You are on page 1of 13

MODULE 10-1

CHAPITRE I.

LA CONVENTION DE CHICAGO.

I-1-HISTORIQUE.

L’histoire de la réglementation dans le domaine du transport


aérien international a commencé en 1910, lorsque le
Gouvernement Français invita 21 États européens à une
Conférence internationale de navigation aérienne à Paris et ce,
pour trouver un cadre réglementaire régissant le transport aérien
international.

En 1919, une première convention, portant sur la


réglementation de la navigation aérienne rassemblant 27 Etats a
été signée.

La Seconde Guerre mondiale (1 Sept 1939 au 2 Sept 1945) a


fortement contribué au développement technique de l'aviation
d’où l'idée, d'échanges de vues avec diverses nations pour définir
une stratégie efficace dans le domaine de la réglementation
internationale, a été lancée par les États-Unis.

Le premier Novembre 1944, 52 pays ont adhéré à cette idée et


les membres représentants ces pays se sont réunis à Chicago
(USA) pour établir le cadre réglementaire régissant le
développement de l’aviation civile internationale. Ainsi, une

1
convention a été signée le 7 Décembre 1944 à Chicago par ces
pays.

Pour que la Convention de Chicago entre en vigueur, il fallait


la ratification de 26 États. En attendant, elle s'est constituée en
organisation provisoire. Quand elle a reçu
sa 26e ratification le 5 mars 1947, elle est devenue l’Organisation
de l’Aviation Civile Internationale (OACI) le 4 avril 1947.

Aujourd'hui, 191 pays sont signataires de cette convention.


Le document est identifié comme DOC 7300 de l'OACI
(Organisation de l’Aviation Civile Internationale). Il est écrit en
quatre langues : anglais, français, espagnol et russe.

I-2-ROLE DE LA CONVENTION.

La convention a pour rôle:

-De créer l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale


(OACI) ;

-D’assurer le développement ordonné et sûre de l’aviation


civile dans le monde entier ;

-D’assurer le respect intégral des droits des Etats


contractants ;

-De promouvoir la sécurité et le développement de


l’aéronautique civile ;

La république tunisienne a ratifié la convention de Chicago


en vertu de la loi N°59-122 en date du 28 Septembre 1959.

2
I-3-OBJECTIFS DE LA CONVENTION.

La convention a pour objectifs:

• La souveraineté de l’Etat sur son espace aérien et au dessus


de son territoire ;

• Les services internationaux de transports aérien doivent être


établis sur la base de l'égalité des chances et exploités d'une
manière saine est économique.

•Le développement sûr et ordonné de l'aviation civile


(reconnaissance mutuelle des documents avion et licences etc.)

I-4- PRESENTATION DE LA CONVENTION DE CHICAGO.

La convention compte 96 articles et elle se compose de


quatre parties qui sont les suivantes:
1. Navigation aérienne: Principe généraux, survol des états,
nationalités des aéronefs, mesures pour faciliter la navigation,
conditions à remplir pour les aéronefs, normes et pratiques
recommandées internationales.
2. Organisation de l'aviation Civile Internationale (OACI) :
Objectifs de l’OACI, siège, l’assemblée, le conseil…

3.Transport aérien international: Renseignements et


rapports à fournir, aéroports, installations et services de
navigation aérienne, organisation d‘exploitation en commun.

3
4.Dispositions finales : Accords, règlements des différends,
cas de guerre, annexes à la Convention, ratification, adhésion,
amendement et dénonciation.

I-5 – PRINCIPES GENERAUX DE LA CONVENTION.

I-5-1 - Souveraineté de l'État et territoires.

Chaque Etat conserve la souveraineté complète et exclusive


de l'espace aérien au dessus de son territoire. L'espace aérien
comprend au dessus des régions terrestres mais aussi au dessus
des eaux territoriales (12Nm à partir des côtes).
Les aéronefs d'Etat ne peuvent survoler sans autorisation le
territoire d'un autre état (sauf autorisation explicite).

I-5-2 - Survol du territoire des états contractants.

I-5-2-1 - Droit des vols non réguliers.

Le droit de survol et d’escale technique sont reconnus aux


aéronefs n'effectuant pas de services aériens internationaux
réguliers.
Les Etats contractants se réservent le droit d'exiger que les
aéronefs qui désirent survoler des régions inaccessibles ou
dépourvues d'installations et services de navigation aérienne
adéquats suivent les itinéraires prescrits ou obtiennent une
autorisation spéciale.

4
Si les aéronefs transportent des passagers ou des
marchandises ou courrier contre numération, ils auront aussi le
privilège d'embarquer ou de débarquer des passagers,
marchandises ou courrier.

I-5-2-2 - Services aériens réguliers.


Une permission spéciale ou autorisation est nécessaire pour
tout trafic régulier.

I-5-2-3 – Cabotage.
Le Cabotage : Transport de passagers, courrier ou
marchandises a l'intérieur d'un même état.

I-5-2-4 - Atterrissage sur un aéroport douanier.


Permet à chaque état d'imposer à chaque aéronef atterrissant
sur son territoire d'atterrir sur un aérodrome douanier.

I-5-2-5 - Application de la réglementation aérienne.


Les lois et règlements d’un Etat s'appliquent à tout aéronefs
quel que soit sa nationalité et ceux-ci doivent s’y conformer.

I-5-2-6 - Règles de l'air.


Chaque Etat est responsable de la réglementation aérienne et
de la mise en application de la Convention de Chicago.

I-5-2-7 - Visite des aéronefs.

5
Les autorités de chaque Etat ont le droit de visiter à
l'atterrissage et au départ les aéronefs des autres Etats
contractants et d'examiner les certificats et autres documents
prescrits par la présente Convention.

I-5-3- Mesures destinées à faciliter la navigation aérienne.


Les Etats contractants décideront de mesures uniformes en
matière de :
• Simplification des formalités ;
• Exemptions douanières (aéronefs, carburant, pièces
détachées,..) ;
• Assistance aux aéronefs en détresse ;
• Collaboration aux enquêtes sur les accidents ;
• Standardisation des systèmes de navigation aérienne.

I-5-3-1 - Droits de douane.


Tout aéronef d'un Etat contractant est admis dans un autre
Etat contractant en franchise de droits de douane. Cette franchise
s'applique également aux pièces de rechange importées pour être
utilisées sur un aéronef d'un autre Etat. Cette exemption ne
s'applique pas aux marchandises débarquées.

I-5-3-2 - Conditions à remplir par les aéronefs.

Les aéronefs doivent avoir à leur bord les documents :


certificat des équipements radio, Certificat de navigabilité(CN),
licences personnel, carnets de route...

6
Tout aéronef employé à la navigation aérienne est tenu de
porter les marques de nationalités et d'immatriculation.

Les aéronefs ont la nationalité de l'Etat dans lequel ils sont


immatriculés et il ne peut être immatriculé que dans un Etat
seulement.

L'Etat d'immatriculation pourra être amené à fournir à l'OACI


des renseignements sur la propriété et le contrôle des aéronefs.

Tout aéronef doit être muni de son Certificat de Navigabilité


(CDN) validé par l'Etat dans lequel il est immatriculé.

L'équipage de conduite doit être muni de brevets d'aptitude et


de licences délivrés par l'Etat dans lequel l'aéronef est
immatriculé.

Les CDN, brevets et licences délivrés par un Etat sont


reconnus valables par les autres Etats si les conditions de
délivrance sont équivalentes ou supérieure aux normes minimales
établies par la présente convention.

Les munitions et matériel de guerre sont interdits sauf


permission de l'Etat survolé.

Chaque Etat peut interdire ou réglementer l'utilisation

7
d'appareils photos à bord aéronefs survolant son territoire.

Les documents devant se trouver à bord des aéronefs :


• Certificat d'immatriculation ;
• Certificat de Navigabilité ;
• Licences du personnel de conduite ;
• Carnet de route ;
• Licences radioélectriques ;
• La liste des passagers, leur lieu d'embarquement et de
destination ;
• Manifeste du fret transporté.

I-5-4- Normes et pratiques recommandées.

I-5-4-1 - Adoption de normes et procédures


internationales

L'OACI adopte et amende les normes, pratiques


recommandées et procédures internationales traitant des sujets
suivants :
• Système de communication et aides à la navigation y
compris le balisage sol ;
• Caractéristiques des aéroports et aires d'atterrissage ;
• Règle de l'air et pratiques de contrôle de la circulation
aérienne ;
• Licence et brevet personnel technique ;

8
• Navigabilité des aéronefs ;
• Immatriculation et identification des aéronefs ;
•Collecte et échange des renseignements
météorologiques ;
• Livres de bord ;
• Cartes et plan aéronautiques ;
• Formalités de douane et d'immigration ;
• Aéronefs en détresse et enquête sur les accidents.

La convention a été complétée par des annexes comportant


des «normes et pratiques recommandées » traitant de 19 sujets
particuliers.

*Norme: Toute spécification technique reconnue nécessaire à


la sécurité et à laquelle les états contractants se conforment en
application de la Convention..

*Pratique recommandée: Toute spécification technique


reconnue souhaitable et auxquelles les états contractants
s'efforcent de se conformer.

Ces normes et recommandations sont regroupées dans 19


annexes à savoir:

-Annexe 1- Licences du personnel ;

-Annexe 2- Règles de l'air ;

9
-Annexe 3- Assistance météorologique à la navigation
aérienne internationale ;

-Annexe 4- Cartes aéronautiques ;

-Annexe 5- Unités de mesure à utiliser dans l'exploitation


en vol et au sol ;

-Annexe 6- Exploitation technique des aéronefs ;

*Partie 1- Transport aérien commercial international


– Avions ;

*Partie 2- Aviation générale internationale – Avions ;

*Partie 3- Opérations internationales – Hélicoptères ;

-Annexe 7- Marques de nationalité et d'immatriculation


des aéronefs ;

-Annexe 8- Navigabilité des aéronefs ;

-Annexe 9- Facilitation ;

-Annexe 10- Télécommunications aéronautiques ;

*Volume 1- Aides radio à la navigation ;

*Volume 2- Procédures de télécommunications, y


compris celles qui ont le caractère de PANS ;

*Volume 3- Systèmes de communication ;

10
*Volume 4- Systèmes radar de surveillance et
systèmes anti-collision ;

*Volume 5- Emploi du spectre des radiofréquences


aéronautiques ;

-Annexe 11- Services de la circulation aérienne ;

-Annexe 12- Recherches et sauvetage ;

-Annexe 13- Enquêtes sur les accidents et incidents


d'aviation ;

-Annexe 14- Aérodromes ;

*Volume 1- Conception des aérodromes et


opérations ;

*Volume 2- Héliports ;

-Annexe 15- Services d'information aéronautique ;

-Annexe 16- Protection de l'environnement ;

*Volume 1- Bruit des aéronefs ;

*Volume 2- Emissions des moteurs d'avion ;

-Annexe 17- Sûreté. Protection de l'aviation civile


internationale contre les actes d'intervention illicite ;

-Annexe 18- Sécurité du transport aérien des


marchandises dangereuses ;

11
-Annexe 19- Gestion de la sécurité (La création de
l'annexe 19 a été annoncée en mars 2013).

Les annexes 1 à 16, de caractère technique, relèvent de la


direction de la navigation aérienne ; les annexes 17,18 et 19
relèvent de la direction du transport aérien.

I-6 – RECONNAISSANCE DES CERTIFICATS ET LICENCES:

Les certificats et licences ne satisfaisant pas complètement


aux exigences imposées par une norme internationale peuvent
être annotés (CDN et licence du personnel de conduite).
Les certificats ou licences annotés ne peuvent être reconnus
valables pour la navigation internationale qu'avec l'accord des
Etats éventuellement concernés.

I-7 – EXCEPTIONS AUX NORMES ET PROCEDURES


INTERNATIONALES.

Tout Etat estimant ne pas pouvoir se conformer aux règles


internationales notifie immédiatement l'OACI.
Si un Etat ne peut inclure ces amendements dans sa
réglementation, il doit en aviser l'OACI dans les 60 jours.

12
CHAPITRE II.

ORGANISATION DE L’AVIATION CIVILE


INETRNATIONALE(OACI).

II-1-PRESNTATION DE L’O.A.C.I.

L’OACI est une agence spécialisée des Nations Unies, créée à


la signature de la Convention relative à l'aviation civile
internationale à Chicago, le 7 décembre 1944.

Son siège est basé à Montréal (Canada). Elle compte entre


800 et 1 000 fonctionnaires internationaux et experts. La plupart
d'entre eux se trouvent à Montréal.

II-2-ROLE DE L’O.A.C.I.

Son rôle est de tracer les grandes lignes d’une coopération


internationale et d’une stratégie de développement du transport
aérien mondial en toute sécurité.

13