You are on page 1of 85

Tables des matières

PARTIE I – INTRODUCTION..................................................................................................... 6
Fondements et concepts de base .............................................................................................. 6
Définition et terminologie ........................................................................................................ 6
Historique ............................................................................................................................... 6
Classification des fiducies en common law ............................................................................. 9
La fiducie en droit civil québécois ........................................................................................... 9
Incidences fiscales ................................................................................................................10
Distinctions entre la fiducie en common law et autres opérations juridiques ..........................11
Rapport fiducial (fiduciary relationship) ..............................................................................11
Gladstone c. Canada (Procureur général), [2005] 1 R.C.S. 325, 2005 CSC 21 ..................12
Galambos c. Perez, 2009 CSC 48 .....................................................................................12
Mandat ...............................................................................................................................14
Contrat ...............................................................................................................................14
Re Schebsman [1944] Ch. 83, [1943] 2 All ER 768 (CA)....................................................14
Créance .............................................................................................................................15
Baillement ou dépôt (bailment)...........................................................................................15
Don ....................................................................................................................................16
Pouvoirs d’agir pour autrui .................................................................................................16
PARTIE II – FIDUCIES EXPRESSES .......................................................................................16
Fiducie d’intérêt privé ................................................................................................................16
Conditions de validité ............................................................................................................16
Capacité des parties ..........................................................................................................16
Les trois certitudes .............................................................................................................16
Intention .............................................................................................................................16
Johnson c. Farney (1913), 14 DLR 134 (CA) .....................................................................17
Matière ...............................................................................................................................17
Re Romaniuk .....................................................................................................................17
Objet ..................................................................................................................................18
MacPhail c. Doulton, [1971] AC 424...................................................................................18
Constitution ........................................................................................................................19
Déclaration.........................................................................................................................20

1

Paul c. Constance ..............................................................................................................20
Transfert des biens ............................................................................................................20
Refus de transférer un bien à une fiducie ...........................................................................20
Exigences formelles ...........................................................................................................21
Fiducie inter vivos ..............................................................................................................21
Fiducie testamentaire .........................................................................................................21
Limites ...................................................................................................................................22
Fiducie créée à une fin illégale ou contraire aux bonnes mœurs ou à l’ordre public ...........22
Fiducie en fraude des droits des créanciers .......................................................................22
Fiducie qui ne se conforme pas à la règle d’interdiction des dévolutions perpétuelles ou aux
règles qui interdisent l’inaliénabilité et la capitalisation .......................................................23
Fiducie qui empêche le bénéficiaire d’aliéner le bien .........................................................26
Re Williams ........................................................................................................................26
Fiducie invalide – conséquences ...........................................................................................27
Fiducie constituées à des fins personnelles ou à des fins d’utilité privée en droit civil
québécois ..............................................................................................................................27
Fiducie finalitaires caritative (charitable purpose trust ) .............................................................28
Nature de la fiducie caritative ................................................................................................28
Morice c. Bishop of Dunham ..............................................................................................28
Commissioners for Special Purposes of the Income Tax c. Pemsel ...................................29
Aysa Amateur Youth Soccer Association c. Canada Agence du Revenu ...........................29
Avantages .............................................................................................................................30
Intérêt public ..........................................................................................................................30
Oppenheim c. Tobacco Securities Trust Company ............................................................30
Fins de nature caritative ........................................................................................................31
(a) Pauvreté .......................................................................................................................31
Jones v. T. Eaton Company ...............................................................................................31
Re Pinion Westminster Bank, Ltd. v. Pinion and Another ...................................................32
(b) Religion ........................................................................................................................32
Thornton c. Howe...............................................................................................................32
Gilmour v. Coats ................................................................................................................32
Funnell v. Stewart ..............................................................................................................32
(c) Éducation......................................................................................................................33
(d) Autres fins servant l’intérêt public .................................................................................33

2

Exclusivité des fins ................................................................................................................33
Vancouver Women Society ................................................................................................33
Exceptions à la règle d’exclusivité des fins.........................................................................36
Arrangements et doctrine du cy-près .....................................................................................36
Canada Trust Company c. Ontario Union Rights Commission ...........................................37
Fiducie constituée à des fins d’utilité sociale en droit civil québécois .....................................38
Fiducie finalitaires non-caritative ...............................................................................................38
Invalidité ................................................................................................................................39
Re Astor’s Settlement Trusts, [1952] 1 All E.R. 1067 (ch.) .................................................39
Exceptions à la règle d’invalidité – fiducies en faveur de personnes ......................................40
Re Denley’s Trusts [1968] ..................................................................................................40
Keewatin Tribal Council v. City of Thompson (1986), 61 Man. R (2d) 241 (QB) .................41
Re Lipinski’s Will Trusts, [1976] Ch. 235 ............................................................................41
Re Schmidt ........................................................................................................................41
Art. 18(1) – Loi sur les dévolutions perpétuelles .................................................................42
Exceptions à la règle d’invalidité – pouvoirs ..........................................................................42
Art. 16(1) Loi sur les dévolutions perpétuelles ....................................................................42
Critiques ................................................................................................................................42
Fiducie constituée à des fins d’utilité privée en droit civil québécois ......................................42
Révocation, extinction ou modification des fiducies expresses ..................................................43
Révocation par le constituant ................................................................................................44
Extinction par les bénéficiaires (Saunders c. Vautier) ............................................................44
Modification de la fiducie .......................................................................................................44
Finnell v. Schumacher Estate (1990) .................................................................................45
Pendant québécois ................................................................................................................46
PARTIE III - ADMINISTRATION DES FIDUCIES .....................................................................46
Charge de fiduciaire ..................................................................................................................47
Nomination ............................................................................................................................47
Démission .............................................................................................................................48
Révocation ............................................................................................................................48
Attributs du fiduciaire.................................................................................................................48
Pouvoirs ................................................................................................................................48
Administratifs .....................................................................................................................48

3

De disposition ....................................................................................................................48
Rôle des tribunaux .............................................................................................................48
Fox c. Fox Estate (1996) ....................................................................................................49
Schmidt c. Rosewood [2003]..............................................................................................49
Devoirs ..................................................................................................................................50
Loyauté ..............................................................................................................................50
Diligence ............................................................................................................................50
Agir personnellement .........................................................................................................50
Impartialité .........................................................................................................................51
Placements ........................................................................................................................51
Reddition de comptes et divulgation de renseignements....................................................51
Droits .....................................................................................................................................51
Pendant québécois ................................................................................................................51
PARTIE IV – FIDUCIES JUDICIAIRES.....................................................................................52
Fiducie résultoire.......................................................................................................................52
Introduction ...........................................................................................................................52
Fiducie résultoire automatique ...............................................................................................52
Schmidt ..............................................................................................................................53
Fiducie résultoire présumée ..................................................................................................53
Acquisition au nom d’un tiers .............................................................................................53
Présomption d’avancement et réfutation de la présomption ...............................................54
Pecore c. Pecore [2007] SCJ No. 17..................................................................................55
Madsen c. Saylor ...............................................................................................................56
Pendant québécois ................................................................................................................57
Fiducie constructoire .................................................................................................................57
Introduction ...........................................................................................................................57
Relations fiduciales................................................................................................................57
Chase Manhattan Bank c. Israel Bank ...............................................................................58
Fiducies constructoires – enseignement traditionnel..............................................................59
Fiducies constructoires – évolution ........................................................................................59
Guérin c. La Reine .............................................................................................................59
Guérin c. La Reine .............................................................................................................59
Gladstone ..........................................................................................................................60

4

....................82 Droit de la famille .............................................................................................70 Réparations de nature personnelle ........................................ Thibodeau ........................................................................................................................ Galambos c..............63 Peter c.......................................80 La titrisation .....................................77 Ontario Securities Commission v............76 Règle dans l’affaire Clayton ............................63 Pettkus c................................................................................................................................................81 Droit successoral ...........................................76 Lowest intermediate balance rule ..................................................................................................................................................................................64 Lac Minerals ...............................................74 Foskett c.........................................................................................70 Réparation .................................................................... Toronto Dominion Bank ............66 Thibodeau c..........61 Enrichissement sans cause .............................................................................................................................................................................................................................................. Becker (1980) ............................ McKeown .................... Bembo (1993) .....................................................................................................................................................................................................................................................64 Comportement fautif .................................... Phips....................71 Bordman c..........................64 Soulos ...................................................................... Britain Estate ....79 Pendant québécois ..............................................................................................................................75 Règle dans l’affaire Hallet ........................... Perez ....................................................................................................................................71 Canson ................................................................................................71 Réparations de nature réelle .........................................69 Pendant québécois .....................................................77 Law Society of Upper Canada v................................................................................................................ Langdon .........................................................................79 Utilisation de la fiducie au 21e siècle..........................................................................................................................................................................................................................78 Langston c.....................................................................................................................................79 Autres réparations ............................................63 Belvedere c............. Langdon .................. Graymac ...70 PARTIE V – RÉPARATIONS....................................................................75 Langston c.....................................................69 Critique .........79 PARTIE VI – CONCLUSION....................84 5 .........................................................................................80 Droit commercial ...............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................

..................... il faut bien comprendre que la fiducie est issue de l’equity.................... Historique Qu’est-ce que l’equity ? 6 ....... la cession entre André et François fait de François le propriétaire en droit (i.... André cède la propriété à François pour le compte de Bernard. La fiducie est le produit d’un régime de propriété féodal........................................ mais Bernard est considéré comme étant propriétaire en equity...... François ne devient pas propriétaire.. la common law et l’equity.... François est propriétaire en common law........ Droit de l’environnement .........85 PARTIE I – INTRODUCTION Fondements et concepts de base Définition et terminologie Qu’est-ce qu’on entend par une fiducie ? Premièrement.... c’est probable que Bernard va récupérer le bien...............e.............84 Canadian Forest Products (2004) . le fiduciaire..85 La possibilité d’une codification du droit canadien des fiducies au 21e siècle ............... legal owner)........ d’un droit des contrats lacunaire et de l’interaction entre deux système juridiques..... André décide transfère la propriété du bien à François... page 7 : André est propriétaire d’un bien.................... Recueil commercial... Il doit agir pour le compte de Bernard et en temps et lieu..... François est propriétaire assujetti à certaines conditions........ André (bien) propriétaire François legal owner Bernard equitable owner En common law..............

Par exemple. Par contre. qui a permis d’atténuer la rudeur de la common law. il était possible que le Roi ou le seigneur agisse comme tuteur et exerce un contrôle sur le domaine. il était porté à vouloir appliquer des principes moraux et s’éloigner du droit et des décisions rendues par les tribunaux en common law s’il était d’avis que ces décisions étaient injustes et qu’il y avait lieu de rendre une décision différente. Le chancelier avait déjà des connaissances en droit canon. Qu’est-ce que la propriété féodale ? Après la conquête normande. lorsqu’une personne se présentait devant un tribunal de common law et que le juge trouvait qu’une décision rendue était injuste. on commence à implanter des tribunaux de common law (en 1066). mais tu le détiens au profit de Bernard. Nul autre que le Roi était propriétaire des terres en Angleterre. cette personne pouvait se tourner vers le Roi pour qu’il se penche sur cette question. On a commencé à déléguer ces demandes au Chancelier. Pour exercer un contrôle sur ses seigneurs. Ce sont les tribunaux d’equity qui ont donné naissance non seulement à la fiducie mais aussi au concept de legal owner et equitable owner. Dans le cas de communautés religieuses. Les décisions qui pouvaient être rendues par la Cour de Chancellerie étaient intéressantes : elles étaient en fonction de l’équité et de la conscience.e. Très souvent. Leurs biens pouvaient donc être détenus par François pour le compte de la communauté religieuse. À la suite de la conquête normande. Cependant. si André reçoit du Roi ou d’un seigneur un domaine. ce rôle du Chancelier est devenu plus important. il peut être cédé à une tiers. « Je te cède le domaine. Lorsque mon enfant atteindra l’âge de 21 ans. certaines communautés (i. les Franciscains) ont pris un vœu de pauvreté – ces gens ne peuvent pas acquérir des biens. À l’époque. il accordait des droits aux seigneurs sur les terres mais ce n’était pas un droit de propriété absolu. On pouvait également céder des biens à François pour se soustraire à des saisies. le Roi était l’unique propriétaire de toutes les terres. On pouvait faire que les biens de la mariée soit cédés à François pour ne pas que le marié puisse y accéder. 7 . C’est d’où proviennent le tribunal d’equity et le droit qui résulte de ces décisions. Pour éviter cela. les biens de la mariée devenaient la propriété du mari. et les terres pouvaient faire l’objet d’une multitude de droits ou d’intérêts (des « domaines ». ou estates). Autres contextes : Lors d’un mariage. s’il est transféré par succession. mon enfant mineur. tu lui céderas le domaine ». il est hérité par le premier garçon né. qui était le plus important fonctionnaire du Roi à l’époque. Les seigneurs accordaient à leur tour des droits plus limités à d’autres personnes qui étaient les « tenants ». en disant. Avec le temps. André céderait le domaine à François. les terres étaient censées demeurer dans les familles pour des générations. De plus. s’il existait un risque que le domaine soit transmis par succession à un enfant mineur. Les personnes à qui on cédait des droits ont tenté d’éviter ces obligations. Les cessions de Roi aux seigneurs et des seigneurs aux « tenants » étaient souvent accompagnées d’obligations féodales.C’est un droit accessoire à la common law.

C’est pourquoi.Problème : Il que François soit digne de confiance ! Sinon. pas à Bernard. Je ne suis pas le propriétaire absolu du domaine et du bien – c’est le Roi – mais mon droit relatif au bien est reconnu en common law. Mais il va devoir tenir compte de la common law. ne peut pas se prévaloir de la stipulation au contrat qui a été faite pour son bénéfice. le Chancelier pourrait donner une ordonnance que François soit mis en prison jusqu’à ce qu’il respecte ses obligations morales. en vertu du Statut. Il existe une autre maxime – l’equity agit sur la personne. Si c’était une femme mariée. le principe de la relativité des contrats demeure. On disait – François détient le domaine pour l’usage de Bernard – un usage. presque toutes les terres étaient détenues au moyen non pas de fiducies. Dans la majorité des provinces de common law. Le Chancelier va reconnaître qu’il y a un problème mais il ne peut pas modifier la common law – François est le propriétaire en droit. n’étant pas partie au contrat. Qu’est-ce que le droit lacunaire des contrats ? Contrat entre André et François : Une clause qui est pour le bénéfice d’un tiers qui n’est pas partie au contrat. C’est une maxime d’equity que l’equity suit la common law. En Angleterre aux 13e et 14e siècles. qui détient le domaine à l’usage de François 2. François pourrait facilement dire – « On m’a cédé le bien. Relativité du contrat – une personne qui n’est pas partie au contrat ne peut pas en bénéficier. Si le tiers n’est pas partie au contrat. Si Bernard était un mineur. mais au moyen de uses. on considérait que c’était Bernard qui devenait le propriétaire. le Roi ou le seigneur pouvait avoir un droit de tutelle. Donc la propriété est la mienne. et a donc décidé qu’il fallait mettre fin à la pratique des usages. Bernard pourrait se pouvoir devant le Chancelier. avec le temps. Fin aux usages Henri VIII était aux prises avec des difficultés financières. Le Parlement a adopté le Statute of Uses qui interdisait la pratique décrite ci-dessus. Les seigneurs et les tenants. on a considéré que François était reconnu comme étant propriétaire du domaine en droit ou en common law. tous les gens qui avaient des domaines se sont rapidement rendu compte que l’utilisation de ce système pouvait être utile dans plusieurs circonstances. qui détient le domaine à l’usage de Bernard : 8 . On contourné le statut en utilisant deux usages successifs : André remet le domaine à François 1. cette cession de propriété est reconnue en common law. pas juridiques. le mari pouvait avoir accès aux biens. Ce sont des obligations morales. Il leur permettait de se soustraire à certaines obligations féodales. Il voulait se prévaloir des obligations féodales. Le Chancelier va dire à François qu’il doit se conformer à ses obligations. il n’a aucun recours devant des tribunaux de common law. » C’est là où on arrive au deuxième volet – un droit des contrats lacunaires. Si André transmettait à François un domaine pour l’usage de Bernard. de sorte à ce que Bernard. mais que Bernard était reconnu comme étant propriétaire en equity. À partir de 15e siècle en Angleterre.

C’est évident qu’un droit comme celui des fiducies qui s’est développé en fonction de la jurisprudence (le droit des fiducies est avant tout jurisprudentiel) va comporter certaines lacunes. où il y a eu une scission lors de la Révolution Française et que tous les concepts féodaux ont été mix de côté. Classification des fiducies en common law Pages 5 et 6 du recueil maison / pages 8 à 14 du recueil commercial. 211 – recueil). Ce patrimoine peut faire mesure d’une division ou 9 . l’usage est tombé en désuétude. il n’y a jamais eu de telle scission. Il y des problèmes de distinction entre la propriété en common law (legal ownership) et la propriété en equity (equitable ownership). et on a retenu la fiducie. Avec le temps. les fiducies judiciaires sont simplement constatées par les tribunaux. Contrairement au droit civil. Fiducies Fiducies d’intérêt privé expresses Fiducies finalitaires caritatives Fiducies finalitaires non caritatives Fiducies judiciaires Fiducies résolutoires / par effet de la loi Fiducies constructoires Fiducies d’origine Fiducies législatives simples législative Fiducies législatives présumées (réputées) Là où les fiducies expresses sont créées par différents moyens.) À partir du moment où on a reconnu cette possibilité. La solution se trouve dans le concept du patrimoine – l’ensemble des droits et des obligations d’une personne (p. en common law.André propriétaire François 1 usage François 2 fiducie Bernard (Expliqué à la page 51 du recueil commercial. on a commencé à désigner le premier comme étant un usage et le deuxième comme étant une fiducie. La fiducie en droit civil québécois La fiducie a été intégrée dans le nouveau Code civil de 1991.

sur lequel aucun d'entre eux n'a de droit réel. Il agit à titre d'administrateur du bien d'autrui chargé de la pleine administration. mais dans la seule mesure prévue par la loi. c. Cela atteint les mêmes résultats que la fiducie expresse en common law. Fin personnelle (comme intérêt privé) . il exerce tous les droits afférents au patrimoine et peut prendre toute mesure propre à en assurer l'affectation. habituellement) Ainsi. (1991. c. 64.). c’est le bénéficiaire qui déclare le revenu.Fiducie qui sert de conduit (vers époux ou épouse. 1260. 21 du recueil. 1261 prévoit le fiduciaire. Fiducie qui sert de Lorsque les revenus sont versés aux bénéficiaires annuellement. formé des biens transférés en fiducie. etc. à détenir et à administrer. Fin d’utilité privée (comme finalitaire non caritative) . puisqu’il n’y a pas de droit réel au Québec). un revenu peut aller dans une tranche de revenu à un taux 10 . ce sont eux qui déclarent les revenus. Fin d’utilité sociale (comme finalitaire caritative) Incidences fiscales Déclaration de revenu → le fiduciaire doit déposer une déclaration d’impôt pour la fiducie. Le patrimoine fiduciaire. 1260. des biens qu'il affecte à une fin particulière et qu'un fiduciaire s'oblige.) 1261.) […] 1278. Le Code civil permet une affectation (= une fiducie québécoise) à l’art. La classification est différente. selon leur fin plutôt que leur origine : .Fiducie testamentaire revenu . 1261. Si la fiducie prévoit que les revenus sont versés directement aux bénéficiaires. Fiducie personnelle Taux maximal peu importe le montant du revenu. Le fiduciaire a la maîtrise et l'administration exclusive du patrimoine fiduciaire et les titres relatifs aux biens qui le composent sont établis à son nom. du fiduciaire ou du bénéficiaire. S’il n’y a pas de propriétaire. 64. (1991. Voir p. ex. surtout en matière de réparation (on va plus loin en common law. La fiducie résulte d'un acte par lequel une personne. comme pour une personne (p. par le fait de son acceptation. 20 % sur un montant de 36 000 $ à 78 000 $. a. a. Si la fiducie distribue les revenus. l’art. le constituant.d’une affectation. constitue un patrimoine d'affectation autonome et distinct de celui du constituant. 1260. : 15 % sur un testamentaire montant de 0 $ à 36 000 $. Fiducie Taux progressif. transfère de son patrimoine à un autre patrimoine qu'il constitue. Mais il y a des incidences différentes. pas de taux entre vif progressif selon la tranche. conduit (flowthrough) Fractionnement du .

Lorsque : .Et cet exercice a des incidences sur les droits des parties 11 . Disposition présumée (impôt sur les gains en capital) À tous les 21 ans. donc on paie en capital l’impôt sur gain en capital entre le moment où on l’acquit et le moment où la fiducie est créée. la disposition est présumée. et on remet l’immeuble au bénéficiaire. Mandat . donne immeuble à la fiducie. Lorsque le fiduciaire cède le bien ou le remet au bénéficiaire. Cependant. L’immeuble vaut alors 300 000 $. Fiducies finalitaires L’impôt est complètement différent. caritatives Distinctions entre la fiducie en common law et autres opérations juridiques Rapport fiducial (fiduciary relationship) Il y a une distinction entre fiducial et fiduciaire. Voir pages 19 à 40 du recueil commercial. Fiduciary Relation fiduciale (fiducial = néologisme) relationship Lorsqu’on parle de relation fiduciale. Il y a un certain chevauchement entre les deux. Administrateur-société La CSC a élargi les catégories de rapports fiduciaux depuis 1980. Bob doit déclarer un gain en capital de 100 000 $. Voici 3 circonstances où il y a rapport fiducial : . mais plus vaste. les obligations sont similaires à celles pour la relation fiduciaire. inférieur. et on déclare le gain en capital sur l’accroissement de la valeur. La fiducie vient à finir en 2000. il y a roulement pour payer les impôts plus tard. Roulement (impôt sur les gains en capital) Dans certains cas. Pas expliqué pourquoi en classe. la réparation dans le cas d’une relation fiduciale est moins draconienne que celle dans une relation fiduciaire. Le fiduciaire doit déclarer un gain en capital de 100 000 $.Le fiducial peut exercer un pouvoir discrétionnaire sur les intérêts de l’autre partie . Lieu de résidence Pour éviter que les bénéficiaires canadiens puissent recevoir de de la fiducie l’argent de fiducies étrangères sans payer d’impôts. Avocat-client . Bob crée une fiducie en 1995. Impôts sur les gains La création d’une fiducie est une « disposition finale ». Cela veut dire que l’on fait comme si le bien était vendu. Exemple (impôt sur les gains en capital) Bob achète un immeuble en 1990 pour 100 000 $. L’immeuble vaut alors 200 000 $. le gain en capital est mesuré du moment de sa création jusqu’au moment de sa disposition.

3) Le bénéficiaire est particulièrement vulnérable ou à la merci du fiducial qui détient le pouvoir discrétionnaire. Canada (Procureur général). Galambos c. le ministère des Pêches et Océans a légalement saisi et vendu de la rogue de hareng sur varech que les intimés auraient récoltée en contravention de la Loi sur les pêches. International Corona). La Reine). Cependant ces caractéristiques ne sont pas déterminantes (Lac Minerals c. La Couronne avait retenu le produit de la vente en attendant l’issue du litige. Le dénominateur commun entre une relation fiduciale et une relation fiduciaire. L’equity vient alors exercer un contrôle sur ce rapport en imposant à la personne en question l’obligation de satisfaire aux normes strictes de conduite auxquelles le fiducial est tenu de se conformer (Guérin c. c’est la nature des rapports et non la catégorie d’acteurs qui donne naissance à une obligation fiduciale. En 1996. En l’espèce. 2005 CSC 21 F En 1988. Q L’appelante.C. Ceux-ci prétendaient que la Couronne devait également payer des intérêts ou quelque autre montant additionnel et ont soulevé la possibilité que la Couronne puisse avoir une obligation fiduciale à leur égard. une obligation fiduciale envers la population autochtone. C La Couronne ne devait aucun montant additionnel. il doit nécessairement y avoir un bien. dans biens des cas. Caractéristiques des rapports fiduciaux : 1) Fiducial peut exercer un certain pouvoir discrétionnaire. doit-elle aux intimés des intérêts ou quelque autre montant additionnel sur les fonds leur appartenant qu’elle a détenus pendant la durée du litige ayant suivi une saisie légale ? M Les intimés demandent une somme de 132 000 $. Bien que la Couronne ait. 325. [2005] 1 R. qui étaient autochtones. Gladstone c. Un de leurs arguments était que la Couronne avait une obligation fiduciale envers eux.S. 2009 CSC 48 F Mme Perez travaillait pour un cabinet d’avocats comme comptable. il n’y avait aucune contrat. la Couronne a arrêté les procédures et versé le produit net de la vente aux intimés. R Lorsqu’une loi. 2) Fiducial peut unilatéralement exercer ce pouvoir discrétionnaire de manière à avoir un effet sur les intérêts du bénéficiaire. Perez. c’est la confiance qu’une personne peut agir pour une autre. Pendant 12 . Trustee Relation fiduciaire relationship Pour qu’il y ait une relation fiduciaire. Les situations mettant en cause des autochtones et la Couronne ne donnent pas toutes naissance à une obligation fiduciale (Nation Haida c. L’ascendance autochtone n’est pas suffisante pour donner naissance à cette obligation dans le cas qui nous occupe. la personne investie de ce pouvoir devient un fiducial. engagement ni loi qui imposait cette obligation. C’est donc avant tout une question de fait. un contrat ou peut-être un engagement unilatéral impose à une partie l’obligation d’agir au profit d’une autre partie et que cette obligation est assortie d’un pouvoir discrétionnaire. Colombie-Britannique). la Couronne. il n’avait aucune source imposant à la Couronne l’obligation d’agir au profit des intimés. Elle s’est fait plusieurs avances de fonds au cabinet et a contracté un emprunt personnel de 40 000 $.

le cabinet a préparé pour elle 2 testaments et 2 hypothèques. Q Y avait-il un titre fiducial en soi OU ad hoc entre Mme Perez et le cabinet d’avocats ? M Relation avocat-client (relation fiduciale en soi) Toute revendication résultant d’un rapport fiducial en soi. loi. R Relation fiduciale en soi Les conditions d’emploi de Mme Perez ne comprenaient pas la prestation à son intention de tout service juridique nécessaire et les avances de fonds ne s’inscrivaient d’aucune façon dans la modalité des mandats précis et limités que le cabinet avait exécutés pour elle. Le cabinet d’avocats a fait faillite. Bien qu’une entente mutuelle puisse ne pas être nécessaire dans tous les cas. il est essentiel que le fiducial ait été investi du pouvoir discrétionnaire de poser des actes ayant des incidences sur les intérêts juridiques et pratiques de l’autre partie. être défini assez largement (i. etc. 13 . en revanche. pour l’existence d’une obligation fiduciale. a tiré une conclusion de faits différente de celle de la Cour de première instance. son absence. Elle a ainsi outrepassé son rôle et commis une erreur de droit. Autrement. son emploi. M. C La Cour d’appel a outrepassé les limites de l’examen en appel et elle a indûment étendu la portée des obligations fiduciales. des conditions (expresses ou implicites) d’une entente. L’existence d’un pouvoir discrétionnaire ne suffira pas à elle seule à justifier l’existence d’une obligation fiduciale ad hoc. De plus. selon les circonstances. en déterminant qu’il y avait un rapport de force et de dépendance. du fiducial d’agir au mieux des intérêts de l’autre partie est une condition préalable essentielle à l’existence d’obligations fiduciales ad hoc. ne saurait fonder un recours pour manquement à une obligation fiduciale. elle a tenté de démontré qu’il existait entre elle et l’avocat qui avait fondé le cabinet un rapport de force et de dépendance (obligation fiduciale ad hoc). On a souligné dans Hodgkinson qu’en dépit de la nature fiduciale de certains aspects de la relation avocat-client. comme la relation entre un avocat et son client.). Relation fiduciale ad hoc Rapport de force et dépendance → La Cour d’appel. Relation fiduciale ad hoc Les rapports de force et de dépendance ne constituent pas des catégories particulières de relations fiduciales. Entente mutuelle ou engagement du fiducial → Hodgkinson : Le bénéficiaire et le fiducial doivent avoir mutuellement convenu que ce dernier renonçait à agir dans son propre intérêt et acceptait d’agir seulement pour le compte de l’autre. Mme Perez a tenté de démontrer qu’il existait une relation avocat-client entre elle et le cabinet (obligation fiduciale en soi). Galambos ne s’était pas explicitement engagé à agir au mieux des intérêts de Mme Perez en ce qui concerne les avances de fonds. bon nombre de tâches accomplies dans ce cadre ne donnent pas naissance à une obligation fiduciale. L’engagement d’agir loyalement peut résulter de l’exercice de pouvoirs conférés par la loi. Espérant être indemnisée par l’assurance responsabilité professionnelle dont bénéficient les juristes. Transfert du pouvoir discrétionnaire → Ce pouvoir discrétionnaire de poser des actes susceptibles d’avoir un effet sur les intérêts juridiques ou pratiques de l’autre partie peut. ou simplement de l’engagement d’agir ainsi. entente. exprès ou implicite. l’existence d’un engagement. fera obstacle à l’existence d’une telle obligation. engagement unilatéral.e. L’engagement comme tel est essentiel à l’existence d’une relation fiduciale ad hoc.

le bénéficiaire peut se prévaloir de recours en equity de nature personnelle et de nature réelle. Certaines juridictions ne reconnaissent pas le principe de la stipulation pour autrui. S’il y a violation d’un contrat. et les biens qui sont détenus en fiducie vont être soustraits et remis à qui de droit ou à un nouveau fiduciaire. il doit y avoir un bien (réel ou personnel). S travaille pour une société. le bien sera remis à qui de droit et ne fera pas partie du patrimoine du failli. Cependant. Un mandat aboutit à des recours très différents : la personne qui a accordé le mandat aurait un recours contre le mandataire pour violation de ses obligations contractuelles et les recours en contrat donnent ouverture à des dommages-intérêts ou à l’exécution en nature. Avec une ordonnance pour dommages-intérêts lorsque le mandataire a fait faillite. prêt d’argent. jugement rendu par la cour). fiducie peut prendre naissance de différentes façons (i. . La société s’engage à 14 . Les fiduciaires peuvent avoir une plus grande marge de manœuvre. Pour avoir une fiducie. La société met fin à son emploi. Un mandataire peut détenir un bien.Contrat peut porter sur bien des choses (prestation de services. La société accepte de verser à M. elle aura des recours très limités. [1943] 2 All ER 768 (CA) F M. . Similarité entre fiducie et mandat : Les agents et les fiduciaires agissent au nom des autres et ont des obligations fiduciaires. – pas nécessairement un bien. . En fiducie. déclaration unilatérale. contrat. testament. Re Schebsman [1944] Ch. S une indemnité de départ sur une période de 6 ans. Si cependant le tribunal arrivait à la conclusion que c’était une fiducie et non un mandat. on aura droit exclusivement à des recours personnels.Fiducie ne relève pas exclusivement du domaine contractuel (autres moyens possibles).Mandat Il y a plusieurs différences entre la fiducie et le mandat. . 83. on risque de ne pas aller chercher grand-chose parce qu’on est un simple créancier ordinaire. Les délais de prescription peuvent aussi varier. Mandataire doit respecter et suivre les termes du contrat qui créent le mandat. la question qui se pose c’est de savoir si ce bien est détenu pour la personne qui lui a donné le mandat ou s’il le détient à titre de fiduciaire. Contexte de faillite : Loi sur la faillite et l’insolvabilité. etc. on identifie les biens qui appartiennent à l’individu. art. Lorsqu’un fiduciaire fait faillite. Mandataires n’ont aucun droit de propriété sur des biens. Les fiduciaires sont propriétaires de ces biens en common law.e. . . Si le mandataire fait faillite.Relativité du contrat : Si une personne a droit à des bénéfices en vertu d’un contrat mais qu’elle n’est pas partie au contrat. s’il y a violation d’obligations fiduciaires. il y a un bien. 67(1)a) → les biens d’un failli constituant le patrimoine attribué à ses créanciers ne comprennent pas les biens détenus en fiducie. Contrat . Les bénéficiaires de fiducies ont des recours. Mandat tire son origine d’un contrat.

Mais si les faits démontrent que le failli nous devait de l’argent. doit assumer plusieurs rôles. I cannot find in the contract anything to justify the conclusion that a trust was intended. fait faillite. S décède. S makes a contract intended to secure benefits to his wife and daughter after his death. In this confidence. Si on est insolvable. on n’est pas en mesure de rembourser l’ensemble de nos créances. 464 : Mr. Si un contrat intervient entre A et B. Lorsque le syndic demande à la société de lui verser les indemnités de départ. Si l’argent qui est due était détenue par le failli en fiducie. with good reason. 462) – “the Courts have on occasions adopted what may be called a liberal view on questions of this character. et la veuve et l’orpheline. Ce sont des situations qui donnent ouverture en common law au baillement/dépôt. Deux mois plus tard. B décède et est remplacé par le syndic. S. Ici. It is true that they obtain to right to call for those benefits. qu’il s’agissait d’une simple créance. et M. But in the present case. It is not legitimate to import into the contract the idea of a trust when the parties have given no indication that such was their intention. La veuve et l’orpheline. Baillement ou dépôt (bailment) C’est lorsqu’un bien personnel est placé à certaines fins entre les mains d’une personne qui est appelé le bailleur – ça pourrait être un prêt. la société qui veut respecter les termes du contrat. elle va remettre des sommes d’argent à M. et ne s’applique qu’aux biens personnels. la société doit verser l’argent à la fille de M. Si on est un créancier ordinaire. La veuve et la fille ne sont pas parties au contrat. Si la veuve décède à l’intérieur de cette période de 6 ans. nous avons un contrat. M. lorsqu’il y a une faillite. S décède. Le litige a été réglé en faveur de la veuve et de l’orpheline mais en s’appuyant strictement sur le droit des contrats. But Mr. Dans le litige. S. Si les deux parties décident de modifier l’entente. on risque de perdre beaucoup. les deux parties sont liées par le contrat.” Il indique qu’il est important de faire la distinction entre le contrat et la fiducie. n’est-il pas en train de demander à la société de modifier le contrat ? P. Créance Il y a différentes catégories de créanciers. 15 . S makes his testamentary dispositions and dies with the satisfaction of knowing that the contract makes provision for his widow and daughter. n’étant pas partie au contrat. M Lord Green (p. ne peuvent que soulever la possibilité qu’il s’agit d’une fiducie et non d’un contrat. Même si le bailleur a la possession du bien. Relativité des contrats – ce sont seulement les personnes qui sont parties au contrat qui peuvent s’en prévaloir. Mr. S. on a le syndic de faillite. elles peuvent le faire. S. trusts the company to make them. nous sommes créancier ordinaire et on n’ira pas chercher grand-chose. peut-être qu’on veut entreposer le bien. Le baillement découle de la common law et non de l’equity. Le contrat est signé. S… le syndic voit cette indemnité et demande à la société de lui verser l’indemnité plutôt qu’à la veuve. dans le cas d’une faillite ou d’insolvabilité. on peut aller récupérer l’argent. Le syndic de faillite doit recueillir tous les biens de M. si M. la société va verser ces mêmes sommes à la veuve. faire ce qui suit : pendant 6 ans. Le syndic. il ne deviendra jamais propriétaire.

ou pas encore conçus. procuration (power of attorney). et la fiducie finalitaire non caritative. Ces pouvoirs peuvent prendre naissance dans le cadre de ces opérations. incapables. Intention Il faut avoir l’intention de créer une fiducie expresse d’intérêt privé. en vertu d’une fiducie. L’expression de l’intention peut être orale ou écrite. On retrouve des bénéficiaires mineurs. le fiduciaire n’a pas besoin d’avoir la capacité juridique mais nous avons intérêt d’avoir un fiduciaire qui a la capacité juridique. on dit que la validité de la fiducie d’intérêt privé repose sur 3 éléments : Les trois certitudes La décision Knight v. Recueil commercial p. De tels pouvoirs pourraient être accordés dans le cadre d’un mandat. DOIT agir pour autrui… mais ici on parle d’un pouvoir. Knight est la décision la plus souvent citée pour référer aux trois certitudes qui doivent être satisfaites pour la création d’une fiducie expresse. Conditions de validité Quelles sont les conditions de validité de la fiducie expresse d’intérêt privé ? Capacité des parties Le constituant doit avoir la capacité juridique. c’est que la distinction entre la fiducie et le don peut susciter des interrogations. ou pour profiter de certaines dispositions fiscales. 41-71 (histoire – incontournable – question d’examen) PARTIE II – FIDUCIES EXPRESSES Il y a trois sortes de fiducies expresses : la fiducie d’intérêt privé. et le don doit être accepté (3 exigences). mais ces pouvoirs peuvent aussi exister de façon indépendante – i. le donateur doit faire part de son intention de donner. 16 . Dans la jurisprudence. Pouvoirs d’agir pour autrui Très important de comprendre cette distinction. la fiducie à fin caritative. À retenir. Fiducie d’intérêt privé On peut s’en servir pour des personnes incapables mineures ou majeures et irresponsables. En principe. ou peut être interprétée à partir de la conduite de la personne qui crée la fiducie. en vertu d’une fiducie expresse.e. il doit céder le bien qui fait l’objet du don. Un fiduciaire. le bénéficiaire d’une fiducie ne doit pas avoir la capacité juridique. Par contre.Don Pour qu’il puisse y avoir un don. etc.

Il a donc été dit que la femme avait droit aux biens de façon absolue. l’expression d’intention doit être plus qu’une simple obligation morale ou souhait. Farney (1913). Matière Il faut que les biens soient clairement identifiés. et qu’on lui dit qu’il doit détenir en fiducie un montant suffisant pour permettre de remettre à Bernard. Cette décision a été confirmée en Cour d’appel. La certitude quant à la matière peut être contournée si on accorde au fiduciaire une discrétion. il y a deux aspects à la certitude quant à la matière :  la certitude de la matière qui est sujette aux obligations fiduciaires. Johnson c. 100 000 $) à un fiduciaire pour le compte de plusieurs bénéficiaires identifiés. le mot « wish » n’était pas assez fort pour créer des obligations fiduciaires. la somme de 500 $. La certitude quant à l’intention est incontournable. Si on transfère à un fiduciaire 500 000 $.Il ne faut pas se servir d’expressions spécifiques ni techniques pour montrer une intention de créer une fiducie. les mots qui sont employés par le constituant permettent un constat objectif. avec une note spéciale : il faut examiner le TOUT pour déterminer si les mots créent une fiducie. Parfois. est-ce que c’est 51 % ou 75 % ou 90 % ? Il y a manifestement incertitude quant à la matière.  la certitude du montant ou de la part qui doit être donnée à chaque bénéficiaire.e. Il peut y avoir incertitude de matière si le constituant transfert des biens précis (i. les tribunaux vont appliquer une maxime d’equity : l’égalité satisfait l’equity. 17 . Il va y avoir donc une division à parts égales entre tous les bénéficiaires. sans indiquer les modalités de partage. M Le tribunal de première instance a notée que dans d’autres causes antérieures. Parfois. 14 DLR 134 (CA) F Voir la page 100. dans un testament où on dit à l’exécuteur (aussi fiduciaire) de détenir la plus grande part de ses biens (« bulk of ») au profit de Bernard. les mots utilisés dans un testament d’un mari à sa femme. c’est possible d’acheter une rente et on peut alors aller voir une compagnie d’assurances. chaque mois durant sa vie. Ainsi. et le reste sera remis à d’autres personnes. Ce principe va de pair avec la maxime d’equity qui veut que « l’equity se fonde sur l’intention plutôt que sur la forme ». Cependant. Le mot « wish » indiquait simplement une suggestion. Par exemple. Re Romaniuk FAITS La phrase « and other property » donne ouverture à 3 interprétations possibles! MOTIFS La fiducie est invalidée.

Les tribunaux qui. on comprend pourquoi les constituants auraient tendance à se diriger vers les fiducies discrétionnaires – c’est une façon formidable pour un constituant riche de mettre de l’argent de côté pour ses employés. en déterminant selon nécessaire de circonscrire la catégorie de leur bon jugement le montant. Objet Les bénéficiaires doivent être précisés. Test pour une fiducie discrétionnaire Le fiduciaire a la discrétion de décider quels bénéficiaires dans la classe de bénéficiaires recevront les bénéfices de la fiducie ou le montant attribuable à chaque bénéficiaire. ou les deux. Déterminer si une personne est membre de la classe de bénéficiaires. De nos jours. est-ce que vous pourriez revoir la jurisprudence antérieure déterminer s’il y a lieu de continuer à appliquer cette jurisprudence qui établit cette distinction que certaines personnes pourraient qualifier d’artificielle ? » Dans la disposition. Un fonds est disponible et les fiduciaires peuvent piger dedans pour aider ces gens. à leur parenté ou aux membres de ma famille en parts égales. Dolton. Test pour une fiducie fixe / impérative La certitude quant à l’objet demande qu’on puisse : 1. On dit à la Chambre des Lords – « Ici. de la société. MacPhail c. actuels ou exemple. Identifier tous les membres de la classe – faire une liste complète de tous les bénéficiaires. Si dans un testament un fiduciaire doit distribuer un montant en parts égales entre « tous mes amis »… Qui sont mes amis ? On n’est pas en mesure d’identifier les bénéficiaires. s’agit-il d’un pouvoir ou d’une fiducie discrétionnaire ? 18 . les conditions ascertainability test). Par contre. il est personnes à leur charge. 2. se retrouvent presque du jour au lendemain avec ce type de fiducie qui est très différent de ce qu’on a connu auparavant. le moment du personnes qui font partie de la famille (class versement et. Par aux administrateurs et employés. Doulton. liées à ces versements. est-ce qu’on a affaire à une fiducie ou à un pouvoir? Si c’est une fiducie. [1971] AC 424 M On se retrouve dans la 2e partie du XXe siècle avec des fiducies qui accordent aux fiduciaires des discrétions. il est très important de distinguer entre : Fiducie fixe / impérative Fiducie discrétionnaire Le fiduciaire n’a aucune discrétion – il doit On accorde au fiduciaire certaines discrétions distribuer les biens précis de la façon requise se résumant ainsi : « Les fiduciaires doivent par le constituant. si on dit de distribuer 100 000 $ aux anciens. » C’est la traduction du texte qui a donné lieu à l’arrêt MacPhail c. auparavant. Le fiduciaire doit être en utiliser les revenus nets du fonds afin de mesure d’identifier les biens et il doit aussi être remettre à leur entière discrétion des sommes en mesure d’identifier les bénéficiaires. Il y a incertitude et la fiducie est invalide. le cas échéant. devaient interpréter des fiducies fixes.

Dans cette décision. Elle dit qu’il y a lieu de mettre de côté la jurisprudence antérieure parce que la distinction faite entre les pouvoirs et la fiducie discrétionnaire est inutile.Délibération du propriétaire . à la matière et à l’objet : . Selon la jurisprudence problématique qui existait avant MacPhail. 19 . On reconnaît ce type de fiducie et on assouplit les critères concernant la certitude relative à la matière et aux bénéficiaires. parce qu’on a accordé une discrétion au fiduciaire. ce serait la class of groupe. la Chambre des Lords a tenu que le critère pour la certitude des bénéficiaires dans une fiducie discrétionnaire est rempli si on peut dire avec certitude qu’un individu est ou n’est pas membre de la classe de bénéficiaires (« individual ascertainability test »). Lorsque cette question est arrivée devant la Chambre des Lords. R La Chambre des Lords décide de faire évoluer le droit. on distinguait entre : Fiducies qui accordaient des pouvoirs de Fiducies qui donnaient une discrétion relative sélection des bénéficiaires et de distribution à la sélection des bénéficiaires et la des biens distribution des biens Si c’était un simple pouvoir. c’est que le détenteur du pouvoir puisse dire – telle personne fait partie du groupe. la jurisprudence était problématique. Ce qui importe.Coûts administratifs .Maximiser la valeur des biens . La fiducie discrétionnaire a pris son essor à partir de la décision de MacPhail c. notamment lorsqu’il doit se pencher sur la question de la certitude quant à l’intention. il n’était pas S’il s’agit d’une fiducie qui accordait au nécessaire d’identifier tous les membres du fiduciaire une discrétion. C’est une fiducie assortie de pouvoirs. Il s’agit d’une fiducie. partie de la classe ? » C’est ce qu’on appelle le individual ascertainability test (test de certitude quant à l’individu).Attente ou fiabilité raisonnable . Dolton.Enrichissement sans cause . Le détenteur du pouvoir n’avait à ascertainability test (test de certitude quant au répondre à la question suivante – « X fait-il groupe). Différents éléments qui pourraient influencer la décision du tribunal.Équité distributionnelle Constitution Il est nécessaire qu’une fiducie expresse soit constituée. La clause 9B – “the trustees shall apply the net income” – élément impératif.Preuve de l’intention du propriétaire .

mais le moment venu. quand il sait qu’ils ne sont pas mariés. On voit ici une situation où le tribunal va très loin pour accorder gain de cause à la conjointe. Constance F Couple non marié vit ensemble. Le gérant de la banque. Paul c. Sinon. les tribunaux n’obligeront pas le constituant à obéir. elle ne le fait pas. dorénavant. il a autorisé quelqu’un à le faire et cette personne ne l’a pas fait = Ø fiducie. dit au monsieur – je tiens pour acquis que le compte sera détenu exclusivement à votre nom. en l’occurrence.) Transfert des biens C’est la façon la plus typique de créer une fiducie expresse. En s’appuyant sur les faits. on conclut que la preuve démontre qu’il y avait une fiducie. (Article de John Lang Bine – ça rejoint ce qu’il dit. les fiducies par déclaration ont pris naissance parce qu’un juge s’est apitoyé sur le sort d’une personne qui. en règle générale. S’il s’agit d’une promesse faite dans l’acte sous le sceau. s’il s’agit des actions d’une société qu’on veut placer en fiducie. mais souvent. et le tribunal devra décortiquer l’ensemble des circonstances pour décider s’il y avait fiducie. (2) Le constituant n’a pas signé le transfert. » Le juge estime que ce commentaire démontrait l’intention de créer une fiducie par le biais d’une déclaration. Monsieur décède par après. était très souvent une demanderesse. et l’épouse dit qu’elle veut l’argent dans le compte bancaire. le constituant n’aura pas à respecter la promesse. pas de problème. La fiducie par déclaration peut créer des difficultés (i. Si on envoie une lettre au bénéficiaire. Si. Le tribunal doit regarder tous les faits pour déterminer si on peut conclure à une fiducie expresse qui aurait été créée par déclaration. il peut y avoir des problèmes. mais également endosser les actions. Très souvent. mais c’est seulement le constituant qui a signé. si c’est un bien personnel). Par exemple. on a deux décisions qui ont été rendues à l’époque où les transferts d’actions se faisaient par endossement. il s’agit d’un engagement dans un acte 20 .e. par ailleurs. Aux pages 126 et 131 du recueil commercial. Si c’est une lettre. (1) Le constituant a fait tout ce qu’il pouvait faire mais le transfert n’a pas été inscrit dans les registres de la société = oui fiducie. le constituant doit faire tout le nécessaire pour qu’il y ait transfert. il détient un bien en fiducie pour le compte de Bernard. (Aller chercher le nom des décisions. Y a-t-il des recours disponibles ? Ça dépend de la nature de l’acte juridique posé par cette personne. il faut non seulement remettre les actions au fiduciaire. Ils discutent quoi faire avec leur RÉER – on discute que l’argent va être déposé dans un compte bancaire. À la page 135 : « When one… clearly a present declaration… as much the plaintiff’s as his own. la fiducie est invalide.) Refus de transférer un bien à une fiducie Une personne fait part de son intention de placer des biens en fiducie à l’avenir. preuve). Lorsqu’il est question d’un transfert. M Le tribunal s’appuie sur la doctrine qui dit qu’il est possible de créer une fiducie sans utiliser le mot « fiducie ». Le constituant nomme un fiduciaire et lui transfère le bien (ou délivre. Déclaration Exemple: André déclare que.

Donc les époux ainsi que leurs enfants pourront bénéficier de la contrepartie pour faire respecter la promesse. le mariage équivaut à une contrepartie. un « bénévole » : equity will not help a volunteer. pour utiliser une expression de l’equity. page 160-161 du recueil commercial. mais il y a certaines lois qui entrent en jeu et qui imposent des exigences très précises. (Loi portant réforme du droit des successions. Il aura droit à des dommages-intérêts… pourquoi ? Equity will not assist a volunteer. Contrepartie? Par contre. Pour éviter qu’il puisse y avoir des fraudes. Mariage? Les tribunaux d’equity ont également conclu que si la promesse de transférer des biens en fiducie est faite en fonction d’un mariage à intervenir. elle va devoir être constituée par écrit. le fiduciaire pourrait poursuivre le constituant qu’il s’est engagé dans l’acte et qu’il était pour transférer un bien en fiducie. Il pourrait avoir droit à des dommages-intérêts. Art. Fiducie testamentaire Il doit soit avoir 2 témoins. 11 : si on est un bénéficiaire en vertu d’une fiducie. mais il n’aura pas droit à l’exécution en nature. Art. on a dit que certaines transactions devaient être constatées par écrit. Les témoins doivent être entièrement autonomes – ne peuvent pas être des bénéficiaires. il sera possible de faire respecter le contrat. 4 : un contrat relatif à un bien-fonds ou à un droit dans un bien-fonds doit être par écrit. Art. Cette loi remonte très loin – 16e siècle en Angleterre. on a affaire à la Loi relative aux preuves littérales. doit aussi être par écrit. Exigences formelles Le constituant doit faire tout le nécessaire pour transférer les biens en fiducie. Par contre. Si c’est une fiducie relative à un bien-fonds ou relative à un droit dans un bien-fonds.sous le sceau et que le constituant et le fiduciaire ont tous les deux signé l’acte.) 21 . et que je serais le fiduciaire. si on veut céder nos droits au terme de la fiducie. il faut le faire par écrit. mais c’est le bénéficiaire qui a subi un préjudice… Le bénéficiaire peut poursuivre le constituant. si le constituant s’est engagé dans un contrat avec contrepartie. Il est. 9 : une fiducie relative à un bien-fonds. ou que le testament soit entièrement écrit à la main. y compris une fiducie constituée par déclaration. c’est une situation où le fiduciaire n’a pas versé de contrepartie. Le fiduciaire ne pourra donc pas exiger l’exécution en nature. Fiducie inter vivos Ici.

Ça ne veut pas dire que les fiducies ne sont pas utilisées pour des fins illégales. si les tribunaux refusaient de donner effet à une fiducie. les dispositions pertinentes du Code criminel seront utilisées non pas pour invalider la fiducie. 19e et début du 20e siècle). Fiducie en fraude des droits des créanciers Les tribunaux vont sanctionner des fiducies constituées en fraude des droits des créanciers. pour éviter que les fiducies soient utilisées à des fins criminelles. on a également des lois qui vont permettre aux tribunaux d’annuler ou de modifier des opérations. Lorsqu’il est question de litige dans le domaine du droit de la famille. Si de tels biens ont été placés dans des fiducies. les fiducies sont créées dans des paradis fiscaux. qui portent préjudice au conjoint du constituant ou à ses enfants. le constituant ne tentera d’avoir une réparation quelconque. les juristes canadiens ne sont pas assujettis à ces dispositions. Ils vont se faire 22 .e. Un constituant qui va créer une fiducie à des fins illégales utilisera probablement des fins illégales pour s’assurer que le fiduciaire respecte ses obligations. et sont parfois aussi créées pour blanchir de l’argent qui provient de différentes sources. La Loi sur le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes impose maintenant des exigences – les banques. Il suffit de savoir qu’il existe de plus en plus de dispositions qui permettent au législateur et à certains organismes d’être proactifs en ce qui concerne les fiducies. Il arrive que des individus aient des difficultés financières (insolvabilité). National Trust) ont des obligations. si le fiduciaire ne respecte pas les directives. *** Toutes ces lois d’origine récente viennent s’ajouter aux règles traditionnelles issues de la jurisprudence selon lesquelles les tribunaux refuseront de respecter une fiducie constituée à des fins illégales ou immorales. Protections législatives Il y a des dispositions du Code criminel qui permettent la saisie de biens qui ont été obtenus par le biais d’activités criminelles. elles doivent divulguer certains renseignements conformément aux dispositions que l’on retrouve dans cette loi.Limites Fiducie créée à une fin illégale ou contraire aux bonnes mœurs ou à l’ordre public Auparavant (i. Cela explique en partie la raison pour laquelle il y a relativement peu de jurisprudence qui traite de ces questions. c’était surtout en raison d’illégalité ou d’immoralité. Si un constituant décide de créer une fiducie dans un but illégal.e. mais les Barreaux ont mis en place des systèmes pour contrôler. en vue d’éviter le paiement d’impôts. Les législateurs et les organismes nationaux et internationaux sont très conscients de cela. Très souvent. les fiduciaires institutionnels (i. y inclus des fiducies. en règle générale. À ce jour. Le gouvernement fédéral a aussi tenté d’imposer ces exigences aux juristes canadiens. mais pour aller chercher les biens qui s’y retrouvent.

mais il faut qu’il lâche prise à moment donné. et exécuter ces jugements en saisissant les biens de cette personne. la vie utilisée sera celle du petit fils Daniel. Un propriétaire d’un bien est en plein droit d’agir librement à l’égard de ses biens. et on ajoute 21 ans.poursuivre par leurs créanciers qui vont tenter d’obtenir des ordonnances de paiement. mais qui pourrait être une cession ou un transfert. mais la cession aura lieu dans plusieurs années. On parle souvent de règles comme étant de deux sortes : 1. Fiducie qui ne se conforme pas à la règle d’interdiction des dévolutions perpétuelles ou aux règles qui interdisent l’inaliénabilité et la capitalisation Lorsque les fiducies ne se conforment pas à la règle d’interdiction des dévolutions perpétuelles ou aux règles qui interdisent l’inaliénabilité et la capitalisation. On autorise la cession. » Si Daniel n’a pas d’enfants et il a 60 ans. C’est normal que les gens aient tendance à vouloir exercer un contrôle sur leurs biens. ce sera remis à ses enfants. pour faire le calcul de la période. on n’a pas apporté une réforme en profondeur de ces règles.  Nouvelle règle . 35 du recueil maison – Loi sur les dévolutions perpétuelles. S’il existait une possibilité que l’opération n’ait pas lieu à l’intérieur de cette période. art.  Selon la jurisprudence. On veut évidemment protéger les biens. elles peuvent être invalidées. C’est dans ce contexte que les tribunaux ont tenté de formuler des règles pour empêcher de tels contrôles et restrictions. Ce ne sera pas possible de remettre quoi que ce soit à qui de droit à l’intérieur de la période de perpétuité – on annule la disposition et les biens détenus en fiducie retournent au constituant ou à sa succession. La période de perpétuité est la vie de Daniel. Daniel est vivant ou conçu au moment où le testateur décède. notamment si on a une famille. Si on dit : « Mon petit-fils Daniel aura droit à l’intérêt du capital sa vie durant. 3) 23 .Exemple : situation de testament. On peut placer des biens en fiducie en espérant soustraire ces biens aux saisies par les créanciers.Dans certaines provinces canadiennes. la Loi sur les cessions en fraude des droits des créanciers. Les tribunaux ont jugé qu’il fallait imposer des contrôles et certaines limites. Jusqu’au début du 20e siècle. la Loi sur les cessions et préférences. Règle d’interdiction de dévolutions perpétuelles  Invalide des restrictions ou des dispositions qui ont pour effet qu’il va y avoir une opération quelconque relative au bien. l’opération était invalide. On veut interdire des opérations qui auront lieu après un laps de temps dépassant une période dite de « perpétuité ». Les créanciers et les syndics de faillite peuvent se prévaloir de certaines lois pour faire annuler ces opérations : la Loi sur la faillite et l’insolvabilité. et par la suite. on prend la vie d’une personne qui vivait ou qui était conçue au moment où la restriction prenait effet. il existe une forte possibilité qu’il en n’ait jamais. plus 21 ans. la fiducie était surtout utilisée dans un contexte familial. mais on a adopté une disposition législative (p.  Ancienne règle . La simple possibilité que l’événement prévu ne se produise pas était suffisante pour invalider la fiducie.

En common law. Si on crée des fonds de pension. dans un tel contexte. Voilà donc la règle concernant l’interdiction de dévolution perpétuelle. Thalussen est décédé en 1797. il peut y avoir des opérations qui peuvent durer très longtemps.1 de la Loi sur les dévolutions perpétuelles. Baie d’Hudson). c’est exactement la même règle que la première. et normalement. et ces fonds de pension peuvent être mis en place par fiducie.e. Problème de ces règles Aujourd’hui. voire en permanence. On est alors en mesure de distribuer les 24 . Si non. soit 101 ans après le décès de M. il y avait une règle qui interdisait l’accumulation de capital et d’intérêts sans distribution pendant une période jugée trop longue. Thalussen. Par exemple. Il y a aussi une troisième règle qui interdit la capitalisation. On ne sait pas encore quelle sera la vie à utiliser pour les fins du calcul. Cet arrière- petit-fils décède à 80 ans. l’entreprise qui les a créés peut durer très longtemps (i. qui dit qu’en Ontario. 18. Pour la règle de l’interdiction de l’inaliénabilité. Il est donc utile de considérer ces deux règles comme étant deux composantes d’une même règle qui limite la période pendant laquelle des biens peuvent être assujettis à des contrôles imposés par le propriétaire original. les sommes ainsi accumulées devaient être distribuées parmi les personnes identifiées dans le testament. Cette situation laisse beaucoup à désirer – et a fait l’objet de plusieurs critiques. il y avait un arrière-petit-fils conçu – ça compte. On ne peut pas utiliser la règle contre les dévolutions perpétuelles avant la fin des 21 ans. Les chances sont que ce sera probablement un arrière-petit-fils qui décédera en dernier… mais disons qu’en 1797. petit-fils et arrière-petit-fils vivants à la date du décès. Il a dit que le capital et les intérêts seront investis et réinvestis sans distribution à qui que ce soit pendant la période suivante : durant la vie de ses fils. ces règles posent effectivement problème parce que les fiducies sont utilisées de plus en plus dans des contextes commerciaux. Cela nous amène à 1877. Règle d’interdiction de l’inaliénabilité  Vise des restrictions qui empêchent l’aliénabilité de biens pendant des périodes excessivement longues. Il y a souvent confusion entre ces deux règles. Exemple : Lorsque M. Au décès du dernier survivant. On ajoute 21 ans et on se retrouve en 1898. 2. la règle « wait and see » met fin à cette ancienne règle. En 1797. l’art. y compris dans la jurisprudence. on est en mesure d’identifier les fils. qui dit que ces règles ne s’appliquent pas à certaines fiducies au bénéfice des employés – on vise les fonds de pension. On attend maintenant jusqu’à la fin de la période de perpétuité pour voir si l’événement se produit ou non. les petit- fils et les arrière-petit-fils. les biens retournent au constituant ou à sa succession. il a laissé 700 000 livres. Le gouvernement fédéral a modifié les parties les plus névralgiques de la jurisprudence par le biais de dispositions législatives.

fonds aux personnes nommées au testament. Une telle opération va à l’encontre de l’art. des règles comme celles que nous avons actuellement dans les provinces de common law sont problématiques car elles peuvent entraver les fiducies commerciales. sur le plan fiscal. La personne qui aura droit aux biens de la fiducie (le « bénéficiaire du premier ordre ») doit recevoir les biens au plus tard à l’expiration des 100 ans qui suivent la constitution de la fiducie. Pour ce qui en est des bénéficiaires subséquents. on sait que 1897 est la date limite. L’art. 1271. à tous les 21 en vertu de la Loi de l’impôt sur le revenu. C’est en raison de cela que plusieurs auteurs canadiens disent qu’on devrait simplement éliminer ces règles et s’en tenir aux sanctions dans la Loi de l’impôt sur le revenu. les intérêts seront remis au conjoint du constituant sa vie durant. les intérêts seront versés aux enfants durant leur vie. il y aurait une disposition réputée. Thalussen décède. Le capital sera remis aux arrières petits-enfants. Art. Thalussen. 1272 – Code civil M. c’est que les juristes débordent d’imagination et connaissent très bien le droit. Les intérêts seront versés aux petits-enfants. Même si on stipule que ça va se faire après 1897. si on veut rédiger une fiducie conforme à la loi. Dans notre exemple. les fruits et revenus s’arrêtent après les enfants. Elle est sans effet à l’égard des ordres subséquents qui y seraient visés. outre celui du bénéficiaire du capital. Le problème avec cela. on a trois différentes sortes de fiducies : personnelle. car celui-ci dit que la fiducie personnelle constituée au bénéfice de plusieurs personnes successivement ne peut comprendre plus de deux ordres de bénéficiaires des fruits et revenus. déjà ça ne marche pas. le capital va être évidemment investi. et la fiducie aurait à verser de l’impôt au plus haut taux marginal. Premièrement. qui se rend jusqu’à 80 ans + 21 ans (1898). 1271 – Code civil En droit civil québécois. Ces règles ont pris naissance pour combler des situations où on tentait d’exercer un contrôle presque illimité sur des biens dans un contexte successoral ou familial. Si on avait l’arrière-petit-fils. en 1897. On l’a vu avec les fiducies – en Angleterre. Aujourd’hui. et sont en mesure de trouver des façons de contourner de façon légale les règles existantes. Il faut regarder. C’est en quelque sorte ce raisonnement qui a porté le législateur québécois à faire ce qui suit : Art. c’est le Accumulations Act. si on avait à titre d’exemple une fiducie comme celle de M. 25 . quand on a adopté le Statute of Uses. le capital irait aux petits-enfants. ça ne marchera pas. On a donc adopté une loi – Lord Thalussen’s Act – en Ontario. conçu au moment de l’ouverture de la fiducie. en 1897. on a calculé que l’investissement pendant si longtemps donneraient un montant très élevé. qui sont les personnes qui ont droit aux biens. Thalussen : la constitution de la fiducie est 1797 lorsque M. d’utilité privée et d’utilité sociale. 1271 dit que si on crée une fiducie de 700 000 $. Lorsque le conjoint va décéder. les avocats ont trouvé des moyens de contourner ces dispositions et on est reparti de plus belle avec les fiducies ! Éliminer complètement les règles pourrait poser problème… par contre.

On est bien avant MacPhail c. Doulton – mais il y avait déjà des fiducies discrétionnaires.Le législateur québécois (probablement en raison de la possibilité qu’on puisse tenter de déjouer la loi en matière de fiscalité) a mis en place un système qui s’applique uniquement à la fiducie personnelle (i.e. si elle devait céder son droit au revenu. lui imposer des conditions. c’est en raison de cette discrétion qu’il y aurait certitude concernant la fiducie. Dans le premier cas. En plus. il n’est pas possible pour le constituant de limiter ce droit une fois qu’il l’a accordé. les fiduciaires peuvent. son droit au revenu prendra fin. à leur entière discrétion. Re Williams F Une dame décède et laisse le résidu de sa succession en fiducie pour le bénéfice de sa fille. 1273. verser les revenus au locateur si elle loue un appartement). Si les fiduciaires. à leur discrétion. fiducie protectrice ou fiducie prodigalité). Si. La Cour d’appel dit que la condition qui opère pour enlever au bénéficiaire les revenus est 26 . mais la Cour d’appel ne s’inquiète pas à l’égard de la discrétion accordée au fiduciaire. si son droit au revenu faisait l’objet de procédure d’exécution/de saisie).e. Code civil La fiducie d’utilité privée ou sociale peut être perpétuelle. dans de telles circonstances. Par contre : Art. tant et aussi longtemps que les fiduciaires le jugent nécessaire. fiducie d’intérêt privé en common law). M La fille tente de faire invalider cette fiducie pour motif d’incertitude. En fait. les tribunaux vont conclure que le bénéficiaire a un droit absolu. et à ce moment. on peut accorder à un bénéficiaire des droits conditionnels aux termes d’une fiducie. La Cour d’appel a dit non – il n’y a aucun problème concernant l’incertitude. C’est un exemple classique d’une fiducie protectrice ou prodigalité.e. Très souvent. cela devait se produire. mais la façon dont la fiducie est rédigée cherche à ne pas donner à la fille un droit absolu au revenu.e. On l’a fait par le biais de 3 articles qui sont très clairs. Fiducie qui empêche le bénéficiaire d’aliéner le bien On ne peut pas créer une fiducie qui a pour effet d’accorder un droit au fiduciaire qui est absolument inconditionnel. comparé à la jurisprudence et aux lois de common law par rapport aux mêmes préoccupations. La mère dit que le revenu sera versé à sa fille (elle ne dit pas que sa fille aura DROIT au revenu) de la façon stipulée. il est souhaitable qu’il y ait des contrôles et qu’on impose une date précise après laquelle le capital doit être remis à qui de droit. la fiducie d’utilité privée est celle qui est utilisée dans un contexte commercial. et par la suite. Pour ce type de fiducie. Par contre. faire ce qui suit : utiliser ces revenus pour répondre aux besoins de la fille ou verser les revenus à des tiers pour le compte de la fille (i. Les fiducies qui accordent au bénéficiaire des droits déterminables sont souvent utilisées pour protéger une personne prodigue et l’empêcher de dilapider ses biens (i. Dans le deuxième cas. sont d’avis que la fille agit de façon irresponsable à l’égard de ces revenus. le constituant n’accorde au bénéficiaire qu’un droit déterminable. on accorde une discrétion absolue au fiduciaire. à moins qu’elle ne fasse faillite ou qu’elle fasse quelque chose qui aurait pour effet que ces revenus soient cédés ou réclamés par des tiers (i.

Il agit en fraude des droits de ses créanciers. S’ils se 27 . il y a un mode de constitution de fiducie qui existe en common law qu’on ne retrouve pas en droit civil. Art. Le constituant pourrait constituer une fiducie dont il est fiduciaire. en règle générale. Le constituant trouve un moyen de repayer ses créanciers. ou à des fins d’utilité privée ou sociale (art. La Cour d’appel place beaucoup plus d’importance sur la décision prise par les fiduciaires que sur l’aspect discrétionnaire de la décision. il m’a cédé le bien pour éviter de devoir le céder à ses créanciers. Fiducie constituées à des fins personnelles ou à des fins d’utilité privée en droit civil québécois Le Code civil ne fait aucunement référence à la fiducie d’intérêt privé – on parle plutôt d’une fiducie constituée à des fins personnelles. À l’art. je peux dire que si certains biens doivent me revenir. Ce sont plutôt les dispositions du livre troisième et cinquième qui traitent des obligations qui s’appliquent. En common law. le bien appartient alors à la conjointe. Le droit au Québec est beaucoup plus souple concernant la durée des fiducies. mais au Québec. c’est un peu plus délicat. dans certains cas. Cependant. 1262. le bien va retourner au constituant ou à sa succession. pourvu qu’elles aient été correctement rédigées. Il a de la jurisprudence en Ontario selon laquelle dans certaines circonstances. mais en raison des règles relatives aux perpétuités. Il se peut aussi que les tribunaux concluent que le fiduciaire a un droit de propriété absolu relatif au bien. ne pouvaient être invalidées. Il n’y a pas d’exigence aux trois certitudes au Québec. Ensuite on entrevoit le divorce. être établie par la loi. 1262 : la fiducie québécoise peut aussi être établie par jugement lorsque la loi l’autorise. Le libellé de 1262 indique qu’il n’est pas possible en droit civil de constituer une fiducie par déclaration. La fiducie personnelle et la fiducie d’utilité privée sont équivalentes à la fiducie d’intérêt privé de common law. Fiducie invalide – conséquences Si le tribunal invalide la fiducie. La conjointe va dire. 1269 : énonce que la fiducie peut être établie par contrat à titre onéreux ou gratuit. on exige qu’il y ait aussi un deuxième fiduciaire. Cela se produit assez souvent dans des situations semblables à celle-ci : le constituant (conjoint) cède un bien à sa conjointe parce qu’il craint que ses créanciers vont saisir ses biens. Les fiducies d’utilité privée et d’utilité sociale peuvent être perpétuelles. je détiens ces biens pour moi et mes frères –fiducie constituée par déclaration. le plus souvent. les juristes vont comparer les avantages et les inconvénients relatifs à une fiducie créée dans une province par rapport à une autre. la discrétion des fiduciaires. La fiducie d’intérêt privé en common law peut aussi être utilisée dans un contexte commercial. 1266). On voit déjà en 1947 en Ontario que de telles fiducies. Dans un contexte pancanadien où on a des cabinets juridiques nationaux. le bien va retourner au constituant ou à sa succession par le biais d’une fiducie résultoire. Art. La fiducie peut aussi être établie par testament et.

Du jour au lendemain. 28 . infirmes. les tribunaux anglais s’appuyaient sur ce préambule pour tenter d’identifier des fiducies qui avaient des objets de nature caritative. ils vont être portés à le faire. Bishop of Dunham M 2 choses qui ont encore un effet aujourd’hui sur la fiducie caritative. Nature de la fiducie caritative Cette fiducie vise la bienfaisance dans un but d’intérêt public. des infirmes. En 1601. soulager des personnes âgées. l’objet doit être fidèle à l’esprit et à l’intention du préambule. Parfois. En raison de cet élément d’intérêt public. Un objet peut être de nature caritative même s’il n’était pas dans l’énumération. pourvu qu’il soit fidèle à l’esprit et à l’intention du préambule. en tenant compte des incidences fiscales. Voir page 42 du recueil maison – par. On ne peut pas mêler l’intérêt privé à l’intérêt caritatif. les gens abusaient de ce système. 2. Le préambule de la loi a encore un rôle important à jouer dans le domaine des fiducies caritatives. The Statute of Charitable Uses est adoptée pour mettre en place un mécanisme d’administration et de surveillance des « usages » de nature caritative. Avant même que le concept de fiducie caritative prenne naissance. on accorde à ces fiducies un statut privilégié. ils ont procédé par analogie. élever et instruire les orphelins. pourvoir aux besoins des soldats marins malades ou invalides. les havres. citoyens pauvres relativement à la taxe…). Ce statut est accordé aux fiducies créées avec l’intérêt public en vue. mais par la suite. c’était l’Église qui s’occupait des pauvres. doter jeunes filles pauvres. soulager/délivrer prisonniers. personnes ruinées. Les objets que dans le préambule ne sont pas exhaustifs. artisans. On a la traduction française des objets dans le préambule (i. les chaussées. 1. C’est à partir de ce moment que les gens ont commencé à mettre de l’argent de côté à des fins de bienfaisance. Il contient une liste de divers objets nature caritative. il y a une décision importante de la Chambre des Lords : Morice c. se sont appuyés sur le préambule. églises. 31. Fiducie finalitaires caritative (charitable purpose trust ) Deuxième sorte de fiducie expresse. etc. Pour qu’un objet soit de nature caritative. elle sera invalidée. aide aux commerçants. réparer les ponts.e. boursiers étudiants. grandes routes. la bienfaisance est devenue la responsabilité de l’ensemble de la société. Pour qu’une fiducie puisse être caritative. établissements scolaires. maisons de correction. En 1804. qui s’adonnait à des activités de bienfaisance. pauvres. tous les objets de la fiducie devaient être de nature caritative. Si une fiducie comporte un mélange des deux. Les tribunaux de common law.rendent compte qu’ils peuvent éviter les règles de perpétuité en créant une fiducie commerciale au Québec. La réforme du Roi Henri VIII a causé l’abandon du catholicisme pour une forme de religion protestante. Pendant environ 300 ans. à partir de 1601.

Faire avancer l’éducation 3. la décision de la CSC : Aysa Amateur Youth Soccer Association c. C’est évidemment inspiré de l’arrêt Pemsel. b) de l’éducation. On verra dans la décision Vancouver Women’s Association que l’on s’appuie vraiment sur le droit issu de ce préambule – mais on en profite aussi pour critiquer la situation actuelle. Mais est-ce que d) élargit le domaine des fins de bienfaisance ? Il existe une décision ontarienne qui dit que oui –en 2007. On réfère aussi aux fiducies qui sont fidèles à l’esprit et à l’intention du préambule. La jurisprudence ontarienne n’est vraiment pas pertinente en l’espèce.) Même aujourd’hui. Pemsel M Lord McNaughton a tenté de simplifier la liste d’objets de nature caritative au préambule. On voit bien le respect du passé par la common law et la très lente évolution de ce système. Faire avancer la religion 4. pourrions-nous nous inspirer du Code civil concernant les fiducies d’utilité sociale ? Situation en Ontario Les tribunaux ne sont pas en mesure de faire un virage – ce serait au législateur d’agir. En Ontario la Loi sur la comptabilité des œuvres de bienfaisance contient à l’art. la Cour suprême du Canada a balayé cette décision (Relayed Law). Canada Agence du Revenu M Décision de 2007 dans laquelle la CSC a dit qu’on reste avec la définition telle qu’elle est décrite dans la décision de Vancouver Minority Women’s Association. Problèmes N’y aurait-il pas lieu de se libérer de cette histoire et finalement adopter un critère plus souple et moderne ? Si dans les lois. on disait qu’une fiducie constituée dans les intérêts publics a un avantage pour la communauté. Fiducies ayant d’autres fins avantageuses pour la communauté (La quatrième catégorie n’élargit pas le champ des fiducies caritatives. Il était d’avis que les objets pouvaient être divisés en 4 catégories : 1. 7 le texte suivant : « fins de bienfaisance : a) du soulagement de la misère. Plus importante. les tribunaux canadiens ont recours à une jurisprudence qui s’appuie sur le préambule d’une loi adoptée en 1601. Remédier à la pauvreté 2. ne serait-ce pas suffisant ? Ou encore. pour décider si une fiducie est caritative. c) de l’avancement de la religion. d) de toute fin favorisant les intérêts de la collectivité et n’étant pas visée par l’al. a) b) ou c) ».Deuxième décision par la suite : Commissioners for Special Purposes of the Income Tax c. 29 . On revient donc au point A – c’est-à-dire le préambule de 1601 – en tenant compte notamment de la décision Morris c. cette quatrième catégorie réfère aux autres objets de nature caritative qu’on retrouve dans le préambule. Au fond. Bishop of Dunham et de la décision Pemsel.

si on regarde la loi ontarienne sur le tuteur et le curateur public. ne s’applique pas aux fiducies caritatives.Avantages Avantage fiscal : les lois fédérales et provinciales accordent des avantages importants aux « organismes de bienfaisance enregistrés ». Par exemple. Cependant. Tobacco Securities Trust Company F On avait une fiducie pour l’instruction des enfants des employés qui contrôlent Oppenheim 30 . La deuxième règle. sont bien reçus par les tribunaux. on a regardé les trois certitudes. Avantage quant aux règles des perpétuités : La première règle. les personnes qui vont ester en justice pour une fiducie finalitaire caritative (i. Avantage au niveau des certitudes : lorsqu’on a parlé des fiducies d’intérêt privé. Le paragraphe 29 de Vancouver Society décrit très bien les avantages fiscaux des fiducies caritatives. Si c’est une société qui fait le don. est d’application est moins rigoureuse. On va revenir sur ces deux méthodes plus tard. Lorsqu’il s’agit d’une fiducie caritative. La troisième règle qui interdit la capitalisation ne s’applique pas fiducies caritatives. En 2009. Dans la mesure du possible. Oppenheim c. avec les fiducies discrétionnaires. celle d’interdiction d’aliénabilité. il se peut que ces fiducies soient invalidées. les reçus d’impôts permettent aux particuliers qui font des dons aux organismes de bienfaisance d’avoir droit à un crédit d’impôts.e. curateur public). En règle générale.e. Malgré le fait que les bénéficiaires ne sont pas clairement identifiés. parenté ou finances). Mais en règle générale. les avantages fiscaux vont bien plus loin. 4 que l’on exclut les fiducies constituées à des fins de bienfaisance. on a modifié la loi en Ontario – la Loi sur la capitalisation – et c’est à l’art. 12 que le curateur public peut accepter et administrer des fiducies constituées à des fins publiques ou de bienfaisance.e. non seulement doit-on constituer la fiducie à des fins caritatives. Normalement. mais elles doivent aussi être dans un but d’intérêt public. les fiducies caritatives sont créées pour des fins caritatives. fiduciaire. Les tribunaux vont dire que l’intérêt public n’y est pas – le groupe est trop restreint. Avantage d’intervention des tribunaux : les tribunaux sont prêts à s’impliquer pour valider des fiducies caritatives. Intérêt public Lorsqu’on crée une fiducie caritative. ou dont l’existence même repose sur un contrat (i. les tribunaux acceptent de se pencher sur des questions juridiques entourant les fiducies finalitaires caritatives en raison de leur très grande importance sociale. elle aura droit à une déduction à même l’impôt sur le revenu. Procureur général. on dit à l’art. Elles peuvent donc être perpétuelles. C’est pourquoi on va souvent les appeler des fiducies finalitaires caritatives. Les bénéficiaires sont de moindre importance. Par exemple. celle d’interdiction de dévolutions perpétuelles. cet élément est de moindre importance. employés d’une société ou membres d’un syndicat). Maintenant. ces organismes sont exemptés d’impôts sur le revenu. Si on crée une fiducie pour le bénéfice d’un groupe qui a des liens personnels avec le constituant (i. ce n’est pas nécessaire que les bénéficiaires soient identifiés avec précision. les tribunaux vont tenter de les valider par deux moyens : (1) l’élaboration d’arrangements (schemes) ou (2) le recours à la doctrine de cy-près.

Mais encore une fois. c’est peut-être que tout ce qu’on fait pour tenter de remédier à la pauvreté. on indique que des organismes de bienfaisance enregistrés (i. Jones v. c’est nécessairement d’intérêt public. Il existe de la jurisprudence qui a validé des fiducies venant en aide aux membres pauvres d’une famille (même cousins et cousines). Le Club était une association pas très organisée mais qui regroupait toutes les personnes qui avaient travaillé pour la société Eaton depuis plus de 25 ans. Bishop of Dunham. La fiducie avait pour but l’avancement de l’éducation – mais la Chambre des Lords a invalidé la fiducie. Q Est-ce que cette fiducie vise à soulager la pauvreté ? Est-ce que la fiducie répond aux critères établis par la jurisprudence pour les fiducies finalitaires caritatives ? M On s’attaque à « needy or deserving » : « needy ». on dit que si la fiducie comporte des éléments d’intérêt privé et des éléments d’intérêt caritatif. Une personne crée une fiducie pour les personnes qui sont membres du Eaton Quarter Century Club – pour les membres dans le besoin (« needy ») ou qui le méritent (« deserving »). ce n’est pas clair ce qu’on entend par ce mot… voir phrase surlignée à la page 237. Les prestataires ont décidé qu’ils allaient tenter de faire invalider la fiducie. Fins de nature caritative (a) Pauvreté Le terme pauvreté est relatif. Deuxième élément pour invalider : On dit que la fiducie n’est pas d’intérêt public. mais de façon très limitée. c’est clair. La Cour dit que c’est un groupe particulier. se place dans le contexte des années 1930. Eaton Company F Années 1930 – crise économique. C’est d’autant plus problématique que l’exigence d’intérêt public varie selon l’objet caritatif. De plus. On utilise aussi l’expression « needy or deserving » pour eux. Il se montre très souple. M Ce n’est pas dans l’intérêt public car c’était un groupe « restreint ».e. et conclut que cette expression ne pose pas problème – il dit entre autre qu’il faut considérer tous les faits de la constitution de la fiducie. Une des raisons pour lesquelles le critère d’intérêt public a été assoupli par la jurisprudence. Le juge Spence reprend la règle. mais qui engloberait environ 7 000 personnes. car elle est limitée à un groupe restreint. On tente de convaincre le tribunal que la fiducie devrait être invalidée sur cette base. C’est en raison de cet aspect d’intérêt public que les tribunaux ont jugé que les fiducies créées à des fins politiques ne sont pas reconnues à titre de fiducie caritative. Dans Pemsel. la fiducie devrait être invalidée. On va constater aussi que les exigences relatives à l’intérêt public sont considérablement assouplies. le tribunal s’appuie sur la jurisprudence qui 31 . Premier élément pour invalider : Dans Morice c. (environ 100 000 employés). T. On a accordé le statut de fiducie caritative à des fiducies qui visaient à aider les employés pauvres d’une société (mais Oppenheim – avancement de l’éducation – fiducie invalide!!). les exigences relatives à l’intérêt public peuvent être plus souples. Mais « deserving » ? On dit que la portée est trop large. des organismes qui ont des fins caritatives) peuvent s’impliquer sur le plan politique. ça fait référence à des gens qui sont dans le besoin. dans la Loi de l’impôt sur le revenu. il y a quatre catégories – et on va voir que dépendant de la catégorie.

Ce serait en quelque sorte une espèce de musée. Par contre. on dit que le terme « religion » a une portée large. v. Malgré cela. Le juge termine en disant que cette « mass of junk » n’a aucune valeur éducative et qu’elle n’inspire aucunement l’intérêt public. On a décrit ses écrits comme étant incohérents et confus. Dans son testament. On peut se demander où était l’intérêt public dans Thornton… On voit qu’en ce qui concerne les questions de religion. Howe Fiducie créée pour appuyer la dissémination des ouvrages de Johanna Southcote. Thornton c. Pinion and Another F Le constituant se considérait comme artiste et collectionnait des œuvres d’art. (b) Religion Dans le recueil commercial. Le juge dit essentiellement que ce sont les héritiers qui vont recevoir les « œuvres d’art ». avait assoupli le critère d’intérêt public en ce qui concerne le premier objectif. Re Pinion Westminster Bank. National Trust a dit qu’elle n’était pas intéressée. Entre autres. qu’elle donnerait naissance à un nouveau messie. On constate donc que le critère d’intérêt public en ce qui a trait aux fiducies caritatives qui visent à aider les pauvres est de moindre importance. il a dit que les œuvres seraient remises au National Trust en Angleterre et que toutes ces œuvres demeurent dans le local où il faisait de la peinture. la Chambre des Lords disait que ça prenait une preuve plus concrète qui pourrait être mesurée objectivement pour conclure qu’il y avait effectivement un élément d’intérêt public. On dit que Johanna croyait qu’elle était enceinte du Saint Esprit. La Chambre des Lords n’était pas convaincue du bénéfice pour le public d’une telle pratique. Coats Invalidé un don fait à des religieuses. la jurisprudence est plus exigeante en ce qui a trait aux fiducies caritatives qui sont créées afin d’avancer l’éducation. Plusieurs étaient d’avis qu’elle souffrait de troubles mentaux. 32 . Il n’y avait aucune exigence d’intérêt public. il y a un certain flou. Funnell v. nous avons : Gilmour v. puisqu’il s’agissait de religieuses dans un cloître qui passaient leurs journées en méditation et en prière. Stewart Don à un groupe d’individus qui se rencontraient dans leurs domiciles respectifs et qui croyaient à la guérison par la foi. La Cour dit que lorsqu’il s’agit d’une fiducie pour des fins de pauvreté. » Par contre. Ltd. « The law makes no distinction between one sort of religion and another. M La Cour d’appel dit qu’il doit y avoir un élément d’intérêt public. les tribunaux n’ont pas exigé l’élément d’intérêt public. les tribunaux ont validé la fiducie qui avait été créée en faveur de la dissémination de ses ouvrages.

ateliers et séminaires éducatifs à l’intention des immigrantes pour qu’elles puissent se trouver du travail. etc. y compris solliciter des fonds. c’est un peu difficile de déceler des principes clairs. (3) Recueillir des fonds. etc. (4) Offrir des services et faire toute chose accessoire ou propre à assurer la réalisation des fins énoncées ci-dessus. Le Vancouver Society fait une demande pour devenir un organisme de bienfaisance enregistré pour des fins : (1) organiser des rencontres. Il y a donc 4 fins. (c) Éducation Pendant longtemps. Nous allons revenir sur ceci dans Vancouver Society – on a jugé qu’un organisme n’était pas un organisme de bienfaisance précisément parce que certaines fins n’étaient pas considérées par la majorité comme étant de nature caritative. en matière des autres fins.e. Mais dans Vancouver Society of Immigrant Women. il faut non seulement que les objets se retrouvent dans une des 4 catégories. les tribunaux ont tendance de placer plus d’importance sur l’intérêt public. par contre. Eaton). En matière de la religion. la CSC a adopté une définition plus large de la fiducie caritative au caractère éducatif (par.). La société devait décrire celles-ci à Revenu Canada ainsi que les gestes qu’elle poserait pour pouvoir atteindre ces fins. Nous reviendrons sur cette décision. Ils étaient plus exigeants en matière de l’éducation. 168 à 171 de la décision). 33 .Il y a des variantes au niveau de la jurisprudence. Voir les pages 252-255 où on parle des objets variés. mais dans la mesure où ces activités sont accessoires aux fins énumérées ci-dessous : … (on reprend TEXTUELLEMENT une disposition de la Loi de l’impôt sur le revenu qui permet aux organismes de bienfaisance de recourir à des activités politiques mais seulement dans des circonstances très strictes). les auteurs indiquent qu’il y aurait peut-être lieu d’adopter des critères différents pour les fiducies qui accordent des dons de nature religieuse et en matière des avantages de nature fiscale qui sont accordés en vertu de la Loi de l’impôt sur le revenu. à savoir que l’intérêt public puisse être mesuré de façon objective. sauf celui dans Gilmour. Conclusion : les quatre critères Le critère d’intérêt public apparaît dans toutes les décisions rendues par les tribunaux. À la page 251. soit le soulagement de la pauvreté. les tribunaux étaient plus souples en ce qui concerne la première catégorie. Finalement. cours. le critère d’intérêt public devient beaucoup plus important. Vancouver Women Society F Domaine où le droit des fiducies et la Loi de l’impôt sur le revenu se rencontrent. T. Exclusivité des fins Pour qu’un don ou une fiducie puisse être reconnue comme une fiducie caritative valable. dons à des Universités. (d) Autres fins servant l’intérêt public Le nombre d’objets qui se retrouvent sous cette rubrique est très large. les tribunaux se limitaient à des fiducies qui visaient un enseignement traditionnel (i. (2) mener des activités politiques. On indique aussi que lorsqu’il est question de cette quatrième catégorie. mais les fins doivent être exclusivement caritatives (Jones c.

AVANCEMENT DE L’ÉDUCATION Le juge Iacobucci se penche sur la jurisprudence relative à l’avancement de l’éducation. et qu’il ne semble pas exister de raison logique de ne pas interpréter la promotion d’éducation comme incluant des moyens de formation non traditionnels. Il commence en faisant référence aux droits traditionnels dans le domaine.Le temps est-il venu de moderniser ce droit ? . sous quelle forme ? La Cour doit se demander s’il y a eu une erreur de droit lorsque la décision a été prise de ne PAS accorder l’enregistrement à l’association. Si on conclut qu’il n’y avait pas d’erreur de droit. mais il n’est ouvert à la possibilité de le faire en ce qui a trait à la quatrième rubrique. établir un répertoire de compétences. FINS DE L’ASSOCIATION Il revient sur la question des catégories et il regarde les 2e et 3e fins proposées par l’Association. Le mot propre ouvrirait la porte à des fins qui ne seraient pas nécessairement de nature caritative. Le juge pose 2 questions : . les fins de l’Association Vancouver ne pourraient pas tomber sous la catégorie d’autres fins à l’avantage de la société. ACTIVITÉS DE L’ASSOCIATION On se penche sur les activités de l’Association (gestes qu’elle poserait pour pouvoir réussir ses objectifs). Il trouve que les critères au Canada sont excessivement restrictifs. que cela serait un exemple de changement progressif de la common law. Le juge est d’avis que certaines activités proposées par l’association ne sont PAS de nature éducative – i. ce sera sous la rubrique d’avancement d’éducation et d’autres fins à l’avantage de la société. Il est d’avis que si la Cour devait assouplir les exigences en matière d’éducation. est-ce qu’il y aurait lieu d’adopter une nouvelle approche ? Quelle forme devrait prendre cette approche? Le juge Iacobucci rend le jugement majoritaire. Cette fin est trop vague car on utilise l’expression accessoire ou propre. Il serait difficile de voir comment aider des immigrantes à s’établir pourrait être une fin de bienfaisance en common law. Ce n’est pas un changement radical – on ne fait qu’étendre la portée de la deuxième catégorie. recueillir des fonds). Il compare la situation au Canada avec la situation en Angleterre.e. Il assouplit la common law en matière d’éducation.M Le juge Iacobucci dit que compte tenu du fait que le droit relatif aux organismes de bienfaisance au Canada continue de se reporter à une loi britannique édictée il y a près de 400 ans. créer des groupes de soutien. Il est d’avis que ces fins ne posent aucun problème (mener des activités politiques. la dernière fin est trop vague – offrir des services et faire toute chose accessoire ou propre à assurer la réalisation des fins énoncées ci-dessus. Cependant. On conclut qu’en l’espèce. si l’Association a des fins de nature caritative. il n’est pas étonnant que la nécessité d’une réforme ait été invoquée à maintes reprises. RÉFORME DE DROIT L’Association avait placé beaucoup d’importance sur ceci – que le temps était venu de 34 . La première fin de l’Association tombe dans cette description élargie des fins éducatrices. Il faut que la fiducie soit exclusivement de nature caritative. AUTRES FINS À L’AVANTAGE DE LA SOCIÉTÉ PAR CONTRE –en s’appuyant sur la jurisprudence existante.Si oui.

En matière de la réforme. il n’y a donc pas lieu de chavirer le droit en la matière. Il y a un désaccord en ce qui a trait à la catégorie autres fins dans l’intérêt du public. il regarde les activités de l’Association et trouve une activité qui n’est pas de nature éducative pour conclure que l’Association ne peut pas avoir droit à un enregistrement en s’appuyant sur les critères traditionnels. il conclut que l’Association ne peut pas se qualifier en vertu de la 4e catégorie. Le juge rejette l’approche proposée par l’Association. qui ouvrent la porte à des fins qui ne seraient pas nécessairement de nature caritative. même si certains changements substantiels seraient souhaitables. D’ailleurs. T. De plus. Selon le juge Gonthier. Eaton – « poor or deserving » . il serait possible de conclure que les fins de l’Association tombent sous la catégorie d’autres fins. R JUGE IACOBUCCI. Il élargit la catégorie éducative en se montrant souple et flexible. La Cour suprême s’était elle-même penchée sur une situation où on utilisait les termes accessoires ou propres dans le passé et n’avait pas conclu que l’utilisation de ces termes avait pour effet d’invalider la fiducie.JUGEMENT MINORITAIRE Se dit d’accord avec l’élargissement de la catégorie d’éducation – d’accord avec Iacobucci. Pourquoi le juge Iacobucci s’est-il montré si dur envers les catégories et l’expression accessoire ou propre.JUGEMENT MAJORITAIRE Dans la mesure où l’information ou la formation est donnée de manière structurée et dans une fin véritablement éducative. La Cour suprême décide de ne pas poser de réforme mais elle lance un message très clair. JUGE GONTHIER . il n’y a pas de problème avec les activités qui consistent à établir un répertoire de compétences et à créer des groupes de soutien – les activités qui étaient problématiques pour le juge Iacobucci sont tout à fait compatibles avec cette catégories d’autres fins. cela pourrait poser des problèmes en ce qui a trait à l’assiette fiscal du législateur fédéral. et a soulevé une réforme sans 35 . Donc pourquoi l’expression accessoire ou propre poserait-elle un problème ici ? Le juge Gonthier n’est pas d’accord avec le juge Iacobucci en matière de réforme. Ce serait au législateur d’agir. et si la Cour suprême décidait de modifier de façon importante le droit dans ce domaine. Le schéma actuel a permis de conclure que cette Association devrait avoir le droit d’être enregistrée en tant qu’organisme de bienfaisance. Le juge Gonthier est d’avis qu’à la lumière de la même jurisprudence. c’est-à-dire l’amélioration des connaissances ou des aptitudes des bénéficiaires. Il se penche sur la promotion de l’éducation dans l’optique des autres fins de l’Association. puisqu’il est d’avis que seulement la catégorie ÉDUCATION pourrait s’appliquer. l’information ou la formation peut être à bon droit considérée comme relevant de la promotion de l’éducation.et cela avait posé aucun problème. À partir du moment où on considère que cette catégorie s’applique à l’Association. C On a deux jugements opposés. Il serait ici question de remanier le droit non pas en matière de fiducie en tant que tel. ce serait au législateur d’agir. Cependant. Il y a des avantages très importants accordés aux organismes de bienfaisance enregistrés. et il est d’avis qu’une des fins ne fait pas l’affaire en raison des mots accessoires ou propres. la Cour s’était penchée sur quelque chose de semblable dans Jones c. (CHANGEMENT PAR RAPPORT À LA COMMON LAW EXISTANTE). réformer le droit. mais aussi en matière de droit fiscal.

les revenus iront à X. les revenus de la fiducie ont augmenté de façon très importante…). Il s’agit d’un jugement très important car la Cour suprême traite de la question privée des fiducies expresses – la Cour s’est prononcée à plusieurs reprises sur les fiducies constructoires et résultoires.e. Il existe cependant 3 exceptions à cette règle d’exclusivité des fins d’une fiducie caritative. il est fort possible que les tribunaux disent qu’il y a impossibilité initiale. Exceptions à la règle d’exclusivité des fins 1. les tribunaux vont parfois tenter de les valider (même si ce n’était pas le cas dans Vancouver Women’s Society). directives ambigües. objets sont incertains ou imprécis [i. et la fiducie 36 . les fiduciaires n’existent pas ou refusent d’agir. 3. dans une fiducie testamentaire. on dit que de l’argent sera tenu en fiducie. les tribunaux ont parfois jugé qu’il y avait lieu de valider la fiducie. le résidu de la fiducie sera versé à la Fondation canadienne pour la protection des personnes affectées du syndrome de Down. Arrangements : les tribunaux jugent qu’ils ont une compétence inhérente qui leur permet d’agir ainsi lorsqu’il faut remédier à des fiducies caritatives qui comportent un élément d’incertitude (i. les fiducies caritatives bénéficient de plusieurs avantages. Si les objets non caritatifs sont incidents ou accessoires et qu’ils servent à promouvoir l’objet caritatif. Au décès de X (qui souffre de Down). et que pendant la vie de X. mais que les objets sont impraticables ou impossibles. ils auront recours à deux possibilités : soit en élaborant des arrangements. Pour le faire. Cy-près : Entre en jeu lorsque les dispositions de la fiducie sont claires. les tribunaux ont établi une distinction entre des objets qui sont impraticables ou impossibles au moment même où la fiducie prend effet.e. Il arrive parfois que les tribunaux concluent que l’élément caritatif peut être retranché – on met de côté les éléments non caritatifs et les tribunaux valident les éléments caritatifs. Si le moment où la fiducie prend effet (décès). Par exemple. En raison de leur importance sociale. don pour l’éducation sans donner d’autres renseignements]. mais les fiducies expresses ne font pas souvent l’objet de litige. même si les objets en tant que tels n’étaient pas à première vue de nature caritative. L’élaboration d’arrangements demeure à la discrétion des tribunaux. Arrangements et doctrine du cy-près Les juges confondent parfois les deux : il n’est pas toujours facile de faire la différence. ou ils peuvent recourir à la doctrine de cy-près. Cet arrêt démontre à quel point les tribunaux placent de l’importance sur l’exclusivité des fins. Malheureusement. Par exemple. 2. Si le fiduciaire qui est nommé a des activités caritatives. Les tribunaux s’efforcent à respecter l’intention du constituant aussi près que possible. ou des objets qui deviennent impraticables ou impossibles par la suite. nécessairement aller très loin ? Il a simplement assoupli les critères pour la catégorie éducation. il n’y a pas de telle Fondation.

sera invalidée; sauf si le tribunal est en mesure de déceler une intention caritative générale. Si
le tribunal conclut que le testateur avait une intention caritative générale, le tribunal pourra
appliquer la doctrine de cy-près. Sans la Fondation prévue, le tribunal trouvera une autre
société canadienne qui fait exactement la même chose, sauf qu’elle ne porte pas le même nom.
Par contre, si au moment où la fiducie prend effet (décès de X), mais X vit très longtemps et par
le temps qu’il décède, la société n’existe plus, les tribunaux sont d’avis qu’il s’agit d’une
impossibilité qui s’est produite par la suite. Dans cette situation, il n’est pas nécessaire pour les
tribunaux de déceler l’existence d’une intention caritative générale – il y aurait un engagement
irrévocable de donner l’argent à la société qui existait au moment où la fiducie a pris effet.
L’intention du constituant doit être respectée de façon la plus fidèle que possible. Si le
constituant dit que l’argent sera remise à une telle fondation, lorsqu’on applique la doctrine du
cy-près, on va tenter de respecter, dans la mesure du possible, l’intention du constituant, et on
va remettre l’argent à une société qui a des buts semblables.

Canada Trust Company c. Ontario Union Rights Commission
F Une fiducie caritative créée en 1923 avait pour but d’accorder des bourses de nature
éducative, et pendant 50 ans, cette fiducie a fonctionné. Le problème, c’est que la fiducie
remonte à 1923. Le constituant avait des idées très arrêtées à certains égards. Très peu de
personnes seraient en mesure de faire demande pour une bourse – on exclut les
protestants, les francophones, les gens qui ne sont pas blancs. Il y a eu énormément de
plaintes au sujet de cette fiducie caritative. Finalement, en août 1986, la Société ontarienne
des droits de la personne a déposé une plainte en disant qu’il y a contravention au Code
des droits de la personne. Les fiduciaires ont demandé aux tribunaux de se pencher sur
cette question et de donner des directives concernant la nature et la validité de la fiducie.
M La Cour d’appel de l’Ontario conclut qu’il y a un problème et que ce n’est pas dans l’intérêt
public qu’une telle fiducie continue à fonctionner selon les directives établies au départ.
Parce qu’il s’agit d’une fiducie caritative, la Cour d’appel dit qu’il est possible de recourir à la
doctrine du cy-près et au par. 42 du jugement, on dit qu’alors que la fiducie était tout à fait
pratique lors de sa création en 1923, ce n’était plus possible de lui donner effet.

Dans les circonstances, il serait raisonnable de recourir à la doctrine de cy-près, et de
recourir aussi à sa compétence inhérente lui permettant d’élaborer un arrangement. Il n’est
pas toujours facile de faire la distinction entre un arrangement d’une part et la doctrine de
cy-près d’autre part – en voilà un exemple ici. Le tribunal retranche les éléments qui sont
contraires à l’ordre public. La Fondation (fiducie) demeure en place, mais elle a été
modifiée pour la rendre acceptable selon les critères modernes.

Le juge qui donne le jugement fait une erreur – on a une fiducie qui était possible et
praticable pendant 50 ans – il n’est donc pas nécessaire de déceler chez le constituant une
intention caritative générale. Mais, c’est ce que le juge fait. Selon lui, il fallait déceler chez le
constituant une intention caritative générale.
R En 1923, la fiducie ne posait aucun problème. De plus, elle a fonctionné pendant 50 ans.
Au moment où elle a pris effet, les objets étaient possibles et praticables – aucune
nécessité de déceler une intention générale caritative. Cependant, le juge tente néanmoins
de découvrir chez le constituant une telle intention alors que ce n’était pas nécessaire. Ces
problèmes surviennent très souvent lorsque les tribunaux sont appelés à recourir aux
arrangements ou à la doctrine de cy-près – les tribunaux ne sont pas très surs de la
matière, et ça peut poser problème. Il s’agit d’un domaine où il faudrait une réforme…

37

Voilà donc un autre avantage des fiducies caritatives – la volonté des tribunaux de valider ces
fiducies dans la mesure du possible.

Fiducie constituée à des fins d’utilité sociale en droit civil québécois
Article 1270 du Code civil : décrit la fiducie d’utilité sociale. Au Québec il n’y a pas de fiducie
finalitaire caritative comme dans les provinces de common law. La fiducie d’utilité sociale, est
constituée dans un but d’intérêt général, notamment à caractère culturel, éducatif,
philanthropique, religieux ou scientifique.

La fiducie d’utilité sociale civiliste a une portée manifestement plus large que la fiducie finalitaire
caritative. Le jour où quelqu’un se présente devant l’Agence de revenu du Canada avec une
fiducie d’utilité sociale à caractère culturel ou philanthropique, il y a de fortes chances que si on
applique les critères de common law à cette fiducie, l’Agence de revenu refuse d’inscrire à la
fiducie un titre d’organisme de bienfaisance enregistré.

Est-ce que la fiducie québécoise devrait être assujettie à des règles restrictives et archaïques
applicables à la fiducie de common law ? De plus, l’art. 8.1 de la Loi d’interprétation du Canada
vise à reconnaître l’égale autorité du droit civil et de la common law lorsqu’il est question
d’interpréter la législation fédérale. Donc la législation fédérale va souvent référer à des
concepts qui relèvent du droit privé provincial, et en raison de l’art. 8.1 de la Loi d’interprétation,
si dans la législation fédérale on s’appuie sur des concepts qui relèvent du droit provincial sous-
jacent, si la législation fédérale s’applique au Québec, les principes de droit privé seront des
principes de droit privé issus du Québec, et on n’ira pas imposer au Québec des principes de
common law pour tenter d’avoir une législation uniforme partout au Canada.

L’art. 8.1 est entré en vigueur en 2001… que va-t-il se produire le jour où quelqu’un se présente
devant l’Agence du revenu du Canada avec une fiducie québécoise qui répond aux normes
québécoises mais non aux normes issues de la common law ? Peut-être que finalement, le
législateur fédéral serait incité à adopter des règles modernes du moins en matière de la Loi de
l’impôt sur le revenu. Ça ne viendrait pas changer l’ensemble de la common law, mais de toute
manière, la plupart des fiducies caritatives ont pour but de pouvoir obtenir le statut d’organisme
de bienfaisance enregistré au sens de la Loi de l’impôt sur le revenu.

Art. 1294 du Code civil : accorde au tribunal le droit de mettre fin ou de modifier la fiducie
d’utilité sociale dans certaines circonstances. Les auteurs qui se sont penchés sur la question
sont d’avis que c’est un droit plus limité que les pouvoirs accordés aux tribunaux de common
law, qui eux, peuvent recourir aux arrangements et au cy-près.

Fiducie finalitaires non-caritative
Elle a des fins qui ne tombent pas dans les catégories jugées de nature caritative. Plusieurs fins
peuvent faire partie de ces fins non caritatives. En common law, en règle générale, les fiducies
non caritatives iront nulle part – elles sont vouées à l’échec, parce que ce sont des fiducies
créées pour des fins – donc il n’y a pas en tant que tel des bénéficiaires que l’on peut identifier.

38

Fiducie d’intérêt privé : une des raisons pour lesquelles on exige une certitude concernant les
bénéficiaires, c’est pour que ceux-ci s’assure que la fiducie est bien administrée. S’ils
constatent qu’il y a un problème au niveau de l’administration de la fiducie, ils vont se présenter
devant les tribunaux.

Fiducie finalitaire caritative : il n’y a pas de bénéficiaires identifiables. Cependant, elles ont une
très grande importance sociale. Les tribunaux sont plus ouverts à la possibilité de s’immiscer
dans l’administration de la fiducie caritative. Souvent, il va aussi exister des lois qui permettent
au Procureur général ou au Curateur public de s’impliquer.

Fiducie finalitaire non caritative : il peut y avoir un problème au niveau des bénéficiaires. Mais
les fins de la fiducie n’ont pas une très grande importance sociale. Les tribunaux se sont donc
dit – pourquoi devrions-nous nous impliquer dans de telles circonstances ? Ils préfèrent
invalider ce type de fiducie. Cette raison n’est pas nécessairement valable, mais c’est la raison
la plus importante pourquoi les tribunaux invalident ces fiducies.

Il arrive que les fiducies non caritatives violent les règles en matière de perpétuité : là où une
fiducie caritative peut être perpétuelle, les règles en matière de perpétuité s’appliquent en
revanche aux fiducies non caritatives.

Les tribunaux vont aussi être portés à dire que les fins manquent de précision.

Invalidité
Re Astor’s Settlement Trusts, [1952] 1 All E.R. 1067 (ch.)
F Décision clé en matière de fiducies finalitaires non caritatives. La fiducie avait des fins…
mais qui sont les bénéficiaires ? Bonne question.
M Le juge dit que la façon dont ces fiducies ont été montées ne pose aucun problème par
rapport aux règles contre les perpétuités. De plus, ce ne sont pas des fins caritatives. On se
retrouve donc carrément avec une fiducie finalitaire non caritative.

Cette fiducie est-elle valide ou non ? Le juge place ÉNORMÉMENT d’importance sur le fait
que personne n’est en mesure d’ester en justice afin d’assurer sa bonne administration !

Le juge tient compte de décisions antérieures où les tribunaux ont conclu à la validité de
certaines fiducies finalitaires non caritatives. Dans ces décisions, les tribunaux ont conclu
qu’on pouvait créer une fiducie pour subvenir aux besoins d’une jument noire (p.ex.) tant et
aussi longtemps qu’elle vit, etc. Ces décisions sont des anomalies – elles ne changent PAS
le grand principe selon lequel les fiducies finalitaires non caritatives sont invalides. (Cette
série de décisions visait les chevaux, les chiens, les pierres tombales et monuments.)

En matière de bénéficiaires, il indique aussi que dans ces décisions, il y avait certains
héritiers résiduels qui étaient en mesure de surveiller l’administration. S’il y a des personnes
qui auraient droit au résidu de la fiducie, elles seraient en mesure de surveiller la bonne
administration de la fiducie. Donc la série de décision présente des anomalies, mais elles
sont justifiées car il y avait des gens qui pouvaient agir devant les tribunaux.

De plus, les fins de cette fiducie en l’espèce étaient incertaines. Pour ces raisons, la fiducie
est invalide.

39

R La règle en common law – voir p. 216.

Nous allons maintenant voir des décisions où les tribunaux ont tenté de se sortir de cette règle,
qui peut parfois poser problème. Il y a certaines exceptions (législatives et jurisprudentielles) à
cette règle selon laquelle les fiducies finalitaires non caritatives sont invalides.

Dans certaines circonstances, les tribunaux ont conclu qu’une fiducie qui, à première vue,
semblait être une fiducie finalitaire non caritative pourrait être interprétée comme étant une
fiducie classique, d’intérêt privé, en faveur de bénéficiaires précis.

Exceptions à la règle d’invalidité – fiducies en faveur de personnes
Re Denley’s Trusts [1968]
Exception à la règle énoncée dans Astor selon laquelle les fiducies finalitaires non caritatives
sont invalides, sauf pour les anomalies. On évite l’application de cette règle en disant que ce
n’est pas une fiducie finalitaire non caritative, mais bien une fiducie d’intérêt privé.

F Le constituant place un terrain en fiducie pour que le terrain soit utilisé comme un terrain de
jeu pour les employés de la société. De façon secondaire, il peut être pour le bénéfice
d’autres personnes si les fiduciaires décident d’élargir le nombre de personnes qui y ont
droit. Une stipulation dit que, si le nombre d’employés inscrits comme utilisateurs du terrain
de jeu sera moins que 75% du montant total des employés, le terrain sera cédé à un
hôpital. Les fiduciaires voulaient vendre une partie du terrain, et avec les produits de la
vente, rénover les aménagements sur la partie du terrain qui reste. L’acte de fiducie ne leur
permettait pas de faire cela donc ils se présentent devant le tribunal. L’hôpital se présente
devant le tribunal et dit qu’il est d’avis que ce n’est pas 75% des employés de la société qui
sont des utilisateurs inscrits, et que le terrain devrait lui être cédé. Le constituant dit que la
fiducie est invalide car elle est constituée à des fins non caritatives. Lorsqu’une fiducie est
invalide, elle retourne au constituant (Martin) par le biais d’une fiducie résultoire.
Q S’agit-il d’une fiducie finalitaire non caritative ?
M Distinction entre Denley et Astor : Astor se limite à des fiducies finalitaires non caritatives
dont les fins sont très générales et impersonnelles.

On soulève aussi la question des bénéficiaires – qui sont les bénéficiaires qui pourraient
ester en justice si les fiduciaires administraient mal la fiducie ? Les bénéficiaires sont les
employés de la société Martin inscrits comme utilisateurs. On avait aussi dit que le terrain
pourrait être pour le bénéfice de toute autre personne qui pourrait recevoir l’autorisation des
fiduciaires… on dit que c’est trop vague et que la fiducie devrait être invalide.

Le juge est d’avis que ça ne pose pas problème. De plus, puisque cela ne s’est pas produit,
il ne faut pas en tenir compte. Le juge place très peu d’importance sur la possibilité qu’il
puisse y avoir de l’imprécision dans la description des bénéficiaires.

C’est une fiducie d’intérêt privé pour des bénéficiaires identifiables. Si on a une classe
identifiable de bénéficiaire, que se produirait s’il y avait un désaccord parmi les bénéficiaires
pour l’utilisation du terrain ? Le juge fait fi de cette possibilité.
C Le juge veut conserver la fiducie, car elle retournerait alors au constituant. En validant la
fiducie en tant que fiducie d’intérêt privé, elle peut demeurer en place pour un certain

40

Re Lipinski’s Will Trusts. Q Est-ce que les pensions en l’espèce sont régies par le droit des fiducies ou par le droit des contrats ? Si le fonds est régie par le droit des fiducies. City of Thompson (1986). Q Est-ce une fiducie finalitaire non caritative ou une fiducie d’intérêt privé ? M En s’appuyant sur Re Denley. Keewatin Tribal Council v. pourquoi ne pas valider ? En common law. [1976] Ch. si on appliquait des principes de base. À partir du moment où on peut démontrer qu’il y a des gens qui peuvent ester en justice. La fiducie d’un régime de retraite s’apparente plus à la fiducie classique qu’à la fiducie finalitaire. Il s’agit donc d’une fiducie d’intérêt privé valide. et des personnes sont manifestement des bénéficiaires directs du régime de pension (principe de Denley). F Une association n’avait pas été incorporée et n’était pas constituée en personne morale. Des groupes autochtones étaient des bénéficiaires – l’édifice était un centre d’hébergement pour des étudiants autochtones. 86 – recueil maison F Décision de la Cour suprême du Canada. 61 Man. (Fusion de pensions). 235 Applique Re Denley. Les fiducies finalitaires sont rares. temps. Les pensions et les règles de perpétuité 41 . Re Schmidt p. Voilà une façon pour tenter d’éviter l’application de la règle énoncée dans Re Astor selon laquelle les fiducies finalitaires non caritatives sont invalides. R (2d) 241 (QB) Décision canadienne qui applique Re Denley. le tribunal a dit qu’il est possible d’identifier les bénéficiaires (les groupes autochtones). R Un régime de pension créé par le biais d’une fiducie est une fiducie classique d’intérêt privé car on peut identifier les bénéficiaires. F Fiducie relative à un immeuble (un bien fonds). le problème est de savoir qui va être en mesure d’ester en justice pour l’administration de la fiducie. C’est clair en regardant Denley et Lipinski combien les juges sont enclins à utiliser cette discrétion pour valider des fiducies qui. elle serait invalide à moins qu’on puisse clairement identifier les bénéficiaires. Un des fonds de pension était régi par le droit des fiducies. mais en bout de ligne l’hôpital va avoir le terrain. seraient invalides. En ce qui a trait aux fiducies finalitaires non caritatives. Il est question d’un fonds de pension. les juges ont une très grande discrétion. est-ce une fiducie d’intérêt privé ou une fiducie finalitaire non caritative ? M Si c’est une fiducie finalitaire non caritative. Elles sont une exception à la règle générale qui veut que les fiducies à une fin soient nulles.

Critiques Le droit actuel en matière de fiducies finalitaires non caritatives a fait l’objet de beaucoup de critiques. les fiducies à une fin déterminée autre que la bienfaisance peut s’interpréter comme un pouvoir d’attribuer les revenus ou le capital. C’est trop timide et insuffisant – on devrait adresser le problème de façon globale et tenter d’adopter des solutions rationnelles. C’est dommage qu’une fiducie qu’on a créé pour encourager par exemple une meilleure éthique dans le domaine journalistique soit invalidée. c’est clair qu’elles ne peuvent pas être caritatives ! Elles doivent être soit d’intérêt privé ou non caritative.) Dans ce paragraphe. Exceptions à la règle d’invalidité – pouvoirs Art. 16(1) Loi sur les dévolutions perpétuelles Le législateur a décidé de valider temporairement ce type de fiducie en les interprétant comme étant un pouvoir plutôt qu’une fiducie. Ce pouvoir est valable pour une période de 21 ans. on dit spécifiquement que les règles relatives aux dévolutions perpétuelles ne s’appliquent pas aux fiducies lorsqu’il est question de fonds de pension. C’est typique de la common law – plutôt que d’apporter une réforme complète en matière de règles de perpétuité. Il y a certaines conditions reliées (i. fiducie doit être légale). on a des dispositions législatives qui comblent des problèmes qui découlent de cette jurisprudence archaïque en matière de règles de perpétuités. la Fondation du droit de la Colombie-Britannique a dit que des activités qui en valent la peine ne devraient pas se voir priver l’accès à une source alternative de fonds – il n’y a rien à gagner à appliquer du droit archaïque. D’ailleurs. on a des dispositions législatives qui règlent un problème. Mais à ce jour. 18(1) – Loi sur les dévolutions perpétuelles (Voir page 35A du recueil maison. Fiducie constituée à des fins d’utilité privée en droit civil québécois Au Québec on a la fiducie d’utilité privée. ne pourrait-il pas y avoir un problème en raison des règles de perpétuité ? Voir : Art. Dans certaines circonstances. Les mesures correctives apportées par la législation ont aussi fait l’objet de critiques. elle va demeurer en place pour une période de 21 ans parce qu’on va la considérer comme étant un pouvoir. il n’y a eu aucune réforme d’envergure. Dans la Loi sur les dévolutions perpétuelles. malheureusement.e. dans les deux cas. Puisque les fiducies sont utilisées de plus en plus dans un contexte commercial. mais si ça la fiducie répond à ces conditions. De plus.Cependant… si le régime de pension est une fiducie d’intérêt privé. Certaines commissions de réforme du droit ont proposé donner ouverture aux fiducies non caritatives. ces fiducies sont aux prises avec les règles de perpétuités. Les articles suivants du Code civil décrivent ce qu’on peut faire avec cette fiducie : 42 .

C’est un peu plus large – ça ouvre la porte à différentes possibilités. 43 . Si on veut accorder un pouvoir de révoquer la fiducie. Art. Il faut donc réfléchir longtemps avant de s’accorder un pouvoir de révocation. à des salariés ou autre porteur de titre. soit à l’avantage ou à la mémoire d’une personne ou d’autres objectifs d’intérêt privé. à partir d’un pouvoir de modification. de pourvoir à une retraite. au membres d’une société ou une Association. ou l’utilisation d’un bien affecté à un usage déterminé. 1268 – Pour objet l’érection ou l’entretien d’un bien corporel. et dans les cas prévus par la loi. à partir du moment que l’on donne à des bénéficiaires (même éventuels) la possibilité de surveiller l’administration. Mais comment peut-on s’assurer de la bonne administration d’une telle fiducie ? Nous avons l’art. 1273 du Code civil.e. Ces deux articles ouvrent la porte à des fiducies utilisées à PLUSIEURS fins. tout y sera pour faire en sorte que ce type de fiducie puisse être utilisé couramment. QC) pour voir ce qu’on pourrait faire pour améliorer ce droit. mais même en l’absence d’une telle désignation. 1287 qui dit que l’administration de la fiducie est soumise au constituant ou à ses héritiers ET aux bénéficiaires (même éventuels). et des problèmes qui existent actuellement dans les provinces de common law – pour utiliser l’expression de la Commission de la réforme du droit de la C-B. extinction ou modification des fiducies expresses On ne peut pas. Conclusion Il existe des solutions – mais encore faut-il regarder (1) les problèmes et les lacunes de notre common law. Il faut faire très attention en matière du pouvoir de révocation. Ce serait mieux s’il y avait cet organisme de surveillance… et le jour où cet organisme sera mis en place. Cet article décrit les fiducies qui ont été décrites comme des anomalies dans Astor. On voit donc le potentiel de ce type de fiducie. dire que ce pouvoir nous donne le droit de révoquer – voir Schmidt!). Mais si j’ai le pouvoir de révoquer la fiducie. Si je suis constituant. l’administration peut être soumise à la surveillance de personnes et organismes désignés par la loi.Art. Le législateur québécois n’a pas encore désigné une personne qui pourrait surveiller. 1269 – Est aussi d’utilité privée la fiducie constituée à titre onéreux dans le but notamment de permettre la réalisation d’un profit au moyen de placements ou d’investissements. et (2) ailleurs (i. Révocation. je place dans la fiducie un montant d’argent… je ne serai pas imposée pour cet argent. l’Agence de revenu Canada va voir cela d’un mauvais œil. La fiducie d’intérêt privé québécoise peut être utilisée à des fins commerciales. ce sera la fiducie. et elle peut être perpétuelle en vertu de l’art. ou de procurer un autre avantage au constituant ou aux personnes qu’il désigne. un droit archaïque empêche l’évolution et l’utilisation des fiducies finalitaires non caritatives. il faut le dire TRÈS CLAIREMENT. il y a quand même des gens qui peuvent exercer un droit de regard.

mais d’une déclaration d’invalidité par le tribunal. Par. ils auront droit aux fonds. Vautier. on prévoit un pouvoir au fiduciaire de modifier la fiducie. de contrainte ou d’erreur). Vautier pour obtenir l’argent avant 30 ans – on ne peut pas accorder un droit absolu et ensuite imposer des conditions. Par contre. 1 – si les biens sont détenus aux termes de fiducies. mais en règle générale.Révocation par le constituant Un constituant peut demander au tribunal d’invalider une fiducie expresse qu’il a constituée (i. Il faudrait dire – « Si B1. En principe. il existe dans certaines provinces une règle. un constituant crée une fiducie. la fiducie vient de mourir de sa propre mort. et que par la suite. Vautier. c’est clair qu’aussitôt que l’enfant handicapé décède. ça va de soi que dans les actes constitutifs de fiducie. l’argent ira à une autre personne. Si le bénéficiaire n’a pas l’âge de majorité ou s’il est incapable. Personne incapable (i. Mais s’ils décèdent avant cette période. Dans de telles circonstances. les bénéficiaires pourraient ne pas pouvoir répondre à la condition. Modification de la fiducie Le législateur a adopté une loi utilisée pour des circonstances particulières – maintenant. Personne qui pourrait peut-être avoir droit à un intérêt quelconque mais dans l’avenir . Personne qui pourrait avoir droit à un intérêt mais seulement à la suite de l’exercice d’une discrétion par un fiduciaire Mais on indique bien : 44 .e. minorité – Ø capacité de consentement) . le bénéficiaire se rend compte qu’il existe une possibilité pour eux de mettre fin à la fiducie. Habituellement. Personne qui n’est pas encore née . Mais si l’acte constitutif a été mal rédigé par l’avocat qui a rédigé le document. à partir du moment où il existe cette possibilité. Par exemple. si j’indique que je vais mettre de l’argent en fiducie pour subvenir aux besoins de mon enfant handicapé sa vie durant. la fiducie devrait continuer et prendre fin tel que stipulé dans l’acte constitutif. ils n’ont pas un droit absolu. Extinction par les bénéficiaires (Saunders c. ou si le bénéficiaire n’est pas encore né… la Loi sur la modification des fiducies entre en jeu – article 1. Exemple 1 : Les bénéficiaires s’appuient sur Saunders c. La Cour peut agir pour les personnes suivantes : . B2 et B3 atteignent l’âge de 30 ans. Vautier) Seules les fiducies caritatives peuvent exister indéfiniment. de telles modifications peuvent seulement être faites après consultation avec les bénéficiaires. ils ne pourront pas se prévaloir de la règle dans Saunders c. Il faudrait que le constituant n’accorde pas un droit absolu. pour des raisons de fraude. qui permet (dans certaines circonstances) à des bénéficiaires de mettre fin eux-mêmes à une fiducie. » Dans un cas comme ça. Il peut y avoir des situations où des fiduciaires ont le droit de modifier la fiducie. et celle-ci va arriver à un terme naturel et normal.e. l’argent sera remis à ses frères et sœurs à parts égales. énoncée dans Saunders c. Il ne s’agit alors pas d’une révocation par le constituant. la Cour supérieure peut rendre une ordonnance approuvant pour le compte des personnes suivantes un arrangement qui viendrait modifier ou révoquer en tout ou en partie la fiducie.

donc c’était la vie à partir de laquelle on pouvait faire les calculs. À même cet argent. Tout cela faisait qu’il y avait un fardeau fiscal très lourd. Schumacher avait fait beaucoup d’argent dans les mines d’or. 1 qu’un arrangement dont l’exécution semble être dans l’intérêt de cette personne. Au moment du décès. Premier problème : même si c’était considéré comme étant du capital pour les fins de la fiducie. F On demande au tribunal de modifier une fiducie testamentaire. Les personnes visées par la Loi sur la modification des fiducies (i. Il y avait un problème parce que M. le petit-fils était déjà vivant. Toute la question des problèmes fiscaux dont on doit tenir compte est abordée. la fiducie devait verser de l’impôt sur ces revenus chaque année. Le tuteur public s’en est aussi mêlé et a dit que les montants mis de côté pour les bénéficiaires du capital sont insuffisants.e. les baux et les options génèrent des revenus imposables. il y avait des sommes qui provenaient de baux et d’options qui généraient des revenus – mais pour les fins de la fiducie. On respecte les règles de perpétuité. à tous les 21 ans. M Parce qu’il y a des mineurs et des personnes non nées qui seront touchées par ces modifications. chaque année. Dans le capital de la fiducie. Le tribunal refuse d’approuver la modification. alors que le tuteur public s’oppose à la modification. ça voulait dire que le fiduciaire devait emmagasiner ces sommes tant et aussi longtemps que la fiducie durerait (durée très longue!). ce revenu était considéré comme étant un capital. Si on demande une modification au tribunal. le tribunal doit se prononcer sur les modifications pour le compte de ces bénéficiaires. et donc qu’il n’y aurait pas lieu de permettre la modification. 2 .Par. bénéficiaires 45 . Le capital va être remis au bénéficiaire 21 ans après le décès du petit-fils. on a une disposition réputée. Deuxième problème : en droit fiscal. il devait tenir compte de 3 éléments : 1. En principe. Le capital devait demeurer entre les mains du fiduciaire pour 21 ans suivant le décès de son petit-fils. Le tribunal va donc être très réticent. Donc. et elle ne pouvait pas remettre ces revenus aux bénéficiaires – si elle avait fait cela. Finnell v. il fallait évaluer les baux et les options et payer des impôts sur le gain en capital. il y aurait eu possibilité que les bénéficiaires imposent un taux moins élevé. dans laquelle le juge avait indiqué que lorsque le juge était appelé à se prononcer sur une modification. on a voulu modifier la fiducie de la façon suivante : les revenus provenant des baux et des options seraient distribués aux bénéficiaires de la fiducie (non pas aux bénéficiaires qui ont droit au capital). Michael Finnell. À tous les 21 ans. La modification respecte-t-elle l’intention générale du constituant ? 2. selon la Loi de l’impôt sur le revenu. qui un jour seraient en mesure de récolter le capital de la fiducie. Pour réduire le fardeau fiscal. Il s’appuie sur Re Irving. Cette décision démontre que les tribunaux prennent leur rôle au sérieux. Le tribunal se retrouve dans une situation délicate – on lui demande de se prononcer en faveur d’une modification pour le compte de bénéficiaires mineurs et non nés. Schumacher Estate (1990) Cette décision permet de voir ce qu’est une fiducie complexe qui a été mise en place par un constituant très riche.le tribunal ne doit approuver pour le compte d’une personne visée au par. c’est clair que ce n’est pas parce que les fiduciaires et les bénéficiaires majeurs sont d’accords que le tribunal va nécessairement dire oui ou non. on mettrait de l’argent de côté pour les bénéficiaires du capital.

c’est le seul critère que l’on retrouve dans la Loi sur la modification des fiducies. les notaires incluent le pouvoir de modification dans un document accessoire plutôt que dans l’acte de fiducie lui-même… Il y a beaucoup d’incertitude aussi de la portée du pouvoir aux tribunaux en vertu des articles 1294 et 1295 qui autorisent des modifications. (Par contre.ADMINISTRATION DES FIDUCIES 46 . PARTIE III . non nés) pourront-elles tirer un avantage de la modification ? 3. incapables. les lois mises en place pour la modification de fiducies fonctionnent bien. le juge utilise le critère énoncé au point 3. En utilisant ce critère. Si on ne modifie pas la fiducie. De plus. Est-ce que le constituant peut donner ce droit au fiduciaire ? La plupart des actes de fiducies comportent ce droit… mais à moment donné les tribunaux vont sans doute avoir à se pencher sur cela – le pouvoir accordé au fiduciaire dans l’acte constitutif de modifier la fiducie est-il permis par le Code civil ? Dans certains cas. il laisse la porte ouverte à la possibilité qu’une modification différente pourrait être proposée et acceptée. Il n’y a pas de critère concernant le respect de l’intention du constituant. mineurs ou non nés lorsqu’il s’agit d’une modification à une fiducie. tandis que dans les provinces de common law. Le paragraphe 2 dit que le tribunal ne doit approuver d’un arrangement que s’il est dans l’intérêt des bénéficiaires. Il existe une grande incertitude au Québec. La décision repose sur la nature de l’avantage accordé au bénéficiaire du capital. c’est certain qu’à la fin de la fiducie. voir les critères dans Finnell. et ensuite une partie de ce revenu est mise de côté pour éventuellement être remise aux bénéficiaires du capital. Loi sur la modification des fiducies Il y a seulement un article. on a aussi reconnu la possibilité de modifier une fiducie sans recourir aux tribunaux. Pour pouvoir évaluer la nature de l’avantage. S’il y a un avantage. Cependant. Le paragraphe 1 dit que la Cour supérieure peut agir pour le compte de bénéficiaires incapables. (CERTAIN) On propose une situation où une partie importante du revenu est remise à des gens qui ne sont pas bénéficiaires du capital. il VA y avoir de l’argent disponible pour les bénéficiaires du capital. Au fond. Le juge ici fait référence à l’intention du constituant mais la décision n’est pas rendue selon ce critère. est-ce un avantage qui serait accepté à l’issu d’un examen approfondi des conséquences et des risques par une personne adulte et prudente motivée par un intérêt personnel rationnel ? R Opposer ces critères à ceux dans la Loi sur la modification des fiducies. L’avantage pour les bénéficiaires du capital est trop spéculatif. il a conclu que les avantages pour les bénéficiaires du capital étaient de nature trop spéculative.) Pendant québécois Le Code civil du Québec ne contient aucune règle expresse qui permet au fiduciaire de modifier la fiducie.

Si c’est un tuteur. on regarde du côté du droit relatif aux tuteurs. etc. Il peut même être l’unique fiduciaire. Pleine o Plus onéreux et plus complet. c’est le constituant qui devrait payer des impôts sur le revenu de la fiducie. la section du Code civil s’applique. et que la Loi est subordonnée aux modalités de l’acte constitutif. 47 . S’il n’y a rien dans l’acte de fiducie. Dans les provinces de common law. S’il y avait une ambigüité ou une lacune dans l’acte. le constituant PEUT être le fiduciaire. si c’est un fiduciaire. Donc automatiquement. mandataire. Si on nomme un protecteur. Simple Nomination Pour qu’une fiducie puisse prendre effet. le fisc décide qu’en raison des liens étroits. etc. un autre individu est nommé par le constituant : un protecteur. On explique aussi que de plus. tuteur. il faut nommer un fiduciaire. tuteur. En common law. c’est possible qu’en quelque part. il y a deux types d’administration : . Charge de fiduciaire Une section du Code civil est intitulée « De l’administration du bien d’autrui ». ce n’est que cette section du Code qui s’applique à l’administration des biens. c’est comme un écran. et il n’est pas nécessaire dans l’acte constitutif d’énumérer les droits et pouvoirs du fiduciaire. qu’on soit fiduciaire. Dans Cette section. Si les liens sont trop étroits. On dit à l’art. 1278 que le fiduciaire agit à titre d’administrateur du bien d’autrui. tous les articles qui traitent de la pleine administration s’appliquent aux fiduciaires. on va recourir aux articles 3 et 4 de la Loi sur les fiduciaires. Ce sont les articles 1299 – 1370.). . il faut regarder dans le domaine du droit des fiducies et regarder la jurisprudence et les lois.e. Surtout dans les fiducies qui sont dans des paradis fiscaux et qui accordent une très grande discrétion aux fiduciaires.Les actes constitutifs de fiducies contiennent des dispositions très détaillées sur les pouvoirs du fiduciaire. et avec des fiduciaires corporatifs qui ont des pouvoirs discrétionnaires énormes.. le premier réflexe en common law sera de consulter l’acte de fiducie. mandataire. si les fiduciaires veulent piger dans la fiducie. etc. Avec des fiducies dans des paradis fiscaux. la Loi sur les fiduciaires. 1278). Normalement dans l’acte constitutif. le fiduciaire est chargé de la PLEINE ADMINISTRATION (art. On a également des lois provinciales qui peuvent entrer en jeu – i. Ce qu’on a fait avec cette disposition : il y a plusieurs différentes personnes qui peuvent être appelées à administrer le bien d’autrui (fiduciaire. S’il n’y a pas de fiduciaire. c’est là qu’il va consulter la Loi sur les fiduciaires. on va dire que c’est l’acte qui s’applique. le fiduciaire va éplucher l’acte et respecter ce qui est dit dans cet acte constitutif. Autrement dit. Au Québec. comment faire pour les en empêcher ? On nomme un protecteur pour ne pas que les liens entre le constituant et la fiducie soient trop proches. Normalement.

MacPhail c. lorsqu’on transfère au bénéficiaire une partie des biens en fiducie. Les tribunaux peuvent donc en nommer un. De disposition Par exemple. peut-être un document portant sur un protecteur. Administratifs Pouvoirs : « est-ce que je vais vendre / louer tel bien ? ». on va accorder des pouvoirs et des devoirs aux fiduciaires. l’equity n’admet pas l’absence d’un fiduciaire (equity never wants for a trustee). 2. Toute la jurisprudence et le droit des fiducies imposent des devoirs très onéreux aux fiduciaires. On n’a pas besoin d’aller devant les tribunaux. En raison de cette compétence inhérente. on va consulter l’acte constitutif de fiducie. Par contre. Les bénéficiaires peuvent seulement faire un nombre limité de choses. un bénéficiaire ne pourrait pas dire qu’il ne s’entend pas avec le fiduciaire – ce n’est pas suffisant. Démission Un fiduciaire peut toujours démissionner. Si on veut révoquer le mandat accordé au fiduciaire. qui prévoit un processus extra judiciaire. si on peut démontrer qu’il y a violation de la fiducie. les devoirs sont souvent dans l’acte constitutif et dans la Loi sur les fiduciaires.e. Doulton). Révocation C’est plus compliqué. « pour quel montant ? ». Plus en plus des fiducies accordent des pouvoirs assez larges aux fiduciaires. surtout dans les fiducies discrétionnaires (i. et les tribunaux ont une compétence INHÉRENTE pour nommer les fiduciaires. Normalement. Les pouvoirs sont discrétionnaires alors que les devoirs sont impératifs. Re Consiglio. les tribunaux ne s’impliquaient pas. Dans les deux décisions ci-dessous. Rôle des tribunaux Historiquement. On va regarder la Loi sur les fiduciaires à l’art. où les tribunaux ont dans un cas refusé de révoquer. ce sont des fiducies discrétionnaires où les tribunaux se sont prononcés de façon plus catégorique. on va avoir l’acte constitutif. et dans un autre cas ont permis la révocation.En matière de nomination. Dans les notes de cours. un recours sur des articles de la Loi sur les fiduciaires. Ils ne s’assuraient que le fiduciaire ait agi correctement et tenu compte de la possibilité d’exercer le pouvoir. Pouvoirs Certains pouvoirs peuvent exister indépendamment de la fiducie. les bénéficiaires peuvent agir. on voit certaines décisions : Conroy. S’il y a des problèmes. on peut demander la révocation du fiduciaire et la nomination d’un nouveau fiduciaire. dans les états de common law. 48 . On retrouve les pouvoirs soit dans l’acte constitutif ou dans la loi. Attributs du fiduciaire Dans l’acte constitutif. les tribunaux vont s’impliquer.

Elle a vidé la partie de la fiducie qui aurait été remise au fils au décès de la mère. On se demande d’où proviennent les fonds. les tribunaux ne peuvent pas agir. Lord Walker dit que de toutes les parties impliquées au litige. Il s’agit des fiducies où il y a des avantages accordés à des fiduciaires corporatifs. mais pour remettre l’argent aux enfants du fils. Il y a toute une série de procédures juridiques devant les tribunaux anglais. Si on essaie de cacher qui est derrière la société corporative. Rosewood [2003] F La fiducie Rosewood avait été créée à l’Île de Mann – un paradis fiscal mais quand même correct. et c’est le Conseil privé qui peut exercer un droit de regard.Fox c. M Voir passage surligné à la page 387 (« Typically… widely-defined class of beneficiaries »). Son fils a décidé qu’il allait tenter de mettre la main sur l’argent dans la fiducie. Elle a droit au revenu sa vie durant. Mais le concept de mauvaise foi n’est pas strictement de la fraude. M Le tribunal s’appuie sur une jurisprudence antérieure qui dit que si on peut démontrer que le fiduciaire agit de mauvaise foi. M. Elle a donc commencé à piger dans le capital pas pour ses fins. aucune d’entre elles n’a 49 . est décédé à Moscou. Lui et d’autres dirigeants de cette société auraient créé cette fiducie et des sommes très importantes y ont été déposées (500 M$ US). Le fils a divorcé sa première femme et a marié une deuxième femme qui n’était pas juive. Le résidu suite au décès de l’épouse ira au fils. C’est devenu courant pour des gens riches qui vivent un peu partout dans le monde de placer des fonds en fiducie dans des états avec lesquels le constituant n’a aucun lien. le tribunal peut s’immiscer dans l’administration. on le croyait. L’épouse a d’importants pouvoirs. Le fils tente d’obtenir des renseignements concernant l’argent qui se trouve dans la fiducie et quelle pourrait être la part de la succession de son père. On note que dans Ontario Human Rights Commission – bourses seulement à des étudiants protestants. Le constituant était. haut placé dans une société pétrolière russe. mais elle a également le droit de piger dans le capital. – la Cour d’appel n’a aucune hésitation dire que c’est un comportement discriminatoire et contraire à l’ordre public. Le concept de mauvaise foi est assez souple – pas seulement de la fraude. Fox Estate (1996) F Fiducie testamentaire . Le tribunal indique que le comportement du fiduciaire est discriminatoire et contraire à l’ordre public. On ne sait pas qui sont les bénéficiaires. Schmidt. Ce n’est même pas sûr que le fils soit bénéficiaire. Ici c’était parce que l’Île de Mann est régie par la common law. C’est rare de voir des fiducies de cette nature devant les tribunaux. même s’il est question de l’exercice d’un pouvoir discrétionnaire.l’époux nomme l’épouse fiduciaire sa vie durant. Les fiduciaires lui ont donné 14 M$. Le tribunal va très loin alors qu’il s’agissait ici d’un pouvoir absolu. entre autres le pouvoir d’aller chercher de l’argent dans le capital de la fiducie. La jurisprudence antérieure dit qu’en l’absence de mauvaise foi du fiduciaire. Schmidt c. On poursuit en disant que de telles fiducies et les pouvoirs qui sont accordés aux fiduciaires font en sorte que c’est difficile de savoir qui sont les bénéficiaires ou même parfois le constituant. Le constituant. R L’épouse est destituée – on révoque sa nomination –les biens qu’elle avait transférée sont remis à la succession pour être administrés selon les volontés du testateur par un autre fiduciaire. etc. on voit les problèmes. La mère du fils (l’épouse) en était mécontente.

celui-ci n’hésitera pas à lui imposer des devoirs. Cependant. 51 – “The right to… to a fixed and transmissible beneficial interest. mais il est conscient du fait qu’ici. on a commencé à voir une évolution en ce qui concerne la fiducie (i. Agir personnellement Les fiduciaires ne peuvent pas déléguer leurs tâches ou leurs obligations.e. comment peut-on parler d’intérêt propriétal ? On ne sait même pas qui sont les bénéficiaires. et au besoin de protéger certaines personnes qui pourraient avoir besoin d’une protection. Ils doivent agir comme une personne prudente dans l’administration de ses affaires. il n’est peut-être pas question d’un bénéficiaire. Cependant. Diligence Les fiduciaires doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour identifier et conserver les biens. avec le consentement du protecteur. Donc le droit à la divulgation est balisé. car les fiduciaires ne sont pas nécessairement comptables ou fiscalistes ou avocats. c’est parce qu’on aurait un intérêt propriétal à titre de bénéficiaire. Mais lorsque les fiduciaires délèguent en partie à quelqu’un. Dans la Loi sur les fiduciaires. Le tribunal a indiqué que certains documents devaient être divulgués. Il n’est pas question de parler d’intérêt propriétal. mais si jamais ils se retrouvent devant un tribunal. Nous croyons que nous avons une COMPÉTENCE INHÉRENTE en la matière. fiducies discrétionnaires). La Cour a le pouvoir inhérent d’ordonner la production de documents liés à la fiducie. Les fiduciaires dans les paradis fiscaux sont peut-être dans une classe à part. dans les actes constitutifs. C’est d’ailleurs pourquoi en France. 50 . avait un pouvoir de désignation relatif aux bénéficiaires. Voir le par. Il indique que le fiduciaire. Loyauté C’est le devoir d’agir dans le meilleur intérêt du bénéficiaire. on a hésité très longtemps avant de permettre l’utilisation des fiducies.” À partir de la 2e moitié du 20e siècle. ils doivent choisir leurs mandataires avec prudence et surveiller attentivement ce que les mandataires font. Un fiduciaire ne peut pas déléguer tous ses devoirs. Devoirs Les devoirs sont très stricts. Le tribunal dit que dans le contexte de fiducies discrétionnaires. R Ce sont des fiducies discrétionnaires et le tribunal accepte de faire le nécessaire pour rendre une décision qui va lui permettre d’exercer une surveillance. Le tribunal doit se demander s’il y aurait lieu de permettre l’accès à certains documents au fils. donc parfois ils doivent recourir aux services de spécialistes. on voit le côté un peu plus sombre de la fiducie. on autorise aussi la divulgation. on va parfois permettre aux fiduciaires de déléguer. la fiducie peut être utilisée dans des contextes tout à fait légitimes ou dans d’autres contextes. soulevé la possibilité que cette fiducie aurait pu être créée pour des fins illégales. On a soulevé de la jurisprudence selon laquelle si on a droit à des documents. Dans Rosewood.

Les fiduciaires ont une plus grande marge de manœuvre mais ils doivent être prudents. Placements La plupart des législateurs provinciaux ont assoupli les exigences. « Administration collective et délégation ». Pendant québécois Articles 1274 – 1278 : Désignation et charge du fiduciaire. le fiduciaire doit agir « à titre d’administrateur du bien d’autrui chargé de la pleine administration ».e.Impartialité Il ne faut pas que les intérêts personnels du fiduciaire entrent en conflit avec les intérêts des bénéficiaires. Le concept d’investisseur prudent est prévu à l’art.e. ils ne peuvent pas être indemnisés par les bénéficiaires. les fiduciaires peuvent avoir droit à la compensation dans certaines circonstances. Droits Les fiduciaires ont le droit d’être rémunérés pour leurs services en vertu de la législation (i.1(1)). À ce titre. par ailleurs. Finnell – fiduciaire avait un parti pris pour les bénéficiaires majeurs). ** Conclusion : fiducies expresses On a vu comment une fiducie expresse peut prendre fin. Le titre septième comporte plusieurs sections. Selon la doctrine québécoise. C’était dans ce contexte que l’arrêt Rosewood a été décidé – ici. On demande maintenant aux fiduciaires d’agir en tant qu’investisseur prudent. art. Règle générale. il n’y a avait pas de bénéficiaires. La responsabilité d’un administrateur peut varier en fonction de la nature de son administration. Enfin. 61 – Loi sur les fiduciaires) et d’être indemnisés à même les biens de la fiducie. et les normes applicables en administration des fiducies. dont : « Obligations de l’administrateur envers le fiduciaire ». Reddition de comptes et divulgation de renseignements Les fiduciaires doivent tenir des états de compte adéquats et les produire à la demande des bénéficiaires. il a des obligations plus onéreuses que celles imposées à la personne qui a la simple administration. pour les dépenses qu’ils ont encourues (art. 27(2) de la Loi sur les fiduciaires. les critères applicables aux fiduciaires en matière de placement seraient donc les mêmes que ceux applicables aux fiduciaires ailleurs au Canada. En vertu de l’article 1278. En plus. il a aussi le pouvoir de « faire toutes espèces de placements » (art. 51 . compétence et diligence dont un investisseur prudent ferait preuve lors d’un placement ». il arrive souvent que les fiduciaires doivent agir pour des bénéficiaires qui ont des intérêts divergents (i. 23. comment on peut modifier la fiducie. 1307). Paragraphe 1 : « soin. laquelle peut être simple ou pleine (voir articles 1301 et 1306).

et parfois même faire en sorte que les tribunaux sont portés à conclure à l’existence notamment d’une fiducie constructoire. On verra que la fiducie d’intérêt privé relative à un bien réel doit en Ontario être constatée par un écrit. D’ailleurs. les fiducies constructoires et les fiducies résultoires : elles peuvent donner lieu à des conséquences juridiques différentes. l’enrichissement injustifié revient tant pour les fiducies résultoires que pour les fiducies constructoires. etc. 52 . Automatiquement 2. En ce qui concerne la fiducie constructoire. Sinon. il se pourrait qu’un tribunal conclue que même si la fiducie d’intérêt privé est invalide. les fiducies se chevauchent. Parfois. On conclut généralement à l’existence d’une fiducie résultoire parfois décrite comme étant automatique. PARTIE IV – FIDUCIES JUDICIAIRES Vocabulaire normalisé : « fiducie par effet de la loi ». les tribunaux ne feront pas une distinction entre elles. elle sera invalide. Deux types de fiducies judiciaires : résultoire et constructoire. aux États-Unis. Il faut distinguer entre les fiducies d’intérêt privé. La fiducie résultoire peut prendre naissance de deux façons : 1. Voilà donc la fonction réparatrice de la fiducie résultoire. Les fiducies judiciaires prennent naissance en droit. on considère que les fiducies judiciaires sont plutôt une forme de réparation. Fiducie résultoire Introduction Aussi « fiducie réversive » ou « fiducie par déduction ». Par contre. dépendant des circonstances. De plus. d’autres fois.Les fiducies judiciaires sont différentes des fiducies expresses. elle est toujours en évolution. La fonction des fiducies judiciaires est réparatrice. Il se pourrait que les délais de prescription ne soient pas les mêmes. et les biens qui étaient dans la fiducie invalidée reviennent au constituant ou à sa succession. Par présomption Fiducie résultoire automatique La fiducie automatique peut prendre effet dans les circonstances suivantes :  Une fiducie expresse est invalide. Le terme normalisé est « résultoire ». il existe néanmoins une fiducie constructoire en faveur du même bénéficiaire. Ce sont les tribunaux qui concluent à leur existence en s’appuyant sur certains faits. Cette différence dans les conséquences juridiques peut avoir un effet important. Il existe beaucoup d’incertitude par rapport à ces fiducies – notamment la fiducie constructoire.

mais le constituant n’indique pas ce qui va arriver le jour du décès de l’enfant. Il devra par exemple prouver qu’Albert faisait un don. Fardeau de preuve : Si la transaction est attaquée devant les tribunaux. on tente de démontrer qu’il détient ce bien pour le compte d’Albert. les tribunaux vont conclure qu’il est fiduciaire en vertu de fiducie résultoire. lorsque des fonds de pension constitués par fiducie expresse génèrent des surplus. Une fois qu’Albert. le fardeau tombe sur Benoît de réfuter la présomption de fiducie résultoire.  Une fiducie expresse est valide mais incomplète. il va y avoir une présomption de fiducie résultoire. influence indue. M On a conclu qu’un des régimes a été créé en vertu d’un contrat. ceux-ci vont imposer au défendeur le fardeau de la preuve. Elle a conclu que le surplus irait aux employés. par contre.).] La même chose peut arriver si Albert et Benoît détiennent un bien conjointement. Si Benoît ne réussit pas à réfuter la présomption. L’autre régime qui avait donné lieu à un surplus. la résidence familiale va retourner à la succession du constituant.  Une fiducie expresse donne lieu à un surplus. Puisque Benoît ne fait aucune contribution financière. et qu’elle le fait gratuitement. le demandeur. Normalement quand on demande une réparation quelconque. O Parfois. Ce n’est qu’un obiter car on a réglé le problème autrement. c’est au demandeur de faire la preuve. Par exemple : « Mon enfant handicapé pourra vivre dans la maison familiale jusqu’à la fin de ses jours ». Autrement dit. 53 . etc. c’est la fiducie résultoire qui va combler cette lacune. On cherche essentiellement à remédier à un enrichissement injustifié. S’il n’y a rien dans l’acte constitutif concernant le surplus. et Benoît devra remettre le bien à Albert. Schmidt F Situation où la fiducie résultoire pourrait être constatée. [Pourquoi faire une cession sans contrepartie ? Les tribunaux de common law considèrent que ça pourrait être suspect (p. la personne à qui on a cédé le bien est réputée détenir le bien en fiducie pour la personne qui lui a cédé. si Albert cède un bien à Benoît sans contrepartie. pressions. mais l’argent provient de seulement Albert.ex. Donc. après le décès de l’enfant. Q La Cour suprême doit interpréter les documents constitutifs de deux régimes de pension. ces surplus peuvent faire l’objet de fiducies résultoires. La Cour a dit qu’on doit s’en tenir au droit des fiducies. Mais dans un cas comme celui-ci. le demandeur ferait la preuve qu’il y a eu cession de bien sans contrepartie à Benoît. On a donc analysé les documents constitutifs et on a conclu que le surplus devait être utilisé exclusivement pour le bénéfice des employés. avait été constitué par le biais d’une fiducie expresse. On fait référence à la possibilité qu’une fiducie résultoire puisse venir palier à ce problème. La Cour analyse les termes du contrat. Fiducie résultoire présumée Acquisition au nom d’un tiers Lorsqu’une personne cède un bien à une autre personne. a fait cela.

Puisqu’on a une relation époux/épouse. on n’est pas en mesure de démontrer qu’il y a une fiducie d’intérêt privé (celle-ci prend un écrit). il peut démontrer que 25 % de l’immeuble devrait être soustrait à l’actif du failli. que ce soit une cession d’époux à épouse ou d’épouse à époux. Cette présomption de fiducie résultoire a été mise en place par les tribunaux. Par contre. Exemple : Albert et Benoît achètent un immeuble. et on a dit que dans tous les cas. on devrait recourir à une autre présomption : celle d’avancement. résultoire et constructoire peut être importante. si c’était l’épouse Brenda qui cédait un bien sans contrepartie à son époux Albert. Par contre. Ça donne plutôt lieu à une présomption d’avancement – qu’Albert voulait faire un don à son épouse. Ces règles ont pris naissance aux 18e et 19e siècles quand les femmes étaient vulnérables sur le plan économique. Nouveau droit Il y a eu des réformes législatives en droit matrimonial. lorsqu’il existe des biens étroits entre les parties). c’est la présomption de la fiducie résultoire qui s’applique. ceux-ci ont constaté que dans certaines circonstances (i. CESSION D’UN BIEN À UN ENFANT 54 . La possibilité d’une fiducie constructoire Si Benoît a payé pour 25 % de l’immeuble. La présomption d’avancement ne s’applique donc plus en situation d’un couple marié. C’est pourquoi la présomption d’avancement ne s’appliquait pas. C’est important d’analyser la transaction pour voir s’il s’agit d’une simple dette. Benoît pourrait soustraire à la faillite 50 % de la valeur de l’immeuble. On voit donc à quel point la distinction entre fiducie d’intérêt privé. dans le contexte de la fiducie. mais par la suite. il serait peut-être possible de s’appuyer soit : . Présomption d’avancement et réfutation de la présomption COUPLES MARIÉS Ancien droit Albert est l’époux et Brenda est l’épouse. S’il y avait une entente entre Benoît et Albert comme quoi les deux parties détenaient l’immeuble à part égale (cela ne prend pas d’écrit).Situation de faillite Des biens sont détenus en fiducie et ne font pas partie du patrimoine du failli. Albert.e. là c’était la présomption de fiducie résultoire qui s’appliquait (!!). Albert cède à Brenda un bien sans contrepartie. est-ce qu’Albert a fait un don à Benoît ? Si l’entente entre Albert et Benoît concernant leur part dans l’immeuble n’est pas constatée par écrit. Albert verse 75 % de la valeur de l’immeuble et Benoît verse 25 %. cette situation ne donne pas lieu à une présomption de fiducie résultoire. La possibilité d’une fiducie résultoire . ou s’il pourrait y avoir une fiducie résultoire ou constructoire. et qu’il y a faillite. et on voulait les protéger.

Toutefois. Il pose donc la question à savoir s’il s’agit d’un don de la part du père ou s’il s’agit d’une situation où la fille détient cet argent en fiducie pour le compte de la succession.Ancien droit Si un père cède un bien à un enfant. Les présomptions de fiducies résultoires et d’avancement s’appliquent-elles toujours de nos jours ? On indique ce qu’est une fiducie résultoire et dans quelles circonstances une présomption de fiducie résultoire prend effet. Il s’y attarde tout de même. les présomptions établies de longue date en common law ont toujours un rôle à jouer lorsqu’il est question de litiges découlant de transferts à titre gratuit.. au mari de la fille et aux enfants. l’equity fait une distinction entre la propriété en common law et la propriété bénéficiaire (ou en equity). Que ce soit l’un 55 . la fille et son mari se séparent. si c’est la mère qui cède un bien à un enfant sans contrepartie. Après le décès du père. 17 F Le père place conjointement des biens d’une valeur de 1 M$ au nom d’une de ses filles. Il dit que la règle devrait être la même qu’il s’agisse du père ou de la mère. Elle avait des petits emplois et son mari était tétraplégique. Q Comment partager le 1 M$ ? Devrait-il tomber dans la succession du père ? M Est-ce que le 1 M$ doit faire l’objet d’une fiducie résultoire en faveur de la succession du père. l’enfant est réputé détenir le bien en vertu d’une fiducie résultoire. lorsque le parent décède. Le père jouait donc un rôle très important pour la fille. il n’est pas question d’une situation où c’est la mère qui transfère un bien à un enfant. Pecore [2007] SCJ No. fonds de placement. La règle qui était en place jusqu’ici est celle de l’ancien droit (voir ci-dessus). donc la fille devient propriétaire en common law. son mari et les enfants de la fille. (Ça arrive beaucoup – comptes bancaires. Il fait également référence à la présomption d’avancement et les circonstances qui y donnent ouverture. La nouvelle règle. Pour les motifs exposés. Il fait référence aux changements sociaux qui se sont produits. O En l’espèce. on voit une tentative malhabile des tribunaux de protéger la femme. on a la présomption d’avancement. etc. ça va automatiquement à l’enfant. donc il ne pouvait pas subvenir à leurs besoins. ou existe-t-il plutôt une présomption d’avancement en faveur de la fille ? Nul ne conteste que la fille est devenue propriétaire en common law du solde des comptes par effet de son droit de survie. La fille était propriétaire conjointe. ou qui transfèrent des biens à quelqu’un à titre gratuit. et le père est décédé. Le père avait laissé un testament qui cédait ses biens à la fille. Cependant. Il indique également que ce sont des présomptions réfutables. Nouveau droit Pecore c. c’est que la présomption est la même pour le père ou la mère.) La fille en question était mariée et dans une situation financière délicate. Encore une fois. Les présomptions d’avancement et de fiducie résultoire ont l’avantage d’offrir certitude et prévisibilité aux personnes qui placent des biens dans des comptes conjoints.

Saylor F Le père a placé de l’argent conjointement en son nom et au nom de sa fille. qui peuvent porter dans une direction ou l’autre. C’est donc à la fille de réfuter la présomption. La fille garde le 1 M$.Autres sœurs n’avaient pas de problèmes financiers . on a exactement les mêmes règles pour le père et la mère. une présomption d’avancement pourrait engendrer l’incertitude et l’imprévisibilité.Difficultés financières de la fille . En l’espèce. puisqu’il s’agit de biens placés conjointement au nom d’un enfant majeur autonome. Le 185 000 $ doit revenir à la succession du père. de plus. les parents vieillissants placent leurs biens dans des comptes conjoints à leurs noms et à leurs enfants adultes de sorte que ces derniers puissent leurs aider à gérer leurs finances] . Q Question des comptes conjoints. la fille est majeure et autonome.Enfant majeur autonome – présomption de fiducie résultoire [pas d’obligation à l’égard des enfants. ou l’autre. La fille doit donc réfuter la preuve selon la prépondérance des probabilités. après le décès du père. Il n’était question que d’un montant de 185 000 $. c’est une présomption de fiducie résultoire qui s’applique. La fille se fait poursuivre par son frère et sa sœur. On conclut donc à un don en faveur de la fille.Proximité entre fille et père . Madsen c.] La Cour suprême profite de l’occasion pour rendre le droit plus cohérent. Le juge doit peser toutes sortes d’éléments de preuve comme celui-là. C’est une présomption RÉFUTABLE. 56 . la Cour suprême conclut que la fille n’a pas réussi à réfuter la présomption de fiducie résultoire. et on indique dans quelles circonstances les présomptions peuvent s’appliquer. c’est donc la présomption de fiducie résultoire qui devrait entrer en jeu.Fille comptait sur le soutien financier de son père Ces éléments de preuve appuient la conclusion selon laquelle la fille a réussi à réfuter la présomption de fiducie résultoire. Le père décède. Cette décision démontre à quel point les conclusions qui peuvent être tirées de la preuve peuvent présenter des difficultés. R La nouvelle présomption d’avancement qui s’applique (voir obiter) devrait-elle également s’appliquer lorsque l’enfant est adulte et autonome? .Enfant majeur à charge – présomption de fiducie résultoire [la dépendance est liée à des circonstances très variées. M Si on applique les règles dans Pecore.Enfant mineur – présomption d’avancement [découle de l’obligation des deux parents de soutenir leurs enfants] . de nos jours. c’est la PRÉSOMPTION D’AVANCEMENT qui s’applique lorsque les parents font des dons à leurs enfants ou cèdent des biens de façon conjointe. À la lumière de la preuve ici. Maintenant. . c’est la succession qui a payé les impôts sur le gain en capital qui découlait du 1 M$. Le père dans Pecore avait envoyé une lettre en disant que l’argent lui appartenait car il payait les impôts.

Art. indemniser ce dernier de son appauvrissement corrélatif s’il n’existe aucune justification à l’enrichissement ou à l’appauvrissement. ce sont d’autres dispositions du Code civil qui entrent en jeu : Art. en common law. il y a différentes dispositions du Code civil qui peuvent entrer en jeu dépendant de la nature du problème (est-ce une fiducie imparfaite. l’art. jusqu’à concurrence de son enrichissement. 1294 – alinéa 2 – pourrait s’appliquer lorsque la fiducie est imparfaite. On pourrait dire que lorsqu’il est question d’une situation qui donnerait ouverture en common law à une fiducie résultoire automatique. 1493 – Celui qui s’enrichit aux dépens d’autrui doit. La réparation est de nature personnelle. c’est que si en droit civil québécois. D’autres moyens sont disponibles pour atteindre les mêmes fins… par exemple : Art. on pourrait avoir une réparation de nature réelle. invalide. Introduction Est-ce vraiment une fiducie véritable ? Est-ce plutôt une forme de redressement ou de réparation ? Est-ce les deux ? Relations fiduciales Le rapport fiducial existe indépendamment de la fiducie… mais on va voir comment on peut se retrouver avec les deux. L’art. on s’appuie sur 1493 pour remédier à l’enrichissement injustifié. En common law. les biens qui restent au terme de la fiducie sont dévolus au constituant ou à ses héritiers (common law : fiducie résultoire). donnent ouverture à une fiducie résultoire automatique. une fiducie résultoire sert à remédier à l’enrichissement sans cause. !! Distinction !! Une différence très importante par contre. C’est de cette façon que l’on règle les problèmes qui. Fiducie constructoire La fiducie constructoire n’est pas toujours facile à cerner. À défaut de bénéficiaires. surplus ?). 1297 s’applique à des éléments très précis seulement. au Québec. 1297 – Ce qui se produit lorsqu’il n’y a pas de bénéficiaires de la fiducie. va avoir droit uniquement à des dommages- intérêts. Par contre. 57 . Dans les circonstances où en common law. Ça peut avoir des conséquences importantes en faillite et insolvabilité. 1297 n’est pas le pendant de la fiducie résultoire automatique.Pendant québécois Les fiducies résultoires et constructoires n’existent pas en droit québécois. Elle est toujours en état d’élaboration par les tribunaux.

et je veux une réparation ». En raison de la nature même de la fiducie.La fiducie et le rapport fiduciaire qui en découle. Ça confère un avantage certain dans le contexte de l’insolvabilité. l’administrateur a violé ses obligations fiduciales envers la société. ainsi que la relation fiduciale. On se retrouve dans une situation où le client est insolvable – donc a fait l’objet de prise de possession par un créancier garanti – et il a 2 M$ dans son compte alors qu’il devrait y en avoir seulement 1 M$. Il y a eu une erreur. L’argent qui est détenu en fiducie ne fait pas partie des biens du débiteur insolvable. Les auteurs de livre à la page 892 disent très clairement qu’il n’y avait pas de relation fiduciale entre les parties avant le dépôt de cette deuxième somme… Pourquoi y en a-t-il une maintenant ? La seule façon pour la banque de récupérer son 1 M$. c’était de constater une relation fiduciale pour avoir recours à une fiducie constructoire. le rapport fiducial peut exister même en l’absence d’un bien. M Pourquoi gain de cause ? Le tribunal a jugé qu’il existait une relation fiduciale entre les parties. Elle a donc transféré d’une banque à l’autre (dans un compte bancaire qui appartenait à un client de la banque) à deux reprises la somme de 1 M$. tu avais des obligations à mon égard. 58 . cela va donner ouverture à différentes formes de redressement. Cela a été un sérieux problème notamment au Canada. Réparation en cas de relation fiduciale Relation fiduciale : si l’administrateur conclut un contrat profitable en son nom. il y a eu faillite et insolvabilité avant que l’on puisse remettre l’argent. et la banque a pu récupérer l’argent. et cet argent doit être détenu en vertu d’une fiducie constructoire pour le compte de la société. Israel Bank F La banque a transféré à l’autre banque 1 M$. Avantage de la fiducie constructoire comme réparation La fiducie constructoire est une réparation de nature réelle. La société pourrait poursuivre l’administrateur en equity en lui disant – « parce que tu étais mon administrateur. Lorsqu’il y a manquement à une obligation fiduciale. La banque qui a fait l’erreur a voulu récupérer le deuxième 1 M$. Or. alors que ça aurait dû être fait juste une fois. Un tribunal pourrait dire à l’administrateur – vous avez fait 100 000 $ en vertu du contrat. Il existe des liens étroits entre eux. Le rapport fiduciaire qui découle de la fiducie doit avoir un bien qui en fait l’objet. qui a donné lieu à des décisions malheureuses… Chase Manhattan Bank c. ça donne ouverture à des réparations qui proviennent de l’equity. Ici. alors que le contrat aurait dû être conclu au nom de la société. Ce contrat aurait dû être négocié en MON nom mais tu ne l’as pas fait. y compris celui de la fiducie constructoire. Les tribunaux on eu tendance à rendre des décisions axées sur des résultats. car les tribunaux avaient parfois tendance à conclure à l’existence d’une obligation fiduciale pour pouvoir bénéficier de certains avantages de réparation intéressante disponibles en equity mais non pas en common law. et elle a eu gain de cause. Puisque c’est une violation d’une obligation fiduciale. Elle a refait la même transaction. les obligations imposées aux fiduciaires sont en principe plus onéreuses que celles imposées aux fiduciales. sont issues de l’equity.

» Cette citation revient souvent. La Reine M Les circonstances donnaient ouverture à une relation fiduciale. Père incestueux – Enfant . Médecin – Patient . On a également conclu à une relation fiduciale entre : .) Le point de départ. Guérin c. et que cette obligation est assortie d’un pouvoir discrétionnaire. la personne investie de ce pouvoir devient un fiducial. M « J’estime toutefois que lorsqu’une loi. Le gouvernement fédéral a mal administré les biens d’une communauté autochtone et a été assujetti à une obligation fiduciale à l’égard de cette communauté autochtone. un contrat ou peut-être un engagement unilatéral impose à une partie l’obligation d’agir au profit d’une autre partie. Les fonds ont été mal gérés. Voilà donc un élément qu’il faut retenir pour bien comprendre le reste. Autre élément : Fiducies constructoires – enseignement traditionnel Les tribunaux ont conclu à l’existence d’une relation fiduciale dans le cadre de certaines relations précises. Gouvernement fédéral – Anciens combattants o (Gvt fédéral gérait des fonds qui appartenaient à des anciens combattants incompétents. Il y a eu des manquements au niveau de l’administration et on a conclu à la violation d’une obligation fiduciale. L’equity vient alors exercer un contrôle sur ce rapport en imposant à la personne en question l’obligation de satisfaire aux normes strictes de conduite auxquelles le fiducial est tenu de se conformer. Par contre. 59 . On les connaît ces relations : . C’est reconnu que cette décision est erronée et axée sur les résultats. c’est une décision rendue en 1984 par le juge Dickson : Guérin c. Procurer – Client . Conseiller financier – Client . Administrateur – Société qu’il dirige Fiducies constructoires – évolution Ce sont des relations classiques qui remontent très loin. au Canada. La Reine F Le gouvernement administrait des terrains pour le compte d’une communauté autochtone. la Cour suprême a commencé à élargir les catégories de rapport fiducial. Mandant – Mandataire .

une partie pouvait raisonnablement s’attendre à ce que l’autre agisse 60 . et qu’il n’y avait donc aucune raison pourquoi la Couronne aurait à verser des intérêts sur la somme. C’est la nature des rapports et non la catégorie d’acteurs en question qui donne naissance à une obligation fiduciale. those who are about to become fiduciaries. un contrat. » C’est une critique très tranchante quant à la situation qui existait au Canada à l’époque. p. On poursuit donc la Couronne. Huit ans après la saisie. Sims – le tribunal doit vérifier si. On a une série de décisions qui semblaient ouvrir la porte très large à la possibilité que des obligations fiduciales soient imposées. que la Loi sur les pêches ne prévoyait pas le versement d’intérêts. C’est en raison de l’élargissement des relations fiduciales et l’absence de paramètres clairs que le juge en chef Mason de la High Court of Australia se serait prononcé de la façon suivante au début des années 1990 : « In Canada. Mais le juge Major accepte d’examiner les arguments additionnels mis de l’avant par les intimés.La Cour suprême est par la suite (notamment juge La Forest) revenue sur cette question d’obligation fiduciale. On cite Hodgkinson c. il faut tenir compte de certains éléments : . et a gardé pendant plusieurs années le produit de la vente. Donc il poursuit dans un obiter : O On réfère à la possibilité que la Couronne aurait une obligation fiduciale envers les intimés. Depuis. 17 : « La conclusion qui précède est déterminante en l’espèce ». En l’espèce. selon les arrêts suivants : Gladstone F Des autochtones avaient récolté des produits de la mer en contravention de la Loi sur les pêches. La Cour essaie d’indiquer que pour déceler s’il y aurait une obligation fiduciale ou non. la Couronne a arrêté les procédures devant les tribunaux et a versé le produit de la vente aux autochtones. » On reprend la citation de l’arrêt Guérin : L’obligation fiduciale peut émaner de différentes sources telles que la loi. il n’y avait rien pour donner ouverture à une conclusion selon laquelle il y avait une obligation fiduciale. Le fait qu’on ne peut pas s’appuyer sur le concept d’une obligation fiduciale pour en arriver à un résultat quelconque . Les demandeurs ont soulevé la possibilité que la Couronne puisse être assujettie à une obligation fiduciale à leur égard. L’obligation d’une partie d’agir au profit d’une autre partie . and judges. « Le concept d’obligation fiduciale n’est pas une invitation à adopter un raisonnement axé sur les résultats. compte tenu de toutes les circonstances. compte tenu du rôle prédominant de la Loi sur les pêches. il y a l’obligation d’une partie d’agir au profit d’une autre partie. La Cour suprême rejette cela. Citation tirée de Guérin . Au cœur de l’analyse d’obligations fiduciales. on a l’impression que la Cour suprême du Canada tente de mieux baliser le concept d’obligation fiduciale. Ça s’était déjà produit dans Guérin… M La Cour suprême a conclu que c’était vraiment une situation régie par la Loi sur les pêches. Les autochtones ont dit qu’ils voulaient aussi les intérêts accumulés pendant 8 ans. La Couronne a saisi ces produits et les a vendus. ou un engagement unilatéral. there are only three kinds of people: those who are fiduciaries.

et sans sollicitation. Le jugement en appel et le jugement de la Cour suprême donne le sentiment que les tribunaux trouvaient que Mme Perez faisait pitié et voulait l’aider à récupérer son argent. nous sommes de simples créanciers ordinaires… le sort qui est réservé aux créanciers ordinaires dans le contexte d’une faillite n’est pas très beau. Durant la période qu’elle travaillait. Le juge de première instance a fait certains constats précis concernant les faits et la preuve déposée. Il indique aussi que si on demande une réparation découlant d’un manquement à une obligation fiduciale.Pouvoir discrétionnaire du fiducial . Comment faire pour tenter d’améliorer sa situation juridique ? M Restreinte de la portée de l’obligation fiduciale Durant la période où elle travaillait pour le cabinet. Le cabinet avait des problèmes financiers.Vulnérabilité de la personne qui est à sa merci La réaction de la plupart des juristes à Gladstone était un soulagement – la Cour semblait s’être saisie et elle a établie des lignes directrices assez claires qui pourront servir pour l’avenir. Le cabinet a cessé d’être en affaires et Me Galambos a fait faillite. mais on dit que ces caractéristiques ne sont pas nécessairement déterminantes quant à l’existence de rapport fiducial : . le cabinet juridique est assuré et on peut se tourner vers les assureurs pour être rembourser. Cour suprême On peut poursuivre l’avocat en contrats. La Cour d’appel a conclu à l’existence d’une obligation fiduciale. Elle a même contracté un emprunt personnel pour déposer 40 000 $ dans le compte du cabinet. Mme Perez a tenté de démontrer la négligence ou un bris de contrat mais elle n’a pas eu gain de cause là-dessus. On réfère à certaines caractéristiques qui relèvent des obligations fiduciales. le cabinet a aussi agi pour elle pour la rédaction de 2 testaments et pour la négociation de 2 hypothèques. Perez F Mme Perez était employée par un cabinet juridique. le cabinet lui a rendu des services professionnels. Volontairement. dans l’intérêt de la première. Mais par la suite… Galambos c. ou sur les obligations fiduciales en equity. On pourrait peut-être s’appuyer sur le droit des délits ou de contrats en common law. en délit ou en equity pour violation d’obligations fiduciales. nonobstant les conclusions du juge de première instance relativement aux faits. dans la faillite. Mme Perez est déboutée en première instance. Mme Perez le savait – elle était en comptabilité. il faut être 61 . L’obligation fiduciale entre un avocat et son client est reconnue depuis très longtemps = « obligation fiduciale en soi ». Si on a gain de cause. Q Qu’est-ce qui arrive quand quelqu’un fait faillite et nous doit de l’argent ? S’il n’y a rien pour garantir le remboursement de cette somme. elle a fait des avances de fonds au cabinet.

l’existence d’un engagement exprès ou implicite du fiducial d’agir au mieux des intérêts des autres parties est une condition préalable essentielle à la reconnaissance d’une obligation fiduciale ad hoc. Les tribunaux ont souvent conclu à l’existence d’une fiducie 62 . La preuve ne démontrait pas qu’il existait un engagement de Me Galambos. il faudra démontrer un contrat. 84 « Ce pouvoir discrétionnaire de poser des actes susceptibles d’avoir un effet…peut. c’est clair d’après Galambos que l’on ne veut pas recourir à une obligation fiduciale ad hoc.On ne peut pas conclure à l’existence d’une relation fiduciale s’il y a un rapport de force et de dépendance sans engagement . mais pour le reste. etc.). mais en ce qui a trait à l’obligation fiduciale ad hoc. Mais si on conclut à l’existence d’une telle relation. R Pour invoquer les réparations propres au droit des fiducies. testaments mutuels. Le juge reconnaît que la relation avocat-client donne ouverture à l’obligation fiduciale. caritative. En l’espèce. Cependant.Le fiducial doit avoir un pouvoir discrétionnaire de poser des actes qui ont des incidences sur les intérêts juridiques et pratiques de l’autre partie L’arrêt Galambos donne certaines précisions sur l’obligation fiduciale en soi. une loi ou un engagement unilatéral. selon les circonstances. Mais ce ne sont pas toutes les activités qui sont faites dans le cadre d’un mandat juridique qui vont donner ouverture à une telle relation. on revient au concept d’engagement de la part du fiduciaire et de pouvoir discrétionnaire. il faut démontrer qu’il y a un manquement à une obligation fiduciale. La Cour suprême dit finalement : . ça ouvre la porte à un rapport fiducial. Il faut pouvoir démontrer que le fiducial s’est engagé de façon expresse ou implicite à agir dans l’intérêt de l’autre partie. Dans la common law anglaise. en mesure de démontrer qu’il y a eu effectivement violation d’obligations fiduciales. C’est la nature du pouvoir qui a été accordé au fiducial. on voit que la fiducie constructoire peut prendre naissance dans plusieurs différentes circonstances (i. etc. La Cour suprême semble ouvrir la porte à la question du pouvoir discrétionnaire dans Galambos – par. Il est essentiel à l’existence d’une obligation fiduciale que le fiducial ait été investi du pouvoir discrétionnaire de poser des actes ayant des incidences sur les intérêts juridiques et pratiques de l’autre partie.Il faut qu’il y ait un engagement de la part du fiduciaire . la relation entre Perez et Galambos donnait ouverture à la création d’une relation fiduciale. fiducies secrètes. Ce ne sont pas toutes les tâches qui sont accomplies par un avocat dans le cadre d’une relation avocat-client qui donne naissance à une obligation fiduciale en soi. comme la fiducie expresse. donc la Cour suprême était d’avis que le simple rapport de force et de dépendance n’était pas suffisant. être défini assez largement. FIDUCIE CONSTRUCTOIRE En Angleterre. la fiducie constructoire est vue comme étant une fiducie véritable. Les décisions Gladstone et Galambos sont les arrêts principes en ce qui a trait à l’obligation fiduciale.e. » Il y a donc peut-être une petite ouverture. La Cour d’appel semblait dire que la minute où il y a un rapport de force et de dépendance.

homme) mais où la femme avait énormément contribué à l’acquisition des biens. 63 . Aux États-Unis. La fiducie constructoire est quand même en pleine évolution au Canada. et elle peut être utilisée pour remédier ou sanctionner certains comportements fautifs. cette fois-ci en Ontario.e. Pendant qu’elle payait le loyer. Becker (1980) On élabore les critères requis pour établir l’enrichissement sans cause et on indique que la fiducie constructoire pourrait être utilisée comme forme de réparation.Enrichissement . contrairement à l’Angleterre. dans quelle circonstance y a-t-il lieu de choisir la fiducie constructoire plutôt que les dommages-intérêts? M La fiducie constructoire est le recours à privilégier lorsque les dommages-intérêts seraient insuffisants ou lorsqu’il y a un lien direct entre l’action et le bien réclamé. F L’ex conjointe (de fait) cherche à se faire déclarer propriétaire de la moitié des terres et à obtenir une part dans l’exploitation agricole. M. M Pour établir l’enrichissement sans cause : . dans des situations où un couple cohabitait et tout était au nom d’un des deux (i. Peter c. Elle le supporta pendant ce temps là et a contribué aux rénovations.Absence de motifs juridiques à l’enrichissement En l’espèce. Si le tribunal décide qu’il y a lieu d’accorder une fiducie constructoire. elle peut remédier à l’enrichissement sans cause et elle peut aussi sanctionner certains comportements fautifs. Mlle Becker est partie de nouveau. Bembo (1993) Q Lorsqu’il y a enrichissement sans cause. Ils on agrandi leur exploitation deux fois. Pettkus c.constructoire dans différents contextes. Elle peut aujourd’hui être utilisée comme forme de redressement pour remédier à l’enrichissement sans cause. de façon permanente et intente une action. on conclut à l’enrichissement sans cause et on accorde une fiducie constructoire à titre de réparation. c’est une forme de réparation qui ne confère que des droits personnels. il y des droits réels. En 1961. En 1974. achetant deux autres morceaux de terre. Lorsqu’on accorde des dommages-intérêts. on considère que la fiducie constructoire est une forme de redressement. en son nom. Pettkus épargnait son revenu et le déposait régulièrement dans un compte de banque à son nom. les tribunaux ne s’appuyaient sur aucun principe – il n’y avait pas de fil conducteur. il a acheté une ferme apicole au Québec. la Cour suprême tente d’articuler les principes sur lesquels repose la fiducie constructoire. Cependant. Enrichissement sans cause C’est surtout dans le domaine du droit de la famille que les tribunaux ont commencé à recourir à la fiducie constructoire.Appauvrissement parallèle . Depuis quelques décennies. les vêtements et autres dépenses courantes. Elle a élargi le champ d’application de la fiducie constructoire. Elle peut être utilisée comme forme de redressement. la nourriture.

S’il n’y a pas suffisamment d’argent pour rembourser tous les créanciers. Cela n’existe pas au Québec. On a dit que la fiducie constructoire pourrait être une forme de réparation appropriée. au Québec. La différence entre common law et droit civil pourrait avoir des incidences sur un contexte où il y a insolvabilité ou faillite. M Mme a été déboutée. Corona s’est tournée vers Lac Minerals. on avait soulevé les deux possibilités devant le tribunal. si un tribunal conclut à l’enrichissement injustifié. il existe un certain parallèle. 1493. » On voit qu’en ce qui concerne l’enrichissement injustifié en droit civil québécois et l’enrichissement sans cause en common law. Cependant. Si on conclut à une fiducie constructoire. Il y a encore beaucoup d’incertitude dans ce domaine. il existe une controverse concernant le remède approprié pour l’enrichissement sans cause. indemniser ce dernier de son appauvrissement corrélatif. Comportement fautif On peut également accorder une fiducie constructoire pour sanctionner un comportement fautif. On se partage les droits qui restent. on va être un simple créancier ordinaire. Entre autres. et qu’on a que des droits personnels. Donc la partie demanderesse va se retrouver avec uniquement des dommages-intérêts.Lorsqu’il y a insolvabilité ou faillite. on se retrouve avec une créance. 64 . on va premièrement regarder tous les biens détenus en fiducie. Ceux-ci sont soustraits de l’actif du failli. si on décide d’accorder des dommages-intérêts plutôt qu’une fiducie constructoire. Becker on a indiqué les 3 critères pour conclure à l’enrichissement sans cause. Par contre. il serait mieux de conclure à l’existence d’une fiducie résultoire. Voir art. Dans Pettkus c. Il y a deux exemples : 1) Violation d’obligation fondée sur l’abus de confiance Lac Minerals F Corona avait découvert un gisement d’or très intéressant mais elle n’était pas en mesure d’exploiter un tel gisement comme il se devrait. jusqu’à concurrence de son enrichissement. ce sont les créanciers ordinaires qui risquent de tout perdre. Conclusion : ça peut être très intéressant d’être un bénéficiaire en vertu de n’importe quelle fiducie (expresse ou constructoire) – mais ce sont les tribunaux qui vont conclure à l’existence d’une fiducie constructoire. et ensuite le défendeur fait faillite. ça peut être intéressant car l’objet qui fait l’objet de la fiducie va directement à la personne pour le compte de la personne nommée. Britain Estate F Mme veut s’appuyer sur l’enrichissement sans cause –en raison de cette incertitude (constructoire / résultoire). sous réserve des droits des créanciers garantis. Code civil : « Celui qui s’enrichit aux dépens d’autrui doit. s’il n’existe aucune justification à l’enrichissement ou à l’appauvrissement. Dans le cadre d’une faillite. Certains soutiennent que plutôt que de constater l’existence d’une fiducie constructoire. le tribunal n’est pas en mesure d’accorder une fiducie constructoire ou résultoire. Belvedere c.

(2) en vertu des circonstances propres à des rapports donnés → relations en soi.OUI @ fiducie constructoire.OUI @ fiducie constructoire. aux fins d’une participation éventuelle par Lac Minerals. Question d’obligation fiduciale n’est pas pertinente – seulement pertinent si les redressements applicables au manquement sont différents.Concernant l’obligation fiduciale : cite Frame c. Smith – « Pour tenter de déceler s’il y avait une relation fiduciale. Corona se retrouve avec rien. Corona voulait que le tribunal dise que Lac Minerals détenait le gisement en vertu d’une fiducie constructoire pour le compte de Corona.Il y a eu abus de confiance + violation d’obligation fiduciale. LaForest . . dans un cas comme dans l’autre… . donc le juge LaForest dit que la conclusion d’une obligation fiduciale est une question de 65 .Rapport fiducial ? OUI violation des obligations fiduciales… . . Cette 3e est inacceptable. et a acheté le terrain en son nom.Mais le juge LaForest dit : une grande partie de la confusion entourant « fiducial » est parce qu’il est employé de trois façons : (1) comme dans Frame c. McIntyre / Sopinka .e. Corona cherchait une compensation monétaire et une fiducie constructoire. Lac Minerals est allée voir le propriétaire du terrain. Il est possible d’évaluer les dommages-intérêts. Lac Minerals s’est porté en appel à la Cour suprême.e.Il y a eu abus de confiance. . Corona a dû divulguer des renseignements confidentiels (i. Lamer . On a accordé la fiducie constructoire en première instance et en appel. Les rapports dans lesquels une obligation fiduciale a été imposée semblent posséder 3 caractéristiques générales : (1) fiducial exerce pouvoir discrétionnaire . où se situait le gisement). Corona poursuit Lac Minerals pour abus de confiance et pour manquement à une obligation fiduciale. LaForest : On réfère à la possibilité que les tribunaux peuvent conclure à l’existence de tels rapports parce que l’objet des rapports est perçu de telle façon que de tolérer un manque de loyauté serait de compromettre l’utilité sociale… mais il n’y a pas d’élément très précis. .OUI @ fiducie constructoire.Il y a eu abus de confiance. (3) quand certaines réparations jugées appropriées dans les circonstances ne seraient pas applicables en l’absence de relation fiduciale – décisions axées sur les résultats (i. (2) fiduciaire peut unilatéralement exercer pouvoir discrétionnaire (intérêts pratiques ou juridiques du bénéficiaire) . Ici qu’il y ait abus de confiance seulement ou les deux. M En première et deuxième instance. Wilson . Smith → catégorie reconnue (Ø ici). lui a fait une offre. . la jurisprudence antérieure semble démontrer qu’il existe certaines caractéristiques communes. Gladstone dit clairement que le concept d’obligation fiduciale ne doit pas être une conclusion à laquelle on arrive simplement pour atteindre un résultat).NON @ fiducie constructoire. (3) bénéficiaire est particulièrement vulnérable.Il y a eu abus de confiance. les tribunaux ont conclu qu’il y avait eu abus de confiance et violation d’une obligation fiduciale.

Un élément subjectif entre donc en ligne de compte.Pour permettre à un créancier plutôt que d’autres de jouir d’une certaine priorité dans le contexte d’une faillite . Il dit aussi que la fiducie constructoire ne se limite pas aux rapports familiaux. la seule réparation appropriée dans les circonstances. les décisions incontournables demeurent Gladstone et Galambos. voulait acheter un immeuble commercial. C’est ce qu’un juge croit être une obligation fiduciale à la lumière de certains faits. faits. il serait juste d’agir ainsi. L’agent d’immeuble a voit une occasion. Il dit qu’on pourrait dire qu’il y a enrichissement sans cause !! Le juge LaForest fait aussi référence à l’effet dissuasif au besoin de renforcer l’édifice social. S. Le juge Laforest fait référence aux décisions rendues et axées sur les résultats. L’obligation fiduciale était une obligation en soi (mandant / mandataire) – on reconnaît depuis longtemps l’existence d’une obligation fiduciale dans cette relation. Donc quelle est la réparation appropriée ? Selon le juge LaForest. acquis l’immeuble que M. S. On comprend donc qu’en raison des décisions de la Cour suprême du Canada. voulait acheter. 196 recueil maison) – soit la tendance de certains tribunaux de conclure à l’existence d’une relation fiduciale parce que selon le juge. Dans la grande majorité des cas. Mais il ne faut pas imposer une fiducie constructoire chaque fois qu’il est juste de le faire (car ce serait un mélange d’opinion subjective judiciaire et le jugement sans forme individuel – p. 3 juges = OUI @ fiducie constructoire Aujourd’hui.Caractère immoral de l’acte du défendeur – peut constituer une considération supplémentaire C 5 juges = OUI @ abus de confiance 2 juges = OUI @ violation d’obligation fiduciale _______________________________________ Décision rendue sur la base d’un avis de confiance. S. Ce serait difficile d’évaluer les dommages. ou lorsqu’il y a abus de confiance (Lac Minerals). pour conclure à l’obligation fiduciale. par l’entremise de sa conjointe. il demande une déclaration selon laquelle la conjointe de l’agent détiendrait le bien-fonds en vertu d’une fiducie constructoire. Des négociations suivent. S. Cependant en cours de 66 . Il est également possible qu’une fiducie constructoire soit accordée lorsqu’il y a violation d’obligation fiduciale : 2) Violation d’obligation fiduciale Soulos F Agent d’immeuble agissait pour M. Mais voici quelques motifs qui pourraient justifier l’octroi de la fiducie constructoire : . c’est la fiducie constructoire. M. la fiducie constructoire ne sera pas la réparation appropriée. Il a. poursuit l’agent d’immeuble en réclamant entre autres des dommages-intérêts pour la violation d’une obligation fiduciale entre l’agent et M. on peut accorder la fiducie constructoire lorsqu’il y a enrichissement sans cause. L’existence de rapports particuliers n’est pas nécessaire. Dans l’alternative. S. M.

route. Elle s’appuie sur les écrits d’un auteur. La majorité fait référence à une controverse qui existait en 1997 – et qu’il existe deux conceptions différentes du rôle et de la portée de la fiducie constructoire. notamment en incorporant les règles relatives à l’enrichissement sans cause. McLean. Une fiducie constructoire peut être imposée lorsque la conscience l’exige (large!). etc. c’est le concept de la conscience. elle indique que ça ne se limite pas à cela. Puisque M. au Canada. La deuxième conception permettrait le recours à la fiducie constructoire en l’absence d’une perte établie pour condamner une conduite fautive. Aujourd’hui. La majorité de la Cour suprême se range derrière la deuxième conception. et (2) préserver l’intégrité d’institutions jugées importantes et qui reposent sur des liens 67 . Les tribunaux canadiens ont toutefois modifié ces principes. La fiducie constructoire n’est pas utilisée exclusivement dans un tel contexte. n’a pas subi de perte. et ainsi préserver l’intégrité du lien de confiance qui est à la base même d’un bon nombre de nos professions et institutions. Fiducie constructoire serait utilisée seulement lorsqu’il y a eu enrichissement du défendeur et appauvrissement correspondant du demandeur. 20 : les tribunaux canadiens n’ont jamais abandonné les principes de la fiducie constructoire élaborés en Angleterre. Il faut tenir compte des situations où des fiducies constructoires ont été reconnues dans le passé. 2. La Cour doit tenir compte des deux circonstances pour lesquelles les fiducies constructoires ont traditionnellement été imposées : (1) rendre justice aux parties. Par 26 : l’enrichissement sans cause n’explique pas de façon satisfaisante toutes les catégories où on a accordé la fiducie constructoire. Évidemment. S. l’immeuble a diminué en valeur. Il se livre à un exercice assez difficile. La Cour suprême se retrouve divisée sur la question. C’est un concept qui peut être très subjectif. 1. La majorité revient ensuite à la question à savoir quel pourrait être l’élément unificateur qui permettrait aux tribunaux canadiens de conclure à l’existence d’une fiducie constructoire. S. Par. Elle tente ensuite de baliser ceci : . Par. Q Le plaignant n’a pas subi de perte ou de préjudice qui pouvait être quantifié car la valeur de l’immeuble a diminué. ? … Violation d’obligation fiduciale flagrante – un mandataire ne respecte pas les termes du mandat et profite de sa relation pour mettre la main sur une propriété que le mandant aurait voulu avoir. Cependant. . 35 que la conscience comme élément unificateur a l’inconvénient d’être très général. est-ce qu’il peut toujours avoir droit à une fiducie constructoire ? M Le tribunal tente de réconcilier la jurisprudence de la Cour suprême du Canada. une fiducie constructoire peut être octroyée lorsqu’il y a enrichissement injustifié. on constate qu’on a accordé des fiducies constructoires là où il n’y avait pas enrichissement sans cause. mais on a quand même une majorité. et indique au par. 34 : juge McLachlin tente de trouver un fil conducteur. les décisions anglaises. l’enrichissement sans cause… mais selon la jurisprudence antérieure. La juge McLachlin est consciente de la difficulté que cela pourrait poser. donc quelle est la perte pour M. qui disait que le principe qui permettait le mieux de cerner l’ensemble des décisions rendues en la matière.

la Cour suprême est très consciente de ce danger et y fait référence dans son 4e point. et les autres créanciers du défendeur seront lésés. C Donc même si le demandeur n’a pas subi de perte financière. Ici. Les tribunaux devraient faire preuve d’une très grande retenue avant d’accorder une 68 . La Cour suprême décide donc d’accorder la fiducie constructoire. c’est que ce bien devra être transféré au demandeur. Il faut démontrer que la possession des biens par le défendeur résulte des actes qu’il a ou est réputé avoir accompli à titre de mandataire (est-ce que ceci n’est pas englobé dans #1 ? … Il faudrait qu’il y ait toujours une relation mandant-mandataire ? Ce serait plus englobant d’avoir seulement la première condition…) 3. Les quatre conditions suivantes doivent être généralement réunies : 1. 4. Le demandeur doit établir qu’il a un motif légitime de solliciter une réparation fondée sur la propriété. le mandataire était assujetti à une obligation en equity (#1 et #2). Il a violé son mandat. il s’agit d’une relation de mandant / mandataire. le juge LaForest n’avait pas cette préoccupation. il se peut que le bien soit grevé d’hypothèque. et la Cour est d’avis que c’est une relation très importante et qu’il faut l’appuyer (# 3). il se peut que le défendeur soit insolvable. Or. les intérêts des créanciers intervenants doivent être protégés (ça va contre le juge LaForest dans Lac Minerals – le juge avait spécifiquement fait référence à la possibilité qu’un tribunal conclut à l’existence d’une fiducie constructoire pour permettre au demandeur d’avoir une certaine priorité dans une situation de faillite ou d’insolvabilité). Dans Lac Minerals. Voilà donc ce sur quoi la juge McLachlin s’appuie – le concept de conscience – mais un concept de conscience qui est néanmoins balisé par ces 3 considérations. Il y aurait lieu d’établir les conditions qui pourraient être essentielles à l’existence d’une fiducie constructoire fondée sur un comportement fautif (élargit Pettkus – enrichissement sans cause). il n’y a absolument pas de problème en ce qui concerne des tiers ou des créanciers intervenants. en matière du #4. Le motif pourrait être personnel ou lié à la nécessité de veiller à ce que d’autres personnes comme le défendeur s’acquittent de leurs obligations (donc – pas nécessairement besoin de préjudice ou perte ! Pour donner l’exemple. on accorde la fiducie constructoire : il y a eu violation vraiment flagrante par le mandataire de ses obligations envers le mandant. Si le défendeur est insolvable et le bien est transféré. Même si l’agent d’immeuble ne s’est pas enrichi par l’acquisition de l’immeuble (à cause de la diminution en valeur). c’est assez…). Le défendeur doit avoir été assujetti à une obligation en equity relativement aux actes qui ont conduit à la possession des biens. La Cour suprême au #4 s’est rendu compte du fait qu’on ne peut pas octroyer une fiducie constructoire de façon complètement libre – parce que dire que quelqu’un détient un bien en fiducie pour le demandeur. En l’espèce. . Par exemple. Il ne doit pas exister de facteurs qui rendraient injuste l’imposition d’une fiducie constructoire. le bien ne fait plus partie du patrimoine du défendeur. de confiance. En l’espèce. D Le juge Sopinka était en désaccord avec la décision de la majorité : 1. Il ne faut pas que la fiducie puisse avoir un effet inéquitable ou injuste sur le défendeur ou sur des tiers. 2.

Cela peut donner ouverture à des réparations monétaires. La juge McLachlin a tenté d’imposer certaines conditions pour empêcher que les tribunaux commencent à rendre des jugements dans lesquels ils concluent à l’existence d’une fiducie constructoire. on s’y prend autrement. 2. La décision Soulos est importante pour plusieurs raisons. Thibodeau Mari avait fait faillite. alors qu’en common law. Au Québec. Souvent. et le message est lancé. 69 . La fiducie constructoire devrait être accordée seulement lorsqu’il y a enrichissement sans cause (se range derrière la première conception mentionnée au début). Il est peu probable que les tribunaux de common law concluent à l’existence d’une fiducie constructoire dans une situation où des créanciers pourraient être lésés. dans les provinces de common law. Art. Elle peut aussi. Entre autres. Elle a une portée beaucoup plus large. la fiducie constructoire ne se limite pas aux cas d’enrichissement sans cause. Thibodeau c. 3. fiducie constructoire. les situations qui. 1493 – voir ci-dessus – traite de l’enrichissement injustifié. La Cour d’appel a fait référence au devoir de tenir compte des intérêts des créanciers du défendeur. En théorie. si le défendeur est insolvable ou a fait faillite. la situation paraît énorme tout d’abord. mais il y a évidemment encore de l’incertitude. sinon on ne peut pas rendre un jugement qui constate l’existence d’une fiducie. Si les tribunaux sont d’avis que la dissuasion est importante. les résultats risquent d’être à peu près les mêmes. lorsque la loi l’autorise. 591 du Code civil autorise la création d’une fiducie (alimentaire) – droit de la famille. et si on rend une décision à l’aveuglette sans tenir compte de leurs intérêts. seulement l’art. Pendant québécois Au Québec il n’y a pas de fiducie constructoire. mais ils existent. testament ou par la loi. on pourrait s’en sortir – mais les tribunaux sont maintenant très conscients de la problématique qui entoure la fiducie constructoire. il peut accorder des dommages-intérêts punitifs ou exemplaires. Actuellement. mais en bout de ligne. 1262 Code civil – Fiducie peut être établie par contrat. Art. Lorsqu’un jugement accorde des dommages-intérêts. pourraient donner ouverture à une fiducie constructoire. ils ne comparaissent pas devant le tribunal. si une fiducie constructoire est accordée. ces gens risquent d’être lésés. on constate qu’en droit canadien. Donc clairement. on est un créancier ordinaire et on risque de ne pas aller chercher un montant très élevé. cette situation pourrait donner ouverture à une fiducie constructoire. C’est là où nous en sommes. L’aspect de dissuasion – on accorde la fiducie constructoire pour empêcher que des gens se comportent mal à l’avenir lorsqu’ils sont dans des situations où ils doivent agir à titre de mandataire. être établie par jugement. il faut y avoir autorisation. Quand on compare la situation au Québec aux situations de common law.

la violation découle très souvent de concepts d’equity. PARTIE V – RÉPARATIONS Réparation Quelles sortes de réparations sont accordées à la suite de violations fiduciales ou fiduciaires ? Il y a certaines divergences à cet égard. Cependant. 136. l’intention n’existe pas. mais il peut aussi y avoir violation d’obligations contractuelles (i.e. on va tout d’abord tenir compte des créanciers garantis. il peut être poursuivi en contrats. Dans certaines circonstances. par exemple si un avocat fait mal son travail. C’est un domaine très flou. Ensuite. en vertu de lois comme la Loi sur les fiduciaires ou en vertu de l’acte constitutif (i. en général. 67 de la Loi sur la faillite dit que les biens que le failli détient en fiducie sont exclus des biens dévolus au syndic. des fiducies expresses peuvent être attaquées par un syndic si on peut démontrer que le constituant était insolvable quand il a créé la fiducie. l’art. C’est à cause de cela que maintenant. Le problème.e. avocat qui ne respecte pas obligations envers ses clients). placements non autorisés. 136 de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité.e. De plus. Dans cette situation. les bénéficiaires ont plutôt intérêt à s’appuyer sur les réparations 70 .Critique Pourquoi le Québec a décidé de ne pas recourir à la fiducie constructoire ? La revue de la jurisprudence en la matière démontre que le domaine des fiducies résultoires et constructoires est un domaine où on accorde une énorme discrétion aux tribunaux et il y a beaucoup de cas par cas. En vertu de l’art. soit en equity. et finalement les créanciers ordinaires. Dans les deux situations (fiduciaire et fiduciale). il faut avoir l’intention de la constituer. c’est qu’en matière de fiducie constructoire. Lorsqu’il est question d’une fiducie expresse. en délits ou encore en equity. il peut y avoir chevauchement entre l’equity et la common law (i. C’est lui qui exerce une discrétion à cet égard. les tribunaux font très attention lorsqu’il est question de fiducie constructoire : ils risquent de modifier ce montage législatif mis en place par le biais de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité. Violation d’obligation fiduciale Les tribunaux sont encore en train de se chercher dans ce domaine. telles fiducies peuvent porter atteinte au régime mis en place par le fédéral par rapport à la faillite et l’insolvabilité. dans certaines circonstances : l’avocat avait des obligations fiduciales qu’il n’a pas respecté. contrats et délits). C’est le tribunal qui dit si un bien est détenu en fiducie ou non. Dans certaines circonstances. Violation d’obligation fiduciaire Le fiduciaire n’a pas respecté les obligations qui lui étaient imposées. et une situation où des créanciers peuvent être lésés. les biens sont dévolus au syndic. biens en fiducie utilisés à sa propre fin). ensuite des créanciers garantis en vertu de l’art. Lorsqu’il y a faillite.

Il n’y a pas eu de perte ni de préjudice subi par la fiducie. de nature réelle. Cependant. donc en common law on ne serait pas en mesure de poursuivre – mais l’equity. En equity. Lorsqu’il est question d’indemnisation en equity. il y a des avantages par rapport aux dommages-intérêts de common law. on interdit le fiduciaire d’acheter des actions de sociétés. Une décision qui illustre très bien ce questionnement et qui démontre la différence entre l’indemnisation en equity et les dommages- intérêts en common law : Canson F Un individu a convaincu deux sociétés qu’il serait possible pour elles d’acheter un terrain et d’y construire un immeuble. Donc on voit qu’il y a un élément que l’on pourrait décrire comme étant punitif eu égard l’indemnisation en equity. il ne leur dit pas que lui et une autre société ont acheté le terrain qu’elle tente de vendre – l’acheteur pense qu’il achète le terrain du 71 . en equity. il est assujetti à des obligations onéreuses. La fiducie n’aurait pas pu faire de tels profits – p.Recouvrement des profits : François est fiduciaire et détient des renseignements confidentiels. dans l’acte constitutif.ex. en raison de l’importance qu’elle place sur les devoirs et obligations des fiduciaires. Phips F On va encore plus loin dans le raisonnement décrit ci-dessus.. Situation où on peut accorder le recouvrement des profits. la perte est calculée au moment du procès – non pas au moment de la violation. Il s’en sert pour faire des placements personnels sans la permission des bénéficiaires.accordées en equity. il sera plutôt question d’indemnisation. ces considérations sont plus souples. De plus. etc. Cependant. on se pose des questions sur la relation qui pourrait exister entre l’indemnisation en equity et les dommages-intérêts en common law. il existe deux formes de réparations personnelles : (elles ne sont pas cumulatives ! Elles s’excluent !) Recouvrement de profits Indemnisation Exiger que le fiduciaire rembourse tout profit Compenser les pertes subies par le personnel. En equity. lorsqu’il y a violation. En common law. Il sait qu’en tant que fiduciaire. Quand est-ce qu’une option est meilleure que l’autre ? Exemple . Bordman c. Maintenant. L’equity offre plusieurs différentes formes de réparation : de nature personnelle contre le fiduciaire ou le fiducial. Réparations de nature personnelle En equity. La fiducie n’a cependant pas subi de pertes par conséquent – mais l’equity permet néanmoins aux bénéficiaires de poursuivre le fiduciaire. bénéficiaire. il y a une présomption que le bénéficiaire a subi des pertes très importantes et évaluer le montant à accorder selon la perte maximale. Les bénéficiaires pourraient recevoir les profits aux bénéficiaires. même s’ils n’ont pas subi de perte. a jugé qu’il y avait lieu d’accorder une réparation dans de telles circonstances. la question de prévisibilité et considérations d’éloignement des dommages est très importante. dans la vaste majorité des cas.

En Cour suprême. on s’appuie sur les redressements en equity. mais on n’ira pas jusqu’à dire que Canson aura droit à des sommes pour la compenser en raison de l’effondrement (première instance et appel). il y a lieu de recourir en général aux règles issues de la common law. sinon isolément. Aller chercher l’argent du malfaiteur. le demandeur ne doit pas agir de façon manifestement déraisonnable. Seulement huit juges se sont prononcés. au besoin. (MCLACHLIN) 1 juge : Semble se ranger plutôt du côté de la juge McLachlin. l’obligation de limiter les dommages ne s’applique pas en equity. Cependant. Celui-ci a embauché des ingénieurs pour insérer des pieux dans le sol pour soutenir le bâtiment. du moins indépendamment des règles de common law. Canson ne pouvait pas obtenir de l’avocat les montants pour compenser la perte subie à cause de l’écroulement. et le malfaiteur dirige les travaux. mais elle doit résulter du manquement. vendeur original. et ensuite vendu le terrain à Canson pour un montant plus élevé – donc il a fait un profit. Cependant. Il y avait un sérieux problème au niveau du sol et il y a eu un effondrement partiel de l’immeuble parce que les pieux ne soutenaient pas de façon suffisante l’immeuble. Cependant. En equity. Ils étaient tous d’accord avec l’évaluation des dommages-intérêts 72 . il y aurait lieu de les assouplir un peu. c’est l’avocat qui était au courant du flip. il y a eu unanimité sur un point : tous les juges étaient d’avis que l’indemnisation ne devrait pas inclure les pertes subies en raison du vice de construction. L’avocat a agi pour les deux transactions donc il était très au courant de ce qui se passait. Donc l’autre possibilité. ces gens n’ont pas assez d’argent pour rembourser au complet les pertes subies. Le moment d’évaluation de la perte n’est pas le même. Dans les deux cas. dans les deux cas. Canson poursuit l’ingénieur en délits et en contrats. Le « malfaiteur » a acheté le terrain à un prix X. De plus. dans les deux cas. MAIS on ne ferme pas complètement la porte à l’equity. (LAFOREST) 3 juges : Qu’il soit question de violation d’obligations fiduciaires ou fiduciales. Qu’il s’agisse de fiducial ou fiduciaire. ces relations reposent sur le maintien de rapports dans lesquels la loyauté. Canson subit des pertes importantes. mais on peut se permettre de les assouplir lorsqu’il est question de violation d’obligation fiduciale. Canson découvre que le malfaiteur a acheté la propriété avant (le flip secret). Mais dans le cas des rapports fiducial. il y a lieu de recourir aux règles issues de l’equity. Neuf juges ont entendu l’appel. une décision intéressante est rendue. la perte n’a pas à être raisonnablement prévisible au moment du manquement. la confiance et la bonne foi sont très importants. la common law a devancé l’equity et le redressement sous forme d’indemnisation en equity s’est atrophié. Canson construit sur le terrain. 4 juges : Lorsqu’il est question de violation à la suite d’une obligation fiduciale. Les concepts d’equity tels que les fiducies et les redressements d’equity qui s’ensuivent doivent continuer à exister. lorsqu’il est question d’obligation fiduciale. On tente donc d’harmoniser les règles d’indemnisation ou de compensation lorsqu’il est question de violation d’obligation fiduciale – on devrait se pencher sur la common law. Une des raisons qu’on veut demeurer dans le champ de l’equity. Les avocats ont une obligation fiduciale à l’égard de leurs clients. ça serait compliqué. les avocats sont assurés. c’est en raison des objectifs qui sous-tendent l’equity. Canson veut l’indemnisation pour les pertes subies en raison de l’effondrement de l’immeuble… c’est loin! M On a dit oui – il y a lieu de verser une indemnisation à Canson.

Il sera PEUT-ÊTRE possible d’avoir droit à ceci. montrer qu’il est l’auteur d’une fraude dont le fiduciaire est victime. Si un fiduciaire détient un bien pour le compte d’un bénéficiaire et vend le bien à un tiers de bonne foi. la réparation personnelle contre le fiduciaire laisse à désirer. les tribunaux vont s’organiser pour assouplir les règles. ou encore à une réparation personnelle ou réelle à l’égard d’un tiers. c’est qu’il y a un assouplissement dans la façon qu’on évalue l’indemnisation pour violation à une obligation fiduciale. En bout de ligne. peut-être qu’il est insolvable. fiduciaire prudent qui a été victime de fraude.Profits . peut-être qu’il est disparu. TIERS DE MAUVAISE FOI Personnelle Réelle Seulement si le tiers a été conjointement Également disponible à la réparation coupable avec le fiduciaire. Donc : il y a de l’incertitude pour violation d’obligation fiduciale. R Il règne encore une incertitude concernant les réparations qui pourraient être accordées dans un contexte de violation d’obligation fiduciale lorsqu’on fait une demande en indemnisation. FIDUCIAIRE Personnelle Réelle . faits par les tribunaux inférieurs. Dans de telles circonstances. ou si on peut personnelle. on se dirige vers un assouplissement. TIERS DE BONNE FOI Personnelle Réelle Risque d’être difficile. On pourrait peut-être avoir droit à une réparation de nature réelle à l’égard du fiduciaire.e. lorsqu’il est question d’obligations fiduciales. les règles d’equity demeurent telles quelles et peuvent donner lieu à des résultats très différents au niveau de l’indemnisation accordée. il peut y avoir des problèmes parce que peut-être que le fiduciaire a tout simplement pas l’argent pour rembourser les sommes qui sont dues.Réclamation du produit de la vente du La seule différence au niveau de bien l’indemnisation entre fiduciaire et fiducial. mais ça reste à voir. lorsqu’il est question d’obligations fiduciaires. Ce qui est très clair. Lorsqu’on exerce le droit à une réparation de nature personnelle contre un fiduciaire. c’est qu’en matière d’indemnisation. mais pas du tout pour fiduciaire (Canson).Indemnisation . Il se peut aussi qu’on soit dans une situation où on n’est pas en mesure de poursuivre le fiduciaire parce qu’il n’est pas responsable à titre personnel – i. Cependant. On peut exercer des recours contre le fiduciaire (personnelle – 73 .Réclamation d’un bien .

Si le TIERS était de bonne foi et qu’il n’a versé qu’une contrepartie minime pour le bien. si le tiers est de bonne foi et a versé pour le bien une contrepartie équivalente à la valeur réelle du bien. Le recours réel toucherait le produit de la vente du bien. le bénéficiaire a un intérêt propriétal – il a un intérêt en equity du bien détenu en fiducie par le fiduciaire. Il n’est pas question d’une fiducie constructoire. on a critiqué la fiducie constructoire : celle-ci peut poser des problèmes dans de telles circonstances car c’est le juge qui décide qu’il y a lieu de constater l’existence d’une fiducie constructoire et qui peut soustraire ce bien pour faire en sorte qu’une personne puisse le récupérer. le bénéficiaire a le droit de suivre ce bien : en common law. Cependant. En matière d’insolvabilité. « Droit de dépistage » : le bénéficiaire peut réclamer le bien qui est dans le compte bancaire du fiduciaire. C’est clair que le bénéficiaire ne peut pas récupérer le bien. Réparations de nature réelle Il s’agit d’un droit d’un bénéficiaire dans le contexte de violation d’une obligation de pouvoir suivre le bien qui était détenu en fiducie dans des circonstances où le fiduciaire a cédé le bien ou utilisé le bien d’une façon qui n’était pas conforme aux obligations imposées. C’est pourquoi la Cour suprême a maintenant tendance à faire beaucoup plus attention avant d’accorder ce type de réparation. En matière de fiducie expresse. si le fiduciaire détient un bien et cède le bien à un tiers qui n’a pas versé de contrepartie adéquate ou qui est de mauvaise foi. Exemple : en violation de la fiducie. 74 . Le bénéficiaire n’a aucun recours contre le tiers. le bénéficiaire pourrait exercer un « droit de suite » entre les mains du tiers. Le bénéficiaire va réclamer contre le fiduciaire pour un montant équivalent au montant dans le compte bancaire. Ensuite les tribunaux vont accorder au bénéficiaire un privilège qui grève cet argent. Le tiers a agi de bonne foi et a versé une contrepartie pour ce bien. Les bénéficiaires n’ont aucun recours contre le tiers – seulement contre le fiduciaire. il est « l’être chéri de l’equity » et l’equity va le protéger. un fiduciaire vend le bien à un tiers. C’est parce qu’il a cet intérêt qu’il est en mesure de suivre le bien et de le récupérer. Exemple : Le tiers était de mauvaise foi. indemnisation). ou le tiers n’a pas versé de contrepartie valable… dans de telles circonstances. mais on pourrait aussi avoir droit à un recours réel contre le fiduciaire même si le fiduciaire s’est départi du bien. le bénéficiaire pourrait réclamer le bien du tiers. Il peut exiger que le tiers lui remette le bien : une réparation réelle très intéressante.

McKeown Utile pour les raisons suivantes : F Des bénéficiaires ont versé de l’argent dans le compte en fiducie pour des immeubles au Portugal. On indique très clairement les raisons pour lesquelles ces règles existent. Les personnes qui avaient versé de l’argent au père disent qu’ils sont en mesure de dépister l’argent et disent que 40 % de leur argent a été utilisé pour acheter la police d’assurance – et donc qu’ils veulent 40 % du 1 M$. Langston c. La maison est placée au nom de l’épouse. 75 . Ici.Il faut comprendre que tant que le bénéficiaire est en mesure de suivre le bien ou en mesure de faire du dépistage. (Voir autres commentaires ci-dessous sur Langston). Ensuite. Le fiduciaire utilise l’argent dans la succession pour s’acheter une belle maison à Forest Hill à Toronto – une maison d’environ 2 M$. ce sont des situations plus simples (voir Langston). M Le tribunal a dit que la maison devait revenir à la succession. c’est très facile de dépister. Cet argent comprenait de l’argent qui lui appartenait – donc on mêlait des sommes qui étaient détenues en fiducies aux sommes personnelles du fiduciaire. Normalement. Les enfants ici sont des tiers mais ils n’ont pas versé de contrepartie pour avoir droit à la police d’assurance. Le tribunal n’a eu aucune hésitation. On est allé très loin avec le dépistage. si le bénéficiaire prend l’argent et le flamme au casino. Le fiduciaire s’est rendu compte que la situation était devenue critique et s’est suicidé. Illustration d’une situation où on a fait du dépistage très loin. 2. il n’existe plus qu’un recours en dommages-intérêts qui est de nature personnelle. c’est parce que le bénéficiaire a un intérêt propriétal dans le bien qui était détenu en fiducie au départ. et que ces fonds avaient été utilisés pour la nouvelle maison… mais la preuve n’était pas en sa faveur. Foskett c. Les tribunaux ne font pas nécessairement une distinction claire entre le droit de dépistage. McKeown et Langston illustrent les possibilités qui s’offrent aux bénéficiaires lorsqu’il y a violation d’une fiducie. lorsqu’il est question de dépistage. le fiduciaire a acheté une police d’assurance pour le bénéfice de ses enfants avec l’argent qu’il avait transféré. L’épouse n’avait versé aucune contrepartie. Elle a tenté de démontrer qu’une autre maison avait été vendue et qu’elle en était en partie propriétaire. On s’est entendu pour accorder 40 % à la Chambre des Lords. Dans de telles circonstances. Les enfants ont quand même droit à la police d’assurance au montant de 1 M$. McKoewn qu’on a cette distinction très claire. C’est depuis Foskett c. Le fiduciaire a transféré de plusieurs comptes bancaires à d’autres comptes. le bénéficiaire n’est plus en mesure de suivre ou dépister quoi que ce soit. de suite ou de réclamation. M 1. Langdon F Fiduciaire détient de l’argent en fiducie (fiducie testamentaire). On explique très clairement les règles en matière de dépistage et de saisie.

Règle dans l’affaire Clayton Exemple : Compte en fiducie dans lequel il y a de l’argent qui appartient à plusieurs bénéficiaires. la question qui se pose c’est : si A et B veulent ensuite récupérer l’argent qui reste dans le compte. first out). On dépose ensuite 3 000 $ qui appartient à A. B va pouvoir récupérer 4 000 $ et A pourra réclamer ses 3 000 $ qui restent. C’est une présomption que les tribunaux en equity ont créé pour permettre aux bénéficiaires de suivre l’argent dans ces comptes. a retiré les premiers dépôts effectués (règle First in. le fiduciaire est allé chercher le premier 1 000 $ et 2 000 $ déposé par A. Lorsqu’il va tenter de récupérer l’argent. Si on applique Hallett. Ces règles permettent de suivre des sommes détenues en fiducie. par la suite. ou encore de l’argent qui appartient à un bénéficiaire et à un fiduciaire à titre personnel. qui appartient à B. Règle dans l’affaire Hallet Qui a droit à quoi lorsqu’un fiduciaire mêle son argent avec de l’argent qu’il est censé détenir en fiducie pour un bénéficiaire ? Exemple : On a un compte bancaire personnel du fiduciaire. qui appartient aussi à A. on considère qu’il a retiré son argent et pas celui qui appartient aux bénéficiaires. on va tenter de faire en sorte que l’argent du bénéficiaire demeure intact. La journée suivante. On va voir 3 de ces règles. Par la suite. on dépose 5 000 $. tant et aussi longtemps qu’il y a de l’argent dans le compte qui appartient au fiduciaire. le fiduciaire s’accapare 10 000 $ qu’il était censé détenir en fiducie et le dépose dans son compte bancaire. le fiduciaire retire un montant de 1 000 $. Cet argent appartient aux bénéficiaires. dans la mesure du possible. On va parler de dépistage de façon générale. Par la suite. on dépose 2 000 $. le 1 000 $ retiré par le fiduciaire est considéré comme étant à lui et non aux bénéficiaires. Si on applique la règle Fifo dans Clayton. comment vont-ils s’y prendre pour le faire ? L’argent qui reste appartient à qui ? Dans la règle Clayton.Certaines règles s’appliquent et permettent de faire du dépistage ou d’exercer un droit de suite. chaque fois qu’il retire de l’argent pour ses fins. Dans le compte personnel du fiduciaire. Tout cet argent est dans un compte en fiducie et appartient à différentes personnes. mais il existe de l’incertitude concernant ce que l’on voudrait mettre à leur place. et ensuite 1 000 $ des 5 000 $ déposés par B. 1 000 $ appartient à A. on présume que le fiduciaire. du moins en Ontario. On voit donc que les tribunaux font tout ce qu’ils peuvent pour protéger le bénéficiaire. quand il a retiré 4 000 $ pour ses fins personnelles. Les autres montants peuvent être plusieurs bénéficiaires qui ont chacun une part. Si. on a 2 000 $ qui appartient au fiduciaire. On commence à se poser des questions quant au bien-fondé de ces règles. La journée suivante. Avec Hallett. 76 . mais qui ont été confondues avec d’autres montants. le fiduciaire retire 4 000 $ pour ses fins. C’est seulement quand il ne restera plus de fonds qui appartiennent au fiduciaire dans le compte bancaire qu’on va considérer que le fiduciaire pige dans l’argent des bénéficiaires.

Ensuite on dépose 10 000 $. Comment fait-on pour répartir l’argent qui reste parmi l’ensemble des bénéficiaires ? M La Cour d’appel de l’Ontario aurait pu recourir à la règle dans l’affaire Clayton mais elle ne l’a pas fait. Le bénéficiaire n’a aucun intérêt propriétal en ce qui concerne le 5 000 $ qui appartient au fiduciaire. Elle a adopté un partage au pro rata. Exemple : On dépose 2 000 $. Graymac F Un courtier en valeur immobilière a un compte en fiducie avec beaucoup de bénéficiaires. On a vu la règle dans l’affaire Clayton – FIFO. De l’argent est retiré du compte. le solde était 1 000 $ (intermediate balance – solde intermédiaire). on peut seulement dire que finalement. Une de ces limites. c’est que le bénéficiaire va avoir droit seulement au solde minimum qui se trouve dans le compte. Ensuite le fiduciaire retire 11 000 $. 2.e. Qu’est-ce qu’on fait ? Est-ce qu’on présume que quand le fiduciaire a placé le 5 000 $ dans le compte. Le fiduciaire a probablement d’autres créanciers qui sont aussi en mesure de réclamer une partie de l’argent qui appartient au fiduciaire. qui appartient au bénéficiaire et qui fait l’objet de la fiducie. Lowest intermediate balance rule Aussi appelée LIBR. 77 . ** Voilà donc les 3 principaux exemples des règles mises en place par les tribunaux d’equity pour permettre de suivre des sommes d’argent qui appartiennent à un bénéficiaire et qui ont été déposées dans des comptes bancaires avec de l’argent qui appartenait à d’autres personnes (i. Quelques jours plus tard. d’autres bénéficiaires ou le fiduciaire). 1 000 $ appartient au bénéficiaire.C’est très mécanique comme exercice. Dans un cas comme celui-ci. Le 5 000 $ ajouté au compte appartient au fiduciaire. McKeown – le droit du bénéficiaire de suivre ou de dépister est basé sur son droit de propriété. qui appartient au fiduciaire. Par contre. il avait l’intention de rembourser le bénéficiaire ? On pourrait… mais les tribunaux ne le font pas pour deux raisons : 1. On voit ceci dans Foskett c. Ontario Securities Commission v. Donc le fiduciaire est allé chercher son argent mais aussi une partie de l’argent détenu en fiducie. le fiduciaire dépose 5 000 $ de ses fonds personnels dans le compte en fiducie. La règle dans Clayton pourrait donner lieu à des résultats iniques et elle pourrait être compliquée à appliquer au 21e siècle. Cette règle a fait l’objet de critiques car elle dépend beaucoup du hasard. L’argent qui reste a été partagé parmi les bénéficiaires en proportion au montant qu’ils avaient déposé au départ. Lorsque le fiduciaire a retiré le 11 000 $. On a créé certaines présomptions pour faciliter le dépistage par le bénéficiaire. il existe certaines limites à cette règle. mais à partir du moment où le fiduciaire a retiré 11 000 $ et qu’il ne restait plus que 1 000 $ dans le compte. on sait que le bénéficiaire avait un intérêt propriétal relatif au 10 000 $. C’est équitable parce que tout le monde est traité exactement de la même façon.

La Cour d'appel a décidé de faire un partage au pro rata ex post facto. il y avait 66 000 $ dans le compte (solde). le Barreau intervient et gèle le compte. est-ce que c’est un principe qui se défend ?.Ici. la Cour d'appel dit que ce serait plus équitable et trop compliqué de faire les choses autrement. Lorsque le tribunal décide cependant qu’on va utiliser une règle du pro rata ex post facto et qu’un créancier qui est clairement en mesure de démontrer que c’est son argent perd cet argent.. La règle LIBR est un peu en suspens. 180 du recueil maison. Toronto Dominion Bank F Un avocat a. on est en train de s’éloigner des règles originales mises en place par l’equity – mais on n’a pas encore établi d’autres règles qui pourraient prendre leur place et qui ne seraient pas assujetties à certaines critiques. On a donc le compte bancaire avec toutes sortes de dépôts et de retraits sur une longue période. il restait 66 000 $.Deuxième décision… Law Society of Upper Canada v. Voir p. Par la suite. la banque Toronto Dominion a remis à l’avocat 123 000 $ pour les fins d’une hypothèque. la règle du pro rata ex post facto reste au niveau de la Cour d'appel de l’Ontario. un professeur reconnu dans le domaine des fiducies. La règle du pro rata établie dans l’arrêt Graymac est une règle pancanadienne – la décision a été confirmée par la Cour suprême. Les 3 règles qu’on a vues tentent de répartir des biens parmi plusieurs créanciers. elle peut possiblement se justifier. y compris des bénéficiaires de fiducie dans des circonstances où il n’y a pas suffisamment d’argent pour rembourser tout le monde intégralement. si c’est uniquement dans un contexte où on appliquerait normalement l’affaire Clayton. Quels sont les principes qui doivent s’appliquer quand il n’y a pas suffisamment d’argent pour rembourse tout le monde intégralement ? Le partage au pro rata. Il dit essentiellement que c’est une situation où la Banque aurait dû pouvoir reprendre son montant de 123 000 $. Cet argent devrait être distribué au pro rata entre les bénéficiaires et le 123 000 $ devrait être redonné à la banque. Bien qu’on semble avoir écarté la règle dans l’affaire Clayton. Cette décision a été critiquée par Lionel Smith. Cependant. Tout de suite après. Avant que le Barreau mette la main sur le compte. Le 123 000 $ était à la banque et on sait qu’avant le dépôt. Q Comment répartir l’argent dans le compte parmi les bénéficiaires ? M La Banque demande que l’on ait recours à la règle du solde intermédiaire le plus bas. y compris la Banque. Pour rendre cette décision. L’avocat agissait donc pour un débiteur hypothécaire. notamment dans des situations où il y a beaucoup de bénéficiaires et que la règle serait très complexe. En Ontario. la Banque ne peut même pas faire une demande au Barreau pour son argent – c’est une personne morale !!! Il existe une certaine incertitude au niveau des règles. sur une période de quelques années.. Il y avait environ 100 clients (bénéficiaires). La règle dans l’affaire Hallett peut encore s’appliquer. retiré de son compte en fiducie un montant de 900 000 $. La Cour d'appel a dit qu’on va prendre le fond tel qu’il existait au moment du gel. elle pourrait quand même s’appliquer dans des situations plus simples. 78 . L’avocat doit mettre ce montant en fiducie et libérer les fonds une fois que l’hypothèque a été enregistrée en faveur de Toronto Dominion. et ensuite faire un partage au pro rata parmi tous les bénéficiaires.

et ensuite le reste de l’argent sera versé à la succession. C’était donc très facile pour eux de conclure que cette maison devait être remise à la succession. non pas au bénéficiaire. mais en plus. la réparation accordée sera de nature personnelle – donc avant tout des dommages-intérêts. On pourrait avoir quelque chose qui ressemble au droit de suite – l’art. elles peuvent avoir droit à la destitution du fiduciaire. Pendant québécois Au Québec. à une injonction ou un jugement déclaratoire. Mais ce n’est pas évident et c’est sur que le bénéficiaire n’a aucun intérêt propriétal. les remèdes de nature réelle n’existent pas vraiment. on peut également demander au tribunal que le fiduciaire soit remplacé. Lorsque ces personnes se présentent devant les tribunaux. M P. Entre 1996 et 2007. Art. on va avoir une meilleure idée du rôle de la fiducie. Langdon F Langdon a été nommé exécuteur d’une succession (il était parmi 3 exécuteurs mais les 2 autres se sont désistés). PARTIE VI – CONCLUSION À la suite du survol qui suit. 79 . Par. une injonction. 1290 du Code civil permettrait de récupérer un bien qui a été cédé à un tiers par un fiduciaire en violation de ses obligations. En droit civil québécois. mais en général. Les créanciers qui avaient donné l’hypothèque seront remboursés. réparation de nature réelle. il a avoué avoir pris environ 2 M$ de la succession. La maison était détenue au nom de l’épouse – on a conclu qu’elle la détenait en vertu d’une fiducie constructoire pour le compte de la succession. un jugement déclaratoire. Lorsqu’on s’est rendu compte qu’il avait pris de l’argent dans a fiducie successorale. Autres réparations Il existe d’autres formes de réparation : dommages-intérêts. et Mme Langdon avait été achetée avec l’argent de la fiducie successorale. En matière de dépistage. 30 : On fait référence à la situation des créanciers intervenants. 172 du recueil maison. il n’y a pas d’équivalent en droit civil québécois. il avait plusieurs autres millions de dollars qui avaient simplement disparu. La maison a été vendue et le prix de vente a été remis à la succession. le bien reviendrait au patrimoine fiduciaire. Les bénéficiaires se sont rendu compte que la résidence de M. il existe plusieurs recours pour les bénéficiaires et pour les constituants et leurs héritiers. 1297 et 1289 à 1291 : on accorde à plusieurs personnes le droit de surveiller l’administration de la fiducie et d’ester en justice au besoin. Langdon s’est servi de l’argent de la succession – valeur de 24 M$. Si le bénéficiaire tente de faire annuler une telle transaction. Il y a clairement eu violation d’obligation fiduciaire et les bénéficiaires ont poursuivi Langdon – qui était probablement insolvable. qu’une opération soit annulée.Langston c. mais lorsqu’il y a violation d’obligations fiduciaires.

il y a un fiduciaire. 720-721 du recueil commercial). il peut y avoir plusieurs avantages fiscaux. Selon Bine. Les fiducies aussi sont souples – car elles sont beaucoup moins réglementées que les sociétés par action. environ 90 % de la richesse détenue en fiducie se trouve dans des fiducies commerciales et non pas testamentaires. à petites tranches. Cette souplesse et l’absence de réglementation est très utile. Par le biais d’une fiducie. Dans de telles circonstances. ça prend une fiducie – l’argent est déposé dans la fiducie. On crée une fiducie. De plus. et ensuite on lance un message à toutes les banques : « Seriez-vous intéressées à prêter une partie des sommes requises aux fins du financement de ce projet ? » Créancier # 1 → 10 M$ Créancier # 2 → 25 M$ Créancier # 3 → 5 M$ Etc. La première banque – qui s’intéressait mais qui ne voulait pas prendre 100 M$ de sa poche et prêter cela à la société – joue le rôle de « lead banker ». on a dépoussiéré la fiducie. détenu en fiducie. Les fiducies peuvent servir comme outil de surveillance pour certaines transactions. depuis le milieu du 20e siècle. De plus. la fiducie sert à la fois à surveiller le débiteur et à réduire les coûts. C’est elle qui gère le tout. il est possible de prêter le 100 M$ à la société.Utilisation de la fiducie au 21e siècle Droit commercial En ce qui a trait au droit commercial. et peuvent réduire des coûts associés à certaines transactions. les banques sont assujetties à certaines réglementations. on peut se créer un petit monde privé auquel peu de personnes ont accès. Exemple : Une société (i. Exemples du domaine du financement garanti Les fiducies sont vraiment couramment utilisées dans le contexte du financement garanti et dans le domaine des financements publics. Une fois que tout cet argent a été recueilli. et où tout est établi dans l’acte constitutif de fiducie. Pour exploiter ce gisement. On décide que 100 M$ serait adéquat. de projets très coûteux. et ensuite le prêt se fait par l’entremise de la fiducie. fiducie et fiscalité sont étroitement liés. Souvent. Il reçoit ensuite un document qui constate son prêt. La fiducie maintenant est utilisée beaucoup dans le domaine commercial – voir l’article de John Lang Bine (référence complète au plan de cours). Donc la banque va procéder par le biais d’une fiducie. Les banques ne sont pas prêtes à prêter 100 M$ à une société pour un projet – elle assumerait un trop grand risque. elle a besoin de beaucoup d’argent. Avantages fiscaux – aujourd’hui. on constate qu’en utilisant une fiducie plutôt qu’une société. et le fait de faire un prêt d’une telle envergure pourrait être contraire aux règlements.e. Lac Minerals) vient de découvrir un gisement aurifère de très grande valeur. La fiducie joue un élément unificateur dans le contexte d’un tel financement. 80 . le succès de la fiducie au 20e et 21e siècle est du à plusieurs éléments (p. Aux fins de l’administration. Le créancier # 1 va prêter 10 M$ à la compagnie. On réussit à aller chercher de cette façon l’argent dont on a besoin pour les fins du financement de projet.

Définition : Une banque prête de l’argent et obtient une garantie – hypothèque qui grève des immeubles. donc vous êtes garantis un rendement sur vos prêts de X%. Si on offre 6 %. pour certains créanciers. Mais très souvent. Toutes les hypothèques sont transférées dans le SPV. Recueil commercial 1.. Une banque peut avoir plusieurs hypothèques qui grèvent plusieurs immeubles. Ces gens devaient sûrement savoir ce qu’ils faisaient ?. le plus grand l’écart entre la valeur de la maison et la valeur de l’hypothèque.e. Le taux hypothécaires est de X%. dont la titrisation. La titrisation a été utilisée comme outil de financement pour des gros montants d’argent et par des firmes supportées par des conseillers professionnels.e. réduction des coûts. Donc SPV… = Banque est le constituant. c’est pas mal. Ou encore. c’est très intéressant (même si avec 20 %.L’argent prêté à la société va avoir seulement UN créancier – on n’a pas 150 créanciers qui ont prêté de l’argent. On dit aux créanciers : voici. On vient donc de créer une entité en mesure de surveiller les activités du débiteur et de regrouper l’ensemble des créanciers impliqués dans le financement du projet.). Le SPV peut être une fiducie ou une société par action. *** 81 . le moins grand le risque). mais si on peut offrir 20 %.special purpose vehicle. C’est le choix des juristes et des fiscalistes qui vont évaluer les facteurs et décider si ça va être une fiducie ou une société par action. donc ils sont un peu comme des créanciers garantis. ça va être plus facile pour le SPV d’acheter des titres de participation. souplesse des fiducies. C’est une situation intéressante où on assure les créanciers qu’ils auront un taux d’intérêt intéressant sur leur placement. La banque peut en avoir trop – et elle ne respecterait donc pas les exigences imposées sur les banques en matière de ratio financier. Le SPV offre ensuite une participation à l’ensemble des créanciers qui pourraient être intéressés à participer dans quelque chose du genre. on s’est laissé aller un peu… On a commencé à utiliser les fiducies pour créer de nouveaux produits financiers très complexes. avantages fiscaux. biens sont les hypothèques… fiduciaire répond aux directives du constituant. il y a un élément de risque – sub prime mortgage). on commence à mettre beaucoup d’hypothèques « sub prime ». Pour offrir un taux d’intérêt élevé aux créanciers. il se pourrait que la banque décide que ce serait plus intéressant sur le plan fiscal ou financier de transférer tous les hypothèques dans un « SPV » . on détient plusieurs hypothèques. le SPV consiste en des hypothèques « asset backed securities ». ce sont des fiducies (i. et qui peut agir si jamais la société faisait défaut. Essentiellement. créanciers sont les bénéficiaires. etc. La minute où c’est une hypothèque de qualité (i.. La titrisation Quand on s’est rendu compte que les fiducies pouvaient se prêter facilement à des transactions relativement complexes dans le domaine commercial.

ceux-ci doivent également payer de l’impôt sur le revenu. Les fiducies peuvent servir de conduit aux fins fiscales. règles relatives à la perpétuité). On demande aussi à cette personne de s’occuper de l’enfant incompétent. L’argent va au survivant du couple. Entre autres. On ne veut pas que ces enfants. que c’est un domaine qui relève de spécialistes. et de choisir les personnes qui y auront droit. aillent devant le tribunal en disant qu’ils veulent invalider la fiducie. Mais l’imposition va se faire seulement lorsque la fiducie de revenu vont verser des montants aux personnes qui détiennent des parts dans la fiducie (AVANTAGE FISCAL). ou une discrétion plus limitée ? Est-ce que les enfants vont avoir droit à l’argent à 18 ans. on n’a pas à s’en faire pour la règle des perpétuités… Exemple : Un couple avec des enfants majeurs. et penser à la nature de la fiducie testamentaire. et tant que ça sort. La grande majorité des juristes ont un contact avec des fiducies non pas par le biais de produits financiers. et aura peut-être aussi le droit de toucher en partie au capital. De l’argent peut entrer dans la fiducie. Situations où la fiducie testamentaire va varier Parfois. il faut penser à la règle dans Saunders c. ça va prendre une fiducie testamentaire où on devra nommer un fiduciaire. Exemple : Un couple avec de jeunes enfants mineurs veut rédiger un testament. il y a les fiducies de revenu (income trusts) au Canada. Il existe aussi cependant quelques méthodes qui viennent contrer quand ça va à l’encontre des intérêts de la société (i. Est-ce qu’on va accorder une très grande discrétion au fiduciaire. Les fiducies sont aussi couramment utilisées dans le contexte des fonds de placement (mutual fund). Possibilité que les deux parents décèdent alors que les enfants sont encore mineurs ? Si les deux parents décèdent pendant que les enfants sont mineurs. Ces fiducies sont devenues très populaires au Canada dans un contexte commercial. il y aura possibilité de créer avant même le décès une fiducie entre vif. Gauthier. Dans un cas comme celui-là.e. ou à 30 ans ? Si on dit seulement à 30 ans. mais par le biais de la fiducie testamentaire. les RÉER. Si on avait une société par action avec plusieurs actionnaires. les fonds de pension (Schmidt). et tellement de méthodes disponibles sur le plan successoral pour permettre aux gens de recourir à différentes méthodes. mais un d’eux souffre d’un handicap. et ensuite le survivant durant sa vie aura droit au revenu. 82 . Il y a un lien étroit entre les fiducies et le droit fiscal. etc. lorsque la société verse des dividendes aux actionnaires. Droit successoral La fiducie est incontournable dans le contexte successoral : c’est normal qu’une personne qui a accumulé des biens veuille en quelque sorte les protéger à la suite de son décès. Qu’est- ce qu’on leur conseille ? . Qu’est-ce qu’on peut leur conseiller ? . à l’âge de 18 ans.Les fiducies ont été utilisées dans plusieurs contextes commerciaux. l’imposition se fera seulement à la fin. Il existe donc aujourd’hui plusieurs techniques pour pouvoir permettre aux gens d’agir ainsi.

etc. Pour l’enfant incompétent. l’argent dans son RÉER fasse l’objet d’un roulement (aucun impôt payé) vers le RÉER de l’autre (p. je crée une mini fiducie pour mon chien. . si jamais cette entreprise devait foirer. Si on est solvable et qu’on n’est pas sur le point de devenir insolvable. Très souvent (Pecore). c’est pas une si bonne idée… Exemple : Couple avec enfants majeurs en parfaite forme. et durant la vie de X. et veut planifier ce qu’il va se produire durant leurs dernières années. on peut faire ce qu’on veut avec nos avoirs… donc on peut les placer dans une fiducie. on prend ¼ détenu en fiducie. on n’a pas besoin d’une fiducie. P. . X aura droit au revenu de la fiducie. Fiducie testamentaire – on va placer tous mes avoirs dans ma fiducie. va peut-être décider de se prévaloir de certaines dispositions dans la Loi de l’impôt pour permettre qu’au moment où cette personne décède. . L’individu n’a pas l’intention de remettre de l’argent à des enfants ou des individus. Mais le couple se dit qu’il vieillit.… mais dire : cet argent sera utilisé uniquement pour les fins du programme de common law en français. et à la discrétion du fiduciaire. on pourrait dire : pour les 3 enfants compétents. sa vie durant. Exemple : On dit à l’avocat qu’on veut se partir en affaires. responsables. . : ancien du programme de common law français pourrait vouloir verser l’argent à l’Université d’Ottawa qui va être en mesure d’émettre des reçus à fin d’impôt etc. . Ils pourraient toujours recourir à une fiducie plutôt qu’une procuration (p. . 821). Quel degré de discrétion accordons-nous au fiduciaire ? Grande discrétion ? Discrétion limitée ? Exemple : Qu’en est-il si un enfant n’est pas incompétent mais tout à fait irresponsable ? . Fiducie prodigalité ? Re Williams – on veut accorder une grande discrétion au fiduciaire parce qu’on ne veut surtout pas que les créanciers de l’enfant prodigue puisse aller chercher l’argent détenu en fiducie. Quand les deux sont décédés. dans le testament. . Dans un cas comme cela. Si on est insolvable ou si on est sur le point d’être insolvable. etc. . ou entrevoir la possibilité qu’à moment donné. Exemple : Individu qui a une personne d’importance dans sa vie. Cet individu va peut-être vouloir verser son argent à la suite de son décès à un organisme de bienfaisance. donc ça va directement de la succession à l’organisme de bienfaisance. En même temps. L’autre membre du couple. qui a peut-être beaucoup d’argent dans un RÉER. un des deux commence à souffrir d’une démence sénile. Exemple : Individu très fortuné sans enfants. elle peut également avoir droit à une partie du capital. chacun reçoit ¼ du capital. les parents âgés vont accorder une procuration à un enfant. . Il faut ensuite nommer un fiduciaire (frère ou sœur). . . 83 .ex. 819). Peut-être intérêt à prendre les biens que vous avez maintenant et placer ces biens dans une fiducie inter vivos pour que ces biens puissent être à l’abri des créanciers de l’entreprise.

On vit présentement dans une situation où les conjoints de fait. Il existe différentes visions du rôle que devrait jouer le législateur dans le contexte de l’union de fait :  Gens qui disent que l’union de fait est devenu l’équivalent du mariage. mais assortis de conditions : on dit à la société minière qu’à chaque année. plus elle a des responsabilités à l’égard de certaines personnes. Exemples Dommages miniers dans le nord : Permis miniers sont octroyés. elle va créer son propre organisme. Ex. 84 . Le droit des conjoints dans une union de fait demeure en état d’élaboration. Tant qu’il n’y a pas de consensus sur le débat portant sur les conjoints de fait et les conjoints mariés. et l’a remplacé en quelque sorte.  Gens qui disent qu’on ne devrait pas traiter le mariage et l’union de fait de la même façon. tant et aussi longtemps que vous exploitez la mine. on peut invoquer une fiducie constructoire fondée sur le principe d’enrichissement sans cause – ce principe peut s’avérer utile dans ce domaine. doivent être assujettis à la fiducie constructoire. Fondation Jean Coutu La question de planification successorale ne va pas nécessairement se faire sur le coin de table de la cuisine ! Ça peut être quelque chose de simple. plus la planification devient complexe. C’est un choix libre et on devrait respecter ce choix. La différence entre ces deux modèles remonte à la décision Walsh. le résidu sera versé à l’organisme de bienfaisance Y. que plutôt que de simplement faire un don à un organisme de bienfaisance qui existe déjà. Le jour où X décède. Les conséquences juridiques varient beaucoup. Lors de la séparation de conjoints de fait. Droit de la famille Le droit de la famille a changé de façon radicale au Canada en moins de 50 ans. Les mêmes conséquences juridiques devraient s’appliquer. elle doit verser dans une fiducie une partie de vos profits. et d’habitude ce l’est. . Ce sera fait à tous les ans. Exemple : Une personne qui a tellement d’argent. la fiducie constructoire va continuer à jouer un rôle dans le domaine du droit de la famille. à défaut d’avoir une convention écrite. mais plus la personne a des avoirs. On sait où on se situe lorsqu’il s’agit d’un couple marié – mais aujourd’hui la majeure partie des couples sont des conjoints de fait. Droit de l’environnement La fiducie commence à jouer un rôle de plus en plus important en protection de l’environnement. .

Quatre grandes catégories des fiducies caritatives – protection de l’environnement fait partie de la 4e catégorie. Autre concept qui arrive des États-Unis pourrait se développer au Canada bientôt : Fiducie publique : Qui est en mesure de protéger les biens publics (eau. 85 . c’est que depuis un certain nombre d’années. Canadian Forest Products (2004) Des forêts étaient exploitées en C-B par des sociétés. d’autres gens trouvaient cela souhaitable – pourquoi ne pas le faire ? Le problème. La Couronne pourrait aussi être trouvée responsable pour inaction. En Amérique du Nord. on a réfléchi à cette possibilité – que le droit des fiducies se prêterait très bien à une codification. durant les années 1980.Lorsque l’exploitation cessera. La possibilité d’une codification du droit canadien des fiducies au 21e siècle En Ontario. on peut recourir à l’argent détenu en fiducie pour pouvoir remettre les lieux dans un état naturel. Ces exemples sont reconnus au Canada – c’est devenu de plus en plus courant. faune) ? La Couronne et les gouvernements. Est-ce qu’on pourrait peut-être un jour pointer à l’horizon une codification du droit des fiducies ? Ce serait souhaitable – durant les années 1980. dont CANFOR – elle accepte 70 % de la responsabilité pour une incendie dans la forêt – la Couronne poursuit CANFOR en dommages- intérêts en délits – la Cour suprême profite de l’occasion pour faire certains commentaires en obiter – la Cour suprême dit qu’il n’existe aucun obstacle juridique qui pourrait empêcher la Couronne d’engager des poursuites à la suite de dommages environnementaux à des terres domaniales. flore. les provinces canadiennes ont beaucoup de difficulté à s’entendre pour adopter des lois uniformes d’une province à l’autre. De plus. le droit des fiducies est codifié SAUF dans les provinces canadiennes de common law. Fiducies caritatives : Dont l’objet est la protection de l’environnement. Propriétaires de grands terrains : Placent leurs terrains dans des fiducies (« land trust ») pour les protéger. on a tendance à se désintéressé du droit privé. La fiducie publique repose sur la prémisse que les gouvernements doivent s’assurer que la collectivité puisse continuer à jouir de ces biens.