You are on page 1of 16

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’ARTS ET METIERS – Meknès 1

CALCUL EN ESTAMPAGE

Sommaire

1 – Introduction:

2 – Machine à choc:

2.1 – Calcul du cordon de bavure ................................................................................................
2.2 – Détermination technologique de l’engin à choc convenable ............................................

3 - Presses d’estampage:
3.1 - Généralité.............................................................................
3.2 - Détermination des forces (contre-pression) appliquée à l’équilibre finale lors de l’estampage.....
3.3– Calcul d’un cordon de bavure…………………………………………………………………
3.4– Calcul de la force d’estampage…………………………………………………………………

ETUDE TECHNOLOGIQUE DE L’ESTAMPAGE

Figure 2.épaisseur et hauteurs de nervures.rayons d’arrêtes et de raccordements. ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’ARTS ET METIERS – Meknès 2 1 – INTRODUCTION L’optimisation de ce procédé de formage relève en grande partie de l’expérience des agents de méthodes et de l’utilisation de tableaux établis depuis longtemps par relevé des valeurs communément utilisées. .dépouilles. La figure 2 donne  en fonction de la largeur maximale de la pièce.1 Détermination de la largeur  : La détermination de l’engin à choc passe par le calcul du cordon de bavure.1– Calcul du cordon de bavure: Dans cette partie nous allons présenter la méthode de détermination du cordon de bavure qui est nécessaire pour compléter l’étude des outillages en estampage. Ce sont : .la détermination de la force maximale de presse et du cordon de bavure par une méthode analytique prenant en compte globalement le comportement plastique et les conditions de frottement du matériau estampé.1: Détermination technologique des dimensions  et  d’un cordon de matrice 2. . Si une valeur de la largeur maximale se trouve entre deux valeurs du tableau. … Ces tableaux ont été donnés dans la première partie de ce cours. 2 – MACHINES A CHOC 2. . En revanche. le calcul de  se fait par une interpolation linéaire entre. à savoir la largeur du cordon noté  . Figure 2. Cette dernière est déterminée à partir du dessin d’ensemble de la pièce.formes et dimensions des noyaux et des toiles.1. le choix de la force de presse ou l’énergie de marteau-pilon peut être traité par différents modes de calcul que nous allons traiter. notamment pour la géométrie des outillages : .2: Calcul de la largeur du cordon  ETUDE TECHNOLOGIQUE DE L’ESTAMPAGE .la détermination des paramètres d’estampage sur engin à choc à l’aide des tableaux. .

25m/s   7 Figure 2.19m Vitesse d’impact 4.41m Vitesse d’impact 5. ETUDE TECHNOLOGIQUE DE L’ESTAMPAGE .83m/s   4.2mm et majorer  en conservant la relation imposée par le  caractère architectural de la matrice.5 e h Pièce très complexe : filage très important 4.5   4.2 mm.5 Hauteur de chute 1.25m/s   5 Hauteur de chute 1.2 Calcul de l’épaisseur du cordon de bavure  : Le calcul de l’épaisseur du cordon de bavure est à la fois fonction de la valeur de  et du caractère architectural (de la cavité) désigné par les expressions suivantes (figure 3) : h Pièce très simple peu de variation de l’épaisseur :  1 e h Pièce semi simple : variation de l’épaisseur non négligeable : 1 e h Pièce semi complexe : filage léger 1   2.5 e h Pièce complexe : filage important 2. il faut adopter   1.43m/s   4 Hauteur de chute 1.3: Calcul de  en fonction de  La valeur de  calculé ne doit jamais être inférieure à 1.0m Vitesse d’impact 6.5   6 e Hauteur de chute 1m Vitesse d’impact 4.75m/s   6 Hauteur de chute 2. Lorsqu’elle pourrait en être  ainsi.69m Vitesse d’impact 5. ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’ARTS ET METIERS – Meknès 3 2.1.

07 2 MSPU en Kg/cm 6 8 10 12 14 Tableau 2.2 0. mais seulement la présence des cavités dans la pièce. Les considérations de caractère économique et commercial prévalaient sur ETUDE TECHNOLOGIQUE DE L’ESTAMPAGE . on verra par la suite pourquoi.14  K  0. 2.de la puissance de l’engin à mettre en jeu. Ce dernier est calculé de la manière suivante : épaisseurmoyenne K avec : l arg eur moyenne volume la pièce  cordon épaisseurmoyenne em  surface la pièce  cordon surface la pièce  cordon l arg eur moyenne l m  longueurla pièce  cordon Pièce massive Pièce semi-epaisse Pièce semi-plate Pièce plate Pièce très plate K K  0.Détermination de MSPU Dans un premier temps.2 – Détermination technologique de l’engin à choc convenable: La meilleure méthode de sélection des engins à choc. ii. La valeur du MSPU est fonction du caractère de massivité minceur définit par le rapport K.1 Détermination de la hauteur de chute de l’engin La hauteur technologiquement désirable est une conséquence du caractère architectural de la pièce à réaliser.07  K  0.. La figure 3 donne la hauteur de l’engin à adopter et la vitesse d’impact en fonction du caractère de complexité et simplicité de la pièce.de la morphologie de la pièce à produire.2 0.14 0. c'est-à-dire la masse nécessaire pour écraser un cm2 de la pièce. Ce choix est purement conventionnel. nous allons déterminer l’engin à choc qui permet d’estamper la pièce en quatre frappes au moins et cinq au plus une pièce préalablement ébauchée. . n’est nullement déterminée d’avance. il existe quelques règles simples dont on peut s’inspirer pour fixer le choix de l’engin et du processus de fabrication. . Le choix de l’engin n’est pas simple compte tenu : . . ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’ARTS ET METIERS – Meknès 4 2.Détermination de la masse de l’engin et le nombre de frappe Le tableau 1 suppose l’estampage est effectué en 4 ou 5 coups.du matériau dont on dispose.de l’importance de la série.2.2. on détermine la masse spécifique unitaire du mouton qu’on note MSPU.1 : Détermination du MSPU Le tableau 1 donne la valeur du MSPU en fonction de K et ceci pour des pièces dont la longueur n’excède pas 3 fois la largeur. Ce choix de nombre de frappes est purement conventionnel. Cependant.2 Calcul de la masse de l’engin i. Dans un premier temps.1  K  0. Elle ne dépend pas du nombre de frappes.1 K  0. 2.

Par conséquent. on choisira un mouton léger et un grand nombre de coup pour éviter d’utiliser des engins trop coûteux. Le tableau 2 donne ces coefficients à multiplier par le MSPU donné par le tableau 1 pour déterminer le MSPUc. Mengin =MSPUc x Surface(pièce+cordon) Le nombre de frappe est donné aussi en fonction de la masse de la pièce. Tableau 2. par nécessité. on utilise un engin non exactement défini par la méthode développée dans cette partie. mais toutefois assez voisin. Quand. ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’ARTS ET METIERS – Meknès 5 celles de caractère technologique. L’emploi des gros engins pour produire des pièces de faible valeur est économiquement impossible.2 : détermination du coefficient de correction du MSPU et le nombre de frappe La masse technologiquement convenable est finalement proportionnelle à l’aire soumise à l’action aplatissant et non au volume de la pièce. Les dépenses d’investissement ainsi que celles résultant de l’exploitation en sont la causent. on peut calculer le nombre de frappes par la formule suivante : Le principe appliqué dans cette formule est la conservation de l’énergie totale de la pièce estampée. Pour une grosse pièce. on constate que pour une petite pièce on choisira un mouton lourd et un petit nombre de coup pour éviter le refroidissement excessif de la pièce. le coefficient MSPU calculé précédemment doit être corrigé en fonction de la masse réelle de la pièce. ETUDE TECHNOLOGIQUE DE L’ESTAMPAGE .

2– Courbes de plasticité: a.1.1– Définitions : En estampage. le lopin a une hauteur H et un diamètre D. .1 : Courbes de plasticité a=f(K) pour un acier ordinaire. La force F évolue en fonction de la hauteur H du lopin et doit vaincre : . ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’ARTS ET METIERS – Meknès 6 3 – Presses d’estampage 3. le matériau subit deux grands modes de déformation lors de sa mise en forme : Refoulement : appeler aplatissement où écrasement.1. On suppose que le lopin reste cylindrique en négligeant l’effet de tonneau et que son volume est conservé.le frottement dû au glissement lopin-outillage. ETUDE TECHNOLOGIQUE DE L’ESTAMPAGE .la résistance du matériau à sa déformation plastique.essai d’écrasement d’un lopin L’essai d’écrasement consiste à appliquer une force F sur un lopin cylindrique de diamètre D0 et de hauteur H0 chauffé à une température T. Rétreint : appeler aussi le filage. 3.1 Généralités 3. Figure 3. Il est caractérisé par la diminution d’une quelconque des trois dimensions géométrique d’un solide en laissant les deux autres toutes libertés de s’accroître. ce mode de déformation consiste à diminuer simultanément deux dimensions géométriques à la fois en laissant la troisième la liberté de s’accroître. En fin de course.

est enfermé dans un outillage. En effet. compte tenue de refroidissement important des arrêtes.1). En d’autre terme. Le lopin se comporte comme si cette matière n’existait pas et comme si les deux parties supérieure et inférieure étaient directement en contact l’une avec l’autre. la plasticité du matériau augmente. La plasticité est mesurée donc au point de la génératrice où la matière décolle de l’outillage. ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’ARTS ET METIERS – Meknès 7 On définit deux rapports. pour l’estampage par refoulement d’un lopin en matrice fermée. le premier est le rapport d’écrasement noté K est donné par l’expression suivante : grandeurqui dim inue H K  grandeurqui augmente D Le second est la plasticité du matériau donné par la pression moyenne appliquée sur la surface du lopin: 4F a 2 D Des essais expérimentaux sur des presses hydrauliques ont permis de tracer la courbe a=f(K) à température constante ( figure 3. La déformation dans ces Figure 5 deux parties se fait librement (comme en forgeage libre). il est difficile d’obtenir les rayons d’arrête sur les pièces estampées sans faire de correction. Tableau 3. b.1. entre la matrice et le matériau. l’expérience montre que la matière en contact avec la paroi latérale du conteneur (entre le plan H et H’) est immobilisée et ne participe pas à la déformation (figure 5 ).3– Correction d’anisothermie: L’expérience quotidienne a montré que pour des arrondis plus petits. la pression motrice nécessaire au formage de la pièce dépend du diamètre de la pièce D et de son rayon r : a=p=f(2r/D). Elle consiste à diminuer la valeur du rayon afin d’augmenter la pression aux d’obtenir un contact effectif. 3.estampage d’un lopin par refoulement : Lorsque le lopin écrasé.1: valeur des rayon à adopter dans les calaculs des pressions ETUDE TECHNOLOGIQUE DE L’ESTAMPAGE . jusque dans les arrondis. Pour remédier à ce problème une correction de caractère technologique s’impose.

la contre-pression dite plasticité a au niveau de plan de joint .2– Détermination des forces (contre-pression) appliquée à l’équilibre finale lors de l’estampage : 3. çàd a=f( k=2h/d). A titre de renseignement. le métal doit vaincre trois contre-pression (pressions résistances) à savoir : .2– Les contre-pressions passives à l’équilibre finale lors de la formation de la bavure Lors de la formation du cordon de bavure. Deuxième cas : le plan de joint n’est pas à mi épaisseur et se situe à la distance h de la base voisine. le seuil de plasticité a découle du coefficient k=e/d. On doit autant que possible vérifier l’équation : 2 8  14  surface de frappe cordon debavure Le rôle très important de  est de faire régner dans la cavité la pression nécessaire à un bon remplissage.2. ETUDE TECHNOLOGIQUE DE L’ESTAMPAGE . logement de bavure Si  est trop grand.la contre pression due à la résistance à la déformation du cordon de bavure . ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’ARTS ET METIERS – Meknès 8 3. Le seuil de plasticité dans ce cas est le même que si l’épaisseur était 2h. Premier cas : le plan de joint est à mi épaisseur.  varie de 1mm pour les petites pièces fines et délicates à 6mm pour les grosses pièces. i. la gravure se remplit mal . La largeur  est destinée à assurer la solidité du cordon.1– Rôle de la bavure b  Le cordon de bavure joue le rôle d’une soupape qui permet à la pression de s’élever dans la cavité et que l’on règle de telle manière qu’il soit plus facile à la matière chaude à remplir les gravures que d’en échapper. on ne peut plus battre la pièce à fond.2.contre-pression passive a : Elle caractérise la plasticité au niveau du plan de joint. Il est caractérisé par la largeur  et l’épaisseur  . s’il est trop petit. ce qui exige qu’elle ait une valeur en rapport avec   . sa valeur dépend de la position du plan de joint. 3.la contre pression noté c engendrée par le frottement entre la bavure et les matrices.

34 ou encore q  6.contre-pression passive b : Cette contre-pression b résiste à l’extension du métal vers l’extérieur ( logement de bavure). Dans le cas de l’acier ordinaire. on a q  1. b est supposée constante et prend la valeur 1 daN/mm2 par défaut et 2 daN/mm2 par excès.76  2     à 1100C. Cette force.57 ou encore q  5.50  2  Pour d’autres matériaux on aurait ETUDE TECHNOLOGIQUE DE L’ESTAMPAGE . Il en résulte une pression qui celle nécessaire à sa déformation noté q : F1  q(d   ) La pression q dépend de  et de  puisque c’est la pression capable d’assurer la formation de l’anneau qui compose le cordon de bavure et le coefficient de minceur de celui-  2 ci est précisément défini par le rapport k '  . cette constante vaut 3.07 et 0. On montre que b peut se mettre sous la forme 2 b  palier d Avec palier désigne la valeur de la plasticité du métal à la température de la bavure lorsque k devient très grand.17 ou encore q  4. ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’ARTS ET METIERS – Meknès 9 ii.52 ou encore q  3. fourni un effort ultime qui confère à la bavure sa minceur extrême (d  ) .88 ou encore q  3.125) la courbe de plasticité d’un matériau est une hyperbole parfaite. on a q  3. on a q  2. juste avant la fermeture de la matrice.25 ou encore q  2.04 2     à 1150C. La force F1 est uniformément répartie sur l’anneau de surface  .125.07  k '  0.    à 870C.14  2  à    1000C. on a q  1.34 à 870°C. Dans le cas de l’acier ordinaire.contre-pression passive c : Le calcul de la contre-pression due aux frottements nécessite la détermination de la force F1 qui assure la formation de la bavure. Or ce rapport doit vérifier 8   14 ce 2  qui correspond à 0. on a q  2.34 De même  2  à   1050C. on a q  1. Ce qui  entraîne comme conséquence pour le produit q par k '  d’être constant pour une 2 température invariable. Pour rendre le calcul plus facile et le mettre en formule. ii. on admet qu’entre ces limites (0.68 2     à 950C.

405 q   La contre pression c est alors la quotient de 1   2 par la surface sur laquelle s’exerce (  1 mm2 ).70( ) 2   à 1050C . c  0.04( )   à 1150C .79( ) 2  Pour d’autres matériaux on aurait Tableau 3.03( ) 2   à 1000C .202 q   La somme des deux frottements vaut alors : 1   2  0. on va considérer un petit parallélépipède de 1 mm de largeur découpé dans l’anneau de cordon de bavure.7( ) 2  Pour d’autres températures de bavure on aurait :  à 950C . c  2. c  1.2 : valeur de q pour différents matériaux Pour calculer c.37( ) 2   2 à 1100C . c  1.202 (lubrifiant graphité) : 1  0. c  1. On suppose que le frottement entre le métal et les deux matrice est le même et vaut f  0. On remplace q par sa valeur à 870°C qui correspond à une température de la pièce à 1000°C. ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’ARTS ET METIERS – Meknès 10 Tableau 3.3 : valeur de c pour différents matériaux ETUDE TECHNOLOGIQUE DE L’ESTAMPAGE . on obtient finalement :  c  2. Il est comprimé par une force f1  q  1 .

la croissance de la pression motrice et la valeur qu’elle atteint à l’équilibre dépendent des deux dimensions du cordon de matrice (  et  ).5 mm 50 mm 4.Sp ETUDE TECHNOLOGIQUE DE L’ESTAMPAGE . Autrement dit. Dans le cas de l’existence d’un filage dans la pièce on la classe en pièce semi-complexe ou complexe.4– Calcul de la force d’estampage : 3.  La valeur de  dépend de la largeur maximale de la pièce et peut être calculée à partir de ce tableau : Largeur maxi Valeur de  Largeur maxi Valeur de  40 mm 4 mm 160 mm 8. on calcul la contre pression c par la formule c=p–a–b a est calculable en fonction de la position de joint de la matrice et b peut prendre la valeur de 1 daN/mm2 ou 2 daN/mm2. Ensuite. Il est donc nécessaire de connaître p pour pouvoir déterminer  et  . La méthode de calcul d’un cordon de bavure consiste à calculer d’abord la pression p assurant le bon remplissage de la cavité.5 mm 180 mm 9 mm 60 mm 5 mm 200 mm 9. ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’ARTS ET METIERS – Meknès 11 3. la force de forgeage est la somme de deux forces f1 et f2 : F= f1 + f2 La force f1 est la conséquence de la pression q qui s’exerce sur le cordon de bavure.5 mm 70 mm 5.Sc + p.3 : La valeur de  en fonction de la largeur maximale de la pièce La valeur de  peut être déduite des valeur de c et  .5 mm 220 mm 10 mm 80 mm 6 mm 240 mm 11 mm 90 mm 6.4. Or l’équilibre final du cordon implique que la pression p qui doit assurer le bon remplissage de la gravure doit être égale à la somme a+b+c.2– Calcul de force d’estampage pour une pièce simple et semi-simple: Dans le cas d’un estampage comportant un cordon de bavure.5 mm 300 mm 14 mm 140 mm 8 mm 350 mm 17 mm Tableau 3.  La connaissance de c entraîne celle de .1– Classification des pièces en estampage La classification des pièces en estampage est basée sur le mode de déformation prépondérant dans la pièce. Celle-ci (la pression p) dépend de la morphologie de la pièce.3– Calcul d’un cordon de bavure: Les trois contre pressions passive a. Si la pièce est réalisée que par refoulement la morphologie de la pièce est classée en pièce simple ou semi-simple. Finalement la force F peut être déterminée par la formule : F= q. 3.4. 3.5 mm 260 mm 12 mm 100 mm 7 mm 280 mm 13 mm 120 mm 7. La force f2 est celle de la pression motrice p sur la pièce au niveau du plan de joint. b et c définies auparavant suppose la connaissance de  et de  lesquelles sont les véritables inconnues.

a. Pour ce faire il faut supposer qu’au plan de joint on a l’équilibre des contre pression avec la pression calculée à partir du rayon imposée.cas de pièce simple : Dans le cas des pièces simples (qui comportent une seule acuité r). puis on cherche la morphologie type parmi les 8 cas de la figure 3. quand on envisage la morphologie des sections contenues dans les plans verticaux particuliers.cas de pièce semi-simple : Dans le cas des pièces semi-simples (pièces obtenues par refoulement mais qui possèdent plusieurs acuités) la méthode consiste à imposer un rayon et corriger les autres. on doit chercher la section verticale de difficulté maximale dans un premier temps. classée en pièce semi-complexe. la valeur de p est calculée en fonction du rapport k= 2r/d (voir estampage par refoulement).a : Morphologies types en estampage. ETUDE TECHNOLOGIQUE DE L’ESTAMPAGE . i. 3. D’ailleurs les sections des matrices de difficulté maximale peuvent être classées selon les morphologies de la figure 3.4. Le calcul des forces f1 et f2 se fait comme s’il s’agit d’une pièce simple. Les pressions p et q sont à déterminer en utilisant des températures inégales. La force d’estampage est donc donnée pour une pièce de révolution de diamètre d par : F= f1 + f2 d 2 Avec f1  q   (d   ) f2  p  4 ii.3– Calcul de la force d’estampage pour une pièce semi-complexe: i– Détermination de la section dans le plan vertical de difficulté maximale: La diversité des matrices des pièces estampées.2. Figure 3. Une fois cette étape est franchise.2. Pour l’étude d’une pièce par estampage.2. est quasi infinie mais.b. ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’ARTS ET METIERS – Meknès 12 Avec Sc est la surface du cordon et Sp la surface de la pièce au niveau du plan de joint. L’écart de température est souvent de l’ordre de 130°C à 150°C pour l’acier. on s’aperçoit que cette diversité est beaucoup plus limitée. on procède au calcul de la contre-pression a puis les pression P1 et P2 selon les données de la figure 3.a la plus proche. Pour p il faut utiliser la température de la pièce et pour q celle de la bavure.2.

2. ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’ARTS ET METIERS – Meknès 13 Figure 3.3 : Courbes de plasticité a=f(K) pour un acier ordinaire à 1000°C ETUDE TECHNOLOGIQUE DE L’ESTAMPAGE .b). Figure 3.b : Calcul de la contre pression a et des pressions P1 et P21. ii – Détermination des pressions P1 et P2 : Le calcul de la pression P1 est déterminé en fonction du rapport k0 et du type de morphologie (figure 3.1 ou 3.1). On utilise la courbe de l’acier à la température pièce pour déterminer P1 (figure 3.2.

le calcul de la force d’estampage se fait comme pour les pièces simples et semi simples : F= f1 + f2 Avec f1  q  Sc f 2  p  Sp 3.4). Tandis que la pression P2 assure la montée du métal dans les ou il y a un filage. ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’ARTS ET METIERS – Meknès 14 Le calcul de la pression P2 est réalisé comme suit : P2  P21  P22 Avec P21 est déterminé en fonction du rapport k1.2.b et qui dépend de la position de la monté du métal par rapport à l’axe ou le plan sécant de la pièce. ETUDE TECHNOLOGIQUE DE L’ESTAMPAGE . k2 et du type de morphologie (figure 3. A noter que cette courbe n’est valable que pour des pièces ayant une dépouille de 7%.4.b). Figure 3. Il existe plusieurs configurations pour celle-ci. On utilise la courbe de l’acier à la température pièce pour déterminer P21 (figure 3.4– Détermination de logement de bavure: Le logement de bavure est conçu pour contenir l’excès de métal. La pression nécessaire qui permet d’assurer le bon remplissage de la gravure sera donc : P  max( P1 .2. P2 ) Une fois cette pression est déterminée. mais on va adopter celle qui est présentée dans la figure 3.5. iii – Détermination de la pression P: La pression P1 permet d’assurer le bon remplissage des parties qui sont réalisées par refoulement.4 : Calcul de la pression P21 pour un acier ordinaire à 1000°C et pour des pièces ayant des dépouilles de 7% Et P22 est déterminé en utilisant la relation suivante : P22  n  P Avec n est le nombre de changement de section dans la partie ou il y a filage et β est une constante qui dépend du matériau pour l’acier β=6 et P est une surpression déterminée à partir de la figure 3.

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’ARTS ET METIERS – Meknès 15 Figure 3.4 en fonction de la valeur de . ETUDE TECHNOLOGIQUE DE L’ESTAMPAGE . Tableau 3.5 : Configuration du logement de bavure.4 : La valeur de h1 et b1 en fonction de  . Les valeurs des paramètres h1 et b1 sont données dans le tableau 3.

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’ARTS ET METIERS – Meknès 16 ETUDE TECHNOLOGIQUE DE L’ESTAMPAGE .