You are on page 1of 49

La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

Sommaire
Dédicaces

Remerciements

Liste des figures

Liste des tableaux

Introduction………………………………………………………………………………..

Matériel et méthodes………………………………………………………………………

Matériel ……………………………………………………………………………………….

Résultats………………………………………………………………………………………

Caractéristique Donnes sociodémographique

La stérilisation

Évaluation et connaissance de la traçabilité actuelle

Discussion………………………………………………………………………………….

I. La stérilisation ……………………………………………………………………..
1. Les étapes de la stérilisation…………………………………………….
2. Le responsable de la stérilisation
3. Local/ unité de la stérilisation…………………………………………
4. L’entretien des matériels…………………………………………………..
II. La traçabilité des instruments au bloc opératoire………………………………….
1. La traçabilité des instruments au bloc opératoire par système classique. …..
2. La traçabilité des instruments au bloc opératoire par système informatisé…..
3. Les avantages de la traçabilité par système informatisé. …………………….
4. Evaluation de la traçabilité actuelle…………………………………………
III. L '’impact de l’indisponibilité d’un instrument…………………………………….
1. Le stress……………………………………………………………………

1
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

2. Le conflit interpersonnel……………………………………………………….
3. Remplacement du matériels défectueux ou perdu
IV. La matréovigilance ……………………………………………………………….
Recommandations
Conclusion
Bibliographie
Annexe

Recommandations……………………………………………………………………………

Conclusions…………………………………………………………………………………

Annexe ……………………………………………………………………………………..

Remerciements
Nous tenons à remercier l’honorable Docteur BELHADJ Anis, assistant hospitalo-
universitaire en chirurgie générale à l’hôpital Mahmoud El Matri de l’Ariana, pour l’effort
fourni, les conseils prodigués, sa patience et sa persévérance dans le suivi et l’évolution de ce
travail.

Votre encadrement responsabilisant m’a permis d’acquérir indépendance et confiance en soi.

2
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

Nous vous remercions pour votre patience durant l’encadrement

Nous vous remercions pour tout ce que vous avez fait pour nous.

Nous tenons aussi à remercier Mme FERSI Soumaya d’avoir accepté, d’aussi bonne grâce,
d’encadrer ce présent projet de fin d’études et aussi pour son encadrement et son soutien tout
au long du déroulement de ce travail.

Nos remerciements vont à tous nos enseignants de l’Ecole Centrale Privée des Sciences
Paramédicales et de la Santé de Tunis, à qui nous devons notre formation, ainsi qu’aux
membres du jury qui nous ont fait l’honneur d’avoir accepté d’évaluer notre travail.

Nos remerciements sont adressés également à tous le personnel médical pour leur
coopération durant l’enquête.

Dédicaces
A ma très chère mère KAABI Naima affable, honorable, aimable : tu représentes pour moi le
symbole de la bonté par excellence, la source de tendresse et l’exemple du dévouement qui
n’a pas cessé de m’encourager et de prier pour moi.

A mon père Mzoughi Mohamed chokri : Je te dédie ce travail pour ton soutien, ton amour, ta
confiance et surtout tes sacrifices déployés à mon égard. Tu es fait pour mon bonheur et ma

3
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

réussite afin que je puisse réaliser mes rêves. Tes conseils prodigieux et tes principes dans la
vie demeurent toujours présents dans mon esprit et me guident dans le chemin de l’excellence.

A ma sœur et mes frères (Nabila, Bilel, Aziz) : Vous étiez toujours présents pour les bons
conseils. Votre affection et votre soutien m’ont été d’un grand secours dans ma vie
professionnelle et personnelle. Veuillez trouver dans ce modeste travail ma reconnaissance
pour vos efforts.

A mes chers amis Sahar, Manel, chokri, Haithem, , Maha , Rahma, Sourour, wiem, Shayma:

Je vous dédie ce travail en témoignage des liens solides et intimes qui nous unissent et pour
vos soutiens, encouragements. Je vous souhaite un avenir plein de succès et de bonheur.

Liste des figures

Figure 1 : répartition selon le statut personnel.

Figure 2 : répartition selon l’âge.

Figure 3 : répartition selon le genre.

4
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

Figure 4 : répartition selon l’ancienneté.

Figure 5 : la mode de traçabilité.

Figure 6 : connaissance du circuit de stérilisation.

Figure 7 : la participation dans la stérilisation.

Figure8 : le degré de satisfaction par rapport au nombre du personnel de l’unité de stérilisation.

Figure9 : l’équipement de l’unité de stérilisation.

Figure10 : le manque des instruments.

Figure11 : raison de manque des instruments.

Figure 12 : le recours aux boites chirurgicales.

Figure 13 : l’impacte de non disponibilité d’un instrument.

Figure 14 : le non disponibilité d’un instrument est elle facteur de stress.

Figure 15 : le non disponibilité de l’instrument est-elle source de perturbation de l’ambiance de travail.

Figure16 : la non disponibilité de l’instrumente entraine un conflit interpersonnel.

Figure 17 : l’importance de système informatisé dans la stérilisation.

Figure 18 : évaluation de la traçabilité.

Figure 19 : l’entretien du matériel

Figure 20 : remplacement des instruments non disponibles.

Figure 21 : l’implication de matréo vigilance

Liste des tableaux


Tableaux I : définition du circuit de la stérilisation.

Tableaux II : l’état de connaissance ds étapes de la stérilisation .

5
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

Tableaux III : l’impact de la non disponibilité.

Tableaux IV : le mode de traçabilité (classique).

Tableaux V : le mode de traçabilité (informatisé).

Liste d’abréviations
TSIO = Technicien(e) Supérieur(e) en Instrumentation Opératoire.

IBO = Infermière du Bloc Opératoire.

6
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

DMR = Dispositifs Médicaux Réutilisable.

Introduction :

Le bloc opératoire est une partie très spécifique de l’hôpital, c’est dans cette structure que se
déroulent les interventions. C’est un espace propre et sécurisé, permettant d’assurer le bon
déroulement des interventions. [1]
7
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

L’évolution annoncée de la traçabilité globale des instruments chirurgicaux lors des


différentes étapes de stérilisations vers la traçabilité individuelle de l’instrument a pour but
d’améliorer la qualité des soins et la sécurité du patient tout au long de la prise en charge. [2]

Pouvant être perçue comme une contrainte supplémentaire de prime abord, la traçabilité des
instruments devrait, à terme, optimiser l’instrumentation chirurgicale, tant pour les services de
stérilisation que pour les blocs opératoires.

Les instruments chirurgicaux sont pour la plupart des dispositifs médicaux réutilisables et re-
stérilisables.

Leur dispositif et leur conformité quantitative et qualitative conditionnement le bon


déroulement de l’intervention chirurgicale et la sécurité du patient opéré.

Au cours de l’intervention chirurgicale, l’instrumentation doit être efficace ;

De ce fait tous les instruments nécessaires doivent être à la disposition du chirurgien, mais la
réalité est différente. En effet, dans nos blocs opératoires la disponibilité des instruments n’est
pas toujours optimale soit par manque, soit par perte lors du processus de stérilisation par
exemple, soit par sa non présence à la boite d’instruments concernée.

Ceci pourrait être un élément surajouté de stress pour le chirurgien et pourrait mettre en
danger la sécurité du malade.

A ce titre, nous proposons d’étudier la traçabilité des instruments chirurgicaux par une étude
comparant la traçabilité classique dite REGISTRE à une traçabilité moyennant un système
informatique.

Notre objectif principal consiste à:

✓ Identifier les avantages de la traçabilité des instruments par le système


informatisé par rapport au système classique en terme de disponibilité et son
impact sur le déroulement des interventions

Au terme de notre travail, nous présentons les études réalisées et les principaux résultats
obtenus

8
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

9
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

Matériel et méthodes

10
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

Matériel

1. Type de l’étude :
Nous avons réalisé une étude comparative descriptive dont le but est de
comparer la traçabilité des instruments par méthode classique (registre) et la
traçabilité des instruments par système informatisé.
2. Calendrier de l’étude :
L’enquête est déroulée du 15 mars 2018 au 25 avril 2018.
3. Lieu de l’étude
Notre étude s’est déroulée au sein des différents blocs des établissements
suivants :
Institut Salah Azaiez
Hôpital La Rabta
Hôpital Charles Nicolle
Centre de Traumatologie et des Grands Brulés de Ben Arous
Hôpital Mongi Slim
Hôpital Mahmoud El Matri
Hôpital Abderrahmane Mami
Clinique Carthagène
Clinique Pasteur
Clinique El Amen Bizerte
Clinique El Amen Mutuelleville
Clinique Hannibal
Clinique Tawfik
4. Population de l’étude :
➢ Critères d’inclusion :
Notre population cible comporte toute l’équipe soignante au bloc opératoire et
le personnel paramédical entrant dans le processus de stérilisation
➢ Critères non inclusion :
✓ Ceux qui ont refusé de participer à l’étude.
✓ Les 5 personnes qui ont participé au pré test de la validité du questionnaire.
➢ Critères d’exclusion
✓ Les ouvriers.

11
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

Méthodes :
1. Instrument de mesure :
L’instrument de mesure qui nous a semblé le mieux adapté pour atteindre les
objectifs de notre étude est un questionnaire anonyme auto administré (voire
annexe).
Notre questionnaire a été élaboré, avec des questions claires et pertinentes.
Le questionnaire est reparti sur 3 pages et comprenant 22 items :
⎯ 5 questions au choix multiples.
⎯ 18 questions fermées.

Notre questionnaire a été validé par cinq instrumentistes puis par deux
professeurs hospitalo-universitaires en chirurgie générale :

➢ Professeur Hichem HOUISSA : chef du service de chirurgie


générale hôpital MAHMOUD EL MATRI- ARIANA
➢ Professeur Faouzi CHEBBI : chirurgien, hôpital MAHMOUD EL
MATRI- ARIANA
2. Analyse de donnes :

La saisie des données a été réalisée à l’aide du logiciel informatique Microsoft


office EXCEL 2007.

3. Considérations éthiques :
Etant donné que les règles éthiques et déontologique sont à respecter, nous
avons expliqué au personnel qui a fait l’objet de cette étude le but de l’enquête
en mettant l’accent sur l’anonymat afin d’instaurer une relation de confiance et
de garantir les résultats de notre étude.
Le questionnaire n’a été donné qu’après l’accord des surveillants des blocs
opératoires et qu’après consentement oral des personnes concernées tout en
respectant le secret professionnel et la confidentialité des données recueillies.

12
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

RESULTATS

13
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

Rubrique 1 : Caractéristique sociodémographiques de notre population :

Au cours de notre étude, nous avons colligés 100 personnes.

1. Fonction du personnel
La majorité des professionnels interrogés sont des Technicien(ne)s
Supérieur(e)s en Instrumentions opératoire(TSIO) qui représentent 79% des
interrogés, alors que 21% sont des Infirmiers du Bloc Opératoire (IBO)

21%

IBO
TSIO

79%

Figure 1 : Répartition selon le statut personnel

2. L’âge :
La tranche d’âge prédominante est celle supérieure à 25 ans ce qui représente
75% de la population cible.

80%

60%

40% 75%

20%
25%
0%
inférieur superieure
à 25 ans à 25 ans

Figure2 : Répartition selon l’âge

14
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

3. Le sexe :

Sur les 100 personnels enquêtés, le sexe féminin représentait 56% des
participants

44% masculin

56% féminin

Figure3 : Répartition selon le sexe

4. l’ancienneté

Chez 42% des interrogés, la carrière professionnelle ne dépasse pas 5 ans, elle est
entre 5ans et 10 ans chez 41%. L’ancienneté dépasse les 10 ans chez 17% des
interrogés.

45% 42% 41%


40%
35%
30%
25%
20% 17% l'anciennité
15%
10%
5%
0%
inferieur à entre 5 et superieur
5 ans 10 ans à 10 ans

Figure4 : répartition selon l’ancienneté

15
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

Rubrique 2 : la stérilisation
5. Le mode de traçabilité

La moitié des interrogés travaille dans des établissements ou l’on réalise une
traçabilité des instruments par système informatique. L’autre moitié travaille dans des
établissements possédant une traçabilité par système classique.

50% 50%
classique
informatique

Figure 5 : le mode de traçabilité

6. Connaissance du circuit de stérilisation

La plupart des interrogés déclarent connaitre le circuit de stérilisation :

✓ 90% des interrogés des établissements utilisant une traçabilité par système
informatique
✓ 86% des interrogés des établissements utilisant une traçabilité un système
classique

100% 90%
86%
80%

60%
oui
40% non

20%

0%
classique informatisé

Figure6 : connaissance du circuit de stérilisation

16
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

7. La définition du circuit de la stérilisation


Parmi les personnes déclarant connaitre le circuit de stérilisation, nous leur
avons demandé de le définir :
✓ 50% n’ont pas de réponse à fournir
✓ 30% ont répondu à la question par les étapes de la stérilisation
✓ Les autres réponses étaient des séquences du type :
o Propre-stérile-sale
o Sale-propre stérile

Les différents résultats obtenus sont détaillés dans le tableau suivant :

Pas de réponse Autres Sale propre


stérile
Classique 52% 38% 10%
Informatisé 50% 36% 14%
Tableau I : la définition du circuit de la stérilisation :

8. La participation dans la stérilisation

Par ailleurs, la plupart des interrogés déclarent ayant participé et /ou assisté au
processus de stérilisation :

✓ 90% des interrogés travaillant dans des établissements utilisant une traçabilité par
système classique
✓ 88% des interrogés travaillant dans des établissements utilisant une traçabilité par
un système informatique

90% 88%
100%
80%
60% oui
40% non
10% 12%
20%
0%
classique informatisé

Figure7 : La participation dans la stérilisation

17
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

9. Le degré de satisfaction par rapport au nombre du personnel de


l’unité de stérilisation

Concernant le nombre du personnel travaillant à l’unité de stérilisation :


✓ Système classique : 24% des interrogés pensent que ce nombre est
suffisant.
✓ Système informatisé : 76% des interrogés pensent que ce nombre est
suffisant.

80% 74% 76%


70%
60%
. 50%
40% oui
30% 26% 24% non
20%
10%
0%
classique informatisé

Figure 8 : le degré de satisfaction par rapport au nombre du


personnel de l’unité de stérilisation.

10. L’équipement de l’unité de stérilisation

On a constaté que l’unité de stérilisation du système informatisé (86%) est mieux


équipée par rapport à l’unité du système classique (34%).

100%
90% 86%
80%
70% 66%
60%
50% oui
40% 34% non
30%
20% 14%
10%
0%
classique informatisé

Figure 9 : L’équipement de l’unité de stérilisation

18
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

11. L’état de connaissance les étapes de stérilisation

A propos des étapes du processus de la stérilisation :


✓ Système classique : 52% des interrogés connaissent les étapes de stérilisation.
✓ Système informatisé : plus que la moitié (soit 66%) des interrogés connaissent
le circuit de stérilisation.
Les différents résultats obtenus sont détaillés dans le tableau suivant :
Tableau II: l’état de connaissance les étapes de stérilisation

Classique Informatisé
Emersion/désinfection/ détergent _ lavage _ 52% 66%
rinçage séchage_ autoclave
Non réponse 48% 34%

Rubrique 3 : évaluation et connaissance de la traçabilité actuelle/


12. Le manque des instruments
Concernant le manque des instruments :
✓ Système classique : 96% des interrogés déclarent la possibilité d’un manque des
instruments durant l’intervention.
✓ Système informatisé : seulement 64% des interrogés affirment qu’il y a eu un manque
des instruments durant l’intervention.

120%
96%
100%
80%
64%
60% oui
36% non
40%
20%
4%
0%
classique informatisé
.

Figure 10 : le manque des instruments

19
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

13.La cause du manque des instruments


Parmi les interrogés déclarant l’éventualité d’un manque des instruments, nous
leur avons demandé de sélectionner les causes :
✓ Système classique : 30% affirment que les instruments manquants sont
déjà perdus ou mélangés ou perdus
✓ Système informatisé : 30% affirment que la cause de manque est la
défaillance.

classique informatisé
5% 4%
6% 4% perdu
5% Perdue

mélangé mélangé
30%
30% indisponible indisponible
30% 20%
défaillant défaillant
30%
autre autre

Figure 11: la cause du manque des instruments.


14. Le recours aux boites chirurgicales
Pour le personnel travaillant dans des blocs opératoires utilisant un système classique,
le recours à une seule boite d’instruments chirurgicaux durant l’intervention n’a été
assuré que dans 14% des cas. Et 50% des interventions nécessitent l’ouverture de plus
que deux boites.
D’autre part, le personnel travaillant dans des blocs opératoires utilisant un système
informatisé assurent presque la moitié de leurs interventions (48%) avec une seule
boite d’instruments chirurgicaux contenant tout le matériel nécessaire.

classique informatisé

14% une boite une boite


30%
50% deux boites 48% deux boites
36%
plus 2 22% plus 2
boites boites

Figure 12 : le recours aux boites chirurgicales

20
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

15. L’impact du non disponibilité d’un instrument

D’après ce graphique, la non disponibilité d’un instrument a un impact sur le


déroulement de l’intervention. Cet impact est confirmé chez 82% de l’échantillon du
système classique et 80% du système informatisé.

90% 82% 80%


80%
70%
60%
50%
oui
40%
non
30%
18% 20%
20%
10%
0%
classique informatisé

Figure 13 : l’impact de la non disponibilité d’un instrument

16. L’impact de la non disponibilité des instruments pendant


l’intervention

Parmi les personnes qui ont confirmé la présence d’un impact lié à la non
disponibilité d’un instrument on a retrouvé :
✓ Système classique : 20% indiquent le stress comme un impact majeur.
✓ Système informatisé : 26% ont choisi de citer la perte du temps.
Les différents résultats obtenus sont détaillés dans le tableau suivant :

Tableau III: l’impact du non disponibilité

Les réponses Classique Informatisé


Pas de réponse 40% 40%
Mauvais déroulement 16% 16%
Stress 20% 16%
Perte de temps 12% 26%
Conflit 12% 2%

21
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

17. La non disponibilité des instruments et le stress.

✓ Système classique : 98% pensent que la non disponibilité d’un instrument est un
facteur de stress.
✓ Système informatisé : 76% pensent que la non disponibilité d’un instrument est un
facteur de stress

98%
100%
76%
80%

60% oui

40% non
24%
20%
2%
0%
classique informatisé

Figure 14 : la non disponibilité des instruments est il un facteur de stress.

18. La non disponibilité des instruments et ambiance de travail

90% du personnel travaillant avec le système classique et 88% parmi ceux qui utilisent
le système informatisé affirment que la non disponibilité d’un instrument est une
source de perturbation de l’ambiance du travail lors des interventions.

100% 90% 88%


80%

60%
oui
40% non

20% 10% 12%

0%
classique informatisé

Figure 15 : la non disponibilité des instruments est-elle une source de


perturbation de l’ambiance du travail ?

22
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

19. La non disponibilité des instruments et conflit interpersonnel.

✓ Système classique : 98% confirment que la non disponibilité d’un instrument


entraine un conflit interpersonnel.
✓ Système informatisé : 60% confirment que la non disponibilité d’un instrument
entraine un conflit interpersonnel.

98%
100%
80% 60%
60% 40% oui
40% non
20% 2%
0%
classique informatisé

Figure 16 : La non disponibilité des instruments entraine un conflit


interpersonnel.
20. L’importance du système informatique dans la stérilisation
98% des utilisateurs du système de traçabilité classique pensent que le système
informatisé a des bénéfices très importants par rapport à leur système classique et
souhaitent l’utiliser.

120%
98% 100%
100%

80%

60% oui
non
40%

20%

0%
classique informatisé

Figure 17 : l’importance du système informatique dans la stérilisation

23
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

21. Le mode de traçabilité utilisé

Pour les utilisateurs du système classique, 62% affirment que le registre est le mode de
traçabilité utilisé.

Le mode de Pourcentage
traçabilité
Registre 62%
Pas de réponse 30%
Pas de traçabilité 8%
Tableau IV: le mode de traçabilité (classique) utilisé

Pour les utilisateurs du système informatisé ;


24% confirment que le Clin Système est leur mode de traçabilité utilisé.
18% affirment que le STEROS est leur mode de traçabilité utilisé.
Le mode de Pourcentage
traçabilité
Pas de réponse 30%
Clin système 24%
STEROS 18%
Informatisé 16%
laser 12%
Tableau V: Le mode de traçabilité (informatisé) utilisé.

22. Évaluation de la traçabilité

✓ Système classique : 4% des interrogés trouvent que la traçabilité de leur


établissement est suffisante.
✓ Système informatisé : 50% des interrogés trouvent que la traçabilité de leur
établissement est partiellement suffisante.
60%
50%
50%
42%
40% 36%
30% 30%
30% classique
20% informatisé
8%
10% 4%
0%
suffisant patiellement insuffisant totlement
suffisante insuffisante

Figure 18 : évaluation de la traçabilité

24
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

23. L’entretien du matériel


✓ Système classique : 52% de la population déclarent l’absence d’entretien du
matériel.
✓ Système informatique : 96% de la population confirment qu’il y’a un entretien de
matériel.

120%
96%
100%

80%

oui
60% 48% 52%
non
40%

20%
4%
0%
classique informatisé

Figure 19 : l’entretien du matériel.

24. Le responsable de l’unité de stérilisation

✓ Le système classique : 14% des interrogés affirment que les responsables de la


stérilisation sont les agents de stérilisation, alors que la moitié ne connait pas
qui en est responsable.
✓ Le système informatisé : 42% des interrogés affirment que les responsables de
la stérilisation sont les agents de stérilisation.

Les différents résultats obtenus sont détaillés dans le tableau suivant :

Tableaux 6 : Le responsable de l’unité de stérilisation :

Classique Informatisé
Pas de réponse 50% 22%
Agents de stérilisation 14% 42%
Technicien de maintenance 8% 4%
Instrumentiste 16% 22%
Infirmier 4% 2%
Surveillant 22% 8%

25
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

25. Remplacement des instruments non disponible


Selon les réponses obtenues on a pour:
✓ Le système classique : la moitié (50%) du personnel affirme qu’il y a un
remplacement du matériel.
✓ Le système informatisé : 90% du personnel confirment que le matériel non
disponible est remplacé.

100% 90%

80%

60% 50% 50%


oui
40% non

20% 10%

0%
classique informatisé

Figure 20 : Remplacement des instruments non disponibles


26. L’implication matéréo vigilance.

La majorité des interrogés assurent l’absence de matériau vigilance :

✓ 91% de système classique.


✓ 81% de système informatisé.

100%
91%
90%
81%
80%
70%
60%
50% oui
40% non
30%
20%
9% 11%
10%
0%
classique informatisé

Figure 21 : l’implication matréo vigilance.

26
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

DISCUSSION

27
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

Données sociodémographiques
Il s’agit d’une enquête réalisée au sein des blocs opératoires utilisant un système de
traçabilité classique ou informatisée dans les établissements de santé de TUNIS
(hôpitaux et cliniques privées).
Notre population comporte 100 personnels interrogés au bloc opératoire avec une
prédominance des techniciens supérieurs, jeunes avec une légère prédominance
féminine. Pour l’ancienneté professionnelle, nous avons constaté qu’elle est inférieure à
5 ans pour 42% de la population étudiée.

Notre enquête a intéressé 50 interrogés utilisant une traçabilité des instruments par un
système classique ainsi que 50 interrogés utilisant une traçabilité des instruments par un
système informatisé.

Définition et concept
I. La stérilisation
La stérilisation des dispositifs médicaux dans les établissements médicaux de santé
occupe une place primordiale dans la lutte contre les infections nosocomiales. [3]
1. Etapes de stérilisation
Le processus de stérilisation se décompose en plusieurs étapes successives :
• Pré- désinfection
• Lavage
• Contrôle des instruments et recomposition des plateaux opératoires
• Conditionnement
• Stérilisation
• Validation et la libération des charges stériles
• Stockage [3]

Le circuit de stérilisation répond à la séquence : sale, propre, stérile.

✓ Au cours de notre étude, nous avons posé cette question et seulement 10 % des
enquêtées utilisant le système classique et 14 % utilisant le système informatisé, ont
répondu correctement. C’est un nombre donc très réduit et inquiétant pour un personnel
confronté à chaque minute de son travail au couple stérile / pas stérile. Et ceci malgré
leur participation au processus de stérilisation puisque la majorité (90% système

28
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

classique et 88 % système informatise) affirment leur participation / assistance au


processus de stérilisation.
✓ Notre enquête a révélé que le nombre du personnel effectuant la stérilisation est
insuffisant lorsque le système utilisé est classique (76%) alors que ce chiffre chute à
24% lorsque le système utilisé est informatisé. Ceci pourrait être expliqué par la
participation des automates dans la recomposition des boites

2. Le responsable de la stérilisation

L’unité de stérilisation est une unité très importante dans l’établissement sanitaire, et
nécessite un agent spécialisé et formé en hygiène et stérilisation.

L’ensemble des différentes étapes de la stérilisation, en dehors de la pré-désinfection,


permettant d’arriver au dispositif médical stérile est placé sous sa responsabilité

Le responsable doit établir un organigramme précisant les relations entre les personnes
qui dirigent, celles qui exécutent et celles qui vérifient les taches réaliser.

Pour être aidé dans ses fonctions, le responsable s’entoure d’aides soignants, Il sera
aussi aidé dans ses missions par un cadre de santé qui assurera la liaison entre les
différentes personnes et permettra d’être le garant du respect des bonnes pratiques de
stérilisation. [4]

✓ Dans notre enquête les interrogés qui travaillent dans des établissements de
système classique indiquent que le responsable de stérilisation soit surveillant22%,
instrumentiste16%, agent de stérilisation 14%, technicien de maintenance 8%,
infirmière 4%
✓ Dans notre enquête les interrogés qui travaillent dans des établissements de
système informatisé indiquent que le responsable de stérilisation soit surveillant8%,
instrumentiste22%, agent de stérilisation 42%, technicien de maintenance4%,
infirmière 2%
✓ Ceci rend compte de la gravité de la situation, puisque dans nos institutions de
santé la stérilisation est assurée par un personnel non qualifié pour effectuer ce genre de
processus

29
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

3. Le local de stérilisation

Le local de stérilisation est l’espace ou toutes les activités relatives à la stérilisation sont
assurés :

Le rassemblement des compétences : responsables de la stérilisation, personnel


qualifié et formé aux différentes opérations.

Le regroupement des moyens : autoclaves, laveur_ désinfecteurs, thermosoudeuses,


articles conditionnement ainsi que les produits de nettoyage et désinfection.

La mise en disposition des locaux adaptés : système de traitement d’air, superficie


suffisante, circuit adaptés (marche en avant, asepsie progressive, …)

Ainsi la centralisation optimise l’utilisation des équipements ainsi que l’amélioration de


la gestion et de la qualité de traitement des dispositifs médicaux. [5]

✓ Notre travail montré que les enquêtés travaillant dans établissement de système
classique (34%) déclarent que la local est bien équipé, par contre les enquêtés
travaillant dans les établissements ayant un système informatisé 86% déclarent que les
locaux sont bien équipés.

4. L’entretien du matériel :

Les conteneurs sont nettoyés, manuellement ou mécaniquement, après chaque


utilisation.

Pour le nettoyage mécanique, la phase de désinfection thermique n’étant pas


indispensable, il est possible d’utiliser un cycle spécifique plus court et donc plus rapide
que celui des instruments. Les détergents alcalins pouvant altérer l’aluminium. Le choix
du détergent doit tenir compte des recommandations de fournisseur du conteneur. [5]

✓ Dans Notre enquête on a 48 % des interrogés qui travaillent dans les


établissements de système classique déclarent la présence de l’entretien des matériels,
par contre pour les interrogés qui travaillent dans les établissements de système
informatisé dont 96% déclarent la présence de l’entretien.

30
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

II. la traçabilité des instruments au bloc opératoire :


1. la traçabilité des instruments au bloc opératoire par système
classique :
La recomposition des boites chirurgicales se fait par une méthode classique.
Pour éviter les erreurs de recompositions des boites, l’établissement met à disposition
des registres ou des affiches expliquant le contenu de chaque boite chirurgicale.
Le responsable de cette opération qui n’est autre que l’instrumentiste est tenu à
appliquer cela à fin de permettre l’obtention de boites chirurgicales complètes,
étiquetés.
Cette méthode n’est malheureusement pas parfaite puisque l’instrumentiste range les
instruments et recompose les boites sans suivre à la lettre les registres.
Elle est dépendante de la connaissance et de l’expérience du responsable de l’unité de
stérilisation.

Dans notre enquête, nous avons constaté que les interrogés travaillant dans les
établissements utilisant un système classique utilisent :

▪ 14% registre.
▪ 8% pas de traçabilité.
▪ 48% classique.
▪ 30% pas de réponse.

2. La traçabilité des instruments au bloc opératoire par système


informatisé :

C’est l’aptitude à retrouver l’historique de l’utilisation ou la localisation d’un


processus de délivrance au moyen d’une identification enregistrée. [6]

C’est aussi le suivi du conditionnement des dispositifs médicaux, effectué par les agents
de la stérilisation et par les IBODE (infirmier de bloc opératoire diplôme d’état)

L’étape de conditionnement consiste à vérifier la propreté et la fonctionnalité de chaque


instrument, puis de recomposer les boites d’instruments(ou plateaux opératoires) selon
des listes types préétablies moyennant un logiciel informatique et enfin à emballer les

31
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

instruments dans des conteneurs ou des « paniers emballés » dans des feuilles de
papier crêpé.

Cette étape de conditionnement est tracée informatiquement.

L’operateur identifie l’instrument ou les instruments à conditionner par un code-à-barres


placé sur le conteneur ou dans une liste spécifique. Les listes et photos des instruments
sont également à disposition dans des classeurs dédiés à chaque spécialité chirurgicale.
Cette étape nécessite du personnel qualifié. [3]

✓ Plusieurs systèmes informatiques sont disponibles sur le marché et en ce qui concerne


le marché tunisien concerné par l’étude, 24 % utilisent CLIN SYSTEME, 18%
STEROS, 12% LASER, alors que 30% des interrogés n’ont pas connaissance du
système utilisé entre leur mains !! C’est dire de l’importance d’avoir un personnel
qualifié et habitué à manipuler et avec aisance ce genre de système informatique afin
d’avoir de meilleurs résultats.(annexe2)
3. Les avantages de la traçabilité par système informatisé :

La traçabilité à l’instrument mise en place dans ce retour d’expérience permet de bien


répondre aux exigences réglementaires

✓ Eviter les mélanges d’instruments entre plusieurs compositions


➢ Identifier à quelle composition appartient un instrument donné
➢ Confier la recomposition des boites d’instruments aux agents de stérilisation,
c’est à dire des personnels moins qualifié que les IBODE (infirmier de bloc opératoire
diplôme d’état) tout en maintenant un excellent niveau de qualité de cette étape.
➢ Compter les instruments en fin d’intervention chirurgicale et à la réception à
l’UFSC (unité fonctionnelle de stérilisation centrale) [3]
4. Evaluation de la traçabilité actuelle :

À l’heur actuelle, les méthodes de traçabilité des dispositifs médicaux réutilisables


stériles s’appliquent le plus souvent par l’intermédiaire des contenants et ne permettent
pas de garantir avec exactitude la traçabilité des articles constitutifs d’une composition.
Ainsi les instruments utilisés au cours d’une intervention chirurgicale sont susceptibles
d’être mélangés ou échangés avec ceux d’une autre composition du fait du nombre

32
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

élevé d’instruments utilisés quotidiennement au bloc opératoire. Dans ce constat est


apparue l’insatisfaction de plusieurs responsables de la stérilisation. [6]

Cependant et d’après une étude sur la traçabilité à l’instrument, l’expérience du centre


hospitalier de Denain on a :

✓ La mise en place de la traçabilité à l’instrument facilite l’activité de


recomposition des boites permettant à tous les agents, même débutants, d’être
opérationnels. D’un autre coté, elle améliore la satisfaction de personnel du bloc
opératoire de service de soins en diminuant le taux d’erreurs de recomposition.

Une fois le processus de stérilisation complètement informatisé la traçabilité à


l’instrument a été mise en place de façon progressive au centre hospitalier de Denain.

Le choix de type de technologie et de matériel à été crucial afin de s’adapter au mieux à


l’activité.

A ce jour, 76% des DMR du bloc opératoire sont marqués, pour le premier semestre
2009, le taux d’erreur de recomposition de ces DMR est de 0.3%. [7]

✓ Le système informatisé a un grand rôle sur les recompositions des boites pour
minimiser les erreurs.

Les résultats de notre enquête sur l’évaluation de la traçabilité vont dans le même sens.

III. L’impact de la non disponibilité d’un instrument


✓ Dans notre enquête on a 91% des interrogées travaillant dans des
établissements utilisant un système classique signalent le manque des instruments.
✓ Par contre 64% des enquêtées travaillant dans des établissements utilisant un
système informatisé signalent le manque des instruments.

✓ Notre travail a montré que :


➢ Système classique : la moitié des interroges indiquent qu’ils utilisent plus que
deux boites et 36% déclarent qu’ils utilisent 2 boites.
➢ Système informatisé : seulement 30% des interrogés déclarent qu’ils utilisent
plus que 2 boites 48% utilisent une seul boites
.
33
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

Nous pouvons ainsi dire que le système informatisé minimise le risque de perte et de
mélange des instruments et diminue ainsi le recours à plusieurs boites d’instruments

1. Le stress :

Le milieu de travail peut être un lieu d’épanouissement comme un lieu d’épuisement.

Au bloc opératoire l’instrumentiste est constamment confronté physiquement et


psychologiquement à des situations difficiles. Ses conditions de travail sont un facteur
de stress indéniable de deviennent trop souvent la cause de dégradation des relations
interprofessionnels. [8]

Le mot stress vient de latin stringer et stressus qui signifie « serre ». « stress » signifie
étroitesse et oppression.

Ces recherche étymologiques nous indiquent parfaitement notre ressenti lorsque le


stress est atteint. En effet, l’apparition du stress due à l’échec de la réponse à une
situation. [9]

L’instrumentiste doit se concentrer sur les actions précises et rapides en lien avec
l’instrumentation et doit suivre le déroulement de l’intervention avec la plus grande
intention afin de réagir face aux demandes de l’instrumentiste (donner les instruments).
[9]

En cas d’indisponibilité d’un instrument, ceci entraine un état de stress surajouté au


cours de l’intervention.

❖ Dans notre enquête on a relevé que 98% des interrogées travaillant dans des
établissements de système classique (figure 14) indiquent.que le stress est
essentiellement du à la non disponibilité de l’instrument.
❖ Dans notre enquête on a 76% des interrogées travaillant dans des
établissements de système informatisé (figure 14) confirment.que le stress est du à la
non disponibilité de l’instrument
2. Le conflit interpersonnel :

Le bloc opératoire reste un lieu propice aux conflits. [10]

34
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

✓ Dans notre enquête on a 98% des interrogées travaillant dans des établissements
utilisant une traçabilité par un système classique indiquent.que que
l’indisponibilité de l’instrument provoquerait un conflit interpersonnel.

✓ Dans notre enquête on a 60% des interrogées travaillant dans des établissements
utilisant une traçabilité de système informatisé confirment.que l’indisponibilité
de l’instrument provoquerait un conflit interpersonnel.
3. Le Remplacement du matériel défectueux ou perdu
Dans notre enquête nous avons 50% des interrogés travaillant dans les établissements
de système classique indiquent le remplacement du matériel en cas de son
indisponibilité.
Dans notre enquête nous avons 90% des interrogés travaillant dans les établissements de
système informatisé indiquent le remplacement du matériel en cas de son
l’indisponibilité.
❖ Il ressort d’après ces chiffres que le système informatique est meilleur que le
système classique dans la détection du matériel défectueux / manquant / perdu. En effet,
utilisant ce système, ce dernier n’autorise pas la fermeture des conteneurs tant que tous
les instruments n’ont pas été reconnus à la boite concernée et que ces instruments sont
valides et aptes à être utilisés pendant la chirurgie. C’est le point fort du système
informatique permettant une recomposition complète et totale des boites chirurgicales
avant leur passage à l’étape de stérilisation.

VI. La martéovigilance :

La matréovigilance s’exerce sur les dispositifs médicaux après leur mise sur le marché
qu’ils soient marqué CE ou non, en dehors de ceux faisant l’objet d’investigation
cliniques. [11]

La matréovigilance a pour l’objectif d’éviter que ne se (re)produisent des incidents


graves) mettant en cause des dispositifs médicaux, en prenant les mesures préventives et
/ ou correctives appropriées.[12]

❖ Dans notre enquête nous avons 9% des interrogés travaillant dans les
établissements de système classique affirment la présence de la matréovigilance.

35
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

❖ Dans notre enquête nous avons 11% des interrogés travaillant dans les
établissements de système informatisé affirment la présence de la matériovigilance.

Ces chiffres sont très au-dessous de la moyenne et beaucoup d’entre nous ne


connaissent pas la matréiovigilance, c’est dire de l’importance de la formation continue
du personnel paramédical. La sensibilisation est très importante à ce sujet

36
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

RECOMMANDATIONS

Quoique largement utilisée, notre étude à révélé plusieurs défaillances de la traçabilité des
instruments chirurgicaux par système classique dans les unités de stérilisation, et une
légère supériorité du système informatique. De ce fait, nous pouvons avancer quelques
recommandations :

✓ L’implantation du système informatisé dans toutes les unités de stérilisations, dans


tous les établissements sanitaires en Tunisie.
✓ La qualification du personnel exerçant dans les unités de stérilisations, laquelle
qualification doit toucher les agents de stérilisation seuls capables d’assurer un bon
déroulement du processus de stérilisation.
✓ Une formation continue durant l’activité professionnelle pour actualiser et renforcer
les connaissances et les pratiques.
✓ Elaboration de procédures (procédures de stérilisations) et fiches de postes pour
homogénéiser le processus de stérilisation dans tous les établissements sanitaires.
✓ La présence de la matréovigilance dans les établissements sanitaires garantit la
qualité et la sécurité lors de l’utilisation des dispositifs médicaux réutilisable.

37
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

CONCLUSIONS
La traçabilité des instruments permet l’optimisation de l’instrumentation chirurgicale,
tant pour les services de stérilisation que pour les blocs opératoires.

A propos de ce sujet, nous avons mené une étude comparative descriptive qui a
colligée 100 personnel de la sante entrant dans le processus de stérilisation, la moitié
utilisait un traçabilité pour un système informatisé et l’autre moitié utilisait un système
classique.

Nous avons comparé les deux procédés moyennant un questionnaire.

L’objectif principal était d’identifier les avantages de la traçabilité des instruments par
le système informatisé par rapport au système classique en terme de disponibilité et
son impact sur le déroulement des interventions.

Au bout de notre étude, il ressort que la population interrogée est surtout jeune et à
prédominance féminine.

Il ressort aussi que, par rapport au personnel utilisant le système classique, le personnel
utilisant le système informatisé :

➢ Connait plus le circuit de stérilisation et y participe avec un nombre suffisant.


➢ Est mieux équipé au niveau des unités de stérilisation
➢ Déclare qu’il existe moins d’instruments indisponibles, laquelle situation est
responsable d’un état de stress surajouté, de perturbation de l’ambiance du travail
pouvant induire un conflit interpersonnel.
➢ Utilise le système Clin système avec un taux de 24%
➢ Pense à l’unanimité, quelque soit le système utilisé, que le système informatique
est important dans le processus de stérilisation.
➢ Déclare que, moyennant le système informatisé, le matériel indisponible a été
remplacé et ce dans 90% des cas versus 50% pour le système classique.

38
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

Ailleurs, notre étude a pu mettre en évidence deux points essentiels :

✓ Les responsables du processus de stérilisation sont très variés et vont de l’ouvrier au


surveillant passant par l’infirmier, les techniciens de maintenance, les
instrumentistes.
✓ Le manque voire l’absence de matréovigilance.

Nous pouvons ainsi conclure que la traçabilité des instruments par le système
informatisé assure une bonne recomposition des boites, ainsi qu’un bon déroulement
des interventions, participant ainsi à une prise en charge optimale et sécurisée.

39
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

Bibliographie
1. http://sante-medecine.journaldesfemmes.fr/faq/17559-bloc-operatoire-
definition
2. Bartez, isababbele vers une identification unique des instruments de
chirurgie paris cedex05, France
3. DUVAL Solène, Application d’une méthode d’analyse des risques pour optimiser
le circuit de l’instrumentation chirurgicale, Université de Strasbourg FACULTE DE
PHARMACIE DE STRASBOURG
4. Annette beaugas, rôle de l’IBODE en stérilisation, inter bloc tome XXV ,
n°4
5. GUIDE DES BONNES PRATIQUES DE TRAITEMENT DES
DISPOSITIFS MEDICAUX REUTILISABLES ANCSEP, Mai 2013
6. Dr Brigitte FAORO Présidente de l’AFS Traçabilité individuelle des
instruments Guide
7. Olivia Mancel, Traçabilité à l’instrument, l’expérience du centre hospitalier
de Denain, Tome XXIX, n°2, avril juin 2010
8. Emmanuelle Grollau[1] Ibode, CH Argenteuil (95)Inter blocVol 27, N° 3 -
septembre 2008, pp. 186-188Les conditions de travail au bloc
opératoire, source potentielle de stress et de dégradations
relationnelles

9. Annich Duquense IBODe , service d'urologie le stress au boc opératoire,


paris (AP-hp,75)
10. DELRIEU Anthony, Les conflits au bloc opératoire, une approche anthropologique
CHU Bordeaux,
11. http://ansm.sante.fr/Activites/Dispositifs-medicaux-et-dispositifs-medicaux-
de-diagnostic-in-vitro/Essais-cliniques-portant-sur-les-dispositifs-medicaux-
et-dispositifs-medicaux-de-diagnostic-in-vitro/(offset)/0
12. http://www.axpharma.com/audits/audit-materiovigilance
13. CRISTPHE LAMBERT, la traçabilité individuelle de la chirurgie tome
XXIX n°2 avril _juin 2010 CH de chambéry
14. Damien TALON, GESTION DES RISQUES DANS UNE STERILISATION
CENTRALE D’UN ETABLISSEMENT HOSPITALIER : APPORT DE LA
TRAÇABILITE A L’INSTRUMENT, ÉCOLE CENTRALE DES ARTS ET
MANUFACTURES « ÉCOLE CENTRALE PARIS »

40
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

41
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

Annexe1
Questionnaire
Dans le cadre de la préparation du projet de fin d’étude, et comme
étant une étudiante en instrumentation opératoire à l’université
centrale, je vous présente ce questionnaire dans le but d’évaluer de
l’importance de la traçabilité des instruments dans le bloc opératoire.
Après avoir pris l’autorisation du surveillant, nous vous remercions
de consacrer quelques minutes pour répondre à ce questionnaire.
Mlle MZOUGHI Nesrine

Questionnaire
Années universitaire 2017/2018 Date : …. /..../……

I. Données sociodémographiques
1. vous êtes :
o instrumentiste
o Infirmier(e)
o Autre (préciser) …………………………………………………………
2. L’âge :
o Inferieur à 25
o Supérieur à 25
3. le genre
o Homme
o Femme
4. Ancienneté :
o <5ans,
o Entre 5 et 10 ans
o >10 ans

II. Titre : la traçabilité des instruments au bloc opératoire :


système informatisé versus système classique :
Rubrique 2 : la stérilisation

42
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

5. Le système utilisé pour la traçabilité est-il ?


o Classique
o Informatisé
o Pas de réponse

6. Connaissez-vous le circuit de stérilisation


o Oui
o Non

Si oui le définir :
………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………

7. Est-ce que vous avez participé/assisté à la stérilisation et à la préparation des


boites de chirurgie
o Oui
o Non
8. Est ce que le nombre du personnel de stérilisation est suffisant :
o Oui
o Non
9. Le local ou se déroule la stérilisation est-il bien équipé :
o Oui
o Non
10. Citez les étapes de stérilisation :
………………………………………………
……………………………………………..
……………………………………………..
………………………………………………
………………………………………………
……………………………………………...
Rubrique 3 : évaluations et connaissance de la traçabilité actuelle
11. Y a-t-il un manque d’instruments dans les boites de chirurgies :
o Oui
o Non
12. Si oui préciser la cause :
o Perdu
o Mélangé avec d’autres boites
o Indisponible
o Défaillant
o Autres…..
13. Au cours d’une intervention vous avez eu recours à utiliser :
o Une boite
o 2 boites

43
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

o Plus (préciser)
…………………………………
14. La non disponibilité d’un instrument au cours d’une intervention a-t-il un
impact sur l’intervention ???
o Oui
o Non

Si oui, lequel ??,

………………………………………………………………………………………
………………………….

15. Ce non disponibilité est-elle :


a) un facteur de stress pour l’équipe soignante ?
o Oui
o Non
b) Une source de perturbation de l’ambiance du travail ?
o Oui
o Non
c) entraîne un conflit interpersonnel?
o Oui
o Non

16. Est ce que la traçabilité par système informatisé est importante en vue d’avoir
des boites chirurgie complètes ?
o Oui
o Non
17. dans votre bloc, comment se fait la traçabilité du matériel ?

…………………………………………………………………………………………………
……………………………………………

18. Comment évaluez-vous la traçabilité actuelle :


o Satisfaisante
o Partiellement satisfaisante
o Insuffisante
o Totalement insuffisante

19. Est-ce que il y a un entretien du matériel ?


o Oui
o Non
20. Par qui se fait l’entretien du matériel ?
…………………………………………………………….
21. En cas de dégât est ce qu’il ya un remplacement du matériel :

44
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

o Oui
o Non
22. Est-ce que le service du matériau vigilance est impliqué :
o Oui
o Non

45
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

Annexe 2
Traçabilité des instruments au bloc opératoire par système
informatique
1. Définition

De nombreuses définitions existent, aussi dans le domaine normatif relatif aux systèmes
qualité que dans la réglementation hospitalière.

Nous pouvons en extraire une chaque domaine. Norme NF ISO 8402 / « la traçabilité à
retrouver l’historique, l’utilisation d’un produit ou d’un processus de délivrance au moyen
d’identification enregistrée» .circulaire

DGS n°672 du 20 octobre 1997 relative à la stérilisation des dispositifs médicaux dans les
établissements de santé.

La traçabilité : « les besoins en traçabilité sont identifiés en fonction des dispositifs


médicaux. La traçabilité des dispositifs médicaux stérilisés au sein des établissements de
santé est un élément du système qualité et concourt à l’exercice de la metriovigilance »

2. Aspect

La mise en place d’un système de traçabilité nécessite des outils qui peuvent être classés en
trois catégories :

Les outils d’identification qui permettent d’associer un identifiant à chaque groupe d’objet(s)
tracé(s) afin de pouvoir le suivre et le distinguer de ses sembles.

Les outils d’enregistrement des données qui permettent d’aquerir et d’archiver les
informations.

Les outils de communications à travers lesquels les données de traçabilité sont échangées au
sein du système.

La matriovigilance correspond au suivi des dispositifs médicaux lors de leur utilisation et a


comme pré-requis la traçabilité et l’assurance de la qualité.

La traçabilité des dispositifs médicaux (DM) est apparue dans les directives européens de
1990 et de 1993, transposées en droit français en 1994, 1995 et 1996 qui ont introduit au code
de la santé publique cette notion : « l’exercice de la matriovigilance peut impliquer (.) L’accès
aux informations relatives à la conception à la fabrications au stockage à l’utilisations et au
suivi dit « traçabilité du DM »

46
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

3. Le marquage dataMatrix [13]

Parmi les méthodes actuelles d’immatriculation de l’instrumentation


chirurgical, le marquage dataMatrix est l’une des technologies le plus simple
dans sa mise en ouvre. Elle permet d’identifier automatiquement chaque
article par un lecteur spécifique.

C’est l’automatisation de la lecteur et le caractère unique de chaque


immatriculation qui est recherché au travers de ce système.

Il existe différents façon d’utiliser le symbologie DATA MATRIX pour le


marquage d’immatriculation :

Le laser : le symbole DATA Matrix est marqué par un faisceaux laser ui va


réaliser une fusion à la surface de l’instruments (photos1). Il présente
l’avantage d’être bien contrasté et donc facilement repérable par les

Utilisateurs

La micropercussion : le marquage par micro percussion es constitué de points


de quelque microns de profondeur qui sont réalises par l’intermédiaire d’une
pointe de courbure de tungstène. Il évite la perte de matière par un refoulement
de celle-ci lors du marquage (photo2). C’est une solution autonome qui permet
un marquage sur site.

47
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

DOTS : DOTS sont des pastilles adhésives pré imprimé. De nature acrylique
ou métallique elles sont biocompatibles (photos3). Elles sont les plus aisées à
mettre et assurent une lecture rapide de l’information.

48
La traçabilité des instruments au bloc opératoire : système informatisé versus système classique

Résumé
L’évolution annoncée de la traçabilité globale des instruments chirurgicaux lors des
différentes étapes de stérilisations vers la traçabilité individuelle de l’instrument a pour but
d’améliorer la qualité des soins et la sécurité du patient tout au long de la prise en charge.

Il s’agit d’une étude comparative descriptive, se basant sur questionnaire, durant 40 jours,
menée auprès des professionnels de la santé exerçant des blocs opératoire de Tunis.

Cette étude nous a permis à Identifier les avantages de la traçabilité des instruments par le
système informatisé par rapport au système classique en termes de disponibilité et son impact
sur le déroulement des interventions.

La traçabilité des instruments par système informatisé, nous permet d’enregistrer chaque
instrument dans le système a travers son code barre, qui nous permet de retracer l’historique
de chaque instrument, de détecter les instruments manquants, et garantir ainsi une bonne
recomposition des boites.

Cette bonne recomposition des boites permet de mettre à l’ abri le personnel d’un état de
stress surajouté source de conflit peropératoire.

La traçabilité par le système informatisée est devenu une nécessite dans le déroulement du
processus de stérilisation garantissant ainsi ,au final, des conteneurs complets facilitant le
déroulement des interventions chirurgicales.

49