You are on page 1of 79

O c to br e 2 01 0

Guide technique à l’usage des communes

Surveillance et
entretien courant
des ouvrages d'art routiers

Page laissée blanche intentionnellement

Surveillance et
entretien courant
des ouvrages d'art routiers

Collection les outils

Document édité par le Sétra dans la collection « les outils ».
Cette collection regroupe les guides, logiciels, supports
pédagogique, catalogue, données documentaires et annuaires.

du Logement et de la Nature (DGALN). Il a été adapté du Guide à l’usage des subdivisions du Ministère de l’Équipement de Janvier 2000.Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes Ce guide a été rédigé à l’initiative de la Direction Générale de l’Aménagement. Ont participé à son élaboration : – Delphine ALBOUY DGALN – Laurent LABOURIE CETE Nord-Picardie – Jacques BILLON CETE de l’Ouest – Vincent LUCAS SETRA Collection « Les rapports » – Sétra – 4 – octobre 2010 .

...........................................................................................Les Réparations ...........................................................2 ........................ 22 1 ....................Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes Sommaire Chapitre 1 Principes généraux et vocabulaires ..................................................................................................................................................................15 5....L es act io n s s ys t é mat iq u e s d e su rv eil l a nc e .........16 6 .................................................................................10 1.....................................................Le dossier d’ouvrage ............................... 21 Chapitre 2 Organisation des actions de surveillance ........Les équipements..............................1 ..............................................................................................................................................Les ponts .........................................................................................................Les mesures de sécurité immédiate et de sauvegarde ................2 ................................17 6............................................................................................ 23 2 .......... 17 6....................15 5 ............................Les abords et la zone d’influence de l’ouvrage ...........................................................................................1 .........4 .......28 5..............Résultats de l'action de surveillance................Conduite à tenir .......................................................Les appuis et fondations....................................................La surveillance et rôle du maître d’ouvrage............................................................3 ....... 14 4...................................................L es act io n s co nd i t io n n el l es d e su rv e il l an ce .....3 ....................................................................................................................................................................................................... 27 5................................................27 5...............................................................4 ..........18 7 ......................15 5...................L e con t rô l e p é ri o d iq u e .2 ....Les conventions de gestion des ouvrages d’art..........................3 ..................................................................12 2...........................................2 ..............3 ............................ 14 4 .............L’entretien courant ..16 5........................................................................................12 2........................1 ............................ 19 8 ........... 10 1.............................................................................................................................. 9 1 .....2 ........................... 24 3 ......L es i n sp e ct i o n s d ét a il l ée s p é r io d iq u es ...13 3 ........................................Pr o g ra mm at i o n d e l a su rv e il la n c e et d e s t r av au x .................................................................................................................1 ................................................................................T ext e s d e r éf é re n ce ...........O uv ra ge s d ’ a rt ....Les ouvrages de soutènement ou « murs ».G est io n d es o u v r a g e s d ’ art ..............................................L ' in t er co mmu n a lit é ..Pa rt ie s co n st it ut i v es d ’ un p o nt r ou t i e r .......................... 26 5 ...........17 6.................2 .........11 1... 15 5.....La domanialité des ponts .................................................L’entretien spécialisé .......................................................D o m an i a lit é d e s p o n t s e t d e s mu rs ....................Le recensement des ouvrages...................... 12 2......La structure porteuse ....................................................14 4...............................1 ...................La domanialité des murs..........................................................................12 2.............1 .....11 2 ............................. 26 4 .....................28 Collection « Les outils » – Sétra – 5 – octobre 2010 .As s u re r l a s éc u r it é ..............3 .......................................Les tunnels routiers.......L ' en t r et i en d es o u v rag e s .............................................................................................

................................................8 Sommiers de piles et culées... parties maçonnées .............58 Fiche III...................................40 Fiche III.........21 Pont à tablier .......................Ev a cu at io n d e s e a u x ...........................................7 Garde-corps métalliques ...N et to ya g e g én é ra l .........................................................................................Eq u ip em en t s .......................................43 Fiche III........................... 45 Généralités .............................52 Fiche III.........................................Vé g ét at io n ..........53 4 .................................................16 Débouchage des collectes et évacuation des eaux pluviales........................................................................................................29 5..... 54 Fiche III.....................................30 Chapitre 3 Entretien courant ..........Protection des tiers ................................................................................................46 Fiche III.........67 Collection « Les outils » – Sétra – 6 – octobre 2010 ......................................63 6 ............................39 Fiche III...................................................................................3 Enlèvement d’affiches .................................6 .1 Accès à l’ouvrage.........................................Ac c è s à l ’o u v rag e ................... concessionnaires .............................65 Fiche III..................................................7 ................................................................................................................................................................44 3 ........................................................................................................ 33 Fiche III....................................Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes 5.........55 Fiche III......................30 5................49 Fiche III.....................................38 Fiche III............................................Restrictions d'utilisation ......................................................................................................................................................................................18 Curage des saignées aux abords des ouvrages ..........................61 Fiche III.................................................................................................................................. 36 Fiche III......................................10 Murs........................................4 ..........................................................................................................59 5 .............................. 31 1 ............................................15 Nettoyage des avaloirs.............................................................5 Nettoyage des chaussées ......................37 Fiche III.................23 Corniches ...............................................................2 Enlèvement d’embâcles .........................................................................................................12 Perrés ................................................................50 Fiche III....................22 Trottoirs.......................................................... 60 Fiche III....................................................................................................30 5...................................................................................................... tympans.........................................................................................14 Les abords ............56 Fiche III......................20 Pont en maçonnerie.....C h au s sé e .............34 2 ......................6 Joint de chaussée.....................19 Débouchage des barbacanes sur ouvrages de soutènement........47 Fiche III..........................9 Sur tablier .41 Fiche III........11 Débroussaillage manuel des quarts de cônes et talus végétalisés .............4 Enlèvement de graffitis.........................................................................................................................................5 .....................57 Fiche III................... 64 Fiche III..................... réseaux.....................................Confortements provisoires et étaiements .................................13 Sommiers de piles et culées............................................................................................. grilles et gargouilles ...................Organisation ............................................................................................................................................... bordures.............................................................................................................51 Fiche III.........................................................17 Nettoyage des corniches caniveaux............................................................

..............................................................................................................M u rs d e so u t èn em ent .................................................................................................................................... 74 Fiche III...............25 Dispositifs de retenue.............................................69 Fiche III...72 7 ......................71 Fiche III.................................................................................................................26 Joints de chaussée ................................75 Chapitre 4 Entretien spécialisé ................................27 Murs de soutènement............................................ 76 Collection « Les outils » – Sétra – 7 – octobre 2010 ...Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes Fiche III....................................24 Harde-corps métalliques .............

Ainsi. comme dans tant d’autres. le maintien en état des ouvrages d’art. Il concerne les ouvrages routiers les plus couramment rencontrés que sont les ponts et les murs de soutènement. un entretien régulier. Pour situer l’importance de ce patrimoine. décrites sous formes d’actions. constitue un impératif pour la sécurité des usagers et leur disponibilité est cruciale pour le maintien en service des voies de communication et le maintien de l’activité économique.Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes Avant-propos Les ouvrages d'art constituent un patrimoine important des infrastructures et exigent. un cadre synthétique des opérations d’entretien spécialisées. à leur grande durée de vie et à l’occurrence d’événements trop épisodiques pour maintenir l’attention constante des maîtres d’ouvrage . auxquels s’ajoutent les murs et les voiries. Ce guide ne traite pas des opérations de constructions neuves. les ponts représentent en France près de 250 000 ouvrages. est fourni à titre indicatif. Il est présenté sous forme de fiches qui peuvent être utilisées séparément lors d'interventions. paradoxalement. l’action préventive est toujours plus efficace et économique que l’action curative. Collection « Les outils » – Sétra – 8 – octobre 2010 . De plus. cela est particulièrement le cas pour les petits patrimoines de quelques unités composées d’ouvrages anciens dont les données de construction sont souvent perdues… A cela s’ajoutent la fréquente rotation des personnels techniques avec la perte d’information cruciale qui en résulte. Les difficultés inhérentes à la surveillance et à l’entretien des ouvrages d’art sont liées. En la matière. Toutefois. Il rappelle les missions qui doivent être assumées au titre de la surveillance et de l’entretien courant pour chaque type ou partie d’ouvrage. les défauts d’entretien régulier pèsent lourdement sur les budgets à plus ou moins long terme lorsque des réparations importantes doivent être programmées. soit une valeur de remplacement de près de 150 Milliards d’Euros. Cependant. Ce guide se veut donc pratique et facile d'utilisation. et l’apparente complexité des processus et du langage des spécialistes. Une bonne application de ce guide dans le cadre d'un plan d'intervention programmée. en extrapolant à partir des chiffres disponibles sur un échantillon représentatif. Les opérations d’entretien spécialisées et de réparations lourdes ont par ailleurs été volontairement exclues car elles nécessitent l’intervention de bureaux d’études afin de définir finement et de façon pertinente les travaux à réaliser. comme tout ouvrage public. il a paru nécessaire de rassembler sous une forme synthétique et pratique l’essentiel des notions et recommandations utiles aux maîtres d’ouvrages et gestionnaires de petits patrimoines pour leur permettre d’appréhender les processus de surveillance et d’entretien des ouvrages courants. doit contribuer à l'amélioration de la qualité de l'entretien pour les ouvrages d'art. aussi petits soient-ils.

Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes Chapitre 1 Principes généraux et vocabulaires Collection « Les outils » – Sétra – 9 – octobre 2010 .

Les buses peuvent être circulaires.Ouvrages d’art Dans le domaine routier. au sein d’un remblai. un Ouvrage d’Art. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes 1 . pont-rail. on distingue : pont-route. Il existe trois grands types d’ouvrages d’art routiers: les ponts. rectangulaires ou de forme ovoïde. en métal ou en maçonnerie. les ouvrages de soutènements et les tunnels. en béton armé. est une construction de Génie Civil autre qu’un bâtiment qui permet d’assurer et/ou de protéger la continuité d’une voie de circulation. pont-canal. Collection « Les outils » – Sétra – 10 – octobre 2010 . • Buse : ouvrage hydraulique ou routier de forme tubulaire.1 .Les ponts Ce type rassemble les ponts et les buses : • Pont : ouvrage permettant à une voie de circulation de franchir un obstacle naturel ou une autre voie de circulation. Suivant la nature de la voie portée. 1.

Les ouvrages de soutènement ou « murs » Ces ouvrages sont destinés à soutenir des terres et sont construits en élévation ou en excavation. créent un espace confiné. Collection « Les outils » – Sétra – 11 – octobre 2010 . etc. les rideaux de palplanches… 1. Il existe un très grand nombre de types d’ouvrages de soutènement .Les tunnels routiers Le terme tunnel s’applique aux ouvrages qui. Il peut s’agir de : • Tunnels creusés : ouvrages creusés dans le sol permettant à une voie de circulation de franchir un obstacle naturel (relief. les ouvrages les plus courants sont les murs poids.2 . Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes 1. les murs en béton armé.3 . bras de mer. quel que soit leur mode constructif.).

qui ont pour vocation première d'assurer la couverture totale ou partielle d'une section de route. pièges à cailloux. dans le cas de petits ouvrages. potences et hauts mâts (PPHM). 2.1 . Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes • Tranchées couvertes : ouvrages totalement ou partiellement enterrés. construits à partir du niveau du sol. les tabliers sont réalisés de diverses façons par exemple en voûte de maçonnerie. des écrans antibruits…Toutefois. D’autres dispositifs faisant parfois appel à des règles de conception inspirées du génie civil mais ne participant pas à la continuité d’une voie de circulation ne sont pas considérés comme des ouvrages d’art . les structures pare-pierres et les pare-blocs. 2 .Les appuis et fondations Les appuis ont pour fonction principale de transmettre les charges verticales et horizontales du tablier aux fondations . en béton armé. cette fonction de soutènement des culées est souvent critique car très sensible à l’état des abords et de l’assainissement. de plus. il s’agit des portiques. chaussées et remblais contigus et les ouvrages éloignés dont le bon fonctionnement conditionne l’état des ouvrages. 2. Il existe également d’autres types d’ouvrages d’art.Les abords et la zone d’influence de l’ouvrage Les abords comprennent les talus. en métal… Chaque type de tablier relève de préconisations spécifiques pour la surveillance et l’entretien mais tous les types de tablier sont très sensibles au bon état des dispositifs d’étanchéité et d’évacuation des eaux.2 . notamment lorsque certains d'entre eux présentent des enjeux importants en terme de sécurité vis-à-vis des usagers et des impacts environnementaux ou économiques importants. les appuis d’extrémité (les culées). etc. comprennent des murs qui transmettent des efforts horizontaux de poussée des terres . Dans le cas de petits ouvrages. l’état des abords est souvent révélateur du bon fonctionnement des culées et murs attenants à l’ouvrage.3 . des dispositifs d’assainissement. des filets de protection.Parties constitutives d’un pont routier Un pont routier comprend quatre parties principales : 2. Collection « Les outils » – Sétra – 12 – octobre 2010 . Le présent guide concerne plus particulièrement les ponts et les murs de soutènement courants. leur surveillance et leur entretien pourront être inspirés de ceux relatifs aux ouvrages d’art. plus spécifiques tels que les ouvrages paravalanches.La structure porteuse La structure porteuse est constituée d’un tablier qui porte les voies de circulation .

. les garde-corps. O2 et O3 ) Collection « Les outils » – Sétra – 13 – octobre 2010 . trottoirs…).Les équipements Les équipements (ou superstructures) sont des éléments ajoutés à la structure et nécessaires à son usage : par exemple les dispositifs de collecte et d’évacuation des eaux. corniches. il convient toujours de préciser «longueur totale» ou «longueur de la (des) travée(s)». Schéma d'un ouvrage à trois travées ( de portées L1. Les équipements constituent l’essentiel des dépenses d’entretien des ouvrages.. L2 et L3. Les équipements se dégradent plus vite que les éléments porteurs . cunettes. à la conservation de la structure (joints. les joints de chaussées… Les équipements concourent à la sécurité d’usage (GC. 2. la longueur de la plus grande travée détermine l’importance de l’ouvrage. La longueur d’un pont est un terme ambigu . d'ouvertures O1. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes On appelle travée.). panneaux d’information. la dégradation des équipements est souvent préjudiciable à l’état de l’ouvrage. à son exploitation (échelle d‘accès. la partie de tablier comprise entre deux appuis successifs. étanchéités…). en outre.4 . ainsi qu’à l’esthétique. gargouilles.

Il n’existe pas de normes ou de règlements sur l’entretien et la surveillance des ouvrages d’art.La domanialité des ponts Le Conseil d’État retient une jurisprudence constante : le PONT et le MUR et plus généralement les ouvrages d’art attenants à une voirie constituent une dépendance de la route qu’ils supportent car nécessaires à la conservation et à l’exploitation de celle-ci. depuis sa construction de la voirie départementale dont le Département de la Somme a l’obligation d’assurer l’entretien. Il en est de même des passerelles permettant de traverser les voies ferroviaires (arrêt du 11/03/1983 de la ville de Drancy). 26/09/2001. 4 . car cela est explicitement prévu dans les contrats de concession.1 . rédigée pour les ouvrages sur routes nationales et qui traite plus particulièrement de la surveillance. département de la Somme) » « Le fait que le pont franchisse une infrastructure nouvelle soit un canal de navigation. trois cas particuliers sont à noter : • Les sociétés concessionnaires d'autoroutes ont la charge de l'entretien de leurs passages supérieurs. Le gestionnaire de la voie portée est donc tenu de prendre toutes les mesures nécessaires pour maintenir le pont en bon état d'entretien et assurer la sécurité à l'égard des tiers. Les recommandations du présent guide sont directement issues de cette instruction technique. « Les ponts sont au nombre des éléments constitutifs des voies dont ils relient les parties séparées de façon à assurer la continuité du passage. Il appartient donc au maître d’ouvrage de définir sa stratégie compte tenu des objectifs qu’il s’est fixés. • Les passerelles piétonnes appartiennent à la collectivité qui en à l'usage. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes 3 . Il est toutefois bien évident que le maintien de la sécurité d’usage nécessite au minimum la mise en place d’une surveillance organisée . Il en résulte que le propriétaire est le gestionnaire de la voie portée qui est tenu de prendre toutes mesures nécessaires pour maintenir l’ouvrage en bon état d’entretien et assurer la sécurité à l’égard des tiers. de l’évaluation de l’état de l’entretien et de la réparation des ouvrages d’art fait référence en la matière et peut être utilisée par tous les maîtres d’ouvrages pour bâtir leur référentiel. même si ce sont des passages supérieurs. Toutefois. la surveillance est donc une obligation. Il convient toutefois de remarquer qu’une convention de gestion ne peut en aucun cas libérer le maître d’ouvrage de la voirie portée des responsabilités qui lui incombent en tant que propriétaire de cette voie de circulation et des ouvrages qui la supportent. »… « L’ouvrage constitué par le pont relève. » (JO Sénat du 18/03/2004) Les maîtres d’ouvrages peuvent toutefois convenir entre eux de conventions de gestion afin de répartir les frais de surveillance et d’entretien . • Les passages à faune surplombant une voie sont rattachés au domaine public. une autoroute ou une ligne TGV n'a pas lieu d'entrer en considération. Collection « Les outils » – Sétra – 14 – octobre 2010 . alors que cet ouvrage n'a fait l'objet d'aucune convention de remise au département et que l’État en a assuré pendant plusieurs années l’entretien et la surveillance.Textes de référence Si le maintien de la sécurité d’usage de l’ouvrage relève de la responsabilité civile ou pénale du maître d’ouvrage. le maintien du niveau de service et le niveau d’entretien relèvent de sa responsabilité politique et de sa stratégie. Les mesures nécessaires sur ouvrages d’art comprennent les mesures d’urgence (mise en sécurité à l’occasion d’un événement exceptionnel) et les mesures de surveillance et d’entretien. » (Conseil d’Etat.Domanialité des ponts et des murs 4. l’instruction technique pour la surveillance et l'entretien des ouvrages d'art (ITSEOA).

5 .2 . L’Instruction Technique (ITSEOA) définit un contenu type de dossier d’ouvrage. par et pour le compte de la collectivité gestionnaire de la route. Mais il est parfois difficile de définir précisément la limite du domaine public en raison de l'ancienneté du réseau et du fait que les propriétés riveraines sont privées. • En l'absence de titre de propriété. il est fréquent que des documents aussi importants que les plans d’exécution des ouvrages soient perdus. alors le mur est un accessoire de la voie et appartient donc au domaine public.Le recensement des ouvrages Pour le maître d’ouvrage. il lui appartient. sa localisation et ses principales dimensions. Les principes suivants s’appliquent pour déterminer leur domanialité : • L’acte de propriété : s'il existe un titre de propriété privée et en l'absence de tout acte de procédure administrative ayant transféré la propriété du mur dans le domaine public.Le dossier d’ouvrage Il est capital de disposer d’un dossier qui rassemble toutes les caractéristiques des ouvrages et l’historique de l’ensemble des actions effectuées. des ouvrages non répertoriés peuvent également être découverts à l’occasion d’un recensement exhaustif. toutes les opérations liées à la gestion des ouvrages doivent être précédées par une phase de reconnaissance et de recensement. Cela n’empêche pas de constituer un dossier avec les renseignements disponibles et les actions effectuées.Gestion des ouvrages d’art 5. Les données issues du recensement comprennent au minimum le type d’ouvrage.La domanialité des murs Lorsqu’un mur se situe dans l'emprise du domaine public de la collectivité territoriale concernée. Collection « Les outils » – Sétra – 15 – octobre 2010 . Toutefois s'il apparaît que la construction du mur.2 . 5. répond à la seule utilité de la protection du domaine public. il est capital de connaître les ouvrages d’art qui relèvent de sa compétence. Diverses méthodes existent pour faciliter et synthétiser les données issues du recensement sous forme de fiches d’identification. l'ouvrage appartient au particulier propriétaire du terrain d'assiette du mur de soutènement. la jurisprudence administrative s'applique : le mur qui soutient des terres privées appartient au riverain. Malheureusement. etc.1 . Toutes les informations collationnées doivent être vérifiées sur le terrain pour tenir compte d’éventuelles transformations ou informations non disponibles dans les dossiers . malgré un travail de recherche indispensable. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes 4. C’est pourquoi. La domanialité des murs de soutènement bordant les routes est souvent mal définie et plus complexe. celui qui soutient la route appartient normalement à la collectivité gestionnaire de la route. de bases de données.

de définir les processus de visite. Ainsi des travaux majeurs (remise en état. tels un arrachement d’une partie du garde-corps d’un pont. Le maître d’ouvrage est responsable de l’organisation de la surveillance qui doit s’appliquer à tous les ouvrages d’art. La surveillance s’exerce en deux niveaux de contrôles: le(s) contrôle(s) périodique(s) et l’inspection détaillée périodique. Le rôle du maître d’ouvrage est de définir les conditions de recensement des ouvrages. Le guide définit ci-après l’organisation et le contenu des différentes opérations de surveillance périodique. Il y tout intérêt à ce que la maîtrise d’ouvrage s’organise pour que l’information recueillie soit portée à sa connaissance et traitée dans les meilleurs délais… De même. La surveillance consiste à suivre l’évolution des ouvrages à partir d'un état de référence. la traçabilité des interventions est recommandée : information de départ. A partir de la surveillance qu’il aura mise en place. le maître d’ouvrage peut également mettre en place le principe d’une surveillance « continue »1 qui met à profit les tournées de ses agents les mieux placés pour exercer une telle vigilance. une situation manifestement anormale. de gérer et de stocker les informations.3 . suivant ses moyens techniques et la typologie de son patrimoine. peut souvent être détectée facilement par quiconque circulant sur l’ouvrage. Remarque : Dans un souci d’économie et d’efficacité. Il convient toutefois de remarquer qu’une convention de gestion ne peut en aucun cas libérer le maître d’ouvrage de la voirie portée des responsabilités qui lui incombent en tant que propriétaire de cette voie de circulation et des ouvrages qui la supportent. il peut s'y ajouter d'autres actions dites de surveillance renforcée ou de haute surveillance. de constituer une documentation. elle a un caractère systématique. d’organiser la surveillance et d’assurer l’entretien courant. 1 La surveillance continue n’est pas imposée par l’ITSEOA Collection « Les outils » – Sétra – 16 – octobre 2010 . le maître d’ouvrage pourra alors définir sa stratégie d’entretien et de grosses réparations. 5. etc. Or. En cas de doute ou de risques avérés pour l'ouvrage.4 . actions effectuées… Dans ce cadre. il y a tout intérêt à repérer et à traiter au plus vite les désordres affectant les ouvrages pour éviter toute dégradation supplémentaire ou tout incident. Cet état est défini à l’issue de sa construction ou à sa reprise en gestion en cas de transfert de maîtrise d’ouvrage. décisions prises. transformation telle qu’un élargissement ou une extension) qui ont modifié l’ouvrage peuvent aussi en modifier l’état de référence.Les conventions de gestion des ouvrages d’art Les maîtres d’ouvrages peuvent toutefois convenir entre eux de conventions de gestion afin de répartir les frais de surveillance et d’entretien. un trou dans la chaussée ou la dégradation d’un équipement d’assainissement. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes 5.La surveillance et rôle du maître d’ouvrage La surveillance de l'état des ouvrages est déterminante pour l'entretien du patrimoine et la sécurité des usagers . Cet état de référence est actualisé tout au long de la vie de l’ouvrage car il sert de base de comparaison pour évaluer périodiquement l’évolution de son état.

Collection « Les outils » – Sétra – 17 – octobre 2010 . leur réparation rapide peut éviter une aggravation entraînant des dépenses importantes . les moyens à mettre en œuvre.L’entretien spécialisé Malgré un bon entretien. des dégradations sous l'action de la circulation et de son environnement . Il vise à prévenir une altération. • Par une équipe disposant du matériel adapté. l'intervention nécessaire. mais aussi à l'automne et comprendre la vérification des dispositifs d'évacuation des eaux. si nécessaire. le mode opératoire. l’indication des opérations effectuées. elles doivent donner lieu à un constat qui mentionne notamment : l’identification de l’ouvrage. ceux-ci étant très variables d'une équipe à une autre et suivant la nature de la voie routière où se situe l'ouvrage. Pratiquement toutes les opérations d’entretien courant peuvent être programmées . L’entretien courant peut être réalisé par le maître d’ouvrage en régie (par exemple. soit sur la base d'une dégradation prévisible ou amorcée. les équipes d'exploitation chargées de la voirie) ou par un prestataire extérieur. Elle peut être précédée d'une intervention immédiate pour assurer la sécurité des personnes et doit d'abord faire l'objet d'un diagnostic. La réparation consiste à remettre partiellement ou totalement un ouvrage altéré. • l’entretien spécialisé. L'entretien préventif consiste à intervenir. Chaque tâche est présentée en indiquant les défauts ou désordres qui peuvent être constatés. soit systématiquement.2 . 6. le guide fournit des indications générales et des conseils.L’entretien courant Il s'agit des tâches courantes d'entretien qui ne nécessitent pas l’application de techniques spéciales et ne concernent pas les interventions structurelles. Ce constat peut être regroupé avec celui établi au titre de la visite de contrôle annuel . inspections détaillées). réparés. • Au moment opportun : par exemple. On distingue l'entretien préventif et la réparation. sur tout ou partie d'un ouvrage avant que celui-ci ne soit altéré. encadrée par un chef d'équipe ayant acquis une bonne connaissance des ouvrages par formation spéciale ou par expérience.L'entretien des ouvrages Tous les ouvrages d'art doivent être entretenus et. On distingue : • l’entretien courant : les interventions étant réalisées périodiquement en fonction d'un calendrier. • Suivant un programme préétabli par itinéraire ou par nature d'intervention. ces travaux d’entretien spécialisés sont toujours décidés et définis après réalisation de constats (contrôles périodiques. pour des raisons tant économiques que de sécurité de fonctionnement. il peut également contenir des indications sur l'entretien spécialisé à effectuer. la date de l’intervention.1 . Pour être bien conduit. l'ouvrage subit. L’entretien courant comprend des tâches régulières et/ou systématiques (par exemple le nettoyage des dispositifs d’assainissement) et des tâches conditionnées par l’environnement et l’usage des ouvrages. avec le temps. le nettoyage des ouvrages peut avantageusement trouver sa place en fin d'hiver. 6. Ils sont normalement prévisibles et peuvent faire l’objet d’une programmation pluriannuelle. les interventions étant programmées en fonction d'observations. Ce guide présente la plupart des opérations d’entretien courant. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes 6 . l'entretien courant des ouvrages d'art doit être effectué : • Par une équipe habituée à ce genre de travaux. S’agissant des moyens.

Un maître d’œuvre spécialisé est requis pour cadrer le marché des travaux et surveiller leur réalisation.3 . 6. Les opérations sont réalisées par des entreprises spécialisées dans la réparation des ouvrages d'art. Ils nécessitent parfois des délais d'attente entre phases d'exécution et des restrictions de l’exploitation des ouvrages pendant leur réalisation. Ces travaux doivent être préparés et exécutés avec beaucoup de soin et doivent être surveillés avec beaucoup d'attention. L'expérience enseigne en effet que des travaux qui peuvent paraître simples à première vue (comme la réfection d'un talutage. des calculs de vérification…). tenant compte notamment des conditions d'exploitation et servant à définir les conditions de réception et de contrôle de l'efficacité de la réparation dans le temps. la réfection partielle d'une peinture anticorrosion d'ouvrages métalliques.Les Réparations Toute opération consistant à remettre partiellement ou totalement un ouvrage dans un état de service attendu constitue une réparation. ils peuvent néanmoins être onéreux rapportés aux dimensions des ouvrages. Collection « Les outils » – Sétra – 18 – octobre 2010 . Un maître d’œuvre spécialisé peut être requis pour cadrer le marché des travaux et surveiller leur réalisation.) sont en réalité complexes et peuvent donner lieu à des déboires. Toutes les réparations effectuées sur un ouvrage font l'objet d'un archivage. voire à des accidents. • D’une étude approfondie des différentes phases de la réparation. etc. des ragréages de béton au droit d’armatures corrodées. Ce guide ne présente pas dans le détail les différentes opérations de réparation. • D’un diagnostic • D'une réflexion sur le choix du type de réparation. s'ils ne sont pas précédés d'une étude faite par un spécialiste (par exemple le métré des éléments dégradés. ils portent pour l’essentiel sur les équipements et les éléments de protection et également sur les défauts mineurs de la structure qui ne remettent pas en cause la capacité portante de l’ouvrage . Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes Ces travaux sont souvent de faible importance . Un groupement de divers travaux d’entretien spécialisés de même type concernant un lot d’ouvrages dans un même marché est une solution optimale. Une réparation doit être précédée : • D'investigations. Ce guide ne présente pas dans le détail les différentes opérations d’entretien spécialisé.

• Les études préliminaires de réparation permettent de définir et de cerner la nature. de cadrer la démarche du maître d’œuvre. la maîtrise d’œuvre peut être exercée en régie si le maître d’ouvrage en a les moyens ou faire l’objet d’un marché de prestations intellectuelles. il est déconseillé d’inclure. la programmation des travaux nécessite différentes étapes de diagnostics et d’études : • Les contrôles périodiques et inspections détaillées constituent un premier constat de l’état des ouvrages. et si les dépenses sont différées. la programmation pluriannuelle intervient à cette étape. dans la prestation d’un prestataire chargé de réaliser une inspection détaillée. il est en résulte des pics de dépenses qui sont difficiles à supporter et peuvent entraîner. Remarque : Les différentes phases d’études sont réalisées par des prestataires différents ou dans le cadre de contrats distincts. Si la surveillance est irrégulière. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes 7 . • Le rôle du maître d’œuvre est de définir le détail des projets de réparations et de cadrer le marché de travaux . • Les travaux proprement dits sont réalisés par des entreprises spécialisées retenues en fonction de leurs références . si l’inspection détaillée aboutit bien à la définition d’actions relatives à l’entretien courant ou à l’entretien spécialisé. La démarche applicable à la définition et au chiffrage de gros travaux de réparation relève de la maîtrise d’œuvre . on se rend bien compte que cette programmation « pluriannuelle » n’est possible que si un suivi régulier est réalisé. a priori. la dégradation des conditions d’exploitation des ouvrages. une étude de réparation éventuelle et le chiffrage des travaux de grosses réparations. En effet. La programmation permet d’intégrer l’importance sociale et économique relative des différents ouvrages d’un patrimoine. elle ne peut elle-même être définie et entreprise qu’après analyse des conclusions de l’inspection détaillée et à partir d’un minimum de données sur l’état de l’ouvrage. Concrètement.Programmation de la surveillance et des travaux La programmation des dépenses de surveillance et d’entretien se fait sur plusieurs années . les travaux sont suivis par le maître d’œuvre. Collection « Les outils » – Sétra – 19 – octobre 2010 . l’ampleur des travaux et les contraintes de réalisation. • La décision du maître d’ouvrage permet de hiérarchiser la priorité des travaux à réaliser suivant sa stratégie d’entretien .

.la reconstitution de béton dégradé ....boulonnage du rocher dans les tunnels Équipements et éléments de protection : ..la réfection d'assemblages .... Tous les ans remplacement des corniches.maintien en état de la signalisation ... généraux..... talus) .) . par bétonnage de cavités.réfection des joints de chaussée et de trottoirs .........l'injection de fissures structurelles. ..réfection des désordres locaux sur corniches ou ..élimination de toute végétation .....travaux ou opérations d'entretien nécessitant une corps... drains. barrières) ....... nacelles)... s'il y en a .le changement des appareils . additionnelle.protection des armatures très localement Pour le métal apparentes...la reconstitution ou le ........la reprise de fondation en sous ...suppression des venues d'eau. .la reconstruction partielle. parachèvement des soudures ouvrage métallique. INTERVENTIONS SUR LES .......remise en peinture de l'ossature métallique..le confortement de fondations par .. réseaux concessionnaires à . Tous les ans métalliques de l'ouvrage . .mise en peinture des garde-corps et des éléments ...... Pour les appuis ...traitement des fissures non structurelles..enlèvement des amas de corps flottants à l'amont APPAREILS D'APPUI fossés.....entretien des protections cathodiques des parties ..... ..... Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes Entretien A caractère préventif (non structurel ou défauts structurels mineurs) REPARATION travaux réalisés par une Entretien courant Entretien spécialisé entreprise spécialisée Fréquence réalisé avec des moyens courants réalisé par une entreprise spécialisée Nettoyage : Opérations nécessitant des moyens particuliers.... Tous les ans parements contre l'humidité et les ruissellements ..... échelles.. Tous les ans métalliques des équipements . portes...l'application d'une précontrainte .interventions sur la structure pour .. Tableau illustrant la distinction entre entretien et réparation Collection « Les outils » – Sétra – 20 – octobre 2010 ... bordures) et à ses abords . ......des dépôts en rives de la chaussée dispositif de retenue et sur les trottoirs ..mise en œuvre de produits de protection des l'ouvrage. s'il y en a ..... s'il y en a .changement des appareils d'appui dans les cas rideaux de palplanches métalliques. Tous les ans passerelle .....entretien des armatures du béton. glissières. caniveaux.des joints de chaussée..réfection des dispositifs d'écoulement des eaux été prévu ......protection cathodique.la mise en œuvre de matériaux composites collés................... .des accès de visite (trappes..mise en place d'enrochements mise en place d'un nouveau . etc...... .. parements en béton l'épinglage des bandeaux. Abords et signalisation verticale : ...... voies . ré remplacement de pièces d'un alcalinisation..... parements de béton très localement endommagés.....l'adjonction d'armatures passives....ragréages ponctuels et peu profonds des boulonnés ou rivés... .la pose de tirants d'enserrement .. barrières) .. Tous les ans de visite altérées.....des dispositifs de retenue (garde...des dispositifs de retenue (garde.....des dispositifs d'écoulement des par exemple : ÉQUIPEMENTS ET LES eaux (gargouilles.. ...protection et réfection des cachetages d'ancrages Pour les fondations des armatures de précontrainte ...... . barbacanes..réfection de la chape d'étanchéité sous la INTERVENTIONS SUR LA ....l'injection...... ..des graffitis et des affiches.. Tous les ans .. ..réfection des bordures de trottoir. par micro-pieux.. des dallettes nuisible sur l'ensemble de l'ouvrage sous trottoirs Pour le béton (chaussée......la réalisation d'une contre-voûte. protection des du tablier. . .remplacement isolé d'un rivet ou d'un boulon..rejointoiement de maçonneries... déchloruration.. de l'intérieur ..... (perrés.. Tous les ans des piles nécessitant de moyens spéciaux NÉCESSITANT DES ADAPTATIONS STRUCTURELLES .. Tous les ans des tympans ou des murs en retour...... Si gênant STRUCTURE chaussée Contrôle de l'état : Pour la maçonnerie ..des dispositifs de fixation des ...... Tous les ans .....réfection ou création de dispositifs d'entretien et ..des sommiers d'appui....... .. par injection du sol..... œuvre.. Défauts mineurs de la structure .. des joints d'appui lorsque le vérinage n'a pas de trottoir et de leurs accessoires. une surface étendue située sur ses abords ou sur les .....la reconstitution de pierres corps..réfection ou mise en place d'éléments de sur une profondeur importante ou relative à l'exploitation de l'ouvrage et protection... glissières...

et les chemins ruraux dès lors que leur intérêt communautaire est reconnu. Leur création doit être encouragée compte tenu des avantages qu’ils présentent en matière d’économie d’échelle pour la gestion du patrimoine public routier. les services de l’État peuvent apporter une assistance aux communes et à leurs groupements pour définir les compétences à transférer dans le domaine de la voirie et pour mettre en place un service technique. Ce transfert ne constitue pas un transfert de pleine propriété mais seulement la transmission des droits et obligations du propriétaire. L’objectif d’une définition des voiries d’intérêt communautaire est de former. panneaux de signalisation. sur l’ensemble du territoire de la communauté. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes 8 . Il est à noter que. Parmi les compétences optionnelles d’un établissement public de coopération intercommunale (EPCI). les trottoirs. Il est conseillé de retenir des techniques de définition objectives de l’intérêt communautaire présentant ainsi davantage de sécurité juridique. S’agissant de ce dernier. la compétence "voirie" doit nécessairement inclure la voie elle-même et ses accessoires nécessaires ou indispensables au soutien et à la protection des voies.L'intercommunalité La place des établissements publics de coopération intercommunale dans l’exercice des compétences en matière de voirie est à souligner. La mise à disposition est le régime de droit commun applicable au transfert des biens et équipements au niveau intercommunal. notamment en organisant l’intervention de tiers compétents : entreprises. De plus. L’étendue de la compétence transférée est inscrite au code général des collectivités territoriales (CGCT) et peut couvrir la création. un maillage cohérent des voies connectées entre elles et de gérer les axes de façon homogène. la masse des commandes favorise la concurrence et la baisse des coûts. les installations implantées dans l’emprise des voies publiques (bornes. comprenant ainsi la gestion et l’entretien. les talus. candélabres). Le transfert de compétences dans ce domaine apporte un double avantage pour les communes membres : • L’économie d’échelle réalisée. dans et hors agglomération. la compétence "voirie" peut être retenue selon des modalités qui sont définies conventionnellement. maîtres d’œuvre. équipementiers. Le transfert des compétences d’une commune à un EPCI entraîne le transfert des biens. Le choix du transfert de cette compétence optionnelle exige de procéder préalablement à la définition des voies communales ou rurales concernées et donc de définir le domaine public d’intérêt communautaire. au titre de l’ATESAT. Collection « Les outils » – Sétra – 21 – octobre 2010 . En effet. • Le caractère cohérent et structurant de l’action menée sur le plan intercommunal. les murs de soutènement. Le transfert de la compétence "voirie" peut concerner les voies communales. Cette compétence peut donc porter sur les accotements et fossés. les ouvrages d’art tels que les ponts et tunnels. l’établissement public est chargé d’assurer cette mission par tout moyen. équipements et services publics nécessaires à l’exercice des compétences ainsi que de l’ensemble des droits et obligations qui y sont attachés. bureau d’études techniques. pylônes. l’aménagement et l’entretien de la voirie.

Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes Chapitre 2 Organisation des actions de surveillance Collection « Les outils » – Sétra – 22 – octobre 2010 .

le contenu d’un contrôle périodique est précisé ci-après. six ans ou neuf ans.Les actions systématiques de surveillance Les actions systématiques de surveillance font l’objet d’une programmation suivant une périodicité définie par le maître d’ouvrage et comprennent : • Un contrôle ou surveillance périodique concrétisé par un procès verbal ou un rapport synthétique . voulu simple. réalisé sans moyens d’accès particulier. Surveillance périodique sans moyens particuliers • Des visites ou des inspections détaillées périodiques (IDP) plus complètes réalisées par des équipes ou bureaux d’études spécialisés avec utilisation de moyens d’accès . La définition et la réalisation d’une inspection détaillée nécessitent l’intervention de spécialistes ou de bureaux d’études retenus en fonction de la typologie des ouvrages . Inspection détaillée avec nacelle négative Collection « Les outils » – Sétra – 23 – octobre 2010 . diverses formes de procès verbaux peuvent être proposées au moins pour les ouvrages les plus courants . ce contrôle. par exemple la périodicité peut être de trois ans. peut être effectué par les équipes chargées de l’entretien de la voirie sous réserve d’une formation préalable . de sa sensibilité à son environnement et aussi de son état relevé au décours des contrôles périodiques . Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes 1 . la périodicité est fonction du type d’ouvrage. les objectifs principaux d’une inspection détaillée sont précisés ci-après.

ou exceptionnellement. après mais le plus tôt possible.Le contrôle périodique Objectifs Le contrôle périodique s’applique à tous les ouvrages d'art s'ils ne font pas la même année l'objet d'une autre action (Inspection Détaillée Périodique ou exceptionnelle). celles-ci doivent faire l’objet de visites subaquatiques qui constituent un cas particulier d’inspection détaillée réalisée par des équipes de plongeurs spécialisés. Collection « Les outils » – Sétra – 24 – octobre 2010 . Périodicité Ce contrôle est voulu simple . En revanche la périodicité est généralement courte . deux types de visites doivent également être réalisés systématiquement : • L’inspection détaillée initiale : l'inspection détaillée initiale (IDI) définit l'état de référence d’un ouvrage neuf ou l’état de référence d’un ouvrage après de grosses réparations. Pour un ouvrage neuf cette visite doit avoir lieu avant la mise en service. sur routes nationales. texte définissant la politique technique de l’Etat en la matière. 2 ITSEOA : Instruction Technique pour la Surveillance et l’Entretien des Ouvrages d’Art. il est donc réalisé sans moyens d’accès. A titre indicatif. la dénomination des contrôles périodiques. Modalités Le contrôle périodique définit ici est un principe général . Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes • Des visites subaquatiques : dans le cas où l’ouvrage comporte des parties immergées. 2 . leur portée et leur périodicité sont variables suivant les méthodes de gestion appliquées et les choix du maître d’ouvrage. Visite subaquatique Pour mémoire et bien que cela sorte du cadre de ce guide. un an à trois ans maximum. l’ITSEOA2 prévoit deux types de contrôles périodiques : les contrôles annuels et les visites d'évaluation d’une périodicité de trois ans. • L’inspection détaillée de fin de garantie : l’inspection détaillée de fin de garantie permet la vérification de l'état d'un ouvrage ou de parties d'ouvrage sous garantie contractuelle ou sous responsabilité décennale. La visite ou l'inspection détaillée nécessaire à cette vérification doit intervenir suffisamment tôt avant l’expiration des délais de garantie ou de responsabilité.

Collection « Les outils » – Sétra – 25 – octobre 2010 . les mesures de sauvegarde sont prises par le gestionnaire. Dans ce cas. Le contrôle périodique doit obligatoirement faire l'objet d'un constat qui mentionne : • L'identification de l'ouvrage. Il nécessite la connaissance du patrimoine et des ouvrages. • Permettre de relever la nature des travaux d'entretien courant et des petits travaux d'entretien spécialisé à réaliser. présence de végétation. sont souvent prédéfinis à l’avance au moins pour les ouvrages les plus courants. En cas d'anomalie grave. Il peut être fait à l'occasion des opérations d'entretien courant (nettoyage) et permet de programmer d'autres interventions telles que l'ensemble des actions d'entretien courant et des travaux spécialisés. Toutes les opérations de contrôles (périodiques ou inspections détaillées) obligent à une bonne programmation des opérations de dévégétalisation qui doivent être effectuées avant les actions de surveillance. Remarque : contrôles périodiques et entretien courant Les contrôles périodiques peuvent être effectués indépendamment de l'entretien courant. de la chaussée. etc. fondations immergées. la désignation des parties d’ouvrages à observer. ils doivent être préalables à toute intervention.Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes Prescriptions Les objectifs sont de permettre de : • Déceler l'évolution manifeste des désordres déjà constatés. Les contrôles périodiques peuvent aussi être effectués à l'occasion de l'entretien courant notamment les opérations de nettoyage de l'ouvrage. • Les anomalies constatées ainsi que les signes d'évolution manifeste.). Réalisation Ce contrôle est fait. • La date de la visite. des équipements. de croquis permettant une appréciation desdits désordres. les indicateurs ou indices sur l’état de l’ouvrage. Le format du constat de contrôle périodique. sans moyen d’accès spécial. • Les parties de l’ouvrage qui n’ont pu être évaluées et pour quelles raisons (inaccessibilité. Il est recommandé que les renseignements recueillis en matière de désordres fassent l'objet de relevés. • Constater des désordres graves présentant une menace. de photos. par les agents désignés par le gestionnaire et ayant reçu une formation ou par un prestataire spécialisé. Le contrôle périodique peut utilement être complété par la liste des opérations particulières à réaliser : celles-ci seront regroupées suivant la nécessité d'utilisation d’un matériel spécifique ou de recours à des entreprises spécialisées.

en conséquence. les conditions de réalisation et les résultats à obtenir. Ce contrôle peut utilement être groupé avec l'exécution de travaux d'entretien courant de l'ouvrage. orages violents. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes 3 . • Qu’il n'y a pas de désordres apparents menaçant la sécurité. la réalisation des inspections détaillées nécessite de mobiliser des moyens d’accès (moyens nautiques. Modalités Cette action de surveillance nécessite l'intervention de personnel spécialisé et de matériel particulier. Sa périodicité est faible ou moyenne. Il peut également conduire à en compléter la liste. Périodicité La périodicité normale est de 6 ans. La programmation des actions conditionnelles de surveillance nécessite le conseil d’un spécialiste ouvrages d’art afin de cadrer les objectifs. • Les actions de surveillance renforcées ou de haute surveillance qui concernent des ouvrages dans un état critique. Prescriptions L’objectif est de vérifier : • Que l'état de l'ouvrage ne s'est pas anormalement dégradé. l’inspection détaillée se veut exhaustive et. • Que les dispositifs assurant la sécurité des usagers sont dans un état acceptable.Les inspections détaillées périodiques Objectif L'objectif est d'établir un bilan de santé de l'ouvrage inspecté . Pour les visites subaquatiques la fréquence est également à adapter en fonction de la sensibilité de l’ouvrage . Cependant. tornades. La réalisation se fera de préférence par un prestataire spécialisé au moyen de marchés de prestations intellectuelles . Au contraire du contrôle annuel. accident…ou en fonction des résultats des actions de surveillance systématiques. tous les ouvrages devraient bénéficier d’une inspection détaillée sur une période de dix ans au maximum. des actions générales relatives à l’entretien courant ou spécialisé peuvent alors être définies. Collection « Les outils » – Sétra – 26 – octobre 2010 .Les actions conditionnelles de surveillance Les actions conditionnelles de surveillance comprennent : • Les visites ou inspections exceptionnelles ou les investigations spécialisées réalisées lors d’évènements exceptionnels : crues. passerelles ou nacelles de visite…) et d’adapter les conditions d’exploitation de l’ouvrage pendant la visite. elle peut être différente de celle de l’inspection détaillée « terrestre » : trois à six ans en général ou plus lors d’événements exceptionnels. Elle peut être ramenée à 3 ans pour les ouvrages sensibles ou malades ou portée à 9 ans pour les ouvrages les plus robustes. glissements de terrains. 4 . nécessite la mobilisation de moyens d’accès. C h a mp d ' a p p l i c a t i o n Ouvrages portés sur la liste arrêtée chaque année par le maître d’ouvrage.

1.) ou à cause de circonstances particulières (par exemple : ouverture d'un chantier à proximité. passage d'un convoi exceptionnel. survenue d’un accident…). de mettre en cause la sécurité ou la pérennité de l'ouvrage.2 . séisme.État défectueux L'état d'un ouvrage est qualifié de défectueux lorsque des désordres majeurs structurels ont été mis en évidence. • Douteux. que leur gravité a pu être appréciée au moins sommairement et que ces désordres sont susceptibles.Assurer la sécurité 5. 5. 3 cf. Modalités La réalisation se fera de préférence par un prestataire spécialisé et au moyen de marchés de prestations intellectuelles.. Cet état de service peut être classé comme : • Normal ou quasi normal.1. soit après évolution. L'état d'un ouvrage est considéré comme quasi normal lorsque cet ouvrage présente des désordres mineurs auxquels l’entretien spécifique ou spécialisé peut remédier. d’une inspection détaillée. P é r i o d i c i t é o u d é cl e n c h e me n t Le déclenchement d’une action de surveillance conditionnelle est décidé après examen d’un procès verbal de contrôle périodique. Cette action de surveillance nécessite l'intervention de personnel spécialisé et de matériel particulier. en effet.. la réalisation d’un projet de réparation nécessite souvent la réalisation de relevés complémentaires in-situ ou d’essais spécifiques sur des prélèvements de matériaux. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes Objectif L'objectif est de compléter les actions classiques de surveillance organisée ou de fournir des résultats utiles à la réalisation d’une étude de grosse réparation. . à la suite de phénomènes naturels susceptibles d’endommager un ouvrage (par exemple : crue. soit tels quels. • Défectueux (ou anormal). 5 . première partie de l’ITSEOA et fascicule 2 Collection « Les outils » – Sétra – 27 – octobre 2010 .État normal ou quasi normal L'état d'un ouvrage est qualifie de normal lorsque cet ouvrage est en bon état général et que les seuls défauts qu'il présente sont ceux auxquels l'entretien courant peut remédier. C h a mp d ' a p p l i c a t i o n Ouvrages soumis ou non à inspection détaillée périodique dont certaines parties ne sont pas observables lors du contrôle périodique ou ouvrages pour lesquels des gros travaux ont été décidés .Résultats de l'action de surveillance La surveillance des ouvrages permet d’apprécier l'état de service d'un ouvrage3.1 . 5. glissement de terrain.1 .

5. Lorsque des désordres constatés sur un ouvrage paraissent susceptibles de mettre en cause la sécurité ou la tenue de l'ouvrage. Collection « Les outils » – Sétra – 28 – octobre 2010 . • Soit parce que des désordres n'ont pas été mis en évidence. ou en cas d'incertitude sur l'origine.3 . mais que l'analyse n'a pas permis d'apprécier leur gravité réelle ou potentielle (exemple d'un ouvrage qui présente les symptômes d'une dégradation des matériaux dont la présence demande à être établie et dont la gravité doit être déterminée). au demeurant relativement courantes dans le domaine de la construction. le maire ou le président du groupement de communes peut décider de le soumettre à une surveillance renforcée. Quelques éléments de programmation sont évoqués ci-dessus mais il sort du cadre de ce guide de détailler les procédures correspondantes. En premier lieu. mais des indices permettent d'en soupçonner l'existence ont été reconnus (exemple des coulures de calcite ont été observées. Lorsque l'état d'un ouvrage le justifie. ces mesures sont décrites ci-après.2 . le déclenchement immédiat par les autorités compétentes des actions nécessaires pour assurer la sécurité. plus intense que la surveillance définie dans le fascicule 2 de l’ITSEOA. 5. Dans le cas particulier où sont constatés des désordres graves pouvant mettre en jeu à court terme la sécurité des personnes. peut décider de le placer sous haute surveillance de manière à permettre. ou lorsque l'ouvrage a un caractère innovant et exceptionnel. En tout état de cause. L’information des usagers sur le risque particulier doit également être réalisée.3 . Cette mesure doit rester au premier rang des préoccupations durant toute la période pendant laquelle l'état de l'ouvrage ne peut être considéré comme normal. lorsqu'il est constaté qu'un ouvrage est dans un état défectueux ou lorsque l'état de l'ouvrage présente un caractère douteux.). une information directe et rapide doit être remontée. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes 5. lorsqu'une défaillance de l'ouvrage est à craindre à très court terme. chaque niveau de responsabilité est tenu de préparer l’ensemble des précautions à prendre en cas d’extrême urgence. etc. en cas de danger imminent. Cette situation doit être transitoire et les investigations à effectuer doivent permettre de lever les doutes afin de reclasser les ouvrages dans la catégorie des ouvrages en état normal ou quasi normal ou dans celle des ouvrages en état défectueux. suivant la nature des désordres.Les mesures de sécurité immédiate et de sauvegarde En cas d'extrême urgence. Mais ces travaux seront réalisés selon un délai plus ou moins long en fonction de la complexité des techniques à appliquer. restriction d'utilisation ou protection des tiers. au-delà de l’entretien courant. la nature et la cause de désordres.État douteux L'état d'un ouvrage est qualifié de douteux lorsque l'analyse effectuée à la suite d'une action de surveillance ne permet pas de conclure : • Soit parce que des désordres ont été constatés. des mesures de sécurité immédiate ou de sauvegarde doivent être prises pour limiter les conséquences possibles de cette défaillance et en particulier pour éviter tout accident corporel . il s’agit alors d’entretien spécialisé et/ou de grosses réparations qui seront assurés par des bureaux d’études et entreprises spécialisés. des études et de la mise en œuvre des procédures administratives. chacun est tenu de prendre immédiatement les mesures de sécurité qui s'imposent (alerte des forces de l'ordre pour une fermeture immédiate.1. le maire ou le président du groupement de communes. celles-ci pouvant faire craindre une corrosion des armatures).Conduite à tenir Il est attendu que les actions de surveillance débouchent sur la programmation de travaux plus ou moins importants .

5 tonnes est envisageable sous réserve d’être matérialisée par des obstacles qui empêchent physiquement les infractions (par exemple des portiques robustes de limitation de gabarit). • La fermeture totale de l'ouvrage (y compris aux piétons).4 .5 t sont généralement physiquement inapplicables. car leur mise en application peut se faire très rapidement. afin que ces dernières puissent être prises le plus rapidement possible en cas de nécessité.Restrictions d'utilisation 5. D’autres restrictions peuvent être envisagées mais sont d’application incertaine et donc considérées comme peu fiables : • Les limitations de tonnage4 • La limitation de la vitesse des véhicules lourds. les restrictions apportées à la circulation pour des raisons de sécurité doivent être appliquées rigoureusement. les consignes nécessaires à l'application des mesures de sécurité immédiate. Aussi. le plus souvent les poids lourds. Les confortements provisoires (étaiement.4. et la mise en place de la signalisation qui peut être masquée jusqu'à son application effective. éventuellement adaptée en fonction des catégories de véhicules. Cette préparation comprend notamment toute la phase d'instruction jusqu'à la signature des arrêtés nécessaires. Il convient donc de souligner l'intérêt de préparer convenablement des mesures qui ne doivent ensuite être mises en application que si un événement particulier le justifie. seule une limitation à 3. Collection « Les outils » – Sétra – 29 – octobre 2010 . D'une façon générale. etc. Ces consignes doivent alors figurer dans le dossier de l'ouvrage (sous-dossier 2).) sont considérés comme des mesures de sauvegarde . elles peuvent porter sur les points suivants : • Catégories d'usagers admis sur l'ouvrage. Elle peut parfois nécessiter une phase d'instruction qui demande généralement un délai relativement important. Pour les ouvrages des itinéraires importants. • Limitation de vitesse. ils ne peuvent être utilisés que si la structure s’y prête et lorsqu'il n'y a pas d'urgence immédiate ou lorsqu'ils sont accompagnés de mesures d'application plus rapide (ces dernières pouvant être instaurées à titre provisoire jusqu'à ce que les confortements aient eu le temps d'être mis en œuvre). 5. stabilisation par remblaiement.Restrictions de circulation Toute mesure de restriction de circulation sur une voie communale doit faire l'objet d’une décision du maire ou du président du groupement de communes. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes Seules les restrictions d'utilisation et certaines mesures de protection des tiers peuvent être considérées comme des mesures de sécurité immédiate. Il apparaît que les seules restrictions dont il soit généralement possible d'obtenir l'application effective sont : • La réduction de la largeur offerte au trafic matérialisée par des obstacles inamovibles. • Espacement entre véhicules ou le cas échéant entre poids lourds seulement.1 . Des restrictions de circulation peuvent être justifiées lorsque le risque est lié au poids des véhicules circulant sur la chaussée . il est utile de préparer. • La réglementation de l'espacement entre véhicules. même en l'absence de désordres. 4 Les limitations de poids supérieurs à 3. • Largeur offerte au trafic. • L'interdiction à tout véhicule automobile.

• Etudes de déviation pour des services d'urgence implantés à proximité de l'ouvrage (pompiers.) peuvent être employés : • Soit pour éviter une défaillance ou une rupture de l'ouvrage.6 . du fait de l'application de réactions non prévues.2 . Le maire ou le président du groupement de communes est chargé de mettre en œuvre les restrictions de circulation. pour en limiter les conséquences. hôpitaux. police. • Evacuation le cas échéant des zones habitées menacées par un effondrement de l'ouvrage.Organisation Les services techniques ou le responsable de l’équipe d’inspection doivent prévenir le maire ou le président du groupement de communes et proposer des mesures de sécurité immédiate validées par un bureau d’étude compétent. de contacter les forces de police ou de gendarmerie et d'avertir les tiers et les autorités concernés.Restrictions pour les occupants du domaine public Le maire ou le président du groupement de communes. canaux. • Soit dans des cas extrêmes. que le confortement peut avoir sur l'ouvrage.). Ces mesures comprennent notamment : • Des restrictions d'utilisation des voies de communication franchies par l'ouvrage (routes. même dans des parties saines de l'ouvrage. dérivations par un réseau existant pour l'électricité et le téléphone. mise en place de réseaux de secours pour la fourniture d'eau. mise en place de butons pour des murs de soutènement.5 . 5. dans les cas d'extrême urgence.Confortements provisoires et étaiements Les confortements provisoires et les étaiements (mise en place de cintres sous une voûte. ces informations devraient pouvoir être trouvées dans le dossier d'ouvrage. etc. etc.). sectionnement d'un réseau pour le gaz. 5. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes 5.Protection des tiers Lorsque la défaillance éventuelle de l'ouvrage est susceptible de provoquer des accidents dans sa zone d'influence. doit informer les occupants du domaine public (aussi appelés « concessionnaires ») des risques présentés par l'ouvrage et des conséquences potentielles d'une défaillance de l'ouvrage sur les réseaux que ces occupants gèrent. cette étude porte sur : • Le fonctionnement du confortement envisagé. voies ferrées.4. gendarmerie. etc. des dégâts importants. aussi approfondie que possible et dont le délai soit compatible avec le degré d'urgence . éventuellement néfastes. Collection « Les outils » – Sétra – 30 – octobre 2010 . afin que ces derniers puissent prendre les mesures de sécurité adéquates (par exemple. De telles mesures ne doivent être prises qu'après une étude préalable. Seul le maire ou le président du groupement de communes ont autorité pour décider l’application de ces mesures. etc. les services ou le responsable de l’équipe d’inspection peuvent contacter le maire ou le président du groupement de communes et lui proposer oralement des mesures de sécurité immédiate qu’ils lui confirmeront par écrit ensuite.) . • Les effets. En effet. un étaiement mal positionné peut engendrer. doit informer les tiers de la situation afin que ces derniers puissent prendre les mesures adéquates pour se protéger. pose de poteaux sous les extrémités de poutres. 5.7 . Toutefois. le maire ou le président du groupement de communes.

Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes Chapitre 3 Entretien courant Collection « Les outils » – Sétra – 31 – octobre 2010 .

.. demandant peu de moyens et peu de technicité......... Il concerne : V Accès à l'ouvrage ..... Fiches III.............. Fiches III..................... doit être réalisé de façon régulière en étroite liaison avec la surveillance continue Cet entretien à la charge du maître d’ouvrage doit être exécuté systématiquement pour tous les ouvrages en fonction des observations recueillies au cours de la surveillance (continue et organisée).. Fiches III.....................20 à III.........21 Équipements ........ Fiches III.....14 Évacuation des eaux .............. Fiches III... Fiche III..............19 Chaussée.........................9 à III.................................22 à III.................................15 à III................ Fiche III.......2 à III........1 V Nettoyage général........8 Végétation ....27 Collection « Les outils » – Sétra – 32 – octobre 2010 ........... Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN COURANT Toute opération ayant pour but de maintenir un ouvrage dans son état de service relève de l’entretienL'entretien a essentiellement un caractère préventifTOUS LES OUVRAGES D'ART DOIVENT ETRE ENTRETENUS L'ENTRETIEN COURANT est celui qui.......26 Murs de soutènement.....

. 1 Collection « Les outils » – Sétra – 33 – octobre 2010 ................. Fiche III.............Accès à l’ouvrage Accès à l'ouvrage ... Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN Accès COURANT à l’ouvrage 1 ....

1 ACCES A L'OUVRAGE Fonctions : L'accès à toutes les parties des ouvrages doit être facile et entretenu pour pouvoir procéder aux visites de contrôles et de surveillance...Pente trop abrupte. Les dispositifs d'accès doivent être réalisés à la construction de l'ouvrage et il faut veiller à leur exécution et à leur entretien régulier.Mise en place de descentes d'eau.Rigoles. végétation). Collection « Les outils » – Sétra – 34 – octobre 2010 . absence de descentes d'eau . il convient de prévoir : .Un accès piétons par les talus Il est rappelé que : .1 Accès à l’ouvrage Fiche III. .Déformation des terrains.. . Ils doivent être créés ou remis en état s'ils ont été oubliés ou rendus inaccessibles par manque d'entretien.Causes Interventions nécessaires Stationnement impossible.Supprimer la végétation (voir fiche l'ouvrage.Créer une aire de stationnement pour un fourgon (surlargeur accotement. busage ponctuel d'un fossé. Stationnement impossible : .Végétation gênant la visibilité ou l'accès à . ainsi qu'à l'entretien. . .Reprise par réalisation de plates-formes.Les descentes d'eau préfabriquées ou maçonnées ne peuvent être considérées comme des accès à l'ouvrage.Apport de terre et reconstitution d'une surface uniforme. Maintenir cette aire en bon état. maçonnées. accès derrière des glissières.Un stationnement devant permettre de garer un véhicule en toute sécurité à proximité immédiate permettant de préparer du matériel d'intervention.Les règles de sécurité routière s'appliquent également aux agents de tout niveau qui visitent ou entretiennent les ouvrages. Si l'accès doit s'effectuer à partir de la voie principale.). Végétation : Végétation : . Dégradations . . Talus en mauvais état : Talus en mauvais état : . Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN Accès à l’ouvrage COURANT Fiche III. .

Le maintenir en bon état. pioches.Matériel de fauchage et de débroussaillage manuel.Tout-venant pour remblaiement. . . Enlever la mousse. l'outillage.Matériel de terrassement.Vérifier les emprises. .Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN Accès COURANT à l’ouvrage Fiche III.Débroussailleuse. masse. .Tronçonneuse. en bois : traverses éventuelle.Utilisation réglementaire des engins et de .Pelles.Relève des techniques routières. visserie .Buses Béton Armé éventuellement. . pioches.Matériaux de remblai.par un sentier.Descentes d'eau maçonnées. Absence d'accès praticable : Absence d'accès praticable : .par des réservations dans un perré.Relève des techniques routières. . scie. maintenues par des chevilles ou bordurettes. des traverses maintenues par des chevilles ou des bordurettes. Moyens nécessaires Mode opératoire Stationnement impossible : Stationnement impossible : . . changer les bois vermoulus et les mains courantes oxydées.Pelles. .Escaliers en béton. . . en bois. Végétation : Végétation : . éventuellement installer une main courante. Absence d'accès praticable : Créer un accès : . Collection « Les outils » – Sétra – 35 – octobre 2010 .Emprises disponibles. 1 ACCES A L'OUVRAGE (SUITE) Dégradations -Causes (suite) Interventions nécessaires (suite) Absence d'accès praticable. . . Talus en mauvais état : Talus en mauvais état : .par des escaliers en béton.

........................... 7 Sommiers de piles et culées ....... 8 Collection « Les outils » – Sétra – 36 – octobre 2010 ..4 Nettoyage des chaussées.. Fiche III... Fiche III.3 Enlèvement des graffitis ....... Fiche III..... Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN Nettoyage général COURANT 2 ........2 Enlèvement des affiches.... Fiche III........... Fiche III............... Fiche III.............. Fiche III.......................................Nettoyage général Enlèvement d'embâcles ...............6 Garde-corps métalliques ....5 Joints de chaussées ..........

Enlever et récupérer les embâcles au fur et à non au droit des brèches hydrauliques réduit la mesure de leur blocage au droit de l'ouvrage. 2 ENLEVEMENT D'EMBÂCLES Dégradations . ouvrages n'ont pas été prévus.Évacuer et récupérer les branches.Procéder à une veille attentive en cas de Ruine possible de l'ouvrage en cas de crue. ramener les l'évacuation de branchages. Conséquences : .Pelle mécanique à partir du tablier mais après vérification de la résistance de l'ouvrage.2 Enlèvement d’embâcles Fiche III. . Collection « Les outils » – Sétra – 37 – octobre 2010 .Tronçonneuse. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN Nettoyage général COURANT Fiche III. les horizontales importantes pour lesquelles les branchages ou les arbustes. corps flottants ou . fourche ou croc pour À l'aide du tire-fort et de l'élingue.Causes Interventions nécessaires L'accumulation d'embâcles.Enlever et récupérer les troncs d'arbres. . coupe de bois à l'amont. section et peut générer des poussées . élingue. complément : . tire-fort (point fixe) pour enlèvement d'arbustes ou de branches. Moyens nécessaires Modes opératoires Gaffe ou grappin. les rouleaux de paille. avec en troncs d'arbres sur la berge.

brûleur. Conséquences : Les désordres peuvent se manifester à l'insu des gestionnaires. Attention aux produits chimiques : n'utiliser que des produits ne nuisant pas à l’environnement et vérifier plus particulièrement leur condition d’emploi en site aquatique. 3 ENLEVEMENT D'AFFICHES Dégradations Interventions nécessaires La couverture des parements des ouvrages par Procéder à l'enlèvement des affiches au moins des affiches dissimule l'état de ceux-ci aux une fois par an. annuel.3 Enlèvement d’affiches Fiche III. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN Nettoyage général COURANT Fiche III. brosse métallique Enlèvement par arrachage ou utilisation de échelle. à l'occasion du contrôle yeux des visiteurs d'ouvrages. L'utilisation du brûleur doit être faite sans insister pour ne pas chauffer le parement. pulvérisateur. raclette. Atteinte à l'environnement visuel. il faut limiter la pression à 8 Mpa (80 bars) pour éviter d’endommager les parements. Moyens nécessaires Modes opératoires Seau. En cas de difficultés. décollant. nettoyeur HP. Pour le nettoyeur HP. utilisation de matériel spécifique : brûleur ou nettoyeur HP. Collection « Les outils » – Sétra – 38 – octobre 2010 . éponge.

Collection « Les outils » – Sétra – 39 – octobre 2010 .4 Enlèvement de graffitis ENLEVEMENT DES GRAFFITIS Dégradations Interventions nécessaires Peu de dégradation pour les OA Faire disparaître les inscriptions diffamatoires. Ou Par recouvrement à la peinture de couleur appropriée. On pourra ne procéder qu'à l'enlèvement des seuls graffitis à caractère diffamatoire. brosse métallique. Brûleur. Moyens nécessaires Modes opératoires Brosse métallique. éponge. altération du cadre de vie surtout en milieu urbain. et vérifier plus particulièrement leur condition d’emploi en site aquatique. Le recouvrement par peinture nécessite l'application de plusieurs couches pour faire réellement disparaître les graffitis. afin de ne pas noircir le support. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN Nettoyage général COURANT Fiche III. Risque d'inscriptions diffamatoires. 4 Fiche III. Attention. Un enlèvement trop systématique des graffitis peut conduire à augmenter leur fréquence d'application. sans excès. puis rinçage. seau. Ou Brûlage de la peinture. un graffiti en appelle d'autres. pulvérisateur. Attention aux produits chimiques : n'utiliser que des produits ne nuisant pas à l’environnement Peinture + matériel d'application. Pulvérisation d'un dissolvant.

l'utilisation d'une balayeuse (nettoyage des évacuations d'eau). Dépôts également en rive (au pied des parapets) pouvant servir de support à l'enracinement de la végétation. décoller les dépôts plus ou fourgon permettant l'évacuation des produits du moins adhérents. Moyens nécessaires Modes opératoires Pelles rectangulaires. Pour grands ouvrages et ouvrages en milieu Éventuellement balayeuse aspiratrice urbain. et entraînant la stagnation et les risques d'infiltration dans l'ouvrage. curette. Manuellement. brouette. aspiratrice est recommandée car elle limite les gênes à la circulation . chantier nécessaire. son intervention doit Travail sous circulation. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN Nettoyage général COURANT Fiche III.5 Nettoyage des chaussées Fiche III. balais. Attention : veillez à ne pas obturer les évacuations d'eau -nettoyage simultané. donc signalisation de être programmée. Ne pas rejeter dans le milieu naturel les déchets collectés. balayage. 5 NETTOYAGE DES CHAUSSEES Dégradations . puis balayage. ouvrages supportant une voie très travaillant sous surveillance des agents fréquentée. voir éventuellement alternat de circulation.Causes Interventions nécessaires Dépôts de matériaux en bordure de chaussée Balayage manuel ou mécanique avec ou dans caniveau gênant l'évacuation des eaux balayeuse aspiratrice. Collection « Les outils » – Sétra – 40 – octobre 2010 .

assure la continuité de la surface de roulement. choc.6 Joint de chaussée Fiche III. ATTENTION : les décalages dans un plan vertical ou les décalages transversaux des joints de dilatation peuvent être le signe de désordres importants de fonctionnement de la structure. Collection « Les outils » – Sétra – 41 – octobre 2010 . Voir également les autres fiches d'entretien courant. il conviendra de faire revenir l'entreprise qui avait fourni et posé le joint. Avant toute intervention autre qu'une intervention de sécurité. fissure. la rupture d’éléments (que la butée soit due à un objet d’apport extérieur. décollement. auquel cas. Pour tous ces examens. Toute butée du joint dans le sens longitudinal ou transversal. déchirure. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN Nettoyage général COURANT Fiche III. Constitution : joints de chaussée à composants métalliques. arrachement du remplissage) ou sonore (battement. déformation. joints à revêtement amélioré. soit du fait du fonctionnement de l’ouvrage). claquement au passage des véhicules) constatés sont préjudiciables à l’intégrité du joint. 6 JOINTS DE CHAUSSEE Fonction : permet les mouvements relatifs (dilatation) entre le tablier et ses appuis ou deux éléments de structure. il faut vérifier si le joint ne bénéficie pas d'une garantie. ou tout autre défaut visuel (usure. il conviendra toujours de comparer une extrémité du tablier à l'autre. Les ouvertures anormales (ouverture totale ou butée) peuvent également être un signe de désordre grave.

Moyens nécessaires Précautions . nettoyage insuffisant. joints de chaussée. causer des blessures aux organes étanches du joint. . il reste des matériaux dans le joint. les détremper par envoi d'eau sous pression puis procéder à un nouveau soufflage ou voire attendre l'hiver. proscrire tout outil qui pourrait haute-pression. de trafic. dépôts n'ont pas endommagé le système balais. nettoyeur d'étanchéité. il faut vérifier si les Salissures diverses incrustées : fourgon.Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN Nettoyage général COURANT Fiche III.Alternat de circulation éventuel.Balayage de surface. Si après un premier soufflage. Collection « Les outils » – Sétra – 42 – octobre 2010 . Balayage. compresseur d'air. 6 JOINTS DE CHAUSSEE ( SUITE ) Dégradations Interventions nécessaires Salissures diverses incrustées : Salissures diverses incrustées : .Dépôts empêchant le fonctionnement des . Avant toute intervention. pelles.Enlèvement des gravillons et autres éléments joints insuffisamment autonettoyants. défaut bloquants. soufflage à l'air. agents.

Les prescriptions techniques auxquelles doit répondre le garde corps sont indiquées dans la norme XP P 98405. et de savon et frotter avec l'éponge. Dégradations Interventions nécessaires Salissures diverses. Moyens nécessaires Précautions Cuve à eau. On peut également consulter le fascicule «Garde-corps» du SETRA. Laver à l'eau (jet ou pulvérisateur). Nettoyage. grosses Nettoyer manuellement par pulvérisation d'eau éponges. jet. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN Nettoyage général COURANT Fiche III. Collection « Les outils » – Sétra – 43 – octobre 2010 . pulvérisateur. est à proscrire (risque de décapage de la peinture).7 Garde-corps métalliques Fiche III. Éventuellement brosser (sans enlever la L'utilisation d'un nettoyeur haute pression peinture). 7 GARDE-CORPS METALLIQUES Fonction : permet d'éviter la chute des piétons mais n'est pas un dispositif de retenue pour les véhicules.

Mise en place des moyens d'accès. Stagnation d'eau. et de culées.Déboucher les dispositifs d'évacuation.Encombrement par dépôt de terre ou de . Nettoyeur HP. . Une reconnaissance préalable et une réflexion sur les moyens d'accès et les dispositifs de sécurité sont nécessaires. Cuve à eau. . Raclette. en limitant la pression à 8 Mpa (80 bars). .Causes Interventions nécessaires .Nettoyer périodiquement les sommiers de pile sable.Déboucher les barbacanes et autres des joints de chaussée et l'imprégnation de dispositifs permettant d'éviter des stagnations ces matériaux par les eaux du joint sont de d'eau. . raclette. Dégradations . . Balayette. Éviter d'endommager les appareils d'appui et les bossages en utilisant des moyens inadaptés. Moyens nécessaires Modes opératoires . Collection « Les outils » – Sétra – 44 – octobre 2010 . 8 SOMMIERS DE PILES ET CULEES Attention : la plupart des anciens ouvrages sont mal conçus et les conditions d'accès aux sommiers sont difficiles.Utilisation du nettoyeur HP pour projeter les .8 Sommiers de piles et culées Fiche III.Nettoyage manuel de la cunette et du dessus . Pelle. Conséquences : Vieillissement prématuré de l'appareil d'appui et de la culée. puis enlèvement des matériaux. Moyens d'accès. Prendre les mesures nécessaires pour éviter l'apport de déblais depuis les talus ou les accotements. déchets aux extrémités du sommier. . nature à endommager les appareils d'appui et à dégrader les matériaux constitutifs de la culée. du sommier à l'aide d'une balayette et d'une . Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN Nettoyage général COURANT Fiche III. .La stagnation des matériaux en provenance .

.............................10 Débroussaillage manuel des quarts de cônes et talus végétalisés ......9 Murs. Fiche III...... Fiche III......... Fiche III. Fiche III............................. Fiche III.....12 Sommiers de piles et culées ....................Végétation Généralités Sur tablier .. Fiche III.......... Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN COURANT Végétation 3 ..........................13 Les abords..........11 Perrés.... parties maçonnées...14 Collection « Les outils » – Sétra – 45 – octobre 2010 ..... tympans.....................

• maintien du débouché hydraulique. • éviter toute dégradation sur la structure. • mettre à jour les désordres existants. Collection « Les outils » – Sétra – 46 – octobre 2010 . • une bonne accessibilité aux «visiteurs de l'ouvrage». En grossissant. elles provoquent des éclatements de béton ou de pierres et la dislocation des parements. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN COURANT Végétation Généralités GENERALITES La végétation et les ouvrages d'art : La végétation a des racines qui pénètrent dans les fissures et les joints. Sécurité : • Dégager régulièrement l'ouvrage de la végétation pour : • une bonne visibilité de l'ouvrage par les usagers de la route.

Balayage des caniveaux et trottoirs. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN COURANT Végétation Fiche III.. . .Exercer une action chimique d'affaiblissement des liants et parfois des pierres .) .Créer des zones privilégiées de rétention d'humidité . .9 Sur tablier Fiche III. .Soufflage des joints de chaussée. . .Arrachage de l'herbe. 9 SUR TABLIER Dégradations Interventions nécessaires La végétation peut : .Prendre naissance dans les endroits .Obstruer des évacuations d'eaux . Collection « Les outils » – Sétra – 47 – octobre 2010 . . encombrés de salissures (terre.Nettoyage des gargouilles.Fixer des dépôts qui perturbent l'écoulement de l'eau.Porter atteinte à l'étanchéité . . sable.. boue.

En les arrachant. Collection « Les outils » – Sétra – 48 – octobre 2010 . on risque d'enlever une bonne partie des joints dans le cas de maçonnerie et ainsi. petits outils métalliques et de brosses en évitant d'utiliser des outils agressifs qui peuvent provoquer des désordres dans les maçonneries. Toute élimination de végétation parasite sur les maçonneries devra être suivie le plus tôt possible d'une opération de rejointoiement. Il est donc nécessaire de procéder par étapes successives en alternant arrachage et rejointoiement. RAPPEL Signalisation du chantier : elle doit être conforme aux règlements en vigueur.Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN COURANT Végétation Fiche III. de disloquer la structure. Certaines herbes ont de longues racines. Cet outil est à utiliser avec précaution. Attention à l'emploi de lance à eau sous pression. 9 SUR TABLIER ( SUITE ) Moyens nécessaires Précautions Outils manuels. lance à eau sous pression Le travail d'entretien doit être réalisé à l'aide de éventuellement.

.Echafaudage. .Créer des zones privilégiées de rétention . Moyens nécessaires Modes opératoires . . Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN COURANT Végétation Fiche III.10 Murs. .Echelle.Les ouvrages en maçonnerie présentent des d'humidité .Exercer une action mécanique sur les l'apparition et le développement de remblais .Mettre en place la signalisation manche télescopique éventuel.Contribuer à la dégradation des parties d'ouvrage où les racines font éclater les joints. PARTIES MAÇONNEES Dégradations Interventions nécessaires La végétation peut : . Collection « Les outils » – Sétra – 49 – octobre 2010 . parements irréguliers qui favorisent .Compliquer la surveillance de l'ouvrage .Outils manuels (raclette.Enlever et déraciner les plantes grimpantes. parties maçonnées Fiche III. TYMPANS. réglementaire. tympans. . .Exercer une action chimique d'affaiblissement des liants et parfois des pierres . nacelle dans certains cas. . brosse) avec . 10 MURS. végétation.Ne pas laisser la végétation s'installer.

cônes et 11 talus végétalisés DEBROUSSAILLAGE MANUEL DES QUARTS DE CÔNES ET TALUS VÉGÉTALISÉS Dégradations . Conséquences : Nécessité d'un entretien permanent. fourche. faux.11 Débroussaillage manuel des quarts de Fiche III. Moyens nécessaires Modes opératoires Débroussailleuse. requise. Collection « Les outils » – Sétra – 50 – octobre 2010 . Débroussaillage manuel à l'aide d'une débroussailleuse ou d'une faux sur 2 mètres minimum à partir de l'aplomb de l'ouvrage. alors que la réalisation de la tâche aux jeunes âges doit permettre de réduire les interventions ultérieures. croissant. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN COURANT Végétation Fiche III. Attention.Causes Interventions nécessaires Installation d'une végétation parasite nuisant au Entretenir la végétation. l'accès à ces zones est en général mal conçu. avec la périodicité bon développement de celle souhaitée.

Collection « Les outils » – Sétra – 51 – octobre 2010 . brouette.Le nettoyage par eau sous pression (limitée à 8 Mpa (80bars) pour ne pas endommager les joints). privilégier : . Pour supprimer la végétation. Attention aux conditions d’accès à ces parties raclette. trop rapides.. . .L’élimination à la raclette. citerne d'eau. réserve d'eau.P. Conséquences : Un vieillissement accéléré de ces parties d'ouvrages qui contribuent à la stabilité des parties qu'elles protègent. la plupart sont d’approche difficile.Nettoyeur H. procéder à l'élimination de la l'action de rétention de l'humidité dégrade le végétation et traiter pour éviter des repousses béton. d’ouvrage. maçonnés abîme les joints. Moyens nécessaires Modes opératoires . Il faut réserver leur emploi à des spécialistes qualifiés dans ce domaine en imposant par ailleurs l’utilisation de produits respectant l’environnement et ceci plus particulièrement en site aquatique.Balais. pelle.12 Perrés Fiche III. de façon prioritaire. La prolifération de mousses et lichens par À défaut. 12 PERRES Dégradations . L’utilisation de produits chimiques est à proscrire en utilisation courante. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN COURANT Végétation Fiche III.Causes Interventions nécessaires Le développement de végétation sur les perrés Traiter préventivement.

Procéder. .16) Risque de mauvais fonctionnement de l'appareil d'appui. vieillissement prématuré de l'appareil d'appui. au débouchage des dispositifs d'évacuation des eaux.Utilisation du nettoyeur H. .13 Sommiers de piles et culées Fiche III. Dans le cas de l'utilisation du nettoyeur H. raclette. échafaudage léger. .Causes Interventions nécessaires Le développement de végétation en sommier Nettoyer les sommiers de pile et de culée pour de pile et/ou de culée est de nature à dégrader y enlever toute végétation naissante. si nécessaire.Balayette. 13 SOMMIERS DE PILES ET DE CULEES Dégradations ..P. limiter la pression à 8 Mpa (80 bars). Moyens nécessaires Mode opératoire . Collection « Les outils » – Sétra – 52 – octobre 2010 . tout dépôt les appareils d'appui et le matériau constitutif de matériau.Nettoyage manuel à l'aide d'une balayette et Si impossibilité d'accès par les moyens d'une raclette. dégradation de l'appui dû au développement de la végétation. nettoyeur H.P. de la pile et/ou de la culée.P. prévoir une nacelle négative. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN COURANT Végétation Fiche III. Conséquences : (voir fiche III. traditionnels tels qu'échelle.

. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN COURANT Végétation Fiche III. Collection « Les outils » – Sétra – 53 – octobre 2010 .De longues racines peuvent déstabiliser un ouvrage malgré son éloignement. 14 LES ABORDS Dégradations .Dégagement d'une zone d'approche autour .Réduire les caractéristiques hydrauliques en de l'ouvrage.Engins mécaniques et outils manuels. conservant en routier permanence l'ouvrage dans l'ombre et .Fauchage mécanique régulier lié à l'entretien .Créer des obstacles favorisant le stockage des boues .Dégagements des gabarits hydrauliques.Créer des rideaux d'arbres. site aquatique .Compliquer l'accès à l'ouvrage et rendre difficile sa surveillance continue .14 Les abords Fiche III. entretenant ainsi l'humidité .Causes Interventions nécessaires La végétation peut : . Moyens nécessaires Modes opératoires . La coupe d'arbres de gros diamètres nécessite l'intervention d'un personnel qualifié dont seul celui ayant reçu une formation adéquate pourra intervenir afin d'éviter tout incident. . . .

...... grilles et gargouilles .. Fiche III. Fiche III..... Fiche III.15 Débouchage des collectes et évacuation des eaux pluviales.................... Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN Evacuation COURANT des eaux 4 ...............................19 Collection « Les outils » – Sétra – 54 – octobre 2010 . Fiche III...... Fiche III......16 Nettoyage des corniches caniveaux.17 Curage de saignées aux abords des ouvrages ..................Evacuation des eaux Nettoyage des avaloirs..18 Débouchage des barbacanes sur ouvrages de soutènement .

.Nettoyer périodiquement. Moyens nécessaires Mode opératoire . raclette.Hydrocureur (furet hydraulique). balais. brouette . eaux.15 Nettoyage des avaloirs.Crochet. puis dépose des grilles et tampons pour nettoyage manuel des ouvrages. . travailler de l'aval vers l'amont.Nettoyage superficiel. pelle. grilles et gargouilles III. Dans ce cas. infiltrations d'eau dans l'ouvrage ou le tablier. Conséquences : . 15 NETTOYAGE DES AVALOIRS. Collection « Les outils » – Sétra – 55 – octobre 2010 . GRILLES ET GARGOUILLES Dégradations Interventions nécessaires Obturation des dispositifs d'évacuation des .Pousse de la végétation. En cas de difficultés : utilisation d'un hydrocureur (furet hydraulique).Stagnation de l'eau sur chaussée. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN Evacuation COURANT des eaux Fiche Fiche III.

de buses. 16 eaux pluviales DEBOUCHAGE DES COLLECTES ET ÉVACUATION DES EAUX PLUVIALES Dégradations Interventions nécessaires Le bouchage de ces dispositifs. d'évacuation. ravinement des perrés. plus rarement de pile. . . raclette. puis à la détérioration des appareils d'appui. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN Evacuation des eaux COURANT Fiche Fiche III. utilisation nettoyeur Haute Pression. situés en tête Vérifier le bon fonctionnement du système de sommier de culée. Collection « Les outils » – Sétra – 56 – octobre 2010 . Conséquences : Vieillissement prématuré des structures et équipements.Hydrocureur (furet hydraulique). Une reconnaissance préalable et une réflexion sur les moyens d'accès et les dispositifs de sécurité sont nécessaires. au-delà du dispositif. procéder au débouchage.Nettoyeur Haute Pression et cuve à eau. vérification évoquée ci-dessus. cannes de curage.16 Débouchage des collectes et évacuation des III.Fer à béton. la plupart des anciens ouvrages sont mal conçus pour accéder à ces zones. . maçonneries avec éventuellement Sinon.Le débordement des eaux. utilisation d'un hydrocureur par le bas. en déversant de l'eau et en vérifiant .La stagnation des eaux sur le béton ou les que son évacuation s'effectue correctement. Passage de fers à béton ou cannes de curage balais. par exemple lors du contrôle peut conduire à : annuel. Moyens nécessaires Mode opératoire . Si échec. Attention aux conditions d'accès aux sommiers. Si échec.

cuve à eau. Collection « Les outils » – Sétra – 57 – octobre 2010 . chaussée.Nettoyeur HP. toute accumulation significative...Nettoyage par haute pression. Ils ne doivent en aucun cas être jetés à la rivière (sédiments chargés en métaux lourds). dépend des salissures apportées par la l'eau s'écoule sur la chaussée ou sur l'ouvrage. de la pente matières en suspension. du bassin versant. camion.17 Nettoyage des corniches caniveaux Fiche III. du De plus.Pelle. .Nettoyer périodiquement le dispositif. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN Evacuation COURANT des eaux Fiche III. . les sédiments concentrent les dimensionnement de la corniche. en particulier les longitudinale de l'ouvrage. Des dispositions particulières doivent être mises en œuvre pour assurer la sécurité des agents : ligne de vie et harnais grilles faisant garde-corps. Moyens nécessaires Modes opératoires . . Conséquences : La périodicité est adaptée à l'ouvrage et La corniche caniveau ne joue plus son rôle. 17 NETTOYAGE DES CORNICHES CANIVEAUX Dégradations Interventions nécessaires La stagnation de matières solides gène ou . brouette. métaux lourds. avant empêche l'écoulement des eaux.Les dépôts doivent être évacués dans une décharge.

périodiquement. Les eaux de ruissellement. Collection « Les outils » – Sétra – 58 – octobre 2010 . 18 CURAGE DE SAIGNEES AUX ABORDS DES OUVRAGES Dégradations Interventions nécessaires Colmatage des saignées. par défaut Entretenir ces dispositifs simples. pour éviter leur colmatage et la pousse d'une végétation nuisible à leur bon Conséquences : fonctionnement. pelle. de part et d'autre de l'ouvrage se concentrent sur l'ouvrage et s'infiltrent éventuellement dans le joint de dilatation.18 Curage des saignées aux abords des ouvrages III.Curage et nettoyage des saignées aux extrémités de l'ouvrage. balais. d'entretien. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN Evacuation COURANT des eaux Fiche Fiche III. . Moyens nécessaires Modes opératoires .Pioche.

à terme ruine du mur. . 19 soutènement DEBOUCHAGE DES BARBACANES SUR OUVRAGES DE SOUTÈNEMENT Dégradations Interventions nécessaires Dépôts de matériaux solides dans les orifices. pelle. . Conséquences : Accumulation d'eau derrière le mur.Nettoyage à l'aide d'une tige métallique.Recréer des barbacanes si nécessaire. balais.Tige métallique. • Nettoyer périodiquement ces orifices en voire obstruction volontaire.19 Débouchage des barbacanes sur ouvrages de III. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN Evacuation COURANT des eaux Fiche Fiche III. s'assurant de leur bon fonctionnement. utilisation d'un nettoyeur haute pression en limitant la pression à 8 MPa (80 bars). Moyens nécessaires Modes opératoires . en prenant soin de ne pas abîmer ou percer l'éventuelle protection filtrante (géotextile ou autre).En cas d'échec. augmentation des poussées. Collection « Les outils » – Sétra – 59 – octobre 2010 . .

... Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN COURANT Chaussée 5 .........................20 Pont à tablier . Fiche III............................. Fiche III.......21 Collection « Les outils » – Sétra – 60 – octobre 2010 .........Chaussée Pont en maçonnerie ....

grave bitume ou enrobés à chaud. . Collection « Les outils » – Sétra – 61 – octobre 2010 . Fissures : Fissures : . .Fatigue de la chaussée. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN COURANT Chaussée Fiche III. graves naturelles GNT avec scellement à .Forte perméabilité de la couche de Sur chaussée peu circulée emploi possible de roulement et dégradation. leur évolution.Gel. .Pollution par remontée d'argile du matériau bouchage par enrobés à froid.Si fissures larges (> 2 mm) . . imperméabilisation de la surface. des tympans.Si fissures fines (< 2 mm d'ouverture) suivre .Retrait de l'assise traitée.Mauvaise qualité de la chaussée. . obligatoire. .Inspecter immédiatement l'ouvrage.Défaut de drainage. émulsion. l'émulsion de bitume et gravillonnage . .20 Pont en maçonnerie Fiche III. . . grave de remplissage des voûtes.Joint de reprise du tapis.Causes Interventions nécessaires Nids de poule : Nids de poule : • . Les pontages devront être réalisés par entreprise spécialisée ainsi que la reprise générale éventuelle de la chaussée.Nécessité d'intervention d'urgence. Affaissement : Affaissement : Provient du mouvement d'un appui.Inspecter l'état de la route.Vieillissement.Nécessite grosse réparation.Reprofilage en graves émulsion ou béton bitumineux. Flache : Flache : Peut révéler un grave défaut de la structure. l’ouvrage (VES au minimum). si Provient du tassement des matériaux avec anomalies prévoir une inspection de fuite éventuelle au travers de la structure. 20 PONT EN MAÇONNERIE Dégradations . .

Compacter (pas d'engin vibrant lourd). . . Si fissures >2 mm mais limitées : .Compresseur à bêche pneumatique. le fond du trou.Matériaux.5 Kg/m2) et gravillons 4/6. .Remplir le trou du matériau choisi.Point à temps. . . . .Compacter en évitant cylindre vibrant lourd. . Collection « Les outils » – Sétra – 62 – octobre 2010 . . . .5 Kg/m^ d'émulsion à 65 . . micro béton bitumineux à chaud. 20 PONT EN MAÇONNERIE (SUITE) Moyens nécessaires Précautions Avant d'intervenir.Camion. édité par le SETRA .Évacuer toute trace d'eau du trou et purger .Reprofilage localisé. .Dame vibrante ou manuelle.Édition 1996.Éventuellement matériel pour alternat de .Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN COURANT Chaussée Fiche III.Compacteur (pas de cylindre vibrant lourd) .Régler suivant les pentes.Découpage des bords du trou pour éliminer . Nids de poule : Nids de poule : . à froid. circulation. .Vérifier les pentes. les parties dégradées et obtenir des bords . circulation. .Mettre une couche d'accrochage d'émulsion . .Personnel nécessaire. .Point à temps. verticaux.Épandre matériau grave émulsion. .Point à temps.Camion. .Signalisation de chantier. . Flache : Flache : .Imperméabiliser la surface et traiter les bords On peut suivre utilement les indications fournies par le guide pratique pour l'entretien courant des chaussées. avec bêche pneumatique.Compresseur à bêche. % avec gravillons 2/4 ou 4/6.Scellement de la réparation avec émulsion Fissures : de bitume (1.Éventuellement matériel pour alternat de Éviter la circulation immédiate sur traitement.Gravillonner sur enrobé à froid.Balayage des gravillons en excès. Fissures : . enrobés .Couche d'accrochage.(Éviter le surdosage en liant).Emplois partiels 1.Signalisation de chantier. . .Délimiter les zones à traiter éventuellement . .Matériaux. .Signalisation de chantier. (0.Compacteur (pas de cylindre vibrant lourd). .Matériaux. . s'informer sur la position de l'étanchéité notamment si l'ouvrage a fait l'objet de réparations (consulter le dossier d’ouvrage) avec mise en place d'une étanchéité générale haute.Personnel nécessaire. .8 Kg/m2).Matériel pour alternat de circulation éventuel.Camion.

Bouchage provisoire éventuel par enrobés à froid.Point à temps. à .21 Pont à tablier Fiche III. .Mettre une couche d'accrochage à l'émulsion . Il est impératif d'éviter la moindre détérioration de la chape .Camion.Alternat si nécessaire. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN COURANT Chaussée Fiche III.Procéder par emplois partiels ou généralisés .Signalisation de chantier retirer les gravillons en excès par balayage .Matériaux chauds. elle doit être confirmée par l’inspection d’un spécialiste en Ouvrages d’Art pour faire procéder à la réparation par une entreprise spécialisée Dégradations .8 Kg/m2). Pelade localisée : Pelade localisée : Petits arrachements de matériaux du Imperméabilisation par emplois partiels ou enduit revêtement localisés ou généralisés. posé sur la chape d'étanchéité. . . .Personnel nécessaire. . 21 PONT A TABLIER La chaussée d'un pont à tablier est constituée d'un revêtement en béton bitumineux mince.Causes Interventions nécessaires Nids de poule : Nids de poule : Arrachement localisé du revêtement.Éliminer l'eau. .Camion. d'étanchéité.Remplir le trou par le matériau choisi (béton bitumineux à chaud sauf pour reprise provisoire). . S'assurer que les évacuations d'eau sont en état normal de fonctionnement. général. Moyens nécessaires Modes opératoires Nids de poule : Nids de poule : . Pelade localisée : Pelade localisée : .Cylindre vibrant léger . Nécessité d'intervention d'urgence. Collection « Les outils » – Sétra – 63 – octobre 2010 . Veillez à ce qu'il n'y ait pas d'excès d'émulsion. Celle-ci garantit le bon état de l'ouvrage. général. Peut nécessiter l'exécution d'un tapis mince ou ultra-mince. parties endommagées sans attaquer la chape . suivant techniques routières enduit ou tapis.Personnel nécessaire. définitif par béton bitumineux à chaud. (0.Compresseur avec bêche pneumatique. si une atteinte y a été portée. Relève alors de l'entretien spécialisé. Compactage.Découper les bords du trou pour éliminer les .Point à temps.

..............................24 Dispositifs de retenue ................ Fiche III.................... Fiche III.. Fiche III 25 Joints de chaussée........................... Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN COURANT Equipements 6 ..22 Corniches ... Fiche III................ Fiche III.26 Collection « Les outils » – Sétra – 64 – octobre 2010 ........... bordures. 23 Garde-corps métalliques ... concessionnaires ............... réseaux...........................Equipements Trottoirs..

Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes

III ENTRETIEN
COURANT Equipements

Fiche
Fiche III.22 Trottoirs, bordures, réseaux, concessionnaires III. 22

TROTTOIRS, BORDURES, RESEAUX,
CONCESSIONNAIRES
Fonction : les trottoirs permettent la circulation des
piétons, contiennent éventuellement des réseaux, les
bordures servent de fil d'eau et évitent que les véhicules
ne franchissent le trottoir.
Constitution : trottoirs pleins (béton maigre, sable...)
revêtus (béton, enrobés, asphalte) ou creux couverts
par des dallettes.

ATTENTION : un défaut d'alignement en plan ou en
élévation peut traduire un comportement anormal de la
structure.

Dégradations - Causes Interventions nécessaires
Bordures déplacées : Bordures déplacées :
Chocs de véhicules, infiltrations d'eau, flexion - Mise en place d'une signalisation.
du tablier, problème de dilatation : - Intervention d'entretien spécialisé à prévoir
- Absence de joints secs entre éléments, après analyse des causes, création d'un joint
chocs de véhicules, absence de jeu au droit libre toutes les 3 ou 4 bordures.
du joint du tablier...
Affaissement, nids de poule : Affaissement, nids de poule :
Dans le revêtement des trottoirs - Réparation pour assurer la sécurité des
piétons.
Dallettes cassées : Dallettes cassées :
Circulation de véhicules sur le trottoir, - Mise en place d'une signalisation pour les
tassement des remblais, mouvements de piétons et autres usagers.
l'ouvrage, vandalisme. La réparation doit être précédée d'une analyse
des causes.
Désordres sur les réseaux : Désordres sur les réseaux :
Fuites, corrosion des supports, dégradations Alerter le concessionnaire dès l'apparition du
du calfeutrage (cas des conduites d'eau). désordre pour qu'il assure l'entretien ou la
Ces réseaux appartiennent à des remise en conformité de son réseau.
concessionnaires (France Telecom, GDF, EDF
syndicats des eaux ...)

Collection « Les outils » – Sétra – 65 – octobre 2010

Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes

III ENTRETIEN
COURANT Equipements

Fiche III. 22

TROTTOIRS, BORDURES, RESEAUX,
CONCESSIONNAIRES ( SUITE )

Moyens nécessaires Modes opératoires
Bordures déplacées : Bordures déplacées :
Alternat de circulation éventuel, fourgon, - Mise en place de la signalisation de
baudriers, gants, brouette, pelle, béton pour restriction de circulation.
pose et calage des bordures. - Enlèvement de la bordure gênante.
- Balisage.
- Dépose des bordures puis pose avec joints
libres.

Affaissement, nids de poule : Affaissement, nids de poule :
Fourgon, baudriers, pelles, gants, matériaux Boucher et reprofiler les trottoirs après avoir
enrobés, éventuellement bêche pneumatique. déterminé la cause de la dégradation pour
effectuer la réparation définitive ultérieure.
Dallettes cassées :
Alternat de circulation éventuel, fourgon, Dallettes cassées :
baudriers, gants. - Mise en place d'une signalisation de la zone
dangereuse pour les piétons et autres
usagers.
- Remplissage de sable, mise en place de
planches ou de matériaux enrobés à froid en
attendant le remplacement.

Désordres sur les réseaux :
Intervention auprès du concessionnaire.

Collection « Les outils » – Sétra – 66 – octobre 2010

Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes

III ENTRETIEN
COURANT Equipements
Fiche III.23 Corniches Fiche III. 23
CORNICHES

Fonction : permettent la fixation des garde-corps, jouent un rôle esthétique ainsi que pour
l'évacuation des eaux dans le cas des corniches-caniveaux, doivent permettre les dilatations du
tablier pour les joints de chaussée et des trottoirs.
Constitution : béton, acier, aluminium. En général, elles sont préfabriquées.

Dégradations - Causes Interventions nécessaires
Salissures diverses : Salissures diverses :
- Sur corniches dues aux projections par les - Nettoyage car inesthétique.
véhicules, à la pluie, aux ruissellements. - Détérioration des joints entre éléments :
- Détérioration des joints entre éléments : - Colmatage du joint entre éléments (opération
délicate à réaliser).
Éclats, taches de rouille : Éclats, taches de rouille :
- Suite au gel et à l'insuffisance d'enrobage - Enlever les éclats pour qu'ils ne tombent pas
des aciers pour les corniches en BA. sur la voie franchie.
- Une visite est nécessaire chaque printemps.
- Passivation et peintures des aciers
apparents.
Traces de chocs : Traces de chocs ou déplacement :
- Heurts par des véhicules hors gabarit en Si les désordres sont importants, mise en place
hauteur occasionnant cassures, épaufrures... d'une signalisation de restriction de circulation
- Déplacement : sur et sous ouvrage.
- Détérioration de la fixation à la structure par Réparation selon l'importance des désordres :
chocs ou corrosion. - Peu importants : réparations de surface,
enlèvement des éclats, passivation des
aciers apparents, ragréage de surface,
- Importants : analyse des causes par un
spécialiste en Ouvrages d’Art, remplacement
de l'élément,
Vérification et renforcement des fixations des
autres éléments.

Collection « Les outils » – Sétra – 67 – octobre 2010

baudriers. pression avec dispositif d'aspiration. (opération relevant de l’entretien compatible avec le produit de réparation du spécialisé) béton).5 éponges. gants.Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN COURANT Equipements Fiche III. grosses détergent à moyenne pression (limité à 0.Rinçage à l'eau.Faire tomber les éclats décollés.Jet. l'emploi de détergents sera proscrit au-dessus d'un milieu aquatique. cirés. taches de rouille : . Collection « Les outils » – Sétra – 68 – octobre 2010 . 23 CORNICHES (SUITE) Moyens nécessaires Mode opératoire Salissures diverses : Salissures diverses : . pelles.Pulvérisation eau et savon ou eau et fourgon. taches de rouille : Éclats. Éclats.Marteaux. matériel de signalisation. L'emploi du nettoyeur moyenne pression sera interdit lorsqu'une voie passe sous l'ouvrage (la méthode pulvérisation sera alors retenue).Passivant pour le traitement des aciers permettant d'éviter une corrosion plus (attention : le produit utilisé devra être importante. Mpa soit 5 bars) pour ne pas dégrader les . . agents.Alternat de circulation éventuel. . balais. Appliquer un produit passivant pour aciers . pulvérisateur ou nettoyeur moyenne parements. brosses pour les impuretés. cuve à . eau.

(Entretien ponctuelle du dispositif anticorrosion. 24 GARDE-CORPS METALLIQUES Fonction : permet d'éviter la chute des piétons mais n'est pas un dispositif de retenue pour les véhicules.En pied de montants et lisse inférieure par .Percement de trous de 10 mm de diamètre absence de ventilation. Attaques de corrosion localisées : Attaques de corrosion localisées : . Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN COURANT Equipements Fiche III. . On peut également consulter le fascicule «Garde-corps» du SETRA. 2 . place d'une signalisation de la zone dangereuse pour les piétons.24 Harde-corps métalliques Fiche III.Par blocage par fixation de glissières. maximum à réaliser en partie inférieure des montants et de la lisse où stagne l'eau circulant dans les éléments. .Suite à des chocs ou à une déficience .mettre un élément avec manchon de chaussée. Collection « Les outils » – Sétra – 69 – octobre 2010 . .Reprises localisées de peinture. Dégradations Interventions nécessaires Fixation défectueuse : Fixation défectueuse : . spécialisé). (Entretien spécialisé).Par absence de dispositif au droit des joints 1 .Mesure de sécurité immédiate par mise en scellement. Les prescriptions techniques auxquelles doit répondre le garde corps sont indiquées dans la norme XP P 98405.désolidariser la glissière du garde-corps et mettre un manchon sur glissière.Intervention d'entretien spécialisé pour réparation.Montants descellés par rupture du mortier de . Problème de dilatation : Problème de dilatation : .

.Application à la brosse.Mise en peinture si la température est .Brosse métallique pour le décapage.Perceuse électrique portative pour résiduel de rouille et la présence de vieille percement. un affaissement ou un déversement. faire réaliser un diagnostic par un spécialiste Ouvrages d’Art. Il faut changer l'élément. Collection « Les outils » – Sétra – 70 – octobre 2010 .Traiter par éléments entiers ou section avec arrêts francs. Matériels nécessaires : . . Déformation linéaire d'ensemble Déformation linéaire d'ensemble : Ceci peut indiquer un défaut de la structure. . .Utilisation de produits prêts à l'emploi sans . peinture. .Emploi d'un primaire adapté à un fond . supérieure à 5°C.Compresseur pour le dépoussiérage.Brosse pour l'application de la peinture. 24 GARDE-CORPS METALLIQUES ( SUITE ) Dégradations (suite) Interventions nécessaires (suite) Déformation linéaire suite à accident Déformation linéaire suite à accident : Neutraliser la partie de trottoir au droit du garde-corps par des barrières ou rétablir sa continuité provisoirement. les éléments tordus ayant été fragilisés.Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN COURANT Equipements Fiche III. . Le redressage sur place même s'il semble satisfaisant ne suffit pas.Peinture homologuée type A (se reporter au diluant et respect des consignes d'utilisation fascicule 56 CCTG/ACQPA). un décollement de bandeau. Pour analyser les causes.Décapage par brossage des parties oxydées à mener de pair avec phosphatation. . Moyens nécessaires Mode opératoire Corrosion localisée : Corrosion localisée : Personnel compétent et suffisamment informé.

Matériel pour boulonnage et déboulonnage.Changer la visserie manquante ou détériorée.serrer suffisamment sans écraser l'élément. Dans tous les cas. Si la fixation est détériorée. s'assurer que les tiges de fixation sont bien scellées et qu'il n'y a pas éclatement du béton de la structure. . protection provisoire). d'éléments .25 Dispositifs de retenue Fiche III. pour percement. 25 DISPOSITIF DE RETENUE Fonction : ces barrières ou glissières ont pour but de retenir les véhicules et leur éviter la chute sur la voie franchie. Remplacer les pièces corrodées (entretien spécialisé). Collection « Les outils » – Sétra – 71 – octobre 2010 . Visserie : Visserie : Desserrage ou absence d'écrous. voir fiche d'entretien spécialisé. Vérification de l'état de la structure du tablier. .Matériel de signalisation. provisoires. Moyens nécessaires Mode opératoire . manquants et les contre écrous. véhicules sont les plus fréquents.Démonter l'élément détérioré et le remplacer par un élément neuf. . Resserrer les écrous ou remplacer les écrous Corrosion.Mise en place.Matériel de remplacement. Changement de l'élément tordu. . si possible. Le dossier pilote GC du SETRA décrit et donne toutes les informations sur tous les types d'équipement que l'on peut rencontrer Dégradations Interventions nécessaires Eléments tordus : Eléments tordus : Les désordres consécutifs à des heurts de Mesure de sécurité immédiate (signalisation. . Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN COURANT Equipements Fiche III. . Elles sont fixées à la structure pour pouvoir résister aux chocs.Mise en place de la signalisation de sécurité.

Collection « Les outils » – Sétra – 72 – octobre 2010 . Les ouvertures anormales (ouverture totale ou butée) peuvent également être un signe de désordre grave.26 Joints de chaussée Fiche III. décollement. auquel cas il conviendra de faire revenir l'entreprise qui avait fourni et posé le joint. Voir également les autres fiches d'entretien courant. assure la continuité de la surface de roulement. ou tout autre défaut visuel (usure. joints à revêtement amélioré. il faut vérifier si le joint ne bénéficie pas d'une garantie. déchirure. fissure. choc. Pour tous ces examens. ou sonore (battement. arrachement du remplissage). la rupture d’éléments (que la butée soit due à un objet d’apport extérieur. il conviendra toujours de comparer une extrémité du tablier à l'autre. Constitution : joints de chaussée à composants métalliques. soit du fait du fonctionnement de l’ouvrage). déformation. Avant toute Intervention autre qu'une intervention de sécurité. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN COURANT Equipements Fiche III. Toute butée du joint dans le sens longitudinal ou transversal. 26 JOINTS DE CHAUSSEE Fonction : permet les mouvements relatifs (dilatation) entre le tablier et ses appuis ou deux éléments de structure. ATTENTION : les décalages dans un plan vertical ou les décalages transversaux des joints de dilatation peuvent être le signe de désordres importants de fonctionnement de la structure. claquement au passage des véhicules) constatés sont préjudiciables à l’intégrité du joint.

Joint à profilé élastomère : Joint à profilé élastomère : Sortie du profilé élastomère de son logement. résine. Joints de chaussée mécaniques . Joints de chaussée mécaniques : Joints de chaussée mécaniques : Détérioration due au passage des véhicules. Joint à profilé élastomère : Joint à profilé élastomère : Alternat de circulation éventuel. Collection « Les outils » – Sétra – 73 – octobre 2010 . agents. avec neutralisation d'une voie.. Une intervention est nécessaire au moins pour éviter le détachement d'un élément du joint en limitant le serrage au strict minimum. Prendre des mesures de sécurité immédiate Écrous ou vis desserrés. remplissage provisoire du joint par matériaux enrobés à froid. des fourgon. Moyens nécessaires Précautions Mesure de sécurité immédiate : signalisation de restriction de circulation. Prévenir une entreprise spécialisée. Prendre des mesures de sécurité immédiate avec neutralisation d'une voie. clé dynamométrique éventuelle. tassement du mortier de calage.. sondages sonores à l'aide d'un marteau pour déterminer si les dégâts sont généralisés (son creux). Remise en place du profilé. faire appel à un spécialiste Ouvrages d’Art pour examiner la situation en vue du changement du joint. Joints de chaussée mécaniques : Alternat de circulation éventuel. Vérification visuelle détaillée des ancrages et des fixations. agents. Si possible. une bonne tenue du profilé. éléments bloqués.. élément manquant. éléments manquants.Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN COURANT Equipements Fiche III. En cas de remise en place. 26 JOINTS DE CHAUSSEE (SUITE) Dégradations Interventions nécessaires Salissures diverses incrustées : Voir fiche «Nettoyage général». Cas où des écrous ou vis sont desserrés. s'assurer qu'il y a fourgon. S'il est détérioré ou si les profilés présentent un défaut. vérification du serrage.

.. Fiche III.27 Collection « Les outils » – Sétra – 74 – octobre 2010 ............. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN Murs COURANT de soutènement 7 ...............Murs de soutènement Murs de soutènement.

voir fiche III. 3 «enlèvement des affiches»). caniveaux (voir ci-dessus chapitre «entretien courant». Dans le cas des ouvrages végétalisés un entretien spécifique et continu des plantations est à mettre en œuvre pour éviter le trop grand développement des végétaux au détriment de la structure : taille régulière et débroussaillage. partie «évacuation des eaux». 27 MURS DE SOUTENEMENT L'entretien courant porte sur les opérations suivantes : . fiches «nettoyage des avaloirs. débouchage des barbacanes sur ouvrages de soutènement»). . barbacanes. Collection « Les outils » – Sétra – 75 – octobre 2010 . éventuellement arrachage et remplacement. canalisations. débouchage des collectes et évacuation des eaux pluviales. . Enlèvement de toute végétation nuisible sur les ouvrages (voir ci-dessus chapitre «entretien courant». Enlèvement sur les parements de tous les dépôts susceptibles de masquer les désordres (affichage de publicité notamment.27 Murs de soutènement Fiche III. Maintien en bon état de fonctionnement de tous les dispositifs de drainage et d'écoulement des eaux : drains. grilles et gargouilles. fiches «végétation»). Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes III ENTRETIEN Murs COURANT de soutènement Fiche III.

Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes Chapitre 4 Entretien spécialisé Collection « Les outils » – Sétra – 76 – octobre 2010 .

les travaux ou opérations d'entretien nécessitant une passerelle. de la couche de roulement. l’entretien des armatures du béton. la mise en œuvre de produits de protection des parements en béton. la remise en peinture de l'ossature métallique. la protection des parements contre l'humidité et les ruissellements la réfection de la chape d'étanchéité. la mise en place d'enrochements. la réfection des bordures de trottoir et des dallettes sous trottoirs. la réfection des joints de chaussée et de trottoirs. l’entretien spécialisé ne peut être réalisé que par des entreprises spécialisées choisies en fonction des problèmes à résoudre. Cet entretien à la charge du maître d’ouvrage doit être exécuté systématiquement pour tous les ouvrages en fonction des observations recueillies au cours de la surveillance continue et organisée. Pour information. le boulonnage du rocher dans les tunnels… Équipements et les éléments de protection : la réfection des dispositifs d'écoulement des eaux. Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes IV ENTRETIEN SPECIALISE Toute opération ayant pour but de maintenir un ouvrage dans son état de service relève de l’entretien L'entretien a essentiellement un caractère préventifTOUS LES OUVRAGES D'ART DOIVENT ETRE ENTRETENUS L'ENTRETIEN SPECIALISE porte pour l'essentiel sur les équipements et les éléments de protection et également sur les défauts mineurs de la structure. des revêtements de trottoir. Collection « Les outils » – Sétra – 77 – octobre 2010 . la suppression des venues d'eau. la réfection ou la création de dispositifs d'entretien et de visite la mise en peinture des garde-corps et des éléments métalliques des équipements. Il diffère de l'entretien courant par les moyens particuliers qu'il nécessite et par les techniques spéciales qu'il met en œuvre. De par ses spécificités techniques. il concerne notamment : Opérations nécessitant des moyens particuliers. par exemples : l’enlèvement des amas de corps flottants à l'amont des piles nécessitant de moyens spéciaux.

le remplacement isolé d'un rivet ou d'un boulon… Collection « Les outils » – Sétra – 78 – octobre 2010 . Surveillance entretien des ouvrages routiers – Guide à l’usage des communes IV ENTRETIEN SPECIALISE Équipements et les éléments de protection (suite) : l’entretien des protections cathodiques des parties métalliques de l'ouvrage ou des armatures du béton. la protection cathodique. la protection des armatures très localement apparentes. la réfection des désordres locaux sur corniches ou remplacement des corniches… Défauts mineurs de la structure : le rejointoiement de maçonneries. la réalcalinisation. la déchloruration. le parachèvement des soudures. la protection et réfection des cachetages d'ancrages des armatures de précontrainte. les ragréages ponctuels et peu profonds des parements de béton très localement endommagés. la réfection ou mise en place d'éléments de protection. le traitement des fissures non structurelles.

Ce guide se veut une aide aux communes. Enfin le quatrième chapitre brosse le cadre de l’entretien spécialisé. dans leurs missions d’entretien et de surveillance de leurs ouvrages d’art routiers. depuis les contrôles périodiques normaux à effectuer jusqu’aux mesures à prendre face à une défaillance d’un ouvrage. qui diffère de l'entretien courant par les moyens particuliers qu'il nécessite et par les techniques spéciales qu'il met en oeuvre. crédit photo : Céret. © Laurent Mignaud (MEEDDM). © 2010 Sétra – Dépôt légal : 4e trimestre 2010 – N° ISBN : XXXXXXX . Le deuxième détaille l’organisation de la surveillance des ouvrages d’art routiers. et à leurs groupements. même partielle. Pyrénées Orientales (France). de ce document. Il présente sous la forme de 27 fiches pratiques comment et pourquoi procéder à l’entretien courant des ouvrages. Le premier chapitre expose les principes généraux et les vocabulaires employés. Document disponible au bureau de vente du Sétra 46 avenue Aristide Briand – BP 100 – 92225 Bagneux Cedex – France téléphone : 33(0)1 46 11 31 31 – télécopie : 33 (0)1 46 11 31 69 Référence : xxxxxx Couverture. Le troisième est tout particulièrement destiné aux agents communaux. 28/04/2009 L’autorisation du Sétra est indispensable pour la reproduction.