You are on page 1of 9

Chapitre 2

PROPRIETES DES MATERIAUX DE


CONSTRUCTION
1. Propriétés des matériaux de construction
Pour pouvoir utiliser judicieusement les matériaux de construction il est indispensable de
connaitre leurs propriétés.
Les propriétés principales des matériaux peuvent être scindées comme suit :
 Propriétés physiques : la dimension; la densité; la masse volumique, la porosité, la couleur,
etc..,
 Propriétés mécaniques: la résistance en compression, en traction, en torsion etc..
 Propriétés chimiques : PH ; l’alcalinité, teneur en sulfate ; teneur en chlorure ; teneur en
matière organique etc..
 Propriétés physico-chimiques : l'absorption, la perméabilité, le retrait et le gonflement etc..
 Propriétés thermiques : la dilatation, la conductivité thermique, la résistance et comportement
au feu, etc..
 Propriétés acoustiques : absorption acoustique, affaiblissement acoustique, etc…
 Etc…

Les propriétés thermiques et acoustiques sont considérées aussi comme propriétés


physiques.
Dans ce cours, seules les principales propriétés d’usage courant seront présentées.
2. Les propriétés physiques :
Les propriétés physiques sont les propriétés intrinsèques du matériau.
Un matériau est constitué d’une, deux ou de trois phases de la matière. On peut trouver du
solide, du liquide ou du gaz ou une combinaison des trois matières. Les matériaux courant
de génie civil sont en majorité solides. Des vides peuvent exister et sont remplis soit d’un
liquide (eau en général) ou d’un gaz (air en général).
En masse En poids
Ma
Gaz (air ou autre) Va Wa
Gaz (air ou autre) Va

Mw Vw Ww Vw
Liquide (eau ou autre) Liquide (eau ou autre)
V V
M W

Solide c Vs Solide c Vs
Ms Ws

La masse ou le poids du gaz est négligeable (Mg =Wg = 0) devant celui du liquide ou du
solide.
2.1 : les masses et les poids volumiques :
La masse volumique d’un matériau est la masse de l’unité de volume de ce matériau. On
distingue:
- La masse volumique absolue pour un corps solide, notée s (exprimée en g/cm3 ou kg/dm3
ou t/m3), est la masse de l’unité de volume de la matière qui constitue le matériau sans tenir
compte du volume des vides.
Ms
s 
Vs
- La masse volumique apparente, notée , est la masse de l’unité de volume constitué par la
matière et les vides qu’elle contient.
M

V
Le tableau suivant donne un aperçu des masses volumiques des matériaux usuels du Génie
Civil.
Tableau 1 : masses volumiques de certains matériaux
3 3
Matériau Masse volumique absolue s (kg/m ) Masse volumique apparente  (kg/m )
Acier 7850 7850
Aluminum 2700 2700
Cuivre 8850 8850
Fonte 7250 7250
Grès 2500 2500
Caoutchouc 1300 1300
Marbre, granit 2800 2800
Calcaire 2500 à 2700
Gravier 1400 à 1700
Ciment 2900 à 3100 1000 à 1100
Sable 2600 à 2700 1500 à 1900
PVC 1350 1350
Tuile cuite 2300
Verre 2500 2500
Remarque : si s > , cela indique une présence de vides dans le matériau.
De la même façon, on définit les poids volumiques :

- le poids volumique absolu :  s  W s (kN/m3)


Vs
- le poids volumique apparent : W (kN/m3)
 
V
La densité d’une substance est le rapport de la masse volumique de la substance à celle de
référence. Pour les liquides et les solides, l’eau est prise comme référence. Pour les gaz, l’air
est pris comme référence.
2.2 – Porosité – Compacité :
La porosité est le rapport du volume vide au volume total.

On peut aussi définir la porosité n comme le volume de vide par unité de volume apparent.
Vv
n
V
La compacité c est le rapport du volume des pleins au volume total.
Vs
c
V
La porosité et la compacité sont liées par relation: n+c=1 (ou 100%)
Pour un matériau sec, on peut déterminer la compacité ou la porosité à partir des masses
volumiques.
Ms
V V M  
c s  s. s  V  n  1
V V Ms Ms  s s
Vs
2.3 – Propriétés thermiques :
Plusieurs propriétés thermiques des matériaux de construction doivent être connues pour
orienter le choix de leurs utilisations.
Les matériaux ont plusieurs propriétés thermiques tel que : la conductivité thermique, la
capacité thermique, la résistance thermique, la dilatation thermique,…
 La conductivité thermique est la capacité d’un matériau de laisser passer la chaleur à
travers son épaisseur. Elle est appréciée par le coefficient de conductivité thermique qui
est égal à la quantité de chaleur traversant un échantillon de matériau de 1 m d’épaisseur
et de 1 m2 de surface, pendant une heure, avec une différence de température entre les
deux faces de 1 0C. Elle s’exprime en W/m.0C. Elle caractérise le transfert de chaleur à
travers un matériau. Dans les métaux, les électrons libres sont responsables de la
transmission de la chaleur. Dans les matériaux non métalliques, il n y a pas d’électrons
libres, la vibration élastique des atomes est responsable de la conduction. Les matériaux
non métalliques sont moins conducteurs que les matériaux métalliques.
Le tableau 2 donne des exemples de valeurs de .
Tableau 2 : Conductivité thermique de certains matériaux
Masse volumique Conductivité
Matériaux Composition
kg/m3 thermique  (W/m.°C)
Air sec 1.3 0.02
Béton plein 2200 à 2400 1.75
Béton traditionnel
Béton caverneux 1700 à 2100 1.4
Béton léger Béton à l’argile expansée 1000 à 1600 0.46 à 0.52
Béton cellulaire 400 à 800 0.16 à 0.33
Bois Bois feuillus (chêne, hêtre, frêne) 800 à 1000 0.23
Panneaux de particules Pressées à plat 600 à 700 0.15
Eau 1000 1
Laine de verre 30 à 100 0.041
Laine de roche 30 à 100 0.041
Comprimé 500 0.1
Liège
Expansé dur 100 à 150 0.043
Classe I 9 à 13 0.044
Polystyrène expansé
Classe II 13 à 16 0.042
Acier 7850 52
Cuivre 8850 380
Zinc 7130 112
Pierre dures 2350 à 2580 2.2
Pierres calcaires Pierres fermes 2160 à 2340 1.7
Pierres tendres 1650 à 1840 1.05
Asphalte Pur 2100 0.7

 La dilatation thermique : Le coefficient de dilatation thermique peut être définit comme


le taux de la variation de longueur avec la température, pour l’unité de longueur.
1 dl
 . (m/m.°C)
l dT
Le tableau 3 donne des exemples de valeurs de .

Tableau 3 : Dilatation thermique de certains matériaux


Dilatation thermique 
Matériaux
(m/m.°C)
Acier - Fonte 11,5.10-6
-6
Aluminium 23,1.10
-5
Béton 1.10
Caoutchouc variable
-6
Cuivre 16,5.10
Enduit monocouche 9.10-6
8. 10 à 11. 10-6
-6
Mortier de ciment
Laine minérale 0.00025
Liège 0
Pierre naturelle 5. 10-6 à 13. 10-6
Plâtre 18. 10-6
Terre cuite 5. 10-6

2.4 – Autres propriétés physiques :


Il existe plusieurs autres propriétés physiques des matériaux tel que :
 Les propriétés acoustiques : la résistance acoustique, l’absorption acoustique,
 Les propriétés thermiques : la capacité thermique, la fatigue thermique,…
 Les propriétés électriques : la résistance électrique, la conductibilité électrique,…
 Les propriétés magnétiques
 La couleur
3. Les propriétés mécaniques :
Le comportement mécanique peut être considéré comme la caractéristique essentielle de la
majorité des matériaux du Génie Civil. Ces matériaux sont soumis à des efforts de traction,
compression, cisaillement, torsion, fatigue,….
Tout ensemble de forces extérieures sur un corps engendre des contraintes (normales  ou
cisaillement ), qui provoquent des déformations.
Toute contrainte provoque la déformation puis la rupture du corps. Les lois de la mécanique
des milieux continus donnent les différentes relations entre la contrainte et la déformation.

3.1 : Déformation élastique – Déformation plastique


Lorsque l’on effectue un essai de mise en charge et si, après
décharge le corps reprend les mêmes formes qu’il avait avant l’essai
et qu’il ne reste aucune déformation résiduelle, on dit que le corps a
un comportement parfaitement élastique (Fig 2). De nombreux corps
soumis à des charges peu élevées ont un comportement presque
élastique et la déformation est approximativement proportionnelle à la Figure 2 : déformation
élastique
contrainte. Si l’on reporte les mesures sur un diagramme contrainte
(σ) et déformation (ε), on obtient une ligne droite. Ce type de
déformation est appelé élasticité linéaire.
La déformation est dite plastique, si après décharge le corps ne
reprend pas les mêmes formes qu’il avait avant l’essai, il reste
quelques déformations (fig 3). Cette déformation est appelée aussi
déformation résiduelle.

Figure 3 : déformation
3.2 : Résistance à la traction plastique
La résistance à la traction d’un matériau est définie comme étant la résistance maximale
atteinte par le matériau durant un essai de traction selon un processus d’essai normalisé.
Si l’échantillon a une section S et la force maximale supportée par le matériau
avant rupture étant F, alors la résistance à la traction est :
F
t  (en MPa)
S

L’essai se réalise sur des éprouvettes de différentes formes suivant la nature du matériau
(fig. 4). F F F

F
F
F F Attention, formule spécifique

Figure 4 : différentes éprouvettes pour l’essai de traction

La représentation du résultat de l’essai se fait sur une courbe (, ) ou (l, F). Trois
comportements sont possibles pour un matériau. 

 Comportement fragile : Le matériau ne présente pas de


comportement plastique. La rupture se produit dans la zone
de déformation élastique. Le verre, le béton, la céramique, la 
fonte.. sont des matériaux fragiles.


 Comportement ductile : une déformation plastique


permanente suit la déformation élastique. La majorité des

métaux présentent ce type de comportement

 Comportement élastique non linéaire : la déformation
élastique n’est pas proportionnelle à la charge qui la
provoque. Ce type de comportement caractérise certains
polymères et élastomères. 
3.3 : Résistance à la compression
La résistance à la compression d’un matériau est définie comme étant la résistance
maximale atteinte par le matériau durant un essai de compression selon un processus
d’essai normalisé.
Si l’échantillon a une section S et la force maximale supportée par le matériau avant rupture
étant F, alors la résistance à la compression est :
F
c  (en MPa)
S

L’essai consiste à soumettre une éprouvette de forme cylindrique à 2 forces axiales


opposées.
La forme de l’éprouvette, son élancement, les forces de frottement matériau/plateau influent
considérablement sur le résultat.
L’essai de compression ne permet pas d’atteindre la rupture si le matériau est ductile. Cet
essai est surtout utilisé pour les matériaux fragiles tel que le béton et la céramique.

3.4 : Résistance à la flexion


La résistance à la flexion est définie comme étant la résistance maximale atteinte sur la face
inférieure d’une éprouvette, en général, prismatique de section (bxh) soumise à un essais de
flexion trois points ou quatre points (fig. 5).
F F

L L

Flexion trois points Flexion quatre points

Figure 5 : essais de flexion


pour la flexion trois points : pour la flexion quatre points :
3 F.L 3 F.(L  l)
Rf  Rf 
2 b.h² 2 b.h²
La résistance à la traction sur certains matériaux (comme le béton) est difficile à réaliser. On
réalise l’essai indirect de traction par flexion.
Cet essai est réalisé généralement sur des éprouvettes prismatiques en mortier ou en béton.
On le réalise aussi sur les bordures de trottoir, les carreaux en céramique, les carrelages, les
dalles,…
3.5 : Autres propriétés mécaniques
Il existe plusieurs autres propriétés mécaniques des matériaux tel que :
 La résistance au cisaillement : la contrainte de cisaillement est tangentielle à la section
 La fatigue : caractéristique d’un matériau soumis à des charges cycliques. Risque de
perte de résistance, perte de plasticité et augmentation de l’incertitude sur les propriétés.
 Le fluage : Lorsqu'un corps est soumis à l'action prolongée d'une force, la déformation
instantanée apparaissant lors de la mise en charge est suivie d'une déformation différée
lente, c’est le fluage (fig. 6).
 La relaxation : Lorsqu’un corps a subit une déformation déterminée, la diminution de la
contrainte dans le temps est appelée relaxation (fig. 7).
 La dureté : c’est la mesure de la résistance d’un matériau à la pénétration. En Génie
Civil, l’échelle de Mohs est encore utilisée pour les minéraux.
 La ductilité

   

t t t t

Figure 6 : Fluage Figure 7 : Relaxation

4. Les propriétés hydriques :


Ces propriétés caractérisent le comportement d’un matériau envers les fluides. L’eau est
l’ennemi numéro un du Génie Civil. Il faut choisir les matériaux les moins perméables, les
moins capillaires, ...
4.1 : la perméabilité :
C’est la propriété qu’a un matériau de se laisser traverser par un fluide pour une surface
donnée, dans un temps donné et à une pression et une température données. C’est une
propriété du système fluide – milieu poreux.
La température intervient par son influence sur la viscosité du liquide. La pression intervient
par son action sur le volume des vides.
La perméabilité d’un matériau est définie par le coefficient k et s’exprime en m/s (tableau 4).
Tableau 4 : Quelques ordres de grandeur de la valeur de k (m/s)

Perméabilité k en m/s Classification exemple de matériau


10-3 à 10-1 Perméable gravier
-5 -3
10 à 10 Sable
-9 -5 Semi-perméables
10 à 10 Sable argileux - Limon
-12 -9
10 à 10 Argile - calcaire
-14 -12 Imperméables
10 à 10 Granit

4.2 : la capillarité :
C’est la faculté qu’a un matériau d’aspirer et d’adsorber un liquide avec lequel il est en
contact (effet de mèche). Dans un capillaire (de petit rayon), l’eau peut monter jusqu’à une
hauteur qui est définie par la loi de Jurin :
2T cos 
h
r . w
Où T : la tension superficielle (8. 10-4 N/cm pou l’eau)
r : le rayon du capillaire
r
R : rayon du ménisque,  cos 
R
w : pression hydrostatique de l’eau

Plus le rayon du capillaire est petit, plus la hauteur du liquide est élevée (fig. 8).

T 
R
r = 1 mm : h = 1.6 cm
r
r = 0.1 mm : h = 1 6 cm
2r r = 10 µm : h = 16 m
h r = 0.1 µm : h = 160 m

Eau

Figure 8 : phénomène de capillarité

4.3 : capacité d’absorption d’eau :


C’est la capacité qu’a un matériau d’absorber l’eau dans lequel il est soumis en permanence.
Cette capacité est liée à la porosité interne du matériau.

5. Les propriétés granulométriques :


Les matériaux granulaires tel que le gravier ou le sable possèdent une granulométrie qui
peut être définie par une courbe granulométrique : pourcentage de tamisât en fonction de la
dimension des particules
UNITES DANS LE SYSTEME INTENATIONAL