You are on page 1of 20

MUZEUL JUDEŢEAN DE ISTORIE ȘI ARTĂ ZALĂU

ACTA
MVSEI POROLISSENSIS
XXXV

ARHEOLOGIE – RESTAURARE – CONSERVARE

ZALĂU
2013

EDITOR ȘEF: Dr. Corina BEJINARIU

COLEGIUL DE REDACȚIE
Dr. Horea POP – redactor şef
Dr. Ioan BEJINARIU – redactor responsabil
Dr. Dan BĂCUEŢ CRIŞAN – secretar de redacţie
Dr. Marin POP – membru
Dr. Sanda BĂCUEŢ CRIŞAN – membru
Dr. Camelia BURGHELE – membru
Dr. Emanoil PRIPON – membru

COLEGIUL EDITORIAL
Dr. Gheorghe LAZAROVICI, Universitatea Eftimie Murgu, Caransebeș, România
Dr. Tiberius BADER, Hemmingen, Baden-Wurttemberg, Germania
Conf. univ. dr. Gelu FLOREA – Departament Istorie Antică și Arheologie, Facultatea de Istorie și Filosofie,
Universitatea „Babeș Bolyai”, Cluj-Napoca (România)
Cercet. șt. I dr. Coriolan H. OPREANU – Institutul de Arheologie și Istoria Artei (Academia Română),
Cluj-Napoca, România
Cercet. șt. II dr. Ioan STANCIU – Institutul de Arheologie și Istoria Artei (Academia Română), Cluj-Napoca,
România
Prof. univ. dr. Sorin MITU – Facultatea de Istorie și Filosofie, Universitatea „Babeș Bolyai”, Cluj-Napoca, România
Prof. univ. dr. Adrian IVAN – Facultatea de Istorie și Filosofie, Universitatea „Babeș Bolyai”, Cluj-Napoca, România
Drd. Dan Octavian PAUL, Muzeul Banatului, Timișoara, România

Responsabilitatea pentru conţinutul ştiinţific al articolelor, pentru formulări şi calitatea rezumatelor în limbă străină
revine în întregime autorilor.

ACTA MVSEI POROLISSENSIS
Anuarul Muzeului Judeţean de Istorie şi Artă Zalău

Orice corespondenţă referitoare la publicaţie Toute correspondance sera envoyée à l’adresse:
va fi trimisă pe adresa: MUZEUL JUDETEAN DE ISTORIE SI ARTA
MUZEUL JUDEŢEAN DE ISTORIE ȘI ARTĂ ZALAU,
ZALĂU, RO–450042 Zalău. Str. Unirii, nr. 9
RO–450042 Zalău. Str. Unirii, nr. 9 Tel.: 004-0260–612223,
Tel.: 004-0260–612223, fax: 004-0260–661706
fax: 004-0260–661706 e-mail: muzeul.zalau@gmail.com
e-mail: muzeul.zalau@gmail.com

Pe copertă: Imagine aeriană cu amfiteatrul din Complexul Arheologic Porolissum, prin amabilitatea domnului Cosmin Giurgiu,
www.ghidvideoturistic.ro, www.filmariaeriene.com.

© EDITURA POROLISSUM A MUZEULUI JUDEŢEAN
ISSN 1016–2801

Tipar: SC MEGA PRINT SRL CLUJ-NAPOCA

un red in Gherla. Apro. Two of the members of a spira Asianorum din Napoca (CIL III 870) au putut fi recunoscuți pe o from Napoca (CIL III 870) have been recognized on a placă de marmură (CIL III 7668). ment pentru Mithras din Napoca. Hercules. a horseman of the monument (AE 2005. 6. Elles doivent être enten- dues comme un des ouvrages préparatoires pour la publication dans les volumes IDR IV/1–3 de toutes les inscriptions de cette province.Inscripții fragmentare (AE 1979. 7. 2. . 6. 693. dans : AMN 41–42. financé par CNCS-UEFISCDI. 1292). 489–490) descoperite 1979. 5. the two main results principale sunt numele unui nou procurator financiar al are the name of a new financial procurator of Dacia Daciei Porolissensis și localizarea sediului acestui înalt Porolissensis and the location of the seat of this high funcționari. A fost emendată lectura unui nou monu- 1977. 1979. castra. p. cele două rezultate for AE 1976. – La construction en pierre du camp de Pomet La sinueuse histoire des recherches archéologiques dans le camp de Pomet et de leur publication a assez longtemps obscurci la date véritable de la construction en pierre du principal camp de Porolissum. 4. Je remercie la direction du musée de Zalău d’avoir accepté de publier cette étude. 2001. 1292). în urma unei promisiuni. p. 221–237 . Cette fois-ci. cohors III Campestris. 501 e) of 1979. ratul Hadrian. 7. * Studia Porolissensia (I). 5. the nomen of the praefectus equitum reads călăreț al alei Siliana din Gilău. A fost redescoperit ding of a new monument for Mithras from Napoca has la Gherla un altar închinat lui Hercules în sănătatea unui been emended. 576 from Napoca. C’est pourquoi l’apparition de cet article n’a été possible que grâce au contrat PN II-ID-PCE-2011-3-0096. Radnóti în 1943 de către A. eques. Existența la Porolissum a unei cohors III 2. Este propusă o nouă lectură Porolissum is rejected. 8. Gherla. Fragmentary inscription (AE 1. spira Asianorum. 576 din Napoca. (II). Antoninus Pius. Nomen-ul unui tri- marble slate (CIL III 7668). Mots-clé  : Porolissum. of some brick stamps (AE 1978. a fost corectat din Pannonius în Tannonius. Alexandru Vulpe avait éliminé de la revue Dacia 57. The existence of a cohors III Dacorum on the base Dacorum pe baza unor ștampile tegulare (AE 1978. consularis. i-a ridicat lui Hercules un Tannonius and not Pannonius. nomen-ul prefectului de ală safety of a governor (CIL III 832) has been rediscove. ala Siliana from Gilău (AE 2005. procurator. has dedicated a monument to Hercules as a result of a promise. Hadrianus. A new reading is suggested pentru AE 1976. of Dacia Porolissensis. 489–490) discovered in 1943 by A. 693. que M. dans : AMN 38. praefectus equitum. cohors III Delmatarum. Radnóti constituie dovada că pe Pomet proves that the camp of Pomet (Porolissum) has been (Porolissum) castrul a fost reconstruit în piatră sub împă- reconstructed in stone under the emperor Hadrian. 501 e) este negată.com Abstract: The paper contains commentaries on eight Rezumat: Articolul cuprinde comentarii asupra a opt inscriptions or situations met in the northern province inscripții sau situații întâlnite în Dacia Porolissensis. Iupiter. Gilău. 4. 8. 3. Napoca. 2004–2005. Apro. 700) has been corrected into Scarvius. 183–188. Porolissum 1. STUDIA POROLISSENSIA (III)* Ioan Piso piso_ioan @yahoo. Doi dintre membrii unei spira Asianorum official. The nomen of a tribune bun al cohortei III Campestris din Napoca a fost corectat of the cohors III Campestris on an altar from Napoca (AE în Scarvius. 3. ala Siliana. 2013 après la dernière correcture et sans m’en avoir averti. An altar dedicated to Hercules for the guvernator (CIL III 832). The rea. 1. les Studia Porolissensia incluent des inscriptions de la Dacie Porolissensis et non seulement de Porolissum.

Les trois inscriptions déterminèrent M. 1956. p. C’est le mérite de E. p. essaya de répondre à la question sur la date de la construction en pierre du camp de Pomet. cf. 51 = M. Radnóti a effectué en 1943 des fouilles de grande envergure dans les parties les plus sensibles du camp. Macrea. 105 . 6 E. Il s’appuya sur ce qu’il a pu encore trouver. voir le plan du camp de Pomet chez N. Porolissum. Le mérite d’avoir publié dans une première forme les pièces sauvées appartient à N. 9 sqq. 4  = H. 3 sqq. *47. b. p. Tóth. 7 = AE 1979. p. 226 : “Nous n’excluons pas la possibilité qu’un autre camp en pierre. 19–21. Dans son dernier ouvrage M. 1 = idem. b à la porta principalis sinistra et c à la porta decu- mana . Le matériel trouvé. 2 Voir le sombre commentaire de M. fig. est resté sur place. Macrea. p. Römer in Rumänien. Porolissum. p. p. Porolissum. — 160 — . Tóth d’avoir enfin récupéré ce trésor et de l’avoir fait connaître au monde académique3. Porolissum. ActMuz 2. fig. 5 E. c. no 1. 22. 1. Qu’ils fussent conçus simultanément est prouvé par les mêmes 5 suites de formules. – M. Les événements dramatiques de la fin de la guerre et l’institution du régime communiste ont déterminé la perte de beaucoup de petites inscriptions et de fragments. La porta principalis dextra. Tóth publia trois textes essentiels à cet égard. p. – M. les objets trouvés et les endroits de leur découverte. no 7 a = AE 1944. 1956. 1956. 1957. fig. peut-être plus petit. 3 Voir n. Tóth. no 1. Tóth. mais en enre- gistrant avec grande précision dans les protocoles des fouilles les éléments archéologiques essentiels. notamment sur les trois inscriptions de construction érigées sous Caracalla. Les fouilles ont été conduites et exécutées à un niveau scientifique conforme à l’époque. 100. dont les contributions à la recherche de Porolissum et de la Dacie méritent tout notre respect. Macrea. SCIV 8/1–4. Porolissum. y compris les très nombreuses ins- criptions. p. 115–116. Tóth. Gudea. 20–21. Materialien zu seiner Geschichte (tiré à part de JRGZM 44. Lucăcel (Inscripții). M. no 8. Les trois textes sont datables de 213. notamment à la porta praetoria. ActMuz 2. Gudea et V. Porolissum. Macrea. Macrea. 104–106. Daicoviciu. à la porta principalis sinistra. 102–103.. 222 = E. ActMuz 2. Daicoviciu. Au musée de Zalău ne sont parvenues en général que des inscriptions de grandes dimensions2. à la porta decumana et dans les principia1. 20. Radnóti s’est attardée de 35 ans. fig. 7 M.  Macrea (VDR. Ont disparu justement les pièces significatives pour les débuts du camp en pierre de Pomet et la publication des résultats des fouilles de A. SCIV 8/1–4. Macrea. fig. ait existé avant 213. 491 = EDH0083084 : Imp(erator) Caes(ar) M(arcus) Aur(elius) | Antoninus pius Aug(ustus) | felix Part(hicus) maximus | pontifex max(imus) Brit(annicus) | max(imus) trib(uniciae) potestatis XV |5 imp(erator) II co(n)s(ul) IIII | p(ater) p(atriae) proco(n)s(ul) fec[i]t. nullement habituelles  : pius Augustus felix et Part(h)icus maximus pontifex maximus Brit(annicus) maximus6. c’est-à-dire sans profils stratigraphiques et contextes archéologiques. Der dakische Limes. 223–224. qui se trouvait dans un mauvais état de conservation. Porolissum. Dacia 7–8. – C. 1957. n’a pas été touchée. no 2. 1956. no 2. fig. dans les années 1956 et 1957. Civiltà romana. p. Tóth. p. C 17 = idem. p. 101–102. p. SCIV 8/1–4. 2 = E. 9 = EDH020334 : Imp(erator) Caes(ar) M(arcus) Aur(elius) Antoni|nus pius Aug(ustus) felix Part(h)i|cus maximus pontifex | max(imus) Brit(annicus) max(imus) trib(uniciae) potes(tatis) |5 XVI imp(erator) II co(n)s(ul) IIII p(ater) p(atriae) pro|co(n)s(ul) fecit..Ioan Piso N Une équipe hongroise dirigée par A. 1943 et 1949“7. p. 224–225. no 7. 1937–1940 (1941). trouvés en 1943 et perdus depuis : 1 E. p. p. 1997). . En 1978 E. que voici : a. L’inscription a a été trouvée à la porta praetoria. 19–20. dans la forme dans laquelle il a été trouvé par les recherches archeólogiques de 1939..  223) exprima plus nettement cette idée  : le camp de Porolissum a été construit en pierre sous Antonin le Pieux. 326. mais la documentation dont nous disposons ne nous dit rien à cet égard“. 3 = E. p. no 9. p. p. 1957. p. 2 = idem. Bien avant. 8 = N. Tóth. Macrea à conclure que : “. Gudea. fig. 9. La proposition exprimant le doute fait honneur à celui qui a connu la Dacie romaine comme personne d’autre. ActMuz 2. C. 49 : Imp(erator) Caes(ar) M(arcus) Aur(elius) Antoninus | pius Aug(ustus) felix Part(h)i|cus maximus pon|tifex max(imus) Brit(annicus) | max(imus) trib(uniciae) potes(tatis) |5 XVI imp(erator) II co(n)s(ul) IIII | p(ater) p(atriae) proco(n)s(ul) fecit.l’œuvre entre- prise par Caracalla à Porolissum consista dans la construction du camp en pierre. SCIV 8/1–4.

Mainz am Rhein 1987. 18. Porolissum. f. L’idée suggérée par les trois textes est soutenue par la situation archéologique.. 6 a-b = AE 1979... p. E. où les tours de la porta praetoria sont rectangulaires.. 490. Des transformations auraient été faites simultanément dans les principia . Porolissum. plus précisément de 140–144. Tóth. en la datant de 129. voir J. Römische Kastelle des 1. Il n’y a que les tours des portes qui ont la forme demi-circulaire (rounded gate towers). Gudea. Marcu. 1 – AE 1979. op. en la datant de 140. 8. Il reconnut que les principia ont été 8 La même succession a été constatée à Castell Collen. dans : Portae cum turribus. les preuves pour tous ces travaux seraient les inscriptions a-c11. Elle serait suivie par une sous-phase peu claire (II/2). Cette structure appartient donc à une phase précédente9.. – E. STUDIA POROLISSENSIA (III) N d. C’est sous Caracalla que la forme demi-circulaire aurait été donnée aux tours des portes10. que j’essaie de résumer. l’inscription d à Antonin le Pieux. reconstitution de E. p. Roman Stone Fortifications : Variation and Change from the First Century A. – E. Diss. rationnelle et soutenue par les découvertes archéologiques et épigraphiques. Un exemple significatif en Dacie est le camp de Buciumi. B. 112. 177.Tr]aian[i Parthici f(ilius) sive nepos . R.. Pour la date de l’apparition des tours demi-circulaires voir J. Tóth. fig. 9 E. Ford . Oxford 1988. 124 sqq. Tóth. Bennett. 2 – AE 1979. La construction en pierre proprement dite (II/1) daterait d’Antonin le Pieux. 490 = HD008305 (fig. Tóth. 9–11. Radnóti. Tóth. Chr. 36. p. Bidwell... dans : Portae cum turribus. Jahrhunderts n. Tóth attribua l’inscription e à Hadrien. cit.Divi N]erv[ae nepos sive pronepos . A. Tóth.-]. 160 sqq. n. Studies of Roman fort gates (éd. ne fut que partiellement acceptée par N. p. Lander. Pour la littérature je suis en grande mesure redevable à mon collègue F. Fig. fig. Porolissum. 192 sqq . und 2. no 6 = AE 1979. 11 E.. Porolissum. p. 490. S’agirait-il ici d’une construction en étapes ou bien d’une reconstruc- tion incomplète sous Caracalla ? Pour la forme des portes au IIe siècle voir J. Auparavant leur forme avait été carrée et la preuve en est la survivance de l’ancienne structure sous la porta praetoria8. 6–7. Radnóti – E. p. 17–18. no 4 = AE 1979.. p. p. 18–19.. Marcu. l’inscription e dans la porta principalis sinistra et l’inscription f dans le praetorium. B. 490 : [. p. R. Voici très brièvement les conclusions de A. P. Roman Forts. 127–129. Ford. Lander. p. voir F. L’inscription d a été trouvée dans la porta praetoria. Tóth. tandis que les tours des autres portes sont demi-circulaires . Fig. – E..| . Johnson. Radnóti – E Tóth : La phase en terre (I/1) a pris naissance au lendemain de la conquête.. Une sous-phase en terre (I/2) consisterait dans la construction en pierre des portes et daterait du règne d’Hadrien (inscription e). Miket. D. Miket. La théorie de A. BAR 206). e. no 6. 1–2) : [Imp(erator) Caes(ar) Divi Hadri]ani f(ilius) [divi | Traiani Part(hici) nep(os) Divi Nervae | pronep(os) T(itus) Aelius Hadrianus | Antoninus Pius Au]g(ustus) pont(ifex) |5 [maxim(us) trib(uniciae) potest(atis) III c]onsul III f(ecit). — 161 — . et l’inscription f à Hadrien ou à Antonin le Pieux. . 61. photo de A. Los Angeles 1984. L. to the Fourth. 10 Voir plus haut. P. Porolissum. in Britannien und in den germanischen Provinzen des Römerreiches. Bidwell. p. L. 489 = HD008302 : [Imp(erator) Caesar Divi Tr]a|[iani Parthici f(ilius) Di]vi | [Nervae nepos] Traia|[nus Hadri]anus Aug(ustus) | [p(ontifex) m(aximus) trib(uniciae) pot]est(atis) XIII co(n)s(ul) | [III p(ater) p(atriae) portam] per cohortem | [I Ulpiam Brittonum fec]it.

 39. p. Berlin – New York 1977. dans : In memoriam Constantini Daicoviciu. Marinescu. Claudius Quintilianus que l’amphithéâtre situé près de ce camp fut reconstruit en pierre en 15727. 59–60. 112 = Gherla. Pécs 2005. voir encore I. Cluj 1974. sous Antonin le Pieux. p. 207–208. Piso. Seulement. Macrea. Le système de fortifications en pierre sera complété en 140. 866 . voir récemment I. EphNap 4. p. Bogdan-Cătăniciu. 1484. 32–33. p. trois camps auxiliaires ont été reconstruits en pierre dans la vallée de l’Olt. ANRW II/6. 30 E. no 1 = EDH 021920. Pour la reconstruction en pierre du camp de Pomet parlent non seulement la situation archéolo- gique et les inscriptions y trouvées. Tóth. mais aussi dans deux portes. 34. p. 21 I. les deux opinions. 48–49 . Oxford 1981. p. 1). Kaschuba. VDR. Gaiu. 28 Voir M. p. p.und Alenkastelle von Gilău.Ioan Piso N reconstruites en pierre sous Hadrien. de Arutela (Bivolari)14 et de Rădăcinești15. 1983. Marcu. On a de bonnes raisons pour soutenir la même chose sur les camps d’Arcobadara (Ilișua)22. Protase. 19 AE 1906. 112 . Gudea“ la clé de voûte“ du système défensif romain de Dacie25. Gudea. 44. dans : Limes XIX. 34. AMP 7. Bajusz. mais continua à soutenir que les fortifications en pierre dateraient de Caracalla12. 96–97. no 54. 46. Castrul roman de la Ilișua. 881. 25 N. 38. Evolution of the System of Defense Works in Roman Dacia (BAR 116). Isac. p. p. Bistrița 1997. il faut insister sur le fait que les inscriptions d-f ont été trouvées non seulement dans les principia. Fasti I. p. Ensuite. sans se prononcer. Bologa23 et Buciumi24. p. 122. appartient au même limes que les camps mentionnés. 17 AE 1994. AMP 13. 23 Voir F. p. 20 D. p. 122–123. Fasti II. Lors des travaux du temps de Caracalla elles ont été réutilisées là même dans les murs. 223 . 168 . le procurateur présidial de cette province siégeait très probablement dans l’immédiat voisinage du camp de Pomet. 14 CIL III 12601 a = 13793 = IDR II 575 = G. 88–89) présenta récemment. Die Kohorten. 15 CIL III 12604 = IDR II 584. F. Il faut sans doute faire jusqu’à un certain point une distinction entre les fortifications et les structures intérieures. Tóth eût bien connu ce détail. 16 CIL III 13796 = ILS 9180 = IDR II 588. Porolissum. G. Gudea. Or. Zalău 1997. On est. — 162 — . en tout cas à Porolissum26. il n’est pas recommandable de supposer une exception dans une lacune. p. p. p. pour l’ensemble du camp N. Proceedings of the XIXth International Congress of Roman Frontier Studies. N. Protase. p. pourtant. Roman forts. Kaisertabelle. Pourquoi jus- tement le grand camp de Pomet serait-il resté jusqu’au IIIe siècle avec de vétustes structures en terre et en bois28 ? Il reste à corriger la lecture de l’inscription d. avant l’arri- vée en Dacie Porolissensis de la legio V Macedonica18. F. donc dans la Dacie inférieure : ceux de Praetorium (Copăceni)13. p. p. CIL III 12605 = IDR II 585. Lagertorinschriften. En 137–138. Roman forts. Gudea. p. 24 F. 19. Marcu. cf. 1994. 29 D. p. qui a été à juste titre appelé par N. no 55. C. À Gherla au moins les principia ont été refaites en pierre en 14319. Marcu. Kaschuba. Porolissum. il chercha refuge dans quelques exceptions30. CIL III 12601 b = 13794 = IDR II 576 = G. p. Dans le nom d’Antonin le Pieux l’épithète Pius est nor- malement mise après et pas avant Aug.29 Bien que E. Kienast. sinon déjà sous Hadrien21. D. idem (n. Piso. à Copăceni16. 26 I. Porolissum. Landes. 12 Pour les principia A. 18 V. c’est Porolissum qui a donné le nom de la province. Wollmann. Est-il permis d’affirmer qu’en Dacie Porolissensis les choses se seraient passées autrement qu’en Dacie inférieure ? Un bloc en calcaire trouvé près de la porte nord-ouest et portant l’inscription vexillat(io) leg(ionis) XIII Gem(inae)17 suggère que le camp de Tihău a été construit en pierre au IIe siècle. p. *49. 81 . Roman forts. d’accord qu’à Gilău la construction en pierre du camp a été accom- plie au IIe siècle20. 134. et c’est par les soins du procurateur Ti. 13 CIL III 13795 = ILS 8909 = IDR II 587. mais aussi l’ensemble de l’histoire militaire de Dacie. Marcu (Roman Forts. 431 . Porolissum. 1989. Lagertorinschriften. p. 27 CIL III 836 . 120. 36. 22 D. sous Hadrien.

AMP 13. 2001. Cette fois-ci l’occasion lui a été offerte par une nouvelle lecture que j’avais proposée pour une bien connue base de statue représentant Caracalla en quadrige dans les principia du camp de Pomet. no 8. E. 33 N. 3 – AE 1979. Festschrift zum 30. . la solution correcte nous est offerte par une photographie de 1943 (fig. pl. Porolissum. idem. p. p. AE 1979. 761–762. Le chiffre de la puis- sance tribunicienne peut très bien être XIII. 35 I. 227–231. C. – Le fantôme de la cohors III Dacorum En profitant de la nonchalance de certaines revues. donc Pạ[r|thici]. Inscripții. Tóth. 490. p. N. Piso. 2004–2005. 327–330. Fr. 3) : Fig. 186–187 . 55 = Nordgrenze. Petolescu et à moi. Gudea. 32 A. comme dans l’inscription e. Comme il ne supporte que ses propres opinions. à C. 55 . 34 M. Porolissum. IV. p. Dans ce cas le nom d’Hadrien peut être aisément complété (fig. des leçons d’épigraphie33. 231 . p. p. Lucăcel. 325– 331 . Tóth. SCIV 8/1–4. 492 . N. ce qui nous conduirait toujours en 129. no 3 . p. Gudea persiste à nous donner. p. 1)31. les interlocuteurs sont de règle éclaboussés de remarques primitives. AMN 38. EDH 044565. Hameter). no 6. W. 1957. 1 ce que E. Piso. Macrea. 22–24. Gudea. À la fin du texte j’ai remplacé l’ancienne lec- ture [coh(ors) V Lingonum Anto] niniana [p]ed[itata]34 par [coh(ors) III Campestris Anto]niniana c(ivium) R(omanorum)35. La nouvelle lecture nous donne la quasi-certitude que dans l’inscription f il s’agit toujours d’Hadrien. STUDIA POROLISSENSIA (III) N Comme la pièce a disparu. Tóth avait pris pour un F peut très bien être un P. April 2005 (éd. . n. I fasti consolari dell’Impero Romano. Vu l’importance exceptionnelle de Porolissum. Beutler. p. no 4 . Gudea et V. no 10 . 2011. N. Degrassi. n. dans : “Eine ganz normale Inschrift“. Roma 1952. 35. 478. Wien 2005. Par le troisième consulat de l’empereur l’inscription est datable à partir de 11932. AMN 41–42. 9–10. [Imp(erator) Caes(ar) Divi Trai]ani Pạ[r]- [thici fil(ius) Divi Nervae nep(os)] [Traianus Hadrianus Au]g(ustus) pont(ifex) [max(imus) trib(uniciae) potest(atis) …c]onsul III f(ecit). 1989. Trois inscriptions du temps d’Hadrien nous donnent déjà la certitude que le camp de Pomet a été recons- truit en pierre sous cet empereur. De plus. — 163 — . j’ai commis la faute impardonnable de reprendre une inscription provenant du 31 E. p. reconstitution de I. Apulum 48. AE 1958. Dans la l. 231. 2. cette conclusion ne doit pas surprendre. und Ähnliches zum Geburtstag von Ekkehard Weber.

 102–103. e. éd. C. p. — 164 — . Castrul și așezarea romană de la Mehadia. 50 IDR III/1. personne ne prend plus au sérieux une cohors III Dacorum44. 229–231 = Nordgrenze. 1707 . Celle-ci stationnait à Mehadia (Praetorium). Tamba. 226) supposa à juste titre que la cohors I Ulpia Brittonum soit attestée sous Caracalla dans le camp de Bumbești sous le nom de coh. F. On peut ajouter un élément qui pourrait avoir une signification. Parmi les cohortes de Syrie est en fait nommée une (cohors) III Dacorum. dans CIL III 60042 de Byllis (Macédoine) est honoré un officier qui avait com- mandé des vexillationes equitum electorum recrutées de quelques alae et cohortes equitatae de l’armée de Syrie. solution pour le moment sans perspective46. I Ul[p. p. F. Dessau déjà en 1914. Gudea avait mal publiée37. I Aurelia Brittonum (miliaria) Antoniniana (CIL III14485 a = ILS 9179 = IDR II 174). Elle manque. dans: Les légions de Rome sous le Haut-Empire (Actes du Congrès de Lyon. 35. M. iidem. Devijver. ILS III/1. Gudea : non seulement que je consulte parfois le CIL. n. aussi des listes récemment dressées des troupes auxiliaires daces45. 44 Voir. 2 a-b = Nordgrenze. n. 25 sqq. 100. Gudea. Dessau. Lyon 2000. AE 2001. Zalău 2001. Seulement. p. Bien que les estampilles de la cohors III Delmatarum de Mehadia ne soient pas identiques à celles de Porolissum. 224–229. p. fig. 149 45 D.]) Dacorum. que le même N. Gudea. p. 51. au cours des travaux pour la republication du tégulaire du musée de Cluj. 405. Pour la cohors III Delmatarum voir récemment C. 40 ILD. I. Gudea48. Piso (n. 49 IDR III/1. notamment dans CIL III 600 . n. I Ulpia Dacorum. 38 I. N. fig. p. 36 = Nordgrenze. mais j’essaie aussi de le comprendre. CIL III 14203. La réplique impitoyable ne se laissa pas attendre : “I. ad 2724 : coh. Praetorium. 51 = Nordgrenze. Petolescu. C. il s’agit. Pour les estampilles C I D ou C III D on peut penser à une c(ohors) I D. 35). Matei-Popescu. 2009. 471–476. Dana. C. 2 a-b . 2006. 36 I. Je me dépêche de rassurer N. Piso flotte parmi les spéculations“ . elles ont été rédigées de la même manière: COH III D49. 208. La conclusion est à la portée de tout spécialiste impartial : les estampilles mentionnées plus haut ne peuvent appartenir qu’à la cohors III Campestris. no 2. ad 694. 37 N. H. 205–206 . Piso. Piso. Dacia 50. Petolescu a pour sa part commis l’imprudence d’accepter ma solution40. Matei-Popescu. Le Bohec. Piso. Petolescu. d’une erreur commise par le lapicide. PME V 17: III (i. 33). Dans ce cas sous Caracalla des vexillations légion- naires auront été envoyées à Mehadia pour remplacer des vexillations de la cohors III Delmatarum parties pour l’Orient et pour Porolissum. 42 Cf. “les connais- sances insuffisantes d’histoire militaire romaine deviennent évidentes lorsqu’il affirme qu’une cohors III Dacorum n’existe pas . p. p. il est devenu clair qu’au début du IIIe siècle la cohors III Campestris (miliaria) avait remplacé à Porolissum l’ancienne cohors I Ulpia Brittonum miliaria38. Y. 36. p. 478. Depuis. p. Wolff). p. Cichorius“ . malheureusement pour lui cette unité apparaît dans une inscription datée environ des années 163–168. p. C. si l’accès au CIL est difficile pour le collègue I. no 2. p.Ioan Piso N Dolichenum de Porolissum36. Or. ad 740. mais. 35). Gudea (n. 239. 467. 2002–2003. voir I. 693 . Macrea. Piso (n. Porolissum. IDR II. Par exemple. EDH 043639. 2001. 1979. p. voir aussi les amples commentaires de C. 48 Cf. 43 H. Marcu (AMN 39–40. j’ai supposé que les nombreuses tuiles portant l’es- tampille CH III ou C III ont été produites par la même cohors III Campestris39 et C. 236. F. comme avait remarqué H. 41 N. D. Auxilia. Auxilia. Petolescu a proposé des lectures plus ridicules encore“41. 223. d’ailleurs. La raison de pareilles échanges de troupes nous échappe. 501 e . 47 F. 102. dans une lettre du 9 avril 2012. București 1993. n. 39 AE 1978. p. par exemple. il pouvait trouver cette unité chez K. 230. Dans le musée de Cluj se trouve une estampille de Mehadia portant les noms des deux légions. La lecture devient : legg(ionum) V M(acedonicae) | et XIII G(eminae) An[t(oninianarum)]. 477–478. Marcu et moi avons constaté que le texte finit par la ligature AN ou AN[T] et pas par un M. 46 AE 1978. Grâce aux nouvelles lectures. Enfin. I. “C. AMN 38. Chiron 39. car la véritable troupe de Daces qui stationnait en Syrie était la cohors I Ulpia Dacorum43. et qui avait été lue de la manière suivante50 : legg(iones) V M(acedonica) | et XIII G(e) m(ina). qu’il s’y agit d’une vexillation de la cohors III Delmatarum47. C. 17–19 septembre 1998. une localité qui n’échappa pas aux préoccupations de N. Moțu. Un complex daco-roman la marginea de nord a Imperiului Roman. ad 349. ou bien accepter l’idée de Florian Matei-Popescu.

AMN 13. idée qui ne se confirme pas. no II. un autel (ou base de statue) en calcaire (fig. — 165 — . le photographe du musée. nouvelle reconstitution. | ANV. que le niveau romain était conservé. 51 La description de cette fouille. Mitrofan (n. C. III (photo). 54 MNIT. STUDIA POROLISSENSIA (III) N Il est manifestement plus aisé de transférer de Mehadia à Porolissum des soldats de la cohors III Delmatarum.. I. Ce n’est que sur une surface de quelques dizaines de mètres carrés. p. Mitrofan. inv. p. 5 – AE 1976.. Depuis. Ce chapitre est donc clos. | . EDH 012417 : P.. avec la partie supérieure du couronnement ornée d’aigles et avec le champ de l’inscription assez effacé dans la partie inférieure. située environ à mi-distance entre la rue Regele Ferdinand et la rue Cotită. sur l’emplacement du futur supermarché “Central“51. photo. Le temps dépensé pour répondre à des attaques gratuites est pourtant irrécupérable. 53  = AE 1976. Doja). Pourtant. – Le praetorium procuratoris de Napoca En 1975 l’archéologue Ion Mitrofan faisait des fouilles de sauvetage dans la rue Regele Ferdinand (ancienne Gh. chez I. a récemment ouvert une nouvelle perspective. parmi beaucoup d’autres matériaux romains. Fig. sans plans. 4 – AE 1976.. 51).N. 1976. 199–200. On y a trouvé. mal illuminée et dans une position plus qu’incommode pour être étudiée. Mitrofan en offrit le texte suivant52 : I(ovi) o(ptimo) m(aximo) | et Silvano | ceterisque | deis deab(us)q(ue) |5 conservator(ibus) | P AERI .. pl. éventuellement s[cr(iba) col(oniae)]... C. 576 . Napoca 3. la pièce gît dans le lapidaire du musée de Cluj54. Petolescu. En principe. 52 I. Comme je visitais presque chaque jour le chantier. bénéficiant de lumière latérale55. ILD 545 .. 199 sqq. Sergiu Odenie. cette lecture ne fut contestée par personne53. suivi peut-être par un S. que d’y envoyer une cohors III Dacorum du néant. 4).. Fig. 55 Je dois cette excellente photographie à M. Arriu[s …] |anus. 576. 576... L 159 = V 25497. je me souviens très bien que la stratigraphie antique était détruite dans la plus grande partie par des caves médiévales et modernes. une bonne photographie.

Fasti II. 5) : I(ovi) o(ptimo) m(aximo) et Silvano ceteri squẹ deis deab(us)q(ue) 5 conservator(ibus) Valer(ius) Nẹm[e]si- anus v(ir) ẹ(gregius) pr[oc(urator)] [Aug(usti) ? …]VN […]. Trois anciennes découvertes renforcent cette hypothèse. en revanche. donc dans la porte médiévale qui menait au pont sur le Someș. On distingue. Stein. 85 = I. Fasti II. suivie de ERN. Mitrofan (n. p. Jusqu’à la fin de la ligne il y a encore assez de place pour une ou deux lettres. La nouvelle lecture a des implications sur la topographie de la colonie de Napoca. Dac. le mur a été depuis partiellement démoli et l’autel a disparu. Stein. 59 I. il n’est pas datable avant la fin du IIe siècle. V–VI. Porol. On peut faire un pas plus loin et supposer que l’actuelle rue Regele Ferdinand coïncide avec le cardo maximus de la colonie et le “Brückenthor“ avec la porte Nord de la 56 Dio 78. à Napoca57. cum s(uis)61. p. Pourtant. e. 6 la lettre P n’existe pas. p. 5. avec n.60 Je l’ai vu moi-même en 2000 dans la partie extérieure du mur médiéval d’enceinte. qui pour le moment ne donnent aucun sens. 91. par exemple. Dazien. nn. Dazien. avec l’ancienne littérature. Piso. 62 CIL III 7662 = A. une ligature VA. Le cognomen Nemesianus a été porté. à partir de la réorganisation des Dacies par Marc Aurèle.Ioan Piso N La première remarque est qu’au début de la l. tandis que les procurateurs financiers ont eu leur siège. Le texte prend la forme suivante (fig. VN. proc. Elles ressemblent aux estampilles Fiscal(is) de Bad Gögging (Rhétie) et ne peuvent avoir qu’une seule signification : l’argile a été extraite d’un domaine du fisc impérial et les tuiles ont été exécutées là-même59. On sait maintenant que les procurateurs présidiaux avaient siégé à Porolissum. Enfin. Piso. Comme le nouveau procurateur porte l’épithète v(ir) e(gregius). 60 CIL III 853 = A. 271. il avait été encastré à peu de distance (environ 30 m) de l’actuel supermarché “Central“. 261. Fasti II. Il va de soi que ces tuiles ont été produites au profit du procurateur financier et de son siège. suivie par un M. Doja). Cette porte se trouvait toujours dans l’immédiate proximité de l’actuel supermarché “Central“. Stein. les inscriptions procuratoriennes n’aient pas été transportées bien loin de leur emplacement initial. Cet emplacement initial coïncide plus ou moins avec l’actuel supermarché “Central“. après quoi on distingue avec difficulté les lettres PR. afin d’être réutilisées.. Dans ce cas le M se trouve en ligature avec un E et le nom devient Valer(ius) Nẹm[e]si|anus. prov. 51). Au même endroit furent trouvées six tuiles portant l’estampille Fisc(i)58. Cocceius Genialis. voir encore CIL III 8075. PIR2 A 1452. lors de la démolition d’un mur qui séparait l’enceinte du monastère des Franciscains de la rue Poștei. étant tous les deux tribuns prétoriens. voir A. 39. À la fin de la ligne on distingue les lettres SI. 544 = ILD 553 = I. qui organisa en 217 avec son frère Aurelius Apollinaris. Dans la l. La seconde découverte significative est celle d’un autel dédié à la Salus par M. v. p. un autel dédié à Deus Sol invictus par M. 85. Malheureusement. 7. 6. proc. p. no 3. no 1. dans une cour qui s’ouvre dans la rue Regele Ferdinand (ancienne Gh. par un Aurelius Nemesianus. Fasti I. Aug. pl. Le N semble se trouver en ligature avec un E. Aurelius Atilianus proc. p. Piso. 2–4. 179. Augg. 1561. Au début du XVIe siècle Mezerzius avait vu “in vetusto muro apud Dominicanos“. 58 I. Aug. un Valerius Nemesianus n’était pas connu. — 166 — . un complot réussi contre Caracalla56. Aurelius Apollinaris. 61 AE 1974. aujourd’hui derrière le monastère des Franciscains. p. 2. Vita Car. Dans la l. 24. un autel dédié à la Fortuna Aug. 7 ANVS est suivi par VE.62 a été trouvé encastré dans le “Brückenthor“. par C. trouvé dans la même zone en 1972. 57 I. 8 je n’ai pu distinguer que deux lettres. En tout cas. Piso. Il semble donc que. 200.

. 7 = idem. 218. idem. 171. C. Civiltà romana. 431. Petolescu. p. D 62 . photo. 229–234. no 43 .. p. 7. 4. 442–443. 21–22.. Fig. fig. p. p. Viața municipală în Dacia romană. EphEp 18. 6)65. 2009. Römer in Rumänien. fig. p.-] | O[. H. A. Transylvanian Review 10/2. Dacia 7.-] | [. 2001. fig. p. Piso. C. Daicoviciu. Dacia 1978. contient des nomina Asianorum. p. no 449 . Nordgrenze.-] |30 Epipodia mater | Valentina | Augusta | Asclepiodote | Tiberina |35 Maximina | Tzinta | Iustina | Cornificia | Longina |40 Cornelia | Vera | Hilara | Gr(a)eca | Rufina |45 Victorina | Paula | Zoilianus scripsit. On aurait alors une situation identique à celle de Sarmizegetusa. – De nouveau sur les Asiani de Napoca Une plaque en calcaire incomplète. 65 CIL III 870 . ILS 4061 . ce qui lui a valu un grand nombre de publications (fig. R. STUDIA POROLISSENSIA (III) N colonie. D 68 . Bodor. En voici le texte : Severo et Quintiano co(n)s(ulibus) | nomina Asianorum | Germanus spirar<c>haes | Tattario |5 (H) ermes | Dizo | Gaius | Hyius / Zoilus |10 Valerius | Zoilianus | Crescens | Eptala | Ulpius |15 Mucianus | Carus M | Suri | Tzinto | Longinianus |20 Ulpianus | (H)ermescus | Nepos | Agrippinus | Valerianụ[s] |25 Curinu[s] | Rev[ocatus?] | Ce[. 35. qui s’ouvrait devant le même passage sur le Someș qu’aujourd’hui63. Ardevan. 64 Voir des détails chez I. découverte en position secondaire en 1801. 137. p. Timișoara. 1963. EDH 048958 . Onofrei. où le praetorium du procurateur financier de Dacie Apulensis occupait les insulae situées immédiatement au sud de la porte nord de Sarmizegetusa et à l’est du cardo maximus64. 63 Étude sur la topographie et le plan de la ville romaine en préparation avec Felix Marcu et George Cupcea. C. 6 – CIL III 870. 153. 11 . 454. — 167 — .

Pourtant. Populația. 68 Irremplaçable reste encore W. R. Les associations dionysiaques ou la face cachée du Dionysisme I–II. Iustina. Kajanto. D. Ruscu. M. ne s’oppose à aucune des deux hypothèses. Crescens. qui sont enclins à ranger les noms Tzinto et Tzinta parmi les noms daces. Valentina. 67 A. 21 on a complété –cus pour éviter la confusion entre deux Hermes69. 1967. Pape. les lettres. En 1872 a été trouvé dans les vignobles. forme latinisée)68. 430 sqq. Russu. du milieu thrace de la province d’Asie71. 2013. faite il y a trente ans.Ioan Piso N Il n’y a que de petits problèmes de lecture. Paki. Revocatus. Le fragment a été vu en 1873 par O. M. 1967. sont de 4 cm. Quirinus. Dans la l. Valerius – Valerianus74. éventuellement. Cluj-Napoca 2004. 69 Pour Hermescus voir J. Victorina. 75 MNIT. Russu. 72 D’autres exemples sont le Βακχεῖον Ἀσιανῶν de Heraklea Perinthi (IGRR I 787). 2003. comprendre des m(agistri)/ παραστάται67. p.  154–177 et plus récemment A. Bodor (n. dans la rue Măloasă (Borjumál). AMN 35. Pippidi. Agrippinus. v. 1563 = SEG 53. sans bordure. Face à tant de doctes commentaires. §1517–34 . Germanus était le spirarches (σπειράρχης). le chef d’une σπεῖρα (= θίασος). Zăgreanu. Hilara. Wien 1976 . Longinianus. on trouve 24 d’origine romaine : Germanus. voir D. 89 sqq. inv. derrière l’actuel hôtel Astoria. cf. 71). selon l’opinion la plus répandue. chez O. Cornificia. Maximina. Paki. dans sa qualité de mater. O. disposé de nomina. Eptala. AMN 4. Valerius. Epigraphische Beiträge zur Geschichte Histrias in hellenistischer und römischer Zeit. Brunswick 1884 . Klenasiatische Personennamen. p. Populația. je me contenterai de reprendre l’essentiel. Asclepiodote (Ἀσκληπιοδότη). 97. Dacia 57. ou dans la l. Dana. A. 27. Hyius (Ὑιός). Ulpianus. p. Carus. Domaszewski. de Nikopolis ad Istrum (AE 2003. selon lesquels la liste de Napoca ne regrouperait nullement des fidèles originaire d’Asie Mineure. On a lu l’inscription de la manière suivante76 : 66 Cf. p. Matei-Popescu. I. 16–17 la lettre M semble avoir un rapport avec deux personnages : Carus et Surus. Benndorf. ou thrace : Dizo. par conséquent. 233. 506. C. Plusieurs personnes semblent appartenir à des familles: Longinianus – Longina. p. 196. AEM 3. On y trouve. 379. Hirschfeld. un fragment d’une plaque en marbre. Il s’agit en tout cas du culte de Dionysos. dans une forme typique de cette province72. Quelques cognomina sont d’origine grecque : Epipodia (Ἐπιποδία). 4386 a-b. D. On a le droit de se demander si toutes les personnes de la liste de Napoca proviennent d’Asie et s’il n’y a parmi elles d’anciens habitants de Napoca. 71 À utiliser en premier lieu I. Dana. Tiberina. enfin. 7)75. 65). 73 Cf. la présence des micro-asiatiques à Napoca est spectaculaire. CIL III 7668 . Epipodia exerça. Vera. Prag 1964. 2006. D. Mitchell en raison d’une nouvelle découverte . Trois petits fragments de la pièce ont pu être utilisés dans le dessin (fig. Zăgreanu (n. D. — 168 — . un argument matériel ne serait pas inutile. Valerianus. 1874. no 23. 149 sqq. I. Augusta. 57–58. 74 A. EDH 048707. p. tout comme une très rare divinité de Galatie. La colonne gauche contient des noms d’hommes. Choisir Dionysos. 1879. I. et a été conservé par le musée de Cluj (fig. Il mesure 17 × 18 × 2 cm . Berlin 1962. Longina. auxquels on peut ajouter deux cognomina de facture romaine : Surus et Graeca. comme Tattario70. provenant. Le mélange de noms de la liste. celle droite des noms de femmes. Detschew. donc d’un collège de culte. Zgusta. Studia in honorem Ioannis Pisonis. une dernière mise à point des noms grecs de Dacie chez L. Caius. 76 O. Dans les l. p. brisée en quatre morceaux. Erusenus (CIL III 859 = ILS 4083). 1182). 92. SAWW 77. La direction « scientifique » du musée m’a interdit l’accès dans le lapidaire. 145–159. Mucianus. parmi le squels beaucoup de noms grecs. no 6 . 1276 = SEG 56. Bien qu’il soit très probable qu’en 235 toutes les personnes libres de la liste de Napoca aient joui de la cité romaine et aient. The Latin Cognomina. je lui sais gré de cette information. Ulpius. A. . Jacottet. Paula. pour certaines sources peu accessibles je suis redevable à l’amabilité de F. p. ensuite par A. p. p. l’autorité sur les membres féminins de la spira. 8) d’après une photographie assez mauvaise. de Thessalonike (AE 2006. (H)ermes (Ἑρμῆς). par exemple dans la l. 812). p. Torma. Dana. Die thrakischen Sprachreste2. de bonne qualité. des cognomina d’origine asianique. 65). p. Zürich 2003 (non vidi) . où mes devanciers ont vu Curini et moi Curinu[s]. . R. la σπεῖρα Ἀσιανῶν de Montana (IGBR II 480) et de Dionysopolis (IGBR I 223) ou bien la σπεῖρα Διονυσι[αστῶν] de Histria . (H)ermescus (Ἑρμαῖσκος). Cornelia. 726). On y connaît des Galatae consistentes muni- cipio (CIL III 860 = ILS 4082 = AE 2004. 70 L. par lequel il faut comprendre Quirinus66. 25. AMN 4. 230. dans: Orbis antiquus. cf. Wörterbuch der griechischen Eigennamen3. Rufina. Son origine galate a été établie par St. . p. Benndorf. Zoilianus (Ζωϊλιανός. I. Nepos. passim. On en peut. Parmi les 44 noms. Tzinta. Zoilus (Ζώϊλος). 1998. Bodor (n. qui ont tout simplement embrassé la forme asiatique du culte de Dionysos73. Ulpius – Ulpianus.-F. Tzinto. Tzinto – Tzinta. où ils ont vu CO. près du centre d’alors de la ville de Cluj. Helsinki 1965.

H.. Posta vit dans les l. est inconnu. que l’on pourrait lire de la manière suivante (fig. 1976. Scervius. M. 80 MNIT. no 2 .. PME. par exemple de mariage. S 44.-] Fig. dont il ne peut pas être question. comme Scruius a une résonance étrange. de citoyens romains. Un premier gain est l’identification de deux personnages de la liste des Asiani et un possible rapport. 5.. 79 CIL VIII 7714. Pourtant. ce qui n’est pas automatiquement valable pour Longinianus. dans la fondation de la maison Hubay. d’après les traces conservées. F. C. O. les coupures des lettres sont assez bien visibles aussi sous cette pellicule. près de la zone du forum de la colonie et. no 1226 . pour le nom du tribun. 1 (photo) = Dacica. P. entre eux. 8 – CIL III 7668. Posta. -a. Un autel ou base de statue (fig.-]. C. mais aussi le génitif Zoil[iani]. Sont sûrs non seulement le nomen Marc[ia] de la dédicante. — 169 — . L’argument en fut une inscription de Numidie portant le texte Scruia | v(ixit) a(nnis) XXX79. par exemple. Longina.-] | Zoil[o ?] | Marc[ia] | Longina | [.. no 2 a. B. p. qu’un A. donc. A. 59–60.. – Le vrai nom d’un tribun de la cohors III Campestris. Malgré la division 77 B. 14 . solution qui ne fut plus contestée depuis78. mais il reconnut qu’un nomen comme Scirvius. STUDIA POROLISSENSIA (III) N [. 1977. 8) : [. Daicoviciu y vit T(itus) SCI ou SCE. 106. AE 1934. Dans la l. Speidel corrigea.. 56. p. OPEL IV.-] oil[iani] Marc[ia] Longina [.. 3 après SC il y a assez de place pour une lettre et cette lettre ne peut être. Sotervius. p. 7 – CIL III 7668. érem... 9)77 a été trouvé en 1902 dans la Piața Muzeului (ancienne Carolina). Daicoviciu. il opta pour T(itus) Sc|ruius Vitalis. 1928–1932 (1933). solution impossible. Kerényi. avec p. fig. selon une suggestion de J. Kolozsvár 1903. n. on constate que de la surface du champ de l’inscription s’est détachée par endroits une fine pellicule de calcaire. Solin. 723 . Nous voilà donc devant une liste. 1 (photo) . Utmutató az erdélyi orsz. EDH 026593. p. p.. Le marbre.. no 90 . Transactions and Proceedings of the American Philological Association 106. matériel très rare à Napoca.. 15 . Personennamen. 344. 631–633..és régiségtárában.. p. p. Apulum 15. Speidel. inv.. du Capitole. nouvelle reconstitution. Fig. Pourtant. L 131 = V 31811 = I 1521. Salomies. 3–4 T. 165. il s’agirait plutôt de Scru(v)ius. La largeur de la plaque est donnée par la l. 5 M. AE 1977. 52. 212–213. idem. t[u] b(icen) en trib(unus) et. Gilliam. Voici la lecture de C. Repertorium. Si l’on examine de près la pièce qui se trouve dans le lapidaire du musée de Cluj80.. Dans la l. Dans l’AE on proposa le nomen Servius. fig. Le second gain est la localisation d’un lieu de culte au nord de la muraille de la colonie et sur le bord gauche du Someș. Daicoviciu : I(ovi) o(ptimo) m(aximo) | conserva|tori T(itus) Sc?|ruius Vi[t]a|5lis t[u]b(icen) coh(ortis) | III Camp(estris) | v(otum) s(olvit) l(ibens) m(erito). p. Devijver. AISC 2. muz. Longina portait le nomen Marcia. pas très loin de l’endroit de découverte du no6. H. 3. au moins en majorité. 78 Voir. photo. 700 . et la disposition du texte parlent en faveur d’un texte votif..

700. p. 83 Voir M. ce qui s’accorde bien avec la dénomination c(ivium) R(omanorum) de cette unité83. 10 – AE 1977.Ioan Piso N erronée en syllabes. mais on connaît des formes apparentées. C. Scarvius Vitalis aurait-il eu plus d’occasions de visiter Napoca. C. assez de place pour deux lettres. J. Speidel. Petolescu. Fig. Spaul. 30–31. p. Oxford 2000. comme Scarus81 ou Scarius82. le tribun porte le nomen Sca|rvius. nouvelle reconstitution. 6 il y a. Auxilia. qui semble être un C. 700. Fig. Voici le texte complet (fig. 82 CIL XII 3270. — 170 — . 9 – AE 1977. au IIe siècle. quand la cohors III Campestris se trouvait à Drobeta ou bien à partir de Septime Sévère ou de Caracalla. L’analyse interne du texte et l’écriture n’offrent pas d’indices pour la datation. quand 81 CIL V 1430.  343–345  . après CAMP. Cohors2.  P. 1976. photo. Transactions and Proceedings of the American Philological Association 106. 92–95 . Un tel nomen était inconnu jusqu’à présent. On distingue quelque chose de la première lettre. Une autre petite observation est que dans la l. 10) : I(ovi) o(ptimo) m(aximo) conserva- tori T(itus) Scạ- rvius Vitạ- 5 lis trib(unus) coh(ortis) III Camp(estris) [c(ivium) R(omanorum) ?] v(otum) s(olvit) l(ibens) m(erito). On peut pourtant se demander quand T. p.

Ceramica romană de la Napoca. mais bien par un dédicant ou une dédicante quelconque. M. 89. par conséquent. 133. Opreanu finit ses considérations d’un ton sombre.  H. p. Les l. la troupe aurait dû porter une épithète impériale. voir S. 90 Op. ou bien Deo Soli | Inv[ic]to | Mi[lites] al(ae) c(ivium) R(omanorum) | Ma[ximini]a|na[e . rue Crișan 21 (Cluj). p. car normalement on se serait contenté de mettre ala c. 87). 39–41. Opreanu. -a]. à commencer par un nomen comme Ma[rius. Fasti I. 82. n. Cluj-Napoca 2007. V. (n. Dans la l. quand les armées des trois Dacies étaient autonomes85. Il s’agit donc tout simplement d’une dédicace à Mithras.-]. A. Opreanu (n. en ignorant qu’au IIIe siècle toutes les troupes portaient automatiquement le nom de l’empereur régnant et que les documents qui l’attestent sont. R. p. 2 pour une ligature AL est à mon avis un prolongement du pied de l’A. 91 Op. La formule est si fréquente. 87). 89. 87). 87). 139–140 fig. le fruit du hasard. p. 134. (n. p. -a]. 127–140. Ma[ximius. tandis que le respect de soi d’une unité militaire aurait difficilement permis une ligature aussi mesquine pour la dénomination c(ivium) R(omanorum) lors d’une dédicace faite par la troupe elle-même. 87 C. à la condition qu’elle soit certaine. H. 3 le R se trouve dans l’intérieur du C. exactement de l’année 23693. Après avoir hésité entre Sol invictus et Mithras89. cit.. Opreanu offre deux variantes de lecture88  : Deo Soli | Inv[ic]to | Mi[thrae]  ? al(a) c(ivium) R(omanorum) | Ma[ximini]a|na [. Opreanu la date. H. R. À partir de Caracalla. que personne n’a pas été en état de dater. Fasti I. C. en liant la présence de la troupe pannonienne à Napoca à la destruction par feu d’une maison92. faite pas par une ala c. une pièce épigraphique remar- quable (fig. V. qui aura été transférée en Dacie Porolissensis90. ce qui veut dire que les milites sont sous-entendus. 11)87. R. soit. p. Cette destruction. 130–132. nous nous trouvons probablement vers 200. Voișian. 93 C.. Studia Univ. mais aucune lettre n’a été martelée. AMN 32. Ensuite. H. On remarque qu’à la fin de la l. cit. Paki. Or. Manquent la partie inférieure du champ de l’inscription et la base. Une exception est toujours possible. L’échafaudage de Opreanu s’écroule pourtant devant le fait que l’épithète Maximiana n’a pas été martelée..-]. 1–2 (photos et dessins) 89 Op. Opreanu a trouvé chez la famille Pop. au nominatif. (n. Depuis 168 les troupes de l’ancienne Dacie Inférieure se soumettaient au consulaire qui siégeait à Apulum86. Cociș. Ma[rcius. Le texte prend la forme suivante : 84 Pour ce transfert voir plus haut. Opreanu fait des considérations sur l’identité de l’ala civium Romanorum. p. toute la lecture de Opreanu s’est appuyée sur l’ignorance du fait que le nom de la divinité est très souvent suivi des acrum. p. Ce mot exprime tout simplement l’idée que l’objet en cause est passé de la propriété des humains dans celle de la divinité. indifféremment de l’abréviation adoptée. 638 . Rusu-Bolindeț. H. qu’on y utilise parfois des ligatures. à l’ala I civium Romanorum de Pannonie Inférieure. Piso. 38. 3 il s’agit évidemment de Mi[thrae]. En raison aussi de l’écriture de très bonne qualité. cit. 1995. (n. p.. Scarvius Vitalis aura eu assez d’occasions de visiter Napoca. Il s’agit de la partie supérieure d’un autel ou d’une base de statue (selon Opreanu autel votif ou de construction). Dans sa partie centrale le champ de l’inscription est très effacé. 132–133. ce qui dans notre cas est loin d’être sûr. Il découvre ensuite les mérites qui auraient valu à cette aile l’épithète Maximiana91. 2009. – Une ala civium Romanorum imaginaire C. Depuis le transfert de la troupe à Porolissum T. STUDIA POROLISSENSIA (III) N elle fut transférée à Porolissum84 ? La moins probable est la période d’avant 168. 86 I. le plus important centre financier de Dacie Porolissensis. 92 Les maisons en discussion ont été fouillées dans la rue Deleu . Piso. Elle serait identique soit à l’ala Siliana c. Rotea. p. 127–128. suivi d’un cognomen. Mi[lites] al(ae) c(ivium) R(omanorum) est une solution très peu probable. grâce à l’enchaînement des événements qu’il s’imagine. -a]. plutôt. C. 87). 88 Op. 4–5 auraient contenu son nom. “Babeș-Bolyai” Historia 54/1–2. — 171 — . 6. cit. ce que Opreanu avait pris dans la l. 85 Voir I.

București 1973. qui n’apportèrent aucune contribution à la lecture99. 96 F. Il les intégra dans un manuscrit qu’il mit généreusement à notre disposition. avec le couronnement et la base très minces et simples. 1859–1861. l.. j’ai réussi à voir la pièce et confirmer les premières observations.. C’est grâce à ces photographies qu’il me fut possible d’évaluer l’ancienne lecture. R.Ioan Piso N Deo Soli inv[ic] o Mi[thrae s]acr(um) Ma[…. Quelque temps après. Dazien. K. qui n’avait pas vu la pièce. 102. 445. Le 15 février 2013. Benkö. Lorsqu’il l’intégra dans le CIL98. 222 = CIGD 105 . L’inscription a été vue aussi par R. Zăgreanu eut la bonne idée d’enlever l’enduit qui couvrait la pièce et d’en faire des photographies. Le gain le plus important semble pourtant être l’information sur une aire sacrée située au nord de la muraille de la colonie95. CI. J. Torma enregistra la copie et l’envoya à Th.. I. Piso. JÖAI 5. Opreanu a correctement remarqué que la décoration du couronnement ressemble à certains monu- ments de Sarmizegetusa datant des années 220–24094. en invoquant l’inculture du lapicide. Torma. H. Mommsen100 : Herculi sancto | Marc(us) Veracilius | Verus leg(atus) Aug(usti) | pro p(raetore) curant(e) |5 Pannon(io) Maxi[mo] pr(a)e[f(ecto)] eq[uitum]. p. le no4. Les dimensions de la pièce ont dû être évaluées à environ 70 × 40 cm et la hauteur des lettres à environ 7 cm. Fig. Dacia și Pannonia Inferior. il aurait préféré PROPR. 1902. 33. un remarquable représentant de l’époque des lumières en Transylvanie. 207–208. Bbl.. Gherla. Personne ne douta du texte établi par Th.-]. un peu plus tard il examina lui-même la pièce et la republia97. 100 A. p. Gherla 8. EDH 008785. ms. Mommsen . Pour la l. Nous n’avons donc pu faire nos observations et les photos (fig. l’inscription fut couverte d’enduis et pendant un siècle et demie personne ne la put voir. 4. il préféra en principe la lecture PRAEFECTO·EQVITVM de Benkö à PRET·EQ de Torma. La pièce se trouve dans une position incommode et même dangereuse. Oehler. C’est un indice que notre monument pourrait être daté des premières décennies du IIIe siècle.]a 5 na[.. no 7 . 98 CIL III 832. I. 7. Fasti I. Pour l’atteindre. Pour la l. 11 – La dédicace à Mithras. 95 Voir plus haut. I. C. 99 R. 1. LI et 94 Par exemple à IDR III/2. il aurait fallu monter sur un toit improvisé. no 8. p. Russu. — 172 — . Th. 75 . copia une inscription96 encastrée dans le mur qui donne dans la cour de la belle maison (aujourd’hui rue Libertății 12) de la famille arménienne de Plácsintár. Münsterberg. Oehler. Transsilvania specialis. p. Mommsen. Stein. 12) que d’une certaine distance. Il s’agit d’un autel votif ou d’une base de statue en grès. 97 C. 6.-] [. Benkö. 1 : LI. ErdM 1. 2 : VE. Münsterberg et J. AN et un O de petites dimensions . mais dut accepter la forme transmise PROP. nouvelle reconstitution. qui menaçait de s’écrouler. accompagné par les collègues Radu Ardevan et Norbert Szeredai. p. 87). 124 (non vidi). p. no 47 . Opreanu (n. On a pu constater les ligatures : l. – Le préfet d’aile Tannonius Maximus Vers 1800 F. 127. 78 . tint compte des deux lectures.

7 ne semble pas avoir existé. Roma 1982. 104 À la condition qu’il ne s’agisse pas d’un premier nomen Marc(ius). le texte est comme il suit (fig. n. Dans la l. 122 . Fig. n’est pas connu. Tannonius !“ Remarquable anticipation de la part de E. Zur Geschichte lateinischer Eigennamen. p. qui semblait. une chose est certaine : la première lettre de la l. p. nouvelle reconstitution. (n. 101 H. Devijver. Repertorium. p. 105 Voir E. être l’ethnonyme parfait102. I. I. Berlin 1933. Mon attention se concentra en premier lieu sur le nom du préfet de la l. 5. La l. Pourtant. 6 est plus brève et centrée. 204 . 13) : Herculi sancto Marc(us) Veracilius Verus leg(atus Aug(usti) pro p(raetore) curante 5 Tannon(io) Maximo pr(a)ef(ecto) eq(uitum). Petolescu. Salomies. Solin. Repertorium. C. p. 12 – CIL III 832. Fig. 337 . H. ce qui laisse ouvertes deux possibilités : Tannon(io) ou bien T(ito) Annon(io). Macrea. p. p. 143. p. 103 Pour Annonius voir W. O. 101) : “I’m not sure whether Schulze was right in supposing that Pannonius was derived from Pannonia . H. PME P 10 . 2002–2003. Russu (n. STUDIA POROLISSENSIA (III) N probablement VS . Repertorium. p. 3 : AV . loc. 5 : NN. Schulze. Schulze. chevalier romain en train d’exercer sa troisième milice en tant que préfet de l’ala II Pannoniorum106. F. cf. The Latin Cognomina. H. Salomies. 4 n’y a aucun signe de séparation entre PRO et P. Après avoir opéré d’autres petites modifications. Dacia 11. Salomies. Schulze. The auxiliary Cavalry Units of the Prediocletianic Imperial Roman Army. 5 n’est pas un P. 305. 74–76. H. T. Solin. 76. photo. 181. 19. On n’a jamais douté du nomen Pannon(io)101. l. mais bien un T. M. p. O. Solin. 173–175 . Andover 1994. Birley. p. Tous les deux nomina sont connus103. 270 . Il ne nous reste donc que la solution Tannon(io) Maximo105. 102 W. I. 13 – CIL III 832. Auxilia. p. Kajanto. Eigennamen. Devijver. O. C. C. l. cf. Une l. p. AMN 39–40. 1967. pour Tannonius voir W. Birley ! 106 Voir pour cette troupe J. l. 4 : TE . probablement MO et un I de petites dimensions après le X. 17 . Țentea. Spaul. 113 . 66. OPEL III. Petolescu. E. 100) . 403 . — 173 — . apud H. Pourtant. d’ailleurs. O. Auxilia. Matei-Popescu. 137. 158. Un Tannonius Maximus. Ala2. Annon(ius) serait peut-être préférable. p. cit. Comme le praenomen du gouverneur ne manque pas104. sur la pierre on ne peut distinguer aucun pont de séparation entre T et A. C. Eigennamen.

comme dans plusieurs textes115. 115 Par exemple. dans : Corona laurea. le IIe siècle. Piso. 109 I. lors de l’excavation pour les fondations de la nouvelle mairie. Gilău 8. no 2. Comme sous Septime Sévère et Caracalla la liste des gouverneurs est complète. la datation de la seconde moitié du règne de Commode. La redécouverte de l’inscription de Gherla nous permet d’analyser l’écriture. notamment Apro113. Le R et le O suivants sont clairs. CIL XIII 6826 (Mogontiacum) . Isac. Entièrement correcte est la lecture des lignes 1 et 5. CIL VIII20743 = ILS 4431 (Auzia) . p. 207–208. à mon avis la première lettre de la l. au début de la l. 252–253. 221. d’ailleurs. 112 Voir A. p. mais Arro ne serait impossible non plus114. Priscus. il s’accorderait très bien avec la liste des cavaliers de l’ala Siliana. 1964. 432 sqq. On constate. 113 CIL III 5285 (Stranice/Noricum) . un abus de ligatures. sum[pt(ibus) s(uis)] est un peu gauche. Sprachschatz I. Ouf. 2 n’est pas un M. d. D. Fasti I. Sprachschatz III. dans : Corona laurea. par conséquent. 158. 66. Dans ce cas. 3 on pourrait admettre mis(sicius). 2 est possible et. en tant que nom celtique112. 168 (Thysdrus).– La promesse de Apro Trois monuments votifs furent trouvés en 1986 à Gilău. le consulaire M. Sprachschatz II. 248–253. Isac. 257. ne fait que répéter la même idée par une for- mule plus répandue. 1 (photo et dessin) . responsable pendant des années des fouilles systématiques dans le camp de Gilău. Le nomen Veracilius est connu seulement dans le nom d’un Sex. no 1121 . Petolescu. voir A. 208. 15) : 107 M. on a affaire toujours à un nom celtique. AE 2005. CIL VIII 22845 = AE 1904. IIIIvir i. — 174 — . p. 111 D. p. d’autre part. EDH 052478. p. Holder. Macrea. Le cavalier Apro avait tout simplement promis un monument à Hercule et v. dans CIL VIII 15476 (Abd El Melek) : promissum a se ob honorem L(ucii) Valeri Faustini fil(ii) sui sua pecunia fecit. s. p. Holder. Seulement. OPEL I. Dacia 8. Dans la l. il ne s’agit pas d’un votum promissum. Isac. 69 114 A. 3 des traces des lettres PRO. Isac proposa le texte suivant111 : He[rc]uli | M[a]ro eq(ues) | [al(ae)] S(ilianae) mis(sicius) | sum[pt(ibus) s(uis)] | v(otum) s(olvit) l(ibens) m(erito). avec la prudence requise. de Mediolanum et. Seulement. Fasti I. comme dans une autre série d’inscriptions116. C. p. p. au moins dans cette zone. ce qui indique plutôt Commode ou les premiers Sévères.  Veracilius Verus a gouverné les trois Dacies à partir de la réorganisation de ces provinces par Marc Aurèle107. Veracilius Sex. nos 1–3. Pourquoi le dédicant aurait-il tenu à mentionner qu’un petit et primitif autel a été érigé de son propre argent ? Cela ne s’entendrait-il pas de soi ? Il faut donc chercher une autre voie et il me semble l’avoir trouvée dans le participe promissum. C’est D. ce qui indique. on maintient. La pièce qui nous intéresse ici est un autel votif ou base de statue en grès (fig. qui s’assuma la charge de les publier110. avec le champ de l’inscription par endroits détérioré. F. l. On distingue. après lequel on distingue la boucle d’un P. SCIVA 57/1–4. CIL VIII 9020 = ILS 4456 (Auzia) . 645 . m. de la seconde moitié du règne de Commode ou à partir du règne de Sévère Alexandre108. On peut pourtant observer qu’après le H on distingue encore des traces du E et du R. Il n’est pas connu ailleurs et a pu être daté. C. mais bien de promissum fecit. Piso. 108 I.Ioan Piso N M. Holder. 217–218. si l’on trouvait une solution acceptable dans la l. 2006. n. 4. Veracilius Verus pourrait provenir de la Gaule Cisalpine109. Le nom Maro de la l. 14). en raison des lacunes dans les Fastes de Dacie. Les lettres ont une forme presque ronde ou carrée. 110 D. mais bien un A. 116 Par exemple. 1292 . fig. Or. Voici la nouvelle lecture (fig.

nouvelle reconstitution. photo. 14 – AE 2005. STUDIA POROLISSENSIA (III) N Hẹrculi Apro eq(ues) prọmis- sum [f(ecit)] 5 v(otum) s(olvit) l(ibens) m(erito). 15 – AE 2005. qui doit être interprété plutôt comme nom personnel et pas comme cognomen. 1292. 1292. date le monument du IIe siècle. Fig. Le nom Apro. Fig. — 175 — .

I. București 1986. Solin. Gudea. A. G. Leuven 1976 . Römer in Rumänien = Römer in Rumänien. Paki. Leipzig 1896–1904. București 2005. Lőrincz (éd. Tóth. Lagertorinschriften = Lagertorinschriften im Imperium Romanum von claudisch-neronischer bis in diokletianische Zeit. R. Cluj-Napoca 2009. Wien 2002. 1943.  Bărbulescu. III 1980 . București 2002. A. Piso. II 1977 . Timișoara 2008. Corona laurea  =  Corona laurea. Sprachschatz = Alt-celtischer Sprachschatz I–III. Inscripții = N.  Mușețeanu. Gherla = D. Benea). Szabó) I2. Roma 1970. Porolissum = E. H. O. Budapest 1944. Á. V. Din istoria militară a Daciei romane. Ausgrabungen von A. Regensburg 1994. Ardevan. Auxilia = Auxilia Daciae. VDR = Viața în Dacia romană.). N. Wien 1999 . Ausstellung des Römisch-Germanischen Museums in Köln und des Historischen Museums Cluj. C. Diss. H. IV (Supplementum I) 1987 . Gudea. III. Macrea. Porolissum = Porolissum. Kerényi. Protase. Fasti I = Fasti provinciae Daciae I. Das Castellum in Moigrad. Lucăcel. Tóth. OPEL = Onomasticon provinciarum Europae Latinarum : B. EDH = Epigraphische Datenbank Heidelberg. Hildesheim 1988. M. Ausgewählte Studien (1972–2003). Cluj-Napoca 1998 (ms. Kaschuba. N. Wien 2000 . C. V (Supplementum II) 1993. Repertorium = Repertorium nominum gentilium et cognominum Latinorum. D. Zalău 1975. Köln 1969. HD = Epigraphische Datenbank Heidelberg. — 176 — . Holder. Porolissum. Budapest 2005 . Devijver. Pann. Radnóti. IV. PME = Prosopographia militiarum equestrium quae fuerunt ab Augusto ad Gallienum I. Harl) II. N.Ioan Piso N A BRÉ V I ATIONS Civiltà romana = Civiltà romana in Romania. Petolescu. Salomies. A. Inscripții și monumente sculpturale în muzeul de istorie și artă Zalău. C. M. Budapest 1978. Gudea. Dazien = Die Reichsbeamten von Dazien. Lucăcel. Die ritterlichen Amtsträger. Lőrincz (éd. – Fasti II = Fasti provinciae Daciae II. Stein. Populaţia = Populația din Dacia de nord în lumina izvoarelor epigrafice. E. – Nordgrenze = An der Nordgrenze des Römischen Reiches. I/9). Studii in onoarea Luciei Țeposu Marinescu (éd. Budapest 1941. Bonn 2013. V. Gudea. Marcu. Personennamen = Die Personennamen von Dazien (= Diss. Bonn 1993. O. Res publica municipii Septimii Porolissensium. Stuttgart 2005. B. F. Die senatorischen Amtsträger. București 1969. Roman Forts = The Internal Planning of Roman Forts of Dacia. A.