvement de sénateurs. La proposition de Loi n°464 visant à abroger le délit
de blasphème8, (Enregistré à la Présidence du Sénat le 22 mai 2015) a été adoptée. Le Blasphème
n'existe plus en France. On peut dire que Waleed Al-Husseini n’aura pas participé à ce « grand »
projet d’émancipation.

Ne prenant pas de position sur l'absence de Laïcité en Alsace-Moselle, comme le veut l'adage « qui
ne dit mot, consent ». Waleed ne remet pas en cause l'absence de Laïcité dans certains territoires
français. Au fond c'est bel et bien sa doctrine politique qui s'exprime par ce silence.

3) L’obsession pour Mustafa Kemal Atatürk


Le père de la « République de Turquie » semble ne pas laisser indifférent le jeune Waleed sur les
citations tronquées. Dans le cadre présent, la « réalité vécue » s’oppose fondamentalement au
processus historique qui crée le vécu.

5 Loi du 18 germinal an X (8 avril 1802) modifiée relative à l’organisation des cultes, consulté le 18 mars 2018, [En
ligne] | URL : http://www.legirel.cnrs.fr/spip.php?article527
6 Décision n° 2012-297 QPC du 21 février 2013, consulté le 18 mars 2018, [En ligne] | URL : http://www.conseil-
constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/acces-par-date/decisions-depuis-1959/2013/2012-
297-qpc/decision-n-2012-297-qpc-du-21-fevrier-2013.136084.html
7 « Celui qui aura causé un scandale en blasphémant publiquement contre Dieu par des propos outrageants, ou aura
publiquement outragé un des cultes chrétiens ou une communauté religieuse établie sur le territoire de la
Confédération et reconnue comme corporation, ou les institutions ou cérémonies de ces cultes, ou qui, dans une
église ou un autre lieu consacré à des assemblées religieuses, aura commis des actes injurieux et scandaleux, sera
puni d'un emprisonnement de trois ans ou plus. » in, Législation concernant les activités religieuses et l’organisation
des cultes, article 166 du Code pénal local (Alsace-Moselle) consulté le 30 octobre 2015, [En ligne] | URL : http://
www.legirel.cnrs.fr/spip.php?article528
8 Proposition de loi visant à abroger le délit de blasphème, encore en vigueur en Alsace-Moselle, enregistré à la
présidence du Sénat le 22 mai 2015, consulté le 30 octobre 2015, [En ligne] | URL :http://www.senat.fr/leg/ppl14-
464.html

10
On pourra tout de même douter de ses sources 9, lorsqu’il parle de Mustafa Kémal. Il ne remet pas
en cause également que le parti Kémaliste : le CHP (Cumhuriyet Halk Partisi10) s’est allié avec
Recep Tayyip Erdoğan, et l’AKP (Adalet ve Kalkınma Partisi 11) dans le cadre du nationalisme turc,
dont l’aspect religieux prend une place très importante.

Illustration 1: Copie-écran du Compte Twitter de Waleed Al-


Husseini daté du 05 avril 2018 reprenant une citation attribuée à
Mustafa Kemal Ataturk
Dans le cadre du coup d’état de juillet 2017, l’image de Moustafa Kémal a été transposée par celle
de Recep Tayyip Erdoğan, notamment dans le projet de la « Turquie 2023 ». Qu’importe l’image de
la transposition de Moustafa Kémal la laïcité à la turc ressemble plutôt à un sécularisme qu'autre
chose.

9 George Daniel, Chronique de l'Histoire : Atatürk, Éditions Chronique


10 Le Parti républicain du peuple est associé à la Seconde Internationale Socialiste et membre du Parti Socialiste
Européen. Il est l'héritier du mouvement Kémaliste et de la dimension du nationalisme turc.
11 Le Parti de la justice et du développement constitue la branche politique des Frères Musulmans en Turquie.

11
Illustration 2: Copie-écran du Compte Twitter de
Waleed Al-Husseini daté du 05 avril 2018 reprenant
une citation attribuée à Mustafa Kemal Ataturk
Dans Blasphémateur, les prisons d’Allah, Waleed Al-Husseini déclare que

Le temps est loin où le concept de laïcité avait un sens dans la conscience collective
arabe ; elle désignait la transformation du Califat ottoman en Etat laïc et sa
modernisation mise en place par Mustafa Kemal Atatürk en 1922 en Turquie. Hélas,
aujourd’hui la Turquie ne répond plus aux critères universels de la laïcité qui stipulent la
séparation stricte de l’Eglise et de l’Etat, et excluent le prosélytisme religieux, tant au
niveau individuel que collectif.12

4) Un concept paranoïaque de la laïcité


À la fin de l’année 2017, Waleed Al-Husseini signe une tribune dénonçant l’expression de la «
radicalisation de la laïcité » par Emmanuel Macron.

Pourtant, très vite, l’analyse du terme de « radicalisation » fait référence selon eux à la
radicalisation des « islamistes ».

Une comparaison de mauvaise foi qui les pousse à imaginer que ces derniers représentent une
menace pour la République, alors que « radical », reste le synonyme de « racine ». Autrement dit
ceux qui dans la « radicalisation de la laïcité » ne devraient pas tomber dans des thèses
complotistes.

La « radicalisation de la Laïcité » signifie justement de revenir aux racines de la Laïcité. Les mots
ont un sens. Déformer le sens des mots pose des risques de fond. En faisant une confusion dans la

12 Waleed Al-Husseini, « Blasphémateur ! Les prisons d'Allah », III : Derrière les barreaux, Grasset, janvier 2015

12
sémantique des mots, Waleed Al-Husseini et consorts réalisent que pour eux, la laïcité à ses sources
revient à comparer la laïcité à l’islamisme. Une comparaison lourde de conséquence qui dénature le
fond de la laïcité.

Ainsi, en France, aujourd’hui la radicalisation qui poserait problème serait celle des
défenseurs de la laïcité. Cela signifie probablement que si la situation l’exigeait, l’Etat
devrait mobiliser les forces vives de la nation, les forces armées et de police, le
renseignement intérieur, pour surveiller ces radicalisés laïques qui menacent l’ordre
public.13

Ces derniers parlent de l’instrumentalisation de la « laïcité », mais sont les premiers à


l’instrumentaliser allant jusqu’à créer « la fiche L ».

Il faut nécessairement qu’elle soit instrumentalisée, utilisée à des fins politiques ou


philosophiques radicales par des agents humains […] Ce qui est sous-entendu dans
cette formule prononcée devant des autorités religieuses, c’est d’une part que les
centaines d’assassinats commis en France par des terroristes justifiant leurs crimes par
des motifs religieux sont mis sur le même plan que des offenses humoristiques ou des
interpellations critiques d’intellectuels à l’égard des religions.[…] La police des
susceptibilités n’existent pas encore en France. Certains aimeraient qu’elle existât, mais
pour l’instant l’immense majorité des Français se rangent encore dans le camp des «
laïcards », et chaque jour davantage à mesure que la pression politico-religieuse
s’exprime pour faire taire les impies, effacer les corps féminin de l’espace public, épurer
les programmes scolaires, séparer les individus sur des bases ethno-religieuses.14

En affirmant « Laïcité AKBAR », Waleed Al-Husseini insulte, injure et salie la loi de 1905. Il
continue en hurlant « République AKBAR » en sous-entendant que la République Française est une
« République Islamiste » reprenant l’argumentation des identitaires et de « Riposte Laïque ».

Le pire réside dans la création par sa mouvance politique d’une « Fiche L », avec L comme
« Laïcard ». Derrière cela, il existe une méconnaissance absolue des « Fiches S », dont de

13 Fatiha Boudjahlat, Céline Pina, Caroline Valentin, Barbara Lefebvre & Waleed al-Husseini, M. le président Macron,
la laïcité n’est ni radicale, ni une menace pour la France, Marianne, le 28 décembre 2018, consulté le 05 avril 2018,
[En Ligne] | Url : https://www.marianne.net/debattons/tribunes/m-le-president-macron-la-laicite-n-est-ni-radicale-
ni-une-menace-pour-la-france
14 Idem

13
nombreuses personnes défendant la Laïcité y sont inscrits et même peut-être des soutiens de Waleed
Al-Husseini.

On revient souvent à la fallacieuse idée de l’« islamo-gauchistes », alors que ce dernier a les pieds
et les mains liés à une extrême-droite rêvant tantôt de Putsch militaire, tantôt de nettoyage ethnique
et religieux.

On peut dire aussi que Waleed Al-Husseini n’est pas un « Fiché L », il ne maîtrise pas la laïcité, au
contraire, il la bâillonne tous les jours. Il va même inventé une « nouvelle république », alors que
nous sommes toujours sous la cinquième république et la laïcité est un principe constitutionnel. Il ne
peut y avoir de problème.

Il s’agit simplement d’un délire proche de la mystification de la laïcité.

Illustration 3: Copie-écran du compte twitter de Waleed Al-


Husseini datée 05 avril 2018

14
II. Waleed combat-il réellement l'Islamisme ?
Dénonce-t-il réellement l'islamisme ? Tel est la question élémentaire que nous devons nous poser
pour continuer notre argumentation.

Non, il dénonce rien du tout. Il participe au contraire à la diffusion des idées islamistes sur sa propre
page.

Dans l'article de Libération, il énonce que

Les islamistes assimilent la laïcité à l’athéisme, synonyme d’impiété, et lui attribuent la


décadence de la société15.

Pourtant, sa laïcité s'apparente plus à de l’athéisme - même si ça n'en est pas. Est-ce une dérive de
l'islamisme qu'il prend pour être ce qu'il combat ? Ne reprend-il pas les arguments des Islamistes
pour défendre l’athéisme ?

Le pluralisme consiste justement à admettre l’existence de plusieurs religions, lorsqu'il a pour


vocation d'interdire une religion au nom de la laïcité, son comportement se rapproche de celui des
Islamistes. On notera tout de même que

Pendant cinq ans, il étudie le Coran et ses différentes interprétations, apprenant des pans
entiers par cœur. Mais au fil de ses lectures approfondies et comparatives16, le doute
s’installe puis se renforce. Un jour, il conclut qu’il est devenu athée.17

De même, son absence de prise de position pour ce qu'il se passe en Turquie, au Kurdistan, en
Syrie, met en avant le militant qu'il est : un opportuniste à l'ère d'internet. De plus, dans les
manifestations contre l'Islamisme, sa présence n'a jamais été remarquée. On peut donc considérer
qu'il est un militant web 2.0.

15 Waleed Al-Husseini, Quel avenir pour la laïcité dans les pays arabes?, Libération le 28 septembre 2015, Consulté le
19 mars 2018, [En Ligne] | URL : http://www.liberation.fr/planete/2015/09/28/quel-avenir-pour-la-laicite-dans-les-
pays-arabes_1392813
16 L’étude durant une durée de cinq ans du Coran et des textes coraniques soulèvent la question de l’objectif primaire
de ses études. En effet, réaliser des études coraniques pour avoir l’équivalent d’un « Master » s’inscrit dans la
logique de devenir un « Imam » pour réaliser un doctorat par la suite.
17 Sandrine Dionys, Waleed Al-Husseini, un athée en colère, Bondyblog, le 24 mars 2015, consulté le 04 avril 2017,
[En ligne] | https://www.bondyblog.fr/reportages/autour-du-monde/waleed-al-husseini-un-athee-en-colere/

15
Dans une période de crise systémique du Capitalisme, nombreux sont ceux à tenter de modifier la
définition de la laïcité pour favoriser la division et l'exclusion.

16
III. Waleed Al-Husseini et l’extrême-droite
1) La contradiction dans la réaction
Dans un post du 29 octobre 2015 sur son Facebook, Waleed Al-Husseini déclare que « continuons à
dénoncer l'extrême droite et l'islamisme ». Pourtant, il continue d'entretenir l'extrême droite grâce à
ses propos démagogues et populistes.

Dans Le Monde Libertaire, l’avertissement était déjà présent sur le fait que Waleed Al-Husseini sert
de gage pour la droite radicale, la droite alternative et l’extrême-droite.

On regrettera peut-être que Waleed, aujourd’hui réfugié en France, fasse ici abstraction
de l’instrumentalisation de l’Islam par les dirigeants politiques de gauche comme de
droite, qui attisent alternativement haine ou communautarisme selon les besoins du
moment.18

Bernard Schalscha (Secrétaire général de l'association France Syrie Démocratie) sur la Règle du Jeu
affirmait à propos de Waleed Al-Husseini qu'aucune

complaisance avec l’extrême droite, dont certains courants ont tenté de l’enrôler,
notamment quand il a fondé le Conseil des ex-musulmans de France (CEMF)19.

Pourtant, il s'est mis à genoux devant l'extrême droite y donnant régulièrement des interviews à
Riposte Laïque, à Europe-Israël et à d’autres ne sont que la partie émergée de l'Iceberg. Il affirme en
même temps que

je n’ai jamais été hostile aux musulmans.20

Dans une interview pour l'Institut Coppet, il déclare que

18 Jean-Yves & H.D., « Blaphémateur ! Les prisons d’Allah », Le Monde Libertaire Hors-Série, n°60, avril-mai 2015
19 Bernard Schalscha, Waleed al-Husseini, l’ami blasphémateur, La Règle du Jeu, le 17 janvier 2015, consulté le 30
octobre 2015, [En Ligne] | URL : https://laregledujeu.org/2015/01/17/18758/waleed-al-husseini-lami-
blasphemateur/
20 Waleed Al-Husseini, Loc. Cit. , Introduction : Lettre à mes frères, Grasset, janvier 2015

17
Je rappelle cependant que si je suis foncièrement hostile à l’islam en tant que religion, je
respecte les musulmans en tant qu’êtres humains et je déplore la situation dans laquelle
ils survivent21.

Grégoire Canlorbe affirme que

Diriez-vous que cette force de caractère est un don génétique22

Or, le caractère n'a pas de lien avec les gènes et l'ADN. Il est une construction sociale et en partie de
l’hérédité. Nous sommes sur une phrase en lien avec l'eugénisme.

Dans le même temps, « L’Institut Coppet s’apprête à livrer au public francophone le plus
formidable outil d’introduction au libéralisme qui soit : la série ‘Free to choose’ de Milton
Friedman ».

Quand on connaît la puissance de l’École de Chicago dans la mise en place des « dictatures
néolibérales » en Amérique du Sud entre les années 1970 et 1980, on peut effectivement se poser
des questions sur la vraie nature de l’interview.

2) Une figure intégrant les codes de l’extrême-droite


Un comble et un paradoxe se posent très vite, combattre l’extrême-droite est-il compatible avec
l’axiome du « je parle parle avec tous le monde » ?23

En même temps, il affirme que l’on

appelle l’universalisme républicain ne consiste pas à nier les sexes, les races ou les
religions, mais à définir l’espace civique indépendamment d’eux pour que personne
n’en soit exclu. 24

21 Grégoire Canlorbe, Interview avec Waleed Al-Husseini, par Grégoire Canlorbe, Institut Coppet, Le 29 janvier 2016,
Consulté 14 avril 2018, [En Ligne] | URL : https://www.institutcoppet.org/2016/01/29/entretien-avec-waleed-al-
husseini-par-gregoire-canlorbe
22 Idem
23 brasiersetcerisiers, La connerie du jour : « Moi je parle avec tout le monde », Brasiers & Cerisiers, le 8 février
2013, Consulté le 15 avril 2018, [En Ligne] | URL : http://www.brasiersetcerisiers.antifa-net.fr/la-connerie-du-jour-
moi-je-parle-avec-tout-le-monde/
24 Waleed Al-Husseini et 99 personnes, L’appel des 100 intellectuels contre le 'séparatisme islamiste', Le Figaro, le 20
mars 2018, consulté le 22 mars 2018, [En ligne] | URL : http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2018/03/19/31003-
20180319ARTFIG00299-l-appel-des-100-intellectuels-contre-le-separatisme-islamiste.php

18
Waleed Al-Husseini tout comme Pierre-André Taguieff et Alain Finkielkraut nous explique que
l'universalisme réside dans la croyance de l’existence des races. Mais croire en l'existence des races
se traduit mécaniquement par une certaine forme de racialisme quand bien même les races qu'ils
décrivent seraient égaux. Dans le fond, il s'agit simplement d'un racialisme égalitaire alors que le
Parti des Indigènes de la République (PIR) tout comme les proches de l'extrême-droite pratique un
racialisme stricte avec une hiérarchie des races. Le discours sur la question des races reste très
dangereux puisqu'il affirme l’existence de différentes races. Pour reprendre un Républicain,
profondément universaliste, Jean Jaurès affirmait qu'au « fond, il n'y a qu'une seule race :
l'humanité »25.

Justement, l’universalisme ce n’est pas « nier les races », mais affirmer qu’elles n’existent pas. En
revanche, il existe des ethnies et des peuples. Ironiquement, la grande majeure partie des signataires
de la tribune appartient au courant néoconservateur ou à la nouvelle droite, si ce n’est de l’extrême-
droite. Ainsi, la conclusion de la tribune perd de son charme :

Nous voulons vivre dans un monde complet où les gens peuvent se côtoyer sans se
craindre. Nous voulons vivre dans un monde complet où aucune religion ne fait la loi.26

En effet, une grande majorité des signataires de la tribune pratique déjà le séparatisme entre les
« français de souche » et les « français de papier » comme Alain Finkielkraut. Une tribune sans
expliciter le fond de la pensée de chaque signataire n’a aucun sens. En effet, il n’y a pas besoin de
l’islamisme pour apercevoir que Waleed Al-Husseini a un cercle d’intellectuels pratiquant le
communautarisme à leur manière. Et cette manière n’est pas si différente du PIR.

Le samedi 10 juin 2017, il donne un entretien au magazine de droite conservatrice, voir d’extrême-
droite Valeurs Actuelles, la thématique reste la même : « La France a cédé à l’islamisation »27

Le plus douloureux et le plus surprenant réside dans le fait que ces connexions se font
avec des personnalités et des mouvements se revendiquant de la gauche progressiste et
de la laïcité mais qui, pour des raisons électoralistes, caressent l’islam politique dans le
sens du poil. Ces personnes contribuent à faire le lit du radicalisme. Depuis l’éclatement
de la première affaire du voile à Creil à la fin des années 1980 (sous la gauche

25 Jean Jaurès, « La Question juive », La Dépêche, 2 juin 1892.


26 Op. Cit. p. 8-9-10
27 Rachel Binhas, « Waleed al-Husseini : 'La France a cédé à l’islamisation' », Valeurs Actuelles, Samedi 10 juin 2017,
Consulté le 04 avril 2018, [En ligne] | URL : http://www.valeursactuelles.com/societe/waleed-al-husseini-la-france-
cede-lislamisation-84489

19
progressiste), la France n’a cessé de céder devant l’islamisation déguisée pour
sauvegarder la paix civile.28

Tout en continuant que

Tout musulman est tenu de répandre son idéologie, et cela relève du djihad individuel
censé, de par ses initiateurs, épuiser l’ennemi.29

En terminant qu’il

il faut aider l’islam à se réformer. Mais le renouveau de l’islam ne se limite pas aux
textes. L’enjeu est avant tout l’introduction de la culture laïque (ou laïcisante) et civile,
susceptibles de modifier le regard des musulmans vis-à-vis des textes fondateurs. En
effet, ceux-ci sont des textes historiques et il est inconcevable de les appliquer en l’état
dans tous les temps et tous les lieux…30

Nous venons de voir son dualisme : confondre tous les musulmans à des djihadistes, mais aussi
affirmer qu’une réforme est nécessaire. Un problème fondamental se pose : faut-il réformer l’islam
ou l’interdire stricto sensu ?

Waleed Al-Husseini est opposé à la liberté religieuse tout comme les Islamistes qu'il critique
régulièrement sur sa page Facebook et son blog. L'opposition à la liberté religieuse est l’extrémisme
religieux. Dans sa langue de bois, ils utilisent les mécanismes des pires intégristes. C'est pour cela
qu'il s'est rapproché de l'organisation d'Ultra-Droite : Riposte Laïque pour argumenter ses
différentes théories.

28 Idem
29 Idem
30 Id.

20
Illustration 4: Copie-écran de la page Facebook de Waleed Al-Husseini datée du
05 avril 2018 mettant en avant les travaux de l’IFRI sur le terrorisme sans donner
le lien, mais y mettant des vidéos de l’HyperCasher, de Charlie Hebdo. Une étude
qui se transforme en réaction sans en sortir une analyse concrète.
L’ethnocentrisme pousse Waleed Al-Husseini a affirmé que les attentats terroristes en France sont
réalisés essentiellement par des Maghrébins et entièrement des musulmans. Or, les sources de
l’IFRI (Institut français des relations internationales) ne se basent pas sur les sources du ministères
de l’intérieur. Dans la grande majorité, les attentats considérés comme terroristes se déroulent sous
la forme de revendications régionalistes, notamment en Corse où les explosions y sont très
fréquentes et très régulières.

3) Waleed Al-Husseini : un militant d’extrême-droite ?

Illustration 5: Copie-écran du site Riposte Laïque effectué le ‎eudi 1 octobre 2015 montrant une
chronique du livre, mais notamment en faisant référence qu'en Juin 2013 Waleed Al-Husseini a
donné une interview au site de Riposte Laïque.
Waleed Al-Husseini connaît les personnes et les militants de ces organisations.

21
Il ne peut donc avoir aucune erreur sur ce point-là. De ce fait, les liens entretenus avec l'association
« Riposte Laïque » permettent une approche politisée. Leurs adhérents sont des ardents défenseurs
du Concordat Napoléonien et des valeurs antirépublicaines. La convergence entre les deux se
résume ainsi : faire interdire l'Islam (au nom de la laïcité), dessouder la laïcité et refuser toutes
critiques constructives profondes.

Illustration 6: Copie-écran du 18 mars 2018 de l'interview de Waleed Al-Husseini donné au site


d'extrême-droite Riposte Laïque datée du 24 ‎uin 2013

Sous l'usage du nom dont elle dispose, elle s'inscrit dans la même logique que le jeune homme :
faire interdire l'Islam au nom de la laïcité et de la république et refuser toute critique de l'Islam pour
le faire transformer de l'intérieur.

Il donne d'ailleurs des interviews à cette organisation qui publie régulièrement des mensonges pour
disloquer la société. D’ailleurs malgré l’utilisation de cette expression, il n’a pas été question de
remettre en cause le délit de la blasphème en Alsace-Moselle31

un de nos principaux objectifs et de dénoncer une telle entrave à la liberté d’expression


qui vise uniquement ceux qui critiquent l’islam et non pas toutes les religions.32

Sa vision se résume également à l’idée qu’il puisse existe « un choc des civilisations » (on y
reviendra plus tard) c’est-à-dire une confrontation entre l’Occident et l’Orient. Cette vision tend
31 Le délit de blasphème en Alsace-Moselle, et donc sur l’ensemble de la France a été abrogé par la Loi 2017-86 du
27 janvier 2017. Or, à un aucun moment de l’interview, il semble s’intéresser de l’existence du délit de blasphème
présent sur une partie du territoire.
32 Pascal Hilout, Waleed Al-Husseini, fondateur des ex-musulmans de France : le problème c’est l’islam, Riposte
Laïque, le 24 juin 2013, consulté le 18 mars 2018, [En ligne] | URL : https://ripostelaique.com/interview-waleed-al-
husseini-le-probleme-cest-lislam.html

22
aussi à admettre que certains « quartiers » se transformeront ou se transforment déjà dans ce qu’il
appelle « des pays arriérés du monde musulman ».

De manière assez simple et classique, Waleed Al-Husseini défend la théorie de Renaud Camus
concernant le « grand remplacement », c’est-à-dire le remplacement d’une civilisation, entre autre
européenne par celle d’une autre civilisation, c’est-à-dire la civilisation islamique ou les
civilisations arabes. De plus, l’utilisation du verbe « défigurer » dans son analyse tente à laisser
penser que la civilisation européenne peut rester éternelle et ne doit pas être dynamique :

L’Europe verra ainsi une partie de ses territoires se transformer en quartiers qui
rivalisent avec bien des pays arriérés du monde musulman. Ceci défigurera la forme que
prendra la civilisation européenne.33

On remarquera qu'il ne soulignera pas que l'avocat de l'organisation a commis de ce que l’on
pourrait qualifier d’attentat suicide contre un jeune bâtonnier. Il s’agit de Joseph Scipilliti. À aucun
moment, Waleed Al-Husseini en fait écho, malgré que la presse traitera ce fait divers 34. Pourtant, il
s’agissait de l’avocat de Riposte Laïque. Le bâtonnier, Henrique Vannier a survécu a cette attaque.
Qu’est-ce que l’on peut déduire ? Il s’agit manifestement de la haine qui l’animait qui l’a poussé à
tenter de tuer Henrique Vannier. D’ailleurs, le texte qui fait figure de testament est publié sur le site
du groupuscule d’extrême-droite « Résistance Républicaine ».

Cela ne dérange à aucun moment Waleed Al-Husseini de cautionner une association qui s'inspire
des slogans de l'entre deux guerres en criant dans ses manifestations (notamment celle du mardi 30
juin 2015)35, : « Islam hors de France », « L'Islam, c'est la gangrène », « musulmans modérés
complices des islamistes », « Au bagne Taubira », etc. Dans le contexte pris, il s'agit évidemment de
véritable incitation à la haine sans un aucun raisonnement.

Dans le même temps, il fait une interview au magazine néoconservateur Causeur :

33 Idem
34 Guillaume Stoll, Dépressif, proche de l'extrême droite... Qui était l’avocat qui a tiré sur le bâtonnier de Melun ?,
L'OBS, le 29 octobre 2015, consulté le 18 mars 2018, [En Ligne] | URL :
https://www.nouvelobs.com/justice/20151029.OBS8541/depressif-proche-de-l-extreme-droite-qui-etait-l-avocat-
qui-a-tire-sur-le-batonnier-de-melun.html
35 David Perrotin, « Un rassemblement islamophobe autorisé à Paris », Buzzfeed News, le 1er juillet 2015, consulté le
30 octobre 2015, [En Ligne] | URL : https://www.buzzfeed.com/davidperrotin/islam-assassin-un-rassemblement-de-
riposte-laique-autorise-a?utm_term=.wuGwM91GE#.xh4abx8YQ

23
On peut se moquer de Jésus ou le blasphémer tout le temps, mais on ne peut pas faire
pareil pour Mohammed (Mahomet) : les médias se l’interdisent au nom de la paix dans
la société et du « vivre-ensemble ». Ils disent qu’ils ne veulent pas plaisanter sur l’islam
pour ne pas passer pour des racistes. Mais en agissant ainsi, ils se montrent même plus
racistes, car ils considèrent les musulmans comme des citoyens de seconde zone et non
plus comme des Français.36

En affirmant que les « ils se montrent même plus racistes, car ils considèrent les musulmans
comme des citoyens de seconde zone et non plus comme des Français.», cela pose un
problème, mais revient sur le concept propre de l’extrême-droite avec le droit du sang.

Or, jusqu’à présent, il s’agit de l’extrême-droite qui considère les musulmans comme des «
Français de seconde zone ».

Reprendre la thématique « du droit du sang » aboutie à affirmer que les médias considèrent
qu’ils existent des « Français de Souche » et des « Français de Papier ». La théorie visant à
accuser les médias d’un racisme pour ne pas dénoncer l’islamisme semble légère. Cela
nécessite d’une rigueur plus importante. Par contre chez Causeur, cette thématique est
largement développée sans que cela le choque, ni l’émeuve malgré qu’il s’agit d’un magazine
d’extrême-droite.

C’est pire en Angleterre mais la France est en train de se transformer en morceaux avec
d’un côté les musulmans, de l’autre les Chinois, etc. A Saint-Denis, pendant le
Ramadan, beaucoup de magasins sont fermés. A Sevran on a vu qu’un café était interdit
aux femmes.37 Ce sont des valeurs du Moyen-Âge qui vont à l’encontre des valeurs de
la société française.38

36 Alexis Brunet, Waleed Al-Husseini: « Face à l’islamisme, le silence des musulmans devient complice », Causeur,
19 avril 2017, consulté le 11 avril 2018, [En Ligne] | URL : https://www.causeur.fr/waleed-al-husseini-islamisme-
france-143850
37 « Le Bondy Blog a publié récemment une « contre-enquête » sur le su‎et qui laisse apparaître une réalité tout autre.
Le « bar interdit aux femmes » est un bar PMU (lieu généralement fréquenté par des hommes) où certaines femmes
viennent régulièrement parier, où l’on sert de l’alcool à profusion et dont le patron ne dort plus depuis le reportage
et la mauvaise publicité qu’il lui a faite. Dont acte. Le reportage de France 2 relevait assez largement d’une mise
en scène avec aux commandes une militante anti-islamistes ou anti-musulmans, on ne sait plus trop bien, Nadia
Remadna, présidente de l’association « La Brigade des mères », bien connue localement pour son activisme. Le
Bondy Blog a rétabli la vérité, qu’il en soit remercié. », in, Hakim El Karoui, «Les leçons du bar PMU de Sevran»,
in, l'Opinion, 13 Mars 2017, Consulté le 11 avril 2018, [En Ligne] | URL : https://www.lopinion.fr/edition/politique/
hakim-el-karoui-lecons-bar-pmu-sevran-122017
38 Op. Cit. n°29

24
Reprendre l’affaire du « bar de Sevran » pour critiquer la condition des « femmes », alors
qu’il s’agit d’une « fausse information » interroge également sur sa vision du « Droit des
femmes ».

Dans le même temps, il ne se déclare pas comme féministe, mais affirme que ce sont « des
valeurs du Moyen-Âge qui vont à l’encontre des valeurs de la société française ».

Mais, les valeurs du « Moyen-Âge » viennent de celles et ceux qui refusent le « féminisme »39
et participe à la diffusion de rumeur, dont tout le monde sait qu’il s’agit d’un mensonge.

Récupérer une « fausse affaire » met en évidence son adhésion profonde à la théorie
concernant la « partition » ou le « morcellement » de la France en différentes communautés.

Quiconque est contre les valeurs modernes comme les Droits des femmes, qui réclame
ou tolère la polygamie et qui condamne le blasphème est pour moi fondamentaliste. 40

Illustration 7: Copie-écran du site du Front National de la fédération la Charente Maritime


datée du ‎eudi 22 octobre 2015
Les mots ont changé, mais pas le sens. La xénophobie et la haine développée n'ont pas l'air de le
choquer plus que ça, son soutien à l'association permet de le situer dans les courants réactionnaires

39 Op. Cit.. n°37


40 Op. Cit.. n°32

25
et obscurantistes de notre société. Il est un soutien clairement établi de l'extrême droite, l'inverse
également.

De plus, il est très proche d'autre courant politique notamment le Front National dont il cautionne
entièrement la ligne politique. C'est par ailleurs une des raisons pour lesquelles ces derniers
diffusent sur les blogs des différentes fédérations ses positions.

D'ailleurs, on ne sera pas choqué si jusqu'à l'extrême droite : le RBM, autrement dit le FN reprend
en cœur ses thèses.

Il a beau rappelé qu’il ne combat que les dogmes et les leaders religieux, et qu’on ne pourrait pas se
servir de lui «pour taper sur les musulmans». Pourtant, il combat rien du tout et soutient les
personnes qui tapent sur les musulmans comme on l'a démontré ci-dessus.

Waleed Al-Husseini donne aussi des interviews à l'organisation d'extrême-droite Europe-Israël :

Illustration 8: Copie-écran du site Europe-Israël datée


du ‎eudi 22 octobre 2015

26
Il affirmera qu’il n’est pas

un féministe et je ne fais pas partie de ceux qui défendent les femmes contre les
injustices qu’elles ont subies pendant des siècles à cause des religions, mais j’ai une
mère, une sœur et une amoureuse et je ne peux accepter qu’elles soient humiliées et
stigmatisées de la sorte, car je les aime beaucoup trop pour les traiter avec cette logique
boiteuse qui infirme l’idée que l’Islam est une religion d’égalité et de liberté.41

Dans la phrase, il affirme que «je ne suis pas un féministe » tout en argumentant que son jugement
se fonde sur le fait que « cette logique boiteuse qui infirme l’idée que l’Islam est une religion
d’égalité et de liberté ». Un concept assez abstrait, puisqu’il n’a jamais été d’islam dans le
féminisme, quand bien même, il existe un courant féministe dans le monde musulman, notamment
en Iran et en Arabie Saoudite. Rejeter le féminisme au nom de l’Islam semble très contradictoire,
puisque les féministes dans le monde musulman essayent justement de se défaire des codifications
liées à l’Islam.

En substance, cela aboutie au raisonnement que l’égalité des sexes reste une chimère. En
conséquence, il est pour le système de répartition des rôles bien distinct de la femme et de l’homme
dans la société.

Waleed Al-Husseini a affirmé que « le réel est un hoax d'extrême-droite ». Alors que ce dernier
copine avec l'extrême-droite (sic), on comprend mieux sa position pour affirmer que les hoaxs sont
finalement la vérité et que la vérité est un hoax. Ainsi, il n'y aurait pas de différences entre la vérité
et le mensonge. Il s'agit d'une pensée particulièrement nihiliste. Nous ne sommes pas loin de
l’argumentation concernant la « post-vérité ».

41 Christian De Lablatinière, « Rencontre avec Waleed Al-Husseini ‘Pourquoi j'ai renié l'Islam...’ », Europe-Israël, le
9 mars 2015, consulté le 18 mars 2018, [En Ligne] | URL : http://www.europe-israel.org/2015/03/rencontre-avec-
waleed-al-husseini%E2%80%8F-pourquoi-jai-renie-lislam/

27
Or, la question d’être ou de ne pas être dans « le réel » renvoie à la figure maurrassienne que
représente « le réel ». Le « réel » renvoie distinctement à la notion du « pays réel ».

La construction de l’analyse « matérialiste » des libéraux comme des marxistes se retrouve


confronter face à ce qu’il appelle les « faits historiques » à la construction chimérique de fait censé
incarné le « réel ». Il s’agit d’une prise de position entièrement rétrograde empruntée à l’extrême-
droite la plus « antirépublicaine » possible.

Enfin, notons qu’il existe une confrontation entre Waleed Al-Husseini et le blogueur « Post de
Veille » sur la question du plagia42.

42 Poste de Veille, Mise en garde contre Waleed Al-Husseini et son blog « La voie de la raison », Islamisme. fr, 4 avril
2014, Consulté le 11 avril 2018, [En Ligne] | URL : http://www.islamisme.fr/mise-en-garde-contre-waleed-al-
husseini-et-son-blog-la-voie-de-la-raison/

28
IV. Le Conseil des Ex-Musulmans de France
(CEMF)

Illustration 9: Bannière de la page facebook du Conseil des Ex-Musulmans de France, datée du


dimanche 11 octobre 2015
Suite à la publication de son premier livre, il a décidé de créer une organisation nommée Le Conseil
des Ex-Musulmans de France (CEMF).

Un mois jour pour jour après la publication de ma tribune dans The Independant,
Maryam Namazie, d’origine iranienne, cofondatrice et présidente du Conseil des ex-
musulmans en Grande-Bretagne, m’a contacté depuis Londres pour me suggérer de
fonder un Conseil des ex-musulmans de France (CEMF). Il serait rattaché à son aîné
britannique et travaillerait en étroite collaboration avec l’antenne allemande. Elle
pourrait venir à Paris pour mettre au point les bases juridiques et les statuts du Conseil.
Je voulais me donner le temps de la réflexion et éviter que la création du CEMF ne
vienne entraver ma demande de réfugié politique. 43

Tout en continuant que

Je suis certain d’une chose : après l’avoir refermé, des milliers d’hommes et de femmes
qui étouffent dans certains pays – et dans certaines banlieues ou quartiers des villes
européennes – régis par l’Islam éprouveront l’immense réconfort de découvrir qu’ils ne

43 Waleed Al-Husseini, « Blasphémateur ! Les prisons d'Allah », V : La Liberté comme je la voulais, Grasset, janvier
2015

29
sont pas seuls. Ils auront alors plus de force pour affirmer tranquillement qu’eux aussi
sont désormais des ex-musulmans.44

C'est lors d'une conférence de presse, le 6 juillet 2013 qu'il a lancé officiellement son organisation
qui est plus ou moins fantôme.

L’extrême-droite a tenté de réaliser une opération vis-à-vis de cette organisation, comme le


soulignera La Règle du Jeu :

Guère surprenant, l’annonce du lancement du CEMF avait alléché quelques groupes


d’extrême droite qui pensaient pouvoir réussir une OPA sur le projet. C’est ainsi qu’une
dizaine de représentants du groupe ultra-nationaliste et anti-musulman Riposte laïque
(qui fut l’organisateur des «apéros saucisson-pinard» en compagnie du Bloc identitaire)
étaient dans le public. Leurs espoirs ont été déçus une fois pour toutes lorsque les
responsables de l’association leur ont fermement lancé depuis la tribune : «Si nous
combattons les fascistes islamistes, ce n’est pas pour accepter les racistes comme
vous !» «Les musulmans que vous haïssez, c’est mon grand-père, ma tante, mes
cousins, s’est exclamé Waleed al-Husseini, je combats l’emprise de la religion, je
combats l’islam quand il veut régenter nos vies, mais je ne m’en prends pas aux
croyants.» Bref, le CEMF a pour principe qu’on «ne combat pas des fascistes en
s’alliant avec d’autres fascistes»45.

Pourtant, cela ne dérangeait absolument Waleed Al-Husseini de donner des interviews à des
organisations comme « Riposte Laïque » lorsqu’il s’agissait de diffuser son message identitaire46.
Une vision très paradoxale, puisque Waleed Al-Husseini a multiplié pendant un certain temps de
nombreuses interviews sans se soucier de la nature même de la source en question. Quand il donnait
des entretiens à « Riposte Laïque » pour la diffusion de son livre, cela ne le dérangeait pas. Alors
quand il répond à « Riposte Laïque » que «les musulmans que vous haïssez, c’est mon grand-père,
ma tante, mes cousins ». Ces derniers apprécieront guère qu’à travers l’interview du 24 juin 2013 47,
il les avait déjà insultés.

44 Ibid., I : Introduction
45 Bernard Schalscha, Le Conseil des ex-musulmans de France est né !, La Règle du Jeu, le 10 Juillet 2015, consulté le
19 mars 2018, [En Ligne] | URL : https://laregledujeu.org/2013/07/10/13775/le-conseil-des-ex-musulmans-de-
france-est-ne/
46 Voir le chapitre : « Waleed, un liberticide au nom de la liberté »
47 op. cit. n°25

30
Le « politiquement correcte » exige de passer sous silence les liens qu’il avait eu avec ces
organisations. D’autant qu’il y a passé près de trois heures de temps. À un moment donné, les
choses deviennent particulièrement complexes.

Enfin, la page « Facebook » du CEMF compte près de 10 000 abonnés, l’organisation ne dispose
pas d’un local et encore moins d’un site internet. En 2018, quasiment cinq années plus tard,
l’organisation défendue par Caroline Fourest se retrouve à n’être qu’une organisation fantôme.

D’ailleurs, il semblerait que l’association n’a pas été déposée au Bulletin Officiel des Associations.
Peut-être une anticipation à l’époque de ce qui aurait pu être intéressant ne résume qu’à une
vulgaire opération de communication.

Selon des sources proches, le temps d’attente (depuis près de cinq ans) à la création d’une
association de Loi 1905 reposerait sur le fait que « le conseil des exmusulmans n’est pour le
moment qu’un simple collectif, les démarches de création d’associations sont en cours car pour des
raisons de sécurité nous nous pouvions pas mettre une adresse postale ».

Le plus regrettable réside dans le fait que la quasi-totalité des liens converge vers le site de Waleed
Al-Husseini. Le bouton « réserver » de la page tombe à ce titre sur le site commercial « Amazon ».

On ne peut guère être étonné de ce culte de la personnalité que Waleed Al-Husseini a mis en place
vis-à-vis des personnes qui le suivent.

Au Royaume-Uni ou encore en Allemagne, ceux qui s’identifient comme des « ex-musulmans »


possèdent une organisation solide avec des associations et des moyens de financement autonomes.

On peut dire que son collectif a fait un « flop », ce n’est pas le CEMF, mais le collectif à la gloire de
Waleed Al-Husseini pratiquant le culte de la personnalité.

31
V. Une logique opportuniste
1) La publicité de son livre
Dans une logique opportuniste, il ne fait aucune distinction concernant les groupuscules, l'objectif
est de vendre son livre, ni plus ni moins. Dans son rôle du parfait athée, il est avant tout un bon
capitaliste qui se vend sur sa page. Il fait des rappels réguliers et ses adeptes pour qu'ils achètent son
livre. Ce n'est ni la Bible ou le Coran, pourtant diffusé régulièrement, ce livre pourrait prendre un
caractère religieux. Le gourou vend, ses partisans s’exécutent et relai la propagande.

Illustration 10: Copie-écran de la page facebook de Waleed Al-Husseini daté du ‎eudi 1 octobre
2015

32
On pourra retrouver aussi sous cette forme-là :

Illustration 11: Copie-écran du compte Facebook de Waleed Al-Husseini datée du 15


septembre 2015

Pour trouver le livre, j’avais mis en ligne le pamphlet sur la plateforme « Scribd ». Cette dernière
est réputée pour déposer des documents sous différents formats, dont le « Word », le « PDF » ou
« EPub ». Par ce mécanisme simple, le lecteur pouvait avoir accès à son pamphlet sans avoir à
débourser de l'agent. Une stratégie assez simple puisque cela touchait directement le portefeuille de
Waleed Al-Husseini, tout en laissant le lecteur avoir sa propre opinion sur le livre.

Toutefois, cela a ses limites. La plateforme « Scribd » a retiré le livre sûrement à des signalements
de sa maison d'édition, d'internautes ou de Waleed Al-Husseini lui-même. C'est à partir de ce
moment précis que l'on constate que l'objectif de Waleed Al-Husseini n'est pas finalement de militer
activement contre l'islamisme, mais de mettre une dynamique marketing autour de ses livres. Faire
vendre des livres en mettant régulièrement des liens sur la plateforme Amazon témoigne de l'idée
qu'il se fait des personnes qui suivent sa page : des client potentiels, et donc une source de revenue.
Cela est particulièrement malsain, puisque l'islamisme sert son petit business.

33
2) Commentaire du livre : Blasphémateur, les prisons d’Allah

a) Les musulmans ne font qu’un bloc

Waleed Al-Husseini parle des musulmans comme étant une entitée et identité protéiforme, tout
comme elle serait entièrement lisse. En parlant de « ils » pour désigner « tous les musulmans »,
celui qui a étudié de près fait une impasse sur « les musulmans » et les différents courants au sein de
l’islam : le chiisme, le sunnisme, le soufisme, etc. L’épouvantail étant particulièrement large, ce ne
sont pas « les musulmans », mais « des musulmans ». L’adjectif démonstratif « des » détermine et
désigne à ce titre les personnes en question.

Or, il n’y a pas de volonté de désigner les personnes et il s’en garde bien d’ailleurs. En effet, le
« ils » perd progressivement de sa valeur. Allant encore plus loin, la « guerre d’Algérie » ou les
« évènements d’Algérie » comme le disent ceux qui nient l’Histoire et les différents faits historiques
n’étaient finalement qu’une guerre de religion. Cela n’a pas de sens. Il s’agissait d’une question de
« co-lo-ni-sa-tion ». Des organisations terroristes comme l’O.A.S. (Organisation d’Action Secrète)
clairement d’extrême-droite qui dynamitaient, plombaient et tuaient des innocents ne le choque pas.
Le massacre de Charonne ne peut résider dans une « offuscation ».

La « sous-culture » de Waleed Al-Husseini sous-entend également qu’il n’y a que des musulmans
en Algérie, ce qui se résume comme étant une fausse information. Il existe une minorité de 2,1 %
composé de Juifs, de Chrétiens et autres par le « Pew Research Center » en 2010. Et cela compte
énormément. La comparaison entre « l’islamisation » des Amazigs et la colonisation reste erronée.

La convention franco-algérienne de 1830 énonce que « l'exercice de la religion mahométane restera


libre » suite à la guerre d'Alger (1827 – 1830). La France étant un État-Nation, le malaise s’installe.
Le droit à l’autodétermination de l’Algérie suit également les principes libéraux d’Alexis de
Toqueville, d’Adam Smith ou encore de Ricardo. On constatera que cela va de paire avec les
quatorze points de Wilson justifiaient en 1918, soit près de 100 ans : le droit à l'auto-détermination.

Ils s’offusquent du fait que la France ait occupé l’Algérie et ait voulu la franciser,
oubliant que l’Islam l’y avait précédée et avait islamisé les Amazighs par la force !48

48 Waleed Al-Husseini, « Blasphémateur ! Les prisons d'Allah », II : Des lettres rebelles, La duplicité de l’Islam,
Grasset, janvier 2015

34
Encore une fois les, les termes : « les musulmans » sont employés. Le manque de rigueur atteint son
paroxysme. Utiliser le terme « les islamistes » change effectivement la donne. En effet, « Les
musulmans se moquent de l’eau bénite chez les chrétiens » concernent tous les musulmans, alors
qu’en affirmant « les islamistes se moquent de l’eau bénite chez les chrétiens », il définit les « les
islamistes » comme responsables, ce n’est pas le cas.

Les musulmans se moquent de l’eau bénite chez les chrétiens, et des matsot de Pâques
chez les juifs, mais ils vénèrent l’eau de Zamzam (une source située à La Mecque), les
dattes et l’urine des chameaux. Ils interdisent à leurs femmes d’épouser un mécréant,
mais quand la famille d’une mécréante refuse de la marier à un musulman, elle est
accusée de racisme.49

On pourra reprendre le même raisonnement pour « ils » désignant tous les musulmans, alors que le
sens « les islamiste » changent le sens de la phrase.

Enfin, ils considèrent la construction d’une église en terre islamique et l’évangélisation


comme des crimes destinés à accélérer la colonisation, mais ils se révoltent si un pays
occidental refuse d’accorder un permis de construire pour édifier une mosquée.50

Nous avons pu voir la façon, dont Waleed Al-Husseini parle « des musulmans ». Volonté de
provoquer ou culture en berne, ce qu’il se dégage c’est la volonté de réduire l’ensemble de tous
« les musulmans » à ces descriptions archaïques.

Alors que dans les faits, il existe une diversité chez « les musulmans » que cela soit dans les rites ou
dans la vision même de l’analyse du Coran. Dans le cadre d’un « brûlot » destiné au grand public,
les souplesses sont de mise. Sa théorie suit celle du « choc des civilisations ».

b) Je Suis Allah

Le « délire mystique » commence à s’emparer de Waleed Al-Husseini au moment où il crée sa


propre page « Ana Allah » c’est-à-dire « Je suis Dieu ». Il s’agit d’une façon pour Waleed Al-
Husseini de se prendre pour Dieu ou une divinité. Tout au long de son livre, on sent bien qu’il s’agit
effectivement d’une vision au second degré aboutissant au fait qu’il n’est pas dans un « délire
mystique ». Mais, certaines sources affirment de temps en temps que le second degré degré laisse
49 Idem
50 Id.

35
place au premier degré. Ensuite, nous traiterons l’alcoolisme de Waleed Al-Husseini et sa
toxicomanie dans un autre chapitre.

Ce pastiche des versets coraniques a suscité la colère des musulmans. J’ai poursuivi
avec des messages courts et rythmés qui traitaient de l’alcool, de la drogue et d’autres
aspects de la vie quotidienne des jeunes.51

Le « délire mystique » est un des signes cliniques de la « bouffée délirante aiguë » comme le
souligne le DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders). Ce livre est publié et
référencé par l'Association américaine de psychiatrie (American Psychiatric Association ou APA). Il
est l’équivalent du « Vidal » pour les médicaments. L’un des signes cliniques pour « le délire
polymorphe » se représente par l’idée mystique.

Les uns l’attribuaient aux juifs ou aux sionistes, certains parlaient de complot ourdi par
les ennemis de l’Islam. Les débats télévisés consacrés à ma page m’amusaient : on
qualifiait l’auteur de fou et d’usurpateur de divinité.52

En utilisant l’expression « mes détracteurs sont lâches et ignorants », Waleed Al-Husseini affirme
que seul lui détiendra la vérité. Or, les détracteurs, il en existe de tout bord, de bonne ou de
mauvaise foi. Ainsi, mettre tous ses détracteurs dans le même « panier à salade » met en évidence
une faiblesse intellectuelle pour qualifier ses détracteurs, mais suit aussi la logique de les mettre à
niveau égal.

Cette dernière accusation est ridicule et prouve combien mes détracteurs sont lâches et
ignorants. Ignorants, car ils m’accusaient en même temps d’usurper l’identité de Dieu,
et de nier son existence.53

On apprend également que sont blog est traduit d’abord en anglais et en hébreux, d’où ces premiers
groupes de soutiens en Israël et au Royaume-Uni.

Quelques jours plus tard, j’ai découvert que mon blog avait été traduit en anglais et en
hébreu. J’étais fier que ma voix commence à se faire entendre dans d’autres langues.54

51 Ibid., Je suis Allah


52 Idem
53 Id.
54 Id.

36
Si Waleed Al-Husseini affirme qu’il n’y a pas de preuve de son lien entre la page « Ana Allah » et
lui-même. Il se trompe fondamentalement. En effet, il est arrêté le 2 novembre 2010.

Après avoir vu, la « pensée complexe » de Waleed Al-Husseini sur la thématique « Je suis Dieu »,
nous allons désormais analyser la phase « l’arrestation, les interrogatoires, la torture, la détention et
le jugement » de son « vécu ».

c) L’arrestation, les interrogatoires, la torture, la détention et le jugement

• L’arrestation

Nous allons analyser les différents passages concernant son arrestation.

Son âge et ses différents métiers

Selon Wikipédia, Waleed Al-Husseini est né le 25 juin 1989 à Qalqilya. Il devrait avoir 28 ans. En
2010, il aurait dû avoir 20 ans. Or, il explique dans son livre qu'en 2010, il avait 24 ans, c'est-à-dire
qu'aujourd'hui, il est censé avoir 32 ans et non 28 ans. Mais aucune source n'indique sur Wikipédia
la véracité de sa date de naissance qui lui est attribuée. Qu'est-ce que cela traduit-il ? Il existe alors
une problématique sur sa date de naissance. Est-il né en 1989 ou en 1985 ? Une question
fondamentale surgit.

Début 2010, à 24 ans, j’enseigne les nouvelles technologies dans une école privée de
Qalqilya.55

Alors que Waleed Al-Husseini explique dans les différentes pages avoir travailler dans une école
durant une année et une banque56. Il explique tout de même avoir participer au travail familial que
représentait le salon de coiffure. Or, on pourra se poser des questions sur l’écart entre le salon de
coiffure et le poste d’un agent de banque. L’un est un métier dans artisanat et l’autre se retrouve
avec un statut de classe moyenne comme employé.

En dehors de mes cours, j’aidais mon père dans son salon de coiffure où j’ai appris à
manier les ciseaux et le peigne. Cette expérience fut également riche en enseignement

55 Id.
56 « Au terme de mon contrat, à la fin de l’année scolaire, j’ai décroché un emploi dans une banque. J’étais chargé des
saisies et des suivis des comptes, un emploi administratif guère passionnant, mais moins prenant et mieux
rémunéré. », in, Id.

37
car, comme partout j’imagine, le coiffeur est le confident des clients, et son salon se
transforme souvent en Café du commerce où circulent tous les secrets de la ville.57

Le Téléphone

L’une des scènes fondamentales du livre « Blasphémateur ! Les prisons d’Allah » se résume à la
scène où Waleed Al-Husseini réinitialise son téléphone en présence des enquêteurs à ses côtés. Le
« surréalisme » de cette dernière se résume à ce qu’elle est fondamentalement impossible. En effet,
la France se retrouve comme être « une dictature » à côté de la Palestine.

Les gardés à vue sont désormais obligés de donner leur code de téléphone qui selon France Info à
travers « l’article L. 434-15-2 du code pénal qui punit de trois ans d’emprisonnement et de 270 000
euros d’amende le refus de remettre aux autorités ‎udiciaires ‘une convention secrète de
déchiffrement d’un moyen de cryptologie susceptible d’avoir été utilisé pour préparer, faciliter ou
commettre un crime ou un délit’ »58.

Sur le chemin, mes deux accompagnateurs m’ont demandé mon téléphone portable,
pour m’empêcher de prévenir quiconque ou pour vérifier mes contacts, ai-je pensé.
Avant de le leur remettre, j’ai discrètement réinitialisé mon smartphone pour le vider de
mes données, effacer mon carnet d’adresses, les appels émis et reçus, ainsi que
l’historique des sites Internet consultés. Les agents ne m’ont pas adressé la parole de
tout le trajet.59

La duperie de Waleed Al-Husseini vis-à-vis des enquêteurs ne tient pas véritablement longtemps,
tout ce cinéma aboutie à ce que les enquêteurs comprennent que Waleed Al-Husseini a supprimé
intégralement et réinitialisé son téléphone.

— C’est bien ton smartphone ? Pourquoi ne contient-il aucun contact, aucune


information ?

— Je l’ai acheté il y a deux jours et je n’ai pas eu le temps de le configurer et


d’enregistrer mes données.

57 Id.
58 France Info, « Les gardés à vue seront désormais obligés de donner leur code de téléphone », France Info, Le 17
avril 2018, Consulté le 19 avril 2018, [En Ligne] | URL : https://www.francetvinfo.fr/societe/justice/un-garde-a-
vue-est-desormais-oblige-de-donner-son-code-de-telephone_2710562.html
59 Op. Cit. n°53

38
— Nous allons le garder allumé.60

Malgré la réinitialisation de son téléphone, Waleed Al-Husseini n’a pas pris le temps d’avertir ses
contacts de son arrestation, mais aussi que les différentes sonneries sur son téléphone de manière
« crescendo » le conduirai tout droit vers la détention provisoire. L’absence de réponses augmente
l’inquiétude de ses amis.

Pour s’y connecter, il fallait disposer de mon mot de passe et également de mon
autorisation par téléphone. […] Devant mon silence, il a poursuivi son monologue,
parfois interrompu par la sonnerie de mon téléphone. Mes contacts, mes amis sur
Facebook et les lecteurs de mes blogs s’inquiétaient de plus en plus de mon absence
inhabituellement longue sur les réseaux sociaux.61

Comme le fait souvent référence Waleed Al-Husseini dans son livre, l’Autorité Palestinienne
n’exerce pas la démocratie comme elle le devrait. Pourtant, les écoutes et les fadettes ne sont pas
seulement la logique d’un régime autoritaire, mais la tentative d’insinuer que ces différentes
méthodes n’existent pas dans un régime démocratique qu’il soit présidentialiste ou parlementaire.
Sauf que les grande démocraties modernes en Occident, dont Waleed Al-Husseini semble tant
s’inspirer utilisent de manière progressive de plus en plus les écoutes téléphoniques, tout comme les
différentes fichages pour faire face à des délits et des crimes en tout genre. Ainsi, Waleed Al-
Husseini n’a aucune culture sur les dérives sécuritaires et autoritaires en Occident.

De ce fait, à travers son ignorance, il s’agit de le mettre en confrontation entre l’idée qu’il se fait de
l’Occident en matière de sécurité et de séparation des pouvoirs et des faits concrets. En outre, son
pays d’accueil : la France, utilise massivement les fichages, les fadettes et les écoutes téléphoniques
sur toutes les personnes présentant ou représentant une menace pour la démocratie ou la sécurité
intérieure avec les dérives que l’on connaît actuellement.

Dès mon arrivée, l’enquêteur m’a surpris en sortant un nouveau dossier devant moi. Il
contenait les textos de mon téléphone portable et les transcriptions des appels. J’étais
très surpris puisque j’avais entièrement effacé toutes les données de mon smartphone, et
que le dossier contenait les numéros seuls, sans les noms de mes correspondants. J’ai

60 Idem
61 Id.

39
compris que les Renseignements et la Police militaire avaient obtenu les données des six
derniers mois précédant mon arrestation via mon opérateur de téléphonie mobile.62

Or, à aucun moment Waleed Al-Husseini ne remet en cause le système juridique français. Ainsi, ce
qu’il se passe dans les autres pays importent peu à sa conception.

Après avoir analyser les différentes scènes liées à son arrestation, nous allons étudier sa position sur
son arrestation, et notamment la position de victimisation qu’il prend, afin d’argumenter en
persuadant le lecteur. Il utilise les sentiments du lecteur pour arriver à ses fins.

La victimisation de l’arrestation

Waleed Al-Husseini n’hésite pas à utiliser de la stratégie de victimisation pour émettre des
arguments. En effet, il estime qu’il représente un « bouc émissaire » aux yeux de l’Autorité
Palestinienne ou de simple monnaie d’échange avec le « Hamas » (une organisation reconnue
comme terroriste par de nombreux pays ou coalitions de pays, dont l’Union Européenne).

Le gouvernement devait trouver un bouc émissaire pour limiter les effets des
nombreuses fatwas islamistes qui l’accusaient de laxisme et qualifiaient ses dirigeants
de renégats pour avoir prôné la laïcité.63

Il affirme que lors de

mon arrestation, le procureur a divulgué au grand public des informations privées me


concernant, y compris mon adresse personnelle. En mettant sciemment en danger toute
ma famille, il cherchait sans doute à accentuer la pression psychologique et à obtenir
mes aveux. Je crois aussi qu’il voulait se mettre en avant et accélérer l’évolution de sa
carrière.64

Pourtant, rien ne permet de justifier, mais cette situation, il était au

bord de la crise de nerfs, quand il m’a tendu une feuille sur laquelle était imprimé le
post d’un blog qui annonçait mon arrestation : « Les autorités ont interpellé Waleed Al-

62 Id.
63 Id.
64 Id.

40
Husseini, fondateur et administrateur de la page “Ana Allah”, du blog “La Voix de la
raison” et d’autres sites. Waleed Al-Husseini est un des militants et activistes de
l’athéisme les plus actifs de ces quatre dernières années. » Suivait un rapport détaillé de
toutes mes cyberactivités.65

Après avoir analyser, la situation de son arrestation, nous allons analyser les différents
interrogatoires.

• Les interrogatoires

Waleed Al-Husseini n’est pas vraiment serin pour les premiers interrogatoires. L’utilisation du verbe
« bafouiller » met en évidence le manque de confiance, mais aussi certain stress concernant les
raisons pour lesquels, il doit répondre aux questions des enquêteurs.

Je continuais à nier pour essayer de découvrir ce qu’il savait réellement et pour


comprendre si son dossier contenait des preuves de mon implication, mais au fond de
moi, je paniquais. Je sentais que le monde s’écroulait autour de moi et j’essayais en vain
de ne pas bafouiller.66

En parlant à l’enquêteur, il affirme que

Je te pardonne ton ignorance car tu ne connais rien ! Edward Saïd, Mahmoud Darwich,
Majed Abou Charar, Ghassan Kanafani et Naji Al-Ali étaient tous athées, et sans leur
combat pour la cause palestinienne, il n’y aurait jamais eu d’Autorité palestinienne et tu
n’aurais jamais été procureur !67

Les différents éléments de l’enquête étant multiple, l’enquêteur déclara

— De quoi tu veux que je t’inculpe ? Tu essaies de déstabiliser l’Autorité palestinienne


et de porter atteinte à la sécurité nationale. Tu sèmes la discorde. Tu es passible d’un
procès devant le tribunal de sûreté de l’Etat.68

65 Id.
66 Id.
67 Id.
68 Id.

41
En France, les garde à vue peuvent durer jusqu’à 96 heures pour le grand-banditisme et une semaine
dans le cadre de terrorisme. On en conclue que 96 heures ou une semaine étant supérieur à 48
heures, la France ne respecte pas ses citoyens. Pourtant, c’est bien ce pays aux « lumières éteintes »
que Waleed Al-Husseini a décidé de vivre.

Dans les pays qui respectent leurs citoyens, une garde-à-vue dure généralement 48
heures maximum. La mienne a duré quatre mois.69

Waleed Al-Husseini était effectivement menacé, et différentes personnes souhaitaient sa tête, d’un
certain côté, on ne pourra pas dire que l’Autorité Palestinienne avait tord, même si elle était de
mauvaise foi concernant le motif de l’incarcération.

Un quart d’heure plus tard, un garde m’a apporté un matelas et une couverture et m’a dit
: « Tu dormiras dans cette pièce. Tu es en danger. Beaucoup de gens veulent ta mort. Tu
es un prisonnier de l’Autorité palestinienne et nous ne souhaitons pas que les gens
t’exécutent. »70

Dans le même temps,

à les entendre, toute la presse internationale et les sites Internet parlaient de mon cas et
réclamaient ma libération, des ONG internationales demandaient aux gouvernements

étrangers d’exercer des pressions sur l’Autorité palestinienne pour me libérer.71

Dans sa méconnaissance culturel, il va jusqu’à opposer le marxisme et le capitalisme, ou encore le


socialisme au nationalisme. Il affirme que les échecs ne sont pas liés aux idées, mais à la façon, dont
ces dernières ont été appliquées.

On peut dire que l’échec de la laïcité, du marxisme, du socialisme, du nationalisme ou


du capitalisme est lié à la façon dont leurs principes ont été appliqués, et pas aux
principes eux-mêmes.72

Il va jusqu’à défendre les chrétiens de Damas, c’est-à-dire les chrétiens d’Orient en affirmant que

69 Id.
70 Id.
71 Id.
72 Id.

42
les conditions imposées par le calife Omar aux chrétiens de Damas sont toujours en
vigueur dans la majorité des pays musulmans. Omar avait interdit aux chrétiens de
construire des églises, des couvents ou des ermitages, ou de restaurer leurs édifices
pourtant détruits par les musulmans. Il imposait aux églises d’accueillir les musulmans,
de ne pas faire sonner leurs cloches, et de supprimer les crucifix. Les chrétiens étaient
sommés de cacher leurs croix et de prier à voix basse. Ils étaient interdits de processions
pour le dimanche des Rameaux et pour Pâques afin de ne pas perturber les musulmans
lors des fêtes d’Al-Adha et d’Al-Fitr.73

La question des enquêteurs semblent juste : pourquoi sa défense des chrétiens d’Orient, que les
musulmans qui sont les premiers à être victime de « l’islamisme ».

— Pourquoi, dans tes écrits, critiques-tu plus l’Islam que les autres religions ?

— Je suis né dans une société musulmane et je connais beaucoup mieux l’Islam que les
autres religions. J’écris en arabe et la majorité des arabophones sont musulmans. De
plus, l’Islam est présent partout dans ma vie.74

En s’emmêlant les pinceaux, Waleed Al-Husseini décrit la démocratie se résumant à la laïcité et que
cette laïcité qui permettrait l’alternance d’une majorité à une autre. Dans les faits, l’alternance est
liée aux élections démocratiques. Certains pays n’étant pas laïc comme les États-Unis d’Amérique
ou l’Allemagne subisse des alternances. Autrement dit, la laïcité ne permet en aucun point ces
conditions. Dans les démocraties occidentales, certaines lois ou certains dogmes économiques
comme le fait que la « dette est mauvaise » des principes religieux, dans le présent, il s’agit du
protestantisme.

— Tout simplement que la démocratie est un régime dans lequel le peuple participe à la
prise des décisions ! La démocratie tolère qu’une minorité puisse devenir majoritaire, et
que l’opposition puisse accéder au pouvoir, ça s’appelle l’alternance. Sans ces
conditions, la démocratie n’a aucune chance. Or la laïcité garantit le respect de ces
conditions. Elle permet d’intégrer les citoyens en dépit de leurs différences, leur garantit
l’égalité des droits et des devoirs sur les critères de la citoyenneté, et non sur leur
appartenance religieuse et confessionnelle ou sur leur sexe. Elle garantit l’adaptation des

73 Id.
74 Id.

43
lois et des constitutions, les lois ne peuvent plus être figées au nom des principes
religieux, tels que le Halal (licite) et le Haram (illicite).75

Waleed Al-Husseini comprend désormais que sa lutte contre l'Islam n'a plus de sens et que seul un
moyen de se repentir pour sortir des différentes geôles et des cellules de l'autorité palestinienne. Le
pot de fer contre le pot de terre, ne peut plus continuer. Dans ce cas précis, Waleed Al-Husseini se
résigne en affirmant tout doucement que sa lutte est perdue d'avance. Ainsi,

en réfléchissant à ce que je venais d’entendre. J’ai admis que je ne pouvais me battre


sans cesse. Je ne pouvais plus continuer à nager à contre-courant. […] Alors, j’ai
accepté de m’adapter quelque temps et de simuler. Ma sincérité m’empêchait de revenir
dans l’Islam et de mentir, mais j’ai malgré tout décidé de faire preuve d’une plus grande
souplesse, tel le roseau qui plie sans se rompre, ou l’eau qui parvient toujours à
contourner les rochers pour suivre son cours.76

Après avoir analyser les interrogatoire, nous allons mettre en lumière sur ce que Waleed Al-
Husseini appelle de la torture, mais aussi les différentes méthodes par lesquels il a été torturé dans
les couloirs des services de renseignement.

• La torture

Dans le livre Blasphémateur ! Les prisons d’Allah, la question de la torture prend une place
importante. Nous pensons évidemment à « la prison de Saidnaia » en Syrie. Les tortures exercé par
le régime syrien mettent à rude épreuve le corps. Dans le cadre de l’histoire de Waleed Al-Husseini,
il s’agit de coup porté pour qu’il lâche aux enquêteurs les différents mot de passe. Or, les nués de
sauterelle n’ont pas l’intention d’épuiser le corps de Waleed Al-Husseini, mais d’arriver à de simple
renseignement. En effet, il s’agit simplement d’une pression psychologique surtout.

Il a saisi la bouteille posée sur son bureau et m’a frappé. Je n’ai pas réagi. Mon premier
souci était de ne pas céder aux pressions et de ne jamais communiquer mes codes
d’accès car ma boîte mail contenait toutes les informations, codes et mots de passe pour
tous mes blogs en arabe, en français, en anglais, et ma page YouTube.77

75 Id.
76 Id.
77 Id.

44
Il continue en affirmant que

l’interrogatoire musclé, fait de torture physique et psychologique, a alors commencé. Je


suis retourné dans le couloir sombre et humide du sous-sol, debout face au mur, mais
cette fois je devais me mettre en équilibre sur une jambe. Je pouvais néanmoins
alterner78

Ensuite,

j’ai effectivement tenu un mois, debout chaque jour sur une seule jambe. Une torture
interrompue par le seul repas du jour, souvent constitué d’un bol de yaourt et de
quelques morceaux de pain.79

Alors que

j’ai été accroché au plafond par un bras et on m’a bandé les yeux avec un chiffon puant
pour m’empêcher de voir mon tortionnaire, qui m’abreuvait d’insultes. […] Je
répondais que Dieu n’existait pas, que ce n’était qu’une illusion et que je refusais de
prier une illusion. Mes réponses les rendaient encore plus violents les encourageaient à
me fouetter les pieds. […] Mes geôliers m’obligeaient à rester debout durant des heures
sur de petites boîtes de conserve. Une position dont la douleur était inversement
proportionnelle au diamètre des boîtes. Plus elles étaient petites, plus elles s’incrustaient
dans mes pieds et me faisaient mal.80

Le lecteur se fera une interprétation personnelle de ce qu’il appelle de la torture, il semble qu’il
s’agit bien d’une hyperbole lorsqu’il y parle. Ensuite, nous allons nous intéresser à ces conditions
de détention.

• La détention

Le début de la détention de Waleed Al-Husseini se résume tout d’abord d’avantage à une garde-à-
vue :

78 Id.
79 Id.
80 Id.

45
Un agent a ouvert une cellule, m’a poussé à l’intérieur en me donnant un bout de
couverture en guise de matelas, et m’a dit : — Tu vas dormir ici cette nuit. Repose-toi
car demain, la journée sera longue.81

Dans sa détention Waleed Al-Husseini s’interroge et se met en doute.

Je tentai vainement de rassembler mes forces pour rebondir, mais pour quoi ? J’étais
derrière les barreaux. Après des années de combat en faveur de la liberté d’expression,
j’étais prisonnier dans les geôles de Cisjordanie. Était-ce le prix à payer pour la liberté
que je m’étais octroyée ? Pour moi, la liberté n’a pas de prix, elle fait partie de la vie.82

Au fur et à mesure de sa détention, cette dernière est devenue plus souple

Ils m’ont transféré dans la cellule sombre et humide du sous-sol, mais équipée d’un
nouveau matelas, et ont amélioré mes conditions de détention : j’avais désormais trois
repas par jour, le droit de prendre une douche quotidiennement et de fumer.83

En sympathisant avec les gardiens c’est-à-dire ses geôliers, Waleed Al-Husseini crée une
atmosphère plus détendue et plus serin lui offrant des gages d’une meilleur détention, mais aussi
d’une détention plus souple. Dans l’opposée, les copinages avec les gardiens dans son pays
d’adoption reste très mal vu. En effet, les conditions de détention en France n’ont rien à voir avec
celle que Waleed Al-Husseini décrit. Il s’agit là d’une détention en version cinq étoiles, loin des
rats, des moisissures et autres insalubrités que l’on peut voir dans les prisons française que ce soit
de la maison d’arrêt, centre pénitentiaire, centre de détention ou la centrale.

Ils n’hésitaient pas à m’offrir des gâteaux et des boissons, ou à m’inviter à partager leur
repas. Ils me racontaient les nouvelles de ma ville et appréciaient mes réflexions. Ils
étaient ma seule fenêtre sur le monde extérieur, brisant la solitude asphyxiante de ma
détention. Durant les six mois suivants, nos échanges se sont renforcés et, au début des
révolutions arabes, nous commentions ensemble la retransmission des événements à la
télévision.84

81 Id.
82 Id.
83 Id.
84 Id.

46
Il s’interroge sur la question de la détention préventive. Mais, il ne doute à aucun moment que les
procès politisés en France subissent le même sort.

Mais tout mon procès était illégal. Mon arrestation, ma détention préventive de plus de
sept mois, la torture physique et morale, mon jugement devant une cour martiale, et
maintenant le témoin qui n’est autre que l’enquêteur !85

Après avoir mis en lumière ses conditions de détention par les services de renseignement, nous
allons mettre en avant le jugement.

• Le jugement

La phase du jugement que Waleed Al-Husseini décrit tente de le faire passer pour une personne
innocente vis-à-vis de ce qu’il a publié dans ses articles et son blog, sans prendre en considération
de l’environnement dans lequel il vivait. Là où ses articles se font de lui une critique de l’Islam,
dans les faits ses analyses se portent sur le sacré dans un contexte politico-religieux très instable.
Ainsi, il n’est pas anodin qu’il écrive que

dans tous mes écrits, je n’avais jamais porté atteinte à l’Islam ou aux musulmans. Je
n’avais fait que reproduire et discuter leurs textes sacrés.86

La mauvaise foi l’emporte sur les barreaux du tribunal. L’athéisme de combat comme nous l’avons
vu par Bakounine ci-dessus témoigne d’une volonté de faire sortir les personnes de la religion, et en
conséquence de les convertir à l’idéologie que représente l’athéisme. D’ailleurs, son blog « la voix
de la raison » par ses description tente justement de créer un propagande importante dans le
« monde musulman » que Dieu n’existe pas. Ainsi, il exerce effectivement un « prosélytisme
athée », mais n’en n’assume pas les actes.

— Donc tu fais du prosélytisme athée, tout comme les islamistes tentent de convertir à
l’Islam, ou les évangélistes au christianisme !

— Mais non, je n’ai jamais tenté de convertir quiconque ! Je respecte trop la liberté
individuelle et la liberté d’expression.87

85 Id.
86 Id.
87 Id.

47
Dans le même temps, il est tout de même pris de remord vis-à-vis de sa famille et de ce qu’elle a
enduré :

Les deux jours qui me séparaient du procès m’ont paru sans fin. Le temps s’est arrêté, et
j’étais terriblement anxieux. […] A cause de moi, elle avait souffert, subi les remarques
désobligeantes et les regards inquisiteurs de la population.88

L’un des juges plus clément que les autres a mis en évidence que Waleed Al-Husseini pouvait jouir
d’une libération « conditionnel » pour poursuivre son jugement.

— Dis à ton père de présenter une demande de libération, que je puisse te l’accorder dès
la prochaine séance. Cela ne te dispensera pas de répondre aux convocations et
d’assister au procès.

Ma joie était immense. Les décisions de ce juge semblaient détachées de toute


considération politique et j’étais certain qu’il était réellement indépendant et juste. Il
traitait ses dossiers d’un point de vue purement judiciaire, ce qui était exceptionnel.89

Au final, Waleed Al-Husseini a été condamné à 7 ans et demi de prison par contumace pour avoir
rédiger un blog, mais aussi pour s’être pris pour Dieu. Dans le fond, ce jugement fait acte aux faits
qu’il a largement créé un trouble à l’ordre public dans une région du monde où la Palestine n’est pas
considérée comme un État-Nation, mais simplement une entité gérée en partie par le Hamas sur la
bande de Gaza et l’Autorité Palestinienne pour la Cisjordanie.

d) Théorie du « Choc des civilisations » et du « Grand remplacement »

Le mépris de classe vis-à-vis des SDF. Waleed Al-Husseini considère comme les libéraux ou les
libertariens que la mendicité est un métier.

En découvrant ces rues remplies de clochards, j’ai cru que la mendicité était un métier
dans ce quartier.90

88 Id.
89 Id.
90 Ibid, V : La Liberté comme je la voulais

48
Waleed Al-Husseini a du mal à vivre dans les quartiers populaires, car sa culture de bonne famille et
bourgeoise se traduit par le refoulement de la société française et de sa lutte des classes. La
paupérisation galopante le choque et lui donne le mal du pays. Or, le XVIII ème arrondissement de
Paris n'est pas si différent des autres quartiers de Paris. Certes, le XVIII ème n'est pas le XVIème
arrondissement. Mais, dans tous les cas, cette vision permet de voir son rejet de la construction
historique de Paris. Les quartiers à l'Est et au Nord, sont les plus pauvres, d'autant qu'on s'éloigne de
l'intérieur du centre-ville et de la Cité. Des raisons historiques, économiques et sociétales expliquent
cela.

J’avais du mal à vivre dans le 18e qui me semblait si loin et si différent du reste de la
ville.91

Considérer la ville de Saint-Denis comme appartenant à une ville d’un « pays islamique » permet de
démontrer en tableau de fond qu’il considère que les différentes populations ont été remplacées par
des populations liées aux « pays islamiques ». Faire de Saint-Denis, la capitale du « grand
remplacement » met en suspension sa logique de pensée. Le conservatisme lui indique que les
populations liées à Saint-Denis sont dangereuses. La dangerosité fait que ces dernières le
menacerait indirectement et qu’il serait en danger. Alors que dans les faits, Saint-Denis est une ville
comme les autres, très populaire. Son mépris vis-à-vis des classes populaires ne pourra que choquer
le lecteur assidu. Il refuse surtout le brassage culturel reprenant ipso facto les thèses de Renaud
Camus. Nous l’avons vu dans le Chapitre III, Waleed Al-Husseini accorde une certaine importance
à l’extrême-droite. Il utilise leur dialectique pour mettre en perspective sa pensée.

Mais une association qui travaille avec vous ne m’a trouvé un hébergement qu’à Saint-
Denis et je ne peux pas accepter car je suis menacé et très exposé là-bas. On s’y croirait
dans un pays islamique.92

L’utilisation du terme « politiquement correct » renvoie à la « droite complexée » qui ne supporte


plus la mise en place des tabous. Autrement dit, il utilise la sémantique réactionnaire et
conservatrice pour dénoncer les « hommes » - mais pas les « femmes » - appliquant dans ce qu’il
pense être une « laïcité sélective ».

91 Idem
92 Id.

49
Les hommes politiques appliquent une laïcité sélective, au nom du « politiquement
correct ».93

Une fois de plus, en utilisant le terme « laxisme occidental » pour décrire la manière, dont nous
vivons, pose un sérieux problème. N’est-ce pas son idéologie conservatrice et réactionnaire qui
pousse sans cesse les classes populaires toujours plus loin des centres-villes. Trouver sans cesse une
raison pour accuser l’occident, alors qu’il n’est pas capable de s’intégrer en France soulève de
nombreuses questions.

Le fait que les classes populaires vivent « dans des ghettos » ne peut laisser passer le fait que les
plus fortunés vivent également dans des quartiers, où ils se rassemblent. Mais, les « ghettos de
riches » ne l’inquiètent pas. Il est plus facile de vivre dans le XVI ème arrondissement qu’à Saint-
Denis. Dans le même temps, le fait que les plus riches « réclament le respect et leurs propres
règles » ne semblent guère le choquer.

Mais le laxisme occidental pose problème. L’Occident, qui compte des millions de
musulmans venus d’ailleurs et leur accorde la citoyenneté, tolère que certains de ces
derniers vivent dans des ghettos et réclament le respect de leurs propres règles, avant
même de s’intégrer et de respecter les lois de leur pays d’accueil.94

Il continuent en soutenant que « les islamistes »

se mobilisent de plus en plus pour investir la scène politique avec un objectif à peine
voilé : accéder au pouvoir. La suite d’un tel scénario n’échappe à personne.95

Enfin, ils concluent que

trop de musulmans refusent encore de s’intégrer en Occident de nos jours. Ils réclament
tous les droits acquis aux citoyens occidentaux au nom des droits de l’Homme et de
l’égalité, mais ils refusent les devoirs qui incombent à ces citoyens. Ils veulent imposer
leur religion aux Etats qui n’ont plus de religion, et aux sociétés qui la pratiquent
discrètement.96

93 Ibid, VI : Le Conseil des ex-musulmans de France


94 Idem
95 Id.
96 Id.

50
On l’aura remarquer que Waleed Al-Husseini se situe dans un langage proprement lié à l’extrême-
droite sur fond de « complotisme aiguë ».

e) Sa haine des gauchistes

Le mot « gauchiste » est utilisé quatre fois dans son livre, alors que la « gauche » n’est à aucun
moment employé pour décrire des convictions en tout genre. Comme nous allons le voir, le
« gauchisme » est employé dans une forme péjoratif. Il s’agit et c’est une hypothèse du fait que sa
construction idéologique l’a fait tombé dans une logique réactionnaire comme nous l’avons vu ci-
dessus.

La pression sur les gauchistes s’accentue quand il affirme que « les gauchistes », c’est-à-dire « tous
les gauchistes » acceptent la logique rétrograde. Il utilise la même logique qu’utiliser qu’à-propos
des musulmans que nous avons vu ci-dessus.

Une vision qui tend à créer un bloc uniforme pour les différents courants « gauchistes », mais de par
sa lecture, on se rend compte qu’il n’y connaît pas grand-chose sur le gauchisme, tant sur l’aspect
culturel que sur l’aspect de la rhétorique. Lénine et Rosa Luxembourg se sont disputés différentes
thèses sur ce sujet. Or, on constatera que le « gauchisme » d’après Waleed Al-Husseini n’étant pas
défini, on ne peut savoir à ce titre ce que représente le gauchisme. Mais, on pourra tout de même
soupçonner qu’il n’a aucune culture politique sur le gauchisme. Quant aux progressistes,
c’est identique, aucune explication à ce sujet.

Même les gauchistes qui se disent progressistes acceptent ces articles archaïques qui
fondent des Etats rétrogrades.97

La pression sur les gauchistes s’accentue quand il affirme que « les gauchistes », c’est-à-dire « tous
les gauchistes » acceptent la logique rétrograde. Il utilise la même logique qu’utiliser qu’à-propos
des musulmans que nous avons vu ci-dessus.

Les gauchistes et les laïcs sont responsables de cette situation car tout en prétendant
défendre la liberté, ils se sont révélés opportunistes et arrivistes. Ils ont privilégié leur
propre carrière politique au détriment de leurs devoirs humanistes. […] Les slogans

97 Op. Cit. n°62

51
laïcs et gauchistes ne servent qu’à grignoter quelques avancées au millimètre. Crions-le
haut et fort : Nous sommes ici, et nous sommes ce que nous sommes !98

98 Id.

52
VI. Qui sont les traducteurs de Waleed Al-
Husseini ?

1) Qui est Chawki Freiha ?

Les deux livres rédigés officiellement par Waleed Al-Husseini, l’ont été par Chawki Freiha.

Il se considère comme un journaliste et intervient dans l’ensemble de la communication que cela


soit chez Grasset ou chez Ring. Dès lors, il existe un lien très intime entre les deux personnes.

Dans une interview à InfoliveTV du 04 mars 2015, Chawki Freiha annonce avoir écrit le livre
Blasphémateur ! Les prisons d’Allah :

Et si je l'ai traduit en deux mois, au lieu de six, c'est parce que le livre pouvait être mon
travail. Puisque la réflexion était la mienne, le livre est en sorte mon "porte-parole".

En affirmant que le livre de Waleed Al-Husseini est le « porte-parole » de Chawki Freiha dans
l’interview avec InfoliveTV, Chawki Freiha personnalise le livre relevant de son propre travail,
mettant ipso facto le travail de Waleed Al-Husseini au second plan.

Donc, c'était très facile pour moi : je lisais le matin dans le train le manuscrit et j'arrivais
chez moi, je rédigeais en français. Ce n'était pas la peine de traduire en quelque sorte.

En affirmant que ce n’est pas « la peine de traduire », cela permet d’affirmer que Chawki Freiha n’a
pas traduit son premier livre, mais l’a développé à sa manière. Il continue en affirmant que

je pompais en arabe et je restituais en français parce que l'idée c'est mon combat en
quelque sorte.

Or, si Chawki Freiha a fait la quasi-totalité du travail, on peut dire qu’il est le véritable auteur et
qu’il s’est inspiré du travail de Waleed Al-Husseini. En effet, il n’a pas traduit au sens strict, mais a
restitué un texte, différent de l’original. Normalement, Chawki Freiha devrait avoir les droits
d’auteur. Le livre est écrit d’après Waleed Al-Hussuni et non par Waleed Al-Husseini en personne.

53
Enfin, on peut dire que malgré la barrière de la langue entre Waleed Al-Husseini et la France, il n’a
pas choisi son traducteur par hasard. Ce dernier s’inscrit dans une ligne pro-israélienne tout comme
ses premiers soutiens99.

2) Qui est Myriam Blondel ?

La présence du traducteur dans le cadre de la page de Waleed Al-Husseini est le cadenas qui permet
de comprendre l'ensemble du problème. En effet, nul ne peut douter que Waleed Al-Husseini n'était
pas tout le temps derrière sa page « Facebook ».

Illustration 12: Waleed Al-Husseini et Myriam Blondel à l'Assemblée Nationale

Les textes édités et la maîtrise de la langue française par Waleed Al-Husseini mettaient en avant un
paradoxe évident.

Lors des conversations privées, nous discutons dans un anglais approximatif et un Français « google
traduction ». L'évidence du raisonnement aboutit qu'il existe sur sa page et autour de lui : une
équipe de traduction ou une personne traductrice.

99 Op. Cit. n°52

54
Illustration 13: Copie-écran du profil Facebook de
Myriam Blondel datée du mardi 3 novembre 2015

Dans un colloque à l'Assemblée Nationale, on remarque que Myriam Blondel est sa traductrice.
Cette militante d'extrême droite au fil des années a réussi à faire sa place au fil des années. En effet,
les réseaux sociaux permettent aux populistes de se hisser en démagogue et en Tribun. En utilisant
cet outil Myriam Blondel a pu ainsi de par les doctrines qu'elle utilise faire un rapprochement avec
Waleed Al-Husseini. Ses idées ne sont que la suite et le prolongement d'un nationalisme voulant que
la France reste éternelle. Elle prétexte tout de même lutter contre l'extrême droite et le FN. Sa
double-nationalité ne facilite pas les choses, puisqu'elle s'en sert pour diffuser certaines idées.

Illustration 14: Copie-écran du Profil Facebook de Myriam Blondel datée du mardi 3


novembre 2015

La théorie de Myriam Blondel : les parents du petit Aylan Kurdi sont responsables de son décès.
L'idée est la suivante : pourquoi faire des enfants pendant un conflit armée. Dans le cadre de cette
famille qui fuit Kobanê, disons-le clairement, aucun conflit n'était en cours, il y a trois ans (l'âge du
décès de l'enfant). Condamner les parents dont le père est le seul survivant pour nier clairement les

55
évènements de Kobanê est une stratégie d'une véritable bassesse intellectuelle. La première bataille
début en 2014. L'enfant est né en 2013 dans une ville qui vivait correctement.

Illustration 15: Copie-écran du Profil Facebook de Myriam Blondel datée du mardi 3


novembre 2015
Myriam Blondel affirme donc qu'il existe deux types de réfugiés : les lâches et ceux qui fuient
volontairement l'état. Dans le cadre de la Syrie, du Yemen, etc., elle n'a pas souhaité parler
d'avantage, mais l'état persécuteur liberticide. Un point de vue double. Parlant de torture, elle ne met
pas en avant les tortures de l'organisation terroriste, sûrement pour dissiper certains points de vue.
Enfin, les lâches selon Myriam Blondel sont ceux qui répondent au besoin « d'être en sécurité »
(Virginia Henderson). Enfin, que pense-t-elle des fuyards qui sont allés en Angleterre pendant que
la France était occupée ?

56
Illustration 16: Copie-écran du Profil Facebook de Myriam Blondel datée
du mardi 3 novembre 2015
Myriam Blondel affirme que combattre les discriminations de toutes sortes est devenu « un fléau ».
La justification se fait au nom que les discriminations seraient propres et qu'elle combattrait de ce
fait le totalitarisme et l'ignorance. De ce fait, la propreté dans une société s’assimilerait à une
société basée sur la hiérarchie des ethnies, des peuples et des religions.

Illustration 17: Copie-écran du Profil Facebook de Myriam Blondel datée du mardi


3 novembre 2015
Myriam Blondel possède l'art de considérer les musulmans comme « des bêtes sauvages ». Ce genre
d'argumentation est largement répandu dans l'ensemble de la mouvance identitaire et conservatrice.
De plus, on constate qu'il n'y a aucune critique de fond de l'Islam. Un fait très régulier dans ses
publications sur son profil Facebook.

3) Qui est Atika Samrah ?

Il vit avec Atika Samrah. Cette dernière est sous son emprise. Donc ce n’est pas étonnant qu’elle est
participée au rôle de traducteur de Waleed Al-Husseini :

L’une d’elles, Atika Samrah, s’est mobilisée à cent pour cent pour le projet. Elle a
participé à de nombreuses réunions publiques et se chargeait des traductions. En plus de
cela, et au détriment de sa vie privée, elle a aussi été mon interprète.100

100 Ibid., V : La Liberté comme je la voulais

57
VII. Pour son second livre, Waleed Al-Husseini
choisit une maison d'édition d'extrême-droite :
Ring

Illustration 18: Copie-écran du site Ring datée du dimanche 18 mars 2018


Waleed Al-Husseini peut clamer ce qu’il voudra, mais le choix de sa maison d’édition pour son
second livre ne reste pas une anecdote. En effet, dès

sa création, Ring a pu compter sur de bonnes fées. Le 12 mars 2012, soit un mois après
son enregistrement, la société par actions simplifiées (SAS) reçoit un virement de 36
000 euros sur son compte de la Société générale. Un document interne, que Libération a
consulté, détaille la répartition des parts entre quatre investisseurs. On y retrouve le
grand flic Jean-François Gayraud, accompagné des criminologues Pierre Delval,
François Haut et Xavier Raufer. François Haut est passé par le groupuscule néofasciste
Occident, tout comme Xavier Raufer, qui tient conférence au FN.101

Or, on comprendra très vite que la personnalité de Xavier Raufer viennent de groupuscule étant à
l’origine à la création de ce qui deviendra le Front National. Si « Ordre Nouveau » n’est pas le

101 Robin d'Angelo, « Ring, l'éditeur préféré de la fachosphère », Libération, 16 janvier 2017, Consulté le 11 avril
2018, [En Ligne] | URL : https://oeilsurlefront.liberation.fr/actualites/2017/01/15/ring-des-editions-qui-sentent-le-
soufre_1541637

58
groupe « Occident », la rhétorique en matière de politique reste identique. Dans le même temps, son
patron

confirme nos informations et affirme avoir joué les entremetteurs entre Ring et les
autres investisseurs. Il en profite pour déblatérer sur «la police de la pensée» avant de
lancer : «Se prendre le Brexit et Trump dans la gueule, ça ne vous a pas servi de leçon ?
Vous avez compris le sort qui est le vôtre ?»102

Le blog « Tant qu’il le faudra » du « Nouveau Parti Anticapitaliste » déclaré qu’on l’a

avec Dieudonné, quand elle souhaite avancer masquée, l’univers culturel est un terrain
idéal pour l’extrême-droite. C’est bien sûr la garantie pour elle de toucher des gens qui
ne feraient jamais la démarche de se rendre à un meeting ou de lire un programme
politique. Mais ça lui permet aussi de revendiquer une « indépendance » (parfois de
façade) vis-à-vis des organisations et des politiciens d’extrême-droite, de justifier son
discours réactionnaire par la liberté artistique, par la distanciation entre l’auteur et son
œuvre ou son personnage, par « l’humour », etc.

Pour autant, et malgré tous les démentis de son patron David Serra, tout un ensemble
d’éléments nous permettent aujourd’hui de penser que Ring est bien un des acteurs de
l’extrême droite culturelle.103

On peut dire que les leçons en faveur du féminisme ne passent pas du tout, quand celui-ci fricote
Marsault. Vous savez le dessinateur qui appelle aux massacres des personnes qui pensent
différemment de lui, mais aussi au viol des féministes 104 notamment lorsque sa page a été fermée
par Facebook. Ce lynchage interroge, mais témoigne la beauferie et la haine des femmes par le
dessinateur. Obscurantiste les voilà ! On peut dire que tout de même que cela ne dérange pas
vraiment Waleed Al-Husseini. Les droits de la femme ce n'est pas vraiment important pour ce
dernier, et encore moins quand ce sont des gens de Gauche.

102 Idem
103 Pierre Dassin, Ring : L’éditeur au cœur de l’extrême droite, Tant qu'il le faudra, 17 février 2017, consulté le 11 avril
2018,[En Ligne] | URL : http://tantquillefaudra.org/actu/article/ring-l-editeur-au-coeur-de-l
104 Il s’agit de l'Affaire Marsault vs Paye Ta Shnek. Face à la violence des dessins de Marsault contre les personnes
qu’il n’apprécie guère, celui-ci n’avait hésité à mettre le nom sur la toile d’une des fondatrices sur la toile, afin que
cette puisse être harcelée par ses admirateurs.

59
Est-ce peut-être parce qu’il le disait lui-même, Waleed Al-Husseini ne se considère pas comme un
féministe105. Son silence dans cette affaire va de paire avec l’adage « qui ne dit mot, consent ». Par
contre la maison d’édition Ring a toutefois tenté de dédramatiser :

Sur le fond, si nous ne cautionnons en aucun cas les immondes menaces proférées par
des fans de Marsault manifestement fous à lier (son public est vaste et divers),
interrogeons nous aussi sur l’origine du clash et sur la surveillance générale106.

Le problème à propos des violences subis par les féministes proviendrait non pas de la violence des
mots, mais de « la surveillance générale » : une manière de dédouaner Marsault.

Illustration 19: Waleed Al-Husseini avec Marsault


On notera que Laurent Obertone écrit également dans cette maison d'édition faisant un mémoire de
défense concernant le « massacre de masse » ou plutôt de « l’attentat terroriste » de l’île d’Utøya.

105 Op. Cit. n°32


106 Marie Kirschen, « ‘On va s’occuper de toi’: une féministe harcelée par les fans d’un dessinateur », BuzzFeed News,
le 11 août 2016, consulté le 19 mars 2018, [En Ligne] | URL : https://www.buzzfeed.com/mariekirschen/on-va-
soccuper-de-toi-une-feministe-harcelee-par-les-fans-du?utm_term=.erVZzny6L#.lbod8jwZG

60
Le terroriste Anders Behring Breivik avait abattu près de 70 personnes de sang-froid. On citera
également des personnes comme Alain Bauer, Ghislain Gilberti, etc.

On notera également que Zineb El Rhazoui est rentrée dans cette maison d'édition. L'attentat de
Charlie Hebdo l'a plongé dans une voie dangereuse où la radicalisation obscurantiste ne peut
qu’interroger.

61
VIII. Le mélange entre Islam, Islamisme, le
racisme et la xénophobie

1) Les sophismes creux de Waleed Al-Husseini

Illustration 20: Copie-écran de la page de Waleed


Al-Husseini datée du ‎eudi 1 octobre 2015
Son obsession n'est pas l'Islam politique, mais l'Islam de manière générale. À coup de slogan
fallacieux comme on peut le voir ci-contre. Il s'agit du degré zéro en matière de critique
constructive de la Religion. En effet, son raisonnement se porte notamment sur la construction d'un
syllogisme. Plus particulièrement, il s'agit d'un sophisme.

Il tend à mettre sur le même plan les musulmans et les non-musulmans. En matière de
discrimination, il affirme que lorsque les non-musulmans discriminent les musulmans, il s'agit du
racisme. Depuis quand les musulmans forment une race ou ethnie ? Cela permettrait à Waleed Al-
Husseini d'affirmer qu'il s'agit d'un peuple ou autre chose. De ce fait, il le dit lui-même les
organisations d'extrême droite et les groupuscules identitaires comme ses compagnons de Riposte

62
Laïque (sic) comme une discrimination. Ensuite, lorsqu'un « musulman discrimine un non-
musulman », encore faut-il trouver la base de la discrimination. Mais le sophisme simpliste de
Waleed Al-Husseini s'arrête là. En recherche de notoriété, il affirme donc que toutes les
discriminations des musulmans vis-à-vis ont pour responsabilité « l'Islam » enlevant la
responsabilité individuelle de la personne qui le commet. Pire, il trouve même des moyens.

Ainsi, Waleed Al-Husseini navigue sur une vague de discrimination montante pour surfer sur la
vague de discrimination montante opposant les personnes entre-elles. Le symbole de la division est
omniprésent.

2) Le sophisme des lectures

Illustration 21: Copie-écran de la page de Waleed Al-Husseini


datée du ‎eudi 1 octobre 2015

On retrouvera ci-contre deux sophismes. Le premier sophisme est "Les musulmans sont ceux qui
ont lu le Coran », on pourrait remplacer par « les Chrétiens sont ceux qui ont lu la Bible », « Les
Juifs sont ceux qui ont lu la Torah », « Les libéraux sont ceux qui ont lu Adam Smith », « Les
communistes sont ceux qui ont lu le Manifeste du Parti Communiste », etc. Pourtant, beaucoup
d'entre nous ont lu la Bible, le Coran, la Torah, Adam Smith, Marx, etc. Donc je résume pour ma
part en utilisant son argumentation : Une personne qui lit un livre philosophique soutient la
philosophie qu'il a lu. Ainsi, je suis un Musulman-Juif-Chrétien-Libéral-Communiste. Autant dire
que cela n'a ni queue, ni tête.

Le second point du sophisme se décrit ainsi : « Les islamistes sont ceux qui obéissent au Coran »,
de la même manière, on pourrait dire que les « intégristes (chrétiens) sont ceux qui obéissent à la

63
Bible », « Les ultra-orthodoxes sont ceux qui obéissent à la Torah » (et les textes complémentaires),
« Les extrémistes libéraux sont ceux qui appliquent la Richesse des Nations », « Les communistes
sont ceux qui appliquent le Manifeste du Parti Communiste », etc.

Ainsi, l'application d'une philosophie à partir d'une œuvre philosophique serait considérée comme
extrémiste. Pourtant, autour de lui de nombreuses personnes appliquent ces pratiques sans pourtant
être des extrémistes et des fous furieux. Les littéralistes lisent à lettre les écrits.

La question de l'interprétation d'une phrase, d'un texte ou d'un livre n'est de mise dans son analyse,
car elle heurterait les esprits simples qui rôdent sur sa page. En effet, il ne met point en avant les
différents courants au sein de l'Islam. Dans son sophisme enfantin, il considère que les mouvements
libéraux islamiques qui sont progressistes et laïcs ne sont ni plus ni moins que des mouvements
islamistes comme les frères musulmans ou Daesh.

Dans un post daté du 12 septembre 2015, il écrit ceci pour faire promouvoir son livre :

Permettra- t-il également aux lecteurs non-musulmans de prendre conscience du danger


que constitue l’Islam pour la laïcité ? Favorisera-t-il leur compréhension des
événements qui secouent le monde islamique pour mieux s’en prémunir ? (NDLR : les
mots ont été laissés ainsi).

Dans le même temps, il écrit dans un magazine de droite radicale conservatrice que

Effectivement, il faut aider l’islam à se réformer. Mais le renouveau de l’islam ne se


limite pas aux textes. 107

On comprend très vite que l'Islamisme est une fois de plus assimilé à l'Islam. Cette rhétorique ne
peut-être celle d'un athée puisqu'il marginalise sans pour autant critiquer en profondeur. Sa position
pose soulève d'autres questions.

107 Sandrine Dionys, Waleed Al-Husseini, un athée en colère, Bondyblog, le 24 mars 2015, consulté le 04 avril 2017,
[En ligne] | https://www.bondyblog.fr/reportages/autour-du-monde/waleed-al-husseini-un-athee-en-colere/

64
IX. Waleed Al-Husseini a-t-il été influencé par
le Salafisme ?
L'éducation familiale est le premier des enseignements que reçoit une personne jusqu'à la période de
l'adolescence. Cet héritage culturel non-visible s'adapte chez l'individu. La réaction de Waleed Al-
Husseini vis-à-vis de cela est la position d'opposition par rapport aux concepts de sa famille.

Je suis né et j’ai grandi à Qalqilya, en Cisjordanie, au sein d’une famille musulmane


conservatrice, dans un environnement pieux, bien que modéré108 .

Pourtant, tout n'est pas fait d'opposition, il a gardé un élément majeur issu de son éducation, celle de
l'interprétation des textes religieux. S'il ne fait pas de distinction entre les différents schismes, ce
n'est pas forcément grave, cela démontre son inculture.

Le Fondamentalisme religieux n’autorise qu’une seule lecture du texte. La critique extrémiste du


Fondamentalisme religieux n'accepte qu'une seule grille de lecture du texte en question.

De plus, il convient de souligner la position que le fait de faire aucune différence entre l’athéisme et
la laïcité témoigne d'une vision particulièrement islamiste. En Palestine, des groupes comme le
Hamas s'accordent sur son affirmation : « la laïcité, c'est l’athéisme ». Une drôle de convergence
des luttes.

La vision unique permet de couper court à tout débat. La lecture littérale s'oppose concrètement à
l'herméneutique.

La lecture littérale d'un texte sans une prise de recul témoigne d'une vision sclérosée et bafouée,
puisque cela prend au sens premier et cela vaut de caractère d'autorité. De ce fait, les extrapolations
que l'on trouve sur tout les textes se résument par une vision simpliste et du populiste.

S'il condamne l'Islam Politique, on peut lui retoquer qu'il utilise les mêmes mécanismes pour fonder
sa critique.

108 Waleed Al-Husseini, Ibid. , I. La révolte intérieure, La petite enfance, Grasset, janvier 2015

65
X. Waleed Al-Husseini expose les personnes
pour le lynchage public
Au niveau de sa réputation sur la toile, il est tout à fait normal du fait de son combat de recevoir
différents commentaires qui sont souvent injurieux. Waleed Al-Husseini connaît donc très bien le
sentiment que cela fait d'être injurié à longueur de journée. De plus, on peut le considérer comme
une personnalité publique.

En mettant en avant différentes personnes qui le harcèlent sur son mur sans masquer le visage et la
dénomination de la personne, ce dernier se rabaisse énormément. Voulant dénoncer le phénomène
dont il est victime, il commet une faute grave dont les conséquences peuvent très lourdes. En effet,
il n'a pas conscience de la masse radicalisée et extrémiste qui le suit.

On prendra deux exemples pour argumenter le propos. Sur l'image ci-dessous, on voit un adolescent
de 15-16 ans qui n'est pas forcément en âge de comprendre les subtilités de ce que Waleed Al-
Husseini affirme. Pourtant, Waleed Al-Husseini en a bien connaissance qu'il s'agit d'un âge de
construction de l'identité du futur adulte.

En France, il existe tout un ensemble de lois face aux menaces et sur la liberté d'expression (la loi
du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse) :

66
Illustration 22: Copie-écran de la page de Waleed Al-
Husseini datée du ‎eudi 1 octobre 2015
Il publiera d'ailleurs les coordonnées du jeune homme pour bien insister de sa toute-puissance :

67
Illustration 23: Copie-écran de la page de Waleed Al-Husseini datée du
‎eudi 1 octobre 2015

Il réitère encore une fois :

Illustration 24: Copie-écran de la page


de Waleed Al-Husseini datée du ‎eudi 1
octobre 201568
XI. Les soutiens de Waleed Al-Husseini
Pour comprendre les conséquences des différents articles de Waleed Al-Husseini, il semble
nécessaire de s’intéresser à ceux qui le soutiennent et qui commentent sa page Facebook. Dans le
cadre de l’article, nous avons pris six commentaires sans retirer l’anonymat de ces derniers. En
effet, leurs commentaires sont publics, et donc à la vue de tous.

La modération sur la page de Waleed Al-Husseini semble inexistante, si ce n’est que son inaction
témoigne d’une volonté très profonde de laisser la haine se rependre sur sa page Facebook. Alors
pour démontrer que la modération par manque de soucis éthique laissait des théories fumeuses et
fallacieuses appelant même aux meurtres des musulmans, la non-modération porte un message
politique particulièrement choquante et contraire aux valeurs de la République.

Ainsi, nous pouvons trouver un commentaire entièrement complotiste de « Roger Klimke »


affirmant que la « Charia », c’est-à-dire la loi islamiste intervient dans l’accueil des réfugiés. Une
forme d’affirmer que les réfugiés ne sont finalement que des islamistes, mais cela reprend
également les arguments de l’AfD (Alternative für Deutschland) tout comme le mouvement
PEDIGA. Dans ce cadre, une question interroge : si Waleed Al-Husseini n’est pas concerné par le
fait qu’il n’est pas islamiste, il est concerné par le commentaire qui en tant que « réfugié politique »
fait de lui un « islamiste » aux yeux de « Roger Klimke ». La modération à ce stade devient
paradoxale, puisque les Palestiniens fuient leur pays tout comme les Syriens.

Illustration 25: Copie-écran des commentaire de la page de Waleed Al-Husseini


datée du ‎eudi 22 octobre 2015

Dans le même temps, l’un des combats de Waleed Al-Husseini se résume à la laïcité et en
extrapolation à un athéisme foncièrement militant. Son combat concerne d’abord les pays arabes,
mais aussi l’Europe, dont la France avec la Loi de 1905. Pourtant, la modération de la page
Facebook entrevoir le fait que « l’immigration des peuples arabes » détestent la laïcité. Plus loin
encore, cela signifie que Waleed Al-Husseini déteste la laïcité de 1905 : un comble.

69
Illustration 26: Copie-écran des commentaire de la page de Waleed Al-Husseini
datée du ‎eudi 22 octobre 2015
Entre le complotisme qui lié l’islamisme au satanisme, il est vrai que dans le cas présent, nous ne
sommes pas loin d’un délire paranoïaque. D’autant que l’égorgement de manière sanglante se
déroule régulièrement dans les abattoirs sans que cela choque Waleed Al-Husseini (on y reviendra
plus tard) ou son modérateur. Ce qui est dramatique dans ce commentaire, c’est l’absence totale de
logique et de bon sens.

Illustration 27: Copie-écran des commentaire de la page de Waleed Al-Husseini


datée du ‎eudi 22 octobre 2015
La thématique du « grand remplacement » que nous avons évoqué plus haut est largement présent
dans les commentaires « s’imposer et anéantir notre identité, notre culture, notre liberté ». Ceux qui
ont lu Renaud Camus partagent aussi les liens avec Waleed Al-Husseini.

Illustration 28: Copie-écran des commentaire de la page de Waleed Al-Husseini


datée du ‎eudi 22 octobre 2015
Les commentaires antisémites sont d’ailleurs laissés sur sa page en utilisant la dialectique du
« judéo-bolchévisme » avec « gauche juive ». Dans le même temps, il donne des entretiens à
l’extrême-droite juive comme nous l’avons vu plus haut109.

109 Op. Cit. n°19

70
Illustration 29: Copie-écran des commentaire de la page de Waleed Al-Husseini
datée du ‎eudi 22 octobre 2015
La force de son entourage va de paire avec la question du « point de Godwin ». En effet, en écrivant
« iSSlam », Thierry de France fait une référence à la Waffen SS (Schutzstaffel). L’usage dans un
débat du « point de Godwin » témoigne que ce dernier n’a plus d’arguments, alors il utilise la
référence au nazisme pour élaborer une argumentation. Dans un débat démocratique, l’usage de la
« Loi de Godwin » laisse sous-entendre un antisémitisme sous-jacent. Ses lecteurs combinent un
antisémitisme et une xénophobie débridée. Quant au fait que l’Islam soit reconnu comme une secte,
il semble que Thierry de France. Dans l’image, on voit le fantasme du Satanisme lié à l’Islam. Pas
certain que cela soit très convainquant pour les personnes endoctrinées dans l’islamisme et le
djihadisme.

Illustration 30: Copie-écran des commentaire de la page de Waleed Al-Husseini


datée du ‎eudi 22 octobre 2015

71
XII. Son opposition à l’abatage traditionnelle
L'abatage rituel musulman est souvent décrié dans notre société. En effet, l'abatage rituel n'est autre
que l'abatage traditionnel français. Dans l'expression, on parle bien du « cochon que l'on égorge ».

Dans sa propre logique, il serait capable de considérer que la tradition française de l'égorgement des
animaux serait finalement « Hallal ». Cela lui permettrait de justifier l'une de ses théories que nous
vivons dans une République « Islamiste ».

Considérer que l'égorgement est un acte musulman renvoie à la méconnaissance anthropologique de


l'Humanité, je parle bien d'Humanité. Dans l'ensemble des religions abrahamiques (sacrifice d'un
mouton par Abraham à la place d’Isaac), le mouton a un rôle important. Que cela soit à Pâques pour
les chrétiens (le gigot d'agneau), l'Aïd pour les musulmans, la Pessah pour les Juifs, etc.

Plus particulièrement, il s'attaque à l’abattage Hallal qui dans sa théorie prépare les criminels à
travers le sang qui sort de l'animal. Or, dans l’étude de l’ancien testament Abraham sacrifie un
mouton pour Dieu pour justement sauver d’Isaac, son fils. Dès lors, si l’on suit les écrits,
l’égorgement de l’animal, qu’il « Hallal », « Casher » ou « Électrisé »110 tend à rendre hommage au
fait que Dieu a sauvé Isaac.

Dès lors, une contradiction se pose, si la vue du sang ou l’égorgement de la manière quel que soit le
rite ou la méthodologie prépare les criminels, alors on peut en déduire que les abattoirs regorgent de
criminels qui ne font que leur travail pour pouvoir survivre avec une déontologie assez complexe.
Le raisonnement de Waleed Al-Husseini ne va pas assez loin et reste sur la surface.

Les animaux sont égorgés à la chaîne ou de manière artisanale, sont ensuite dépecés par des
travailleurs, dont les différents morceaux de viande se retrouvent dans les boucheries. Ainsi, de
l’éleveur au consommateur, il existerait un terrain fertile pour la criminalité. Sauf erreur, il n’existe
pas de statistique montrant que le nombre de criminels est liés à la viande qu’ils mangent.

Sur le plan du business « Hallal », il s’agit d’une réalité. On ne parle pas assez du mélange entre
l’islam politique et du néolibéralisme. Le « Hallal » ne peut-être considéré comme une tradition,
puisqu’il est apparu très récemment en Afrique, dans la Péninsule Arabique tout comme en Europe.
110 L’abattage standard suit les normes de l’OIE de 2013

72
Il est le fruit de la mutation du néolibéralisme dans l’islamisme. Des régimes comme celui de Recep
Tayyip Erdoğan en Turquie illustrent très bien ce courant. Conservateur sur l’aspect religieux et
néolibéral sur l’aspect économique.

Quoi qu'il en soit, la logique voudrait qu'il soit a minima végétarien, ce n’est pas le cas, une
contradiction d’une grande importance, puisque les critiques qu’ils portent sont valables pour lui
quand bien même, il ne mangerait pas de la viande « Hallal ».

Illustration 31: Copie-écran de la page de Waleed Al-


Husseini datée du ‎eudi 1 octobre 2015

73
XIII. Waleed Al-Husseini est opposé à Charlie
Hebdo
Waleed Al-Husseini dénonce Charlie Hebdo de ne plus faire de Caricature de Mahommet. Pourtant,
ne se rendant pas compte des séquelles que laisse une attaque terroriste de cette envergure, il
condamne les survivants.

Il s'agit ni plus ni moins que d'une injure aux douze personnes assassinées sauvagement par l’État
Islamique en France. D'autant que Laurent Sourisseau allias Riss a été directement victime de
l'attaque. Il a survécu à l'attaque, à l'instar de Charb, de Cabu et des autres.

Riss affirme tout de même que « nous avons caricaturé Mahomet pour défendre le principe qu'on
peut dessiner tout ce qu'on veut. Mais il y a quelque chose de paradoxal : On nous demande
d'exercer une liberté que personne n'ose exercer ».

Il affirme que les Islamistes ont gagné, mais le Journal est encore debout, le jeune rebel a tort. Les
Islamistes ont perdu. Il a du mal à le digérer. En effet, met-il en avant la mémoire des 12 personnes
assassinées en avant ? Une personne est réellement morte, quand sa mémoire et son souvenir
continue de se propager dans le futur. En refusant de nommer clairement les victimes en les
nommant par un chiffre, il anesthésie ses adorateurs, puisqu'il efface doucement la mémoire avec
approbation de ses lecteurs.

Waleed Al-Husseini est prêt à tout pour déverser sa rancœur, quitte à piétiner sur les dépouilles des
dessinateurs en question, mais aussi des journalistes, des économistes et des Policiers. Dans une
logique populiste et démagogique, il profite du refus du journal en refusant d'analyser les causes de
ce refus. De plus en matière de Dessin, le jeune Waleed Al-Husseini pourrait à ce titre commencer
des caricatures de Daesh.

Ainsi, les douze noms sont passés volontairement sous silence : Frédéric Boisseau, Franck
Brinsolaro, Jean Cabut dit Cabu, Elsa Cayat, Stéphane Charbonnier dit Charb, Philippe Honoré dit
Honoré, Bernard Maris, Ahmed Merabet, Mustapha Ourrad, Michel Renaud, Bernard Verlhac dit
Tignous, Georges Wolinski.

74
Enfin, il affirme que « Faut-il encore rappeler que les crimes que Daesh commet sont directement
inspiré des crimes commis par Mahomet? ». Or, ce ne sont pas les crimes qui sont inspirés par
l'Islam, puisque le fanatisme religieux suit le littéralisme que nous avons cité plus haut.

Bien au contraire, le terrorisme islamiste se sert de l'Islam comme argument d'autorité pour
perpétrer des massacres de toute sorte. Mais, est-ce dire que les terroristes s'inspirent de la vie de
Mahomet pour perpétrer leurs massacres ? Ils s'inspirent de l'horreur de leur dogme totalitaire qui
nie l'identité de la personne et la vie humaine pour commettre des attentats, des attaques, des
enlèvements, etc.

75
Illustration 32: Copie-écran de la page Facebook de Waleed Al-
Husseini datée du ‎eudi 1 octobre 2015
Comme l'explique si bien dans chanson "l'opportuniste" de Jacques Dutronc, Waleed Al-Husseini
retourne sa veste toujours de son côté. Après avoir condamné Charlie Hebdo ci-dessus, il s'est posté
en avocat de ce dernier au nom des racialistes (qui sont très présents dans ses partisans et qui
commentent également).

76
Illustration 33: Copie-écran de la page de Waleed Al-Husseini datée du
dimanche 18 mars 2018
Sur la question du terroriste, silence radio sur l'attentat au Québec. Est-ce par ce que c'était un
partisan du Front National et que ses derniers sont proches des idées de Waleed Al-Husseini ?

77
XIV. Waleed Al-Husseini est opposé à la liberté
d'enseignement
En France, l'école possède la liberté d'enseignement avec trois modes d'école : L'école publique,
l'école privée sous contrat, et l'école privée hors contrat. De ce fait, les parents ont le choix de placer
leurs enfants dans les écoles selon leur volonté. Pourtant, Waleed Al-Husseini parle des écoles
privées comme une aberration dans un pays laïc.

En effet, ce dernier considère que la liberté d'enseignement est une mesure opposée à la laïcité. Ces
écoles ne nuisent pas à la laïcité, Waleed Al-Husseini confond ainsi le public et le privé. Le
liberticide souhaite donc fermer l'ensemble des écoles religieuses au nom de la liberté de religion,
ce qui est illogique et témoigne de son raisonnement.

De plus, il existe le privé hors contrat et le privé sous-contrat. Le premier, l'école gère entièrement
son organisation : salaire des instituteurs, gestion des bâtiments, gestion de la restauration, liberté
totale dans le choix des programmes, possibilité de sélection des personnes, etc. Souvent, ce sont
des écoles extrêmement chères. Le second est organisé par la Loi n°59-1557 du 31 décembre 1959
sur les rapports entre l’État et les établissements d'enseignement privés connue sous le nom de la
Loi Debré (un Homme politique souverainiste et chauvin) :

Après cinq années d’exercice, un établissement d’enseignement privé hors contrat peut
demander à être lié à l’État par un contrat qui peut être un contrat d’association ou, pour
les écoles primaires ou spécialisées, un contrat simple. Ce contrat oblige l’établissement
à accueillir les enfants sans distinction d’origine, d’opinion ou de croyance,

Tous les établissements privés, quelles que soient leurs relations avec l’État, sont soumis
à un régime d’inspection.

S’agissant des enseignants, l’État prend à sa charge la rémunération de ceux qui


exercent dans des classes sous contrat.

S’agissant des dépenses de fonctionnement des classes sous contrat, l’État et chaque
collectivité territoriale sont tenus d’y participer dans les mêmes conditions qu’ils

78
participent aux dépenses de fonctionnement des classes correspondantes dans les écoles
et les établissements publics d’enseignement.

Or, l'abrogation de la Loi Debré est une mesure défendue par les défenseurs de la laïcité sans pour
autant vouloir fermer les écoles privées. L'argent du privé va au privé, l'argent du public va au
public. Il n'y a donc pas d’interaction entre les deux. Les écoles privées pourront continuer d'exister.

Sur la question du repli de certains vers leurs religions se traduisant par l'afflux massif dans des
écoles privées religieuses, cela témoigne du discours communautariste rampant omniprésent sur
l'ensemble de l'échiquier politique. Quant à l'enseignement musulman, s'il s'ouvre, c'est qu'il répond
à une certaine demande. Tant que les réponses sur les questions qui motivent les parents à choisir le
privé religieux au public ne seront pas résolues, alors il n'y aura point de débat.

Sur la question de l'éducation, sa rhétorique le pousse à l'imagination d'un complot musulman 111
visant à interdire certains auteurs. Sauf que la vidéo apparaît comme un fantasme assez absurde que
j’avais en l’occurrence déconstruit en me basant sur les textes officiels de l’enseignement112. Que
l’on se rassure, il n’est pas à une « fake news » près pour reprendre, l’expression à la mode. En
l’espace de quelques minutes, Waleed Al-Husseini se ridiculise puisque ses affirmations ne sont pas
fondées, mais relèvent surtout d’une mauvaise foi profonde. Dans le cas présent, utiliser l’éducation
nationale pour diffuser ses thèses semble petit, très petit d’ailleurs.

111 Waleed Al-Husseini, Islam et les Grands Hommes : la mauvaise réputation de l'islam n'est pas nouvelle, 30 Octobre
2015, [En ligne] | URL : https://www.facebook.com/AlHusseini.Waleed/videos/1152413564786548/
112 Waleed Al-Husseini et l'extrême droite, consulté le 18 mars 2018, [En ligne] URL :
https://www.youtube.com/watch?v=Mxbxofqpbc0

79
XV. Pourquoi terminer l’article par une
chanson des Ludwig Von 88 ?
Pour parer à toute accusation d’être une page « islamogauchiste », j’ai mis en conclusion de
l’article, une chanson intitulée « les jardins d’Allah » du groupe Ludwig von 88. La magie de la
culture permet une critique très profonde et satyrique de l’Islam, mais à aucun moment, il n’y a une
volonté de nuire aux autres. Le refrain semble d’ailleurs très clair : « savoir s’il est grand, s’il
déplace des montagnes » et « savoir s'ils viennent à lui châtier leur ignorance ». En une chanson, il
fait référence au traditionnel « Allah u Akbar », dont on laisse le lecteur interpréter comme il le
voudra tout comme la position du groupe « Ludwig Von 88 » à ce sujet. Dans la seconde partie,
ceux qui « viennent à lui châtier leur ignorance » sont les islamistes. En une chanson, vous avez une
critique de l’Islam et une façon de tourner complètement en ridicule les islamistes. Justement, ce
genre de procédé apparaît plus convainquant et se situe à 1000 années-lumière du « combat » de
Waleed Al-Husseini.

80
XVI. Post-Scriptum
Cette en enquête est une mise-à-jour de l’article initiale « Waleed Al-Husseini : le nouveau gourou
de la pseudo-laïcité »113 publié sur le blog Révolution et Libertés le 1er Octobre 2015. Suite à
différents éléments importants, j’ai mis à jour l’article sous la forme d’une enquête en long format.
De l’article original à l’enquête ci-dessus, nous sommes passé de 5500 mots à plus de 20 000 mots,
soit une multiplication par presque quatre de l’article original. Sa modification, ne change guère le
sens originel de l’article à savoir démasquer un « gourou », un « faussaire » et un militant
d’extrême-droite qui s’ignore. De cet article, j’ai publié deux extraits sur mon blog
actuel : « Waleed Al-Husseini milite pour l’installation d’un concordat en France »114 et « Waleed
Al-Husseini : un militant d’extrême-droite ? »115.

113 Pierre Le Bec, « Waleed Al-Husseini : un gourou de la pseudo-laïcité », le 1er Octobre 2015, Consulté le 24 avril
2018, [En Ligne] | URL : http://revolutionetlibertes.fr/2016/02/20/waleed-al-husseini-nouveau-gourou-de-pseudo-
laicite
114 Pierre Le Bec , « Waleed Al-Husseini milite pour l’installation d’un concordat en France », le 14 avril 2018,
Consulté le 24 avril 2018, [En ligne] | URL : http://pierrelebec.fr/spip.php?article98
115 Caroline Fouchard et Pierre Le Bec, « Waleed Al-Husseini : un militant d’extrême-droite ? », le 15 avril 2018,
Consulté le 24 avril 2018, [En ligne] | URL : http://pierrelebec.fr/spip.php?article97

81
Sommaire des illustrations
Illustration 1: Copie-écran du Compte Twitter de Waleed Al-Husseini daté du 05 avril 2018
reprenant une citation attribuée à Mustafa Kemal Ataturk...................................................................9

Illustration 2: Copie-écran du Compte Twitter de Waleed Al-Husseini daté du 05 avril 2018


reprenant une citation attribuée à Mustafa Kemal Ataturk.................................................................10

Illustration 3: Copie-écran du compte twitter de Waleed Al-Husseini datée 05 avril 2018..............12

Illustration 4: Copie-écran de sa page Facebook daté du 29 février 2015........................................13

Illustration 5: Copie-écran de la page Facebook de Waleed Al-Husseini datée du 05 avril 2018


mettant en avant les travaux de l’IFRI sur le terrorisme sans donner le lien, mais y mettant des
vidéos de l’HyperCasher, de Charlie Hebdo. Une étude qui se transforme en réaction sans en sortir
une analyse concrète...........................................................................................................................17

Illustration 6: Copie-écran du site Riposte Laïque effectué le jeudi 1 octobre 2015 montrant une
chronique du livre, mais notamment en faisant référence qu'en Juin 2013 Waleed Al-Husseini a
donné une interview au site de Riposte Laïque..................................................................................18

Illustration 7: Copie-écran du 18 mars 2018 de l'interview de Waleed Al-Husseini donné au site


d'extrême-droite Riposte Laïque datée du 24 juin 2013.....................................................................18

Illustration 8: Copie-écran du site du Front National de la fédération la Charente Maritime datée du


jeudi 22 octobre 2015.........................................................................................................................21

Illustration 9: Copie-écran du site Europe-Israël datée du jeudi 22 octobre 2015............................22

Illustration 10: Bannière de la page facebook du Conseil des Ex-Musulmans de France, datée du
dimanche 11 octobre 2015..................................................................................................................24

Illustration 11: Copie-écran de la page facebook de Waleed Al-Husseini daté du jeudi 1 octobre
2015....................................................................................................................................................27

Illustration 12: Copie-écran du compte Facebook de Waleed Al-Husseini datée du 15 septembre


2015....................................................................................................................................................28

Illustration 13: Waleed Al-Husseini et Myriam Blondel à l'Assemblée Nationale...........................42

Illustration 14: Copie-écran du profil Facebook de Myriam Blondel datée du mardi 3 novembre
2015....................................................................................................................................................43

Illustration 15: Copie-écran du Profil Facebook de Myriam Blondel datée du mardi 3 novembre
2015....................................................................................................................................................43

82
Illustration 16: Copie-écran du Profil Facebook de Myriam Blondel datée du mardi 3 novembre
2015....................................................................................................................................................44

Illustration 17: Copie-écran du Profil Facebook de Myriam Blondel datée du mardi 3 novembre
2015....................................................................................................................................................45

Illustration 18: Copie-écran du Profil Facebook de Myriam Blondel datée du mardi 3 novembre
2015....................................................................................................................................................45

Illustration 19: Copie-écran du site Ring datée du dimanche 18 mars 2018.....................................46

Illustration 20: Waleed Al-Husseini avec Marsault...........................................................................48

Illustration 21: Copie-écran de la page de Waleed Al-Husseini datée du jeudi 1 octobre 2015........49

Illustration 22: Copie-écran de la page de Waleed Al-Husseini datée du jeudi 1 octobre 2015........50

Illustration 23: Copie-écran de la page de Waleed Al-Husseini datée du jeudi 1 octobre 2015........53

Illustration 24: Copie-écran de la page de Waleed Al-Husseini datée du jeudi 1 octobre 2015........54

Illustration 25: Copie-écran de la page de Waleed Al-Husseini datée du jeudi 1 octobre 2015........54

Illustration 26: Copie-écran des commentaire de la page de Waleed Al-Husseini datée du jeudi 22
octobre 2015.......................................................................................................................................55

Illustration 27: Copie-écran des commentaire de la page de Waleed Al-Husseini datée du jeudi 22
octobre 2015.......................................................................................................................................56

Illustration 28: Copie-écran des commentaire de la page de Waleed Al-Husseini datée du jeudi 22
octobre 2015.......................................................................................................................................56

Illustration 29: Copie-écran des commentaire de la page de Waleed Al-Husseini datée du jeudi 22
octobre 2015.......................................................................................................................................56

Illustration 30: Copie-écran des commentaire de la page de Waleed Al-Husseini datée du jeudi 22
octobre 2015.......................................................................................................................................57

Illustration 31: Copie-écran des commentaire de la page de Waleed Al-Husseini datée du jeudi 22
octobre 2015.......................................................................................................................................57

Illustration 32: Copie-écran de la page de Waleed Al-Husseini datée du jeudi 1 octobre 2015........59

Illustration 33: Copie-écran de la page Facebook de Waleed Al-Husseini datée du jeudi 1 octobre
2015....................................................................................................................................................61

83
Illustration 34: Copie-écran de la page de Waleed Al-Husseini datée du dimanche 18 mars 2018. .62

84