You are on page 1of 25

Applications et Services IP

ATM

Pr. ABDELLAOUI MAROUA


Niveau: GTR2
Etablissement: ENSAF
Année universitaire: 2017-2018
Plan du cours

1. l’ATM et ses objectifs


2. Notion du circuit virtuel - Etablissement de la connexion

a. VCN
b. VPI/VCI
c. Gestion des VCNs
d. Les interfaces

3. Couche ATM
a. Cellule ATM
b. Entête ATM (UNI-NNI)
c. L’AAL
l’ATM

Qu'est-ce qu'ATM ?

 ATM (Asynchronous Transfer Mode) est un standard de télécommunications proposé


pour le RNIS Large Bande (BISDN). C'est un complément au standard STM.

 Il a été développé par le CNET (à partir de 1982) sous le nom d'ATD (Asynchronous Time
Division).
 C'est une amélioration de la commutation de paquets permettant de mieux exploiter les
liens à haut débit et de s'adapter aux exigences des nouvelles applications. Différents
travaux convergents ont été effectués par ailleurs menant à la définition de protocoles de
commutation de paquets rapide (Fast Packet Switching)
l’ATM

Qu'est-ce que STM ?

 STM (Synchronous Transfer Mode) est un standard pour le transport de paquets


contenant la voix et les données sur de longues distances. C'est un Réseau à Commutation
de Circuits. Le RNIS utilise ce type de technique.
 Les données sont envoyés sur un réseau STM en divisant la bande passante des liens STM
en Unités de Transmission appelés Intervalles de Temps (" time-slots ") ou " buckets ".
 Normalement si une connexion n'a pas de données à transmettre alors le bucket reste
vide. C'est un gaspillage de la Bande Passante. Mais dans cette technique, la BP est
garantie.
l’ATM

• ATM est le successeur de Frame Relay.


• ATM a été précédé par IP, X25, FR.

 C'est une amélioration de la commutation de paquets permettant de mieux s'adapter


aux exigences des nouvelles applications => garantir capacité et qualité des services
par connexion.
 Le protocole ATM est orienté connexion, ce qui signifie que deux machines qui veulent
communiquer commencent par établir une connexion avant d'envoyer leurs données
l’ATM

 Asynchronous Transfer Mode ATM «Mode de transfert asynchrone» est un protocole réseau
de niveau 2 à commutation de cellules.
 Les cellules ATM sont des segments de données de taille fixe, à la différence de paquets de
longueur variable, utilisés dans des protocoles du type IP ou Ethernet.
 La commutation des cellules allie la simplicité de la commutation de circuits et la flexibilité
de la commutation de paquets => Un circuit virtuel est établi, et l'ensemble des cellules
seront commutées sur ce même circuit virtuel par commutation de labels. Le chemin utilisé
dans le réseau ne varie pas au cours du temps puisqu'il est déterminé lors de l'établissement
du circuit virtuel.
 Les labels (étiquettes) permettant la commutation des cellules sont portées dans l'en-tête de
chaque cellule.
Objectifs

Quels sont les objectifs d'ATM ?

 ATM veut permettre de véhiculer tout type d'information : voix, vidéo, données. Bref
" être un réseau multimédia ".

Pour cela, il faut offrir:

 Un débit suffisant : Les applications multimédia ont besoin de liens avec des débits en
Gigabits/sec;
 une qualité de service (QoS) adaptée aux différents types de trafic : Le trafic temps réel
tolère certaines pertes mais pas de retard (comme la voix et la vidéo haute-résolution),
tandis que le trafic sans contrainte de temps réel tolère une distorsion temporelle mais pas
de perte (comme le transfert de fichiers). Sans oublier la Bande Passante.
Objectifs

Comment ATM remplit ses objectifs ?

ATM possède des caractéristiques lui permettant de remplir ses objectifs :

 ATM utilise des paquets de petite taille fixe appelés cellules.


 ATM est orienté connexion. Chaque connexion est identifiée par un numéro. Toute cellule
transportant les données porte l'identificateur de la connexion.
 ATM utilise le multiplexage temporel asynchrone.
 Différentes classes de services sont prévues pour permettre l'intégration des différents
types de trafic et répondre aux exigences des applications en terme de QoS.
 Une signalisation riche permet la mise en oeuvre de fonctionnalités adaptées
Notion du circuit virtuel - Etablissement de la connexion VCN

 Lors de la procédure d'établissement de la connexion, un circuit virtuel (Virtual Channel : VC) est donc
réservé à travers le réseau ATM.
Par exemple à l’établissement d’une connexion entre deux machines, un circuit virtuel (VC) est réservé entre les
interfaces de ces machines.
 Cette connexion est identifiée par un nombre, le VCN (Virtual Connection Number). Le VCN est le même
pour les deux interfaces, et restera le même tant que la connexion sera établie . Il peut cependant changer
à la traversée d'un switch.
Notion du circuit virtuel - Etablissement de la connexion VPI,VCI

 Le VCN (Virtual Connection Number ) se décompose en deux autres nombres:

 Ses bits de poids fort composent le VPI (Virtual Path Identifier) = numéro de conduit virtuel.
 Ses bits de poids faible le VCI (Virtual Channel Identifier) = numéro de canal virtuel.

 Cette décomposition permet d'obtenir une couche logique supplémentaire, qui peut s'avérer utile:
On pourrait par exemple attribuer un VPI à la Vidéo, un autre aux transferts de données, et un troisième à la
téléphonie. Ou encore, on pourrait attribuer un VPI à un pays, un autre à un second pays, etc..
Notion du circuit virtuel - Etablissement de la connexion VPI,VCI

 Un VC peut être permanent PVC (Permanent Virtual Circuit) ou commuté SVC (Switched
Virtual Circuit).
 Un VP peut être aussi permanent ou commuté.
Notion du circuit virtuel - Etablissement de la connexion Switch ATM

Un réseau ATM est constitué de noeuds ATM, qu’on appelle aussi commutateurs ATM
(Switch), reliés entre eux par des liaisons ATM. Ces commutateurs aiguillent des paquets de
longueur fixe (les cellules ATM).
La fonction d’un commutateur
 Identifier et d’analyser les informations de routage des cellules contenues dans leur
entête, puis de router la cellule depuis le port d’entrée jusqu’au port de sortie avec la mise à
jour des informations de routage à partir des tables de translation
Notion du circuit virtuel - Etablissement de la connexion Switch ATM
Notion du circuit virtuel - Etablissement de la connexion Switch ATM
Notion du circuit virtuel - Etablissement de la connexion

Comment ATM met en œuvre une connexion ?

ATM est orienté connexion. On distingue trois phases :


 L'établissement de la connexion ;
 Le transfert de données à travers le canal virtuel établi ;
 La libération de la connexion ;

 La phase d'établissement de la connexion permet d'allouer un VCI (Virtual Channel Identifier) et/ou
un VPI (Virtual Path Identifier) et d'allouer les ressources nécessaires pour garantir le débit demandé.
Le routage est établi durant cette phase ce qui optimise par la suite les délais de transmission.
 Ainsi, chaque connexion est identifiée par un numéro (VPI/VCI) . Ce numéro est attribué localement par le
commutateur qui aura à charge de maintenir et de gérer la correspondance entre le VCI entrant et le VCI
sortant d'une connexion.
 Le VPI correspond à un groupe de VCI empruntant le même chemin virtuel. Cette hiérarchie à deux niveaux
facilite le routage et la commutation dans le réseau.
Remarque:
contrairement au STM, cette technique n'effectue pas de réservation de BP
Notion du circuit virtuel - Etablissement de la connexion Structure d’une cellule ATM

 Une cellule ATM a une taille de 53 octets. L'entête est codé sur 5 octets et la charge utile sur 48 octets.
 Il existe deux types d’en-tête suivant que l’on se trouve sur une interface UNI ou sur une interface NNI.

 L'interface UNI (User to Network Interface): C'est l'interface de raccordement entre un commutateur ATM
d'un réseau et l'utilisateur (poste de travail, serveur... Etc)
 L'interface NNI (Network to Network Interface): C'est l'interface de raccordement entre commutateurs ATM.
Notion du circuit virtuel - Etablissement de la connexion
Les interfaces

Quelles sont les interfaces ATM ?

 Deux extrémités dans un Réseau ATM sont associées par un identificateur appelé " Identificateur de Circuit
Virtuel " (VCI label - Virtual Circuit Label), semblable au numéro du " time-slot " ou du " bucket " dans un
réseau STM. Le VCI est contenu dans l'entête de la cellule.

 Les utilisateurs accèdent au réseau ATM à travers des interfaces appelées " User Network Interface " (UNI)
et écoulent les données en respectant le contrat négocié au début de la connexion. Le réseau essaie ensuite
d'assurer que les caractéristiques de la connexion restent à l'intérieur de ce contrat et que la Qualité de
Service (QoS) requise pour cette connexion soit satisfaite tout au long de la vie de la connexion.

 Entre les commutateurs ATM, une interface " Network-Network Interface " (NNI) a été normalisée
Les interfaces

 L'interface UNI (User to Network Interface): C'est l'interface de raccordement entre un commutateur ATM
d'un réseau et l'utilisateur (poste de travail, serveur... Etc)
 L'interface NNI (Network to Network Interface): C'est l'interface de raccordement entre commutateurs ATM.
Les interfaces
Couche ATM

Comment situer ATM par rapport au modèle OSI ?

 Dans le modèle OSI, ATM pourrait être placée au niveau 2 (Couche Liaison de Données).
 En réalité, ATM ne respecte pas tout à fait la décomposition en 7 couches d'OSI. La connexion de bout-en-
bout, le contrôle de flux ainsi que le routage sont faits au niveau Cellule.

Le modèle ATM considère 3 niveaux :

- la couche physique : utilisation des standards déjà déployés des couches physiques tels que la fibre optique
(SONET, SDH) et la paire torsadée (T3/E3),...
- la couche ATM : construction de la cellule ATM, multiplexage/démultiplexage et commutation des cellules ;
- la couche AAL (ATM Adaptation Layer) : adaptation du flux de données à la structure des cellules. On distingue
une AAL par type de trafic.
Couche ATM

 D'autre part, il existe trois plans :

- le plan Utilisateur ;
- le plan de Contrôle ;
- le plan de Gestion ;

la cellule ATM :

Une cellule ATM a une taille de 53 octets.


L'entête est sur 5 octets et la charge utile
sur 48 octets.
Couche ATM

Couche AAL 1 et 2 :
* AAL1 : service de classe A (supporte les applications de la classe A / Exemple: Vidéo à débit constant, émulation
de circuit) => La connexion est équivalente à un circuit téléphonique.
Service en mode connecté.
Synchronisation entre la source et la destination.
Débit constant (CBR)
* AAL2 : service de classe B (supporte les applications de la classe B / Exemple: Vidéo/Audio à débit variable)
Service en mode connecté.
Synchronisation entre la source et la destination.
Débit non constant (variable VBR).
Couche ATM

Couche AAL3/4
Transport de données en mode connecté (Service de classe C)
Transport de données en mode non connecté (Service de classe D)
Débit variable VBR
Pas de synchronisation source/destination
Réservé aux trafics (tolérance de perte 0)
Multiplexage des cellules
Utilisé pour la signalisation
Couche AAL 5
Transporter des données en mode non connecté (Service de Classe D)
AAL3/4 simplifiée.
FIN