You are on page 1of 5

Élus Coëns 1

Élus Coëns
L'Ordre des Chevaliers Maçons Élus Coëns de l'Univers est un
rite initiatique plus souvent connu sous le nom d'Élus Coëns. Ce
rite apparut en France dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle et
ferait selon certains [citation nécessaire] partie de ce que l'on qualifie
habituellement de "maçonnerie illuministe".

Historique
L'Ordre des Élus Coëns recourt à une symbolique tout à fait
particulière fondée sur la doctrine rendue publique par Martines de
Pasqually, son dirigeant dans nos régions. Ainsi, les Élus Coëns
sont des hommes conscients de la place originelle de l'homme et
de sa destinée initiale. Ils sont également conscients de ce qu'il lui
est advenu suite à la faute d'Adam, ou péché originel, pour avoir
imité la création divine. Ils ont donc pour rôle de rétablir l'homme
dans ses vertus premières, c'est-à-dire le réconcilier avec son
Créateur, et par là, progressivement, réintégrer l'univers créé dans
l'immensité divine. "Traité de la réintégration des êtres" de Martinez de
Pasqually
Toutefois, la vie de l'Ordre "originel" sera de courte durée, car en
raison des "spécificités", il ne réussira jamais à s'intégrer parmi les
autres rites maçonniques. À noter cependant que les émules de Martines formeront la maçonnerie future, avec des
noms comme Louis-Claude de Saint-Martin, dit le Philosophe Inconnu, Jean-Baptiste Willermoz, d'Hauterive,
Lusignan, le marquis de Chefdebien, De Grainville, et bien d'autres noms illustres.
L'Ordre sera cependant "réveillé" par Sâr Aurifer (Robert Ambelain) dès 1942, sur la base de quelques rares
documents provenant de l'Ordre "originel" qui furent retrouvés. Les rituels encore pratiqués aujourd'hui diffèrent
légèrement de ceux utilisés originellement par l'Ordre de Martines de Pasqually. Le plus "célèbre" de ces documents
étant le "manuscrit d'Alger", découvert tardivement par Robert Ambelain, puis remis à la BNF fut transcrit
intégralement par Georges Courts, à partir de 1996 contenant une partie des instructions secrètes pour quelques
degrés seulement, dont le Chevalier d'Orient.

Organisation
L'Ordre fut réparti en plusieurs classes de degrés :
Maçonnerie Symbolique[1]
• Apprenti,
• Compagnon,
• Maître maçon ;
Ces trois degrés souvent furent "oubliés" par les Ordres Martinistes.
Martinisme[1]
• Associé,
• Initié,
• Supérieur Inconnu ;
Élus Coëns 2

Ces trois degrés n'existaient pas dans le système de Martinès de PASQUALLY et furent inventés par Papus dans
l'Ordre Martiniste de Papus, puis repris par les différents courants martinistes.
Porche
• Apprenti Cohen,
• Compagnon Cohen,
• Maître Élu Cohen ;
Le terme primitif est Coën et non Cohen, ce qui prêta à confusion dans le terme lui même, l'un étant la partie
spirituelle de l'homme et le second tiré de l'hébreu signifiant prêtre. Or, Martinès n'eut jamais l'intention de bâtir un
ordre monastique ou une église de prêtres.
Ordre intérieur
• Grand Maître Élu Cohen/Grand Architecte,
• Grand Élu de Zorobabel/Chevalier d'Orient,
• Commandeur d'Orient/Apprenti Réau-Croix (6e classe) Le degré de "Commandeur d'Orient/Apprenti Réau-Croix"
est un grade "préparatoire" pour ceux et celles qui seront amenés à être ordonnés au degré ultime de
"Réau-Croix". Il n'y a pas de cérémonie pour ce degré, le membre devra par contre réaliser diverses hautes
opérations de théurgies afin de prétendre et se préparer à recevoir le dernier degré de l'Ordre[2] .
Classe secrète
• Réau-Croix.
A l'époque de Martinès, cette classe n'a jamais été une classe secrète. Elle était le privilège des membre des tribunaux
Souverains ou des Souverains Juges, tel que cela résulte des statuts promulgués en 1767.

Buts de l'Ordre
L'Ordre a donc deux objectifs :
• réconcilier chacun de ses membres avec son Créateur,
• réconcilier l'ensemble de l'univers créé avec son Créateur, et c'est ce que l'on appelle la réintégration.
Les moyens auxquels recourent les membres de l'Ordre sont de nature cultuelle s'adressant à Dieu, Père, Fils et Saint
Esprit, par l'intermédiaire de ses Anges (à l'époque de Martines uniquement par des esprits, les anges servant de
protection) en leurs différentes classes. Nos contemporains qualifient ce travail de "théurgique" dans le sens où les
émules de Martines cherchent à influer sur les Anges de Dieu (esprits, faudrait-il dire), à qui ils réclament assistance
dans le travail de réconciliation et de réintégration.
Remarque : On nuancera ces propos car il n'est guère possible "d'influencer" un ange ou un esprit, et ce n'était pas
dans l'optique de Martinès. En effet, d'une part, l'immensité céleste et divine n'est pas accessible à l'homme dans son
corps mortel, d'où le besoin d'intermédiaires différents selon les classes et les opérations magiques, d'autre part,
l'appel aux esprits se faisait par évocations et exorcismes pour obtenir l'assistance des esprits bons et se protéger des
esprits mauvais.
Plusieurs voies initiatiques contemporaines sont issues de l'Ordre des Elus Coëns :
• Le rite écossais rectifié fondé par Jean-Baptiste Willermoz : la doctrine de Martines de Pasqually s'est maintenue
implicitement dans les différents grades de la maçonnerie rectifiée et explicitement dans sa classe secrète, dite de
"la Profession" ;
• Les lecteurs et amis de Louis-Claude de Saint-Martin, également connu sous le nom de Philosophe Inconnu, qu'ils
soient affiliés ou non à l'un des Ordres dits "martinistes" et tous issus de L'Ordre Martiniste de Papus qui n'a pas
de lien, autre que spirituel, avec le Philosophe Inconnu ;
• Les membres d'ordres qualifiés de néo-coëns, parfois en liaison avec la maçonnerie rectifiée et plus souvent en
liaison avec les ordres martinistes, dans tous les cas non reliés à l'Ordre des Chevaliers Maçons des Élus Coëns du
Élus Coëns 3

XVIIIe siècle si ce n'est spirituellement. Ces ordres néo-coëns se rattachent souvent, directement ou
indirectement, à la résurgence coën initiée par Georges Lagrèze, Robert Ambelain et Robert Amadou dans les
années 40. Cette résurgence elle-même n'a pas de réelle filiation historique, mais se rattache néanmoins, dit-on, à
une filiation spirituelle vérifiée.
Remarque : Le dit-on est en fait une vérification faite par Robert Amadou et les premiers cohens lesquels se sont
adressés à l'astral pour obtenir cette vérification. La lecture du rapport de cette consultation de l'oracle (sic) publié
dans les Cahiers du Cirem laisse cependant bien rêveur !

L'Ordre, de nos jours
L'Ordre des Chevaliers Francs-Maçons Elus Cohens survit difficilement de nos jours, et se résume à quelques Loges
ou Chapitres en France et en Belgique, non fédérés, opérant dans la plus grande discrétion et ne regroupant qu'une
poignée de membres chacun. Jusqu'il y a peu, il y avait encore deux Chapitres "sédentaires" en France, fédérés et
possédant un site internet, mais tombés récemment en sommeil [réf. nécessaire].
Il est aussi fréquent de rencontrer des Loges Martinistes pratiquant certains rituels opératifs des Elus Cohens, sans
pour autant en pratiquer les degrés au sens propre. Ces loges sont principalement regroupées au sein du Grand
Prieuré des Gaules[réf. souhaitée].
En revanche, l'Ordre jouirait encore d'une activité relativement stable au Canada, et, après de nombreuses années
d'attente, la branche canadienne vient de recevoir l'autorisation de conférer l'ultime degré magistral de
"Réau-Croix"[réf. nécessaire].
Il existe divers groupes se réclamant des Elus Cohens et n'ayant pourtant aucun rapport avec l'Ordre et ses pratiques
[réf. nécessaire]
.

Liens externes
• Ordre Martiniste Opératif, en France et au Canada [3]
• L'Institut Eleazar [4]
• Biographie de Martines de Pasqually [5], par Jean-François Var.
• Ordre des Chevaliers Maçons Élus Coëns de l'Univers [6]
• Ordre Reaux Croix [7]

Ouvrages traitant des Élus Coëns
• Eric Kaija Guerrier, La Traversée de l'Intervalle (un livre-disque consacré aux aperçus fragmentaires de
l'influence de la mystique rhénanique sur la franc-maçonnerie christique), Paris, Éditions Yves Meillier et
Balandras Éditions, 2010.
• Jean-Marc Vivenza, Les élus coëns et le Régime Ecossais Rectifié : de l'influence de la doctrine de Martinès de
Pasqually sur Jean-Baptiste Willermoz, Le Mercure Dauphinois, 2010.
Élus Coëns 4

Notes et références
[1] Lorsqu'un profane, c'est-à-dire un "non-initié" demande son admission, on lui confère parfois les degrés de la maçonnerie symbolique, mais,
de nos jours, ce sont surtout les degrés martinistes qui sont conférés, car jugés "plus efficaces" pour se préparer aux opérations théurgiques des
degrés supérieurs. Il est aussi à noter que la plupart des personnes admises dans les Élus Cohens ont généralement déjà reçu l'initiation dans
une Loge maçonnique ou martiniste.
[2] A l'époque de Martinès, la préparation dépendait uniquement des Maîtres Conducteurs capables d'enseigner les quelque 50 opérations
nécessaires aux pratiques opératives et ce sur de nombreuses années. Alors que les Ordres actuels utilisent les pratiques opératives de Robert
Ambelain, il faut malheureusement constater les nombreux échecs de cette pratique et son peu d'efficacité par rapport à la masse de travail
demandé chez les émules de Martinès de Pasqually. La magie des Cohens de Robert Ambelain repose sur Abrahmelin le mage, celle de
Martinès repose sur les pratiques courantes du XVIIIe siècle, ce qui est bien différent.
[3] http:/ / ordremartinisteoperatif. net/
[4] http:/ / www. institut-eleazar. org/
[5] http:/ / fm-fr. org/ fr/ article. php3?id_article=0125
[6] http:/ / www. ordrecohen. com/
[7] http:/ / www. ordrereauxcroix. org/
Sources et contributeurs de l’article 5

Sources et contributeurs de l’article
Élus Coëns  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?oldid=62942758  Contributeurs: Cantons-de-l'Est, Christophe Dioux, Georgius, IAlex, Kergad, LairepoNite, LouisClaude, Manu1400,
Mundilfari, Richardbl, Speculos, 29 modifications anonymes

Source des images, licences et contributeurs
Image:N0075328 PDF 1 1DM.pdf  Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Fichier:N0075328_PDF_1_1DM.pdf  Licence: Public Domain  Contributeurs: Martinez de Pasqually

Licence
Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported
http:/ / creativecommons. org/ licenses/ by-sa/ 3. 0/