You are on page 1of 7

T.

P 6 : Etude de l’alternateur triphasé

T.P 6: Accrochage de l'alternateur triphasé au réseau

I. But :
Accrocher l’alternateur triphasé au réseau triphasé 380V-50Hz,
Tracer la caractéristique de Mordey I = f(Ie), pour une puissance de charge constante et pour
différentes charges (R, L, C).
II. Alternateur couplé sur le réseau :
1. Réseau puissant:
Un réseau est dit puissant, lorsqu’il impose sa valeur efficace ainsi que sa fréquence, quel que
soit le type de charge qui est lui connecté.
2. Condition de couplage:
Le réseau dispose d’un système de tensions triphasées sinusoïdales (vR, vS, vT); Alors que la
génératrice fournie aussi un système de tension triphasé sinusoïdale (v1, v2, v3),
 Au moment du couplage:
Il faut que deux tensions homologues possèdent la même fréquence et la même tension
efficace, alors que leur décalage angulaire doit être nul.
En effet on a :
 Coté réseau v R  V. 2 .sin(2.f.t) .

 Coté alternateur v1  V'. 2 .sin(2..f.t  β) .


 V = V', f = f’ et  = 0.

T.P : Electrotechnique Page: 34 Proposé par M : SOYED_Abdessami


T.P 6 : Etude de l’alternateur triphasé

vR

Ie
 v1
vR v1
vS v2
Ue G.S 3 ~ Reseau 3 ~
v3 vT v3

vT vS s
v2

Me

3.Manœuvre de couplage
 Réaliser le schéma de montage de la figure ci-dessous.

vR K v1
Rh Ie A
A V V V' V

Ue G.S 3 ~

s

Me L3

L2

L1

 Mode opératoire :
Egalité des fréquences: Mise en vitesse et réglage par action sur le courant d’excitation du
moteur d’entraînement (Me ), ns = 1500 tr/min.
Egalité des tensions: se fait par action sur l’excitation du rotor (roue polaire) tel que V=V’.
Concordance, ordre de successions des phases: à l’aide des dispositifs de contrôle à lampe
électrique, (synchroscope, synchrone-coupleurs automatiques).
Couplage: à l’excitation des lampes à feux « battantes » le couplage est correct si l’ampèremètre
de la (GS3) ne dévit pas; c’est le fonctionnement au synchronisme en marche à vide.

T.P : Electrotechnique Page: 35 Proposé par M : SOYED_Abdessami


T.P 6 : Etude de l’alternateur triphasé

III. Fonctionnement après couplage


La vitesse de synchronisme de la machine couplée au réseau reste rigoureusement constante car
elle est imposée par la fréquence du réseau, et cela même si l’on intervient sur le courant
d’excitation du moteur d’entraînement.
1.Fonctionnement à vide
Au synchronisme en marche à vide, après couplage sur le réseau, la machine synchrone ne reçoit
et ne fournit aucune puissance. Le couple utile du moteur d’entraînement (Me) est presque nul
(si on néglige les pertes à vide), Du fait de la réversibilité de la machine synchrone, on peut
obtenir deux types de fonctionnement.
2.Fonctionnement en charge de la génératrice synchrone
Elle fournit de l’énergie au réseau :
En charge active:
On règle la puissance utile du moteur d’entraînement par action sur son courant d’excitation (sa
tension d’alimentation), on obtient un réglage de la puissance active de la génératrice synchrone,
donc le courant Ia (active) varie mais le courant Ir (réactive) reste constant.
Remarque : si le courant d’excitation du moteur d’entraînement diminue ( la vitesse reste
constante puisqu’elle est imposée par le réseau ); ce qui provoque une augmentation du son
courant actif Ia de l’alternateur.
En charge réactive:
On règle le courant d’excitation dans la roue polaire de l’alternateur, on obtient donc un réglage
de la puissance et du courant réactif, mais à puissance et courant actif, constants.

Le fonctionnement est stable quand la machine et surexcité (pour les faibles courants
d’excitations, risque d’emballement du moteur (Me).
3.Fonctionnement en moteur synchrone
Si l’excitation de moteur d’entraînement augmente, on a donc sa f.é.m. augmente alors que son
courant s’annule et change de signe, donc changement de sens et transfert de l’énergie du réseau
alternatif au réseau contenu.
On débranche le moteur d’entraînement de sa source d’alimentation contenue.

T.P : Electrotechnique Page: 36 Proposé par M : SOYED_Abdessami


T.P 6 : Etude de l’alternateur triphasé

 Mise en équations:
Le moteur synchrone peut être modélisé par le schéma équivalant d’une phase statorique:
I jX s

V
Ev

L’équation de ce circuit est : ( V  E  jXs. I ).


 Diagramme et courbes de Mordey :
I

 0
Q
V

Ev X s .I
 0 P  C te

On voit d’après ce diagramme qu’il y a échange d’énergie réactive entre le moteur et le réseau.
Pour une puissance utile constante (donc pour une puissance active constante donc aussi pour un
courant actif constant ou couple constant).

On sait que : P=3√3UIcosφ=√3UIa= TeΩs =η. Pu


Ie
U2
 A

MS V2 Charge 3 ~
Ue 3~ cos()

W2

s
P  C te

Charge

T.P : Electrotechnique Page: 37 Proposé par M : SOYED_Abdessami


T.P 6 : Etude de l’alternateur triphasé

Pour un courant de charge I, le moteur peut soit fournir ou recevoir l’énergie réactive (Q>0 ou
Q<0 ) cela fait par action sur le courant d’excitation (Ie).

Les courbes de Mordey, ces sont les courbes qui représentent la réaction du courant d’excitation
dans la roue polaire (Ie) en fonction du courant d’une phase statorique (I)

I(A)
P2
P1
P0

Q0 Q0
 0 0 I e (A)
0

Moteur sousexcité Moteur surexcité

T.P : Electrotechnique Page: 38 Proposé par M : SOYED_Abdessami


T.P 6 : Etude de l’alternateur triphasé

 Schéma de montage de la machine fonctionne en moteur:

Ie
 A A A
Rh V
GS 3 ~ Réseau 3 ~
Ue

 A
n  nN

V
Im

E A
Rh
L

Charge à courant
continu

T.P : Electrotechnique Page: 39 Proposé par M : SOYED_Abdessami


T.P 6 : Etude de l’alternateur triphasé

Questions:
Apres avoir accroché la machine au réseau on veut qu’elle fonctionne en moteur.
1. Pour une charge résistive à courant continu, et pour une puissance constante, relever et
tracer la caractéristique I=f(Ie):
Ie(A)
I(A)

2. Pour une charge inductive à courant continu, et pour une puissance constante, relever et
tracer la caractéristique I=f(Ie) :

Ie(A)
I(A)

3. Pour une charge capacitive à courant continu, et pour une puissance constante, relever et
tracer la caractéristique I=f(Ie) :

Ie(A)
I(A)

T.P : Electrotechnique Page: 40 Proposé par M : SOYED_Abdessami