You are on page 1of 65

ANALYSE URBAINE

Approche sensible
Emergence

L’approche sensible a émergé au XX ème siècle comme


réaction faisant opposition à l’idée de ville fonctionnelle,
les approches sensibles seraient une nouvelle façon de
faire de l’urbanisme et pourraient aider à créer une ville
plus humaine, prenant en compte son principal sujet :
l’habitant.
De nombreux rapports et recherches voient le jour : le
réseau Ambiances ou les travaux du CRESSON, mettant
en lumière la place du sensible en ville.
IXème Congrès International d’Architecture Moderne en
1953 où l’idée de ville sensible se concrétise
Définition
La définition du terme sensible peut être déclinée en deux
approches différentes : l’une liée aux capacités
physiologiques, par le sensoriel et les sensations, et
l’autre psychologique, par les émotions et les affects.
Les apports du sensible dans les projets urbains se
matérialisent par l’étude du rapport affectif à l’espace
d’une part, à l’expérience sensible d’un lieu d’autre part.
« Deux potentialités se dégagent pour l’urbanisme-
aménagement : la prise en compte du sujet-individu, dans
son individualité plutôt que par des appartenances ou des
fonctions réductrices ; celle de l’environnement, du milieu
de vie, dans la globalité de ses dimensions sensibles. »
(Carole Marie)
Objectif
Faire référence à une expérience d’un lieu,
- le senti et le ressenti de la personne dans ce
lieu,
- le lien émotionnel ou affectif qu’une personne va
tisser avec son environnement.
Prendre en compte la ville comme espace senti et
ressenti.
On emmène donc encore plus loin l’urbanisme, par la
prise en compte des sentiments des usagers ainsi que
ceux du concepteur.
sensoriel émotionnel

Paysage multi Ambiance Rapport affectif


sensoriel Esthétisme à l’espace
Volet de concertation
Une enquête auprès des habitants visera à saisir plus
finement les phénomènes socio-environnementaux à
l’œuvre sur le territoire, à travers le thème du bien-être.
Interroger les habitants:
-Entretient,

-Interview, …
Exemple d’une grille d’entretient
Volet d’analyse individuelle
L’ANALYSE SENSIBLE

Méthode d’analyse de
l’espace

1. voir

2. comprendre

3. interpréter
VOIR Lecture du paysage

COMPRENDRE Analyse du paysage

INTERPRETER Synthèse de l’étude


Analyse, le plus souvent effectuée dans un cadre de
projet d’aménagement ayant un impact sur le
paysage étudié

Objectif

Diagnostic:
Déterminer les point sensibles du paysage à
préserver ou à mettre en valeur.
I) LECTURE

L’approche sensible du paysage, fait intervenir les sens


plutôt que le raisonnement.
En arrivant sur un lieu, c'est souvent d'abord la vue qui
guide l'individu, même si les odeurs, les sons nous
imprègnent également.
D’abords, on se concentre sur l’impression due à la vue
générale au moment d’arriver.
Les reflexes naturels, les automatismes, … entrent en
compte.
Une impression générale va se dégager du paysage que
l'on découvre pour la première fois : ainsi, il va nous
sembler beau, calme et reposant, laid, ou monotone,
etc.
La démarche devient alors active et non plus passive :
on va lister les éléments du paysage, en commençant par
les éléments descriptifs généraux et en allant jusqu'au
détail.
Eléments généraux
généraux::
1.Perception de l’espace;
les textures, les couleurs, le type de ligne dominante
(courbe, verticale, horizontale), l'ouverture du paysage en
général ou par rapport à l'homme
2. Géométrie du paysage;
Il s’agit ici de l'agencement des différents éléments entre
eux : les plans de vue (le premier plan, le plan
intermédiaire, l'arrière-plan), les effets géométriques
(épaulement, encadrement, effet de fenêtre, de porte, la
présence des points d'appel, de repère, de fuite.
Exemple 1:
II) Analyse
L'analyse vise à identifier et décrypter les
éléments listés lors de la lecture du
paysage
Par exemple:
Voies de circulation: degrés de flux, voies
pour automobiles, voies pour piétons,
pistes cyclables, ….
III) La synthèse
Cette partie de l'analyse paysagère vise à reconstituer
les liens existants entre les éléments du paysage, afin
de proposer un diagnostic de l'état actuel, et de
proposer un pronostic de l'état futur, basé sur les
relations que l'on a réussi à identifier et la connaissance
de l'histoire du site.
Exemple méthode 2:
Exemple méthode 3:
Exemple méthode 4:
Approche séquentielle
Emergence

C’est une approche d’analyse urbaine issue des écoles


anglo-saxonnes et américaines
Elle se développe autour de la question du paysage
urbain « townscape »
« L’observateur quittait la position centrale et immobile de
l’homme de Léonard de Vinci (ou l’œil placé à l’infini de
la vision en plan) pour devenir un marcheur, voire un
conducteur » (Philippe Panerai)
Cette approche a permit de renouer avec le pittoresque de
Camillo Sitte et de Raymond Unwin
L’analyse directe sur le terrain permet l’identification des
éléments du paysage urbain en utilisant l’analyse
séquentielle
Se servant des séquences visuelles, ce type d’analyse
permet d’étudier les modifications du champ visuel d’un
parcours choisi
Le parcours étudié peut être découpé en un nombre de
séquences,
chaque séquence se compose d’une succession de
plans,
chaque plan est susceptible d’être caractérisé
L’idée consiste à isoler et reconnaitre dans une séquence
des « tableaux » qui sont des dispositions schématiques
et codifiées du paysage et à les nommer
Préciser les séquences
parois latérales

Rythme
- vertical / horizontal
- Ecran profil
- Ondulation
Hiérarchie:
- Isolée
- Confrontée
Étudier leur mode d’acheminement
vers le point de fuite
Rétrécissement
-Etranglement

-Effet de coulisse
Mise en valeur
-Franche ou dérobée
Déflexion ou renvoi
Bornage
Caractériser la clôture frontale du
champs visuel

Diaphragmes et cadrage
Astuce:
Réalisez une photo dans la direction du parcours, au
centre de la voirie redessinez en les lignes de forces
principales et formulez en qualités séquentielles

Recommandation:
Illustration par croquis recommandée
Bibliographie
Ambrosino Charles (2012), Ces esthétiques qui fabriquent la ville, 8 p.

Champy Florent (2001), Sociologie de l’architecture

Champy Florent (2009), Sociologie des professions, 258 p.

Chelkoff Grégoire, Thibaud Jean-Paul, thèse L’espace public, modes sensibles, 9 p.

Claude Viviane (2006), Faire la ville : Les métiers de l’urbanisme au XXe siècle, 253 p.

Philipe Panerai (1999), Analyse urbaine, édition parenthèse, 187 p.

Revue Ambiances (2015), L’espace public « revitalisé » comme gouvernance de

l’intime, Article.
Merci pour votre attention