You are on page 1of 17

Version française

RÉPUBLIQUE ARGENTINE

MINISTÈRE PUBLIC DE LA DÉFENSE


VERSION FRANÇAISE
2013 Ministerio Público de la Defensa
Defensoría General de la Nación

Av. Callao 970 - (1023)


Ciudad Autónoma de Buenos Aires
República Argentina
Teléfono: (54 11) 4814-8423
defgralnac@mpd.gov.ar
www.mpd.gov.ar

Contenido:
Secretaría General de Política Institucional
Coordinación editorial:
Subsecretaría de Comunicación Institucional
Secretaría General de Política Institucional
Defensoría General de la Nación

Defensora General de la Nación


Dra. Stella Maris Martínez

Secretaría General de Política Institucional


Defensora Pública Oficial
Dra. María Fernanda López Puleio

Secretaría General de Superintendencia


y Recursos Humanos
Secretario General
Dr. Patricio Giardelli

Secretaría General de Capacitación y Jurisprudencia

Administración General
Administrador General
Cdor. Gabriel Torres
M P D 5

MINISTÈRE PUBLIC DE LA DÉFENSE. RÉPUBLIQUE ARGENTINE


MINISTERIO PÚBLICO DE LA DEFENSA. REPÚBLICA ARGENTINA

Dans la République Argentine, l´institution à la charge d’offrir, au niveau


national, le service de conseil juridique et de défense judiciaire des droits
des personnes est le Ministère Public de la Défense1 [Ministerio Público de
la Defensa].
Son rôle principal est de promouvoir l’accès à la justice et d´offrir de
l’assistance et de la représentation juridique aux personnes qui, pour diffé-
rentes raisons et suivant le type de procédure judiciaire en question, n’ont pas
d’avocat pour les représenter.
En outre, il doit intervenir lors de toute procédure judiciaire où sont concer-
nés les intérêts ou les biens de personnes mineurs ainsi que de personnes dont
la capacité est remise en question, en veillant au respect de leurs droits; il doit
exercer également la tutelle publique des mineurs n’ayant pas de représentation
légale ou de ceux dont les intérêts s’opposent à ceux de leurs représentants
légaux et prendre en charge la curatelle publique des personnes incapables et
des personnes à capacité restreinte, et qui n’ont pas des ressources sociales et/
ou économiques en mesure d’avoir une curatelle autre que la curatelle publique.

I. Cadre normatif et caractéristiques de l’institution

Hiérarchie constitutionnelle, indépendance et autonomie fonctionnelle


Le Ministère Public de la Défense (MPD) est une institution incorporée à la

1 La République Argentine est organisée sur la base d’un système fédéral où coexistent
le gouvernement fédéral ou national (ayant juridiction sur l’ensemble du territoire de la
Nation), et les gouvernements locaux de chacune des 23 provinces du pays et la Ville
autonome de Buenos Aires (chacun ayant les pouvoirs à établir leurs propres constitu-
tions et institutions et avec juridiction exclusive sur leurs territoires respectifs).
Cette division se traduit également sur le système judiciaire. C’est à dire que, dans le
pays coexistent le système de justice nationale ou fédérale, d’une part, et la justice de
chacune des provinces argentines et de la Ville de Buenos Aires, de l’autre. Dans la Ville
de Buenos Aires, siège du gouvernement national, en ce qui concerne les délits, est
appliqué le système judiciaire national.
Le Ministère public de la Défense de la Nation exerce ses fonctions auprès des Tribun-
aux fédéraux sur l’ensemble le territoire du pays et dans les affaires de droit commun
de la Ville de Buenos Aires. Par conséquent, cet article fera référence à l’intervention du
Ministère public de la Défense au niveau fédéral.
6 M P D

Constitution à partir de la réforme intervenue en 1994, il est indépendant des


autres pouvoirs de l’État et est doté d’une autonomie fonctionnelle et d’une
autarcie financière.
Cet organisme fait partie – conjointement avec le Parquet – du Ministère
Public de la Nation. Les deux institutions (aussi bien le Ministère Public de la
Défense que le Parquet Général de la Nation) sont des structures autonomes
et indépendantes l´une de l´autre. Le Parquet Général est intégré par le Pro-
cureur Général de la Nation, en tant qu’autorité suprême et les procureurs;
et le Ministère Public de la Défense, est composé de son autorité suprême,
le Défenseur Général de la Nation, les défenseurs publics officiels (avocats
commis officiel), les tuteurs et les curateurs publics.
L’indépendance fonctionnelle et hiérarchique constitutionnelle du Minis-
tère Public et de ses membres, par rapport aux autres organes du système
judiciaire et des Pouvoirs exécutif et législatif, peuvent être synthétisées sur
le schéma ci-dessous:
Pouvoir Judiciaire Ministère Public Pouvoir exécutif Pouvoir législatif
de la Nation de la Nation de la Nation de la Nation

Cour suprême de Ministère Public


Justice de la Nation Parquet Général
de la Défense
Magistrats de la Cour Procureur Général de
Défenseur Général de
suprême de Justice la Nation (hiérarchie
la Nation (hiérarchie
de la Nation équivalente à un
équivalente à un
magistrat de la Cour
magistrat de la Cour
suprême de Justice)
suprême de Justice)
Magistrats au niveau
national et fédéra
Défenseurs publics
officiels au niveau
Procureurs au niveau
national et fédéral,
national et fédéral
Tuteurs et Curateurs
publics

Après l’incorporation de l’article 120 à la Constitution, cette institution se


consolide en 1998 en vertu de la promulgation de la Loi Organique du Ministère
Public Nº 24946 (LOMP), qui organise son fonctionnement et sa structure et
qui établit les attributions et les obligations de ses membres.
Outre les caractéristiques constitutionnelles susvisées, la Loi organique
établit que le Ministère Public exerce ses fonctions selon le principe d’unité et
d’indépendance, sans être soumis à des instructions ou des directives prove-
nant d’organes qui n’appartiennent pas à son structure; il présente également
une organisation hiérarchique.
Avec une hiérarchie équivalente à un magistrat de la Cour suprême de
Justice de la Nation, aussi bien le Procureur Général de la Nation que le Dé-
fenseur Général de la Nation, ont le pouvoir d’édicter des règlements s’avérant
nécessaires à l’exercice des fonctions confiées au Ministère Public.
En exercice desdites attributions, le Défenseur Général de la Nation, a établi
M P D 7

différentes normes réglementaires régissant l’intervention du Ministère Public


de la Défense, comme par exemple: Régime de Congés; Règlement de Sélection
de Magistrats; Régime disciplinaire; Régime des permanences; Règlement du
jury d’accusation (établi conjointement avec le Procureur Général de la Nation);
Structure de l’Organisme, Régime de bourses; Régime de Stages; Régime de
subrogations; entre autres.

Autarcie financière
Tel qu´il a été signalé, le Ministère Public de la Défense est doté de
l´autarcie financière. Par conséquent, il a un budget propre et a la faculté de
gérer et exécuter le budget qui lui est alloué, conformément aux lois et aux
réglementations en vigueur.
Le défenseur général doit élaborer le projet de budget de l´institution,
toutefois, celui-ci n´est pas contraignant, les contenus pouvant être modifiés.
Le budget du Ministère Public est approuvé annuellement par la voie de la Loi
nationale de finances.

II. Domaine d’intervention

Promotion et protection des Droits de l’Homme. Accès à la justice


Le Ministère Public de la Défense a un rôle majeur visant à la protection et
à la promotion de droits de l’homme. Dans ce sens, l’engagement fondamental
du Ministère Public de la Défense en ce qui concerne le service de défense pu-
blique consiste à garantir, non seulement l’assistance juridique intégrale, mais
également la conception et l’exécution de politiques institutionnelles afin de
rendre plus facile l’accès à la justice des groupes en conditions de vulnérabilité.
Il est déjà connu que le droit au conseil et à la défense juridique est un droit
reconnu par les différents instruments de protection de droits de l’homme.2
Parmi les garanties reconnues par les instruments internationaux, l’on recense
la défense publique, en tant que déclinaison essentielle du procès régulier légal3,
dont la violation entraîne l’inconstitutionnalité du procès pour manque de défense.
En Argentine, les attributions du Ministère public de la Défense, s’étendent
au delà de la simple attribution d’un défenseur public (avocat commis d’office)
en cas de besoin. La structure du “système de défense publique” dépasse
l’attribution traditionnelle d’un avocat commis d’office pour intervenir dans
une affaire individuelle et il est constitué comme une institution spécifique, qui,

2 Cf. Convention Américaine des Droits de l’Homme (CADH), Article 8.2. C et d); Déclara-
tion Universelle des Droits de l’Homme (DUDH), Article 11 et le Pacte International des
Droits Civils et Politiques (PIDCP) Article 14.3.b) et d). Ces instruments internationaux
sont dotés d’une hiérarchie constitutionnelle, à partir de la Réforme de la Constitution
Nationale de 1994.
3 Cf. Constitution Nationale, arts. 18 et 33, DUDH arts. 18 et 33 et PIDCP 9.2.
8 M P D

tout en respectant l’indépendance technique du défenseur officiel désigné et


la stratégie de l’affaire particulière, conçoit et réalise des actions qui impacte-
ront directement sur la protection des droits de l’homme et notamment, des
secteurs les plus vulnérables.
En effet, la LOMP 24946 a attribué au Défenseur Général de la Nation la
fonction d “Assurer toutes les actions visant à la défense et à la protection des
droits de l’homme, sous réserve des dispositions de l’article 86 de la Consti-
tution Nationale”; “Promouvoir et exécuter des politiques pour faciliter l’accès
à la justice des secteurs discriminés” et “Soutenir et assister techniquement,
directement ou par délégation, auprès des organismes internationaux corres-
pondants, les personnes qui le requièrent”. (Art. 51, alinéas. d), e) et v) de la
Loi Nº 24946).
Dans ce sens, ont été créées différentes unités de travail qui opèrent en
tant que structures de soutien au travail des défenseurs publics de l’organisme,
visant à garantir l’accès effectif à la justice des personnes les plus défavorisées
au moment de faire valoir leurs droits, tel que les enfants, les adolescents, les
migrants, les réfugiés et les demandeurs de refuge, les personnes privées de
liberté, les membres des peuples indigènes, les adultes âgés, entre autres.
Quant au Ministère Public de la Défense (MPD), il intervient auprès de toute
juridiction et ressort et son but est de garantir et de protéger les droits civils
et politiques, économiques, sociaux et culturels; reconnus par la Constitution
Nationale et les instruments internationaux de droits de l’homme, conformé-
ment à la spécification ci-dessous:

Défense en matière pénale


La structure procédurale pénale en vigueur prévoit le droit de défense en tant
qu’un droit de l’inculpé de choisir l’avocat qui va l’assister. S’il en allait autrement,
le tribunal doit lui désigner d’office le défenseur public qui lui correspond. De ce
fait, en matière pénale, le MPD assume la défense de toute personne mise en
examen, pourvu qu’elle ne désigne pas un avocat de son choix4.
Le service est gratuit. Toutefois, si l’inculpé est condamné et qu’il a les
ressources suffisantes lors du jugement, il doit payer au service de défense
officielle – à l’institution et non pas au défenseur officiel - les honoraires
établis judiciairement5.

4 Le droit à être assisté par un Défenseur d’office est reconnu à l’art. 8.2.d) de la
Convention Américaine des Droits de l’Homme (avec hiérarchie constitutionnelle en Ar-
gentine), la norme mentionnée vise la possibilité que le prévenu puisse se défendre lui-
même. L’autodéfense technique par le prévenu lui même n’est admise que dans le cas
où l’efficacité de la défense ne serait pas impactée et elle doit toujours être autorisée
judiciairement.
5 Cf. Loi 24946 (LOMP), arts. 63 et 64.
M P D 9

Défense en matière non pénale


En ce qui concerne une matière autre que la matière pénale, le Ministère
Public de la Défense, assume l’assistance et le conseil gratuit des personnes qui
veulent faire valoir leurs droits, à condition de démontrer qu’elles n’ont pas des
ressources économiques suffisantes à faire face aux honoraires d’un avocat privé
ou bien, de personnes qui pour toute autre raison n’ont pas eu accès à un avocat.
Il doit assurer également la représentation au procès des personnes ab-
sentes si leurs droits devraient être défendus.
Les fonctions attribuées aux défenseurs officiels ne sont pas limitées à la
simple représentation légale au procès mais elles concernent également les
tâches de répondre à des consultations et de prêter assistance aux personnes le
requérant et ayant des ressources modestes. Ils doivent, dans ce sens, essayer
d’arriver à une conciliation et d’offrir les moyens alternatifs de règlement de
conflits, avant d’entamer la voie judiciaire.

Représentation légale et assistance juridique aux mineurs et aux personnes


dont la capacité est remise en question
Le Ministère Public de la Défense, à travers les Défenseurs Publics Officiels
des Mineurs et des Personnes Incapables, assure également l’assistance et
la représentation légale des mineurs et des personnes dont la capacité est
remise en question, conformément à la norme établie par l’art 59 du Code
Civil6, dans toute affaire où seraient concernés leurs biens ou leurs intérêts.
Aux effets d’assurer la défense des intérêts de leurs représentés, les Défen-
seurs des Mineurs et des Incapables, peuvent articuler aussi bien des actions
judiciaires qu’extrajudiciaires.
C’est à dire que, outre la représentation individuelle des mineurs et incapa-
bles par leurs parents ou tuteurs, la loi exige une représentation externe, à la
charge du Ministère des Mineurs, dont l’intervention représente une garantie
organique du droit à la défense, qui repose sur l’intérêt supérieur de l’enfant
ou de la personne ayant des troubles mentales, devenant ainsi un devoir de
prestation à la charge de l’État afin de garantir un accès à la justice effectif.

Tutelle et curatelle publique


L’institution doit assurer également la fonction de tutelle et de curatelle publi-
que, qu’elle exerce à travers des tuteurs et des curateurs publics, respectivement.
Les tuteurs publics exercent la représentation des mineurs de 18 ans, qui sont

6 Code civil: Art. 59. Outre les représentants nécessaires, les personnes incapables
son représentées par le Ministère des Mineurs, qui sera partie légitime et essentielle
lors de toute procédure judiciaire ou extrajudiciaire, de juridiction volontaire ou conten-
tieuse, que les personnes incapables soient la partie demanderesse ou défenderesse,
ou qu’il s’agisse de leurs biens, sous peine de nullité de tout acte et de tout jugement
rendu sans sa participation.
10 M P D

sous leur tutelle et veillent à la protection de leurs intérêts. Lesdits fonctionnaires


sont désignés dans des affaires judiciaires en tant que tuteurs généraux ou spé-
ciaux. Dans le premier cas, ils interviennent en qualité de représentants légaux
dans tous les actes de la vie civile que les enfants et les adolescents ne peuvent
pas réaliser par eux-mêmes. Dans le deuxième cas, ils sont désignés lorsqu’il est
vérifié un conflit d’intérêts avec leurs parents ou tuteurs et ladite intervention est
limitée à des actes déterminés, comme par exemple, la représentation légale au
procès ou l’administration des biens de la personne représentée.
Quant aux curateurs publics, leur tâche principale consiste à fournir la
défense technique des personnes dont la capacité est remise en question (art.
59 LOMP) ainsi que l’assistance pour la prise de décisions à des personnes
dont la capacité a été restreinte en vertu d’une procédure judiciaire.

Organismes internationaux
Tel que signalé précédemment, la loi a avancé en ce qui concerne
l’intervention du Ministère Public par rapport à la protection des droits de
l’homme et a attribué au Défenseur Général de Nation le pouvoir d’assistance
et conseil technique aux personnes qui le requièrent, auprès des organismes
internationaux concernés (art. 51 al. v), LOMP)

Programmes et Commissions
Comme il a été susmentionné, le Ministère Public de la Défense assure
d’autres actions visant à la protection et à la promotion des droits de l’homme
de groupes en conditions spéciales de vulnérabilité, à travers des commissions
et des programmes spécifiques.

III. Qui prête ce service?


Le service de défense publique est sous la responsabilité des défenseurs
publics officiels – magistrats de la Nation – des tuteurs et des curateurs pu-
blics, et en qualité de membres auxiliaires, interviennent d’autres membres
du Ministère Public de la Défense désignés comme des défenseurs officiels ad
hoc – pour une période déterminée ou pour une affaire particulière–.

Hiérarchie. Stabilité des fonctions. Immunités. Rémunération


Les défenseurs publics officiels ont la qualité de magistrats de la Nation et
jouissent d´immunité fonctionnelle et d’intangibilité des rémunérations (pour
la plupart des cas ils ont la même hiérarchie et rémunération que celles des
magistrats par devant lesquels ils interviennent). La stabilité des fonctions est
garantie sauf s’il existait une cause de destitution.

Désignation et destitution
Les défenseurs publics sont désignés par le Pouvoir Exécutif National
M P D 11

après sélection des candidats par concours sur titres, procédure tenue dans
le domaine du Ministère Public de la Défense.
Le Défenseur Général de la Nation est désigné par le Pouvoir Exécutif
National avec l’accord des deux tiers des membres présents du Sénat, et ne
peut être destitué que par les causes visées à la Constitution Nationale et
par la voie du Procès politique de destitution [juicio político] (arts. 18, Loi Nº
24946 et 53 et 59, CN).
Les autres magistrats peuvent être destitués par le Tribunal d’accusation
du Ministère Public, pour mauvais exercice des fonctions, faute grave ou en
raison de la commission de délits dolosifs de toute nature.

IV. Organisation du Ministère Public de la Défense : structure et intégration


Le Ministère Public de la Défense a une organisation hiérarchique et il a
été structuré suivant l’organisation de la justice fédérale.
Il est conformé par la Defensoría General de la Nación (Organe central du
Ministère Public de la Défense ), qui est l’organe de direction et de gestion
du Ministère Public de la Défense, et il est le siège à la fois des fonctions du
Défenseur Général de la Nation, plus haute autorité de l’organisme et des
Défenseurs de la Defensoría General de la Nación et des défenseurs près la
Cour suprême de Justice de la Nation, de qui relèvent les organes de défense
publique nationaux et fédéraux du pays, organisés par juridiction et par instance,
ainsi que les organes de tutelle et de curatelle publics.

Defensoría General de la Nación (Organe central du Ministère Public de la


Défense)
Il a une structure propre où fonctionnent les différentes spécialités qui vien-
nent en aide du Défenseur Général pour le meilleur exercice de ses fonctions.
Le Défenseur Général de la Nation, possède, outre les fonctions liées à la
direction, à la gestion et au financement du Ministère Public de la Défense,
des fonctions liées à l’intervention au niveau judiciaire, au niveau national et
international et ainsi qu’à la promotion des politiques de protection des droits
de l’homme.
En effet, la loi a légitimé le Défenseur non seulement à assurer la représen-
tation judiciaire des justiciables dans des affaires individuelles, le cas échéant,
mais aussi en matière de protection de droits, ce qui constitue une avancée,
et a confié au Défenseur Général de la Nation les fonctions d’«Assurer toutes
les actions visant à la défense et à la protection des droits de l’homme» et de
«Promouvoir et d’exécuter des politiques visant à faciliter l’accès à la justice
aux secteurs discriminés» (art. 51, al d) et e), Loi Nº 24946).
Dans ce sens et tenant compte notamment de la situation de vulnérabilité
de certains groupes au moment de faire valoir leurs droits, ont été établies
12 M P D

diverses actions visant à supprimer les obstacles empêchant l’accès à la justice


des personnes spécialement défavorisées, dans le but fondamental de donner
une protection plus intégrale des droits des personnes.
Parmi ces actions, l’on souligne la création et mise en marche de différents
domaines de promotion et d’exécution d’actions pour la protection de secteurs
spécialement vulnérables, qui opèrent en tant que structures d’appui au travail
des défenseurs publics officiels, visant à garantir l’effectif accès à la justice
des personnes en situation de vulnérabilité afin de faire valoir leurs droits.
Dans ce sens, fonctionnent au sein de la Defensoría General de la Nación
les Programmes et Commission suivants, qui, dans la plupart, relèvent des
défenseurs publics officiels de l’organisme:
• Commission des Prisons: ayant pour but principal de vérifier les conditions
de vie, nourriture et service médical des personnes incarcérées dans les
différentes prisons du pays”. Elle fonctionne avec un caractère subsidiaire
et complémentaire de l’activité propre de chaque défenseur officiel, toute
en assurant des fonctions de soutien face à des demandes, réclamations
et/ou propositions des prisonniers.
• Programme pour l’Application de Traités sur les Droits de l’Homme: sa
mission consiste à prioriser, lors d’un litige local, l’application des normes
du droit international des droits de l’homme ainsi que de la jurisprudence
internationale concernant lesdites matières. La formation constitue l’un des
axes centraux favorisant la diffusion de la jurisprudence internationale; en
outre, à travers une équipe de travail, le Programme répond à des demandes
d’information des défenseurs concernant des décisions internationales
applicables aux affaires sur lesquelles ils travaillent. En troisième lieu,
l’établissement de matériel spécifique qui soutient le travail des défenseurs
constitue également un autre des points fondamentaux du Programme.
Pour conclure, et de manière subsidiaire, face à l’échec d’une réponse
appropriée au niveau interne, le Défenseur général de la Nation, présente,
auprès des organismes internationaux correspondants, les dénonciations
à l’encontre de l’État argentin pour dérogation aux normes des Traités des
Droits de l’Homme, une tâche essentielle pour réparer les droits lésés.
• Programme d’aide aux problématiques sociales et relations avec la commu-
nauté: le programme comprend toutes les problématiques sociales entravant
l’accès à la justice, au-delà de l’assistance technico-juridique et qui ne relèvent
pas de la compétence d’autres programmes et commissions de la DGN.
• Commission de suivi de traitement institutionnel des enfants et des
adolescents: créée dans le but de coordonner des tâches visant à vérifier
les conditions générales de vie des enfants et des adolescents dans les
différentes institutions du pays, afin de leur garantir l’exercice et pleine et
effective jouissance de leurs droits de manière permanente.
M P D 13

• Commission d’assistance intégrale des réfugiés et des demandeurs de


refuge: son but est d’étendre aux réfugiés et aux demandeurs de refuge la
politique de protection des droits de l’homme des personnes en situation
particulière de vulnérabilité développée par le Ministère public de la Dé-
fense, et elle exerce également les fonctions de tuteur public des enfants
demandeurs de refuge.
• Commission sur des thèmes de genre: elle a été créée dans le but de
contrecarrer les pratiques discriminatoires contre les femmes dans le do-
maine judiciaire et sa mission principale est de mettre en œuvre, au sein
du Ministère Public de la Défense, des mesures spécifiques qui, fondées
sur la compréhension de la discrimination contre les femmes, favorisent
l’incorporation de stratégies de défense avec une perspective de genre.
• Commission de suivi du traitement institutionnel neuropsychiatrique: elle
a pour but de vérifier les conditions générales d’hospitalisation des patients
psychiatriques. Depuis sa création, elle assure le contrôle des conditions
de vie des personnes ayant des troubles psychiatriques hospitalisés dans
différentes institutions publiques ou privées, tout en essayant que leur
hospitalisation soit conforme aux paramètres internationaux de minima
établis par les normes en vigueur (notamment aux standards établis par
les différents instruments internationaux de protection dans l’espèce).
• Programme pilote pour l’assistance juridique à des femmes privées de
liberté: la mission du programme est de faciliter l’accès à la justice des
femmes privées de liberté en matière non pénale. Dans ce sens, l’activité
quotidienne consiste non seulement à donner du conseil juridique aux
femmes privées de liberté, mais également du point de vue judiciaire lors
de procès.
• Commission des migrants: elle a été créée dans le but de mener à bien
des activités orientées à la défense et à la promotion des droits des mi-
grants. Elle, assiste et donne du conseil à tous les étrangers en condition
d’arrestation ou non assistés pas le défenseur public officiel auprès de la
Direction Nationale des Migrations en tout ce qui a trait aux démarches
administratives et aux voies de recours existantes pour la procédure
d’expulsion. En outre, en vertu de la convention souscrite entre la DGN et la
Direction Nationale des Migrations, interviennent deux avocats qui agissent
en qualité de conseil légal et gestionnaires administratifs des étrangers qui
veulent former un recours à l’encontre des actes administratifs d’expulsion.
• Programme sur la diversité culturelle: Le but principal du programme
est de promouvoir les activités orientées à la défense et à la protection de
la diversité culturelle, tout en assistant les membres du Ministère Public
de la Défense, de manière coordonnée avec les programmes et les com-
missions déjà crées au sein de la Defensoría General. Tenant compte des
besoins existantes liés à la protection des droits de l’homme et des libertés
14 M P D

fondamentales des peuples indigènes du pays ainsi que des ressources


matérielles et humaines limitées du Ministère Public de la Défense, il a été
établi que le programme pilote priorise les activités visant à la défense et
à la protection des droits desdits peuples.
Dans ce sens, les activités du programme sont orientées à collaborer à la
suppression des barrières structurelles à l’accès à la justice des peuples
indigènes, à promouvoir l’établissement de stratégies et de projets de
collaboration et de coordination d’activités afin de fournir une offre de
service d’information, de consultation, de dérivation et d’assistance, qui
vienne en aide de la fonction des défenseurs publics officiels du pays en
intégrant les différentes institutions nationales et internationales liées à la
problématique et qui puissent collaborer à prêter ces services.
• Programme sur des thématiques de santé, des personnes handicapés et
des adultes âgés: Le Programme a été établi face au besoin de créer un
secteur spécifique qui intervienne sur des problèmes de santé, des person-
nes handicapées et des adultes âgés, afin de renforcer les capacités des
défenseurs publics officiels de l’institution lors de la défense des droits des
groupes concernés et de promouvoir des politiques publiques orientées à
la sensibilisation et à la protection des droits de l’homme atteints.
Dans ce sens, le but général du Programme est la promotion d’activités
visant à la défense et à la protection des droits de l’homme et à la réduc-
tion d’obstacles à l’accès à la justice des personnes handicapées et des
adultes âgés, dans le but d’atteindre l’égalité matérielle dans l’exercice de
leurs droits fondamentaux.
Parmi les activités pouvant être réalisées, l’on trouve l’établissement de
stratégies et de projets de collaboration et de coordination d’activités pour
fournir une offre intégrale de services pour répondre à des problématiques
découlant de la violation des droits des personnes handicapées et des adul-
tes âgés, ainsi que la violation du droit à la santé, donnant de l’aide aux
membres du Ministère Public de la Défense, en coordination avec le reste
des Programmes et Commissions de la Defensoría General de la Nación,
et en intégrant les différentes institutions nationales et internationales
pouvant collaborer à la prestation de ces services

Organes de défense [Defensorías], de curatelle et de tutelle publiques


officielles
• Les Defensorías públicas oficiales (organes de défense publique officielle) de la Ca-
pitale Fédérale sont organisées conformément à la juridiction et instance des
Tribunaux auprès desquels ils interviennent: il y a 84 unités fonctionnelles
chacune sous la responsabilité du défenseur public officiel et comptent avec
des fonctionnaires et des employés désignés pour collaborer avec le titulaire.
• Les Defensorías públicas oficiales (organes de défense publique officielle)
M P D 15

des provinces sont organisés conformément à la division judiciaire territo-


riale du pays et à l’instance des tribunaux auprès desquels ils interviennent:
il s’agit de 98 unités fonctionnelles, chacune à la charge d’un défenseur
public officiel et elles travaillent avec du personnel (fonctionnaires et em-
ployés) désignés pour collaborer avec leur titulaire.
• Tuteurs et curateurs publics de la Capitale Fédérale; interviennent dans
le domaine de la Capitale Fédérale 2 organismes de tutelles et 18 orga-
nismes de curatelle publics, chacun à la charge d’un tuteur, d’un curateur
public ou fonctionnaire désigné, selon le cas, avec des effectifs propres.