You are on page 1of 3

LES SOUVENIRS DE DAVID FOOENKINOS

Etretat, soleil couchant. Claude Monet, 1883.

Reconstituez l’histoire
A. À cause d’un petit accident, la grand-mère est contrainte à quitter son appartement pour
aller en maison de retraite. Ses fils vendent l’appartement à son insu alors que tous ses
souvenirs sont dans cet appartement.

B. Après la mort de son grand-père, le narrateur rend souvent visite à sa grand-mère, Denise.
Pendant ces visites elle lui raconte ses souvenirs d’enfance. Quitter l’école a été
particulièrement pénible pour elle.

C. Au même moment ,le propriétaire de l’hôtel où le jeune homme travaille, lui propose de
devenir son associé. Ne sachant que répondre, il fuit en Normandie à la recherche de sa
grand-mère.

D. Dans la soirée, elle est prise d’un malaise et elle conduite d’urgence à l’hôpital où elle va
décéder peu de temps après.

E. Denise disparait de la maison de retraite. En réalité c’est une fugue vers les traces de son
enfance: Étretat. La grand-mère veut retourner à ses origines, à son enfance manquée.

F. Elle finit par demander le divorce, elle ne supporte pas qu’il ait accepté la routine de tenir
son hôtel et qu’il ait abandonné son rêve d’écrire.

G. Grâce à son petit-fils elle rencontre une ancienne camarade de classe et passe une
journée dans son ancienne école. Il rencontre l’institutrice de l’école qui deviendra son
épouse.

H. Le narrateur retrouve l’inspiration et les mots lui reviennent. C’est enfin le temps d’écrire

I. Pour son anniversaire, il offre un cadeau très personnel. la rencontre avec le peintre du
“tableau à la vache”, la toile accrochée dans le hall de la maison de retraite .Ce sera une
rencontre émouvante pour tous les deux.

J. Quand il accompagne sa grand-mère à l’enterrement d’une amie, il croise le regard d’une


femme. Dans l’espoir de la revoir, il revient souvent au cimetière.

K. Quand il décide de se marier ses parents divorcent. Les jeunes mariés organisent leur vie.
Le narrateur devient gérant de l’hôtel et Louise est mutée à Paris. Ils ont un enfant.

L. Son histoire d’amour débute aux funérailles de sa grand-mère et l’hospitalisation de sa


mère par dépression.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
THEMATIQUES DU ROMAN

Soulignez les intrus : complicité intergénérationnelle, création littéraire dépression, éducation,


famille, généalogie, jalousie, jeunesse, quête du grand amour souvenirs, traditions, vieillesse.

DITES SI LES AFFIRMATIONS SUIVANTES SONT VRAIES OU FAUSSES

1. D.F. recherche l’artifice de la langue.


2. Ses romans revendiquent la simplicité.
3. Il construit un monde imaginaire
4. Son œuvre reflète une observation accentuée du réel.
5. Le film décrit trois trajectoires initiatiques.
6. L’auteur cherche l’adhésion du lecteur par le biais des places connus comme Étreat et ses
falaises.
7. Il utilise le procédé de « souvenirs historiques pour donner un ton culte et profond à son
roman.
8. Le livre est une réflexion sur les difficultés de la jeunesse.
9. Le lecteur a du mal à s’identifier avec les personnages.
10. Madeleine repart à Étreat parce qu’elle ressent que sa maladie s’aggrave.
11. Michel affronte la retraite comme une étape d’épanouissement personnel.
12. D.F. parvient à traiter avec beaucoup d’humour des moments graves d’une vie.
13. Le narrateur reste tout le temps un personnage anonyme.

ASSOCIEZ LES PERSONNAGES ET LA DÉFINITION


1. Ami à l’écoute attentive et conseiller.
2. Eprise de culture et déçue par l’amour.
3. Ils s’agacent mutuellement mais ils ne peuvent pas vivre l’un sans l’autre.
4. Ils ont rencontré l’amour à l’hôpital.
5. Sensible, pudique et débordant d’imagination.

Les Grands-parents, les parents, le patron, Louise, le narrateur

Lisez les critiques de lecteurs tirées d’un blog littéraire et associez-les avec les
énoncés suivantes :
A. Un livre à conseiller.
B. Un livre à succès grâce à la personnalité de l’auteur et sa qualité littéraire.
C. Un livre bien écrit.
D. Un livre captivant et facile à lire.
E. Un livre inutile.
F. Un livre mineur d’un auteur sympa à la mode.
G. Un livre nul par son style et superficiel.
H. Le livre perd de l’intérêt au fur et à mesure que les chapitres avancent.
I. Le lecteur a aimé les personnages, l’humour et la simplicité du livre.
J. Le lecteur met en valeur la justesse et vraisemblance de l’histoire.
K. Un écrivain exceptionnel adoré par ses lectrices.
L. Un jeune écrivain talentueux.
.
1.- Ce n'est pas un roman pour les dépressifs. Un personnage très attachant en plein
questionnement sur sa vie et des personnages secondaires attachants également. Beaucoup de
bons sentiments, un peu d'humour aussi, j'ai été vite conquis par ce roman de Foenkinos. Sa
lecture est facile et on dévore ce livre en très peu de temps. Personnellement, un de ces meilleurs
livres. Je le recommande.

2. J'ai sincèrement du mal à comprendre l'engouement* autour de cet auteur.


Les souvenirs est un sympathique petit livre, qui ne démérite certes pas, mais qui ne mérite
guère. Foenkinos fait parti de ces auteurs contemporains qui capitalisent sur le personnage
médiatique qu'ils se sont créé. Ses pitreries* télévisées, si elles participent à mettre les
souvenirs au premier plan médiatique, ne permettent pas de masquer le peu de profondeur de ce
livre. Loin d'être un livre indigne, les souvenirs est à l'image de la production habituelle de
Foenkinos : Agréable, mineure, et bien vendue par son auteur pour peu que l'on apprécie les
humoristes sur petit écran.
*entusiasmo *payasadas

3.- Flaubert disait je voudrais écrire un livre sur rien. Foenkinos, avec ce roman, vient d'en faire
une brillante démonstration. Un livre vide, creux, le néant le plus total dans un style lisse,
monocorde, bref d'un ennui mortel voire mortifère.

4.- C'est bien écrit, cela peut être un agréable moment de lecture. Mais après une première partie
rythmée par plusieurs événements, le roman bascule dans une histoire d'amour sans grand intérêt
et l'ennui s'installe… enfin c'est mon ressenti. Les notes de bas de page deviennent
agaçantes, les souvenirs des uns et des autres relatés entre les chapitres finissent par avoir peu
d'intérêt. J'ai abandonné la lecture de ce roman, le soupir a pris le pas sur la curiosité, je n'avais
même plus envie de connaitre la fin.
Bref, c'est une petite déception !
5.- Nous étions côte à côte pour la fête du livre du Var. Envieuse, j'ai vu défiler face à David
Foenkinos tout un fan club discontinu de quinquagénaires éblouies. Mais que lui voulaient-elles
donc à ce garçon bon chic bon genre, à "ce post-adolescent romantique", toutes ces groupies
surexcitées qui échangeaient ses titres comme de bonnes recettes incontournables?
Aujourd'hui j'ai la réponse: primo il est le fils, gendre et petit-fils idéal, deuxio, il est un écrivain hors
pair. Il suffit de lire ses Souvenirs pour s'en convaincre.

6.- L'écriture de David Foenkinos est délicate, faite de sérénité, et le tout sonne terriblement
juste, la moindre remarque donne l'impression d'avoir été vécue. Le ton évolue entre passages
émouvants et moments drôles, sans excès dans l'un comme dans l'autre. Le roman pourrait être
autobiographique – on ne le sait pas – mais qu'il le soit ou non, cela n'a pas grande importance, ce
qui est évident c'est que ce bouquin est un très bon livre et l'auteur un jeune homme plein de
talent.

Quelle critique feriez-vous avec les énoncés ci-dessus ?


Ajouteriez-vous d’autres commentaires ? Lesquels ?