You are on page 1of 18

FASOVIAT

Bimensuel des nouvelles des Viateur du Faso
N°: 29

A LA UNE

Sommaire

Éditorial : P. 2

Écho du GSSV : P. 4

Écho de ELOQ : P. 7

Les nouveaux novices accompagnés de leurs formateurs
Nouvelles des Père Norbert ZONGO (maître des novices), Pierre Claver PODA (novice),
Père Macaire SANDOUIDI (Supérieur de la fondation),
communautés : P. 9 Casimir OUEDRAOGO (novice), Frère François ZOMA (Socius)

Apostolat
On dit quoi : P. 15

Félicitations : P. 16

Les nouveaux postulants accompagnés de leur formateur
OUÉDRAOGO Arsène, AYENA Grégoire, PROVOST Jean-Marc, KIENTEGA Etienne, DABOU Johanny

PARUTION: Spécial Octobre 2018

1
Une nouvelle page ! Un maître mot ! La fraternité !

Du 24 au 30 août 2018 dernier, la Fondation viatorienne du Burkina a vécu sa retraite
annuelle avec pour prédicateur le Révérend Père Augustin KONE, Supérieur de la Vice-
Délégation de Côte d’Ivoire. Temps de retraite, temps de ressourcement spirituel pour la
nouvelle année pastorale, la retraite avait pour thème « Nous sommes tous frères : Ouvrons
une nouvelle page ». Ce thème s’inspire fortement de l’esprit du 30 ème Chapitre Général de
notre Congrégation tenu à Mundelein (Chicago), du jeudi 05 au dimanche 22 juillet 2018
avec pour thème : « Ma joie et mon espérance: en Jésus-Christ, je suis une mission sur cette
terre; et pour cela je suis dans ce monde. » (Pape François).
De cette grande messe de la Congrégation, les Fondations en sortent stimulées et
encouragées. De fait, elles sont invitées à atteindre dans un bref délai le statut de Région.
Rappelons que la Fondation a déjà 19 ans d’existence (07 octobre 1999 – 07 octobre 2018).
Elle a fait son petit bonhomme de chemin. Elle a grandi en âge et en sagesse et surtout en
terme de nombre de religieux vingt-huit (28). Que le Nom de Jésus soit aimé et adoré !
S’inscrivant aussi dans la vision de l’Eglise locale et particulièrement stimulés par la
vision du premier Pasteur de l’Eglise Famille de Dieu qui au Burkina Faso, son Excellence
Philippe Cardinal OUEDRAOGO, « Avançons au large, avançons en eau profonde ! Duc in
Altum ! », nous devons impérativement oser avancer au large. Certes, il faut avancer au large
mais pour bien avancer il convient de consolider les acquis des 19 ans d’existence afin de
mieux envisager le futur proche pour tendre inexorablement vers le statut de Région.
Dans cette mouvance, le Père KONE, prédicateur a fortement souligné dans son
enseignement que « être acteur de l’ouverture d’une nouvelle page au sein d’une si
gigantesque famille, est tout simplement une grâce, mais également un véritable challenge
dont la réalisation nécessite de la part de l’acteur, un esprit apaisé qui sait compter sur
l’affection des autres, sur leur soutien sans faille pour se donner totalement à cette
mission ». Convaincus et désireux d’accéder au statut de Région, nous sommes amenés à
travailler pour une communion fraternelle incarnée, moyen efficace et efficient pour écrire la
belle histoire de notre Fondation sur cette nouvelle page. Le maître mot de cette belle histoire
se veut être la fraternité, une fraternité véritable, vécue, célébrée, en somme, une fraternité
incarnée ayant pour fondement le Christ himself.
Du haut de notre expérience de 19 ans, les défis qui se présentent à nous sont
nombreux, difficiles mais pas insurmontables. Avec l’échelle de la fraternité, nous relèverons
les défis, car nos multiples efforts sont habités par le Frère-Aîné, Jésus-Christ, portés par lui
et en lui. Avec le Frère-Aîné, Jésus-Christ, rien n’est impossible.
Viateurs du Burkina Faso, une nouvelle page de notre belle histoire s’est ouverte avec
cette retraite annuelle. Il nous revient d’écrire cette belle histoire, sur cette belle nouvelle
page avec l’encre de la fraternité qui tire son éclat et sa splendeur de la Parole de Dieu.
Bonne rédaction. Bonne mission à tous pour cette année pastorale 2018-2019. Que Dieu
bénisse la Fondation viatorienne du Burkina en marche vers le statut de Région dans un
proche avenir.
Gabriel OUEDRAOGO, Csv

2
Extrait du site internet : LEFASO.NET • lundi 1er octobre 2018

Fin des vacances scolaires au Burkina Faso. Dans la plupart des écoles et des établissements publics
et privés, le sifflet a retenti le 1er octobre 2018. C’est déjà la rentrée ! Si chez les élèves c’est la joie des
retrouvailles, chez bien des parents, c’est la période des cauchemars, des angoisses et autres hantises à
couper le sommeil. (…)

Beaucoup d’interrogations ont troublé le sommeil des parents : « Où caser les enfants ? A quel prix ?
Et les fournitures ? Comment honorer les frais de
scolarité ? Comment assurer le transport des enfants à
l’école ?... ». Bref, autant de casse-tête pour les
parents dont le portefeuille ne pèse pas lourd (…),
aller se bousculer en banque pour des prêts scolaires.
(…) Comme ils le disent, « on se débrouille comme
on peut ». Tant pis pour les coupures sans pitié et sans
mesure des banques ou des usuriers. A défaut de
pouvoir compter sur le bon samaritain, certains
parents se fient subitement aux jeux du hasard,
espérant décrocher le lot qui sauve. (…) Une chose est certaine, la rentrée ne se prépare pas à la veille de la
rentrée ! (…) Bref, les contraintes indépendantes de la volonté des parents d’élèves ne manquent pas. Soit !
Mais faisons toujours de la scolarité de nos enfants une priorité. Leur avenir en dépend.

La rentrée scolaire ne s’improvise pas. Elle se prépare. Autrement, les désagréments, les cauchemars,
les angoisses et les insomnies sont quasiment inévitables. Alors, bonne rentrée scolaire à tous les élèves ; et
surtout courage et travail acharné pour mériter l’investissement des parents, à la sueur de mille efforts et
sacrifices.

Sita Tarbagdo

Dans nos écoles, les Viateurs offrent à leurs employés des prêts scolaires sans intérêt pour
les aider lors de la rentrée scolaire. Le prêt consiste en une avance de salaire, un montant
fixe est retenu pour les 8 ou 12 prochains mois. Rares sont les personnes qui ont une
« réserve » à la banque. Les exigences de la vie et les besoins multiples de la famille et de la
famille élargie réduisent leur capacité financière. En campagne, le parent vend 5 poulets
pour avoir les fournitures scolaires, mais en ville… c’est un autre problème comme
l’explique madame Sita Tarbagdo dans son article.

Jocelyn DUBEAU, Csv

3
La vie au Groupe Scolaire Saint Viateur de Ouagadougou

Depuis la dernière quinzaine du mois de septembre 2018, la vie scolaire au Groupe Scolaire Saint
Viateur a repris le service. Après un temps de repos bien mérité, temps des vacances, les élèves ont
repris le chemin des classes. Pour mener à bien cette année scolaire, et comme de coutume, le GSSV
s’est doté d’un thème pastoral, formulé comme suit : « Viatoriens ! Dans la cohésion et le travail,
maintenons le flambeau de l’excellence », avec pour valeurs à cultiver tout au long de cette année
scolaire de manière plus spécifique, l’esprit de cohésion, l’esprit de travail, l’esprit de discipline. Un tel
thème s’inscrit dans le cadre de la consolidation des acquis pour envisager un avenir meilleur toujours
dans la quête de l’excellence. Faut-il le rappeler, la meilleure moyenne au Baccalauréat série D, examen
national, vient du GSSV.
Etablissement catholique et fidèle à notre charisme, une messe a été célébrée le samedi 20 octobre 2018
avec la communauté éducative, élèves, professeurs, éducateurs pour confier au Seigneur cette année
scolaire 2018-2019 et commémorer en même temps la saint Viateur, notre saint patron dont l’Eglise
nous donne de célébrer chaque 21 octobre. Au cours de cette eucharistie, l’exhortation a essentiellement
porté sur l’effort que chacun devait faire pour que le GSSV soit toujours au nombre des établissements
de référence du pays. Et pour ce faire, il faut toujours travailler, faire des efforts car dit-on c’est l’effort
qui fait les forts.
En plus de cette célébration eucharistique qui marquait officiellement le début de la vie pastorale au sein
de l’établissement, depuis le premier octobre, les élèves se regroupent à la grotte mariale pour réciter le
chapelet à partir de 17h15. La dévotion mariale est grande au Burkina Faso. Des voisins du quartier
viennent s’ajouter aux élèves
pour se confier à la mère de
Jésus Christ. Dans chaque
classe, il y a un garçon et une
fille comme responsables
chrétiens. Chaque classe est
organisée comme une CCB,
(communauté chrétienne de
base). Les responsables
informent leurs classes et
organisent les équipes
d’animation du chapelet, les
équipes pour le chant, les
groupes de lecture et la
récitation du chapelet. Ainsi
chaque classe, à tour de rôle, est
impliquée de façon quotidienne.
En somme, la vie scolaire au GSSV est fort intéressante. La communauté éducative travaille d’arrache-
pied pour l’épanouissement de tous ces élèves qui lui sont confiés. L’ambiance est bon enfant. Que Dieu
bénisse les efforts du GSSV dans sa détermination d’éduquer des hommes et des femmes de demain,
pour un Burkina prospère, un Burkina émergent.
Gabriel OUEDRAOGO, Csv

4
RENTRÉE SCOLAIRE au préscolaire de Saint Viateur

Lundi, le premier
octobre 2019, les
enfants de 3 à 5 ans ont
fait leur rentrée scolaire
accompagnés de leurs
parents. Nous avons
160 enfants répartis en
trois classes avec deux
monitrices par classe et
Frère Jocelyn Dubeau, DG, la présidente de l’APE, son fils de 4 ans, Père Gabriel une stagiaire. Cette
Ouédraogo, aumônier, Frère Victor Zongo, directeur et les monitrices
année, nous avons un
homme comme moniteur pour remplacer une monitrice en congé de maternité. Sa présence fut remarquée
par les parents car il y a peu d’homme dans le domaine de la petite enfance. Le frère Victor ZONGO est le
directeur du préscolaire en même temps que du primaire. Les enfants sont accueillis à partir de 6h30 du
matin et remis à leurs parents au plus tard à 13h30 ; cependant les activités pédagogique commencent à 8h et
se terminent à 11h30. Les enfants font de l’éveil mathématique, de l’éducation motrice, des activités
perceptivo-sensorielle, des activités de prélecture, des travaux manuels ainsi que de l’éducation musicale. Le
programme est établi par le Ministère de l’Éducation Nationale. Les enfants viennent du lundi au vendredi.
Pour aider les parents, l’école offre aussi un service de garde de 12h00 à 17h00, où les enfants mangent,
dorment puis s’amusent avec les éducatrices. Les parents viennent les rechercher au plus tard à 18h30. Nous
recevons beaucoup de demandes, pour sélectionner les élèves, nous organisons un tirage selon le nombre de
places disponibles. Nous avons de la demande pour ouvrir deux classes par niveau, malheureusement nous
n’avons pas les locaux pour les recevoir.

L’ensemble des parents avec leurs enfants devant l’équipe des monitrices et moniteur

L’ensemble des parents avec leurs enfants devant l’équipe des monitrices et moniteur
5
RENTRÉE SCOLAIRE aux Cours du Soir de Saint Viateur

Samedi 13 octobre, environ 500 élèves du cours du
soir sont venus à l’auditorium pour recevoir les
consignes de l’année ainsi que l’explication du
règlement intérieur. Nous avons cette année 20
classes dont 6 du primaire, 8 du post primaire et 6 du
secondaire. L’effectif total est présentement à 998
élèves. Une tenue scolaire est exigée pour faciliter la
gestion des apprenants. Les cours commencent à Une classe de quatrième
18h30 et se terminent à 21h30. Il y a aussi des cours
pour les classes d’examens les mercredis et samedis après-midi. Une équipe de 57 personnes
travaillent directement pour le cours du soir. (45 professeurs, 6 instituteurs, 6 en administration)
Les cours ont commencé le 15 octobre 2018.

Les effectifs du jour au Groupe Scolaire Saint Viateur, 2018-2019
Niveau d’enseignement Nombre d’années Nombre de classes Nombre d’élèves
Préscolaire 3-5 ans 3 ans 3 161
Primaire 6-11 ans 6 ans 6 349
Post primaire 12-15 ans 4 ans 16 952
Secondaire 16-18 ans 3 ans 9 553
TOTAL 34 classes 2015

Le GSSV un centre de catéchèse
Le lancement des activités catéchétiques
Tout viateur est catéchiste, avec pour mission capitale de susciter des communautés où la foi est
vécue, approfondie et célébrée. Dans cette perspective, le Groupe Scolaire Saint Viateur relevant de la
paroisse Notre Dame de Fatima de Dassasgho, ouvre ses portes pour l’éducation de la foi en offrant la
catéchèse aux enfants, aux jeunes, et aux adultes. Du coup, le GSSV est devenu un centre de catéchèse ce
qui est une aide inestimable pour la paroisse. Concrètement parlant, le Centre de Catéchèse Saint Viateur
comprend trois (3) sections : la section enfance, la section jeune, et enfin la section adulte. Cette année le
nombre des catéchumènes est plus de 700 catéchumènes toutes sections confondues.
Deux activités ont marqué principalement pour l’instant l’année catéchétique 2018-2019. Il s’agit
d’abord de la récollection des animateurs et animatrices de la catéchèse communément appelés Papas et
Mamans catéchistes qui a eu lieu le 21 septembre 2018 dernier autour du thème : « Témoins du Christ »
afin de se ressourcer pour mieux enseigner la doctrine de l’Eglise Catholique romaine. La récollection a été
animée par le responsable du centre, le frère aumônier Gabriel OUEDRAOGO, diacre. Apres la messe
présidée par le P. Jean Marc PROVOST nous avons eu un repas fraternel.
Pour ce qui est des cours de catéchèse, ils ont débuté le 03 octobre 2018 avec au total vingt-trois
(23) classes ouvertes, quinze (15) pour la section enfance, quatre (4) pour les jeunes et enfin quatre (4)
classes pour les adultes.
La seconde activité concerne la messe de rentrée catéchétique qui a eu lieu le dimanche 28 octobre
2018 au sein du GSSV à l’Auditorium. Ce fut une occasion de confier au Seigneur l’année catéchétique du
centre. La messe était présidée par le Père Jean-Marc PROVOST, toujours disponible.
Benjamin KONE, Csv

6
L’Etablissement Louis Querbes de Banfora
Les effectifs du jour à l’Établissement Louis Querbes, 2018-2019

Niveau d’enseignement Nombre d’années Nombre de classes Nombre d’élèves
Professionnel 15-20 ans 2 ans 5 73
Technique 16-19 ans 3 ans 6 234
Post primaire 12-15 ans 4 ans 7 411
Secondaire16-18 ans 3 ans 5 192
TOTAL 23 classes 910

Le Thème Pastoral à ELOQ

« Querbésiens, dans la foi et le travail, ensemble visons l’excellence »

Tel est le thème proposé par l’aumônerie pour vivre l’année scolaire 2018-2019. Le thème s’articule
sur la Foi, le Travail et l’Excellence comme l’objectif principal à viser.

Ayant pour objectif « l’excellence », celle-ci ne peut être atteinte que par la culture et le vécu de
certaines valeurs comme la Foi, le Travail et l’Unité. Que Dieu qui nous connaît plus que nous-mêmes nous
aide à comprendre davantage et à vivre cet objectif afin que son Saint Nom soit adoré et aimé, à jamais !
Amen.

Messe de rentrée à l’Etablissement Louis Querbes de Banfora
Samedi 20 octobre, date choisie par la Direction de l’Établissement pour rendre grâce à Dieu
pour l’année écoulée et lui confier la présente. Ce fut une messe pendant laquelle la
solennité était visible, puisqu’ elle a été présidée par le Père Norbert ZONGO csv, Président
du Conseil d’administration de L’ELoQ. On a également eu la présence du Supérieur de la
Fondation, le Père Macaire SANDOUIDI csv, et le Père Wilfried SIMFEA, Don Orione.

Les célébrants Madame le Gouverneur des Cascades
7
Au cours de cette célébration eucharistique, nous avons eu la présence des hauts
responsables de notre région, à savoir la présence de Madame le Gouverneur de la Région
des CASCADES, le Directeur Régional de l’Education et tous les acteurs de l’éducation de
la Région. Notons également la présence de toutes les communautés religieuse enseignantes.
Cette messe était également marquée par la
commémoration de la fête de Saint Viateur. A
la fin de la messe, lors des différentes
interventions, Madame le gouverneur a d’abord
félicité l’établissement pour les beaux résultats
et également elle a invité l’établissement à
maintenir haut le flambeau de la région et à
faire plus. Egalement le Directeur Général, le
F. Benjamin OUEDRAOGO, après son mot de
bienvenue, a encouragé quelques enseignants
assidus en offrant des cadeaux symboliques.
Ce fut une belle fête soldée d’abord à la fin de
la matinée par un repas fraternel pour toute la
communauté éducative (le personnel, les
invités, les élèves).
A 15h, le foot étais au programme, d’abord les
élèves du 1 Cycle ≠ le 2 Cycle, un match soldé par 3 buts à 1 en faveur du 2nd Cycle ; et à
er nd

16 h, Professeurs contre élèves, un match soldé par un à zéro : un but aux professeurs grâce à
notre meilleur buteur le Frère Kingsley Ogudo. Après le match, nous avons eu une séance
d’aérobie.
En outre il faut noter que cette année nous avons 843 élèves pour les cours du jour, sans
compter ceux de la Formation professionnelle (73) et ceux des cours du soir (78).

8
Le postulat déménage à Dassasgho/Ouagadougou

Le dimanche 21 octobre 2018, la communauté de Dassasgho a accueilli officiellement
quatre nouveaux postulants. Des représentants de la communauté des étudiants de Saaba étaient
présents à la cérémonie.

Les postulants ont vécu 24 heures de silence au noviciat le 20 octobre pour se préparer à
vivre cette étape. Durant la cérémonie chacun a exprimé ses motivations et le Maître des
Postulants, le père Jean-Marc, leur a remis la médaille de Saint Viateur (celle qui était autrefois
sur le chapelet des religieux) et le livre Prière du temps présent.

OUÉDRAOGO Arsène, AYENA Grégoire, le Maître Jean-Marc, KIENTEGA Etienne, DABOU Johanny

9
Focus sur la communauté étudiante de Saaba/ Ouagadougou

« Ce jour que fit le Seigneur est un jour
de joie, alléluia » c’est par ce chant que nous
avons dit que ce jour tant attendu est enfin
arrivé. L’attente n’est plus de cet ordre. Nous s’y
sommes maintenant. Plus d’un an d’attente, à
scruter l’horizon, à se demander à quand ? oui
c’est fini, elle est là, c’est une réalité en nos
yeux. Nous parlons ici de la résidence des
étudiants de la fondation viatorienne au Burkina
Faso. La quatrième insertion en terre des
hommes intègres. La troisième dans la capitale
c’est à dire dans la ville de Ouagadougou.
En effet, la résidence des étudiants de la Fondation viatorienne du Burkina Faso s’est ouverte en cette
année pastorale 2018-2019. C’est le 14 septembre 2018, le jour de la « Croix Glorieuse » que les frères
Désiré LEGMA et Victor ZONGO sont arrivés pour leur première nuit dans la nouvelle résidense. Les
autres frères membres de la communauté sont arrivés les jours suivants.
La communauté de la résidence des étudiants est située à l’Est de la ville de Ouagadougou dans une
commune rurale nommé Saaba. La commune Saaba est dense en population dû à sa proximité avec le centre
-ville Ouagadougou. La plupart de la population fait la navette entre la commune rurale et la grande ville
Ouagadougou. Elle parcourt environ une quarantaine de kilomètres à l’aller et au retour. C’est dans cette
commune rurale que les Clercs de Saint-Viateur du Burkina Faso ont choisi pour installer leur quatrième lieu
d’insertion dans le pays des hommes intègres. Dans le communiqué n°3 du 20 juin 2018, le conseil, par le
Supérieur de la Fondation, annonçait l’ouverture de la communauté des étudiants à Saaba. Saaba est une
zone où nous retrouvons plusieurs écoles supérieures et de centre de formation des instituteurs. De ce fait,
nous avons aussi la présence de plusieurs congrégations. La paroisse Saint André est à quelque pas de notre
résidence.
Une nouvelle insertion
pleine de défis d’ordre
communautaire et académique,
une nouvelle communauté à
bâtir, composée presque
iniquement d’étudiants sauf le
supérieur local qui travaille au
Groupe Scolaire Saint Viateur.
La communauté a pour défi : la
réussite des études. La première
rencontre communautaire de la
résidence des étudiants de Saaba
a eu lieu le dimanche 23
septembre 2018 pour jeter les
bases de notre vivre ensemble.
C’était une rencontre fraternelle et pleine d’espoir pour l’avenir.

10
Les membres sont déterminés à cultiver l’excellence dans leurs lieux de mission. La communauté
compte 9 membres. Voici l’identité de chacun.

Frère Désiré LEGMA, Etudiant en
philosophie, Institut Supérieur Privé de
Philosophie/Maison Lavigerie.

Frère Irénée HIEN, Etudiant en 2e année
philosophie, Institut Supérieur Privé de
Philosophie/Maison Lavigerie.

Frère Fulbert M. BAMAZE, Etudiant en 2e
année philosophie, Institut Supérieur Privé
de Philosophie/Maison Lavigerie.

Frère Alain Cyrille OUEDRAOGO,
Etudiant en 2e année Finance comptabilité
Audit, Université Saint Thomas d’Aquin.

Frère Michel-Pio DA, Etudiant en 3e année
Finance comptabilité Audit, Université
Saint Thomas d’Aquin.

Frère Fulbert SAM, Etudiant en 3e année à
la faculté des Sciences et technologie
département Agro-Sylvo-Pastorale, Option
production animale Université Saint
Thomas d’Aquin.

Frère Clément OUEDRAOGO, Etudiant en
informatique, Université Aube Nouvelle.

Frère Herman S. PALE, Etudiant en 3e
année Mathématiques – Physique –
Informatique, Université Norbert ZONGO
de Koudougou.

Frère Victor ZONGO,
Supérieur de la communauté.
Directeur du Préscolaire et du Primaire au
Groupe Scolaire Saint Viateur.
Frères Désiré LEGMA et Victor ZONGO

11
Echo de la communauté du noviciat
Voilà un jour qui s’élévé commé lés àutrés
jours màis qui viént àvéc uné touché pàrticuliéré
dàns nos viés. Cé jour fut célui du 31 àout 2018,
jour officiél dé notré éntréé àu noviciàt. Ainsi, cé
jour connàîtrà lé ‘‘pas de plus’’ qué nous posons
pour là suité du P. Louis-QUERBES. Il étàit 11h
quànd lés Viàtéurs dé là fondàtion du BURKINA
prénàiént plàcé dàns notré modésté chàpéllé du
noviciàt. Lés futurs profés chàrgés dé là liturgié
éntonnént, pour àccuéillir lés prétrés, lé chànt
suivànt : « Séignéur tu m’àssociés à ton œuvré
d’àmour, jé mé consàcré à toi pour lé mondé. Accuéillés moi, qué jé sois uné offràndé pàrfàité ». Là
célébràtion fut présidéé pàr lé supériéur dé là fondàtion, lé P. Màcàiré SANDOUIDI ét concélébréé pàr
lé péré màîtré, Norbért ZONGO. Dàns son homélié, lé célébrànt nous à indiqué lé chémin d’un noviciàt
épànoui ét réussi. Il s’àgit dé sàvoir qu’on ést vénu pour Diéu ét qué lés formàtéurs répréséntént Célui
pour qui nous sommés là. Pàr conséquént, là confiàncé én nos formàtéurs nous pérméttrà dé tirér
profit dé cé témps dé l’initiàtion à là vié réligiéusé.
Aprés là lécturé dé nos motivàtions ét là déclàràtion
du début dé notré noviciàt pàr lé supériéur dé là fondàtion,
nous àvons posé nos signàturés montrànt notré éngàgémént
libré pour suivré cétté formàtion én vué d’étré à là hàutéur
dé nos motivàtions. Viénnént énsuité lés félicitàtions dés
frérés présénts à là cérémonié.

A là fin dé là célébràtion, dàns là joié
fàmiliàlé, lé chànt én honnéur dé Sàint
Viàtéur étàit unànimémént éntonné à
tràvérs uné pluié dé photos dévànt là
chàpéllé.

L’équipé du noviciàt ést composéé àinsi :
Màîtré : P. Norbért ZONGO (à gàuché) ;
Socius ét économé : F. Frànçois Péngdwéndé ZOMA (à droité);
Novicés : Piérré Clàvér PODA ét Càsimir OUEDRAOGO

12
Pour pàrfàiré là fété, un répàs fràtérnél étàit à
l’honnéur àux énvirons dé 13h. Aprés célà
nous comménçons lés prépàràtifs dé là
célébràtion dés prémiérs vœux dé nos àînés
novicés (Richàrd KOLOGO ét Jéàn-Bàptisté
YABE) qui àurà liéu lé léndémàin 1ér
séptémbré 2018

Pour les nouveaux novices, quelques visites …
Sàvoir d’ou on viént, nous pérméttrà dé compréndré ou on ést ét sàurà qué fàiré pour sàvoir ou
on và. Pour cé fàiré, nous àvons éu déux visités dé courtoisié pour compréndré ou on ést. Il s’àgit dé là
visité àu chéf dé Boàssà ét dé là visité àu P. Michél Allàiré.

Le maître et ses novices en partance chez le chef de Boassa
Là visité chéz lé Chéf, nous à pérmis dé connàîtré l’histoiré dé là locàlité ou sé situé notré
noviciàt. Nous àvons été àccuéillis pàr lé Chéf dé Boàssà à là démàndé du Péré màîtré. Voici quélqués
informàtions sur Boàssà :
Pouvez-vous nous relater brièvement l’histoire de Boassa ? Chef : Hum vous àussi vous
fàités commé lés étudiànts qui font lés énquétés pour léurs mémoirés ? Bon Boàssà à comméncé
commé lés àutrés villàgés.
Comment Boassa a commencé ? D’àprés qué c’ést l’époqué dé NAABA OUBRI. Nous né
sommés pàs d’ici. Nos àncétrés étàiént àu ciél. Màis il y àvàit un bàsfond ici ét il y àvàit dé l’éàu. Donc
nos àncétrés déscéndàiént pour y préndré léur bàin. Il sé trouvàit qué lés hàbitànts dé Ouàgàdougou
qui vénàiént ici énténdàiént lé bruit dé l’éàu ét dés voix. Répàrtis à Ouàgà ils ont informé lé Moogho
Nààbà. Célui-ci léur ordonnà dé càssér (coupér) là cordé pàr làquéllé ils déscéndént ét rémontént.
C’ést àinsi qu’ils càssérént là cordé ét quànd nos àncétrés voulàiént répàrtir il n’y àvàit plus dé cordé
ét ils y sont réstés. Et commé on àvàit plus nullé pàrt ou àllér nous àvons été réçus pàr lé Wogdnààbà
commé sés étràngérs ;
Et pourquoi le nom Boassa ? Boàssà pàrcé qué nous sommés vénus sàns rién ét étànt
contràints dé réstér, n’àyànt plus là cordé pour répàrtir, nous àvons dit qué c’ést àu Moogho Nààbà
13
qué nous àllons démàndér : « moog nààb làd nà bôosse d’ou Boàssà » ; c’ést-à-diré c’ést àu Moogho
Nààbà qué nous àllons démàndér !
Qui est le chef de Boassa ? Commé lés àutrés chéfs, mon nom dé chéfférié c’ést Nààbà Bulgà ;
« Wéndbulglàlsààgà tà koom tot sààbo » : lé puits dé Diéu compté sur là pluié ét son éàu né tàrit
jàmàis.
Quel rapport entretenez-vous avec les confessions religieuses ? Pàs toujours fàcilé màis on
àrrivé à s’énténdré. Surtout qué là tràdition éxigé cértàinés chosés intérdités pàr lés réligions révéléés.
Pàr conséquént, çà éntràvé cértàinés pràtiqués pour là géstion du villàgé. Pàr éxémplé il y à dés
pérsonnés qui sont déstinéés à étré résponsàblés dé léurs quàrtiérs màis qui préférént cédér à léurs
pétits frérés pàr cé qu’ils né pourront pàs fàiré cértàinés chosés àu nom dé léur foi.
Avec la situation d’insécurité que connaît notre pays à travers les attaques terroristes,
ne pensez-vous pas à la nécessité du dialogue interreligieux pour bouter hors de nos frontières
ces actes ? Oui, célà ést évidént. Màis qué l’on véuillé ou pàs cé diàlogué éxisté déjà dàns sà formé
informéllé. Si l’on prénd pàr éxémplé à Boàssà, ici, dàns uné mémé fàmillé on à, à là fois, dés chrétiéns,
dés musulmàns ét dés àdéptés dé là réligion tràditionnéllé. Màis
ils tiénnént dés réncontrés dé fàmillé. Donc, ils àrrivént àinsi à
àllér àu-délà dé léurs divérgéncés réligiéusés pour s’àccordér
sur léur àppàrténàncé humàiné ét biologiqué.
Quelques jours après, nous nous sommes rendus chez le
père Michel ALLAIRE pour s’enquérir de l’histoire de la
maison de notre noviciat.
Première session inter-noviciat au Centre Unitas de Koudougou du 22 au 27 octobre 2018
Cétté prémiéré séssion intér-noviciàt portàit sur lé thémé dé là connàissàncé dé soi. Ellé fut àniméé
pàr lé Fr Simon OUEDRAOGO, réligiéux dés Frérés dé là Sàinté Fàmillé. Uné séssion qui ést vénué à
point nommé, càr nous àvons pu détérminér nos typologiés à tràvérs lés àttitudés ét lés fonctions qui
nous dirigént quotidiénnémént. Dé là nous àvons su qu’il fàut téntér dé compréndré l’àutré dàns son
àgir ; càr cé n’ést pàs toujours volontàirémént ou pàr éxprés pour nous fàiré màl qu’il àgit àinsi ét non
pàs àutrémént. Là connàissàncé dé là structuré du psychismé nous à pérmis dé sàvoir qu’il fàut uné
lutté pérmànénté pour étré soi-mémé én vué dé ménér uné vié réligiéusé àuthéntiqué.

Lés 3 novicés Càméliéns, lés 2 novicés
Viàtoriéns, lés 2 novicés Dominicàinés àvéc lé
conférénciér, fréré dé là Sàinté Fàmillé.

14
Apostolat auprès des jeunes

Le samedi 27 octobre 2018, les jécistes du Burkina Faso, militants et anciens, et sympathisants de la JEC se
sont réunis au Groupe Scolaire Saint Viateur à l’occasion d’un diner-gala. Placé sous le patronage de son Éminence
le Cardinal Philippe Ouédraogo et du co-parrainage de monsieur Pengdwendé Clément Sawadogo, ministre de la
sécurité, ancien responsable national de la JEC (1978-1979), et monsieur Raymond Naon, Directeur des ressources
humaines à Nestlé Côte d’Ivoire, ancien jéciste, ce diner-gala avait pour but de susciter des souscriptions pour
mobiliser les ressources nécessaires à la réalisation de ce projet intergénérationnel qu’est la construction d’un siège.
Pour cette soirée, les souscriptions ont été évaluées à plus de 6 000 000 de FCFA pour un budget de 64
millions à mobiliser. Le chemin peut paraître long mais les jécistes, actuels et anciens, se disent motivés à poursuivre
jusqu’au bout ce projet plus que nécessaire pour l’épanouissement de la jeunesse burkinabè. Le patron et les co-
parrains de ce diner n’ont pas manqué de témoigner leurs encouragements et leur engagement à soutenir cette
initiative. Le frère François SAVADOGO est conseiller religieux pour l’équipe nationale et s’est beaucoup investi pour
la réussite du Gala.
On ne peut que souhaiter bon vent à la JEC du Burkina Faso, et dire avec le Patron du diner-gala, son
Eminence le Cardinal: « Duc in altum » (c'est-à-dire « Allez au large »)

On dit quoi au pays ?
VISITE DE LA GOUVERNEURE DU CANADA la Très Honorable Julie Payette
A l’occasion de la visite d’État au Burkina Faso, la Très
Honorable Julie Payette, Gouverneure générale du
Canada, a été reçu le mardi 23 octobre 2018 au Palais de
Kosyam par le Président Roch Marc Christian Kabore.
Devant les députés burkinabè, elle a déclaré : ‘’Le Canada
est le plus important investisseur privé au Burkina Faso.
Nous sommes très fiers et nous souhaitons continuer
dans la même direction car nous sommes des alliés, des
amis et des partenaires. Nous devons continuer à
travailler ensemble. C’est la raison pour laquelle nous
sommes ici aujourd’hui pour témoigner de notre
engagement renouvelé pour le Burkina Faso’’.
Le jeudi 25 octobre, elle a rencontré, à l’Espace culturel
Gambidi, l’ensemble des ressortissants canadiens ainsi qu’un grand nombre de collaborateurs.
Le P. Jean-Marc Provost, csv, était présent. Il savait que Julie était une Scientifique, Astronaute en chef de
l’Agence spatiale canadienne entre 2000-2007, mais il ignorait son talent de chanteuse professionnelle…
étonné de la voir arriver au micro et donner des salutations chantées d’une voix magnifique, pleine de
douceur, créant ainsi un climat d’accueil, de respect et d’intimité. Il a retenu, entre autres, les paroles
suivantes : ‘’Le Burkina Faso est un pays unique et d’une grande richesse.’’ ‘’Seul, on va plus vite, mais
ensemble, on va plus loin.’’ Jocelyn Dubeau, csv

15
Nos Félicitations

La Directrice Générale, Madame Andréa BALMA

Le père Jean-Marc PROVOST et le frère Victor ZONGO

Jocelyn DUBEAU, csv
16
Le lundi 29 octobre 2018, le Maire de l’arrondissement 10 de Ouagadougou a félicité les
meilleures écoles du primaire. Le Groupe Scolaire Saint Viateur était parmi les lauréats.

Mlle COMPAORÉ S. Jedida Mariane est la première au CM2,
elle a gagné un vélo et des fournitures scolaires.

Madame BOUBA/MINOUGOU Chantal,
institutrice de CM2, a reçu un sac et une
attestation pour son travail par le maire Quatre de nos élèves ont été félicités pour leur rendement académique.

Encore une fois, notre école
est reconnue par les autorisés
pour son travail de qualité.
Toutes nos félicitations à
l’équipe éducative du
primaire et à son premier
responsable, le frère Victor
ZONGO.
Nous recherchons du
financement pour aménager
une aire de repos pour le
primaire. Merci à ceux qui
veulent nous soutenir.
Prix pour les meilleurs directeurs/directrices du primaire, le frère ZONGO Victor a reçu une
attestation et un sac de cuir.
17
18