You are on page 1of 10

 

Les bras chargés d’étoiles – histoire d’une ouverture par Matthieu B. 
18 et 19 septembre 2010 
 
Il y avait longtemps que cette highline me trottait dans la tête... 
 
Du Mas Barral 
 
Le parc du Mas Barral de Chambéry voit régulièrement des sangles se tendre entre ses arbres 
espacés.  
De nombreuses configurations y sont possibles, de la babyline de 5m à la longline de 50m, en 
passant  par  toutes  les  variantes  classiques,  15m,  20m,  30m,  40m.  C’est  un  lieu  rêvé  pour  tout 
slackliner avide de trouver l’équilibre. 
 
Et c’est ce que je suis. 
 
Arrivé à Chambéry au mois de mars 2009 pour une nouvelle vie, complètement dépaysé de ma 
région Centre natale, je me retrouvais seul dans une ville inconnue, avec pour passion naissante un 
sport peu connu, voire inconnu du grand public, la slackline.  
Ce sport est pour moi, ancien pratiquant du Tai Chi Chuan, un excellent sport zen. Il mélange 
parfaitement  l’équilibre,  la  sérénité,  la  concentration,  le  tonus,  le  relâchement,  le  mental  et  le 
physique.  C’est  pourquoi  il  a  facilement  remplacé  le  Tai  Chi  qui  ne  satisfaisait  pas  mes  envies  de 
méditation active. 
La solitude et le pays inconnu ne me firent pas peur. Solitaire dans l’âme, je n’eus aucun mal à 
vivre seul à Chambéry pendant ces premiers mois. J’allais au parc tous les soirs pour m’entraîner et 
progresser sur cette petite sangle Primitiv’ obtenue chez mon fournisseur préféré, Slack.fr. 
La vallée était ma cellule et j’y imprimais mon univers. Ma sangle était ma compagne. 
 
Chaque jour voyait un progrès. 
En  premier  vint  l’équilibre  assis,  puis  debout,  puis  un  pas,  puis  un  autre,  et  après  ce  fût 
quelques  mètres.  Ensuite  vint  le  départ  assis,  marche  en  avant,  en  arrière,  demi‐tour,  puis  le  saut. 
Après 3 mois de ce régime, j’avais acquis une petite technique.  
 
À  ce  moment,  je  rêvais  déjà  de  highline,  mais  sans  l’oser  car  une  terrible  peur  du  vide  me 
hantait  et  aussi  parce  que  je  n’avais  pas  encore  tenté  de  la  combattre  par  l’escalade,  un  sport  qui 
m’attirait également mais que je ne pouvais commencer faute d’avoir un compagnon de cordée. 
 
Un soir, alors que j’arrivais au parc, je vis, à ma grande surprise, et joie, d’autres slackliners qui 
s’étaient  installés  sur  mes  compagnons  végétaux,  frêne,  cèdre  et  les  autres.  Sans  hésiter,  je  les 
aborde et engage la conversation. 
Au  bout  de  quelques  minutes,  le  visage  de  l’un  d’eux  m’interpellait.  Ce  garçon,  Julien, 
ressemblait  à  une  connaissance  du  passé,  de  presque  dix  ans,  à  Orléans,  alors  que  je  trainais  mes 
DcMartens  de  gothique  au  lycée  et  que  je  fréquentais  mon  pote  Freeddy.  C’était  bien  lui,  c’était 
Julien Millot qui jouait à l’époque dans Spookeed, un excellent groupe de métal élethnique‐en‐apnée, 
trio métal prog instrumental dont j’avais réalisé une pochette de démo. 
Quelle rencontre ! Et lui aussi « slackait »… 
Ainsi je trouvais un lien avec Freeddy qui m’avait initié à la slackline quelques mois plus tôt, à 
Grenoble. 
À partir de ce moment, après des mois de solitude presque mystique, j’entrais dans le monde. 
Je pouvais partager ma passion avec d’autres qui, de plus, habitaient tout près de chez moi. 
 
De la highline 
 
Une  poignée  de  semaines  plus  tard,  Julien  et  Jelena  m’invitèrent  à  participer  à  ma  première 
highline. 
Elle  se  ferait  dans  les  arbres.  Julien  avait  repéré  un  site  au  col  de  l’Épine,  au‐dessus  de 
Chambéry. C’était un lieu à l’écart, dans la forêt, parfait pour mettre en œuvre ce genre de folie, loin 
du regard des curieux. 
Lors  de  cette  journée  hors  du  temps,  où  Jelena 
traversa  la  ligne  d’une  quinzaine  de  mètres  de  long  pour 
environ  8m  de  haut,  je  pus  goutter  à  l’adrénaline  en 
essayant la ligne. 
Après  être  monté  dans  l’arbre  (première  remontée 
sur  corde  de  ma  vie),  je  suis  resté  de  longues  minutes 
assis, à préparer la transe à l’aide d’une série de chansons 
en  mp3  qui  m’accompagnent  depuis  mes  débuts  sur  une 
slackline. Mais malgré ces notes de confort, je n’osais me 
lever de peur de la chute. La chute me terrorisait. Comme 
elle me terrorise encore. 
Ce  n’est  qu’en  faisant  un  effort  surpuissant  que 
j’osais  me  lever,  véritable  combat  mental  contre  moi‐
même.  Et  je  tombais  en  rattrapant  la  ligne.  Puis  après 
quelques essais, je réussis à enchaîner quelques pas avant 
de tomber à nouveau, en bout de leash, cette fois‐ci. 
Fatigué  mais  content  de  l’expérience,  je  décidais  de  Jelena au Col de l’Épine  
renoncer pour continuer à travailler sur ma petite sangle au sol, avec encore plus d’acharnement. En 
effet, jusqu’à ce moment, je me trouvais très à l’aise au milieu, sur le mou de la sangle, mais je fuyais 
les bouts de la sangle, près des ancrages, là où la sangle est rude, rapide, intransigeante. 
À partir de ce jour, je me remis à travailler dur, sans complaisance, pour pouvoir être à l’aise 
partout sur la sangle, pour me donner les armes de vaincre ma prochaine highline. 
 
Celle‐ci  vint  plus  tôt  que  prévue  avec  les  Natural  Games  de  Millau  2009,  seconde  édition  du 
concept, où la slackline était mise à l’honneur avec la présence de Slack.fr. 
 
J’y  allais  avec  Freeddy  et  Sophie.  Sur  place,  je  rencontrais  Charles,  Damien  –  mentors  de 
nombreux slackliners francophones, Tancrède, Antoine (tiens, un Chambérien, colocataire de Jelena), 
les mutants Michi Aschaber et Andy Lewis, et de nombreux autres, amicaux et talentueux. Au cours 
de ce week end, je pus m’essayer à ma première vraie highline, la Princesse, ouverte par Jelena. Une 
dizaine de mètres de long, pas beaucoup de gaz en dessous mais un panorama énorme sur toutes les 
gorges de la Jonte. 

Vue sur les Gorges de la Jonte – Princess Line

Cette Princesse m’impressionna tellement, car la highline dans les arbres n’était rien à côté, que je 
fus  vaincu,  écrasé.  Je  ne  trouvais  pas  le  courage  de  me  lever,  ni  de  tenter  de  me  lever.  J’étais 
terrorisé. Le vide me clouait. Je ne pouvais pas faire un seul mouvement, assis sur cette ligne. Je ne 
pouvais même pas lâcher une main, horrifié par avance par la chute que je pourrais faire, horrifié par 
ce fragile bout de corde dynamique qui me retenait à la vie. 
Il me restait donc encore cette peur du vide à défaire et surtout ce manque de confiance dans le 
matériel à évacuer. 
Je rentrais donc la tête basse de cet échec, mais le cœur gonflé à bloc. La prochaine serait la 
bonne. J’en fis le serment. 
 
L’été  passa.  Je  commençais 
la pratique régulière de l’escalade. 
J’appris  doucement  à  faire 
confiance au matériel et à évoluer 
en hauteur.  
De  plus,  au  sol,  je 
commençais à tendre des lignes de 
plus  en  plus  longues,  seul,  et  du 
coup, de moins en moins tendues.  
En  septembre,  je  tendais 
30m  avec  des  ancrages  perchés  à 
2m pour cause de simple mouflage 
insuffisant – et de petits bras trop 
seuls.  Vaincre  cette  ligne  me 
demanda  quelques  heures  assez 
intenses.  J’en  tirais  une  petite 
fierté.  Je  progressais  doucement. 
C’était grisant. 
 
En  octobre,  Julien  me 
proposa  une  séance  de  longline 
qui  me  donna  confiance.  Je  fus 
étonné  de  me  voir  assez  à  l’aise 
sur 50m.  
Dans  les  jours  qui  suivirent, 
Julien  réalisa  mon  rêve,  ma 
première  réalisation  de  highline, 
tout en gaz, lors d’une session aux 
Tours  Saint  Jacques  de  toute  Suspendu à l’air – Tours Saint‐Jacques (Bauges)
beauté dans les Bauges. 
 
Ce fut une magnifique expérience. Il n’est décidément pas humain d’avoir aussi peur du vide et 
de vouloir marcher sur ces quelques fibres tendues. 
Grâce aux conseils de Julien, je me réfugiais dans la technique. Et lorsque je me levais, je tenais 
la sangle. Il suffisait de rester concentré et la peur du vide restait à l’écart, malgré le cœur qui battait 
à m’en rompre la poitrine. Et un pas après l’autre, j’étais de l’autre côté. 
Je fis d’abord un aller. Puis après une longue pause tout l’après‐midi car la première traversée 
m’avait épuisé, je me risquais à un aller‐retour. 
Quelle  libération !  Je  naissais  de  nouveau,  grâce  à  peu  de  choses,  quelques  mètres  de  tissu, 
quelques amis et un paysage d’automne somptueux calé entre deux averses. 
 
Durant tout ce temps, le parc du Mas Barral était resté à mes côtés, témoin de mes progrès et 
de mes rencontres. 
 
Un  mois  après  les  Tours  Saint  Jacques,  je  traversais  une  autre  ligne,  au  lycée  Bertholet  à 
Annecy,  qu’Éric  et  Sébastien  installèrent.  Je  fus  heureux  de  pouvoir  renouveler  l’exploit  des  Tours 
Saint Jacques, celui de traverser, même si le cadre n’était pas le même.  
 
Cette répétition aurait du me mettre en confiance et être le début de traversée toujours plus 
magiques. Pourtant, ce fut le départ de quelques déconvenues. 
Fin  décembre,  lors  d’une  session  hivernale  très  extrême  à  Saint‐Gervais‐les‐Bains,  je  fis  une 
douloureuse chute en bout de leash qui eut raison de mes forces et de mon mental. Dans le froid et 
la neige, cette ligne était terrible, alors qu’elle pourrait être si avenante avec un beau soleil et 20°C. 
Qu’importe,  l’équipe  des  Bad  Slackliners  et  quelques  autres  étaient  là  et  l’ambiance  était  plus 
chaleureuse que l’air. 

Saint‐Gervais‐les‐Bains – Photos par Ingrid Laillaut De Wacquant  
En  avril  2010,  le  Ritson  Gap  au  Parmelan  me  vit  perdre  mes  moyens  et  refuser  de  me  lever 
devant  trois  charmantes  demoiselles.  Je  ne  saurais  dire  ce  qui  se  passa  dans  ma  tête,  car  j’étais 
monté dans la neige pour passer cette ligne, rien d’autre, mais une fois assis dessus, je ne voulais plus 
faire  l’effort  de  me  lever.  Je  n’étais  pas  en  aussi  bonne  condition  mental  qu’Ingrid  qui  se  mettait 
« trash »  sur  « trash »,  comme  elle  disait.  Je  regardais  donc,  tout  penaud,  Jelena  traverser 
admirablement cette ligne et Ingrid se battre comme une guerrière. 
 
Malgré  ces  défaites,  je  ne  perdais  pas  l’envie  d’y  revenir  et  de  réussir.  Le  mental  se  travaille, 
comme la technique. 
 
Durant  tout  le  premier  semestre  2010,  je  me  consacrais  plus  à  la  longline  qu’à  la  highline.  La 
simple  raison  est  que  je  me  trouve  plus  à  l’aise  sur  une  longline.  Le  combat  est  moins  difficile.  Je 
préférais donc céder à la faciliter. Honte sur moi… 
Mais quel plaisir !  
En  effet,  ces  longues  distances,  au‐delà  des  50m,  amènent  à  un  voyage  mental  hors  du 
commun. Il est nécessaire de rester concentré car à la moindre erreur il est facile de se retrouver le 
nez dans l’herbe sans trop comprendre pourquoi. 
Ainsi, j’aiguisais mon esprit qui devenait dépendant de ces sensations, physiques et mentales, 
où le corps tout entier est sollicité et où l’esprit vogue à loisir dans des pays imaginaires reliés par ce 
chemin tracé de sangle. 
Une nouvelle fois, grâce à Julien, je pus passer un cap. J’atteignis la barre des 100m dans le parc 
du Buisson Rond de Chambéry. Je faisais ici une infidélité au Mas Barral qui ne permet pas de tendre 
plus de 50m. 
 
Par  la  suite,  je  slackais  avec  plus  de  parcimonie.  Je  favorisais  l’escalade  qui  m’apportait 
également beaucoup, et m’apporte encore beaucoup. J’avais plus de travail de ce côté‐là que sur la 
sangle. 
 
Au Natural Games 2010, je pus de nouveau goutter à la terreur du vide sur un site foisonnant de 
lignes. 
Je  passais  sans  trop  de 
difficulté la petite 10m en pente. 
C’était  une  sorte  de  victoire.  Je 
reprenais  confiance  en  mes 
capacités.  Il  m’était  possible  de 
le faire. Octobre 2009 n’était pas 
le coup d’un jour. 
La  petite  10m  dans  la 
poche,  le  moral  gonflé  à  bloc, 
j’allais  me  frotter  à  l’une  des 
25m qui me tendait les bras. 
Je fus moins heureux, mais 
le combat me permit de franchir 
une  étape.  Après  de  nombreux 
essais et chutes en rattrapant la 
sangle,  je  voyais  par  moi‐même 
que  je  pouvais  me  lever  sans  Sur la Bunny Line – Natural Games 2010
avoir peur. Il suffisait de ne penser à rien. Il fallait agir, laisser le corps trouver sa place et respirer. 
Ce week‐end là, je ne fis que quelques pas sur la 25m mais j’avais le sentiment d’avoir réussi 
quelque chose. J’avais à nouveau confiance en moi et je savais que je passerai d’autres lignes avant 
de revenir. 
 
D’un projet 
 
Durant l’été, lors d’une session longline au parc du Mas Barral, je discutais avec Antoine. Je lui 
dis que, dans ce parc, deux grands arbres, éloignés l’un de l’autre d’une quinzaine de mètres, seraient 
propices à une highline. J’appris alors qu’il y avait également pensé et que quelques personnes de sa 
connaissance seraient tout à fait partantes pour le réaliser. 
Il n’en fallu pas plus pour me décider. 
 
Après  avoir  fait  la  connaissance  d’Adrien,  au  hasard  d’une  rencontre,  puis  de  Henri,  Arnaud, 
François et quelques autres, je parlais de mon projet lors d’une session de longline au Mas Barral. Je 
venais de trouver mes compagnons de folie pour accomplir ce projet. 
Il ne fallu pas longtemps avant de décider de revenir le lendemain pour passer à l’acte.  
 
D’une réalisation 
 
Samedi  18  septembre  2010,  vers  13h,  j’arrivais  le 
premier au pied des arbres. 
Ayant  déjà  pu  observer  comment  une  highline  dans 
les arbres se montait, j’avais prévu le matériel nécessaire : 
deux  cordes  statiques  dont  une  pour  le  backup,  poignée 
jumar et grigri, élingues, anneaux de sangle, mousquetons 
symétriques en acier, une slack en très bon état, du ruban 
adhésif.  Les  copains  complèteraient  avec  des  élingues 
supplémentaires  et  une  corde  statique.  Adrien  prendrait 
ses crampons pour faciliter l’ascension de l’énorme pin qui 
n’a  que  2  grosses  branches  sous  le  point  où  nous 
souhaitions poser la ligne. 
Je fus rapidement rejoint par Arnaud et Adrien. 
Armés  d’une  gourde  en  métal  que  nous  avons 
attachée  à  une  cordelette,  nous  avons  passé  des  cordes 
statiques dans les branches basses de chacun des arbres. 
Malheureusement,  les  nombreux  essais  avant  de  Adrien qui galère le pin
réussir  cette  manipulation  eurent  raison  de  la  santé  de  la  gourde.  Elle  en  gardera  à  jamais  des 
séquelles. Paix à son âme. 
Puis Adrien chaussa ses crampons et commença à grimper dans le grand pin, assuré par Arnaud. 
Pendant ce temps, je montais dans le gincko. 
 
L’objectif était de poser un anneau de sangle dans chaque arbre, à environ 15m de haut. Ces 
points serviraient fixer des cordes fixes pour monter et descendre. 
En moins d’une heure, j’avais installé les élingues de la ligne et du backup dans mon gincko. En 
revanche, Adrien combattait toujours pour prendre pied sur la première grosse branche du pin, qui 
formait  un  angle  très  étroit  avec  le  tronc  principal.  Fatigué,  il  descendit  pour  se  désaltérer  et 
reprendre des forces. 
Pendant  ce  temps,  François  et  Henri  nous 
avaient  rejoint  et  avaient  commencé  l’installation 
d’une longline de 50m juste à côté. 
Après  quelques  minutes  de  repos,  Adrien 
remonta dans le pin. Je l’assurais. 
La  difficulté  avec  ce  pin,  une  fois  la  première 
grosse branche passée, était la large circonférence de 
son tronc et la rugosité de son écorce. Il était difficile 
de faire coulisser un anneau de sangle sur lequel nous 
serions  vaché,  tout  en  montant  les  pieds  à  l’aide  des 
crampons. 
Alors avec deux anneaux de sangles…  
En effet, nous sommes des inconditionnels de la 
sécurité  et  nous  avions  décidés  d’utiliser  deux 
anneaux  de  sangles.  Le  but  était  d’en  monter  un, 
vaché sur l’autre, puis de se vacher sur celui qui était 
monté pour remonter l’autre. Un travail de fourmi. 
À ce rythme, nous avions monté les anneaux de 
sangle  à  11m  en  3h.  Il  était  donc  16h  et  nous  étions 
Les bras levés au ciel, l’intention dans les doigts encore  assez  loin  du  point  visé.  Gagner  des  mètres 
demandait beaucoup d’énergie et de temps. 
Lorsqu’Adrien  redescendit  une  deuxième  fois,  nous  prîmes  tous  les  deux  la  décision  de  nous 
arrêter  à  cet  endroit,  11m  environ,  et  d’y  fixer  un  rappel  d’où  une  corde  statique  pendrait  pour 
faciliter  le  passage  de  la  grosse  branche,  le  passage  dur  de  l’ascension  en  libre,  lorsque  nous 
reviendrions une prochaine fois pour poser la ligne. Il était trop tard pour installer la highline et en 
profiter. 
Adrien monta donc dans le pin pour faire cela pendant que je montais dans le gincko pour fixer 
une ligne de rappel et récupérer le matériel. 
 
La journée avait été gâchée par un manque de préparation sur l’art de grimper dans les arbres 
comme de vrais bûcherons. 
Et nous finîmes l’après‐midi sur la longline, qui ne fut pas posée que pour décorer. 
C’était pour moi un semi‐échec. Le projet n’avait pas abouti. 
 
Mais je savais que nous reviendrions très vite pour réaliser le projet, grâce à ce que nous avions 
fait  ce  samedi.  Dans  ma  tête,  ce  serait  la  semaine  suivante  car,  le  lendemain,  j’avais  prévu  d’aller 
grimper. Il devait faire beau et c’était le dernier jour de mes vacances de grimpe. Je ne voulais pas 
manquer d’aller visiter une falaise. 
Mais  cette  highline  était  tellement  proche  qu’il  aurait  été  dommage  de  ne  pas  s’acharner.  Le 
hasard me donna d’ailleurs une raison pour ne pas grimper et de retourner au Mas Barral. 
Ma  chère  compagne,  Blandine,  avec  qui  je  devais  grimper,  se  leva  aussi  malade  que  la  veille, 
prise d’une sinusite assez carabinée. Je soupçonne François et Henri d’avoir lancé de mauvais sorts 
vaudou durant la nuit. Ils avaient tant envie de faire cette highline que la veille, ils cherchaient toutes 
les raisons pour me détourner de la falaise. 
 
Alors,  dimanche  matin,  j’envoyais  un  sms  aux  copains  pour  leur  proposer  d’aller  au  bout  de 
notre folie et de poser la ligne. Évidemment, ils étaient tous partants. 
 
Ainsi, dimanche 19 septembre 2010, à 10h30, Arnaud et moi nous retrouvions sous les arbres, 
un peu avant les autres qui étaient partis à la chasse aux poules, avec tout le matériel de la veille, 
pour poser la ligne. 
Tout  alla  plus  vite,  surtout  dans  le  pin,  grâce  aux  efforts  d’Adrien.  Je  montais  dans  l’arbre, 
assuré par Arnaud. En 30 minutes, les élingues étaient posées, la sangle et le backup fixés. 
Puis  je  m’attaquais  au  gincko 
qui  lui  aussi  alla  vite.  Je  posais  les 
élingues  et  nous  remontâmes  la 
sangle  et  le  backup  lorsqu’Henri  et 
François  arrivèrent.  Puis  Arnaud 
monta  avec  moi  pour  finir  de 
tendre la sangle. 
En  3h,  la  ligne  était  posée. 
Magnifique,  elle  brillait  au  soleil  et 
nous appelait.  
 
Nous  mangeâmes  un  peu 
avant  de  passer  à  la  casserole. 
Personne  n’osait  regarder  laligne 
en face de peur d’être le premier à 
passer.  Parc du Mas Barral – Les bras chargés d’étoiles
Pour ma part, ma folie me sauta aux yeux. J’étais terrorisé par la highline et je venais d’installer 
ma toute première. J’étais fou. 
La pause terminée, nous nous demandions qui passerait en premier. Tous me regardaient avec 
insistance.  Gloups !  Décidément,  parce  que  j’avais  eu  la  folie  de  l’initiative  du  projet  et  de  sa 
réalisation, il me fallait l’ouvrir. 
 
Je  rassemblais  alors  mon  courage  et  me  lançait.  Je  montais  lentement,  la  musique  du  groupe 
Archael dans les oreilles pour calmer mes sens affolés et entrer sans à‐coup dans le bain. Mes gestes 
étaient assurés. Mon esprit était affuté, attentif au moindre détail. 
Arrivé sur le départ de la ligne, je me défis de mes chaussures puis je m’avançais d’un mètre et 
quelques sur la sangle pour réaliser mon départ assis sans danger en cas de chute.  
Je fus agréablement surpris d’être à l’aise. La sangle ne bougeait pas beaucoup. Et surtout, je ne 
tremblais pas. Je trouvais immédiatement mon équilibre, assis sur mon pied, une jambe dans le vide, 
un bras en l’air. 
Contrairement  à  Millau,  2  mois  plus  tôt,  il  ne  me  fallu  qu’une  poignée  de  minutes  pour  me 
lever. Je tenais la sangle. Alors je mis la machine en marche. Je calais le rythme de ma respiration, un 
peu  bruyante,  pour  m’apaiser  et  me  donner  un  repère  sonore  par‐dessus  la  musique  qui  baignait 
tranquillement mon univers, loin des regards appuyés du public qui s’était amassé en bas. J’étais seul 
et serein. 
Rapidement,  avec  maîtrise  et  effort,  je  fus  de  l’autre  côté.  Les  copains  m’applaudirent.  Je 
souriais. C’était bon. Je venais de vaincre définitivement la peur de la highline, même si je n’avais pas 
encore vaincu celle de la chute. 
Puis je me mis en place et je fis le retour sans plus de cérémonie. Là encore, applaudissements. 
Et Arnaud cria : « Elle est à toi celle‐là. Tu l’as fait. » 
Oui, je l’avais fait et j’étais tout à fait heureux de l’exploit, perché dans un gincko. 
 
Ce  gincko,  dans  mon  esprit,  s’appelait  Sérénité.  Il  était  baigné  dans  le  soleil,  plein  d’or  et  de 
verdure, plein des vers d’un poème que j’ai écrit en 2008, inspiré d’une photographie de feuilles de 
gincko :  « Effleurement ».  Puis  d’autres  vers  me  revinrent,  notamment  celui‐ci :  « Les  bras  chargés 
d’étoiles ».  Des  vers  qui  appellent  à  la  sérénité  et  à  l’amour  de  l’instant  présent.  Des  vers  qui 
s’appliquent ce que je viens de vivre et les copains avec moi. 
Cette ligne se nommerait « Les bras chargés d’étoiles ». 
 
Puis je descendis de mon arbre pour laisser la place à Arnaud qui m’a aidé à monter la ligne.  
Ce dernier était prêt à en découdre. Pourtant arrivé en haut, il perdit ses moyens, malgré son 
expérience de Millau et son succès sur la petite Bunny Line. Il n’osait plus y aller. Il restait vaché sur le 
départ, incapable de lâcher les bras et de trouver son équilibre. Il était paralysé. 
Après de nombreuses minutes, il décida de revenir à terre pour laisser place au suivant. 
 
Henri était lui surmotivé. Ce frère 
spirituel  d’Antoine,  par  le  look,  le 
métier  et  l’attitude  sur  la  slack,  se 
donna  à  fond.  Il  monta  tel  un  fier 
guerrier  et  inaugura  rapidement  le 
premier  leash‐fall.  Puis  la  dizaine  qui 
suivit. 
Il  se  donna  à  fond,  ajoutant  un 
pas  ou  deux  à  chaque  essai.  Et  c’est 
épuisé  qu’il  décida  de  renoncer  pour 
laisser la place à François et récupérer 
en attendant le prochain essai. 
 
François,  qui  testait  sa  première  Henri le guerrier une seconde avant la chute
highline ce jour‐là, n’en menait pas large. Et tout comme Arnaud, il perdit ses moyens une fois le pied 
sur la ligne. Paralysé, il n’osa pas faire le moindre geste. Il ne trouvait pas l’équilibre. Et malgré nos 
encouragements à essayer, à aller jusqu’à la chute, il ne bougea pas. 
Alors pour ne pas monopoliser la ligne, il redescendit et se réfugia sur la sangle que 15m que 
nous avions tendue à côté pour nous entraîner au sol. 
 
Adrien choisit ce moment pour arriver, sur son étrange vélo couché. Le troisième fou, ouvrier 
de cette ligne, nous rejoignait. 
Nous prîmes un petit temps de pause. 
 
Damien, arrivé peu après mon passage, voulait me voir y retourner et passer de nouveau, pour 
pouvoir filmer et prendre quelques photos. 
J’étais  moins  chaud.  Mes  mains  étaient  moites  alors  que  je  n’étais  pas  encore  monté  sur  la 
ligne. Passer une fois, c’est bien, mais y revenir, avec le sentiment de pouvoir échouer, voici qui me 
donnait des sueurs froides. 
Pourtant, j’y allais. Je devais, dans ma tête, valider ce que je venais de faire quelques minutes 
plus tôt. 
 
La remontée sur corde fût douloureuse. La fatigue de la veille et du jour se faisait sentir. J’allais 
donc plus lentement, essayant de calmer mon cœur qui s’était emballé. Allais‐je y arriver à nouveau ? 
Ce  fût  moins  facile.  Mon  cœur  battait  fort  et  vite.  Mes  mains  étaient  moites  et  des  fourmis 
envahirent  mes  bras  lors  de  l’aller.  Mais  j’y  arrivais.  Et  lorsque  je  me  suis  tourné  vers  mon  petit 
public, je vis que Julien et Jelena étaient là également. 
Julien, que j’admire pour sa maîtrise de la highline, témoin de mes débuts en hauteur, était de 
nouveau  présent  pour  me  voir  marcher  de  mes  propres  pas,  sur  ma  première  ligne.  Cela  faisait 
quelque chose. 
 
Une  fois  en  bas,  Arnaud  décida  de  prendre  ma  suite  et  sa  revanche.  Bien  lui  en  prit  car  non 
seulement  il  se  leva,  mais  il  traversa,  sans  grande  difficulté  apparente.  Victorieux,  sous  nos 
applaudissements, il toucha le pin. Un sourire illuminait sa figure. Je comprenais tout à fait ce qu’il 
vivait. 
Et sans attendre, il traversa dans le sens inverse et accomplissait ainsi la répétition de la ligne. 
J’étais heureux pour lui car il avait beaucoup participé à l’installation de la ligne. C’était là un 
beau cadeau qu’il se faisait. 
 
Henri y retourna également, ajoutant aux nombres de leash‐fall de la journée. Pourtant malgré 
les  plombs,  il  gagnait  en  assurance.  Il  tenait  mieux  la  ligne,  il  faisait  de  plus  en  plus  de  pas  jusqu’à 
arriver à la moitié. Mais il épuisa ses forces avant de réussir. 
C’était sûr, il la passerait lors de la prochaine session. 
 
Puis Adrien se lança, armé d’une gourde et de ses gants (qu’il faillit oublier en bas). 
Tout comme François, c’était sa première highline.  
L’appréhension fît également son effet. Il ne trouvait pas son équilibre. Il n’osait pas y aller. 
Sous les conseils de Julien, il goutta à la chute en se laissant tomber de la ligne à bouts de bras. 
Puis il redescendit. 
 
L’après‐midi tirait sur sa fin lorsque François, qui serait le dernier à tenter la ligne, monta dans 
le gincko. Et comme la première fois, il restait paralysé. Toutefois, il fît comme Adrien et se lâcha de 
la ligne pour goutter à la chute. Puis il jeta l’éponge. 
 
Il ne fallu pas beaucoup de temps pour démonter. En une petite demi‐heure, tout au plus, nous 
avions ramené tout le matériel au sol. 
 
Et  c’est  dans  la  nuit  que  nous  nous  séparions,  chacun  de  notre  côté,  heureux  de  la  journée, 
heureux du week end, heureux de l’expérience et de tout ce qui s’était vécu durant ces heures. 
 
Avec le recul, loin d’être un aboutissement, cette highline est pour moi un départ. Désormais, 
nous  avons  une  highline  à  domicile,  à  deux  pas  de  nos  maisons.  Celle‐ci  sera  remontée,  pour  nous 
permettre  de  progresser,  pour  nous  permettre  de  grandir  dans  notre  pratique,  pour  le  plaisir.  Et 
demain, nous irons répéter les lignes ouvertes par nos prédécesseurs. 
Et peut‐être un jour, nous en ouvrirons une – qui sait ? – J’ai même une petite idée qui trotte 
dans un coin… 
☺ 
M.03X2010 

Related Interests