You are on page 1of 83

Cours de Première S

Pierre-Henry SUET

9 novembre 2015
a
m ire
1 Vision et images . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
I Modélisation de l’œil et de l’appareil photographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1 Quelle est l’anatomie “ physicienne ” de l’œil ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
m
2 Analogie avec l’appareil photographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
II La lentille convergente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2 Points et rayons particuliers pour une lentille convergente . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
a Centre optique O . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
o

b Foyers principaux objet F et image F ′ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8


c Plans focaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
3 Distance focale image f ′ et vergence V . . . . . . . . . . . .
S

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
III Image et objet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
2 Construction graphique de l’image A’B’ d’un objet AB . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
IV Relations de conjugaison et de grandissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1 Caractéristiques de l’image observée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
V Obtention d’une image nette . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1 L’œil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2 L’appareil photographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
VI Vision : mécanisme et maladie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

2 Vision et couleurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
I Obtention des couleurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1 La perception des couleurs par l’œil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2 Obtention des couleurs par synthèse additive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
3 Synthèse soustractive des couleurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
II La couleur des objets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1 Pourquoi un objet nous paraît-il bleu ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2 Diffusion, absorption, transmission . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

3 Sources de lumières colorées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17


I Quels sont les différents types de sources lumineuses ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
1 Sources lumineuses chaudes et froides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2 Sources monochromatique et polychromatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
3 Longueur d’onde d’une radiation lumineuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
II Influence de la température sur la lumière émise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
1 Loi de Wien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2 Exploitation de la loi de Wien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
III Emission de lumière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
1 Le photon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2 Quantification des niveaux d’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
3 Emission d’un photon/désexcitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
4 Interprétation énergétique des spectres atomiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
IV Etude du spectre du soleil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
1 Température de surface du soleil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2 Le spectre d’absorption . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
3 Interprétation énergétique du spectre d’absorption . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

4 Pigments et colorants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
I Substances colorées et chimie (absorbance) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
II Synthèse soustractive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
III Synthèse, extraction et séparation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
1 Extractions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2 Séparations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
5 Changement de couleurs et réactions chimiques . . . . . . . . . . . . . . . 30
I Rappel sur la transformation chimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
1 Etat initial état final . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2 L’équation chimique d’une réaction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
II Evolution des quantités de matière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
1 Avancement x d’une réaction chimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2 Tableau d’avancement d’une réaction chimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
3 Quantité de matière à l’instant t . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
4 Avancement maximal d’une réaction chimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
5 Cas d’un mélange stœchiométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
III Concentration d’une espèce colorée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
1 Absorbance d’une solution colorée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2 Spectre d’absorption . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
3 Doser par étalonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
4 Loi de Beer-Lambert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

6 Les interactions fondamentales dans l’univers . . . . . . . . . . . . . . . . . 36


I Rappel sur les constituants élémentaires de la matière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
1 Le noyau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
2 Les électrons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
3 Symbole d’un atome . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
4 Les isotopes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
II Les interactions fondamentales dans l’univers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
1 Les différents types d’interaction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

7 Champ scalaire, champ vectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39


I Champ scalaire, champ vectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
II Champ magnétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
1 Qu’est-ce qu’un champ magnétique ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
2 Sources de champ magnétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
a Un courant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
b Les aimants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
c Le noyau externe de la Terre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
3 Champ électrostatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
�→
a Force subie par une charge ponctuelle dans un champ E . . . . . . . . . . . . . . . . 41
�→
b Champ E dans un condensateur plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
III Champs de gravitation et de pesanteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
�→
1 Force subie par une masse ponctuelle dans un champ G . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
2 Champ de pesanteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

8 Radioactivité et réactions nucléaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43


I La réaction nucléaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
1 Pourquoi un noyau peut-il être radioactif ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
2 Cohésion du noyau, diagramme (N,Z) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
3 Différents types de radioactivité naturelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
4 Activité d’un échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
5 Réactions nucléaires provoquées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
II Lois de conservation (lois de Soddy) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
III Energie libérée au cours d’une réaction nucléaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
2 Exemple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
IV Activité et loi de décroissance radioactive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

33
9 L’énergie, ses formes et sa conservation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

I Énergie d’un objet ponctuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47


1 Energie potentielle de pesanteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
2 Energie cinétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
3 Energie mécanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
II Conservation de l’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
1 Formes d’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
2 Principe de conservation de l’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
3 Application à la découverte du neutrino . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48

10 Cohésion de la matière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
I Les états de la matière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
1 Etats gazeux, liquide et solide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
2 Solides ioniques et moléculaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
II Les molécules polaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
1 Polarité d’une liaison et dipôle électrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
2 Polarité d’une molécule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
III Cohésion des solides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
1 Les solides ioniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
2 Les solides moléculaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
a Les interactions de Van der Walls . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
b La liaison hydrogène . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
IV La dissolution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
1 Dissolution d’un solide ionique dans un solvant polaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
a Dissolution d’un solide ionique dans l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
b Equation d’une réaction de dissolution dans l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
2 Dissolution d’un solide moléculaire dans un solvant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
a Dissolution d’un solide moléculaire polaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
b Dissolution d’un solide moléculaire apolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
V Effets des transferts thermiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

11 Ressources énergétiques et énergie électrique . . . . . . . . . . . . . . . . 56


I Ressources énergétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
1 Ressources renouvelables et non renouvelables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
2 Inventaire des ressources disponibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
a Énergie chimique fossile : Charbon, pétrole et gaz naturel . . . . . . . . . . . . . . . . 56
b Énergie éolienne : mouvement de l’air (vent) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
c Énergie nucléaire : Fission de l’uranium 235 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
d Énergie hydraulique : Les barrages hydroélectriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
e La biomasse : Utilisation des végétaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
f Énergie solaire : Rayonnement solaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
g La Géothermie : Sous-sol terrestre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
3 Stockage et transport de l’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
4 Transport de l’énergie électrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
II Etude énergétique d’un récepteur électrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
1 Energie et puissance électriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
2 Effet Joule et loi d’Ohm . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
III Etude énergétique d’un générateur électrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
1 Tension aux bornes d’un générateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
2 Energie transférée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
IV Transferts d’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
1 Exemples de chaine énergétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
2 Notion de rendement de conversion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

44
12 Stockage et conversion de l’énergie chimique . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
I Réactions de combustion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
1 Equation de combustion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
2 Application à la mesure de la masse de CO2 produit. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
II Energie d’une combustion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
1 Energie libérée lors d’une combustion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
2 Stockage et conversion de l’énergie chimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63

13 Oxydoréduction, piles et accumulateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64


I Piles et accumulateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
1 Les piles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
2 Les accumulateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
3 Fonctionnement d’une pile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
II Notions d’oxydants et réducteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
1 Définitions et exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
2 Couple oxydant / réducteur (ou couple rédox) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
III Réaction d’oxydoréduction (ou réaction rédox) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
1 Demi-équations d’oxydoréduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
2 Les réactions d’oxydoréduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67

14 Créer et innover . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
I Elaboration de nouveaux matériaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
1 Domaines de développement de molécules complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
2 Critères de la synthèse de molécules complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
II Synthèse de molécules biologiquement actives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
1 Obtention de molécules biologiquement actives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
2 Rendement d’une synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
3 Nanochimie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70

15 Des atomes aux molécules . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71


I Formation des molécules . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
1 Qu’est ce qu’une molécule ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
2 Liaison covalente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
3 Compréhension des formules de Lewis, exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
a Qu’est-ce qu’une formule de Lewis ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
b Qu’est-ce qu’un doublet non liant ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
c Exemple 1 : la molécule de méthane : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
d Exemple 2 : la molécule d’ammoniac : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
e Exemple 3 : la molécule d’eau : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
f Exemple 4 : la molécule de dioxyde de carbone : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
4 Géométrie des molécules . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
a Exemple 1 : la molécule de méthane : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
b Exemple 2 : la molécule d’ammoniac : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
c Exemple 3 : la molécule d’eau : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
d Exemple 4 : la molécule de dioxyde de carbone : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
II Rappel : définition de l’isomérie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
1 Une isomérie particulière : l’isomérie de configuration Z/E . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
2 Passage d’un isomère à l’autre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
III Processus de la vision : isomérie photochimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
IV Molécules organiques colorées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
1 Structure moléculaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
2 Molécules à liaisons conjuguées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
3 Molécules organiques colorées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
V Indicateurs colorés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
VI Couleur d’une substance et milieu de présence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77

55
Chapitre 1

Vision et images

I Modélisation de l’œil et de l’appareil photographique


1 Quelle est l’anatomie “ physicienne ” de l’œil ?

L’œil est constitué de trois parties principales :


- l’ensemble pupille-iris qui joue le rôle de diaphragme (ouverture circulaire de diamètre variable). Plus la
pupille est dilatée plus la quantité de lumière entrant dans l’œil est importante.
- le cristallin qui joue le rôle de lentille convergente. Il fait converger les rayons lumineux sur la rétine.
- La rétine qui joue le rôle d’écran. La rétine récupère l’image de l’objet observé par l’œil et envoie l’information
lumineuse au cerveau par l’intermédiaire du nerf optique.

Constitution de l’œil
réduit
2 Analogie avec l’appareil photographique
Dans un appareil photographique, la lumière, provenant de l’objet à photographier, entre dans l’appareil en
traversant l’objectif. L’objectif est une lentille convergente. Cette lentille fait converger la lumière sur :

66
- le capteur qui permet d’enregistrer l’image de l’objet sur un disque dur
- pour les appareils photos argentiques, sur le film (pellicule). L’image de l’objet doit être nette et lumineuse,
pour cela il est nécessaire de régler di↵érents paramètres (distance focale, diaphragme).

II La lentille convergente
1 Définition

Une lentille est un milieu transparent limité par deux surfaces dont l’une au moins n’est pas plane.
En optique, on utilise généralement des lentilles sphériques. Les lentilles convergentes ont une ou 2 faces
convexes.

2 Points et rayons particuliers pour une lentille convergente

Un rayon lumineux est la représentation géométrique du trajet suivi par la lumière pour aller d’un point à un
autre. Il est représenté par une droite orientée dans le sens de propagation de la lumière (de la gauche vers la
droite).

77
te et observer. Le texte est plus grand ou plus petit selon le type de lentille.

lentille convergente

axe optique

a Centre optique O
Si l’on néglige l’épaisseur de la lentille, l’axe optique coupe celle-ci en un point appelé centre optique O.
lentille divergente
Un rayon lumineux passant par le centre optique d’une lentille mince convergente n’est pas dévié.

b Foyers principaux objet F et image F ′


Un rayon incident, parallèle à l’axe optique d’une lentille convergente, émerge en passant par un point de cet
axe situé après la lentille appelé foyer principal image noté F ′ .
Tout rayon incident passant par le foyer principal objet noté F, situé sur l’axe optique avant la lentille, émerge
parallèlement à l’axe optique.
F’ est le symétrique de F par rapport au centre optique O.

c Plans focaux
Les plans orthogonaux à l’axe optique de la lentille et passant par les foyers sont appelés plans focaux. Une
lentille possède donc un plan focal objet et un plan focal image.

ocale
Plan focal

rayons arrivent donc pa- F O F’

nt dans le plan focal.

30
3 Distance focale image f ′ et vergence V
La distance focale image de la lentille, notée f ′ , est égale à la mesure algébrique

f′=
1
OF ′

OF ′ = −OF
O : centre optique de la lentille
F ′ : foyer image de la lentille
F : foyer objet de la lentille
On appelle f ′ la distance focale d’une lentille

88
Unité : le mètre (m)
f ′ est positive pour une lentille convergente
La vergence V d’une lentille est l’inverse de sa distance focale f ′
Unité : la dioptrie ( = m−1 )

III Image et objet


1 Définition
Une petite source lumineuse B considérée comme ponctuelle, envoie des rayons lumineux vers une lentille
convergente. Dans certaines conditions, les rayons sortant de la lentille, ou leurs prolongements, passent tous
par un même point B′ . On dit que B est un objet ponctuel et que B′ est son image ponctuelle.

2 Construction graphique de l’image A’B’ d’un objet AB

Par convention la lumière se déplace de la gauche vers la droite.


On trace les trois rayons caractéristiques issus de B :

1 un rayon passant par l’axe optique qui n’est pas dévié

2 un rayon passant par le foyer objet F qui ressort de la lentille parallèlement à l’axe optique

3 un rayon parallèle à l’axe optique qui converge en sortie de lentille en coupant l’axe optique au point F ′
foyer image.

L’intersection de ces 3 rayons correspond à l’image B′ de B. L’image A′ de A est obtenue avec la même méthode.
On relie ensuite les points A’B’ par un segment orienté.

IV Relations de conjugaison et de grandissement


• En optique, les distances mesurées sont algébriques : elles peuvent être négatives ou positives.
Les grandeurs algébriques sont notées OF ′ (par exemple pour la distance focale qui est positive).

• Relation de conjugaison :

1 1 1
= − (1.1)
OF ′ ′
OA OA

• Relation de grandissement :
OA′ A′ B′
= = (1.2)
OA AB
est la lettre grecque "gamma".

99
Exercice :
Soit une lentille de vergence 5 . Un objet AB tel que AB = 2 cm est situé à 30 cm du centre optique de la lentille.
Calculer la position de l’image et sa taille. En déduire le grandissement de la lentille.


• Utilisons tout d’abord la formule de conjugaison pour calculer la position OA de l’image :

1 1 1 1 1 1
= − ⇐⇒ = +
OF ′ ′
OA OA ′
OA OF ′ OA

1
× ′ −0.3 ×
�⇒ OA′ = = 5 = 0.6 m
OA OF
(1.3)
OA + OF ′ −0.3 + 1
5
• Utilisons la formule de grandissement pour calculer la taille de l’image et la valeur du grandissement :

OA′ A′ B′ OA′ × AB
= ⇐⇒ A′ B′ =
OA AB OA

0.6 × 0.02
�⇒ A′ B′ = = −0.04 m (1.4)
−0.3
Ainsi :
A′ B′ −0.04
= = = −2 (1.5)
AB 0.02

1 Caractéristiques de l’image observée

Une image est dite réelle si tout rayon provenant d’un point objet A arrive réellement au point A′ . Une image
est réelle si elle peut être recueillie sur un écran.
Une image est virtuelle si elle ne peut être recueillie sur un écran. Elle se forme du même coté de la lentille
que l’objet (c’est le cas d’un objet observé par une loupe).
Pour obtenir une image réelle avec une lentille convergente il faut que la mesure algébrique objet-lentille soit :
OA > f
Pour obtenir une image virtuelle il faut que : OA < f
Un objet réel est situé à gauche de la lentille, un objet virtuel à droite.
Une image réelle est située à droite de la lentille ; une image virtuelle à gauche

V Obtention d’une image nette


1 L’œil
Animation : fonctionnement de l’œil

10
10
L’image d’un objet se forme sur la rétine. L’œil est capable de modifier sa distance focale f ′ suivant la distance
objet-cristallin.
Plus l’objet est proche de l’œil plus la distance focale f ′ diminue et plus la vergence V augmente. En e↵et
V = 1�f ′ .
Inversement plus l’objet s’éloigne plus la distance focale f ′ augmente (plus la vergence diminue).
Ce phénomène est appelé l’accommodation de l’œil.

En revanche, la distance entre le cristallin et la rétine ne varie pas. Cette distance correspond à la distance OA

La feuille apparaît floue car son L’œil doit accommoder pour


image ne se forme pas sur la former l’image de la feuille sur
rétine la rétine.

2 L’appareil photographique
La mise au point (obtention d’une image nette sur le capteur ou sur la pellicule) peut se faire en réglant la

distance entre l’objectif et le capteur (distance OA ).

VI Vision : mécanisme et maladie


• Pour que notre cerveau “voit” une image, de la lumière doit pénétrer dans l’oeil et sensibiliser la rétine.
Celle-ci est composée de deux types de récepteurs (cônes et bâtonnets), qui convertissent la lumière re-

11
11
7-$%/#-+#+'6171"2#+'>3"6?#/?6%#7@8'
AB02"%#/6#'5#'5261$01+%4%1/'5#'73'7-$%&"#':73/6)#'03"'-/'0"%+$#'
AB02"%#/6#'5#'5261$01+%4%1/'5#'73'7-$%&"#':73/6)#'03"'-/'"2+#3-'
!
"- ./0&012&34501562&7&
çue en signaux électriques
& véhiculés vers le cerveau puis interprétés.
"#$%&! !'()!*$!)+,"-&.!
/$!)+,"-&!&',!,$0"''+&!1&!2&**(*&'!034,4)+2&0,)"2&'!1&!1&(5!,60&'!7!
• Pour que l’image puisse 8être /&')interprétée
,-&.//(&0 en couleur, la rétine est tapissée de trois types de cônes sen-
sibles au bleu, au vert et au -42,()-&9!#$"'!0$'!$(5!24(*&()'.!
rouge. Un fin mélange de ces trois couleurs permet d’obtenir une multitude
8 /&'!12/(0:!;("!1+,&2,&-,!*&'!*(#"<)&'!24*4)+&'.!
de teintes (voir ci-dessous).
=*! &5"',&! >! '4),&'! 1&! 2?-&'!7! *&'! '.34(0! '4-,! '&-'"@*&'! A! *$! *(#"<)&! )4(%&:! *&'! ,5(30) '4-,!
'&-'"@*&'!A!*$!*(#"<)&!@*&(&!&,!*&'!6('&0!'4-,!'&-'"@*&'!A!*$!*(#"<)&!B&),&.!
!
• Il suffit que certains types de cônes dysfonctionnent pour que la vision soit altérée (les daltoniens
)5()$'%/1%$()7()5#)&'%1"'.8%(9)
confondent les teintes! rouges et vertes tandis que les achromates ne voient pas les couleurs).
/&'! 0&)'4--&'! $,,&"-,&'! 1&! 7#5&./%08(! 04''<1&-,! (-! 1+C$(,! '()! (-! 4(! 0*('"&()'! ,60&'! 1&!
2?-&'.!/$!C4)#&!*$!0*('!C)+;(&-,&!&',!*$!24-C('"4-!&-,)&!*&!)4(%&!&,!*&!B&),.!

:;(8$5(0)7()
$5#/1"()73)
&(0&)
9)

!
<)4#31"()+!
B"'"4-!-4)#$*&!

<)7'.%&()+!

1$*,4-"&-!
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! !
!

12
12
Chapitre 2

Vision et couleurs

I Obtention des couleurs


1 La perception des couleurs par l’œil

Les objets que l’œil perçoit se forment sur la rétine.


La rétine est composée de 2 types de capteurs :
- les bâtonnets qui ne sont sensibles qu’à l’intensité lumineuse
- les cônes qui ne sont sensibles qu’à la couleur des objets.
Il existe 3 types de cônes :
- le premier type détecte la couleur bleue
- le second la couleur verte
- le troisième la couleur rouge
La perception des couleurs par l’homme utilise le principe de la trichromie (obtention de toutes les couleurs
possibles à partir des 3 couleurs : verte, bleue, rouge). Les informations lumineuses sont envoyées au cerveau
par l’intermédiaire du nerf optique.

2 Obtention des couleurs par synthèse additive


Thomas Young (1773, 1829), médecin et physicien anglais, démontre qu’on peut obtenir toutes les couleurs en
superposant 3 lumières colorées, rouge, verte et bleue, chacune ayant une intensité donnée. Ces 3 couleurs sont
appelées couleurs primaires. En réglant l’intensité de ces 3 couleurs et en les superposant on peut également
obtenir du blanc.
La synthèse additive des couleurs correspond à l’obtention de n’importe quelle couleur à partir des 3 couleurs
primaires.

13
13
- le rouge et le vert donnent le jaune.
- le rouge et le bleu donnent le magenta.
- le bleu et le vert donnent le cyan

Deux couleurs sont dites complémentaires si leur synthèse additive donne du blanc. L’œil utilise ce principe
ce qui nous permet de synthétiser toutes les couleurs de l’arc en ciel.
Remarque : les écrans d’ordinateurs ou de téléphones portables sont constitués à partir de pixels (sur un
iphone 640 pixels en longueur et 480 pixels en largeur). Chaque pixel comporte 3 luminophores ; un de couleur
bleu, le second de couleur rouge, le troisième de couleur verte. Chaque luminophore possède une intensité
lumineuse précise. Chaque pixel va donc produire une lumière colorée par synthèse additive. L’ensemble des
pixels va fournir une image sur l’écran.

3 Synthèse soustractive des couleurs


Pour obtenir n’importe quelle couleur sur un écran il suffit de faire traverser la lumière blanche à travers un
filtre coloré. Par exemple, si le filtre est de couleur cyan (bleue claire), toutes les couleurs composant la lumière
blanche sont absorbées sauf le cyan ! La synthèse soustractive est l’obtention de n’importe quelle couleur à
partir de l’absorption des couleurs composant le blanc. A partir de trois filtres cyan, magenta (mélange de
rouge et de bleu), et jaune on obtient toutes les couleurs. Ces trois couleurs sont appelées couleurs primaires
de la synthèse soustractive. En superposant les trois filtres correspondant aux trois couleurs primaires on

14
14
obtient le noir. Le noir correspond à l’absence de couleur. Deux couleurs sont dites complémentaires si leur
synthèse soustractive donne du noir.
Par synthèse soustractive :
le cyan et le jaune donnent le vert
le cyan et le magenta donnent le bleu (bleu-violet)
le jaune et le magenta donnent le rouge (rouge vermillon)

II La couleur des objets


1 Pourquoi un objet nous paraît-il bleu ?
Rappel : un objet est transparent s’il laisse passer la lumière.
Pourquoi un objet de couleur bleu nous paraît-il de cette couleur ?
Tout d’abord il faut qu’il soit éclairé, sinon il nous apparaîtrait noir.
S’il est éclairé avec un faisceau de lumière blanche, toutes les radiations lumineuses qui la composent vont être
absorbées par l’objet sauf la lumière bleue ! Cette lumière va se réfléchir sur la surface, et se di↵user jusqu’à
notre œil.
Si en plus l’objet est transparent, une partie de la lumière bleue va traverser l’objet et être transmise jusqu’à
notre œil.
Remarque :
-la couleur d’un objet est, en général, la synthèse additive de plusieurs lumières colorées perçues par l’œil.
Exemple, un objet di↵use la couleur rouge et verte et absorbe la couleur bleue. Par synthèse additive il paraîtra
de couleur rouge + verte = jaune.
-si cet objet est éclairé avec une lumière bleue il paraîtra noir. En e↵et, il va absorber cette lumière et n’en
di↵user aucune.
- Les daltoniens ne peuvent di↵érencier le vert du rouge car les cônes détectant ces couleurs sont déficients.
La couleur d’un objet dépend de la qualité des cônes composant la rétine de l’observateur.

15
15
2 Diffusion, absorption, transmission

La di↵usion est observée lorsqu’un objet éclairé réfléchit dans toutes les directions la lumière qu’il reçoit.
L’absorption est le phénomène par lequel un objet transparent absorbe une partie de la lumière qu’il reçoit.
La transmission est le phénomène par lequel un objet transparent est traversé par une partie de la lumière
incidente

16
16
Chapitre 3

Sources de lumières colorées

I Quels sont les différents types de sources lumineuses ?

1 Sources lumineuses chaudes et froides


Les sources lumineuses chaudes produisent à la fois de la lumière et de la chaleur.
Exemple :
- les lampes à incandescence (de mauvais rendement donc progressivement abandonnées)
- les étoiles
- le feu etc..
Les sources lumineuses froides produisent essentiellement de la lumière.
Exemple :
- le néon (gaz qui, excité par une tension électrique, produit de la lumière)
- les diodes électroluminescentes (D.E.L) utilisées comme témoin lumineux d’appareils électrique ou comme
phares de voiture.
Dans notre environnement existent plusieurs sources de lumière dont les caractéristiques sont di↵érentes :

La première dont on peut parler est la lumière solaire, appelée "lumière blanche" du fait de sa composition : en
e↵et, le spectre de la lumière blanche contient toutes les couleurs visibles, le mélange de ces couleurs donnant
du blanc.

Figure 3.1 – Photographie du soleil et spectre de la lumière blanche

• Le soleil ne nous paraît pourtant pas blanc lorsqu’on le regarde mais plutôt jaune ... en e↵et, le bleu de
la lumière blanche est di↵usé dans le ciel, on voit donc le disque solaire de la couleur complémentaire
du bleu : le jaune.

• Nous verrons par la suite que le spectre du soleil n’est pas vraiment identique au spectre de la lumière
blanche, mais comporte des raies noires.

Une deuxième source que l’on peut citer est la lampe à incandescence : un filament de tungstène très fin est
parcouru par un courant qui l’échau↵e jusqu’à l’incandescence ce qui provoque l’émission de lumière.
On peut remarquer que cette lumière est légèrement rougeâtre, ceci vient du profil spectral de cette source,
qui montre qu’il y a davantage émission de radiations rouges que de radiations bleues.

Les lampes à économie d’énergie appelées lampes fluocompactes existent depuis quelques années et rem-
placent peu à peu les lampes à incandescence. Ces lampes fonctionnent sur le même principe que les tubes
fluorescents :

• Une forte décharge électrique ionise un gaz inerte qui se transforme en plasma (mélange haute tempéra-
ture d’ions et d’électrons séparés).

17
17
Figure 3.2 – Une lampe à incandescence et son profil spectral

• Celui-ci, par transfert de chaleur, vaporise des atomes de mercure qui s’excitent grâce à la décharge
électrique.
• En se désexcitant, les atomes de mercure émettent un rayonnement ultraviolet (UV) (Voir processus
d’émission-absorption).
• Ce rayonnement vient exciter la substance fluorescente présente sur les parois du tube, c’est elle qui émet
la lumière blanche.

La lumière émise pas ces lampes fluocompactes paraît blanche pourtant son profil spectral montre qu’il y a
des pics d’émission pour certaines radiations.

Figure 3.3 – Une lampe à incandescence et son profil spectral

Le mélange de ces radiations donne la sensation de blanc.


Les lampes à décharge sont les sources lumineuses que l’on trouve dans les éclairages publiques qui four-
nissent une lumière orangée. Ces lampes sont des lampes à vapeur de sodium :

Le sodium gazeux, enfermé dans une ampoule, reçoit une forte décharge électrique créée par deux électrodes.
Cette décharge excite les atomes de sodium qui en se désexcitant émettent la lumière orangée .

Les lampes à décharges émettent généralement plusieurs longueurs d’ondes, mais l’émission de la lampe au
sodium est quasi monochromatique (son spectre présente un doublet de raies jaune-orangée très rapprochées).

Figure 3.4 – Une lampe à décharge à vapeur de sodium et son spectre d’émission

Les LED (Light Emitting Diode) ou DEL (Diode ElectroLuminescente) sont des petits composants électro-
niques qui émettent de la lumière en consommant peu d’énergie. Elles sont également intéressantes du fait de

18
18
leur faible encombrement et de leurs couleurs variées. On les rencontre de plus en plus dans les dispositifs
lumineux d’appoint (lampes torches ou baladeuses).

Les DEL émettent de la lumière grâce à l’utilisation d’un matériau semiconducteur.

Figure 3.5 – Diodes électroluminescentes (DEL)

Les LASER (Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation) sont des sources de lumières utilisées
dans de nombreux domaines (lecture optique de CD-DVD, médecine, usinage), leur rayonnement monochro-
matique ) et leur cohérence (un faisceau laser "porte" très loin) sont les qualités recherchées.

Un LASER est un amplificateur de lumière qui fonctionne grâce aux phénomènes d’émission et d’absorption
que nous verrons par la suite .

2 Sources monochromatique et polychromatique


Une source lumineuse peut être :
- monochromatique si elle n’est constitué que d’une seule radiation lumineuse (laser par exemple)
- polychromatique si elle est constituée de plusieurs radiations lumineuses (lampes spectrales, soleil etc..)
Voici le classement de quelques sources de lumières :

Sources monochromatiques Sources polychromatiques


Lampe à décharge au sodium Soleil
LASER DEL
Lampe à incandescence
Lampe fluocompacte

Table 3.1 – Sources monochromatiques et polychromatiques

3 Longueur d’onde d’une radiation lumineuse


La lumière est une onde électromagnétique. A chaque onde lumineuse correspond une fréquence ⌫ (nu) et
une période T . La célérité d’une onde lumineuse dans le vide (ou l’air) est : c = 3,0.108 m.s−1 Chaque onde
lumineuse possède une longueur d’onde (périodicité spatiale) qui correspond à la distance parcourue par
l’onde en une période T . La longueur d’onde est le produit de la célérité par la période de vibration de l’onde :

= c×T =
c
(3.1)

Dans le vide les radiations lumineuses visibles par l’œil humain sont comprises entre 400 nm et 800 nm
environ.

19
19
Exemple :
- une radiation lumineuse bleue possède une longueur d’onde dans le vide de 450 nm
- une radiation lumineuse jaune possède une longueur d’onde dans le vide de 600 nm

II Influence de la température sur la lumière émise

1 Loi de Wien
La lumière émise par un corps chau↵é ne dépend que de sa température. Elle ne dépend pas de la composition
chimique du corps. La loi de Wien donne la relation entre la longueur d’onde de la radiation émise avec le
maximum d’intensité par le corps chau↵é et la température du corps :

2 Exploitation de la loi de Wien


La loi de Wien décrit la relation liant la longueur d’onde max, correspondant au pic d’émission lumineuse
du corps noir, et la température T (exprimée en kelvin). On retient généralement, en exprimant la longueur

20
20
d’onde en mètre et la température en kelvin :

hc 2,898 ⋅ 10−3
= =
4,9651 ⋅ kT
max
T

ou h est la constante de Planck, k est la constante de Boltzmann, et c est la vitesse de la lumière.


Est alors ainsi définie, la ”’constante de Wien”’ :

w = 2,898 ⋅ 10−3 m.K (3.2)

La loi de Wien permet alors de connaitre la température de surface du corps.


Application : déterminer la température de surface des étoiles à l’aide d’une analyse spectrale.
On peut également, connaissant la température du corps, déterminer la valeur de la radiation lumineuse de
plus forte intensité qu’il émet.

Exemple d’utilisation de cette loi


Soit un corps noir chau↵é à 4578 K, quelle est la longueur d’onde à laquelle il émet le plus de rayonnement ?
Quelle est la nature de ce rayonnement ?
Pour répondre à ces questions, on utilise la forme mathématique de la loi de Wien afin de calculer la longueur
d’onde du maximum d’émission :

2.898 × 10−3 2.898 × 10−3


max = = = 6.33 × 10−7 m = 633 nm (3.3)
T 4578
d’où :
2.898 × 10−3 2.898 × 10−3
max = = = 6.33 × 10−7 m = 633 nm
T 4578
Ainsi, le maximum d’émission de ce corps correspond à de la lumière visible de couleur rouge (couleur du
laser He-Ne).

III Emission de lumière


On a vu en seconde qu’un gaz sous basse pression, excité par une tension électrique, produisait un spectre
d’émission discontinu. Exemple le spectre d’émission d’une lampe à vapeur de mercure :

Pourquoi ?

1 Le photon
La lumière est constituée de corpuscules appelés photons. A chaque photon correspond une onde électroma-
gnétique de longueur d’onde , de fréquence et de célérité c dans le vide (c = 3,00.108 m/s ). Un photon a une
masse nulle et une énergie E, produit de la constante de Planck h par sa fréquence.

21
21
Max Planck postule en 1900 qu’un rayonnement ne peut échanger avec la matière qu’une quantité d’énergie
proportionnelle à une quantité appelée quantum d’énergie. Cette quantité s’écrit :

h×c
E = h×⌫ = (3.4)

où :

• E est la quantité d’énergie exprimée en joule (J)

• ⌫ est la fréquence du rayonnement exprimée en hertz (Hz)

• h est la constante de Planck exprimée en joule fois seconde (J × s) : h = 6.62 × 10−34 J × s.

• c est la célérité de la lumière dans le vide exprimée en mètre par seconde (m.s−1 ) : c = 3.00 × 108 m.s−1 .

• est la longueur d’onde du rayonnement exprimé en mètre (m)

En 1905, Albert Einstein poursuit la pensée de Max Planck, et émet l’hypothèse que la lumière est à la fois une
onde (électromagnétique) et un ensemble de particules qu’il nomme photons. Dans sa théorie, chaque photon
porte alors le quantum d’énergie E = h × ⌫ introduit par Max Planck.
Cette double nature de la lumière est appelée dualité onde-corpuscule.

2 Quantification des niveaux d’énergie

Afin d’interpréter le spectre d’émission de l’atome d’hydrogène, en 1913, M. Bohr énonce les postulats sui-
vants :
- L’atome possède di↵érents niveaux d’énergie bien définis, E1 ,E2 ,E3 etc. Il s’agit de valeurs discontinues (ou
discrètes), et non de valeurs continues.
- Les variations d’énergie Ep − En de l’atome sont quantifiées.
Lorsque l’atome passe d’un état d’énergie Ep élevé à un niveau d’énergie En plus faible, il libère une énergie
égale à Ep − En .
Le niveau de plus basse énergie de l’atome est appelé le niveau fondamental. Lorsqu’un atome se trouve à un
niveau d’énergie supérieur au niveau fondamental, on dit qu’il est excité. Dans l’état d’énergie nulle l’atome
est ionisé.

22
22
3 Emission d’un photon/désexcitation
Lorsqu’un atome se désexcite en e↵ectuant une transition électronique d’un niveau d’énergie Ep à un niveau
d’énergie plus faible En , il émet un photon d’énergie :

h×c
E = h×⌫ = (3.5)

où :

• E est la quantité d’énergie exprimée en joule (J)

• ⌫ est la fréquence du rayonnement exprimée en hertz (Hz)

• h est la constante de Planck exprimée en joule fois seconde (J × s) : h = 6.62 × 10−34 J × s.

• c est la célérité de la lumière dans le vide exprimée en mètre par seconde (m.s−1 ) : c = 3.00 × 108 m.s−1 .

• est la longueur d’onde du rayonnement exprimé en mètre (m)

4 Interprétation énergétique des spectres atomiques


Un gaz excité sous basse pression émet, en se désexcitant, des rayonnements visibles (ou des rayonnements
ultraviolets) possédant chacun une longueur d’onde . La valeur de la longueur d’onde est déterminée par le
passage d’un niveau d’énergie Ep supérieur à un niveau de plus basse énergie En :

=
hc
(3.6)
Ep − En

L’ensemble des rayonnements lumineux de longueur d’onde va produire le spectre de raies d’émission du gaz.
Exemple : lampe spectrale au sodium

Les di↵érents niveaux d’énergie correspondant à l’atome de sodium sont représentés ci contre :
Lorsque l’atome passe d’un état excité correspondant à une énergie E1 au niveau d’énergie fondamentale E0 il
émet un photon.
La longueur d’onde du photon vaut : = 589 nm.
La radiation émise est de couleur jaune. Les autres raies lumineuses (ou non lumineuses) sont dues à d’autres
désexcitation énergétiques.

IV Etude du spectre du soleil


L’étude du spectre du soleil fournit 2 informations :
- sa température de surface
- la composition chimique de son atmosphère

23
23
1 Température de surface du soleil
La raie d’intensité maximale du soleil correspond à la longueur d’onde : max = 480 nm. D’après la loi de Wien,
la température de surface du soleil est :

2,89 ⋅ 10−3 2,89 ⋅ 10−3


T= = = 6020 K
max 480 ⋅ 10−9

2 Le spectre d’absorption
Le spectre provenant de la décomposition de la lumière du soleil est constitué de raies noires se détachant
sur un fond coloré : il s’agit d’un spectre d’absorption de raies. Le soleil possède une atmosphère constituée
d’un gaz sous basse pression. Ce gaz est constitué de plusieurs éléments chimiques. Ces éléments chimiques
absorbent les radiations émises à l’intérieur du soleil. Les radiations que ces éléments chimiques absorbent
correspondent aux radiations qu’ils peuvent émettre (radiations présentes dans leur spectre d’émission).

Exemple :
Le spectre d’absorption du soleil contient certaines raies noires d’absorption correspondant aux raies d’émis-
sion de l’hydrogène. Par conséquent l’hydrogène est présent dans l’atmosphère de l’étoile.

3 Interprétation énergétique du spectre d’absorption


Lorsqu’un atome se désexcite en passant d’un niveau d’énergie Ep à un niveau d’énergie plus basse En , il émet
un photon d’énergie
E(photon) = Ep − En
De la même manière lorsqu’un photon d’énergie E(photon) frappe un atome il peut être absorbé. L’atome
passe alors d’un niveau d’énergie En à un niveau d’énergie supérieur Ep .

24
24
Exemple : lorsque l’atome d’hydrogène se désexcite il émet un photon lumineux d’énergie

E(photon) = Ep − En

La radiation lumineuse est de couleur rouge de longueur d’onde :

=
hc
Ep − En
Lorsqu’un photon lumineux d’énergie Ep − En va traverser l’atmosphère du soleil, il va être absorbé par un
atome d’hydrogène. Le spectre du soleil va contenir une raie noire correspondant à la longueur d’onde de 652
nm. Cette raie noire nous indique que l’atmosphère du soleil contient de l’hydrogène.

25
25
!.,)%&/&0)()*+,!-!
! "#$%&'(!)*!+,-!.!/012*3!+*#%*'(!4(1*!2$3*3!*'!5%$6*'7*!8!
Chapitre 4

Pigments et colorants

!
Les pigments et les colorants sont des substances colorées qui se di↵érencient par leur solubilité dans le milieu
12 !"#$%&$%'($#')*+,-.%/00$#'1$#'%2/+,*3#'4,*(*#$#'$,'*51*64$%'($#'%*#64$#'64 *(#')$4&$5,')%2#$5,$%'7&-*%'1&9&(3!:!*(!:;89'
dans lequel ils seront employés :
32 :')/%,*%'1$#'3-%04($#',-)-(-.*64$#'+*;1$##4#<'1*%$'+$'64*')$%0$,'1$'1*%$'64$'+$#'0-(2+4($#'#-5,'+-(-%2$#9'

• Les 42 =2)-51%$'>'(/'64$#,*-5')-#2$'$5'-"?$+,*39'@4#,*3*$%9!
pigments sont insolubles dans le milieu.

...2!.567895:9!;9!7<!=9>?@A<=8A9!
!"#B%C)*D!-!.*!$%/01&*$2&%!*3$3%44%!2,%!+,542%,6%!(2&!4*! !7!

<C)*'*)0!E+CFG%,)(*&%!-!
!
6*!/012#)*!7<$2$=#*!>*??,@!
A'!7<&#//&'(!7*(!071*!B&#'*-!0'!653<C61&(*!D*')E%*!#'*!20)57#)*!
F?G@!

071*!B&#'*! 071*!10#H*!

! !

!.,)%&/&0)()*+,!-!
H2 =2)-51%$'>'(/'64$#,*-5')-#2$'$5'-"?$+,*39'@4#,*3*$%9'
• Les colorants y sont solubles.
I2 64*' /' (*$4'(-%#' 14' +A/433/.$' 7*(' 3/4,' 264*(*"%$%' +A/64$'2(20$5,' +A*0*64$'
)%2#$5,8'B' +A/433/.$'
!@@@@@@@@@!!>*??,!!!' ''''!@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@!!!!I!!!!@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@!!

.J2!:"5:78K."5!
LM2 C$'64$(#')/%/0D,%$#')$4,'12)$51%$'(/'+-4($4%'1 45$'$#)D+$'+-(-%2$'E'

!"#$%& '(&)*+&,&-$.&/012$1#.&/34)5$4)6$.&7&8349:6#$&;&7&<=%>?@>?& ABA&

Ces substances ont di↵érentes origines, elles peuvent être :

• naturelles : un colorant comme l’indigo (couleur bleue des jeans) était prélevé dans la nature initiale-
ment sur l’indigotier ; l’ocre est un pigment extrait d’une roche que l’on trouve notamment en France
dans le Lubéron.

• de synthèse : pour répondre à la demande, l’Homme a appris à synthétiser ce colorant en laboratoire.

• artificielles : la mauvéine fût le premier colorant synthétisé, qui n’existe pas dans la nature.

26
26
I Substances colorées et chimie (absorbance)
• Un chimiste rencontre souvent des substances colorées, principalement en solution : les solutions io-
niques sont souvent colorées, certains réactifs permettant des tests d’identification (liqueur de Felhing,
2,4-DNPH) le sont aussi. Il utilise également des indicateurs colorés, substances qui changent de couleur
selon la nature du milieu, pour réaliser par exemple des dosages.

• Il existe une grandeur physique qui permet de quantifier la couleur d’une solution : l’absorbance notée
A qui s’exprime sans unité.
Celle-ci traduit la quantité de lumière absorbée par une solution à une longueur d’onde donnée. Elle se
mesure à l’aide d’un spectrophotomètre.

• Un spectrophotomètre calcule la di↵érence, pour chaque longueur d’onde, entre la lumière incidente et
la lumière transmise et livre la valeur de l’absorbance pour chaque radiation visible.

II Synthèse soustractive
• Une solution est incolore lorsqu’elle laisse passer toute la lumière blanche qu’elle reçoit (alors A = 0,
quelle que soit la longueur d’onde).

• Imaginons une solution de couleur verte : que donne son passage dans le spectrophotomètre ?
Voici le graphique de l’absorbance en fonction de la longueur d’onde :

Absorbance

Longueur
d'onde
400 450 500 550 600 650 700 (nm)

Figure 4.1 – Courbe d’absorbance pour une solution verte

Expliquons l’allure de cette courbe :


La solution verte transmet le vert et absorbe les autres couleurs : si on raisonne en terme de synthèse
soustractive, les couleurs absorbées sont le rouge et le bleu, soit du magenta. On observe donc un pic
d’absorbance au niveau des radiations bleues et un autre pic pour les radiations rouges.

On dit que la solution absorbe la couleur complémentaire de sa propre couleur : le vert et le magenta
sont bien des couleurs complémentaires.

• En ce qui concerne les matières colorées, la couleur des mélanges en peinture ou en imprimerie s’ex-
plique aussi grâce à la synthèse soustractive des couleurs :
Mélangeons du jaune et du magenta, qu’obtient-on ?
Le jaune di↵use le vert et le rouge (absorbe le bleu), le magenta di↵use le rouge et le bleu (absorbe le
vert), un mélange de ces deux couleurs donne donc du rouge.

A ce propos, dans une imprimante, on insère des cartouches de couleurs jaune, cyan et magenta ; toutes
les couleurs sont recréées par synthèse soustractive.

27
27
III Synthèse, extraction et séparation
La synthèse des pigments et colorants peut prendre des formes très diverses, chaque synthèse est particulière
à la substance à extraire, nous n’en parlerons donc pas ici.

1 Extractions
• Par contre il existe di↵érentes sortes d’extraction dont on peut donner les caractéristiques :

1 Dans une extraction par solvant, on met en contact la matière qui contient le colorant avec un
solvant qui va permettre son extraction. Trois techniques peuvent être utilisées :
→ La macération consiste à plonger la matière dans le solvant d’extraction pendant longtemps, le
colorant passe petit à petit dans celui-ci.
→ Lors d’une décoction, on plonge la matière dans le solvant froid puis on le porte à ébullition
pour réaliser l’extraction.
→ Pour une infusion, on plonge directement la matière qui contient le colorant dans de l’eau
bouillante.
2 On peut parfois utiliser une hydrodistillation (également appelée entrainement à la vapeur). De
l’eau, en contact avec la matière dont on doit extraire la substance recherchée, est portée à ébullition
puis liquéfiée dans un réfrigérant. Elle entraîne alors la substance recherchée.
La figure 4.2 propose le schéma de montage de l’hydrodistillation.



 




 
 
 

Figure 4.2 – Hydrodistillation

2 Séparations
• Aussi, une fois une extraction réalisée, on peut procéder à une séparation de la substance extraite afin
d’en connaître sa composition (est-ce un corps pur ? Un mélange ?). Pour cela, le recours à une chroma-
tographie est souvent judicieux.

1 La chromatographie sur couche mince ou CCM utilise généralement une couche de silice comme
phase fixe déposée sur un papier d’aluminium. Voici les étapes de cette technique :

→ Sur la phase fixe, on réalise les dépôts des substances permettant l’analyse (substance extraite
et substances de comparaison), puis on procède à l’élution grâce à un éluant (phase mobile) qui
monte par capillarité sur la phase fixe.

→ Cet éluant, choisi en fonction des substances à séparer, entraîne les di↵érentes substances à dif-
férentes vitesses.

→ L’élution se termine lorsque l’éluant est parvenu à 1 cm du haut de la phase fixe.

28
28
→ Il en résulte, après révélation de la plaque si besoin est (par un produit coloré ou une exposition
à des rayons ultraviolets (UV)), un ensemble de taches à interpréter.





 




  




Figure 4.3 – chromatographie

On peut interpréter la chromatographie proposée sur la figure 4.3 :


→ Le dépôt A est un mélange (3 taches) alors que les dépôts B et C sont des corps purs (une seule
tache chacun).
→ Le mélange A contient le corps pur C car on retrouve une tache de chaque dépôt à la même
hauteur (voir pointillés).

2 Le principe de la chromatographie sur colonne ressemble à celui de la CCM : la séparation se fait


verticalement mais cette fois-ci vers le bas, par gravitation.

On verse le
Phase fixe
mélange
(silice par ex)
à séparer
imbibée
d'éluant
(eau par ex)

Coton

On receuille les
différentes
espèces au cours
du temps

Figure 4.4 – chromatographie sur colonne

Les espèces ne mettent pas le même temps à passer à travers la silice du fait de leur affinité di↵érente
avec celle-ci.

29
29
Chapitre 5

Changement de couleurs et
réactions chimiques

I Rappel sur la transformation chimique

1 Etat initial état final


Un système chimique est un ensemble d’espèces chimiques susceptibles de réagir entre elles, sur lesquelles
porte une étude particulière. Son état sera décrit en précisant :
- la nature et la quantité de matière des espèces chimiques présentes ;
- l’état physique : solide (s), liquide (l), gazeux (g), en solution aqueuse (aq)
- la température T et la pression P du système
Un système chimique peut évoluer et subir une transformation chimique qui modifie son état.
On appelle état initial du système chimique, l’état de ce système avant la transformation.
On appelle état final du système chimique, l’état de ce système après la transformation.
Les espèces introduites à l’état initial sont appelées “réactifs”, les espèces obtenues après la transformation, à
l’état final sont appelés “produits”
La transformation chimique est le passage de son état initial à son état final.

2 L’équation chimique d’une réaction


La réaction chimique :
Elle modélise la transformation chimique subie par un système. Elle ne fait intervenir que les réactifs et les
produits de la transformation et pas les espèces chimiques spectatrices. L’équation chimique décrit l’évolution
d’un système dans lequel se déroule une réaction chimique. Les réactifs et les produits y sont représentés par
leur formule : les réactifs à gauche de la flèche, les produits à droite.

Réactifs �→ Produits (5.1)

Considérons une réaction dont l’équation bilan s’écrit :

⌫A A + ⌫B B � ⌫C C + ⌫D D (5.2)

⌫A , ⌫B , ⌫C et ⌫D sont les coefficients stoechiométriques qui sont généralement des entiers naturels.
Lorsque la réaction progresse, les réactifs de départ disparaissent alors que les produits se forment en respec-
tant la stœchiométrie de la réaction, c’est-à-dire les proportions indiquées par les coefficients de l’équation
bilan.
Au cours d’une transformation chimique, il y a conservation des éléments et de la charge électrique : il faudra
donc ajuster l’équation avec des nombres placés devant les symboles, appelés nombres stœchiométriques :
Exemple : 2Ag+ (aq) + Cu(s) = 2Ag(s) + Cu(aq)
2+

Remarque : les espèces chimiques présentes dans le système, qui ne réagissent pas, n’interviennent pas dans
l’écriture de l’équation. (NO−
3)

30
30
II Evolution des quantités de matière
1 Avancement x d’une réaction chimique
Afin de décrire l’évolution d’un système chimique subissant une transformation chimique, on utilise un ou-
til : l’avancement de la transformation noté x. L’avancement x s’exprime en mole ; il permet de déterminer
les quantités de réactifs transformés et les quantités de produits formés. L’avancement x varie au cours de
l’évolution du système chimique : il vaut x = 0 mol à l’état initial et atteint sa valeur maximale xmax à l’état
final.
La conservation de la matière permet d’exprimer les quantités de matière de tous les réactifs et de tous les
produits de la transformation en fonction de l’avancement x.
Exemple : Cu + 2Ag+ = 2Ag + Cu2+
Lorsque l’avancement est égal àx alors :
Il est apparu 2x mole d’argent et x mol d’ions cuivre
Il a disparu x mole de cuivre et 2x mole d’ions argent

2 Tableau d’avancement d’une réaction chimique


Il permet de visualiser l’évolution du système chimique.

● 1ère ligne du tableau : on écrit l’équation chimique ajustée

● 2ème ligne du tableau : décrit l’état initial, l’avancement vaut 0


● 3ème ligne du tableau : décrit l’état du système au cours de la transformation pour un avancement x(t)
donné à n’importe quel instant t.
● 4ème ligne du tableau : décrit l’état final du système chimique, l’avancement vaut xmax .

Tableau d’avancement
Avancement CH4 + O2 = CO2 + H2 O
état initial 0
état intermédiaire x
état final xmax

3 Quantité de matière à l’instant t


Connaissant x(t), le tableau d’avancement permet de calculer les quantités de matière de réactifs et produits
à l’instant considéré.
Reprenons le tableau d’avancement à l’instant t = 1 minute, l’avancement vaut par exemple x = 0,5 mol. Par
conséquent les quantités de matière des réactifs et produits sont :
n(CH4 ) = 2 - x(t) = 2-0,5 = 1,5 mol
n(O2 ) = 4 - 2.x(t) = 4 × 0,5 = 3,5 mol
n(CO2 ) = x(t) = 0,5 mol
n(H2 O)= 2.x(t) = 2 × 0,5 = 1 mol

4 Avancement maximal d’une réaction chimique


L’avancement maximal xmax permet de connaître l’état final d’un système. Il correspond à la disparition du
réactif limitant. Le ou les autres réactifs sont alors en excès. L’avancement maximal est la plus petite valeur de
x pour laquelle la quantité de l’un des réactifs est nulle.

31
31
Exemple :

Tableau d’avancement
Avancement Cu2+ + OH− = Cu(OH)2
état initial 0 no (Cu2+ )=3.10−3 no (OH− ) =9.10−4
état intermédiaire x 3.10−3 − x(t) 9.10−4 − 2x
état final xmax 3.10−3 − xmax 9.10−4 − 2xmax

Calcul de xmax :
Soit les ions Cu2+ sont le réactif limitant alors :
no (Cu2+ ) - xmax = 3.10−3 - xmax = 0 soit xmax = 3.10−3 mol
Soit les ions HO− sont le réactif limitant alors :
no (HO− ) - 2xmax = 9.10−4 - 2xmax = 0 soit xmax = 4,5.10−4 mol.
Lorsque le calcul donne deux résultats di↵érents, on prend la plus petite valeur de xmax .
xmax = 4,5.10−4 mol
Le réactif limitant est l’ion HO− , le réactif en excès est l’ion Cu2+ .
A l’état final, les quantités de matière sont :
no (Cu2+ )-xmax = 25,5 10−4 mol
no (HO− )-2xmax = 0
xmax = 4,5 10−4 mol

5 Cas d’un mélange stœchiométrique


Lorsque les réactifs sont mélangés dans les proportions indiquées par les nombres stœchiométriques de l’équa-
tion chimique, on dit que le mélange est stœchiométrique. A l’état final tous les réactifs sont consommés. Il
n’y a pas de réactif en excès. On trouve la même valeur de xmax pour chaque réactif.
Exemple :

Tableau d’avancement
Avancement CH4 + 2O2 = CO2 + 2H2 O
état initial 0 2 4 0 0
état intermédiaire x(t) 2 -x(t) 4 - 2x(t) x(t) 2x(t)
état final xmax 2-xmax 4-2xmax

Calcul de xmax : xmax = 2 mol

III Concentration d’une espèce colorée


1 Absorbance d’une solution colorée
Une solution colorée absorbe une partie du spectre de la lumière blanche. La couleur de la solution provient
de la de l’addition des radiations non absorbées.
Exemple :

32
32
On interpose entre une source de lumière blanche et un écran une solution violette de permanganate de potas-
sium. Le spectre obtenue appelé spectre de bande d’absorption montre que la solution à absorbée des radia-
tions allant du vert à l’orange. La solution de permanganate laisse passer les radiations violettes bleues jaune
et rouge, l’œil voit la solution violette.
Remarque : cercle chromatique simplifié
Si la solution n’absorbe que dans un seul domaine de couleur (violet, bleu, vert jaune etc..) sa couleur est
complémentaire de celle des radiations absorbées. Par exemple si une solution n’absorbe que le bleu, sa couleur
est jaune.

2 Spectre d’absorption
Une radiation lumineuse monochromatique de longueur d’onde l traverse une cuve contenant une solution
colorée par une espèce chimique. Une partie du rayonnement est absorbée. L’absorbance pour cette longueur
d’onde est notée A qui est une grandeur sans dimension. Le spectre d’absorption est le graphe de l’absorbance
en fonction de la longueur d’onde. Il est obtenu avec un appareil appelé spectrophotomètre.
Pour réaliser des mesures d’absorbance, on règle le spectrophotomètre sur la valeur de longueur d’onde cor-
respondant au maximum d’absorption notée max .

L’absorbance d’une solution de permanganate de potassium est maximale pour une


longueur d’onde qui correspond à une radiation dont la couleur (verte) est complémentaire
de celle de la solution (magenta)

33
33
3 Doser par étalonnage
Un dosage, contrairement à un titrage, est une méthode non destructive : cela signifie que l’on détermine la
concentration de la solution sans l’altérer.

Le principe est le suivant :

• On réalise, à partir d’une solution mère de l’espèce à doser, une échelle de teinte en diluant successi-
vement la solution mère pour obtenir des solutions filles de di↵érentes couleurs (donc de di↵érentes
concentrations connues).

• On mesure l’absorbance des di↵érentes solutions filles, à la longueur d’onde qui correspond au maxi-
mum d’absorption de l’espèce chimique colorée (par exemple, on choisira une "longueur d’onde jaune"
pour une solution de sulfate de cuivre bleue).

• On trace la droite d’étalonnage A = f (C) où A est l’absorbance des solutions filles et c leur concentration
molaire. Ici, on sait qu’il s’agit d’une droite car il y a proportionnalité entre A et c (mais il existe des
courbes d’étalonnage non droites dans d’autres cas).

• Enfin, on mesure l’absorbance de la solution échantillon à doser, et on utilise la droite d’étalonnage pour
trouver sa concentration.

 






Figure 5.1 – Echelle de teinte et droite d’étalonnage

Pour réaliser des mesures d’absorbance, on règle le spectrophotomètre sur la valeur de longueur d’onde cor-
respondant au maximum d’absorption. La longueur d’onde est notée max . On fait varier la concentration C
de la solution et on mesure pour chacune la valeur de son absorbance A. On reporte les valeurs sur un tableau
puis on trace la courbe d’étalonnage A = f (C). La courbe obtenue est appelée courbe d’étalonnage A = f (C).
Exemple : courbe d’étalonnage de l’absorbance d’une solution jaune de diiode I2 en fonction de sa concentra-
tion [I2 ].
On remarque que la courbe est une droite qui passe par l’origine. Par conséquent l’absorbance est proportion-
nelle à la concentration de l’espèce colorante.

A = k.C (5.3)
La courbe d’étalonnage permet, connaissant l’absorbance d’une solution de déterminer sa concentration.

34
34
4 Loi de Beer-Lambert
Pour des concentrations faibles, l’absorbance d’une solution est proportionnelle à la concentration de l’espèce
chimique qui colore la solution. La relation entre l’absorbance et la concentration, constitue la loi de Beer-
Lambert.
À une longueur d’onde donnée , l’absorbance A d’un mélange de n espèces absorbantes est la somme des
absorbances individuelles :

n
A = � Ai (" ,i ,`,Ci ) (5.4)
i=1

" ,i coefficient d’absorption molaire qui dépend de la nature de l’espèce dissoute, de la température, et de la
longueur d’onde ; unité : m−1 .mol −1 .L
` : longueur de solution traversée, unité : m
Ci (mol.L−1 ) : concentration de la solution
La loi de Beer Lambert permet de doser (déterminer la concentration) d’une espèce chimique en solution.

35
35
Chapitre 6

Les interactions fondamentales


dans l’univers

I Rappel sur les constituants élémentaires de la matière


1 Le noyau

De quoi est constituée la matière ?


Toute matière est constituée d’atome. Un atome possède un noyau et des électrons qui se déplacent autour.
Le noyau de l’atome est constitué de particules élémentaires : les protons et les neutrons désignés sous le nom
de nucléons.
Les protons sont chargés positivement : qp = e =+1,6.10−19 C,
C est le symbole de l’unité de charge électrique : le coulomb
Le proton possède la plus petite charge électrique positive, appelée charge élémentaire e.
La masse du proton est mp = 1, 67.10−27 kg.
Les neutrons, particules neutres électriquement (charge nulle, qn = 0 C) , ont une masse voisine de celle du
proton donc mn = mp = 1,67.10−27 kg.
Le nombre de protons du noyau s’appelle nombre de charge ou numéro atomique. Il est noté Z.
Le nombre de neutrons se note N .
La charge totale du noyau est Q = n.e avec n nombre de proton dans le noyau.

2 Les électrons
Les électrons, qui se déplacent autour du noyau ont une masse me = 9,1.10−31 kg.
Le rapport entre la masse d’un nucléon et d’un proton est : mp �me = 1835. La masse de l’électron est négligeable
devant celle du noyau.
Sa charge électrique est l’opposée de la charge élémentaire e :
qe = -e = -1,6.10−19 C.

36
36
Un atome étant électriquement neutre, il possède autant de protons que d’électrons.

3 Symbole d’un atome


Un atome est symbolisé par une ou deux lettres. La première s’écrit toujours en majuscule et la deuxième en
minuscule. Le symbole correspond souvent au début du nom de l’atome mais certains sont issus du nom latin
comme K (kalium) symbole du potassium.
Symbole de l’atome :
A
ZX

A représente le nombre de nucléons, Z le nombre de protons, il y a N = A − Z neutrons dans le noyau.


Exemple : l’ atome de sodium a pour symbole :
23
11 Na

Il possède :
A = 23 nucléons
Z = 11 protons donc 11 électrons puisque l’atome est électriquement neutre
N = A − Z = 23 − 11= 12 neutrons.

4 Les isotopes
Les atomes ayant le même nombre de protons mais des nombres de neutrons di↵érents sont des isotopes. Des
atomes isotopes ont les mêmes propriétés chimiques.

Exemples :
Il existe 3 isotopes du carbone : les carbones 12 (12 nucléons) ; 13 (13 nucléons) et 14 (14 nucléons) de formules
respectives :
12 13 14
6 C, 6 C, 6 C

Ces 3 atomes ont même nombre de protons, 6, mais un nombre de nucléon donc de neutron di↵érent (respec-
tivement 6, 7 et 8 neutrons) Le diamant, constitué uniquement d’atomes de carbone, ne contient que l’isotope
12 (98,9 %) et le 13 (1,1 %). Le carbone 14 radioactif, présent dans les animaux et les végétaux, permet de
dater les objets anciens réalisés à partir de matériaux vivants (bois, tissus). Dater un échantillon au carbone 14
consiste à mesurer la teneur en carbone 14 actuelle et de la comparer à celle qu’il avait lors de sa formation.
On suppose pour cela que la teneur en carbone 14 est restée constante au cours des 40 000 dernières années.
Cette technique permet de dater le “passé” jusqu’aux environs de 45 000 ans avant J.C.

37
37
II Les interactions fondamentales dans l’univers
L’univers s’étend de l’infiniment petit à l’infiniment grand avec une di↵érence d’ordre de grandeur de 1040 m
environ. La référence étant la taille de l’homme dont l’ordre de grandeur est le mètre.

1 Les différents types d’interaction


Les di↵érentes structures qui composent l’univers sont sujettes à des forces d’interaction. Suivant la taille des
structures, une force d’interaction est prépondérante par rapport aux autres.

38
38
Chapitre 7

Champ scalaire, champ


vectoriel

I Champ scalaire, champ vectoriel

Un champ est la donnée, pour chaque point de l’espace, d’une grandeur physique, pouvant être scalaire (ex :
P, T ), ou vectorielle (ex : vitesse des particules dans un fluide, vecteur champ électrique).
Un champ dont la grandeur physique est la même dans une région de l’espace y est dit uniforme.
Une ligne en chaque point de laquelle la valeur d’un champ scalaire est la même est une ligne de ce champ.
Une ligne en chaque point tangente à un champ vectoriel est une ligne de ce champ.
Les lignes d’un champ uniforme sont parallèles.

II Champ magnétique

1 Qu’est-ce qu’un champ magnétique ?

39
39


Un champ magnétique B est un champ vectoriel permettant de modéliser les forces subies par une aiguille
aimantée au voisinage d’un courant, d’un aimant, de la Terre...

● Direction : celle de l’aiguille aimantée

● Sens : du sud vers le nord de l’aiguille


● Valeur : en Tesla (T), indiquée par un teslamètre

2 Sources de champ magnétique


a Un courant
Le champ magnétique créé par un courant est d’autant plus grand que ce courant est intense.

b Les aimants

Le champ magnétique créé par un aimant en U est uniforme dans son entrefer.

c Le noyau externe de la Terre

Le champ magnétique terrestre, créé par le noyau externe (en fer) de la Terre, ressemble à celui d’un aimant
droit placé en son centre. Sa valeur varie peu autour de 4.10−5 T.

40
40
3 Champ électrostatique


Un champ électrostatique E est un champ vectoriel permettant de modéliser les forces subies par un objet
chargé au voisinage d’autres objets chargés.



a Force subie par une charge ponctuelle dans un champ E



Une charge ponctuelle q placée dans un champ E subit une force :


→ �→
F = q. E (7.1)



b Champ E dans un condensateur plan

● Direction : uniforme, perpendiculaire aux plaques


● Sens : des charges positives vers les charges négatives
● Valeur : E = U�d

Avec
-A et B : plaques conductrices séparées par un isolant
-U : tension entre les plaques A et B

III Champs de gravitation et de pesanteur




Un champ de gravitation G est un champ vectoriel permettant de modéliser les forces subies par un objet de
masse non nulle au voisinage d’autres objets de masses non nulles.

41
41


1 Force subie par une masse ponctuelle dans un champ G



Une masse ponctuelle m placée dans un champ G subit une force :


→ �→
F = m. G (7.2)

2 Champ de pesanteur
Le champ de pesanteur g est un champ vectoriel permettant de modéliser la force subie par un objet de masse
non nulle au voisinage de la Terre, c’est-à-dire son poids P :

g = P�m

Au voisinage de la Terre et en négligeant sa rotation, le champ G créé par la Terre peut être identifié à g :

g = GT erre

Localement, g est approximativement uniforme. A Paris :

● Direction : la verticale
● Sens : vers le bas
● Valeur : g = 9,81 N .kg −1

42
42
Chapitre 8

Radioactivité et réactions
nucléaires

Introduction :
Les électrons (essentiellement ceux de valence) dictent la chimie des atomes : formation des ions, des mo-
lécules, isomérie Z/E, etc. Et on le sait, le nombre d’électrons dans un atome est directement lié au nombre
de protons dans son noyau (un atome est électriquement neutre). Mais le noyau n’est-il pas aussi le siège de
phénomènes physiques ?

I La réaction nucléaire

1 Pourquoi un noyau peut-il être radioactif ?

4 7 9 10 12 13
2 He 3 Li 4 Be 5B 6C 6C

17 18 22 22 144 222
8O 9F 10 Ne 11 Na 56 Ba 86 Rn

1
n
A l’intérieur0 du noyau il existe, entre les nucléons, des forces d’interactions répulsives et attractives. Si les
forces répulsives sont supérieures aux forces attractives le noyau peut 89 se casser : il est instable. Lorsqu’un
36 Kr
noyau est instable il se désintègre en émettant d’autres particules plus petites et un rayon (gamma). Un
rayon est une onde électromagnétique comme la lumière mais d’énergie beaucoup plus importante. Ce phé-
nomène est appelé la radioactivité. Il s’agit d’une réaction nucléaire (intervenant dans le noyau) spontanée. La
radioactivité a été découverte par Pierre et Marie Curie. Ils ont reçu le prix Nobel de physique en 1903.

235
2 92 U
Cohésion du noyau, diagramme (N,Z)
236 144
92 U 56 Ba
On l’a vu, la cohésion du noyau est assurée par l’interaction forte entre nucléons, laquelle s’oppose à la répul-
sion électrique entre protons permettant ainsi la stabilité de nombreux nucléides. Quand cette cohésion n’est
plus assurée, les noyaux deviennent instables.
Remarque :
Dans la nature, il y a à peu près 270 nucléides stables et 70 nucléides instables. En outre, plus de 1000 nucléides
instables ont été produits artificiellement.
Le diagramme (N,Z) permet de rendre compte de la stabilité des nucléides naturels et artificiels. On y distingue
« la vallée de la stabilité » dans laquelle se trouvent les nucléides stables :

43
43
Pour Z < 20 (élément calcium), les nucléides stables ont pratiquement autant de protons que de neutrons (ils
sont sur la droite d’équation Z=N).
Pour 20 < Z < 83 (élément bismuth), les nucléides stables ont davantage de neutrons que de protons (ils sont
sous la droite d’équation Z=N).
Il n’y aucun nucléide stable de numéro atomique supérieur ou égal à 83.

3 Différents types de radioactivité naturelle


On distingue 3 types de particules pouvant être émise :
- un noyau d’hélium 42 He, appelé particule ↵ (alpha). Ce type de radioactivité est appelée radioactivité alpha.

A
ZX → A−4
Z−2 Y + 42 He
-un électron, appelé particule (béta moins). L’électron possède un nombre de masse nul et une charge égale à
-1 (−1,6.10−19 C ).
Sa formule est :

Z X → Z+1 Y + e + ⌫¯e
A A

Ce type de radioactivité est appelée radioactivité béta moins − .


- un positon ou particule , qui possède un nombre de masse nul et une charge égale à +1 (+1,6.10−19 C ). Il
correspond à un "électron positif ". Ce type de radioactivité est appelée radioactivité béta plus + .
Sa formule est :
+
Z X → Z−1 Y + e + ⌫e
A A

4 Activité d’un échantillon


L’activité A d’un échantillon correspond au nombre de désintégration radioactive par seconde. Son unité est le
becquerel (Bq). Un becquerel correspond à une désintégration par seconde.
Exemple d’activité :
-l’eau du robinet : A = 1 Bq
-lait : A = 80 Bq
-corps humain : A = 120 Bq
-poisson A = 200 Bq
-granite A = 400 Bq

44
44
5 Réactions nucléaires provoquées

On distingue 2 types de réactions nucléaires provoquées :


- La fission : elle correspond à la cassure d’un noyau lourd instable en noyaux plus légers et plus stable. La
fission s’accompagne d’un dégagement d’énergie communiquée aux noyaux sous forme d’énergie cinétique, ou
sous forme de rayonnement. Les réactions de fission provoquées se déroulent dans les réacteurs des centrales
nucléaires.
-La fusion : c’est une réaction au cours de laquelle 2 noyaux légers instable s’unissent pour former un noyau
plus lourd et plus stable. La fusion dégage de l’énergie sous forme de rayonnementet d’énergie cinétique des
particules. Des réactions de fusion se déroulent dans le soleil.

II Lois de conservation (lois de Soddy)


Une réaction nucléaire spontanée ou provoquée est symbolisée par une équation qui obéit à 2 lois :
- La somme des charges électriques des réactifs est égale à la somme des charges électriques des produits : le
nombre de charge se conserve.
- La somme des nucléons des réactifs est égale à la somme des nucléons des produits. Le nombre de nucléon
se conserve.

III Energie libérée au cours d’une réaction nucléaire


1 Définition
Au cours d’une réaction nucléaire il y a perte de masse : la masse des réactifs est supérieure à la masse des
produits formés. Cette perte de masse est convertie en énergie libérée. L’expression de l’énergie libérée est :

Elibérée = (mréactifs − mproduits ).c2 > 0 (8.1)

2 Exemple
Le noyau de radium instable se désintègre spontanément en radon et en hélium. L’écriture de la réaction est :
L’énergie E libérée par cette réaction est :

E = [mRa − (mRn + mHe )].c2

E = [225,977 − (221,970 + 4,001)].1,66054.10−27 .(3,00.108 )2


E = 8,97.1013 J

45
45
IV Activité et loi de décroissance radioactive

La désintégration d’un noyau instable étant spontanée, on ne peut raisonner qu’en termes de probabilité :
La demi-vie (notée t1�2 ) est la durée au bout de laquelle un noyau instable a une probabilité de 1/2 de se
désintégrer.
Ou encore, statistiquement sur un échantillon :
La demi-vie est la durée au bout de laquelle la moitié des noyaux instables d’un échantillon radioactif s’est
désintégrée.
L’activité (notée A) d’un échantillon radioactif est le nombre de désintégrations qu’il subit par seconde. Son
unité légale est le becquerel (Bq) : 1 Bq = 1 désintégration par seconde.
On peut montrer que :
La demi-vie est la durée au bout de laquelle l’activité d’un échantillon radioactif a été divisée par deux.

46
46
Chapitre 9

L’énergie, ses formes et sa


conservation

I Énergie d’un objet ponctuel

1 Energie potentielle de pesanteur


Dans le champ de pesanteur uniforme, un objet ponctuel de masse m possède une énergie potentielle de
pesanteur Ep telle que :
Ep = m.g.h (9.1)

(h est la hauteur de l’objet, définie par rapport à une altitude de référence, pour laquelle on décide arbitraire-
ment que Ep est nulle).

2 Energie cinétique
Un objet ponctuel de masse m, animé d’un mouvement de translation, possède une énergie cinétique Ec telle
que :

1
Ec = .m.v 2 (9.2)
2

3 Energie mécanique
Un objet ponctuel de masse m possède une énergie mécanique

Em = Ec + Ep (9.3)

Au cours de son mouvement, l’énergie mécanique d’un objet ponctuel de masse m se déplaçant :
-sans frottements, se conserve
-avec frottements, se dissipe, c’est-à-dire se transforme en énergie thermique, puis est cédée au milieu extérieur
par transfert thermique

II Conservation de l’énergie

1 Formes d’énergie
Outre les énergies potentielle de pesanteur, cinétique et thermique, l’énergie peut prendre beaucoup de formes :
-chimique : responsable de l’énergie thermique libérée lors d’une combustion
-nucléaire : responsable de l’énergie thermique libérée lors de certaines transformations nucléaires
-électrique : transportée dans les câbles électriques
-électromagnétique : transportée par tout rayonnement électromagnétique
-potentielle élastique : conservée dans un ressort comprimé ou dans un arc bandé
Un système est un objet ou un ensemble d’objets. L’énergie totale d’un système est la somme de toutes les
énergies de tous les objets qui le composent.

47
47
2 Principe de conservation de l’énergie
Un système n’échangeant pas d’énergie avec le milieu extérieur est dit isolé. L’énergie totale d’un système isolé
reste constante au cours de son évolution.

3 Application à la découverte du neutrino



La désintégration d’un noyau X radioactif s’écrit :
A
ZX =A
Z+1 Y +−1 e
0

L’énergie libérée par cette réaction est E = (mX − mY ).c 2 Dans le référentiel du noyau Y , cette énergie est
transférée à l’électron sous forme d’énergie cinétique. Pour un noyau X donné, l’électron devrait donc avoir
une énergie déterminée.
Cependant, des études réalisées dès 1914 ont montré que l’énergie de l’électron est variable, et qu’une partie
de l’énergie libérée semble perdue. En 1930, le physicien suisse Wolfgang Pauli propose alors l’existence d’une
particule non détectée qui emporterait avec elle l’énergie manquante. D’une masse extrêmement faible, sans
charge électrique, elle interagit très peu avec la matière et est donc difficilement détectable. Elle ne fut mise
en évidence en 1956. Cette particule est appelée neutrino pour la radioactivité − et antineutrino pour la
radioactivité + .


La désintégration s’écrit :
A
ZX =A
Z+1 Y +−1 e + ⌫e
0

+
La désintégration s’écrit :
A
ZX =A
Z−1 Y +1 e + ⌫e
0

48
48
Chapitre 10

Cohésion de la matière

I Les états de la matière


IV. 1 Etats gazeux, liquide et solide
I V.1. Les états de la matière

état dispersé. Les molécules et les ions sont éloignés les uns des autres et se déplacent dans
toutes les L’état
directions
gazeuxde
estfaçon désordonnée.
caractérisé Les interactions
par des molécules ou des ionsentre les entités
très éloignés chimiques
les unes sont
des autres, quasi nulles.
c’est-à-dire que la
distance les séparant est très supérieure à leur taille et en mouvement constant.
L’état liquide est caractérisé par des molécules ou des ions en contact les uns des autres et en mouvement
constant. ) est un état condensé.
L’état solide est caractérisé par des molécules ou des ions en contact les uns des autres, dans un empilement
régulier et en vibration constante autour d’une position d’équilibre.
entités chimiques sont en mouvement constant.
2 Solides ioniques et moléculaires
Un solide ionique (ou cristal ionique) est un empilement régulier d’anions et de cations dans l’espace. Il
est électriquement neutre. Sa formule, dite formule
tact lesstatistique,
unes avecindique la nature et la proportion des ions assemblage
les autres.
présents.
compact et ordonné.
Exemple : Le solide ionique chlorure de sodium NaCl (s) est constitué d’ions Na+ et Cl−
Un solide moléculaire est un empilement régulier de molécules dans l’espace.
Exemple : Le diiode I2 (s) est constitué de molécules de diiode I2 .
I V.2. Transferts thermiques
II Les molécules polaires
1 Polarité d’une liaison et dipôle électrique
thermique (chaleur), ce corps pur
Dans les solides moléculaires, les atomes sont liés par des
ilieuliaisons covalentes. Lorsque les deux atomes sont
extérieur.
identiques, la paire d’électrons formant la liaison est répartie de manière symétrique entre les deux atomes.
_______________________________________________________________________________________________
Cependant, certains atomes ont plus ou moins tendance à attirer les électrons de la liaison covalente à eux : on
COMPRENDRE
dit que Cours Chapitre
ces atomes 11 électronégatifs.
sont plus Première S

49
49
Dans ce cas, le doublet d’électron n’est pas localisé entre les deux atomes mais il est plus fortement attiré par
un atome que par l’autre : Il se forme alors un dipôle électrique : c’est un ensemble de deux charges électriques
q, égales et de signes contraires, placées à une distance fixe l’un de l’autre. La liaison est alors appelée liaison
covalente polarisée.
L’électronégativité varie avec la place d’un élément dans la classification périodique.
- Sur une ligne, de gauche à droite, l’électronégativité augmente.
- Sur une colonne, de bas en haut, l’électronégativité augmente.

Le fluor (F) est l’élément le plus électronégatif et le césium (Cs) est l’élément le moins électronégatif.
Une liaison est polarisée si les deux atomes ont des électronégativités di↵érentes. Plus la di↵érence d’électro-
négativité est importante, plus la liaison est polarisée.

2 Polarité d’une molécule


1) Cas de la molécu H2 O
Une molécule diatomique constituée de deux atomes identiques est apolaire.
Une molécule diatomique constituée de deux atomes di↵érents est polaire.
Une molécule Représentation
polyatomiquede Lewis
est polaire : Caractéristiques géométriques
- si elle présente une liaison polarisée.
d Hses
- et si le barycentre de ses charges négatives n’est pas confondu avec celui de 96 pm positives.
O charges

Exemples :
- La molécule de chlorure d’hydrogène : H2 O :
1) Cas de la molécu"
H2 O "

Représentation de Lewis Caractéristiques


Les deux liaisons géométriques
covalentes O H
Le moment dipolaire de la liaison O Hd HestO tel 96 pm
que p (H O) = 1,5 D.
Le moment dipolaire résultant est égal à la somme vectorielle des moments
dipolaires des deux liaisons O H. "
"

Les deux liaisons covalentes O H


Le moment dipolaire de la liaison O H est tel
que p (H O) = 1,5 D.
Le moment dipolaire résultant est égal à la somme vectorielle des moments
dipolaires des deux liaisons O H.

:
Remarque : l p (H2O
La molécule présente un caractère dipolaire polaire (« solvant : polaire », chapitre 12).
Remarque : l p (H2O
Ceci peut être mis en évidence par une expérience
La molécule présente un caractère dipolaire
simple : un bâton de verre frotté avec un drap attire les
polaire (« solvant polaire », chapitre 12).
molécules d'eau. Ceci peut être mis en évidence par une expérience simple : un bâton de verre frotté avec un drap attire les
molécules d'eau.
2) Cas de la molécule de dioxyde de carbone CO2
2) Cas de la molécule de dioxyde de carbone CO2

classification périodique).
classification périodique).
Le moment
Le moment dipolaire de la dipolaire
doubledeliaison
la double
C liaison
= O estC =tel
O est
quetel p
que p (C = O)
= =2,3
2,3 D
D
(C = O)

Représentation de Lewis Caractéristiques géométriques


Représentation de Lewis Caractéristiques géométriques
d C=O 116 pm
d C=O 116 pm
50
50 "
Molécule linéaire
"

"

O=C
Molécule linéaire
"
que p (HLes alcalins ont tendance à perdre des électrons (donc peu électronégatifs), alors que les halogènes ont tendance à
O) = 1,5 D.
gagner des électrons (donc très électronégatifs). Ainsi, ils peuvent acquérir chacun la structure des gaz nobles.
Le moment dipolaire résultant est égal à la somme vectorielle des moments
dipolaires des deux liaisons O H.
"

"

I I .2. Les deux liaisons covalentes O H


Le moment dipolaire de la liaison O H est tel
Exemple
Caractéristiques
- La que p (H O) = 1,5 D.géométriques
molécule de chlorure d’hydrogène : H - Cl :
Le moment dipolaire résultant est égal à la somme vectorielle des moments
dipolaires des deux liaisons O H.

d de Lewis
Représentation 127
H Cl pm Caractéristiques géométriques

dH Cl 127 pm
"

:
Remarque : l p (H2O
Le chlore
La molécule est beaucoup
présente plus électronégatif
un caractère dipolaire polaire (« solvant polaire », chapitre 12).
olarisée. de liaison : on dit que la liaison H Cl est polarisée.
Ceci peut être mis en évidence par une expérience simple : un bâton de verre frotté avec un drap attire les
Cette polarisation fait apparaître :
molécules d'eau. un excédent de charge négative, noté q (q représente une
q (q représente
charge partielle). une :
2) Remarque
Cas de la molécule de dioxyde
: l un excédent de chargede carbone
positive, CO
noté + 2q p (H2O
La molécule présente !"#$%&'()*+),)-%../01&%/2)3()4/5$/.6.)%/2%71(.)(&)5/06410#%'(.)
un caractère dipolaire polaire (« solvant polaire », chapitre 12).
+q Ceci peut être mis en évidence par une expérience simple : un bâton de verre frotté
classification avec un drapdipôle
périodique). attire les
molécules d'eau. électrique. Elle peut être représentée par un dipôle portant les charges q et + q.
Le moment dipolaire de la double liaison C = O est tel que p (C = O) = 2,3 D
Introduction q et
Il apparaît
2) Casdonc
de la deux pôles
molécule
Une électriques
solution
+ qde
de dioxyde di↵érents
séparées
carboneparCO et distincts
la distance
2
d. dipôle
soluté,aux extrémités
solide de la liaison
ionique ou moléculaire, dans H
un -solvant.
Cl. On dit que
Lorsque le
cette liaison Représentation
est polarisée. IldeenLewis
résulte
Ce que la molécule
est Caractéristiques
HCl
représentéprésente
par un un
vecteur géométriques
caractère
colinéaire dipolaire.
à la liaison et
eut être représentée par un dipôle portant les charges q et +solution
moment dipolaire q. aqueuse. p orienté
du pôle vers le pôle + du dipôle.
- La molécule de dioxyde de carbone
Une de
Le moment dipolaire solution
:
électrolytique
la double estest
liaison C = O unetel solution
q et classificationdpériodique).
que p (C =contenant
C=O 116 pm
des ions. Alors, elle conduit le courant, mais est
O) = 2,3 D
a distance d. n Debye
électriquement neutre (symboleglobale
(compensation D). des charges électriques).
Ex : : p (H Cl) = 1,1 D. Molécule linéaire
Représentation
olaire est représenté par un vecteur pdecolinéaire
Lewis à la liaison etCaractéristiques
orienté géométriques
"

"

Conclusion : I.
Une liaison polaires
Solvants covalenteetest polarisée lorsque les deux atomes liés ont des électronégativités différentes.
apolaires
pôle + du dipôle. O =d CC=O 116 pm
I I .3. I .1. Les solvants polaires
-q Molécule linéaire
mbole D). eau H2
"

charge partielle 2(+dipolaire


q) sur non nul. "

: p (H Cl) = 1,1 D. Une molécule,p (H O eux atomes A et B, est polarisée si ces deux atomes ont des électronégativités différentes. Plus
entre 2 O=C
, ci-contre ,en
plus la liaison est polarisée, et plus le moment dipolaire p est
ée lorsque les deux atomes liéspolaire ont des électronégativités - q bas, de formule CH3 CH2 OH est une molécule ( A B)
: donc un solvant polaire. différentes.
chargegrand.
partielle
Une2(+
Cette sur diatomique
q) molécule
molécule constituée
possède de deux
des liaisons atomes: Cidentiques
polarisées O et H estO.apolaire. UneCmolécule
Les liaisons H sont diatomique
constituée detrès
deuxfaiblement polarisées.
atomes différents est généralement polaire.
On a : p (C O p (H O
Par construction géométrique, on trouve :
p (CH3CH2OH le polyatomique (possédant plus de deux atomes)

_______________________________________________________________________________________________
COMPRENDRE Cours Chapitre 11 Première S !"
olarisée si ces deux atomes ont des électronégativités
I .2. Les solvants apolairesdifférentes. Plus
_______________________________________________________________________________________________
Un solvant constitué de molécules apolaires est un solvant apolaire.
, plus la liaisonCOMPRENDRE
est polarisée, et :plus le11moment dipolaire p ( A B) est
Cours
Ex Chapitre Première S !"
Ici, les deux liaisons sont polarisées
molécules apolaires.mais les deux barycentres sont confondus, la molécule est apolaire.
- La molécule
de deux atomes de tétrachlorure
identiques Cela vient
est apolaire.dude
faitcarbone
que
Une CClC4 , ci-contre,
la liaison
molécule est polarisée.
H est faiblement
diatomique apolaire bien que la liaison C - Cl soit polarisée.
Cette particularité est liée à la géométrie de la molécule. L’atome de carbone est au centre d’un tétraèdre
_______________________________________________________________________________________________
La molécule de
11tétrachlorure de carbone CCl , ci-contre, est apolaire bien que la liaison !"
régulierCOMPRENDRE
ralement polaire. Cours
dont les atomes Chapitre
de chlore occupent les sommets.4 La somme vectorielle de tous lesPremière
C Cl soit polarisée. Cette particularité est liée à la géométrie de la molécule.
S
moments dipolaires
est nulle. régulier dont les atomes de chlore
occupent les sommets. La somme vectorielle de tous les moments dipolaires est nulle.
possédant plus de deux atomes)

_______________________________________________________
Première S !"

_______________________________________________________________________________________________
COMPRENDRE Cours Chapitre 11 Première S !"

51
51
de tels édifices, et par quels mécanismes cela est-il possible.
III Cohésion des solides
1 Les solides ioniques
Dans un cristal ionique, chaque ion s’entoure d’ions de signes opposés. La cohésion des solides ioniques est
assurée par une interaction électrostatique selon la loi de Coulomb. L’empilement des ions est tel que les
attractions électriques entre anions et cations soient maximales et les répulsions entre ions de même charge
anions et de cations assimilables à des
minimales. Les ions d’un solide ionique étant fixes, il est un isolant électrique.
ctriquement neutre.

Cl.
Na + (qui
Cl (qui chacun porte une

fluorine)
uement neutre, un ion calcium Ca 2+ (qui
accompagné de deux ions fluorure F (qui

c CaF2.

re et la proportion
2 desLes
ions présents
solides dans le cristal sans mentionner les
moléculaires
La cohésion des solides moléculaires est assurée par deux types d’interactions intermoléculaires :
- les interactions de Van der Walls ;
- les liaisons hydrogène.
on du solide ionique
a Les interactions de Van der Walls
Les interactions de Van der Walls sont des interactions entre dipôles électriques.
Exemple : existant entre ces ions de
ction de Coulomb)
u solide ionique.
- Molécule de I - Cl : dipôle permanent
- Molécule de I2 : dipôle instantané
me signe.
b La liaison hydrogène maille
cristal (maille qui seatome d’hydrogène, lié à un atome A très électronégatif, interagit
Une liaison hydrogène se forme lorsqu’un
avec un atome B, également très électronégatif et porteur d’un doublet non liant (O, N, Cl, F). Cette liaison est
ct notée en pointillé et les trois atomes concernés sont alignés.

tendance d'un élément à attirer le doublet d'une liaison covalente dans

augmente lorsqu'on se déplace de gauche à droite dans une période (ligne)


nts.
____________________________________________________________
52
52 !"
Première S
Ex : Liaison hydrogène entre deux molécules d’eau :

La liaison hydrogène correspond à une interaction électrostatique entre l’atome d’hydrogène, qui porte un
excès de charge partielle positive, et le doublet non liant d’un atome O, N ou F.
Remarques :
Les liaisons hydrogènes sont plus intenses que les liaisons de Van der Walls mais beaucoup moins intense
qu’une liaison covalente. Les interactions qui assurent la cohésion des solides moléculaires sont plus faibles
que celles qui assurent la cohésion des solides ioniques

53
53
IV solvant
dans un La dissolution
polaire
1 Dissolution d’un solide ionique dans un solvant polaire
a Dissolution d’un solide ionique dans l’eau
de ionique
liés par des forces électrostatiques (1er schéma), en étant en
à se dissoudre. Pour nous, à l' nu, il semble "disparaître" dans
Etape 1 : dissociation du solide
ours de destruction : les ions sont séparés ionique les uns des autres par le
Un cristal ionique, constitué d’ions liés par des forces électrosta-
liquide, chacun de leur
tiques (1er côtéen: étant
schéma), ils sont trop petits
en contact pour
avec l’eau être visibles
commence à
). se dissoudre. Pour nous, à l’œil nu, il semble “disparaître” dans
l’eau. En fait, le cristal est en cours de destruction : les ions sont
séparés les uns des autres par le solvant. Ils se libèrent dans le li-
vatation) des
quide,ions
chacun de leur côté : ils sont trop petits pour être visibles
ari individuellement aux
(2èmeions positifs par son côté Oxygène,
schéma).
s par ses côtés Hydrogène, « positif ». Cela s'appelle l'hydratation
Etape 2 : hydratation (ou solvatation) des ions
La molécule d’eau étant polarisée, elle s’associe aux ions positifs
à dix molécu
par son côté Oxygène, “”négatif”, et aux ions négatifs par ses côtés
Hydrogène, “positif”. Cela s’appelle l’hydratation (3ème schéma).
Ils peuvent s’entourer de deux à dix molécules d’eau.

Etape 3 : dispersion des ions


t. Sous l’e↵et de l’agitation thermique, les ions hydratés s’éloignent
peu à peu les uns des autres. Ils se dispersent dans le solvant.

queuse du solide
b ionique,
Equation l'eau
d’une dont nous
réaction verronsdans
de dissolution les l’eau
propriétés plus loin, détruit le
nt par exemple :
Lors de la mise en solution aqueuse du solide ionique, l’eau dont nous verrons les propriétés plus loin, détruit
le cristal. On écrira provisoirement par exemple :

) NaCl(s) → Na+ −
(aq) + Cl(aq)

vec le symbole (aq) en indice. CaF2 (s) → Ca2+ −


(aq) + 2F(aq)

Les ionsdans
s ions se réalise hydratés
toutsont notés avec
solvant le symbole (aq) en indice.
polaire
Remarque : la solvatation des ions se réalise dans tout solvant polaire (eau, éthanol, acétone, ...). Le chlorure
ut en colorant le se
de cobalt solvant decolorant
dissout en deux façons
le solvantdifférentes
de deux façons di↵érentes : rouge dans l’eau, bleu dans l’éthanol.
En revanche les solides ioniques sont insolubles dans les solvants apolaires : cyclohexane, dichlorométhane,
ques sont toluène ...
insolubles dans les solvants apolaires : cyclohexane, dichlorométhane,
2 Dissolution d’un solide moléculaire dans un solvant
a Dissolution d’un solide moléculaire polaire

Pour s’en convaincre, il suffit de comprendre qu’il s’établit des interactions de Van der Waals entre les molé-
cules du solvant et celles du soluté.
Ex : les molécules d’acétone (polaires) se dissolvent bien dans les molécules d’eau (polaires).
Parfois, il est nécessaire de former des liaisons hydrogène, entre les molécules du solvant et celles du soluté.
Ex : C’est le cas du saccharose (polaire) très soluble dans l’eau (polaire).
res sont solubles dans les solvants moléculaires polaires.
C12 H22 O11 (s) → C12 H22 O11 (aq)

interactions de Van der Waals entre les molécules


54
54
b Dissolution d’un solide moléculaire apolaire
Ex : la molécule de diiode I2 , peu soluble dans l’eau, est très soluble dans le cyclohexane C6 H6 , solvant apolaire.

V Effets des transferts thermiques


Agitation thermique :
Les molécules ou les ions empilés dans un état solide ne sont pas rigoureusement immobiles. Ils sont ani-
més d’un mouvement de vibration appelé agitation thermique. Une élévation de température est liée à une
augmentation de l’agitation thermique des molécules ou des ions.
Transfert thermique et température :
Lorsque deux corps de températures di↵érentes sont mis en contact, le corps le plus froid reçoit de l’énergie
du corps le plus chaud par un transfert thermique. Le transfert cesse quand les deux corps sont à la même
température.
Transfert thermique et changement d’état :
Lors d’un changement d’état, la température d’un corps pur reste constante. Si un corps pur reçoit de l’énergie
par transfert thermique, alors il passe à un état moins ordonné (du solide au liquide puis au gaz) ; il cède de
l’énergie dans le cas contraire (du gaz au liquide puis au solide)

55
55
Chapitre 11

Ressources énergétiques et
énergie électrique

I Ressources énergétiques

1 Ressources renouvelables et non renouvelables


On distingue les ressources énergétiques renouvelables des ressources énergétiques non renouvelables selon
leur durée d’exploitation et leur durée de reconstitution.

• Si le stock de ressources se reconstitue, par des mécanismes naturels, aussi vite ou plus vite qu’il ne
disparaît par son exploitation, alors on parle de ressource énergétique renouvelable. Ex : éolien, hydrau-
lique, solaire, géothermique, biomasse. (Le “solaire” est quasiment illimité à notre échelle de temps).

• Si le stock de ressources se reconstitue moins vite (ou plus du tout) qu’il ne disparaît par son exploitation,
alors on parle de ressource énergétique non renouvelable. Ex : les ressources fossiles comme le pétrole
(hydrocarbures), le charbon, le gaz (méthane), ou les ressources nucléaires (uranium).

2 Inventaire des ressources disponibles


a Énergie chimique fossile : Charbon, pétrole et gaz naturel

Énergie chimique ������→ Énergie thermique


Combustion

Ressources :
200 ans pour le charbon
60 ans pour le gaz naturel
40 ans pour le pétrole

b Énergie éolienne : mouvement de l’air (vent)

Énergie mécanique ������→ Électricité


Alternateur

Ressources : Illimitées (Énergie renouvelable)

c Énergie nucléaire : Fission de l’uranium 235

Énergie nucléaire �����������→ Électricité


T urbine+alternateur

Ressources : 100 ans pour l’uranium (ressources fissiles)

d Énergie hydraulique : Les barrages hydroélectriques

Énergie mécanique �����������→ Électricité


T urbine+alternateur

Ressources : Illimitées (Énergie renouvelable)

56
56
e La biomasse : Utilisation des végétaux

Énergie chimique ������→ Énergie thermique


Combustion

Ressources : Durée de croissance des végétaux (problème) / Renouvelables ?

f Énergie solaire : Rayonnement solaire

Énergie du rayonnement solaire �����������→ Électricité


Panneaux voltaïques

Énergie du rayonnement solaire ���������→ Énergie thermique


Capteurs solaires

Ressources : Illimitées (Énergie renouvelable) mais problème de la durée de croissance des végétaux ?

g La Géothermie : Sous-sol terrestre

Énergie thermique du sous-sol ���������→ Énergie thermique (pour chau↵age)


Pompe à chaleur

Ressources : 100 000 ans

3 Stockage et transport de l’énergie


L’énergie éolienne et l’énergie solaire sont des énergies renouvelables qui dépendent des conditions clima-
tiques. Leur production est donc intermittente. Il faut donc stocker l’énergie récupérée. Actuellement, on
dispose de deux possibilités : on peut utiliser les accumulateurs ou les barrages hydroélectriques.

• Dans les accumulateurs, l’énergie électrique est stockée sous forme d’énergie chimique.

• Dans un barrage hydroélectrique, l’énergie électrique est convertie en énergie potentielle de pesanteur.
Dans ce cas, au moment désiré, on fait couler l’eau dans une conduite forcée. Cette eau fait tourner une
turbine qui entraîne un alternateur et produit de l’énergie électrique.

4 Transport de l’énergie électrique


L’électricité est le mode principal de transport de l’énergie. On utilise pour cela des lignes électriques dans
lesquelles existe une dissipation de l’énergie par e↵et Joule. Pour limiter cet e↵et Joule, on utilise des lignes
haute tension (400 kV), car plus la tension est élevée, plus l’énergie dissipée est faible pour une même énergie
transportée. On utilise des transformateurs de tension soit pour élever la tension lors de son transport, soit
pour la diminuer lors du service vers les utilisateurs. Au départ, il faut la fabriquer à partir d’une source
primaire fossile, nucléaire ou renouvelable. À l’arrivée, pour se servir de l’électricité, il faut la transformer :

• En travail : on utilise comme convertisseur le moteur électrique ;

• En chaleur : le convertisseur est le radiateur ;

• En froid : le convertisseur est le réfrigérateur ou le climatiseur

• En lumière : le convertisseur est la lampe électrique (lampe à incandescence, tube fluorescent, diode
électroluminescente) ;

• En information : le convertisseur est l’ordinateur, la télévision, ...

II Etude énergétique d’un récepteur électrique


Toute la suite n’est vraie pour les courants continus (variables, sinusoïdaux).

57
57
1 Energie et puissance électriques
Un récepteur est un appareil qui convertit l’énergie électrique qu’il reçoit en une autre forme d’énergie. Un
récepteur est dit passif si toute l’énergie qu’il reçoit est convertie en énergie thermique (conducteur ohmique
par exemple). Un récepteur est dit actif s’il convertit une partie de l’énergie électrique qu’il reçoit en une autre
forme d’énergie que l’énergie thermique.
On applique la “convention récepteur” pour définir le sens dans lequel l’intensité et la tension sont comptés «
positifs » : le courant "descend" les potentiels.

L’énergie électrique Ee reçue par le récepteur (en J) pendant la durée t (en s) est proportionnelle à la tension
électrique U aux bornes du récepteur (en V) et de l’intensité I du courant traversant le récepteur (en A).

Ee = U × I × t (11.1)
La puissance électrique notée P (en W) traduit la “rapidité de transfert” de l’énergie électrique Ee (en J) reçue
par le récepteur pendant la durée t (en s).

P=
Ee
(11.2)
t
Ex : DEL (1 mW), Ampoule (100 W), Réfrigérateur (1 kW), Installation domestique (10 kW), Moteur TGV (1
MW)

2 Effet Joule et loi d’Ohm


Un conducteur ohmique est un dipôle, caractérisé par sa résistance R. Toute l’énergie électrique qu’il reçoit est
par définition transformée en énergie thermique et en rayonnement (IR) par e↵et Joule.
Il vérifie la loi d’Ohm. La tension à ses bornes est proportionnelle à l’intensité du courant qui le traverse.

U = R×I (11.3)
- U : Tension électrique aux bornes du conducteur ohmique en volts (V)
- R : Résistance du conducteur ohmique en ohms (⌦)
- I : Intensité du courant traversant le conducteur ohmique en ampères (A)
On appelle “e↵et Joule”, l’e↵et thermique associé au passage du courant électrique dans un conducteur oh-
mique. L’énergie dissipée par e↵et Joule EJ se calcule ainsi :

EJ = R × I 2 × t (11.4)

La puissance PJ dissipée par e↵et Joule est :

PJ = R × I 2 (11.5)

III Etude énergétique d’un générateur électrique


1 Tension aux bornes d’un générateur
Caractéristique d’un générateur :
La caractéristique UAB = f (I) d’un générateur a l’allure suivante :
Cette caractéristique est linéaire et ne passe pas par l’origine. Son équation est de la forme U = a.I + b.
- L’ordonnée à l’origine b a la dimension d’une tension. Cette tension est appelée “force électromotrice du
générateur” ou f.e.m (que l’on appelle aussi tension à vide) et est notée E (en V).

58
58
- Le coefficient directeur a est négatif et s’exprime en V.A−1 , c’est à dire en ohms. Il a donc la dimension d’une
résistance. Le coefficient directeur représente l’opposé de la résistance interne du générateur et est noté −r.
On en déduit la loi d’ohm pour un générateur :

UG = E − r × I (11.6)
- UG : Tension électrique aux bornes du générateur, en volts (V)
- r : Résistance interne du générateur, en ohms (⌦)
- I : Intensité du courant traversant le générateur, en ampères (A)

2 Energie transférée
L’énergie électrique EG fournie par le générateur (en J) pendant la durée t (en s) est proportionnelle à la
tension électrique U à ses bornes (en V) et à l’intensité I du courant qui traverse le circuit (en A).

EG = UG × I × t (11.7)
La puissance électrique notée PG (en W) traduit la “rapidité de transfert” de l’énergie électrique EG (en J) par
le générateur pendant la durée t (en s).

PG =
EG
(11.8)
t
Ex : Groupe électrogène domestique (1 kW), Usine marémotrice (100 MW), Réacteur nucléaire (1 GW).

59
59
IV Transferts d’énergie
1 Exemples de chaine énergétique
Une chaîne énergétique illustre le principe de conservation d’énergie. La somme des énergies qui “entrent”
dans le système est égale à la somme des énergies qui en “sortent”.

Exemple :
Un générateur électrique qui alimente un moteur qui élève un objet de masse m d’une hauteur h.
Le générateur fournie l’énergie électrique Ee .
Le moteur électrique transforme une partie de cette énergie en énergie mécanique Em .
I V.1. Exemples de chaine énergétique
Inévitablement l’énergie est dissipée par e↵et Joule et par les frottements.
Une chaîne énergétique illustre le principe de .
Schéma
La somme des énergies qui du dispositif
« entrent » dans le: système est égale à la somme des énergies qui en « sortent ».

emple : un générateur électrique qui alimente un moteur qui


ve un objet de masse m h.
I V.1. Exemples
Ee. de chaine énergétique
Le moteur électrique transforme une partie de cette
Une chaîne
énergie en énergie mécanique Em. énergétique illustre le principe de .
La somme des énergies qui « entrent » dans le système est égale à la somme des énergies qui en « sortent ».
par les frottements.
Exemple : un générateur électrique qui alimente un moteur qui
Schéma du dispositif :
élève un objet de masse m h.
Ee.
Le moteur électrique transforme une partie de cette
énergie = Eénergie
Ee en m + Ed mécanique E m.

par les frottements.

Schéma du dispositif :
Schéma de la chaîne énergétique :

Principe de conservation de l’énergie : Ee = Em + Ed

Ee = Em + Ed (11.9)

Schéma de la chaîne
Schéma énergétique
de la chaîne :
énergétique :

I V.2. Notion de rendement de conversion

Le rendement de conversion , est un nombre positif défini comme le rapport


ou utile Eutile Ereçue.

Eutile
Ereçue

Il faut exprimer les deux énergies dans la même unité.


Le rendement

Nécessairement, on a un rendement < 1.


I V.2. Notion de rendement de conversion
2 Notion de rendement de conversion
Le rendement de conversion , est un nombre positif défini comme le rapport
____________________________________________________________________________________________
ou utile Eutile
IR Cours Chapitre 16 !" Ereçue.
Eut Première S
⌘= (11.10)
Erec Eutile
Ereçue
60
60 Il faut exprimer les deux énergies dans la même unité.
Le rendement
Le rendement de conversion d’une chaîne énergétique, noté ⌘, est un nombre positif défini comme le rapport
de l’énergie exploitable ou utile Eutile en sortie sur l’énergie reçue en entrée Erec .
Il faut exprimer les deux énergies dans la même unité.
Le rendement ⌘ est une grandeur sans dimension (elle s’exprime sans unité).
Comme il y a des pertes inévitables dans une chaîne énergétique, l’énergie utilisée en entrée est toujours
supérieure à l’énergie recueillie en sortie.
Nécessairement, on a un rendement ⌘ < 1.

Calcul d’un rendement de conversion :


rendement de conversion :
La turbine d’une centrale thermique reçoit en une heure une énergie de 270 GJ et l’alternateur fournit au
réseau électrique une énergie de 208 GJ.
électrique1 une énergie dela208
Représenter GJ. énergétique.
chaîne
Représenter la chaîne énergétique.

Calculer le rendement de conversion de cette centrale.


2 Calculer le rendement de conversion ⌘ de cette centrale.
Eutile Eutile 208
⌘= = = 0,77 = 77 %
Ereçue Ereçue 270

208
270

0,77 77%

61
61
Chapitre 12

Stockage et conversion de
l’énergie chimique

Introduction :
Quelles sont les problématiques du stockage de l’énergie ? Comment s’opère la conversion de l’énergie chi-
mique ? Pour répondre à ces problématiques, on fait intervenir dans ce cours la notion de combustion.

I Réactions de combustion
1 Equation de combustion
La combustion d’un composé organique X (le plus souvent un hydrocarbure ou un alcool) dans le dioxygène
de l’air (le comburant) produit du dioxyde de carbone et de l’eau.
Méthode pour écrire et équilibrer une réaction de combustion :

• On équilibre l’élément Carbone (avec CO2 ), puis l’élément Hydrogène (avec H2 O).

• On équilibre enfin l’élément Oxygène en modifiant le coefficient stœchiométrique devant O2 .

Exemples :
Combustion du méthane :
CH4 (g) + 2O2(g) → CO2 (g) + 2H2 O(l)
Combustion de l’éthanol :
C2 H6 O(l) + 3O2 (g) → 2CO2 (g) + 3H2 O(l)
Remarque :
Lorsque la combustion se fait en milieu confiné, la quantité de dioxygène n’est pas assez importante, et la
combustion devient incomplète. Il se forme alors du monoxyde de carbone CO(g) gaz toxique.

2 Application à la mesure de la masse de CO2 produit.


Enoncé :
On réalise la combustion complète de 20 mL d’éthanol (liquide de densité d = 0,79) dans des conditions telles
que la température est ✓ = 50 ○ C et la pression est P = 1015 hPa. On donne sa masse molaire M = 46 g.mol−1
Questions :

1 Ecrire l’équation de la combustion de l’éthanol.

2 Montrer que la quantité de matière initiale d’éthanol vaut n = 0,34 mol

3 Calculer le volume molaire des gaz dans les conditions de l’expérience.

4 Déterminer à l’aide d’un tableau d’avancement de la réaction :

• le volume de dioxygène nécessaire à la combustion complète de l’éthanol ;


• le volume de dioxyde de carbone formé ;
• la masse d’eau produite.

62
62
Réponses :
1.
C2 H6 O(l) + 3O2 (g) → 2CO2 (g) + 3H2 O(g)

2. L’éthanol étant liquide à 50 C, pour calculer la quantité de matière, on utilise la masse volumique ; si d =
0,79
⇢ = 0,79 g.mL−1
n(C2 H6 O) = ⇢ × V �M(C2 H6 O) = 0,79 × 20�46 = 0,34 mol
3. Dans les conditions de l’expérience, le volume molaire des gaz est : Vm = RT �P = 26,4 L.mol−1
4. Le tableau d’avancement de la réaction est le suivant :

Tableau d’avancement
Avancement C2 H6 O + 3O2 → 2CO2 + 3H2 O
état initial 0 0,34 n 0 0
état intermédiaire x(t) 0,34 -x(t) n - 3x(t) 2x(t) 3x(t)
état final xmax 0,34-xmax n-3xmax 2xmax 3xmax

4.1.
D’après le tableau d’avancement, n(O2 ) = 3xmax = 1,02 mol
donc V (O2 ) = n(O2 ) × Vm = 1,02 × 26,4= 27,2 L
4.2.
n(CO2 ) = 2xmax =0,68 mol
donc V (CO2 ) = n(CO2 ) × V m = 6,8.10 − 1×26,4 =18,1 L
4.3.
n(H2 O) = 3xmax =1,02 mol
donc m(H2 O) = n(H2 O) × M(H2 O) = 1,02 × 18 =18,4 g

II Energie d’une combustion


1 Energie libérée lors d’une combustion
On note Ecomb l’énergie libérée lors de la combustion d’un composé X. Le système chimique libère de l’énergie :
on parle de réaction exothermique. Comme le système “perd” de l’énergie (il la cède au milieu extérieur), alors
Ecomb < 0 (toujours pour une combustion)
On appelle énergie molaire de combustion (ou “chaleur de combustion”), notée Em,comb , l’énergie libérée par 1
mol de combustible consommé. C’est une constante.
On a donc la relation suivante :
Ecomb = n × Em,comb
n : quantité de combustible (en mol)
Ecomb : énergie de combustion (en J)
Em,comb : énergie molaire de combustion (en J.mol−1 )
Ex : Calculer l’énergie libérée par la combustion de 2,0 mol de butane. On précise que l’énergie molaire de
combustion vaut -2877 kJ.mol−1

2 Stockage et conversion de l’énergie chimique


Lors d’une réaction chimique, de l’énergie est libérée ou captée par les molécules et ions. Ce sont les liaisons
chimiques, qui en se formant ou se brisant, transfèrent de l’énergie chimique.
Les combustions font partie des réactions exothermiques qui libèrent de l’énergie chimique. Cette énergie est
convertie en d’autres formes d’énergie, par transfert thermique.
Ex : un moteur de voiture convertit de l’énergie chimique en énergie mécanique (cinétique).
Ordres de grandeur :
• Energies molaires de changement d’état : 10 à 102 kJ.mol−1
• Energies molaires de combustion : 103 à 104 kJ.mol−1
• Energies molaires nucléaires (fission) : 1011 à 1013 kJ.mol−1

63
63
Chapitre 13

Oxydoréduction, piles et
accumulateurs

I Piles et accumulateurs
Ce sont des générateurs électrochimiques (qui produisent de l’énergie électrique à partir d’énergie chimique)
comportant deux conducteurs métalliques, les électrodes, au contact d’un milieu conducteur appelé électro-
lyte.

1 Les piles
Les piles sont regroupées en deux catégories :

• Les piles alcalines ou salines

Elles ont une durée de vie limitée, liée à la quantité de réactifs chimiques présents à l’intérieur. Elles
doivent être recyclées car elles contiennent pour certaines des « métaux lourds » voire polluants. Une
pile saline contient un électrolyte gélifié constitué d’ions. Dans une pile alcaline, l’électrolyte est une
solution très basique.
• Les piles à combustible

Une pile à combustible est une pile alimentée en continu par les réactifs. Les produits formés sont élimi-
nés de la pile en continu. Ces piles sont utilisées notamment dans le domaine spatial.

La transformation mise en jeu dans cette pile à combustible ne produit que de l’eau. C’est une pile “propre”.

64
64
2 Les accumulateurs
Lorsqu’une pile est en fonctionnement, la réaction d’oxydoréduction consomme des réactifs. Une pile est usée
lorsque l’un des réactifs est totalement consommé. Il existe des “piles rechargeables” pour lesquelles il est
possible de reformer les réactifs : ce sont des accumulateurs.
Exemples :
- Les accumulateurs “Ni-Cd” (nickel-cadmium) de durée de vie élevée, mais qui ont tendance à être remplacés
à cause du cadmium, très polluant, et plutôt rare (donc cher).
- Les accumulateurs “Ni-MH” (nickel-métal hydrure) d’énergie massique assez élevée, et non polluante. Ils
sont aussi assez rapides à la charge. Ils se sont imposés dans de nombreux domaines de la vie courante.

3 Fonctionnement d’une pile


Pour comprendre le fonctionnement des piles, on s’appuie sur le TP “Réalisation et étude d’une pile”. La
réalisation de la pile Daniell (pile “Cuivre - Zinc”) ci-dessous permet d’expliquer la production d’énergie
électrique.
Expérience (TP) : étude de la pile Daniell

Interprétation : Un courant circule dans le circuit. Ce courant traverse la résistance de la lame de cuivre vers
la lame de zinc. Dans les solutions aqueuses (à l’intérieur de la pile) :
• Les ions Cu2+ , Zn2+ et K+ se déplacent dans le sens du courant électrique I.

• Les ions SO2− 4 et NO3 se déplacent dans le sens inverse du courant électrique I. Dans les fils (à l’extérieur
de la pile), les électrons se déplacent de lame de zinc vers la lame de cuivre (sens inverse de I).
D’où proviennent ces électrons ?
• Au niveau de la lame de zinc, le zinc métallique est oxydé :

Zn(s) = Zn2+
(aq) + 2e

• Les électrons libérés se déplacent vers la lame de cuivre en passant dans le fil.
• Au niveau de la lame de cuivre, les électrons sont consommés par la réduction des ions cuivre (II) :

(aq) + 2e = Cu(s)
Cu2+

• L’électroneutralité de chacune des solutions est assurée par le pont salin :


- Les ions NO3− se déplacent du pont salin vers le bécher 1 pour compenser l’apparition des ions Zn2+ .
- Les ions K+ se déplacent du pont salin vers le bécher 2 pour compenser la disparition des ions Cu2+ .
Conclusion : Il y a donc eu échange d’électrons entre le zinc métallique et les ions cuivre (II) de façon indirecte
par l’intermédiaire du circuit extérieur. Le bilan de cet échange s’écrit :

(aq) + Zn(s) = Cu(s) + Zn(aq)


Cu2+ 2+

Ce transfert indirect d’électrons est utilisé pour produire un courant électrique. Ainsi, le montage réalisé
représente une pile.

65
65
II Notions d’oxydants et réducteurs

1 Définitions et exemples
Les réducteurs
Un réducteur est une espèce susceptible de donner un ou plusieurs électron(s).
Par exemple :
Le zinc est un réducteur car il est capable de donner deux électrons en donnant l’ion zinc (II).


Zn(s) = Zn2+
(aq) + 2e

L’ion fer (II) est un réducteur car il est capable de donner un électron en donnant l’ion fer (III).


(aq) = Fe(aq) + e
Fe2+ 3+

Les oxydants
Un oxydant est une espèce susceptible de capter un ou plusieurs électron(s).
Par exemple :
L’ion tétrathionate (S4 O2−
6 (aq)) est un oxydant car il est capable de capter deux électrons en donnant l’ion
thiosulfate(S2 O2−
3 (aq)).


6 (aq) + 2e = 2S2 O3 (aq)
S4 O2− 2−

L’ion permanganate (MnO−


4 (aq) ) est un oxydant en milieu acide car il est capable de capter cinq électrons en
donnant l’ion manganèse (II) (Mn2+ (aq) ).

MnO− − +
4 (aq) + 5e + 8H(aq) = Mn(aq) + 4H2 O(l)
2+

Remarques :
Les écritures précédentes sont appelées demi-équations d’oxydoréduction (ou demi-équations redox).
L’écriture correcte de ces demi-équations rédox est fondée sur les lois de conservation des éléments d’une part
et de la charge électrique d’autre part. La méthode est détaillée ensuite ...

2 Couple oxydant / réducteur (ou couple rédox)


Les exemples suivants se retrouvent couramment au lycée, en chimie ... Un couple oxydant / réducteur est
l’ensemble formé par un oxydant et un réducteur qui se correspondent dans la même demi-équation rédox.

oxydant + ne − = réducteur

Couple Oxydant / Réducteur Demi-équation rédox


H+ (aq) �H2 (g) 2H+ −
(aq) + 2e = H2 (g)

Mn+(aq) �M(s) Mn+(aq) + ne = M(s)

Fe(aq) �Fe2+
3+
(aq) Fe(aq) + e = Fe2+
3+
(aq)
MnO− 4 (aq) �Mn 2+
(aq) MnO−
4 (aq) + 5e −
+ 8H +
(aq) = Mn (aq) + 4H2 O(l)
2+

I2 (aq)�I− (aq)
− −
I2 (aq) + 2e = 2I(aq)

6 (aq) �S2 O3 (aq)
S4 O2− 6 (aq) + 2e = 2S2 O3 (aq)
2−
S4 O2− 2−

Les principaux oxydants sont les corps simples correspondant aux éléments situés à droite du tableau pério-
dique des éléments (O2 , Cl2 etc...).
Les principaux réducteurs sont les métaux, en particulier ceux de la colonne I (métaux alcalins) et de la colonne
II (métaux alcalino-terreux).

66
66
III Réaction d’oxydoréduction (ou réaction rédox)
1 Demi-équations d’oxydoréduction
L’écriture des demi-équations rédox est fondée sur les lois de conservation des éléments et des charges élec-
triques.
- La conservation de la charge électrique est assurée par les électrons.
- La conservation des éléments nécessite, le cas échéant, l’intervention de l’oxygène (on le trouve dans l’eau
H2 O pour les solutions aqueuses) et/ou des ions H+ +
(aq) ou H3 O(aq ) (pour certaines réactions qui ont lieu en
milieu acide).
Exemple : On considère le couple MnO− 2+
4 (aq) / Mn (aq) et l’on veut écrire la demi-équation d’oxydoréduction
correspondante.
On écrit :
MnO− 4 (aq) = Mn(aq)
2+

L’élément manganèse est équilibré. Il faut équilibrer l’élément oxygène. En milieu aqueux cela se fait avec
l’eau.

MnO−
4 (aq) = Mn(aq) + 4H2 O(l)
2+

Il faut équilibrer l’élément hydrogène introduit par l’eau. En milieu acide on utilise H+ (aq) (ou H3 O+ )

MnO− +
4 (aq) + 8H(aq) = Mn(aq) + 4H2 O(l)
2+

Il reste à équilibrer les charges électriques. On utilise pour cela les électrons.

MnO− + −
4 (aq) + 8H(aq) + 5e = Mn(aq) + 4H2 O(l)
2+

2 Les réactions d’oxydoréduction


Une réaction d’oxydoréduction met en jeu deux couples rédox. Elle consiste en un transfert d’électrons du
réducteur de l’un des couples à l’oxydant de l’autre couple.
Tous les électrons cédés par le réducteur du premier couple sont captés par l’oxydant du deuxième couple. Par
conséquent il n’apparaît aucun électron dans l’équation de la réaction.
On écrira :

(réducteur1 = oxydant1 + n1 .e− ) × n2

(oxydant2 + n2 .e − = réducteur2 ) × n1
————————————————————————————————————————————————–

n2 .réducteur1 + n1 .oxydant2 = n2 .oxydant1 + n1 .réducteur2

Exemples :

Ex 1 : équation de l’oxydation des ions fer (II) par les ions permanganate en milieu acide

(Fe2+
(aq) = Fe(aq) + e ) × 5
3+

MnO− + −
4 (aq) + 8H (aq) + 5e = Mn(aq) + 4H2 O(l)
2+

————————————————————————————————————————————————–
− +
(aq) + MnO4 (aq) + 8H(aq) = 5Fe(aq) + Mn(aq) + 4H2 O(l)
5Fe2+ 3+ 2+

67
67
Ex 2 : équation de réaction ayant lieu dans une pile à combustible “”hydrogène / oxygène”

O2 (g) + 4H+ (aq) + 4e− = 2H2 O(l)

(H2 (g) = 2H+ −


(aq) + 2e ) × 2
—————————————————————————————————————————————————

2H2 (g) + O2 (g) = 2H2 O(l)

68
68
Chapitre 14

Créer et innover

I Elaboration de nouveaux matériaux


1 Domaines de développement de molécules complexes
L’élaboration de molécules à architecture complexe, à partir de produits simples et peu coûteux, constitue l’un
des nouveaux défis de l’industrie chimique, qui fabrique les matières actives pour la pharmacie (synthèse des
médicaments), l’agrochimie (phytosanitaires...), la parachimie (peintures, adhésifs...), la physique des maté-
riaux (conduction, résistance aux contraintes) ...
La synthèse de molécules complexes consiste à construire des édifices moléculaires en utilisant des réactions
répondant à un certain nombre de critères de sélectivité. L’allongement des synthèses augmente graduellement
la complexité, donc la valeur commerciale d’une molécule.
Ex : le graphène (ci-contre) est un cristal plan (à 2 dimensions !) d’atomes de carbone empilés comme du
graphite.

2 Critères de la synthèse de molécules complexes


La synthèse optimisée de molécules complexes doit répondre à cinq critères essentiels :
• Obtenir des produits toujours plus performants et présentant un seul type de propriété, sans e↵ets se-
condaires indésirables.
• Reposer sur des procédés de synthèse "propres" donc respectueux de l’environnement et de rendement
élevé, ce qui nécessite généralement de développer au maximum les processus catalytiques.
• Diminuer le coût de revient d’une molécule en réduisant le nombre d’étapes d’une synthèse.
• Minimiser les co-produits et les e✏uents.
• Recycler les solvants.

II Synthèse de molécules biologiquement actives


1 Obtention de molécules biologiquement actives
Voir TP : “Synthèse du paracétamol”

69
69
Une molécule biologiquement active est une molécule qui a la propriété d’interagir avec l’organisme. Il est
possible de produire ces espèces :
- par synthèse, à partir de molécules simples ;
- par hémisynthèse, à partir d’espèces chimiques naturelles ayant une structure proche, appelées précurseurs.

2 Rendement d’une synthèse


Lors d’une synthèse, la masse de produit obtenue est toujours inférieure à la masse attendue car les di↵érentes
étapes entraînent des pertes de produits.
Définition : Le rendement ⌘ d’une transformation chimique est le rapport, exprimé en pourcentage, entre
la masse de produit e↵ectivement obtenu et la masse maximale attendue, calculée avec l’hypothèse d’une
réaction totale.

mexpérimentale
⌘= (14.1)
mattendue

3 Nanochimie
Elles présentent un comportement spécifique du fait de leur structure et de leur géométrie. Les scientifiques
cherchent à exploiter les propriétés physiques et chimiques particulières de ces nanoparticules.

70
70
Chapitre 15

Des atomes aux molécules

I Formation des molécules

1 Qu’est ce qu’une molécule ?


Une molécule est constituée d’un assemblage d’atomes. Elle est électriquement neutre. Chaque molécule est
représentée par une formule brute qui traduit sa composition. Pour écrire la formule brute d’une molécule,
on écrit côte à côte les symboles des atomes qui la constituent, en précisant en indice, à droite du symbole, le
nombre d’atomes.
Exemples : la molécule d’eau de formule brute H2 O est constitué de 2 atomes d’hydrogène et d’un atome
d’oxygène la molécule de méthane de formule brute CH4 est constitué d’un atome de carbone et 4 atomes
d’hydrogène

2 Liaison covalente
Définition
Une liaison covalente est une liaison qui lie deux atomes, celle-ci étant créée par la mise en commun d’un
électron par chaque atome.

Règles du duet et de l’octet


Ces deux atomes vont se lier afin d’acquérir de la stabilité, cette liaison covalente va leur permettre à chacun
de respecter la règle du duet ou de l’octet.

Rappelons ces deux règles :

• La règle du duet stipule que les éléments dont le numéro atomique est inférieure ou égal à 4 cherchent à
obtenir un duet d’électrons sur leur couche externe (couche de valence).

• La règle de l’octet stipule que les éléments dont le numéro atomique est supérieur à 4 cherchent à obtenir
un octet d’électrons sur leur couche externe (couche de valence).

Exemple : la molécule de fluorure d’hydrogène HF

• L’hydrogène (Z=1) a pour configuration électronique (K)1 , il doit donc gagner un électron pour respec-
ter la règle du duet.

• Le fluor (Z=7) a pour configuration électronique (K)2 (L)7 , il doit donc gagner un électron pour respecter
la règle de l’octet.

• Ces deux éléments mettent en commun chacun un électron : l’hydrogène le seul qu’il a, le fluor un de
ses 7 électrons de valence.

• Les deux électrons mis en commun qui forment la liaison covalente appartiennent à présent aux deux
atomes, ce qui leur permet à chacun de respecter leur règle.

71
71
Quelques atomes et le nombre de liaisons covalentes qui peuvent former
Ainsi, grâce à la configuration électronique des atomes, on peut déterminer le nombre de liaisons covalentes
qu’ils doivent former pour se stabiliser :

• L’atome d’hydrogène (H, Z = 1, (K)1 ) formera toujours une seule liaison covalente avec d’autres atomes.

• L’atome de carbone (C, Z = 6, (K)2 (L)4 ) formera 4 liaisons covalentes avec d’autres atomes (il obtiendra
ainsi l’octet d’électrons sur sa couche externe).

• L’atome d’azote (N, Z = 7, (K)2 (L)5 ) formera 3 liaisons covalentes avec d’autres atomes.

• L’atome d’oxygène (O, Z = 8, (K)2 (L)6 ) formera 2 liaisons covalentes avec d’autres atomes.

Remarque
Il existe des liaisons covalentes doubles entre deux atomes (et même des triples), elles comptent alors pour
deux liaisons covalentes simples (ou trois).
La formule de Lewis d’une molécule est assez compliquée à établir mais elle apporte de précieuses informa-
tions ; notamment celle de connaître la géométrie des molécules.

3 Compréhension des formules de Lewis, exemples


a Qu’est-ce qu’une formule de Lewis ?

La formule de Lewis d’une molécule est une formule développée qui fait apparaître toutes les liaisons cova-
lentes entre les atomes ainsi que les liaisons non covalentes appelées doublets non liants.

b Qu’est-ce qu’un doublet non liant ?

Un doublet non liant est formé par une paire d’électron et est porté par un atome. Ces électrons sont ceux de
la couche externe de l’atome qui ne participe pas aux liaisons covalentes.

Ex : l’atome d’azote (N, Z = 7, (K)2 (L)5 ) formera trois liaisons covalentes avec d’autres atomes comme on
l’a dit plus haut. Il doit donc mettre en commun trois de ses 5 électrons présents sur sa couche externe.
Il restera ainsi deux électrons sur sa couche externe qui ne participent pas aux liaisons covalentes, ce sont eux
qui forment le doublet non liant que portera l’atome d’azote dans les formules de Lewis.

c Exemple 1 : la molécule de méthane :

Cette molécule de formule brute CH4 a une formule de Lewis identique a sa formule développée : 1 atome de
carbone central partage 4 liaisons covalentes avec 4 atomes d’hydrogène :

H C H

d Exemple 2 : la molécule d’ammoniac :

Sa formule brute est N H3 . L’atome d’azote N a besoin d’échanger 3 liaisons covalentes, chaque atome d’hydro-
gène 1 seule. Chaque atome d’hydrogène partage donc une liaison covalente avec l’azote.
Sur la couche externe de l’azote il y a 5 électrons (N, Z = 7, (K)2 (L)5 ), 3 participent aux liaisons covalentes, il
en reste 2 qui forment un doublet non liant.
La formule de Lewis de l’ammoniac est donc :

H N H

72
72
e Exemple 3 : la molécule d’eau :
La molécule d’eau a pour formule brute H2 O. Chaque atome d’hydrogène a besoin d’échanger 1 liaison cova-
lente, l’atome d’oxygène a besoin d’échanger 2 liaisons covalentes.

Aussi, dans la formule de Lewis de cette molécule apparaîtront 2 doublets non liants sur l’atome d’oxygène :
En e↵et, l’atome d’oxygène (O, Z = 8, (K)2 (L)6 ) utilise 2 électrons de sa couche externe pour créer 2 liaisons
covalentes. Il reste donc 4 électrons sur cette couche de valence qui ne participe pas aux liaisons covalentes :
ces 4 électrons forment les 2 doublets non liants.

On obtient pour formule de Lewis :

O
H H

f Exemple 4 : la molécule de dioxyde de carbone :


Sa formule brute est CO2 . L’atome de carbone doit échanger 4 liaisons covalentes, chaque atome d’oxygène
doit en échanger 2.
Et, comme nous l’avons vu avec la molécule d’eau, chaque atome d’oxygène porte deux doublets non liants.

La formule de Lewis de la molécule de dioxyde de carbone est donc :

4 Géométrie des molécules


Maintenant que nous avons vu et compris la construction de quelques formules de Lewis, on peut expliquer la
géométrie de ces mêmes molécules. L’information importante est que les doublets, liants (liaisons covalentes et
non liants) s’orientent dans l’espace afin de minimiser les répulsions. Il en résulte des géométries de molécules
en 2D ou en 3D.

a Exemple 1 : la molécule de méthane :


La molécule de méthane comporte donc un atome central de carbone relié par 4 liaisons covalentes avec 4
atomes d’hydrogène.
La figure géométrique qui minimise les répulsion entre ces 4 doublets liants est le tétraèdre. La molécule de
méthane est donc tétraédrique :

Figure 15.1 – Molécule de méthane : modélisation 3D et représentation de Cram

b Exemple 2 : la molécule d’ammoniac :


La molécule d’ammoniac comporte elle aussi un atome d’azote central, autour duquel il y a 3 liaisons cova-
lentes et un doublet non liant.
La répulsion entre les doublets se faisant indi↵éremment entre doublet liant et non liant, l’ensemble est tétra-
édrique, mais les atomes forment eux une pyramide qui a pour sommet l’atome d’azote :

73
73
  




Figure 15.2 – Molécule d’ammoniac : modélisation 3D et représentation de Cram

c Exemple 3 : la molécule d’eau :

Cette fois, l’atome central est l’oxygène, il est lié à deux atomes par 2 liaisons covalentes et possèdent autour
de lui 2 doublets non liants.
L’ensemble est encore un tétraèdre mais si ion ne considère que les atomes, on obtient une molécule plane
coudée :




Figure 15.3 – Molécule d’eau : modélisation 3D et représentation de Cram

d Exemple 4 : la molécule de dioxyde de carbone :

La géométrie de cette molécule est peut-être plus délicate à comprendre car il n’y a pas un atome central.
De plus, cette molécule fait apparaître des liaisons covalentes doubles. On considère qu’elles se comportent
comme les liaisons covalentes simples.
Ainsi, les deux doubles liaisons sont dans le même plan que l’atome de carbone, et les doublets liants et non
liants se répartissent en triangle autour des deux atomes d’oxygène.
En globalité, la molécule est donc plane :

  

Figure 15.4 – Molécule de dioxyde de carbone : modélisation 3D et représentation de Cram

II Rappel : définition de l’isomérie


Deux molécules sont isomères lorsqu’elles ont la même formule brute mais des enchaînements d’atomes di↵é-
rents. Elles portent des noms di↵érents et ont des propriétés physiques et chimiques di↵érentes.
Exemples : 2 isomères correspondent à la formule brute C4 H10
- le butane
formule semi développée : CH3 − CH2 − CH2 − CH3
- le méthylpropane
formule semi développée :

74
74
CH3

CH3 CH

CH3

1 Une isomérie particulière : l’isomérie de configuration Z/E


Rappelons tout d’abord que deux molécules isomères sont deux molécules qui ont la même formule brute,
mais des formules développées di↵érentes.

L’isomérie dont nous parlons ici est un peu di↵érente, elle tient compte de la place de groupement par rapport
à la double liaison. Pour une liaison double carbone-carbone, il existe deux isomères :

R R′ R H

C C C C

H H H R′
Isomère Z Isomère E
Dans ces molécules, R et R’ sont des atomes (autres que l’hydrogène) ou groupes d’atomes.

Ainsi, dans l’isomère Z (Z pour zusammen = ensemble en allemand), les deux groupements R et R’ sont
du même côté de la double liaison.
Dans l’isomère E (E pour entgegen = opposé en allemand), ils sont de part et d’autre de cette double liaison.

2 Passage d’un isomère à l’autre


En apportant de l’énergie lumineuse à un isomère Z la double liaison peut se rompre. On transforme alors
l’isomère Z en isomère E. Cette réaction est appelée photo-isomérisation. L’isomérisation photochimique est à
l’origine du processus de la vision.

III Processus de la vision : isomérie photochimique


Le rétinal est une molécule de la rétine que l’on qualifie de photochromique : elle existe sous deux formes
isomères Z/E, dont les propriétés électroniques sont di↵érentes (du fait de leur conformation) de la position
des atomes entre eux.

Ainsi lorsque la rétine reçoit de la lumière, le Z-rétinal se transforme en E-rétinal, c’est l’isomérisation photo-
chimique.

Cette isomérisation, de par la nature électronique di↵érente des deux isomères, active une protéine qui dé-
clenchera l’envoi d’un message électrique au cerveau.

Notons également que ces molécules photochromiques sont utilisées dans des domaines optiques de la vie de
tous les jours (lunettes, pare-brise, ...) puisqu’elles ont la propriété de changer de couleur par isomérisation
photochimique.

IV Molécules organiques colorées

1 Structure moléculaire
La chimie organique est la chimie du vivant. Les molécules du vivant, donc les molécules organiques, sont des
molécules principalement constitués d’atomes de carbone C et d’atomes d’hydrogène H.
Les autres atomes que l’on rencontre sont les atomes d’oxygène O, les atomes d’azote N, les atomes de soufre S
...

75
75
Les molécules organiques colorées comportent nécessairement des liaisons covalentes doubles, disposées d’une
manière particulière :

2 Molécules à liaisons conjuguées


Une molécule possède des liaisons conjuguées lorsque dans sa structure apparaît au moins deux doubles liai-
sons séparées par une liaison simple :

Exemples
• La molécule de buta-1,3-diène est à liaisons conjuguées :

H2 C = CH − CH = CH2

Les deux doubles liaisons sont conjuguées car séparées par une liaison simple.

• La molécule qui donne la couleur bleue au jean, l’indigo, possède de nombreuses liaisons conjuguées :




Figure 15.5 – Molécule d’indigo

Contre-exemple
La molécule de buta-1,2-diène n’est pas à liaisons conjuguées :

H2 C = C = CH − CH3

Les doubles liaisons sont côte-à-côte, donc non conjuguées.

3 Molécules organiques colorées


La présence de deux liaisons doubles conjuguées dans une molécule ne suffit a priori pas pour que celle-ci soit
colorée.

Une molécule organique absorbe une longueur d’onde d’autant plus grande que le nombre de doubles liai-
sons conjuguées dans celle-ci est grand.

On rappelle aussi qu’une molécule apparaît de la couleur complémentaire à celle qu’elle absorbe (la molé-
cule indigo qui est bleue, absorbe dans le jaune).

V Indicateurs colorés
Les indicateurs colorés sont des espèces chimiques qui existent sous deux formes de couleurs di↵érentes,
une des formes prédominant selon la nature du milieu.

Il existent des indicateurs colorés en acido-basicité, en oxydoréduction (et dans d’autres domaines) :
• Le bleu de bromothymol (BBT) est un indicateur coloré acido-basique qui est jaune en milieu acide et
bleu en milieu basique.

76
76
• L’empois d’amidon est un indicateur coloré d’oxydoréduction, il est incolore en solution aqueuse mais
devient bleu dans une solution contenant du diiode.

VI Couleur d’une substance et milieu de présence


Outre les indicateurs colorés qui, comme nous venons de le voir changent de couleur selon la nature du milieu,
il existe des espèces de couleurs di↵érentes selon le solvant dans lequel elles sont solubilisées.

L’exemple le plus classique est le diiode :


• Le diiode est de couleur brune en solution aqueuse (même s’il y est peu soluble).
• Le diiode est de couleur violacée en solution dans le cyclohexane par exemple (il y est d’ailleurs plus
soluble que dans l’eau).

C’est d’ailleurs cette di↵érence de solubilité du diiode dans l’eau et dans le cyclohexane que l’on utilise pour
expliquer le principe de l’extraction liquide-liquide. Si on verse une solution aqueuse de diiode (brune) avec
du cyclohexane (incolore) dans un tube à essais, une agitation de celui-ci fait passer le diiode de l’eau (elle
devient alors incolore) dans le cyclohexane (qui devient violacé).

77
77
Chapitre 16

Composés organiques

Introduction :
Animation : représentation spatiale des molécules
Voici quelques composés organiques oxygénés :

Nom Formule brute Groupe caractéristique


acide éthanoïque C2 H4 O2 groupe carboxyle
éthanol C2 H 6 O groupe hydroxyle
éthanal C2 H 4 O groupe carbonyle
propanone C3 H 6 O groupe carbonyle

Un composé organique oxygéné provient d’une espèce vivante. Il contient une chaine carbonée et un ou plu-
sieurs atomes d’oxygène. On di↵érencie un composé organique oxygéné d’un autre à l’aide de son groupe
caractéristique.

I Rappel : Les chaînes carbonnées

Nom Formule semi-développée Formule développée


H
.....
...
Méthane CH4 H ............ C ............ H
...
...
..

H
H H
..... .....

CH3 − CH3
.. ..
Ethane H ............ C ............ C ............ H
... ...
... ...
.. ..

H H
H H H
. . .
..... ..... .....

CH3 − CH2 − CH3


.. .. ..
Propane H ............ C ............ C ............ C ............ H
... ... ...
... ... ...
.. .. ..

H H H
H H H H
.. .. .. ..
... ... ... ...

CH3 − CH2 − CH2 − CH3


.. .. .. ..
Butane H ............ C ............ C ............ C ............ C ............ H
... ... ... ...
... ... ... ...
.. .. .. ..

H H H H

Les alcanes à chaine linéaire sont constitués à partir de carbone tétragonal (lié à 4 autres atomes) et d’atomes
d’hydrogène. Leur formule brute générale est Cn H2n+2 . Leur nom doit être connu car on va utiliser le préfixe
pour nommer les composés oxygénés.

78
78
nom Formule brute Formule Groupement alkyle
méthane CH4 CH3 − méthyl
éthane C2 H6 CH3 − CH2 − éthyl
propane C3 H8 CH3 − CH2 − CH2 − propyl
butane C4 H10 CH3 − CH2 − CH2 − CH2 − butyl
pentane C5 H12 CH3 − CH2 − CH2 − CH2 − CH2 − pentyl

Nom Formule brute Groupe caractéristique


méthanol CH4 O hydroxyle -OH
propan-2-ol C2 H 6 O hydroxyle -OH
2-méthylpropan-2-ol C4 H10 O hydroxyle -OH

II Les alcools
1 Comment reconnaître un alcool ?
Un alcool est caractérisé par un groupement hydroxyle -OH, lié à un carbone tétragonal (carbone lié à 4 autres
atomes). Cet atome est appelé carbone fonctionnel. Le groupe hydroxyle est appelé le groupe caractéristique
ou groupe fonctionnel des alcools. La formule brute générale des alcools saturés (liaison covalente simple entre
les atomes de carbone et d’hydrogène) est Cn H2n+2 O
Remarque : lorsque la chaîne carbonée contient des insaturations cette formule n’est plus valable donc il ne
s’agit plus d’alcool.
Exercice : le cyclohexanol est t-il un alcool ?

OH
.
....
...
.. .
.......
CH .......
. .......
....... .
CH2 CH2
.. ...
... ...
.. ...
.. .
CH2....... CH
.. 2
....... ......
. .......
CH2

formule brute C6 H12 O


Réponse : non car sa formule brute n’est pas de la forme Cn H2n+2 O

2 Les 3 classes d’alcool


Un alcool est primaire si le carbone fonctionnel est lié à 1, ou 0 atome de carbone Formule générale R − CH2 −
OH ou (CH2 OH) (avec R, chaîne carbonée)
Un alcool est secondaire si le carbone fonctionnel est lié à 2 atomes de carbone Formule générale (R et R’
chaîne carbonées)
Un alcool est tertiaire si le carbone fonctionnel est lie à 3 atomes de carbone. Formule générale (R, R’et R”
chaîne carbonées)

79
79
Exemple :

Nom Classe d’alcool


pentan-2-ol secondaire
2-methylpentan-2-ol tertiaire
méthanol primaire

III Aldéhyde et cétone


1 Différence entre aldéhyde et cétone

Nom formule brute groupe caractéristique


éthanal C2 H4 O groupe carbonyle
propanone C3 H6 O groupe carbonyle

Les aldéhydes et les cétones sont des composés oxygénés qui contiennent le groupe carbonyle. Ils sont appe-
lés composés carbonylés. Le carbone fonctionnel est celui du groupe carbonyle. Il est trigonal (lié à 3 autres
atomes) Les autres carbones sont tétragonaux (liés à 4 autres atomes). La formule brute générale des composés
carbonylés est Cn H2n O.
Un composé carbonylé dont le carbone fonctionnel est lié à au moins un atome d’hydrogène est un aldéhyde.
Sa formule générale est :

O
.. ..
... ...
... ...

H ............. C ............. R

Aldéhyde

R : hydrogène ou chaîne carbonée


Exemple : le méthanal (appelé également formol)

O
.. ..
.... ....
.. ..

H ............. C ............. H

Ethanal

Un composé carbonylé dont le carbone fonctionnel est lié à 2 atomes de carbone est une cétone. Sa formule
générale est :

O
... ...
.. ..
... ...

R′ ............. C ............. R

Cétone

R et R’ : chaîne carbonée

80
80
2 Règles de nomenclature des aldéhydes et cétones
Pour établir le nom des composés carbonylés que sont les aldéhydes et cétones
1. on recherche la chaîne la plus longue comportant l’atome de carbone fonctionnel
2. on numérote les atomes de carbone en minimisant l’indice du carbone fonctionnel
3. on repère les ramifications alkyle sur la chaîne principale, on écrit le numéro du carbone portant la ramifi-
cation, puis un tiret et enfin le nom de la ramification avant le nom de la chaîne principale.
4. on remplace le e de l’alcane correspondant par la terminaison al pour les aldéhydes et one pour les cétones.
Exemple :

O
... ...
.. ..
... ...

CH3 ............. C ............. CH


3

Diméthylcétone

IV Les acides carboxyliques

1 Définition d’un acide carboxylique


Un acide carboxylique présente le groupe caractéristique carboxyle :

O
..... .....
.. ..
..
R ............. C ............. OH

Acide carboxylique

La formule générale des acides carboxyliques est : R − CO2 H avec R : chaîne carbonée ou atome d’hydrogène
Le carbone fonctionnel est trigonal (lié à 3 autres atomes). La formule brute générale d’un acide carboxylique
est : Cn H2n O2

2 Nomenclature des acides carboxyliques


Pour établir le nom des acides carboxyliques
1. on recherche la chaîne la plus longue comportant l’atome de carbone fonctionnel
2. on numérote les atomes de carbone en minimisant l’indice du carbone fonctionnel
3. on repère les ramifications alkyle sur la chaîne principale, on écrit le numéro du carbone portant la ramifi-
cation, puis un tiret et enfin le nom de la ramification avant le nom de la chaîne principale.
4. Le nom du composé est précédé du mot acide. On remplace ensuite le "e" du nom de l’alcane correspondant
par la terminaison "oïque".
Exemple :

O
..... .....
.. ..
..
H ............. C ............. OH

Acide méthanoïque

81
81
V Groupes caractéristiques

Espéce Formule générale Nom


Alcool R ............. OH R-ol
H
...
...
..
Alcool I R ............. C ............. OH
...
...
...

H
R2
....
...
..
Alcool I R1 ............. C ............. OH
...
...
...

H
R2
....
...
.
Alcool III R1 ............. C ............. OH
...
...
...

R3
... O
..........
...........
Aldéhyde R ............. C .. (R–C)-al
.....
.....
.
H
... R
....
.....
Cétone O .......................... C .. R-one
.....
.....
.
R
... O
..........
............
Acide carboxylique R ............. C .. Acide (R–C)-oïque
.....
.....
.
OH
... O
..........
.............
Ester R1 ............. C .. (R1 –C)-oate de R2 -yle
.....
.....
.
O ............. R
2
R ....... . O ....... R
....... ....... .
. ....... . .......
C C
... ...
Anhydride d’acide ... ...
... ...
... ...
... ...
.
.... ...
Anhydride (R–C)-oïque
O O

1 Propriétés chimiques des acides carboxyliques


a Les acides carboxyliques sont-ils solubles dans l’eau ?
L’acide éthanoïque (10 % environ du vinaigre) est très soluble dans l’eau. Cette solubilité est due à l’établis-
sement de liaison hydrogène entre les molécules d’eau (solvant polaire) et le groupe carboxyle. Le groupe
carboxyle est hydrophile. En revanche, la chaîne carbonée de l’acide carboxylique est apolaire. Par conséquent
elle est hydrophobe.
L’acide pentanoïque (CH3 − CH2 − CH2 − CH2 − COOH) est-t-il plus soluble que l’acide éthanoïque ? Non car sa
chaine carbonée hydrophobe est plus longue que la chaine carbonée de l’acide éthanoïque.
La solubilité des acides carboxyliques dans l’eau est due au groupe carboxyle qui est hydrophile. Ce groupe
établit des liaisons hydrogène avec les molécules d’eau.
La solubilité des acides carboxyliques diminue lorsque la longueur de la chaine carbonée augmente.

b Pourquoi qualifier d’acide les acides carboxyliques ?


L’acide éthanoïque réagit avec l’eau suivant l’équation chimique :
CH3 CO2 H(aq) + H2 O(l) = CH3 CO2− (aq) + H3 O(aq)

Il y a production d’ion oxonium (ou hydronium) H3 O+ . Par conséquent le milieu devient acide (pH < 7). La
molécule d’acide s’ionise.

82
82
Le caractère acide d’une solution aqueuse d’acide carboxylique est dû à son ionisation au contact des molécules
d’eau. Il y a production d’ions oxonium (ou hydronium) H3 O+ . Le pH de la solution diminue.
Equation chimique correspondante :

R − CO2 H(aq) + H2 O(l) = R − CO2− (aq) + H3 O(aq)


+

83
83